La Criminelle Arnaque du COVID-19:Combien de personnes les vaccins Covid-19 ont-ils vraiment tué ?

Veuillez partager cet article très important avec tous ceux que vous connaissez. Aidez à sauver des vies et envoyez cet article aux hôpitaux, cabinets médicaux, maisons de soins, écoles, journaux, journalistes, etc. 

Notre Blog étant ostracisé par Big Tech, Faites du copier/coller et diffusez tout ou partie de ce constat dîment référencé. H.G.

Personne ne sait combien de personnes les vaccins tuent – ​​ou combien ils tueront.

Mais bien que je n’aie pas vu les médias grand public mentionner la plupart de ces décès, des gens sont déjà morts ou ont été blessés après avoir reçu le vaccin.

Par le Dr Vernon Coleman

CHOQUANT – Les derniers décès et blessures/EIM  de covid jab du VAERS (des nourrissons, des adolescents et des jeunes adultes meurent après le vaccin)

données openvaers.com covid (on estime que seulement 1% des événements indésirables du vaccin sont signalés)

Remarque : Le paragraphe suivant a maintenant été ajouté à l’impression des données d’analyse Pfizer du Royaume-Uni : « Un rapport d’un ADR (EIM en français : évènement indésirable de médicament) suspecté au programme Yellow Card ne signifie pas nécessairement qu’il a été causé par le vaccin… » À mon avis, c’est encore une autre tentative de détourner l’attention des problèmes bien réels liés aux vaccins. Nous notons que lorsque des patients décèdent 60 jours après un test covid positif, ils sont ajoutés aux chiffres de décès covid mais si quelqu’un venait à mourir 60 minutes après un vaccin covid, alors ce n’est qu’une coïncidence.

PFIZER (données britanniques) – Certaines des blessures/EIM  comprennent : les accidents vasculaires cérébraux, les crises cardiaques, les fausses couches, la paralysie de Bell, la septicémie, la paralysie, les troubles psychiatriques, la cécité, la surdité, le zona, l’alopécie et le covid-19. (Veuillez aider à sauver des vies et envoyer le lien pour l’impression de l’analyse des données Pfizer aux écoles et aux journaux locaux)

Remarque : Le paragraphe suivant a maintenant été ajouté à l’impression des données d’analyse d’AstraZeneca au Royaume-Uni : « Un rapport d’un EIM suspecté au programme Yellow Card ne signifie pas nécessairement qu’il a été causé par le vaccin… » À mon avis, c’est encore un autre tentative de détourner l’attention des problèmes bien réels liés aux vaccins. Nous notons que lorsque des patients décèdent 60 jours après un test covid positif, ils sont ajoutés aux chiffres de décès covid mais si quelqu’un venait à mourir 60 minutes après un vaccin covid, alors ce n’est qu’une coïncidence.

ASTRAZENECA (données britanniques) – Certaines des nombreuses blessures/EIM comprennent : la cécité, les accidents vasculaires cérébraux, les crises cardiaques, les fausses couches, la septicémie, la paralysie, la paralysie de Bell, la surdité, le zona, l’alopécie et le covid-19. (Veuillez aider à sauver des vies et envoyer le lien pour l’impression des données d’analyse d’AstraZeneca aux écoles et aux journaux locaux)

Base de données européenne des rapports sur les effets indésirables suspectés des médicaments :  Moderna ,  Pfizer-Biontech ,  AstraZeneca  et  Janssen .

  • Le député Derek Sloan a fait part de ses inquiétudes concernant la censure des médecins et des scientifiques sur le vaccin covid-19 ( vidéo – bitchute )
  • Moderna commence les premiers essais humains pour le vaccin contre la grippe basés sur la nouvelle technologie d’ARNm utilisée pour fabriquer le vaccin covid-19 de l’entreprise ( article – Daily Mail )
  • Ce qui suit est le projet de liste de travail de la FDA sur les effets secondaires possibles du vaccin contre le covid (voir page 16 du document). Cela a été publié en octobre 2020 AVANT le début du déploiement du jab.

 

Remarque importante :
des articles de presse ont signalé que le vaccin AstraZeneca provoquait des caillots sanguins. C’est vrai, mais TOUS les vaccins expérimentaux provoquent également des caillots. Il y a eu de nombreux décès, avec plus de 1000 rien qu’au Royaume-Uni, et un grand nombre d’événements indésirables. Il est important de se rappeler que ces vaccins expérimentaux qui sont administrés à des personnes en bonne santé n’empêchent pas la covid-19 ni n’empêchent sa transmission, et le risque qu’un jeune adulte en bonne santé meure de covid-19 est extrêmement faible.

Ce ne sont là que quelques-uns des décès et des blessures/EIM  possibles qui ont suivi la vaccination.

Je n’ai aucun doute que les autorités prétendront que ces décès étaient une coïncidence.

Et rappelons-nous si un patient décède dans les 28 jours après avoir été testé positif pour le coronavirus (et le test ne signifie pas que le patient a même la maladie puisque la plupart des tests sont de faux positifs), alors le décès sera répertorié comme un covid-19 mort et on dira que le patient est décédé « avec » covid-19. Donc, de la même manière, il est parfaitement raisonnable de dire que si un patient décède ou tombe malade dans les 28 jours suivant sa vaccination, le décès ou la maladie était lié au vaccin contre le covid-19.

Les médias grand public commenceront-ils un jour à enregistrer ces décès ou maladies ? Ou les journalistes vont-ils continuer à promouvoir la ligne officielle du gouvernement – ​​et à nier, déformer ou supprimer la vérité ?

Combien de personnes doivent mourir avant que les médias ne se réveillent ?

 

Décès peu de temps après Covid Jab – Encore une autre coïncidence

Other Important Covid Vaccine Information

 

Les athlètes et le vaccin Covid

Est-ce le covid jab qui a causé la mort et les blessures/EIM  des sportifs suivants ? Il est évidemment rare que de jeunes athlètes en super forme développent soudainement des problèmes cardiaques, surtout lorsque beaucoup d’entre eux auraient subi des examens médicaux approfondis au cours de leur carrière.

  • Avi Barot, 29 ans, joueur de cricket de Saurashtra fait un arrêt cardiaque, décède :
  • Abou Ali, 22 ans , footballeur professionnel s’effondre sur le terrain pendant le match :
  • Fabrice NSakala, 31 ans , défenseur de Besiktas s’effondre sur le terrain pendant le match :
  • Jens De Smet, 27 ans, footballeur s’effondre sur le terrain, décède d’une crise cardiaque :
  • Jente van Genechten, 25 ans , footballeur s’effondre sur le terrain à cause d’une crise cardiaque :
  • Frédéric Lartillot , footballeur français s’effondre dans un vestiaire, décède des suites d’une crise cardiaque après match :
  • Benjamin Taft, 31 ans, footballeur allemand s’effondre après un match, décède des suites d’une crise cardiaque :
  • Rune Coghe, 18 ans , footballeur belge victime d’un arrêt cardiaque sur le terrain :
  • Helen Edwards , arbitre retirée du court lors des qualifications pour la Coupe du monde en raison de problèmes cardiaques :
  • Dimitri Lienard, 33 ans , milieu de terrain du FC Strasbourg s’effondre pendant le match :
  • Sergio Aguero, 33 ans , l’attaquant vedette de Barecelona admis à l’hôpital pour un examen cardiaque après le match :
  • Emil Palsson, 28 ans, le milieu de terrain de Sognal s’effondre en raison d’un arrêt cardiaque pendant le match :
  • Antoine Méchin, 31 ans , triathlète français est victime d’une embolie pulmonaire suite à Moderna :
  • Luis Ojeda, 20 ans , footballeur argentin, est décédé subitement :
  • Greg Luyssen, 22 ans , cycliste professionnel belge met fin à sa carrière à cause de problèmes cardiaques :
  • Pedro Obiang, 29 ans , ex-star de West Ham souffre d’une myocardite après le vaccin :
  • Cienna Knowles, 19 ans , star équestre hospitalisée en raison de caillots sanguins :
  • Un footballeur de 17 ans meurt en s’effondrant sur le terrain contre Boston United (Dylan Rich)
  • Un footballeur décède à 29 ans après avoir subi une crise cardiaque lors d’un match en l’honneur de son frère décédé

Vaccin Covid-19 – Effets secondaires possibles du vaccin

Les pro-vaccins aiment vous dire que les vaccins sont parfaitement sûrs et parfaitement efficaces. Même lorsqu’ils ne seraient pas considérés comme suffisamment sûrs pour être utilisés comme nettoyant pour le four, les fanatiques s’enthousiasment pour eux. Les jeunes et ceux qui connaissent peu la médecine ou la science parlent des vaccins avec révérence parce qu’ils ont été endoctrinés à croire aux mensonges pro-vaccins.

Et les pro-vaxxers mentent, bien sûr.

Les vaccins causent beaucoup de maladies et pas mal de décès et ils ne font pas toujours ce qu’ils sont censés faire. Les gouvernements du monde entier ont versé plusieurs milliards de dollars à des patients qui sont tombés malades à cause des vaccins – ou aux proches de patients qui ont été tués par un vaccin.

Il y a, par exemple, de sérieux doutes sur ce que fait réellement le vaccin contre le covid-19. Étant donné que le vaccin est un nouveau type de vaccin et qu’il est administré avant que les tests et les observations habituels ne soient terminés, personne ne sait ce qui arrivera aux personnes à qui le produit sera injecté dans un bras.

Quels seront les effets secondaires ? Combien mourront ?

Eh bien, je ne sais pas et personne d’autre non plus.

Que se passe-t-il si une femme est enceinte lorsqu’elle reçoit le vaccin ou tombe enceinte après avoir reçu le vaccin ? Le vaccin n’est pas censé être administré aux femmes enceintes, mais toutes les grossesses ne sont pas planifiées.

Le vaccin interférera-t-il avec les médicaments essentiels qui sauvent des vies ? De nombreux patients âgés prennent déjà un certain nombre de médicaments prescrits. Le vaccin interférera-t-il avec eux? Personne ne sait. Le vaccin contre le covid-19 est la plus grande expérience de l’histoire. Et, contrairement à un essai clinique approprié, il est en grande partie non réglementé. Comme pour tous les vaccins, la plupart des problèmes qui surviennent ne seront jamais signalés ou reconnus.

On estime qu’aux États-Unis, seulement 1 effet secondaire sur 100 des vaccins est signalé.

Le meilleur que nous ayons est une liste de travail des effets indésirables possibles que la FDA a publiée aux États-Unis. ( Voici le lien vers le projet de liste de travail )

Puisque je crois que tout le monde a le droit de savoir quels effets secondaires il pourrait y avoir avec un vaccin fortement promu, je vais vous lire la liste officielle des effets secondaires possibles. Il ne s’agit, rappelez-vous, pas de ma liste, mais d’un projet de liste compilé par la FDA – la Food and Drug Administration aux États-Unis.

  • Le syndrome de Guillain Barre
  • Encéphalomyélite aiguë disséminée
  • Myélite transverse
  • Encéphalite
  • Myélite
  • Encéphalomyélite
  • Méningo-encéphalite
  • Méningite
  • Encéphalopathie
  • Convulsions
  • Saisies
  • Accident vasculaire cérébral
  • Narcolepsie
  • Cataplexie
  • Anaphylaxie
  • Infarctus aigu du myocarde (crise cardiaque)
  • Myocardite
  • péricardite
  • Maladie auto-immune
  • Décès
  • Grossesse, issue de la naissance
  • Autres maladies démyélinisantes aiguës
  • Réactions allergiques non anaphylactiques
  • Thromocytopénie
  • Coagulation intravasculaire disséminée
  • Thromboembolie veineuse
  • Arthrite
  • Arthralgie
  • Douleur articulaire
  • maladie de Kawasaki
  • Syndrome inflammatoire multisystémique chez l’enfant
  • Maladie renforcée par le vaccin

Vous n’allez pas nécessairement les recevoir tous ou même aucun d’entre eux si vous avez le vaccin. Mais ce sont les effets secondaires possibles que la FDA a répertoriés. Ils sont tous désagréables, la plupart très sérieux et on ne peut pas être plus sérieux que la mort.

Et si vous êtes assez fou pour recevoir le vaccin, vous et votre médecin devriez surveiller les symptômes de toutes les maladies figurant sur la liste de la FDA.

Votre gouvernement ne vous parlera pas de ces dangers – ils ne croient pas au consentement pleinement éclairé en ce qui concerne les vaccins.

En effet, la plupart des gouvernements font désormais tout ce qu’ils peuvent pour s’assurer que toutes les critiques des vaccins sont interdites. Selon l’endroit où vous vivez, il est, ou sera bientôt, illégal de mentionner que les vaccins pourraient ne pas toujours fonctionner ou vous rendre malade.

Enfin, si votre gouvernement se souciait vraiment de vous, il mènerait un procès très simple et bon marché.

Ils garderaient une note de tous les problèmes de santé affectant 20 000 patients qui avaient reçu le vaccin et compareraient cette liste avec une liste de tous les problèmes de santé affectant 20 000 patients qui n’avaient pas reçu le vaccin au cours de la même période. Ils font les comparaisons tous les 3, 6 et 12 mois.

Bien sûr, ils devraient trouver des médecins honnêtes pour superviser l’essai, car ce serait très facile à manipuler.

Mais cela donnerait des résultats très intéressants donc je doute qu’ils le fassent.

Veuillez partager cet article avec tous ceux que vous connaissez.


N’OUBLIEZ PAS DE VISITEZ  LA BOUTIQUE EN LIGNE DE VOTRE SITE WEB FAVORI AFIN DE GARDER EN VIE LE DROIT À UNE LIBRE OPINION

Sur ce lien : Vintage par Michel

 

 

 

 

Le Génocide Programmé du COVID-19:Le « doux » silence des agneaux

Mes lecteurs fidèles l’auront remarqué, je n’écris plus guère ces temps-ci, lassé par le cruel constat que c’est parfaitement vain.   Pas que j’aurais eu tort, non, mais simplement que même la réalité observable aujourd’hui cède le pas à une hyperréalité anxiogène entretenue par le pouvoir et ses chiens de garde médiatique.
Cette hyperréalité, créée de toutes pièces aux fins de propagande vise à maintenir, par le moyen de violence psychologique, d’injonctions paradoxales et de lois iniques la population dans un état de prostration résignée, terrorisée par une « pandémie » qui n’a jamais existé.

On le sait maintenant, les chiffres sont là, ce virus n’a pas tué plus qu’une grippe, et aujourd’hui moins que jamais.   On ne vend plus du rêve, désormais, mais du cauchemar.  On sait qu’au plus fort de la crise, seuls 2% des personnes hospitalisées en France l’étaient en raison du covid, c’est officiel, et pourtant la comédie continue comme si de rien n’était, et une majorité de la population a été réduite à l’état de serpillères dociles et stupides1.  

L’histoire s’accélère et nous basculons de plus en plus vite dans un monde totalitaire, glaçant, dans l’indifférence générale.  Samedi 20 novembre, lors de manifestations anti pass sanitaire à Rotterdam, les forces de l’ordre ont tiré à balles réelles sur des manifestants désarmés et en ont mis au moins trois sur le carreau.  Avez-vous seulement entendu un seul pays s’offusquer contre ces méthodes dignes des pires dictatures?  Non, pas un mot…  Mais il y a nettement plus grave encore, ceci n’a pas suscité la moindre indignation dans la population, ils acceptent ces dérives comme si elles étaient désormais tolérables, voire normales.

Dans le même temps, l’Autriche avait instauré, le 15 novembre dernier, l’apartheid sanitaire, en reconfinant les non-vaccinés, ce qui n’a absolument aucun sens, sauf à penser qu’il ne s’agit aucunement de politique sanitaire.  Aujourd’hui, ils vont plus loin, et ont reconfiné l’ensemble de la population et ont annoncé la vaccination obligatoire pour le 1er février.

En Australie, les autorités en sont à envoyer la police et l’armée pour faire appliquer le confinement à Katherine (territoires du Nord), officiellement pour « aider les gens à se faire tester ».  Apparemment, au pays des kangourous, ça prend deux bidasses pour faire retrouver aux sauvages du cru le chemin du dispensaire, sont-ils évaporés!

 

Ce qui m’inquiète n’est pas tant les agissements des psychopathes qui nous gouvernent que l’apathie de la population.   Attendez-vous, dans les semaines qui viennent, à une banalisation des tirs à balles réelles sur tout ce qui oserait manifester un peu résolument contre l’instauration du pass sanitaire qui se transformera bien vite en obligation vaccinale, puis en dictature féroce.

Les ténèbres s’en viennent, et nos libertés s’en vont doucement, sur la pointe des pieds, suivant ainsi la raison qui a depuis longtemps déserté ce banquet d’ivrognes.  Enivrés de la croyance illusoire que d’être le serviteur le plus zélé, au prix d’abdiquer jusqu’à sa moindre dignité d’homme, suffirait à leur garantir les bonnes grâces de leur maître.  Pauvres fous qui ne voient pas qu’ils sont les instruments de leur propre déchéance.

 [1] Stupide : (litt.) Frappé de stupeur, paralysé par l’étonnement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


APPUYEZ VOTRE SITE WEB FAVORI EN VISIOTANT  SA BOUTIQUE EN LIGNE POUR DE BEAUX CADEAUX:

Sur ce lien: Vintage par Michel

 

 

 

 

 

La Criminelle Arnaque du COVID-19:L’Autriche déclare la guerre aux non-vaccinés quelques jours seulement après la visite de Soros

Le chancelier autrichien Schallenberg a été le dernier dirigeant autrichien à accueillir chaleureusement un membre de la famille Soros. La famille Soros a toujours apprécié de se rendre en Autriche et de serrer la main des principaux responsables politiques du SPÖ et de l’ÖVP – et plus particulièrement, ces jours-ci, de ceux qui sont chargés de la politique vaccinale.

Alexander, le fils de George Soros, dirige aujourd’hui la Fondation Open Society. Il a récemment rencontré le chancelier autrichien Alexander Schallenberg (ÖVP) et le nouveau ministre des affaires étrangères Michael Linhart (ÖVP).

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces dernières années, la famille Soros a compté parmi ses amis spéciaux l’ex-chancelier fédéral Christian Kern (SPÖ), l’ex-chancelier fédéral Sebastian Kurz (ÖVP), l’ex-maire de la ville de Vienne Michael Häupl (SPÖ) et, enfin, le maire en exercice de Vienne Michael Ludwig (SPÖ). Ce dernier a même remis à George Soros la médaille d’or de l’Ordre du Mérite pour services rendus à l’État de Vienne en 2019.

Le 8 novembre, Alexander Soros a rencontré le chancelier fédéral et selon Soros Junior, sur son profil Twitter, les deux hommes ont discuté de la détérioration de la situation dans les Balkans occidentaux et de l’avenir de l’UEC – l’Université d’Europe centrale.

En 2017- après que la Hongrie a banni l’UEC de Soros du pays en raison de ses constantes intentions de déstabilisation (il a déjà plongé plusieurs États dans des crises profondes et en a souvent profité économiquement) – l’ex-chancelier Christian Kern (SPÖ) a plaidé pour la relocalisation de l’UEC à Vienne.

Le contrat a été conclu avec l’ex-maire Michael Häupl. Aux frais des contribuables, l’hôpital Otto Wagner a également été reconstruit à cette fin. Les universitaires de Soros ont désormais accès à une université privée luxueuse et coûteuse à Vienne.

 

 

 

 

 

L’ex-chancelier Sebastian Kurz et patron de l’ÖVP, ne communique plus depuis quelque temps qu’en anglais sur Twitter, peu importe si le public autrichien y comprend quoi que ce soit ou non. Il a été « formidable » de « reprendre contact » avec son « ami de longue date » Alexander Soros. D’après les images de la rencontre, les deux hommes se sont rencontrés dans une chambre d’hôtel confortable. Les Autrichiens doivent se demander pourquoi leur « vie académique » sera désormais en anglais, d’autant plus que leur propre langue leur a déjà bien servi pendant plusieurs siècles.

Si les Autrichiens ne savent pas grand-chose de leur nouveau ministre des affaires étrangères, Michael Linhart (ÖVP), celui-ci connaît bien Alexander Soros. Il est « bon » de rencontrer le nouveau ministre autrichien des Affaires étrangères, a expliqué Alex Soros sur Instagram.

Un mauvais timing pour un nouveau confinement ?

Quelques jours seulement après cette visite prétendument destinée à discuter de « questions frontalières », le gouvernement autrichien a annoncé son intention d’appliquer un confinement strict aux 3,1 millions d’Autrichiens qui ne sont pas entièrement vaccinés. Le chancelier Alexander Schallenberg s’est plaint du taux de vaccination « honteusement bas ». Le Covid-19 est en effet devenu la pandémie des coïncidences.

« Selon le plan progressif, nous n’avons en fait que quelques jours avant de devoir introduire le verrouillage pour les personnes non vaccinées », a annoncé M. Schallenberg lors d’une conférence de presse jeudi. Ces restrictions signifient « qu’on ne peut pas quitter son domicile, sauf pour aller travailler, faire des courses (pour les produits de première nécessité), se dégourdir les jambes – à savoir exactement ce que nous avons tous dû subir en 2020. »

Mais l’Autriche a un taux de vaccination plus élevé que celui des États-Unis. « Avec un taux de vaccination de 62,7 %, l’Autriche a non seulement un taux plus élevé que les États-Unis, mais la plupart de la population a été vaccinée relativement récemment, ce qui devrait donner à ces personnes une meilleure protection. Pourtant, le pays connaît l’épidémie la plus prolifique de son histoire, comme nous le constatons dans le monde entier, avec une relation inverse quasi parfaite entre les taux de vaccination et les taux de cas de Covid« , note Daniel Horowitz.

Mais au lieu de remettre en cause la vaccination, les dirigeants autrichiens redoublent d’efforts.

À partir de lundi, le gouvernement de Haute-Autriche prévoit un confinement pour les personnes non vaccinées, y compris celles qui ne sont que partiellement vaccinées. Le gouverneur de Haute-Autriche, Thomas Stelzer (ÖVP), a qualifié la situation de « dramatique ».

Le ministre de la Santé, Wolfgang Mückstein (Verts), a également demandé le confinement des personnes non vaccinées en Haute-Autriche. Les déclarations de la ministre du Tourisme Elisabeth Köstinger (ÖVP) sont également claires et parlent d’un verrouillage des personnes non vaccinées : « Le temps de la solidarité avec ceux qui ne veulent pas se faire vacciner pour des raisons futiles est révolu. Nous ne pouvons pas et les personnes vaccinées ne vont pas renoncer à leurs libertés parce qu’une minorité refuse systématiquement et sans raison médicale les mesures de protection et les vaccinations. Ce serait injuste et manquerait également de solidarité avec tous les autres. »

Les piqûres expérimentales enfreignent le code de Nuremberg

Ces dernières semaines, le président du FPÖ, Herbert Kickl, s’est montré de plus en plus critique à l’égard des mesures Corona, notamment en ce qui concerne le confinement des personnes non vaccinées. Michael Schnedlitz, membre du FPÖ, a même appelé à un soulèvement contre les mesures prévues dans une vidéo. Sous le slogan « Bienvenue dans la dictature », il s’oppose aux restrictions et qualifie le gouvernement de dictatorial. La vaccination reste un choix personnel, a-t-il déclaré.

Les détracteurs de la politique de vaccination obligatoire du gouvernement affirment régulièrement qu’elle viole le code de Nuremberg. En août 1947, le tribunal militaire américain a énuméré dix points dans son jugement sur les médecins nazis allemands, dans la section intitulée « Tentatives médicales autorisées », qui sera plus tard connue sous le nom de « Code de Nuremberg ».

Alors que les partisans de la politique de vaccination affirment que les vaccins sont des préparations approuvées et qu’il ne s’agit donc pas d’une expérience, les critiques ont souligné que même le futur chancelier allemand Olaf Scholz ou des virologues pro-gouvernementaux comme Alexander Kekulé ont parlé d’une « expérience » mondiale.

 


EN COMPLÉMENTAIRE

« Le gouvernement autrichien manipule les mots pour reconfiner » selon le Dr Christian Fiala

Au moment même où se déroulait une manifestation devant l’ambassade d’Autriche à Paris, jeudi 18 novembre, notre invité était le Dr Christian Fiala, vice-président de MFG-Österreich (Menschen Freiheit Grundrechte). Ce nouveau parti politique autrichien vient d’obtenir plus de 6 % des voix et de faire élire des représentants au Parlement régional en Haute-Autriche.

Médecin généraliste et obstétricien, Christian Fiala détient un doctorat de la Karolinska en Suède, en méthodologie de travaux scientifiques dans le domaine médical. Pour lui, il n’existe aucune justification médicale ou scientifique pour les mesures prises par les différents gouvernements occidentaux, telles que le confinement des non-vaccinés ou le premier confinement. Tout ce qui a été fait – masques, distanciation sociale, campagnes de vaccination – est délétère et il faut y mettre fin tout de suite.

Dr Christian Fiala

Le but inavoué serait de diviser la société : « la monarchie, les dictatures doivent nécessairement diviser la société. La « crise » est un prétexte pour soumettre la population à une vie digitalisée », dont les livreurs à bicyclette des plateformes digitales, les nouveaux esclaves, sont l’emblème.

Diplômé en médecine tropicale de l’IFRSS Houphouët Boigny Marseille, il a 30 ans d’expérience clinique, et a exercé en Guadeloupe, en Afrique et en Asie avant d’ouvrir son cabinet à Vienne. Selon Christian Fiala, il n’y a plus de « crise sanitaire » et tout ce dispositif liberticide n’a rien à voir avec la santé publique. C’est par la seule propagande que l’on a créé de toutes pièces une « crise”.

Qui plus est, le Covid-19 est désormais une maladie rare en Autriche. La prévalence de tests positifs est désormais dix fois moindre qu’il y a un an. Pour arriver à faire peur, on pratique en novembre 2021 un nombre inouï de tests (jusqu’à 440 000 par jour pour une population d’environ 9 millions d’habitants), entre 10 et 20 plus de tests qu’en novembre 2020, ce qui permet de présenter des chiffres absolus et d’arriver à 10 à 15 000 tests « positifs ».

Quant aux unités de soins intensifs, elles sont tout sauf surchargées – entre 30 et 36 % des lits sont libres ; pour voiler cette réalité, le gouvernement ne souhaite plus publier les statistiques journalières de l’AGES (Agence pour la sécurité sanitaire et alimentaire).

Pour le Dr Fiala, les gouvernements devraient arrêter de s’immiscer dans une affaire aussi personnelle que la santé. Si la santé publique était vraiment leur souci, il y a belle lurette que l’on aurait interdit la cigarette. Or, dans l’affaire Covid-19, il y a des arrière-pensées que l’on comprendra mieux en suivant les flux d’argent. Pourquoi ces mesures telles le confinement, qui ne peuvent que ruiner les PME et qui sont de fait une campagne en faveur des GAFAM ? Pourquoi les autorités ne parlent-ils que d’un virus depuis 18 mois plutôt que de l’intérêt fondamental des populations, de leurs besoins ?

Au sujet des nouvelles injections, le Dr Fiala revient sur son article publié dans France Soir « Friendly Fire ». Dès qu’il a entendu parler de ces produits, il s’est posé les mêmes questions qu’il se poserait concernant tout traitement ou acte médical qu’il pourrait proposer à ses patients. Il est arrivé à la conclusion que la nouvelle plateforme technologique utilisée par les fabricants pour ces injections est programmée pour déclencher un processus d’autodestruction de nos cellules qui, porteuses désormais de la protéine Spike, seront attaquées comme corps étranger.

« Ce n’est pas compatible avec la vie », dit-il, en donnant l’exemple de l’impact de la troisième dose en Israël, où la mortalité des anciens repart en flèche depuis le mois d’août. Il faut s’attendre au même phénomène partout et à une explosion d’effets secondaires.

Allant plus loin, le Dr Fiala considère qu’il est permis de s’interroger sur les motifs qui ont poussé les autorités politiques à sciemment choisir d’imposer une technologie « vaccinale » dont l’effet primaire – et il souligne que c’est bien l’effet primaire et non secondaire – est l’autodestruction des cellules du corps, plutôt que d’opter pour une ancienne technologie de virus désactivé. « C’est comme si à l’armée, pour s’entraîner, on s’amusait à tirer sur nos propres soldats » pour voir si nous savons faire.

Christian Fiala s’interroge aussi sur l’état d’esprit des peuples européens face à leur intégrité physique : si les autorités avaient cherché à vendre des voitures utilisant les méthodes coercitives mises en œuvre actuellement pour « vendre » ces injections, personne n’en aurait acheté, car ils auraient compris qu’il y a anguille sous roche.

Avec près de 6 % des voix le 25 septembre en Haute-Autriche, le phénomène électoral qu’est devenu MFG-Österreich en quelques petites semaines est indépendant, dit-il, de questions de financement : il estime que MFG aurait obtenu 10% des voix s’ils avaient eu quelques semaines de plus pour faire campagne. L’exemple des Gilets jaunes en France a été une inspiration pour nombre d’électeurs MFG, qui disent « jamais je n’aurais pensé faire de la politique » ; ces gens paient le prix très lourd de toutes ces mesures et ont compris qu’il faut un changement profond dans la société. Il espère qu’il y aura très rapidement des élections anticipées, ce qui est tout à fait possible, car le gouvernement de Von Schallenberg est très faible.

Quant à la transformation temporaire, cet été, de la Cathédrale Saint-Etienne à Vienne, symbole de l’Autriche, en vaccinodrome, avec la bénédiction des hauts dignitaires ecclésiastiques, le Dr Fiala regrette que l’Église catholique en Autriche se soit toujours rangée du côté de la monarchie pour laquelle elle a bien voulu contrôler la population. Elle a su s’arranger plus ou moins avec le NSDAP après l’annexion de l’Autriche par Hitler – quoique certains religieux se distinguent en ce moment par leur opposition aux mesures liberticides.

Ce n’est donc pas là qu’il faille chercher le salut. Pour le Dr Fiala, la « crise » est un prétexte pour soumettre la population à une vie digitalisée qui sera une vie d’esclave. Il nous faut revenir à une vie analogue ; l’homme est une créature de l’analogue. Il lui faut parler avec les autres, les toucher, les voir dans la vraie vie. Pour l’instant, les gens s’imaginent encore que le digital est positif.

Parole d’obstétricien dans la mission est de mettre au monde nos semblables : « arrêtons d’imaginer que c’est en jouant avec des gadgets électroniques que l’on arrêtera le fascisme et revenons à la vie réelle. »


FAITES UNE PIERRE DEUX COUPS EN VISITANT NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE ET EN CHOISISSANT UN CADEAU POUR NOËL » » »VOUS NOUS PERMETTREZ DE NOUS AMÉLIORER:

Sur ce lien:Vintage par Michel

 

 

 

 

 

Dictature totalitaire sanitaire:Une histoire d’horreur australienne

Le Premier ministre de l’État australien de Victoria, Daniel Andrews, vient de déposer au parlement une loi qui est peut-être la plus monstrueuse jamais introduite dans un pays qui se dit démocratique. Fondamentalement, cela donne à Andrews le pouvoir de faire ce qu’il veut et quand il le veut. Il a transformé Victoria en un État policier depuis un an et demi, mais derrière son visage fade et ses manières sérieuses, la législation le considère ouvertement comme un psychopathe totalitaire.

Dan Andrews

 

Voici quelques-uns des points saillants du projet de loi 2021 sur la santé publique et le bien-être (gestion de la pandémie). Continuez à lire et soyez étonné que cela puisse réellement se produire en Australie, le pays décontracté et heureux des plages, du soleil, de la bière et des « crevettes sur le barby ». .
La législation permet à Andrews de déclarer une pandémie même s’il n’y en a pas. Il n’a qu’à penser qu’il pourrait y en avoir un. Cette combinaison de commissaire et de gauleiter prend le contrôle personnel complet de l’État et de son peuple. Il peut fermer des parties de l’État ou l’ensemble de l’État et empêcher les gens d’entrer ou de sortir en tout ou en partie. Il peut prolonger les fermetures sans limite.
L’application de la loi reposera entre les mains de la police et des « agents autorisés ». Les personnes peuvent être détenues pendant deux ans et devront payer le coût de leur propre détention dans l’immense camp d’internement qui a été construit à Mickleham, dans la périphérie de Melbourne [1]. La législation autorise la police à recourir à la « force raisonnable » pour aider un « agent autorisé » lorsqu’il/elle les détient.

camp de Mickleham

 

Le camp de Mickleham est capable d’accueillir des milliers de personnes. Les victimes probables dans ce goulag australien seront la minorité qui a refusé la vaccination soit sur la base de son droit humain de rejeter une intervention médicale qu’elle ne souhaite pas, soit à cause des dangers connus pour la santé des vaccins proposés, connus d’eux mais soigneusement cachés à la connaissance du public par les médias. Maltraités par les politiciens et les commentateurs des médias, exclus de nombreuses activités normales de la vie quotidienne, ils sont déjà devenus des parias sociaux dont ceux qui obéissent aux ordres (les mougeons, moitié moutons moitié pigeons) sans poser de questions penseront sans aucun doute qu’ils mériteront d’être enfermés dans ce goulag australien.
La législation prévoit un système de points pour punir les mauvais comportements. Les individus et les propriétaires d’entreprise qui n’obéissent pas à un agent autorisé perdront des points et plus de points si l’infraction est considérée comme aggravée. Ce qu’Andrews a fait ici, c’est d’insérer dans la législation le début d’un système de crédit social de plein contrôle de l’État sur la vie de l’individu.
Les personnes peuvent être détenues sur la base de leurs caractéristiques, attributs et circonstances évalués par un agent autorisé. Cette clause extraordinaire n’a sûrement aucun lien de parenté avec n’importe quelle législation d’un pays qui se considère comme démocratique. Il semblerait permettre la détention de n’importe qui pour n’importe quelle raison.
Les personnes détenues peuvent être tenues de se soumettre à des tests médicaux et leur détention peut être prolongée si elles refusent de l’accepter. S’ils ne peuvent pas payer le coût de leur détention, quelle que soit sa durée, ils seront condamnés à une amende. Tous les oukases peuvent être prolongées ou modifiées sans limite par
Andrews ou son ministre de la Santé. La police peut pénétrer dans vos locaux sans mandat. Des informations peuvent être extraites des personnes qui ont été détenues, pas seulement les noms et adresses, mais « toute autre information » qu’un agent autorisé pourrait souhaiter. Comment cela pourrait être fait si la personne détenue ne veut pas donner cette information n’est pas expliqué. Les réunions publiques et privées peuvent être interdites et les entreprises fermées par simple décision d’un agent .
Daniel Andrews a passé les deux dernières années à transformer Victoria en un État policier. Les dégâts qu’il a causés ont été colossaux au niveau économique, social et même médical. Des milliers d’entreprises ont été ruinées et l’État s’est endetté (de 29 milliards de dollars en 2019 à environ 155 milliards de dollars en 2023/24). Les problèmes de santé mentale ont grimpé en flèche à cause des deux ans de confinement et beaucoup ont été empêchés de recevoir les traitements médicaux dont ils ont besoin en raison de l’accent mis sur « le virus » [2]. En 2020, plus de 650 personnes sont décédées dans des maisons de retraite. Les enquêtes officielles ont pointé du doigt les gouvernements fédéral et étatique et la gestion des foyers pour négligence et/ou mauvaise administration. Sur les 915 personnes décédées du./avec le virus de janvier 2020 à juillet 2021, 820 se trouvaient à Victoria.
Le bilan est pourtant choquant grâce en grande partie à la complicité des médias et à l’ignorance et l’indifférence d’une population paniquée/terrorisée. Andrews n’a jamais été tenu pour responsable, le radiodiffuseur national, l’ABC (Australian Broadcasting Commission) et le journal de Melbourne the ‘Age ‘ sont particulièrement coupables. Ils ont mené la campagne de propagande d’Andrews , supprimant toutes les informations qui entravent «l’hésitation à la vaccination», des lacunes du test PCR aux dizaines de milliers de décès post-vaccination en Europe, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Des centaines de personnes sont déjà mortes en Australie, mais ceci n’est pas à discuter. L’efficacité limitée des vaccins ne l’est pas non plus.
Au cours de l’année écoulée, le rédacteur en chef du « Age », Gay Alcorn, est allé jusqu’à supprimer 12 dessins animés dessinés par Michael Leunig, officiellement désignés comme un « trésor national vivant » pour son art et dessinant pour « Age » pour la moitié un siècle. Elle a suivi sa suppression de ses caricatures en le retirant complètement des pages d’actualités. Leunig a été une voix dissidente solitaire au milieu d’un torrent de propagande gouvernementale, mais même il a dû être réduit au silence. Leunig transforme le canon de l’arme en une seringue destinée à l’un de ses personnages généralement déconcertés. Les lecteurs d’Age étaient furieux et soutenaient la censure, mais cette législation montre que les instincts de Leunig étaient à 100 pour cent exacts.
Cette législation permanente sur la pandémie détruit maintenant ce qui reste des droits de l’homme à Victoria. Le chef du Victorian Bar Council l’a comparé aux lois appliquées par le service de sécurité de l’État (STASI) dans l’ancienne Allemagne de l’Est. Il a dit que cela permettait une ingérence pratiquement illimitée dans les libertés civiles du peuple victorien, avec peu de consultation même. Un conseil des droits de l’homme sera mis en place, mais clairement à des fins cosmétiques car il n’a pas le pouvoir de retenir Andrews. Il n’y a eu aucun débat public, car rien n’était connu de la législation en dehors du gouvernement jusqu’à la veille de la présentation de ce document de 121 pages au parlement.
La loi est maintenant effectivement ce que Andrews dit qu’elle est. Les barrières pour l’arrêter sont très minces. Il a une majorité au parlement et une opposition faible, même les Verts et le Parti pour la protection des animaux ont soutenu cette législation, ayant sans aucun doute conclu une sorte d’accord avec Andrews.
Le gouvernement fédéral pourrait peut-être outrepasser la législation pour un certain nombre de motifs, mais son silence indique non seulement qu’il n’interviendra pas, mais que Victoria est peut-être en train d’être érigée en modèle pour ce qui doit arriver à travers le pays et ailleurs pour provoquer la dystopie « super réinitialisation. »
Grâce à Scott Morrison, le Premier ministre, l’Australie est fermée au monde depuis près de deux ans. Ses citoyens n’ont pas pu rentrer et ils doivent demander une
dispense de congé. Peu d’exemptions sont accordées. Leurs droits en vertu du droit international ont été complètement bafoués. Les dizaines de milliers de ressortissants australiens bloqués dans d’autres pays n’ont pas accès aux services gouvernementaux et les gouvernements étatiques et fédéraux et les médias sont indifférents à leur sort.
Les frontières des États restent fermées. avec des milliers de victoriens âgés qui avaient voyagé vers le nord pour échapper à l’hiver bloqués en Nouvelle-Galles du Sud pendant trois mois parce qu’Andrews a fermé la frontière en juillet avant de pouvoir l’atteindre. Comment ils survivaient dans leurs caravanes ou hôtels était leur problème. Andrews s’en fichait et les médias non plus.
Les députés qui ont refusé la vaccination ne peuvent pas entrer dans le bâtiment du parlement victorien, permettant à Andrews de vaincre de justesse une tentative d’ouvrir une enquête sur sa mauvaise gestion de la pandémie. Sur le front national. la vice-présidente de la Fair Work Commission a été suspendue de ses fonctions après avoir émis une opinion dissidente dans laquelle elle a qualifié la vaccination obligatoire de violation de l’éthique médicale et du droit international. Elle a reçu l’ordre de suivre une « formation professionnelle », une rééducation en d’autres termes, pour qu’elle ne répète pas son erreur, elle a tout à fait raison dans sa lecture de la loi. La vaccination obligatoire/contrainte viole également l’éthique de l’AMA (Association médicale australienne) mais elle a refusé de prendre position publiquement.
Il s’agit de l’Australie 2021, pas de l’Allemagne 1935/36. Ceux qui se moquent de la comparaison se trompent car l’essentiel est le même, Tout comme les Allemands de la classe moyenne, la majorité des Victoriens pourront profiter de la même vie confortable qu’avant tant qu’ils font ce qu’on leur dit, croient ce qu’ils sont informés et détournent le regard alors que la police entre par effraction dans les maisons et que le camp d’internement se remplit. Il faut espérer qu’un jour viendra où Andrews, la cabale qui l’entoure et tous ceux dans la vie publique qui ont trompé et trahi le peuple victorien, à commencer par Daniel Andrews, seront tenus responsables, de préférence devant un tribunal pénal.
Source : An Australian horror story
by Algora Blog


Commentaire de Paul Craig Roberts :

En Australie, la liberté civile a été exterminée. Le Premier ministre de l’État australien de Victoria, Daniel Andrews, a ressuscité le Troisième Reich avec des caractéristiques chinoises.
Cet article décrit l’Australie en 2021 en termes applicables à l’Allemagne nazie en 1936.
Ceci est important car le même sort pourrait nous attendre tous dans le monde occidental, un monde qui est en train de rendre l’âme rapidement.
À mon avis, la situation en Australie aujourd’hui est pire qu’en 1936 en Allemagne. En Allemagne, le gouvernement essayait de régler les problèmes réels causés par le Traité de Versailles et la corruption de la République de Weimar, alors qu’en Australie, aujourd’hui, la tyrannie est érigée sur la base d’un récit totalement faux. Source


NOTES

1-Australie : la police peut désormais pirater un appareil ou prendre le contrôle de vos comptes de médias sociaux

 

L’Australie vient d’adopter un projet de loi qui porte la surveillance gouvernementale à un haut niveau et qui autorise désormais la police à pirater votre appareil, mais aussi à recueillir, modifier ou supprimer vos données. De plus, la loi autorise également les forces de l’ordre à prendre le contrôle de vos comptes de médias sociaux lorsque vous êtes soupçonné dans le cadre d’une enquête. La nouvelle législation étend considérablement le pouvoir des organismes d’application de la loi pour identifier et de perturber les activités criminelles présumées en ligne grâce à la fourniture de trois nouveaux mandats.

 

L’Australie dote la police et les régulateurs de trois nouveaux pouvoirs

Au cours de ces dernières années, l’Australie a progressivement doté ses instances de régulation des marchés Internet et ses forces de l’ordre de grands pouvoirs de surveillance. Dès 2018, la Chambre australienne des représentants a adopté le projet de loi « Assistance and Access Bill ». Il s’agit d’un projet de loi anti chiffrement qui permet aux forces de police et de lutte contre la corruption du pays de demander, avant de le forcer, aux sociétés Internet, aux opérateurs télécoms, aux fournisseurs de messagerie ou à toute personne jugée nécessaire d’avoir accès au contenu auquel les agences souhaitent accéder.

 

Malgré les controverses qu’a suscitées ce projet de loi, d’autres législations visant à casser le chiffrement des plateformes en ligne ont été adoptées par la suite. Mardi, le pays a passé un autre cap en adoptant un projet de loi sur la surveillance d’une ampleur sans précédent, plus osé que toute législation similaire dans un autre pays de l’alliance Five Eyes. La nouvelle législation permet à la police de pirater votre appareil, de collecter ou de supprimer vos données et de prendre le contrôle de vos comptes de médias sociaux, sans garanties suffisantes pour empêcher les abus de ces nouveaux pouvoirs.

