Des dizaines de sites archéologiques découverts par des bénévoles de leur domicile pendant l’isolement

 


Un peuplement probable de l’âge du fer ou de l’enceinte romaine (flèches rouges) et un système de champ associé (flèches bleues)
révélé par les données LiDAR mais caché aujourd’hui sous les bois

 

 

Des dizaines de sites romains, préhistoriques et médiévaux non enregistrés ont été découverts par des volontaires en archéologie basés à domicile pendant la fermeture du coronavirus.

Les fouilles peuvent être suspendues en raison de la pandémie, mais l’équipe a trouvé des parties de deux routes romaines, une trentaine d’enceintes de peuplement remblayées préhistoriques ou romaines, une vingtaine de tumulus préhistoriques, ainsi que les restes de centaines de fermes médiévales, des systèmes de terrain et les carrières . Ceux qui dirigent le projet pensent qu’ils feront beaucoup plus de découvertes dans les semaines à venir.

L’équipe, dirigée par le Dr Chris Smart de l’Université d’Exeter et travaillant dans le cadre du projet Understanding Landscapes financé par le National Lottery Heritage Fund, analyse des images dérivées de LiDAR., ou détection et télémétrie de la lumière, données. Cette technologie laser est utilisée lors des levés aériens pour produire des cartes topographiques très détaillées.

La végétation et les bâtiments modernes peuvent être supprimés, permettant aux archéologues de regarder la forme de la surface du terrain pour trouver les restes de terrassements archéologiques. Les données, obtenues à partir du projet Tellus Sud-Ouest et de l’Agence pour l’environnement, sont systématiquement examinées et recoupées avec des enregistrements d’archéologie connue et des cartes historiques, ce qui signifie que le total des nouvelles découvertes change régulièrement.

Le Dr Smart a déclaré: « Le Sud-Ouest possède sans doute les données LiDAR les plus complètes à ce jour au Royaume-Uni et nous les utilisons pour cartographier le plus possible l’environnement historique. Le projet se concentre actuellement sur la vallée de Tamar, mais cela a été étendu pour inclure une large bande de terre entre Bodmin Moor et Dartmoor, Plymouth et Barnstaple – environ 4000 km2 en tout.

«Il s’agit de la première analyse systématique majeure des données LiDAR de la vallée de Tamar vers l’ouest et s’appuie sur les ateliers de formation que nous avons organisés plus tôt dans l’année. Habituellement, nous serions maintenant sur le terrain pour étudier des sites archéologiques avec des groupes de volontaires ou pour préparer notre communauté. les fouilles, mais tout est maintenant en suspens. Je savais qu’il y aurait de l’enthousiasme au sein de notre groupe de bénévoles pour continuer à travailler pendant le verrouillage – on a même suggéré de renommer temporairement notre projet ‘Lockdown Landscapes’ – mais je ne pense pas qu’ils aient réalisé combien de nouvelles découvertes ils feraient.

 

Un tronçon d’une route probablement romaine

 

« Je suis très reconnaissant à notre équipe pour ses efforts et je suis heureux que nous puissions continuer à mener des recherches dirigées par des bénévoles en ces temps troublants, au rythme actuel, nous nous attendons à ce qu’ils reconnaissent des centaines de nouveaux sites archéologiques au cours des prochains mois. « 

Un bénévole régulier du projet, Fran Sperring, a déclaré: « La recherche de sites archéologiques jusque-là inconnus – et aider à identifier des lieux pour une éventuelle étude future – a été non seulement gratifiant mais captivant. Bien que ce soit une courbe d’apprentissage assez abrupte pour moi – étant un novice relatif au sujet – j’apprécie chaque minute. L’archéologie du confort chaud et sec de votre salon – quoi de mieux? « 

Le Dr Smart travaille en étroite collaboration avec son collègue de l’Université d’Exeter, le Dr Joao Fonte,

Le Dr Fonte a déclaré: « La télédétection est un outil très puissant pour la prospection archéologique. Alors que je travaille normalement dans le nord-ouest de la péninsule ibérique, je suis vraiment heureux de collaborer à ce projet et de partager mon expertise au profit des magnifiques paysages du Devon et de Cornwall, et un projet impliquant une communauté de bénévoles intéressés par leur propre patrimoine culturel. « 

L’équipe travaille également avec les équipes de Cornwall et du Devon Historic Environment Record pour trouver un moyen d’intégrer toutes ces nouvelles informations dans leurs bases de données et, éventuellement, de déployer le projet sur une plus grande partie du Sud-Ouest.

