Publicités
Accueil

Important video in english:Alex Jones: Nation States Exist To Put Their People First / Trudeau Should Say ‘Canada First’

Laisser un commentaire

Publicités

Des squelettes « d’humanoïdes étranges » trouvés en Afrique et en Asie

Laisser un commentaire

Des scientifiques disent avoir trouvé un cimetière d’extra-terrestres en Afrique centrale qui date d’au moins 500 ans!

Un cimetière de géant a été retrouvé à Kigali, Rwanda. L’information est rapportée par la Pravda.

Les restes ont été trouvés dans un des 40 cimetières communaux de la région où 200 corps ont été retrouvés. Les chercheurs pensent que ce sont des E.T. et qu’ils devaient probablement vivre dans la région, bien qu’aucune trace n’ait été retrouvée. L’estimation de l’enterrement est d’à peu près 500 ans et les corps sont en parfait état de conservation.
 
Ces corps ne sont pas humains, bien que très proches morphologiquement. Ils sont cependant plus grands (2,20m), avec une tête plus large dépourvue de bouche, de nez ou d’yeux.
 
Les anthropologues supposent que ces  E.T. se sont écrasés sur Terre et ont été décimés par un virus terrien contre lequel ils n’avaient aucune immunité. Cependant, aucune trace d’atterrissage ou de débris ne subsistent… Comme on n’a pas trouvé aucun reste de vaisseau spatial ou de soucoupe volante, on suppose que, parmi ces E.T., il y a eu des survivants qui sont repartis.

En Chine

Il existe d’autres découvertes de ce type faites ailleurs sur Terre, en Chine notamment. En 1937, le Pr Chi Putei a découvert dans les cavernes du mont Bayan-Kara-Ula des squelettes de petits hommes possédant une énorme tête. A proximité, 176 plaques de pierre avec en leur centre un trou, duquel une spirale s’étendait sur tout le périmètre.
 
De plus, les murs de la grotte étaient couverts d’images du soleil levant, de la lune et des étoiles, avec de nombreux points peints ou de petits objets, s’approchant lentement des montagnes et de la surface de la terre.

Les experts pour déchiffrer les anciens caractères écrits ont été perplexes sur la divulgation des spirales secrètes de la grotte Bayan-Kara-Ula pendant deux décennies. Enfin, un professeur de l’Université de Pékin, Zum Umniu, a déchiffré plusieurs inscriptions. Les lettres rainurées racontent qu’il y a environ 12 mille ans, des objets volants se sont écrasés dans ces montagnes. Les archéologues chinois ont trouvé une mention des peuples qui vivaient dans les grottes montagneuses de Bayan-Kara-Ula.

En Turquie

Un cadavre d’un autre «alien» a été trouvé par les spéléologues turcs. Une momie de l’âge glaciaire reposait dans un sarcophage en matériau cristallin. La hauteur de la créature humanoïde ne dépassait pas 1 mètre 20, sa peau était vert clair, et il avait de grandes ailes transparentes sur les côtés.

Selon les chercheurs, malgré son aspect inhabituel, la créature ressemblait plus à une personne plutôt qu’à un animal. Son nez, ses lèvres, ses oreilles, ses mains, ses pieds, ses ongles étaient très semblables à ceux de l’homme. Seulement ses yeux étaient très différents, trois fois plus grands que ceux d’un humain, et incolores, comme des yeux de reptile.

Et en Égypte

Il n’y a pas si longtemps, dans une des anciennes tombes égyptiennes, on a trouvé unemomie d’un homme de 2,5 mètres de haut. Il n’avait ni nez, ni oreilles, et sa bouche était très large et n’avait pas de langue.

