Les vraies raisons pour expliquer le coup d’Etat au Venezuela

Après les USA, le Canada, la Grande-Bretagne, le Brésil, les pays du Lima à l’exception du Mexique, c’est au tour d’Israël de reconnaître le président autoproclamé du Venezuela et de soutenir de fait le coup d’État au Venezuela.
«Israël se joint aux États-Unis, au Canada et à la plupart des pays d’Amérique du sud et des pays d’Europe en reconnaissant le nouveau pouvoir au Venezuela», a fait savoir Netanyahou dans une vidéo.
Il ne manque plus que la France et l’UE pour compléter le tableau atlantiste des impérialistes anti-socialistes et adeptes du coup de force en violation complète avec le droit international. La France, l’Allemagne, l’Espagne ayant menacé de reconnaître l’usurpateur Guaido si Maduro n’envisageait pas des élections sous 8 jours. C’est tout comme si c’était fait. Le club des impérialistes est à nouveau réuni pour un nouvel Irak, une nouvelle Libye ou une nouvelle Syrie ?
USA : un sioniste de choc à la tête du changement de régime au Venezuela

Elliot Abrams est de retour, cette fois-ci en train de changer le régime du Venezuela, à la « manière juive« . Il est sorti de l’ombre, faisant officiellement ce qu’il avait déjà fait à l’abri de Pompeo au Département d’Etat, c’est-à-dire qu’il veut refaire rapidement en 2019 le coup d’État vénézuélien échoué en 2002 sous Bush dans l’espoir de renverser Hugo Chavez. Il prête maintenant ses mains criminelles à une nouvelle « guerre sale » en Amérique latine. Il en a l’expérience!

Trump l’avait écarté lorsqu’il constituait son cabinet à cause de l’opération d’Abrams en mai 2016 intitulée Quand vous ne pouvez pas supporter votre candidat après que Trump ait remporté la nomination du Parti Républicain[1].

Comment se fait-il qu’Abrams se soit introduit dans le camp Trump?

Comme tous les Juifs qui attendent une occasion propice, ils se planquent dans les ruelles du Beltway, puis ils se sortent de leurs trous et se frayent un chemin jusqu’au sommet de la fourmilière.

En effet, voilà que Pompeo a annoncé vendredi qu’Abrams, le belliciste juif néo-conservateur, avait rejoint l’équipe du département d’Etat pour « restaurer la démocratie » au Venezuela et « aider le peuple » à obtenir le résultat que « le peuple vénézuélien veut obtenir.« 

C’est une chose de restaurer la démocratie et c’en est une autre que de prétendre aider les personnes qui l’ont déjà.

CEPENDANT, LA MAJORITÉ des Vénézuéliens, y compris l’armée et la police, soutient pleinement son président actuel et légitime, Nicolas Maduro.

Et avec le ministre de la Défense du Venezuela dénonçant le «président» autoproclamé Juan Guaido comme un «fantoche américain qui veut diriger le Venezuela à partir de de Washington», les mains sales d’Abrams ont une occasion de faire appel à un fantoche [2] pour semer, une fois de plus, le chaos, l’effusion de sang et la misère.

Elliott Abrams est un néo-con historique. Il a appartenu à la petite coterie juive entourant le sénateur démocrate Henry Scoop Jackson, avant de rejoindre l’administration Reagan. Il a épousé la belle-fille de Norman Podhoretz, le rédacteur-en-chef de Commentary. C’est un des initiateurs de la théopolitique.

Il supervisa la création de la National Endowment for Democracy, l’agence chargée de poursuivre à découvert les objectifs de la CIA. Il fut un des organisateurs de la guerre contre le Nicaragua et le Salvador, incluant l’affaire Iran-Contras, sous la présidence de Ronald Reagan. Il fut également conseiller pour la « démocratie globale » dans l’administrationBush fils. C’est à ce titre qu’il supervisa la tentative de coup d’État contre le président vénézuélien Hugo Chávez, en 2002.

Dès qu’un juif pointe son nez dans les « droits de l’homme » d’un pays étranger, alors attendez-vous à du sang, des massacres et des « souffrances humaines ». Rappelez-vous le BHL en Libye et les autres « intellectuels » juifs français sur la Syrie.

En réalité, il ne s’agit pas de la personne de Maduro, mais de la saisie des avoirs pétroliers et financiers du Venezuela car le même Abrams faisait partie d’un complot visant à renverser son prédécesseur, Hugo Chavez, en 2002, pour confisquer les biens du Venezuela.

Au début de 2019, 500.000 barils par jour de brut vénézuélien – essentiel à la production américaine de diesel – étaient importés aux États-Unis.

À cela s’ajoute le fait que Citgo, un raffineur basé au Texas, appartient à la compagnie pétrolière nationale du Venezuela, Petroleos de Venezuela, et Abrams cherche à mettre la main sur cette compagnie pour la donner aux oligarques judéo-américains.

Mais Maduro s’est engagé à défendre la société d’une prise de contrôle par cette maffia.

AINSI QUAND POMPEO a été interrogé sur les avoirs du Venezuela à l’étranger, il a déclaré: «Nous annoncerons comment Juan Guaido (président autoproclamé du Venezuela) disposera des ressources nécessaires pour diriger le gouvernement du Venezuela.» (défense de rire !.)

Partenaire des sales coups de Pompeo dans le changement de régime,Bolton a déclaré jeudi à la presse qu’il travaillait à la canalisation des paiements de recettes pétrolières du Venezuela vers le gouvernement dirigé par Guaido.

Dans le même temps, la Banque d’Angleterre, détenue par des Juifs,refuse de restituer les lingots d’or de 1,5 milliard de dollars appartenant au gouvernement vénézuélien. Les Britanniques, qui dirigeaient autrefois les mers, sont maintenant soumis aux fourches caudines de la finance mondiale juive.

Abrams, juif fanatique, intensifiera la pression sur le gouvernement de Maduro (les médias appartenant à des Juifs l’appellent désormais «régime»), notamment en imposant de lourdes sanctions à son secteur pétrolier, ce qui aggravera la crise et aggravera les souffrances du peuple vénézuélien.

Conclusion de cette nomination 

C’est clair comme l’eau de roche. Trump n’a plus aucun contrôle sur son administration quand on voit comment ce sioniste Abrams qui l’a condamné au cours de sa campagne s’est retrouvé au Département d’État pour tenir les rênes du changement de régime au Venezuela.

Est-ce que les USA veulent vraiment s’enliser dans un autre bourbier militaire à l’étranger menant à une guerre civile, à la mort de civils et à la démolition d’une infrastructure d’un autre pays, au nom de la «restauration de la démocratie», à la juive? Les exemples du Vietnam, de l’Afghanistan, de l’Irak, de la Libye, de la Syrie et de tant d’autres pays servent-ils à quelque chose ? Demandez-le à Abrams ou à Rothschild qui ont l’art et la manière pour envoyer des goyim mourir dans des guerres pour le bénéfice exclusif des Juifs.

NOTES

[1] En février 2017, Trump ne veut pas de l’ultra-sioniste Elliott Abrams

Elliott Abrams, néo-conservateur historique pur et dur opposé aux mariagesentre juifs et goyim, impliqué dans les crimes US au Nicaragua, au Salvador, dans la tentative de coup d’État contre Hugo Chavez, et dans l’assassinat de Rafic Hariri au Liban.

Le CV d’Abrams est éloquent. Sous la première présidence de George W. Bush, il a occupé le poste d’assistant spécial du président et directeur senior du Conseil de sécurité nationale pour les affaires du Proche-Orient et d’Afrique du Nord. A ce titre, il était l’un des plus virulents avocats de l’invasion de l’Irak – avec le désastre que l’on sait et que Trump n’a cessé de stigmatiser tout au long de sa campagne électorale. Il plaidait également pour le renforcement de l’alliance avec Israël et les monarchies du Golfe, au service des seuls intérêts israéliens.

Au début de la seconde présidence de Bush, Abrams a été promu au poste de conseiller pour la sécurité nationale sur les stratégies de démocratie globale, responsable de la progression de la stratégie pour faire « Avancer la démocratie à l’étranger », autrement dit « regime change ». L’originedes révolutions de couleur et autres « Printemps arabe »  est à chercher dans cette stratégie américaine bien réfléchie qu’Obama a non seulement poursuivie, mais accélérée.

Concernant le lobby juif dont il était un des pivots, Elliott Abrams appela, dès 1995, à la nécessité pour les juifs américains de s’allier avec les Évangélistes et les Sionistes chrétiens.

[2] Éduqué à l’université Georges Washington, nid d’espion de la CIA, Guaido est proclamé le président de l’assemblée nationale du Venezuela le 5 janvier courant. Il a immédiatement déclaré que Maduro n’était pas le président du pays et a incité à la rébellion au sein de l’armée.

Maria Iris Vadela Rangel, une leader du parti politique de Maduro du Parti Socialiste Unifié a tweeté au sujet de la sédition : “Guaido, j’ai déjà préparé ta cellule avec le bon uniforme et j’espère que tu nommeras ton cabinet rapidement afin de savoir qui te tiendra compagnie, imbécile de sale gosse.


L’épouse d’Elliott Abrams appelle les enfants palestiniens « le rejeton du diable »

L’épouse d’Elliott Abrams a publié sur son blog « Bad Rachel » une folie vitriolique dans laquelle elle appelle les enfants palestiniens «le rejeton du diable».

Témoignant d’une ignorance surprenante vis-à-vis de l’islam et de la situation israélo-palestinienne , Rachel Abrams écrit à propos de la libération du mitrailleur israélien Gilad Shalit (en échange de centaines de prisonniers palestiniens , y compris des femmes et des enfants):

Il est libre et il est chez lui au sein de sa famille et de son pays. Célébrez, Israël, avec toute la joyeuse gratitude qui remplit vos cœurs, comme nous le faisons tous avec vous.

Ensuite, rassemblez ses ravisseurs, des sauvages égorgés, sacrifiant des enfants, immolant dans le sang, adorant la mort, sacrifiant des enfants dans le sang et utilisant des femmes – celles qui n’attachent pas de bombes à la frayeur de leurs propres démons et les envoient se réunir leurs soixante-douze vierges en prenant la vie des enfants d’autrui qui manient le bus scolaire, qui dessinent des cœurs, qui transforment leurs pensées, qui perdent leurs devoirs – et de leur progéniture – ceux que leurs mères n’ont pas encore fauchés assassiner dieu – en tant que boucliers, se cachant derrière leurs burkas et leurs berceaux comme des animaux sans équipage, et ne les jetez pas dans vos prisons, où ils peuvent attendre jusqu’à ce qu’ils soient échangés par milliers contre un autre enfant d’Israël, mais dans la mer, pour y flotter, de la nourriture pour les requins, les astronomes et tout ce que d’autres carnivores océaniques Dieu a mis là pour cela.

Selon sa biographie sur le site Internet du CFR : Elliott Abrams est: «Ancien directeur principal pour la démocratie et les droits de l’homme, directeur principal pour le Proche-Orient et conseiller adjoint pour la sécurité nationale chargé des affaires du Moyen-Orient sous l’administration George W. Bush. Ancien secrétaire d’État adjoint aux affaires des Nations Unies, des droits de l’homme et de l’Amérique latine dans l’administration Reagan. ”

Abrams a été condamné en 1991 pour avoir dissimulé illégalement des informations au Congrès lors de l’enquête sur l’affaire Iran-Contra.


LE PLAN D’ELLIOTT ABRAMS POUR LA SYRIE

Elliott Abrams est membre du Conseil des relations financières des entreprises.
Le co-conspirateur mondialiste dégénéré, Elliott Abrams, a toujours soutenu la récente conflagration dans le monde arabe et plaide pour une ingérence toujours croissante des États-Unis dans la région. Dans son récent article paru dans le Washington Post intitulé  » débarrasser la Syrie d’un despote « , il expose ce qui est un plan d’action assez prévisible prenant déjà forme contre le membre  » Axe du Mal  » de l’ ère Bush .