Lorsque le pire de la pandémie sera passé, l’équipe a l’intention d’entreprendre des levés géophysiques dans un certain nombre de sites nouvellement identifiés dans le cadre du projet Understanding Landscapes .

Le Dr Smart a déclaré: « Il est difficile pour nous de ne pas pouvoir effectuer le travail que nous avions prévu cet été – y compris une fouille au fort romain de Calstock – mais j’espère que ce n’est qu’un coup temporaire et que nous serons de retour à la campagne avec des bénévoles dès qu’il est possible de le faire en toute sécurité. « 

Source: Université d’Exeter [13 mai 2020]

 

 

 

 

 

 

Sensationnelle découverte d’une planète jumelle de la Terre et autres nouvelles du ciel

Vue d’artiste de l’exoplanète Kepler-1649c avec vue sur son étoile, une naine rouge.

 

Cette semaine, on découvre une rare planète potentiellement habitable à peine plus grande que la Terre, trois astronautes dont une recordwoman retrouvent la terre ferme, la Nasa ressort son vieux logo rouge pour fêter son retour aux vols habités, et une vue de la «bille bleue» par BepiColombo, qui nous a survolés la semaine dernière.

Une jumelle de la Terre dans les archives de Kepler

Une nouvelle cousine pour la Terre ! En réanalysant des données enregistrées par le télescope spatial Kepler, à la retraite depuis deux ans, une équipe d’astrophysiciens a trouvé la trace d’une exoplanète passée inaperçue jusqu’ici. Toutes les observations de Kepler sont pourtant scannées par un algorithme, chargé de détecter des signaux inhabituels dans la luminosité des étoiles : quand elle faiblit légèrement de façon régulière, c’est sans doute qu’une planète lui passe devant. On appelle cela la méthode des transits – redoutable pour découvrir des exoplanètes à la pelle. Mais l’algorithme avait manqué cette planète-là, raconte la Nasa, et il a fallu un deuxième épluchage humain des données pour corriger l’oubli.

Taille comparée de la Terre et de Kepler-1649c, exoplanète 1,06 fois plus grosse.

 

Et à côté de quoi on a failli passer ! Kepler-1649c – de son petit nom – fait 1,06 fois la taille de la Terre. Une jumelle presque parfaite. Et elle orbite dans la zone habitable de son étoile, là où la température permet la présence d’eau liquide, ce qui en fait une exoplanète vraiment exceptionnelle. Sur les 4 100 planètes extrasolaires qu’on connaît à ce jour, seule une vingtaine sont à la fois de taille terrestre et potentiellement habitables. Nos meilleures candidates pour y chercher des traces de vie extraterrestre. En janvier, TOI 700d avait rejoint cette liste de happy few.

Située à 300 années-lumière de nous, Kepler-1649c reçoit 75% de la quantité de lumière que la Terre reçoit du Soleil. C’est assez semblable, et les températures en surface de la planète sont peut-être proches des nôtres. En revanche, l’exoplanète orbite autour d’une naine rouge, un type de petite étoile connu pour être parfois éruptive, et donc dangereuse pour son environnement… et hostile au développement de la vie.

Retour sur Terre en pleine crise sanitaire

Les astronautes se sentiront peut-être comme dans Good Bye Lenin ces prochains jours : parachutés (au sens propre !) dans un monde à la fois familier et très différent de ce qu’il était il y a six mois, la dernière qu’ils y ont vécu. Jessica Meir, Andrew Morgan et Oleg Skripochka ont atterri ce vendredi matin dans les plaines du Kazakhstan, redescendus de l’ISS où ils séjournaient depuis septembre – et même juillet pour Andrew Morgan.

Atterrissage de l’expédition 62 de l’ISS au Kazakhstan, le 17 avril 2020.

 

Les photos de l’atterrissage les montrent souriants sur les fauteuils où on les assied tout de suite, incapables de marcher car écrasés par le retour à la gravité, dans un comité d’accueil tout en masques chirurgicaux. Sur l’ISS, les astronautes ont entre autres mené des expériences sur les fluides humains et le fonctionnement du cœur en microgravité, la mécanique des gouttes d’eau, et amélioré un spectromètre chargé de chercher l’hypothétique matière noire.

L’Américaine Jessica Meir est entrée dans les livres d’histoire spatiale en participant, le 18 octobre 2019, à la toute première sortie dans l’espace 100% féminine. Elle accompagnait sa collègue de la Nasa Christina Koch pour remplacer des batteries en panne.

