LA CRISE EST INÉVITABLE,SANS CROISSANCE ÉCONOMIQUE, LE TAS DE DETTES ACCUMULÉES NE VAUT RIEN

Certains fonctionnaires américains rêvent d’une croissance qui pourrait durer encore 10 ans, grosso modo le double du record enregistré par les Etats-Unis au XXème siècle. Ils se trompent lourdement.

On voit ce que l’on veut voir!

Certes, l’action des banques centrales permet aux gouvernements d’assurer leur solvabilité budgétaire et, in fine, de ne pas faire banqueroute. « Mais n’y a-t-il pas de côté négatif ? », s’interroge Natixis.

Comme l’explique l’équipe de recherche de Patrick Artus :

« En réalité, ces politiques sont dangereuses :

elles peuvent entraîner une expansion sans limite de la taille des bilans des banques centrales, d’où un risque de ‘fuite devant la monnaie’ (les agents économiques se débarrassent de la monnaie pour acheter des biens ou des actifs réels, d’où soit l’inflation soit des bulles sur les prix de ces actifs) ;

elles peuvent inciter les Etats à ne pas stabiliser les taux d’endettement publics, ce qui rend ces politiques irréversibles ;

elles permettent de financer des investissements inefficaces ;

elles écrasent anormalement les primes de risque sur les actifs risqués ;

elles forcent les banques centrales de réagir à des chocs qui nécessiteraient normalement qu’elles augmentent leurs taux d’intérêt. »

Bref, pas de free lunch. Milton Friedman avait prévenu, mais nos dirigeants l’ont oublié.

Milton, reviens ! Ils veulent nous ruiner

Chacun des points listés par Natixis est bien sûr important, mais l’un d’entre eux me semble plus critique que les autres. Ayant opté pour la fuite en avant, nos dirigeants pourraient bien s’être placés dans une position où il n’y a plus de retour en arrière possible.

 

https://la-chronique-agora.com/wp-content/uploads/2019/02/190226-lca-img8.jpg

Voici ce qu’explique Natixis dans une note du 20 décembre au sujet de ce « nouveau régime » :

« Dans le passé, dans les périodes d’expansion, la politique budgétaire redevenait suffisamment restrictive pour que la solvabilité budgétaire soit rétablie, et la politique monétaire pouvait donc en conséquence être normalement contracyclique ;

aujourd’hui, au contraire, on est passé à un régime de dominance fiscale : la politique budgétaire ne rétablit pas la solvabilité budgétaire, celle-ci est assurée par les taux d’intérêt anormalement bas associés à une politique monétaire qui reste fortement expansionniste malgré le retour au plein emploi.

Dans le nouveau régime, le policy mix (ensemble de la politique budgétaire et de la politique monétaire) est anormalement expansionniste et n’est plus contracyclique ; ce nouveau régime est de plus irréversible.

On pourrait en sortir par une politique budgétaire restrictive, mais c’est impossible parce que cette politique devrait être maintenant mise en place alors que la croissance ralentit ; ou par une politique monétaire restrictive, mais c’est impossible car elle ferait apparaître une crise des finances publiques (de solvabilité budgétaire). »

Vous avez bien lu : sauf miracle (comme évoqué par Nassim Taleb), il n’y a plus d’autre issue possible aux problèmes actuels que la fuite en avant.

Il ne s’agit d’ailleurs pas d’une situation particulièrement récente. Voilà en effet ce que cela a donné la dernière fois qu’une stratégie différente avait été esquissée :

La brève période de ralentissement de l’expansion du crédit a presque conduit à l’effondrement du système financier mondial 

https://la-chronique-agora.com/wp-content/uploads/2019/02/190226-lca-img9.jpg

Maintenant, comme au poker, nos dirigeants sont condamnés à faire tapis à chaque fois que l’étau se resserre.

A bulle de tout, crise de tout

Une fois au bord du précipice, la stratégie « kick the can down the road » ne fonctionnera plus.

Au mois de juillet, alors que le précédent rapport de l’IIF sur la dette mondiale venait d’être publié, Bruno Bertez avertissait que la promenade nous avait emmenés assez loin sur la falaise :

« Je ne crains pas de m’avancer et de signifier que nous sommes en phase terminale. On peut aller plus loin, mais il faut pour cela faire évoluer le système, la régulation, la conception de la monnaie, l’ordre international. Et puis Trump est l’élément perturbateur. » 

Il y a déjà plus d’un an, Natixis avertissait que les pays de l’OCDE s’exposaient à une crise de tout.

https://la-chronique-agora.com/wp-content/uploads/2019/02/190226-lca-img10.jpg

Côté crise sociale et politique, force est de constater que la France a déjà les deux pieds dedans. Reste le versant économique et financier de la crise, sur lequel la banque revenait au mois d’octobre dernier.

https://la-chronique-agora.com/wp-content/uploads/2019/02/190226-lca-img11.jpg

Là, Natixis en était réduite à faire un vœu pieu

 

« Le taux d’endettement du monde étant très élevé, les prix des actifs étant aussi élevés, une politique monétaire mondiale restant très expansionniste conduirait à la poursuite de la hausse des taux d’endettement et des prix des actifs, et inexorablement à une crise. 

Mais le passage à une politique monétaire restrictive déclencherait immédiatement une crise financière avec une hausse forte des paiements d’intérêt sur les dettes. 

La configuration qui permettrait d’éviter une crise financière serait donc : 

– une politique monétaire plus restrictive, mais pas au point qu’une crise de solvabilité des emprunteurs se déclenche ;

– une politique macro-prudentielle restrictive, pour arrêter la hausse des taux d’endettement et des prix des actifs. »

Suite aux choix qu’elles ont fait, nos autorités sont donc désormais condamnées à gérer la crise. 

Vous pouvez donc allumer un cierge à Sainte Rita (patronne des causes désespérées) et/ou vous préparer au violent changement qui nous attend.