Selon l’archéologue Gaston de Villars, l’âge de la momie est d’environ 4 mille ans. Il a été enterré comme un noble égyptien : soigneusement momifié et entouré de serviteurs, de nourriture et d’objets d’art conçus pour l’au-delà. Cependant, certains des objets découverts auprès de lui n’appartenaient ni à la culture égyptienne ni à aucune culture existant sur terre.Par exemple, il y avait un disque métallique rond et poli recouvert de caractères étranges, un costume en métal avec les restes de quelque chose ressemblant à des chaussures en plastique, et de nombreuses tablettes de pierre remplies d’images d’étoiles, de planètes et d’étranges machines. Le sanctuaire où la momie étrange a été trouvée semble également inhabituel. L’enterrement a été fait avec de la matière inconnue dans l’antiquité. La pierre était littéralement sculptée dans la roche de sorte que les murs étaient lisses, comme du marbre poli. Il avait l’air d’avoir été coupé par un laser. Incidemment, la surface de la pierre était apparemment entrée en fusion. Le tombeau était décoré d’une substance ressemblant au plomb. Cependant, la théorie «alien» n’est pas la seule. Selon certains chercheurs, les «géants» et les «nains» pourraient être une simple branche latérale de l’humanité qui a autrefois vécu sur la Terre, mais qui, pour une raison quelconque, s’est éteinte.

Sources :

http://www.disclose.tv/forum/alien-graveyard-allegedly-found-in-rwanda-t129…

http://www.ufocasebook.com/2009d/rwandagraveyard.html

 

Anarchie politique US:Le directeur du FBI était devenu une menace pour Trump

Laisser un commentaire

ANALYSE – Le coup de tonnerre résonne encore dans la capitale américaine. Moins de 24 heures après le congédiement du directeur du FBI, James Comey, le Tout-Washington s’interroge sur les vraies raisons de ce renvoi exceptionnel.

James Comey

Comey aurait appris la nouvelle à la télévision à Los Angeles où il se trouvait, mardi, pour une conférence.

Dans une longue lettre, l’assistant-procureur général de l’administration Trump, Rod J. Rosenstein, reproche à l’ex-directeur du FBI d’avoir mal géré l’enquête sur les courriels d’Hillary Clinton.

Il déplore la sortie publique de Comey, le 5 juillet 2016, où il a critiqué l’ex-candidate démocrate pour sa gestion négligente de ses courriels sans pourtant être en mesure de recommander des accusations criminelles.

Rosenstein l’accuse aussi d’avoir voulu protéger le FBI lors de l’envoi d’une lettre au Congrès, le 28 octobre dernier, dans laquelle il mentionne que d’autres courriels d’Hillary Clinton le forçaient à rouvrir l’enquête.

Comey a admis au Sénat, la semaine dernière, avoir été déchiré. Il savait qu’en sortant publiquement, en pleine campagne présidentielle, il courrait le risque d’influencer l’élection.

Donald Trump, alors candidat républicain, a pourtant louangé James Comey, en octobre, soulignant son courage de rouvrir l’enquête sur Hillary Clinton à dix jours du scrutin.

La vraie raison du congédiement de Comey?

Alors pourquoi aujourd’hui le président Trump se débarrasse-t-il de James Comey qu’il encensait il y a à peine quelques mois? Pourquoi ne pas l’avoir congédié lors de son arrivée à la Maison-Blanche en janvier?

Certains croient, à Washington, que l’enquête du FBI sur les présumés liens de l’équipe Trump avec les Russes est la véritable raison du départ forcé du directeur Comey.

Ce dernier a d’ailleurs promis, devant le Sénat, qu’il irait au bout de cette enquête. Une déclaration qui n’a pas dû plaire à l’actuel président.

Les démocrates sont scandalisés par l’annonce du congédiement du chef du FBI. Chuck Schumer, leader démocrate au Sénat, réclame la nomination d’un procureur spécial pour préserver l’indépendance de l’enquête sur la possible collusion entre l’entourage de Trump et les Russes.

On ne peut qu’imaginer comment les républicains auraient réagi si le président Barack Obama avait osé congédier James Comey en pleine enquête sur les courriels d’Hillary Clinton.

Plusieurs commentateurs craignent que l’enquête ne soit étouffée. Ils comparent le geste de l’administration Trump à la décision de l’ex-président Richard Nixon qui, en octobre 1973, avait congédié le procureur spécial qui enquêtait sur le scandale du Watergate. On connaît la suite, mais nous n’en sommes pas là.

Il est encore trop tôt pour conclure quoi que ce soit. Il faudra attendre que Donald Trump nomme le remplaçant de James Comey. Un remplaçant qui devra démontrer rapidement son indépendance et assurer au public américain que les enquêtes en cours ne feront l’objet d’aucune interférence politique.