Coucou la Terre, ici Bepi !

Vendredi dernier (10 avril) était un grand jour pour BepiColombo, la sonde euro-japonaise qui file vers Mercure pour l’étudier en détail. Lancée en octobre 2018, elle a suivi la Terre dans son orbite autour du Soleil pendant un an et demi et doit maintenant infléchir sa course vers l’intérieur du système solaire pour se rapprocher de sa cible. Pour entamer son virage, elle a profité de l’«assistance gravitationnelle» de la Terre en frôlant notre planète. BepiColombo nous a survolés à 12 700 kilomètres, soit la moitié de l’altitude de croisière des satellites GPS et Galileo !

La sonde a pris des photos tout au long de son approche et de son éloignement. Mises bout à bout, elles forment une animation émouvante de notre «bille bleue» vue de loin…

Ci-dessous, une version retraitée pour homogénéiser l’exposition :

BepiColombo devait être surveillée d’un peu plus près que d’habitude durant le survol. Les ingénieurs de l’ESA qui gèrent les sondes au centre de Darmstadt, en Allemagne, n’avaient jamais vécu un tel moment dans des conditions aussi particulières – une partie des salariés en télétravail, les autres devant coopérer sans s’approcher dans les locaux…

Nasa : le retour du logo «ver»

C’est le genre de petit rien qui fait battre les cœurs nostalgiques. Le vieux logo tout rouge de la Nasa, utilisé entre 1975 et 1992, va orner une fusée de SpaceX pour célébrer «le retour des vols habités sur des fusées américaines depuis le sol américain».

La Falcon 9 qui emmènera les premiers astronautes vers l’ISS à bord d’une capsule Crew Dragon est ornée du vieux logo rouge de la Nasa.

 

 

La Falcon 9 qui emmènera les premiers astronautes vers l’ISS à bord d’une capsule Crew Dragon est ornée du vieux logo rouge de la Nasa. Photo SpaceX

Cela fait presque dix ans en effet, depuis le retrait de la navette spatiale en 2011, que les Américains n’ont pas pu se rendre sur la station spatiale par leurs propres moyens : tous les ans, ils achètent des places à bord des vaisseaux russes Soyuz, qui assurent seuls le trafic humain vers et depuis la station. Mais les choses vont bientôt changer. Deux nouvelles capsules américaines sont en cours de tests et feront bientôt leur premier vol habité. L’une est conçue par Boeing (la Starliner), l’autre par SpaceX (Crew Dragon). Cette dernière devrait décoller fin mai avec des astronautes à son bord.

Le sceau de la Nasa, son logo entre 1975 et 1992, et le logo historique utilisé aujourd’hui.

 

«Le design à la fois rétro et moderne du logo illustrera la joie d’ouvrir une nouvelle ère du vol spatial habité», espère la Nasa. L’agence rappelle que ce vieux logo est surnommé «le ver», avec ses quatre lettres épurées qui se tordent comme des asticots rouges. Le logo historique de la Nasa avec l’orbite blanche et le chevron rouge sur fond bleu, utilisé entre 1959 et 1975 puis de 1992 à aujourd’hui, est surnommé «meatball» (la boulette de viande).

L’hélicoptère martien est visible en bas de l’image, attaché au «ventre» de Perseverance. Il sera déployé environ deux mois et demi après l’atterrissage du rover américain.

L’hélicoptère martien de la mission Mars 2020 a été attaché au rover Perseverance la semaine dernière, au centre spatial Kennedy en Floride. Il est visible en bas de l’image, attaché au «ventre» de Perseverance. Il sera déployé sur Mars environ deux mois et demi après l’atterrissage du rover américain, en février 2021.

 

 

 

 

 

Astronomie:L’objet le plus lointain à ce jour est détecté dans notre système solaire

Représentation de 2018 VG18

 

 

C’est le premier objet de notre système détecté à une distance plus de 100 fois supérieure à celle de la Terre par rapport au Soleil.

L’objet nommé 2018 VG18 a reçu le surnom « Farout » en raison de son emplacement extrêmement éloigné, à une distance d’environ 120 unités astronomiques (UA).

Une unité astronomique est définie comme la distance entre la Terre et le Soleil. À ce jour, l’objet du système solaire le plus éloigné était Éris, située à environ 96 UA.

Par comparaison, Pluton se trouve à environ 34 UA. Farout est donc plus de trois fois et demie plus éloigné que la planète naine.