 

 

 

Publicités

Le créateur de droit bancaire Dodd-Frank supplie la Fed à faire quelque chose pour arrêter un effondrement du marché afin de protéger Hillary pour son élection

frank Wall

 

 

Ancien membre du Congrès et co-créateur de la loi sur la réforme Dodd-Frank ,l’infâme et rejeté de Wall Street , Frank Barney , a parlé à The Hill ce week-end  (3 septembre 2016) et il a  dit pour  publication qu’il conseille la Réserve fédérale à faire tout ce qui est en son  pouvoir pour arrêter le marché de planter avant l’élection de Novembre. Et cela inclut en particulier  à veiller à ce qu’il n’y ait pas de hausses de taux en Septembre qui pourraient sérieusement diminuer les chances d’Hillary Clinton de remporter l’élection ,en raison des réactions du marché devant  la hausse des taux d’intérêt.

 

Hillary Clinton...Cette photo d'elle entourée de mercenaires djihadistes au lendemain du renversement de Kadhafi,en Libye,nous fait méfier d'elle.
Cette photo d’elle entourée de mercenaires djihadistes au lendemain du renversement de Kadhafi,en Libye,nous fait méfier d’elle.

Pendant des années, Frank Barney  a été président du Comité des services financiers de la Chambre, où il a utilisé le bureau pour protéger Wall Street et les grandes banques à la fois devant  l’examen du Congrès et de la législation qui aurait réduit une grande partie de leurs pratiques frauduleuses.

Ancien membre du Congrès ,Frank Barney , l’un des architectes de la loi Dodd-Frank (l’acte sur la « réforme de Wall Street » )  a demandé à la Réserve fédérale apolitique de maintenir les taux d’intérêt bas craignant que si l’économie américaine est entrée en récession ,Hillary  Clinton peut perdre.

Les Clinton:un couple satanique manipulé par les bilderberg et les illuminati.
Les Clinton:un couple satanique manipulé par les bilderberg et les illuminati.

L’un des principes centraux de la campagne de Donald Trump est que l’économie américaine a été artificiellement gonflée en raison de la vonté  de la Réserve fédérale d’inonder le marché avec de l’argent pas cher et que, lorsque la banque centrale a finalement renversé sa politique de relance « backdoor », la réalité des difficultés économiques du pays viendra écraser tous ces efforts,en même temps . Il semble que c’est aussi une vue partagée par l’expert financier de Hillary  Clinton,Frank Barney .

Frank a informé le Conseil de la Réserve fédérale « ne pas risquer de déstabiliser le marché » et peut – être l’économie en général quelques semaines avant le jour du scrutin. « Je pense que ce serait une erreur de le faire à proximité de l’élection », a déclaré Frank,à The Hill . « Il sera interprété, et plus interprété. » – Sputnik Nouvelles

Malheureusement pour Frank Barney , la Fed connaît une crise de confiance par le peuple américain, ainsi que par Wall Street elle-même qui a été très surveillé le vendredi sur les marchés. À compter du début de la journée où le président de la Réserve fédérale Janet Yellen a parlé d’une manière vague qu’une hausse de taux peut ou non avoir lieu soit en Septembre ou en  Décembre, ses mots  ont été depuis contredits par le vice-président Stanley Fischer quelques heures plus tard quand il a été  impressionné  par la perspective d’une hausse de taux le mois prochain serait une forte probabilité.

Et nous avons vu la réaction du marché au cours de chacune de leurs interviews.

Dow-one-day-chart-300x159

Au cours de son mandat de plusieurs décennies dans le bureau, Barney Frank a été un outil de Wall Street, ainsi que d’un homme politique qui a mis la création de profits  au-dessus du bien du peuple.Et tout comme il a aidé à remplacer la responsabilité de renflouer les banques du gouvernement aux déposants avec sa loi de réforme Dodd-Frank, de même est-il prêt à jeter les Américains sous le bus en appelant à la Fed de faire tout en leur pouvoir pour s’assurer  qu’un bon  candidat présidentiel corrompu gagne la Maison blanche, même si cela signifie que le crash économique futur sera bien pire que prévu.

Kenneth Schortgen Jr est un écrivain pour  Secretsofthefed.comExaminer.com ,Roguemoney.net , et à la mort des médias , et héberge le blog Web populaire,  The Economist Daily . Ken peut également être entendu mercredi après – midi donnant un rapport économique hebdomadaire sur le  spectacle radio Ange Clark .


EN CONCLUSION

Donald Trump...en conférence de presse récemment.
Donald Trump…en conférence de presse récemment.

Donald Trump avait entièrement raison de parler de complot bien organisé en vue de frauder  l’élection présidentielle en faveur d’Hillary Clinton.

Le seul rempart  pour sauvegarder le reste de démocratie qui peut encore subsister aux États-Unis d’Amérique,serait un coup d’état  de l’Armée Américaine afin de reprendre en main  le pouvoir politique …au nom du peuple.Il s’agirait ensuite  d’organiser de nouvelles élections après avoir mis  les conspirateurs en prison.

Sources:Secretofthefed.com

 

 

 

La Crise Économique Mondiale s’aggrave lourdement pendant que la Fed met fin à son mandat original de prêteur de dernier ressort des banques

L'édifice de la Federal Reserve Bank.
L’édifice de la Federal Reserve Bank.

 

Tenez-vous bien,ça va barder!Tout d’abord,l’affaire de la FED:

 

En attendant la décision importante de la Réserve fédérale en décembre au sujet des taux d’intérêt, la banque centrale américaine a tenu deux réunions d’urgence au cours des dernières semaines, dont le contenu a peu filtré auprès du grand public. Cependant, une décision intéressante et, peut-être, controversée, a été prise lors de ces discussions : la Fed a édicté une nouvelle loi, le 30 novembre 2015, qui élimine un de ses mandats originaux de 1913, qui est d’être le prêteur de dernier ressort des banques.

Dans une décision basée sur l’expectative d’une nouvelle crise bancaire ou financière, la Réserve fédérale a choisi, lundi, de mettre fin à la doctrine du « too big to fail » et de laisser les banques faire faillite sans qu’elles aient la possibilité d’emprunter de l’argent à la banque centrale en cas d’urgence.

Lorsque la loi sur la Réserve fédérale (Federal Reserve Act) fut adoptée, il y a un peu plus de cent ans, la banque centrale a été crée avec deux mandats principaux, afin de protéger le public et le système bancaire de toute panique pouvant survenir à la suite d’une panique due à un problème de liquidité ou de solvabilité se propageant dans le système financier. Être le prêteur de dernier ressort était le plus important de ces mandats.