 

Elliott Abrams est membre du Conseil des entreprises et des finances du Conseil des relations étrangères , signataire du projet «Un nouveau siècle américain» , et ancien conseiller adjoint du président George W. Bush en matière de sécurité nationale. Il a été condamné pour son implication dans lecomplot Iran-Contra et rapidement pardonné par George Bush père. Il a par la suite été mis en cause pour son implication dans la tentative de coup d’État au Venezuela contre Hugo Chavez en 2002 . Son histoire de trahison et de déshonoration de son pays, et de s’en sortir, est probablement la raison pour laquelle il se sent parfaitement à l’aise de lancer des menaces larges et radicales à l’encontre de nations entières aujourd’hui.

Elliott Abrams a récemment lancé une menace personnelle contre Qadaffi et son chef des services de renseignement libyens, affirmant qu’ils rencontreraient le même sort que Saddam Hussein si un Américain était attaqué à la suite des menaces croissantes des États-Unis et de leurs actions en Libye. Il avait également pesé sur l’Égypte dans son article intitulé «Moins d’engagement, plus de démocratie» dans le New York Times. Dans cet article, il critique la politique actuelle d’égal à égal avec les nations qu’il considère comme des régimes répressifs et appelle à un réexamen du « programme de la liberté » de George Bush. En d’autres termes, l’exportation de la « démocratie » qui a valu à l’Amérique des milliers de milliards de dollars aventures en Irak, en Afghanistan et maintenant en Libye, au prix de la vie de milliers de soldats américains et de celle de millions d’étrangers tués, mutilés ou déplacés.

Ellioth Abrams est au centre des conflits touchant le Vénézuela.

Divulgation de documents:Comment un dossier sensationnel non vérifié est devenu une crise pour Donald Trump

Le bâtiment de Londres abritant Orbis Business Intelligence, une société de renseignements commerciaux créée par un ancien officier des services de renseignements britanniques, qui a rassemblé un dossier de recherche de l’opposition sur le président élu Donald J. Trump.

 

 

Il y a sept mois, un ancien espion britannique respecté, Christopher Steele, a remporté un contrat portant sur la constitution d’un dossier sur les liens de Donald J. Trump avec la Russie. La semaine dernière, les détails explosifs – récits non corroborés de fous avec des prostituées, transactions immobilières censées être des pots-de-vin et coordination avec les services de renseignement russes du piratage de démocrates – ont été résumés pour M. Trump dans une annexe à un rapport de renseignement hautement secret .

Les conséquences sont incalculables et se joueront bien après la journée d’inauguration. La nouvelle du résumé, qui a également été transmise au président Obama et aux dirigeants du Congrès, a été divulguée à CNN mardi et le reste des médias a suivi avec des reportages sensationnels.

M. Trump a dénoncé les affirmations non prouvées mercredi comme étant une fabrication, un frottis à la nazie concocté par des « personnes malades ». Cela a encore miné sa relation avec les agences de renseignement et jeté une ombre sur la nouvelle administration.

Tard mercredi soir, après s’être entretenu avec M. Trump, James R. Clapper Jr., directeur des services nationaux de renseignement, a publié une déclaration dans laquelle il décriait les fuites et affirmait dans le dossier de M. Steele que les agences de renseignement n’avaient «pas jugé les informations contenues dans ce document sont fiables. »M. Clapper a suggéré que les responsables des services de renseignements l’avaient tout de même partagé pour donner aux décideurs politiques« une image la plus complète possible de tout ce qui pourrait affecter la sécurité nationale ».

Certaines parties de l’histoire restent hors de portée – le plus critique, c’est la question fondamentale de savoir dans quelle mesure le dossier est vrai. Mais il est possible de rassembler un récit approximatif de ce qui a conduit à la crise actuelle, y compris des questions persistantes sur les liens qui unissent M. Trump et son équipe à la Russie. L’épisode offre également un aperçu de la face cachée des campagnes présidentielles, impliquant des détectives privés à louer recherchant le pire qu’ils puissent trouver sur le prochain dirigeant américain.

L’histoire a commencé en septembre 2015, lorsqu’un riche donateur républicain qui s’opposait fermement à M. Trump a engagé des fonds pour embaucher une firme de recherche à Washington dirigée par d’anciens journalistes, Fusion GPS, afin de constituer un dossier sur les scandales et les faiblesses du magnat de l’immobilier selon une personne familière avec l’effort. La personne a décrit les travaux de recherche de l’opposition sous le couvert de l’anonymat, en citant le caractère instable de l’histoire et la probabilité de futurs litiges. L’identité du donneur n’est pas claire.

Glenn Simpson avait été accusé et reconnu coupable d’avoir menti au Congrès.

Fusion GPS, dirigé par un ancien journaliste du Wall Street Journal connu pour son reportage obstiné, Glenn Simpson, travaille le plus souvent pour des clients professionnels. Mais lors des élections présidentielles, des candidats, des organisations de partis ou des bailleurs de fonds engagent parfois le cabinet dans le but de faire du «politique oppo» politique – en abrégé recherche de l’opposition – parallèlement.

Il s’agit d’un travail de routine et consiste généralement à créer une grande base de données consultable contenant des informations publiques: reportages passés, informations de procès et autres données pertinentes. Pendant des mois, Fusion GPS a rassemblé les documents et rassemblé les fichiers du passé de M. Trump dans les domaines des affaires et du divertissement, une cible riche.

Hillary Clinton dans une de ses crises d’hystérie.

Après que M. Trump soit devenu le candidat présumé au printemps, l’intérêt républicain de financer l’effort a pris fin. Mais les partisans démocrates de Hillary Clinton étaient très intéressés et Fusion GPS continuait à faire les mêmes plongées profondes, mais pour le compte de nouveaux clients.

 

En juin, la teneur de l’effort a soudainement changé. Le Washington Post a rapporté que le Comité national démocrate avait été piraté, apparemment par des agents du gouvernement russe, et un personnage mystérieux se faisant appeler «Guccifer 2.0» a commencé à publier les documents volés en ligne.

M. Simpson a embauché M. Steele, un ancien officier des services de renseignements britanniques avec lequel il avait déjà travaillé. M. Steele, au début de la cinquantaine, avait servi comme agent d’infiltration à Moscou au début des années 90 et était plus tard le principal expert de la Russie au siège de Londres du service d’espionnage britannique, le MI6. Lorsqu’il a démissionné en 2009, il a créé sa propre société de renseignements commerciaux, Orbis Business Intelligence.

Selon des personnes qui les connaissent, l’ancien journaliste et l’ancien espion avaient des vues tout aussi sombres sur le président russe Vladimir V. Poutine, ancien officier du KGB, et sur les diverses tactiques utilisées par lui et ses agents des services de renseignement cibles.

Vladimir Poutine

En tant qu’ancien espion qui avait pratiqué l’espionnage en Russie, M. Steele n’était pas en mesure de se rendre à Moscou pour étudier les relations de M. Trump dans ce pays. Au lieu de cela, il a embauché des russophones pour appeler des informateurs en Russie et a également noué des contacts clandestins avec ses propres relations dans le pays.

M. Steele a présenté ses conclusions dans une série de notes de service, de quelques pages chacune, qu’il avait commencé à transmettre à Fusion GPS en juin et qu’il avait poursuivi au moins jusqu’en décembre. À ce moment-là, les élections étaient terminées et ni M. Steele ni M. Simpson n’étaient payés par un client, mais ils n’ont pas arrêté ce qu’ils considéraient être un travail très important. (M. Simpson a refusé de commenter cet article et M. Steele n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires.)

Les mémos décrivaient deux opérations russes différentes. Le premier était un effort de plusieurs années visant à trouver le moyen d’influencer M. Trump, peut-être parce qu’il avait des contacts avec des oligarques russes que M. Poutine souhaitait suivre. Selon les mémos de M. Steele, il a utilisé une panoplie de tactiques habituelles: rassemblement de «kompromat», documents compromettants tels que des cassettes présumées de M. Trump avec des prostituées dans un hôtel de Moscou et des propositions de contrats intéressants pour lui.

L’objectif n’aurait probablement jamais été de faire de M. Trump un agent connaissant de la Russie, mais de faire de lui une source susceptible de fournir des informations à des contacts russes amicaux. Mais si M. Poutine et ses agents voulaient emmêler M. Trump à l’aide de contrats commerciaux, ils ne l’ont pas fait avec beaucoup de succès. M. Trump a déclaré qu’il ne possédait aucune propriété majeure dans ce pays, bien qu’un de ses fils ait déclaré lors d’une conférence sur l’immobilier en 2008 que «beaucoup d’argent» «affluait de la Russie».

 

 

Divulgation de documents:Quelle était l’information « top secret » transmise à Trump Tower?

 

Le président américain Donald Trump (CR) et le président russe Vladimir Poutine (CL) tiennent une réunion en marge du sommet du G20 à Hambourg, en Allemagne, le 7 juillet 2017.

 

Dans une lettre datée du 15 juillet 2016, le président Charles Grassley du Comité judiciaire du Sénat (la sénatrice Diane Feinstein) a  exhorté  le chef de l’unité d’enregistrement du FARA du département de la justice à ouvrir une enquête sur les activités de lobbying des entités et des individus engagés dans la campagne. d’abroger la loi Magnitski. Grassley écrit: «Ils sont contrôlés / dirigés / influencés par le gouvernement russe en ce qui concerne les activités de lobbying.» Parmi la douzaine d’agents étrangers non enregistrés mentionnés dans la lettre de Grassley figurent Natalia Veselnitskya et Rinat Akhmetshin. Les deux ont assisté à une réunion avec Donald Trump Jr. et des membres de l’équipe de campagne de Trump le 9 juin à Trump Tower.

La loi Magnitski, adoptée par le Congrès en 2012, a sanctionné les individus russes responsables de la mort de l’avocat russe Sergei Magnitski dans une prison de Moscou. La mort de Magnitski a été causée par la suspension de l’assistance médicale. Magnitski avait représenté Hermitage Capital, dirigé par William Browder, qui était autrefois le plus important investisseur de portefeuille étranger en Russie. Magnitski enquêtait sur un stratagème russe de blanchiment d’argent lorsqu’il a été emprisonné. Browder avait mené une campagne contre les pratiques commerciales corrompues en Russie et était une épine dans le pied de Vladimir Poutine. En colère, Poutine a exercé des représailles contre les sanctions imposées par Magnitski en mettant un terme aux adoptions américaines d’enfants russes. La Russie a ensuite condamné Magnitski pour fraude et évasion fiscale dans le cadre d’une procédure judiciaire posthume bizarre.

La campagne de lobbying anti-Magnitski menée par Veselnitskaya, Akhmetshin et al. Elle a notamment inculpé de fraude à l’encontre de Magnitski, affirmé que Browder et Magnitski étaient coupables d’évasion fiscale et d’autres activités criminelles en Russie, et produit un documentaire anti-Magnitski / Browder destiné aux téléspectateurs américains. Dans leurs activités de lobbying, Veselnitskaya, Akhmetshin et al. ont promule 19 mai 2016, le procureur de la République de Russie avait conclu que Browder (et un associé) avait évité 16 millions de dollars en impôts russes et avait peut-être enfreint les lois fiscales américaines. L’évasion fiscale en Russie (l’acte d’accusation de choix du Kremlin contre des ennemis politiques) est à l’origine du « mauvais argent » prêt à être utilisé à des « mauvaises » fins politiques dans la politique américaine. Notez que la première condamnation de Browder par les tribunaux fiscaux russes remonte à quatre ans, bien avant le début de la campagne présidentielle américaine.

 

Le «pistolet fumant» (smoking gun)  de la campagne électorale de Clinton, qui avait été promis à Trump Jr. par Veselnitskaya et Akhmetshin lors de la réunion du Trump Tower du 9 juin, était apparemment une information selon laquelle Browder aurait contribué au fonds de la Clinton Global Initiative. (Browder a contribué entre 10 000 et 20 000 dollars à un événement de CGI). Je suppose que cette contribution était « de l’argent russe » dans la mesure où Browder l’a volée au gouvernement russe via une fraude fiscale. Selon les participants à la réunion du 9 juin du président Trump, la partie russe n’a rien dit de concret sur les contributions de la Russie au parti démocrate; la réunion se serait transformée en adoption et se serait terminée au bout de 30 minutes.

Certains supposent qu’un dossier plastique contenant des documents, que les Russes auraient pu laisser avec la campagne Trump, était en réalité un échange secret de documents «sinistres» plutôt qu’un effort russe visant à enduire Browder de leurs actes anti-Magnitsky campagne de lobbying.

En résumé, la réunion notoire semble avoir été organisée dans le cadre de la Veselnitskaya, Akhmetshin et al. une campagne de lobbying contre les sanctions Magnitski et pour convaincre l’ennemi de Poutine, Bill Browder. Les participants russes n’ont offert aucune recherche d’opposition utile.

La frénésie médiatique a transformé un effort de lobbying inhumain (des deux côtés) de lobbyistes russes non enregistrés en un complot sombre qui consiste à échanger des informations secrètes. Qui se soucie de savoir si Browder a versé une petite somme pour assister à un événement de la Clinton Foundation? Entre-temps, les médias ignorent le fait que les mêmes agents russes étaient fortement  impliqués dans la seule activité qui avait presque fait la différence lors de l’élection de 2016: la création du dossier infâme Steele anti-Trump.


EN COMPLÉMENT

La Russie n’interféra pas dans l’élection américaine pour aider Trump, mais pour déstabiliser l’Amérique

Un donateur du Parti démocrate encore non identifié a payé le dossier contesté qui a presque coulé la campagne de Donald Trump. Le dossier a été créé (et peut-être rédigé) avec le soutien et l’assistance d’ agents étrangers non enregistrés du gouvernement russe, selon la commission judiciaire du Sénat. Comme il est indiqué ci-dessous, l’offre faite par un publiciste amateur de musique à Donald Trump Jr. de partager des informations compromettantes sur la campagne Clinton était vraisemblablement une opération russe. Je conclus que l’ingérence de la Russie dans l’élection de 2016 ne visait pas à aider Trump, mais à jeter le système politique américain dans le chaos et à menacer ses fondements.

La Russie possède l’une des  opérations politiques les plus efficaces et les plus  impitoyables à Washington. Un ambassadeur flamboyant aux environs de la ville est assis à la tête de l’aristocratie politique américaine. Les diplomates russes, des espions et des experts de relations publiques et de lobbying auprès des intérêts russes pour éloigner les  grandes puissances  de l’ influence politique américaine pour plaider leur cause et utiliser des armes engagées pour la saleté fronde et promouvoir la « désinformation » sur les opposants.

Le «gang de Magnitski» en Russie a été créé pour éliminer les sanctions imposées par le Congrès en 2012. L’avocat russe Sergey Magnitsky représentait Hermitage Capital (autrefois principal investisseur en Russie et principal détenteur d’actions de Ioukos). Il est décédé dans une prison russe après s’être vu refuser des soins médicaux, provoquant des sanctions américaines. En colère, Vladimir Poutine a riposté en fermant les adoptions américaines d’enfants russes.

La bande de Magnitski comprend une «ancienne» espionne du GRU, Rinat Akhmetshin, une   avocate liée au Kremlin , Natalia Veselnitskaya, Anatoly Samochornov, Andreï Nekrasov et d’autres ressortissants russes. Ils engagent des lobbyistes américains et des firmes de relations publiques pour représenter les intérêts russes. Ils rassemblent et diffusent de «fausses nouvelles» sur Magnitski et son patron, William Browder, notamment en produisant un documentaire déformé. Aucun n’a signé les documents du FARA en tant qu’agent étranger de la Russie. Au lieu de cela, ils prétendent représenter des  organisations caritativesà  but non lucratif enregistrées aux États-Unis.

Avec l’élection américaine en suspens, les membres de la bande de Magnitski ont élargi leur portefeuille pour inclure l’ingérence dans les élections. En utilisant des fonds donnés par un donateur démocrate encore inconnu, Akhmetshin a  embauché  une société de recherches américaine, Fusion GPS, pour fouiller le candidat Trump. Fusion GPS a embauché une société de renseignement londonienne, Orbis, dirigée par l’ancien espion britannique Christopher Steele. Steele a été chargé d’utiliser ses contacts russes pour recueillir des informations compromettantes sur Trump. Fusion et Orbis n’étaient pas nouveaux l’un pour l’autre. Ils  travaillaient  ensemble depuis janvier 2010, comme le montre leur contrat.

Orbis a produit des rapports  entre  juin et fin octobre 2016 sous la forme d’un dossier qui accusait Trump et ses collaborateurs de méfaits financiers, politiques et sexuels en Russie. Ces rapports auraient été recueillis auprès de hauts responsables du gouvernement russe. Orbis porta le dossier à l’attention du sénateur John McCain, tandis que Fusion informait les médias américains de son contenu. Le dossier a été transmis au FBI, qui peut avoir  demandé à  Steele de poursuivre son enquête. Bien que le dossier Orbis ait été  discrédité en  raison de nombreuses erreurs et d’allégations ahurissantes, la campagne Clinton l’a cité comme étant la motivation de la prétendue faveur de la Russie par Trump.

Nous espérons en apprendre davantage sur le dossier Steele grâce à une action en diffamation en cours devant un tribunal britannique et sur l’opération Fusion GPS, qui est actuellement examinée par le Comité judiciaire du Sénat de Grassley-Feinstein. Grassley souhaite savoir pourquoi Fusion GPS, en tant qu’agent étranger non enregistré de la Russie, a joué un rôle clé dans la création du dossier anti-Trump. Fusion GPS et Orbis esquivent les réponses en citant des accords de confidentialité et en revendiquant le privilège avocat / client  bien que ni est un cabinet d’avocats. Le secret que Steele et Fusion semblent le plus réticent à révéler est l’identité du donneur démocrate, malgré les demandes de réponses de la cour britannique et du comité du Sénat. Le « client » est-il proche de la campagne Clinton?

Outre ses travaux sur les sanctions Magnitsky et le dossier Trump, le groupe de Magnitsky a pénétré dans la campagne Trump le 9 juin, lorsque l’une de ses directrices, l’avocate Natalia Veselnitskaya, a rencontré Donald Trump Jr. et d’autres membres du personnel de campagne à Trump Tower. La réunion a été organisée par Trump Jr. via une chaîne de courrier électronique le 3 juin avec un publiciste de la musique anglaise. Le publiciste a relayé le message d’une rock star russe (connue de la famille Trump) selon laquelle «la Cour de la Couronne russe» (il n’en est rien) était prête à fournir à la campagne Trump des informations incriminantes sur Hillary Clinton, gage que la Russie était du côté de Trump dans l’élection.

Lors de la courte réunion du 9 juin, Veselnitskaya n’a révélé aucune information incriminante sur Hillary Clinton, mais a plutôt évoqué le problème de l’adoption de Magnitski. Lorsque la nouvelle de la réunion a fait surface, plus d’un an plus tard, Veselnitskaya a affirmé ne pas s’associer à des agences russes, mais ses affirmations sont facilement  réfutées  grâce à son travail sur Magnitski et à son lobbying en faveur de blanchisseurs d’argent présumés.

La presse américaine et mondiale célèbrent cette réunion avortée, preuve de la connivence de la campagne Trump avec la Russie. Des médias plus sympathiques appellent le fiasco de Trump Jr. une  farce ou soutiennent que Trump Jr. a été  créé .

À mon avis, toute l’histoire a l’air d’une opération planifiée par la Russie qui nécessitait l’intervention d’un novice en politique. Est-il crédible de penser que la détention par la Russie d’informations top secrètes Hillary Clinton (provenant peut-être de courriels «personnels» piratés) serait communiquée à une rock star russe pour qu’elle passe à la campagne d’un candidat à la présidence américaine? La logique simple nous dit que cette réunion n’était pas destinée par la partie russe à être utile à la campagne Trump. La divulgation d’une telle chaîne de courrier électronique pourrait être utilisée soit pour nuire à la campagne Trump, soit pour revenir le hanter durant sa présidence.

La preuve que  Trump Jr. n’était  pas une opération policière clé et un publiciste obscur dans la musique, c’est qu’un membre influent de l’équipe russe Magnitsky s’est présenté à la réunion et était au courant. Le but de la réunion Trump Tower n’était pas de gagner l’oreille de la campagne Trump. Les récits de lobbying russe contre les sanctions Magnitski suggèrent que les agents russes peuvent organiser des réunions sans ces ruses.

La combinaison du dossier Steele et du piège Trump Jr. réfute le récit selon lequel la Russie avait aidé la campagne Trump. Le dossier Steele était clairement un succès majeur pour Trump, conçu pour détruire sa campagne présidentielle. Il semble avoir été financé par un allié anonyme de Clinton et exécuté par un agent étranger non enregistré de la Russie.

Si l’on en croit le dossier Steele, ces informations ne pourraient provenir que des plus hautes instances du gouvernement russe. Pourquoi des fonctionnaires connaissant le Kremlin à la volée devraient-ils révéler leurs informations à Steele, à moins que le Kremlin ne leur dise de le faire? Compte tenu de ses nombreuses erreurs et de ses affirmations incroyables, une explication plus plausible est que le dossier a été créé par des spécialistes en désinformation des services de renseignement russes, comme le postule l’expert russe David Satter. Compte tenu de son financement et du rôle de Fusion GPS, le dossier semble être un produit commun du gouvernement russe et au moins certains éléments de la campagne Clinton. Une fois que le dossier était entre leurs mains et entre les mains des médias, les partisans de Clinton et des médias favorables n’ont pas hésité à diffuser largement cette information.

Certains diront peut-être que l’affaire Trump Jr. était une ruse inoffensive pour donner à une représentante de confiance du gang Magnitski l’occasion de plaider sa cause contre les sanctions imposées aux initiés de Trump. Je considère que cette explication manque. Le gang savait que la réunion avait été organisée pour discuter de matériel de compromis qu’ils n’avaient pas. En tant que sophistes de la politique américaine, ils comprendraient sûrement que ce serait leur première et dernière réunion. Non, la vraie raison était de noter que Trump Jr. avait rencontré les représentants russes pour lui promettre les marchandises sur Hillary. Si tel est le cas, il s’agira de configurer Trump Jr. pour la révélation éventuelle d’une telle réunion. Il est impossible d’interpréter l’affaire Trump Jr. comme une avancée positive de la Russie en faveur de la campagne Trump – telle qu’elle se joue actuellement dans les grands médias.

Nous avons atteint le stade qu’un grand  chercheur avait   prévenu il y a  environ trois mois. Vladimir Poutine est maintenant en position de détruire la présidence Trump et de causer des ravages indescriptibles sur le système politique américain. Ses spécialistes en désinformation peuvent composer pratiquement tout ce qu’ils souhaitent de la coopération de Trump avec la Russie, et les médias anti-Trump l’accepteront comme une vérité évangélique. Poutine réalisera son souhait d’un président américain affaibli et assiégé et d’un système politique américain en paralysie. Il continuera d’alimenter l’histoire pour s’assurer qu’aucune résolution n’est possible.

Le résultat ironique est que la véritable collusion puisse se produire entre les ennemis de Trump qui font une alliance avec Poutine pour affaiblir leur propre pays, le tout dans le but de renverser un résultat électoral qu’ils méprisent.


Notre politique a donné à Poutine l’arme nécessaire pour créer une crise constitutionnelle (un chroniqueur politique américain)

Le président russe Vladimir Poutine quitte le Conseil après la rencontre avec le président finlandais dans le cadre du Forum international de l’Arctique à Arkhangelsk le 30 mars 2017.

 

Alors que le Sénat commence et que la Chambre poursuit son enquête sur la Russie, je propose une liste de ce que nous savons et que nous ne savons pas sur la participation de la Russie à l’élection de 2016:

Premièrement, nous savons que les médias d’État russes ont mené une campagne visant à discréditer les élections américaines en général. La télévision russe, Internet et la presse écrite ont décrit la politique américaine comme un cloaque corrompu et corrompu dominé par «l’établissement». Dans la mesure où le Kremlin contrôle étroitement le SMI («moyen d’information de masse») principal de la Russie, nous savons que cette campagne a été menée les plus hauts niveaux. Lorsque l’élection a été réduite à deux candidats, le SMI de Russie n’avait d’autre choix que de se prononcer contre la candidate de l’élection présidentielle Hillary Clinton. Trump était décrit comme le « candidat du peuple » qui serait déchiré par l’établissement. Si l’élection générale avait été Clinton-Bush, la Russie n’aurait probablement pas choisi son favori mais serait restée dans le pétrin général de la politique américaine.

À emporter: Il n’est pas rare que les médias d’un pays prennent parti lors d’élections à l’étranger. La télévision allemande était vocalement anti-Trump. Le président Obama s’est injecté dans la campagne britannique sur le Brexit et la plupart des États européens s’opposent au référendum d’Erdogan en Turquie. La position anti-Clinton des médias russes est connue; il ne faut donc pas perdre le temps des comités de la Chambre et du Sénat.

Deuxièmement, des oligarques et des sociétés ukrainiennes russes et pro-russes ont engagé des lobbyistes et des consultants américains pour renforcer leurs images et plaider en faveur de préférences spécifiques à Washington. Un tel lobbying est légal tant que les formulaires de divulgation appropriés sont déposés. Une bonne partie de celle-ci s’est produite avant l’annexion de la Crimée et lors de la réinitialisation Obama / Clinton. La liste des colporteurs d’influence pour la Russie comprend des personnalités importantes des deux côtés de l’allée. Les lobbyistes affirmant avoir des liens avec Trump étaient moins en évidence. En tant qu’étranger et candidat peu probable à de hautes fonctions, les représentants de Trump avaient moins à offrir et étaient moins demandés.

À retenir: Si les comités du Sénat et de la Chambre se penchent sur cet angle, ils doivent veiller à enquêter sur les pressions exercées à la fois sur les chiffres de l’établissement et ceux de Trump. Ils devraient inclure la Clinton Foundation dans leur enquête, compte tenu de la contribution massive d’un magnat des minéraux associé au Canada, associé à la Russie, impliqué dans le tristement célèbre accord Uranium One.

Troisièmement, les pirates informatiques ont pénétré dans les comptes de messagerie de DNC et de Podesta et les ont transmis à WikiLeaks pour publication. Le rapport de « consensus » sur le renseignement non classifié conclut « avec une grande confiance » que Vladimir Poutine a approuvé le piratage, ce qui a été fait par le renseignement militaire. Le but de la «guerre hybride» de la Russie est de maintenir un déni plausible. Il est donc peu probable que Poutine ait laissé des traces de son implication directe. En outre, la cyber-guerre en Russie est menée par des organisations semi-criminellesavec des liens lâches avec les structures officielles. Les politiciens de Washington accusent maintenant pratiquement chaque attaque de hack contre la Russie basée sur des adresses IP russes, des pirates informatiques expérimentés vous diront que vous n’avez guère de sens. (Il semble que notre propre service de renseignement cache son piratage sous les adresses IP russes et chinois).

À emporter: à moins que nous n’ayons le droit de voir la version classifiée, je dois supposer que le consensus sur le renseignement repose sur la compréhension générale selon laquelle une opération de cette ampleur aurait nécessité l’approbation tacite ou directe de Poutine. C’est le même raisonnement utilisé par un tribunal londonien pour conclure que Poutine a « vraisemblablement » approuvé le meurtre au polonium de Litvinenko.

Quatrièmement, les personnes censées représenter Trump sont accusées d’avoir arrangé des quid pro quos avec la partie russe en échange de concessions postélectorales de la part du président Trump. L’une des prétendues compensations était l’assouplissement de la plate-forme républicaine en ce qui concerne les armes pour l’Ukraine en échange d’une aide électorale. Cependant, une comparaison de la plate-forme initiale avec la version finale montre que le langage des armes ukrainiennes n’a pas été assoupli lors de la convention lors de la convention. Un dossier sensationnel de rumeurs aléatoires et non vérifiées est le fondement de la seconde revendication que la Russie a offert à Trump près d’un milliard de dollars pour l’annulation des sanctions en tant que président. L’offre aurait été faite en juillet 2015, alors que les chances de victoire de Trump étaient faibles. En raison de sa taille et de son calendrier, l’accord n’a absolument aucun sens.

À retenir: Aucun comité du Congrès ne devrait perdre son temps avec des accusations facilement réfutées par les archives publiques ou étayées par des recherches sensationnelles de la part de la recherche d’opposition.

Cinquièmement, le consensus de la communauté du renseignement affirme que Poutine est intervenu dans l’élection dans le but d’élire Trump. (Le piratage DNC, selon les fuites, a commencé en juillet 2016, alors que Trump était à peine visible sur le radar politique). La communauté du renseignement n’arrive pas à comprendre le point fondamental selon lequel les actions de Poutine sont principalement destinées à son public national. Le principal pilier de la revendication de pouvoir de Poutine est qu’un État américain menaçant cherche à démanteler la Russie, à faire souffrir le peuple russe et à le contraindre à accepter les mariages homosexuels. La menace «démocratique libérale» est gérée par l’establishment américain (l’administration, la CIA, le FBI et George Soros). Avec sa propre réélection présidentielle dans moins d’un an, Poutine ne peut pas perdre ce récit. Les e-mails de Podesta et de DNC révèlent le ventre sombre de la politique des établissements américains et s’accordent parfaitement au récit de Poutine. Le récit russe, donc, était que Clinton gagnerait après avoir détruit les étrangers favorisés par le peuple, tels que Bernie Sanders et Donald Trump. L’élection de Trump va à l’encontre du scénario de Poutine. Il a élevé la cote de favorabilité de l’Amérique et, pire, a montré qu’en Amérique,on sait faire les choses.

À emporter: nos spécialistes du renseignement ne peuvent absolument pas regarder dans la tête de Poutine. Ils semblent ne pas comprendre comment Poutine dirige la Russie. Affirmer que ses actions étaient motivées à élire Trump – un facteur inconnu – n’est pas conforme à ce que nous savons du mode de fonctionnement de Poutine.

Les supposés relations nauséabondes entre Trump et Poutine jouent 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 dans les médias américains, malgré l’absence de toute preuve tangible que Trump et Poutine se soient coordonnés pour « voler » l’élection d’Hillary, comme s’ils le pouvaient. L’hystérie médiatique, à son insu, fait le jeu de Poutine et lui donne un avantage précieux sur les États-Unis. Connaissant Poutine, il attendra le bon moment pour dire sans fournir aucune preuve: «Bien sûr, il a été décidé que j’aiderais M. Trump à gagner. C’est un homme bon et je savais qu’il ferait un travail bien meilleur que Hillary. J’ai fait cela pour aider nos deux pays. « Les journalistes russes spéculent déjà sur les mots qu’il utilisera.

Grâce à notre politique, Poutine a le pouvoir de plonger les États-Unis dans une crise constitutionnelle. Merci,la  classe politique! Rappelez-vous ces paroles lorsque Poutine tire ce lapin de son chapeau.

 

 

 

 

 

 

 

 

Anarchie Politique américaine:Le gouvernement américain paralysé jusqu’à l’an prochain

Les États-Unis se préparaient dimanche à affronter une longue période de fermeture des administrations fédérales après l’échec des négociations au Congrès sur le financement d’un mur à la frontière mexicaine, une paralysie partielle qui pourrait durer jusqu’en janvier selon un responsable de la Maison-Blanche.

Vue du Capitole alors que l’appareil administratif était partiellement paralysé dimanche, à Washington

 

« Il est très possible » que la paralysie (shutdown) « aille jusqu’au nouveau Congrès », qui doit se réunir pour la première fois le 3 janvier, a fait savoir dimanche le directeur du budget à la Maison-Blanche, Mick Mulvaney, dimanche, sur les ondes de la chaîne Fox News.

Les négociations sur le budget fédéral, suspendues samedi, doivent reprendre le 27 décembre.

Les démocrates reprendront début janvier le contrôle de la Chambre des représentants après leur victoire électorale en novembre alors que les républicains resteront majoritaires au Sénat, ce qui augure des négociations difficiles entre les deux Chambres.

Avec actuellement 51 sièges sur 100 au Sénat et deux supplémentaires à partir de janvier, les républicains ne disposent pas des 60 voix nécessaires pour l’adoption d’une loi budgétaire.

Le président américain a réaffirmé dimanche sa volonté d’obtenir les cinq milliards de dollars américains pour la construction d’un mur destiné à freiner l’immigration clandestine, l’une de ses principales promesses de campagne.

Négocier de bonne foi

« La seule manière de stopper les gangs, la drogue, le trafic d’êtres humains et beaucoup d’autres choses qui arrivent dans notre pays, c’est un mur ou une barrière », a-t-il tweeté. « Les drones et tout le reste sont merveilleux et très amusants, mais ce qui marche, c’est un bon vieux mur. » L’opposition démocrate, qui refuse de voter ce volet du projet, propose d’octroyer 1,3 milliard de dollars pour améliorer le système de surveillance frontalier.

Faute de budget, de nombreux ministères et agences gouvernementales ont fermé leurs portes samedi matin, laissant environ 800 000 fonctionnaires en congé sans solde ou, pour les services jugés essentiels, forcés de travailler sans être payés aux échéances habituelles alors que la période des Fêtes bat son plein.

M. Mulvaney, nommé secrétaire général par intérim de la Maison-Blanche à partir de janvier, a néanmoins précisé que tous les employés fédéraux seraient payés jusqu’au 28 décembre. Ce n’est qu’à partir de cette date que leurs salaires seront susceptibles d’être touchés par la paralysie partielle, a-t-il souligné.

Certains élus, jusque dans le camp républicain, dénoncent le jusqu’au-boutisme du président. « C’est un combat monté en épingle pour que le président fasse croire qu’il se bat », a estimé sur CNN le sénateur du Tennessee Bob Corker, qui va quitter la Chambre haute. « Même s’il gagne, nos frontières ne seront pas sûres », a-t-il souligné.

Le président, qui avait prévu de passer les Fêtes de fin d’année en Floride, est resté à Washington pendant que les négociations se poursuivent en coulisses.

« Quand ces négociations produiront une solution acceptable par toutes les parties — ce qui veut dire 60 votes au Sénat, une majorité à la Chambre et une signature présidentielle —, alors nous la présenterons en séance », a dit samedi le chef de la majorité sénatoriale, Mitch McConnell.

Le patron des sénateurs démocrates, Chuck Schumer, est resté ferme. « Si vous voulez ouvrir le gouvernement, abandonnez le mur, purement et simplement », a-t-il dit à l’adresse de Donald Trump.

La paralysie budgétaire touche des ministères importants comme la Sécurité intérieure — qui gère la sécurité aux frontières —, la police fédérale (FBI), les Transports, le Trésor ou l’Intérieur, qui supervise les parcs nationaux très visités pendant les Fêtes, comme le Grand Canyon.

Ce blocage budgétaire est le troisième de l’année, après ceux survenus en janvier (trois jours) et en février (quelques heures), déjà à cause de la question migratoire. Le précédent, en octobre 2013, avait duré 16 jours, loin toutefois du record de 21 jours de l’année 1995-1996.

Le maniganceur en chef pourrait bien être cet homme à la solde des Clinton :George Soros.

 

 

 

 

Un éditorialiste américain assure que Trump pourrait démissionner « dans les semaines à venir »

Donald Trump à la Maison Blanche le 21 décembre 2018

 

Selon Chris Matthews, éditorialiste politique de la chaîne MSNBC, le président américain pourrait prochainement choisir de démissionner pour s’éviter une peine de prison et épargner sa famille.

L’avenir de Donald Trump à le tête des Etats-Unis pourrait se jouer dans les semaines à venir. C’est en tout cas ce qu’assure Chris Matthews, éditorialiste politique pour la chaîne d’information en continu MSNBC, comme le rapporte le Huffington Post.

Selon lui, le président américain pourrait passer un accord avec le procureur spécial Robert Mueller, chargé de l’enquête sur l’ingérence de la Russie dans la campagne présidentielle de 2016, pour éviter une inculpation.

Des acquittements et échange d’une démission?

Donald Trump et Ivanka …dans des jours meilleurs!

Car d’après son analyse, Donald Trump et sa fille Ivanka pourraient être « les prochains dominos à tomber » dans le cadre de cette affaire menée depuis mai 2017. Et ils pourraient tous les deux faire l’objet d’une peine de prison. « Que se passerait-il si le procureur offrait une alternative au président? », s’interroge alors Chris Matthews. 

L’éditorialiste imagine le procureur spécial Robert Mueller proposer à Donald Trump de démissionner de la Maison Blanche, en échange d’un ensemble d’acquittements, « pas seulement pour lui, mais aussi pour tous ses enfants ».

Pour appuyer son hypothèse, Chris Matthews cite un exemple similaire dans l’histoire américaine. En 1973, le vice-président Spiro Agnew avait accepté de démissionner pour éviter d’être inculpé pour fraude fiscale, dans le cadre d’un accord avec le procureur. « Regardons les événements se décanter dans les semaines à venir, et arriver à un point de rupture. Ça va être historique », prédit l’éditorialiste.

Nouvel Ordre Mondial:La France se désagrège devant le dédain de Macron face au peuple

  • « Les Français disent: » Monsieur le Président, nous ne pouvons pas joindre les deux bouts « , et le président répond: » Nous allons créer un Haut Conseil [pour le climat] « . Pouvez-vous imaginer le décalage? » – Laurence Saillet, porte-parole du parti de centre-droit, Les Républicains, 27 novembre 2018
  • Les « gilets jaunes » [manifestants] bénéficient désormais du soutien de 77% de la population française. Ils exigent la démission de Macron et un changement immédiat de gouvernement.
  • Le mouvement est maintenant une révolte de millions de personnes qui se sentent asphyxiées par une imposition « confiscatoire » et qui ne veulent pas « payer indéfiniment » pour un gouvernement qui semble « incapable de limiter les dépenses ». – Jean-Yves Camus, politologue.
  • Les élections européennes auront lieu ce printemps 2019. Les sondages montrent que le rassemblement national sera en tête, loin devant La République En Marche! [La République en mouvement!], La fête créée par Macron.

 

Emmanuel Macron avec Philippe Couillard,l’ancien premier ministre du Québec:le banquier de Rotschild s’amuse avec le franc maçon.

Le 11 Novembre  2018 , le président français Emmanuel Macron a commémoré le 100 e anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale en invitant soixante – dix chefs d’Etat d’organiser une coûteuse, inutile, grandiloquent « Forum de la Paix » qui ne mènent à rien. Il a également invité le président américain Donald Trump, puis a choisi de l’insulter. Dans un discours pompeux, Macron – sachant que Donald Trump s’était défini quelques jours plus tôt comme un nationaliste voué à la défense de l’Amérique – a invoqué le « patriotisme »; ensuite, étrangement, le définissait comme « l’exact opposé du nationalisme »; alors appelé cela « trahison ».

En outre, peu avant la réunion, Macron n’avait pas seulement parlé de « l’urgence » de la construction d’une armée européenne ; il a également placé les États-Unis parmi les  » ennemis  » de l’Europe. Ce n’était pas la première fois que Macron plaçait l’Europe au-dessus des intérêts de son propre pays. C’était cependant la première fois qu’il plaçait les États-Unis sur la liste des ennemis de l’Europe.

En compagnie de Donald Trump…

Le président Trump a apparemment compris immédiatement que l’attitude de Macron était un moyen de maintenir ses illusions de grandeur et de tenter de tirer un avantage politique intérieur. Trump a apparemment aussi compris qu’il ne pouvait pas rester assis là et accepter des insultes. Dans une série de tweets , Trump a rappelé au monde que la France avait besoin de l’aide des États-Unis pour recouvrer sa liberté pendant les guerres mondiales, que l’OTAN protégeait toujours une Europe pratiquement sans défense et que de nombreux pays européens ne payaient toujours pas le montant promis pour leur propre pays. la défense. Trump a ajouté que Macron avait un taux d’approbation extrêmement bas (26%), faisait face à un taux de chômage extrêmement élevé et cherchait probablement à détourner son attention de cela.

Trump avait raison. La popularité de Macron est en chute libre depuis des mois: il est désormais le président français le plus impopulaire de l’histoire moderne à ce stade de son mandat. La population française s’est détournée de lui en masse.

Le chômage en France n’atteint pas seulement un niveau alarmant (9,1%); il a été alarmant pendant des années. Le nombre de personnes en situation de pauvretéest également élevé (8,8 millions de personnes, 14,2% de la population). La croissance économique est en réalité inexistante (0,4% au troisième trimestre de 2018, en hausse par rapport à 0,2% les trois mois précédents). Le revenu médian(20 520 euros, soit 23 000 dollars par an) est insoutenable. Cela indique que la moitié des Français vivent avec moins de 1710 euros par mois. Cinq millions de personnes survivent avec moins de 855 euros (973 dollars) par mois.

Lorsque Macron a été élu en mai 2017, il avait promis de libérer l’économie. Cependant, aucune mesure significative n’a été prise. En dépit de certaines réformes superficielles telles que la limitation du nombre de licenciements abusifs ou la possibilité légèrement accrue que les petites entreprises puissent négocier des contrats de travail à court terme, le code du travail français, qui est toujours l’un des plus rigides du monde développé, bloque habilement le travail. création. La charge fiscale (plus de 45% du PIB) est la plus élevée du monde développé. Même si certaines taxes ont été supprimées depuis que Macron est devenu président, de nombreuses nouvelles taxes ont été créées. Les dépenses publiques représentent encore environ 57% du PIB (16% de plus que la moyenne des pays de l’OCDE) et ne montrent aucun signe de déclin.

Macron a également promis, lors de son élection, de rétablir la sécurité. Le manque de sécurité , cependant, a explosé; le nombre d’agressions violentes et de viols n’a cessé d’augmenter. Les zones interdites sont aussi répandues qu’il ya un an et extrêmement incontrôlables. L’afflux d’immigrants clandestins non contrôlés dans le pays a malheureusement transformé des quartiers entiers en taudis .

 

La photo controversé du doigt d’honneur.

En mai, Macron avait averti que dans de nombreuses banlieues, la France avait « perdu la lutte contre le trafic de drogue « .

Lorsque le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a démissionné le 3 octobre, il a parlé d’une « situation très dégradée » et a ajouté que, dans de nombreux domaines, « la loi des plus forts – les trafiquants de drogue et les islamistes radicaux – a remplacé le République. » Il a été tout simplement les évaluations confirmant de refroidissement de « la faveur » des commentateurs tels que Éric Zemmour , auteur de Le suicide Français , et Georges Bensoussan , auteur de Une France Soumise ( A Soumise France) .

Les émeutes sont fréquentes. ils indiquent l’incapacité croissante du gouvernement à maintenir l’ordre. Les grèves dans les transports en commun, qui ont duré tout le printemps 2018, ont été accompagnées de manifestations et d’un pillage enthousiaste de banques et de magasins. La victoire de la France à la Coupe du monde de football en juillet a été suivie par une liesse qui a rapidement fait place à la violence de groupes qui ont brisé des vitrines et attaqué la police.

Depuis son entrée dans la vie politique, les remarques de Macron ont non seulement révélé un mépris pour la population française, mais elles se sont également multipliées. Cela n’a pas aidé. Dès 2014, alors que Macron était ministre de l’Économie, il a déclaré que les femmes employées dans une entreprise en faillite étaient  » analphabètes « ; en juin 2017, juste après être devenu président, il a distingué « ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien ». Plus récemment, il a confié à un jeune homme qui avait exprimé son désarroi à la recherche d’un emploi qu’il ne devait que se déplacer et « traverser la rue ». Lors d’une visite au Danemark, il a annoncé que les Français étaient « des Gaulois résistants au changement ».

L’un des rares sujets sur lesquels Macron semblait vouloir travailler était l’islam. Il a souligné à plusieurs reprises sa détermination à établir un  » islam de France « . Ce qu’il a omis de prendre en compte, c’est la préoccupation du reste de la population face à l’islamisation rapide du pays. Le 20 juin 2017, il a déclaré (pas assez précisément, par exemple ici , ici , ici , ici , ici et ici ), « Personne ne peut faire croire que la foi (musulmane) n’est pas compatible avec la République ». Il semble également avoir omis de prendre en compte les risques du terrorisme islamique, qu’il appelle rarement par son nom. Il semble préférer utiliser le mot  » terrorisme«  », sans adjectif, et reconnaît simplement qu’il » existe une lecture radicale de l’Islam, dont les principes ne respectent pas les slogans religieux « ).

L’actuel ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, nommé par Macron pour remplacer Collomb, a écarté les préoccupations exprimées par son prédécesseur et a qualifié l’ islam de « religion du bonheur et de l’amour, à l’instar de la religion catholique ».

Un autre domaine dans lequel Macron a agi sans relâche est le « combat contre le changement climatique », dans lequel ses ennemis ennemis sont ciblés. Sur les véhicules de plus de quatre ans, les contrôles techniques obligatoires ont été rendus plus onéreux et le non-respect de ces contrôles plus punitif, dans l’espoir évident qu’un nombre croissant de voitures plus anciennes pourraient être éliminées. Les limites de vitesse sur la plupart des routes ont été abaissées à 80 km / h (50 mi / h), les radars de contrôle de la vitesse se sont multipliés et des dizaines de milliers de permis de conduire ont été suspendus . Les taxes sur l’ essence ont fortement augmenté (30 cents le gallon en un an). Un gallon d’essence sans plomb en France coûte maintenant plus de 7 dollars.

La petite minorité de Français qui soutiennent encore Macron ne sont pas concernés par ces mesures. Les sondages montrent qu’ils appartiennent aux couches les plus riches de la société, qu’ils vivent dans des quartiers riches et qu’ils n’utilisent presque jamais de véhicules personnels. La situation est douloureusement différente pour la plupart des autres individus, en particulier pour la classe moyenne oubliée .

Une décision récente d’augmenter les taxes sur l’essence était la goutte d’eau. Cela a déclenché une colère instantanée. Une pétition demandant au gouvernement d’ annuler l’augmentation des taxes a reçu près d’un million de signatures en deux jours. Sur les réseaux sociaux, des personnes ont discuté de l’organisation de manifestations dans tout le pays et ont suggéré aux manifestants de porter les gilets de protection jaunes que les conducteurs sont obligés de ranger dans leur voiture en cas de panne sur le bord de la route. Ainsi, le 17 novembre , des centaines de milliers de manifestants ont bloqué de grandes parties du pays.

Le gouvernement a ignoré les demandes des manifestants. Au lieu de cela, les responsables ont répété les nombreux impératifs non prouvés du « changement climatique » et la nécessité d’ éliminer l’utilisation des « combustibles fossiles » – mais ont refusé de changer de cap.

Après cela, une autre journée de protestation nationale a été choisie. Le 24 novembre , les manifestants ont organisé une marche sur Paris. Beaucoup, semble-t-il, ont décidé, malgré l’interdiction du gouvernement, de se rendre sur les Champs-Élysées et de continuer vers le palais présidentiel.

Des affrontements ont eu lieu, des barricades ont été érigées et des véhicules incendiés. La police a répondu durement. Ils ont attaqué des manifestants non violents et ont utilisé des milliers de grenades au gaz lacrymogène et de canons à eau, ce qu’ils n’avaient jamais fait auparavant. Bien que de nombreux manifestants aient brandi des drapeaux rouges indiquant qu’ils appartenaient à la gauche politique, le nouveau ministre de l’Intérieur, Castaner, a déclaré que la violence venait d’une « extrême droite » sédentaire et fractionnée. Un membre du gouvernement a attisé l’incendie en comparant les « gilets jaunes » français aux « chemises brunes » allemandes des années 1930. Macron a déclaré que ceux qui essayaient « d’intimider les officiels » devraient être « 

Enfin, le 25 novembre, Macron a fini par reconnaître , avec une apparente réticence, la souffrance de la « classe ouvrière ». Deux jours plus tard, Macron a prononcé un discours solennel, annonçant qu’il créerait un « grand conseil pour le climat », composé d’écologistes et de politiciens professionnels, et que son objectif était de sauver la planète et d’éviter « la fin du monde ». Il n’a toujours pas dit un seul mot sur les griefs économiques qui s’étaient exprimés au cours des dix jours précédents.

La républicaine Laurence Saillet, porte-parole du parti de centre-droit, a déclaré : « Les Français disent: » Monsieur le Président, nous ne pouvons pas joindre les deux bouts « , et le président répond: » nous allons créer un Haut Conseil [pour le climat] ] ‘Pouvez-vous imaginer la déconnexion? « .

Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national de droite (l’ancien parti du Front national et aujourd’hui le principal parti d’opposition en France), a déclaré : « Il y a une minuscule caste qui fonctionne pour elle-même et la grande majorité des Les Français qui sont abandonnés par le gouvernement et se sentent rétrogradés, dépossédés « .

Les « jaunes » bénéficient désormais du soutien de 84% de la population française. Ils exigent la démission de Macron et un changement immédiat de gouvernement. Ceux qui parlent à la radio et à la télévision disent que Macron et le gouvernement sont désespérément aveugles et sourds.

Pour le moment, les « vestes jaunes » ont décidé d’organiser une troisième manifestation nationale – aujourd’hui samedi er décembre – avec une nouvelle marche vers Paris et le palais de l’Elysée. La révolte dans le pays s’intensifie et ne montre aucun signe de ralentissement.

Le politologue Jean-Yves Camus a déclaré que le mouvement des « vestes jaunes » est maintenant une révolte de millions de personnes qui se sentent asphyxiées par des taxes « confiscatoires » et qui ne veulent pas « payer indéfiniment » pour un gouvernement qui semble « incapable de limiter dépenses ». « Certains ne mesurent pas l’étendue du rejet exprimé par les manifestants », a- t- il ajouté .

Dominique Reynié, professeur à l’Institut d’études politiques de Paris, a déclaréque « Macron et le gouvernement ne s’attendaient pas à ce que leur politique fiscale aboutisse à cela ».

Les élections européennes auront lieu en mai 2019. Les sondages montrent que le parti du Rassemblement national de Le Pen sera en tête, loin devant le parti créé par Macron, La République En Marche! [La République en mouvement!].

En un peu plus d’un an, Macron, élu en mai 2017, a perdu presque tout crédit et légitimité. Il est également l’un des derniers dirigeants européens au pouvoir à soutenir l’Union européenne telle qu’elle est.

Macron, qui a affirmé vouloir vaincre la vague « populiste » qui se répandait sur tout le continent, a également affirmé que les dirigeants qui écoutaient les gens désireux de défendre leur mode de vie étaient la  » lèpre  » et le  » mauvais vent « .

La vague « populiste » frappe maintenant la France; cela pourrait bien signifier la fin du mandat de Macron.


EN conclusion:

Deux grands mondialistes unis dans l’effacement de leur peuple:Justin Trudeau qui cherche à assimiler les québécois français à la majorité anglophone du Canada et Emmanuel Macron qui ouvre les portes de la France à l’Islam..

Le but des mondialistes : remplacer les Français par des musulmans

 

La France – et l’Europe en général – est confrontée à une montée de l’islamisme, c’est désormais bien clair. Mais pourquoi cette montée est-elle apparue ? Voila la bonne question. C’est parce que les mondialistes financiers veulent à tout prix que la finance dirige la politique en remplaçant un peuple rebelle par un peuple soumis. Leur but est de dominer politiquement par la finance et ce, au niveau mondial. Pour cela, ils utilisent les acteurs politiciens corrompus qui en France, veulent instaurer l’islamisme radical. Mais pourquoi l’islamisme et pas autre chose ?

C’est très facile à comprendre parce que cela part d’un constat réel, sans état d’âme particulier, basé sur l’étude ainsi que sur les comportements. D’aucuns affirment que l’islam est une religion. Non, l’islam n’est pas une religion. L’islam est un faux système religieux qui impose et entretient à tout prix l’abaissement humain. En islam, les gens doivent obéir aveuglément aux ordres du coran. Du fait que le coran interdit toute évolution, les islamistes sont privés de cette possibilité depuis l’avènement de cette fausse religion, qui est en réalité un système de négation universelle. Il n’existe aucune possibilité d’élévation dans l’islam appliqué à la lettre. Les preuves se voient tous les jours dans le comportement des personnes islamisées. Tout ce qui est négatif et criminel appartient et est revendiqué par l’islam. L’islam manifeste en permanence la haine et le racisme à l’égard de tous ceux qui ne sont pas de confession musulmane et ces deux notions sont encouragées intensivement par les mondialistes auprès de ces populations. Les humains qui ne sont pas musulmans sont de ce fait les victimes de cette haine et de ce racisme. C’est tellement visible actuellement, à travers les terribles événements qui défraient la chronique, qu’on ne peut s’y tromper.

Quoiqu’on en pense, il existe effectivement deux catégories de personnes islamisées. Ceux qui n’ont jamais appliqué les ordres du coran au pied de la lettre, et ceux qui appliquent ces ordres au iota près. Les premiers sont des apostats, c’est le jugement des islamistes radicaux. Certains emploient le terme : « modérés ». Les seconds sont les radicaux. Les apostats, par crainte ou par respect de leur environnement et des lois de la République, ne pratiquent pas réellement l’islam. Ils évitent, par peur ou par ignorance, d’obéir aveuglément aux ordres du coran. Ils sont donc des traîtres pour les radicaux et doivent payer de leur vie cette désobéissance aux ordres de ce livre. Ce sont les radicaux eux-mêmes qui l’affirment et c’est écrit en toutes lettres dans le livre en question. Il apparaît aussi que pour certaines populations d’apostats, une petite chiquenaude suffirait à les faire changer d’avis et à se rallier aux radicaux. Là encore, la terreur et l’interdiction de l’évolution ordonnée par le coran, font de grands ravages. Pour en être convaincu, il suffit d’observer, entre autres aspects, la condition féminine musulmane.

Les islamistes radicaux n’ont qu’un idée en tête, imposer leurs croyances mortifères partout et obliger le monde entier à respecter le coran et l’islam sans aucune possibilité de retour en arrière. A ce propos, il est extraordinaire de constater à quel point quelques pages de papier peuvent tenir des peuples entiers dans l’immobilité totale de l’esprit pendant aussi longtemps. Vous n’ignorez pas que si vous êtes musulman et que vous quittez l’islam, vous signez votre arrêt de mort. Le mot est lâché. La mort. C’est le maître mot de l’islam. Les apostats n’ont aucune envie de tuer. Ils souhaitent faire un peu comme tout le monde, ne pas trop en savoir sur leur « religion », et ne pas la pratiquer de façon radicale en préservant au mieux leur dignité d’êtres humains. Comparativement, voyez le nombre de fidèles dans les églises et vous aurez compris que les religions n’intéressent plus grand monde aujourd’hui au sein des populations qui ont décidé de sortir de ce carcan. C’est normal du fait que chaque religion a été depuis son avènement, un moyen de domination infernal dont les chefs ont usé et abusé pour maintenir les populations dans la crainte et l’ignorance (pour info, voyez les performances de la « sainte inquisition » et certains « ratés » gênants dont le vatican aimerait qu’ils soient tenus secrets). Cela ne fonctionne plus vraiment de nos jours car heureusement, beaucoup de populations ont évolué.

LES PEUPLES FRANÇAIS DE FRANCE ET D’AMÉRIQUE DU NORD ONT UN COMBAT COMMUN 

Deux couples:ceux d’Emmanuel Macron et de Justin Trudeau dévoués au Nouvel Ordre Mondial pro-islamique!

Le Québec et les canadiens français de l’Ontario et du Nouveau-Brunswick font face à Justin Trudeau  qui ne rêve que de mondialisation et  de libre-échange.Le gouvernement conservateur  de Ford en Ontario a coupé tous les budgets devant permettre de soutenir la francophonie dans sa province,mais il fait face à la mobilisation générale des franco-ontariens.Il faut noter que Ford a même coupé la totalité du projet d’une université francophone en Ontario sous le prétexte de sabrer dans les dépenses…inutiles!

Au Québec,nous avons évité le pire en élisant François Legault de la Coalition Avenir Québec,  mais celui-ci va-t-il  bloquer l’immigration massive réclamé par Justin Trudeau qui lui réclamait 50,000 immigrants au Québec pour cette année.François Legault  s’est fait élire en promettant de baisser ce chiffre à 40,000,mais c’est même trop car qui va payer pour ces envahisseurs qui parfois,ne parlent pas un mot de français?…Nous les travailleurs et travailleuses du Québec!Nous payons de nos impôts pour assurer la disparition assurée de notre peuple pour permettre à l' »ÉLITE » de continuer à engranger les profits capitalistes!

Depuis fin septembre, les Acadiens retiennent leur souffle. La balance du pouvoir est entre les mains des trois députés de l’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick, un parti qui s’est positionné ouvertement contre le bilinguisme tel que pratiqué dans la seule province officiellement bilingue du Canada.

S’ils espéraient davantage d’ouverture, les Franco-Ontariens essaient actuellement d’inverser les décisions de leur gouvernement progressiste-conservateur d’abolir le Commissariat aux services en français et d’abandonner le projet d’université franco-ontarienne.

Pour l’avocat spécialiste des droits linguistiques, Michel Doucet, les situations ont quelque chose de similaire.

«Il y a des parallèles à faire. Mais l’approche au Nouveau-Brunswick est beaucoup plus sournoise. On voit depuis de nombreuses années un affaiblissement du Commissariat aux langues officielles du Nouveau-Brunswick avec un budget qui, depuis 2002, n’a augmenté que de 500 000 $ à 514 000 $ [le dernier budget du Commissariat aux services en français en Ontario était de 2,9 millions $]. Si bien que le commissaire n’a pas les ressources de faire son travail.»

Le Québec ,comme l’Ontario ,comme le Nouveau-Brunswick et la France,notre Mère-Patrie,en a ras-le-bol!

Nos quatre états sont actuellement  gouvernés par des néolibéraux vendus  à l’oligarchie financière rattachée au Nouvel Ordre Mondial et au crime organisé entretenu par les sociétés secrètes qui les contrôle derrière le rideau dont les francs maçons liés au rite écossais et les illuminati qui leur sont associés!

Seule la désobéissance civile peut en venir à bout et rétablir la démocratie du Peuple,par le Peuple et pour le Peuple!

À bas le néolibéralisme du Nouvel Ordre Mondial et vive la Révolution Nationale Universelle !

 

Unissons-nous!

 

 

Affaire Khashoggi:Un présumé accord secret sur l’armement saoudien créerait 500 000 emplois aux USA

  • Trump affirme que l’accord sur les armes de 110 milliards de dollars qu’il a négocié avec l’Arabie saoudite l’année dernière créera « 500 000 emplois »
  • La réclamation est au centre de ses raisons pour ne pas sanctionner le royaume pour le meurtre du journaliste du Washington Post Jamal Khashoggi dans son consulat à Istanbul
  • Un document interne à Lockheed Martin indique que moins de 1 000 postes américains seraient créés par un entrepreneur en défense 
  • Un véritable boom économique serait créé en Arabie saoudite, où 10 000 nouveaux emplois verraient le jour 
  • Raytheon s’attend à maintenir 10 000 emplois existants et à créer un petit pourcentage de ce chiffre 

 

Chaque fois que le président Donald Trump mentionne l’accord sur les armes de 110 milliards de dollars qu’il a négocié avec l’Arabie saoudite l’année dernière, il fait un suivi rapide en déclarant: « C’est 500 000 emplois ».

Toutefois, s’il parle de nouveaux emplois dans le secteur de la défense aux États-Unis, un document interne consulté par Lockheed Martin, de Reuters, prévoit que moins de 1 000 postes seraient créés par le sous-traitant, qui pourrait potentiellement livrer quelque 28 milliards de dollars de marchandises.

Lockheed prévoit au contraire que cet accord pourrait créer près de 10 000 nouveaux emplois en Arabie saoudite, tout en occupant jusqu’à 18 000 travailleurs américains existants, si tout se mettait en place – un résultat que les experts estiment peu probable.

Une personne familière avec la planification de Raytheon a déclaré que si l’ordre saoudien était exécuté, cela pourrait aider à maintenir environ 10 000 emplois américains, mais le nombre de nouveaux emplois créés ne représenterait qu’un faible pourcentage de ce chiffre.

 

Lockheed, un sous-traitant de la défense, participe à l’énorme contrat d’armement saoudien, aux termes duquel il fournirait des versions exportées de son hélicoptère Blackhawk. Mais ses documents internes montrent qu’il ne créerait rien de plus que les 500 000 emplois revendiqués par Trump.

Lockheed Martin Corp a refusé de commenter le « package deal  saoudien ». Le directeur financier de Raytheon Co, Toby O’Brien, a déclaré la semaine dernière que le nombre de recrutements est en croissance, mais il n’a pas imputé ces programmes à un programme particulier.

Pas de sanction: Trump a invoqué la revendication de 500 000 emplois américains pour justifier son refus de sanctionner l’Arabie saoudite, sous la direction de facto du prince héritier Mohammed bin Salman, pour le meurtre du journaliste du Washington Post, Jamal Khashoggi

La Maison Blanche n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Les emplois sont importants pour Trump. Il a milité sur sa capacité à créer des emplois aux États-Unis, en particulier dans le secteur manufacturier, qui sont bien rémunérés. Entre-temps, il a limité ses critiques à l’encontre des dirigeants saoudiens à propos du meurtre d’un critique de premier plan, car il ne voulait pas mettre en péril l’accord sur la vente d’armes.

Donc Trump fait face a un chantage  économique

Le chiffre de 500 000 de Trump a été salué par le scepticisme généralisé étant donné que les cinq plus grands sous-traitants américains de la défense, qui fabriquent presque tous les articles de la liste saoudienne, emploient maintenant 383 000 personnes.

Des documents vus par Reuters et des entretiens avec des sources de l’industrie de la défense connaissant le présumé accord de contrat d’armes suggèrent qu’entre 20 000 et 40 000 travailleurs américains du secteur de la défense pourraient être impliqués dans la production destinée à l’Arabie saoudite si l’ensemble du paquet de 110 milliards de dollars passait.

Les travailleurs existants sont généralement expérimentés et qualifiés, et peuvent être redéployés plus facilement que les nouveaux employés qui nécessiteraient un investissement initial important dans leur formation.

Toute prévision concernant la création d’emplois doit être mise en garde de savoir si toutes les défenses antimissiles et les radars, navires, chars, logiciels, bombes et autres équipements énumérés dans le package deal complet saoudien seront livrés.

Les entretiens avec des personnes familiarisées avec les plans et les estimations d’autres grands entrepreneurs de la défense reflètent une dynamique similaire à celle de Lockheed et de Raytheon – des ajouts relativement mineurs à leur effectif américain et une accumulation plus importante en Arabie saoudite.

Depuis le voyage de Trump dans le Royaume l’année dernière, peu d’activités économiques ont été menées au-delà des travaux de Lockheed sur quatre frégates commandées par les Saoudiens.

La commande générera près de 10 000 emplois dans les ports saoudiens pour le personnel de maintenance, mais seuls 500 nouveaux emplois seront créés aux États-Unis, selon des documents consultés par Reuters.

Des dirigeants de plusieurs des plus grandes entreprises américaines du secteur de la défense ont déclaré que Riyad souhaitait une grande partie de l’équipement militaire afin de développer une nouvelle industrie nationale et de créer de nouveaux emplois et une expertise locale dans le cadre de l’initiative Vision 2030 du prince héritier Mohammed bin Salman visant à rendre le pays hors de la dépendance au pétrole.

L’Arabie saoudite s’est fixé pour objectif de créer 40 000 emplois dans le secteur de la défense d’ici 2030.

Le paquet d’armes annoncé par Trump en mai 2017 a fait l’objet d’un nouvel examen après l’assassinat de Jamal Khashoggi, éditorialiste du Washington Post, dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul. 

Cet assassinat a provoqué l’indignation de la communauté internationale. L’administration et les sous-traitants de la défense s’emploient à prévenir une réaction brutale susceptible de mettre en péril ce que Trump a qualifié de « formidable ordre » et de 500 000 emplois.

Les dirigeants de l’industrie ont fait valoir que sans le package deal saoudien, ils auraient moins de commandes à exécuter, mais les budgets de défense américains robustes, qui représentent la majorité de leurs ventes, combinés à un carnet de commandes record, suggèrent que les travailleurs risquent peu à être licenciés si le présume accord  de vente saoudien ne s’est pas matérialisé.

Certes, pour chaque contrat  de fabrication dans le secteur de la défense, amène d’autres travaux adjacents qui sont soutenus indirectement par une demande accrue de produits de défense.

Mais Heidi Garrett-Peltier, chargée de recherche à l’Institut de recherche en économie politique, a estimé que pour ce type d’industrie, le multiplicateur le plus élevé serait juste inférieur à 3,2. 

Selon les calculs de Reuters, 20 000 à 40 000 emplois durables ou nouveaux pourraient créer entre 64 000 et 128 000 emplois dans les industries connexes, ce qui porterait le nombre total d’emplois durables et nouveaux entre 84 000 et 168 000.

En bref, 500 000 emplois créés par Trump sont au moins trois à cinq fois supérieurs à ce que l’on pourrait attendre de l’accord avec l’Arabie saoudite, compte tenu des estimations des entreprises elles-mêmes, plus l’utilisation la plus généreuse du multiplicateur indirect.

Selon ses propres calculs, le département d’État américain a déclaré en mai 2017 que l’accord saoudien pourrait soutenir «des dizaines de milliers de nouveaux emplois aux États-Unis».

Rappelons aussi que l’Arabie Saoudite refuse d’extrader les dix-huit ressortissants réclamés par la Turquie pour y être jugés dans l’affaire de l’assassinat de Jamal Kharshoggi.

 

 

 

 

 

 

Jamal Khashoggi :Les photos qui prouvent son meurtre (coeurs sensibles s’abstenir)

Les  médias ont tout fait depuis le 25 octobre 2018,afin de faire disparaître les preuves  photographiques de l’assassinat horrible de Jamal Khashoggi au Consulat d’Arabie Saoudite en Turquie.

La simple tentative de faire disparaître ces preuves  et la disparition des policiers turcs qui ont retrouvés les parties du corps de Jamal Khashoggi nous montre l’odieux des politiciens criminels et corrompus qui dominent  cette affaire.

Donald Trump nous aura prouvé qu’on ne pourra jamais faire confiance en ce goujat issu de la mafia khazare.Cet ami fidèle d’Israël ne carbure qu’en billets verts…américains!Il forme un magnifique trio de scélérats avec le  tyran de Ryad,Mohammed bin Salmane et le dictateur  de Turquie Recep Erdogan.Ce sont de dangereux criminels en liberté,auxquels l’Union Européenne cherche a dissipper les crimes afin de profiter financièrement de la situation.

J’ai reçu ces quelques photos d’un ami dont je garde l’anonymat  et je fait suivre ces  terrifiantes et sadiques photos d’une évaluation de la situation:


LES PHOTOS

La photo du visage tuméfié de Jamal Khashoggi.La tête semble avoi été coupée!

 

des membres et diverses parties du corps furent retrouvées dans des sacs.

 

On a poussé l’horreur a enlever la peau du crâne de Khashoggi et les disposer au même endroit que ses parties génitales.

UN BREF RÉSUMÉ ET UNE ÉVALUATION DE LA SITUATION

 

 

 

De la disparition du journaliste Jamal Khashoggi le 2 octobre à l’aveu, samedi matin,le 21 octobre 2018,, par Ryad qu’il a été tué dans le consulat saoudien à Istanbul, les développements d’une crise majeure.

L’éditorialiste saoudien s’était exilé aux Etats-Unis en 2017, redoutant une arrestation après avoir critiqué le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (MBS).

Le consulat saoudien.

– Disparition –

Le 2 octobre 2018,arrivée de Jamal Khashoggi au Consulat.
Une image de vidéosurveillance montre Jamal Khashoggi (dans le cercle rouge) à côté de sa fiancé devant le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul, le 2 octobre

Un mardi après-midi d’automne, le journaliste saoudien en exil Jamal Khashoggi entre dans le consulat de son pays à Istanbul. Cet ancien proche de la famille royale est devenu, depuis l’arrivée au cœur du pouvoir de Mohammed Ben Salman, un critique affirmé du régime de Riyad. M. Khashoggi, 59 ans, est fiancé à une femme turque, Hatice Cengiz. Afin de pouvoir l’épouser, il doit accomplir une formalité administrative, d’où sa visite à la représentation diplomatique saoudienne. Les heures passent, il ne réapparaît pas. Sa fiancée, qui l’avait accompagné et était restée l’attendre à l’extérieur, alerte les médias et le gouvernement d’Ankara, une consigne que le journaliste lui avait donnée dans le cas où il tarderait à revenir.

Une capture écran extraite de la vidéosurveillance, publiée par le journal turc « Sabah » le 10 octobre, montre des hommes suspectés d’avoir participé à la disparition de Jamal Khashoggi à l’aéroport Ataturk d’Istanbul, le 2 octobre.

 

Le 2 octobre, vers 10H15 GMT, Jamal Khashoggi entre au consulat saoudien à Istanbul, selon une image de caméra de surveillance publiée par le quotidien américain Washington Post, avec lequel il collabore. Selon sa fiancée, il s’y est rendu pour des démarches en vue de leur prochain mariage.

Ce van, entré dans l’aire du consulat saoudien le 2 octobre, est au centre de nombreuses questions.

Le 3, la présidence turque affirme que le journaliste se trouve au consulat saoudien.

Des médias turcs publient le 10 octobre des images de vidéosurveillance qui permettent de suivre les déplacements, le 2 octobre, du groupe de quinze personnes soupçonnées d’avoir orchestré la disparition du journaliste. Les profils se précisent : il s’agit d’officiers des forces spéciales et de l’armée de l’air saoudiennes et de membres supposés de la sécurité rapprochée de Mohammed Ben Salman, accompagnés d’un médecin légiste. Dans les médias proches du pouvoir turc, on commence à évoquer des enregistrements établissant un démembrement à la scie à os du journaliste saoudien. Plus d’une semaine après le début de l’affaire, les premières réactions internationales tombent.

 


Le Washington Post affirme que les services de renseignement américains avaient connaissance d’un projet saoudien, impliquant le prince héritier, consistant à attirer le journaliste dans un piège pour l’arrêter. « Nous n’étions pas informés à l’avance de la possible disparition de M. Khashoggi », affirme le département d’État.

Donald Trump réclame des explications à l’Arabie saoudite sur le sort du journaliste. Il dit être en contact avec la fiancée de M. Khashoggi, qui a demandé son aide.


 

Dans une interview diffusée le 5 octobre par l’agence Bloomberg, le prince héritier affirme que Khashoggi est effectivement « entré » au consulat, mais qu’il en est sorti peu après.

– « Tué au consulat » –

Le 6, une source proche du gouvernement turc déclare que la police estime « que le journaliste a été tué au consulat par une équipe venue spécialement à Istanbul et repartie dans la même journée ». Ryad dément.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, prononce un discours devant les partisans à Istanbul dimanche. Erdogan a annoncé qu’il annoncerait les détails de l’enquête turque sur la mort de Khashoggi mardi.

Le 7, le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui s’exprime pour la première fois sur cette affaire, dit attendre les résultats de l’enquête.

« Le corps de Khashoggi a été probablement découpé et mis dans des caisses avant d’être transféré par avion hors du pays », affirme le Washington Post, citant un responsable américain.

Ryad doit « prouver » que le journaliste a quitté le consulat, dit M. Erdogan.

Le 10, des télévisions turques diffusent des images de vidéosurveillance montrant l’arrivée à Istanbul de Saoudiens soupçonnés d’avoir conduit l’opération.

Selon le Washington Post, Ankara aurait affirmé à Washington détenir des enregistrements audio et vidéo montrant comment Khashoggi a été « interrogé, torturé puis tué » à l’intérieur du consulat, avant que son corps ne soit démembré.

– Washington menace puis ménage Ryad –

Le 13, Donald Trump estime que l’Arabie saoudite pourrait être derrière la disparition et menace Ryad d’un « châtiment sévère », tout en excluant un gel des ventes d’armes.

Le 15, le président des Etats-Unis suggère après un entretien téléphonique avec le roi saoudien Salmane que la disparition « pourrait être le fait de tueurs hors de contrôle ».

Le 16, le secrétaire d’Etat Mike Pompeo affirme que Ryad est favorable à une enquête « approfondie », après des entretiens avec le roi et le prince héritier.

M. Trump réclame l’application du principe de présomption d’innocence en faveur de l’Arabie saoudite.

Le lendemain, il nie chercher à « couvrir » ses alliés saoudiens. Il souligne que les Etats-Unis ont besoin de Ryad dans la lutte contre le terrorisme et insiste sur la coopération militaire et sa dimension économique.

– Une « équipe d’exécution » –

Un journal pro-gouvernemental turc, affirmant s’appuyer sur des enregistrements sonores à l’intérieur du consulat, rapporte que le journaliste y a été torturé avant d’être « décapité ».

Selon le New York Times, l’un des hommes identifiés par les autorités turques comme faisant partie de l’équipe soupçonnée d’avoir perpétré l’assassinat appartient à l’entourage du prince héritier, et trois autres aux services de sécurité rattachés au prince.

– Washington durcit le ton –

Le 18, le secrétaire américain au Trésor annonce qu’il ne se rendra pas à une conférence économique à Ryad, boycottée par un nombre croissant de personnalités.

Donald Trump admet pour la première fois que Khashoggi est très probablement mort, menaçant Ryad de « très graves » conséquences si sa responsabilité est confirmée.

Washington décide cependant d’accorder un délai supplémentaire à l’Arabie saoudite pour s’expliquer.

– Fouilles et témoignages –

Le 19, les médias turcs indiquent que les enquêteurs ont élargi les recherches à une vaste forêt d’Istanbul. Des images de vidéosurveillance prises le 2 octobre montrent, selon une chaîne de télévision privée, au moins un véhicule muni de plaques diplomatiques y pénétrer après avoir quitté le consulat.

Les enquêteurs ont fouillé cette semaine le consulat et la résidence du consul saoudien.

Mike Pompeo prévient que les Etats-Unis disposent d’une « large gamme » de sanctions possibles contre l’Arabie saoudite s’il s’avérait qu’elle était derrière la disparition du journaliste.

– Ryad reconnaît la mort –

L’Arabie saoudite reconnaît dans la nuit du 19 au 20 octobre que Jamal Khashoggi a été tué dans le consulat, et annonce une restructuration de ses services de renseignements et des limogeages à leur tête.

« Les discussions entre Jamal Khashoggi et ceux qu’il a rencontrés au consulat du royaume à Istanbul (…) ont débouché sur une rixe, ce qui a conduit à sa mort », déclare l’agence de presse officielle saoudienne SPA, citant le parquet.

Le roi ordonne au prince héritier de restructurer les services des renseignements, dont un des hauts dirigeants, Ahmad al-Assiri, est limogé, ainsi qu’un conseiller de haut rang à la cour royale.

 

…l’histoire continue!

 

 

 

A U.S. Man Who Sold Bank Accounts to Russians Was Just Sentenced to Prison

(WASHINGTON) — A California man on Wednesday was sentenced to six months in prison for unwittingly helping the Russian effort to disrupt the 2016 U.S. presidential election. U.S. District Court Judge Dabney Friedrich sentenced Richard Pinedo to six months imprisonment followed by six months of home detention for selling bank account numbers to Russian operatives.…

via A U.S. Man Who Sold Bank Accounts to Russians Was Just Sentenced to Prison — TIME

Troisième Guerre Mondiale en préparation:Prélude à la guerre contre l’Iran

« L’Iran a annoncé avoir mené une attaque sur des cibles terroristes en Syrie, ce 1er octobre, en représailles à l’attentat meurtrier perpétré dans la ville iranienne d’Ahvaz le 22 septembre. Les Gardiens de la révolution ont publié sur leur site internet plusieurs photographies montrant des traînées de fumées ainsi que des points lumineux dans un ciel nocturne, au-dessus d’un relief montagneux désertique.

Les nouveaux missiles iraniens peuvent frapper dans toute la région,en cas d’attaque ou même d’invasion.

« Le quartier général des responsables du crime terroriste d’Ahvaz a été attaqué il y a quelques minutes à l’est de l’Euphrate par plusieurs missiles balistiques tirés par la branche aérospatiale des Gardiens de la révolution », a ainsi écrit l’armée d’élite de la République islamique sur son site. « Selon les premières informations, de nombreux terroristes takfiri et les chefs responsables du crime terroriste d’Ahvaz ont été tués ou blessés dans cette attaque », ont-ils ajouté.

Les discours prononcés par les chefs d Etat à l’ONU se matérialisent donc. L’Iran avait prévenu que les représailles contre l’attentat perpétré sur son sol et ayant donné la mort à 25 militaires seraient terribles, voilà qui est fait. Le président Rohani avait nommément accusé les USA, et Trump en contrepoids accusé Téhéran d’aider et de soutenir le terrorisme. Jamais en reste, Israël avait sorti d’on ne sait où une photo A4 montrant un bâtiment iranien censé abriter des arsenaux atomiques. Le tout sans preuves bien entendu.

De fait, comme un enchaînement, l’Etat français a envoyé ce 2 octobre à l’aube 200 policiers faire une perquisition au Centre Zahra, siège du parti antisioniste français, tenu par des chiites favorables au Hezbollah et au Hamas, que Paris avec ses alliés qualifie de terroristes – il s’agit de partis démocratiquement élus qui ont le malheur d’être contre la politique de l’Etat hébreu.

Ce même jour, la France a gelé pour six mois les avoirs sur son sol de la direction du ministère iranien du Renseignement et de deux Iraniens, une mesure liée au projet déjoué d’attentat contre un meeting de l’opposition iranienne à Villepinte (près de Paris), le 30 juin 2018. L’un de ces deux ressortissants iraniens est Assadollah Assadi, un diplomate de 46 ans interpellé en Allemagne.

En outre, une source diplomatique française a confié à l’AFP, sous couvert d’anonymat, que le ministère du Renseignement iranien avait « commandité » le projet d’attentat contre le rassemblement de Villepinte. Evidemment Téhéran a tout nié en bloc.

A compter de la riposte iranienne, la France, sous commandement de l’Etat hébreu, serre les boulons et s’attaque donc à la dissidence, tout du moins à une certaine dissidence, sur laquelle elle pratique l’inversion accusatoire. Il s’agit d’un prélude à la guerre qui dans le futur opposera l’allié saoudien à l’Iran. Cette guerre par procuration au nom de Jérusalem, dans l’hexagone, doit partir sur des bases assainies, c’est-à-dire sur un terrain ou l’information est sous contrôle et les opposants derrière les barreaux ou empêchés de nuire. D’où ces opérations. A propos desquelles les oppositions en France, RN ou FI, toutes sous contrôle de Tel Aviv, ne trouveront, vous verrez, absolument rien à redire ».


EN RÉPONSE A DONALD TRUMP:

Khamenei promet de ne jamais «livrer l’Iran à l’ennemi»

Une photo fournie par le bureau du guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, le montre le 4 octobre 2018 saluant des dizaines de milliers de miliciens islamiques (« bassidjis ») réunis au stade Azadi à Téhéran, avant de prononcer un discours

Le guide suprême iranien, Ali Khamenei, a affirmé jeudi qu’il n’autoriserait « jamais » que l’Iran soit livré à ses ennemis alors que les relations entre la République islamique et les Etats-Unis sont de nouveau au plus bas.

« Faire courir l’idée, conformément aux souhaits de l’ennemi, qu’il n’y a pas d’autre solution que de se livrer à l’ennemi, c’est la pire des trahisons vis-à-vis de la nation iranienne, et cela n’arrivera pas », a déclaré l’ayatollah Khamenei dans un discours à Téhéran retransmis par la télévision d’Etat.

« Avec l’aide de Dieu, tant que je suis vivant et en capacité, et avec votre aide, je n’autoriserai jamais qu’une telle chose arrive », a ajouté le numéro un iranien devant plusieurs dizaines de milliers de miliciens islamiques (« bassidjis ») réunis au stade Azadi.

Le terme « ennemi » englobe généralement pour l’Iran l’ensemble des ennemis du pays et de l’islam, au premier rang desquels les Etats-Unis, qualifiés de « Grand Satan » par les autorités iraniennes.

Revenant sur les sanctions économiques rétablies par les Etats-Unis contre l’Iran en août après la dénonciation unilatérale par Washington de l’accord international sur le nucléaire iranien, M. Khamenei a assuré que celles-ci ne viendraient pas à bout de son pays, contrairement à ce qu’espère selon lui la Maison Blanche.

« Notre économie nationale peut surmonter les sanctions, et avec l’aide de Dieu nous les mettrons en échec, et cette défaite signifiera la défaite de l’Amérique et que l’Amérique recevra une nouvelle gifle de la nation iranienne », a-t-il dit.

Mercredi, la Cour internationale de justice (CIJ), saisie par Téhéran, a ordonné aux Etats-Unis de suspendre certaines sanctions contre l’Iran visant des importations « à des fins humanitaires ».

Une photo fournie par le bureau du guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, le montre le 4 octobre 2018 saluant des dizaines de milliers de miliciens islamiques ("bassidjis") réunis au stade Azadi à Téhéran, avant de prononcer un discours Une photo fournie par le bureau du guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, le montre le 4 octobre 2018 saluant des dizaines de milliers de miliciens islamiques.

La décision de la Cour a été accueillie comme une « victoire » par l’Iran, mais Washington a indiqué n’avoir aucune intention de suivre l’avis des juges de La Haye en annonçant mettre fin au « traité d’amitié » irano-américain de 1955 sur la base duquel l’Iran avait présenté sa plainte à la CIJ.

Le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif a réagi à cette abrogation unilatérale en qualifiant Washington de « régime hors la loi ».

L’Iran et les Etats-Unis ont rompu leurs relations diplomatiques en 1980.