L’objet 2018 VG18 a été découvert par des chercheurs de l’Institut Carnegie pour la science dans le cadre des recherches pour trouver l’éventuelle neuvième planète, la fameuse planète X.

En octobre dernier, la même équipe avait détecté un autre objet extrêmement éloigné du Soleil, bien au-delà de Neptune. Cet objet situé à environ 80 UA avait été surnommé « the Goblin ».

«2018 VG18 est beaucoup plus éloigné et se déplace beaucoup plus lentement que n’importe quel autre objet du système solaire observé à ce jour. Il faudra donc quelques années pour déterminer complètement son orbite.» – Scott Sheppard

Si les simulations actuelles concernant l’existence de ces astres ne prouvent pas qu’il y a une autre planète massive dans notre système, elles sont une preuve supplémentaire que quelque chose d’énorme se trouve à ses confins, estiment les chercheurs.

La Conspiration nazi:Découverte exceptionnelle d’une rare machine de chiffrement , «Hitler Mill», dans la forêt bavaroise

Le SG-41, également connu sous le nom de Hitler Mill, était le successeur de la machine de cryptage Enigma. Les détectives ont maintenant trouvé un spécimen dans une forêt bavaroise.

 

Comme on le sait, des spécialistes polonais et britanniques ont brisé la machine de cryptage allemande Enigma pendant la Seconde Guerre mondiale. Certains experts allemands du cryptage connaissant au moins les faiblesses d’Enigma, une nouvelle machine de cryptage a été introduite vers la fin de la guerre – le Schlüsselgerät (clé device) 41, également appelé SG-41 ou Hitler Mill (en raison de la manivelle qui devait être tournée pour le fonctionnement).

Cependant, cette initiative visant à remplacer Enigma est arrivée trop tard. Environ 500 Hitler Mills seulement ont été produits au cours de la dernière phase de la Seconde Guerre mondiale, ce qui était de loin insuffisant pour remplacer toutes les énigmes (on estime qu’il en existe près de 30 000).

Le moulin Hitler a fonctionné complètement différent que l’Enigma. Le mécanisme de cryptage était similaire (avec toutefois d’importantes améliorations) à celui du Hagelin BC-38. Le moulin Hitler est généralement considéré comme indestructible avec les moyens de déchiffrement du code disponibles dans les années 1940. Si les Allemands avaient introduit cette machine plus tôt, les dernières années de la Seconde guerre mondiale auraient pris un cours différent.

Un moulin hitlérien dans la forêt

Selon un communiqué de presse du Deutsches Museum de Munich, deux chasseurs de trésors passionnés ont découvert un moulin Hitler dans une forêt près de Munich – et l’ont transféré au Deutsches Museum (grâce à Wolfgang Bartsch, Dennis Penne, Tobias Schrödel et Dr Ralf Bülow pour l’allusion). Considérant que cette machine reposait dans la forêt depuis plus de sept décennies, elle n’a pas l’air mauvais (photo: Deutsches Museum / Konrad Rainer):

La machine telle que découverte.

Le Deutsches Museum possède une collection cryptographique intéressante. Cependant, il n’est pas actuellement affiché.

Les deux chercheurs, Max Schöps et Volker Schranner, ont fait leur découverte en mai de cette année. La recherche d’objets vintage dans le sol avec un détecteur de métal est leur passe-temps. Le moulin Hitler qu’ils ont trouvé était situé à environ 40 centimètres de profondeur. Schranner a déclaré: «Au début, j’ai été déçu parce que je pensais: nous avons découvert un auteur de type terrain utilisé par les soldats pendant la Seconde Guerre mondiale.» Ce n’est que plus tard qu’ils ont compris qu’ils avaient trouvé la vie.

La photo suivante montre les trouveurs avec Carola Dahlke du Deutsches Museum (photo fournie par le Deutsches Museum):

À la fin de la guerre, de nombreux greffiers ont suivi les instructions et ont détruit leurs machines avant qu’elles ne tombent entre les mains de l’ennemi. Pour cette raison, des machines de chiffrement endommagées (en particulier Enigmas, comme indiqué sur le site Web de Tom Perera) se trouvent parfois dans des forêts ou des lacs. Le moulin Hitler cassé ci-dessous, qui a probablement été dans l’eau pendant des décennies, est exposé dans le musée de la machine à écrire de Partschins:

oici un autre moulin hitlérien abandonné après la guerre et retrouvé des décennies plus tard (la photo a été prise à la radio HAM de Friedrichshafen)

 

L’exposition sur les codes et les codes au Deutsches Museum devrait rouvrir d’ici la fin de 2019. Je suis sûr que le Hitler Mill, aujourd’hui retrouvé, fera partie de cette collection.

