Vol MH-17: le 17 juillet 2014,le congrès américain votait la guerre contre la Russie

 

LE CONGRES USA A VOTE LE 17 JUILLET UNE DÉCLARATION DE GUERRE CONTRE LA RUSSIE

Le jour du crash du Boeing , voici ce qui avait été voté…

Ils ont voté la Guerre

Au Congrès des USA,ils doivent  prendre les gens pour des idiots.
Au Congrès des USA,ils doivent prendre les gens pour des idiots.

Le congrès a adopté, le 17 juillet, le jour du crash du boeing 777 de la Malaysia MH17, l’ « Acte de prévention de l’agression russe», qui garantit à l’Ukraine, la Géorgie et la Moldavie, le statut d’«alliés majeurs non-OTAN des États-Unis», autorisant le président à fournir à ces pays et à d’autres pays de l’Est, directement ou par l’intermédiaire de l’OTAN, le maximum d’aide militaire et économique pour s’opposer à la Russie.

Le crash est la signature de déclaration de guerre envoyée à la Russie.

La guerre mondiale vient de commencer…

http://www.mondialisation.ca/tragedie-mondiale-du-vol-mh17-ukraine-objectif-centre/5392665

Les États-Unis se préparent à renverser Poutine

Le Département d’Etat des États-Unis va fournir 30 milliards de dollars afin de financer une ingérence directe dans les affaires intérieures de la Russie, ou, pour être exact, renverser Poutine.

Numéro de document 2277 sur le site officiel du Congrès des États-Unis appelé «Loi sur la prévention de l’agression russe 2014» (la «Loi sur la prévention de l’agression de la part de la Russie 2014»).
Budget: 10 milliards de dollars par an sur la période 2015-2017.But des crédits « le développement de la démocratie en Russie ». (amélioration de la gouvernance démocratique, la transparence, la responsabilité, la primauté du droit et mesures anti-corruption)

Le site du crash du Vol MH17.
Le site du crash du Vol MH17.

En fait cette guerre était déjà décidée

“Le département d’Etat américain n’envisage pas de répondre aux questions de l’Etat-major de l’armée russe relatives au crash du Boeing 777 malaisien dans l’est de l’Ukraine, a annoncé lundi aux journalistes la porte-parole de la diplomatie US Mary Harf.
Selon cette dernière, les déclarations publiques de la partie russe ne méritent aucune confiance, Moscou étant impliqué “dans la propagande et la désinformation”.

http://fr.ria.ru/world/20140722/201897667.html

Le 17 juillet dans l’UE

Le parlement Européen a également voté une loi le 17 Juillet qui considère que l’annexion de la Crimée est une violation du Droit International. L’UE est donc complice des USA.

http://www.les-crises.fr/resolution-pe-ukraine/

Le nouveau drapeau de l'union Européenne.
Le nouveau drapeau de l’union Européenne.

Appel urgent aux statisticiens du monde entier

Quelle est la probabilité pour qu’un avion s’écrase le jour où le Congrès Américain décide d’autoriser l’implantation de soldats dans les pays limitrophes du pays qu’on rend responsable de ce crash et le jour ou le Parlement européen adopte une résolution lui donnant le droit de faire une intervention armée pour réparer une annexion déclarée comme étant une violation du droit international ?

* 4 jours après le crash de l’avion ,Moscou accusait l’Ukraine:lien vidéo

SOURCES: WikiStrike

Publicités

Nouvel Ordre Mondial: Washington lance une vaste campagne de désinformation sur le crash du Boeing

Miliciens de la République de Nova Russia près des décombres de l'avion.
Miliciens de la République de Nova Russia près des décombres de l’avion.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus de 70 ans après Tcherkassy, en Ukraine, les forces de Nouvelle Russie s’apprêtaient à tailler définitivement en pièces toute une partie de l’armée ukrainienne dans un « chaudron » à la frontière russe, en plein cœur du Donbass. Mais le drame du crash du Boeing de la Malaysia Airlines, tuant près de 300 personnes dont de très nombreux enfants, risque de réactualiser la situation géostratégique. En effet, Kiev et ses alliés occidentaux sont prêts à tout pour rendre Moscou et les indépendantistes responsables de la tragédie. Or, seulement 24 heures après que l’avion ait été vraisemblablement abattu, de plus en plus d’éléments mettent hors de cause la responsabilité des Russes et des indépendantistes. Mais Washington et ses alliés n’ont que faire de la vérité.

