La Grande Arnaque du COVID 19:Quand les chèvres,les moutons et les manques sont testés positif en Tanzanie…par le président

La Grande Arnaque mise à jour en Tanzanie:

Alerte : Tests Covid truqués et contaminés !!! « C’est sûr qu’il y a quelque chose d’étrange qu’ils sont en train de faire » Pdt. Magufuli + Tests contaminés au Royaume-Uni et au Canada https://www.ouest-france.fr/sante/vir… https://www.msn.com/fr-ca/actualites/…

Voici la vidéo qui va déranger:

John Pombe Joseph Magufuli, né le 29 octobre 1959, est un homme d’État tanzanien. Nommé à la tête de plusieurs ministères au cours de sa carrière, il est élu président de la République le 5 novembre 2015.

 

Cet homme a une carrière singulière de lutte contre la corruption ; il a d’ailleurs réduit son propre salaire par plus de 3 apparemment, et il a limité largement les frais somptuaires dans son pays.

 


 

EN COMPLÉMENT

LE NOUVEL ORDRE MONDIAL AVERTIT L’AFRIQUE

Suite à la conférence du président de Tanzanie:

Selon l’Organisation mondiale de la Santé, le nombre de cas confirmés de coronavirus en Afrique a dépassé les 51 000 et le bilan des décès s’élève à près de 2000. Elle avertit que le continent pourrait voir le nombre de cas augmenter au cours des prochaines semaines.

La directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, Matshidiso Moeti, a déclaré jeudi qu’une personne sur quatre dans la région pourrait être contaminée au virus pendant la première année, si sa propagation n’est pas endiguée. Selon elle, 190 000 personnes pourraient en mourir.

Mme Moeti a exhorté les gouvernements à rapidement prendre des mesures. Selon elle, alors que la propagation dans les communautés est établie dans environ un tiers des pays, le pic des contaminations pourrait survenir dans 4 à 6 semaines si aucune mesure n’est prise.

Entre-temps en Afrique du Sud, le pays le plus durement frappé du continent, le nombre de cas a déjà dépassé les 7800. Salim Abdool Karim, le directeur du comité consultatif du ministère de la Santé, a déclaré mercredi que l’épidémie dans le pays devrait atteindre son pic entre fin juillet et début septembre.

 

 

 

 

 

Publicités

Royaume-Uni: une fillette de 7 ans poignardée à mort par un envahisseur somalien

 

Une belle jeune fille assassinée …pourquoi?

Bolton, Royaume-Uni: une jeune fille blanche de sept ans a été poignardée à mort par une Somalienne devant son père alors qu’elle passait son scooter devant un banc de parc le jour de la fête des mères, selon une enquête entendue plus tôt cette semaine.

Emily Jones était «  en train de profiter du soleil du printemps  » avec sa famille à Queen’s Park à Heaton, Bolton le 22 mars lorsque la Somalienne de 30 ans (les autorités, pour une raison quelconque, ont refusé de l’identifier), qui était assise sur un banc en bois, a poignardé la jeune fille dans le cou. Les services d’urgence ont été appelés dans le parc vers 14h30 – avec l’enfant transporté d’urgence à l’hôpital royal de Salford, à proximité, pour qu’Emily meure tragiquement peu de temps après malgré les «  meilleurs efforts  » des médecins, a rapporté Bolton News au Royaume-Uni.

Le coroner principal par intérim, Alan Walsh, a décrit le décès d’Emily comme «  l’un des cas les plus tragiques  » qu’il avait présidé au début de l’enquête sur le décès de l’enfant à Bolton Coroner’s Court.

«J’ai été vraiment touchée par les photographies d’Emily qui m’ont été envoyées. J’adresse mes sincères condoléances à la famille et aux amis d’Emily, mais en particulier à ses parents, qui étaient présents dans le parc et à son père, qui était à proximité  », a déclaré le coroner.

«  Au cours de mes 20 années en tant que coroner, c’est l’une des morts les plus tragiques que j’ai connues et la perte d’un enfant de sept ans beau, innocent, vivant, intelligent et charmant dans ces circonstances est une tragédie inimaginable. J’apprécie que les parents d’Emily soient au-delà de la dévastation et mes pensées sincères les accompagnent en ce moment extrêmement triste  », a déclaré Walsh.