 

 

Fantastique découverte d’un énorme objet céleste énigmatique repéré au-delà de notre Système solaire

Un géant objet céleste flotte à l’extérieur de notre Système solaire sans que les astrophysiciens puissent déterminer de quoi il s’agit. Certains d’entre eux supposent toutefois que c’est un objet libre de masse planétaire, autrement dit un objet possédant la masse d’une planète, mais qui n’est attaché gravitationnellement à aucune étoile.

Des astrophysiciens ont découvert à l’aide du Très Grand Télescope installé au Chili un objet céleste flottant au-delà de notre Système solaire et ayant une masse 12.7 fois plus importante que celle de Jupiter. D’après les chercheurs, il ne gravite autour d’aucune étoile et se trouve seulement à 20 années-lumière de la Terre.

Loin ,très loin dans l’espace!
«Compte tenu de sa taille, cet objet est juste à la limite entre une planète et une naine brune, ou une étoile manquée. Il nous réserve sans doute son lot de surprises susceptibles de nous aider à comprendre les processus magnétiques se déroulant sur d’innombrables étoiles et planètes», a expliqué l’astrophysicienne Melodie Kao, chargée des observations.
Pour rappel, une naine brune est un objet trop gros pour être une planète, mais en même temps n’est pas assez grand pour maîtriser une fusion nucléaire d’hydrogène dans son noyau, ce qui est essentiel pour les étoiles.L’objet en question, déjà nommé SIMP J01365663 + 0933473, avait été détecté pour la première fois en 2016, et avait d’abord été qualifié comme une naine brune. Les dernières observations laissent toutefois supposer qu’il serait plus jeune qu’on ne le pensait auparavant car son âge ne s’élèverait qu’à 200 millions d’années, et que sa masse ne serait pas si imposante, si bien qu’il pourrait être classé comme une planète. Sa température serait également beaucoup plus froide que celle du Soleil, à savoir 825°C. L’objet possèderait en outre un fort champ magnétique, dont la force serait 200 fois plus grande que celle de Jupiter.

La nature exacte de l’objet reste ainsi à déterminer. Au demeurant, les méthodes utilisées pour sa détection pourraitent constituer «une nouvelle technique permettant de détecter des exoplanètes, y compris celles qui ne gravite autour d’aucune étoile parentale», a conclu le chercheur Gregg Hallinan.

Donc,tout est possible même la Planète Nibiru associée aux sumériens!

Fantastique découverte d’un grand lac d’eau liquide découvert sur Mars

Une équipe de chercheurs annonce la découverte d’un lac d’environ 20 km de large situé sous une couche de glace martienne. C’est la première fois qu’un tel volume d’eau liquide est découvert. Les détails de cette étude sont rapportés dans la revue Science.

 

Une équipe internationale d’astronomes annonce avoir repéré un lac sur Mars. La découverte de cette vaste étendue d’eau souterraine, que vous retrouverez sous le pôle Sud de la planète rouge, est un tournant dans la recherche de la vie sur d’autres planètes. “C’est un résultat stupéfiant qui laisse penser que la présence d’eau sur Mars n’est pas seulement un ruissellement temporaire révélé par de précédentes découvertes, mais une masse d’eau permanente qui crée les conditions pour de la vie sur une période de temps prolongée“, a commenté Alan Duffy, professeur associé à l’université de Swinburne (Australie), qui n’a pas participé à l’étude.

 

Ce lac, large d’une vingtaine de kilomètres (et pas très profond), “ressemble à l’un des bassins interconnectés situés sous plusieurs kilomètres de glace au Groenland et en Antarctique“, explique Martin Siegert, géophysicien à l’Imperial College de Londres. Selon les premières estimations, qui demandent à être confirmées, cette étendue d’eau liquide se trouverait à environ 1,5 kilomètre sous la surface glacée. Les chercheurs se sont ici appuyés sur les données de MARSIS, un radar installé sur la sonde Mars Express, de l’Agence spatiale Européenne, en orbite depuis 2005, qui a pour objectif principal de “scruter ce qui se trouve en dessous de la surface martienne”.