Depuis hier dans les médias français, qui suit l’ensemble des médias occidentaux, anglo-saxons en tête, la désinformation bat son plein et l’on n’hésite pas à mettre en avant des « experts » autoproclamés, grassement payés et qui n’hésitent pas à nous sortir des perles comme s’il en pleuvait. La dernière en date : Sir Malcolm Rifkind, membre éminent de l’Intelligence and Security Committee, a suggéré que le missile qui a détruit l’avion avait été lancé par les « forces spéciales soviétiques » ! (source) Heureusement que dans ISC, il y a « Intelligence »…

Laissons de côté les agitateurs, les experts à la ramasse, les désinformateurs stipendiés et autres intellectuels faussaires (tiens, BHL, où es-tu ?) pour nous concentrer sur les faits et les analyses sérieuses, comme nous l’avons toujours fait.

 

Une zone de débris très étendue...
Une zone de débris très étendue…

Le Boeing 777 malaisien volait à une altitude inférieure à celle prévue à la demande des contrôleurs aériens ukrainiens a déclaré à Amsterdam Huib Gorter, vice-président de la branche européenne de la compagnie Malaysia Airlines. Et nous n’avons toujours pas d’explications cohérentes quant à l’autorisation faite par Kiev aux compagnies aériennes de survoler la zone des combats, ni sur le fait que son trajet habituel ait été modifié.

 

24 heures après la terrible tragédie qui a coûté la vie à presque 300 civils lors du crash d’un Boeing de la Malaysia Airlines près de Torez-Snizhne dans le Donbass en zone indépendantiste, Kiev n’a toujours pas pris contact avec les autorités de Nouvelle Russie pour que des secours et des enquêteurs ukrainiens puissent se rendre sur les lieux où l’appareil s’est écrasé. Voilà qui en dit long sur l’esprit de la junte au pouvoir : Porochenko et le gouvernement de Yatseniuk (qui considère les Russes comme des «sous-hommes») veulent profiter du drame pour pousser la «Communauté internationale» et l’OTAN à intervenir contre les indépendantistes et la Fédération de Russie.

Un pénible pèlerinage...
Un pénible pèlerinage…

La plupart des systèmes d’enregistrement de l’appareil ont été retrouvés par des éléments de la milice qui sont immédiatement accourus sur place. L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a indiqué que les indépendantistes avaient accepté d’offrir « un accès sûr » à une commission nationale d’enquête, comprenant des enquêteurs internationaux (photo). Mais Washington insiste pour que l’enquête ne soit surtout pas impartiale et accuse les séparatistes… avant d’accuser Moscou. Les USA feront donc tout ce qui leur est possible pour discréditer toute investigation qui ne leur serait pas soumise.
Le document du SBU qui retracerait un soi-disant enregistrement de conversation des indépendantistes confirmant le tir sol-air contre l’avion est un vulgaire montage, bien entendu, et seuls des malfaisants peuvent en faire état. Washington a donc fait en sorte que la police politique, qui est à sa botte, le diffuse largement sur Internet.

Les données de la défense russe

Le ministère de la Défense à Moscou a souligné, lors d’un communiqué de presse, que les systèmes antiaériens des forces ukrainiennes étaient actifs lors du crash de l’avion. Et notamment une batterie longue portée S-200 (SA-5 Gammon) à Kharkov et trois batteries de moyenne portée Buk-M1, notamment aux environs de Slaviansk et de Donetsk.
Ce qui est à la fois normal et cohérent : en effet, quelques jours plus tôt, Moscou avait indirectement fait savoir que des « frappes ciblées » contre des objectifs militaires en Ukraine pouvaient être envisagées par les forces russes, si Kiev persistait à faire tirer des salves d’artillerie sur le territoire de la Fédération de Russie. L’Ukraine s’attendait donc à riposter à d’éventuels raids aériens. Cela ne signifie pas qu’une ou des batteries de DCA ukrainiennes aient tiré sur l’avion, mais comme Kiev affirme que ses défenses antiaériennes étaient alors non opérationnelles, cette précision prend tout son sens.
D’ailleurs, en raison des tirs répétés, deux villages russes près de Kuybyshevo (région de Rostov, face au « chaudron ») ont été évacués aujourd’hui.

Le morceau d'aile de l'avion  qui prouve qu'un missile a été lancé dessus.
Le morceau d’aile de l’avion qui prouve qu’un missile a été lancé dessus.