James Comey aura été celui qui a aidé Donald Trump à accéder à la Maison-Blanche. Il était maintenant devenu la plus grande menace pour la suite de sa présidence.


HORS TEXTE

 

La Maison Blanche gênée par des photos de Trump

Publiées par Moscou, les photos témoignent de la présence de l’ambassadeur russe Sergueï Kisliak lors d’une rencontre à huit-clos.

L’administration américaine se trouvait jeudi de nouveau dans l’embarras après la publication par le Kremlin de photos gênantes d’une rencontre à huis clos entre le président Donald Trump et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

Les clichés montrent un Donald Trump souriant en train de serrer la main de M. Lavrov et de l’ambassadeur russe à Washington Sergueï Kisliak, posant également à leurs côtés, lors d’une rencontre mercredi dans le prestigieux Bureau Ovale.

Accusations de collusion

Cet entretien était déjà perçu comme un joli coup diplomatique pour le Kremlin: un accueil avec tapis rouge à peine quelques mois après la mise en place de sanctions américaines contre la Russie pour son ingérence dans l’élection présidentielle de 2016.

Des diplomates expérimentés s’interrogeaient jeudi sur les raisons pour lesquelles le président avait accepté de recevoir les deux dignitaires russes, un honneur d’ordinaire réservé aux chefs d’Etat et d’autant plus mal venu qu’ils sont au coeur même d’un vaste scandale politique aux Etats-Unis.

L’administration reste en effet engluée dans des accusations de collusion entre l’entourage de M. Trump et des responsables russes, dont M. Kisliak, pour favoriser sa candidature face à sa concurrente démocrate Hillary Clinton. Trois enquêtes –au Congrès et au FBI– sont en cours à ce sujet.

La diffusion de ces photos participe à l’impression que la Russie a remporté une victoire diplomatique et que la Maison Blanche a été manipulée.

«Félicitations Kollegi (collègues) d’avoir obtenu ces photos! Enorme coup», a déclaré Michael McFaul, ex-ambassadeur américain à Moscou.

Abus de confiance

En public, la Maison Blanche tente de garder la tête haute: «Il est normal qu’il rencontre le ministre des Affaires étrangères», a déclaré Sarah Huckabee Sanders, porte-parole de l’exécutif, vilipendant les critiques.

Mais, en privé, les responsables de la Maison Blanche bouillaient face à ce qu’ils considéraient comme un abus de confiance.

Selon eux, le président russe Vladimir Poutine a réclamé cette rencontre entre son ministre et M. Trump, en réciproque à son récent entretien avec le secrétaire d’Etat Rex Tillerson à Moscou.

La Maison Blanche avait été informée qu’un photographe officiel russe serait présent, laissant entendre que les clichés seraient pour les archives mais n’avaient pas vocation à être diffusés immédiatement.

«Notre photographe officiel et le leur étaient présents, c’est tout», a indiqué un assistant peu après la rencontre.

Mais lorsque les images ont été publiées dans le monde entier par l’intermédiaire d’un média public russe, la fureur s’est emparée de la Maison Blanche d’avoir ainsi été trompée. Deux responsables ont reconnu ne pas avoir été prévenus de leur publication.

L’amiral Mike Rogers, directeur du service d’écoute et d’espionnage NSA, a indiqué jeudi lors d’une audition au Congrès, ne pas avoir été personnellement consulté concernant un éventuel risque de cyber-intrusion ou de piratage des communications lié à cet entretien dans le Bureau Ovale, et ne pas avoir connaissance que la NSA ait été consultée.

Patron du FBI limogé

Cette rencontre est intervenue juste quelques heures après le limogeage surprise par le président américain du patron du FBI James Comey, dont les services sont chargés d’enquêter sur l’éventuelle collusion entre la campagne Trump et les Russes.

La présence dans le Bureau Ovale de M. Kisliak n’a fait qu’exacerber le malaise puisque ses contacts avec plusieurs proches de M. Trump sont au coeur des soupçons de collusion.

Ainsi, Michael Flynn a été contraint de démissionner mi-février de son poste de directeur à la sécurité nationale pour n’avoir pas révélé ses échanges avec l’ambassadeur russe.


