Pour débuter l’année 2021:des vidéos importantes sur Arruda et l’agenda 21 sécurisés sur notre site web

Pour beaucoup de gens,le grotesque  et odieux personnage d’Horacio Arruda est apparu,un jour,au côté du psychopathe  François Legault,comme un souriant spécialiste des services de santé.

Laissez moi vous enlevez ce dangereux personnage mondialiste de son piedestal:

 


Le piège de l’agenda 21 …nous y sommes déjà dedans:

 

 

 

 

 

 

 

La Gigantesque Arnaque du COVID -19: Le Coronavirus comme va-tout du Nouvel Ordre Mondial

Aujourd’hui,3 novembre 2020,ce qui reste de démocratie en Amérique risque de mourir par l’élection d’un très dangereux personnage:Joe Biden!

Je vous relaye donc, aujourd’hui une analyse géopolitique de première grandeur. En vrac : Coronavirus, États-Unis, Chine, Russie, Islam, Chrétienté, État Profond, enjeux électoraux USA, Poutine, Syrie, Xi Jinping,  spiritualité, guerre eschatologique, le Céleste Empire, Arabie, Grande-Bretagne, corruption, « choc des civilisations », réécriture de l’Histoire, affaire Epstein, pédophilie, gouvernance des juges, Bataclan, Gilets Jaunes, distorsion de la réalité, etc.

 

« L’ascension de Trump marque d’abord et avant tout la fin décisive du monde unipolaire. […] Les peuples et les États du monde peuvent enfin respirer profondément. L’expansion du mondialisme a été stoppée au centre même de la mondialisation. Le nouveau monde multipolaire signifie que les États-Unis deviendront désormais l’un des pôles de l’ordre mondial, puissant et important, mais pas le seul, et surtout sans aucune prétention à être exceptionnel. »

Alexandre Guelievitch Douguine

Nous vivons une époque extraordinaire, pleine de faux-semblants, de mensonges entrecroisés et de vérités occultes, contre lesquelles toutes les conjurations d’imbéciles semblent se liguer…
Cette crise du Coronavirus sonne comme un point d’orgue, mettant en tension tout le ban et l’arrière ban des menteurs et autres éditorialistes patentés, stipendiés pour nous faire penser le plus loin possible de toute logique rationnelle. L’Histoire qui s’écrit sous nos yeux en est tellement brouillée, que nombreux sont ceux qui se résignent à contempler ce ballet grotesque. Cette Histoire dont nous sommes les acteurs nous est, de fait, confisquée, tant et si bien que derrière ce voile de mensonges peuvent s’activer impunément tous les marionnettistes pour déployer sans fin leurs intentions subversives…
« Il y a deux Histoires : l’Histoire officielle, menteuse qu’on enseigne, l’Histoire ad usum delphini puis l’Histoire secrète, où sont les véritables causes des événements, une histoire honteuse ». Ces mots énigmatiques de Balzac[1] rejoignaient ceux de Disraeli qui avait pressenti de grands massacres à venir en Europe, à partir d’une agitation subtilement cornaquée par les grands affairistes internationaux depuis Londres : « Le monde est gouverné par de tout autres personnages que ne se l’imaginent ceux dont l’œil ne plonge pas dans les coulisses. »[2] Ces deux éminents connaisseurs de leur époque eurent en commun de révéler subtilement leurs grandes manœuvres occultes, mais sous une apparence de fiction, ce qui correspondait à l’époque au maximum dans la dénonciation sans perdre pour autant leur situation…

Deux niveaux de compréhension, ou la limite de la démocratie face à la subversion.

Les esprits lucides sauront comprendre qu’en ce sens, rien n’a changé aujourd’hui. Il y a toujours deux niveaux de compréhension, une dualité inévitable qui pose en filigrane le problème inévitable de la démocratie : l’impossibilité, certes, d’expliquer toutes les problématiques en temps réel à tout le monde en même temps. Mais également, partant de là, la terrible facilité pour des opérateurs « indélicats » ou plutôt subversifs, de profiter de l’inertie et de la paresse des masses, de jouer de leurs émotions comme on jouerait d’un piano, afin de les amener à leur propre perte. Toute la problématique des idéologies se résume ainsi : des constructions d’idées artificielles, séduisantes, prétendant remplacer la réalité, pour amener finalement le bon peuple à désirer ardemment sa propre perte… Les idéologies rouges comme noires du XXe siècle en témoignent, de même que leurs ramifications plus récentes : pêle-mêle le djihadisme, ce bolchévisme du XXIe siècle prétendant remplacer l’Islam, mais aussi l’antifascisme « réactivé », l’antiracisme de synthèse, et toutes sortes de délires débilitants à la Greta Thunberg,[3] masquant l’avancée de la pire idéologie de toutes : le Mondialisme, dont les émanations ont en fait été à l’origine de toutes les idéologies mortifères récentes.
À notre époque également, la fiction permet toujours de révéler des faits dérangeants, dans les époques troublées où toute révélation frontale signifie bien souvent la mort. Et même une fiction trop « inspirée » peut causer la mort. Le destin de Tom Clancy à ce titre, et sa mort que d’aucuns ont pu considérer comme suspecte, l’a mêlé à des événements qui virent une tentative de détournement subversif de la République américaine, laquelle aurait dû être parachevée par l’arrivée d’Hillary Clinton à la présidence des États-Unis.[4] Pour conjurer ce risque, des martyrs se sont ainsi dressés pour divulguer des révélations subtiles et synchronisées, qui ont pu aboutir à un changement historique. Mais un changement qui n’est pas encore réellement compris en France…
De fait, ce changement fut double, orchestré parallèlement sur deux théâtres d’opérations cruciaux pour parvenir à modifier le futur : au Moyen-Orient, avec l’inversion du sort des armes en Syrie grâce à la Russie de Vladimir Poutine ; et aux États-Unis, grâce à une action résolue qui porta un coup d’arrêt à la tentative de subversion des États-Unis, aboutissant à la victoire inattendue du Président Donald Trump. Ces deux retournements de situation furent en fait subtilement synchronisés, à partir de la révélation en 2015 d’un « partage d’informations » depuis les États-Unis vers la Russie. Un partage en apparence « contre nature », qui émanait en fait de l’Armée américaine, et fut mené à bien dans le dos du Président Obama, afin de mettre en échec la guerre de Syrie et le découpage hasardeux du Moyen-Orient qui était alors ourdi en coulisses.[5]

La Restauration de la République américaine, tournant historique capital contre la Subversion.

Cette velléité des forces de sécurité américaine visant à conjurer la Subversion aux Etats-Unis se déclencha discrètement dans le sillage des attentats du 11 septembre 2001, mais ne put éclore réellement qu’à partir de l’affaire de Benghazi (septembre 2012) : l’Armée américaine et les patriotes américains vécurent bien mal à l’époque, d’avoir dû laisser mourir un Ambassadeur américain arabisant, J. Christopher Stevens, avec la pleine complicité de Barack Obama et d’Hillary Clinton, au nom d’intérêts qui n’avaient rien à voir avec les intérêts stratégiques des États-Unis.
Au gré de cette sourde protestation, de nombreux lanceurs d’alerte sortirent alors progressivement de l’ombre : parmi eux notamment ceux qui avaient dénoncé les zones d’ombre de la guerre d’Afghanistan (Lt-Col. Shaeffer), ou bien les curieuses connexions avec les attentats de Boston de 2013 (Sibel Edmonds), ou encore l’omerta sans précédent suite au 11 septembre 2001 (Steve Pieczenik). Ce sont ces mêmes lanceurs d’alerte, Steve Pieczenik en tête, qui formèrent ensuite le fer de lance des révélations calculées progressivement, amenant au grand jour le travail occulte réalisé en sous-marin par les forces de sécurité et les patriotes américains. Ceci, afin de mettre en échec la tentative de coup d’État « en douce » qui aurait définitivement soumis les États-Unis au pire des mondialismes. Le mot d’ordre fut lancé par Steve Pieczenik en octobre 2015 : quand les Services secrets sont contraints de faire des « sales boulots » au mépris de leurs serments, par des personnels politiques qui ne sont rien d’autres que des traîtres, ils se vengent tôt ou tard…[6]
Illustration par Qanon n°4241, 14 mai 2020 https://qanon.pub/#4241 :
Un membre des forces spéciales américaines, avec le logo « Punisher » (en référence au film éponyme) régulièrement utilisé par Qanon, montrant dans sa main le nom des 4 américains assassinés à Benghazi (dont l’ambassadeur Stevens), avec la mention « nous n’oublierons pas », et le surnom d’Hillary Clinton : « Killary » (Hillary la tueuse, allusion à sa responsabilité dans le fait d’avoir laissé se commettre l’attaque).

 

Et ce « Contre-coup » d’État, en réponse à cette tentative de coup d’État « en douce », ce fut la victoire du Président Trump. À vrai dire pas uniquement, puisque cette victoire du Président Trump ne signifia en fait que le début d’une épuration antisubversive de longue haleine aux États-Unis, laquelle a eu lieu en coulisses depuis maintenant quatre ans (2016-2020), et n’est certainement pas terminée… Mais cette victoire de Trump fut l’élément historique qui rendit possible une Restauration de la République américaine, en forme de Seconde Révolution américaine dans « l’esprit de 1776 ».[7]
En effet, la victoire de Donald Trump à la présidence des États-Unis n’a pas dissipé tous les problèmes du jour au lendemain, dans la mesure où les racines de ces problèmes remontaient à des décennies de détournement de l’État aux États-Unis, voire même à des siècles pour ce qui concerne les aspects les plus sensibles. On peut comprendre en effet les éléments documentés relatifs à des décennies d’instrumentalisation anglo-américaine du terrorisme : pour des raisons relativement légitimes en Afghanistan contre l’URSS, mais bien moins légitimes au Moyen-Orient ou en Yougoslavie…[8] Et même aux États-Unis où, au plus fort de l’époque subversive d’Obama, on vit émerger d’étranges centres de formations de terroristes djihadistes sur le sol même des États-Unis (« Islamberg »), non sans lien avec certaines attaques suspectes couvertes par un silence encore plus suspect des autorités.[9] À un niveau supérieur de méta-analyse, on peut également reconnaître l’aspect historiquement inconstitutionnel de la mise en place de la FED aux États-Unis et toutes ses conséquences en termes d’attrition monétaire, qui initièrent l’endettement artificiel des États-Unis.[10]
Mais lorsque l’on vit le Podesta Group, en tant que cheville ouvrière de la corruption d’un certain Barack Obama par l’entremise de pays bien identifiés du Moyen-Orient,[11] le fait que son directeur John Podesta ait été dans le même temps directeur de campagne d’Hillary Clinton, pouvait déjà laisser envisager quelques « irrégularités institutionnelles ». Lorsqu’ensuite fut établie une connexion directe entre Huma Abedin, la vice-directrice de campagne d’Hillary Clinton, et les Frères musulmans,[12] nombre de patriotes américains pouvaient dresser d’autant plus l’oreille, que la même Huma Abedin était impliquée dans le scandale des monceaux de courriels secrets laissés au grand jour par Hillary Clinton.[13] Lorsqu’ensuite la même Huma Abedin avait utilisé, pour ses échanges de courriels non protégés avec H. Clinton, l’ordinateur de son conjoint Anthony Weiner, par ailleurs mouillé dans une affaire de transgression sexuelle connue,[14] de troublantes connexions apparaissaient avec d’autres réseaux interlopes. Lorsqu’enfin le même John Podesta, suspecté pour plusieurs affaires pédocriminelles,[15] devenu entretemps directeur de campagne d’Hillary Clinton, se trouva en connexion directe avec l’affaire pédocriminelle majeure du Pizzagate, ainsi qu’avec le pseudo-« art » d’une Maria Abramovitch dégénérée non loin derrière ces deux personnages, alors… Même les esprits les moins initiés se trouvèrent forcés de ressentir instinctivement que cet entrecroisement d’irrégularités, dépassant certes l’analyse rationnelle, cachait une tentative de détournement fondamental de l’Histoire des États-Unis.
Doit être en fait comprise ici une superposition de luttes d’influence entre le meilleur et le pire, dont les racines remontent aux très vieilles dégénérescences égypto-sumériennes trop peu comprises aujourd’hui. On en retrouve des traces dans notre Histoire ancienne : dans l’Ancien Testament puis dans l’Histoire connue depuis la révolte des Macchabées : l’opposition entre la spiritualité des prophètes contre d’anciens cultes déviants, puis contre un certain fanatisme clérical conspirant contre son propre État, à partir des princes hasmonéens de Judée. On en retrouve des expressions encore aujourd’hui en Israël, avec les exigences prétendument religieuses opposées au réalisme des serviteurs de l’État israélien comme Benny Gantz, ou des patrons du Mossad Meïr Dagan et Tamir Pardo… Les serviteurs de l’Etat n’ont pas manqué d’héroïsme non plus en Israël, pour éviter le pire et contenir les tendances messianiques les plus bellicistes, laissant ainsi envisager des solutions plus réalistes et viables avec les Palestiniens.[16]
C’est en Syrie avant tout qu’eut finalement lieu, par un subtil contrôle réflexif unifiant plusieurs grandes puissances majeures, le volet militaire du coup d’arrêt visant à conjurer les initiatives les moins avouables au Moyen-Orient. Dans une moindre mesure aussi au Yémen, pour mettre en échec une guerre générale contre tous les restes d’harmonie ayant survécu aux guerres scélérates de l’ère Bush Jr./Obama. Mais c’est bien aux États-Unis qu’eut lieu le vrai combat : un combat de civilisation, pour mettre en échec une subversion telle que l’on n’en avait plus vue depuis Néron. Et comme du temps du général et consul Corbulon, les Légions furent à la pointe de ce combat : spécialement l’Armée américaine, le Renseignement militaire (DIA) et la NSA.

Une crise opportune du coronavirus, pour masquer une épuration en phase finale.

Il existe peu d’exemples dans l’Histoire d’une épuration aussi difficile menée contre une administration aussi largement gangrenée, avec un grand nombre d’opérateurs politiques nationaux jouant délibérément contre les intérêts stratégiques des États-Unis. Tout juste pourrait-on comparer cet effort avec celui qui eut lieu durant la République de Weimar, un sujet de toute façon trop peu compris aujourd’hui.[17] Mais après quatre ans de combat antisubversif mené en coulisses aux États-Unis depuis l’affaire de Benghazi (2012-2016), puis encore quatre ans de purge devenue toujours plus évidente depuis 2016, il semble bien que ce « duel des destins » ait atteint aujourd’hui sa nouvelle étape paroxystique aujourd’hui : une nouvelle et certainement ultime étape de cette lutte antisubversive pour la civilisation se déroule sous nos yeux, dans le monde entier et plus spécialement aux États-Unis.
L’écran de fumée délirant qui s’est déployé derrière cette crise du Coronavirus, qui commença fin 2019 en Chine pour déployer ses effets à partir de mars 2020 en Occident, a en effet deux sens : « l’Histoire officielle, menteuse qu’on enseigne », et « l’Histoire secrète, où sont les véritables causes des événements, une histoire honteuse ».
En apparence, un narratif officiel se déploie en effet à partir d’une pandémie regardée comme inévitable, justifiant « pour la plèbe » le déploiement des mesures les plus liberticides depuis l’effondrement du système soviétique. Grâce à ce narratif, l’effondrement économique mondial qu’une cessation imposée de toutes les activités engendrera immanquablement, permettra non seulement de camoufler une réalité brutale de ces derniers siècles de décadence économique occidentale : toutes les guerres et toutes les crises du capitalisme moderne sont globalement artificielles.[18] Mais en plus, la peur macrosociale et la sélection négative de l’information,[19] ciblant toute vision dissidente de cette crise comme celle du Professeur Didier Raoult en France, rendra possible les décisions les moins défendables. Au hasard, un empoisonnement de masse sous prétexte de médecine, à grand renfort de technologies vaccinales détournées entre de mauvaises mains monopolistes, ce que les personnels médicaux les plus honorables dénoncent aujourd’hui. Protégées par un tir de barrage médiatique extraordinaire de mauvaise foi, les mêmes recettes des totalitarismes rouges et noirs du XXe siècle convergent aujourd’hui, afin de servir la soupe au pire des mondialismes tel qu’il fut théorisé depuis des années, et dont des personnages pour le moins équivoque comme Bill Gates sont les nouveaux prophètes.[20] C’est ce narratif qui est bien l’« histoire honteuse » dont parlait Balzac : une « Histoire secrète, où sont les véritables causes des événements ».
Pourtant, des voix s’élevèrent en effet en Occident, face à l’hystérie collective soudaine que suscita l’emballement médiatique en Occident. Face aux médias clamant à l’unisson l’extrême dangerosité du coronavirus, pour légitimer des mesures de contrôle des populations tellement extrêmes qu’elles rappelaient les totalitarismes du XXe siècle. Aux États-Unis notamment, par la voix du Président Trump lui-même[21] et de Qanon, la voix occulte des patriotes américains.[22] Au Québec avec le média patriote Radio Québec, et même quelques personnages publics courageux qui eurent le cran de prendre publiquement position.[23] En Allemagne également, avec notamment la lettre ouverte du Professeur Sucharit Bhakdi à la Chancelière Angela Merkel[24]. En France, enfin, avec ce qui constituera certainement le plus gros scandale d’État depuis l’affaire dite du « sang contaminé », durant les années 1980.

La subversion de l’Occident passe par le détournement de la médecine

Il est une nouveauté tout à fait extraordinaire, d’avoir vu de manière si évidente en France l’application concrète de ce dont parlait Steve Pieczenik depuis des années aux États-Unis. Steve Pieczenik, médecin et psychiatre lui-même, avait en effet évoqué la façon dont les certains milieux financiers de Wall Street parfaitement identifiés avaient infiltré la médecine américaine, en octroyant d’énormes financements (notamment à la prestigieuse Université médicale de Cornell).[25] Or ce fut exactement la même tentative de subversion de la médecine occidentale qui a pu être constatée en France, à l’occasion de la véritable persécution dont a été victime l’éminent professeur Didier Raoult durant cette crise du coronavirus.
Car l’un des plus grands chercheurs mondiaux qui appelèrent à la raison fut français : le professeur Raoult, infectiologue et professeur de microbiologie, spécialiste des maladies infectieuses tropicales émergentes. Il fut en quelque sorte l’« héritier » du meilleur de l’ancienne médecine coloniale française, qui avait été nourrie de toute l’expertise des maladies tropicales que la France soigna en Afrique et en Asie, révolutionnant les conditions de vie des populations de l’ancien Empire français. Ce fut le Pr. Raoult qui valorisa les premières études chinoises sur le coronavirus, pour arriver rapidement à la mise au point d’une prophylaxie simple, à partir des médicaments utilisés par l’Armée française depuis des décennies et prescrits partout dans le monde aujourd’hui. Sauf que cette prophylaxie simple et peu onéreuse du Pr. Raoult, remettait en question toute l’intention fondamentale derrière cette crise du coronavirus : une intention de bâtir une médecine d’après les desideratas d’un lobbying pharmaceutique révoltant, consistant à rendre toujours plus cher des traitements toujours moins efficaces. Dans le même ordre d’idée, généraliser et multiplier sans cesse les obligations de vaccination détournées de leur but premier, et contre lesquelles s’était d’ailleurs élevé en France le même Pr. Raoult, ainsi que d’autres chercheurs de renom. Or, derrière cette idée de vaccination, émergeaient des doutes sérieux quant à l’existence d’un agenda occulte de bridage de la démographie mondiale, en même temps qu’une volonté de surveillance généralisée des populations. Certes, l’idée d’une certaine discipline démographique n’était pas nécessairement néfaste en elle-même, mais elle était ici laissée à la discrétion de groupes privés et autres fondations comme la Fondation Bill & Melinda Gates, qui n’avaient de philanthropique que le nom.[26]
C’est donc dans ce contexte que le Pr. Raoult fut alors massivement critiqué par les « médias PC »[27], au gré d’une campagne de désinformation qui atteignit des sommets révoltant de mauvaise foi en France. Une écrasante majorité de médias se ligua en effet pour le faire passer comme « instable », « sectaire » ou pour discréditer ses compétences et prophylaxies pourtant reconnues dans le monde entier. Toute cette crise remettait au goût du jour l’idée que la science devait normalement briser les monopoles,[28] une ancienne idée-force de l’idéalisme européen, mais dans un sens inversé illustrant la décadence de l’Occident : ce n’était plus la science qui brisait les monopoles, mais les monopoles pharmaceutiques qui voulaient à présent briser la science sur l’autel de l’argent. Le même argent, finançant à la fois les grands monopoles pharmaceutiques et les médias qui les défendaient, ou pire, le même argent nourrissant l’idéologie mondialiste et son fantasme lancinant de dépopulation mondiale…
Dans tout autre contexte, un scientifique aussi peu attaquable que le professeur Raoult aurait très certainement pu être assassiné, au vu des intérêts énormes qu’il contrariait par sa démarche scientifique inébranlable. Mais du fait des divulgations multiples sur Internet qui permirent de préserver son crédit, tout en mettant en évidence les multiples conflits d’intérêts qui se dévoilaient chez ses détracteurs, du fait également des confirmations qui provinrent notamment des États-Unis et de Chine quant à la crédibilité de ses travaux, le professeur Raoult survécut à toutes ces tentatives de déstabilisation. Il en sortit même auréolé d’une gloire populaire spontanée en France, tandis que les dirigeants français s’enfonçaient dans leurs propres mensonges comme dans des sables mouvants.
C’est dans ce contexte, ayant vu tant aux États-Unis, en Russie, en Chine ou ailleurs, des prises de position souverainistes en faveur des remèdes du Pr. Raoult, qu’une autre institution est apparue comme profondément gangrénée par la Subversion, elle aussi. L’OMS, en effet, aura joué durant cette crise du coronavirus le même rôle infâmant que celui joué par l’ONU durant la guerre de Syrie : on y vit des personnages hautement subversifs œuvrer depuis l’ONU contre la paix, alors que l’ONU a pour objet normalement de prévenir la guerre. Notamment Jeffrey Feltman, ancien Assistant-secrétaire d’État sous Obama (2009-2012), devenu Sous-secrétaire général de l’ONU aux affaires politiques. De même, en Libye, l’ONU ne fit rien de sérieux pour juguler la guerre puis les troubles depuis 2011, elle préféra plutôt en institutionnaliser les conséquences avec les accords de Skhirat puis le Pacte de Marrakech, pour propager une immigration désordonnée et déstabilisatrice pour l’Europe, plutôt que de résoudre les problèmes à leur racine.[29] Le même détournement de l’OMS fut clairement identifiable durant cette crise du coronavirus, décidant sans cesse en dépit du bon sens, et propageant la peur plutôt que la raison de toutes les façons possibles… Ce qui explique parfaitement l’opposition frontale du Président Trump à cette institution, malgré le contre-feu de désinformation médiatique habituelle qui tenta évidemment de présenter le Président américain comme un irresponsable.[30]
L’épilogue de cette infâme déstabilisation contre l’un des plus grands professeurs de médecine français, faillit bien être un départ du professeur Raoult pour la Chine. Départ rapidement démenti certes, mais laissant entrevoir tout de même, les conséquences lamentables des agissements du parti subversif qui s’était opposé à lui durant la crise.[31] Comme du temps des pays communistes interdisant toute carrière à quiconque s’autorisait à penser en dehors des idéologies imposées, les gens intelligents ont assurément de plus en plus de mal à faire carrière en France. Mais le problème va au-delà d’un point de vue sur la France que l’on enseigne actuellement en Chine, selon lequel les Français « aiment beaucoup discuter mais ne savent pas décider ».[32] Par opposition à la leçon d’étatisme de bon sens qui fut adressée par les pays développés d’Asie, contrastant d’autant plus avec la décadence de l’Occident, cette crise du coronavirus aura plutôt mis en évidence le réel problème de la France : l’existence évidente d’un parti subversif qui détourne l’État, et qui détruit toute forme d’intelligence en France, forçant ses meilleurs talents à l’expatriation depuis déjà des années…
Ainsi, pour qu’existe une « histoire honteuse », il faut bien qu’existent pour la générer des humains qui devraient mourir de honte face à leurs propres agissements. Mais c’est tout l’aspect ironiquement salvateur de cette crise, que de forcer chacun à dévoiler ses allégeances : on est aujourd’hui ou bien du côté du bon sens souverain et de la vérité, ou bien du côté de la Subversion. Et toute tiédeur ou mollesse ne fait que travailler en faveur de cette subversion qui ne prospère que grâce à la lâcheté et la paresse macrosociale, telle qu’elle est encouragée depuis des années en Occident. « Dieu vomit les tièdes »…[33]

Une entente des hommes de bien pour conjurer le pire des Mondialismes.

Mais face à cette histoire honteuse, semble se déployer pour la première fois de l’Histoire une entente deshommes de bien, unissant les patriotes fortifiés par une spiritualité saine du monde entier, et basée sur une expertise antisubversive qui était méprisée depuis des années.[34]
C’est cette entente qui pourrait bien mettre en échec tout ce narratif lourdement faussé de la crise du Coronavirus, et emporter avec lui tout ce qui aurait dû constituer le « Nouvel Ordre Mondial » : c’est-à-dire le mondialisme qui se déployait depuis des décennies, et dont le but ultime était l’écrasement définitif des peuples : le Meilleur des Mondes et 1984 combinés Orwell en avait d’ailleurs fait son avertissement final, lui qui en avait identifié les causes profondes à partir de la guerre d’Espagne, et mis en garde lui aussi à partir de fictions, contre l’intoxication des humains les moins spirituellement conscients, par le pouvoir qu’ils pourraient avoir sur d’autres humains[35] : « Si vous voulez une image du futur ? Imaginez une botte écrasant un visage humain… pour l’éternité »… Ce Nouvel Ordre Mondial ciblant jusqu’à l’âme humaine, semblait en apparence inarrêtable aux yeux des initiés qui suivaient son déploiement depuis des décennies, non sans inquiétude,[36] à partir de cénacles de décisions internationalistes comme le groupe Bilderberg, la Trilatérale et d’autres puissants relais d’influence.
Or, contre toute attente, c’est une vérité spirituelle gnostique sans âge qui retrouve sous nos yeux incrédules une nouvelle application : lorsque de mauvaises forces sont à l’œuvre, il est un contresens spirituel de croire qu’il n’y a que ces mauvaises forces qui sont à l’œuvre. Notre planète a toujours été un état de probation, et l’humanité a toujours été l’objet d’une lutte d’influence. Mais chaque humain individuellement, doit faire le choix du bien, en pensée et surtout par les actes, sans quoi il sera toujours sous l’emprise potentielle du mal, faute de s’être résolu à un choix conscient du bien… Et ce défi, faire le bien par les œuvres pour conjurer le mal, mettre en échec le mal, servir la plus haute vision de l’humanité pour conjurer la plus basse, a été relevé par les patriotes chrétiens américains, rejoignant les patriotes chrétiens russes à l’œuvre depuis des années en Syrie.
La même lutte anti-fanatique qui mena à la naissance du christianisme puis plus tard de l’islam, ce que comprit l’ancienne expertise coloniale française, trouve ses prolongements dans le combat antisubversif des patriotes américains aujourd’hui aux États-Unis…

Une guerre occulte pour le contrôle des Etats-Unis, et du monde entier.

Dès le début de la crise du coronavirus, la source Qanon qui servit depuis octobre 2017 de média occulte, dans le cadre du combat antisubversif des patriotes américains, diagnostiqua une intention politique évidente derrière l’hystérisation soudaine et synchronisée des médias PC, les mêmes médias qui déployaient le plus gluant des activismes anti-Trump depuis 2016. Il était évident en mars 2020, en effet, que cette crise était le dernier artifice trouvé par l’État profond pour éviter à tout prix l’explosion du Parti Démocrate, pour détruire tous les succès du Président Trump, pour camoufler le fiasco lamentable de Joe Biden en tant qu’adversaire potentiel, et pour tenter d’enrayer la purge historique de l’appareil d’État aux États-Unis.[37]
Plus grave fut surtout le diagnostic inspiré, par la même source Qanon, incriminant directement l’idéologie mondialiste comme responsable d’une subversion préméditée des États-Unis, en citant les mots d’Henry Kissinger à la conférence Bilderberg d’Evian, le 29 mai 1992[38]: « Aujourd’hui, les Américains seraient outragés si des troupes de l’ONU entraient à Los Angeles afin de restaurer l’ordre, mais demain ils seront pleins de gratitude ! Ceci est [sera] spécialement vrai à partir du moment où on leur aura dit auparavant qu’existe une menace extérieure, qu’elle soit vraie ou décrétée [officiellement comme vraie], menaçant notre existence même. C’est alors que tous les autres peuples du monde vont plaider auprès des dirigeants mondiaux pour qu’ils [les Américains] soient délivrés de ce mal. Ce que craint l’humain, c’est toujours l’inconnu. Si les choses sont présentées selon ce scénario, les droits individuels seront volontairement abandonnés pour la garantie du bien-être qui leur sera octroyé par le gouvernement mondial ». Et Qanon concluait dans son même message : « La guerre silencieuse continue… », confirmant donc clairement ce que les initiés sérieux avaient auparavant compris : c’est une guerre implacable qui est livrée pour le contrôle des États-Unis, entre les mondialistes et les patriotes souverainistes. Et cette guerre est sacrée, comme l’indique aussi régulièrement Qanon à mesure que cette lutte devient dantesque, évoquant l’« armure de Dieu » de Saint-Paul[39] comme un psaume de combat de ces Templiers modernes. Que ne voilà donc point une noble Croisade de notre temps !
Le coucher de soleil dessinant en filigrane la Croix chrétienne derrière le drapeau des Etats-Unis, photo postée par Qanon le 15 avril 2020 (n°3967 https://qanon.pub/#3967) :
Les décennies de subversion des États-Unis, sont en fait la continuité d’une Subversion lancinante dans l’Histoire de l’Occident, rarement comprise aujourd’hui parce que tant le catholicisme que le protestantisme ont oublié des pans cruciaux des enseignements chrétiens originels. Mais ils en ont une conscience instinctive aujourd’hui, grandissante à mesure qu’une subversion sans âge et dégénérée nous montre à nouveau son véritable visage.

Le Coronavirus comme va-tout du Nouvel Ordre Mondial.

Et c’est là que survient cette crise du Coronavirus, dans ce contexte d’une purge occulte en cours aux États-Unis. Avant cette crise, un point de situation donnait le parti subversif perdant aux États-Unis, malgré quatre ans de lutte visant à pousser Trump au pire au Moyen-Orient comme en Asie. Au lieu de cela, à coups d’un subtil jeu d’échec, de Kabuki[40] et d’intoxications pas toujours compréhensibles, c’est une réelle désescalade qui a eu lieu sur ces deux théâtres d’opérations potentiels, tandis que se menait l’épuration historique de l’Administration américaine. La dynamique fut constante et le pire évité, malgré des médias bavant constamment leurs mensonges contre chaque fait et gestes de l’Administration Trump. Le Président Trump commença également à inverser structurellement une logique de vampirisme économique vidant de sa substance l’économie américaine, non pas au bénéfice de la Chine par les délocalisations mais bien au bénéfice de Wall Street et des mondialistes, depuis la visite secrète de Kissinger en 1971.
Illustration par le dessinateur Branco, de l’instrumentalisation mondialiste de cette crise du Coronavirus, relayée par le Parti Démocrate aux États-Unis, afin de détruire les succès économiques de Donald Trump qui promettaient sa réélection.
L’âne (symbole du Parti Démocrate), maintenant l’économie américaine sous l’eau, un œil sur les sondages malgré tout encore favorables à Trump pour l’élection de 2020 : « ce n’est toujours pas assez sûr pour sortir [du confinement] ».

 

Et surtout, le Président Trump eut le courage historique de cibler les grands réseaux internationalistes mêlant la pédocriminalité et le trafic de drogue, pour des raisons là encore très anciennes mais certainement pas rationnelles… L’affaire Epstein n’était une nouveauté qu’aux yeux de ceux qui n’ont pas compris l’Histoire et ses luttes d’influence profondes… Le combat contre le matérialisme débilitant et les déviances érigées en mode de gouvernement en Occident, est mené aujourd’hui tambour battant par les patriotes américains, qui sont les premiers concernés.
C’est un duel d’eschatologies qui se déroule à notre époque. Les véritables musulmans le comprennent aussi, bien que nombre d’entre eux furent atteints dans leur foi par des décennies d’influence fanatique artificielle…  Chaque homme de bien doit être aujourd’hui vent debout pour soutenir le combat que mènent les patriotes américains aux États-Unis. Des années de propagande ont érigé les États-Unis comme un bras armé du mondialisme, générant artificiellement les plus gros conflits entre les civilisations qui auraient dû déboucher sur une troisième guerre mondiale : entre le monde chrétien et le monde musulman d’une part, entre les États-Unis et la Russie ainsi que la Chine d’autre part. Le « déchaînement de la matière » dont les pires mondialistes rêvaient déjà avant les deux guerres mondiales précédentes… Les plus infâmes mondialistes patentés s’étaient alors pris à rêver comme ils le faisaient en fait depuis des décennies : « leur » Nouvel Ordre Mondial allait à coup sûr émerger de toutes leurs intrigues subversives, un gouvernement mondial devant émerger « à la place de la guerre ou après la guerre », pour reprendre les mots de leur représentant français Jacques Attali, imbu de son sentiment d’impunité.[41]
Et pourtant, c’est potentiellement un autre « nouvel ordre mondial », imprévu par ces mêmes mondialistes, qui peut potentiellement émerger à l’occasion de cette crise…

Un nouvel ordre mondial à cinq émerge, face au Nouvel Ordre Mondial suicidaire.

Ce qui restera dans l’histoire occulte comme la Restauration de la République américaine, naquit d’une leçon vieille comme la Rome antique : « que Rome prenne garde à la colère des légions »… Cette restauration fut facilitée par les patriotes russes, qui ne perdirent jamais de vue la façon dont les idéologies rouges avaient été artificiellement inoculées à la Russie pour la détruire de l’intérieur.
Et à présent, cette même entente russo-américaine occulte, qui remonte à Lincoln et dont on trouve d’autres traces bien peu comprises dans l’histoire, se renouvelle sous nos yeux. Non pas par cette pantalonnade ridicule du « complot russe », qui aurait prétendument abouti à la victoire de Trump de 2016, fondée sur la fable du « rapport Steele » qui reviendra brutalement contre ses instigateurs bientôt, et restera dans l’Histoire comme l’Obamagate[42] Mais c’est bien à l’occasion de cette crise du coronavirus que par nécessité, un axe occulte russo-américain va perdurer, plein de réalisme face au danger qui menace tant la Russie que les États-Unis en tant qu’États souverains.
Nous avons vu en effet un renouvellement informel de cette subtile entente russo-américaine initiée en Syrie, à travers les interventions simultanées aux États-Unis comme en Russie des patriotes les mieux informés. La source Qanon, délivrant d’ordinaire des messages peu nombreux, mais subtils et calculés quant à la purge de l’appareil d’État américain, s’est soudain animée d’une intense activité depuis février 2020 pour dénoncer toutes les manœuvres suspectes et délibérément subversives derrière cette crise. Du côté de Moscou, alors qu’un remaniement gouvernemental opportun venait d’avoir lieu,[43] c’est un éminent membre du Renseignement militaire russe, Vladimir Vasilievich Kvachkov, qui avait été auparavant impliqué contre le puissant parti subversif qui avait tenté de dépecer la Russie durant les années 1990,[44] qui émit un point de vue similaire et assez peu modéré. Il concluait en effet que pour éradiquer le Coronavirus, il allait falloir surtout vaincre un virus transnational beaucoup plus puissant : c’est-à-dire les menées subversives internationalistes, désireuses de dresser les nations les unes contre les autres afin de faire progresser leur agenda inavouable…[45] Et même la Chine de Xi Jinping voit à présent s’ouvrir à elle l’opportunité de rejoindre cette alliance américano-russe dans un nouveau jeu des trois plus grandes puissances du monde, afin de sortir elle aussi de l’influence subversive qui a prétendu l’instrumentaliser depuis plus d’un siècle à présent… En adjoignant encore l’Angleterre, qui porte en elle les restes de l’ancienne et puissante expertise de l’Empire britannique, et l’Arabie Saoudite, qui joue actuellement un rôle clé dans l’atterrissage en douceur du Moyen-Orient depuis 2016 sous la protection des États-Unis de Donald Trump, c’est un nouvel ordre mondial qui émerge : non pas le Nouvel Ordre Mondial de George Bush Sr. dans le contexte du « Traité 2+4 » qui permit la réunification de l’Allemagne, mais une sorte de « nouvel ordre mondial à 3+2 », reniant le mondialisme destructeur des États-Nations par un nouveau réseau de souverainetés s’entraidant réciproquement.
Les États-Unis tout d’abord, vivent la restauration de leur ancien rôle historique, devenu bien moins évident aujourd’hui au fur et à mesure de leurs détournements par un puissant État profond. De leur rôle de première puissance mondiale découle l’importance cruciale de l’évolution de la situation interne aux États-Unis, et rien ne saurait être négligé pour aider les patriotes américains à recouvrer leur souveraineté.
Á ce titre, nous ne pouvons que louer la prise de conscience des minorités afro-américaines aux États-Unis, qui ont réalisé l’instrumentalisation politique dont ils ont été victimes depuis des années par le Parti Démocrate et l’État profond américain. Les noirs américains ont en effet été « utilisés comme des prostituées par le Parti Démocrate », aux dires de Quanell X, dirigeant de la branche texane du Nouveau parti Black Panther [New Black Panther Party], alors que leur condition financière, économique, académique, en matière de chômage et d’éducation, n’a fait qu’empirer[46]. Et c’est Joe Biden, ancien Vice-président d’Obama lourdement suspecté d’un autre vice (pédocriminel), mais malgré cela « présidentiable » pressenti contre Donald Trump lors des prochaines élections, qui vient de rappeler cette réalité. Toute honte bue, ne se rendant même plus compte de l’évidence grossière de sa stratégie d’influence éculée, il vient de tancer un citoyen américain noir susceptible de voter pour Donald Trump d’une façon tellement dominatrice que c’en était ridicule : « si vous avez un problème pour choisir de voter entre moi [Joe Biden] ou Trump, alors vous n’êtes pas noir ! ».[47] Joe Biden illustrait ainsi ce qu’avait résumé auparavant l’économiste noir américain Thomas Sowell : « Le racisme n’est pas mort, mais il est sous assistance vitale, gardé en vie par des politiciens, des prostituées de la race et des gens qui gagnent un sens de supériorité par la dénonciation des autres en tant que “raciste“ ».[48]
Ce sont à présent les musulmans qui doivent réaliser la même prise de conscience que les noirs américains, afin de contrer l’extraordinaire activisme prétendument « musulman » que les États-Unis ont connu durant ces dernières années. Alors que les États-Unis étaient officiellement en guerre contre des pays musulmans, au gré d’une idéologie du « choc des civilisations » qui fit bien souvent passer ces guerres pour des guerres « contre l’Islam » (au grand dam des vrais soldats américains sur le terrain)[49], une dynamique tout à fait contraire s’est dévoilée aux États-Unis, dont l’apogée fut identifiable durant l’ère Obama. Ce fut en effet l’apogée d’un activisme subtilement djihadiste ayant pignon sur rue aux États-Unis sous l’ère Obama, mais un activisme qui a perduré depuis quatre ans contre Trump. Il est dès lors urgent que les « vrais » musulmans, aux États-Unis et dans le monde, réalisent enfin l’importance de la lutte d’influence qui a lieu en ce moment même aux États-Unis, pour dénoncer avec les patriotes américains cet activisme indécent de l’État profond contre le Président Trump.
Si j’étais citoyen Américain, je serais très vraisemblablement accusé par Joe Biden de n’être « pas musulman » si je décidais de voter pour Donald Trump. Mais que lui répondrais-je ? Que les vrais musulmans savent ce qu’il s’est passé à Benghazi, et plus globalement durant toute l’époque de subversion des Clinton, Bush Jr. et Obama. Ils savent aussi qui a voulu créer une immigration déstabilisante pour les États-Unis depuis 1965 afin de ruiner leur modèle d’intégration vertueux par l’excellence, avec une pure volonté de subversion qui fut parfaitement identifiable sous l’ère Obama.[50] De même, les musulmans n’ignorent pas non plus les turpitudes personnelles transgressives de « creepy » Joe, et dès lors, ne sauraient accepter toute prétention de son auguste personne à leur donner des leçons de maintien et de morale. Pour toutes ces raisons, les hommes de bien musulmans, au même titre que les chrétiens américains, ne peuvent que se réjouir à l’avance de sa future défaite lors de la réélection à venir du Président Trump…
La Russie, ensuite, vit au terme de la guerre de Syrie l’aboutissement de sa nouvelle légitimité dans le concert des nations. La volonté implacable du Président Vladimir Vladimirovitch Poutine, appuyée par l’extraordinaire talent diplomatique de Sergueï Viktorovitch Lavrov, malgré les assassinats à répétition de diplomates russes, et la combativité légendaire des forces armées russes incluant des éléments musulmans du Caucase, qui avaient eu à combattre auparavant les djihadistes artificiellement importés en Russie : ce furent là les éléments d’une victoire historique qui signifia la première guerre perdue du mondialisme, éteignant un conflit qui aurait très bien pu contaminer le monde entier, à la fois en Syrie mais aussi en Ukraine. Malgré une situation toujours difficile en Syrie face aux « imprudences » de certains pays du Moyen-Orient, elle démontre que dans le combat eschatologique actuel, les chrétiens orthodoxes et d’Orient ont une longueur d’avance, n’ayant pas oublié la vraie Gnose. En témoigna une exposition d’icônes sécurisée à Tsaritsino en octobre 2016, rappelant que les vrais chrétiens n’ont pas oublié Sophia : la « Sagesse de Dieu », source de toute chose en notre monde, et principe féminin sacré tempérant les anciennes violences du Moyen-Orient…
Icône de Sophia, la Sagesse de Dieu, entourée de Saints aux abords, fin XVIIe-début XIXe s. (tempera sur bois)

 

La façon dont le Ministre de la défense Sergueï Koujouguétovitch Choïgou, bien que versé dans les connaissances occultes des chamanes de l’Altaï, se signa lors du défilé du 9 mai 2015 sous la tour du Christ Sauveur, était lourde de sens quant à la nouvelle « guerre sacrée » menée par Moscou au Moyen-Orient.[51] Elle fit en ce sens le pont avec l’Extrême-Orient, un pont évident pour qui connaît les racines communes des spiritualités du monde à partir du Moyen-Orient et du Tibet, et dont le soufisme fut notamment l’une des passerelles…[52]
La Chine du Président Xi Jinping, donne vie à la clairvoyance prophétique de Charles De Gaulle, qui considérait que le communisme disparaîtrait avec le temps en Russie soviétique comme en Chine populaire, que le président De Gaulle fut d’ailleurs le premier chef d’État à reconnaître. Après avoir connu nombre de déstabilisations et d’humiliations depuis le XIXe siècle, étroitement liées à la même décadence du capitalisme occidental depuis l’Angleterre, et malgré les intrigues qui tentèrent de créer une Chine communiste durablement captive des mondialistes, c’est la vieille souveraineté du Céleste Empire qui renaît. La sublime leçon de profondeur civilisationnelle qui fut donnée lors des Jeux Olympiques de 2008, fut accompagnée par les premiers signes de lucidité contre l’idéologie communiste, grâce notamment à la meilleure influence française qui puisse encore exister à notre époque.[53]
Après avoir adressé des messages d’ouverture à l’Occident dramatiquement égaré (2005-2015),[54] cette nouvelle Chine renaissante accompagna également le mouvement en soutenant discrètement l’action russe en Syrie. Comme la Russie en Tchétchénie et au Daghestan, elle aussi se trouvait ciblée par le terrorisme des séparatistes ouïghours, artificiellement généré par l’Etat profond américain depuis des années en Asie Centrale, qui menaçait l’intégrité nationale chinoise en poussant le Xinjiang à la sécession. Comme dans le Caucase, des enjeux énergétiques majeurs étaient la cause profonde de ces intrigues. Dans leur empressement à cibler sans cesse la Chine, certains médias occidentaux oublient volontiers qu’il existe d’autres communautés musulmanes qui sont des patriotes chinois, comme les Hui dans la Région autonome du Ningxia.[55] Le narratif hérité de la Guerre froide contre le communisme ne tenait plus, et les anciens réseaux djihadistes apparaissaient soudainement pour ce qu’ils étaient réellement : des troupes mercenaires utilisées dans des guerres asymétriques afin de nuire à des États souverains « indociles », pour le compte de forces subversives parfaitement identifiables.[56]
La victoire de Trump, premier Président américain reçu dans la Cité interdite, signifia une nouvelle opportunité pour la Chine aussi, et la possibilité d’une entente avec les États-Unis s’est développée subtilement depuis 2016. Mais une entente qui supposait de faire machine arrière dans la promotion d’un mondialisme historiquement voulu par Wall Street, utilisant les délocalisations chinoises pour ruiner le monde entier, et dont la Chine était l’otage bien plus que l’actrice.[57] Ceci supposait alors une certaine synchronisation avec les États-Unis afin d’éviter une explosion de l’économie chinoise, indirectement victime elle aussi du modèle économique occidental décadent, solutionnant au passage la question nord-coréenne par une nécessaire désescalade, en attendant l’inéluctable réunification avec Taïwan de manière tout aussi pacifique…
 C’est dans ce contexte plein d’espoir que survint la crise du coronavirus, au gré de laquelle apparurent les mêmes lignes de failles en Chine : l’opposition du Président Xi Jinping face à l’existence d’un État profond en Chine, motivé certainement par un affairisme sécrété par la décadence de l’Occident, et possiblement appâté par des rêves de puissance dangereux. Une certaine inexpérience des serviteurs de l’État chinois face aux causes profondes de la décadence occidentale était à craindre, mais des leçons de sagesse bouddhiste et confucéenne peuvent tout autant être espérées aujourd’hui du Céleste empire. Face à ces luttes d’influences internes vieilles comme le monde qui prévalent partout, la tentative de créer un nouveau racisme antichinois du plus grand ridicule, à l’occasion de cette crise du coronavirus, n’apparaîtra comme rien d’autre qu’une énième tentative mondialiste visant à dresser les peuples les uns contre les autres…
L’Arabie quant à elle, fut l’otage et le point nodal de l’instrumentalisation du terrorisme au gré de la rivalité pétrolière historique entre les Britanniques et les États-Unis, ce qui fut dénoncé comme tel dès 1930 par le Renseignement français.[58] Les États-Unis reprirent cette continuité à leur compte après la Seconde Guerre mondiale, mais vécurent entre-temps leur détournement par l’État profond, lequel sut préserver ses intérêts bien plus que ceux des États-Unis, au besoin par des morts suspectes au sein de la famille royale (Roi Fayçal Al Saoud, 1975). Mais le net recul de cette subversion par l’État profond, actuellement aux États-Unis, permet à une dynamique nouvelle d’émerger en Arabie Saoudite. Un processus dual dans lequel un Jared Kushner est certes à la fois juge et partie, à la fois gendre et ambassadeur de Trump, mais dont l’action aura déjà eu une utilité historique au Moyen-Orient. Le Prince héritier Mohammed ben Salmane, qu’on veuille bien le comprendre ou non, est en ce moment l’homme clé du Président Trump, et prend la responsabilité courageuse de tenter d’inverser des décennies d’instrumentalisation mondialiste du djihadisme à partir du Moyen-Orient. Une instrumentalisation dont là encore, les Arabes ont été bien plus souvent les otages que les promoteurs…[59]
Dans ce contexte, le rôle de la Grande-Bretagne est inévitablement dual. Car les patriotes Britanniques ont certainement possédé la meilleure des expertises antisubversives au monde, concernant la Russie comme la Chine ou le Moyen-Orient, mais que cette expertise patriotique a été durement bridée depuis les années 1920. Car parallèlement, c’est depuis la même Grande-Bretagne qu’a été conçue la subversion de leurs rivaux économiques (français, allemands, russes, chinois, étasuniens, avant d’emporter dans la tourmente les restes de l’Empire britannique)… La même lutte d’influence entre patriotes et État profond a eu lieu en Grande-Bretagne, à vrai dire depuis le XVIe siècle, et elle fut durablement perdue par les patriotes, mais temporairement seulement.
Des indices de subversion évidents au Royaume-Uni sont apparus au gré d’affaires sensibles récentes, couvertes par une omerta révoltante des médias publics, masquant certainement une subtile volonté de provocation. Dans quel but ? Afin de promouvoir l’idéologie artificielle du « choc des civilisations », opposant la Chrétienté à l’Islam de façon nécessairement violente. L’affaire des viols de Telford, ayant vu des milliers d’enfants ou de jeunes filles violés par des gangs immigrés indo-pakistanais, a été entourée d’un véritable secret d’État avec l’entière complicité des médias. De la même façon, ce sont de véritables persécutions qui ciblent les patriotes et militants Britanniques comme Stephen Yaxley-Lennon, connu sous le pseudonyme de Tommy Robinson. Or, les circonstances anormales dans lesquelles des soi-disant « musulmans » ont pu le battre impunément en prison, sont l’indice d’une instrumentalisation qui révèle une subversion évidente du Royaume-Uni, disposant de puissants relais au sein de l’appareil d’État. On voit encore d’autres traces de cette subversion, quand la BBC s’obstine à réécrire sans cesse l’Histoire occidentale dans un sens « antiraciste », en faisant jouer les personnages européens par des immigrés d’origine africaine.[60] Ceci est visible dans tous les pays occidentaux, jusqu’au ridicule quand Lancelot,[61] Achille[62] ou Louis XIV[63] sont joués alors par des acteurs noirs. On attend avec impatience une histoire de Nelson Mandela, de Martin Luther King ou de l’Empereur Kanga Moussa du Mali joués par des acteurs blancs, afin d’être sûr que personne ne soit choqué par ces réécritures de l’Histoire ridiculement parasitées par des partis-pris idéologiques…
Mais il y a pire, derrière ces trois exemples de subversion combinés. Ils peuvent constituer l’indice d’une stratégie mondialiste de contrôle réflexif dangereux : une volonté évidente de brimer les populations européennes, en les poussant ainsi subtilement à un nouveau sursaut nationaliste qui ne pourrait être qu’excessif en réaction. Cette façon de créer une prophétie autoréalisatrice en brimant les peuples occidentaux pour les pousser au pire ensuite s’est déjà vue dans l’Histoire… Et elle aboutirait sans surprise à légitimer le choc des civilisations, en légitimant une guerre culturelle et civilisationnelle des Occidentaux qui serait dirigée spécifiquement contre l’Islam. C’est la raison pour laquelle les véritables musulmans doivent dire clairement à l’Occident que les violeurs de Telford, ou les « musulmans » qui ont été « utilisés » pour bastonner Tommy Robinson, n’ont de musulman que le nom, et mériteraient un châtiment tel que jamais ils ne pourraient recommencer leurs méfaits ignobles…
Pourtant, malgré ces traces de subversion évidente en Grande-Bretagne, il est à croire que les patriotes britanniques ont su peser dans les élections américaines de 2016, indirectement avec Julian Assange tout du moins. Ceci, alors même que se déployait depuis la Grande-Bretagne le volet internationaliste de cette même subversion, tant contre les États-Unis (Rapport Steele) que contre la Russie (Affaire Skripal), avec un rôle très sale joué en Syrie ou en Ukraine… Sans doute, la Grande-Bretagne a su comme à d’autres occasions dans l’Histoire, placer ses pions pour tirer avantage de la situation dans toutes les hypothèses. Mais il est indéniable que la véritable Grande-Bretagne souffre depuis bien longtemps face à la Subversion…
Ce contexte de « nouvelle donne géopolitique », est donc une opportunité de toute façon pour la Grande-Bretagne. Elle ne perdra pas son tropisme impérial, et le « Brexit » finalement obtenu par Boris Johnson lui redonnera une nouvelle souveraineté, prenant une importance similaire en Grande-Bretagne à la victoire de Trump aux États-Unis. En lieu et place des « représailles » promises par l’Union Européenne, une nouvelle entente se dessine entre les États-Unis et la Grande-Bretagne, dont le futur broyage de l’UE entre la rivalité commerciale sino-américaine sera une conséquence connexe.[64] La Grande-Bretagne saura tirer son épingle du jeu, en conservant la constance diplomatique de ses intérêts supérieurs, et espérons-le, en ciblant une subversion qui n’est pas récente en son sein, et qui atteint aujourd’hui gravement la substance même du peuple britannique.[65] Là encore, les chrétiens protestants sont bien souvent handicapés par une vision partielle de leur propre Histoire… Mais la Grande-Bretagne fut également à la tête du réformisme chrétien depuis Bède le Vénérable, puis dans la lutte d’influence interne au sein de la Franc-maçonnerie depuis le XVIIIe siècle jusqu’à nos jours…

La France, dernier bastion subversif au monde, attend son renouveau politique.

Dans ce contexte d’un Nouvel Ordre Mondial imprévu des mondialistes, voyant l’émergence d’une entente nouvelle qualitative entre les États-Unis, la Chine, la Russie, la Grande-Bretagne et l’Arabie Saoudite, que vont devenir les pays de l’Union Européenne impotente, nantis seulement d’une « souveraineté-croupion » ? L’Allemagne a été durablement soumise et brûle ses derniers feux économiques, son peuple réel disparaissant depuis des années sous l’effet conjugué d’idéologies ciblant là encore sa substance même. L’Italie s’est récemment débattue, mais se retrouve de nouveau soumise par un gouvernement subversif qui se moque éperdument du peuple italien. Et la France, dans tout cela ? Elle est devenue l’un des pires bastions subversifs de notre époque, et des détails très peu élogieux l’illustrent, que ne manquent pas de relever les Services de renseignement étrangers : depuis les gesticulations transsexuelles sur le perron de l’Élysée, jusqu’à la « retraite heureuse » dans le Périgord de Ghislaine Maxwell, l’ex « traitante » de feu Epstein d’après l’irréfutable Steve Pieczenik lui-même, qui jamais n’accusa personne sans preuve…[66] Or les « connexions françaises » de l’affaire Epstein sont connues, et pourtant rien n’a été entrepris en France pour collaborer avec la justice américaine.[67] Elle était considérée comme « disparue » aux États-Unis, et alors que l’Administration Trump avait lancé un mandat d’arrêt international contre elle, elle était pourtant bien au chaud en France sans être inquiétée le moins du monde…[68]
Depuis la victoire de Trump aux Etats-Unis et le net reflux de la pédocriminalité outre-Atlantique, la France passe de plus en plus pour le premier Etat pédocriminel au monde… Au point de susciter la préoccupation d’INTERPOL et d’EUROPOL. En France, chaque année, 58.000 enfants disparaissent et plus de 150.000 enfants sont violés,[69] alors qu’à peine 0,3 % des agressions sexuelles sur mineurs sont condamnées ! C’est ainsi que l’on détruit la substance et l’avenir d’un peuple, et les Français qui tentent de protéger leurs enfants sont bâillonnés, dénigrés, voire accusés lorsqu’ils osent évoquer ce sujet. Selon Me Marie Grimaud, avocate pénaliste de l’association « Innocence en danger »« La France est l’eldorado des pédophiles. […] Je le répète, aujourd’hui mieux vaut violer un enfant que de dealer du shit dans la rue. La sanction est beaucoup plus lourde pour le dealer que pour le violeur d’enfants ». Pire, elle rappelle que « si des magistrats estiment qu’un enfant de 5 à 6 ans peut éventuellement consentir à un rapport sexuel et éventuellement relaxer des individus pour cela, c’est que nous avons un problème dans la formation de nos magistrats. C’est ce que j’appelle la gouvernance des juges, qui va en deçà [au-delà] de ce que la loi prévoit ».[70] Djamila Allaf, directrice de l’association « Enfance au cœur », renchérit : en France, « les chiffres de la maltraitance des enfants sont terrifiants. Ils sont indignes d’une société qui se dit civilisée. Parce que le marqueur d’une civilisation, c’est sa capacité à protéger les plus faibles. Aujourd’hui, dans un pays comme la France, qui se dit pays des Droits de l’Homme, qui donne des leçons dans le monde entier, il y a 422 enfants qui sont violés chaque jour, 2 enfants qui meurent de maltraitance par jour. Et malgré cela on a toujours un silence sur cette question, ça reste tabou ».[71] Dans le contexte de l’Affaire d’Outreau, qui a défrayé la chronique, qui a fait énormément de mal à la cause des enfants en discréditant leur parole, une remarquable enquête non médiatisée d’un journaliste de l’AFP,[72] rappelait qu’aucun enfant de l’affaire d’Outreau n’avait menti. Douze enfants ont bien été reconnus victimes de violences sexuelles dans un contexte de proxénétisme. Alors pourquoi leurs bourreaux ont-ils été protégés ? Était-ce un réseau susceptible de révéler des noms connus ? En tout cas, la France n’en sort pas grandie…et les enfants français continuent d’être torturés ![73]
Dans ces circonstances, comment veut-on que la France conserve encore une once de crédibilité auprès des chefs d’Etat étrangers ? Alors que dans le même temps le Président Trump a fait de la lutte contre la pédocriminalité une réelle cause nationale[74], à l’initiative notamment d’Ivanka Trump comme conseillère principale contre le trafic d’êtres humains, la France montre de graves signes de subversion, comme aux États-Unis du temps d’Obama. L’imbrication devient hautement suspecte quand la pédocriminalité se mêle aux questions antiterroristes, maltraitant des enfants au gré d’une interprétation tout à fait inadaptée des critères de « radicalisation », camouflant ses méfaits derrière la raison d’État. Ainsi en juin 2019, un Commandant des services secrets intérieurs (DGSI) se définissant lui-même comme « spécialiste de la manipulation », fut impliqué dans une grave affaire pédocriminelle avec une mineure « musulmane » au prétexte de déradicalisation, des milliers de photos pédopornographiques étant retrouvées dans ses ordinateurs.[75] Parallèlement, une cellule antiterroriste de la DGSI fut dénommée « Al-Lât », du nom d’une déesse pré-islamique, laissait envisager une volonté de considérer l’islam comme « l’ennemi intérieur ».[76] Dans ce contexte de graves détournements, les musulmans de France peuvent légitimement craindre pour leur sécurité et celle de leurs enfants. Par ailleurs, des policiers habilités « secret défense » se permettent de fanfaronner en divulguant des informations relatives à des attentats potentiels, sans être capables d’empêcher lesdits attentats. Or, les musulmans de France ne peuvent ignorer combien ces attentats terroristes leur font injustement du tort. Tous ces éléments combinés laissent envisager un risque réel de guerre civile artificielle en France, officiellement menée « contre l’Islam », qui permettrait de faire diversion en faisant oublier les graves turpitudes des politiciens français actuels.
Les révélations relatives aux derniers attentats survenus en France achèvent de brosser un tableau noir de l’état réel des forces de sécurité, et de la sape délibérée de capacités antiterroristes françaises. Dans le contexte des enquêtes parlementaires relatives aux sanglants attentats du Bataclan de novembre 2015 (131 morts, 413 blessés), plusieurs révélations de haut niveau, dont celles de l’ex-patron du Renseignement intérieur (DCRI) Bernard Squarcini, firent état d’un refus délibéré des autorités françaises et du Premier ministre Manuel Valls, qui refusa une liste de djihadistes fournie par les Services secrets syriens. Ce refus fut opposé « pour des raisons idéologiques », et eut pour conséquence la nécessité de mendier du renseignement aux sources étrangères, au grand dam des Services français dont la réputation était antérieurement sérieuse.[77] Entre-temps, un certain nombre de personnels de haut niveau des forces de sécurité furent inquiétés par le pouvoir, vérifiant la constante vieille comme Néron, voulant que les subversifs aient une peur proverbiale de leurs propres forces de sécurité lorsqu’elles ne sont pas castrées… Citons pour mémoire le cas de nos valeureux généraux Christian Piquemal (Légion étrangère), Didier Tauzin et Henri Poncet (Parachutistes), Bertrand Soubelet (Gendarmerie), Pierre Le Jolis de Villiers (Armée), outre des syndicats de police méprisés quand ils ne sont pas assez dociles (VIGI), et de nombreux exemples de personnels plus ou moins discrètement suspendus (Alexandre Langlois), évincés (Noam Anouar), suicidés (Maggy Biskupski), ou martyrs (Arnaud Beltrame)…
Dans ce contexte de détournement et de pourriture rampante des services de l’État pour cause de basse cuisine politique et autre intrigues subversives, l’avenir de la France ne semblait déjà pas tout à fait radieux. Le contexte de la crise du coronavirus se surajoutant, les conséquences dans un futur proche pourraient surprendre le monde entier… La situation économique française était déjà fragile, sous l’effet combiné de l’Euro et de la guerre économique implacable menée contre elle depuis des années. La crise des Gilets jaunes, crise de ces « insurgés de la pauvreté » et derniers défenseurs du bon sens civil et populaire français, qui durait depuis plus d’un an attestait déjà de cette souffrance, pourtant pas récente puisque remarquée déjà par Mark Twain comme une des conséquences du capitalisme occidental décadent : « quand les riches volent les pauvres, on appelle ça les affaires : quand les pauvres se défendent, on appelle ça de la violence ». La situation économique française deviendra assurément désastreuse au sortir de cette crise du coronavirus, et nous pouvons compter sur l’extraordinaire indolence des personnels politiques français pour continuer à la rendre explosive. Pourtant, ces tristes sycophantes, comme Steve Pieczenik se plaisait à appeler les politiciens américains de l’ère Bush Jr./Obama, oublient la leçon de l’un de nos plus grands rois, Louis XI : « Quand l’orgueil chemine devant, honte et dommage suivent de près. »
La France est-elle « définitivement morte », comme s’en exclamait le futur maréchal de l’Empire britannique Jan Smuts après sa défaite de 1940 ? Que reste-t-il de la lucidité des rois de France contre l’accaparement financier, de celle de Napoléon contre les financiers internationalistes, de la doctrine sociale de l’Eglise contre son avachissement idéologique, ou de l’expertise antiterroriste française depuis Xavier de Hauteclocque ?[78] Cette expertise française existe, de même que ses continuateurs qui s’activent dans l’ombre. Mais trop peu de Français en ont une vision juste, car les moyens de l’État eux-mêmes sont mobilisés au service de la Subversion de la France, générant une distorsion de la réalité comme à l’époque subversive d’Obama aux États-Unis…
Pour autant, depuis des années les esprits lucides envisageaient un changement majeur en France, mais qui ne pourrait survenir qu’à la faveur d’un changement structurel qui allait avoir lieu aux États-Unis. Trop peu de Français ont compris jusqu’à présent, le renversement imprévu du monde et l’émergence potentielle d’un second « nouvel ordre mondial », comme constituant un contrecoup face à un premier « Nouvel Ordre Mondial » constitué progressivement et dans l’ombre. Comme à la suite de la victoire de Trump, c’est la même logique de « contrecoup patriotique » face à un « coup d’État subversif en douce », qui est en passe d’être généralisée au monde, à l’occasion de cette crise du coronavirus qui force tous les acteurs à dévoiler leurs allégeances réelles. Un net recul de l’État profond mondialiste semble pouvoir émerger dans les cinq plus importants pays du monde, États-Unis, Russie, Chine, Royaume Uni et Arabie Saoudite, avec le retour partout au bon sens patriotique et économique. Comme l’a souligné le théoricien politique russe, Alexandre Guelievitch Douguine : « L’ascension de Trump marque d’abord et avant tout la fin décisive du monde unipolaire. […] Les peuples et les États du monde peuvent enfin respirer profondément. L’expansion du mondialisme a été stoppée au centre même de la mondialisation. Le nouveau monde multipolaire signifie que les États-Unis deviendront désormais l’un des pôles de l’ordre mondial, puissant et important, mais pas le seul, et surtout sans aucune prétention à être exceptionnel. »[79] La plus grande question, celle des enjeux monétaires, reste encore en suspens à l’heure où ces lignes sont écrites. Mais c’est pourtant un espoir réel qui se dévoile aujourd’hui sous nos yeux, à partir d’une crise sanitaire qui devait initialement pousser les peuples à la soumission par la peur, mais qui semble devoir se retourner contre ses instigateurs subversifs.
Cette dynamique nouvelle sera-t-elle comprise en France ? Pour la comprendre, encore faudrait-il commencer par en avoir une vision juste. L’historien britannique Arnold Toynbee remarquait qu’aucun processus historique n’était réellement irréversible. Nous pourrions compléter l’idée en parlant avant tout de mutations et de luttes d’influences sans cesse évolutives, entre l’harmonie et le chaos, deux forces sans lesquels les humains n’apprendraient jamais rien sur Terre…
Le regretté Pierre Schoendoerfer considérait qu’un soldat avait pour devoir sacré de « mettre de l’ordre dans le désordre ». Le général Michael Flynn, directeur de campagne de Donald Trump, compara les citoyens réalisant avec responsabilité leur propre travail individuel de réinformation personnelle, à une « armée digitale » devant monter en ligne pour préserver son propre destin : sur Internet comme dans la vie réelle, afin de réduire toujours plus la surface d’action de la subversion sur les esprits non préparés. Certes, « l’Histoire est faite par peu d’Hommes », disait Jules César. Mais l’habitude résignée de voir un parti subversif, somme toute très faible, détourner impudemment un vieil État qui semble impuissant, alors que son Histoire permettrait pourtant de comprendre toutes les causes et conséquences de ce détournement, suscite une indolence qui prédispose à l’esclavage. Cette indolence résignée, c’était la situation exacte des États-Unis durant les mois qui précédèrent l’élection de Trump en 2016, lorsque les patriotes les mieux informés ne pouvaient que constater l’état de démoralisation du peuple : prêt à se soumettre à une justice subvertie qui venait de favoriser ce qui allait à coup sûr devenir une énième élection truquée, dont les États-Unis finissaient par avoir l’habitude…[80]
« – Vous plaît-il d’être des esclaves, vous plaît-il être des bébés » ?[81]
Et pourtant, il y eut une masse critique de patriotes déterminés et suffisamment informés pour se lever, pour relever le gant et renverser l’irréversible. Aujourd’hui, ce combat n’est pas terminé, et ne le sera sans doute jamais tant que des prises de conscience fondamentale n’auront pas été réalisées par un plus grand nombre d’humains. À notre époque pourtant, nous avons toutes les cartes en main pour comprendre le passé, pour entrevoir le futur, en tout cas pour combattre au présent et servir une plus juste vision du sens de l’existence humaine.
« – Tu dois prendre parti, sinon tu n’es pas humain »…[82]

 


EN HOMMAGE AU GÉNÉRAL MICHAEL FLYNN

 

 

Digitale army – Citizen-Journalists | Armée Digitale – Journalistes-citoyens

Nous vaincrons !


NOTES

[1] Balzac – Œuvres complètes, éd. Houssiaux, 1874, tome 8, p.535

[2] Coningsby ou la Nouvelle génération, 1844.

[3] « Les grandes manœuvres financières derrière Greta et le « Changement climatique » : suivez l’argent… » (F.W. Engdahl, CVR, 25 septembre 2019) ; « La sombre histoire derrière le « réchauffement climatique » du GIEC. » (F.W. Engdahl, RI, 30-10-2018)

[4] « [NAVY 3] Conclusion CVR au sujet de l’amiral Williams : une information fuitée – indice de ce que les milieux patriotiques américains contestent leur Commandant en chef… » (CVR, 10 janvier 2016) http://chroniquesdelavieillerepublique.blogspot.com/2016/01/additif-conclusion-cvr-au-sujet-de.html ; « [IMPORTANT] La vérité sur la victoire de Trump : Analyse et synthèse. » (CVR, 21-11-2016) http://chroniquesdelavieillerepublique.blogspot.com/2016/11/important-la-verite-sur-les-changements.html ; « Hommage des patriotes français au Dr. Steve Pieczenik PhD » (CVR, 9 novembre 2016) http://chroniquesdelavieillerepublique.blogspot.com/2016/11/hommage-des-patriotes-francais-au-dr.html.

[5] « Sey[mour] Hersh via ZeroHedge : les militaires américains ont transmis du renseignement à Assad, dans le dos d’Obama et de la CIA. » (CVR, 25 décembre 2015). http://chroniquesdelavieillerepublique.blogspot.com/2016/01/seymour-hersh-via-zerohedge-les.html

[6] « Le Dr. Steve Pieczenik défend les révélations de Trump sur le 11 septembre 2001 » (CVR, 20 octobre 2015) http://chroniquesdelavieillerepublique.blogspot.com/2015/10/infowars-dr-steve-pieczenik-defend-les.html

[7]« La Seconde Révolution américaine a été gagnée ! » (CVR, 10 novembre 2016) http://chroniquesdelavieillerepublique.blogspot.com/2016/11/la-seconde-revolution-americaine-ete.html

« [Entrevue Pieczenik – Alex Jones, InfowarsLa République Américaine a été restaurée » (CVR, 3 janvier 2017) http://chroniquesdelavieillerepublique.blogspot.com/2017/01/entrevue-pieczenik-alex-jones-infowars.html .

[8] L’État Profond, Peter Dale Scott, éd. Demi-Lune, 2016. Le Charme discret du Djihad, W. Engdahl, éd. Demi-Lune2018.

[9] « Cas d’école : des reporters d’Infowars inquiétés pour vouloir enquêter sur un possible camp djihadiste sur le sol des USA… » (CVR, 2-12-2015) http://chroniquesdelavieillerepublique.blogspot.com/2015/12/additif-des-reporters-dinfowars.html

[10] Antony C. Sutton, The Federal Reserve Conspiracy/Le Complot de la Réserve Fédérale, éd. Nouvelle Terre, 1995-2009.  

[11] « NAVY 1 – Un amiral de l’U.S. Navy viré pour avoir questionné l’achat par Obama d’une propriété à Dubaï??? » (CVR, 10 janvier 2016) http://chroniquesdelavieillerepublique.blogspot.com/2016/01/un-amiral-de-lus-navy-vire-pour-avoir.html

« L’atroce « Pizzagate » : un lien avec les récentes rumeurs de contestation des élections ? » (CVR, 26 novembre 2016) http://chroniquesdelavieillerepublique.blogspot.com/2016/11/latroce-pizzagate-un-lien-avec-les.html

[12] « Le vrai crime dans l’«Huma-gate», ce sont les liens avec les Frères musulmans ! » (F. William Engdahl, Le Saker Francophone, 3-11-2016)

https://lesakerfrancophone.fr/le-vrai-crime-dans-lhuma-gate-ce-sont-les-liens-avec-les-freres-musulmans Rappelé par Qanon, message n° 4284, le 19-5-2020 https://qanon.pub/#4284 : « Huma Abedin’s ties to the Muslim Brotherhood” (The Hill, 23-8-2016) https://thehill.com/blogs/pundits-blog/presidential-campaign/292310-huma-abedins-ties-to-the-muslim-brotherhood

[13] « L’Inspection Générale (IG) du Département d’État a tranché : Hillary Clinton N’AVAIT PAS LE DROIT DE METTRE EN PLACE SON SERVEUR PRIVE!!! » (S. Pieczenik, CVR, 28 mai 2016).
http://chroniquesdelavieillerepublique.blogspot.com/2016/05/linspection-generale-ig-du-departement.html

« Message du Renseignement Militaire (DIA) à Hillary Clinton : « retirez-vous de la course présidentielle pour cause d’investigation du FBI… » » (S. Pieczenik, CVR, 14-2-2016)

http://chroniquesdelavieillerepublique.blogspot.com/2016/06/message-subliminal-du-lt-gen-general-3.html

[14] « “Les Trois Amigos”: Anthony Weiner, Bob Filner, Eliot Spitzer… » (S. Pieczenik, CVR, 1-8-2013)

http://chroniquesdelavieillerepublique.blogspot.com/2013/08/les-trois-amigos-anthony-weiner-bob.html

« Le scandale Anthony Weiner sonne le glas du clan Bill/Hillary Clinton… » (S. Pieczenik, CVR, 19-1-2016)

http://chroniquesdelavieillerepublique.blogspot.com/2016/01/le-scandale-anthony-weiner-sonne-le.html

« Emails d’Hillary Clinton : trois affaires en une » (Les Echos, 31-10-2016) https://www.lesechos.fr/2016/10/emails-dhillary-clinton-trois-affaires-en-une-223106

[15] « N’allez pas chercher le POTUS Trump! » (S. Pieczenik, 30 juin 2017)

http://chroniquesdelavieillerepublique.blogspot.com/2017/06/nallez-pas-chercher-le-potus-trump.html

[16] « Le «Superman israélien » Meir Dagan entre en dissidence sur le dossier iranien » (France24 ? 12/03/2012). https://www.france24.com/fr/20120312-superman-israelien-meir-dagan-contre-attaque-iran-enrichissement-nucleaire-mossad-renseignements-israel 

« Ex-chef du Mossad : l’armée prête à frapper l’Iran en 2011 sur ordre de Netanyahu » (Times of Israël, 1-6-18). https://fr.timesofisrael.com/ex-chef-du-mossad-larmee-prete-a-frapper-liran-en-2011-sur-ordre-de-netanyahu/

[17] La TragiComédie de la République Allemande. Albert GRZESINSKI. PLON, 1934.

Comparer avec Qanon n°3991 du 28 avril 2020, montrant 21 personnages clés pro-Obama/Hillary Clinton qui furent proprement démis de leur fonction depuis 2016. Https://qanon.pub/#3991

[18] Caroll Quigley (Tragedy & Hope, Macmillan Publishers, 1966, p.1311).

[19] La Ponérologie Politique : Etude de la genèse du mal, appliqué à des fins politiques, Andrew Lobaczewski, éd. Pilule Rouge, 2011.

[20] « Le Coronavirus et la Fondation Gates » (F.W. Engdahl, RI, 19-3-2020)

https://reseauinternational.net/le-coronavirus-et-la-fondation-gates/

Sur le mondialisme : La marche irrésistible du nouvel ordre mondial, Pierre Hillard, éd. Francois-Xavier de Guibert, réédition 2013.

[21] Voir notamment « Une pandémie préméditée? » (Alexis Cossette-Trudel, Radio Québec, 4-4-2020) et autres vidéos connexes de Radio Québec. https://www.youtube.com/watch?v=012sY5eZ440

[22] Entre de nombreux autres, voir notamment le message n°4009 de Qanon, reprenant l’intégralité des études disponible attentant de la dangerosité relative du coronavirus, pouvant être soigné de façon satisfaisante avec l’hydroxychloroquine. https://qanon.pub/#4009

[23] « Trudeau vs Cossette-Trudel » (Alexis Cossette-Trudel, 16-4-2020) https://www.youtube.com/watch?v=bAaJZOK93Sg

[24] «Offener Protest-Brief an Politik und Medien: Aufruf zur AUFHEBUNG der CORONA-ZWANGSMASSNAHMEN! » (PressePortal, 25-3-2020)

[25](Entrevue de Steve Pieczenik avec le avec le Dr. James F. Tracy, émission « Real politik », Truth Frequency Radio, CVR, 28-3-2016) http://chroniquesdelavieillerepublique.blogspot.com/2016/03/steve-pieczenik-dr-james-f-tracy-truth.html

[26] « Ce que les médias ont caché dans l’affaire sur l’autisme de De Niro. » (F. W. Engdahl, 14-6-2016)

https://reseauinternational.net/les-dessous-du-film-sur-lautisme-dans-laffaire-de-niro/

[27] Médias « Principaux Courants / Politiquement corrects » (Mainstream Medias).

[28] Anton Zischka, La Science brise les monopoles, Bruxelles, Éditions de la Toison d’Or, 1941.

[29] « Saïf al-Islam Kadhafi – Un rêve d’avenir pour la Libye », (éd. Erick Bonnier, octobre 2019, p.315).

[30] « Coronavirus et nombre de décès douteux » (F.W. Engdahl, RI, 13-5-2020)

https://reseauinternational.net/coronavirus-et-nombres-de-deces-douteux/

« Peut-on faire confiance à l’OMS ? » (F.W. Engdahl, RI, 5-4-2020)

https://reseauinternational.net/peut-on-faire-confiance-a-loms/

« Phase de confinement : ce n’est pas un scénario futuriste » (F.W. Engdahl, RI, 12-3-2020)

https://reseauinternational.net/phase-de-confinement-ce-nest-pas-un-scenario-futuriste/

[31] « Didier Raoult claquerait la porte à la France pour rejoindre la Chine, selon Entreprendre » (Midi Libre, 20-5-2020)

https://www.midilibre.fr/2020/05/20/didier-raoult-claque-la-porte-a-la-france-pour-rejoindre-la-chine,8895796.php

« Vers un départ de Didier Raoult pour la Chine ? Itinéraire d’une fake news » (LCI, 21-5-2020)

https://www.lci.fr/population/professeur-didier-raoult-vers-un-depart-pour-la-chine-itineraire-d-une-fake-news-pandemie-hydroxychloroquine-covid-19-2154396.html

[32] « Propagande et contre-propagande ? Christophe Stalla-Bourdillon » (Thinkerview, 26-11-2019)

[33] Apocalypse 3:15-16 : « Je connais tes œuvres. Je sais que tu n’es ni froid ni bouillant. Puisses-tu être froid ou bouillant! Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n’es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche. »

[34] Voir Qanon, message n°2645 : sur le lien entre la Ligue antifascistes dans l’Allemagne des années 1930 (aile paramilitaire du Parti Communiste allemand, interdite en 1933) et les Antifa « moderne » constituant la nouvelle aile paramilitaire du Parti Démocrate aux États-Unis. https://qanon.pub/#2645« 

[35] Voir les deux romans d’anticipation d’Orwell : 1984 (1949), La Ferme des animaux (1945). 

[36] La véritable histoire des Bilderberger (Daniel Estulin, Editions  Nouvelle Terre, 2009) ; La marche irrésistible… (Hillard, précité) ;  ENGDAHL, F. William : Pétrole, une guerre d’un siècle : L’ordre mondial anglo-américain, éd. Jean- Cyrille Godefroy, 2007.[37] Message n°3897 https://qanon.pub/#3897 et n°3896 https://qanon.pub/#3896 du 23 mars 2020, Qanon.

[38] Qanon n° 3916 du 8 avril 2020. https://qanon.pub/#3916 
[39] Éphésiens 6,10-17, cité à répétition par Qanon, notamment le 11 mai 2020, message n°4207 https://qanon.pub/#4207

[40] « [Frappe en Syrie, 1e vidéo] Un KABUKI [Théâtre traditionneljaponais] de GUERRE vis-à vis de la CHine et de la Corée du Nord. » (Steve Pieczenik, CVR, 8 avril 2017) http://chroniquesdelavieillerepublique.blogspot.com/2017/04/frappe-en-syrie-1e-video-un-kabuki.html ; « [IMPORTANT Un “Kabuki“ de guerre feintée, pour servir une fragile dynamique de paix. » (CVR, 27 avril 2017). http://chroniquesdelavieillerepublique.blogspot.com/2017/04/important-un-kabuki-de-guerre-feintee.html

[41] « Il faudra un gouvernement mondial. Après, ou à la place de la guerre ? », Jacques Attali, émission « Arrêt sur Image », France 5, enregistrée le 5-6-2010) https://www.arretsurimages.net/emissions/arret-sur-images/il-faudra-un-gouvernement-mondial-apres-ou-a-la-place-de-la-guerre

[42] Voir l’intégralité des travaux d’Alexis Cossette-Trudel (Radio Québec), relatant 4 années de purge et de contre-influence discrète au sein de l’Administration Trump : « #ObamaGate: sédition et trahison » (Alexis Cossette-Trudel, Radio Québec, 10-5-2020). https://www.youtube.com/watch?v=LAvXySSQ8mU

[43] « En Russie, un remaniement qui confirme les hommes forts de Poutine » (Libération, 22-1-2020)

https://www.liberation.fr/planete/2020/01/22/en-russie-un-remaniement-sans-surprise-qui-confirme-les-hommes-forts-de-poutine_1774473 

[44] « Tchoubaïs, prochaine tête néolibérale à tomber en Russie ? » (F.W. Engdahl, RI, 10-2-2017). 

https://reseauinternational.net/tchoubais-prochaine-tete-neoliberale-a-tomber-en-russie/

« Quand la Russie se débarrassera-t-elle de son talon d’Achille : la cinquième colonne ? » (F.W. Engdahl, Le Saker Francophone, 4-7-2016). https://lesakerfrancophone.fr/quand-la-russie-se-debarrassera-t-elle-de-son-talon-dachille-la-cinquieme-colonne

[45] Vladimir Vasilyevich Kvachkov, ancien colonel russe Spetsnaz et officier du renseignement militaire, docteur en sciences militaires et publiques, « Полковник ГРУ: что скрывают за пандемией коронавируса? /Владимир Квачков » (Студия Рубеж, 24 mars 2020) https://www.youtube.com/watch?v=SZJC9JM2u70

[46] « New Black Panther Leader Quanell X: Trump Is Right About Democrats Exploiting Black Votes » (Breitbart, 26-8-16, images de Fox 26 Houston, 23-8-16)

[47] « Biden: ‘If you have a problem figuring out whether you’re for me or Trump, then you ain’t black’” (CNN, 23-5-2020)

https://edition.cnn.com/2020/05/22/politics/biden-charlamagne-tha-god-you-aint-black/index.html

[48] « Racism Isn’t Dead — But It Is on Life Support » (Thomas Sowell, National Review, 18-11-2015)

[49]Lt-CO A. Schaeffer, Opération Dark Hearth, éd. du Rocher, 2011.

[50] « Le maire de Chicago Rahm Emanuel et Barack Obama : Bonnet blanc et blanc bênet! » (S. Pieczenik, CVR, 4-1-2016)

http://chroniquesdelavieillerepublique.blogspot.com/2016/01/normal-0-21-false-false-false-fr-x-none.html

« L’Agit’prop dans le cloaque politique de Chicago, l’instrumentalisation des minorités contre Trump, et le rôle des Bush en sous-main…» (S. Pieczenik, CVR, 12-3-2016)

http://chroniquesdelavieillerepublique.blogspot.com/2016/03/lagitprop-dans-le-cloaque-politique-de.html

« Cas d’école du multiculturalisme importé aux États Unis : un complot antinational là-bas aussi ! » (CVR, 19-10-2016)

http://chroniquesdelavieillerepublique.blogspot.com/2016/10/cas-decole-du-multiculturalisme-importe.html

« La guerre raciale artificielle aux États-Unis, comme conséquence de l’ère Obama. » (21-7-2017)

http://chroniquesdelavieillerepublique.blogspot.com/2017/07/la-guerre-raciale-artificielle-aux.html

[51] « Il s’est passé quelque chose de vraiment incroyable lors de la Parade du Jour de la Victoire » (RI, 12-5-2015, de Russia Insider, « Something truly amazing happened today », 9-5-2015, via le Saker) https://reseauinternational.net/il-sest-passe-quelque-chose-de-vraiment-incroyable-lors-de-la-parade-du-jour-de-la-victoire/

[52] « Le soufisme : un pont entre les religions », par le Professeur Nader Angha, maître de la voix Oveyssi Shahmaghsoudi (MTO Shamaghsoudi Publications France, p.81).

[53] Le Dernier Loup, film franco-chinois de Jean-Jacques Annaud (2015).

[54] Dragon Blade, film sino-hongkongais de Daniel Lee (2015).

[55] « Les Hui, musulmans chinois modèles et patriotes » (Le Monde, 19-1-2018) https://www.lemonde.fr/international/article/2018/01/19/les-hui-musulmans-chinois-modeles-et-patriotes_5244088_3210.html

[56] Le Charme discret du Djihad, W. Engdahl, éd. Demi-Lune2018. L’État Profond, Peter Dale Scott, éd. Demi-Lune, 2016.

[57] « Le Talon d’Achille de la Chine est sa chance en or » (F.W. Engdahl, 14-10-2015) http://www.williamengdahl.com/frenchNeo14Oct2015Full.php

[58] Xavier de Hauteclocque, Le Turban vert, Éditions de la « Nouvelle Revue Critique », 1931 ; réédition Energeïa 2013.

[59] Eric Laurent, La Face cachée du 11 septembre, Plon, 2004.

[60] « Black to Life: Rethinking the Black Presence within British History – BBC Stories » (BBC Stories, 25-6-2019)

[61]Once Upon a time, saison 5, Lancelot The Most Gallant Knight, ABC (États-Unis), 2015.

[62] Troy, Fall of a City, BBC, 2018.

[63] Ballet Royal de la Nuit, Présenté à l’Opéra Royal de Versailles les 24-26 novembre 2017.

[64] « Le BREXIT, et la sécurisation d‘une Nouvelle Union Anglophone », F.W. Engdahl, RI, 14-4-2017. 

[65] Voir par exemple le film britannique de 2018 Red Joan (Trevor Nunn), illustrant la subversion pro-soviétique en Grande-Bretagne durant les années 1930, et présentant comme positive pour l’Histoire la trahison d’une espionne britannique pro-soviétique qui contribua à donner la bombe atomique à l’URSS.

[66] « OPUS 167 : le Réseau pédophile Epstein. » (CVR, 13 juillet 2019) http://chroniquesdelavieillerepublique.blogspot.com/2019/07/opus-167-le-reseau-pedophile-epstein.html

[67] « Jeffrey Epstein : une affaire française » (France Culture, 04/10/2019) https://www.franceculture.fr/droit-justice/jeffrey-epstein-une-affaire-francaise

 « Jeffrey Epstein a « reçu » 3 fillettes françaises de 12 ans en cadeau d’anniversaire – afin d’abuser d’elles » (Epoch Times, 21-8-2019) https://fr.theepochtimes.com/jeffrey-epstein-a-recu-3-fillettes-francaises-de-12-ans-en-cadeau-danniversaire-pour-abuser-delles-988618.html

[68] « Affaire Epstein: Ghislaine Maxwell, suspecte numéro 1 et introuvable » (Le Temps, 14-8-19)

https://www.letemps.ch/monde/affaire-epstein-ghislaine-maxwell-suspecte-numero-1-introuvable

Voir le dossier complet en 7 parties « Jeffrey Epstein et les Autres (1) — Dossier : Le Livre noir de Jeffrey Epstein » (« Faits et Documents » : n°471-477, décembre 2019-mai 2020).

[69] « Violences sexuelles faites aux enfants : une urgence humanitaire » (Libération, 2-3-2015)  https://www.liberation.fr/debats/2015/03/02/violences-sexuelles-faites-aux-enfants-une-urgence-humanitaire_1212489

[70] « Meurtre d’Angélique: « La France est l’eldorado des pédophiles » » (RMC, 30/04/2018) https://rmc.bfmtv.com/emission/meurtre-d-angelique-la-france-est-l-eldorado-des-pedophiles-1433462.html

[71] « Djamila Allaf : « 422 enfants sont violés chaque jour en France » » (Sud Radio, 3-12-2018) https://www.sudradio.fr/societe/djamila-allaf-422-enfants-sont-violes-chaque-jour-en-france/

[72] « Retour à Outreau. Contre-enquête sur une manipulation pédocriminelle » du journaliste Jacques THOMET (Ed. Kontre Kulture, 2013)

[73] « Christine Djamila Allaf : « L’affaire Outreau a fait du mal à la cause des enfants » » (Sud Radio, 13-6-2019) https://www.sudradio.fr/societe/christine-djamila-allaf-laffaire-outreau-a-fait-du-mal-a-la-cause-des-enfants/

[74] « Trump crée un nouveau poste à la Maison Blanche dédié à la lutte contre le trafic d’êtres humains. » (Epoch Times, 3-2-2020) https://fr.theepochtimes.com/trump-cree-un-nouveau-poste-a-la-maison-blanche-dedie-a-la-lutte-contre-le-trafic-detres-humains-1228917.html

[75] « Ardennes : un cadre de la DGSI mis en examen et écroué pour viol sur mineure » (Le Parisien, 26 juin 2019) http://www.leparisien.fr/faits-divers/ardennes-un-commandant-de-la-dgsi-mis-en-examen-pour-viol-sur-mineure-26-06-2019-8103060.php

[76] « Al-Lât, divinité protectrice de l’État Français » (Médiapart, 7-12-2015) https://blogs.mediapart.fr/vincent-planel/blog/071215/al-lat-divinite-protectrice-de-letat-francais

[77] « Collaboration avec les services syriens : des députés interrogent Valls » (Le Figaro, 20-11-2015) https://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/coulisses/2015/11/20/25006-20151120ARTFIG00319-collaboration-avec-les-services-syriens-des-deputes-interrogent-valls.php « [Scandale] L’ex-chef de la DST : M. Valls a refusé la liste des djihadistes français pour des raisons idéologiques » (Les Crises, 19 novembre 2015) https://www.les-crises.fr/scandale-lex-chef-de-la-dst-m-valls-a-refuse-la-liste-des-djihadistes-francais-pour-des-raisons-ideologiques/ « Insurrections, Espions, COVID-19, Crise mondiales. Bernard Squarcini » (Thinkerview, 15-5-2020). https://www.youtube.com/watch?v=AY2tCBZZy5I Voir aussi « Saïf al-Islam Kadhafi : un rêve d’avenir pour la Libye », éd. Erick Bonnier, 2019, p. 279.

[78] Xavier de Hauteclocque, éminent agent du Renseignement français et cousin du maréchal Philippe de Hauteclocque, dit Leclerc. Dans son Turban Vert (précité, 1930) et par ses autres travaux, il posa des questions dérangeantes sur les origines des crises internationales, du terrorisme armé et des guerres, et fut assassiné pour cela par les nazis. https://www.comixtrip.fr/bibliotheque/la-tragedie-brune-hauteclocque/

[79] « La victoire de Donald Trump par Alexander Douguine » (Katehon, via Le Saker Francophone, 10-11-2016), https://lesakerfrancophone.fr/la-victoire-de-donald-trump-par-alexander-douguine

[80] « Les 100 prochains jours seront critiques pour l’Amérique ! » (S. Pieczenik, CVR, 30-7-2016) http://chroniquesdelavieillerepublique.blogspot.com/2016/07/les-100-prochains-jours-seront.html

« PAS de Merci pour James Comey et Loretta Lynch! » (S. Pieczenik, CVR, 6-7-2016) http://chroniquesdelavieillerepublique.blogspot.com/2016/07/pas-de-merci-pour-james-comey-et.html

[81] « Le Meilleur des Mondes », Aldous Huxley.

[82] Das Leben der Anderen, film de Florian Henckel von Donnersmarck, 2006.

 

 

 

 

 

 

 

La Gigantesque arnaque du COVID -19:Voici la fuite du plan de verrouillage mondial et de la confiscation de nos biens et de nos libertés

 

Cette fuite vient des cercles internes du gouvernement canadien, si elle est vraie, elle confirme nos pires craintes exprimées dans nos articles depuis le début de cette colossale arnaque. Ce plan prévoit d’utiliser le canular COVID  comme prétexte pour détruire l’économie et enfermer tous ceux qui oseraient refuser le vaccin. Ils veulent confisquer tous nos biens en échange d’un revenu garanti. Et oui, ils ont aussi prévu un virus encore plus puissant et mortel.

Et que sur une courte période de temps, alors que de plus en plus de Canadiens passeraient au programme d’annulation de la dette, ceux qui refusaient de participer seraient considérés comme un risque pour la sécurité publique et seraient transférés dans des installations d’isolement, des goulags. Une fois dans ces goulags, ils auraient deux options, (1) soit participer au programme d’annulation de la dette et être libérés, (2) soit rester indéfiniment dans cet établissement d’isolement (goulag) sous prétexte d’un risque grave pour la santé publique, le gouvernement fera saisir tous leurs actifs. « 

 

 

 

 

 

« Que ce ne sera pas seulement le Canada, mais en fait, toutes les nations auront des feuilles de route et des programmes similaires. »

(Ceci est apparu à l’origine sur Facebook)
Par LPC_leaker@protonmail.com
(https://www.henrymakow.com/)
—————————————–
Je veux vous fournir des informations très importantes. Je suis membre du comité du Parti libéral du Canada. Je siège au sein de plusieurs groupes de comités mais les informations que je fournis proviennent du Comité de planification stratégique (qui est dirigé par le PMO (Project Management Office)). 

Je dois commencer par dire que je ne suis pas content de faire ça, mais je le dois. En tant que Canadien et surtout en tant que parent qui souhaite un avenir meilleur non seulement pour mes enfants, mais aussi pour les autres enfants. 

L’autre raison pour laquelle je fais cela, c’est qu’environ 30 p. 100 des membres du comité ne sont pas satisfaits de la direction que cela va prendre au Canada, mais nos opinions ont été ignorées et ils prévoient d’aller de l’avant vers leurs objectifs.

 Ils ont également indiqué très clairement que rien n’arrêtera les résultats prévus. La feuille de route et l’objectif ont été définis par le PMO et sont les suivants:  

– Mettre en place progressivement les restrictions de verrouillage secondaire sur une base continue, en commençant par les grandes régions métropolitaines en premier et en s’étendant vers l’extérieur. Prévu d’ici novembre 2020. 

– Accélérer l’acquisition (ou la construction) d’installations d’isolement dans chaque province et territoire. Prévu d’ici décembre 2020. 

– Les nouveaux cas quotidiens de COVID-19 augmenteront au-delà de la capacité de test, y compris une augmentation des décès liés au COVID en suivant les mêmes courbes de croissance. Attendu d’ici fin novembre 2020. 

– Verrouillage secondaire complet et total (beaucoup plus strict que les restrictions de première et deuxième phase glissante). Prévu fin décembre 2020 – début janvier 2021 

– Réforme et extension du programme de chômage en vue de sa transition vers le programme de revenu de base universel. Prévu d’ici le premier trimestre 2021. 

– Mutation projetée du COVID-19 et / ou co-infection avec un virus secondaire (appelé COVID-21) conduisant à une troisième vague avec un taux de mortalité beaucoup plus élevé et un taux d’infection plus élevé. Prévu d’ici février 2021. 

– Les nouveaux cas quotidiens d’hospitalisations au COVID-21 et de décès liés au COVID-19 et au COVID-21 dépasseront la capacité des établissements de soins médicaux. Prévu T1 – T2 2021.

 – Des restrictions de verrouillage améliorées (appelées troisième verrouillage) seront mises en œuvre. Des restrictions de voyage complètes seront imposées (y compris entre les provinces et les villes). Prévu T2 2021. 

– Transition des individus dans le programme de revenu de base universel. Prévu mi T2 2021. 

– Ruptures projetées de la chaîne d’approvisionnement, pénuries de stocks, grande instabilité économique. Prévu fin T2 2021. – 

– Déploiement de personnel militaire dans les principales zones métropolitaines ainsi que sur toutes les routes principales pour établir des points de contrôle des déplacements. Limiter les déplacements et les déplacements. — Fournir un soutien logistique à la région. Attendu pour le troisième trimestre 2021.    

Parallèlement à cette feuille de route fournie, le Comité de planification stratégique a été invité à concevoir un moyen efficace de faire la transition des Canadiens pour faire face à une entreprise économique sans précédent. Une solution qui changerait le visage du Canada et changerait à jamais la vie des Canadiens.

CONFISCATION ÉCONOMIQUE DE RÉDUCTION-DETTE-PROPRIÉTÉ 

On nous a dit que pour compenser ce qui était essentiellement un effondrement économique à l’échelle internationale, le gouvernement fédéral allait offrir aux Canadiens un allégement total de la dette. 

Voici comment cela fonctionne: le gouvernement fédéral proposera d’éliminer toutes les dettes personnelles (hypothèques, prêts, cartes de crédit, etc.) dont tout le financement sera fourni au Canada par le FMI dans le cadre de ce qui deviendra le programme mondial de réinitialisation de la dette. 

En échange de l’acceptation de cette remise totale de la dette, l’individu perdrait à jamais la propriété de tous les biens et actifs. 

L’individu devrait également accepter de participer au calendrier de vaccination COVID-19 et COVID-21, ce qui lui permettrait de voyager sans restriction et de vivre sans restriction, même sous un verrouillage complet (grâce à l’utilisation d’une pièce d’identité avec photo appelée passe-santé du Canada). . 

 Les membres du comité ont demandé qui deviendrait le propriétaire des biens et des actifs confisqués dans ce scénario et ce qui arriverait aux prêteurs ou aux institutions financières, on nous a simplement dit: « le programme de réinitialisation de la dette mondiale traitera tous les détails ». 

Plusieurs membres du comité se sont également demandé ce qui arriverait aux individus s’ils refusaient de participer au programme World Debt Reset, ou au HealthPass, ou au calendrier de vaccination, et la réponse que nous avons obtenue était très troublante.

 

«RISQUE DE SÉCURITÉ PUBLIQUE»

Essentiellement, on nous a dit qu’il était de notre devoir de nous assurer que nous élaborions un plan pour que cela ne se produise jamais. On nous a dit qu’il était dans l’intérêt des individus de participer.

Lorsque plusieurs membres du comité ont poussé sans relâche pour obtenir une réponse, on nous a dit que ceux qui refusaient vivraient d’abord indéfiniment sous les restrictions de verrouillage.

Et que sur une courte période de temps, alors que de plus en plus de Canadiens passeraient au programme d’annulation de la dette, ceux qui refusaient de participer seraient considérés comme un risque pour la sécurité publique et seraient transférés dans des établissements d’isolement. Une fois dans ces établissements, ils auraient deux options, participeraient au programme d’annulation de la dette et seraient libérés, ou resteraient indéfiniment dans l’établissement d’isolement sous la classification d’un risque grave pour la santé publique et auraient tous leurs biens saisis.

Donc, comme vous pouvez l’imaginer après avoir entendu tout cela, cela s’est transformé en une discussion passionnée et s’est intensifiée au-delà de tout ce que j’ai jamais vu auparavant.

En fin de compte, le PMO a laissé entendre que l’ensemble de l’ordre du jour ira de l’avant, peu importe qui est d’accord ou non.

Que ce ne sera pas seulement le Canada mais en fait, toutes les nations auront des feuilles de route et des programmes similaires. Que nous devons profiter des situations qui nous attendent pour promouvoir un changement à plus grande échelle pour le mieux-être de tous. Les membres qui s’y opposaient et ceux qui soulevaient des questions clés qui découleraient d’une telle chose ont été complètement ignorés. Nos opinions et préoccupations ont été ignorées. On nous a simplement dit de le faire.

Tout ce que je sais, c’est que je n’aime pas cela et je pense que cela va placer les Canadiens dans un avenir sombre.

———————

LIEN CONNEXE – Hal Turner affirme que cette information provient d’un député 

——————–

Premier  commentaire de Sara

Deux ou trois choses ici n’ont aucun sens. 

Premièrement, il n’existe pas actuellement de «comité de planification stratégique» au Parlement du Canada. En outre, il n’existe actuellement aucune commission parlementaire « dirigée par le PMO » 

Deuxièmement, l’écrivain prétend être «… membre du comité au sein du Parti libéral du Canada». Pourtant, un parti politique est très différent du gouvernement actuel (membres du cabinet et hauts fonctionnaires nommés) lui-même, en particulier le PMO. Le cabinet du premier ministre, le reste du Cabinet du Canada et le caucus parlementaire du PLC ne sont légalement liés à aucune décision prise par le PLC lui-même. Cela s’applique à tous les gouvernements et partis politiques dans une démocratie parlementaire. 

Troisièmement, l’auteur affirme que « en échange de l’acceptation de cette remise totale de la dette, l’individu perdrait à jamais la propriété de tous les biens et actifs ». – mais ils déclarent plus tard que « Et que sur une courte période de temps, alors que davantage de Canadiens passeraient au programme d’annulation de la dette, ceux qui refusaient de participer seraient considérés comme un risque pour la sécurité publique et seraient réinstallés dans des installations d’isolement. ils auraient deux options, participeraient au programme de remise de dette et seraient libérés, ou resteraient indéfiniment dans l’établissement d’isolement sous la classification d’un risque grave pour la santé publique et auraient tous leurs biens saisis.  » 

N’est-ce pas exactement le même résultat, mais simplement par deux voies différentes? Pourquoi une personne endettée refuserait-elle de céder TOUS ses biens si le défaut de le faire entraînerait la saisie de tous ses biens? 

Quatrièmement, qu’arrive-t-il à ceux qui n’ont AUCUNE dette mais qui ont des actifs? 

Cinquièmement, comment tout cela à distance serait-il légal ou constitutionnel, en particulier les vaccinations obligatoires, la détention illimitée et les saisies d’avoirs?

 Je me demande en particulier comment il serait à distance légal, constitutionnel ou pratique de refuser à une personne le droit de propriété de tous les biens et actifs «pour toujours»? 

J’imagine que les tribunaux, les barreaux et les groupes de défense des libertés civiles du Canada auraient quelque chose à dire au sujet de telles actions. 

————–

Merci à Sara pour son point de vue, mais les événements semblent suivre la trajectoire décrite ci-dessus, et nous savons que le gouvernement est en train de modifier les installations de quarantaine. Aussi, quel serait le but de cela s’il s’agissait d’un canular? Je suis d’accord qu’il y a une contradiction interne sérieuse concernant l’annulation de la dette et la confiscation de votre propriété, mais les Illuminati ont prouvé qu’ils étaient arrogants au point de stupidité. -HM

—————————————————————————————–

RAPPEL : Du confinement au « Grand Reset »

Le 1er août 2020 –

Le confinement, lié à la pandémie de coronavirus, a
accéléré
 la mise en œuvre de plans de longue date visant à établir un « nouvel ordre mondial ». Sous les auspices du Forum économique mondial (WEF), les décideurs politiques mondiaux plaident en faveur d’un « Grand Reset » dans le but de créer une technocratie mondiale. Ce n’est pas par hasard que le 18 octobre 2019, à New York, le WEF a participé à l’« Event 201 » lors de l’exercice de pandémie « de haut niveau » organisé par le Centre John Hopkins pour la sécurité sanitaire.

 

Cette technocratie à venir implique une coopération étroite entre les responsables de l’industrie numérique et des gouvernements. Avec des programmes tels que le revenu minimum garanti et les soins de santé pour tous, le nouveau type de gouvernance combine un contrôle sociétal strict avec la promesse d’une justice sociale complète.

La vérité, cependant, est que ce nouvel ordre mondial de tyrannie numérique s’accompagne d’un système de crédit social complet. La République populaire de Chine est le pionnier de cette méthode de surveillance et de contrôle des individus, des entreprises et des entités sociopolitiques.

Pour l’individu, son identité est réduite à une application ou une puce qui enregistre presque toute son activité personnelle. Afin d’obtenir quelques droits individuels, et ne serait-ce que pour se rendre dans un certain lieu, une personne doit trouver un équilibre entre ces privilèges apparents et sa soumission à un ensemble de règlements qui définissent en détail ce qui constitue un « bon comportement » et est considéré comme bénéfique pour l’humanité et l’environnement. Par exemple, lors d’une pandémie, ce type de contrôle s’étendrait de l’obligation de porter un masque et de pratiquer la distanciation sociale à celle d’avoir des vaccinations spécifiques afin de postuler à un emploi ou de voyager.

Il s’agit, en somme, d’une sorte d’ingénierie sociale qui est à l’opposé d’un ordre spontané ou d’un développement. Comme l’ingénieur mécanicien avec une machine, l’ingénieur social – ou technocrate – traite la société comme un objet. À la différence des éliminations brutales du totalitarisme d’autrefois, l’ingénieur social moderne va essayer de faire fonctionner la machine sociale par elle-même, selon la conception qu’il en a. À cette fin, l’ingénieur social doit appliquer les lois de la société comme l’ingénieur mécanicien suit les lois de la nature. La théorie comportementale a atteint un stade de connaissance qui rend possible les rêves de l’ingénierie sociale. Les machinations de l’ingénierie sociale n’opèrent pas par la force brute, mais subtilement par des coups de pouce.

Selon l’ordre envisagé par le « Grand Reset », le progrès technologique n’est pas destiné à servir l’amélioration des conditions du peuple mais à soumettre l’individu à la tyrannie d’un État technocratique. « Les experts savent mieux », telle est la justification.

Ordre du jour

Le projet de refonte du monde est le fruit de l’imagination d’un groupe d’élite d’hommes d’affaires, de politiciens et de leur entourage intellectuel qui se réunissait chaque année en janvier à Davos, en Suisse. Créé en 1971, le Forum économique mondial est devenu depuis lors un événement méga-mondial. En 2020, plus de trois mille dirigeants du monde entier ont participé à la réunion.

Sous la direction du WEF, l’agenda du Grand Reset indique que l’achèvement de la transformation industrielle actuelle nécessite une révision en profondeur de l’économie, de la politique et de la société. Une telle transformation globale nécessite l’altération du comportement humain, et donc la « transhumanisation » fait partie du programme.

Le Grand Reset sera le thème de la cinquante et unième réunion du Forum économique mondial de Davos en 2021. Son ordre du jour est l’engagement à faire évoluer l’économie mondiale vers « un avenir plus juste, plus durable et plus résistant ». Le programme appelle à un « nouveau contrat social » centré sur l’égalité raciale, la justice sociale et la protection de la nature. Le changement climatique nous oblige à « décarboner l’économie » et à mettre la pensée et le comportement humains « en harmonie avec la nature ». L’objectif est de construire « des économies plus égales, plus inclusives et plus durables ». Ce nouvel ordre mondial doit être mis en œuvre « d’urgence », affirment les promoteurs du WEF, et ils soulignent que la pandémie « a mis à nu la non-durabilité de notre système », qui manque de « cohésion sociale ».

Le projet de Grand Reset du WEF est de l’ingénierie sociale au plus haut niveau. Les partisans du Reset affirment que l’ONU n’a pas réussi à établir l’ordre dans le monde et n’a pas pu faire avancer avec force son programme de développement durable – connu sous le nom d’Agenda 2030 – en raison de sa manière bureaucratique, lente et contradictoire de travailler. En revanche, les actions du comité d’organisation du Forum économique mondial sont rapides et intelligentes. Lorsqu’un consensus a été formé, il peut être mis en œuvre par l’élite mondiale partout dans le monde.

Ingénierie sociale

L’idéologie du Forum économique mondial n’est ni de gauche ni de droite, ni progressiste ni conservatrice, elle n’est pas non plus fasciste ou communiste, mais carrément technocratique. En tant que telle, elle reprend de nombreux éléments des idéologies collectivistes antérieures.

Au cours des dernières décennies, un consensus s’est dégagé lors des réunions annuelles de Davos sur le fait que le monde a besoin d’une révolution et que les réformes ont pris trop de temps. Les membres du WEF envisagent un profond bouleversement à brève échéance. Le délai devrait être si court que la plupart des gens auront du mal à se rendre compte qu’une révolution est en cours. Le changement doit être si rapide et si spectaculaire que ceux qui reconnaissent qu’une révolution est en cours n’auront pas le temps de se mobiliser contre elle.

L’idée de base de la Grand Reset est le même principe qui a guidé les transformations radicales de la Révolution française à la Révolution russe et chinoise. C’est l’idée du rationalisme constructiviste incorporé dans l’État. Mais des projets comme le Grand Reset laissent sans réponse la question de savoir qui dirige l’État. L’État lui-même ne gouverne pas. C’est un instrument de pouvoir. Ce n’est pas l’État abstrait qui décide, mais les dirigeants de partis politiques spécifiques et de certains groupes sociaux.

Les régimes totalitaires précédents avaient besoin d’exécutions massives et de camps de concentration pour maintenir leur pouvoir. Aujourd’hui, grâce aux nouvelles technologies, on pense que les dissidents peuvent être facilement identifiés et marginalisés. Les non-conformistes seront réduits au silence en disqualifiant les opinions divergentes comme étant moralement méprisables.

Le confinement de 2020 offre peut-être un aperçu du fonctionnement de ce système. Le confinement a fonctionné comme s’il avait été orchestré – et c’est peut-être le cas. Comme s’ils avaient suivi un seul commandement, les dirigeants de grandes et de petites nations – et de différents stades de développement économique – ont mis en œuvre des mesures presque identiques. Non seulement de nombreux gouvernements ont agi à l’unisson, mais ils ont également appliqué ces mesures sans se soucier des conséquences horribles d’un confinement mondial.

Des mois d’immobilité économique ont détruit la base économique de millions de familles. Associé à l’éloignement social, le confinement a produit une masse de personnes incapables de prendre soin d’elles-mêmes. D’abord, les gouvernements ont détruit les moyens de subsistance, puis les politiciens se sont présentés comme les sauveurs. La demande d’aide sociale n’est plus limitée à des groupes spécifiques, mais est devenue un besoin des masses.

 

Autrefois, la guerre assurait la cohésion de l’État. Aujourd’hui, c’est la peur de la maladie. Ce qui nous attend, ce n’est pas l’apparente convivialité d’un État providence global et bienveillant, avec un revenu minimum garanti, des soins de santé et une éducation pour tous. Le confinement et ses conséquences ont donné un avant-goût de ce qui nous attend : un état de peur permanent, un contrôle comportemental strict, des pertes d’emploi massives et une dépendance croissante vis-à-vis de l’État.

Avec les mesures prises à la suite de la pandémie de coronavirus, un grand pas a été fait pour remettre l’économie mondiale sur les rails. Sans résistance populaire, la fin de la pandémie ne signifiera pas la fin du confinement et de la distanciation sociale. Toutefois, à l’heure actuelle, les opposants au nouvel ordre mondial de la tyrannie numérique ont toujours accès aux médias et aux plateformes pour exprimer leur désaccord. Pourtant, le temps presse. Les auteurs du nouvel ordre mondial ont senti l’odeur du sang. Déclarer le coronavirus comme une pandémie s’est avéré utile pour promouvoir le programme du Grand Reset. Seule une opposition massive peut ralentir et enfin arrêter l’extension de l’emprise de la technocratie tyrannique qui monte.

Antony P. Mueller

Le Dr Antony P. Mueller est un professeur d’économie allemand qui enseigne actuellement au Brésil. Consultez son site web et son blog.

 

 

La Gigantesque Arnaque du COVID-19:L’OMS confirme (accidentellement) que le Covid-19 n’est pas plus dangereux que la grippe

L’Organisation mondiale de la santé a enfin confirmé ce que nous (et de nombreux experts et études) disons depuis des mois – le coronavirus n’est ni plus mortel ni plus dangereux que la grippe saisonnière.

Les hauts gradés de l’OMS ont fait cette annonce lors d’une session spéciale des 34 membres du conseil exécutif de l’OMS le lundi 5 octobre, c’est juste que personne ne semblait vraiment le comprendre.

En fait, ils ne semblaient pas le comprendre complètement eux-mêmes.

Lors de la session, le Dr Michael Ryan, le chef des urgences de l’OMS, a révélé qu’il pensait qu’environ 10% de la population mondiale avait été infectée par le Sars-Cov-2. Il s’agit de leur «meilleure estimation», et une énorme augmentation par rapport au nombre de cas officiellement reconnus (environ 35 millions).

Le Dr Margaret Harris, porte-parole de l’OMS, a confirmé plus tard le chiffre, déclarant qu’il était basé sur les résultats moyens de toutes les grandes études de séroprévalence réalisées dans le monde.

Autant l’OMS tentait de considérer cela comme une mauvaise chose – le Dr Ryan a même déclaré que cela signifie que «la grande majorité du monde reste en danger». – c’est en fait une bonne nouvelle. Et confirme, une fois de plus, que le virus n’a rien d’aussi mortel que tout le monde l’avait prédit.

La population mondiale est d’environ 7,8 milliards de personnes , si 10% ont été infectés, c’est 780 millions de cas. Le bilan mondial actuellement attribué aux infections à Sars-Cov-2 est de 1 061 539 .

C’est un taux de mortalité par infection d’environ 0,14%. En accord avec la grippe saisonnière et les prévisions de nombreux experts du monde entier.

0,14% est 24 fois plus faible que le «chiffre provisoire» de l’OMS de 3,4% en mars . Ce chiffre a été utilisé dans les modèles qui ont été utilisés pour justifier les verrouillages et autres politiques draconiennes.

En fait, compte tenu de la surdéclaration de décès présumés de Covid , l’IFR est probablement même inférieur à 0,14% et pourrait montrer que Covid est beaucoup moins dangereux que la grippe.

Aucun de la presse grand public n’a repris cela. Bien que de nombreux médias aient rapporté les propos du Dr Ryan, ils ont tous tenté d’en faire un titre effrayant et de semer la panique.

Apparemment, ni eux, ni l’OMS n’étaient capables de faire les calculs simples qui nous montrent que c’est une bonne nouvelle. Et que les sceptiques de Covid ont toujours eu raison.

___

SOURCE:
https://thewallwillfall.org/2020/10/09/who-accidentally-confirms-covid-is-no-more-dangerous-than-flu/comment-page-1/?unapproved=12146&moderation-hash=a8047294e8d50c86e376d9b00d70d015#comment -12146

Nouvel Ordre Mondial:Du Caucase au golfe Persique en passant par la promotion du port de Haïfa…

L’Amérique défaillante et en pleine crise vit ses moments les plus critiques en tant que grande puissance lancée dans une guerre ouverte contre l’axe de la Résistance, le front du Refus et même ses amis internationaux sur plusieurs terrains. Elle manœuvre ouvertement et sans détours en usant des reliquats de Daech afin de nous distraire de notre mission primordiale : briser sa base militaire en Palestine occupée.
Récemment, nous avons reçu un rapport intitulé : « LES PROCHAINS PLANS AMÉRICAINS VISANT LA DÉFLAGRATION DE PAYS ARABES ET D’ASIE CENTRALE ».

 

En voici le contenu :

« Une source européenne -spécialisée dans le suivi des déplacements d’éléments terroristes au Moyen-Orient, dans les pays d’Asie centrale et en Chine- a fait savoir que dans le cadre des opérations stratégiques visant à achever l’encerclement de la Chine et de la Russie puis de se diriger vers la mer de Chine et de s’y déployer, les services américains concernés ont mis en place un commandement militaire unifié pour l’ensemble desdits « moudjahidines » à la manière de ce qui avait été fait dans les années quatre-vingt du siècle dernier. Les premières étapes de mise en œuvre de cette planification furent les suivantes :  

  1. Confier à la Turquie la charge d’établir des camps d’entraînement pour les éléments de Daech destinés à être transférés vers des pays africains, dont l’Égypte, en superviser la formation et la préparation aux combats, suivre les opérations futures sur le terrain dans plusieurs pays arabes et musulmans.
  1. Charger le Qatar du financement de toutes les opérations de préparation, d’entraînement et d’armement de ces éléments.

Missions accomplies par la Turquie et le Qatar avec la création de deux grands camps d’entraînement en territoire libyen hébergeant 2680 individus ainsi préparés.  

  1. Charger l’Arabie Saoudite et les Émirats Arabes Unis du financement et de l’administration de camps d’entraînement situés dans les zones contrôlées par le parti yéménite « Hizb al-Islah », afin d’armer et de conditionner des éléments qui seront déployés dans certains États d’Asie centrale et en Chine occidentale. Ces camps regroupent 3842 éléments de diverses nationalités et sont destinés à être envoyés dans plusieurs directions :
    • 1000 éléments seront transférés, sous supervisions américaine et saoudienne, en coopération avec les renseignements pakistanais, vers le Baloutchistan. Ils seront affectés au renforcement des groupes terroristes extrémistes présents dans la région frontalière entre le Pakistan et l’Iran et devront se préparer à mener des opérations militaires à l’intérieur de l’Iran.
    • 1460 éléments, qui sont des Ouïghours chinois, seront transférés vers la province afghane du Badakhshan, limitrophe de la frontière occidentale de la Chine. Puis 460 d’entre eux seront dirigés vers le sud-est du Tadjikistan [une région appelée Gorno Badakshan au Tadjikistan]. Ils seront déployés dans les montagnes de la province de Morghob, laquelle fait partie de la chaîne des hautes montagnes du Pamir et dont la capitale, Murghab, est à environ 80 Kms de la frontière ouest de la Chine.

À noter que la tactique américaine relative à la Chine, en cours d’application via le recyclage des reliquats de Daech, ne signifie nullement l’abandon de la stratégie du retrait du Moyen-Orient pour se diriger vers l’Est, mais s’inscrit plutôt dans la stratégie visant à affaiblir la Chine par la création de foyers de chaos et de conflits entre les différentes ethnies locales, avant d’entamer des négociations sérieuses avec elle ».

En transmettant ce rapport tel quel, notre objectif est d’éclairer deux évènements majeurs :

  • L’escalade actuelle d’un terrorisme systématique et organisé au nord du Liban.
  • La réouverture d’une vieille blessure, celle du conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan sur la région du Haut-Karabakh.

 

Concernant le Liban, nous nous devons d’avertir que le but de la manœuvre n’est pas seulement d’épuiser l’armée libanaise maltraitée et de détourner les forces vives ainsi que la Résistance de leur lutte contre les attaques américano-sionistes, mais plutôt de tenter l’ouverture d’un nouveau front sous les auspices de la Turquie de Erdogan et d’agents locaux bien connus, afin d’achever ce que les Américains ont commencé, via l’explosion du port de Beyrouth, en élargissant les zones d’action de groupes terroristes ré-entraînés et chargés de nouvelles missions.

Le but est le contrôle du port de Tripoli comme base d’appui et de départ vers toute la région ; notamment, vers la région de Homs et la côte syrienne. En sachant qu’en cas d’échec, ils pourraient faire exploser le port de Tripoli, comme cela s’est passé pour le port de Beyrouth.

Des sources  spécialisées dans l’observation de tels processus affirment que cette attaque américaine est le pendant de l’action menée par la France depuis Beyrouth, via ladite « Initiative française » et la Résidence des Pins, au profit des États-Unis et d’Israël. En effet, en dépit de leurs propres ambitions et de leurs divergences, la France et les États-Unis partagent l’objectif stratégique mené par les Américains au profit d’Israël ; à savoir, promouvoir les ports de Haïfa et d’Ashdod pour qu’ils remplacent tous les ports des Pays du Levant sur la mer Méditerranée.

D’ailleurs, des préparatifs méticuleux sont en cours afin de relier la péninsule arabique, soit au port de Ashdod via le port saoudien de Yanbu, soit au port de Haïfa via la Jordanie ; le but ultime étant de réussir à contourner le canal de Suez et les détroits de Bab al-Mandeb et d’Ormuz.

 

Quant au conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan autour de la région du Haut-Karabakh, le but ultime de l’Amérique via Erdogan, évidemment, est de renforcer la mobilisation stratégique contre l’Iran, la Russie et la Chine. Ce qui n’exclut pas l’existence d’ambitions propres à la Turquie ; en l’occurrence, sa volonté de relier sa géographie à celle de l’Azerbaïdjan qui penche du côté occidental. Ambition que la Turquie prétend concrétiser en deux étapes : retour à 1994, c’est-à-dire regagner le territoire arménien que Bakou a perdu cette année là, puis l’annexer à l’Azerbaïdjan.

Or, il est désormais établi que la cellule des opérations qui dirige les conseillers turcs en Azerbaïdjan ainsi que les forces azerbaïdjanaises qui combattent aux frontières de la région du Haut-Karabakh -avec le concours d’environ 4000 mercenaires issus de Daech et de différentes ethnies d’Asie centrale du Caucase et d’Idleb- est formée par un groupe de généraux israéliens et d’officiers américains.

L’objectif tactique de ces opérations est de tenter d’attirer les Russes et les Iraniens dans ce conflit régional et, par conséquent, de mesurer la solidité du front eurasien sur lequel Moscou travaille depuis un certain temps pour faire face à l’expansionnisme de l’OTAN ; les manœuvres militaires « Caucase 2020 » d’il y a quelques jours correspondant à une opération de coordination stratégique des plus importantes par la participation de la Chine, de l’Iran, du Pakistan et d’autres pays.

Il faut noter que parallèlement à la mobilisation contre la Russie, la Chine et l’Iran, se déroule une mobilisation quasi identique dans le cadre du processus dit de « normalisation » initié par le débarquement israélien à Abou Dhabi. Ce qui correspond à une tentative de prise en tenailles de ces trois puissances montantes, au nord en partant de la mer Caspienne [Azerbaïdjan], au sud en partant du golfe Arabo-Persique.

Mais ce qui manque à l’imagination du cow-boy américain est que ces deux espaces au nord et au sud sont considérés comme le ventre mou de tout agresseur ou conquérant étranger, qu’il vienne de la haute mer ou se croit capable de jouer un rôle qui le dépasse, qu’il soit ottoman ou israélien. Et ce, parce qu’il lui manque la profondeur stratégique du plateau iranien résistant à l’occupation, à la subordination et à la soumission depuis des siècles. En tout cas, au moins depuis 1826, lorsque les dernières invasions des tsars russes se sont heurtées au grand réformateur iranien Abu’l-Qasim Farahani Qà’im Maqam, lequel a payé de sa vie cette résistance ayant préservé l’intégrité territoriale de l’Iran jusqu’ici.

Quant à Téhéran qui fut, en 1943, le lieu de la première rencontre des trois grands alliés sur le chemin de la victoire contre les nazis, Roosevelt, Staline et Churchill, alors que le pays était occupé par les forces soviétiques et britanniques, il est désormais indépendante, révolutionnaire, musulmane, guidée par des dirigeants d’une grande sagesse et plus capable que jamais de repousser les attaques venues du nord ou du sud.

Nous n’attendrons pas longtemps pour voir les envahisseurs quitter la région, qu’ils soient ottomans, américains ou mandataires israéliens.

 

Un article de Mohammad Sadek al-Houssaïni

Source : Al-Binaa (Liban)

https://www.al-binaa.com/archives/268828

Mohammad Sadek al-Houssaïni est écrivain, journaliste et chercheur. Il a occupé le poste de Secrétaire général du « Forum de dialogue arabo-iranien ».

 

 

 

 

Courte opinion du jour:La Vérité sur la promotion des vaccins par l’industrie pharmaceutique

LA VÉRITÉ EST TOUT AUTRE
Me Rocco Galati explique: « Bill Gates veut vacciner (obligatoirement) 7 milliards d’humains. Le problème, c’est que son vaccin a une immunité de 3 mois (et une efficacité de 50%). Pour une année complète, ça équivaut à 4 doses de vaccin par humain. Le coût estimé de cette opération est de 3 TRILLIONS de dollars. Arrivez-vous à visualiser ce montant ? Difficile n’est-ce-pas ? Pour vous donner une idée, ça représente 4,2 MILLIONS de dollars par jour, pendant 2000 ans. Rien de moins.
Mais leur avidité de profits ne s’arrête pas là. Les compagnies de vaccins veulent que les adultes se fassent vacciner de façon obligatoire chaque année et qu’ils rattrapent le calendrier vaccinal que les enfants subissent, soit 26 vaccins au Canada. On parle alors de 90 TRILLIONS de dollars, ce qui représente 127 millions de dollars par jour pendant 2000 ans, sans calculer les intérêts là-dessus. »
Au contraire de vouloir notre santé, l’industrie pharmaceutique invente des maladies pour recycler des molécules qu’elle modifie légèrement ou associe entre elles des maladies déjà connues.
C’est le cas avec le fameux syndrome métabolique qui n’est autre qu’une association de maladies bien connues = diabète de type 2, hypertension et obésités (classes 1, 2 et 3), voire, conséquemment, inflammation.
Aussi abaissent-ils les seuils diagnostics à partir desquels nous serions en danger, soit pour déclarer que nous avons le diabète ou du cholestérol… afin de pouvoir nous prescrire des médicaments.
D’ailleurs, traiter le cholestérol à la baisse est une des pires inepties qui en font le coupable idéal et c’est très rentable.
Bref, l’industrie pharmaceutique, ne soigne ni ne guérit les maladies, elle les rend chroniques et plus ou moins supportables ; elle en invente et en crée avec les nombreux effets secondaires graves (effets iatrogènes).
Pourquoi l’industrie pharmaceutique n’a pas intérêt à trouver des cures véritables pour les maladies comme le cancer et autres maladies chroniques débilitantes, c’est parce que des gens en bonne santé n’ont aucun intérêt financier pour les industriels du vaccin!

 

 

 

 

 

La courte opinion du jour:L’obligation de porter des masques bons marché

 

« Les masques qui sont sur le marché ne font rien pour protéger les gens du virus : ils ne sont pas stériles contrairement à ceux qu’on retrouve dans les hôpitaux et il ne faut pas les porter plus de 15 ou 20 minutes, sinon ils vont se transformer en incubateurs à bactéries. Et c’est encore pire pour les masques en tissus, de véritables ramassis de bactéries parce qu’ils sont poreux », estime M. Khoury.

Selon lui, le fait d’avoir une barrière collée près de la bouche et du nez permet aux bactéries inoffensives qui se trouvent dans notre organisme de proliférer à l’aide du niveau d’humidité, leur permettant de devenir dans certains cas des pathogènes menant à des infections sérieuses ou des maladies chroniques. « Ça se voit déjà à plusieurs endroits : des gens s’absentent du travail à cause des problèmes de santé dont le masque est responsable. Non seulement il ne les protège pas, mais il les a rendus malades. » Selon lui, les symptômes du port du masque sont tous les mêmes : mal de tête, nausée et difficulté à respirer.

Il ajoute que le lavage des masques réutilisables serait aussi loin d’éliminer toutes les bactéries. Ainsi, le seul contexte où il voit une utilité au masque serait dans les transports en commun, à condition que celui-ci soit jeté à la fin du trajet. »


EN CONCLUSION

 Donc,il n’y a pas besoin d’être  des scientiques, pour comprendre que le port de leurs masques pourris est la cause de la prolifération de microbes et de virus…
Dans le cadre d’un simple rhume, il est fortement conseillé de jeter le mouchoir, après chaque utilisation.
Sur les plateaux télé alors que ce sont des endroits clos et de surcroît avec la clim, personne ne porte le masque quand des virologues, infectiologues et autres affirment que la clim garde les virus et les réinjecte dans l’espace clos … On nous prend vraiment pour des imbéciles ….
Le But ultime de cette mascarade est de diminuer la population mondiale. Portez vos masques même en dormant.faites vous vite vacciner ILS vont être ravis de votre obéissance de votre soumission!
Réveillez-vous!

EN COMPLÉMENTAIRE

Le Dr Antoine Khoury et son fils André.

 

 

De l’Égypte à Saint-Hyacinthe

Né à Alexandrie en Égypte, le président-directeur général de Vacci-Vet, Antoine Khoury, a quitté sa terre natale en 1966, sa formation en médecine en poche. À Montréal, il s’est orienté vers la microbiologie pour y accomplir une longue carrière professionnelle en microbiologie humaine, agoalimentaire puis vétérinaire, qui l’a amené successivement au ministère de la Santé, puis au ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) et enfin dans une entreprise vétérinaire de Saint-Hyacinthe.

« En 1998, j’ai remis le pied en Égypte, curieux de voir ce qui se passait ailleurs dans le domaine vétérinaire », raconte M. Khoury. « Des intervenants dans le domaine vétérinaire m’ont demandé de mettre au point un vaccin particulier contre la bactérie Clostridium perfringens, qui est la cause principale de l’entérite nécrotique. Cette maladie, qui entraîne la mort rapidement, fait des ravages dans les élevages de volailles au Moyen-Orient. Il n’y a pas de traitement spécifique pour cette maladie, notre vaccin offre donc une solution préventive fort intéressante. Présente partout à travers le monde, l’entérite nécrotique s’attaque aussi aux autres animaux d’élevage. Le marché international offre donc tout un potentiel! » L’idée de produire ce vaccin était désormais lancée et au terme d’un processus de plusieurs années, Vacci-Vet a vu le jour.

Des solutions vaccinales uniques au Canada

En 2009, l’entreprise s’est établie dans la Cité de la biotechnologie. « Nous voulions aménager des locaux qui répondent aux normes gouvernementales de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA), puis appliquer nos connaissances pour mettre au point les technologies de fabrication. Saint-Hyacinthe s’est imposée comme un choix naturel et nous avons bénéficié de l’aide du CLD Les Maskoutains. Ce sont des gens très dynamiques, proactifs, de véritables accélérateurs de projets. Et la Cité constitue un environnement fort stimulant, où nous pouvons travailler avec la Faculté de médecine vétérinaire et des vétérinaires. La présence de tous ces professionnels crée une synergie très motivante, positive pour tout le monde », affirme André Khoury coordonnateur de projets chez Vacci-Vet.

Totalisant 5 000 pieds carrés, ces laboratoires sont aménagés pour répondre aux normes rigides de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA). Grâce à un système sophistiqué et rigoureux de ventilation et de sas, l’atmosphère est contrôlée et toutes les pièces sont indépendantes les unes des autres. Vacci-Vet, actuellement en phase de précommercialisation, y produira bientôt toute une gamme de vaccins, principalement celui qui prévient l’entérite nécrotique. « Ce vaccin est une solution préventive efficace, qui assure une meilleure protection immunitaire chez l’animal. Ainsi, il est possible d’éviter la maladie par la vaccination plutôt que d’attendre qu’elle se déclare causant ainsi des mortalités à la grandeur de l’élevage », explique Antoine Khoury. « Nous sommes les seuls au Canada à nous spécialiser dans la fabrication de vaccins anaérobiques et toxoïdes, destinés aux différents types animaux d’élevage. Autre avantage de Vacci-Vet, nous pouvons faire des vaccins autogènes, c’est-à-dire sur mesure fabriqués à partir d’une souche prélevée sur un animal malade d’un éleveur. Faits spécifiquement pour ces producteurs, ces vaccins autogènes offrent une efficacité très ciblée et sont produits rapidement, en trois semaines, contrairement aux vaccins commerciaux qui ont un spectre d’application beaucoup plus large, mais dont la mise au point peut prendre jusqu’à deux ans de préparation et qui peuvent à la longue se révéler moins efficaces dû principalement aux mutations des bactéries », d’ajouter M. Khoury.

Une équipe et ses projets

Antoine Khoury est à la tête d’une équipe de spécialistes dans le domaine vétérinaire, microbiologique et technique. Son fils André, grâce à sa formation technique et dans des domaines différents, apporte un autre point de vue au développement de l’entreprise.

« Mon père amène le côté scientifique, moi le côté technique, nous nous complétons. » L’équipe qui compte également un comptable, un chercheur détenteur d’un post-doctorat et responsable de la production et un consultant pour le marché international, va bientôt s’accroître, avec le début de la production. « Nous visons le marché canadien et international, et nous regardons de près l’Amérique latine, tout en établissant un réseau de distribution bien en place au Moyen-Orient. » Antoine Khoury entrevoit un bel avenir pour Vacci-Vet! Fiche signalétique Nom de l’entreprise : Vacci-Vet inc. Dirigeants : Antoine Khoury Année de fondation : 2009 Municipalité : Saint-Hyacinthe Secteur d’activité : Biotechnologie et agroalimentaire Activité : Fabrication de vaccins vétérinaires Marché : National et international

 

 

 

 

 

 

La Grande Arnaque du COVID 19: Une stratégie du choc pour imposer une société totalitaire

« La peur n’est que la foi inversée ; c’est la foi dans le mal au lieu du bien. » Florence Scovel Shinn
Après plusieurs mois de crise COVID-19, des éléments pertinents d’analyse de cette crise apparaissent plus clairement.

1. La pression énorme pour convaincre 7 milliards d’humains de la nécessité de se vacciner contre un virus [1] dont on a gonflé la mortalité [2] et qu’on dit omniprésent alors qu’il est en train de disparaître, voire a disparu.
Cela nous rappelle l’opération de 2009, avec la fausse pandémie H1N1 [3] : mêmes tactiques, mêmes complicités (médiatiques, politiques, gouvernementales), mêmes « experts », mêmes scénarios, mêmes narratives avec un accent sur la peur, la culpabilité, la précipitation et toujours la même odeur nauséabonde de cet argent omniprésent sous la forme de profits immenses à l’horizon pour l’industrie productrice de vaccins.
C’est comme si l’épisode H1N1 de 2009 avait servi de répétition.
Cette fois, l’épisode COVID-19 de 2020 est en passe de transformer l’essai en succès.

 

Les points chauds au-début de la fausse pandémie.

 

Tests de surveillance : Rassembler les données sur le COVID-19. Source : sph.umich.edu
2. La capacité énorme des populations à se soumettre à l’autorité.
Malgré des indices évidents de corruption, d’incompétence, d’ignorance concernant des personnalités éminentes de la politique, de la science, de la médecine, beaucoup de personnes continuent de leur obéir.
Malgré des recommandations confuses, contradictoires, inexpliquées, injustifiables, beaucoup de personnes continuent de leur obéir.
Exemples :
  • 1) Au cœur de l’épidémie, le port des masques n’est pas obligatoire et même déconseillé pour les gens bien portants.
      Alors que l’épidémie s’éteint, les masques deviennent obligatoires partout pour tous.
  • Beaucoup de médecins généralistes d’autres pays et l’IHU Méditerranée-Infection de Marseilles, l’un des plus grands centres d’infectiologie du monde, le plus grand de France, a démontré que l’hydroxychloroquine était efficace pour diminuer la contagiosité du SRAS et le nombre de cas sévères de COVID-19 [4].
2) En Belgique, « on » dit que c’est un médicament dangereux et inefficace et « on » empêche les médecins généralistes de le prescrire à leurs patients.
Des contradictions, des mensonges, des fausses vérités…
Ainsi de suite…
Bien sûr, la peur et le conformisme peuvent expliquer cette obéissance fabriquée.
Nous connaissons les expériences de Solomon Asch et de Stanley Milgram [5].
Cette tendance à la soumission et à l’obéissance n’est pas répartie de la même façon au sein des populations.
Ainsi en Serbie :

« Cassée, la progression implacable de la terreur coronavirale. Les Serbes récalcitrants se sont rebellés contre leur président lorsqu’il leur a ordonné de retourner en résidence surveillée. Après deux jours de batailles de rue avec des dizaines de policiers hospitalisés, les robustes manifestants ont gagné ; les autorités ont capitulé et ont renoncé à leurs plans de bouclage pour Belgrade. Les magasins, les bistrots et les restaurants de Belgrade auront un couvre-feu en début de soirée ; mais c’est beaucoup mieux que le bouclage complet qu’ils avaient prévu. » [6]

Par contre, en Belgique :

« De manière incompréhensible alors que l’épidémie, hormis de petits foyers (clusters), disparaît peu à peu [7], des mesures coercitives sont à nouveau imposées, voire élargies [8] avec port obligatoire de masque partout, pour tout le monde, obligation de donner ses coordonnées dans les restaurants et les bars à des fins de tracking [9] … »

Tout cela n’est pas justifié.
Tout cela relance la peur, la terreur, et laisse craindre un retour vers le confinement partiel ou total (assignation à résidence) alors qu’aujourd’hui, on sait que cette mesure est inutile et délétère ! [10-11]
Comme si la crise COVID-19 servait aux autorités de test grandeur nature pour évaluer le degré de soumission de leur peuple [12], et voir jusqu’où ils peuvent aller avant de rencontrer une opposition suffisante.
J’espère que le peuple belge, ce peuple le plus brave de la Gaule selon Jules César [13], aura le courage et la lucidité du peuple serbe et finira par se réveiller.
3. L’utilisation d’experts en faisant croire à un consensus qui n’existe pas
Les gouvernements forment des conseils composés d’experts pour justifier leurs mesures.
Pour le citoyen, pourquoi mettre en doute les mesures en question ?
Toutefois, on l’a bien démontré au sein d’organisations comme l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’Agence Européenne du Médicament (AEM), le comité COVID-19 en France (le CARE) ou en Belgique (Sciensano-comité COVID-19), être expert ne veut pas dire être indépendant, libre de tout conflit d’intérêt, voire même compétent [14-15].
Chaque fois qu’un gouvernement dit : « il y a un consensus d’experts sur cette question », c’est en fait un mensonge.
Cela veut seulement dire que leurs experts se sont mis d’accord, telle une officine autosuffisante et auto-satisfaite sans débat contradictoire.
Dans le COVID-19, vous pouvez trouver sur tous les sujets présentés comme consensuels :
  • Masques
  • Hydroxychloroquine
  • Confinement
  • Tests utilisés
  • Traitements
  • Vaccination
… d’autres experts aussi valables sur le plan des diplômes, de la réputation ou des activités exercées, dont les avis vont à l’encontre des diktats officiels, avec des arguments honnêtes, des démonstrations solides et des références multiples.
Pour le citoyen, comment faire la part des choses ?
À diplôme égal, à expertise équivalente, un bon critère de discernement est de vérifier l’absence de conflit d’intérêt.
Beaucoup d’auteurs qualifiés avec des avis opposés à ceux de leurs homologues gouvernementaux ne sont pas liés à l’industrie pharmaceutique ni aux gouvernements qui, finalement, veulent faire passer une idéologie, un programme politique et ont de plus en plus de comptes à rendre à l’industrie.
Ces auteurs indépendants ont également plus à perdre qu’à gagner dans ce débat d’avis.
Qu’est-ce qui pourrait les pousser à prendre des risques sinon leur honnêteté, leur conscience ? Ce n’est ni la gloire, ni l’espoir d’un contrat dans le privé, ni l’argent, en tout cas.
4. La fabrication d’une fiction inspirée de faits réels et pour cela, utilisation d’une narrative qui finit par être répétée en boucle et crue sans plus être remise en question.
Le COVID-19 est une fiction basée sur des faits plausibles : un virus, de vrais morts, une vraie maladie, une épidémie de maladies respiratoires à laquelle sont ajoutés, au fur et à mesure, des déformations de vérités ou de réalités, voire carrément, des mensonges (Cf. ma série, COVID-19 : au plus près de la vérité).
Les coronavirus sont connus. Ils existent. Deux d’entre eux ont déjà menacé l’humanité d’épidémies meurtrières (SRAS, MERS).
Qu’importe si les faits ont montré que cette pandémie était fausse et que les experts avaient déjà manipulé les chiffres, la pandémie H1N1 de 2009 a préparé le terrain à l’idée que ça ne pouvait que revenir et qu’à nouveau, seule la vaccination pourrait nous sauver.
De vrais malades ont été hospitalisés et certains sont morts.
Tous ces éléments ont rendu l’histoire « COVID-19 » plausible.
La narrative COVID était lancée.
Pour pérenniser ensuite LA peur qui permette la mise en place d’une stratégie du choc à l’échelle d’une population, il fallait des tests présentés comme fiables, des chiffres de mortalité élevés, des indices de contagiosité effrayants et des capacités hospitalières limitées.
Dans ce processus, la participation conformiste des médias fut essentielle.
Comme chaque fois, ils ont bien joué leur rôle, annonçant chaque jour le nombre de morts et les attribuant au COVID-19 sans aucune discrimination.
Aujourd’hui, ils entretiennent la peur de deuxièmes vagues, de nouveau confinement en faisant passer, à tort, les cas de tests PCR positifs pour de nouveaux cas de COVID-19.
La Suède et d’autres pays, ainsi que certains états aux USA, n’ont pas joué le jeu, ou ont suivi leur propre agenda.
La Suède:sans confinement criminel comme au Québec!
Stockholm durant la « pandémie Covid-19 »
Source : Quartz
Ils n’ont pas confiné, ils ont moins traumatisé, ils sont restés plus humains.
Ils sont la preuve supplémentaire que l’histoire COVID-19 telle qu’elle a été instaurée dans les pays liberticides et coercitifs (Belgique, France, Espagne, Canada…) est bien une fiction avec des éléments réels, plongeant leurs populations dans un piège psychologique redoutable.
Tous ces points sont des indices que l’histoire COVID-19 est une stratégie du choc et les stratégies du choc ne sont jamais utilisées pour le bien des populations, pour votre bien ou pour le mien !
La stratégie du choc psychologique est une réalité, étudiée par plusieurs auteurs et chercheurs, dont Naomi Klein [16], avec son livre paru en 2007, « La Stratégie du Choc : la montée d’un capitalisme du désastre ».
Nous retrouvons,au Québec, les mêmes responsables psychopathes lors de la grippe AH1Ni ou le Dr Horacio Arruda présidait le fameux comité pour rendre un vaccin obligatoire.
Maintenant,avec la « fausse pandémie du COVID 19,il aide François Legault à prendre en main tous les pouvoirs sociaux,économiques et politiques.
Ça s’appelle une dictature!
Le but est de réaliser une tabula rasa, une page blanche et sur cette page blanche, de reconstruire ce qu’on veut.
Comment ?

« À l’échelle d’une population entière, en réduisant à néant le patrimoine d’un pays, ses structures sociales et économiques pour pouvoir y construire une nouvelle société, un nouvel ordre après le chaos planifié et contrôlé. 
Une fois le peuple privé de ses points de repères, mis en état de choc et infantilisé, il se retrouve sans défenses et devient facilement manipulable.
Ce processus peut s’appliquer suite à une grave crise économique ou politique, une catastrophe environnementale, un attentat, une guerre ou une crise sanitaire. » [17]

La stratégie du choc a été appliquée par des moyens économiques à la Grèce dans la foulée de la crise de 2008, entraînant des millions d’âmes dans la misère avec la complicité de leurs politiciens. [18]
La stratégie du choc a été appliquée par des moyens de terrorisme aux USA en 2001 et en France en 2015 avec l’instauration d’états d’urgence et de lois d’exception qui n’ont plus jamais été supprimés [19].
La stratégie du choc est aujourd’hui appliquée par des moyens de crise sanitaire, le COVID-19, à une partie du monde, dont mon pays, la Belgique.

« La terreur induite à grande échelle dans une société entraîne une sorte d’état d’hébétude, une situation où le contrôle peut facilement être obtenu à partir d’une autorité extérieure.
Il faut développer un état d’esprit immature chez la population afin de la contrôler au mieux.
La société doit être infantilisée. »

Ces idées ont été étudiées et diffusées par l’Institut Tavistock à Londres, créé au départ d’une clinique psychiatrique fondée en 1920, spécialisée dans le contrôle psychologique et le chaos social organisé [17].
Il est beaucoup plus facile de diriger une société par le contrôle mental que par le contrôle physique, au moyen de l’infantilisation, de la confusion, de la désinformation et de la peur.
N’est-ce pas ce qui est à l’œuvre, aujourd’hui ?
Les gens sont infantilisés…
On leur dit sur quel trottoir ils peuvent marcher, dans quel sens, quand ils peuvent rentrer dans un magasin et où ils doivent se moucher.
La peur est omniprésente.
Ceux qui refusent les masques sont rançonnés, regardés de travers, exclus, insultés, haïs.
Des milliers de gens voient leur travail menacé, leur vie entière compromise sans possibilité de manifester, de s’opposer.
Les vieillards sont abandonnés.
Les jeunes sont emprisonnés dans un monde masqué et confiné.
Les adultes sont précarisés.
Les gens d’une même famille, séparés.
La réflexion est paralysée.
La contestation, sanctionnée.
Si cette thèse est juste, il est à prévoir que notre gouvernement par « experts » et médias interposés, poursuive cette stratégie du choc et nous annonce toujours plus d’infectés, de morts et de vagues de COVID, quelle que soit la réalité des faits.
Les exemples de la Suède et de Belgrade sont des phares d’espoir dans cette perspective d’obscurité.
Dr Pascal Sacré

Image en vedette : Société de surveillance. source: opiniojuris.org
Note aux lecteurs : veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Faites suivre cet article à vos listes de diffusion. Publiez cet article sur votre site de blog, vos forums Internet, etc.

Notes :
[4] Bulletin d’information scientifique de l’IHU, Pr Philippe Parola, directeur de service de soins et d’unité de recherche à l’IHU Méditerranée Infection
[5] PSY-OP COVID-19 : assignés à résidence !, Dr Pascal Sacré, mondialisation.ca, 11 mai 2020
[6] Belgrade libérée, par Israel Shamir, maondialisation.ca, 13 juillet 2020
[7] La virulence du Covid-19 est-elle en train de diminuer ?, par Christophe De Brouwer, Contrepoints.org, 21 juillet 2020
[8] Les décisions du Conseil National de Sécurité. Les décisions ont été communiquées aux Belges à 13h30 lors d’une conférence de presse ce 24 juillet 2020
[10] COVID-19 : au plus près de la vérité. Confinement, Dr Pascal Sacré, mondialisation.ca, 22 juillet 2020
[12] Opération COVID-19: Tester le degré de soumission des peuples, Dr Pascal Sacré, mondialisation.ca, 26 avril 2020
[13] Horum omnium fortissimi sunt Belgae, Wikipédia,  « De tous ceux-là les plus courageux sont les Belges», souvent traduite littérairement en français par « De tous les peuples de la Gaule, les Belges sont les plus braves.
[14] Politique et corruption à l’OMS, Dr Pascal Sacré, mondialisation.ca, 12 janvier 2010, réédité le 14 avril 2020
[17] MK Abus rituels et Contrôle Mental, Alexandre Lebreton, éditions Omnia Veritas, 2016

 

L’imbécillité humaine additionnée à la psychose collective donne ce genre de résultats!

 

 

 

 

 

 

La Grande Arnaque du COVID 19 et dictature de la pensée unique:YouTube a annoncé supprimer “Tout ce qui va à l’encontre des recommandations de l’OMS”

On l’a constaté avec la vidéo du médecin américain Dan Erickson vues par des millions d’internautes et supprimée à plusieurs reprises : YouTube a instauré de nouvelles règles qui ne font pas grand cas de la liberté d’expression.

Selon le site Businessinsider : “Susan Wojcicki, DG de YouTube, a suggéré que la plateforme vidéo pourrait supprimer les contenus qui contredisent les conseils de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur le Covid-19. Dimanche sur CNN, elle a déclaré que YouTube “supprimerait les informations qui posent problème”, y compris “tout ce qui est médicalement non fondé.” […] et “Tout ce qui va à l’encontre des recommandations de l’OMS serait une violation de notre politique et donc retiré”, a-t-elle poursuivi.

 

Sources :
BusinessInsider.fr
CNN

Même Google

Le site TheConversation.com rapporte par ailleurs que : “Google supprime les informations trompeuses concernant le Covid-19 sur YouTube, Google Maps, ses plates-formes de développement comme Play, et dans les publicités. Twitter vérifie, entre autres, les comptes qui sont des sources crédibles d’information sur le Covid-19 et surveille les conversations pour s’assurer que les mots clés recherchés sur le virus permettent d’accéder aux informations fiables.”

Sources : TheConversation.com
Communiqué Google
Communiqué Twitter


EN COMPLÉMENTAIRE

 la vidéo du médecin américain Dan Erickson

 

Dr Dan Erickson

 

Le médecin californien Dan Erickson a décrit ses observations concernant le Covid-19 lors d’une conférence de presse le 22 avril. Voici ce qu’il a dit.

 

En se basant sur les taux respectifs de tests positifs, le Dr. Dan Erickson a calculé que “le taux de létalité du Covid-19 serait actuellement de 0,03% en Californie, 0,05% en Espagne, 0,09% en Suède et 0,1% dans l’État de New York, en comparaison le taux de létalité de la grippe aux États-Unis est d’environ 0,13%.”

Il rapporte par ailleurs que “des médecins de plusieurs États américains ont été “poussés” à délivrer des certificats de décès mentionnant Covid-19, contre leur propre avis”.

Le Dr. Erickson affirme également que “le confinement et la peur affaiblissent le système immunitaire et la santé des personnes. Il y a déjà eu une augmentation significative des “effets secondaires” tels que l’alcoolisme, la dépression, le suicide et la maltraitance des enfants et des conjoints.”

Enfin, le médecin américain recommande que “seuls les malades, et non les personnes en bonne santé ou la société entière, soient mis en quarantaine”. Et selon lui, “porter un masque n’a de sens que dans des situations aiguës comme à l’hôpital, mais pas dans la vie de tous les jours”

[…]

À noter que la vidéo a déjà été supprimée à plusieurs reprises par YouTube pour “non respect des règles”. La version ci-dessous est hébergée sur notre site web.

Voir la vidéo :

 

 

 

 

 

Régime totalitaire français:Arrestation d’Alain Soral ! Nous sommes sans nouvelles du président d’E&R

Le président d’Égalité & Réconciliation Alain Soral a été arrêté
à Paris mardi 28 juillet 2020 en fin d’après-midi.

Aux alentours de 17h, Alain Soral a été intercepté en pleine rue mardi 28 juillet 2020 par trois individus en civil (deux hommes et une femme).

Son domicile aurait été perquisitionné.

Nous sommes actuellement sans nouvelles du président d’E&R.


DERNIÈRE NOUVELLE

L’essayiste controversé a été interpellé par la brigade de répression de la délinquance à la personne et placé en garde à vue pour «provocation publique non suivie d’effet à la commission d’atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation». Le polémiste Alain Soral a été interpellé et placé en garde à vue le 28 juillet pour «provocation publique non suivie d’effet à la commission d’atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation», a indiqué le parquet de Paris le 29 juillet.  Il a été interpellé le 28 juillet dans l’après-midi à Paris par la brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP), selon le parquet et une source proche de l’enquête. Il s’agirait de propos tenus sur son site Egalité et réconciliation, selon l’une des sources. Alain Soral, de son vrai nom Alain Bonnet, 61 ans, a été condamné plusieurs fois par la justice. La dernière condamnation date de la fin juin en appel : 5 000 euros d’amende, avec possibilité d’emprisonnement en cas de non-paiement, pour contestation de l’existence de la Shoah. Le 6 juillet dernier, ses deux chaînes Youtube ont été supprimées par la plateforme américaine de vidéos en ligne, pour «enfreintes répétées aux conditions d’utilisation» de la plateforme.

La liberté d’expression est entre les mains des sionistes et des Rotschild en France!N’appelons  plus cela une démocratie…si démocratie a pu exister vraiment!

Le polémiste Alain Soral interpellé et placé en garde à vue à Paris