Le corps d’Emily a depuis été libéré pour l’enterrement

Des fleurs et des peluches rendent hommage à la fillette de sept ans, tuée par une migrante noire.

Au cours de l’enquête judiciaire, le coroner du policier, Rebecca Gardner, a déclaré au tribunal: «Emily était sur son scooter en train de jouer. Alors qu’elle passait devant un banc en bois, une femme s’est assise sur le banc et a soudainement attaqué Emily, la poignardant dans le cou, lui causant des blessures catastrophiques.

« Emily a été emmenée à l’hôpital Royal de Salford, mais malgré tous les efforts pour sauver Emily, sa mort a été diagnostiquée à 15,56 heures ce jour-là. » Le tribunal a également appris que l’autopsie d’Emily avait révélé qu’elle était décédée des suites d’une blessure au cou incisée.

Les jeunes filles mortes sont-elles le prix à payer pour la «diversité»? – tant de personnes violées et assassinées pour que nous puissions être «multiraciales»? Quand avons-nous demandé à être rendus «multiraciaux» de toute façon?

La Somalienne accusée a été arrêtée dans le parc et a été détenue en vertu de la loi sur la santé mentale. Elle reste dans un établissement à haute sécurité. Les médias sociaux ont identifié l’agresseur comme un immigrant somalien.

Walsh a poursuivi: « Je suis extrêmement triste de sa mort et il est important que ses parents sachent que tous nos souhaits sont avec eux et que nos pensées les accompagnent en ce moment extrêmement triste. »

Pendant ce temps, la famille de l’enfant a rendu hommage à leur fille en l’appelant «la lumière de nos vies».

Ils ont ajouté: «Elle était toujours pleine de joie, d’amour et de rires. Emily avait un sourire si effronté et était belle à l’intérieur comme à l’extérieur. Elle avait un cœur gros comme son sourire. Emily n’a jamais été aussi heureuse que lorsqu’elle passait du temps avec sa famille et ses amis, elle était notre propre petit papillon social. Emily était passionnée de plein air et adorait pratiquer n’importe quel sport, même lorsqu’elle portait ses robes roses scintillantes.

«  Nous sommes au-delà de la dévastation que cet acte de violence aléatoire signifie que nous ne pourrons jamais voir notre belle petite fille devenir la merveilleuse jeune femme qu’elle montrait si prometteuse de devenir. C’est vraiment navrant de se réveiller dans un monde sans Emily et nous ne pouvons pas comprendre pourquoi cela s’est produit  », ont ajouté les parents de la jeune fille.

Il faut dire à ses parents: ce n’était pas un hasard. Leur fille a donné sa vie en conséquence directe des plans génocidaires de ceux qui ont délibérément ouvert les frontières de chaque nation blanche. La mort d’Emily est survenue à cause de ce programme génocidaire.

Notre prédiction: Bientôt, ils feront beaucoup plus de bruit sur la «maladie mentale» du pauvre assassin somalien. Enfer, le QI moyen des Somaliens est proche de 70, donc on pourrait faire valoir que la plupart sont «mentalement malades» selon nos normes. Mais cela ne sera jamais déclaré par les médias contrôlés par les Juifs ou par les putains rémunérées par les Juifs appelées politiciens. Oh non. Aucune enquête ni étude ne sera réalisée pour évaluer l’effet sur les non-Blancs, «malades mentaux» ou non, de la propagande anti-blanche et pro-invasion de ces mêmes médias 24/7.

Sources:à Scallywag et Vagabond

Avant-garde nationale )

 

 

 

Les démocrates ouvrent la procédure de destitution à l’endroit de Donald Trump

 

La présidente de la Chambre des représentants annonce une enquête sur la destitution de Donald Trump.

La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, qui avait jusqu’ici servi de pare-feu à cette démarche en raison des risques électoraux qu’elle pose, a fini par annoncer, mardi après-midi, l’ouverture de l’enquête, aussitôt dénoncée par Donald Trump.

Cette démarche exceptionnelle de la politique américaine est réservée pour les actes de trahison, corruption ou autres crimes et délits majeurs.

 

Au cours d’un point de presse de six minutes, la démocrate la plus puissante du Congrès a accusé le président d’avoir violé la loi et ses responsabilités constitutionnelles pour faire des gains politiques.