HORS TEXTE NO 2

Les photos russes qui font enrager la Maison Blanche

En pleine tension diplomatique, Donald Trump a reçu jeudi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. Aucune image de cette rencontre n’avait filtré… sauf celles diffusées par l’agence du Kremlin.

L’administration américaine se trouvait jeudi de nouveau dans l’embarras après la publication par le Kremlin de photos gênantes d’une rencontre à huis clos entre le président Donald Trump et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

Les clichés montrent un Donald Trump souriant en train de serrer la main de M. Lavrov et de l’ambassadeur russe à Washington Sergueï Kisliak, posant également à leurs côtés, lors d’une rencontre mercredi dans le prestigieux Bureau Ovale.

Cet entretien était déjà perçu comme un joli coup diplomatique pour le Kremlin: un accueil avec tapis rouge à peine quelques mois après la mise en place de sanctions américaines contre la Russie pour son ingérence dans l’élection présidentielle de 2016.

Des diplomates expérimentés s’interrogeaient jeudi sur les raisons pour lesquelles le président avait accepté de recevoir les deux dignitaires russes, un honneur d’ordinaire réservé aux chefs d’Etat et d’autant plus mal venu qu’ils sont au coeur même d’un vaste scandale politique aux Etats-Unis.

L’administration reste en effet engluée dans des accusations de collusion entre l’entourage de M. Trump et des responsables russes, dont M. Kisliak, pour favoriser sa candidature face à sa concurrente démocrate Hillary Clinton. Trois enquêtes –au Congrès et au FBI– sont en cours à ce sujet.

La diffusion de ces photos participe à l’impression que la Russie a remporté une victoire diplomatique et que la Maison Blanche a été manipulée.

« Félicitations Kollegi (collègues) d’avoir obtenu ces photos! Enorme coup », a déclaré Michael McFaul, ex-ambassadeur américain à Moscou.

En public, la Maison Blanche tente de garder la tête haute: « Il est normal qu’il rencontre le ministre des Affaires étrangères », a déclaré Sarah Huckabee Sanders, porte-parole de l’exécutif, vilipendant les critiques.

Mais, en privé, les responsables de la Maison Blanche bouillaient face à ce qu’ils considéraient comme un abus de confiance.

Les responsables de la Maison Blanche ne savaient pas que les photos allaient être publiées

Selon eux, le président russe Vladimir Poutine a réclamé cette rencontre entre son ministre et M. Trump, en réciproque à son récent entretien avec le secrétaire d’Etat Rex Tillerson à Moscou.

La Maison Blanche avait été informée qu’un photographe officiel russe serait présent, laissant entendre que les clichés seraient pour les archives mais n’avaient pas vocation à être diffusés immédiatement.

« Notre photographe officiel et le leur étaient présents, c’est tout », a indiqué un assistant peu après la rencontre.

Mais lorsque les images ont été publiées dans le monde entier par l’intermédiaire d’un média public russe, la fureur s’est emparée de la Maison Blanche d’avoir ainsi été trompée. Deux responsables ont reconnu ne pas avoir été prévenus de leur publication.

L’amiral Mike Rogers, directeur du service d’écoute et d’espionnage NSA, a indiqué jeudi lors d’une audition au Congrès, ne pas avoir été personnellement consulté concernant un éventuel risque de cyber-intrusion ou de piratage des communications lié à cet entretien dans le Bureau Ovale, et ne pas avoir connaissance que la NSA ait été consultée.

Cette rencontre est intervenue juste quelques heures après le limogeage surprise par le président américain du patron du FBI James Comey, dont les services sont chargés d’enquêter sur l’éventuelle collusion entre la campagne Trump et les Russes.

La présence dans le Bureau Ovale de M. Kisliak n’a fait qu’exacerber le malaise puisque ses contacts avec plusieurs proches de M. Trump sont au coeur des soupçons de collusion.

Ainsi, Michael Flynn a été contraint de démissionner mi-février de son poste de directeur à la sécurité nationale pour n’avoir pas révélé ses échanges avec l’ambassadeur russe.