« La Réserve fédérale américaine a adopté une loi destinée à limiter ses propres pouvoirs en matière de prêts d’urgence à des institutions financières en difficulté. Selon la nouvelle réglementation, les institutions financières ne pourront plus recevoir des fonds d’urgence de la Fed, et cela en toutes circonstances, même si elles sont menacées de faillite. Cette décision constitue la plus récente mesure d’une série de réformes visant à prévenir la prochaine crise financière. ‘Il existe encore quelques failles que la Fed pourrait exploiter pour sauver des institutions financières gigantesques,’ a déclaré la sénatrice Elizabeth Warren à CNN Money. Durant la crise financière de 2008, la Fed avait refusé de sauver la banque d’investissement Lehman Brothers. Lehman est devenue la plus grosse faillite de l’histoire des États-Unis. » (Russia Today)

De tous les programmes et actions implémentés par la Réserve fédérale depuis la crise du crédit de 2008, celui-ci est celui qui apporte le plus de confusion, puisqu’il va à l’encontre de la principale raison pour laquelle la banque centrale fut instituée en 1913. Changer soudainement de direction sept ans après que la dernière crise financière ait ébranlé le système bancaire mondial, en choisissant de fermer le robinet de liquidité, en dit beaucoup sur la solvabilité de la Fed elle-même et sur ce que pensent les gouverneurs de la Fed à propos de ce qui se profile et qui justifierait le fait de laisser les banques faire faillite.

Avec le Dodd-Frank Banking Reform Act, qui permet maintenant aux banques de ré-hypothéquer l’argent et les comptes de leurs propres clients dans le cas d’une crise de liquidité, cela démontre que la banque centrale américaine n’a désormais plus à suivre son mandat original – être le prêteur de dernier ressort – puisque c’est maintenant le public qui fournira les fonds pour sauver les banques lors des futures crises.

Avec cette nouvelle loi, qui n’est pas promulguée par le Congrès, mais par la Fed elle-même, on doit se demander si nous avons encore besoin d’une banque centrale, étant donné que son rôle premier de protéger le système bancaire de la banqueroute ou de l’insolvabilité est abandonné.

 

Attention , 11 indicateurs critiques viennent d’être déclenchés,la crise est enclenchée!

statue-of-liberty-drowning-300x132

L’activité économique ralentit partout dans le monde. Un grand nombre de signes indiquent que nous nous trouvons exactement là où nous étions juste avant le grand krach de 2008.

Les économies du Japon, du Brésil, du Canada et de la Russie sont toutes en récession.(voir ce lien: Économie)

Aujourd’hui, je vais me concentrer principalement sur ​​les États-Unis.

On voit énormément de choses se produire en ce moment. Ce que nous n’avons pas vu depuis 2008 et 2009.  A bien des égards, c’est un peu comme si nous revivions étrangement et de manière inquiétante ce qui s’était passé la dernière fois. Pourtant la plupart des “experts” ne semblent toujours pas conscients de ce qui se passe. Si vous deviez faire une liste de toutes les choses dont vous vous attendiez voir juste avant un grand krach, la quasi-totalité d’entre elles se déroulent actuellement sous nos yeux.

Voici 11 indicateurs critiques qui montrent que la crise économique mondiale s’aggrave…

# 1 Mardi 1er décembre 2015, le prix du pétrole avait clôturé en dessous de 40 dollars le baril. Retour en 2008, le prix du pétrole avait plongé en dessous des 40 dollars le baril juste avant l’effondrement des marchés financiers, et maintenant, cette situation se reproduit à nouveau.

# 2 Le prix du cuivre à littéralement chuté et se retrouve à 2,04 dollars. La dernière fois que le cours du cuivre avait été aussi bas, c’était juste avant le krach de 2008 des marchés financiers.

# 3 Les prévisions de “Business Roundtable”(lobby conservateur des dirigeants des grandes entreprises américaines) concernant les investissements des entreprises en 2016 a chuté à son plus bas niveau depuis la dernière récession.

# 4 Les défauts sur les créances de sociétés ont atteint leur niveau le plus élevé depuis la dernière récession. Ceci est un énorme problème parce que l’endettement des entreprises aux États-Unis a presque doublé depuis seulement la dernière crise financière.

# 5 L’indice américain de flash économique de Bloomberg est plus négatif actuellement qu’il ne l’avait été tout au long et au cours de la dernière récession.

# 6 Les données produites, des cartes de crédit qui viennent d’être publiées montrent que les ventes concernant les fêtes de noël sont en déclin et négatives pour la première fois depuis la dernière récession.

# 7 Comme je le disais , c’est la contraction la plus rapide du secteur manufacturier américain à laquelle nous assistons depuis la dernière récession.

# 8 La vitesse de circulation de l’argent aux États-Unis a chuté à son plus bas niveau jamais enregistré. Pas même pendant les pires moments de la dernière récession elle n’avait jamais été aussi faible.

# 9 En 2008, les prix des matières premières s’étaient effondrés juste avant que les marchés financiers suivent. A la fin du mois dernier, l’indice Bloomberg des matières premières avait atteint un plus bas de 16 ans.

# 10 Par le passé, les marchés avaient eu tendance à s’effondrer environ 12-18 mois après un sommet des marges bénéficiaires des entreprises. A ce stade, nous sommes 15 mois après le sommet le plus récent.

# 11 Si on regarde ce qui s’est passé en 2008, vous verrez que les obligations pourries(junk bonds) s’étaient effondrées. C’est important car à l’époque, les obligations pourries(à haut rendement) avaient commencé à chuter avant les marchés financiers, et actuellement, ils ont chuté à leur niveau le plus bas depuis la dernière crise financière.

Avec un seul ou deux de ces indicateurs dans le rouge, ce serait déjà mauvais.

Or le fait que tous ces indicateurs se retrouvent dans le rouge en même temps semble établir la même chose que ce que nous vous expliquons depuis des mois à savoir que de gros problèmes se profilent.

Je ne suis pas le seul à le dire. Encore aujourd’hui, un article de Reuters a évoqué le fait que les analystes de Citigroup projettent qu’il y a 65 % de chance que l’économie américaine plongera en récession en 2016…

Les perspectives pour l’économie mondiale l’année prochaine se sont assombries, avec une récession américaine. La Chine devenant le premier grand marché émergent qui baisse ses taux d’intérêt plus près de zéro, d’après les deux scénarios possibles, selon Citi.

Comme l’économie américaine entre dans sa septième année de croissance après la crise de 2008-09, la probabilité d’une récession atteindra 65 % selon ce qu’ont publié dans leur perspectives 2016 publié mardi soir, les stratèges de Citi. Un aplatissement rapide de la courbe de rendement des obligations vers une inversion serait un signe d’alerte clé.

 

Personnellement, je suis convaincu que nous sommes déjà en récession. Il y a un décalage concernant les chiffres officiels. La plupart du temps, nous ne savons pas si nous sommes officiellement dedans ou pas jusqu’à ce qu’ils soient déjà bien avancés voire bien détériores. Par exemple, nous savons maintenant que la récession a commencé au début de l’année 2008, mais à l’été 2008, Ben Bernanke, et nos politiciens de haut vol insistaient sur le fait qu’il n’y a aurait pas de récession. Ils niaient ce qu’il se passait réellement juste sous leurs yeux, alors que la même chose se passe actuellement.

Bien sûr, si le gouvernement utilisait les vrais chiffres, nous parlerions tous de la récession qui ne semble jamais vouloir se terminer. Selon John Williams, de shadowstats.com, les vrais chiffres montreraient que l’économie américaine a toujours été en récession depuis 2005.

Mais tout comme en 2008, les «experts» de la Réserve fédérale nous assurent tous que tout va très bien. En fait, Janet Yellen se convainc que les choses puissent bien aller, qu’elle semble tout à fait convaincue que la Fed va relever ses taux d’intérêt en Décembre

janet-yellenJanet Yellen, la Présidente de la Réserve fédérale a signalé mercredi que la Fed est quasiment certaine de relever les taux d’intérêt ce mois-ci pour la première fois en près d’une décennie, en expliquant que l’amélioration de l’économie et les créations d’emplois avaient atteint les objectifs de la banque centrale.

Dans un discours prononcé devant l’Economic Club de Washington, la présidente de la Fed a réaffirmé que l’économie américaine est dans une bonne phase et assuré qu’une prochaine hausse des taux est appropriée. Celle-ci pourrait intervenir à la mi-décembre.

C’est exactement le même genre d’erreur qu’avait fait la Réserve fédérale dans les années 1930. Elle pensait que l’économie américaine était finalement en voie de reprise, et ainsi, les taux d’intérêt avaient été relevés. Cela s’était avéré être une erreur tragique.

Mais cette fois-ci, la moindre erreur que la Fed fera, aura des conséquences mondiales. La hausse du dollar américain est déjà paralysante sur les marchés émergents partout dans le monde, et une hausse des taux d’intérêt va simplement pousser le dollar américain à des niveaux encore pus élevés. Pour en savoir plus à ce sujet, lisez s’il vous plaît l’article précédent intitulé “Le Dollar américain est la cause du déclin de l’économie Mondiale. La FED va lui donner le coup de grâce !“.

Beaucoup de gens attendent “le grand crash”, mais la vérité est que presque tout s’est déjà effondré.

Le pétrole s’est effondré.

Les matières premières se sont effondrés.

L’Or et l’argent se sont effondrés.

Les obligations pourries(à haut rendement) se sont effondrés.

Les actions chinoises se sont effondrés.

Des dizaines d’autres marchés financiers dans le monde entier se sont déjà effondrés.

Le “grand événement” que tout le monde attend, est la chute des marchés américains. Tout comme en 2008, il est inévitable qu’un krach financier aux Etats-Unis va arriver, après toute la série d’accidents que je viens de mentionner précédemment.

Parfois je suis critiqué pour avoir dévoilé des signaux d’alertes. Mais il suffit de penser au nombre de gens qui auraient pu être aidé s’ils avaient su que la crise financière de 2008 allaient arriver à l’avance.

Ce sont exactement les mêmes signaux que nous avions connu à l’époque, qui se jouent une fois de plus sous nos yeux. Plus nous pourrons avertir de gens à l’avance et mieux ce sera.

 

 

 

Au Québec,dans ma belle ville de Repentigny,si vous haussez les  taux d’intérêts de 1% seulement,vous menacerez la sécurité financière de plus de 30% des gens qui ont acheté une maison depuis 8 ans.Décidément,si on continue de dormir au gaz,nous allons finir au bucher du capitalisme pur et dur!

Seule…et seulement ,la désobéissance civile pourra y remédier!

Source: theeconomiccollapse

 

Alerte crash financier: les bourses des monarchies corrompues par le pétrole plongent déçus par la décision de l’Opep

 

 

 

 

 

Ces bourses qui appartiennent à l'élite oppressive et esclavagistes des  petits potentats arabes   marquent le début de l'effondrement d'un système corrompu soutenu par l'industrie  de l'énergie fossile et...le crime organisé.
Ces bourses qui appartiennent à l’élite oppressive et esclavagiste des petits potentats arabes marquent le début de l’effondrement d’un système corrompu soutenu par l’industrie de l’énergie fossile et…le crime organisé.

 (Mise à jour du 1 er décembre 2014)

Les Bourses des monarchies pétrolières du Golfe ont plongé dimanche (30 novembre 2014), premier jour ouvrable après la décision de l’Opep de reconduire son plafond de production qui a accentué l’effondrement des cours du brut.

Les sept marchés des pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) étaient fermés vendredi et samedi, après l’annonce jeudi du maintien du plafond de la production du cartel malgré la surabondance de l’offre.

La Bourse de Dubaï a perdu plus de 5% quelques minutes après l’ouverture et son indice est tombé à 4.273 points. Toutes les actions étaient dans le rouge.

A Abou Dhabi, l’indice de la deuxième bourse des Emirats arabes unis perdait 1% à 4.753 points.

La Bourse koweïtienne reculait de 2% à 6.846,50 points, et celle de Mascate chutait de 1,8%.

Au Qatar, le marché plongeait de 4% et son indice est passé sous la barre psychologique de 1.300 points, moins de cinq minutes après le début des cotations.

Le marché saoudien, le plus grand du monde arabe, ouvrait plus tard.

La décision de l’Opep a été accueillie positivement par les bourses dans le monde car la baisse des prix du pétrole devrait relancer l’économie. En revanche, un effondrement des cours du brut aura un impact négatif sur les budgets des monarchies du Golfe dont les recettes pétrolières constituent environ 90% de leurs revenus.

Il est à prévoir qu’un effet domino s’en suive dans les jours et les semaines à venir.L’effondrement financier annoncé depuis peu semble prendre forme …donc  un petit conseil: sortez votre argent des banques appartenant aux Rothschild.

Les 7 effets constatés et redoutés du maintien des quotas de production

L’Opep ébranle le monde de l’énergie. Jeudi, lors d’une réunion à Vienne, les pays producteurs de pétrole ont maintenu le niveau de production à 30 millions de barils/jour. Passage en revue des principales conséquences de ce choix. Qu’elles soient déjà observées mais aussi redoutée.

Le Brent sous les 70 dollars

Après la décision de l’Opep, les cours du pétrole ont chuté brusquement vendredi. A 66,15 dollars, le baril de « light sweet crude » (WTI) pour livraison en janvier a chuté à son plus bas niveau depuis septembre 2009. Il a reculé de 7,54 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex). A Londres, le baril de Brent est lui passé sous le seuil des 70 dollars pour la première fois depuis quatre ans et demi. Il est tombé à 69,78 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) avant de clôturer à 70,15 dollars.

Coupes budgétaires au Venezuela

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a ordonné le 28 novembre des coupes budgétaires après la décision de l’Opep. Il a également demandé de « procéder à un examen des traitements et salaires de tous les employés des ministères, des entreprises publiques, à commencer par le président« . Il attend « une proposition de réduction substantielle des salaires et traitements de la haute direction, des ministre et ministres délégués, des présidents et vice-présidents des entreprises d’Etat ».

Le ministre de l’Economie vénézuélien, Rodolfo Marco Torres, doit se rendre en Chine afin d’ « approfondir les accords économiques et financiers » existants dans le but de compenser « le manque à gagner des recettes pétrolières en baisse« , a dit Nicolas Maduro.

Les revenus pétroliers qui représentent 96% des rentrées en devises du pays. Le pétrole vénézuélien a perdu un tiers de sa valeur au cours du deuxième trimestre 2014, tandis que le poids de sa dette extérieure ne cesse de s’alourdir par rapport aux rentrées fiscales.

Depuis le début de l’année, le prix moyen du pétrole vénézuélien s’est établit a 92,76 dollars américains, soit 5,42% de moins qu’en 2013.

Le schiste américain dans le viseur

Le Vénézuela faisait partie des pays qui souhaitait réduire la quantité de pétrole disponible sur le marché afin d’enrayer la baisse des prix. Mais les pays du Golfe, davantage capable de résister, préfèrent un pétrole à prix bas afin de contrer le pétrole de schiste qui reste plus coûteux à produire.

Leonid Fedun, vice-président de la compagnie russe Lukoil, a déclaré dans une interview accordée jeudi à Bloomberg.

« En 2016, quand l’OPEC aura rempli sa mission de supprimer le marché marginal américain, les prix recommenceront à grimper (…) l’essor du gaz de schiste est à l’image du boom ‘dot.com’, les acteurs les plus forts résisteront, les faibles disparaitront », a-t-il déclaré en faisant référence à la bulle internet au début des années 2000.

Des producteurs plus ou moins vulnérables

Si elle se poursuit, cette baisse pourrait affecter certains pays du Golfe. L’agence Standard and Poor’s indique dans une note que « la baisse récente du prix des hydrocarbures, si elle se prolonge, pourrait avoir un impact significatif« , en particulier à Bahreïn et Oman.

Plus largement, les pays émergents seraient également susceptibles d’être affectés, comme par exemple le Brésil, qui a investit dans le pétrole, surtout au large de Rio où des gisements ont été découverts.  Par ailleurs, la Russie a fondé son budget sur un baril à 100 dollars, note un économiste d’HSBC interrogé par l’AFP qui nuance: « la forte dépréciation du rouble atténue l’impact budgétaire.« 

Le recul du prix du baril a aussi des conséquences pour le secteur des hydrocarbures de schiste aux Etats-Unis, qui doit investir lourdement pour maintenir la production. Les analystes considèrent que ces investissements ne sont plus rentables si le pétrole reste à un prix évoluant autour de 65 à 70 dollars.

Hausse du pouvoir d’achat dans les pays industrialisés?

A plus long terme, un certain nombre d’économistes prévoient un effet positif de ces faibles prix du pétrole sur le pouvoir d’achat des ménages, susceptibles d’acheter des produits moins chers tandis que les entreprises peuvent accroître leurs marges, surtout dans les pays les plus avancés économiquement (Etats-Unis, zone euro, Japon, Chine).

Patrick Artus, économiste chez Natixis, interrogé par l’AFP estime que la zone euro peut « profiter de l’effet positif de la dépréciation de la monnaie unique sur ses exportations sans être pénalisée par la hausse des prix des importations« , et espérer gagner 0,5 point de Produit intérieur brut en deux ans.

De son côté, l’institut Coe-Recommence, estime que la facture énergétique française a déjà baissé « d’au moins 5 milliards d’euros en 2014« . D’après lui, le secteur de l’industrie, « principal bénéficiaire » et y gagnera 2 milliards d’euros. Ce qui représente plus que les « versements au titre du Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi« .

 Mais risque de déflation

Toutefois, dans les pays déjà affectés par faible inflation, soit les membres de l’Union européenne, un pétrole à bas coûts présenterait plutôt un risque.

« La question est de savoir si les entreprises vont garder dans leurs marges cet effet bénéfique, ou en profiter pour baisser encore leurs prix », souligne Denis Ferrand, directeur général de Coe-Rexecode, selon des propos rapporté par l’AFP.

Quel impact sur la BCE?

Enfin, de façon indirecte, cette décision de l’Opep pourrait avoir un poids sur celle de la Banque centrale européenne (BCE). Plusieurs analystes prévoient de nouvelles mesures pour limiter la désinflation, et éviter une spirale déflationniste.

