Tiangong-1 : la station spatiale chinoise incontrôlable pourrait s’écraser sur des zones peuplées d’ici 2 mois

Tiangong-1, la station spatiale chinoise devenue incontrôlable, va s’écraser sur Terre dans les prochains mois selon un expert. Celle-ci serait à moins de 300 km d’altitude, une zone où la densité croissante de l’atmosphère devrait freiner sa course. La Chine avait admis avoir totalement perdu le contrôle de cette station permanente inaugurée en 2011. De gros morceaux pourraient tomber accidentellement sur des zones peuplées. 

 

On vous en parlait déjà en septembre 2016 : la Chine a perdu le contrôle de sa station spatiale expérimentale Tiangong-1 dont l’unique module avait été lancé en 2011. Le nom de la station, qui se traduit par Palais Céleste, Palais du Paradis ou encore Palais des Cieux, prend une connotation particulièrement amère car le « ciel », justement pourrait bien nous tomber sur la tête. Et ce n’est vraiment pas une bonne nouvelle.

Les scientifiques chinois ne parviennent en effet plus depuis plus d’un an à contrôler le module. Depuis, Tiangong-1 perd progressivement en altitude hors de tout contrôle, lentement freinée par l’atmosphère résiduelle. Ce freinage se serait accéléré selon les experts puisque la station est désormais à moins de 300km d’altitude, une zone où la densité de l’atmosphère augmente et amplifie le freinage de la station.

Si bien que la rentrée de la station est prévue de manière imminente, d’ici deux mois grand maximum. Une grande partie du module devrait bruler en raison de la grande vitesse de l’ensemble et des frottements de l’air, mais de très gros morceaux jusqu’à 100kg vont vraisemblablement atteindre le sol à très grande vitesse. Ils peuvent tomber n’importe où, n’importe quand, au beau milieu d’un océan ou sur une ville.

Et il sera impossible de prévenir les populations au-delà de quelques heures avant sa chute finale.  Jonathan McDowell, astrophysicien de l’Université de Harvard cité par The Guardian, explique :

« Maintenant que son périgée est sous les 300 km d’altitude, et que [Tiangong-1, ndlr] se trouve dans une atmosphère plus dense, le taux de déclin devient plus important […] je m’attends à ce qu’il descende d’ici quelques mois – à la fin 2017 ou début 2018 »

Tiangong-1 : la station spatiale incontrôlable devrait s’écraser sur Terre d’ici deux mois

La station est en effet un très gros objet, et en général la rentrée dans l’atmosphère est contrôlée de près, de manière à ce que d’éventuels débris dangereux tombent loin des zones peuplées, de préférence au milieu de l’océan Pacifique. C’est par exemple ainsi que la Russie a volontairement détruit la station MIR, en fin de vie. Mais parfois tout ne se passe pas comme prévu.

En 1991, un module Salyut 7 attaché à une capsule Cosmos 1686 s’est désintégré de façon incontrôlée au-dessus de l’Argentine. Provoquant la chute de nombreux débris au-dessus de la ville de Capitán Bermúdez. En 1979 un sort similaire était réservé à la station spatiale Skylab (77 tonnes !) qui a provoqué la chute de gros objets près de Perth en Australie.

Bien sûr ces accidents sont restés rares, et jusqu’à ce jour, aucune personne n’a été blessée par la chute incontrôlée de satellites artificiels. Tiangong-1 n’avait pas vocation à rester en orbite indéfiniment. Le programme spatial chinois est en effet très avancé, et une deuxième station, Tiangong-2, avait été mise en orbite le 15 septembre 2017. Tiangong-1 avait des visées essentiellement expérimentales.

Le dernier équipage à avoir occupé la station est rentré sur Terre en 2013, et la station était en sommeil depuis. Au sol, les scientifiques se communiquaient régulièrement avec les instruments de bord de Tiangong-1 pour récupérer des informations sur leur état. En mars dernier, la collecte de données avait pris fin et les scientifiques se préparaient à programmer le retour de la station sur Terre. Mais visiblement tout ne s’est pas passé comme prévu.

 

Publicités

Astronomie:Une immense grotte de 50 km de long découverte sur la Lune

Ce qui serait une entrée de la grotte et qui aurait permis sa découverte.

 

Jusqu’ à présent, la colonisation humaine de la Lune était plus un rêve qu’un objectif réalisable. Une agence spatiale japonaise a récemment annoncé la découverte d’une énorme grotte sur la Lune, qui pourrait servir de base d’exploration et abriter les astronautes et leurs équipements.

L’orbiteur lunaire Selene, également connu sous le nom de Kaguya, a dévoilé une immense grotte en forme de tube, mesurant 50 kilomètres de long et 100 mètres de large, sous la surface de la Lune, a annoncé l’Agence japonaise d’exploration aérospatiale (JAXA) le 18 octobre.

Selene a fait la découverte en utilisant un système spécial de sondeur radar pour examiner les structures souterraines.

La grotte, qui repose sous une zone d’un ensemble de dômes volcaniques connus sous le nom de Marius Hills, est considérée comme un tube de lave souterrain formé par l’activité volcanique il y a environ 3,5 milliards d’années.

« Nous avons eu connaissance de ces endroits que l’on croyait être des tubes de lave… mais leur existence n’ a pas été confirmée jusqu’à présent », a déclaré Junichi Haruyama, chercheur principal de la JAXA, a rapporté The Guardian.

L’équipe de la JAXA a révélé que la grotte pouvait contenir des dépôts de glace ou d’eau le long de ses parois. La glace ou l’eau pourrait servir de carburant, ce qui en fait un endroit idéal pour installer la base d’exploration des astronautes.

 

De plus, la chambre souterraine pourrait servir d’abri aux astronautes et à leur équipement, car elle pourrait protéger les astronautes des températures extrêmes, des rayons cosmiques et du rayonnement solaire.

« Les tubes de lave pourraient être les meilleurs sites candidats pour les futures bases lunaires, en raison de leurs conditions thermiques stables et de leur potentiel à protéger les personnes et les instruments des micrométéorites et des rayonnements », explique M. Haruyama.

« Nous n’avons pas encore vu l’intérieur de la grotte, donc il y a beaucoup d’espoir que l’exploration apportera plus de détails. »

« La grotte est un lieu utile sur le plan scientifique », a déclaré Tetsuya Kaku, un étudiant diplômé de l’Université de Tokai, qui a participé à l’étude à The Japan Times.

Photo de la Lune émise par la NASA montrant de pseudo et possiblement vrais sites d’atterrissage du la Lune.

 

JAXA espère mettre le premier astronaute japonais sur la Lune d’ici 2030.

Ce mois-ci, les États-Unis ont également annoncé leur intention d’envoyer d’autres astronautes sur la Lune.

« Nous allons ramener les astronautes américains sur la Lune, non seulement pour laisser des traces de pas et des drapeaux, mais aussi pour jeter les bases dont nous avons besoin pour envoyer des Américains sur Mars et au-delà », a déclaré le vice-président américain Mike Pence.

 

 

 

 

L’un des cratères des Marius Hills, de petits domes volcaniques – l’entrée de la grotte géante se trouverait dans l’un d’entre eux

 

Photo d’origine des scientifiques japonais.

 

Un jour,une base lunaire permanente s’érigera au-dessus de l’entrée de la grotte.

 

 

 

Des pêcheurs japonais attrapent une créature monstrueuse près du site de Fukushima

 

Ce doit être un « jour de chance » pour ces pêcheurs japonais qui ont pêché un poisson colossal au large de la côte nord de l’île d’Hokkaido, au Japon, près de la Russie. Cette créature marine qui semble terrifiante est-elle le résultat des radiations de la catastrophe nucléaire de Fukushima ?

Les pêcheurs ont été stupéfaits par leur prise gigantesque. Hiroshi Hirasaka, qui se rend souvent à Hokkaido pour y attraper d’étranges animaux marins, a écrit un livre intitulé Exotic Fish Species : I Caught, Judged and Tried Eating(Espèces de poissons exotiques : J’ai attrapé, jugé et essayé de manger). Il a publié une photo de lui-même sur Twitter, « arrivant à peine à tenir » l’énorme « monstre » avec une énorme bouche béante.

 

Hirasaka a dit que cette créature terrifiante, qu’ils ont tirée de l’océan, était en fait un « loup de mer de Béring ». Il a écrit : « Ça valait la peine de prendre deux fois l’avion vers [Hokkaido] en l’espace de trois mois. Ce poisson est super cool. »

La prise a une valeur exceptionnelle, car ce genre loup de mer qui semble féroce se trouve généralement en haute mer, dans les océans Pacifique et Atlantique et nage donc rarement près de la surface.

Les loups de mer mesurent en moyenne environ 90 centimètres de long, mais apparemment, la créature qu’Hiroshi avait attrapée était plus longue que cela. On croit que le sien est l’un des plus gros loup de mer jamais enregistrés dans l’histoire !

Sa taille exceptionnellement énorme a soulevé des questions sur les mutations causées par les radiations, car la créature a été capturée près du site de la catastrophe nucléaire de Fukushima de 2011.

 

Cependant, Earth Touch News Network soupçonnait que cela pouvait être le résultat d’une illusion optique : Hirasaka aurait pu faire paraître le poisson plus gros en le rapprochant de l’objectif de l’appareil photo.

Le Dr Timothy Mousseau, spécialiste des radiations à l’Université de Caroline du Sud, a déclaré à IBTimes UK  que le loup de mer géant n’est probablement pas le résultat d’une mutation causée par les radiations. « D’abord et avant tout, simplement parce que les effets des mutations réduisent généralement les taux de croissance pour rapetisser les choses », a déclaré M. Mousseau.

« Ils grandissent moins bien. Ils sont moins à même d’attraper de la nourriture et ont tendance à vivre moins longtemps. La plupart des effets de mutations accrues sont néfastes. Très peu de mutations conduisent par contre à de très grosses tailles », a-t-il ajouté.

C’était quand même une prise inhabituelle – le loup de mer capturé par Hirasaka est un très vieux spécimen en bonne santé. Mousseau explique : « Si vous regardez bien et assez longtemps, il y en a toujours quelques-uns qui réussissent à survivre assez longtemps pour atteindre ces grandes tailles. »