Donald Trump et Sergueï Lavrov dans le Bureau ovale, le 10 mai 2017.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Astronomie:Certaines planètes extrasolaires genre « Tatooine » peuvent être en mesure de soutenir la vie

Laisser un commentaire

La vie sur une planète extraterrestre avec deux soleils dans son ciel, comme le monde de la maison de Luke Skywalker Tatooine dans les films « Star Wars », peut en effet être possible, selon une nouvelle étude.

Un monde Tatooine pourrait être habitable malgré son orbite inévitablement compliquée, aussi longtemps que la planète reste dans une gamme particulière de distances de ses deux étoiles hôtes,disent  les chercheurs .

« Cela signifie que les systèmes à double étoile du type étudié ici sont d’ excellents candidats pour accueillir des planètes habitables, malgré les grandes variations de la quantité des planètes hypothétiques étoilées dans un tel système de réception, » a déclaré Max Popp, un chercheur associé de recherche à l’ Université de Princeton dans le New Jersey et l’Institut Max Planck de météorologie de Hambourg, en Allemagne.

L’illustration de cet artiste montre une hypothétique planète recouverte d’eau autour du système d’étoile binaire de Kepler-35A et B.

Crédit: NASA / JPL-Caltech

 

Popp et Siegfried Eggl, chercheur postdoctoralde  Caltech au Jet Propulsion Laboratory de la NASA à Pasadena, en Californie, ont étudié la « zone habitable » pour les mondes de type Tatooine – cette gamme juste à droite des distances orbitales à laquelle l’ eau liquide, et peut – être la vie comme nous le savons, pourrait exister sur la surface d’une planète.

Clouer la zone habitable pour les planètes une seule étoile n’est pas simple car  les détails de la zone dépendent fortement de la nature de l’atmosphère d’un monde, par exemple.Mais les zones habitables deviennent encore plus délicates quand la planète en question a deux soleils.

Les planètes Tatooine en zones habitables, après tout, dépendent de la distance entre les deux étoiles hôtes de centre de masse, non seulement la distance de toute étoile particulière. De plus,les mondes Tatooine n’orbitent pas dans une trajectoire circulaire; leurs chemins oscillent considérablement en raison de l’influence gravitationnelle de leurs étoiles parentes,disent  les chercheurs .

 

Pour mieux comprendre ces facteurs, les conditions modélisées par Popp et Eggl sur une hypothétique planète de la taille de la Terre , un monde couvert d’eau dans Kepler-35, un vrai système à deux étoiles à plus de 5000 années-lumière de la Terre qui est connu pour accueillir une planète huit fois plus massives que la nôtre. (Popp et Eggl ont ignoré l’influence gravitationnelle de cette planète réelle, qui est connu comme Kepler-35b, par souci de simplicité.)

« Notre recherche est motivée par le fait que la recherche de planètes potentiellement habitables nécessite beaucoup d’efforts, il est bon de savoir à l’ avance où regarder », a déclaré Eggl dans la même déclaration :« Nous montrons que cela vaut la peine de cibler des systèmes à deux étoiles. »

Les simulations du duo ont étudié ce que cet imaginaire climat mondial sur  Tatooine serait comme si elle tournerait  en orbite avec des périodes entre 341 et 380 jours,proche d’un système comme celui de la Terre.

Ils ont constaté que, près du bord extérieur de la zone habitable présumée de Kepler-35, la planète serait relativement froide et sèche. La pénurie de vapeur d’eau atmosphérique serait également celle de la variable climatique… tout à fait; les températures mondiales moyennes de surface balanceraient par jusqu’à 3,6 degrés Fahrenheit (2 degrés Celsius),ont dit les chercheurs .

« Ceci est analogue à la façon dont, sur la Terre, avec  les climats arides comme ceux des déserts, nous éprouvons d’énormes variations de température du jour à la nuit », a déclaré Eggl. « La quantité d’eau dans l’air fait une grande différence. »

Mais les conditions seraient très accueillantes, et beaucoup plus stables, près du bord intérieur de la zone habitable, grâce à l’influence stabilisatrice de la vapeur d’eau, selon les chercheurs.(Tout comme avec les systèmes mono-étoile, une planète au – delà du bord extérieur de la zone habitable deviendrait un monde « boule de neige », tandis qu’un trop près en connaîtrait un effet de serre galopant comme Vénus a fait et finir par une serre chaude chaleur étouffante,C’est ce qu’ ils ont trouvé .)

