Trahir

Par Dalie Giroux, philosophe en résidence au OFFTA | texte publié une première fois sur le site du OFFTA

Propos composé à partir de l’analyse d’un ensemble d’interventions souvent anonymes dans un débat en ligne sur la question du droit, ou non, qu’ont les pauvres de critiquer les riches – les citations des intervenants sont citées textuellement, sans corriger ni la langue ni la syntaxe.

Premièrement : de l’entre-possession des riches et des pauvres

les richesLe riche est un personnage éternel, une « figure ». Et, toujours, il est la chose des pauvres. Comme la princesse qui accouche, comme le pape qui va aux toilettes, et comme le yabe qui séduit les tites filles, le riche fait partie de l’univers des gens d’en bas.

Ainsi, quand les pauvres s’adressent aux riches, ils le font toujours sous le mode de l’interpellation publique (« eille, l’gros, pour qui tu te prends? », ou, à haute…

View original post 1 607 mots de plus

Publicités