 

Selon RIA Novosti un fragment de l’aile avec les marques d’éclats de shrapnels (typique des systèmes sol-air) a été trouvé près du village de Rassypnoye à moins de 2 km à l’ouest du crash.

Le système de radiodétection russe 9S18M1-1 .
Le système de radiodétection russe 9S18M1-1 .

Le 17 juillet, les systèmes de radiodétection russes ont enregistré le fonctionnement du radar 9S18M Kupol (Snow Drift en code OTAN) d’une batterie de Buk-M1 déployée près du village de Styla (environ 20 km au sud de Donetsk). Les caractéristiques techniques des Buk-M1 permettent de procéder à un échange d’informations sur les cibles aériennes entre toutes les batteries d’une même unité. Cela signifie que le missile aurait pu être tiré par chacune des batteries déployées à Avdiivka (8 km au nord de Donetsk) ou à Gruzsko-Zoryanskoye (25 km à l’est de Donetsk).

 

 

 

 

« Aucun missile antiaérien n’a été déployé pendant l’opération antiterroriste (…) Ils sont tous à leur place », a affirmé aujourd’hui Bohdan Senik, porte-parole du ministère de la Défense de l’Ukraine.
« Aucun missile antiaérien n’a été déployé pendant l’opération antiterroriste (…) Ils sont tous à leur place », a affirmé aujourd’hui Bohdan Senik, porte-parole du ministère de la Défense de l’Ukraine.

 

Le 4 juillet, la télévision ukrainienne faisait un reportage sur une batterie Buk-M1 prépositionnée au nord-ouest de Slaviansk (AP Photo/Dmitry Lovetsky). En outre, il y a cinq jours, un des portes paroles officiels du commandement des opérations, Vladislav Seleznev, a déclaré que les opérations sur le terrain impliquaient la présence de moyens de défense antiaérienne.

Le  syst`me de batteries de missiles BUK-M1 déployé en Ukraine.
Le système de batteries de missiles BUK-M1 déployé en Ukraine.

 Pour les lecteurs profanes, voilà schématiquement, comment fonctionne une batterie Buk-M1/2 complète. Un lanceur seul n’a qu’une capacité limitée d’attaque d’un rayon de 3 km.

 Et pour recharger le lanceur, il faut un camion spécial…parce qu’un 9M38, ça fait dans les 700 kg l’unité !

Et pour recharger le lanceur, il faut un camion spécial…parce qu’un 9M38, ça fait dans les 700 kg l’unité !

Comme par grand hasard, alors que jusqu’à présent, aucune vidéo sur un éventuel Buk-M1 indépendantiste n’était disponible sur la toile, est apparu hier, en soirée (vers 21h00, heure de Paris, donc plusieurs heures après le crash du Boeing) cette mauvaise vidéo d’un automoteur sol-air Buk présenté comme ayant été filmé dans le secteur de Torez. A noter : pas de radar d’accompagnement, pas de camion « chargeur »…

Les armées de Kiev sont en pleine déroute et cherchent une sortie

Ce drame intervient dans un contexte très particulier pour le conflit du Donbass : celui de la débâcle d’un quart des troupes engagées, et notamment les 24e, 72e et 79e brigades de l’armée de terre ukrainienne, plus une « brigade » de la garde nationale, à la frontière russe, lors d’un encerclement dû à une faute stratégique majeure du commandement opérationnel de Kiev.

Dernièrement, le secrétaire d’Etat à l’Intérieur, Arsen Avakov, a fait fuiter un document faisant état des pertes dans les deux camps, document dans lequel on peut se rendre compte combien les forces ukrainiennes ont été ces derniers temps éprouvées par les combats. Un document qui ne laisse aucun doute quant à la situation alarmante d’une partie des troupes engagées par la junte.

L'état des troupes
L’état des troupes

Etat des pertes des troupes ukrainiennes du 9 au 15 juillet 2014, signé par Arsen Avakov, secrétaire d’Etat à l’Intérieur :
Troupes ukrainiennes tuées -1.600
Troupes ukrainiennes blessées – 4.723
Tanks perdus – 35
Véhicules blindés – 96
Artillerie – 38
Avions – 7
Hélicoptères – 2
Véhicules – 104

 

Pertes des rebelles :
Tués – 48
Blessés – 64
Tanks – 2
Artillerie -5
Véhicules – 8

 

Pertes civiles:
Tués – 496
Blessés – 762

 

Ces données amènent plusieurs observations.
Tout d’abord, ces chiffres du ministère de l’Intérieur (et non pas de celui de la Défense), recoupent très largement nos observations de ces derniers jours concernant les événements qui se déroulent à la frontière, dans le « chaudron » où pas moins de 4 brigades rassemblant quelque 4.000 hommes se sont retrouvées encerclées et réduites quasiment à néant, opérationnellement parlant. Ce document est en complète contradiction avec la propagande médiatique du régime et les jacasseries intempestives et prétentieuses de ses soutiens occidentaux.
Ensuite, le fait qu’Avakov, qui est un des responsables les plus hystériques contre ses concitoyens du Donbass et contre la Russie au sein de ce gouvernement, reconnaisse lui-même ces pertes importantes, dénote un profond malaise du côté des dirigeants de l’opération dite « antiterroriste ». Kiev a conscience de son échec dans le Donbass et l’expose sur la place publique pour appeler à l’aide ses alliés occidentaux.
Enfin, ce document donne un éclairage nouveau quant à l’attitude actuelle du gouvernement ukrainien et de la présidence en ce qui concerne le crash du Boeing. Le régime est dans une impasse et a besoin d’une solution viable pour s’en sortir, l’occasion d’instrumentaliser ce drame contre les indépendantistes et Moscou est trop belle pour ne pas en profiter. Et les premières réactions de Washington à ce sujet augurent le lancement d’une campagne de désinformation massive et sans précédent.

Kiev continue sa guerre, même près du site du crash

 

http://rutube.ru/video/8ae95fa52f5ef18b22a13c073f033b8f/

 

Secteur de Snizhne : un camion Ural bricolé en camion blindé et trois T-64BV de la milice en mouvement en direction du chaudron près de la frontière russe à une bonne cinquantaine de kilomètres plus à l’est.

Et pendant ce temps, dans le Donbass, les forces ukrainiennes attaquent tout azimut. Aujourd’hui, uniquement entre 13h00 et 19h00 heure locale, on signalait sur l’ensemble du front (liste non exhaustive) :
– Au moins trois salves de BM-21 Grad sur les positions indépendantistes à Popasnaya, plus de 20 km au sud de Severodonetsk – Rubizhne (secteur nord de la poche) ; tirs d’artillerie sur Rubizhne
– Une frappe aérienne à Perevalsk, à mi-chemin entre Lugansk et Donetsk
– Tirs d’artillerie continus sur le nord de l’agglomération de Lugansk (44 morts et 2015 blessés aujourd’hui – voir la vidéo ci-dessous-) ; et une tentative infructueuse de la 30e brigade mécanisée de percer à l’ouest de l’agglomération.
– Plusieurs attaques de Su-25 vers l’aéroport de Lugansk
– Une frappe aérienne à Mikhaliivka, à l’est du chaudron de même que sur Chervonopartizansk, Sverdlovks, Dyakove (comme si cela allait sauver le peu qui reste de troupes ukrainiennes enfermées dans le chaudron)
– Des salves de Grad sur la hauteur de Saur Mogila
– Frappes aériennes sur Krasny Luch, important carrefour routier stratégique au cœur du Donbass et seulement à une vingtaine de kilomètres du lieu du crash du Boeing (Kiev ne respecte décidément rien !)
– Pilonnages d’artillerie sur Avdiivka, au nord-ouest de Donetsk
– Combats aux abords de l’aéroport de Donetsk