Fait intéressant, les modèles du duo suggèrent que les mondes de type Tatooine ont moins de couvertures nuageuses que leurs homologues  avec une unique étoile, fournissant des habitants hypothétiques avec de superbes vues de leurs doubles soleils.

La nouvelle étude a été publiée le 6 Avril 2017 dans la revue Nature Communications .


HORS TEXTE

UNE VISION DES MONDES RÉELS  ET IRRÉELS VENUS DE STAR WARS 

 

 

 

 

 

 

 

Astronomie:La Nasa annonce de nouvelles découvertes sur les « mondes océaniques » du système solaire

Laisser un commentaire

La sonde Cassini qui va bientôt se désintégrer dans l’atmosphère de Saturne et le télescope Hubble ont recueilli beaucoup d’informations ces 13 dernières années.

La Nasa va lever le voile jeudi sur de nouvelles découvertes concernant les « mondes océaniques » de notre système solaire et « la recherche de la vie au-delà de la Terre ». La conférence aura lieu à 20 heures (heure française). Devenue experte dans l’art de faire monter la pression autour de ses événements, l’agence américaine ne précise pas de quels mondes il s’agit exactement. Et plusieurs candidats pourraient faire l’affaire. Au moins, savons-nous qu’il sont situés dans notre système, contrairement au système Trappist-1 composé d’exoplanètes remarquables, mais lointaines.

 

La lune Europa.

Cassini et Hubble à la manœuvre

Les informations que la Nasa s’apprête à rendre publiques proviennent des observations du télescope spatial Hubble et de la sonde Cassini qui orbite depuis 2004 autour de Saturne. Le vaisseau se  prépare d’ailleurs à plonger par un ultime mouvement dans l’atmosphère de la géante gazeuse.

« Pendant le temps passé autour de Saturne, Cassini a fait d’innombrables découvertes d’importance, dont un océan global avec des signes d’une activité hydrothermale sur l’iconique lune glacée Encelade, et des mers de méthane liquide sur Titan », explique la Nasa dans un autre communiqué.

En lien avec la prochaine mission Europa Clipper

Très succinctement, l’agence évoque aussi la mission Euopa Clipper qui, comme son nom le suggère, a pour principal objectif l’étude d’Europe, l’un des principaux satellites de Jupiter. Un lancement qui doit se faire dans les années 2020, sans jusqu’à maintenant plus de précision.

Qu’il soit question d’Encelade ou Titan autour de Saturne ou d’Europe autour de Jupiter, la Nasa s’intéresse de près aux environnements liquides et plus précisément à l’eau. Même s’il n’est pas exclu que la chimie de la vie s’appuie sur d’autres éléments qu’un mélange oxygène-hydrogène (on pense au méthane de Titan), la recherche d’eau liquide est intimement liée à celle de la quête d’une vie extraterrestre.

>> Pour suivre la conférence, la Nasa TV est le moyen privilégié, à cette adresse: https://www.nasa.gov/multimedia/nasatv/index.html

Si vous voulez essayer de poser des questions pendant la conférence qui aura lieu au James Webb Auditorium à Whashigton, vous pouvez le faire en utilisant #AskNASA.

> Ci-dessous, une vidéo expliquant la prochaine mission vers Europe

 

 

 

Vidéo:Ou va le monde table ronde sur l’écologie

Laisser un commentaire

Méditation et santé: 8 postures yoga facile à exécuter

Laisser un commentaire

YOGA: POSTURE DE LA CHAISE AVEC TORSION
Vous saviez déjà que vous devriez vous lever souvent de votre chaise au cours de la journée. Et, votre traqueur d’activité est peut-être là pour vous le rappeler. Mais bougez-vous vraiment autant que vous le pourriez dans votre espace de travail au fil de la journée ? Alors, exercez-vous à faire des torsions sur votre chaise de bureau plusieurs fois par jour, pour le grand bien de votre dos. Selon la philosophie du yoga, cet exercice facilite aussi la digestion!

