Troisième Guerre Mondiale en développement:La Turquie se plaint du déploiement de soldats égyptiens à Idlib,en Syrie

L’armée égyptienne aurait déployé environ 150 soldats sur la ligne de front dans la région syrienne du Grand Idlib pour soutenir les forces du gouvernement de Damas, ont affirmé des sources turques le 30 juillet. « Les soldats ont ensuite été déployées dans la région de Khan al-Asal dans la campagne occidentale d’Alep et autour de la ville de Saraqib dans la campagne méridionale d’Idlib », a indiqué l’agence Anadolu citant sa source. L’agence de presse a affirmé que les membres du service militaire égyptien étaient arrivés via la base aérienne de Hama.

Plus tard, Youssef al-Hamoud, un porte-parole de l’Armée nationale syrienne, une coalition de terroristes sous contrôle turc, basés dans le nord d’Alep, a déclaré que le nombre de soldats égyptiens était en fait de 148. Ils auraient été déployés en Syrie en 3 groupes via le Hama Air Base. Selon lui, 98 membres du personnel égyptien seraient venus de la ville d’Ismailia le 26 juillet et auraient ensuite été déployés à Khan al-Asal. 50 autres sont arrivés de l’aéroport du Caire le 27 juillet. Ils seraient déployés à Saraqib.

 

 

L’armée égyptienne a déployé environ 150 soldats sur la ligne de front dans la région syrienne du Grand Idlib pour soutenir les forces du gouvernement de Damas, ont affirmé des sources turques le 30 juillet.

« Les soldats ont ensuite été déployées dans la région de Khan al-Asal dans la campagne occidentale d’Alep et autour de la ville de Saraqib dans la campagne méridionale d’Idlib« , a indiqué l’agence Anadolu citant sa source. L’agence de presse a affirmé que les membres du service militaire égyptien étaient arrivés via la base aérienne de Hama.

Plus tard, Youssef al-Hamoud, un porte-parole de l’Armée nationale syrienne, une coalition de terroristes sous contrôle turc, basés dans le nord d’Alep, a déclaré que le nombre de soldats égyptiens était en fait de 148. Ils auraient été déployés en Syrie en 3 groupes via le Hama Air Base. Selon lui, 98 membres du personnel égyptien seraient venus de la ville d’Ismailia le 26 juillet et auraient ensuite été déployés à Khan al-Asal. 50 autres sont arrivés de l’aéroport du Caire le 27 juillet. Ils seraient déployés à Saraqib.

Cependant, aucun vol depuis l’Égypte vers ladite base n’a été enregistré ces derniers jours. De plus, il est presque impossible de cacher le déploiement de troupes étrangères en première ligne dans les conditions de la guerre syrienne, alors que presque un combattant sur deux possède un téléphone portable et des comptes sur les réseaux sociaux et les utilise pour partager des photos et des vidéos du champ de bataille.

Très probablement, les médias d’État turcs et les groupes mandataires fidèles à Ankara ont trouvé un nouveau moyen original de justifier la présence illégale de leurs propres forces en Syrie. L’accusation selon laquelle d’autres partis font quelque chose que le gouvernement Erdogan fait lui-même est quelque chose que les médias turcs, réputés super menteurs, font régulièrement.

Dans les premiers stades du conflit, la Turquie et ses services de renseignement ont ouvertement autorisé divers terroristes de l’Etat islamique et d’al-Qaïda à utiliser le territoire de la Turquie et les camps situés à la frontière syro-turque comme plaque tournante du transport sur leur route vers la Syrie. Dans le même temps, la Turquie était activement impliquée dans le commerce illégal de pétrole volé en Syrie par  Daech et d’autres, dont des groupes mafieux turcs appartenant au fils d’Erdogan.

Plus tard, lorsque l’opération militaire russe, y compris les bombardements massifs des infrastructures pétrolières de l’Etat islamique, des convois et la révélation publique des faits de la coopération turque avec l’Etat islamique, a mis un terme à cela, la propagande officielle turque a porté son attention sur les accusations de toutes les autres parties impliquées dans le conflit de coopération avec Daech. Il a même affirmé que son opération militaire contre les milices kurdes à Afrin était dirigée contre Daech.

Ankara a envoyé près de 10.000 militants syriens en Libye pour soutenir le gouvernement d’accord national basé à Tripoli. Néanmoins, les médias turcs crient au scandale sur le petit nombre d’entrepreneurs militaires privés liés à la Russie embauchés par les Émirats arabes Unis pour soutenir l’armée nationale libyenne de général Haftar contre les forces soutenues par la Turquie.

Au cours des dernières années, la Turquie a occupé une partie notable du nord de la Syrie et a déployé des milliers de soldats dans le Grand Idlib pour protéger les terroristes liés à Al-Qaïda contre de l’armée syrienne. Par conséquent, il serait logique qu’Ankara trouve une «force étrangère» qu’elle puisse accuser de déployer ses propres troupes dans le pays.

Dans le même temps, si le déploiement de troupes égyptiennes pour soutenir l’armée syrienne s’avère vrai, ce sera une très mauvaise nouvelle pour la Turquie. Ankara semble toujours incapable de contrôler ses partenaires locaux d’Al-Qaïda et les chances d’une nouvelle vague d’escalade dans la région augmentent.

Les puissantes forces armées turques n’ont jusqu’à présent pas réussi à vaincre l’armée syrienne épuisée par des années de conflit contre des terroristes islamiste. Le résultat de la nouvelle escalade sera encore plus sombre pour la Turquie si les forces égyptiennes rejoignent la coalition soutenant Damas.

Source : SouthFront


EN COMPLÉMENTAIRE

La CIA exploite illégalement le pétrole au Nord-Est de la Syrie

Pétrole syrien

 

Le sénateur Lindsay Graham a interrogé le secrétaire d’État Mike Pompeo, lors d’une audition de la Commission sénatoriale des Affaires étrangères, le 30 juillet 2020, à propos d’une société US qui vient de signer un contrat avec l’« Administration autonome » du Nord-Est syrien (YPG) pour l’exploitation de champs pétroliers et la fourniture de raffineries.  Le secrétaire d’État a confirmé que la négociation de cet accord avait pris plus de temps que prévu et qu’il le soutenait. Il devrait débuter à 60.000 barils/jour et pourrait s’élever rapidement à 380.000 barils/jour.

L’Administration autonome » est une fiction mise en place par le Pentagone au Nord-Est syrien dont elle a remis la gérance à une faction kurde. Ni Damas, ni Ankara n’ont fait de commentaires. Crescent Energy Services, qui a signé le contrat, est une société écran de la CIA. Elle est enregistrée au paradis fiscal du Delaware, mais basée en Louisiane.

Selon nos informations, les profits de l’Administration autonome seront divisés en deux : une moitié pour elle, et l’autre moitié pour la CIA qui les utilisera pour financer des opérations secrètes partout dans le monde sans avoir à demander de budget au Congrès.

source:https://www.voltairenet.org/article210637.html


AUTRE COMPLÉMENTAIRE

L’accord militaire Iran-Syrie ne se réduit pas à la DCA. ..Des surprises en vue

 

Des informations font état de « l’apparition des drones de combat particulièrement performants » en Syrie. Et qu’on se rassure, ils ne sont ni de conception turque ni de conception otanienne.  Al Masdar News qui revient sur le pacte militaire signé il y a tout juste un mois entre l’Iran et la Syrie croit savoir qu’il s’agit de nouveaux types de l’UAV que « les Iraniens auraient transféré » en Syrie afin de renforcer les capacités de l’armée syrienne à faire face aux « forces d’occupations US/Turquie » sur son territoire.

Le site d’information rapporte ainsi que des véhicules aériens sans pilote de type « inconnu » ont bombardé des positions terroristes pro-Ankara dans le territoire sous leur contrôle à Idlib, pendant une semaine consécutive, frappant avec une très haute précision des QG des chefs terroristes, des dépôts d’armes, mais aussi et surtout des véhicules blindés et des convois de camions-citernes qui servent au trafic de pétrole volé en Syrie par la Turquie puis expédié à bas prix vers l’Europe. Toujours selon cette information, les positions visées appartenaient aux terroristes pro-turcs,  aux « Casques blancs » affiliés à Hayat Tahrir al-Cham et qui coopèrent active avec les États-Unis.

Le pacte militaire signé entre la Syrie et l’Iran se concentre essentiellement sur le ciel syrien avec comme une prédilection pour la DCA. Le 21 juillet lors du tout dernier raid israélien contre le sud de Damas, les batteries de Khordad-3 iraniens de l’armée syrienne ont pris de court Israël avec des missiles antimissiles Sayyad avec une portée de 200 kilomètres et qui ont réussi à intercepter et à détruire dans le ciel d’Israël les missiles de croisière Delilah. Rien n’empêche l’Iran de transmettre à son allié syrien, des drones bien performants comme Bavar (dont peu d’information sont disponiblet » ou encore le tout nouveau, « Kian » qui est conçu et développé en deux versions toutes deux furtives et destinées aux longues missions de reconnaissance et de surveillance ainsi qu’aux opérations de frappe de précision. Il se peut aussi que les opérations antiterroristes de ces derniers jours à Idlib et à Alep aient été menées par cet appareil. Surtout qu’il s’agit d’un drone qui peut voler jusqu’à 5000 mètres d’altitude sur un trajet de plus de 1.000 kilomètres, suffisant pour opérer dans la zone d’opération Idlib/Alep.  

Et Al Masdar d’ajouter :  » Il y a peu les sources militaires iraniennes qui ont dévoilé la tour de contrôle mobile censée gérer le trafic aérien (ATC). Il s’agit d’un dispositif monté sur remorque et qui peut être transporté d’un endroit à l’autre, voire déplacé sur des terrains difficiles.

Source : PressTv

Cependant, aucun vol depuis l’Égypte vers ladite base n’a été enregistré ces derniers jours. De plus, il est presque impossible de cacher le déploiement de troupes étrangères en première ligne dans les conditions de la guerre syrienne, alors que presque un combattant sur deux possède un téléphone portable et des comptes sur les réseaux sociaux et les utilise pour partager des photos et des vidéos du champ de bataille.

Très probablement, les médias d’État turcs et les groupes mandataires fidèles à Ankara ont trouvé un nouveau moyen original de justifier la présence illégale de leurs propres forces en Syrie. L’accusation selon laquelle d’autres partis font quelque chose que le gouvernement Erdogan fait lui-même est quelque chose que les médias turcs, réputés super menteurs, font régulièrement.

Dans les premiers stades du conflit, la Turquie et ses services de renseignement ont ouvertement autorisé divers terroristes de l’Etat islamique et d’al-Qaïda à utiliser le territoire de la Turquie et les camps situés à la frontière syro-turque comme plaque tournante du transport sur leur route vers la Syrie. Dans le même temps, la Turquie était activement impliquée dans le commerce illégal de pétrole volé en Syrie par  Daech et d’autres, dont des groupes mafieux turcs appartenant au fils d’Erdogan.

Plus tard, lorsque l’opération militaire russe, y compris les bombardements massifs des infrastructures pétrolières de l’Etat islamique, des convois et la révélation publique des faits de la coopération turque avec l’Etat islamique, a mis un terme à cela, la propagande officielle turque a porté son attention sur les accusations de toutes les autres parties impliquées dans le conflit de coopération avec Daech. Il a même affirmé que son opération militaire contre les milices kurdes à Afrin était dirigée contre Daech.

Ankara a envoyé près de 10.000 militants syriens en Libye pour soutenir le gouvernement d’accord national basé à Tripoli. Néanmoins, les médias turcs crient au scandale sur le petit nombre d’entrepreneurs militaires privés liés à la Russie embauchés par les Émirats arabes Unis pour soutenir l’armée nationale libyenne de général Haftar contre les forces soutenues par la Turquie.

Le général Haftar

 

 

 

Au cours des dernières années, la Turquie a occupé une partie notable du nord de la Syrie et a déployé des milliers de soldats dans le Grand Idlib pour protéger les terroristes liés à Al-Qaïda contre de l’armée syrienne. Par conséquent, il serait logique qu’Ankara trouve une «force étrangère» qu’elle puisse accuser de déployer ses propres troupes dans le pays.

Dans le même temps, si le déploiement de troupes égyptiennes pour soutenir l’armée syrienne s’avère vrai, ce sera une très mauvaise nouvelle pour la Turquie. Ankara semble toujours incapable de contrôler ses partenaires locaux d’Al-Qaïda et les chances d’une nouvelle vague d’escalade dans la région augmentent.

Les puissantes forces armées turques n’ont jusqu’à présent pas réussi à vaincre l’armée syrienne épuisée par des années de conflit contre des terroristes islamiste. Le résultat de la nouvelle escalade sera encore plus sombre pour la Turquie si les forces égyptiennes rejoignent la coalition soutenant Damas.

Source : SouthFront

L’accord militaire Iran-Syrie ne se réduit pas à la DCA. Des surprises en vue!

Des informations font état de « l’apparition des drones de combat particulièrement performants » en Syrie. Et qu’on se rassure, ils ne sont ni de conception turque ni de conception otanienne.  Al Masdar News qui revient sur le pacte militaire signé il y a tout juste un mois entre l’Iran et la Syrie croit savoir qu’il s’agit de nouveaux types de l’UAV que « les Iraniens auraient transféré » en Syrie afin de renforcer les capacités de l’armée syrienne à faire face aux « forces d’occupations US/Turquie » sur son territoire.

Le site d’information rapporte ainsi que des véhicules aériens sans pilote de type « inconnu » ont bombardé des positions terroristes pro-Ankara dans le territoire sous leur contrôle à Idlib, pendant une semaine consécutive, frappant avec une très haute précision des QG des chefs terroristes, des dépôts d’armes, mais aussi et surtout des véhicules blindés et des convois de camions-citernes qui servent au trafic de pétrole volé en Syrie par la Turquie puis expédié à bas prix vers l’Europe. Toujours selon cette information, les positions visées appartenaient aux terroristes pro-turcs,  aux « Casques blancs » affiliés à Hayat Tahrir al-Cham et qui coopèrent active avec les États-Unis.

photo distribuee par l’agence officielle syrienne sana montrant le ministre de la defense-abdallah-ayoub-d-et-son-homologue-iranien-amir-hatami-lors-de-la-signature-d-un-accord-de-cooperation militaire entre Damas et Téhéran.

Le pacte militaire signé entre la Syrie et l’Iran se concentre essentiellement sur le ciel syrien avec comme une prédilection pour la DCA. Le 21 juillet lors du tout dernier raid israélien contre le sud de Damas, les batteries de Khordad-3 iraniens de l’armée syrienne ont pris de court Israël avec des missiles antimissiles Sayyad avec une portée de 200 kilomètres et qui ont réussi à intercepter et à détruire dans le ciel d’Israël les missiles de croisière Delilah. Rien n’empêche l’Iran de transmettre à son allié syrien, des drones bien performants comme Bavar (dont peu d’information sont disponiblet » ou encore le tout nouveau, « Kian » qui est conçu et développé en deux versions toutes deux furtives et destinées aux longues missions de reconnaissance et de surveillance ainsi qu’aux opérations de frappe de précision. Il se peut aussi que les opérations antiterroristes de ces derniers jours à Idlib et à Alep aient été menées par cet appareil. Surtout qu’il s’agit d’un drone qui peut voler jusqu’à 5000 mètres d’altitude sur un trajet de plus de 1.000 kilomètres, suffisant pour opérer dans la zone d’opération Idlib/Alep.  

Et Al Masdar d’ajouter :  » Il y a peu les sources militaires iraniennes qui ont dévoilé la tour de contrôle mobile censée gérer le trafic aérien (ATC). Il s’agit d’un dispositif monté sur remorque et qui peut être transporté d’un endroit à l’autre, voire déplacé sur des terrains difficiles.

Source : PressTv


MISE À JOUR IMPORTANTE

Syrie: le « tueur » des F-35 Adir  est arrivé!

 

Un F 35 Adir abattu par la nouvelle DCA iranienne au-dessus de la Syrie.

Mercredi 8 juillet 2020, les sources iraniennes ont fait état de la signature d’un nouvel accord militaire et sécuritaire entre l’Iran et la Syrie qui n’a cessé depuis de provoquer moult analyses.

L’une des clauses de cet accord vise à « renforcer la DCA syrienne », qui a tenu bon face à des centaines de frappes israéliennes mais qui au regard d’une complexification des méthodes employées par l’agresseur, demande à être optimisée. Alors que l’Amérique de Trump fait tout pour proroger l’embargo sur la vente d’arme à l’Iran à son expiration en octobre, la Syrie devient par son alliance indéfectible avec l’Iran et l’axe de la Résistance, le théâtre d’un réel face-à-face : arme de la Résistance contre arme de l’Empire. Une chose est sûre : les éléments de la DCA made in Iran qui iront renforcer le ciel de l’est, voire du centre et de l’ouest syrien ont déjà fait leur preuve, l’US Air Force s’étant heurtée à leur pleine puissance, en été 2019 quand un Global Hawk US s’est aventuré dans le ciel iranien.

Israël use d’attaque électromagnétique, de leurre électronique, de missiles de croisières sans pour autant oser s’infiltrer réellement dans le ciel syrien. Souvent, Israël a été tenté par une infiltration tout en ayant leurré au préalable les radars de la DCA syrienne. Une fois la DCA made in Iran sur place, saura-il refaire le coup? Khordad-3 est l’une des pièces de la DCA made in Iran qui pourrait prendre de court Tel-Aviv. Le défi est de taille. Khordad-3 est une DCA propre à opérer dans un champ de guerre électronique puisqu’il a de quoi déjouer les missiles de croisière ou drones et avions agissant à distance. Mais comment? 

« Il est doté d’un système électro-optique, ce qui en a renforcé la capacité non seulement pour déjouer des attaques électroniques, mais aussi pour mieux intercepter des appareils furtifs ennemis. On sait à quel point Israël a abusé de l’usage des armes de précision à distance pour réduire à néant la DCA syrienne et dans ses toutes dernières agressions, même Pantsir, TOR et Buk qui composent le gros de la DCA syrienne ont été pris pour cible des assauts électromagnétique, dit un expert. 