EN CONCLUSION

Depuis que les Américains et leur 6e flotte a du reculer face à la flotte russe fin août 2013 devant les côtes syriennes et renoncer à attaquer la Syrie pour appuyer leurs alliés jihadistes, la Russie de Vladimir Poutine est devenue l’ennemi à abattre. Avec le coup d’Etat de l’hiver dernier à Kiev, Washington pensaient mettre la main sur la Crimée et la principale base navale russe qui les avait contraints de reculer quelques mois auparavant.
Hélas, trois fois hélas, ils ont encore échoué quand Vladimir Poutine a décidé de reprendre les droits de son pays sur la Crimée. Puis le Donbass s’est soulevé, en raison de la politique ségrégationniste qui commençait à se mettre en place, après le coup d’Etat, contre les russophones chrétiens de rite orthodoxe rattaché au patriarcat de Moscou, à l’initiative de l’extrême droite galicienne. Aussi, Les États-Unis ont alors « conseillé » les forces répressives ukrainiennes afin que ces dernières, par leurs crimes contre les populations civiles, obligent Moscou à agir militairement, provoquant une crise régionale et permettant de fait à Washington et à ses alliés d’intervenir d’une façon ou d’une autre, quitte à déclencher une guerre mondiale.
Mais les forces de Kiev, en dépit des « conseillers » militaires, politiques, de la CIA et des « contractors », se sont avérées incapables de faire face aux milices indépendantistes, pourtant bien moins nombreuses et moins armées. Kiev a subi de très lourdes pertes ces dernières semaines et se trouve incapable de la moindre initiative militaire digne de ce nom, de surcroît les populations de l’ouest de l’Ukraine ne veulent plus envoyer leurs fils, leurs maris, leurs pères se faire tuer pour des intérêts oligarchiques et mondialistes à donner la nausée.
Ce dramatique crash du Boeing malaisien et ses presque 300 disparus sont donc un tournant dans l’affrontement qui oppose les tenants de la prédation mondialiste à ceux qui prônent un monde multipolaire, plus juste, plus équitable et plus pacifique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le tragique écrasement du Boeing 777 de Malaysia Airlines…J’accuse Jacob de Rotschild de provoquer un conflit mondial

 À peine quelques heures après que s’est produite cette tragédie, les émissions spéciales d’information se multiplient pour pointer du doigt celui ou ceux que l’on voudrait bien voir comme auteurs d’un tel crime. Une lecture matinale de diverses agences et réseau d’information me permet de dégager un certain nombre de faits que je soumets à ceux et à celles qui s’intéressent à ce drame qui a coûté la vie à plus de 283 passagers auxquels il faut ajouter 15 membres d’équipage.

À peine quelques heures après que s’est produite cette tragédie, les émissions spéciales d’information se multiplient pour pointer du doigt celui ou ceux que l’on voudrait bien voir comme auteurs d’un tel crime.
Une lecture matinale de diverses agences et réseau d’information me permet de dégager un certain nombre de faits que je soumets à ceux et à celles qui s’intéressent à ce drame qui a coûté la vie à plus de 283 passagers auxquels il faut ajouter 15 membres d’équipage.

 

 

 

 

Devant les faits ou il  est presque qu’impossible  statistiquement parlant qu’une seconde catastrophe aérienne arrive ainsi,sur le nombre élevé  d’avions circulant au-dessus de l’Europe.Prétendre qu’il s’agit d’un simple accident est prendre « les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages ».

PREMIÈREMENT:

Un des passagers aurait prédit la disparition de l’appareil avant son écrasement.

Le Vol-M-17 ...en photo sur la piste ,juste avant le décollage.
Le Vol-M-17 …en photo sur la piste ,juste avant le décollage.

//

 

0Share
VOL MH17 – Il s’agit sans doute d’une coïncidence mais elle a de quoi troubler. Avant le décollage du Boeing 777 de Malaysia Airlines, qui s’est écrasé dans l’est de l’Ukraine avec 295 personnes à bord, l’un des passagers a publié sur sa page Facebook une photo qui semble être celle de l’avion en question, avec cette phrase: « Au cas où il disparaîtrait, voilà à quoi il ressemble ».

La photo a été publiée ce jeudi ,17 juillet 2014,vers 11h heure française, soit 1h30 environ avant le décollage depuis Amsterdam du vol MH17. Attendu vers minuit à Kuala Lumpur, l’appareil a disparu des radars à dix mille mètres d’altitude, puis s’est écrasé près de la ville de Chakhtarsk dans l’est de l’Ukraine, une zone contrôlée par les séparatistes pro-russes. Voici le message publié par l’internaute, et qui a suscité la surprise, l’émotion et parfois l’incrédulité des internautes.

 

DEUXIÈMEMENT:

Selon l’aiguilleur du ciel espagnol qui gérait le vol de l’avion de Malaysia Airlines, des avions militaires ont croisé le Boeing trois minutes avant sa disparition des radars. À peine avait-il disparu que les autorités de Kiev annonçaient qu’il s’était écrasé. Il se demande alors comment ont-elles su si vite qu’il s’agissait d’un écrasement.

TROISIÈMEMENT:

 L’avion présidentiel russe, avec à son bord le président Poutin, de retour de sa tournée latino-américaine, devançait de 37 minutes sur la même trajectoire le Boeing 777 de Malaysia Airlines. L’avion présidentiel passa à 12 : 21 GMT au même point où est disparu des radars l’avion malaisien 37 minutes plus tôt, soit à 11 : 44 GMT.

Certains se demandent si la véritable cible n’était pas l’avion du président russe. Il y aurait eu de la part des auteurs une erreur de perception, confondant l’avion malaisien avec celui du président russe.

Un sujet qui fera jaser pendant encore longtemps.

 

QUATRIÈMEMENT:

Le procureur général d’Ukraine, Vitali Larema, dément la prise par les miliciens de systèmes Bouk et S-300, pouvant atteindre des cibles à plus 10 kilomètres d’altitudes.

Cette déclaration met un terme aux spéculations voulant que les miliciens aient mis la main sur certains de ces missiles pouvant atteindre des cibles à plus 10 kilomètres, altitude de vol du Boeing 777 de Malaysia Airlines.

 

CINQUIÈMEMENT:

 La Russie confirme que les moyens de la défense antiaérienne russe n’étaient pas actifs dans les zones frontalières de la Russie avec l’Ukraine ce 17 juillet, et que les Forces aériennes de Russie n’ont effectué aucun vol ce jeudi.

 

SIXIÈMEMENT:

Les pièces recueillies par les insurgés sur les lieux de l’écrasement de l’Avion 777 (cartes mémoires flash, cartes mémoires d’appareils photo, boîtes noires) seraient remises aux experts désignés aux fins d’enquêtes.

Ce qui par contre,a donné ce résultat:

Photo aérienne de l'avion en flammes,au sol.
Photo aérienne de l’avion en flammes,au sol.

Un Boeing 777 de la Malaysia Airlines transportant 298 personnes (283 passagers et 15 membres d’équipage) et parti d’Amsterdam aux Pays-Bas à destination de Kuala Lumpur en Malaisie, s’est écrasé près de la ville de Chakhtarsk, dans la région de Donetsk, dans l’est de l’Ukraine.

On ne savait pas encore jeudi soir si des Français se trouvaient à bord de l’appareil dont plus de la moitié des passagers (154) étaient Néerlandais. Aucun signe d’éventuels survivants n’était visible jeudi soir sur le site de la chute de l’avion. Une cellule de crise a été ouverte au quai d’Orsay. Elle peut être jointe au 01 43 17 56 46.

Selon le renseignement américain, l’avion aurait été abattu à l’aide d’un missile sol-air, dont la provenance n’est en revanche pas connue. Le vice-président américain Joe Biden a également déclaré que « l’avion de Malaysia avait apparemment été abattu » et qu’il ne s’agissait « pas d’un accident ». Les experts américains sont encore en train d’étudier leurs données pour savoir si l’engin a été tiré par les séparatistes prorusses, a indiqué un responsable sous couvert de l’anonymat.

Petro Porochenko, le président ukrainien a pour sa part dénoncé un « acte terroriste » et appelle avec d’autres dont l’UE, l’OTAN et l’ONU, à l’ouverture d’une enquête internationale. Les séparatistes ont au contraire affirmé la responsabilité exclusive de l’Ukraine, tout comme le président russe Vladimir Poutine.

 
TOUT LE MONDE S’ACCUSE MUTUELLEMENT

 

 

 Pour Vladimir Poutine, l’Ukraine « porte la responsabilité de cette terrible tragédie ». « Il ne fait pas de doute que l’Etat sur le territoire duquel cela s’est passé porte la responsabilité de cette terrible tragédie », a déclaré le président russe, cité par l’agence RIA Novosti. « Cette tragédie n’aurait pas eu lieu si la paix régnait dans ce pays, si les opérations militaires n’avaient pas repris dans le sud-est de l’Ukraine ».

 Le vice-président américain Joe Biden affirme jeudi soir que: « L’avion de la Malaysia a apparamment été abattu. Ce n’est pas un accident ».Par la suite ,Barack Hussein Obama  va parler d’une attaque au missile.

 

 Les services de renseignement américains affirment que l’avion a été abattu par un missile sol-air, mais dont ils ne connaissent pas l’origine, rapporte le Wall Street Journal.

Les analystes du renseignement américain « croient fortement » qu’un missile sol-air a abattu le Boeing 777 et ils sont en train d’examiner les données afin de déterminer si le missile a été tiré par les séparatistes pro-russes de l’est de l’Ukraine, les soldats russes de l’autre côté de la frontière ou les forces gouvernementales ukrainiennes, a expliqué l’un de ces responsables sous couvert d’anonymat.

 Le chef de la sécurité d’Etat ukrainienne accuse deux responsables des services de renseignements militaires russes d’être impliqués dans la destruction de l’avion malaisien. Il fonde ces allégations sur des interceptions de communications téléphoniques entre ces deux Russes.

Les séparatistes prorusses favorables à un cessez-le-feu de trois jours pour laisser le temps aux équipes de secours de travailler sur le site du crash. Le »Premier ministre » de la « République populaire de Donetsk », Alexandre Borodaï, l’a confirmé jeudi soir à un journaliste de l’AFP au village de Grabove, où l’avion malaisien, probablement touché par un missile.

 

Le gouvernement nazi de Kiev accuse les "rebelles pro-russes" de chercher à détruire des preuves sur le site du crash du Boeing 777 de la Malaysia Airlines, et d'avoir emporté 38 cadavres.  Dans le même temps, les employés du ministère ukrainien des Situations d'urgences, qui ont ratissé 18 km2, sur un total de 25 km2, sur les lieux de la catastrophe, ont retrouvé 186 corps.
Le gouvernement nazi de Kiev accuse les « rebelles pro-russes » de chercher à détruire des preuves sur le site du crash du Boeing 777 de la Malaysia Airlines, et d’avoir emporté 38 cadavres.
Dans le même temps, les employés du ministère ukrainien des Situations d’urgences, qui ont ratissé 18 km2, sur un total de 25 km2, sur les lieux de la catastrophe, ont retrouvé 186 corps.

 

  (19 juillet 2014) Deux jours après le crash du Boeing 777 de la Malaysia Airlines dans l’Est de l’Ukraine, les enquêteurs et observateurs internationaux arrivent peu à peu à Kiev, en espérant pouvoir se rendre sur le lieu du crash de l’avion, sous contrôle des rebelles pro-russes. Les Pays-Bas, qui comptait 189 ressortissants parmi les 298 personnes à bord, ont envoyé une équipé du Bureau néerlandais pour la sécurité, accompagnée du ministre des Affaires étrangères, Frans Timmermans. Ce dernier espère avoir accès à la zone ‘afin que les experts puissent mener leur enquête’ et n’exclut pas de mener des négociations avec les rebelles. La Malaisie a de son côté envoyé une équipe de 62 personnes, attendue aujourd’hui dans la capitale ukrainienne. Le FBI et l’autorité américaine des transports s’apprêtent eux aussi à envoyer des enquêteurs.

Les premiers observateurs internationaux sont arrivés hier sur place, près de la frontière russe.

Un accord avec les pro-russes:

Dans le même temps, un accord a été trouvé avec les séparatistes pro-russes pour la mise en place d’une ‘zone de sécurité’ de 20 kilomètres de diamètre autour du lieu du crash, afin de permettre à l’Ukraine ‘d’identifier les corps et les remettre aux familles’.

LA VÉRITABLE RAISON DE CET ATTENTAT BIEN PLANIFIÉ:

 

L'illustre spécialiste sur le SIDA,le Dr Joep Lange et son équipe  ,figuraient parmi les  298 victimes du Vol MH-17.
L’illustre spécialiste sur le SIDA,le Dr Joep Lange et son équipe ,figuraient parmi les 298 victimes du Vol MH-17.

 

Dans le Boeing 777 de la Malaysia Airlines qui reliait Amsterdam à Kuala Lumpur et a été abattu jeudi 17 juillet en Ukraine, figuraient six experts de la lutte contre le sida. Ils se rendaient à la Conférence internationale sur le sida qui débute ce week-end à Melbourne, en Australie. Parmi eux, Joep Lange, figure médicale de premier plan dans la lutte contre le sida. 

« Une perte immense, nous sommes très affectés », a assuré le directeur exécutif de l’ONG, Onno Schellekens, cité dans un communiqué : « Son dévouement au traitement du virus HIV et du sida et à la santé en général ont été révolutionnaires ». Que lui doit-on ? 

 

Le Pr Lange, 59 ans, était impliqué dans la recherche sur le sida depuis 30 ans. Il avait notamment travaillé à plusieurs essais importants sur les thérapies antirétrovirales et sur la prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant. Père de 5 enfants, il dirigeait le département de santé mondiale à l?’université d?’Amsterdam et voyageait avec sa compagne, Jacqueline Van Tongeren. 

De 1992 à 1995, il avait été chef de la recherche clinique et du développement des médicaments au sein du programme mondial de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur le sida. Puis il avait présidé, entre 2002 et 2004, la Société internationale sur le sida (International Aids Society ou IAS), qui organise la conférence de Melbourne.

Dès le milieu des années 1990, il avait plaidé en faveur des thérapies combinées pour lutter contre le sida. « C’est une illusion de penser qu’une monothérapie avec un seul agent antirétroviral peut venir à bout de la maladie », écrivait-il en 1995, car le développement des résistances au traitement réduit son efficacité.  

Dans le cadre de ce combat, il avait défendu le travail du chercheur controversé David Ho, qui traitait les malades en leur prescrivant une vingtaine de pilules par jour, cocktails de plusieurs traitements. Il avait été jusqu’à défendre les travaux de son collègue dans les colonnes du « Wall Street Journal », expliquant que « le travail de David ces dernières années a totalement transformé la compréhension du HIV ». 

Autre cheval de bataille de Joep Lang : rendre les traitements contre le sida accessibles aux pays du continent africain. Il s’amusait à dire :

« Si on peut amener du Coca-cola dans les coins les plus reculés d’Afrique, il ne devrait pas être impossible d’en faire autant avec des médicaments », comme le rappelle le « Telegraph ».

En 2001, il avait fondé la Fondation PharmAccess, ONG basée à Amsterdam en vue de faciliter l’accès à la trithérapie pour les patients atteints du virus HIV et du sida.

En 2003, il avait apporté une nouvelle pierre à l’édifice de la lutte contre le sida en découvrant que les risques de contracter le sida pour les bébés de femmes séropositives au Rwanda et en Ouganda chutaient à 1% s’ils recevaient des antirétroviraux pendant l’allaitement. 

Depuis 2010, il défendait une nouvelle cause : l’utilisation des thérapies préventives (PREP pour pre-exposure prophylaxis) en complément des méthodes classiques de prévention (préservatif), pour une plus grande efficacité.  

« C’était un homme politique et un activiste dans tous les sens du terme », « Il n’a jamais pensé à prendre sa retraite, c’était toute sa vie », se souvient Jaap Goudsmit, un autre spécialiste du sida, collègue de longue date et ami proche de Joep Lange.

La chercheuse française Françoise Barré-Sinoussi qui préside actuellement la Société internationale sur le sida (IAS), a rendu hommage, vendredi, à ce chercheur néerlandais qui « a consacré sa vie à la recherche sur le VIH » : 

C’est une véritable tragédie qui touche notre communauté », a indiqué cette chercheuse de l’Institut Pasteur, prix Nobel de médecine en 2008 pour sa participation à la découverte du VIH.

Un nouveau martyr  de la cause des humains de la Terre et du droit de penser différemment. Il restera un modèle à suivre.
Un nouveau martyr de la cause des humains de la Terre et du droit de penser différemment.
Il restera un modèle à suivre.

 

J’ACCUSE JACOB DE ROTSCHILD D’AVOIR COMMANDÉ CET ATTENTAT

 

 

Lord Jacob de Rotschild,le  propriétaire et véritable  instigateur de cet attentat.Le but: instaurer et entreprendre le Plan Illuminati de Dépopulation de la Planèete Terre.Le virus du SIDA va probablement être modifié et utilisé comme nouvelle pandémie.
Lord Jacob de Rotschild,le propriétaire et véritable instigateur de cet attentat.Le but: instaurer et entreprendre le Plan Illuminati de Dépopulation de la Planèete Terre.Le virus du SIDA va probablement être modifié et utilisé comme nouvelle pandémie.

 

 C’est une centaine d’experts du VIH/SIDA qui ont péri dans l’écrasement de l’avion malaisien.

Tous se rendaient à une conférence internationale sur la maladie qui s’ouvre aujourd’hui,19 juillet 2014, à Melbourne,en Australie.Ils devaient faire escale à Kuala Lumpur avant de poursuivre

 leur envolée.Il est presqu’impossible que pareilles coïncidences se reproduisent constamment dans une même compagnie d’aviation.Lors du vol MH-370 ,ce sont des experts en  électroniquers,des inventeurs à la fine pointe de la technologie qui avaient en commun,des droits sur certaines  inventions …avec Rotschild.Ainsi Rotschild est devenu le seul actionnaire de  cette entreprise conjointe.

Avec le vol MH-17,ce sont des experts de premier plan dans la lutte contre le SIDA qui sont  frappé de mort.Cela est  voulu ,car le dévoilement d’un remède contre le SIDA est une nuisance pour le plan mondial de dépopulation des Illuminati…et Rotschild est un Illuminati.