Le projet de loi 2020 portant modification de la législation sur la surveillance (Identify and Disrupt) confère à la police fédérale australienne (AFP) et à la Commission australienne du renseignement criminel (ACIC) trois nouveaux pouvoirs pour lutter contre la criminalité en ligne. Plus précisément, le premier de ces mandats est un mandat de perturbation des données, présenté comme un moyen d’empêcher « la poursuite de l’activité criminelle par les participants, et comme l’option la plus sûre et la plus rapide lorsque ces participants se trouvent dans des lieux inconnus ou agissent sous des identités anonymes ou fausses ».

Ce mandat donne aux policiers la possibilité de « perturber les données ]» en les modifiant, les copiant, les ajoutant ou les supprimant. Le non-respect de ce mandat peut entraîner une peine de 10 ans d’emprisonnement. Le deuxième mandat est relatif à l’activité d’un réseau qui permet à l’AFP et à l’ACIC de recueillir des renseignements sur des appareils ou des réseaux utilisés, ou susceptibles d’être utilisés, par les personnes visées par le mandat. Le dernier mandat permet aux agences de prendre le contrôle d’un compte en ligne dans le but de recueillir des informations pour une enquête. En somme, l’on a :

  • mandat de perturbation des données : donne à la police la possibilité de perturber les données des délinquants présumés en les modifiant, les copiant, les ajoutant ou les supprimant ;
  • mandat d’activité de réseau : permet à la police de recueillir des renseignements à partir d’appareils ou de réseaux utilisés, ou susceptibles d’être utilisés, par les personnes visées par le mandat ;
  • mandat de prise de contrôle de compte : permet à la police de prendre le contrôle d’un compte en ligne (par exemple, les médias sociaux) dans le but de recueillir des informations pour une enquête.

La loi est fortement critiquée par les défenseurs de la vie privée

La Chambre des représentants a adopté mardi le projet de loi, avec un total de 60 amendements, et si le parti travailliste a apporté son soutien à la législation en raison du fait que le document amendé est un « meilleur projet de loi », ce n’est pas le cas des Verts australiens. « Il n’est pas surprenant que les deux principaux partis soient complètement en phase l’un avec l’autre et nous mènent sur la voie d’un État de surveillance. Pire encore, le mandat relatif à la perturbation des données et à l’activité du réseau pourrait être délivré par un membre du tribunal d’appel administratif – vraiment ? », a déclaré la sénatrice des Verts Lidia Thorpe

« Il est scandaleux que ces mandats ne soient pas délivrés par un juge d’une cour supérieure », s’est-elle indignée. Elle a déclaré qu’il n’était pas clair que ces mandats étaient même nécessaires, notant que la loi n’identifie pas clairement une lacune dans les pouvoirs existants. « La portée des nouveaux pouvoirs est disproportionnée par rapport aux menaces de cybercriminalité grave et organisée auxquelles ils sont destinés. Il y a un manque de preuves justifiant la nécessité de mandats de cette nature, au-delà de ceux déjà disponibles », a déclaré la sénatrice, ajoutant que cela crée un dangereux précédent.

Thorpe a également rappelé qu’aucun autre pays de l’alliance Five Eyes n’a conféré à son agence d’application de la loi des pouvoirs que ce projet de loi va conférer. En outre, les entreprises sont tenues de se conformer à la loi. Lorsqu’un tel mandat leur est présenté par le tribunal d’appel administratif, les entreprises australiennes, les administrateurs de systèmes, etc. doivent s’y conformer et aider activement la police à modifier, ajouter, copier ou supprimer les données d’une personne faisant l’objet d’une enquête. Comme souligné plus haut, le refus d’obtempérer peut entraîner une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à dix ans.

Les politiciens justifient la nécessité de ce projet de loi en déclarant qu’il est destiné à lutter contre l’exploitation des enfants (CSAM) et le terrorisme. Mais le projet de loi lui-même permet aux forces de l’ordre d’enquêter sur toute « infraction grave du Commonwealth » ou « infraction grave de l’État qui a un aspect fédéral ». Selon les analystes, cette formulation permet en fait à la police d’enquêter sur toute infraction passible d’une peine d’emprisonnement d’au moins trois ans, y compris le terrorisme, le partage de contenus CSAM, la violence, les actes de piratage, les faillites et les violations de sociétés, et l’évasion fiscale.

« Ce projet de loi permet à l’AFP et à l’ACIC d’être à la fois juge, jury et bourreau », a déclaré Thorpe. En qui concerne les droits de l’homme, des analystes ont déclaré que le nouveau projet de loi australien sur la surveillance annonce la fin du respect des droits de l’homme en Australie. Pour l’avocat Angus Murray, président de l’équipe politique d’Electronic Frontiers Australia, les pouvoirs de piratage constituent un risque sérieux pour nos libertés civiles. Murray se montre prévenant quant aux abus de ce grand pouvoir accordé à la police et a déclaré qu’il pourrait arriver un moment où ce pouvoir serait utilisé contre la société.

Selon lui, la police pourrait mettre des images d’exploitation d’enfants sur votre ordinateur. Bien que ce genre de chose ne soit pas l’intention du projet de loi, il n’y a pas non plus de garanties significatives contre cela. Il a déclaré que la possibilité de pirater secrètement les ordinateurs des gens, de prendre le contrôle de leurs réseaux sociaux et de les espionner porte fondamentalement atteinte au droit à la vie privée. Murray a également prévenu : « la surveillance, c’est le pouvoir, et c’est une menace pour les sociétés libres et ouvertes ».

« Il s’agit désormais d’un régime en Australie où nous avons conféré le pouvoir aux organismes d’application de la loi de pirater les ordinateurs des Australiens, et potentiellement des personnes à l’étranger, et de prendre le contrôle de comptes et de modifier et supprimer les données sur ces comptes », a-t-il déclaré. « L’Australie n’a pas de droits consacrés par la constitution en matière de discours politique et d’autres droits de l’homme, mais si nous allons donner ces pouvoirs aux forces de l’ordre, cela devrait être vérifié et équilibré par un instrument des droits de l’homme au niveau fédéral », a-t-il ajouté.

Source : Le Parlement australien


SOUTENEZ VOTRE SITE WEB FAVORI EN VISITANT SA BOUTIQUE EN LIGNE…SEULE GARANTE DE NOTRE FINANCEMENT FACE À LA CENSURE:

Sur ce lien:Vintage par Michel

 

 

 

 

 

 

 

*Cette semaine je vous offre une magnifique pièce en argent de collection:

Sur ce lien: Dollar de Hong Kong 1911

Un dollar de commerce de Hong Kong de 1911 en argent