VIDÉO IL Y A 1 AN

 


 

« En effet, des avions de guerre électroniques ou des drones sont engagés à créer de fausses cibles sur le radar de la DCA et quand le système de défense commence à tirer, des chasseurs, dotés des armes de précision de distance le localisent et l’interceptent avant de le détruire. Or pour faire face à cette tactique, le système Khordad-3 utilise simultanément deux systèmes, radar et dispositif électro-optique. En principe, il est très difficile voire impossible de perturber les systèmes électro-optiques d’où la vertu de Khordad-3. 

Les systèmes électro-optiques sont non détectables, au contraire des radars, ce qui les rend moins vulnérables aux ondes électromagnétique. Leur combinaison avec un système radar permettra à la DCA de continuer à opérer même en dépit d’une forte attaque électromagnétique. 

Les systèmes de défense Raad-2, le système d’artillerie Seraj et le système de défense Herz-9 sont des exemples d’équipement des systèmes de défense iraniens à se classer dans cette catégorie. Il s’agit donc d’autant de prototypes qui pourraient intéresser l’armée syrienne. Mais Khordad-3 est aussi doté d’antenne réseau à commande de phase. Il est donc en mesure de détecter et d’intercepter d’une manière passive ses cibles. C’est presque une forme de furtivité. Cela signifie que ce système peut détecter des cibles puis verrouiller des images dessus sans émettre d’ondes électromagnétiques et échapper de la sorte à l’interception enemie. Et à l’inverse, cette fonctionnalité signifie que l’ennemi est surveillé et même frappé sans en être alerté au préalable. Être passif rend également presque impossible toute tentative de brouillage. 

Un chasseur comme un F-16 utilise divers systèmes pour dévier le missile qui est tiré en sa direction, mais il est presque impuissant face aux missiles qui sont tirés sur lui à l’aide d’une DCA dotée de systèmes électro-optiques. Surtout si comme c’est le cas de Khordad-3, le système est également équipé de caméras thermique et de vision nocturne. Ce qui rend la DCA capable de poursuivre sa mission même dans la nuit et même dans des conditions météorologiques défavorables. Alors le pari est lancé : Khordad-3 contre les missiles de croisière israéliens, les drones voire même des avions furtifs. Les bluffeurs israéliens évoquent de plus en plus des missions des « F-35 » au-dessus de la Syrie. 

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial:L’oncle Donald est «l’homme le plus dangereux du monde»

Ce mémoire époustouflant de la nièce du président révèle la dynamique tordue de la première famille américaine « gravement dysfonctionnelle ». [Le livre s’est vendu à 950 000 exemplaires le premier jour, établissant un record pour l’éditeur. – LD]

Comme l’Amérique, Trump prétend être unique, exceptionnel, une auto-création brillante. Ce livre de sanièce séparée démolit ce mythe. Les mémoires impitoyables de Mary Trump reprochent à leur famille de l’avoir créé: elle le voit comme sa mission patriotique de «faire tomber Donald», et elle le fait en montrant à quel point le self-made man ultime a toujours été dérivé et dépendant.
Trump a d’abord été financé par un père indulgent, qui l’a payé pour être un show-off oisif et a fièrement recueilli des rapports de tabloïds sales sur ses singeries; de nos jours, il est soutenu par des hommes plus durs et plus rusés tels que Vladimir Poutine et le sénateur Mitch McConnell, pour qui il est un pantin facilement manipulable.
Sleaze and greft, nous découvrons ici, sont le patrimoine génétique de Trump.
Son grand-père a fui l’Allemagne pour éviter le service militaire et a fait fortune dans des bordels au Canada.
Son père était un propriétaire qui se faisait passer pour un promoteur immobilier pour récolter des subventions gouvernementales pour des propriétés qui n’ont jamais été construites.
Voici une photo de Donald Trump en 1975 , 29 ans, avec son père à Brooklyn
La mère de Donald, née dans la misère en Écosse, est restée si modérément économe qu’elle s’habillait chaque semaine avec son étole de fourrure et conduisait sa Cadillac rose dans la banlieue de New York pour récupérer de la petite monnaie dans les buanderies à pièces des immeubles appartenant à la famille; ses tirelires étaient des boîtes de conserve vides qui contenaient autrefois du saindoux. Elle est restée émotionnellement absente, préoccupée par ses maux, tandis que son mari considérait leur progéniture mâle comme de simples  empreintes de lui-même, engendrés pour s’assurer que la famille gardait la main sur son butin.
Élevé dans un tel environnement, comment Donald Trump pourrait-il ne pas émerger comme «un petit homme mesquin et pathétique»? N’ayant jamais reçu d’affection, il se la donne dans des orgies de lissage et de vantardise; les partenaires de vie qu’il sélectionne en série semblent avoir été choisis dans un catalogue de vente par correspondance.
Sa première épouse, Ivana, est résumée par Mary comme «tout flash, arrogance et dépit», avec un «penchant pour le regifting» révélateur. Les cadeaux ritualisés d’Ivana sont décrits comme un exercice de mépris: un Noël, elle présente à la mère de Mary un luxueux sac à main contenant un Kleenex usagé.
Ivana Trump ,sa mère.
Melania est, pour Donald, un trophée, destiné à occuper une niche dans une vitrine. Présidant un repas de la fête des pères à Trump Tower, Melania ne prononce qu’un mot toute la soirée. Ce mot, exprimant au mieux une curiosité théorique sur le monde, est: «Vraiment?» 
Melania photographiée en 1996 , alors qu’elle faisait des séances photo nues pour Max Magazine, un magazine français pour les hommes affamés de sexe

 

Tout au long  du livre, l’oncle de Mary n’est pas le président Trump mais simplement Donald. Avec un manque de respect désinvolte, elle le prive même de l’article défini déployé par Ivana qui l’a toujours appelé «le Donald». Les diplômes professionnels de Mary en tant que psychologue [elle a un doctorat] lui permettent de cocher rapidement ce qu’elle appelle les «pathologies» de Donald, qui incluent le narcissisme, la sociopathie et les troubles d’apprentissage qui peuvent être dus à la douzaine de Coca light qu’il siphonne quotidiennement. Dans une condamnation finale surprenante, elle accuse que son «besoin lâche de « vengeance »» sur les opposants le rend, dans sa nonchalance à propos du coronavirus à New York, responsable de ce qu’elle appelle un «meurtre de masse».

L’érotomanie peut être ajoutée à la liste de ses vices.

Mary Trump,sa nièce


Une fois à la piscine de Mar-a-Lago, Donald a dégoûté Mary en mesurant ses seins: « Putain de merde, quels gros lolos » remarque-t-il en salivant. Ce méchant oncle est tout idiot, sans surmoi pour retenir les doigts qui démangent de tweeter, jouent avec un gros bouton nucléaire rouge, ou prêt à «attraper par la chatte» toute femelle qui passe à proximité .

Chaque fois que Donald tentait de gérer une entreprise réelle – une compagnie aérienne, un casino ou une université douteuse – le résultat était la faillite.

Les mensonges qu’il raconte compulsivement sont pour Mary un autre «mode d’auto-agrandissement», une couverture pour son inadéquation tremblante. Malheureusement stupide, il a même dû engager « une mère porteuse » pour passer les examens d’entrée à l’université « en son nom ».

Toute sa vie, il a «échoué vers le haut»; il compte sur le fait d’être «récompensé pour son mauvais comportement», ce qui s’est reproduit lorsque le Sénat a bloqué sa destitution.

Vu par Mary, il est un être humain sous-développé, qui est instantanément passé de la petite enfance pleurnicharde à la vieillesse louche, passant à côté de l’âge intermédiaire de la raison et de la responsabilité, dans lequel le reste d’entre nous passe le plus clair de son temps.



EN COMPLÉMENTAIRE
Sur la mort de la démocratie
par Lasha Darkmoon
Les Américains auront le président qu’ils méritent dans quatre mois, soit Biden avec ses nombreux défauts, soit Trump avec ses nombreux défauts.  
Bernard Shaw a un jour observé: «La démocratie est un dispositif qui garantit  que nous ne serons pas mieux gouvernés que nous le méritons.» C’est peut-être pour cela que nous avons Trump, car Trump est ce que l’Amérique mérite.
Pourquoi la «plus grande démocratie du monde» est incapable de trouver d’autres candidats à l’exception de ces deux charmeurs actuellement proposés, l’incorrigible Trump et l’abominable Biden, est une énigme qu’aucun n’a été capable de résoudre. Dans un pays comme l’Amérique, on n’a plus le droit de voter pour le «meilleur» candidat. On est obligé de choisir le moindre de deux maux. (En France aussi)
Platon  a manifestement beaucoup réfléchi à cette question. Et ce qu’il a dit, plus de 350 ans avant le Christ, a encore beaucoup de sens aujourd’hui. «Pour un État dans lequel la loi est respectée, la démocratie est la pire forme de gouvernement, mais si la loi n’est pas respectée, c’est la meilleure.»
Platon croyait que la meilleure forme de gouvernement était une aristocratie bénigne: «les Gardiens». En bref, une dictature d’oligarques éclairés, un petit groupe de vieillards sages qui n’avaient aucune envie de plumer leurs propres nids ou de promouvoir leurs propres intérêts.[1] Leur seul souci était de statuer avec équité et justice dans l’intérêt de la majorité. Les femmes et les imbéciles étaient censés faire ce qu’on leur disait et ne pas se mêler des affaires de l’État. Une sage décision, à mon humble avis, tout bien considéré.
Jamais une seule fois dans l’histoire, pour des raisons trop complexes à expliquer ici, il n’a été possible de réaliser cette utopie platonicienne. Le plus grand bonheur du plus grand nombre, le but politique de l’utilitarisme benthamite, s’est avéré irréalisable. Nous vivons dans un monde darwinien mangeur de chien dans lequel seuls les plus aptes survivent. L’État profond, par lequel nous sommes gouvernés aujourd’hui, incarne ce principe impitoyable. L’État profond n’est pas intéressé à rendre la vie facile pour les masses. Il s’agit uniquement d’une prédation réussie.
Nos dirigeants peuvent être décrits comme les agriculteurs populaires; et nous, le peuple, sommes leur bétail.
Pour passer aux choses sérieuses: qui remportera les élections de novembre, Trump ou Bidden? Contre toute attente, je prédis une victoire pour Trump. Les sondages d’opinion donnent à Biden une énorme avance: 50% contre 38% pour Trump . Cela n’a pas de sens. 
Parce que Trump, avec l’état profond derrière lui, trichera. 
Rappelez-vous que c’est l’homme qui s’est frayé un chemin à l’université en engageant quelqu’un d’autre pour passer ses examens d’entrée à sa place.
Trump remportera la victoire, je crois, selon le principe proposé si cyniquement par Staline«Ceux qui votent ne décident de rien. Ceux qui comptent les votes décident de tout. » [2]
La vidéo ci-dessous révèle aux Américains à quoi ressemble vraiment leur président. Je ne m’excuse pas de l’avoir téléchargée. Après tout, ce sont les propres mots de Trump.
Trump est le meilleur proposé, semble-t-il. Nous devons être reconnaissants d’avoir Trump à la barre, aussi épouvantable qu’il puisse paraître à première vue. Pensez simplement à quel point cela aurait été pire si, au lieu de Trump, nous avions eu Staline – ou Néron, Caligula, Ivan le Terrible ou Genghis Khan.
Les Américains auront Trump parce qu’il est ce qu’ils méritent . C’est un compliment, pas une insulte. Trump est un produit du Zeitgeist américain . Il pense comme l’Amérique, parle comme l’Amérique, mange comme l’Amérique, se pavane comme l’Amérique et, de toutes les manières, tient le miroir de l’Amérique. Il est l’Amérique personnifiée. 

Une nation qui tombe en ruine, pièce par pièce:les États-Unis d’Amérique

 

D’abord, ils sont venus chercher le papier toilette et les essuie-tout, puis ils sont venus chercher de la farine et maintenant ils prennent vos pièces de monnaies. Oui, le public américain en face du virus COVID-19 doit maintenant faire face à ce que l’on appelle une  «petite pénurie de change» causée apparemment par les panneaux publicitaires. Les cafés et autres points de vente au détail qui traitent en cash ont été durement touchés par la pénurie, se trouvant dans l’incapacité d’apporter la monnaie. Apparemment, les gens ont décidé spontanément et en grand nombre que les nickels, dimes et quarts  (cinq cents,dix cents et vingt-cinq cents) , qui ont de la valeur en tant que métal, conserveront d’une manière ou d’une autre leur valeur mieux que les morceaux de papier imprimés par Washington.

 

 

Pendant ce temps, les armes à feu, l’alcool et même les pièces de monnaie sont en pénurie tandis que les citoyens effrayés construisent de solides abris de défenses dans leur maison.
Il y a beaucoup d’indices que le stratocruiser américain est sur le point de s’écraser.

 

Le gouvernement a agi de manière décisive pour faire face à la menace en demandant à la Réserve fédérale de convoquer  un groupe de travail de 22 personnes   pour les pièces de monnaie afin d’«atténuer les effets des faibles stocks de pièces causés par la pandémie COVID-19». Ironiquement, bien sûr, la Fed est la source de la longue souffrance de la devise américaine qui n’est soutenue par rien. Comme plusieurs des grandes banques privées, y compris JP Morgan et Bank of America, sont représentées dans le groupe de travail ainsi qu’un essaim de bureaucrates du gouvernement, on peut supposer que rien ne se passera, sauf peut-être une décision de changer la conception des pièces pour en éliminer Washington, Jefferson et Lincoln. Sacagawea (Le dollar Sacagawea est    pièce de monnaie d’un dollar aux États-Unis) peut rester sur la drôle de pièce d’un dollar, que personne n’a réellement vue depuis des années car elle représente une minorité ethnique approuvée.

Il y a beaucoup d’indices que le stratocruiser américain est sur le point de s’écraser. Ma femme et moi sommes allés dans un champ de tir local la semaine dernière pour un cours de recyclage. Je savais tirer de mon temps dans l’armée et dans la CIA mais je n’ai pas réellement tiré à l’arme depuis 1978 et ma femme a appris à utiliser une arme de poing il y a une quinzaine d’années lorsque nous avons pris la décision d’en avoir une disponible dans la maison « au cas où ». Pour être sûr, la situation actuelle avec des groupes radicaux dérangés non retenus par des politiciens irréfléchis et avec des médias complices, notre décision de nous réarmer   était basée sur l’hypothèse que nous ne pouvons  plus compter sur  une force de police démoralisée et passive pour nous protéger ou protéger notre propriété, en particulier s’il y a des connotations raciales dans les « qui fait quoi à qui ». Donc, nous devrons être prêts à nous défendre.

La première chose que nous avons apprise, c’est qu’il était difficile d’obtenir un rendez-vous avec un entraîneur d’armes licencié. Il nous a fallu des semaines pour prendre rendez-vous et nous n’en avons eu que parce qu’il y eu une annulation. Il semble qu’un grand nombre d’Américains ordinaires cherchent à se défendre parce qu’ils sont, comme nous, choqués de voir des politiciens ignorer les pillages, les coups et les incendies criminels alors qu’ils s’agenouillent devant des voyous. Pendant ce temps, les médias approuvent le processus, jetant également une condamnation générale sur la race blanche, ce qui suggère qu’il n’y a rien de bon à attendre  au bout de ce qui se passe en ce moment.

Nous avons fait notre entraînement au tir, mais le prochain obstacle consiste à améliorer nos armes. Nous avions un vénérable automatique de 9 mm et un revolver encore plus ancien de calibre 38. Les armes de poing modernes ont de meilleures caractéristiques de sécurité et leurs mécanismes fonctionnent plus facilement pour les mains vieillissantes.

 

fusil d’assaut AR-15

Nous recherchions un nouveau fusil automatique 9 mm et un fusil d’assaut AR-15 pour une plus grande portée si cela devenait nécessaire, mais l’homme du bureau des ventes a secoué la tête et a dit: «Non, tout cela est en rupture de stock pour six mois ou plus. . Tout le monde achète de nouvelles armes. Donnez-moi un acompte et je vous appellerai lorsque quelque chose sera disponible.

Donc, «tout le monde» s’entraîne pour tirer et acheter de nouvelles armes, et il est même  rapporté que les cambriolages  pour voler des armes dans les magasins d’articles de sport augmentent considérablement. Les armes sont un produit très recherché, ce qui signifie que la confiance que les gens accordent à l’État pour les protéger est sur le point de disparaître. Même les médias grand public ont remarqué la flambée des ventes d’armes à feu, mais ils utilisent ce fait, de manière prévisible, pour expliquer la flambée des homicides par arme à feu à travers le pays au cours des derniers mois. Plus d’armes,  selon  le Washington Post , signifie que plus de Blancs racistes armés dans les rues pour semer l’enfer, mais cela ne tient pas compte du fait que les morts par armes à feu ont été massivement commis par des noirs contre des noirs, comme cela  a toujours été le cas .

Je suggérerais également qu’au moins une partie de l’explication se trouve ailleurs,  dans le minimum de maintien  de l’ordre, car les flics ont compris qu’ils n’avaient personne de leur côté et qu’ils étaient mieux perçus en faisant  le moins possible  lorsque la fusillade commence. Les policiers ont, en fait,  été la cible  d’une grande partie des violences récentes. Au lieu de demander l’aide d’un flic, les victimes de crimes violents devraient appeler le 911 et demander à l’opérateur de demander au maire Bill de Blasio d’envoyer un travailleur social chaque fois qu’elles sont attaquées par des gangs en colère. Les flics du NYPD sont apparemment trop occupés de toute façon car  ils gardent la peinture des Black Lives Matter couvrant la Cinquième Avenue en face la Trump Tower.

 

Une autre chose que l’on a maintenant des difficultés à acheter :  l’alcool. Les gens sont déprimés et boivent beaucoup plus que la normale, ce qui peut, bien sûr, entraîner un comportement impulsif. Je vis en Virginie et notre magasin d’État est constamment vide et à court de tout. Un caissier m’a dit qu’ils vendaient 300% plus d’alcool que la normale pour cette période de l’année. La semaine dernière, je suis allé dans un grand magasin d’alcools bien connu à Washington DC et j’ai acheté les dernières bouteilles de notre scotch préféré  The Famous Grouse . Ils étaient épuisés et ne savaient pas quand ils en auraient davantage. Ma femme et moi prévoyons une   crise de Famous Grouse et nous avons discuté de l’installation d’un alambic dans notre sous-sol.

 

Enfin, un membre de la famille possède une entreprise de construction. Il a récemment déclaré que les affaires étaient en plein essor de manière inattendue, en partie parce que les gens construisent des abris de panique, des refuges et même des abris anti-retombées atomiques du style années 1960 dans et derrière leurs maisons. Mais contrairement à la menace d’une guerre nucléaire comme des années 60, la crainte actuelle est que les démolisseurs étant laissés libres par les autorités, les invasions organisées de maisons   dans les quartiers prospères ne sont pas si loin. La plupart des travaux de construction sont effectués de manière aussi discrète que possible, car les clients ne veulent pas que leurs voisins sachent à quel point ils ont peur.

Alors, nous y voilà. Les États-Unis sont troublés par une pandémie à laquelle le gouvernement semble incapable de répondre et qui a entraîné un chômage et des faillites records. Pendant ce temps, les armes à feu, l’alcool et même les pièces de monnaie sont en pénurie tandis que les citoyens effrayés construisent des abris de défenses dans leur maison. Et une grande partie du gouvernement à tous les niveaux agit comme s’il était du côté des destructeurs ou comme s’il en avait peur. L’Amérique a certes toujours eu des défauts, mais c’était autrefois une terre d’opportunités où les gens pouvaient prospérer et jouir de plus de liberté que presque partout ailleurs. Ces jours sont révolus, alors détendez-vous et branchez-vous sur les nouvelles du soir. Regardez un pays autrefois fier avec un peuple résilient et travailleur se désagréger sous vos yeux.

Source : A Nation Falling Apart , Piece by piece

 

 

 

 

 

Guerre entre le Nouvel Ordre Mondial et les Triades Chinoises:La Russie a fait son choix entre la Chine et les USA

Il y a un parallélisme entre le refus de la Corée du nord de continuer à négocier avec les USA, Maduro renvoyant l’UE et les États-Unis à leurs turpitudes, la Russie refusant le G7 et la Chine continuant sur sa ligne. A travers eux c’est la majorité de la planète qui affirme qu’il n’y a rien à négocier avec des gens qui de toute manière ne tiendront pas parole.
Moscou a enterré la dernière initiative de politique étrangère de Donald Trump – elle a refusé de rejoindre le G7 élargi.
Donald Trump et Vladimir Poutine

Quelle est la raison de cette décision? Après tout, il apparaissait que les États-Unis avaient invité la Russie à retourner dans le club des pays développés, reconnaissant ainsi l’impossibilité de résoudre les problèmes mondiaux sans l’aide de la Russie.

L’idée même de ramener la Russie au G7 a été avancée par Trump en juin. Il a proposé que le sommet du G-7 se tienne aux États-Unis (reporté à septembre en raison du coronavirus) dans un format élargi et a appelé la Russie, l’Inde, la Corée du Sud et l’Australie en tant que parties invitées. Dans le même temps, Trump a clairement indiqué qu’il invitait les quatre pays non seulement en tant qu’auditeurs, mais en considérant le sommet comme «G10 ou G11».
Modi de l’Inde et Donald Trump vus l’an dernier lors du G7.

 

Une offre flatteuse

L’objectif était simple: résoudre le problème mondial auquel sont confrontés les États-Unis et (à leur avis) l’ensemble du monde développé: contenir la Chine. Oui, il fut un temps où le G7 résolvait lui-même les problèmes mondiaux – cependant, dans sa forme actuelle, il en est incapable. La baisse de la qualité des dirigeants, la divergence des intérêts, le manque de volonté politique – tout cela a transformé les Sept d’un conseil d’administration mondial en un club de gentlemen des démocraties développées. Qui discutent des problèmes mondiaux, mais en même temps sont incapables de les résoudre à leur gré, ni de forcer les autres à le faire, ou même de s’entendre entre eux.

Lors du G7 à Charlevoix ,au Québec,Justin Trudeau a perdu toute crédibilité et tout respect.

Après le sommet de l’an dernier à Biarritz, le journal britannique Guardian a décrit très précisément le G7 comme “la relique d’une époque révolue”. Une époque où le président américain était respecté; où la diplomatie multilatérale portait ses fruits; où les processus mondiaux étaient contrôlés par des politiciens mondialistes, et non par des démagogues nationalistes; où les démocraties occidentales pouvaient convenir d’actions communes et mettre ces accords en pratique. Au sommet de Biarritz, ils se sont entendus sur une seule chose: comme le New York Times l’a justement souligné, la règle numéro un de la réunion était «ne pas fâcher qui vous savez».

Attirant quatre nouveaux pays à la table ronde, «vous savez qui» pensait résoudre deux problèmes en même temps. Tout d’abord, il trouvait des partenaires avec lesquels il parle le même langage du rationalisme (Russie) ou qui ne le méprisent pas pour son nationalisme et ses idées de droite (la Russie encore, la Corée du Sud respectueuse, l’Inde avec aussi une direction nationaliste de droite, ainsi que l’Australie, pas accablée d’idéologie particulière en politique étrangère). Deuxièmement, il recevait quatre pays qui, contrairement aux partenaires européens qui, selon Trump, en sous-estiment le danger, ont vraiment peur de l’expansion chinoise et sont soit prêts à participer à la contenir, soit (dans le cas de la Russie) théoriquement prêt à discuter de leur participation à ce projet.

La Russie au premier rang?

Au départ, Moscou a adopté une attitude attentiste et a déclaré qu’elle attendait une explication de l’initiative par la voie diplomatique. Le Kremlin voulait comprendre quel sens aurait pour lui de participer à cette noble réunion. Oui, sa participation élève son statut – mais la Russie n’est pas la bienvenue. Sans ambiguïté et fermement contre le retour de Moscou, il y avait au moins deux pays participants: le  Royaume-Uni et le Canada.

 

De plus, l’opinion publique américaine était contre. Contre aussi auraient été les partenaires de la Russie dans les pays du tiers monde, qui soupçonnent depuis longtemps le Kremlin de vouloir abandonner le concept d’un monde multipolaire dès le premier appel des États-Unis et de l’Europe à retourner dans le camp occidental.

Il est d’autant plus clair que la Russie a été invitée à retourner dans le camp occidental et qu’on lui a fait miroiter de «tout pardonner» dans le seul but de l’attirer dans le système de confinement de la Chine. La Corée du Sud, l’Australie et même l’Inde sont des pays nécessaires et utiles dans ce système, mais sans eux, il est toujours viable. Et sans la Russie, non.

Le Kremlin contrôle les processus en Asie centrale (par laquelle passent les routes commerciales terrestres chinoises vers l’Europe et de laquelle la Chine veut importer des hydrocarbures, et non pas des extrémistes islamistes frais émoulus des camps d’entraînement). La Russie a une longue frontière avec la Chine à travers laquelle elle peut fournir des ressources à la Chine en cas de blocus maritime imposé par les États-Unis. C’est pourquoi l’Amérique a besoin de la Russie. Mais la Russie a-t-elle besoin de ça? Qu’obtiendra-t-elle des États-Unis pour sa collaboration, ou du moins pour avoir démontré sa disponibilité (sous forme de participation au sommet du G11).

L’Ukraine? Nous allons nous-mêmes la récupérer au fil du temps. La suppression des sanctions? Aujourd’hui, ils les supprimeront et demain ils les rétabliront à nouveau. La promesse de recevoir Poutine dans les meilleures maisons d’Europe? Mais déjà tout le monde l’appelle et lui demande de résoudre ses problèmes. Quoi qu’il en soit, pourquoi Moscou devrait-elle abandonner ses relations de travail avec la Chine, entrer en conflit direct avec Pékin et être privée de sa liberté de manœuvre dans l’espoir d’obtenir des contreparties de l’Occident, auquel pour parler franchement le Kremlin n’accorde aucune confiance?

Apparemment, Washington n’a pas pu répondre à cette question. Et alors qu’ils y réfléchissaient, l’affaire a été sérieusement compliquée par la promotion aux États-Unis de l’histoire selon laquelle Moscou aurait payé les talibans pour tirer sur des soldats américains en Afghanistan.

Il y a encore plus de «highly likely» dans cette histoire que dans l’affaire Skripal: elle est basée uniquement sur le témoignage d’une «source de haut rang» au New York Times; la mission elle-même a été en quelque sorte réalisée à la mode estonienne (pour toute l’année 2019, un peu plus de deux douzaines de soldats américains sont morts en Afghanistan, et même si nous imaginons que le GRU a payé pour tous, le degré d’inefficacité est incroyable); au Pentagone et au renseignement américain, l’information donnée par le New York Times n’a pas été confirmée. Cependant, les politiciens démocrates ont déjà monté l’affaire en épingle, critiquant Trump pour “marcher sur la pointe des pieds” devant le président russe, et même les républicains écrivent déjà des articles sous le titre “Pourquoi Trump accorde-t-il la priorité aux intérêts de Poutine?” 


EN COMPLÉMENTAIRE 1

« Loi du Kremlin »  : tout ce qui ne va pas en Amérique (et ailleurs) est causé par la Russie

Selon Wikipédia, la loi de Godwin est une règle empirique énoncée en 1990 par Mike Godwin, d’abord relative au réseau Usenet, puis étendue à l’Internet :  « Plus une discussion en ligne dure, plus la probabilité d’y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Adolf Hitler s’approche de 1. »

La loi de Godwin  peut se généraliser de la manière suivante à la presse mainstream américaine et aux politiciens américains :

« Pour tous les grands médias et les responsables politiques américains, il existe un unique thème « le Kremlin », tel que pour toute discussion au sein de cette presse et de ces milieux politiques, la probabilité que ce thème soit abordé tend vers 1. ».

Dans cette loi,  le terme Kremlin inclut Vladimir Poutine, la Russie, les robots russes, les babouchka, les hackers, le GRU, les poupées russes et d’autres entités.

EXEMPLES

–    RussiaGate

Il est inutile de revenir ici sur le flop du RussiaGate relatif aux « fake news » des médias sur l’intervention russe dans les élections américaines et tout le cinéma qui a duré des années et coûté des millions de dollars pour finir en un non-lieu. 

–    Le point Godwin de l’histoire franco-russe ;
11 Mai, 2015 l’Humanité

–    Poutine et l’Ukraine: prolifération des points Godwin 06/03/2014 L’Express

–    Coronavirus aux USA ? la faute aux Russes !

On se rappelle que l’abominable Poutine des neiges avait déjà été accusé, entre autres choses, de militariser des pieuvres géantes, d’attaquer la démocratie américaine à coups de Pokémon (CNN !) et de manipuler les campagnes de vaccination.

Chers amis, l’ogre a passé un cap supérieur et va, tenez-vous bien, désormais utiliser… le coronavirus pour semer la discorde parmi les Américains !

Eh oui, c’est l’héroïque New York Times qui nous l’apprend. Les « arguments » sont certes quelque peu poussifs (et jetés en toute fin d’article) : l’épidémie coïncide avec la campagne électorale, elle est déjà l’objet de théories du complot et Trump l’a mal gérée. On ne voit pas trop le rapport avec Moscou mais notre bonne presse libre et démocratique ne s’arrête pas à ces futiles détails. Tremble, bon peuple américain, l’ours est là qui rôde, s’apprêtant à s’engouffrer dans la brèche virale. Heureusement, nos glorieux journalistes veillent… Source : Chroniques du Grand Jeu

–    Au 27 février 2015, le nom de Hitler a été mentionné près de 1.800 fois au Congrès depuis vingt ans

Le Congrès américain «adore parler d’Hitler», selon le site Daily Dot, qui a comptabilisé, grâce au projet Capitol Words, que le nom du dirigeant nazi avait été cité 1.771 fois depuis 1996 par les représentants et sénateurs américains, soit «7,7 fois par mois» en moyenne.

En comparaison, nous avons cherché quel était le chiffre pour la France, et si nos députés et sénateurs étaient aussi prompts au point Godwin que leurs homologues d’outre-Atlantique.

À partir des archives de l’Assemblée nationale, nous avons relevé, depuis juin 1997, 40 occurrences du nom Hitler dans les comptes-rendus de séance dans l’hémicycle. Une recherche dans les archives du Sénat français renvoie elle seulement 17 occurrences en séance publique depuis 1996. Beaucoup moins donc qu’aux États-Unis –en comparaison, une recherche sur «Hitler» renvoie 91 résultats rien que pour les années 2013-2014 du Congrès.

Le président russe Vladimir Poutine a été comparé
à Adolf Hitler plusieurs fois

–  Accuser le Kremlin est le seul jeu disponible

Ces derniers jours, le New York Times, qui a inventé l’histoire selon laquelle le Kremlin avait payé des primes aux talibans afghans pour tuer des soldats américains, a été particulièrement assidu en promouvant l’histoire d’une Russie perfide. La couverture initiale du Times, qui affirmait que l’activité avait été confirmée à la fois par des sources de renseignement et par le suivi du circuit de l’argent, a été complétée par des absurdités délirantes de l’ancienne conseillère à la sécurité nationale d’Obama, Susan Rice, qui demande « Pourquoi Trump place-t-il  la Russie d’abord? [au lieu de « L’Amérique d’abord. NdT]  » puis elle a appelé à une «réponse américaine rapide et significative». Rice, qui est mentionnée comme un choix possible de Biden pour la vice-présidence,   a été l’une des architectes de la destruction de la Libye et de l’escalade des opérations militaires et de renseignement américains dirigés contre une Syrie non menaçante.

Le Times relate également l’histoire d’un homme d’affaires pachtoune, contrebandier de drogue, qui semblait avoir beaucoup d’argent en dollars, ignorant le fait que l’Afghanistan est inondé de dollars et cela depuis des années . Une grande partie de l’argent provient des transactions sur les drogues, car l’Afghanistan est, depuis l’occupation américaine, le premier producteur mondial d’opium et de ses sous-produits.

Pour le NYTl’argent doit provenir forcément de Russie, , car deux minables talibans, qui ont probablement été torturés par la police afghane, ont dit que c’était le cas. Le Times cite également des sources anonymes qui allèguent qu’il y a eu des transferts d’argent d’un compte géré par les renseignements militaires du GRU du Kremlin vers un compte ouvert par les talibans. Notez les «présumés» et considérez pendant une minute qu’il serait stupide pour toute agence de renseignement d’effectuer des virements de banque à banque, qui pourraient être identifiés et suivis par les gars intelligents du Trésor américain et de la NSA. Essayez également de vous rappeler comment, il n’y a pas si longtemps, nous avons entendu des histoires fabriquées à propos de menaces d’ADM pour justifier la guerre contre l’Irak, puis contre l’Iran.

D’autres organes d’information du Parti démocrate, notamment CNN, MSNBC et The Washington Post, ont tous sauté sur l’histoire de cette prime, ajoutant des détails sur leur source présumée inépuisable de sources anonymes !!

Ainsi donc, les médias « sérieux » rapportent un «fait» à partir d’une simple rumeur.

Inévitablement, la direction du Parti démocrate a sauté immédiatement sur son cheval préféré, qui doit affirmer haut et fort à l’unisson qu’en cas de doute, c’est la Russie qui l’a fait. Joe Biden en particulier est «dégoûté» par la «trahison» de Trump laissant massacrer les troupes américaines car afin de  maintenir «une posture d’avilissement devant Poutine».

Qu’en est-il au juste ?

Le Pentagone enquêterait sur les circonstances entourant la mort de trois soldats américains par une bombe au bord de la route le 8 avril 2019 afin de déterminer un lien possible avec le rapport du NYT. Il y a également des inquiétudes concernant plusieurs décès à l’entraînement où des recrues de l’armée afghane ont dénoncé leurs instructeurs. Étant donné que les talibans n’auraient guère besoin d’une incitation à tuer des Américains et que seulement dix-sept soldats américains sont morts en Afghanistan en 2019 à la suite d’une action hostile, l’année à laquelle les renseignements se rapporteraient, on pourrait bien décrire toute initiative conjointe talibans-russes comme un échec cinglant, puisque presque tous ces décès ont été attribués à l’activité cinétique initiée par les forces américaines.

–  Le super terroriste SOROS s’y met aussi

Loin d’être un spectateur passif donnant des conseils utiles aux groupes de militants pour la démocratie, Soros a été fortement impliqué dans la restructuration des anciens régimes communistes en Europe de l’Est et a participé à la révolution dite des roses en Géorgie en 2003 et à la révolution de Maidan en Ukraine en 2014, toutes deux soutenues par le gouvernement américain et destinées à menacer la sécurité régionale de la Russie.

Soros déteste particulièrement le président Vladimir Poutine et la Russie. Il a révélé qu’il est loin d’être une figure bienveillante qui se bat pour la justice dans son article d’opinion du Financial Times de mars (payant) intitulé « L’Europe doit soutenir la Turquie pour dénoncer les crimes de guerre de Poutine en Syrie ».

L’éditorial est plein d’erreurs factuelles et est essentiellement un appel à l’agression contre une Russie qu’il décrit comme étant engagée dans le bombardement d’écoles et d’hôpitaux. Il commence par : « Depuis le début de son intervention en Syrie en septembre 2015, la Russie n’a pas seulement cherché à maintenir en place son plus fidèle allié arabe, le président syrien Bachar al-Assad. Elle a également voulu retrouver l’influence régionale et mondiale qu’elle a perdue depuis la chute de l’Union soviétique ». Tout d’abord, la Russie n’est pas « intervenue » en Syrie. Elle y a été invitée par le gouvernement légitime du pays pour apporter son aide contre divers groupes, dont certains étaient liés à Al-Qaïda et à l’État Islamique, qui cherchaient à renverser le président al-Assad.

Et à part Soros, peu d’experts réels sur la Russie prétendent qu’elle cherche à recréer l’« influence » de l’Union soviétique. Moscou n’a pas les ressources nécessaires pour le faire et n’a manifesté aucun désir de poursuivre l’ex-programme mondial qui était caractéristique au temps de l’État soviétique.

