Une station spatiale chinoise fonce sur la Terre (et on ignore où elle atterrira)

Sujet d’interrogations, la station Tiangong-1 devrait entrer en collision avec la surface de la Terre le 31 mars. Reste à savoir où. Les spécialistes ne redoutent pas nécessairement des dégâts.

La station spatiale chinoise Tiangong-1, ici en action en 2013, doit entrer en collision avec la Terre dans les jours à venir.

 

Mais où va s’écraser Tiangong-1? La question attise la curiosité de celles et ceux qui ont la tête dans les étoiles. La réponse, elle, devrait tomber ce week-end. En même temps que cette station spatiale lancée dans l’espace en 2011 et dont le contrôle interroge grandement.

Si l’on en croît les spécialistes, une perte de contrôle n’est pas rare. Le problème, c’est que cela empêcherait les scientifiques chinois de s’assurer que l’engin s’abîmera dans un océan. Pire: il est bien difficile de savoir où le « palais céleste » (c’est son nom en chinois) finira sa course. Alors qu’en début d’année, la Chine affirmait que l’engin était sous contrôle, les questions demeurent.

Une zone de chute très (très) large

Interrogé par Sud-Ouest, Stéphane Christy, expert au Centre national d’études spatiales de Toulouse, explique que « l’inclinaison de l’orbite de la station chinoise est environ de 42,8 degrés. « Cela veut dire que si on projette cette orbite sur un planisphère, la zone terrestre sur laquelle va retomber l’objet est une bande comprise entre les latitudes -42,8° et +42,8 ».

En l’état, c’est un petit peu vague parce que cela concerne aussi bien les Etats-Unis, le Japon ou le Brésil que l’ensemble du continent africain, les Territoires d’Outre-Mer… et la Corse.

Mais rien ne sert de s’alarmer. D’abord parce qu’en entrant dans l’atmosphère, ce cylindre de 8,5 tonnes va dans un premier temps se fragmenter en plusieurs morceaux et que « la plupart (d’entre eux) vont être détruits par la chaleur », assure Stéphane Christy. Reste que certains éléments « peuvent arriver plus ou moins entiers au sol ».

« Une chance sur 40 000 » pour qu’un élément tombe en Corse

Mais là aussi, il faut rester serein. « La probabilité d’avoir un problème ou d’éventuelles victimes est extrêmement faible », assure Christophe Bonnal, spécialiste des débris spatiaux au Centre national d’études spatiales (Cnes), interrogé par LCI.

Selon lui, de nombreux débris tombent de l’espace chaque semaine. « Il y a eu 25 000 rentrées atmosphériques d’objets catalogués et il n’y a jamais eu d’accident majeur ni de victime », argumente-t-il. « Cela nous donne, grosso modo, une chance sur 40 000 de tomber en Corse, une chance sur 308 000 de tomber en Martinique, une chance sur 138 000 de tomber sur la Réunion », confirme Stéphane Christy.

Une seule chose est sûre: avec le temps, les prévisions des spécialistes s’affinent. Après avoir annoncé que Tiangong-1 entrerait en collision avec la Terre dans une période comprise entre le 29 mars et 9 avril, l’Agence spatiale européenne (ESA) considèrent désormais que l’événement devrait survenir le 31 mars.

Publicités

Google Maps : explorez l’espace et des dizaines de planètes !

Suite à nouvelle mise à jour de Google Maps, vous allez pouvoir explorer virtuellement notre système solaire. Pour vous promener dans l’espace via l’application, il vous suffit de dézoomer en vue satellite jusqu’à ce que vous vous retrouviez hors de l’orbite terrestre. Une fois là haut, vos découvrirez la terre depuis de l’espace mais aussi les planètes voisines, comme Mars, Vénus, Pluton ou la Lune !

 

 

Il y a bien longtemps que Google Maps ne se limite plus à sa fonction première, à savoir la navigation. Grâce à de nouvelles fonctionnalités, Google veut vous permettre d’explorer des endroits inaccessibles. Dans ces endroits hors de portée pour les utilisateurs lambda mais accessibles via les services de Google, citons par exemple la Station Spatiale Internationale à découvrir via Street View, ou le Parc National de Katmai en Alaska, sur Google Earth. Plus proches de nous mais parfois uniquement accessibles grâce à l’aide de Google Maps, citons aussi les places de parking dans les grandes villes.

 

Google Maps : découvrez jusqu’à 16 corps célestes !

Avec la nouvelle mise à jour de Google Maps, vous allez donc pouvoir explorer virtuellement jusqu’à 16 corps célestes. Après avoir dézoomé au maximum hors de la terre, Google Maps va vous proposer la liste des 16 mondes dans le menu déroulant à gauche. Ceux ci comprennent donc Mercure, Mars, Vénus, la Station Spatiale Internationale, la Lune, Cérès, Io, Europe, Ganymède, Mimas, Encelade, Dioné, Rhéa, Titan, Japet et Pluton.

Afin d’élaborer ces cartes spatiales virtuelles, Google a puisé dans les nombreuses données fournies par laNasa et l’Agence spatiale européenne. L’entreprise a aussi eu recours aux talents de l’artiste Björn Jónsson. L’homme est spécialisé dans les représentations en infographie 3D de l’espace. C’est notamment grâce à sa participation que la version anglaise de Google Maps est agrémentée de nombreuses indications sur les cratères et les plaines les plus célèbres. Nul doute que Google a encore bien des idées derrière la tête et compte bien, dans les années à venir, améliorer son application. Vers l’infini et au delà ?

 

 

 

 

 

 

 

Astronomie:La photo la plus lointaine jamais prise dans l’espace

Aucune image n’avait, jusqu’à aujourd’hui, été prise d’aussi loin de la Terre. En décembre dernier, la sonde New Horizons de la NASA a capté une image au moment où elle se trouvait à 6,12 milliards de kilomètres de la Terre, soit à plus de 40 fois la distance Terre-Soleil. Un record.

L'objet 2012 HE85.

L’objet 2012 HE85.

 

Cette image – dont la précision n’est pas de la plus grande qualité – montre un point jaune entouré d’une couronne vert et bleu sur fond violet.

Elle a été prise à l’aide de l’instrument LORRI embarqué dans la sonde New Horizons, qui a été lancée en 2006 à la conquête de Pluton et des confins du système solaire.

Cette image montre une région de l’amas d’étoiles 2012 HZ84 situé dans la ceinture de Kuiper, qui se trouve bien au-delà de l’orbite de Neptune. New Horizons avait capté une autre image de l’objet appelé 2012 HE85 quelques heures plus tôt.

La sonde parcourt pas moins de 1,1 million de kilomètres quotidiennement.

La Terre vue de la sonde Voyager 1.©  La Terre vue de la sonde Voyager 1.

La sonde se trouve actuellement plus éloignée de notre planète que la sonde Voyager 1 lorsqu’elle a renvoyé la célèbre photo « Un point bleu pâle (Pale Blue Dot en anglais) » en février 1990. Elle avait d’ailleurs inspiré le titre d’un livre écrit en 1994 par l’astronome Carl Sagan. À l’époque, Voyager se trouvait à 6,06 milliards de kilomètres de la Terre. Il a fallu plus de 27 ans pour battre ce record.

Le prochain objectif de la sonde est un autre objet de la ceinture de Kuiper appelé 2014 MU69.

Son diamètre ne dépasse pas 50 kilomètres. Le vaisseau s’en approchera à une distance de 3500 kilomètres en janvier 2019.

L'objet 2012 HZ84 tel que capté par la sonde New Horizons.

 L’objet 2012 HZ84 tel que capté par la sonde New Horizons.

Le saviez-vous?

  • La ceinture de Kuiper a été découverte dans les années 1990, mais le premier objet dans ses limites, Pluton, avait été identifié dès 1930.
  • Il existe une autre ceinture d’astéroïdes dans notre système solaire, beaucoup moins lointaine, située entre Mars et Jupiter.
  • La ceinture de Kuiper est beaucoup plus vaste et plus massive que la première.
  • Quelques planètes naines se trouvent à l’intérieur de ses limites, telles Pluton, Makemake et Haumea.

Si la ceinture de Kuiper ferme notre système solaire, il existerait une dernière structure l’entourant : le nuage d’Oort. Composé de milliards de rochers recouverts de glace, celui-ci se trouve à la limite gravitationnelle de notre système : plus loin, un objet céleste, comme une comète, serait plus fortement attiré par une autre étoile.

Tiangong-1 : la station spatiale chinoise incontrôlable pourrait s’écraser sur des zones peuplées d’ici 2 mois

Tiangong-1, la station spatiale chinoise devenue incontrôlable, va s’écraser sur Terre dans les prochains mois selon un expert. Celle-ci serait à moins de 300 km d’altitude, une zone où la densité croissante de l’atmosphère devrait freiner sa course. La Chine avait admis avoir totalement perdu le contrôle de cette station permanente inaugurée en 2011. De gros morceaux pourraient tomber accidentellement sur des zones peuplées. 

 

On vous en parlait déjà en septembre 2016 : la Chine a perdu le contrôle de sa station spatiale expérimentale Tiangong-1 dont l’unique module avait été lancé en 2011. Le nom de la station, qui se traduit par Palais Céleste, Palais du Paradis ou encore Palais des Cieux, prend une connotation particulièrement amère car le « ciel », justement pourrait bien nous tomber sur la tête. Et ce n’est vraiment pas une bonne nouvelle.

Les scientifiques chinois ne parviennent en effet plus depuis plus d’un an à contrôler le module. Depuis, Tiangong-1 perd progressivement en altitude hors de tout contrôle, lentement freinée par l’atmosphère résiduelle. Ce freinage se serait accéléré selon les experts puisque la station est désormais à moins de 300km d’altitude, une zone où la densité de l’atmosphère augmente et amplifie le freinage de la station.

Si bien que la rentrée de la station est prévue de manière imminente, d’ici deux mois grand maximum. Une grande partie du module devrait bruler en raison de la grande vitesse de l’ensemble et des frottements de l’air, mais de très gros morceaux jusqu’à 100kg vont vraisemblablement atteindre le sol à très grande vitesse. Ils peuvent tomber n’importe où, n’importe quand, au beau milieu d’un océan ou sur une ville.

Et il sera impossible de prévenir les populations au-delà de quelques heures avant sa chute finale.  Jonathan McDowell, astrophysicien de l’Université de Harvard cité par The Guardian, explique :

« Maintenant que son périgée est sous les 300 km d’altitude, et que [Tiangong-1, ndlr] se trouve dans une atmosphère plus dense, le taux de déclin devient plus important […] je m’attends à ce qu’il descende d’ici quelques mois – à la fin 2017 ou début 2018 »

Tiangong-1 : la station spatiale incontrôlable devrait s’écraser sur Terre d’ici deux mois

La station est en effet un très gros objet, et en général la rentrée dans l’atmosphère est contrôlée de près, de manière à ce que d’éventuels débris dangereux tombent loin des zones peuplées, de préférence au milieu de l’océan Pacifique. C’est par exemple ainsi que la Russie a volontairement détruit la station MIR, en fin de vie. Mais parfois tout ne se passe pas comme prévu.

En 1991, un module Salyut 7 attaché à une capsule Cosmos 1686 s’est désintégré de façon incontrôlée au-dessus de l’Argentine. Provoquant la chute de nombreux débris au-dessus de la ville de Capitán Bermúdez. En 1979 un sort similaire était réservé à la station spatiale Skylab (77 tonnes !) qui a provoqué la chute de gros objets près de Perth en Australie.

Bien sûr ces accidents sont restés rares, et jusqu’à ce jour, aucune personne n’a été blessée par la chute incontrôlée de satellites artificiels. Tiangong-1 n’avait pas vocation à rester en orbite indéfiniment. Le programme spatial chinois est en effet très avancé, et une deuxième station, Tiangong-2, avait été mise en orbite le 15 septembre 2017. Tiangong-1 avait des visées essentiellement expérimentales.

Le dernier équipage à avoir occupé la station est rentré sur Terre en 2013, et la station était en sommeil depuis. Au sol, les scientifiques se communiquaient régulièrement avec les instruments de bord de Tiangong-1 pour récupérer des informations sur leur état. En mars dernier, la collecte de données avait pris fin et les scientifiques se préparaient à programmer le retour de la station sur Terre. Mais visiblement tout ne s’est pas passé comme prévu.

 

Astronomie:Une immense grotte de 50 km de long découverte sur la Lune

Ce qui serait une entrée de la grotte et qui aurait permis sa découverte.

 

Jusqu’ à présent, la colonisation humaine de la Lune était plus un rêve qu’un objectif réalisable. Une agence spatiale japonaise a récemment annoncé la découverte d’une énorme grotte sur la Lune, qui pourrait servir de base d’exploration et abriter les astronautes et leurs équipements.

L’orbiteur lunaire Selene, également connu sous le nom de Kaguya, a dévoilé une immense grotte en forme de tube, mesurant 50 kilomètres de long et 100 mètres de large, sous la surface de la Lune, a annoncé l’Agence japonaise d’exploration aérospatiale (JAXA) le 18 octobre.

Selene a fait la découverte en utilisant un système spécial de sondeur radar pour examiner les structures souterraines.

La grotte, qui repose sous une zone d’un ensemble de dômes volcaniques connus sous le nom de Marius Hills, est considérée comme un tube de lave souterrain formé par l’activité volcanique il y a environ 3,5 milliards d’années.

« Nous avons eu connaissance de ces endroits que l’on croyait être des tubes de lave… mais leur existence n’ a pas été confirmée jusqu’à présent », a déclaré Junichi Haruyama, chercheur principal de la JAXA, a rapporté The Guardian.

L’équipe de la JAXA a révélé que la grotte pouvait contenir des dépôts de glace ou d’eau le long de ses parois. La glace ou l’eau pourrait servir de carburant, ce qui en fait un endroit idéal pour installer la base d’exploration des astronautes.

 

De plus, la chambre souterraine pourrait servir d’abri aux astronautes et à leur équipement, car elle pourrait protéger les astronautes des températures extrêmes, des rayons cosmiques et du rayonnement solaire.

« Les tubes de lave pourraient être les meilleurs sites candidats pour les futures bases lunaires, en raison de leurs conditions thermiques stables et de leur potentiel à protéger les personnes et les instruments des micrométéorites et des rayonnements », explique M. Haruyama.

« Nous n’avons pas encore vu l’intérieur de la grotte, donc il y a beaucoup d’espoir que l’exploration apportera plus de détails. »

« La grotte est un lieu utile sur le plan scientifique », a déclaré Tetsuya Kaku, un étudiant diplômé de l’Université de Tokai, qui a participé à l’étude à The Japan Times.

Photo de la Lune émise par la NASA montrant de pseudo et possiblement vrais sites d’atterrissage du la Lune.

 

JAXA espère mettre le premier astronaute japonais sur la Lune d’ici 2030.

Ce mois-ci, les États-Unis ont également annoncé leur intention d’envoyer d’autres astronautes sur la Lune.

« Nous allons ramener les astronautes américains sur la Lune, non seulement pour laisser des traces de pas et des drapeaux, mais aussi pour jeter les bases dont nous avons besoin pour envoyer des Américains sur Mars et au-delà », a déclaré le vice-président américain Mike Pence.

 

 

 

 

L’un des cratères des Marius Hills, de petits domes volcaniques – l’entrée de la grotte géante se trouverait dans l’un d’entre eux

 

Photo d’origine des scientifiques japonais.

 

Un jour,une base lunaire permanente s’érigera au-dessus de l’entrée de la grotte.

 

 

 

Astronautique : En hommage aux deux sondes Voyager I et II …1977-2017

Les sondes jumelles Voyager de la NASA ont été lancées à la fin des années 1970 pour explorer les planètes extérieures dans notre système solaire. Les deux engins spatiaux, appelés Voyager 1 et Voyager 2, sortent de notre quartier cosmique, frappant à la porte de l’espace interstellaire.

Voyager 2 a lancé le 20 août 1977 et Voyager 1 a lancé environ deux semaines plus tard, le 5 septembre. Depuis lors, le vaisseau spatial a parcouru différentes voies de vol et à différentes vitesses.

Le mardi 5 septembre marque 40 ans depuis le lancement des sondes Voyager et le début de l’un des programmes les plus ambitieux de la NASA à ce jour, et le Jet Propulsion Laboratory (JPL) de l’agence veut partager cette étape extraordinaire avec le public en offrant deux merveilleuses ressources en ligne.

Les vaisseaux spatiaux Voyager 1 et 2 ont été lancé en  deux semaines , le 20 août et le 5 septembre 1977, dans une mission d’étude des planètes et, éventuellement, du bord du système solaire. Le Voyager 2 a été lancé en premier, bien que le Voyager 1, plus rapide, soit maintenant plus éloigné de la Terre que sa soeur .Voyager 1 a atteint l’espace interstellaire en 2013 . Voyager 2 parcourt actuellement la bulle interne du matériau solaire qui marque la limite entre le système solaire et l’espace interstellaire.

Vous pouvez apporter la mission Voyager dans votre maison en téléchargeant et en imprimant les affiches Voyager gratuites de la NASA. Les affiches font partie d’une série créée par une équipe de stratèges visuels de JPL, connue sous le nom de  » The Studio « . L’une des affiches du Voyager est une image d’un ciel nocturne étoilé et une autre annonce la mission en utilisant le style de design flamboyant des années 1970, la décennie où les sondes ont été lancées. Une troisième affiche honore la «grande tournée» des sondes , sur le  seuil de la frontière  du système solaire.

Voici le premier poster commémoratif du JPL sur Yoyager!

 

De plus, les membres du public peuvent faire un regard intérieur sur la mission Voyager de certains scientifiques, ingénieurs et autres contributeurs de la mission sur ses plus de 40 ans d’histoire. Les responsables de JPL ont demandé aux membres de l’équipe Voyager d’écrire sur leur «moment Voyager le plus mémorable», et les ont affichés sur le site JPL . Les histoires comprennent les réflexions de personnes qui étaient là quand la mission a commencé et les personnes qui se sont jointes lorsque Voyager 1 était déjà près de notre système solaire.

Une affiche Voyager gratuite d’une équipe de conception au Jet Propulsion Laboratory de la NASA honore la décennie dans laquelle les sondes ont été lancé

« Pour moi, les points forts du Voyager étaient clairement les rencontres planétaires « , a écrit Ed Stone , un scientifique du projet Voyager qui a été la mission depuis sa création. « Tous les six d’entre eux ont été des expériences merveilleuses où chaque jour nous avons vu et appris de nouvelles choses. Nous avons eu une vie de découverte emballée dans chacun d’eux. 

« Les éruptions sur [la lune de Jupiter] Io ont été la première preuve directe de volcans actifs ailleurs dans le système solaire », a-t- il poursuivi . « Bien que Io soit beaucoup plus petit que la Terre, il a eu dix fois plus d’activité volcanique. Cette découverte étonnante a clairement indiqué que nous pourrions nous attendre à beaucoup plus de surprises. Et Voyager a certainement révélé une diversité remarquable de planètes et leurs lunes, anneaux et champs magnétiques. Cela a changé notre vision du système solaire. « 

Linda Spilker , qui est actuellement scientifique en chef de la mission Cassini à Saturne, a écrit que son poste avec la mission Voyager était son premier travail hors du collège. 

