Le Québec sous la gérance du crime organisé:les coupes en santé visent à mieux privatiser les services

Selon Régine Laurent, plusieurs citoyens ont fait état de coupes de services très concrètes par l'intermédiaire de la ligne téléphonique de dénonciation en santé.
Selon Régine Laurent, plusieurs citoyens ont fait état de coupes de services très concrètes par l’intermédiaire de la ligne téléphonique de dénonciation en santé.

(Québec) L’annonce d’un nouveau cycle de coupes qui touchera particulièrement la santé l’an prochain ne fait que confirmer la volonté du gouvernement de tuer à petit feu le régime public pour mieux privatiser, croit la présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ), Régine Laurent.

«Le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, est là pour détruire le réseau public de santé et forcer ensuite le monde à aller dans le privé. On est vraiment dans une phase critique de rupture», a déploré Mme Laurent en entrevue au Soleil, jeudi, ajoutant que les coupes «pan par pan, pas à pas» allaient finir par mettre le réseau à terre.

La présidente de la FIQ réagissait à un article de La Presse révélant que le secteur de la santé allait encore écoper l’an prochain. Au ministère de la Santé, Québec réclame en tout 700 millions $ de compressions, dont 400 millions $ d’«efforts supplémentaires».

«Imaginez les impacts que ça va avoir dans le réseau de la santé. Les dégâts vont être épouvantables. On n’a même pas fini d’appliquer les dernières compressions dans le réseau et on connaît la situation. […] Il n’y aura pas seulement des impacts sur les services, mais aussi sur les soins», avertit Mme Laurent.

«Je ne suis pas la personne qui a le plus d’empathie envers les gestionnaires du réseau de la santé, mais là, je suis en train de devenir empathique parce que le personnel va hurler. Ils sont sur le terrain, eux. Pas M. Coiteux», ajoute la présidente de la FIQ.

Le gouvernement, dit-elle, peut bien «imposer des compressions et laisser ça entre les mains des gestionnaires du réseau, il doit quand même se rappeler que ce sont des humains qu’on soigne et que ce n’est pas comme si on pouvait couper une chaîne de montage pour 24 heures».

Selon Régine Laurent, plusieurs citoyens ont fait état de coupes de services très concrètes par l’intermédiaire de la ligne téléphonique de dénonciation en santé (1 844 FIQ-AIDE). 

«Dans un CHSLD ou en milieu de soins aigus, on va couper dans quoi? Les équipes ne suffisent déjà pas […]. Et les professionnels ont une responsabilité individuelle. Quand on confie plus de patients aux infirmières, par exemple, c’est leur responsabilité qui est engagée, en plus d’une charge mentale liée au fait qu’elles sont de moins en moins capables de répondre adéquatement aux besoins de leur groupe de patients. D’autres coupes, est-ce que ça va vouloir dire plus de patients qui vont devoir attendre de recevoir leurs calmants, à qui il faudra dire qu’on n’a pas le temps?» demande Mme Laurent.

À propos des négociations avec le gouvernement, la présidente de la FIQ est restée discrète. «On est retourné à la table parce que le gouvernement nous a dit qu’il était prêt à discuter de ce qui nous préoccupe vraiment. Ça vient de reprendre, on verra.» 

«Un trop petit pas» 

Régine Laurent estime par ailleurs que les nouveaux pouvoirs qui viennent d’être confiés aux infirmières sont un «petit pas» dans la bonne direction. «Peut-être que j’ai le bonheur trop gourmand, mais il y a une loi qui existe depuis plus d’une décennie [la loi 90 sur les ordonnances collectives] qui permettrait de faire une meilleure prise en charge des personnes atteintes de maladies chroniques, par exemple. J’ai hâte que ce soit appliqué dans le réseau», laisse tomber Mme Laurent.


Les frais accessoires ne sont  pas les «véritables priorités» pour Couillard

L'espion canado-saoudien,Philippe Couillard, irait directement en prison  en cas de prise du pouvoir  par un mouvement organisé de désobéissance civile.
L’espion canado-saoudien,Philippe Couillard, irait directement en prison en cas de prise du pouvoir par un mouvement organisé de désobéissance civile.

 

D’autre part,l’espion canado-saoudien Philippe Couillard qui nous sert en apparence  de premier-ministre, a dû défendre la décision de son gouvernement de légaliser les frais accessoires, jeudi,le 8 octobre 2015, pendant la période de questions,à l’Assemblé « dite » nationale . Au chef de l’opposition officielle, Pierre Karl Péladeau, qui lui demandait comment il pouvait affirmer «ne pas avoir 50 millions $ de plus pour les patients alors qu’il avait 4 milliards $ de plus pour les médecins», le premier ministre a répondu qu’il préférait investir ces 50 millions $ dans les «véritables priorités».

Qualifiant les frais accessoires d’«étape de plus vers une médecine libérale à deux vitesses, une pour les patients et une pour les médecins», le chef de l’opposition officielle a reproché au premier ministre, au ministre de la Santé et à leur ancien collègue, le Dr Yves Bolduc, d’avoir choisi «d’engloutir» près de 4 milliards $ pour augmenter le salaire des médecins.

«Le gouvernement de Pauline Marois a tenté de négocier un meilleur partage entre les patients et les médecins avec l’actuel ministre de la Santé, alors qu’il était président de la Fédération des médecins spécialistes. À ce moment, il le disait ouvertement, et je le cite, que « les frais accessoires, c’est une astuce pour payer tout le reste ». Ses refus répétés se sont soudainement expliqués quand il s’est porté candidat libéral. Est-ce que le premier ministre peut arrêter de gouverner pour les médecins et commencer à gouverner pour les patients?» a demandé M. Péladeau.

Ce à quoi Philippe Couillard a répondu qu’il y avait des choix à faire en santé et que l’argent devait être investi dans les véritables priorités, dont les personnes âgées et les personnes avec des problèmes de santé mentale. «Non pas que ce ne soit pas important, la question des frais accessoires, ça l’est, mais la décision prise de les baliser pour éviter les abus, c’est la bonne décision, et c’est d’ailleurs l’orientation que [le Parti québécois] proposait en campagne électorale. Quelle contradiction cynique!» a dit le premier ministre.

Pierre Karl Péladeau en a remis, reprochant au gouvernement Couillard de dire aux infirmières qu’il n’a pas le choix de geler leurs salaires et de retirer leurs primes de nuit alors que les médecins ont vu l’enveloppe de leur rémunération augmenter de 134 %. «Des gels pour les infirmières, des frais accessoires pour les patients, mais 134 % d’augmentation pour les médecins. Est-ce que le premier ministre peut nous dire ce qu’il attend pour rétablir l’équité pour l’ensemble de la population?»

Selon Philippe Couillard, son gouvernement agit justement avec équité «parce qu’il faut s’assurer que toutes les missions prioritaires de notre système de santé, particulièrement envers les personnes les plus vulnérables, fassent l’objet d’attention lorsqu’il y a des sommes d’argent neuf disponibles».

Bref on tourne de plus en plus en rond dans cette Assemblée « dite » Nationale qui  laisse de plus en plus entendre un dialogue de sourds.


Pour les frais en cliniques médicales,il ne  reste plus que  les tribunaux selon l’opposition de gauche

Diane Lamarre du PQ et Amir Khadir de QS.
Diane Lamarre du PQ et Amir Khadir de QS.

Les députés de l’opposition n’en reviennent pas de l’attitude «antidémocratique» du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, dans le dossier des frais accessoires. Dans un point de presse commun, mercredi matin, la péquiste Diane Lamarre et le solidaire Amir Khadir ont dit s’en remettre maintenant au dépôt d’éventuels recours judiciaires, seule façon selon eux de faire entendre raison au gouvernement.

Diane Lamarre et Amir Khadir n’en démordent pas : les frais accessoires sont illégaux, et le ministre Barrette, dont l’amendement au projet de loi 20 a été adopté mercredi soir en commission parlementaire, a décidé de les légaliser «tout seul et en douce» et d’étendre leur portée «pour faire plaisir à une poignée de médecins spécialistes», selon le député de Québec solidaire.

«Il a déjà obtenu pour ces médecins-là une part du gâteau tellement grande que tout le monde est pénalisé actuellement, et il en remet une couche en allant piger dans les poches des Québécois […] pour quelque chose qui était déjà négocié dans l’enveloppe des médecins», a déploré Diane Lamarre.

«L’enveloppe budgétaire du Québec est gravement trouée par des milliards de dollars d’augmentation qu’on a donnés aux médecins, et je sais de quoi je parle, j’ai vu moi-même ma rémunération augmenter de manière substantielle. Et il y a déjà une majoration pour les médecins qui pratiquent en clinique privée de l’ordre de 40 %. Ils n’ont pas besoin des frais accessoires», a renchéri Amir Khadir, précisant que les généralistes gagnent en moyenne 300 000 $ par année et les spécialistes, 400 000 $.

Selon la députée Diane Lamarre, «en officialisant les frais accessoires, le ministre Barrette va vider les hôpitaux et les médecins vont être beaucoup plus intéressés à travailler en clinique privée […], et on va créer encore plus d’attente pour les gens qui n’ont pas de moyens et qui doivent attendre au public».

Poursuites coûteuses

Pour les deux députés d’opposition, il est clair que le gouvernement s’expose maintenant à des poursuites qui coûteront cher aux contribuables. «Lorsque des patients ont eu recours aux tribunaux [pour des questions de frais accessoires] en utilisant la Loi canadienne de la santé [qui les interdit clairement], ils ont eu gain de cause», rappelle Amir Khadir, selon qui «les poursuites vont aller en s’amplifiant et Québec ne sera pas dégagé de sa responsabilité aux yeux de la loi fédérale». Le député de Lévis et porte-parole de la Coalition avenir Québec en matière de santé, François Paradis, a lui aussi dénoncé en point de presse «la politique de fin de soirée» du ministre Barrette, «qui a fait adopter un amendement crucial sur les frais accessoires en toute de fin de session parlementaire, à 21h15», sans consultation aucune.

Gaétan Barrette:la corruption a un visage.
Gaétan Barrette:la corruption a un visage.

 

EN CONCLUSION

Seule la désobéissance civile pourra marquer des points dans cette cause.Le système de santé était la fierté du peuple québécois pendant une longue période.

En 2015,c’est devenu un cauchemar et un exemple de l’échec de l’État-Providence,si chère aux défenseurs du néolibéralisme totalitaire dont ,NOUS,LE PEUPLE ,sommes devenu la cible .Ce gouvernement des gros docteurs corrompus n’a d’intérêts que pour la gestion financière de l’État.

En 2015,l’Assemblée Nationale (si on ose dire) ne représente plus le Peuple québécois ,mais des groupes en lutte les uns contre les autres pour s’accaparer la mainmise sur le Trésor Public, devenu une passoire pour ces intermédiaires du crime organisé.Il nous faut un groupe d’hommes et de femmes solides,pouvant recueuillir la confiance des citoyens et des citoyennes une fois que ce gouvernement  gangstérisé aura été renversé.Si un jour,je deviens premier-ministre du Québec,je jure de faire mettre aux arrêts toute cette racaille et de leur faire subir un procès historique …après avoir rétabli la peine de mort et les travaux forcés… et modifié le code criminel et civil du Québec pour y incorporer de nouveaux types de crimes ,tels que « Haute trahison contre le Peuple Souverain du Québec et divers crimes écologiques. 

 

 

Sources  :La Presse Canadienne  et recherches personnelles.

Publicités

Le Québec sous la gouvernance du crime organisé:Gaétan Barrette,le parrain des gros docteurs corrompu$

 

Gaétan Barrette,ministre libéral de la Santé...un homme puissant et riche. Membre des  franc maçons,il possède entre autres choses deux cliniques privées en République Dominicaine.Pour lui:un malade est un client et un médicament,un bien de consommation.
Gaétan Barrette,ministre libéral de la Santé…un homme puissant et riche.
Membre des franc maçons,il possède entre autres choses deux cliniques privées en République Dominicaine.Pour lui:un malade est un client et un médicament,un bien de consommation.

 

 

La citation de la semaine du 19 avril 2015 …en rappel: Pour Gaétan Barrette…
l’éducation est un «produit», et l’étudiant, un «consommateur»

Dans la « logique » libérale, TOUT est un produit ou un consommateur.
En éducation comme en santé.
Or la Déclaration universelle des droits de l’homme de l’ONU affirme que l’éducation est un «droit» et non un produit de consommation.

En effet M. Barette , un étudiant , tout comme un consommateur , PEUT BOYCOTTER le produit et même celui qui l’offre par exemple .

De son côté le PLQ est un sous-produit ayant un défaut de fabrication.
Pas le choix, il faut tout retourner au fabriquant, Ottawa.
Pas juste pour défaut de fabrication, mais aussi pour une
fausse représentation, déroutée des…VRAIES VALEURS QUÉBÉCOISES…..

L’imbécillité de cette homme… ne me surprend plus.
Il est supposé être ministre de la santé et se fout maintenant
le nez dans l’éducation et déraille solide , comme toujours.

Monsieur Barrette nous donne clairement sa vision néolibérale des services publics…aucune valeur de solidarité sociale.

Misère…
Des fois je me demande sérieusement si Barrette est pas sans dessein ?

…par Céline Galipeau

La médecine à deux vitesses de Philippe Couillard

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, est un ardent défenseur des cliniques privées et d’un système de santé à deux vitesses. Lorsqu’il était ministre de la santé et des Services sociaux, le Dr Couillard a publié un projet de règlement permettant aux cliniques médicales spécialisées, de réaliser un nombre accru de chirurgies. Cette libéralisation des cliniques privées créées par la loi 33 (L.Q. 2006, c. 43) fut adoptée sous le bâillon en décembre 2006.

carte_soleil

Transparence libérale

Le 25 juin 2008, Philippe Couillard annonçait sa démission comme ministre de la santé, en compagnie du premier ministre Jean Charest qui lui a rendit un vibrant hommage. Moins de deux mois après son retrait de la vie politique, l’ex-ministre Couillard était engagé par le fonds d’actions Persistence Capital Partners (PCP), propriétaire des cliniques privées Medisys. Malgré le tollé de protestations, l’ex-ministre avoua candidement avoir eu des contacts avec son futur employeur alors qu’il était titulaire du portefeuille de la Santé. Il avait d’ailleurs signé deux décrets favorisant l’expansion des cliniques privées alors qu’il songeait à se joindre à PCP.

juin-2008-ex-ministre
Philippe Couillard en compagnie de Jean Charest. Photo Le Soleil, Steve Deschênes.

En janvier 2009, le passage au privé de Philippe Couillard fit l’objet d’une enquête officielle. Les premières vérifications du commissaire l’amènent à vouloir approfondir le dossier car comme le soulignait alors Louise-Andrée Moisan, directrice des communications : «À la suite de nos démarches d’inspection, on a des raisons suffisantes de croire qu’il y a eu des manquements. On fait enquête pour aller voir si effectivement c’est le cas

Une enquête qui piétine ?

Cinq ans plus tard qu’en est-il des résultats de cette enquête ? Le Dr Couillard n’a pas a s’inquiéter, il est maintenant à la tête de la Province et d’ailleurs comme le précisait le journaliste Simon Boivin «Ce n’est pas l’ancien ministre et député de Jean-Talon qui risque d’être pénalisé si le commissaire prouve qu’il y a eu infraction à la Loi sur le lobbyisme. Il s’agit plutôt du lobbyiste ou de l’entreprise pour laquelle il travaille.»

001

Utilisateur payeur : quand frappe la maladie 

Pour le commun des mortels toutes ces manigances politiques de bas-étage demeurent bien théoriques, mais concrètement, qu’est-ce que cela signifie lorsque l’on doit faire face à la maladie ? Au Québec, lorsque l’on doit passer une coloscopie, le temps d’attente est de 5 à 7 mois; au privé il n’y pas d’attente. J’étais heureux de l’apprendre car mon médecin suspectait que j’avais peut-être un cancer. J’ai donc payé 650 $ pour une coloscopie, et le verdict est tombé, cancer colorectal ! Il me fallait passer d’autre tests, scans abdominaux et thoraxique; temps d’attente au public 4 à 5 mois. Je suis retourné au privé et j’ai payé 630 $. Il ne reste plus qu’a passer la résonance magnétique 650 $ en attendant d’être opéré… L’aventure vient de me coûter près de 2000 $ et je ne suis même pas encore opéré. Y aura t-il d’autres frais ? Le médecin qui me traitait m’a consolé en me disant « qu’il valait mieux payer, car de toute façon quand on est mort on n’emporte pas notre argent dans la tombe». Bel encouragement, merci Dr Ben H…!

Oitarp.

La vache à lait 

En matière de santé le contribuable québécois est le double dindon de la farce, puisqu’en plus de payer pour obtenir des services dans les cliniques privés, il doit également présenter sa carte d’assurance-maladie, afin que le médecin traitant puisse refiler à nouveau la facture au gouvernement. Ainsi le médecin est doublement gagnant, il facture une première fois à son patient, puis il facture à nouveau au gouvernement par le biais de la carte maladie.

lES VACHES A LAIT

Spéculation sur les médicaments

Si vous avez un cancer du poumon, du sein ou des ovaires vous devez prendre du Paclitaxel, c’est un médicament donné par injection, lors de traitements de chimiothérapie. «Normalement, une fiole de ce médicament coûte au minimum 42 $. Or, en raison de l’incapacité de Biolyse Pharma Corp., un fournisseur de l’Ontario, à honorer le contrat qui le lie à un groupe d’hôpitaux du Québec, ces hôpitaux doivent s’approvisionner auprès du seul autre fournisseur à fabriquer le médicament au Canada, Hospira. Ce dernier facture jusqu’à 4000 $ la fiole». Heureusement le bon Dr Couillard s’est engagé «à ce que tous les soins soient financés par le public, peu importe si les soins sont offerts par le réseau public ou par des cliniques privées».

Merci Docteur !

 Sources:Les Indignés du Québec  (pour voir la suite de l’article: https://LesindignésduQuébec.wordpress.com )

 

Les manigances et les incroyables coïncidences du régime politique mafieux au Québec

Pour la Xième fois:je ne reconnais pas les résultats de cette élection  manigancée et inutile.Je considère que le néolibéralisme du Parti libéral du Québec ,du Parti québécois et de la totalité des autres partis politiques représentés à l’Assemblée nationale du Québec…comme responsable de la dépossession de tout ce que nous avons,au Québec.La démocratie est définitivement morte au Québec …le combat vient de se déplacer un cran de plus,dans la rue,en ce 24 avril 2014.Avec son élection frauduleuse,Couillard,l’espion canado-saoudien,va s’arranger pour vider le reste des caisses de l’état.

Actuellement,l’immobilisme va finir par nous tuer…intérieurement.

couillard002

Gaétan Barrette corruption 001

C’est quand même fantastique hein, Gaétan Barrette devait recevoir sa sentence hier,le 22 avril 2014, mais comme il était nommé Ministre de la Santé, ce sera remis…aux calendes grecques,bien sur.

Aujourd’hui, mercredi 23 avril 2014,Couillard dit qu’il reproche au PQ de laisser une dette de 3 milliards… Eux, ils nous ont laissé 60 milliards de dette, 40 milliards perdus dans la Caisse de dépôt, 500 millions de Fournier et l’Îlot Voyageur, 1 milliard pour l’informatisation de la santé… bref !

En plus, les chroniqueurs  et les journalistes sont aux oiseaux ! Ils défendent Couillard et lui laisse dire des énormités mensongères !

Comment un Québécois le moindrement intelligent peut-il croire toute ces folies politiques ! Voyons, c’est gros comme un éléphant dans un commerce de porcelaine !!!

Ils font des leçons à l’autre parti pour ce qu’ils ont laissé comme dette et les médias embarquent ! Heureux les creux, car le royaume des cieux est à eux !

 

Jeudi ,24 avril 2014

Le directeur général des élections,le démissionnaire Jacques Drouin ...un magouilleur à la solde des libéraux corrompus.
Le directeur général des élections,le démissionnaire Jacques Drouin …un magouilleur à la solde des libéraux corrompus.

Croyez le ou pas ,après 17  jours de gouvernance  libérale corrompue,le directeur général des élections du Québec donne sa démission.Rappelons que pendant les dernières élections,un de ses hommes de confiance avait créé une psychose en annonçant que Pauline Marois  avait demandé de préparer le système pour un référendum ,immédiatement après une victoire péquiste.Ce qui bien sur ,était une mise en scène libérale afin  de faire peur aux plus hésitants.

Rappelons aussi qu’immédiatement après les résultats électoraux du 7 avril 2014,le directeur général des élections du Québec,Jacques Drouin,émettait son rapport public en commettant la faute la plus impardonnable et la plus impossible qu’il soit …sur le nombre d’électeurs inscrits,soit plus de 6 millions qui représentaient 71% de participation.Il y avait donc une possibilité que plus de 8 millions de gens votent dans cette élection:ce qui est mathématiquement impossible.

Électeurs inscrits
La farce dégoûtante des électeurs inscrits.

 

De plus ,une petite enquête avait établie que Jacques Drouin ,tout en travaillant comme haut fonctionnaire sous le régime libéral de Jean Charest,avait contribué à la caisse électorale du Parti libéral du Québec.Ce faisant,il perd toute intégrité,toute impartialité.

 

DGE libéral

 

 

On peut donc penser que Jacques Drouin va recevoir une prime de départ d’au moins $145,000 …et vous ,combien recevrez-vous à la fin de votre carrière honnête?

À suivre mes ami(e)s!

Autres articles sur le même sujet:Quebecla-strategie-liberale-de-la-terre-brulee-et-la-lutte-pour-la-liberation-nationale/

 

 

 

La complaisance du système politique corrompu du Québec:Gaétan Barrette et sa prime de départ

Malgré sa prime de départ mirobolante, Gaétan Barrette conservera toute son indépendance face aux médecins spécialistes, estime Philippe Couillard, qui a par ailleurs annoncé que son nouveau  gouvernement libéral créerait 125 postes de sages-femmes sur une période de cinq ans et ajouterait sept maisons de naissance aux 13 que compte le Québec à l’heure actuelle.Gaétan Barrette est seulement un exemple parmi plusieurs.Couillard ne savait pas à ce moment-là qu’il serait élu et majoritaire.

 

Gaétan Barrette ,à l'époque ou il  était membre de la CAQ. Il aura dénoncé  les libéraux pendant des années avant de se joindre à eux. Il représente l'exemple parfait  du  politicien corruptible.
Gaétan Barrette ,à l’époque ou il était membre de la CAQ.
Il aura dénoncé les libéraux pendant des années avant de se joindre à eux.
Il représente l’exemple parfait du politicien corruptible.

 

Le chef libéral  corrompu est tout à fait à l’aise avec l’indemnité de départ de 1,2 million $ empochée par son candidat de La Pinière lorsqu’il a quitté la présidence de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ).Ça promet pour l

«On parle d’une entente privée entre le docteur Barrette et l’organisation qu’il dirigeait. Ce qui est important pour moi est que, un, ce soit connu, ce qui est le cas, deuxièmement, c’est que ça coupe complètement les liens entre le docteur Barrette et la Fédération des médecins spécialistes», a déclaré  l’autre docteur Couillard, mercredi, en conférence de presse à Trois-Rivières.

Le leader libéral corrompu  a admis avoir appris par des membres de son entourage,il y a «moins d’une semaine», l’existence du parachute doré consenti à  Barrette.

«C’est un contrat et ça aurait été révélé de toute façon à l’issue de l’élection», a-t-il expliqué.

Quoi qu’il en soit, l’indemnité de départ versée par la Fédération des médecins spécialistes ne disqualifie pas le docteur Barrette «pour aucune fonction», a pris soin de préciser M. Couillard à l’intention de ceux qui redoutent un conflit d’intérêts.

Comme tout a été fait selon les règles, M. Barrette n’aura pas à renoncer à sa prime s’il devient ministre de la Santé, a fait comprendre le chef du PLQ.

«Je ne forme pas de gouvernement, l’élection n’est pas faite encore, mais moi, je suis à l’aise avec la situation actuelle. Elle est connue cette situation, il a payé tout l’impôt (sur la prime), le trésor public a déjà reçu un bon chèque, c’est fait, le dossier est clos en ce qui me concerne», a insisté M. Couillard.

Présent aux côtés de son chef, M. Barrette a argué que «les ponts» étaient «coupés» avec ses anciens confrères de la profession et que la cagnotte n’aura aucune incidence sur toute négociation qu’il pourrait éventuellement mener avec les médecins spécialistes.

«J’ai toujours dit à mes membres à l’époque: quand je serai l’autre bord, je serai l’autre bord, je représente 8 millions de personnes, pas 8 millions de médecins spécialistes», a-t-il assuré.

Du reste, il a rappelé que l’indemnité de départ qui lui a été accordée par la fédération n’était en rien inédite. Il s’agit plutôt d’une pratique établie et connue depuis longtemps.

«Pour que les choses soient claires, la Fédération des médecins spécialistes a une politique formelle, présentée devant ses délégués, débattue publiquement de façon transparente devant ses membres et votée. Je peux vous dire que c’était comme ça pour mon prédécesseur et son prédécesseur. (…) Ça fait partie de la chose», a-t-il dit.

Couillard a par ailleurs déploré l’expression «gras dur» utilisée par un quotidien de Québecor pour décrire en première page l’indemnité de départ du « gros docteur » Barrette. L’allusion à l’obésité de M. Barrette n’a échappé à personne.

«J’ai trouvé le titre d’un journal ce matin (mercredi) très inélégant. Je m’excuse mais la façon dont c’était titré se passe de commentaires. On ne devrait pas présenter des nouvelles de cette façon», a-t-il critiqué.

Au jour 29 de la campagne électorale, Couillard et Barrette étaient dans la métropole de la Mauricie pour présenter les engagements du Parti libéral pour accroître l’accès aux services des sages-femmes et aux maisons de naissance.

Un gouvernement libéral créerait (promesse oblige)  125 postes de sages-femmes sur une période de cinq ans et ajouterait sept maisons de naissance aux 13 que compte le Québec à l’heure actuelle, a annoncé l’ancien espion  du SCRS ,maintenant chef  du PLQ… et premier ministre pour 4 longues années.

«L’objectif, c’est de donner aux femmes du Québec un véritable choix dans la région où elles se trouvent, (un choix) qui inclut l’accès à la profession de sage-femme et aux maisons de naissance avec comme potentiel, dépendant du choix que feront les femmes, d’avoir environ 10 pour cent des accouchements faits par une sage-femme dans une maison de naissance», a souligné M. Couillard.

Le coût de ses mesures, à même les crédits existants, est évalué à une vingtaine de millions de dollars sur cinq ans.

Le PLQ s’engage également à allouer 20 millions $ par an à compter de 2016-2017 pour augmenter le nombre de centres de pédiatrie sociale dans les milieux défavorisés.

Le PLQ prépare la transition

M. Couillard a confirmé devant la presse qu’un comité de transition était présentement à l’oeuvre en prévision d’une victoire libérale au scrutin du 7 avril.

«Ce serait irresponsable qu’il n’y ait pas des gens dans l’équipe électorale qui se consacrent à ces questions-là», a-t-il dit, laissant entendre que le Parti québécois avait fait le même exercice «plusieurs semaines» avant l’élection de septembre 2012.

«Moi je ne m’occupe pas de ça, je suis dans ma campagne jusqu’à lundi soir et il est normal que des gens de l’équipe électorale pensent à certains détails administratifs s’ils sont nécessaires après le 7 avril. Ceci dit, on va écouter ce que les Québécois ont à nous dire le 7 avril et le lendemain on avisera», a-t-il précisé.

En fait,Couillard devait préparer les derniers détails de l’arnaque qui l’a porté au pouvoir.Gaétan Barrette est un bel exemple d’opportunisme et de carriérisme politique.C’est le genre d’homme qui  fait les choses en fonction de son ego et de son porte-monnaie.Le nombre de gros docteurs provenant de la Fédération des Médecins Spécialistes du Québec ,associés au Parti libéral du Québec ,les manigances d’Arthur Porter actuellement en prison,concernant  la gérance du contrat du CHUM et l’industrie des sous-contrats associés  au ministère de la Santé du Québec ,font  de cet état de fait ,une dangereuse conjoncture au-début d’un mandat libéral majoritaire.Les firmes de génie-conseil ont  fourni  des millions de dollars aux trois principaux partis politiques du Québec et plus des deux tiers de la somme ont été dans les poches libérales.