Michael Hewson, analyste chez CMC Markets UK, également cité par l’AFP écrit ainsi;

« Je suis sûr que Mario Draghi [le président de la BCE] espérait secrètement que l’Opep lui donne un coup de main en annonçant une forte baisse de production ».

Car, en se traduisant par une remontée des cours, les prix des biens et services dans l’UE auraient pu ainsi voir leur chute stoppée.

Le 27 novembre 2014,l'OPEP ébranle l'industrie pétrolière mondiale et les bourses en décidant de maintenir les prix bas.
Le 27 novembre 2014,l’OPEP ébranle l’industrie pétrolière mondiale et les bourses en décidant de maintenir les prix bas.

Le baril de pétrole chute à son plus bas niveau en cinq ans

Le baril de pétrole a chuté lundi,1 er décembre 2014, à son plus bas niveau depuis cinq ans, pénalisé par une offre surabondante renforcée par la décision de l’Opep de ne pas changer son plafond de production.

A Londres, le Brent pour livraison en janvier a atteint un plus bas depuis octobre 2009, à 67,53 dollars le baril, tandis que le « light sweet crude » (WTI) côté à New York et pour livraison à la même période est tombé au plus bas depuis juillet 2009, à 63,72 dollars le baril.

Les prix du pétrole ont continué de dégringoler après la décision jeudi de l’Opep de maintenir son plafond de production à 30 millions de barils par jour (mbj). Un indicateur manufacturier décevant en Chine publié lundi a aussi contribué à tirer les cours du pétrole vers le bas.

Dans le courant de la journée de lundi, le retour d’opérateurs américains absents jeudi et vendredi après-midi pour cause de Thanksgiving n’entraînait pas de retournement majeur de la tendance.

« En maintenant son objectif de production à 30 millions de barils par jour, l’Opep signale clairement qu’elle ne supportera plus seule le fardeau d’ajuster le marché », ont noté les analystes de Barclays. Selon Barclays, c’est le réajustement de l’offre de pétrole non conventionnel (pétrole de schiste) qui sera crucial pour donner une direction aux prix de l’or noir.

En effet, la décision de l’Opep a été largement interprétée comme une réponse à la récente expansion du pétrole de schiste américain, qui grignote les parts de marché du cartel. « La motivation de l’Arabie saoudite est de préserver ses parts de marché, principalement de la concurrence du pétrole de schiste américain, dont le coup d’extraction est plus élevé », ont précisé les experts de la maison de courtage Czarnikow.

Les États-Unis sont passés d’une production moyenne de 5 millions de barils par jour (mbj) en 2008 à près de 8,4 mbj lors des seuls huit premiers mois de cette année grâce à l’exploitation du pétrole de schiste.

Un million de barils en moins ? 

L’impact de cette croissance de la production se fait de manière indirecte, en réduisant de façon spectaculaire les besoins d’importations des États-Unis et en forçant leurs fournisseurs à se trouver d’autres débouchés.

Si l’Opep avait décidé de réduire sa production, elle serait entrée dans un cercle vicieux où elle n’aurait cessé de réduire son offre pour lutter contre la baisse des prix face à l’augmentation de la production américaine, ont estimé les experts de la Société Générale.

Même si certains opérateurs trouvent la réaction des marchés exagérée compte tenu du fait que la décision de l’Opep était largement anticipée, une offre surabondante, combinée à une faible croissance de la demande, devrait continuer à peser sur les cours l’année prochaine, ont estimé des analystes.

« Il n’y a aucune fin en perspective pour cette baisse des prix du pétrole, puisqu’un énorme excédent d’offre, d’environ 1,5 million de barils par jour, est attendu pour le premier semestre 2015 et va continuer à peser sur les cours, » ont noté les experts de Commerzbank.

« Une nouvelle réduction d’au moins 1 million de barils par jour sera nécessaire pour rééquilibrer le marché », a-t-on souligné chez Barclays.

Mais pour les analystes de Westhouse Securities, les prix du pétrole pourraient commencer à se stabiliser une fois la décision de l’Opep digérée.

« Nous anticipions une pression à court terme sur les prix du pétrole après la réunion de l’Opep, mais notre vue à moyen et long terme demeure inchangée. Le pétrole est une matière première chère, et les prix bas vont initier une correction (à la baisse, NDLR) de l’offre mondiale », a-t-on précisé chez Westhouse Securities.

 

 

Source : AFP

Vidéo: 1929 : l’effondrement de Wall Street et la crise financière

 

Le 24 octobre 1929, les cours de la bourse de New York s’effondrent après des années de hausse continue. C’est le jeudi noir. L’action concertée des banquiers enraye le Krach en fin de séance mais la chute vertigineuse reprend la semaine suivante. En quelques jours, les gains de l’année sont effacés. L’effondrement ruine des centaines de miliers de ménage et marque le commencement de la Grande Dépression.

La succession de suicides continue: le cinquième en 2 semaines

JP Morgan édifice
Deux semaines après le suicide d’un banquier  de JP Morgan qui aurait  sauté  vers sa mort à partir du haut d’un immeuble, un autre des employés de l’entreprise est décédé, avec Ryan 37 ans, Henry Grue va  devenir le 5 ième banquier  à se « suicider » depuis quelques semaines seulement. Grue a été directeur général dans le programme Global Trading bureau de JPM basé  à New York et avait été avec l’entreprise pendant 14 ans. Peu de détails ont été publiées concernant la nature de son décès, des rapports indiquant simplement que  Grue est pleuré par son épouse et son fils. « Nous ne pouvons qu’espérer  que cette succession  inquiétant de décès au sein de l’industrie financière – dont l’un concernait un top -gun  financier  – est purement accidentelle», écrit Hedge zéro. Certains ont émis l’hypothèse que la mort pourrait être un signe  précurseur d’un effondrement financier majeur, même si aucune preuve tangible d’une connexion a été reçue. Gabriel Magee, un cadre supérieur de 39 ans au siège européen de JP Morgan, a bondi de 500 pieds de haut du siège de la banque dans le centre de Londres, le 27 Janvier, un atterrissage sur un toit de 9 étages adjacent. Quelques jours plus tard, Mike Dueker, l’économiste en chef de la société Russell Investments, est tombé dans un remblai de 50 pieds dans ce que la police décrit comme un suicide. Dueker a été porté disparu le 29 Janvier par des amis, qui a dit qu’il avait été «d’avoir des problèmes au travail. » Le 26 Janvier, ancien dirigeant de la Deutsche Bank Broeksmit a été retrouvé mort à son domicile de South Kensington après que la police a répondu à des rapports d’un homme retrouvé pendu à une maison. Selon les rapports, Broeksmit avait «des liens étroits avec co-chef de la direction Anshu Jain.Pour lire la suite de l’article cliquez sur ce lien: Suicide?

Re-writing history: The financial support from Wall Street to the Fuhrer Adolph Hitler’s army.part 1

Re-write history by following the hypocrite  money trail

Henry Ford was awarded the Medal of the German Eagle, the highest honor granted to a foreigner.  Here we see the consul Karl Kapp, who gave him his decoration in 1938.
Henry Ford was awarded the Medal of the German Eagle, the highest honor granted to a foreigner.
Here we see the consul Karl Kapp, who gave him his decoration in 1938.

World War II , an American crusade for freedom and democracy ?

The winners write history, this is the version that is taught since 1945 on both sides of the Atlantic.

While we prepare to celebrate the 60th anniversary of the capitulation, it is important to reveal the myth of « liberation. »

In the United States , Hitler very long been considered an excellent business partner, but in a war that does not go as planned, then eventually alliances form against the  » worst enemies  » with « bad allies » …

The Normandy landings occurs only very late, June 6, 1944 , will nevertheless of the second world war a tremendous financial windfall for the United States.

Releasing a portion of the fascist Europe to « dominate » economically , all the conditions are met in 1945 to begin a long Cold War …

Also take the time to examine the major players in the financial involvement of American capitalists in the manufacture of the Second World War.

La fameuse médaille décernée à Henry Ford,en 1938 par le Consul allemand:la Médaille de l'Aigle Allemand.The famous medal awarded to Henry Ford in 1938 by the German Consul: the German Eagle Medal.
The famous medal awarded to Henry Ford in 1938 by the German Consul: the German Eagle Medal.

Misrepresentation of historical facts

 

Like any historical narrative, the official version of the Second World War has a partially fictional character. The work of the historian, who is perpetually revise history, nuance and complexity came the official version written by the victors.

 

The official version of the Second World War offers essentialized antagonism between two geopolitical blocs to completely independent reasons: on the one hand, good, defending democracy, and on the other, the wicked, supporters of the dictatorship. If the Communists, who have changed along the way, overall the exception was irreconcilable and never communicated other than in the conflict enemies blocks. However, evidence of collusion between officials multiple enemies come as soon as we look closely at the facts.

Preuve du soutient d'Henry Ford au mouvement nazi:ce petit livre très anti-sémite imprimé en allemand.Evidence supports the Henry Ford the Nazi movement: this little book very anti-Semitic printed in German.
Evidence supports the Henry Ford the Nazi movement: this little book very anti-Semitic printed in German.

The links between Nazism and transnational industrial capitalism , including American , are well documented ( General Motors Operation Paperclip , etc. . ) . However, less is known about the links between Nazism and financial capitalism , the famous  » cosmopolitan bankers ‘ against which the Nazis themselves yet cried so hard . The name of Warburg sometimes appears . But as shown by the research of Anthony Sutton , a Eustace Mullins or nickname Sydney Warburg, the relationship between the Third Reich and Wall Street or the City were even more intimate and intriquants . Even at the height of the war , Nazi Germany was never excluded from the international financial system of the time (transactions, speculation , etc. . ) .

 

The major international bank , whatever its religious origin, has never declared war on Hitler, except at the margins . On the contrary even , as to arrive at supreme power in Germany in the 1930s , moreover through legal channels , it was necessary , as now , the support of banks and media … But beyond even the obvious connivance from private actors , it seems there has been further complicity at the highest level between States officially at war against each other, namely between the German government, a hand, and the allied British and American governments on the other.

Henry Ford reçut aussi le "Certificat du Mérite Allemand"...durant la guerre.Henry Ford also received the "Certificate of Merit German" ... during the war.
Henry Ford also received the « Certificate of  German Merit » … during the war.

In support of this thesis, we propose the reader documents that may well contribute to undermine completely the history of the Second World War, and thus the history of the world . The Bibliothèque nationale de France offers online internet digital versions of some of its archives , including the underground press circulating in the mantle France during the German occupation. We reproduce below some excerpts and links to full articles, which can also be found in the catalog rating : RES -G- 1470 ( 402).

 

« The Truth »(La Vérité) , No. 55 , December 10, 1943 .

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bp …

« Why the Front does not move in the Mediterranean. «  » The New Leader, member of the British Independent Labour Party , denounced the gold business of British capitalism in favor of the war.  » The longer it lasts , the better  » is the spirit of the Exchange. Banks establish branches behind not soldiers . (…) Dividends are up 88% ! After that we understand why , when Churchill spoke of « a terrible year in 1944 , » shares rise, while the military commentator Lidell Hart is surprised that the British army could not advance in southern Italy  » at 5 German divisions  » . Germans trumpeting the exploits of their army when it is mostly organized passivity allied governments. « 

« Those who shaved Nantes refuel gasoline in Germany !  »  » Readers we shall send a recent  » Note from the governing bodies of the Secret Army in Allied Command  » . (…)  » IN NO EVENT ALLIED AVIATION HAS BOMBED BASIN BRIEY OR bauxite mines SOUTHEAST , big industry where the enemy gets most of its resources.  » The note continues:  » INFORMATION WE ABSOLUTELY SAFE ARRIVAL UNINTERRUPTED POST BY SPAIN TRAIN FULL TANK OF FUEL .  » (…) « 

 

« The Truth » (La Vérité), No. 56 , January 15, 1944 .

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bp …

« A war of capitalist pirates … Roosevelt refueling Hitler … »  » In its latest issue , The Truth unveiled traffic gasoline and aircraft between » Allies  » and Germany. (…) Everywhere it is the conspiracy of silence. (…) Workers must ignore the financial dealings do not care about  » national borders  » and so-called  » ideological frontiers  » . (…) The Truth intends to break the public silence of the bourgeois press , as a pro – Nazi ally. Each worker must recognize the mask ripped off, the true face of imperialist belligerents nowhere Crusaders civilization and peace. But capitalist pirates who kill each people to share markets and that , even during the war, them continue their successful business . « 

« The Truth » (La Vérité) , No. 58 , February 10, 1944 .

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bp …

« The trafficking of gasoline. Capitalist International is not dissolved .  »  » 1939. War is coming … and the traffic continued . In all countries , liars newspapers spoke of the blockade, but the Allied ships carrying ore and American equipment in Germany via Belgium . (…) Today , the Allied air forces destroy some industries in Germany in order to remove a competitor in the future. But that in the immediate future, the Reich can take the time it takes before the USSR ‘s allies ship every day two gasoline Hitler trains , a hundred cars passing each day in Port Bou . « 

« The Truth » (La Vérité) , No. 59, February 17, 1944 .

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bp …

 » After oil , minerals !  »  » Comrades returning from Germany asked us :  » Why the big German chemical plants are not they bombed While 150,000 workers , women and children were charred Hamburg , why plants THE LEUNA by example, are they still standing ?  » We are now able to give the answer. Is that GERMAN CHEMICALS ARE REDEEMED minerals AMERICAN SPECIAL Reich whose needs for its war industry PRODUCTS . « 

Important details:

You should know Henry Ford, as Prescott Bush , was part of the Board of BBH (Brown Brothers Harriman , which claimed to be the largest private investment bank in the world ) . Throughout the ’30s , there was nothing illegal in doing business with Thyssen and many American companies , among the best known , had invested heavily in the German economic recovery. However, everything changed after Germany invaded Poland in 1939. Even then , it could be argued that BBH was within its rights continuing business relations with Thyssen , until the end of 1941 , as the U.S. was still technically neutral , at least until the attack on Pearl Harbor.

For decades , rumors linking large American families (Bush , Ford, Kennedy, Rockefeller , etc …)

the Nazi war machine have circulated . There is little time , the British newspaper The Guardian gave the results of a very thorough about these  » very special  » relationships or American capitalists investigation blithely traded with the Nazis while young Americans were being killed in the name of freedom in Europe , while their government cynically trampled the application of the  » Trading with the enemy Act » ( the law prohibiting trade with the enemy ) .

 

A trial was held in 2001 in the USA, involving, among others, Ford and Bush families , The trial revolves around an execution order , passed January 22, 1944 and signed by President Franklin Roosevelt, who asked the Government to take all measures to save European Jews . The lawyers contend that the order was ignored because of pressure from a group of big American companies, including BBH , where Prescott Bush was a director … but some U.S. manufacturers continued to work with the same Reich after 1941 ……… ……….. or of the trial.

 

The relationship between Ford and the Nazis , historian Miriam Kleinman writes:  » When you think of Ford, you think of baseball or donuts You do not think the portrait of Henry Ford Hitler had hung in his office. « . In fact, the relationship between Henry Ford and the German dictator predate the seizure of power by the Nazis in 1933 . Among the anti- Semitic Henry Ford distinguished himself by publishing many slanders against the Jewish people in a journal that belonged to him . So in 1931 , Hitler said, in the Detroit News:  » I think Henry Ford as an inspiration . « 

 

The admiration was apparently mutual. In July 1938 , Henry Ford accepted a medal from the German government, the highest award that could be given to a foreigner by the Nazis. A month later , James Mooney, a senior executive of GM , also received a medal from the German government « for the great services rendered to the Reich .  » The English writer Charles Higham Mooney quotes these words in 1940 :  » Hitler is right , and I will not do anything that might upset him . « 

 

The arsenal of Nazism

 

At the end of the war, Henry Schneider , an investigator from the U.S. Army, described the German subsidiary of Ford of  » arsenal of Nazism , at least for military vehicles . » According to Schneider , this device had the approval of Ford executives , USA. Recognition of Nazis for Ford and GM was well founded : trucks « Blitz » , produced in a factory built by GM in Berlin , was a major component of  » Blitzkrieg  » , the German aggression against its neighboring countries : Poland, the USSR and France . Opel , the German subsidiary of GM , Ford and Germany were the first two truck manufacturers for the German military.

 

Without large capital investment by U.S. companies in the German economy , the army of the Reich in 1938 would never have been able to organize , or even think effectifs.L grow its invasion of Poland programmed with Russian communists would have remained as the dream state .

Without interventions Howard Bush , combined with those of the Harriman brothers and Rockefeller Zionist Wall Street bankers have left their hands in their pockets rather than going out hundreds of millions of dollars that the German economic machine needed to prowl its new weapons of war.

American capitalists chose to start a war to boost the economy bankrupt America … passing over the heads of the people itself!

The New World Order was planned and would bring big : U.S. unemployed will be recycled into soldiers …. mouths to feed food banks serve to flesh guns fatten the  » battlefield  » !

The past is the future, we should be wary of  » current American capitalists  » as well as the Zionist bankers who did not hesitate to lend vast sums to the Reich, they will not hesitate to initiate a Third World War in order to cash in quick profits , without regard for future consequences!

We are all self-defense !

Long Life to the  Second American People   Revolution  !

For the part 2,follow this link: Part 2 

La Crise Économique Majeure se prépare: le Dow Jones perd plus de 300 points

100480843-stock_traders_worried_getty.240x160_original

Les actions américaines ont fortement chuté et les bons du Trésor se sont rassemblés ce  vendredi,24 janvier 2014, le Dow Jones Industrial Average triples chiffres, pour une deuxième session et affiché sa pire semaine depuis Novembre 2011, les investisseurs ont retiré de l’argent sur ​​les marchés émergents et d’autres actifs considérés comme risqués. Comme la foi de Wall Street dans les plus grands pays développés du monde , les monnaies de ces pays ont été touchés, avec les lires turques tombant à un niveau  record  de baisse face au dollar, et le peso argentin en forte baisse aussi, face à la monnaie américaine. « Nous avons abordé au large par ce qui se passe dans le monde, pour ainsi dire, et sont la réaffectation des actifs de certains des marchés émergents dans ce qui est considéré comme plus fiable », a déclaré JJ Kinahan, stratège en chef chez TD Ameritrade. «C’est une position de mise  en sécurité », a ajouté Kinahan  expert en titres à revenu fixe.