L’instrument fonctionne en analysant le temps que met l’onde radar à revenir à la sonde. Cette onde réagit différemment en fonction des matériaux traversés. C’est alors qu’à environ 1,5 km sous la couche de glace du pôle sud martien, les données récoltées ne collaient pas avec de la glace, de la roche ou de simples sédiments. Les chercheurs estiment alors que la “matière” traversée la plus probable est bel et bien de l’eau liquide.

 

Notons par ailleurs qu’il fait -68°C sous cette couche de glace. Comment se fait-il alors que cette eau ne soit pas complètement gelée ? Tout dépend de la pression, mais surtout de la composition de l’eau (plus elle est salée, plus la température doit être basse pour qu’elle gèle). Les chercheurs font ici remarquer qu’une eau avec un fort dosage de sels de sodium, de magnésium et de calcium, peut effectivement rester liquide jusqu’à -74°C. Et ces trois éléments ont été repérés à la surface martienne.

D’autres analyses devront être faites pour confirmer la présence de cette eau liquide sous la surface martienne. Si telle est le cas, cette annonce aura à coup sûr de fortes implications pour les futures missions d’ores et déjà prévues. Pourrait-on y retrouver une vie microbienne ? Rappelons que si Mars est désormais froide, désertique et aride, elle était auparavant chaude et humide et abritait une large quantité d’eau liquide et de lacs il y a au moins 3,6 milliards d’années.

Source

 

 

 

 

 

 

 

Astronomie:Découverte fantastique d’un objet mystérieux au-delà de Pluton donne des indices à l’existence de la planète Nine

Une découverte récente a ajouté des preuves que la mystérieuse Planet Nine – en orbite dans le nuage Oort bien au-delà de Pluton – existe. 


– Les astronomes à la recherche de preuves d’une grande planète qui se cache à la périphérie de notre système solaire ont plutôt localisé un étrange monde nain qui, bien qu’il ne soit pas exactement ce qu’ils recherchent, fournit néanmoins des preuves supplémentaires de la mystérieuse planète Nine. 
– Les observateurs astronomiques ont identifié un petit corps céleste techniquement dans le système solaire qui présente une orbite étrange qui – selon les chercheurs – ne peut s’expliquer qu’en supposant qu’un autre objet encore plus grand (et non détecté)  décrit également une orbite similaire autour du soleil . 

Pendant une poignée d’années, les astronomes ont affirmé l’existence d’une neuvième planète bien au-delà de l’orbite de Pluton entourant notre soleil et ont cherché des preuves dans les cieux. 
– 
La chasse est devenue sérieuse après que les observateurs du ciel en 2016 ont remarqué que plusieurs objets du système solaire lointain se comportaient étrangement. Les corps du système solaire de l’orbite lointaine – beaucoup plus loin que Pluton – ont tous orbité le soleil à un angle prononcé de celui des planètes intérieures. 
– 
La découverte a suggéré que l’influence gravitationnelle d’une autre planète – et beaucoup plus grande – affectait les orbites des corps orbitaux lointains. Maintenant, des découvertes récentes notant l’orbite étrange de l’objet planétaire nouvellement découvert 2015 BP519 ajoutent des preuves que Planet Nine est réel. 

2015 BP519, en orbite autour du soleil à un angle de 54 degrés par rapport à presque tout le reste à l’intérieur de l’orbite de Pluton, de nombreux astronomes théorisent que la planète Nine est la cause. 
– 
La découverte et la confirmation de la planète Nine – et de tous les corps du système solaire en orbite lointaine – est extrêmement problématique, étant donné que son emplacement est considéré comme étant plusieurs fois aussi éloigné que Pluton. 

Même les télescopes les plus puissants de l’humanité ont du mal à trouver un minuscule point qui est aussi complètement sombre , car on pense qu’il est trop éloigné pour que les rayons du soleil nous reviennent.

Bien que cela n’aide pas que les astronomes ne sachent pas exactement où pointer leurs télescopes, le nombre croissant de preuves indique que dans un avenir pas trop lointain, la mystérieuse planète Nine est due à son gros plan.

 

Dinosaures:215 œufs fossilisés de ptérosaures découverts en Chine

La mise au jour de centaines d’oeufs fossilisés de ptérosaures dans le nord-ouest de la Chine permet de mieux comprendre la vie de ces reptiles volants qui peuplaient la terre aux côtés des dinosaures durant le Crétacé il y a 120 millions d’années.

 

Dessin d’artiste représentant des ptérosaures Cette découverte de paléontologues brésiliens et chinois permet entre autres d’établir que les bébés Hamipterus tianshanensisétaient incapables de voler à la naissance, et qu’ils devaient donc compter sur les soins de leurs parents.

Pas moins de 215 œufs ont été mis au jour, dont certains contenaient des embryons.

Cette espèce de Hamipterus tianshanensis se nourrissait en grande partie de poissons.

Les adultes possédaient une crête au sommet d’un crâne allongé et des dents pointues. Leurs ailes déployées présentaient une envergure de plus de 3,5 m (11 pi).

En outre, des milliers d’autres spécimens de mâles et femelles ont été découverts sur le même site de la région de Xinjiang.

« C’était certainement un paradis pour les ptérosaures », affirme le paléontologue chinois Shunxing Jiang en décrivant le site, qui devient ainsi l’endroit sur la planète qui recèle le plus d’informations sur ces créatures.

Les ptérosaures furent les premiers vertébrés à voler. Les oiseaux et les mammifères ont suivi par la suite.

Jusqu’à aujourd’hui, aucun oeuf de ptérosaure n’avait été découvert avec des embryons conservés en trois dimensions. Les chercheurs pensent qu’il pourrait exister jusqu’à 300 autres œufs au même endroit, enterrés sous les fossiles exposés.

Selon le paléontologue brésilien Alexander Kellner, les os embryonnaires indiquent que les pattes postérieures d’un bébé Hamipterus se développaient plus rapidement que certaines parties des ailes.

Les chercheurs pensent que les restes de ptérosaures découverts appartiennent à des spécimens qui vivaient dans une grosse colonie près d’un lac d’eau douce.

Ils soupçonnent que des oeufs et certains individus juvéniles et adultes ont été emportés par les eaux du lac lors d’une importante tempête et qu’ils ils y ont été préservés et ensuite fossilisés.

Les oeufs mesurent jusqu’ à environ 7,2 cm de long. Ils ressemblent aux oeufs mous de certains serpents et lézards modernes.

Peu d’oeufs et d’embryons de ptérosaure ont été découverts au cours des années, en partie parce que les œufs à coquille molle se fossilisent difficilement.

Le détail de ces travaux est publié dans le journal Science .

Archéologie:Un temple perdu de Ramsès II a été découvert en Egypte

Des archéologues égyptiens et tchèques ont mis au jour un ancien temple dédié au pharaon Ramsès II. L’édifice a permis de confirmer des hypothèses énoncées par la communauté scientifique.

Le début des fouilles,en Égypte.

 

 

Une mission archéologique codirigée par des Egyptiens et des Tchèques a permis de mettre au jour les vestiges d’un temple dédié à Ramsès II, le troisième pharaon de la 19e dynastie, qui a régné sur l’Egypte il y a plus de 3200 ans. L’édifice, découvert à Abousir, un site situé à 25 kilomètres du Caire, mesurerait 32 mètres de large pour 51 mètres de long. D’après Mohammed Meguahed, archéologue égyptien qui a supervisé les recherches, le temple était érigé sur des fondations en briques et des pylones, dont certains ont été peints en bleu, a-t-on appris dans un communiqué de presse du ministère égyptien des antiquités. Et à l’arrière, un escalier conduisait à une chambre en pierres surélevée.

Sur un des murs, les chercheurs ont trouvé des restes de gravures dédiées à des dieux solaires, notamment Râ, ce qui confirme l’adoration de cette divinité par Ramsès II. «La découverte du temple de Ramsès II fournit des preuves uniques sur la construction et les activités religieuses du roi dans la région de Memphis, et, en même temps, montre que le dieu du soleil Râ a été vénéré à Abousir depuis la cinquième dynastie», a déclaré aux médias égyptiens Mirsolave Barta, directeur de la mission tchèque.

Selon les archéologues, trois bâtiments de stockage se trouvaient également sur le temple. «Les vestiges de ce bâtiment, qui constitue le noyau même du complexe, étaient couverts d’énormes dépôts de sable et de morceaux de pierre», a ajouté M. Barta. Selon lui, Ramsès II avait compris que la visibilité était au cœur de la réussite de son règne et il aurait ainsi construit des structures imposantes pour projeter son hégémonie et sa grandeur.

Un trou mystérieux plus grand que les Pays-Bas s’est ouvert au milieu de la glace antarctique

Un trou de la taille du Maine – ou plus grand que les Pays – Bas , selon la masse géographique qui signifie plus pour vous – s’est ouvert dans la mer de Weddell en Antarctique. Dans une couche de glace de mer autrement épaisse, encore gelée de l’hiver antarctique, le trou est une aberration scientifique.