Suit alors un vol complet en hyperbole avec : « Vladimir Poutine a cherché à utiliser la tourmente au Moyen-Orient pour détruire les normes internationales et les progrès du droit humanitaire international réalisés depuis la seconde guerre mondiale. En fait, la création du désastre humanitaire qui a transformé près de 6 millions de Syriens en réfugiés n’a pas été une conséquence de la stratégie du président russe en Syrie. C’était l’un de ses principaux objectifs ». Notez qu’aucune des affirmations de Soros n’est étayée par des faits.

L’éditorial de Soros contient également quelques souvenirs, décrivant comment « en 2014, j’ai exhorté l’Europe à se réveiller face à la menace que la Russie faisait peser sur ses intérêts stratégiques ». L’article révèle que Soros n’est ni conciliant ni « diplomatique », ce qui montre clairement qu’il choisit ses ennemis sur la base de considérations idéologiques qui déterminent également ses choix quant à la manière d’encadrer ses entreprises. Compte tenu de tout cela, pourquoi est-il inimaginable que George Soros soit engagé dans une conspiration, qu’il soit clandestinement derrière au moins une partie du chaos créé par les antifas et les Black Lives Matter, ainsi que du flot d’immigration illégale qui, ensemble, ont peut-être déstabilisé fatalement les États-Unis ?

 

—————————————————

Mais le matraquage médiatique et le lavage de cerveau marchent à merveille en Amérique :

Les données démographiques sur les Américains qui croient aux conneries des «primes russes» sont déprimantes. Honte à vous, Américains !
Voici ce que titrait  Moon of Alabama du 7/7/2020:
La dernière infox de la série Russiagate n’a pas tenu plus d’une semaine

La récente tentative de relancer le « Russiagate » a échoué en à peine une semaine. C’est un échec embarrassant pour les médias qui l’ont mis en avant. Leurs « journalistes » sont tombés dans un piège d’une absurdité évidente. Ils ont laissé leurs sources les abuser à des fins politiques.

La marine russe a protégé l’Amérique durant la guerre civile

Des choses étranges se produisent dans les guerres civiles: pendant la guerre civile russe en 1919, 13000 soldats américains ont été envoyés par le président Woodrow Wilson pour attaquer la Russie et occuper les villes d’Archangelsk dans l’Arctique et de Vladivostok dans le Pacifique.

Or, un demi-siècle plus tôt, des milliers de marins de la marine impériale russe et leurs officiers ont inondé les villes de San Francisco et de New York. Mais les circonstances étaient très différentes. Ils étaient là pour défendre les États-Unis contre une invasion étrangère, et non pas pour la menacer, et ils ont brillamment réussi dans leur tâche.

Cette histoire incroyable est bien racontée dans « Friends in Peace and War: The Russian Navy’s Landmark Visit to Civil War San Francisco » de C. Douglas Kroll publié en 2007.

Comme le montre Kroll, le minuscule escadron du Pacifique de la marine américaine était faible à l’époque et les pirates (pilleurs du commerce) confédérés étaient encouragés par la Grande-Bretagne et parcouraient à leur guise l’Atlantique. Donc, le débarquement russe envoyait un message clair et indubitable: toute attaque navale britannique ou française contre New York ou San Francisco, le deux grands centres de commerce et de puissance financière des États-Unis à l’Est et sur la nouvelle côte Ouest constitueraient également une attaque contre la Russie.

Les rues de San Francisco et de New York regorgeaient d’officiers et de marins russes dans leurs uniformes brillants en 1863 et elles avaient entraîné des succès sociaux. D’innombrables défilés, bals et dîners dansants ont été organisés, souvent par les visiteurs Russes eux-mêmes.

Les deux escadrons ont été dépêchés par le tsar Alexandre II, qui, durant  toute sa vie, a été un grand et véritable ami des États-Unis, afin de protéger les côtes atlantiques et pacifiques d’Amérique contre les attaques des deux nations les plus puissantes du monde – les empires britannique et français. Ces deux empires ont choisi d’intervenir dans la guerre civile aux côtés de la Confédération, et ils se sont ouvertement orientés en 1862.

Les efforts de l’Empire britannique pour démanteler les États-Unis pendant la guerre civile ont été documentés dans les articles de Matthew Ehret.

Le gouvernement britannique était dominé dans les années 1860 par le grand champion de la démocratie, de l’ouverture des frontières et du libre-échange William Ewart Gladstone, dont le père avait fait fortune en étant le plus grand marchand d’esclaves au monde. Gladstone à l’apogée de son pouvoir et de son influence en tant que chancelier de l’Échiquier britannique ou ministre des Finances, a ouvertement insisté pour que soit reconnue la Confédération des esclavagistes.

La même politique a été poussée par le sinistre et brillant Robert Gascoigne-Cecil, plus tard pour régner en tant que secrétaire aux Affaires étrangères et Premier ministre en tant que Lord Salisbury après Gladstone de 1886, et la plupart du temps jusqu’en 1902. Il a dominé l’élaboration des politiques étrangères britanniques pendant 40 ans et jusqu’à sa mort, il a ouvertement regretté que l’Empire n’ait pas saisi l’occasion pendant la guerre civile de détruire les États-Unis.

C’est l’intervention du tsar Alexandre qui a empêché cela. Il pouvait voir, avec l’incendie et le pillage de Pékin en 1860, que Saint-Pétersbourg pourrait bien être le prochain objectif des vautours colonialistes anglais et français. Dans toute l’Eurasie, il a fait cause commune avec Otto Von Bismarck, nouveau chancelier de Prusse, pour unir l’Allemagne et repousser l’influence britannique et française du cœur de l’Europe.

Puis Alexandre a développé une amitié extraordinaire avec le président américain Abraham Lincoln. Ignoré pendant près d’un siècle et demi. «Le tsar et le président: Alexandre II et Abraham Lincoln, libérateur et émancipateur» par Marilyn Pfeifer Swezey (University of Wisconsin Press, 2009) a documenté cette étonnante amitié, menée par lettre entre les deux grands libérateurs de l’Est et de l’Ouest, qui sont tous deux assassinés et martyrisés par des assassins répugnants.

La protection de l’Union dans sa volonté d’abolir l’esclavage contre l’Empire britannique est au cœur de la passion morale du grand tsar et de sa vision stratégique de défendre son pays.

La grande stratégie d’Alexandre II n’est jamais enseignée dans les écoles et universités du monde occidental à ce jour, mais ce fut un brillant succès.

En 1870, la protection et le soutien russes avaient assuré la survie et la réunification des États-Unis en Amérique du Nord et l’unification de l’Allemagne en Europe.

L’alliance des empires britannique et français qui avait fait des ravages dans le monde entier depuis la Russie et l’Autriche-Hongrie jusqu’en Inde, en Chine, au Mexique et aux États-Unis pendant 20 ans a été brisée lorsque Napoléon III a été renversé en France après que les forces prussiennes l’ont capturé dans le Guerre de 1870.

Alexandre a placé la Grande-Bretagne sur la défensive stratégique mondiale pour la première fois depuis sa défaite lors de la guerre d’Indépendance américaine 90 ans plus tôt. En 1870, les États-Unis et l’Allemagne avaient déjà devancé la Grande-Bretagne dans la construction de chemins de fer et la production d’acier. Tous deux pratiquaient des politiques tarifaires protectionnistes pour protéger les emplois et le bien-être, les profits et les capacités industrielles de leurs propres peuples – un modèle qui était également adopté par le Japon. Entre les États-Unis à l’ouest et l’Allemagne à l’est, la Grande-Bretagne était confinée et ne pouvait plus constituer une menace directe pour la Russie.

Jusqu’à la Révolution russe et la folie arrogante de Woodrow Wilson (diagnostiqué comme un fou chronique par   Sigmund Freud lui-même, qui a écrit un livre à ce sujet), les États-Unis et la Russie impériale sont restés de bons amis.

Le tsar Alexandre a vendu l’Alaska aux États-Unis. Le secrétaire d’État de Lincoln, William Seward, a négocié l’accord. Alexandre a même invité Lincoln et sa première dame Mary Todd Lincoln comme invités d’honneur à Saint-Pétersbourg après son retrait de la présidence et Lincoln a accepté l’offre.

En l’occurrence, le véritable héritier de Lincoln, le général Ulysses S. Grant a accepté l’offre et a été chaleureusement diverti en tant qu’invité de l’empereur en août 1878, trois ans seulement avant son assassinat en 1881. (Grant, le plus astucieux des observateurs, a discrètement noté que le grand tsar semblait nerveux et épuisé après tant de tentatives contre sa vie par les révolutionnaires.)

Cette histoire vraie cruciale du contexte stratégique réel de la guerre civile américaine n’est jamais enseignée dans les écoles et universités américaines. Tous les politiciens, décideurs et experts américains (P3) l’ignorent totalement. Une fois de plus, l’ignorance totale et pathétique des leçons les plus profondes de leur propre histoire a fatalement aveuglé les Américains modernes.

Source : Shield of the Union: How the Russian Navy Protected America in the Civil War par Martin Sieff

——————————————–

Le poète américain Oliver Wendell Holmes a d’ailleurs commémoré le soutien de la Russie à l’Union dans l’un de ses poèmes, dont les deux vers finaux sont les suivants :

« Que Dieu bénisse l’Empire qui aime la Grande Union ;

Force à son peuple ! Longue vie au Tsar ! »

La Russie a vendu l’Alaska aux États-Unis

La capitale de la Compagnie russe d’Amérique à Novo-Arkhangelsk (« La Nouvelle Arkhangelsk », du nom d’une ville du Nord russe), en Alaska, 1837. Cette cité est aujourd’hui appelée Sitka.

Archives d’État de la marine russe, Saint-Pétersbourg

En 1867, la Russie a vendu le territoire de l’Alaska aux États-Unis pour 7,2 millions de dollars. Vingt ans plus tard, les Américains y ont découvert de vastes réserves d’or. La ruée ultérieure vers ce métal précieux a rapporté aux Américains des centaines de millions de dollars en échange de son modeste investissement initial.

En vendant aux Américains ces terres trop éloignées de Moscou, et donc trop difficiles à contrôler, la Russie a par conséquent accordé aux États-Unis leur 49e État, qui s’est révélé inestimable au cours de l’histoire.

La Russie a mené l’effort de guerre pendant la Seconde Guerre mondiale

Les États-Unis et l’Union soviétique étaient alliés pendant la Seconde Guerre mondiale. Les deux nations se sont unies contre un ennemi commun – les puissances de l’Axe – et leurs efforts de guerre ont largement contribué à la victoire commune dans le conflit.

En même temps, il est communément admis que l’Union soviétique a porté le fardeau de la guerre sur ses épaules et a sacrifié beaucoup plus de vies humaines et d’autres ressources pour la victoire. L’URSS a en effet alors perdu 26,6 millions de citoyens, tandis que les pertes américaines se sont élevées à 405.000.

En 2020,la Russie a célébré le 75 ième anniversaire de la Séconde Guerre Mondiale..

 


Refusez vous-même

Dans cette situation, les membres de l’équipe Trump eux-mêmes (par exemple, le conseiller à la sécurité nationale Robert O’Brien) ont suggéré au président de retirer en quelque sorte l’invitation à Poutine. Mais Trump ne pouvait pas le faire – et pas seulement parce qu’il aurait montré de la faiblesse. S’il retire l’invitation, cela signifie qu’il convient que les accusations des Russes dans le financement des fusillades de soldats américains par les talibans sont justifiées. Ainsi, il reconnaît l’exactitude de l’article du New York Times. Il y a un passage dans l’article disant que Trump était au courant de la fusillade au printemps – il le savait et restait silencieux. Par conséquent, le président américain qualifie désormais l’article de faux et ne veut par aucune de ses actions suggérer le contraire.

Et ici, apparemment, une élégante ruse à deux coups a été inventée. Dans une interview avec les médias russes, l’ambassadeur américain dans notre pays, John Sullivan, a fait une petite fuite. “Nous travaillons actuellement sur les détails et discutons avec le ministère russe des Affaires étrangères et les gouvernements des autres pays participants de la question de savoir s’il y a un rôle acceptable pour la Russie lors de ce sommet”, a-t-il déclaré. Ainsi, en fait, criant sur les toits que Moscou a accepté d’envisager sa participation à ce sommet antichinois.

Il n’est pas surprenant que le ministère des Affaires étrangères ait considéré ces mots comme une provocation et a noté qu’il n’avait rien arrangé avec personne, et Moscou ne participerait pas au sommet sous cette forme.

« Ce soi-disant “G7” élargi, en tant qu’idée, est pernicieux, car il n’est pas clair pour nous comment les auteurs de cette initiative envisagent de prendre en compte le facteur chinois », a  déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères Sergei Ryabkov. Et si Moscou exprime officiellement sa réticence à participer au sommet, alors le propriétaire de la Maison Blanche est hors de cause.

Ainsi, Moscou a officiellement fait un choix: elle n’est pas prête à contenir la Chine et même à participer à une discussion sur le sujet. Et il n’y aura pas d’autres sujets au G11. En effet, comme M. Ryabkov a continué à juste titre, « sans la Chine, il est tout simplement impossible de discuter de certaines questions dans le monde moderne ». Mais Trump n’est pas offensé par le refus – si Moscou exprime officiellement sa réticence à participer au sommet, alors de la part du propriétaire de la Maison Blanche il n’y a pas de gêne. Aucune invitation à annuler.

Dans le même temps, la Russie ne refuse pas un dialogue multilatéral avec les États-Unis et propose à nouveau à Trump de revenir à des options constructives – par exemple, le sommet des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU proposé par Vladimir Poutine. Cependant, cette option n’est pas très intéressante pour le président américain – et pas seulement parce qu’il est difficile de créer un système de sécurité collective contre la Chine dans des négociations avec la Chine. Trump soupçonne – et a toutes les raisons de le faire – que le sommet des Big Five deviendra le sommet des quatre contre un.

Et ce “un” ne sera pas la Russie, ni même la Chine. Mais “vous savez qui.”

Par  : Gevorg Mirzayan, professeur agrégé, Université financière

Gevorg Mirzayan est un expert du Moyen-Orient et un analyste de premier plan à l’agence Foreign Policy (www.foreignpolicy.ru). 

 

 

Document explosif: de nouveaux liens Trump-Melania-Epstein et une dissimulation massive

La véritable dépendance de Trump a été les prostituées et les stars du porno. C’est aussi sa faiblesse et pourquoi Roy Cohn, Barr, Guiliani et Cohen ont passé une grande partie de leur vie à nettoyer ses dégâts. Nous savons également que Trump ne refusera pas une petite fille quand Epstein en proposera une.

Qui d’autre a partagé Melania?

 

C’est aussi pourquoi 140.000 Américains sont morts et pourquoi l’Amérique se noie.

Snopes.com: « Epstein a déclaré qu’il avait présenté Donald Trump en 1998 à sa future épouse Melania »
Note de l’éditeur : Nous avons confirmé que Jeffrey Epstein possédait une agence de mannequins où il amenait des filles de Slovénie pour être utilisées pour séduire et faire chanter des hommes riches et puissants, selon une nouvelle histoire MSM (grands médias), au nom des services de renseignement israéliens.

 

 

Nous savons également que c’est Jeffrey Epstein qui a présenté Melania à Donald, ce qui est confirmé dans l’histoire MSM ci-dessous. Ces choses sont-elles liées?

#TuckFrump
@realTuckFrumper
Christian Reporter Suggests Jeffrey Epstein ‘Brokered the Sale’ of Melania to Donald Trump
Before we even get into what’s claimed below we want to set out
a few things so that everyone is on the same page.
Tru News is a racist organization that takes journalism down
to its lowest rung. It…politicalflare.com
Christian Reporter Suggests Jeffrey Epstein ‘Brokered the Sale’ of Melania to Donald Trump

 

 

@realDonaldTrump

12 juil. 2020

No, Radical Left anarchists, agitators, looters or protesters will not be knocking down or harming the Washington Monument, the Lincoln or Jefferson Memorials, or just about any other Federal Monumrnt or Statue. If they even try, an automatic 10 years in prison. Sorry!
Photo de profil, ouvre la page de profil sur Twitter dans un nouvel onglet
Firewire
@1Firewire
I heard Roger Stone is celebrating you commuting him by having a “swingers” party for his wife, you know like the ones he used to have at the Capital Couples Club in DC. Will you and Melania be joining in on the fun now that Epstein is gone? Just think it’ll be like old times!
WeThePeople

@PrincessBravato
So did Epstein sleep with Melania back in the day? How did trump get setup with her?
 
Photo de profil, ouvre la page de profil sur Twitter dans un nouvel onglet
#TuckFrump
@realTuckFrumper
Fox News edits Donald Trump — but not Melania — out of Jeffrey Epstein photo

 

Fox News edits Donald Trump — but not Melania — out of Jeffrey Epstein photo
Fox News was caught on Sunday editing President Donald Trump out of a photo in which he appeared with convicted sex offender Jeffrey Epstein. During a segment on the allegations against Ghislaine…
rawstory.com

 

Photo de profil, ouvre la page de profil sur Twitter dans un nouvel onglet
Shelora Fitzgerald
@SheloraFitz
The truth is both Donald Trump and Melania Knauss were involved with Jeffrey Epstein and Ghislaine Maxwell.
Markus Engel
@Markus_Engel_69
En réponse à @realDonaldTrump
You can have your lap dog #Barr fire as many DAs as you want, the truth will come to light. #TaxReturns #trumptax
1
Voir les autres Tweets de Shelora Fitzgerald
Photo de profil, ouvre la page de profil sur Twitter dans un nouvel onglet
Right Wing Watch
@RightWingWatch
Gotta wonder if Rick Wiles will keep getting White House press credentials now that he’s alleging that Ghislaine Maxwell « brokered the sale » of Melania to Donald Trump on behalf of Jeffrey Epstein.
 

Connecter des «points» ou plus que des points, beaucoup plus, impliquant Trump, Epstein et le contrôle israélien de Trump peut et nous pensons que cela a été fatal.

Que s’est-il passé dans le reste du film….?
(cette capture d’écran a été supprimée
à plusieurs reprises des archives VT
via un logiciel malveillant de niveau
de sécurité nationale qui a bloqué le site Web)

Nos gens comme Melania, disent qu’elle déteste Donald. Imagine ça!