Invoquant le système de contrepoids du système politique américain, elle a exposé les motifs de sa décision. L’administration Trump a refusé de remettre la plainte d’un lanceur d’alerte au Congrès, comme la loi l’exige, et le président lui-même a admis avoir demandé au président de l’Ukraine de poser des actions qui lui seraient bénéfiques [au président Trump] sur le plan politique, a-t-elle martelé.

Les démocrates soupçonnent Donald Trump d’avoir fait pression sur son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky, au cours d’un entretien téléphonique ayant eu lieu en juillet dernier pour qu’il relance une enquête sur une société gazière qui comptait le fils de son rival démocrate Joe Biden au sein de son conseil d’administration. Ils croient que le président pourrait l’avoir menacé, directement ou implicitement, de bloquer l’aide financière de près de 400 millions de dollars destinée à la défense du pays dans son conflit avec des autonomistes soutenus par la Russie.

Le président Trump a récemment admis avoir demandé à son homologue ukrainien d’enquêter sur Hunter Biden, mais a nié toute forme de pression.

« Le président doit rendre des comptes »

La présidente de la Chambre semble faire le pari que l’électorat, en majorité opposé à une procédure de destitution, atteindra à son tour le point de non-retour. Le rapport du procureur spécial Robert Mueller, qui avait relevé des exemples d’entraves à la justice de la part du président, n’avait pas fait bouger l’aiguille.

Le président doit rendre des comptes. Personne n’est au-dessus de la loi, a martelé Mme Pelosi.

«Les actions de la présidence Trump ont révélé le fait déshonorant selon lequel le président a trahi son serment de fonction, trahi notre sécurité nationale et trahi l’intégritéde nos élections.»

-Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des démocrates

Dans les minutes qui ont suivi l’allocution de Mme Pelosi, le président Trump, qui était à l’Assemblée générale de l’ONU, à New York, a dénoncé dans une série de tweets une saleté de chasse aux sorcières et s’est dit victime d’harcèlement présidentiel.

L’annonce de Nancy Pelosi survient quelques heures après que Donald Trump eut accepté de rendre publique la transcription de son entretien avec le président ukrainien, qui selon plusieurs médias américains, est au centre de la plainte du lanceur d’alerte, qui travaillerait pour la communauté du renseignement.

Elle devance aussi de deux jours le témoignage du directeur du renseignement national (DNI) par intérim, Joseph Maguire, devant le Comité du renseignement de la Chambre. Celui-ci devra expliquer pourquoi il a refusé de transmettre à la commission la plainte du lanceur d’alerte mystère, pourtant jugée crédible par l’inspecteur général de la communauté du renseignement, Michael Atkinson, nommé par M. Trump.

Au cours de son allocution, Mme Pelosi a d’ailleurs sommé M. Maguire de partager la plainte du lanceur d’alerte lors de sa comparution devant le comité.

Il devra choisir entre violer la loi ou honorer sa responsabilité envers la Constitution, a-t-elle averti.

L’enquête sur la destitution n’incombera pas à un comité spécial, comme cela avait été le cas lors de l’enquête sur le Watergate visant le président républicain Richard Nixon, en 1974. Mme Pelosi a précisé que les six comités investiguant déjà sur divers sujets liés à Donald Trump et à son administration poursuivront leurs enquêtes sous le parapluie de l’enquête sur la destitution.

La carte de la transparence abattue sur le tard

En après-midi, avant l’annonce des démocrates, le président a joué la carte de la transparence, mais c’était trop peu trop tard.

Le président Donald Trump a indiqué qu’il avait autorisé la publication de la transcription de sa conversation avec son homologue ukrainien.

J’ai autorisé la publication demain de la transcription complète, entièrement déclassifiée et non censurée de ma conversation téléphonique avec le président Zelensky d’Ukraine, a-t-il déclaré sur Twitter.

Vous verrez que c’était un appel très amical et tout à fait approprié, a-t-il soutenu.

La Maison-Blanche avait déjà refusé de rendre publique la transcription de conversations avec le président russe, Vladimir Poutine, invoquant l’absence de précédent.

Selon plusieurs médias, la conversation avec le président ukrainien n’est cependant pas la seule au cœur de la plainte du lanceur d’alerte.

Le président du Comité du renseignement de la Chambre, Adam Schiff, a indiqué en cours de journée que le lanceur d’alerte était pour sa part prêt à témoigner devant la commission et son pendant au Sénat. Il a dit espérer qu’il comparaîtrait cette semaine.

Avant son discours devant l’Assemblée générale des Nations unies, à New York, Donald Trump a encore nié avoir fait pression sur l’Ukraine afin de tenter de nuire à son rival démocrate Joe Biden.

Je mène dans les sondages. Ils ne savent pas comment m’arrêter, a-t-il déclaré, même si les principaux candidats à l’investiture démocrate le devancent dans les intentions de vote.

M. Trump a cette fois affirmé qu’il avait retardé l’aide américaine à l’Ukraine parce que les pays européens n’avaient pas payé leur juste part pour soutenir le pays. La veille, il avait pourtant lié sa décision à des préoccupations concernant la corruption en Ukraine.

Selon le Washington Post, le président avait pris cette décision au moins une semaine avant la conversation controversée avec le président ukrainien.

L’aide financière à l’Ukraine a finalement été autorisée la semaine dernière.

Républicains et candidats démocrates sur le pied de guerre

Les alliés républicains du président n’ont pas manqué de dénoncer le fait que les démocrates n’aient pas attendu la publication de la transcription de l’entretien téléphonique entre les présidents américain et ukrainien avant d’annoncer la procédure de destitution.

Le leader de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a déploré dans un communiqué l’obsession vieille de trois ans des démocrates pour la destitution .

Ils n’arrivent pas à accepter les résultats de l’élection de 2016, a pour sa part affirmé sur Twitter le leader de la minorité républicaine à la Chambre, Kevin McCarthy.

Les démocrates ne cherchent pas à aider les Américains, a soutenu le camp républicain, qui a prédit que leurs adversaires en paieraient le prix aux urnes.

Plusieurs candidats à l’investiture démocrate ont pour leur part applaudi à la décision de Mme Pelosi. C’est le cas de la sénatrice Elizabeth Warren, qui avait lancé un appel pour cette procédure dès le mois d’avril, du sénateur Bernie Sanders, de leur collègue Kamala Harris et de l’ex-représentant Beto O’Rourke.

En après-midi, le meneur de la course, Joe Biden, avait appelé à lancer la procédure de destitution si le président refusait de coopérer avec les enquêtes du Congrès, notamment sur l’affaire ukrainienne qui le concerne malgré lui.

La pression montait dans les rangs démocrates

Nancy Pelosi a procédé à son annonce nucléaire après avoir rencontré les leaders démocrates et l’ensemble de son caucus.

Outrés par l’affaire ukrainienne, plusieurs élus modérés ou représentants des districts qui ne sont pas acquis à leur formation ont changé de cap au cours des derniers jours, ce qui a fait augmenter la pression sur les leaders démocrates, qui avaient jusqu’ici joué de prudence.

Les démocrates de la Chambre ont ravi 43 sièges aux républicains lors des élections de mi-mandat de 2018; 21 d’entre eux l’ont fait avec des marges inférieures à 5 %, ce que gardait en tête la meneuse des troupes démocrates.

Une trentaine d’élus démocrates a rejoint les rangs des partisans d’une procédure de destitution dans la foulée du témoignage de l’ex-procureur spécial Robert Mueller devant la Chambre cet été.

L’affaire ukrainienne a fait céder plusieurs digues, et les plus progressistes ne se sont pas gênés pour interpeller directement leurs leaders.

La Chambre, présentement dominée par les démocrates, n’a pas encore le nombre d’appuis requis pour lancer la mise en accusation, qui nécessite la majorité simple des élus qui votent. Si l’ensemble des 435 représentants se prononçaient, le chiffre magique serait alors de 218, mais il serait moins élevé si les élus votaient en moins grand nombre.

Selon le décompte du New York Times, 202 représentants démocrates (sur un total de 235) soutiennent désormais cette option, et ce nombre croît d’heure en heure. Un ex-républicain devenu indépendant s’est joint à eux.

Si la procédure aboutit à une mise en accusation, le procès proprement dit relèverait du Sénat, sous contrôle républicain, où le scénario d’une destitution a peu de chances de se réaliser. À travers toutes les tempêtes, les républicains sont restés loyaux au président Trump.

Une procédure de destitution est exceptionnelle. Seuls deux présidents ont été mis en accusation – Andrew Johnson en 1868, puis Bill Clinton en 1998 – mais ont été acquittés, et un autre, Richard Nixon, a démissionné en 1974 avant d’être mis en accusation.

 

 

Wikipedia Is Now Banned in China in All Languages — TIME

China has expanded its ban on Wikipedia to block the community-edited online encyclopedia in all available languages, the BBC reports. An earlier enforced ban barred Internet users from viewing the Chinese version, as well as the pages for sensitive search terms such as Dalai Lama and the Tiananmen massacre. According to Open Observatory of Network…

via Wikipedia Is Now Banned in China in All Languages — TIME

Information leaks: Turkish media talks about who ordered and prepared the sadistic murder of Khashoggi

The murder of journalist Khashoggi was ordered by then Saudi intelligence chief Ahmed Asiri and attributed to the Saudi consulate general attaché in Istanbul, who reportedly served as the kingdom’s resident spy in Turkey, reported Tuesday. the Sabah newspaper.

According to the source, citing a police source, Ahmad Abdullah Muzaini, the attaché of the Saudi Consulate General in Istanbul, was inside the Saudi consulate building on September 28, when Khashoggi visited for the first time. times in the necessary premises. to receive papers for remarriage.

The newspaper also said that on September 29, Muzaini flew to Riyadh, where he met with Asiri and received instructions on the tasks of a 15-person special group, who then arrived in Istanbul to assassinate him. journalist.

On 1 October, the attaché returned to Istanbul, where he informed Saudi Arabian Consul General Mohammed al-Otaibi about the plan to assassinate the journalist. On October 2, when Khashoggi was already dead, Muzaini returned to the Saudi capital, the media added.

Khashoggi, known for his criticism of Saudi politics, recently worked as a columnist for the Washington Post. The journalist was last seen in the Saudi consulate in Istanbul on 2 October.

After more than two weeks of denials, Saudi Arabia admitted Friday on state television that the journalist was killed in a fight in the consulate. Riyadh detained 18 people for their involvement in the incident, and at least five Saudi officials, including Asiri, were removed from office, with the Khashoggi case gaining momentum.

 

A frame grab on October 10, 2018 from a police CCTV video made available through Turkish Newspaper Sabah allegedly shows suspects in the case of missing Saudi journalist Jamal Khashoggi (unseen) at Istanbul’s Ataturk airport on October 2, 2018. Jamal Khashoggi, a veteran Saudi journalist who has been critical towards the Saudi government has gone missing after visiting the kingdom’s consulate in Istanbul on October 2, 2018, the Washington Post reported. Saudi Arabia agreed to let Turkish authorities search its Istanbul consulate as part of the investigation into the disappearance of journalist Jamal Khashoggi, as his fiancee asked Donald Trump to help uncover what happened to the Riyadh critic. / AFP / Sabah Newspaper / –

 

 

 

A U.S. Man Who Sold Bank Accounts to Russians Was Just Sentenced to Prison

(WASHINGTON) — A California man on Wednesday was sentenced to six months in prison for unwittingly helping the Russian effort to disrupt the 2016 U.S. presidential election. U.S. District Court Judge Dabney Friedrich sentenced Richard Pinedo to six months imprisonment followed by six months of home detention for selling bank account numbers to Russian operatives.…

via A U.S. Man Who Sold Bank Accounts to Russians Was Just Sentenced to Prison — TIME

‘We Urge You Not to Attend.’ UNC Advises Against Going To Possible ‘Silent Sam’ Monument Rally

The University of North Carolina is urging students not to participate in a possibly rally over the “Silent Sam” Confederate statue this Saturday, citing safety concerns in a statement released on Friday. “We do not know for sure what groups may attend, but we are mindful that the current atmosphere is highly charged, and protests…

via ‘We Urge You Not to Attend.’ UNC Advises Against Going To Possible ‘Silent Sam’ Monument Rally — TIME

Video important in english:Breaking! ANTIFA Terrorists Attack Patriot Rally in Portland

The patriots in Portland are claiming that once again the Portland police stood down and let the antifa attack them.

CBS reports that Portland revoked the patriots permit to gather as soon as the riot broke out. That’s not right. That’s giving the leftists a victory, which is probably what liberal Portland wanted anyway. The leftists started the violence, but the right got blamed by the lying Portland police.

Leftism is a mental disturbance. If it’s origins are genetic, those genes need to be removed from the gene pool by any means necessary.

This is a civil war. It’s started. And in Portland, the police are on the side of leftist tyranny.

 

 

 

 

 

 

American and European taxpayers have provided $ 80 million to support Islamic terrorism – Think Tank

 

 

CC0 A report from the Middle East Forum (MEF) says that one of the largest Islamic charities, indirectly funded by US taxpayers from America and Europe, is linked to terrorist groups around the world. Islamic Relief (IR), one of the largest Islamic charities in the world, is entangled in […]

Islamic Relief (IR), one of the world’s largest Islamic charities, is entangled in terrorist ties, according to a report by the Middle East Forum (MEF), an American think-tank the Daily Caller.

The report states that IR accepts and provides money to terrorist organizations.

IR claims to accept donations from the Charitable Society for Social Welfare, founded by Abdul Majeed Al-Zindani, that the MEF – a group that has set itself the task of looking for examples of extreme Islamism in the West – is a terrorist. Al Qaeda and « Loyalist of Bin Laden. « 

The non-profit organization IR is providing funding to the Hamas movement in Gaza, considered by Israel as a terrorist group and would also have close ties with the Muslim Brotherhood,

According to the MEF’s report, American and European taxpayers have provided huge amounts of funding to IR over the years. In the last ten years, said the MEF, taxpayers in Western countries have provided at least $ 80 million to Islamic Relief.

« IRW [Islamic Relief West] claims to have received grants from the United States of America […] Government of the United States Department of Health and Human Services and USAID ». read in the report.

« In 2012, IR-Canada received 1.5 million Canadian dollars ($ 1.9 million) from the government. In 2017, an additional $ 4.5 million ($ 5.7 million) in grants to Islamic Relief was posted on Canadian government websites.

The list includes funds from sources in the United Kingdom, the United Nations, Spain and Sweden.

« In total, from the available data, over the last ten years, we can find at least $ 80 million that the Islamic Relief franchise has received from Western governments, the European Union and the United Nations, » he said. The report.

Islamic Relief denies allegations of support for terrorism, accusing the MEF of « building conspiracies » from one-off individual events.

« Islamic Relief operates as a leading humanitarian organization for 25 years working to provide relief and development in a non-discriminatory and dignified way to vulnerable people in more than 40 countries around the world, » said Sharif Aly, CEO of Islamic Relief USA. . (IRUSA), in a statement to The Daily Caller.

« IRUSA upholds strict standards of neutrality and impartiality in fulfilling its global humanitarian mission, » said Aly.

The non-profit organization stresses that it only works with legitimate, accredited charities and government organizations, including FEMA, USDA, Red Cross, and HIAS – a charity for the community. resettlement of Jewish refugees – the paper said.

« [IR] has received more than $ 700,000 from [American] taxpayers’ money during the Obama administration, » said Sam Westrop, author of the MEF report. « And now, under the Trump administration, civil servants continue to talk about its events and legitimize their status as a charitable institution, but officials of this institution continue to promote non-charitable ideas: hatred of Jews, support for ideologies extremists and praise of terror. « 

According to the MEF, Islamic Relief officials « dined at the White House » and served as advisers to the US State Department. However, government funding and support is not the only or the biggest source of revenue. Corporate foundations and individual donors have provided the non-profit organization over $ 4.3 million over the last 17 years, said the MEF report, with the largest donation of 1, $ 4 million from the Bill and Melinda Gates Foundation.

Speaking to the Daily Caller, Westrop noted that the UAE and Israel have banned Islamic aid, and the EU has launched several investigations into accusations that the group is promoting extremist imams who advocate violence and hatred.

« Now is the time for US politicians and law enforcement to consider these reasons, to stop funding the work of Islamic Relief and to begin to challenge the pernicious extremism spread by this franchise. International and its Islamist militants in the United States of America « .

Sources:Spoutniknews

A special thank for Mirastnews for the translation in french