Les scientifiques  ne sont pas sûrs de ce qui se passe sur et sous la glace de l’Antartique, mais ils en parlent tous .

«On dirait que vous venez de percer un trou dans la glace» , a déclaré à la carte mère de Vice le physicien atmosphérique Kent Moore de l’Université de Toronto .

Moore, avec le groupe d’observation et de modélisation du carbone et du climat dans l’océan Austral ( SOCCOM ) à Princeton, étudie le trou mystérieux qui s’est produit dans des images satellites vers le 9 septembre 2017.

Les scientifiques appellent des trous entourés de glace de mer  » polynyas. « National Geographic explique que les polynas sont créés lorsque les courants océaniques poussent l’eau chaude vers la surface, fondant la glace qui se trouve sur le dessus. Lorsque l’eau de surface entre en contact avec l’atmosphère antarctique, elle se refroidit et coule, puis se réchauffe et remonte vers la surface.

Cette polynie particulière apparue précédemment pour plusieurs saisons dans les années 1970. Le trou s’est ouvert à nouveau l’année dernière pour la première fois en quatre décennies, et réapparu, encore plus grand, le mois dernier.

En ce moment, expliquer pourquoi le trou s’est encore ouvert est un mystère. Moore dit qu’il serait « prématuré » de le connecter au changement climatique, bien que son équipe analyse les données pour mieux comprendre ce qui pourrait avoir causé cela.

« C’est maintenant la deuxième année consécutive qu’il est ouvert après 40 ans de ne pas être là », a déclaré Moore à Motherboard. « Nous essayons toujours de comprendre ce qui se passe. »

Mais Earther note qu’une autre équipe, du Centre Helmholtz pour la recherche océanographique à Kiel, en Allemagne, croit que sa réapparition confirme leurs modèles de variabilité climatique , ce qui suggère que la polynie pourrait se manifester à nouveau.

« Alors que de nombreux modèles climatiques ont tendance à produire une polynie océanique aussi large, la caractéristique a été considérée comme un pépin de modèle perturbateur par rapport à un vrai phénomène dans le passé », a déclaré à Earther Torge Martin, un météorologue et modélisateur du climat au Centre Helmholtz. « Sa récurrence soutient notre hypothèse … que le Weddell Polynya n’était pas un événement ponctuel, mais il a  peut-être survenu régulièrement dans le passé ».

La nouvelle du trou se rapproche d’autres indications de changement majeur en Antarctique. Il y a quelques semaines, un iceberg de plus de deux fois la taille de Pariss’est détaché du glacier Pine Island en Antarctique de l’Ouest, au même endroit que deux autres grands événements de détachement de glace ont eu lieu ces dernières années. Et cette semaine, un nouvel article publié dans Geophysical Research Letters a révélé que le réchauffement des océans minait considérablement l’intégrité d’une importante plate-forme de glace flottante dans l’Antarctique de l’Ouest. L’eau chaude sculpte ce que le journaliste du Washington Post Chris Mooney a appelé un «énorme canyon à l’envers» dans la calotte glaciaire par le bas. Le canyon coupe presque à mi-chemin à travers la plate-forme de glace de Dotson.

Le statut de la plate-forme de glace n’a pas d’impact direct sur l’élévation du niveau de la mer puisqu’il flotte et déplace donc déjà autant d’eau qu’il le ferait s’il était liquide. Mais sa stabilité est d’une importance critique; comme d’autres tablettes de glace flottantes, Dotson empêche les grands glaciers de glisser dans la mer, ce qui affecterait certainement le niveau de la mer.

 

EN CONCLUSION

Cette découverte majeure survient quelques semaines après celle de 51 nouveaux volcans sous la calotte glaciaire antartique,les mesures montrant une importante émanation d’énergie en provenance de l’ancien site de Neue Schwabenland,la découverte d’une troisième pyramide sous la glace et,en  plus,celle de structures non naturelles sous  la banquise antartique  laissant supposer que nous serions en face des ruines d’une très ancienne civilisation.

Aussi j’ai le grand pressentiment (pour ne pas dire:la certitude) que le sort futur de l’humanité repose sur les découvertes que nous allons faire en Antartique…particulièrement sur les anciennes bases secrètes allemandes.

Oui,nous allons retourner à Neue Schwabenland et j’en fait le serment,au nom des Défenseurs de la Terre!

Si vous acceptez de nous aider,nous allons créer une fondation pour financer cette expédition et nous aurons besoins de l’aide de tous!