Nous ne disons pas que Melania, qui est de Slovénie et est venue aux États-Unis en tant que mannequin, avec une histoire de films douteux, une histoire effacée par la chirurgie plastique et une action extrêmement agressive dans son pays d’origine….
Où est passé le nez?

Nous ne le disons pas du tout, mais nous disons que l’organisation Maxwell / Epstein était une opération du Mossad, ce qui est confirmé ici, sur la base de déclarations faites lors des audiences de confirmation d’Acosta. Du Daily Beast:
« L’affaire Epstein va-t-elle causer un problème [pour les audiences de confirmation]? » On avait demandé à Acosta. Acosta avait expliqué, en toute simplicité, apparemment, qu’à l’époque, il n’avait eu qu’une seule réunion sur l’affaire Epstein. Il avait rompu l’accord de non-poursuite avec l’un des avocats d’Epstein parce qu’on lui avait « dit » de reculer, qu’Epstein était au-dessus de son salaire. «On m’a dit qu’Epstein« appartenait au renseignement » et de le laisser tranquille», a-t-il déclaré à ses enquêteurs lors de la transition de Trump, qui a manifestement pensé que c’était une réponse suffisante et a décidé d’embaucher Acosta. (Le Département du travail n’a fait aucun commentaire lorsqu’il a été interrogé à ce sujet.)
Par «renseignement», ils voulaient dire «renseignement israélien», bien sûr. Ce qu’ils ont oublié de mentionner, c’est que sa cible était les États-Unis.
Trump Modeling did not close it doors until 2017 Tidbit— Epstein’s personal little black book, which was leaked by an employee in 2009, contained 14 phone numbers for Trump, his wife, Melania, and several people who worked for him

 

“He Said Not to Tell Anyone”: How Trump Kept Tabs on Jeffrey Epstein
In the months before he ran for president, Donald Trump was in conversation with National Enquirer owner David Pecker about his old acquaintance, Jeffrey Epstein, and how his sexual abuse scandal…
vanityfair.com

Maxwell venait d’une famille du Mossad, ils ont assassiné son père en 1991 pour avoir tenté de les faire chanter. Nous n’avons jamais pu trouver ce qu’Epstein a réellement fait dans la vie et nous avons vraiment cherché. Nous commençons avec lui quittant le collège sans diplôme et obtenant un emploi d’enseignant du père actuel du procureur général William Barr dans une école exclusive … bien qu’il n’ait pas de diplôme, d’expérience en enseignement, de certification … et était même alors un risque extrême à la Dalton School, cinondé d’intrigues d’abus sexuels.

Vient ensuite Les Wexner… et nous commençons à voir les mouvements vers le 11 septembre, la guerre avec l’Irak et l’effondrement économique en 2008…. Mais cette histoire est tirée du Daily Beast d’aujourd’hui:
« Donald Trump a déjà organisé une fête avec une liste d’invités composée uniquement de lui-même, Jeffrey Epstein et » 28 filles « , selon le New York Times , et a ignoré l’avertissement d’un organisateur concernant la conduite d’Epstein. L’événement «calendrier fille» se serait déroulé chez Trump, à Mar-a-Lago en 1992.
George Houraney, qui dirigeait American Dream Enterprise, a affirmé dans une interview qu’il avait organisé l’événement après une demande de Trump. «J’ai pris des dispositions pour que des concurrents arrivent par avion», a expliqué Houraney. 
– «Lors de la toute première fête, j’ai dit: ‘Qui vient ce soir? 
– J’ai 28 filles qui arrivent. plus lui et Epstein. » 
Houraney a ajouté qu’il avait averti Trump de la conduite de son ami, en se rappelant: «J’ai dit:  Écoutez, Donald, je connais très bien Jeff, je ne peux pas le laisser poursuivre les jeunes filles. »… 
Il a dit: « Écoute, je mets mon nom là-dessus. Je ne mettrais pas mon nom dessus et je ferais un scandale. »» 
Le  rapport du Times affirme également qu’Epstein a dit aux gens depuis les élections qu’il était celui qui avait présenté le président à sa troisième femme, la première dame Melania Trump. La Maison Blanche n’a pas répondu à la demande de commentaires du journal. »
En savoir plus sur TheDailyBeast.com

 

 

 

Va-t-on juger la prédatrice sexuelle et agent du Mossad Ghislaine Maxwell ?

Que Ghislaine Maxwell soit finalement en détention est certainement satisfaisant pour nous tous qui la croyions complètement complice des horribles crimes contre les filles mineures commis par elle et par son associé Jeffrey Epstein. Internet est déjà en train de spéculer en raison de l’élimination « inexpliquée » mais ô combien opportune,  d’Epstein dans une prison à sécurité maximale de Manhattan. Avant de tirer trop de conclusions, cependant, il existe un certain nombre d’autres développements dans son cas qui devraient être pris en considération.

Ghislaine Maxwell, ci-dessus en 2013, la fille du défunt magnat de l’édition britannique Robert Maxwell, est l’ancienne petite amie et proche associée d’Epstein.

Tout d’abord, l’arrestation de Maxwell n’a pas été fortuite. Elle a clairement fait des efforts pour cacher la majeure partie de sa fortune de plusieurs millions de dollars, mais elle était visible pour ceux qui savaient où chercher. Elle s’est déplacée librement, tout en gardant un profil bas, et a fait «des efforts intentionnels pour éviter la détection, y compris éviter de se déplacer deux fois dans un même endroit, en changeant son numéro de téléphone principal (qu’elle a enregistré sous le nom« G Max ») et son adresse e-mail, et en commandant des colis pour la livraison avec une autre personne figurant sur l’étiquette d’expédition. « 

La propriété où Maxwell a été arrêté par le FBI vu sur une photographie aérienne à Bradford, New Hampshire. Elle est accusée dans quatre chefs d’accusation d’avoir agi comme madame d’Epstein

L’acte d’accusation de 18 pages indiquait que «le gouvernement a identifié plus de 15 comptes bancaires différents détenus par la Maxwell ou ses associés de 2016 à nos jours, et pendant cette même période, le solde total de ces comptes a varié d’un total de des centaines de milliers de dollars à plus de 20 millions de dollars. » Maxwell a été inculpé de recrutement et de «préparation» de jeunes femmes pour qu’Epstein et elle les abuse, ce qui pourrait entraîner jusqu’à 35 ans de prison.

Comme Maxwell, 58 ans, qui a les nationalités britannique, américaine, Française et d’israélienne, présentait un risque de fuite considérable, elle n’a pas été mise en liberté sous caution après son arrestation.

Pendant que Maxwell se déplaçait librement, le FBI n’a apparemment même pas tenté de l’interviewer. Elle a passé beaucoup de temps avec ses avocats et aurait été vue prendre un café à Los Angeles, faire du shopping près de son appartement à Paris, visiter la Grande-Bretagne et rester sous protection en Israël . Elle est née en France et son père, l’espion israélien Robert, est présumé avoir la nationalité de l’État juif, qui lui aurait été transférable. La France et Israël sont extrêmement difficiles à traiter en matière d’extradition, de sorte qu’elle aurait probablement pu rester dans l’un ou l’autre pays et aurait évité des poursuites aux États-Unis. On pourrait également se rappeler qu’Epstein avait un véritable passeport autrichien sous un faux nom, un indicateur probable de ses liens avec les agences de renseignement. Il est fort possible que Ghislaine ait également une certaine forme de fausse identification.

Lorsqu’elle a été arrêtée, Ghislaine vivait dans une luxueuse maison de campagne sur 156 acres (63 ha) dans une partie rurale du New Hampshire. Elle avait acheté la propriété en décembre pour 1,07 million de dollars par le biais d’une société à responsabilité limitée qui ne porte pas son nom et qui a été créée par l’un de ses avocats. De toute évidence, la police savait exactement où elle pouvait être trouvée. La maison se trouve à deux heures de route de la frontière canadienne, ce qui aurait pu être un refuge prévu si elle avait senti que les forces de l’ordre se déplaçaient pour la rechercher, mais cela soulève la question de savoir pourquoi elle voulait retourner aux États-Unis. Je soupçonne qu’elle et ses avocats ont effectivement été en contact avec les autorités et qu’une sorte d’accord de plaidoyer de culpabilité a été envisagée.

Pourquoi maintenant? Le calendrier semble être lié à d’autres développements. La semaine dernière, la juge fédérale Loretta Preska a jugé que les documents relatifs à Epstein et Maxwell en possession de la victime plaidante Virginia Giuffre devaient être détruits. Les informations sur Epstein et Maxwell, extraites d’une poursuite civile intentée contre Epstein par Giuffre en 2015, semblent contenir les noms des personnes haut placées avec lesquelles Epstein avait fait « affaire », ainsi que ses autres clients et même ses victimes.

Preska a statué que les avocats de Giuffre avaient obtenu les documents de manière incorrecte et a ordonné que tous les éléments du dossier «soient détruits». Elle a également exigé la preuve que le matériel avait été détruit. On ne sait pas exactement où se trouvent les enregistrements secrets d’Epstein, mais le FBI a saisi tous les papiers et autres données au manoir de Manhattan après son arrestation. Certains croient cependant que Ghislaine a certaines des bandes, vraisemblablement cachées ou sous la garde de ses avocats.

La destruction des dossiers Giuffre endommagera gravement la procédure pénale engagée par le gouvernement contre Maxwell ainsi que le procès intenté par les victimes contre la succession d’Epstein. Ghislaine a été accusée d’avoir recruté des jeunes filles et de les avoir « préparées » à avoir des relations sexuelles avec Epstein et ses éminents clients , ce qu’elle a nié. Le procès à venir pourrait facilement se terminer relativement rapidement avec un aveu de culpabilité reconnu par Maxwell et une peine d’emprisonnement minimale négociée avec plaidoyer de culpabilité. Tous les documents relatifs à l’affaire, y compris les enregistrements, seraient scellés, ce qui protégerait notamment les autres actions publiques perçues, à savoir les personnalités éminentes et les agences d’espionnage qui auraient pu être impliquées en tant que victimes ou auteurs.

Tout indique que le ministère de la Justice, aidé et encouragé par les médias, cherche à enterrer certains aspects de l’affaire Epstein . Un récent documentaire sur Netflix « Jeffrey Epstein: Filthy Rich » évite soigneusement toute discussion sur l’aspect probable d’espionnage israélien des activités d’Epstein. Le père de Ghislaine, qui a présenté Jeffrey à sa fille, était un éminent espion du Mossad qui a reçu des funérailles d’État en Israël après sa mort mystérieuse en 1991, à laquelle ont assisté le Premier ministre ainsi que tous les anciens et actuels chefs des services de renseignement de ce pays. .

Un ancien ami de Jeffrey Epstein et Ghislaine Maxwell, photographié en 2005, a affirmé qu’ils l’avaient «forcé» à regarder les images car ils voulaient le convaincre de leur «pouvoir»

Une confirmation supplémentaire de la connexion israélienne provient d’un livre récent de l’ancien officier du renseignement israélien Ari Ben-Menashe, qui affirme qu’Epstein et sa partenaire du crime, Ghislaine Maxwell étaient impliqués dans le chantage d’éminents politiciens au nom du service de renseignement étranger d’Israël, le Mossad. Selon Ben-Menashe, les deux travaillaient directement pour le gouvernement israélien depuis les années 1980 et leur opération, qui était financée par le Mossad et également par des juifs américains de premier plan, était un «piège à miel» classique qui utilisait des filles mineures comme appât pour attirer des politiciens bien connus du monde entier . Les politiciens seraient photographiés et enregistrés sur vidéo lorsqu’ils étaient au lit avec les filles mineures. Le prince Andrew, Bill Clinton, des rois et émirs arabes, et Donald Trump étaient tous des visiteurs du manoir d’Epstein à New York où les enregistrements ont été réalisés, tandis que Clinton voyageait régulièrement à bord de l’avion «Lolita Express» qu’Epstein a utilisé pour transporter ses «amis» dans son domaine à La Floride et son île privée des Caraïbes [5], désignée par les habitants comme «l’île des pédophiles».

En ce qui concerne Maxwell et Epstein, personne au ministère de la Justice ne semble vouloir poser une question simple qui apporterait une grande clarté si on pouvait y répondre honnêtement. Des preuves concluantes que Jeffrey Epstein était un agent de renseignement israélien ou même américain pourraient fort bien être tirées des commentaires de l’ancien procureur américain de Miami Alexander Acosta lorsqu’il a ensuite été gracié par l’équipe de transition de Trump . On lui a demandé: «L’affaire Epstein va-t-elle causer un problème [pour les audiences de confirmation]?» … «Acosta a déclaré qu’il n’avait eu qu’une seule réunion sur l’affaire Epstein. Il avait rompu l’accord de non-poursuite avec l’un des avocats d’Epstein parce qu’on lui avait dit de se retirer, qu’Epstein était au-dessus de son salaire. « On m’a dit qu’Epstein appartenait à l’intelligence et de le laisser tranquille. » « 

Virgina Roberts, 17 ans, photographiée avec le prince Andrew à la maison de ville de Ghislaine Maxwell à Londres en 2001

Pourquoi personne dans les divers organismes d’enquête du gouvernement ou dans les médias traditionnels ne s’intéresse-t-il à ce qu’Acosta voulait dire, même s’il serait assez facile de lui demander? Qui lui a dit de reculer? Et comment l’ont-ils expliqué? La réponse simple pourrait simplement être qu’Epstein était en fait un espion israélien s’attaquant à des personnalités et à tout ce qui a trait à l’État juif, aussi malodorant soit-il, est un fil conducteur politique et interdit aux démocrates et aux républicains. Si tout cela est vrai, nous, le public, ne verrons rien d’un «procès-spectacle» de Ghislaine Maxwell dans lequel on nous révèlerait tous les noms des élites impliquées ou soumises au chantage israélien. La Maxwell disparaîtra discrètement du système judiciaire dans pas trop longtemps, elle sera de nouveau à l’extérieur, sur une plage près de Tel-Aviv, aux côtés de son criminel complice, Jeffrey Epstein, en emportant ses secrets exclusivement vers le Mossad.  

 

Les États-Unis, la France et le Royaume Uni ne sont, comme toujours face à Israël, que les dindons de la farce.

Source : Judgement Day for Ghislaine Maxwell Finally Arrives.

Epstein a été retrouvé mort dans sa cellule à New York le 10 août 2019
Le prince Andrew et Jeffrey Epstein se promènent ensemble dans Central Park à New York.

EN COMPLÉMENTAIRE

«NYMPHOMANIAC» 

Jeffrey Epstein et Ghislaine Maxwell «ont filmé des personnes puissantes ayant des relations sexuelles avec des filles mineures»

 

 

PÉDOPHILE Jeffrey Epstein et son ex-amante Ghislaine Maxwell ont enregistré des vidéos de personnes puissantes ayant des relations sexuelles avec des filles mineures, selon un ancien ami du couple.

Et le voleur de bijoux réformé, qui utilise le pseudonyme William Steel, affirme que le couple lui en a fait regarder certains pour prouver comment ils «possédaient» les gens.

L’ancien copain a également marqué Maxwell, qui a été arrêté la semaine dernière pour trafic de jeunes filles, une «nymphomane»

 

Dans une interview exclusive, l’ex-criminel devenu écrivain raconte comment on lui a montré des images montrant deux politiciens américains de haut niveau ayant des relations sexuelles avec des mineurs et deux personnalités de la haute société ayant un trio avec une fille mineure.

Steel – qui n’est pas payé pour cette interview – a également marqué Maxwell , 58 ans, qui a été arrêté la semaine dernière pour trafic de jeunes filles, une « nymphomane » sauvage qui tenterait « tout et n’importe quoi au lit ».

Il raconte: «J’ai été forcé de regarder leurs vidéos parce qu’ils essayaient de m’impressionner.

«Ils voulaient me convaincre de leur pouvoir et de ceux qu’ils tenaient en main.

«Ils se vantaient de« posséder »des gens puissants.

« Ghislaine était plus encline à me les montrer que Jeff.

«Lorsque vous êtes dans une situation comme celle-là, vous devez faire semblant de ne pas porter de jugement. Mais c’était choquant.

«C’ÉTAIT CHOC»

«J’ai vu des vidéos de personnes très puissantes – célébrités, personnalités mondiales – dans ces vidéos ayant des rapports sexuels, des trios, voire des orgies avec des mineurs.»

En 2018, Steel a écrit un mémoire explosif intitulé Sex And The Serial Killer – sur sa relation avec le tueur en série présumé multimillionnaire Robert Durst.

Il dit qu’il a inclus une partie de ce qu’il a vu au manoir de Palm Beach à Epstein, où Epstein a été accusé d’avoir agressé des jeunes filles, mais ces pages ont dû être caviardées pour des raisons juridiques et n’ont jamais été publiées.

«Jeff avait la main derrière le short de la jeune fille»

Il veut maintenant voir Maxwell punie pour ses crimes présumés.

Et il s’est engagé à donner toutes ses informations aux autorités et à témoigner devant le tribunal.

Il raconte: «J’ai vu des vidéos et des photos de personnes ayant des relations sexuelles avec diverses jeunes filles et avec Jeff.

«Il y avait des images de deux personnalités très en vue et d’une fille mineure ensemble.

«Deux politiciens américains de haut niveau étaient également dans différentes vidéos avec des mineurs.

«Ils m’ont montré des images en noir et blanc d’une femme dont on m’a dit qu’elle était de renommée internationale, une rock star bien connue et un autre homme ayant des relations sexuelles.

«On aurait dit qu’elle avait été prise dans les années 1960 et à leur insu.

«Ils voulaient m’impressionner et m’intimider. Ils étaient si puissants à cause de ceux qu’ils connaissaient dans le monde entier. »

Steel, qui a volé des millions de dollars en art et bijoux aux États-Unis, a également révélé comment Epstein et Maxwell achetaient ses biens volés – même s’ils étaient tous les deux si riches – pour donner aux filles qu’ils soignaient.

Il raconte: «C’était principalement des bracelets de tennis, des bracelets à breloques, des montres Piaget pour femmes.

«Je me souviens que les perles étaient une chose populaire.

«Rien de tout cela n’était pour eux. Ils n’avaient pas besoin d’acheter des bijoux volés.

«Ils n’avaient même pas besoin d’acheter des bijoux volés pour les filles, mais ils l’ont fait.

« Ils l’achèteraient comme cadeaux pour les filles qu’ils essayaient d’impressionner ou de soigner. »

La maison de Jeffrey Epstein a une grande empreinte au bord de l’eau dans la ville de Palm Beach

Steel a révélé comment il avait rencontré Epstein, retrouvé mort en août dernier alors qu’il attendait d’être jugé pour trafic de sexe, au milieu des années 1990 dans un magasin de diamantaires à Palm Beach, en Floride .

Il raconte: «Nous étions dans la salle à l’étage chez un diamantaire très haut de gamme, le genre d’endroit où seules quelques personnes sont autorisées à la fois.

«J’étais là à faire ce que je fais. Je rencontrais ma clôture.

«J’ai vu Jeff avec une jeune fille qui n’avait que 13 ou 14 ans et il avait sa main dans le dos de son short.

«C’est ce qui a attiré mon attention en premier.

«Elle était si jeune et il était beaucoup plus âgé. C’est à ce moment que j’ai su qu’il était sale.

«J’avais environ 200 000 dollars de bijoux dont je me débarrassais et j’ai ensuite entamé une conversation avec lui.

«Il a dit plus tard que la fille avec laquelle il était était sa nièce mais j’ai appelé des taureaux à ce sujet, lui disant que j’avais vu ce qu’il faisait avec elle.

«J’ai rencontré Ghislaine à un moment donné plus tard et nous avons été intimes à quelques reprises.

«Je ne dirais pas que c’était une relation – il s’agissait de savoir à quoi elle pouvait m’utiliser pour les aider.

«Moi étant un jeune gars arrogant de New York, voyant leur arrogance et leur richesse – je l’ai juste vu comme une opportunité de les traire pour ce que je pouvais.

«J’avais l’habitude de me vanter de ce dont j’étais capable pour eux.

«Quand je voulais impressionner ou effrayer quelqu’un, je sortais ma mallette et elle contenait des scanners de police, des gants, des crochets de verrouillage, des pistolets avec silencieux.

«Je possédais même une torche ultra-thermique qui brûlerait un trou en n’importe quoi en quelques secondes.

«J’ouvrirais la mallette pour montrer les bijoux et ils verraient avec quoi je me promenais, alors ils savaient ne pas me doubler.

« Cela a impressionné Ghislaine et Jeff. »

Steel raconte comment il voyait souvent des filles mineures aller et venir de leur manoir en bord de mer sur El Brillo Way, Palm Beach.

‘ELLE M’A FAIT FIXER ET A EU DU SEXE AVEC MOI’

Mais il ajoute qu’il n’a jamais été impliqué dans quoi que ce soit de sexuel avec eux et a toujours exprimé sa désapprobation.

Il ajoute: «Je n’ai jamais eu de relations sexuelles qu’avec Maxwell et des triplettes avec elle et d’autres femmes adultes.

«Je soupçonnais ce qu’elles faisaient avec les filles mineures, je connaissais leur routine, alors quand elles ont essayé de m’impliquer, j’ai dit: ‘Non, je ne suis pas dans le coup – tu ne me fais pas faire de vidéo tout cela ».

«Une fois – c’était l’avant-dernière fois que je les voyais – j’étais recherchée pour un crime grave, alors pour sortir de la ville, je suis allé les voir.

«J’avais prévu d’aller chez eux et de voler ce que je pouvais, mais j’ai fini par me reconnecter avec eux. Elle m’a attachée et a couché avec moi.

«En matière de sexe, elle était nymphomane.

« Elle était dans tout et n’importe quoi. »

Et même s’il dit que Maxwell était très fidèle à Epstein, elle savait aussi qu’un jour il serait sa perte.

Il explique: «Elle m’a dit qu’elle pensait souvent qu’elle devait faire quelque chose à propos d’Epstein, en me disant: ‘Il va être ma mort’.

«Alors, alors qu’elle le protégeait et l’aidait, elle complotait simultanément contre lui et essayait de prendre ses distances.

«Elle savait qu’ils pouvaient se tirer l’un vers l’autre.

«Je pense qu’elle se considérait comme la plus respectable des deux. Elle voulait que je fasse quelque chose pour Jeff. »

Il affirme que Maxwell lui a également confié son «plan Polanski» – du nom du réalisateur déshonoré Roman Polanski, qui a fui les États-Unis après avoir été accusé d’avoir violé une fille de 13 ans.

Il a déclaré: «Elle m’a parlé de son plan Polanski où elle fuirait en France parce qu’ils ne pouvaient pas l’extrader.

«J’ai été surpris d’apprendre qu’elle avait été récupérée dans le New Hampshire.

«Je veux que les autorités soient au courant de son plan avant son audience de mise en liberté sous caution.»

Steel se souvient que lors de ses dernières rencontres avec la paire, en 2005, Epstein et Maxwell semblaient traverser la propriété Palm Beach et tenter de jeter beaucoup d’objets.

Il a dit: «Ils semblaient se démener pour se débarrasser de choses comme les ordinateurs, les disques, des choses comme ça.

«EMMENEZ 100 JEUNES FILLES SUR L’ÎLE POUR L’ORGIE»

«Faisant ce qu’il a fait, franchissant la ligne et potentiellement faisant chanter tant de gens, il possédait des gens, à cause de ces vidéos et des photos qu’il avait d’eux dans des situations compromettantes.

«Une fois, Jeff m’a demandé – sachant que je connaissais bien les alarmes et les systèmes de sécurité – si je pouvais voir où il avait placé ses caméras.

«Je ne pouvais pas les trouver, ils étaient si bien cachés.

«Je savais de quoi il était capable et je ne savais pas s’ils m’avaient fait en vidéo, pas avec des mineurs parce que je ne l’avais jamais fait, mais avec elle et tout autre truc bizarre dans lequel ils étaient.

«J’avais donc besoin de ma propre monnaie de négociation.

«Je suis parti avec certaines de ces choses – des disques et des choses dont ils essayaient de se débarrasser.

«Je les ai envoyés aux autorités, mais je ne sais pas s’ils ont fait quoi que ce soit avec eux.

«Je ne sais pas ce que Jeff et Ghislaine ont fait avec les autres.

«Je pense qu’ils se sont débarrassés d’eux avant que les autorités ne mettent la main sur eux.»

Steel a déclaré que le couple lui avait également demandé de les aider à trouver des filles – mais il a refusé.

Il ajoute: «Ghislaine parlait toujours aux gens.

«Elle a essayé de me tirer dessus, mais je lui ai dit sans détour: ‘Ne me parle pas comme tu parles à ton personnel. Je vous fais des faveurs. Tu ne me parles pas. Je ne donne pas combien d’argent vous avez ».

«Ils savaient que j’avais des contacts dans divers endroits et ils m’ont offert de l’argent pour faire venir des filles, mais je ne les ai jamais acceptés.

«Ils m’ont dit:« Tout ce que les filles veulent, je peux les aider dans leur carrière de mannequin si elles le veulent ou payer pour leurs études, et ce ne sont que des massages ».

«Et j’ai dit:« Ouais, je suis presque sûr de ce que vos massages deviennent ».

«Et il me souriait simplement et me disait que je pouvais avoir ce que je voulais.
«J’ai dit que je ne voulais pas ça, ce n’est pas juste de profiter de ces jeunes filles. Ce n’est pas vrai.

«Il voulait que je l’aide avec un plan qu’il devait kidnapper ou payer 100 jeunes filles et les emmener sur une île où il aurait des relations sexuelles avec elles, des orgies, les utiliserait pour le chantage et aurait des bébés avec elles.

«Je lui ai juste dit de se taire. Je n’ai même réalisé qu’il était sérieux que des années plus tard.

«Pour lui, à cette époque, son objectif était de trouver des filles qui n’étaient pas des États-Unis.

«Il voulait des filles de l’étranger parce qu’il sentait qu’elles ne sauraient pas comment fonctionne le système de justice pénale aux États-Unis et seraient moins susceptibles de le dénoncer.

«Il a dit qu’il aiderait à s’occuper de leurs familles mais j’ai dit: ‘Je ne vais pas vous aider à ruiner la vie d’une adolescente’.

«Je veux réparer les torts que j’ai causés»

«J’ai toujours dû faire attention à ce que je disais.

«Je voulais qu’il me fasse confiance mais, de la même manière, je n’ai jamais su s’il m’organisait ou m’enregistrait. J’ai donc dû faire attention. C’était une ligne fine. « 

Steel prévoit maintenant d’écrire un livre sur ses expériences avec la paire notoire.

Il a déclaré: «Je pense que l’histoire doit être racontée maintenant.

«Il y a des gens qui échappent à la justice depuis trop longtemps.

«Vous savez, j’étais un voleur de bijoux et d’art professionnel, volant des millions de dollars de bijoux et d’art pendant des années, partout aux États-Unis.

«C’était comme une dépendance et à l’époque je l’aimais.

«J’ai adoré ce style de vie. . . jusqu’à ce que je commence à aller en prison dans les années 2000 et c’est là que j’ai eu un réveil et j’ai réalisé que ça n’en valait pas la peine.

«J’ai perdu tout ce qui compte.

«Je veux renverser la vapeur et aider les gens maintenant.

«Je veux réparer les torts que j’ai causés et dont j’ai été témoin et je veux coopérer avec les autorités dans cette affaire afin que ces personnes puissent être tenues responsables.

«J’ai fréquenté l’université et ils veulent que je parle à leurs étudiants et j’ai été humilié quand mon livre a été emmené au festival de Sundance.

« Je veux juste donner quelque chose en retour. »

Steel est l’auteur de Sex and The Serial Killer: My Bizarre Times avec Robert Durst, disponible sur Amazon .

 

 

 

La nièce de Donald Trump trace un portrait dévastateur du président et de leur famille

Une vision du monde façonnée par le désir d’éviter la désapprobation d’un père despotique, une dynamique familiale marquée par la cupidité, les trahisons et les humiliations : voilà comment Mary Trump décrit l’enfance du président américain dans un livre à paraître qu’ont obtenu plusieurs médias américains.
Le moment semble avoir été choisi pour la sorti de ce livre assassin alors que les terroristes d’extrème gauche ,les Antifa financés par George Soros
Dans des mémoires de 240 pages intitulés Too Much and Never Enough: How My Family Created the World’s Most Dangerous Man (Trop et jamais assez : comment ma famille a créé l’homme le plus dangereux du monde), Mary Trump lève le voile sur la jeunesse de son célèbre oncle et dissèque les comportements destructeurs de sa famille dysfonctionnelle.
Titulaire d’un doctorat en psychologie clinique, elle le présente comme un être narcissique, répondant aux neuf critères de la définition clinique. Plus encore, elle dresse le portrait d’un individu aux multiples troubles psychologiques, inapte à exercer la fonction de président.
Elle dépeint un environnement familial toxique dans lequel les abus allégués du patriarche, Fred Trump, auraient privé le jeune Donald de la capacité de développer et de vivre tout le spectre des émotions humaines, et va jusqu’à qualifier les deux hommes de sociopathes.

En empêchant Donald de vivre pleinement ses propres sentiments et en rendant bon nombre d’entre eux inacceptables, Fred a perverti la perception du monde de son fils et a nui à sa capacité à y vivre.

Mary Trump
Selon elle, Donald Trump a, par ses comportements, soigneusement cherché à éviter le mépris qu’affichait son père pour son frère, de sept ans son aîné, et a réservé à ce dernier le même manque de respect.
Pour Fred Trump père, qui faisait de son fils éponyme un souffre-douleur qu’il ridiculisait, la sensibilité, les erreurs et les excuses étaient un signe de faiblesse, affirme Mary Trump.
Donald Trump, qui évalue les autres en termes monétaires et a appris à mentir pour convaincre les gens qu’il était meilleur qu’il ne l’était en réalité, a érigé la tricherie en mode de vie, poursuit-elle. Elle va jusqu’à affirmer qu’il faisait faire ses devoirs par l’une de ses sœurs et qu’il a payé quelqu’un pour passer à sa place l’examen d’admission des universités américaines.

L’ego de Donald a été et reste une barrière fragile et inadéquate entre lui et le monde réel, auquel, grâce à l’argent et au pouvoir de son père, il n’a jamais eu à faire face.

Mary Trump
Mary Trump se permet en outre de citer sa tante Maryanne Trump Barry, une juge fédérale à la retraite, qui aurait dit de son frère, lors du lancement de sa campagne présidentielle, qu’il était un clown. Selon sa nièce, l’ancienne magistrate aurait été particulièrement déconcertée par l’attrait que son frère, un homme sans principes, exerçait sur les évangélistes.
Un danger pour les États-Unis
La nièce du 45e président américain ne passe pas par quatre chemins pour décrire les risques que pose, selon elle, Donald Trump pour les États-Unis.
Si on lui accorde un second mandat, ce sera la fin de la démocratie américaine, argue-t-elle.
Donald, suivant l’exemple de mon grand-père et avec la complicité, le mutisme et l’inaction de ses frères et sœurs, a détruit mon père. Je ne peux pas le laisser détruire mon pays, écrit Mary Trump, dont le père, Fred, le frère aîné du président, a succombé à une crise cardiaque découlant de ses problèmes d’alcoolisme alors qu’elle-même n’était qu’une adolescente.
Dans une entrevue accordée au Washington Post l’an dernier, Donald Trump, qui n’a pas l’habitude de faire son mea-culpa, a exprimé des regrets sur les pressions que lui et son père ont exercées sur Fred Trump, qui aspirait à devenir pilote de ligne plutôt que de travailler dans l’entreprise familiale.
Démenti de la Maison-Blanche
Le livre « Too Much and Never Enough: How My Family Created the World’s Most Dangerous Man » (Trop et jamais assez : comment ma famille a créé l’homme le plus dangereux du monde) doit paraître le 14 juillet.
Je n’ai pas encore vu le livre, mais c’est un livre rempli de faussetés, a réagi dans un premier temps la porte-parole de la Maison-Blanche, Kayleigh McEnany, dénonçant des allégations ridicules, absurdes et n’ayant absolument aucun rapport avec la vérité.
Mary Trump et l’éditeur de son livre peuvent prétendre agir dans l’intérêt public, mais ce livre est clairement dans l’intérêt financier de l’auteur, a par la suite soutenu la porte-parole adjointe de la Maison-Blanche, Sarah Matthews, dans un communiqué. Dans sa brève déclaration, elle ajoute que le président dit avoir eu une relation chaleureuse avec son père aimant et dément spécifiquement les allégations sur le test d’admission.
L’éditeur Simon & Schuster a devancé à la semaine prochaine la publication du livre, dont la sortie était prévue à la fin du mois et qui s’est retrouvé au centre de poursuites visant à en empêcher la publication.
La semaine dernière, une cour d’appel a renversé l’ordre d’interdiction temporaire de parution visant la maison d’édition qu’avait obtenue d’un tribunal inférieur le frère cadet du président, Robert Trump.
Ce dernier allègue que Mary Trump a violé un accord de confidentialité lié à l’acceptation de l’héritage du patriarche qui avait lui aussi fait l’objet d’une bataille judiciaire. La décision sur cet enjeu pourrait être rendue cette semaine.
Les médias avaient déjà rapporté il y a quelques semaines que Mary Trump révélait dans son livre avoir fourni au New York Times les documents financiers au centre d’une vaste enquête menée par le quotidien en 2017. Le Times avait signalé à l’époque que Donald Trump avait reçu plus de 400 millions de dollars américains (en dollars d’aujourd’hui) provenant de l’empire immobilier de son père, dont une grande partie provenait d’actes d’évasion fiscale commis dans les années 1990.
En après-midi, le livre de Mary Trump trônait déjà en tête de la liste des meilleurs vendeurs d’Amazon, devant celui de John Bolton, The Room Where It Happened: A White House Memoir (La pièce où c’est arrivé, mémoires de la Maison-Blanche), lui aussi publié par la même maison d’édition.
Une énième description peu flatteuse
C’est la première fois qu’un parent de Donald Trump expose ainsi des secrets familiaux, mais plusieurs anciens membres de l’administration Trump ont déjà dressé un réquisitoire sévère contre leur ancien patron.
Dans un livre récent, l’ex-conseiller de la Maison-Blanche à la sécurité nationale John Bolton affirmait entre autres que Donald Trump confondait les intérêts américains avec ses intérêts personnels.
Dans la même veine, CNN a publié la semaine dernière un article avançant que d’anciens collaborateurs du président le percevaient comme une menace à la sécurité nationale, et, au début du mois, l’ex-secrétaire à la Défense James Mattis portait lui aussi un jugement sans appel sur son ancien patron dans une lettre ouverte.
Au cours des dernières années, certains ont préféré se confier à des journalistes comme Bob Woodward, dont les sources parlaient d’un homme inculte, colérique et paranoïaque.
Avant de le démolir davantage malgré tous ses torts,il faut se souvenir aussi de lui comme le premier président à ne pas déclencher une guerre dans son mandat …depuis fort longtemps!

Mardi 16 h 20, l’Iran offre à l’Amérique un traitement efficace à 95% contre le COVID, sera-t-il refusé?

Mardi dernier, à 16 h 20, des représentants de l’Iran ont remis le document ci-dessous à l’ambassade des États-Unis à Vienne en Autriche. Il a été examiné à l’ambassade, accepté et on nous a assuré qu’il serait envoyé à la Maison Blanche.

« C’est un cadeau que nous ne pouvons pas refuser, un vrai cadeau de la nation iranienne. » (Haut fonctionnaire consulaire, Ambassade des États-Unis en Autriche, 30 juin 2020 à 16 h 20.

 

Nous publions ceci comme preuve qu’un remède COVID a été proposé aux États-Unis. Nous ne vendons rien et nous n’avons rien à prouver. Nous établissons simplement les faits et rien d’autre. Nous faisons ce que nous pouvons. Nous ne pouvons ni plus ni moins.

Jusqu’à présent, il n’y a eu aucune réponse.

Qu’est-ce qui est affirmé ici?

Ces informations détenues ici sont une feuille de route pour débarrasser les États-Unis du COVID-19 en mois, pas en années, peut-être même en semaines. Le succès de cette méthode utilisant la technologie GANS est de 95%.

Des régions clés de l’Iran traitent maintenant avec succès COVID-19. Ces technologies exclusives ont été offertes gratuitement aux États-Unis. Les photos ci-dessous sont les installations de traitement basées sur la technologie de Keshe et leur distribution en Iran:

Distribution aux mosquées.
Nettoyage des rues.

 

 

Production du GANS.

 

La Fondation Keshe et l’Université de la Défense nationale d’Iran invitent les États-Unis à envoyer une délégation médicale en Iran pour examiner leur traitement du COVID-19 basé sur le GANS.

Unité de production du GANS.

 

Production du GANS:autre type d’unité de production.

Vous voyez, l’Iran a un remède magique pour COVID-19, l’un étant distribué gratuitement dans les mosquées, l’autre étant fabriqué par des Iraniens à la maison. Dans les régions de l’Iran où cela a été utilisé, et il y a eu des problèmes dans lesquels nous allons nous pencher, on nous dit que les décès sont désormais nuls et depuis des semaines.

Dans d’autres domaines, des problèmes subsistent.

La clé de cette offre, à laquelle le président Trump n’a pas répondu, et c’est pourquoi elle est publiée maintenant, sinon elle serait toujours hautement classée secrète:

  • Soit quelqu’un a caché cela au président, soit
  • Le président Trump, selon Mehran T. Keshe, n’accepte pas un cadeau qui sauverait des dizaines de milliers d’Américains.

Le rapport de 102 pages décrit leurs données sur le coronavirus et les détails de leur utilisation du GANS (gaz dans un nano état) lié à Keshe pour traiter les patients COVID-19 et éliminer le virus.

Parallèlement à l’offre de ce transfert de technologie, sans aucune condition, il existe également une offre politique, d’ouvrir un dialogue directement avec le président Trump.

On nous a dit que ce document et l’offre politique ont également été transmis par l’ambassade au président.

Nous mentionnerons également que ce traitement n’a pas été appliqué en Iran sans quelques difficultés de la part de la bureaucratie sanitaire profondément enracinée.

Les photos ici sont extraites du document envoyé directement à Trump.

L’état nanométrique d’un GAZ «CAPTURÉ» et CONCENTRÉ est déjà à l’état plasmatique magnétique-gravitationnel, qui émet ses propres champs d’énergie magnétique plasma en rotation, tout comme le Soleil, tout en attirant des champs plasmatiques gravitationnels. Un conteneur de GANS contient essentiellement des millions de soleils.

Ce flux d’énergie de rotation est dirigé par des bobines nanocouches magnétiques et gravitationnelles placées intentionnellement montées dans une unité MAGRAV. C’est l’interaction des champs MAGRAV entre les nano-plaques et d’autres matières qui crée la condition qui permet au GANS de se manifester.

Nous savons maintenant que le GANS est un autre état de la matière à son niveau atomique. C’est la chose la plus proche de la source d’énergie dans cette expérience en ce moment et elle vibre à une fréquence parfaitement équilibrée. Le GANS peut être utilisé pour attirer et repousser ou peut être utilisé pour équilibrer un autre champ similaire. Il contient une ou des notes parfaitement accordées qui permettent aux systèmes du corps de se réaccorder ou de se concentrer.

 

 

Types de GANS. Tout peut être converti en fait dans un état GANS. Le principal GANS de cette technologie est le Co2 / ZnO issu de la méthode des plaques de cuivre et de zinc, mais d’autres métaux peuvent être utilisés, puis des matériaux non métalliques tels que le calcium, les aliments, l’eau de mer, le sol, etc. peuvent également être fabriqués.

Une fois que vous avez un GANS, le gel de base peut être utilisé, ou il peut être séché en pâte ou en poudre, selon l’application envisagée. La tête d’eau distillée au-dessus d’un gel de gans décanté est appelée eau GANS, et l’eau qui a été chargée par les solutions GANS adjacentes est appelée eau plasma: ainsi, le GANS, l’eau GANS et l’eau plasma peuvent tous être utilisés pour les diverses applications.

Source :

Breakthrough: Tuesday 4:20 PM, Vienna, America is given a COVID cure, Will it be withheld?

The same offer stands for Israel, during her current COVID 19 crisis

Gordon Duff, Senior Editor

Veterans Today

9 juillet 2020

——————————————– 

Inquiet pour le Coronavirus ?

Un physicien nucléaire iranien a trouvé une solution. Meheran Tavakoli Keshe a découvert que les virus peuvent perdre leur énergie et se déconnecter de la cellule humaine. Dans la nouvelle science du plasma, il enseigne que le virus est porteur d’un champ magnétique gravitationnel. Et en utilisant le GaNS (Gaz à l’état nano solide), il a pu drainer l’énergie du virus et l’éradiquer.

Malheureusement, la communauté scientifique prend trop de temps pour avancer, de nombreux processus sont nécessaires pour que la recherche soit validée. Nous n’avons pas le temps pour cela. Pendant ce temps, beaucoup de gens meurent. Cependant, M. Keshe a enseigné comment les gens peuvent prévenir et éradiquer le Coronavirus à un coût presque nul et avec des objets que l’on trouve chez soi. Il suffit de quelques fils de cuivre, un morceau de zinc, de l’eau salée et d’une petite batterie.

Il a donné le nom « 1Cup-1Life » à sa découverte, parce qu’elle a le pouvoir de sauver la vie de ceux qui l’utilisent. La 1Cup-1Life a été testée à grande échelle par des personnes infectées en Chine, en Iran, et dans d’autres pays. Tous les tests sont très positifs ; et 2 hôpitaux l’utilisent déjà en Iran et en Chine.

Pour plus d’informations sur la fabrication de la 1Cup-1Life,

visitez le site web : fr.kfwiki.org

https://plasma-laurentides.org/en/1cup1life-fonctionnement/ 

Le protocole de soin https://plasma-laurentides.org/wp-content/uploads/2020/02/1C1L-intmanuals-fr.pdf

https://plasma-laurentides.org/en/protocoleperso/

Quelques sites internet qui diffusent les enseignements relatifs à la science du plasma découverte par Keshe :

https://keshe.foundation/

https://plasma-laurentides.org/

https://www.essenceplasma.eu/la-fondation-keshe/

https://www.nutriliberte.com/keshe-plasma-science/?mobile=1

Et le wiki keshe fr : https://fr.kfwiki.org/wiki/KF_Wiki

pour avoir toujours les dernière mises à jour des tutoriels de fabrication 1c1l 1,2 et 3 :

https://www.facebook.com/groups/893251467725647/permalink/1017635228620603/ 

Quelques groupes FB francophones de gens qui partagent leur expériences, les plus avancés aidant les autres :

Zone cristal : https://www.facebook.com/groups/1057193807624310/

Groupe espace plasma libre : https://www.facebook.com/groups/893251467725647/

Plasma Laurentide groupe : https://www.facebook.com/groups/1057193807624310/

Les dernières évolutions :

La technologie Plasmique a prouvé son efficacité.

Aujourd’hui le virus est compris et maitrisé par cette technologie naturelle qui va agir au niveau de l’âme .

Deux grandes université scientifique dans le monde (en Iran et au Brésil) ont accepté de tester la technologie et d’en étudier sérieusement les effets et les résultats obtenus.

Un courrier à été envoyé aux dirigeants du monde entier pour leur proposer cette technologie :

– à l’efficacité prouvée

– sans aucune contre-indication ni effets secondaires

– très économique

– écologique

– bienfaitrice pour de nombreux autres choses (tous les virus autres que Corona, autres maladies, renforcement de la santé de tous….)

cliquez ici pour lire le courrier envoyé aux gouvernements

Un document scientifique de 90 pages va est mis GRATUITEMENT à disposition de toutes les universités, centre de recherches, gouvernements etc…

Ce document apportera toutes les preuves et explications nécessaire pour déclencher au niveau mondiale une éradication totale du virus et une guérison de toutes les personnes contaminées.

La seule question qui se pose, est de savoir si les autorités compétentes vont reconnaitre et accepter l’utilisation de cette technologie qui ne va pas enrichir une élite mais servir l’humanité.

Seule la propagation de cette information au plus grand nombre pourra empêcher le barrage de ceux qui tirent encore les ficelles.

Cette partie du combat contre le coronavirus dépend de chacun de nous.

Notre devoir et notre responsabilité est de partager l’information au plus grand nombre.

Nous comptons sur vous pour agir et nous vous en sommes immensément reconnaissants

Source : https://www.covid19espoir.com/keshe-la-solution-plasmique

 

 

 

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial vs les Triades:Une volonté de renverser les États-Unis

Le 25 mai 2020, à Minneapolis, Minnesota, un officier de police, Derek Chauvin, qui avait déjà déposé 18 plaintes contre lui, a tué un Noir, George Floyd, en s’agenouillant sur le cou pendant près de neuf minutes.

WASHINGTON, DC – JUNE 22: Protesters pull down a fence surrounding the statue of Andrew Jackson in an attempt to pull the statue down in Lafayette Square near the White House on June 22, 2020 in Washington, DC. Protests continue around the country over police brutality, racial injustice and the deaths of African Americans while in police custody. .
La destruction ou la suppression de statues par la foule apparaît comme une tentative d’effacer l’histoire des États-Unis … Ce qu’ils font ressemble à une prise de pouvoir à l’ancienne. La première loi des accapareurs de pouvoir est que si personne ne les arrête, ils continuent – souvent avec des conséquences catastrophiques. Sur la photo: des manifestants abattent une clôture entourant la statue d’Andrew Jackson, dans une tentative de renverser la statue de Lafayette Square, près de Black Lives Matter Plaza à Washington, DC, le 22 juin 2020

Les manifestations de colère à Minneapolis se sont rapidement transformées en émeutes qui ont ravagé la ville. La police n’est pas intervenue; le maire leur avait ordonné de se retirer et de ne rien faire.

De nouvelles manifestations ont rapidement éclaté dans les grandes villes du pays et ont rapidement entraîné un désordre généralisé. Dans les villes jumelles de Minneapolis et de St. Paul, 1 500 bâtiments ont été vandalisés, pillés ou détruits. Encore une fois, la police n’a pas fait grand-chose pour intervenir: les maires de la plupart des villes ont demandé à la police d’agir avec retenue .

Les émeutiers ont attaqué des églises et des synagogues et pillé des magasins, appartenant souvent à des propriétaires minoritaires dans des quartiers en détresse.

Les émeutes ont pris fin, mais les dégâts ont été immenses. Une zone du centre-ville de Seattle qui a été prise, la zone « CHAZ » ou « CHOP », a depuis été dissoute, mais un effort de copie pour reprendre une zone s’est installé à New York, près de l’hôtel de ville.

Des statues ont été attaquées dans tout le pays – d’abord des statues confédérées , puis des hommages à Abraham Lincoln , Thomas Jefferson et George Washington . D’éminents politiciens ont soutenu les émeutiers. Le maire de Boston a déclaré qu’il voulait retirer d’une place de la ville une statue de Lincoln debout devant un homme noir libéré. Les membres du Conseil de la ville de New York ont demandé qu’une statue de Thomas Jefferson soit retirée de l’hôtel de ville. À Portland, en Oregon, une statue de George Washington a été abattue et incendiée. Des statues de Christophe Colomb ont été renversées et certaines décapitées .

La destruction ou la suppression de statues par la foule apparaît comme une tentative d’ effacer l’histoire des États-Unis et de traiter de grands hommes comme Abraham Lincoln, qui a aboli l’esclavage, George Washington, premier président des États-Unis ou Thomas Jefferson , troisième président des États-Unis. États et auteur de la Déclaration d’indépendance, comme s’ils étaient irrémédiablement méprisables. Ce qu’ils font ressemble à une prise de pouvoir à l’ancienne. La première loi des accapareurs de pouvoir est que si personne ne les arrête, ils continuent – souvent avec des conséquences catastrophiques.

« Pourquoi est-ce que je m’inquiète même de voir de petites statues idiotes tomber ou de changer de noms de petites rues? » a demandé Elizabeth Rogliani, qui a vécu la transition du Venezuela vers le communisme.

« [Q] uand je vivais au Venezuela. Des statuts sont descendus – Chavez ne voulait pas que cette histoire soit affichée. Et puis il a changé les noms des rues. Puis est venu le [programme scolaire]. certaines chaînes de télévision, etc., etc.

« Nous ne pensions pas que cela pourrait nous arriver. La plupart des Vénézuéliens – les Cubains nous ont prévenus – et nous nous sommes dit: » C’est le Venezuela, nous connaissons la liberté. Cela ne se produira pas ici.  » Pourtant, c’est arrivé. Et il y a littéralement beaucoup de gens qui veulent détruire les États-Unis « 

Deux mouvements ont été actifs dans la violence. L’un est Antifa , qui a été appelé « un mouvement de milice marxiste / anarchiste révolutionnaire qui cherche à renverser les États-Unis par la violence et l’intimidation ». Antifa, bien qu’il se prétende antifasciste, se comporte de manière fasciste .

L’autre mouvement, Black Lives Matter , a été fondé en 2013 par trois femmes noires , Alicia Garza , Opal Tometi et Patrisse Cullors . Cullors a déclaré qu’elle et Garza étaient des « marxistes de formation ». Le manifeste fondateur de Black Lives Matter, publié en 2016 (puis retiré du site BLM), décrit les États-Unis comme une « démocratie corrompue fondée à l’origine sur le génocide des autochtones et l’esclavage des biens mobiliers » qui « continue de prospérer grâce à l’exploitation brutale des personnes de couleur ». et cela perpétue « les vilaines traditions américaines du patriarcat, du classisme, du racisme et du militarisme ». En décembre 2014, un sloganlors d’une manifestation Black Lives Matter organisée par le National Action Network d’Al Sharpton, était: « Que voulons-nous? Des flics morts. Quand le voulons-nous? Maintenant. »

Si Antifa est largement rejeté, Black Lives Matter ne l’est pas. Son nom est devenu un slogan sur les murs, les devantures de magasins et les restaurants. Les affiches disent:  » Pas de justice, pas de paix . »

Il y a de nombreux appels au financement ou à l’abolition de la police. Le conseil municipal de Minneapolis a en effet voté le 6 juin la dissolution de ses forces de police. Le maire de New York, Bill de Blasio, a coupé 1 milliard de dollars du budget de la police de New York à 6 milliards de dollars. Au moins six autres villes ont également réduit les budgets de la police.

Ce qui semble vouloir gagner en influence, c’est un souhait – né avant les émeutes – de réécrire l’histoire des États-Unis. Le New York Times, par exemple, a lancé le 14 août 2019  » The 1619 Project « . Son auteur, Nikole Hannah Jones, a écrit que les États-Unis avaient été fondés sur l’esclavage et étaient donc – vraisemblablement toujours – coupables de « racisme structurel ».

D’éminents historiens, Gordon Stewart Wood , récipiendaire du prix Pulitzer pour l’histoire de 1993, et James M. McPherson , ancien président de l’American Historical Association, ont noté que le projet 1619 était fondé sur des « affirmations trompeuses et historiquement inexactes ». Le 17 juin, le sénateur Tim Kaine, démocrate de Virginie, a dit de façon ridicule que les États-Unis avaient « créé l’esclavage ».

« Les réparations », a commenté l’ auteur et l’avocat Larry Elder sur le sujet, « sont l’extraction d’argent de ceux qui n’ont jamais été propriétaires d’esclaves à donner à ceux qui n’ont jamais été esclaves ».

« Chaque vie compte », a déclaré l’ ancien président de la Chambre des représentants américaine Newt Gingrich. Si seulement.

L’idée qu’aux États-Unis il existe un « racisme structurel » ( défini par l’Institut Aspen comme « un système dans lequel les politiques publiques, les pratiques institutionnelles, les représentations culturelles et d’autres normes fonctionnent de diverses manières, renforçant souvent les moyens de perpétuer l’inégalité des groupes raciaux » ) a conduit, semble-t-il, à une forme d’expiation obsessionnelle. Les films ont été supprimés des services de streaming. Autant en emporte le vent sera désormais affiché avec un avertissement de cinq minutes . (Une minute n’aurait pas suffi?)

Le film n’est probablement que le premier sur une liste qui s’allonge. Un journaliste de Variety a récemment énuméré « 10 films problématiques qui pourraient utiliser des étiquettes d’avertissement ». Ils incluent Forrest Gump: pendant un bref instant, le personnage principal est décrit, de façon ironique, comme ayant été nommé d’après un membre du Ku Klux Klan. Les marques de produits de consommation , telles que le riz d’oncle Ben et le sirop de tante Jemima, voient leurs noms et logos changer brusquement. Princeton a voté pour radier le nom de Woodrow Wilson de son école de politique publique. Des demandes ont été faites pour que les universités et les entreprises montrent qu’elles ne sont pas racistes en déclarant leur soutien à Black Lives Matter. Beaucoup se sont pliés à la demande.

Le 12 Juin, moins d’un mois après l’assassinat de George Floyd, un autre policier blanc, Garrett Rolfe, à Atlanta, en Géorgie, tiré et tué un homme noir, Rayshard Brooks. Les policiers arrêtaient Brooks pour conduite en état d’ivresse et après un échange cordial avec les policiers, il a résisté de façon inattendue à l’arrestation et a saisi un Taser à l’un des policiers. Il a commencé à courir, mais quand il s’est retourné et a tiré le Taser sur Rolfe, Rolfe a tiré et l’a tué. Rolfe a été renvoyé des forces de police sans procédure régulière et inculpé de meurtre pour crime, passible de la peine de mort. Bien que les enregistrements vidéo de l’événement ont été largement diffusés, procureur Paul Howard a tenté de réclamationque Brooks était calme et « gai ». Il a ajouté qu’un Taser n’est pas une arme mortelle – après avoir dit quelques semaines plus tôt qu’il l’était.

Entre-temps, à Chicago , entre le 12 et le 15 juin, un homme noir a été tué par balle par un autre homme noir et 32 ​​autres ont été blessés par balles. Malheureusement, en ce qui concerne la violence noir sur noir , personne ne semble s’en soucier.

Ce qui semble fondamentalement être au travail n’a rien à voir avec les vies noires ou la police. C’est une volonté de renverser les États-Unis. Ce désir inclut les institutions américaines, tout ce sur quoi les États-Unis sont fondés et les États-Unis eux-mêmes.

La déclaration « Black Lives Matter » suppose dès le départ que, pour la police, le système judiciaire et tout le monde, les vies noires n’ont pas d’ importance. Ce qui est si remarquable et tragique, c’est que les vies noires ne semblent avoir d’importance que si elles ont été prises par une personne blanche … Malheureusement, en ce qui concerne la violence noir sur noir, personne ne semble s’en soucier.

Un fonctionnement démocratique normal signifie que les électeurs d’une ville paient des impôts et élisent un maire pour prendre soin de la ville, pour assurer la sécurité de ses habitants et de ses biens – pour ne pas laisser la ville sombrer dans l’anarchie et la destruction. Lorsque, face à la violence, un maire demande à un service de police de ne pas agir, permettant ainsi à la violence de se produire, il est non seulement complice de la dévastation, mais également délinquant dans l’exercice de la fonction pour laquelle il a été élu .

Bien que la plupart des policiers soient généralement décents et désireux de protéger la communauté, et mettent quotidiennement leur vie en danger, s’ils utilisent une violence inutile, le problème doit être résolu. Malheureusement, ce n’est parfois pas le cas. Les syndicats de police peuvent faire beaucoup de bien, mais en cas de litige, ils nécessitent un «arbitrage» – souvent malgré une mauvaise conduite . Dans certains services de police, il est presque impossible de licencier quiconque devrait être licencié; il peut, au contraire, être envoyé dans un autre quartier. (Un problème similaire existe avec les syndicats d’enseignants pour les enseignants inacceptables.)

La semaine dernière, une loi fédérale recommandant des réformes policières a été proposée par le sénateur Tim Scott, un républicain de Caroline du Sud. Les démocrates de la Chambre, refusant même d’en discuter, ont bloqué la mesure. Plus tard, les démocrates de la Chambre ont présenté leur propre projet de loi de réforme , mais il semblait viser davantage à éliminer les forces de police qu’à les réformer.

« Le projet de loi restreindrait les restrictions et interdirait aux agents fédéraux de mener des raids de drogue sans heurts. Il limiterait les transferts de matériel militaire à la police, créerait un registre d’inconduite des officiers, mettrait fin à l’immunité qualifiée contre les poursuites et abaisserait le seuil pour poursuivre les officiers fédéraux s’ils le montraient. » « mépris téméraire » de la vie de quelqu’un. « 

Et si chaque fusillade impliquant un officier était suivie d’une poursuite? Pourquoi quelqu’un s’inscrirait-il un jour pour un emploi qui le mettrait en danger? « Porte tournante » des politiques doivent déjà se sentir si vaincre: un officier de police met sa vie en danger pour faire une arrestation, seulement pour trouver la personne arrêtée en arrière dans la rue peu après. Les démocrates de la maison semblaient seulement vouloir empêcher les républicains d’avoir une victoire et une question sur laquelle se plaindre au lieu d’une solution. (La même pensée politique semble également expliquer pourquoi tant d’enfants américains ne sont pas en mesure de recevoir une éducation scolaire de qualité.)

La question se pose alors: les politiciens qui prétendent vouloir aider les communautés en détresse sont-ils ceux-là mêmes qui maintiennent les communautés en détresse en détresse – et dans un état perpétuel de tendre la main à ces mêmes politiciens pour des promesses d’aide suspendues?

Malheureusement, toujours et partout, l’ absence de police – par exemple en les remplaçant par des travailleurs sociaux – entraînera une explosion de criminalité et de désordre, comme on l’a vu récemment à Seattle. De plus, utiliser un crime commis par un seul policier pour affirmer que tous les policiers sont racistes, c’est mentir pour paralyser les policiers, les empêcher de faire leur travail: aider la communauté et assurer la sécurité. Demander le remboursement de la police, c’est demander une explosion de violence et de pandémonium.

Les récents dégâts infligés à des milliers de personnes qui ont perdu leurs biens et leurs entreprises – ainsi que les nombreux meurtres et agressions – montrent ce qui arrive à une société avec moins de policiers ou pas de policiers.

L’ancien gouverneur de l’Arkansas, Mike Huckabee, avait suggéré très tôt, pour éviter une confrontation, de démanteler la zone saisie de Seattle. Cela pourrait être fait, a-t-il suggéré, en déconnectant l’eau, l’électricité et surtout la communication cellulaire – puis en voyant combien de temps les preneurs d’otages ont apprécié l’expérience.

Des graffitis peints lors des émeutes sur les murs des synagogues de Los Angeles ont également révélé la présence d’ antisémitisme : Melina Abdullah , « organisatrice principale de Black Lives Matter à Los Angeles et professeur d’études panafricaines à Cal State » , se révèle-t-il, un partisan de Louis Farrakhan, le chef antisémite de la Nation of Islam. Abdullah l’ appelle «l’honorable ministre Farrakhan». Il semble que Black Lives Matter  » soit structurellement antisémite « .

Protestors demonstrate outside of a burning Minneapolis 3rd Police Precinct, Thursday, May 28, 2020, in Minneapolis. Protests over the death of George Floyd, a black man who died in police custody Monday, broke out in Minneapolis for a third straight night. 

Que le nom Black Lives Matter soit présent partout, et que tout le monde semble ignorer ou oublier ce qu’est réellement l’organisation Black Lives Matter , montre qu’une organisation violente et antidémocratique, qui appelle au meurtre de policiers et accepte l’antisémitisme et le racisme anti-blanc , peuvent utiliser des menaces, l’ intimidation et la destruction – et trouver l’acceptation du public.

Bien sûr, il y a encore du racisme parmi les individus, mais l’idée que les États-Unis sont aujourd’hui une société où le « racisme structurel » existe est contredite par des décennies de décisions politiques pour réparer les dommages et, comme, par exemple, dans les programmes d’action positive, favoriser l’égalité pour tous les Américains. Comme Ayaan Hirsi Ali, une écrivaine américaine qui a fui sa patrie, la Somalie, a écrit :

« Le problème est qu’il y a des gens parmi nous qui ne veulent pas comprendre et qui ont intérêt à éviter des solutions viables. Ils ont une incitation politique évidente à ne pas résoudre les problèmes sociaux, parce que les problèmes sociaux sont la base de leur pouvoir. C’est pourquoi, chaque fois qu’un chercheur comme Roland Fryer apporte de nouvelles données – montrant qu’il n’est tout simplement pas vrai que la police abat des Noirs de manière disproportionnée – la réponse n’est pas de lire le journal mais d’essayer de discréditer son auteur. « 

Pendant de nombreuses années, les films américains traitant de questions raciales ont été explicitement hostiles à toute discrimination raciale, et il serait impossible de trouver un livre publié par une maison d’édition américaine soutenant la discrimination raciale, à moins qu’il ne date d’une époque révolue. Réécrire l’histoire en la falsifiant est simplement une tentative de remplacer l’histoire par de la propagande . Supprimer les films et autres informations qui ne correspondent pas à une vision prédéterminée de l’histoire est depuis longtemps la pratique des despotismes totalitaires . Dire que les universités et les entreprises font face à de graves conséquences si elles refusent de bowdleriser le passé est tout simplement un fascisme, un tyrannique des moyens de coercition. Pire encore, l’attitude soumise de tant d’universités et de sociétés est ce qui permet à l’intimidation de continuer.

Ce qui se passe a des racines.

« Le succès de la récente révolution culturelle américaine peut être mesuré non pas par des gouvernements renversés mais par des valeurs brisées », a écrit le commentateur américain Roger Kimball dans son livre, The Long March (2000), sur les bouleversements des années 1960 aux États-Unis. Des personnes radicales, a-t-il observé, ont pris le pouvoir dans les universités et leurs idées se sont répandues dans tout le système éducatif – dans la culture, la politique, la justice et l’économie. Les radicaux dominent encore la plupart des universités américaines – maintenant encore plus qu’alors, et leurs idées sont désormais plus répandues .

L’ancien président Barack Obama, le 30 octobre 2008, a déclaré : « Nous sommes à cinq jours de transformer fondamentalement les États-Unis d’Amérique. » Cinq jours plus tard, il a été élu président.

Douze ans plus tard, on se demande: en quoi espérait-il le transformer?

Il aurait été difficile d’imaginer en 2008 qu’un maire pourrait abandonner sa ville à des émeutiers, ou qu’ils accepteraient de démolir et de détruire des statues de Washington, Jefferson ou Lincoln. Quand seront – ils à venir à abattre les statues du Dr Martin Luther King Jr.?

Il aurait également été difficile d’imaginer qu’une organisation violente comme Black Lives Matter ne serait même pas remise en question, ou que des émeutes similaires à celles qui ont touché Ferguson , Missouri en 2014 ou Baltimore en 2015 éclateraient et se répandraient à travers le pays.

Il serait difficile d’imaginer, il y a à peine deux mois, qu’un conseil municipal voterait effectivement pour l’ abolition des forces de police.

Les États-Unis semblent à un moment charnière. Bruce Thornton, professeur de sciences humaines et classiques à la California State University et chercheur à la Hoover Institution de l’Université de Stanford, a noté que:

« En effet, en dehors des voyous et des criminels opportunistes, la majeure partie des » troupes « qui constitueraient un côté d’une guerre civile sont à peu près des habitants des jeunes classes confortables. Leur comportement perturbateur et violent se produit parce que les gouverneurs, les maires et la police Au cours de la dernière décennie, les chefs ont envoyé le message qu’ils ne répondraient pas avec une force concentrant l’esprit afin de rétablir l’ordre et de tenir les émeutiers responsables … « 

Les émeutiers aux États-Unis semblent avoir inspiré des manifestants en Europe occidentale . Les slogans en colère utilisés aux États-Unis sont utilisés à Londres et à Paris ; les mêmes accusations contre les démocraties sont portées, et des statues qui étaient des repères de l’histoire sont abattues .

Dans un discours prononcé le 6 juillet 2017, le président américain Donald J. Trump a déclaré :

« La question fondamentale de notre temps est de savoir si l’Occident a la volonté de survivre. Avons-nous confiance en nos valeurs pour les défendre à tout prix? … Avons-nous le désir et le courage de préserver notre civilisation en le visage de ceux qui voudraient le renverser et le détruire? « 

Bonne question.

 

 

 

Anarchie politique américaine:La catastrophe du vote à venir

 

 » Il est déjà bien suffisant que les gens sachent qu’il y a eu une élection. Les gens qui votent ne décident de rien. Ce sont ceux qui comptent les votes qui décident de tout. » (Joseph Staline) 

 

Le 9 juin 2020 , jour primaire, des centaines de personnes ont encerclé Park Tavern, une brasserie tentaculaire et restaurant à Piedmont Park d’Atlanta. Ils ont fait la queue par incréments de six pieds, et la ligne s’est enroulée autour du parking. Deux bureaux de vote proches ont été fermés, c’est donc là que 16 000 Atlantiens devaient voter. Dans la région métropolitaine, plus de 80 bureaux de vote ont été fermés ou regroupés en raison de préoccupations concernant le coronavirus. Pire: les nouvelles machines à voter ordonnées par l’État ont cessé de fonctionner.

Certaines personnes ont attendu plus de trois heures pour voter; d’autres sont partis avant de voter. L’effondrement de la Géorgie n’était pas une anomalie. La primaire de 2020 a commencé avec une application défectueuse dans le caucus de l’Iowa, rendant le concours du premier au pays sans objet. Un mois plus tard, le Super Tuesday, les électeurs ont rencontré des heures d’attente à Los Angeles, Houston, Dallas et Sacramento. Un autre mois s’est écoulé, des milliers d’Américains mouraient du coronavirus et les responsables de l’État ont commencé à annuler les primaires. La législature de l’État du Wisconsin a forcé sa primaire d’avril de toute façon. Les électeurs de Milwaukee étaient masqués dans une tempête de grêle, attendant de voter dans l’un des cinq bureaux de vote. N’importe quelle autre année aurait vu 180 bureaux de vote.

 

Les échecs généralisés lors des élections primaires annoncent une élection potentiellement désastreuse en novembre. Des États comme New York se sont précipités pour faire des aménagements pour voter par la poste. sMais d’autres État rendent le vote plus difficile pour les résidents: l’Oklahoma se bat pour maintenir sa loi exigeant que les bulletins de vote des absents soient notariés; Le Texas n’acceptera pas la vulnérabilité médicale au coronavirus comme motif suffisant pour voter par correspondance. Même si un meilleur accès au vote pourrait aider un nombre important d’électeurs de Donald Trump, cette opposition à celui-ci vient d’en haut. « Les bulletins de vote postaux, ils trichent », a déclaré le président.

Les barrières à l’accès aux bulletins de vote étaient inacceptables avant la pandémie, m’a dit Leah Aden, avocate du NAACP Legal Defence Fund, qui plaide activement plusieurs affaires de droit de vote. Les électeurs noirs, en moyenne, attendent 45% de plus pour voter que les électeurs blancs ; Les électeurs latinos attendent 46% de plus * Une étude de l’American Civil Liberties Union of Florida a révélé que les électeurs noirs et latinos en Floride étaient plus quedeux fois plus de chances que leurs bulletins de vote postal soient rejetés en tant qu’électeurs blancs – en raison d’un mélange d’erreurs électorales et de la façon dont l’État traite les bulletins de vote. Laisser inchangé ce système déjà défectueux dans une pandémie, a déclaré Aden. «L’échec de fonctionner dans le contexte dans lequel nous nous trouvons, qui est une pandémie, et d’utiliser proactivement vos ressources pour faire face à l’émergence de cela: c’est aussi une forme de répression des électeurs.»

 

Tout aura été fait pour diaboliser Donald Trump.

Plusieurs États, tels que la Géorgie, la Virginie et le Massachusetts, ont signalé un taux de participation record pour leurs élections primaires, et verront probablement le double ou le triple de celui du général. «Il est probable que nous n’allons pas régler ces problèmes d’ici novembre», m’a dit Michael McDonald, professeur à l’Université de Floride qui étudie les élections. «Dans certains cas, il n’y a vraiment pas de bonnes solutions.»

 

Plus de lieux de vote n’apparaîtront pas comme par magie. L’agent de vote moyen a plus de 60 ans et est donc vulnérable à COVID-19. Dans le Wisconsin, environ 7 000 enquêteurs ont déclaré qu’ils ne travailleraient pas pendant les élections d’avril en raison de leurs craintes à l’égard du coronavirus. Les électeurs ont dû se démener pour trouver de nouveaux bureaux de vote et trouver des moyens de s’y rendre. Le résultat? De longues files d’attente et un pic de vote des absents.

« L’habitude est l’une des choses qui fait voter les gens », m’a dit Henry Brady, qui étudie la politique électorale à l’UC Berkeley. Certaines personnes sont encouragées à voter parce que c’est assez facile à faire. En 2011, Brady et une équipe de chercheurs ont examiné comment la modification des bureaux de vote pourrait affecter le résultat d’une élection – et ils ont constaté que le fait d’alterner un lieu peut avoir réduit le vote de 2%. Certaines personnes ont voté par correspondance plutôt qu’en personne lorsque leur bureau de vote a été changé – mais l’étude a examiné la Californie, où une excuse n’est pas requise pour voter par correspondance. «Vous allez probablement perdre beaucoup plus d’électeurs dans des endroits où le vote par correspondance n’est pas aussi facile.»

Lors de la primaire de 2016, les résidents du comté de Maricopa, en Arizona, ont dû faire face à des délais de vote pouvant aller jusqu’à cinq heures. Après que les fonctionnaires de l’État aient réduit les budgets des comtés, Maricopa a réduit son nombre de bureaux de vote de 70% – de 200 à 60 – ce qui signifie qu’un seul bureau de vote était disponible pour 21 000 électeurs. Des fonctionnaires de dizaines d’autres États, dont la Floride, la Géorgie, la Caroline du Nord et l’Alabama, ont également fermé ou changé de lieu de scrutin. Avant que la loi sur les droits de vote ne soit détruite en 2013, chacun de ces États était auparavant soumis à la législation sur les droits civils qui permettait au gouvernement fédéral de bloquer les modifications des élections qui pourraient avoir un impact négatif sur les personnes de couleur dans des endroits ayant des antécédents de privation de droits. Lorsque les bureaux de vote sont fermés, de nombreuses personnes noires et brunes sont obligées de voyager plus loin pour voter, à des tarifs disproportionnés, selon un rapport du Legal Defence Fund.

La pandémie entraînera un nombre inhabituellement élevé de bulletins de vote postal en novembre. Et si un électeur oublie de signer l’enveloppe du bulletin de vote, s’il signe l’enveloppe mais que la signature ne correspond pas à celle qui figure au dossier avec le bureau des élections, ou même si un fonctionnaire électoral interprète mal des informations correctement écrites, un bulletin de vote postal peut être jeté. En 2016, la Election Assistance Commission des États-Unis a signalé que plus de 300 000 bulletins de vote postal avaient été rejetés. «Ce nombre pourrait être considérablement plus élevé – pourrait atteindre un million ou plus en 2020 – si nous n’agissons pas», m’a dit McDonald. «Et même si nous prenons des mesures, nous verrons toujours un nombre inhabituellement élevé de bulletins rejetés.»

Les États-Unis ont déjà organisé des élections dans des situations d’urgence de santé publique. En 1918, la campagne a été bouleversée, les rassemblements publics ont été limités et les électeurs ont été mis en quarantaine pendant la pandémie de grippe. La bousculade pour tenir une élection équitable a conduit à quelques hoquets. Dans un cas, le résultat d’une élection locale a été inversé après que les votes d’un autre bureau de vote – mis en place pour permettre aux élèves et enseignants mis en quarantaine en Idaho de voter – ont été ignorés. La Cour suprême de l’Idaho a jeté les bulletins de vote, arguant que le bureau de vote était illégitime.

Si l’histoire est un guide, l’Amérique se dirige vers un novembre tumultueux. Et si Trump et les républicains veulent exploiter la pandémie à leur avantage à l’automne, ils peuvent avoir une excuse de santé publique pour le faire.

Les démocrates,eux,se rabattent sur Joe Biden,George Soros,les Antifa et…Black Lives Matter pour faire changer la donne!

Les machines à voter de George Soros manquaient totalement de fiabilité…parce que:trafiquées!