«J’étais le spectromètre infrarouge et le radiomètre (IRIS), l’interface entre le projet Voyager et les scientifiques d’IRIS à Goddard [Space Flight Centre dans le Maryland]», a déclaré Spilker. «J’étais la seule femme de leur groupe et très fier de les représenter. Quel frisson pour travailler avec un tel incroyable groupe de scientifiques talentueux. Ils m’ont conseillé et plus tard m’ont invité à les rejoindre dans le cadre de l’équipe infrarouge Cassini».

Source: NASA


Un  petit album photo souvenir…en complément et conclusion

 

La Terre et la lune vers le 9 septembre 1977.

 

 

 

 

La Terre et la lune (en haut,cachée par l’obscurité),le 18 septembre 1977.

 

La Terre vue en 1990…on est déjà très très loin!
Chacune des sondes emporte un disque doré comportant l’enregistrement de plus de 50 sons issus de la Terre,la position de la Terre dans le système solaire,une méthode pour lire sur le disque,une représentation de notre système solaire etc…Elles s’adressent à une forme de vie évoluée qui aurait la chance de les retrouver!
Jupiter,Io et Europa.

 

Situation des deux sondes Voyager au mois de février 2013.La sonde Voyager I venait de quitter les frontières du système solaire.
Voyager II va faire de même en 2018.

 

La prochaine destination de Voyager I sera dans 40,000 ans.Il passera alors à 1.6 année-lumière de l’étoile AC+38888.Le point encerclé au centre!

 

Quant à Voyager II,il passera à seulement 4.3 années-lumière de la belle étoile Sirius dans …296,000 ans.

 

Voyager I et II vous faites un voyage historique au nom de l’humanité!

 

 

 

 

 

Exploration spatiale:SpaceX lancera 10 satellites de communication aujourd’hui: Regardez en direct

SpaceX

SpaceX launch
Cette image montre le premier de huit lancements programmés par SpaceX pour Iridium Communications. Le deuxième lancement du satellite de communications Iridium est prévu pour le 25 juin et enverra 10 satellites en orbite.

Crédit: SpaceX

La compagnie de vol spatiale privée Space Space de Elon Musk est sur le point de lancer 10 satellites de communication en orbite terrestre aujourd’hui (25 juin), et vous pouvez l’observer ici sur Space.com.

Une fusée SpaceX Falcon 9 portant les 10 satellites pour Iridium Communications est prévue pour décoller de la base aérienne de Vandenberg en Californie à 1:25 pm PDT (4:25 pm EDT / 2025 GMT). La diffusion en direct devrait commencer environ 1 heure avant l’ouverture de la fenêtre de lancement, et vous pouvez le regarder surle site Web de SpaceX , ou ici, sur Space.com .

Il s’agit de la deuxième des huit lancements planifiés d’Iridium avec SpaceX. Les lancements fourniront un total de 75 satellites dans l’espace pour le réseau mondial de communications Iridium NEXT de 3 milliards de dollars.

« Iridium NEXT remplacera la constellation mondiale existante de l’entreprise dans l’une des plus grandes mises à niveau technologiques jamais réalisées dans l’espace », selon un communiqué d’Iridium. «Il représente l’évolution de l’infrastructure de communication critique que les gouvernements et les organisations du monde entier comptent pour gérer les entreprises, permettre la connectivité, dynamiser les efforts de secours et plus».

Le vendredi 22 juin, SpaceX a lancé le premier satellite de communications bulgare en orbite, après environ une semaine de retards. Ce satellite a été lancé à bord d’une fusée Falcon 9 qui a utilisé un amplificateur de première étape dépensé . C’était la deuxième fois que SpaceX a lancé une charge utile commerciale sur un amplificateur utilisé.

L’amplificateur utilisé dans le lancement d’aujourd’hui devrait atterrir sur un droneship appelé «Just Read the Instructions» qui sera stationné dans l’océan Pacifique.

Une fenêtre de lancement de sauvegarde s’ouvre à 1:19 pm PDT (4:19 EDT / 20: 19 UTC) le lundi 26 juin 2017.

http://content.jwplatform.com/previews/eUfrdwV5-3Rpvj9uF

 

 

 

 

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :