Courte opinion du jour:La Vérité sur la promotion des vaccins par l’industrie pharmaceutique

LA VÉRITÉ EST TOUT AUTRE
Me Rocco Galati explique: « Bill Gates veut vacciner (obligatoirement) 7 milliards d’humains. Le problème, c’est que son vaccin a une immunité de 3 mois (et une efficacité de 50%). Pour une année complète, ça équivaut à 4 doses de vaccin par humain. Le coût estimé de cette opération est de 3 TRILLIONS de dollars. Arrivez-vous à visualiser ce montant ? Difficile n’est-ce-pas ? Pour vous donner une idée, ça représente 4,2 MILLIONS de dollars par jour, pendant 2000 ans. Rien de moins.
Mais leur avidité de profits ne s’arrête pas là. Les compagnies de vaccins veulent que les adultes se fassent vacciner de façon obligatoire chaque année et qu’ils rattrapent le calendrier vaccinal que les enfants subissent, soit 26 vaccins au Canada. On parle alors de 90 TRILLIONS de dollars, ce qui représente 127 millions de dollars par jour pendant 2000 ans, sans calculer les intérêts là-dessus. »
Au contraire de vouloir notre santé, l’industrie pharmaceutique invente des maladies pour recycler des molécules qu’elle modifie légèrement ou associe entre elles des maladies déjà connues.
C’est le cas avec le fameux syndrome métabolique qui n’est autre qu’une association de maladies bien connues = diabète de type 2, hypertension et obésités (classes 1, 2 et 3), voire, conséquemment, inflammation.
Aussi abaissent-ils les seuils diagnostics à partir desquels nous serions en danger, soit pour déclarer que nous avons le diabète ou du cholestérol… afin de pouvoir nous prescrire des médicaments.
D’ailleurs, traiter le cholestérol à la baisse est une des pires inepties qui en font le coupable idéal et c’est très rentable.
Bref, l’industrie pharmaceutique, ne soigne ni ne guérit les maladies, elle les rend chroniques et plus ou moins supportables ; elle en invente et en crée avec les nombreux effets secondaires graves (effets iatrogènes).
Pourquoi l’industrie pharmaceutique n’a pas intérêt à trouver des cures véritables pour les maladies comme le cancer et autres maladies chroniques débilitantes, c’est parce que des gens en bonne santé n’ont aucun intérêt financier pour les industriels du vaccin!

 

 

 

 

 

La courte opinion du jour:L’obligation de porter des masques bons marché

 

« Les masques qui sont sur le marché ne font rien pour protéger les gens du virus : ils ne sont pas stériles contrairement à ceux qu’on retrouve dans les hôpitaux et il ne faut pas les porter plus de 15 ou 20 minutes, sinon ils vont se transformer en incubateurs à bactéries. Et c’est encore pire pour les masques en tissus, de véritables ramassis de bactéries parce qu’ils sont poreux », estime M. Khoury.

Selon lui, le fait d’avoir une barrière collée près de la bouche et du nez permet aux bactéries inoffensives qui se trouvent dans notre organisme de proliférer à l’aide du niveau d’humidité, leur permettant de devenir dans certains cas des pathogènes menant à des infections sérieuses ou des maladies chroniques. « Ça se voit déjà à plusieurs endroits : des gens s’absentent du travail à cause des problèmes de santé dont le masque est responsable. Non seulement il ne les protège pas, mais il les a rendus malades. » Selon lui, les symptômes du port du masque sont tous les mêmes : mal de tête, nausée et difficulté à respirer.

Il ajoute que le lavage des masques réutilisables serait aussi loin d’éliminer toutes les bactéries. Ainsi, le seul contexte où il voit une utilité au masque serait dans les transports en commun, à condition que celui-ci soit jeté à la fin du trajet. »


EN CONCLUSION

 Donc,il n’y a pas besoin d’être  des scientiques, pour comprendre que le port de leurs masques pourris est la cause de la prolifération de microbes et de virus…
Dans le cadre d’un simple rhume, il est fortement conseillé de jeter le mouchoir, après chaque utilisation.
Sur les plateaux télé alors que ce sont des endroits clos et de surcroît avec la clim, personne ne porte le masque quand des virologues, infectiologues et autres affirment que la clim garde les virus et les réinjecte dans l’espace clos … On nous prend vraiment pour des imbéciles ….
Le But ultime de cette mascarade est de diminuer la population mondiale. Portez vos masques même en dormant.faites vous vite vacciner ILS vont être ravis de votre obéissance de votre soumission!
Réveillez-vous!

EN COMPLÉMENTAIRE

Le Dr Antoine Khoury et son fils André.

 

 

De l’Égypte à Saint-Hyacinthe

Né à Alexandrie en Égypte, le président-directeur général de Vacci-Vet, Antoine Khoury, a quitté sa terre natale en 1966, sa formation en médecine en poche. À Montréal, il s’est orienté vers la microbiologie pour y accomplir une longue carrière professionnelle en microbiologie humaine, agoalimentaire puis vétérinaire, qui l’a amené successivement au ministère de la Santé, puis au ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) et enfin dans une entreprise vétérinaire de Saint-Hyacinthe.

« En 1998, j’ai remis le pied en Égypte, curieux de voir ce qui se passait ailleurs dans le domaine vétérinaire », raconte M. Khoury. « Des intervenants dans le domaine vétérinaire m’ont demandé de mettre au point un vaccin particulier contre la bactérie Clostridium perfringens, qui est la cause principale de l’entérite nécrotique. Cette maladie, qui entraîne la mort rapidement, fait des ravages dans les élevages de volailles au Moyen-Orient. Il n’y a pas de traitement spécifique pour cette maladie, notre vaccin offre donc une solution préventive fort intéressante. Présente partout à travers le monde, l’entérite nécrotique s’attaque aussi aux autres animaux d’élevage. Le marché international offre donc tout un potentiel! » L’idée de produire ce vaccin était désormais lancée et au terme d’un processus de plusieurs années, Vacci-Vet a vu le jour.

Des solutions vaccinales uniques au Canada

En 2009, l’entreprise s’est établie dans la Cité de la biotechnologie. « Nous voulions aménager des locaux qui répondent aux normes gouvernementales de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA), puis appliquer nos connaissances pour mettre au point les technologies de fabrication. Saint-Hyacinthe s’est imposée comme un choix naturel et nous avons bénéficié de l’aide du CLD Les Maskoutains. Ce sont des gens très dynamiques, proactifs, de véritables accélérateurs de projets. Et la Cité constitue un environnement fort stimulant, où nous pouvons travailler avec la Faculté de médecine vétérinaire et des vétérinaires. La présence de tous ces professionnels crée une synergie très motivante, positive pour tout le monde », affirme André Khoury coordonnateur de projets chez Vacci-Vet.

Totalisant 5 000 pieds carrés, ces laboratoires sont aménagés pour répondre aux normes rigides de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA). Grâce à un système sophistiqué et rigoureux de ventilation et de sas, l’atmosphère est contrôlée et toutes les pièces sont indépendantes les unes des autres. Vacci-Vet, actuellement en phase de précommercialisation, y produira bientôt toute une gamme de vaccins, principalement celui qui prévient l’entérite nécrotique. « Ce vaccin est une solution préventive efficace, qui assure une meilleure protection immunitaire chez l’animal. Ainsi, il est possible d’éviter la maladie par la vaccination plutôt que d’attendre qu’elle se déclare causant ainsi des mortalités à la grandeur de l’élevage », explique Antoine Khoury. « Nous sommes les seuls au Canada à nous spécialiser dans la fabrication de vaccins anaérobiques et toxoïdes, destinés aux différents types animaux d’élevage. Autre avantage de Vacci-Vet, nous pouvons faire des vaccins autogènes, c’est-à-dire sur mesure fabriqués à partir d’une souche prélevée sur un animal malade d’un éleveur. Faits spécifiquement pour ces producteurs, ces vaccins autogènes offrent une efficacité très ciblée et sont produits rapidement, en trois semaines, contrairement aux vaccins commerciaux qui ont un spectre d’application beaucoup plus large, mais dont la mise au point peut prendre jusqu’à deux ans de préparation et qui peuvent à la longue se révéler moins efficaces dû principalement aux mutations des bactéries », d’ajouter M. Khoury.

Une équipe et ses projets

Antoine Khoury est à la tête d’une équipe de spécialistes dans le domaine vétérinaire, microbiologique et technique. Son fils André, grâce à sa formation technique et dans des domaines différents, apporte un autre point de vue au développement de l’entreprise.

« Mon père amène le côté scientifique, moi le côté technique, nous nous complétons. » L’équipe qui compte également un comptable, un chercheur détenteur d’un post-doctorat et responsable de la production et un consultant pour le marché international, va bientôt s’accroître, avec le début de la production. « Nous visons le marché canadien et international, et nous regardons de près l’Amérique latine, tout en établissant un réseau de distribution bien en place au Moyen-Orient. » Antoine Khoury entrevoit un bel avenir pour Vacci-Vet! Fiche signalétique Nom de l’entreprise : Vacci-Vet inc. Dirigeants : Antoine Khoury Année de fondation : 2009 Municipalité : Saint-Hyacinthe Secteur d’activité : Biotechnologie et agroalimentaire Activité : Fabrication de vaccins vétérinaires Marché : National et international

 

 

 

 

 

 

La Grande Arnaque du COVID 19: Une stratégie du choc pour imposer une société totalitaire

« La peur n’est que la foi inversée ; c’est la foi dans le mal au lieu du bien. » Florence Scovel Shinn
Après plusieurs mois de crise COVID-19, des éléments pertinents d’analyse de cette crise apparaissent plus clairement.

1. La pression énorme pour convaincre 7 milliards d’humains de la nécessité de se vacciner contre un virus [1] dont on a gonflé la mortalité [2] et qu’on dit omniprésent alors qu’il est en train de disparaître, voire a disparu.
Cela nous rappelle l’opération de 2009, avec la fausse pandémie H1N1 [3] : mêmes tactiques, mêmes complicités (médiatiques, politiques, gouvernementales), mêmes « experts », mêmes scénarios, mêmes narratives avec un accent sur la peur, la culpabilité, la précipitation et toujours la même odeur nauséabonde de cet argent omniprésent sous la forme de profits immenses à l’horizon pour l’industrie productrice de vaccins.
C’est comme si l’épisode H1N1 de 2009 avait servi de répétition.
Cette fois, l’épisode COVID-19 de 2020 est en passe de transformer l’essai en succès.

 

Les points chauds au-début de la fausse pandémie.

 

Tests de surveillance : Rassembler les données sur le COVID-19. Source : sph.umich.edu
2. La capacité énorme des populations à se soumettre à l’autorité.
Malgré des indices évidents de corruption, d’incompétence, d’ignorance concernant des personnalités éminentes de la politique, de la science, de la médecine, beaucoup de personnes continuent de leur obéir.
Malgré des recommandations confuses, contradictoires, inexpliquées, injustifiables, beaucoup de personnes continuent de leur obéir.
Exemples :
  • 1) Au cœur de l’épidémie, le port des masques n’est pas obligatoire et même déconseillé pour les gens bien portants.
      Alors que l’épidémie s’éteint, les masques deviennent obligatoires partout pour tous.
  • Beaucoup de médecins généralistes d’autres pays et l’IHU Méditerranée-Infection de Marseilles, l’un des plus grands centres d’infectiologie du monde, le plus grand de France, a démontré que l’hydroxychloroquine était efficace pour diminuer la contagiosité du SRAS et le nombre de cas sévères de COVID-19 [4].
2) En Belgique, « on » dit que c’est un médicament dangereux et inefficace et « on » empêche les médecins généralistes de le prescrire à leurs patients.
Des contradictions, des mensonges, des fausses vérités…
Ainsi de suite…
Bien sûr, la peur et le conformisme peuvent expliquer cette obéissance fabriquée.
Nous connaissons les expériences de Solomon Asch et de Stanley Milgram [5].
Cette tendance à la soumission et à l’obéissance n’est pas répartie de la même façon au sein des populations.
Ainsi en Serbie :

« Cassée, la progression implacable de la terreur coronavirale. Les Serbes récalcitrants se sont rebellés contre leur président lorsqu’il leur a ordonné de retourner en résidence surveillée. Après deux jours de batailles de rue avec des dizaines de policiers hospitalisés, les robustes manifestants ont gagné ; les autorités ont capitulé et ont renoncé à leurs plans de bouclage pour Belgrade. Les magasins, les bistrots et les restaurants de Belgrade auront un couvre-feu en début de soirée ; mais c’est beaucoup mieux que le bouclage complet qu’ils avaient prévu. » [6]

Par contre, en Belgique :

« De manière incompréhensible alors que l’épidémie, hormis de petits foyers (clusters), disparaît peu à peu [7], des mesures coercitives sont à nouveau imposées, voire élargies [8] avec port obligatoire de masque partout, pour tout le monde, obligation de donner ses coordonnées dans les restaurants et les bars à des fins de tracking [9] … »

Tout cela n’est pas justifié.
Tout cela relance la peur, la terreur, et laisse craindre un retour vers le confinement partiel ou total (assignation à résidence) alors qu’aujourd’hui, on sait que cette mesure est inutile et délétère ! [10-11]
Comme si la crise COVID-19 servait aux autorités de test grandeur nature pour évaluer le degré de soumission de leur peuple [12], et voir jusqu’où ils peuvent aller avant de rencontrer une opposition suffisante.
J’espère que le peuple belge, ce peuple le plus brave de la Gaule selon Jules César [13], aura le courage et la lucidité du peuple serbe et finira par se réveiller.
3. L’utilisation d’experts en faisant croire à un consensus qui n’existe pas
Les gouvernements forment des conseils composés d’experts pour justifier leurs mesures.
Pour le citoyen, pourquoi mettre en doute les mesures en question ?
Toutefois, on l’a bien démontré au sein d’organisations comme l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’Agence Européenne du Médicament (AEM), le comité COVID-19 en France (le CARE) ou en Belgique (Sciensano-comité COVID-19), être expert ne veut pas dire être indépendant, libre de tout conflit d’intérêt, voire même compétent [14-15].
Chaque fois qu’un gouvernement dit : « il y a un consensus d’experts sur cette question », c’est en fait un mensonge.
Cela veut seulement dire que leurs experts se sont mis d’accord, telle une officine autosuffisante et auto-satisfaite sans débat contradictoire.
Dans le COVID-19, vous pouvez trouver sur tous les sujets présentés comme consensuels :
  • Masques
  • Hydroxychloroquine
  • Confinement
  • Tests utilisés
  • Traitements
  • Vaccination
… d’autres experts aussi valables sur le plan des diplômes, de la réputation ou des activités exercées, dont les avis vont à l’encontre des diktats officiels, avec des arguments honnêtes, des démonstrations solides et des références multiples.
Pour le citoyen, comment faire la part des choses ?
À diplôme égal, à expertise équivalente, un bon critère de discernement est de vérifier l’absence de conflit d’intérêt.
Beaucoup d’auteurs qualifiés avec des avis opposés à ceux de leurs homologues gouvernementaux ne sont pas liés à l’industrie pharmaceutique ni aux gouvernements qui, finalement, veulent faire passer une idéologie, un programme politique et ont de plus en plus de comptes à rendre à l’industrie.
Ces auteurs indépendants ont également plus à perdre qu’à gagner dans ce débat d’avis.
Qu’est-ce qui pourrait les pousser à prendre des risques sinon leur honnêteté, leur conscience ? Ce n’est ni la gloire, ni l’espoir d’un contrat dans le privé, ni l’argent, en tout cas.
4. La fabrication d’une fiction inspirée de faits réels et pour cela, utilisation d’une narrative qui finit par être répétée en boucle et crue sans plus être remise en question.
Le COVID-19 est une fiction basée sur des faits plausibles : un virus, de vrais morts, une vraie maladie, une épidémie de maladies respiratoires à laquelle sont ajoutés, au fur et à mesure, des déformations de vérités ou de réalités, voire carrément, des mensonges (Cf. ma série, COVID-19 : au plus près de la vérité).
Les coronavirus sont connus. Ils existent. Deux d’entre eux ont déjà menacé l’humanité d’épidémies meurtrières (SRAS, MERS).
Qu’importe si les faits ont montré que cette pandémie était fausse et que les experts avaient déjà manipulé les chiffres, la pandémie H1N1 de 2009 a préparé le terrain à l’idée que ça ne pouvait que revenir et qu’à nouveau, seule la vaccination pourrait nous sauver.
De vrais malades ont été hospitalisés et certains sont morts.
Tous ces éléments ont rendu l’histoire « COVID-19 » plausible.
La narrative COVID était lancée.
Pour pérenniser ensuite LA peur qui permette la mise en place d’une stratégie du choc à l’échelle d’une population, il fallait des tests présentés comme fiables, des chiffres de mortalité élevés, des indices de contagiosité effrayants et des capacités hospitalières limitées.
Dans ce processus, la participation conformiste des médias fut essentielle.
Comme chaque fois, ils ont bien joué leur rôle, annonçant chaque jour le nombre de morts et les attribuant au COVID-19 sans aucune discrimination.
Aujourd’hui, ils entretiennent la peur de deuxièmes vagues, de nouveau confinement en faisant passer, à tort, les cas de tests PCR positifs pour de nouveaux cas de COVID-19.
La Suède et d’autres pays, ainsi que certains états aux USA, n’ont pas joué le jeu, ou ont suivi leur propre agenda.
La Suède:sans confinement criminel comme au Québec!
Stockholm durant la « pandémie Covid-19 »
Source : Quartz
Ils n’ont pas confiné, ils ont moins traumatisé, ils sont restés plus humains.
Ils sont la preuve supplémentaire que l’histoire COVID-19 telle qu’elle a été instaurée dans les pays liberticides et coercitifs (Belgique, France, Espagne, Canada…) est bien une fiction avec des éléments réels, plongeant leurs populations dans un piège psychologique redoutable.
Tous ces points sont des indices que l’histoire COVID-19 est une stratégie du choc et les stratégies du choc ne sont jamais utilisées pour le bien des populations, pour votre bien ou pour le mien !
La stratégie du choc psychologique est une réalité, étudiée par plusieurs auteurs et chercheurs, dont Naomi Klein [16], avec son livre paru en 2007, « La Stratégie du Choc : la montée d’un capitalisme du désastre ».
Nous retrouvons,au Québec, les mêmes responsables psychopathes lors de la grippe AH1Ni ou le Dr Horacio Arruda présidait le fameux comité pour rendre un vaccin obligatoire.
Maintenant,avec la « fausse pandémie du COVID 19,il aide François Legault à prendre en main tous les pouvoirs sociaux,économiques et politiques.
Ça s’appelle une dictature!
Le but est de réaliser une tabula rasa, une page blanche et sur cette page blanche, de reconstruire ce qu’on veut.
Comment ?

« À l’échelle d’une population entière, en réduisant à néant le patrimoine d’un pays, ses structures sociales et économiques pour pouvoir y construire une nouvelle société, un nouvel ordre après le chaos planifié et contrôlé. 
Une fois le peuple privé de ses points de repères, mis en état de choc et infantilisé, il se retrouve sans défenses et devient facilement manipulable.
Ce processus peut s’appliquer suite à une grave crise économique ou politique, une catastrophe environnementale, un attentat, une guerre ou une crise sanitaire. » [17]

La stratégie du choc a été appliquée par des moyens économiques à la Grèce dans la foulée de la crise de 2008, entraînant des millions d’âmes dans la misère avec la complicité de leurs politiciens. [18]
La stratégie du choc a été appliquée par des moyens de terrorisme aux USA en 2001 et en France en 2015 avec l’instauration d’états d’urgence et de lois d’exception qui n’ont plus jamais été supprimés [19].
La stratégie du choc est aujourd’hui appliquée par des moyens de crise sanitaire, le COVID-19, à une partie du monde, dont mon pays, la Belgique.

« La terreur induite à grande échelle dans une société entraîne une sorte d’état d’hébétude, une situation où le contrôle peut facilement être obtenu à partir d’une autorité extérieure.
Il faut développer un état d’esprit immature chez la population afin de la contrôler au mieux.
La société doit être infantilisée. »

Ces idées ont été étudiées et diffusées par l’Institut Tavistock à Londres, créé au départ d’une clinique psychiatrique fondée en 1920, spécialisée dans le contrôle psychologique et le chaos social organisé [17].
Il est beaucoup plus facile de diriger une société par le contrôle mental que par le contrôle physique, au moyen de l’infantilisation, de la confusion, de la désinformation et de la peur.
N’est-ce pas ce qui est à l’œuvre, aujourd’hui ?
Les gens sont infantilisés…
On leur dit sur quel trottoir ils peuvent marcher, dans quel sens, quand ils peuvent rentrer dans un magasin et où ils doivent se moucher.
La peur est omniprésente.
Ceux qui refusent les masques sont rançonnés, regardés de travers, exclus, insultés, haïs.
Des milliers de gens voient leur travail menacé, leur vie entière compromise sans possibilité de manifester, de s’opposer.
Les vieillards sont abandonnés.
Les jeunes sont emprisonnés dans un monde masqué et confiné.
Les adultes sont précarisés.
Les gens d’une même famille, séparés.
La réflexion est paralysée.
La contestation, sanctionnée.
Si cette thèse est juste, il est à prévoir que notre gouvernement par « experts » et médias interposés, poursuive cette stratégie du choc et nous annonce toujours plus d’infectés, de morts et de vagues de COVID, quelle que soit la réalité des faits.
Les exemples de la Suède et de Belgrade sont des phares d’espoir dans cette perspective d’obscurité.
Dr Pascal Sacré

Image en vedette : Société de surveillance. source: opiniojuris.org
Note aux lecteurs : veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Faites suivre cet article à vos listes de diffusion. Publiez cet article sur votre site de blog, vos forums Internet, etc.

Notes :
[4] Bulletin d’information scientifique de l’IHU, Pr Philippe Parola, directeur de service de soins et d’unité de recherche à l’IHU Méditerranée Infection
[5] PSY-OP COVID-19 : assignés à résidence !, Dr Pascal Sacré, mondialisation.ca, 11 mai 2020
[6] Belgrade libérée, par Israel Shamir, maondialisation.ca, 13 juillet 2020
[7] La virulence du Covid-19 est-elle en train de diminuer ?, par Christophe De Brouwer, Contrepoints.org, 21 juillet 2020
[8] Les décisions du Conseil National de Sécurité. Les décisions ont été communiquées aux Belges à 13h30 lors d’une conférence de presse ce 24 juillet 2020
[10] COVID-19 : au plus près de la vérité. Confinement, Dr Pascal Sacré, mondialisation.ca, 22 juillet 2020
[12] Opération COVID-19: Tester le degré de soumission des peuples, Dr Pascal Sacré, mondialisation.ca, 26 avril 2020
[13] Horum omnium fortissimi sunt Belgae, Wikipédia,  « De tous ceux-là les plus courageux sont les Belges», souvent traduite littérairement en français par « De tous les peuples de la Gaule, les Belges sont les plus braves.
[14] Politique et corruption à l’OMS, Dr Pascal Sacré, mondialisation.ca, 12 janvier 2010, réédité le 14 avril 2020
[17] MK Abus rituels et Contrôle Mental, Alexandre Lebreton, éditions Omnia Veritas, 2016

 

L’imbécillité humaine additionnée à la psychose collective donne ce genre de résultats!

 

 

 

 

 

 

La Grande Arnaque du COVID 19 et dictature de la pensée unique:YouTube a annoncé supprimer “Tout ce qui va à l’encontre des recommandations de l’OMS”

On l’a constaté avec la vidéo du médecin américain Dan Erickson vues par des millions d’internautes et supprimée à plusieurs reprises : YouTube a instauré de nouvelles règles qui ne font pas grand cas de la liberté d’expression.

Selon le site Businessinsider : “Susan Wojcicki, DG de YouTube, a suggéré que la plateforme vidéo pourrait supprimer les contenus qui contredisent les conseils de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur le Covid-19. Dimanche sur CNN, elle a déclaré que YouTube “supprimerait les informations qui posent problème”, y compris “tout ce qui est médicalement non fondé.” […] et “Tout ce qui va à l’encontre des recommandations de l’OMS serait une violation de notre politique et donc retiré”, a-t-elle poursuivi.

 

Sources :
BusinessInsider.fr
CNN

Même Google

Le site TheConversation.com rapporte par ailleurs que : “Google supprime les informations trompeuses concernant le Covid-19 sur YouTube, Google Maps, ses plates-formes de développement comme Play, et dans les publicités. Twitter vérifie, entre autres, les comptes qui sont des sources crédibles d’information sur le Covid-19 et surveille les conversations pour s’assurer que les mots clés recherchés sur le virus permettent d’accéder aux informations fiables.”

Sources : TheConversation.com
Communiqué Google
Communiqué Twitter


EN COMPLÉMENTAIRE

 la vidéo du médecin américain Dan Erickson

 

Dr Dan Erickson

 

Le médecin californien Dan Erickson a décrit ses observations concernant le Covid-19 lors d’une conférence de presse le 22 avril. Voici ce qu’il a dit.

 

En se basant sur les taux respectifs de tests positifs, le Dr. Dan Erickson a calculé que “le taux de létalité du Covid-19 serait actuellement de 0,03% en Californie, 0,05% en Espagne, 0,09% en Suède et 0,1% dans l’État de New York, en comparaison le taux de létalité de la grippe aux États-Unis est d’environ 0,13%.”

Il rapporte par ailleurs que “des médecins de plusieurs États américains ont été “poussés” à délivrer des certificats de décès mentionnant Covid-19, contre leur propre avis”.

Le Dr. Erickson affirme également que “le confinement et la peur affaiblissent le système immunitaire et la santé des personnes. Il y a déjà eu une augmentation significative des “effets secondaires” tels que l’alcoolisme, la dépression, le suicide et la maltraitance des enfants et des conjoints.”

Enfin, le médecin américain recommande que “seuls les malades, et non les personnes en bonne santé ou la société entière, soient mis en quarantaine”. Et selon lui, “porter un masque n’a de sens que dans des situations aiguës comme à l’hôpital, mais pas dans la vie de tous les jours”

[…]

À noter que la vidéo a déjà été supprimée à plusieurs reprises par YouTube pour “non respect des règles”. La version ci-dessous est hébergée sur notre site web.

Voir la vidéo :

 

 

 

 

 

Régime totalitaire français:Arrestation d’Alain Soral ! Nous sommes sans nouvelles du président d’E&R

Le président d’Égalité & Réconciliation Alain Soral a été arrêté
à Paris mardi 28 juillet 2020 en fin d’après-midi.

Aux alentours de 17h, Alain Soral a été intercepté en pleine rue mardi 28 juillet 2020 par trois individus en civil (deux hommes et une femme).

Son domicile aurait été perquisitionné.

Nous sommes actuellement sans nouvelles du président d’E&R.


DERNIÈRE NOUVELLE

L’essayiste controversé a été interpellé par la brigade de répression de la délinquance à la personne et placé en garde à vue pour «provocation publique non suivie d’effet à la commission d’atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation». Le polémiste Alain Soral a été interpellé et placé en garde à vue le 28 juillet pour «provocation publique non suivie d’effet à la commission d’atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation», a indiqué le parquet de Paris le 29 juillet.  Il a été interpellé le 28 juillet dans l’après-midi à Paris par la brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP), selon le parquet et une source proche de l’enquête. Il s’agirait de propos tenus sur son site Egalité et réconciliation, selon l’une des sources. Alain Soral, de son vrai nom Alain Bonnet, 61 ans, a été condamné plusieurs fois par la justice. La dernière condamnation date de la fin juin en appel : 5 000 euros d’amende, avec possibilité d’emprisonnement en cas de non-paiement, pour contestation de l’existence de la Shoah. Le 6 juillet dernier, ses deux chaînes Youtube ont été supprimées par la plateforme américaine de vidéos en ligne, pour «enfreintes répétées aux conditions d’utilisation» de la plateforme.

La liberté d’expression est entre les mains des sionistes et des Rotschild en France!N’appelons  plus cela une démocratie…si démocratie a pu exister vraiment!

Le polémiste Alain Soral interpellé et placé en garde à vue à Paris


Nouvel Ordre Mondial:Pressions sur la Cour Pénale Internationale pour dédouaner Les gouvernements mafieux israélo-américains

Il n’y a apparemment aucune limite à ce que les États-Unis et Israël restent impunis pour les crimes qu’ils commettent. Les États-Unis mènent une guerre économique et sanitaire dévastatrice contre l’Iran et le Venezuela tout en accusant la Chine d’une crise sanitaire mondiale qu’ils ne sont incapables de résoudre en raison de leur retrait de l’Organisation mondiale de la santé. Pendant ce temps, Israël prévoit d’annexer illégalement des parties importantes de la Cisjordanie palestinienne en juillet, avec le feu vert de l’administration Trump [1], et personne en Europe ou ailleurs n’est même intéressé à prendre des sanctions qui pourraient entraîner le report de cette décision.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a même déclaré catégoriquement que les Palestiniens restants sur les terres annexées ne deviendraient pas des citoyens israéliens – ils seraient plutôt des «sujets» de l’État juif sans aucun droit garanti. [2]

L’ Establishment américain est totalement attaché au principe selon lequel les États-Unis et Israël devraient avoir «les mains libres» lorsqu’ils traitent avec d’autres pays dans leurs sphères d’influence respectives. Cela signifie effectivement contrôler le récit de sorte que les États-Unis et l’État juif semblent toujours être victimes du comportement sans principes des autres nations et créer également un environnement où il ne peut y avoir de contestation juridique efficace contre leurs actions néfastes et criminelles.

En effet, la seule organisation qui a été spécifiquement créée pour traiter des questions telles que les guerres d’agression et le nettoyage ethnique, la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye, a été spécifiquement ciblée par Washington et Jérusalem pour lui refuser toute juridiction dans les situations où l’un de ces pays voyous est impliqué [3]. 

 

Ni Israël ni les États-Unis n’ont reconnu la CPI pour la raison évidente qu’ils sont les principales sources de violations flagrantes des droits de l’homme et du droit international. Israël est particulièrement préoccupé par ses nombreux crimes de guerre, y compris sa violation de la quatrième Convention de Genève qui interdit «le transfert, direct ou indirect, par la puissance occupante de parties de sa propre population civile sur le territoire qu’il occupe, ou la déportation ou transfert de tout ou partie de la population du territoire occupé à l’intérieur ou à l’extérieur de ce territoire. »

La CPI a en fait été ciblée récemment par l’administration Trump et le Congrès. Il y a deux semaines, un groupe bipartite de 69 sénateurs américains a soumis au secrétaire d’État Mike Pompeo une lettre condamnant la «politisation dangereuse de la cour» qui «vise injustement Israël». Les sénateurs ont exhorté Pompeo à poursuivre son «soutien vigoureux à Israël face à la possibilité croissante d’enquêtes et de poursuites par la Cour pénale internationale». La lettre incluait l’affirmation selon laquelle «les actions actuellement en cours pourraient conduire à des poursuites contre des ressortissants israéliens…» même si «la CPI n’a pas de compétence légitime dans cette affaire».

L’affirmation selon laquelle la CPI n’a pas compétence est au mieux discutable car «l’État palestinien» a le statut d’observateur et est membre d’organismes internationaux aux Nations Unies. Il est également signataire du Statut de Rome qui a créé la CPI. La lettre du Sénat elle-même a été écrite de manière prévisible par Ester Kurz, le directeur législatif de l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), qui est le principal groupe de défense d’Israël aux États-Unis. Une lettre similaire a également été distribuée à la Chambre des représentants, qui a ajouté un «problème américain» en critiquant l’intention de la CPI d’enquêter sur les crimes de guerre des États-Unis en Afghanistan. Il a reçu 262 signatures.

Anticipant la menace pour les intérêts israéliens, le Congrès américain a depuis longtemps subordonné la sécurité et toute autre assistance à l’Autorité palestinienne, suspendant tout soutien si «les Palestiniens ouvrent une enquête judiciaire autorisée par la Cour pénale internationale (CPI), ou soutiennent activement une telle enquête, qui soumet les ressortissants israéliens à une enquête sur les crimes présumés contre les Palestiniens. » Étant donné que Donald Trump a de facto interrompu pratiquement toute assistance, y compris l’aide humanitaire aux réfugiés, la punition pour aller à la CPI est essentiellement théorique et les Palestiniens ont par conséquent donné suite à leur plainte dans le but de bouleverser le calendrier de l’annexion israélienne. .

La lettre des sénateurs a fait surface en même temps qu’un avertissement a été lancé par Pompeo à la CPI qui portait sur Israël mais visait clairement à faire échouer toute tentative de juger les crimes de guerre américains en Afghanistan. Elle a affirmé que la CPI est un organe politique, pas une institution judiciaire légitime, et a accusé la procureure en chef, Fatou Bensouda, d’enquêter avec malveillance sur «les crimes de guerre israéliens à Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem-Est». Sa plainte était parallèle à la lettre des sénateurs, ce qui n’est peut-être pas une coïncidence, affirmant que le tribunal n’a pas compétence et que les Palestiniens ne sont pas « souverains » et n’ont donc pas qualité pour s’adresser au tribunal en premier lieu.

Et Pompeo a conclu avec une menace: «Un tribunal qui tente d’exercer son pouvoir en dehors de sa juridiction est un outil politique qui se moque de la loi et d’une procédure régulière. Si la CPI continue sur sa lancée actuelle, nous réagirons en conséquence. »

Israël a également affirmé, tout comme les États-Unis, qu’il n’était pas soumis au «procès» de la CPI parce qu’il avait un système judiciaire opérationnel capable de punir les criminels de guerre [4]. Bien sûr, le fait est qu’Israël ne le fait pas et que les États-Unis ne le font que lorsqu’ils sont embarrassés. Le plus récent criminel de guerre américain a été reconnu coupable par des tribunaux militaires, puis gracié par le président Donald Trump. Il a même été fêté à la Maison Blanche.

Bensouda a annoncé en novembre 2017 qu’elle allait ouvrir une enquête sur les crimes de guerre américains allégués en Afghanistan. L’administration Trump a exprimé sa colère en la critiquant dans des tweets, en annulant son visa pour les États-Unis et en menaçant de poursuites judiciaires contre elle, son personnel et même des juges de la CPI. La Maison Blanche a averti que si la CPI osait même détenir un citoyen américain, les États-Unis utiliseraient la force militaire pour le libérer. Le président Trump, Pompeo et John Bolton ont tous qualifié la CPI de «politique, corrompue, , irresponsable et manquant de transparence, et donc illégitime». La critique ressemblait étrangement à une description précise de l’administration Trump elle-même.

Bensouda, qui a été timide à l’idée de confronter Israël dans le passé, serait maintenant en train de traiter la plainte palestinienne. Elle a également été autorisée à poursuivre son enquête sur les crimes américains en Afghanistan. S’il doit y avoir un véritable procès, des politiciens de haut niveau, des responsables et des officiers militaires d’Israël et des États-Unis pourraient être convoqués pour interrogatoire. Si les convocations sont ignorées, ce qui est probable, le procureur pourrait alors délivrer des mandats d’arrêt internationaux, ce qui signifie qu’ils pourraient être arrêtés et extradés vers la Cour s’ils devaient se rendre dans l’un des 123 pays faisant partie du Statut de Rome.

On peut donc s’attendre à ce que les États-Unis et Israël poursuivent leur diffamation contre la CPI, y compris les menaces de riposte armée venant de Washington. Une attaque militaire contre La Haye pourrait être inimaginable dans le monde réel, mais les trois dernières années ont démontré que Donald Trump est capable de presque tout.

D’ici là, on espère que Bensouda poursuivra son travail pour dénoncer les crimes qui continuent d’être commis en Palestine et en Afghanistan. Embarrasser les États-Unis et Israël dans un forum public très visible et très respecté pourrait être le seul moyen d’éveiller les citoyens de ces deux pays aux choses terribles qui ont été et continuent d’être faites en leur nom.

Par Philip Giraldi
(Strategic Culture Foundation)

Philip Giraldi, Ph.D. est directeur exécutif du Conseil de l’intérêt national.

Source : The US-Israeli Govt Mafia Gets Away With War Crimes by Pressuring International Criminal Court


NOTES

1-La marionnette israélienne Trump montre ses vraies couleurs

Le général à la retraite quatre étoiles du Marine Corps et ancien secrétaire à la Défense, James Mattis, a été gentil quand il a écrit que le président Donald Trump avait des «capacités cognitives limitées».

Un observateur moins diplomatique, aussi proche du président que le général Mattis, aurait pu dire que Donald était d’une intelligence limitée (bien qu’il possède l’intelligence et la ruse de la rue).

 

Nous avons vu la petit ampoule de M. Trump émettre sa faible puissance alors qu’il se tenait avec des officiers militaires américains jaillissant des mêmes points de discussion monotones et risqués qui émanent de la bouche du ventriloque du président, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu.

Appeler Trump un agent israélien, c’est lui faire une injustice. Il est plus que ça. Comme d’autres membres de son cabinet (Pompeo et Pence), il est un golem israélien. Dans la légende, le golem était un Frankenstein non judaïque créé à la Renaissance à Prague par le rabbin kabbalistique Judah Loew. Ce Golem  a été créé pour tuer les ennemis de la théocratie talmudique qui se fait passer pour un credo de l’Ancien Testament [1]. Le golem est insensé et n’est pas soumis à la raison ou à la logique, tout comme Trump et sa bande de faucons dans un poulailler néocon, des sanctionneurs et d’idolateurs israéliens.

Observez la pathétique régurgitation par M. Trump des points de discussion de la propagande israélienne le matin du 8 janvier dans son discours à la nation, dans lequel il a qualifié les Iraniens de terroristes numéros un dans le monde.

Vraiment? Il a vite oublié ISIS/Etat Islamique, l’armée terroriste inspirée d’un plan établi par la théologie wahhabite saoudienne 100% toxique, responsable   du terrorisme massif au Moyen-Orient, y compris le massacre massif des goyim chrétiens de Syrie et d’Irak, tout en lançant des dizaines de terroristes   en Europe et ailleurs [2]. Il n’y a aucune main iranienne dans tout cela.

L’EI, formé des restes d’Al-Qaïda, obtient un laissez-passer de Trump parce que l’EI ne menace pas le contrôle israélien de la Palestine, tandis que le gouvernement iranien demande constamment justice pour la Palestine. Notre politique étrangère est dictée par les besoins et les exigences d’Israël, et non par les intérêts du peuple américain.

Nous avons un prétendu média qui, avec Trump, prétend que les milices chiites soutenues par l’Iran ont fait le plus de mal aux troupes américaines en Irak. En vérité, les principaux tueurs d’Américains en Irak sont les restes sunnites soutenus par l’Arabie saoudite de l’armée de Saddam Hussein, qui est devenue plus tard ISIS/EI. Qui, dans les médias traditionnels – de gauche ou de droite – rapporte ce fait comme un défi à la répétition de la désinformation israélienne reprise telle quelle par le perroquet  Trump?

Le secrétaire d’État Mike Pompeo aurait exhorté Trump à assassiner Qasem Soleimani, le général iranien qui a vaincu et chassé les terroristes islamistes de l’Etat islamique d’Irak et les terroristes islamistes d’Al-Qaïda de Syrie. Soleimani a sauvé des vies chrétiennes au Moyen-Orient, mais ce sont principalement des vies grecques orthodoxes et catholiques, dont les fondamentalistes protestants aux États-Unis ne se soucient presque pas, préférant les talmudistes à eux [3].

  1. Pompeo est un golem de guerre de la théologie fondamentaliste «Rapture» adoratrice d’Israël de l’Église chrétienne américaine [NdTThe Raptureest une expression anglaise signifiant « le ravissement » ou l’enlèvement de l’église, il s’agit du  » transport des croyants vers le paradis avant la grande tribulation ».

«Nous continuerons de mener ces batailles. C’est une lutte sans fin… jusqu’à la Rapture, faites-en partie, soyez dans le combat. »—Mike Pompeo, « God and Country Rally», Summit Church, Wichita, Kansas, 28 juin 2015.

La doctrine de l’Enlèvement (Rapture) lunatique a été inventée dans les années 1800 dans le cadre de la doctrine protestante «dispensationaliste» favorisée par les partisans fondamentalistes de la contrefaçon «Israël». L’Église n’en avait aucune connaissance avant le XIXe siècle.

Le fait que la théologie dominante dans l’État israélien que les passionnés de Rapture adorent est essentiellement l’Antichrist talmudique, n’est pas un problème pour   Pence, Pompeo et leurs millions de camarades, prétendus «évangéliques».

Les Américains doivent avoir les outils pour déconstruire le faux christianisme de puissants «évangéliques» talmudiques tels que Mike Pence et Mike Pompeo. Un de ces outils est Judaism’s Strange Gods: Revised and Expanded  [les dieux étranges du Judaïsme: Révisé et Développé] – interdit presque partout où des livres sont vendus.

Si nous ne démasquons pas les fondements de la théologie de l’Antéchrist israélien, tôt ou tard le commandant en chef «America First» qui a promis de nous sortir de conflits et d’enchevêtrements sans fin à l’étranger, nous mènera en guerre pour «Israël» contre les 80 millions de   Persans , dont le pays est quatre fois plus grand que la France,  et qui sont très différentes des Arabes que nous avons affamés et massacrés en toute impunité en Irak, le tout au nom de la démocratie et de la «lutte contre le terrorisme» bien sûr.

2- 20 Extraits choquants du Talmud

 

3-L’expression d’État voyou renvoie à l’idée d’un État qui ne respecte pas les lois internationales les plus essentielles, organise ou soutient des attentats, ou viole de manière systématique les droits les plus élémentaires de l’être humain. Wikipédia

Lors de son discours devant l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies (ONU) du 19 septembre 2017, Donald Trump a remis au goût du jour le concept « d’États voyous », en évoquant la Corée du Nord, l’Iran, la Syrie et le Venezuela. Cette notion ressurgit ainsi dans la bouche du président D. Trump. Mais il convient de se demander si les États-Unis, qui restent à l’écart de nombreux textes internationaux (Cour pénale internationale, Traité d’interdiction des mines antipersonnel, dénonciation de l’accord de Paris sur le climat, etc.), ont lancé la guerre illégale d’Irak en 2003 et ont créé le camp de Guantanamo, sont les mieux placés pour établir une liste d’« États voyous ». En effet, le voyou est celui qui ne respecte pas la loi officielle, mais établit, lui-même, la sienne, ce que font très souvent les États-Unis et Israël, et uniquement ces deux-là. 

  1. Trump et Netanyahou conçoivent leurs pays comme ayant une destinée manifeste, au-dessus des lois, voire comme étant seuls à pouvoir les édicter. Les rivaux ou opposants deviennent des hors-la-loi. Le problème de cette conception n’est pas seulement son caractère immoral, mais sa dangerosité, au sein d’un monde qui n’est plus unipolaire.

Depuis l’origine, ceux qui ont évoqué les « États voyous », loin d’avoir un comportement de gentlemen, ont été à l’origine de bien des désordres, voire des catastrophes.

 

4-Comment les pédophiles juifs se cachent de la justice en Israël

 

Tel Aviv – C’est une surveillance tendue, en attendant que Jimmy Julius Karow apparaisse. C’est un homme recherché et considéré comme dangereux. Accusé d’avoir agressé sexuellement une fillette de 9 ans dans l’Oregon en 2000, il s’est enfui en Israël avant que les autorités américaines ne puissent l’appréhender ou savoir où il allait.

Depuis, Karow a fui les forces de l’ordre américaines. Actuellement, INTERPOL, une organisation intergouvernementale de police qui travaille avec 194 pays, a une notice rouge pour alerter la police du monde entier qu’il est un fugitif.

Deux ans après avoir fui les États-Unis, Karow a été condamné par un tribunal israélien pour maltraitance d’enfants dans une affaire distincte. Il a purgé une peine et a été libéré. Maintenant, une autre victime israélienne présumée s’est manifestée, disant qu’il avait commencé à la maltraiter lorsqu’elle avait 5 ans, et a continué pendant des années.

Karow a réussi à échapper aux autorités en se déplaçant entre les communautés en Israël pendant près de deux décennies, et il n’est pas le seul.

Un problème répandu

Une enquête de CBS News a révélé que de nombreux pédophiles américains fuient vers Israël, et les traduire en justice peut s’avérer difficile.

Jewish Community Watch (JCW), une organisation américaine qui traque les pédophiles accusés, tente depuis des années de retrouver Karow et d’aider à le traduire en justice.

JCW dit que Karow et d’autres hommes et femmes recherchés ont pu exploiter un droit connu sous le nom de loi du retour, par lequel tout Juif peut se rendre en Israël et obtenir automatiquement la citoyenneté.

Depuis que la petite organisation a commencé à traquer les pédophiles accusés en 2014, elle indique que plus de 60 personnes ont fui les États-Unis en Israël. Compte tenu de ses ressources limitées pour identifier ces individus, JCW dit que le nombre réel est probablement beaucoup plus élevé.

« La même chose qui se passe dans l’Église catholique en ce moment dans le monde, exactement la même chose se produit dans notre communauté« , a déclaré le fondateur de JCW, Meyer Seewald, à CBS News. « Les dissimulations sont les mêmes, la stigmatisation, la honte. »

Seewald dit que les communautés juives très unies aux États-Unis accueillent parfois des accusations contre un membre avec incrédulité, ce qui peut avoir un effet dissuasif.

« Tout le monde va et entoure cet individu et le soutient parce qu’ils ne peuvent pas croire qu’une personne juive peut commettre un tel crime. Ils prennent le parti de l’agresseur et les abus se poursuivent« , dit Seewald. « Ils le mettent dans une autre communauté. ET quelques années plus tard, il fait la même chose et nous entendons davantage d’allégations selon lesquelles la personne abuse des enfants. Les victimes ne veulent pas se manifester quand elles voient cela. »

JCW dit que la majorité de ses cas proviennent depuis les enclaves juives orthodoxes modernes jusqu’aux ultra-orthodoxes aux États-Unis, mais que cela se produit dans l’ensemble de la communauté juive. Et comme les auteurs ne peuvent être tenus responsables que si les victimes se manifestent, de nombreux cas ne sont pas signalés. Pour essayer de les mettre en lumière, JCW organise des événements de sensibilisation à travers les États-Unis et offre aux victimes d’abus sexuels des conseils et un soutien émotionnel.

Mendy Hauck a décidé de se manifester après avoir reçu le soutien de JCW. Le père de deux enfants dit qu’il n’avait que 8 ans lorsqu’il a été agressé par un enseignant de son école juive orthodoxe à Los Angeles. Hauck dit que les abus ont commencé un jour quand un ami a apporté des cookies pour son anniversaire.

« En fait, je suis allé de l’avant et j’ai atteint le plus gros cookie et il a dit: » Remettez-le et vous pourriez revenir par la récréation et obtenir votre cookie «  », a déclaré Hauck. « Donc, après avoir remis le reste des cookies aux autres camarades de classe, je devais rester si je voulais mon cookie, et je l’ai fait. Il m’a appelé à son bureau … et c’est là qu’il a commencé … à se frotter contre moi.« 

Son agresseur présumé est Mordechai Yomtov, un professeur d’hébreu alors âgé de 35 ans.

« J’ai sauté en arrière comme un pas ou deux et il m’a attrapé les cheveux et a dit: » ça va, vous pouvez vous approcher. Je ne vous ferai pas de mal. Il n’y a rien de mal « , et il l’a encore fait », se souvient Hauck.

 

 

Hauck dit que les abus se sont poursuivis au cours de l’année. Il dit qu’il se sentait pris au piège, sans nulle part où aller.

À la fin de l’année, Hauck est passé à la classe supérieure. C’est alors que les crimes de Yomtov l’ont rattrapé. En 2001, la police l’a arrêté et accusé d’avoir commis des actes obscènes avec trois de ses autres élèves, âgés de 8 à 10 ans. Mais Hauck n’a parlé à personne de son calvaire des années plus tard.

Yomtov a finalement plaidé coupable, a purgé une peine de prison et a été libéré sous probation. Mais une fois libre, il a violé sa probation en fuyant vers Israël via le Mexique.

JCW l’a retrouvé et l’a confronté à Jérusalem avec une caméra cachée. Yomtov a admis avoir violé sa probation et fui illégalement les États-Unis avec aide. Il a également déclaré qu’au Mexique, il avait obtenu un faux passeport pour se rendre en Israël, où il vit illégalement.

Yomtov a nié avoir abusé de Hauck, mais a présenté des excuses générales à ses victimes, en disant: « Je suis très, très désolé. J’espère que Dieu aidera chaque personne qui est passée par là. Veuillez me pardonner. »

Ce n’est qu’en 2016, lorsqu’une autre victime présumée de Yomtov et ami de Hauck s’est manifestée, que Hauck s’est senti obligé de raconter son histoire. Il a déposé un rapport de police dans l’espoir d’obtenir justice, mais dit que les processus ont été lents. Pour lui, la justice est double.

« Je veux que le (procureur du comté de LA) intensifie son jeu – vous savez, vous battre pour le ramener ici et lui donner ce qu’il mérite« , dit-il. « Et aussi, je veux que les communautés s’assurent que cela ne se reproduise plus. »

Le bureau du procureur de district a déclaré à CBS News qu’il n’y avait eu aucune demande d’extradition de Yomtov vers les États-Unis et a refusé tout autre commentaire.

Drapeaux rouges, plus de victimes

L’aide de la communauté est un thème récurrent. Le rabbin Yehuda Oppenheimer sait de première main comment un pédophile peut fuir en Israël. En 2000, il a involontairement aidé Karow à s’échapper.

Les deux se sont rencontrés lorsque Karow a exprimé son intérêt pour la conversion au judaïsme. Un jour, Karow a soudainement dit qu’il voulait déménager en Israël.

Lorsqu’on lui a demandé s’il n’y avait rien du tout qui a déclenché des drapeaux rouges jusqu’au point où Karow a dit qu’il voulait déménager en Israël, le rabbin Oppenheimer a répondu: « J’aimerais pouvoir dire que [cela n’a soulevé aucun drapeau rouge], mais malheureusement , Je ne peux pas … Il [Karow] a dit: « Je prévois d’aller en Israël, je dois y aller beaucoup plus rapidement que je ne le pensais.« 

« Il a dit qu’il y avait eu quelque chose dans le passé quand il était jeune mais que rien ne s’était passé depuis. Je sentais que je pouvais lui faire confiance. Alors je lui ai écrit une lettre, il a acheté un billet et il est parti. »

Oppenheimer a donné à Karow les coordonnées de sa famille et de ses amis en Israël pour l’aider à s’installer. Un jour, un ami proche a appelé le rabbin.

« Je ne saurai jamais exactement ce qui s’est passé, mais quelque chose de très sexuel … quelque chose s’est passé avec leur fille et [Karow] a été arrêté. » Oppenheimer dit que cela ressemblait à « un coup de poing dans le ventre. C’était très douloureux« .

Il dit qu’il porte cette culpabilité à ce jour, et c’est pourquoi il a présenté son histoire. Il a un message pour les autres rabbins et chefs de communauté:

« Quand quelqu’un a offensé de cette façon, il y a de fortes chances qu’il le fasse à nouveau, peu importe à quel point il est gentil et pieux, sage, gentil et charismatique« , dit Oppenheimer. « Vous ne pouvez tout simplement pas leur faire confiance. Vous devez prendre des mesures pour les prévenir, vous ne pouvez pas les avoir autour des jeunes, vous ne pouvez pas les avoir chez vous. »

L’une des filles que Karow qui aurait été abusée en Israël est « Amoona ». Elle nous a demandé de ne pas utiliser son vrai nom, pour protéger sa famille.

«J’avais 5, 4 ou 5 ans. Ma mère était au lit. Mon père est un rabbin donc il n’était pas à la maison. Karow venait chez nous. Nous avions l’habitude de jouer à des jeux et puis c’est devenu sexuel. « 

L’agression alléguée s’est déroulée sur plus de deux ans. Un acte d’accusation israélien contre lui en juillet 2019 détaille les allégations d’abus sexuels graves, notamment de viol et de sodomie. Elle dit qu’il la menacerait et la manipulerait pour la garder silencieuse.

« ‘Je vais vous donner un cookie parce que vous le faites si bien.’ Il s’agit du cookie, il s’agit de mentir et il s’agit d’être si mauvais pour un petit enfant « , se souvient Amoona. « Il a également menacé de tuer mes parents. Il m’étouffait. Il me tienait. »

Inaction, ou protection?

Amoona est en colère que Karow ait été autorisé à entrer en Israël en premier lieu, mais le chef de l’exploitation de JCW, Shana Aaronson, dit que l’échec commence aux États-Unis. Elle dit qu’il y a des éléments de la communauté juive aux États-Unis qui sont prêts à aider les pédophiles à s’échapper.

« Souvent, il y a une sorte d’incitation communautaire, soit quelqu’un leur doit une faveur ou quelqu’un dans la communauté, disons qu’une institution, les a couverts par le passé et ils savent que si cela va devant les tribunaux, il y aura beaucoup de responsabilité civile à venir « , dit-elle.

Alors qu’Aaronson blâme les communautés juives des États-Unis et du gouvernement américain de ne pas poursuivre avec insistance les extraditions, elle affirme que les autorités israéliennes n’ont pas non plus accordé la priorité à la chasse aux suspects.

Elle dit à CBS News qu’il serait plus facile pour la police de localiser et d’arrêter Karow, par exemple, mais il est plutôt revenu à JCW de le retrouver.

Israël est connu comme une nation à la pointe de la technologie, mais Shana dit que cela ne se répercute pas sur l’application des lois locales. Shana dit que la police ne demande pas de vérification des antécédents des auteurs arrêtés en Israël qui ont récemment déménagé d’autres pays. Ils ne font même pas de recherche Google, dit-elle.

« Les normes et protocoles généraux pour les enquêtes par la police locale sont médiocres« , dit-elle.

JCW dit que le problème atteint également les échelons supérieurs de la politique israélienne. Ils notent que Yaakov Litzman, chef d’une alliance ultra-orthodoxe dans la législature israélienne et l’actuel ministre de la santé, a été accusé d’avoir empêché l’expulsion de  Malka Leifer, ancienne directrice d’un établissement scolaire juif en Australie, où elle est recherchée pour de multiples accusations d’abus sexuels sur des enfants.

CBS News a obtenu une recommandation de la police israélienne selon laquelle il existe suffisamment de preuves contre Litzman pour recommander qu’il soit lui-même accusé de fraude et d’abus de confiance pour avoir protégé Leifer. Le bureau de Litzman a déclaré à CBS News qu’il n’y avait aucun acte répréhensible. C’est maintenant au procureur général d’Israël de décider s’il faut inculper le législateur.

« C’est un bon exemple qui montre jusqu’où va le communautarisme« , a déclaré Aaronson de JCW. « C’est vraiment décevant et dégoûtant. »

La police israélienne n’a pas voulu commenter des cas spécifiques mais a insisté pour qu’elle prenne les cas au sérieux et qu’elle se coordonne « étroitement avec le ministère de la Justice et les organisations de police du monde entier afin de trouver les suspects, y compris à l’étranger« .

Le département américain de la Justice a également refusé de commenter des cas spécifiques, mais a salué leur relation avec les forces de l’ordre israéliennes, ajoutant que des délinquants sexuels avaient été extradés avec succès dans le passé.

Source : How Jewish American pedophiles hide from justice in Israel 


EN COMPLÉMENTAIRE

 

La cour suprême d’Israël, siège du futur nouveau gouvernement mondial illuminati

 

L’État d’Israël a été créé de toute pièce par la volonté de la famille Rothschild, l’une des 13 familles de la noblesse noire Illuminati et membre important de ce que l’Alliance (La Résistance) appelle “La Cabale“. A ne pas confondre avec la Kabbale (ou Kabbalah) pour ceux qui ne comprennent pas.

La Cour Suprême d’Israël, entièrement financé par les Rothschild est clair comme un nez au milieu de la figure pour qui veut bien ouvrir un temps soit peu les yeux. Ce bâtiment regorge de symboles illuminatis/maçonniques (la Franc maçonnerie n’étant que l’anti chambre de leurs grands frères les Illuminatis).

Je rappelle cependant que tous les illuminatis ne font pas partie de la Cabale, il y a des désaccords entre eux, des luttes internes et certains dirons nous sont mieux que d’autres, d’où la raison de l’appellation “Cabale” pour désigner ceux qui veulent réduire la population mondiale de 90% comme indiqué sur les pierres du Georgia Guidestone et instaurer leur Nouvel Ordre Mondial. Cependant les Rothschild font partie des pires de la Cabale & des Illuminatis. Que les choses soient bien claires.

Donc voici le bâtiment de la Cour Suprême d’Israël :

 

Photo de l’équipe des Rothschild avant la construction devant une maquette de la future Cour Suprême d’Israël.Cette peinture est à l’entrée de la Cour Suprême d’Israël.

 

Photo de la Cour Suprême d’Israël, notez a gauche la pyramide encastrée dans le bâtiment…

 

 

Vue de l’intérieur donnant sur la pyramide, remaquez le rond en haut symbolisant l’œil de Ra.

 

Le même symbole que vous retrouvez sur le billet de 1 dollar américain :

 

Dorothy de Rothschild y est enterrée sous l’obélisque :

 

Comme pour l’aéroport de Denver (qui affiche l’histoire prévue par les Franc Maçons pour nous), les symboles maçonniques y sont partout présents :

 

L’escalier qui mène à la lumière (à leur fausse lumière luciférienne)…

 

Panorama sur Jérusalem, capitale Palestinienne occupée par les Khazares qui n’ont aucune origine Sémite… Mais cela personne ne le sait et toute la communauté internationale s’en moque…
La bibliothèque est divisée en trois niveaux, représentant symboliquement les trois derniers degrés de la Franc-Maçonnerie (31è, 32è et le 33è honoraire).
C’est l’une des plus grosse collection de livres sur l’occultisme.

 

L’entrée de la cour de justice ressemble à une ancienne tombe Juive.

A l’extérieur de la cour de justice se trouve un escalier amenant à un niveau inférieur.Aucun temple occulte ne serait complet sans ces deux détails à venir.

Au beau milieu de l’escalier est la forme du vesica piscis (représentant les parties génitales de la femme) « pénétrée » par une colonne (symbole phallique).

Dehors, 2 sculptures de grenades (le fruit) sont posés au sol :

 

Le non moins célèbre Albert Pike (Franc Maçon) nous a donné la signification symbolique illuminati de ces grenades dans son livre “Morale et Dogme”. Si vous ne savez pas qui est Albert Pike renseignez vous, vous n’allez pas être déçu…
“The capitals were enriched by pomegranates of bronze, covered by bronze net-work, and ornamented with wreaths of bronze; and appear to have imitated the shape of the seed-vessel of the lotus or Egyptian lily, a sacred symbol to the Hindus and Egyptians.”
-Albert Pike, Morals and Dogma

 

Les illuminatis / Franc-Maçons attendent la reconstruction du temple de Salomon et ce temple est censé avoir 2 piliers nommés Jachin et Boaz, sur lesquels ces 2 grenades sont destinées a trôner :

 

Nous sommes donc bien dirigés par des occultistes adorateurs de Lucifer et ils ont bien en tête de nous imposer Jérusalem comme capitale du Nouvel Ordre Mondial comme le dit si bien Jacques Attali :

 

EN CONCLUSION

Maintenant que nous savons:organisons la Résistance Nationale de tous les Peuples contre le Nouvel Ordre Mondial!

La Patrie est en danger! Aux armes ,citoyens!