 

EXERCICE DE RESPIRATION ET EMBOUTEILLAGE
La prochaine fois que vous serez bloqué à un feu de circulation ou sur le lieu d’un accident routier, essayez cet exercice de respiration qui vous aidera à passer le temps et à calmer toute poussée de rage au volant. D’abord, respirez normalement, puis commencez à allonger vos inspirations et expirations. Inspirez par le nez en comptant jusqu’à trois, puis expirez par la bouche en comptant encore trois, et ainsi de suite. La respiration doit se faire de façon calme et mesurée. Si elle devient saccadée ou haletante, raccourcissez votre souffle.

 

MÉDITATION SOUS LA DOUCHE
Prendre votre douche est un des rares moments de la journée où vous pouvez fermer les yeux sans être distrait par quoi que ce soit. (Au bureau, on penserait que vous seriez en train de dormir, et à la maison, que vous vous manqueriez d’attention pour votre famille ; au volant, c’est carrément dangereux !)
Prenez quelques minutes sous la douche pour méditer par la visualisation. Imaginez-vous dans un lieu de vacances et concentrez-vous sur un détail (comme le bleu de la mer des Caraïbes). Chaque fois que quelque chose vous distraira de cette image, retournez mentalement à la couleur azur de l’eau. Recommencez jusqu’à la fin de votre douche et débutez ainsi la journée avec l’esprit clair.

 

POSTURE D’OUVERTURE DES HANCHES
Pratiquer le yoga assis à son bureau peut sembler formidable, mais vous feriez mieux de vous limiter à des exercices discrets. Voici une posture facile : au travail ou pendant une longue réunion, croisez votre cheville sur le genou opposé et penchez-vous lentement vers l’avant pour allonger la colonne vertébrale jusqu’à ce que vous sentiez vos fessiers et l’extérieur de votre hanche s’étirer. Vous vous sentirez mieux et vous diminuerez votre tension lombaire.

 

ÉTIREMENT LATÉRAL MATINAL
Si vous avez déjà assisté au réveil d’un animal ou d’un bébé, vous avez remarqué qu’ils commencent par s’étirer. Faites la même chose avant de sauter du lit. Un simple étirement latéral rapide est une des postures de yoga qui vous aidera à émerger du sommeil, à étirer votre colonne et à ouvrir bien grand vos poumons. Vous serez alors fin prêt pour la journée!

 

ÉTIREMENT DES MOLLETS SUR LE TROTTOIR
Lorsque vous attendez le signal pour traverser la rue, ne restez pas sans rien faire. Saisissez l’occasion pour vous étirer les mollets en posant votre pied sur le rebord du trottoir ou contre un poteau. C’est un étirement classique bien connu de tous les coureurs, mais dont tout le monde y compris les marcheurs peut profiter.

 

POSTURE D’OUVERTURE DES ÉPAULES DANS LA SALLE DE BAINS
On croyait que seuls les maniaques de l’informatique et les dentistes avaient une mauvaise posture. Mais, avec la prolifération des équipements électroniques et la dépendance qui les accompagne, la « mauvaise posture du portable » est plus répandue que jamais. Faites la guerre aux épaules tombantes et au dos rond en pratiquant cet exercice d’ouverture des épaules chaque fois que vous irez à la salle de bains. Appuyez un avant-bras en poussant contre le rebord de la porte ou de l’armoire quand vous entrez et faites de même pour l’autre en sortant.

 

ÉTIREMENT DES ISCHIO-JAMBIERS DEVANT LA TÉLÉ
Demandez à tout débutant en yoga quelle partie de son corps lui donne le plus de problèmes et il vous répondra invariablement que c’est la tension de l’extérieur des cuisses (muscles ischio-jambiers). Rester assis à longueur de journée en est la cause principale, mais vous pouvez combattre cette tension en adoptant une autre position assise ou même couchée ! Lorsque vous êtes assis sur le canapé en soirée, penchez-vous vers l’avant sur vos hanches jusqu’à ce que vous sentiez un étirement. Il est très important de maintenir sa colonne vertébrale bien droite. Si vous avez de la difficulté à exécuter cette posture, étendez-vous par terre et levez une jambe que vous maintenez en l’air pour provoquer un étirement. Si vous n’arrivez pas à toucher votre pied ou votre mollet, aidez-vous d’une serviette ou d’une ceinture.

 

 

 

 

 

 

 

Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :