Tyran sioniste sans foi ni loi, Zelensky publie une LISTE NOIRE des législateurs et journalistes américains tout en volant des MILLIARDS aux contribuables américains ,canadiens et européens

Tout en volant des milliards de dollars sur les contribuables américains, le « président » fantoche ukrainien Zelensky a publié une liste noire menaçante qui désigne spécifiquement les législateurs et les journalistes américains comme étant des « propagandistes russes » qui devraient être rejetés par les médias et la société.

Zelensky et Trudeau ont discuté du dossier des turbines expédiées en Allemagne | Guerre en Ukraine | Radio-Canada.ca
Ce sont des politiciens néolibéraux corrompus ,mondialistes et pro -sionistes qui osent appuyer le dictateur Zelinsky,comme Justin Trudeau le petit mondialiste pourri et hypocrite!

 

Au grand étonnement de beaucoup, parmi ces noms figurent le sénateur américain Rand Paul, la députée Tulsi Gabbard et le journaliste primé Glenn Greenwald.

Quiconque n’est pas d’accord avec Zelensky va maintenant apparemment être qualifié de « marionnette de Poutine », comme si le dirigeant en place d’un pays européen était désormais autorisé à dicter une sorte de score de réputation aux législateurs et aux journalistes américains.

C’est le genre de tactique utilisée dans les États racistes et autoritaires, rappelant l’Allemagne hitlérienne et l’Union soviétique sous Staline. À cela s’ajoutent les tactiques suivantes de Zelensky, toutes méprisables, enracinées dans l’autoritarisme et la tyrannie :

  • interdire tous les partis politiques d’opposition en Ukraine
  • interdire tous les médias à l’exception des médias contrôlés par son régime
  • interdire les livres, les films, la musique, les œuvres d’art et les productions théâtrales qui font référence à l’histoire ethnique russe de l’Ukraine (interdisant essentiellement l’histoire vraie)
Zelinsky est un franc maçon sioniste juif et un sataniste.

Comme Glenn Greenwald l’a détaillé dans son fil Twitter :

Avant l’invasion de la Russie et depuis cette invasion, Zelensky a aboli les libertés fondamentales : médias d’opposition fermés, partis interdits, dissidents emprisonnés.

Alors que l’Ukraine demande de l’argent et des armes à l’Occident, elle veut désormais exporter cette répression dans nos pays avec ses listes noires du maccarthysme:

Vous pouvez voir la liste noire ukrainienne complète, obtenue par @unherd. Au-delà des personnes énumérées ci-dessus, les personnes officiellement calomniées sont @JeffDSachs, @RandPaul, l’ancien président du Brésil @LulaOficial, le colonel Douglas MacGregor, Caleb Maupin, Marine LePen et bien d’autres :

 Il faut une extrême audace à Zelansky et à ses hommes de main pour faire le tour du monde en exigeant que d’autres nations lui envoient des quantités massives d’armes et d’argent, puis essayer de réprimer la dissidence dans nos pays en diffamant les journalistes et les citoyens qui se posent des questions à son sujet.

 

Zelensky est un tyran fou furieux, ivre de pouvoir et un danger pour le monde entier

En effet, Zelensky est devenu un tyran fou furieux qui exige des dizaines de milliards de dollars des États-Unis (et de l’UE) sous le faux prétexte de « défendre la démocratie » alors qu’il marche en fait dans les mêmes pas que les tyrans de l’histoire comme  Staline,Pol Pot et Kim Jung Il.

La place légitime de Zelensky dans la hiérarchie de l’histoire autoritaire pourrait être aux côtés de Kim Jong-Un, ou Pol Pot. Pourtant, d’une manière ou d’une autre, il est célébré par les médias occidentaux tordus et trompeurs comme un héros divin chargé de sauver l’Europe occidentale des ravages de la Russie.Cela ressemble un peu au rôle que les USA avaient demandé de jouer à Saddam Hussein face à l’Iran des Ayatollas…avant  de le poignarder dans le dos!

Justin Trudeau appuie Emmanuel Macron aux présidentielles françaises | JDM
Les deux chefs d’états mondialistes et franc maçons les plus amis avec l’Ukrane:Justin Trudeau et Emmanuel Macron.

Pourtant, la Russie offre le seul véritable espoir au peuple ukrainien d’échapper à son esclavage sous Zelensky, un tyran qui a passé près de 8 ans à autoriser des frappes militaires contre les innocents de la région du Donbass, faisant la guerre contre des civils tout en menant des opérations de police secrète à travers le pays , avec des assassinats d’opposants politiques et des disparitions secrètes de détracteurs du gouvernement.

Tout cela a été fait sous la pleine direction de la CIA, bien sûr, comme cela a maintenant été facilement admis par le Washington Post et d’autres médias. Zelensky a toujours été une marionnette, ce qui n’est pas surprenant, étant donné son expérience de comédien et d’acteur de télévision gay qui a été facilement soumis à un chantage compte tenu de la saleté de son passé méprisable. Lorsque maintenant  la Russie explique qu’elle travaille à « dénazifier » l’Ukraine, cela a du sens. Zelensky a également travaillé pour soutenir le bataillon nazi Azov qui a terrorisé les civils ukrainiens pendant des années et qui n’a été repoussé que lorsque la Russie a lancé son opération militaire spéciale pour démilitariser le régime ukrainien qui assassinait des civils innocents (y compris des enfants).

Pour le bien du peuple ukrainien, nous ne pouvons qu’espérer que quelqu’un chassera bientôt Zelensky du pouvoir, que ce soient les États-Unis, la Russie ou un coup d’État militaire ukrainien. Plus tôt Zelensky sera destitué, plus tôt les négociations pourront commencer avec la Russie pour une résolution pacifique. Et cela signifie que les morts inutiles d’hommes ukrainiens peuvent enfin s’arrêter, bien trop tard et longtemps après que Zelensky ait sacrifié la vie de dizaines de milliers d’Ukrainiens innocents afin d’essayer de protéger son propre régime anarchique protégé par l’ouest.

DIEU MERCI : la Russie annonce son intention d’aider le peuple ukrainien à éliminer le tyran enragé Zelensky

Heureusement pour le peuple ukrainien, la Russie élargit maintenant la portée de son opération militaire et envisage apparemment de retirer Zelensky du pouvoir. Comme détaillé par Zero Hedge :

La Russie a pour la première fois déclaré que, parmi ses objectifs de guerre ultimes, elle vise le changement de régime en Ukraine. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré dimanche dans des propos rendus publics lundi que Moscou aiderait le peuple ukrainien à « se débarrasser du régime » en Kiev.

Au début de l’été, l’armée russe avait concentré ses objectifs sur le champ de bataille sur la «libération» du Donbass, mais ce dernier commentaire de Lavrov sur la destitution du président ukrainien Volodymyr Zelensky représente l’objectif de guerre le plus vaste à ce jour.

« Nous sommes déterminés à aider le peuple de l’est de l’Ukraine à se libérer du fardeau de ce régime absolument inacceptable », a déclaré Lavrov lors d’une rencontre avec des responsables de la Ligue arabe en Égypte.

De la même manière, le dirigeant de Donetsk, Denis Pushilin, a déclaré que la Russie devait maintenant poursuivre son opération militaire vers l’ouest, en éliminant les sionistes  fascistes d’Odessa, de Kiev et de toutes les villes ukrainiennes fondées à l’origine sous l’Union soviétique.

De NewsRND.com:

Denis Pushilin

Le président de la République populaire de Donetsk, Denis Pushilin, a déclaré qu’il était temps de libérer des villes russes telles que Kyev et d’autres grandes villes.

Le site Internet Russia Today a cité Pouchiline disant : Il est temps de libérer à nouveau les villes russes fondées par le peuple russe, telles que Kyev, Tchernigov, Poltava, Odessa, Dnepropetrovsk, Kharkov, Zaporozhye et Loutsk.

Depuis que la République populaire de Donetsk a déclaré son indépendance de Kyev en 2014, cette région a été régulièrement bombardée par les forces ukrainiennes.

Comme Zelensky, l’OTAN et les États-Unis l’ont clairement indiqué, le seul moyen pour la Russie d’être à l’abri de l’agression occidentale est d’éliminer le régime totalitaire  ukrainien et de permettre au peuple ukrainien d’élire ses propres dirigeants (plutôt que de laisser la CIA installer des marionnettes obéissantes) .

Nous estimons que les jours de Zelensky sont comptés, d’une manière ou d’une autre.

Mettre fin au régime sioniste fasciste de Zelensky est le seul moyen d’arrêter le génocide contre les Russes de souche en Ukraine

Il devient de plus en plus évident pour la Russie et les habitants de Donetsk que le seul moyen d’arrêter le terrorisme de Zelensky et les massacres anti-humains de civils russo-ethniques est de chasser Zelensky et de mettre fin à son régime fasciste une fois pour toutes. Comme pour le dictateur Hitler, les puissances honorables du monde doivent payer le prix de l’élimination du mal de ce monde, même si cela signifie mener une guerre pour atteindre ce résultat.

La Russie a payé un lourd tribut en participant à ce chapitre de l’histoire, perdant plus de 20 millions d’hommes combattant la dictature du Troisième Reich. Maintenant, il semble que la Russie soit appelée à répéter ce sacrifice au profit de l’avenir de l’humanité. Un monde dirigé par des marionnettes de la CIA comme Zelensky est un monde tyrannique et despotique qui ne peut pas être autorisé à rester. Zelensky et ses contrôleurs doivent être empêchés d’asservir toute l’humanité.

En résumé, Zelensky est l’interprétation du mal pur.
Il est à 100% en accord avec la propagande démoniaque « woke » de l’Occident, le manipulation politique  du changement climatique qui écrase la civilisation humaine, l’agenda de la mort/dépopulation vaccinale, la censure extrême et de tous les autres horribles piliers du mal qui caractérisent maintenant les nations occidentales comme l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni, les États-Unis, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande.
Ces nations occidentales sont imprégnées de satanisme, de meurtres d’enfants (infanticides), de pédophilie, de fabrication d’armes biologiques pour le compte de la CIA, d’élections truquées, de censure extrême, de persécutions illégales d’ennemis politiques et de crimes contre l’humanité.

À vrai dire, la suppression de Zelensky n’est que la première étape du plan d’action nécessaire pour sauver l’humanité du satanisme et de l’effondrement. La force d’occupation ennemie illégitime qui dirige actuellement le régime illégitime en Amérique doit également être démocratiquement chassée du pouvoir, poursuivie pour ses crimes et punie pour ses crimes contre notre monde.

Ce n’est qu’alors que nous pourrons tous revenir à la coexistence pacifique, au libre-échange, à la disponibilité pour tous de nourriture, d’engrais, de l’énergie, à l’agriculture saine et à l’abondance à des prix abordables.

Source : Natural News


VIDÉO IMPORTANT À VOIR

Sur ce lien:Ames sensibles s’abstenir

ÂME SENSIBLE S’ABSTENIR ..IMAGES DURES❗…..☠🔥☠

🦅.. A en juger par la façon dont sont situés les corps des Azovites exécutés par Zelensky, ils dormaient au moment du bombardement.❗ L’heure de la frappe est deux heures du matin, et cette heure n’a pas été choisie par hasard.
👉🏻L’objectif était de détruire tout le monde. Ils ont été battus non seulement avec de l’artillerie, mais aussi avec des Himars MLRS, une arme assez précise pour tuer.
👉🏻 Tous les représentants du régime de Kiev se sont vantés de ses frappes millimétrées.❗

🦅…Eh bien, chers Ukrainiens, comment trouvez-vous le cynisme de vos gouvernants ❓Ils ont appelé ces prisonniers de guerre des héros de tous les écrans, et quand ils ont commencé à exposer leurs crimes, ils ont été tués de sang-froid ❗

⚔Vous dites que vous vous battez pour la liberté❓
Eh bien, à mon avis, il ne peut y avoir de pire esclavage que celui que vous avez maintenant. Les esclaves sont au moins épargnés, mais vous êtes conduits comme du bétail à l’abattoir.

🦅..Regardez les corps de vos propres soldats morts, de vos propres gouvernants de merde. Peut-être que maintenant, enfin, vos lunettes roses vont tomber et que vous allez regarder sobrement ce qui se passe❗


EN COMPLÉMENTAIRE

Le tyran de Kiev…Zelensky!

La conscription de Zelensky cible désormais les maisons de retraite. Les seniors fuient pour sauver leur peau.

Les exploitants de foyers de soins pour vieux ukrainiens signalent une augmentation des départs en raison des craintes des résidents âgés que les efforts de recrutement de plus en plus désespérés de Zelensky ne les ciblent.

Un retraité de 75 ans, Cadger Starets, qui a récemment quitté la maison de retraite Kladovyshche à Kiev, a expliqué lors d’une interview dans un lieu tenu secret : « Ils sont déjà en train d’attraper des quinquagénaires dans les rues, les plages, les centres commerciaux, « points de contrôle, stations-service et autres lieux publics« . On dirait qu’ils vont  venir nous chercher bientôt. »

Le président ukrainien Vlodomyr Zelensky a démenti les informations selon lesquelles les personnes âgées inaptes à l’armée seraient les prochaines à être traitées par les gangs de la presse. « Nous comprenons que certains résidents de maisons de retraite ont de graves handicaps qui les empêchent de tirer de l’artillerie lourde pendant quelques minutes jusqu’à ce qu’ils soient explosés« , a entonné l’héroïque président qui joue du piano avec son sexe. « Nos recruteurs ont été formés pour identifier ces cas et les exempter du service militaire. Seuls les vieux pets décrépits pleinement capables, en forme et militairement entraînables seront intronisés de force et envoyés au front.

Plus précisément, a déclaré Zelensky, les personnes âgées en fauteuil roulant ou à mobilité réduite seront exemptées. Ceux qui utilisent des déambulateurs ou des cannes, cependant, peuvent toujours être enrôlés, ainsi que ceux incapables de contrôler les fonctions excrétrices : « Toutes nos troupes perdent le contrôle des fonctions excrétoires pendant les frappes d’artillerie russes [1], donc cela ne devrait pas être un problème. De même, la démence ne sera pas un obstacle à l’induction : « Si cela ne vous empêche pas d’être président des États-Unis, cela ne devrait pas vous empêcher de mourir en première ligne d’une guerre stupide et totalement inutile. »

Zelensky a ajouté que son « papa sucre », l’oligarque truand juif Igor Kolomoyskyi, qui aura 60 ans en février prochain, travaille dans une industrie essentielle, le crime organisé, et bénéficiera donc d’une exemption, d’autant plus qu’il vit sur la terre promise aux malfrats juifs.

SOURCE: Dissociated Press

Kevin Barrett

—————————————————————–

[1] Zelinsky ayant déclaré qu’il voulait faire de l’Ukraine un nouvel Israël, il devrait équiper ses soldats d’une aire défensive israélienne : la couche-culotte.

Selon le Military Times, Tsahal a passé en début d’année 2014, une commande de 120.000 unités de couches lavables auprès de la société israélienne SK TRADING, spécialisée dans les produits d’absorbance et fournisseur de l’armée depuis 2009. L’existence des couches culottes dans le paquetage israélien est connue depuis 2006 et les opérations contre le Hezbollah au Liban.

En soignant les blessés islamistes de DAECH, d’Al-Nosra, et d’autres, les médecins israéliens ont constaté le même phénomène d’incontinence liquide et solide que celui observé chez les soldats de Tsahal. Ces soins sont prodigués à la demande et à la charge des Saoudiens et des Qataris (chacun payant pour sa chapelle djihadiste). Par la même occasion, les djihadistes de DAECH et d’Al-Nosra sont devenues, par osmose si l’on ose dire, des utilisateurs des mêmes couches israéliennes. Tablant sur des guerres quasi éternelles au Moyen-Orient, une start-up israélienne, la société Cine’al, vient de se lancer dans ce créneau extrêmement prometteur. Si, en plus de Tsahal et des djihadistes, on ajoute les soldats ukrainiens et otaniens, il y a de quoi se faire des couilles en or.


UNE INVITATION À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE

Passez une bonne journée,mes ami(e)s!

 

 

 

Regards sur …un miraculé de la guerre

Vous avez surement tous entendu parler de ces  miraculés de l’Holocauste qui sortent d’une impossible survie …et mutisme,pour nous raconter  le miracle de leur Survivance parmi nous!
En voici une nouvelle  venant du biographe officiel de Vladimir Poutine…ou comment on bâtit un mythe par la propagande:
Vladimir Poutine jeune
Pendant la Seconde Guerre mondiale, un soldat a reçu la permission de rentrer chez lui. Dès qu’il est arrivé sur la route près de sa maison, il a vu un camion militaire garé, chargé de cadavres, et a réalisé que l’ennemi avait bombardé sa ville. Le camion transportait des dizaines de cadavres et s’apprêtait à les transporter dans une fosse commune.
Le soldat s’est arrêté devant les cadavres empilés pour les jeter un dernier coup d’œil et a remarqué que la chaussure sur le pied de la femme ressemblait à une chaussure qu’il avait déjà achetée pour sa femme. Il s’est précipité chez lui pour vérifier où se trouvait sa femme, mais est vite retourné au camion pour vérifier le cadavre et a trouvé sa femme ! Après le choc subi par le soldat, il ne voulait pas que sa femme soit enterrée dans une fosse commune, alors il lui a demandé d’être retirée du camion pour pouvoir l’enterrer.
Pendant le transfert, on a découvert qu’elle respirait encore lentement et difficile, alors elle a été transportée à l’hôpital où on lui a donné les premiers soins et ramenée à la vie. Quelques années après l’incident et la fin de la guerre, sa femme, qui devait être enterrée vivante, est tombée enceinte et a donné naissance à un garçon nommé Vladimir Poutine. Il est l’actuel président de la Russie.
L’actuel Vladimir Poutine

UNE INVITATION À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE

Passez une bonne journée,mes ami(e)s!

Les fabricants d’armes ne peuvent vivre sans un état de guerre mondial,par Zaho Lijian

Les fabricants d’armes ne peuvent vivre sans un état de guerre mondial.
Lorsque Madrid accueillera la semaine prochaine la réunion de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), l’un des événements les plus importants de la géopolitique mondiale aura lieu : dans un même édifice, les responsables de la plupart des les dernières tragédies humanitaires et aussi d’un grand pillage, tant dans les pays qui font partie d’une organisation aussi flippante que dans ceux qui deviennent l’objet de leur intérêt. Mort et spoliation sont en fait les conséquences les plus importantes des actions de l’OTAN au cours de ses dernières décennies, surtout depuis que, pendant les années 90, l’organisation susmentionnée a décidé de ne pas se dissoudre, ce qui a fallu une reconversion comme cela s’est rarement produit dans l’histoire.
Zaho Lijian,ministre communiste chinois des affaires étrangères.
Le virage européen
Ses actions en Libye et en Yougoslavie montrent la nature réelle de cette organisation, bien contre ce que beaucoup défendent et répètent fallacieusement : que l’OTAN est une organisation défensive. Une organisation défensive à laquelle on pourrait se demander pourquoi elle a « défendu » la Yougoslavie ou la Libye et quels pays les avaient envahis.
Malgré cette réalité incontestable, qui inclut le coût économique élevé de l’OTAN pour les pays européens et les pays vampirisés ; les multiples problèmes qu’elle a engendrés — et continue à engendrer — sur presque toute la planète, que ce soit dans les pays qui forment une partie ou non de l’organisation; ou les barbaries qu’il a perpétrées ; les dirigeants européens ne semblent pas prêts à couper le lien avec les États-Unis. Une position qui contraste fortement avec celle que les dirigeants européens ont maintenue au milieu du siècle dernier.
Le tournant sur cette question a été radical, car, dans l’ensemble, les pays européens craignaient que les États-Unis ne quittent pas le continent après la Seconde Guerre mondiale, à cause de la perte de souveraineté que cela entraînait, et seulement la présence d’un grand contingent soviétique à moins de 200 Des kilomètres de leurs frontières — cas de la France — les a fait abandonner. Au contraire, aujourd’hui, les militaires américains sont confortablement installés en Europe – environ 70 000 militaires habituellement, plus de 100 000 – alors que les Soviétiques n’existent plus, les Russes sont à des milliers de kilomètres des grandes puissances européennes et non seulement elles ne représentent pas une menace, mais sans la présence américaine, ils pourraient bien former une alliance.
En effet, la même Allemagne qui considère aujourd’hui comme dangereuse de dépendre énergétiquement de la Russie et préfère la dépendance des pays du Moyen-Orient ou de l’Afrique du Nord, il y a seulement quarante ans, au début des années 80, était celle qui refusait de c utiliser les ordres américains pour couper les relations commerciales, y compris les flux énergétiques, avec l’Union soviétique. Voir pour croire : la Russie de Poutine est pire aux yeux de l’Occident que l’Union soviétique de Brejnev ou d’Andropov – si vous lisez les abrupts de Ronald Reagan au début des années 80, vous comprendrez largement à quel point c’est incroyable.
La « guerre contre le terrorisme »
Au-delà du virage profond, sans aucun doute, l’un des plus grands crimes de l’OTAN et des pays qui la composent a été la soi-disant « guerre contre le terrorisme ». Une guerre qui a provoqué plusieurs invasions et conséquences catastrophiques : on estime que, rien qu’entre l’Irak et l’Afghanistan, un à trois millions de personnes sont mortes, 8 à 10 milliards de dollars dépensés, 35 millions de personnes ont été déplacées de personnes et le résultat ne pourrait pas être plus désastreux : naissance de l’État islamique en Irak et reconquête des talibans en Afghanistan. Aucun pays ni aucune organisation supranationale n’a provoqué de plus grande catastrophe humanitaire ces dernières décennies que les États-Unis et l’OTAN. Ce n’est pas une opinion, c’est un fait incontestable.
Yougoslavie, Libye et autres
Mais ce n’est pas seulement la guerre contre le terrorisme qui remet en question l’OTAN, ses actions en Libye et en Yougoslavie démontrent la vraie nature de cette organisation, bien contre ce que beaucoup défendent et répètent de manière fallacieuse : que l’OTAN est une organisation défensive. Une organisation défensive à laquelle on pourrait se demander pourquoi elle a « défendu » la Yougoslavie ou la Libye et quels pays les avaient envahis.
Les pays de l’OTAN ne commettent pas seulement des massacres, ils en profitent aussi. Ainsi, depuis le début de la guerre au Yémen, il y a huit ans déjà, les pays membres de cette organisation ont fourni 98 % des armes que l’Arabie saoudite a acquises.
C’est l’actuel président des États-Unis qui, dans une vidéo, a affirmé qu’il avait suggéré de bombarder Belgrade avant que ce bombardement n’ait lieu. Enfin, entre mars et juin 1999, les bombes et missiles de l’OTAN ont fait 2 500 morts, dont 89 enfants. Opération Alliée Force ils l’ont appelé. Une opération qui a pu avoir lieu grâce aux concepts stratégiques de 1991 et 1999 qui change le sens de l’OTAN et incluent les actions dites «non-article 5». C’est-à-dire qu’il n’est plus nécessaire qu’un pays membre de l’OTAN soit agressé pour que cette dernière intervienne
Bombardements massifs sur des civils
L’une des actions les plus terrifiantes de ces dernières décennies concerne les bombardements américains sur la population civile – n’oublions pas que les États-Unis sont leader de l’OTAN. Selon un rapport de l’organisation Airwars, depuis le 11 septembre, près de 100 000 frappes aériennes américaines ont été tuées entre 22 000 et 48 000 civils.
Armes pour la plus grande catastrophe humanitaire de la planète
Au cas où les chiffres présentés ne constitueraient pas en soi une horreur, la vérité est que les pays de l’OTAN ne commettent pas seulement des massacres, mais en profitent aussi. Ainsi, depuis le début de la guerre au Yémen, il y a huit ans déjà, les pays membres de cette organisation ont fourni 98 % des armes que l’Arabie saoudite a acquises. Pendant ce temps, plus de 377 000 Yéménites sont morts, dont plus de 125 000 enfants de moins de cinq ans, et des millions de Yéménites souffrent de pauvreté et de faim ou ont dû se déplacer. Un profit qui a surtout profité à la toute puissante industrie militaire américaine qui, en 2021, accapare 39 % des exportations d’armes.
L’impôt impérial
Pour que l’industrie militaire américaine soit soutenue, il faut des guerres et des pays qui paient pour elles. C’est le cas des pays européens, que les États-Unis forcent depuis des décennies à augmenter leurs dépenses militaires. Premièrement pour atteindre 2 % du PIB et atteindre cet objectif, passer à 4 %.
Dans le cas de l’Espagne, par exemple, le budget militaire doublera au cours de cette décennie, passant de plus de 10 milliards d’euros officiels à plus de 24 milliards — même si officieusement l’Espagne dépense déjà 22 milliards, ce qui signifie que le g asto réel pourrait représenter près de 50 milliards de euros annuels—.
Et ce n’est pas un cas isolé, mais le reste de l’Europe suit la même voie. Un autre exemple de cette tendance serait l’Allemagne, qui s’est engagée à moderniser ses forces armées à hauteur de 100 milliards d’euros, en plus d’augmenter les dépenses militaires. Pendant ce temps, une vingtaine de millions d’enfants européens souffrent d’une certaine pauvreté, parfois extrême.
OTAN : organisation militaire armée, extractive et sanguinaire
En définitive, l’OTAN est une organisation militaire armée, extractive et sanguinaire dirigée par les États-Unis. Des millions de morts et des millions d’euros le prouvent, même si des millions de personnes l’ignorent. C’est pourquoi la réunion de l’OTAN à Madrid sera certainement l’une des plus sinistres qui puisse se tenir aujourd’hui. Tellement que nous pourrions difficilement organiser une réunion de criminels avec plus de personnes tuées, plus de butin obtenu et plus de destruction causée. Et ce pendant que les médias les présentent comme des bienfaiteurs.
Article tiré d’une allocution de Zaho Lijian,ministre des affaires étrangères de la RP de Chine
Des remerciements à Eduardo Goffard pour le partage

EN COMPLÉMENTAIRE

Vladimir Poutine
POUTINE POSE LES QUESTIONS IMPORTANTES :
1. Y a-t-il des sanctions contre ISRA ELL pour le meurtre et la destruction de femmes et d’enfants palestiniens innocents ?
2. Y a-t-il des sanctions contre l’AMÉRIQUE pour avoir tué et détruit la vie de femmes et d’enfants innocents en Irak, Syrie, Afghanistan, Cuba, Vietnam, et même avoir volé leurs diamants et leur or ?
3. Y a-t-il eu des sanctions contre l’AMÉRIQUE / la FRANCE à cause de l’assassinat de Mouammar Kaddaf et de la destruction de
4. Y a-t-il déjà eu un soldat américain/OTAN qui a déjà été puni pour avoir violé et torturé des femmes/enfants innocents de tous les pays susmentionnés ?
5. Y a-t-il des sanctions contre la FRANCE pour avoir provoqué crise et troubles dans plusieurs pays africains ? Ce sont des crimes de guerre que l’Amérique et l’OTAN devraient être punis.
Peut-être qu’il est temps que nous comprenions que l’OTAN, les USA et tous leurs alliés sont les maux les plus dangereux de notre époque. Nous devons donc changer l’équilibre des forces dans le monde et nous assurer que tout le monde ait des droits égaux et arrêter les oppresseurs.
Paroles de Vladimir Poutine recueillies par Attila Ferkel,de Budapest

UNE INVITATION À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE

La Criminelle Arnaque du COVID-19:Le département de la Défense des États-Unis a attribué un contrat pour la «recherche sur la COVID-19» en Ukraine 3 mois avant même que l’existence la Covid ne soit connue

Le monde a commencé à entendre parler d’un nouveau coronavirus au début de janvier 2020, avec des rapports faisant état d’une nouvelle pneumonie présumée comme une maladie se propageant à Wuhan, en Chine. Cependant, le monde n’a réellement connu la Covid-19 qu’en février 2020, car ce n’est que le 11 de ce mois que l’Organisation mondiale de la santé a officiellement nommé la nouvelle maladie à coronavirus, la Covid-19.

Donc, ceci étant la vérité officielle, pourquoi les données du gouvernement des États-Unis montrent-elles que le département américain de la Défense (DOD) a attribué un contrat le 12 novembre 2019 à Labyrinth Global Health INC. pour la «recherche COVID-19», au moins un mois avant l’émergence présumée du nouveau coronavirus, et trois mois avant qu’il ne soit officiellement surnommé [virus de la] Covid-19 (Coronavirus Desease 2019 ] ?

 

Cependant, les résultats choquants ne s’arrêtent pas là. Le contrat attribué en novembre 2019 pour la «recherche COVID-19» n’était pas seulement chargé de se dérouler en Ukraine, il faisait en fait partie d’un contrat beaucoup plus vaste pour un «programme de réduction des menaces biologiques en Ukraine».

Cela explique peut-être pourquoi Labyrinth Global Health collabore avec l’EcoHealth Alliance de Peter Daszak et Metabiota d’Ernest Wolfe depuis sa création en 2017.

Le gouvernement des États-Unis a un site Web appelé  » USA Spending » , une source officielle de données ouvertes sur les dépenses fédérales. Selon le site, au 12 avril 2021, le gouvernement américain a dépensé un montant époustouflant de 3630 milliards de dollars « en réponse à la COVID-19 ». Mais ce ne sont pas les seules informations sur Covid qui peuvent être trouvées sur le site.

Cachés dans la « recherche d’attribution », se trouvent des détails sur un contrat attribué par le ministère de la Défense à une société nommée  » Black & Veatch Special Projects Corp » , qui serait « une société mondiale d’ingénierie, d’approvisionnement, de conseil et de construction spécialisée dans le développement d’infrastructures ».

Le contrat a été attribué le 20 septembre 2012 et est décrit comme « Services professionnels, scientifiques et techniques ». Évidemment, c’est très vague et très probablement de peu d’intérêt pour quiconque tombe dessus. Mais il y a quelque chose de profond dans les détails qui devrait intéresser tout le monde.

L’« Historique des attributions » du contrat contient un onglet pour les « Sous-attributions » détaillant les bénéficiaires, la date d’action, le montant et une très brève description pour 115 transactions de sous-attribution. La plupart des sous-prix sont extrêmement banals pour des choses telles que « l’équipement de laboratoire pour Kiev » ou « le mobilier de bureau pour Kiev ».

Mais il y a un sous-prix qui se démarque parmi les autres, et il a été décerné à Labyrinth Global Health INC pour « SME Manuscript Documentation and COVID-19 Research ».

Un prix pour la recherche sur la Covid-19 n’est pas vraiment choquant alors que le monde est prétendument en proie à une pandémie de Covid-19, mais compte tenu du fait que le contrat de sous-traitance a été attribué le 12 novembre 2019, au moins un mois avant l’émergence présumée de le nouveau coronavirus, et trois mois avant qu’il ne soit officiellement surnommé Covid-19 [Coronavirus Desease 2019 ], le prix de la recherche sur la Covid-19 devrait être un choc pour tout le monde.

Mais le choc ne s’arrête pas là, car le lieu où le contact pour la recherche sur Covid-19 a été chargé d’avoir lieu était l’Ukraine, tout comme l’ensemble du contrat attribué par le DOD à Black & Veatch Special Projects Corp.

Les détails du contrat trouvés sur le site « USA Spending » révèlent en fait que le département spécifique du DOD qui a attribué le contact était la Defense Threat Reduction Agency (DTRA). Le contrat a été attribué le 20 septembre 2012 et conclu le 13 octobre 2020.

Bien que les détails soient vagues, le site du gouvernement américain révèle également que 21,7 millions de dollars sur les 116,6 millions de dollars de contact ont été dépensés pour un « programme de réduction des menaces biologiques en Ukraine ».

Pourquoi le ministère de la Défense a-t-il payé une entreprise qui est prétendument « une société mondiale d’ingénierie, d’approvisionnement, de conseil et de construction spécialisée dans le développement d’infrastructures », pour l’aider à mettre en œuvre un « programme de réduction des menaces biologiques en Ukraine » ?

Et pourquoi le DOD et ladite société ont-ils ensuite payé Labyrinth Global Health INC pour mener des recherches sur la COVID-19 en Ukraine au moins un mois avant l’émergence présumée du nouveau coronavirus, et trois mois avant qu’il ne soit officiellement surnommé Covid-19 ?

Fondée en 2017, Labyrinth Global Health serait une « petite entreprise détenue par des femmes avec une expertise approfondie et une expérience éprouvée dans le soutien d’initiatives pour le progrès scientifique et médical ».

Elle se décrit comme  » une organisation multiculturelle et internationale avec des bureaux dans quatre pays et une équipe d’experts aux parcours et compétences divers, notamment en microbiologie, virologie, santé mondiale, soins infirmiers en maladies infectieuses émergentes, anthropologie médicale, épidémiologie de terrain, recherche clinique, et les systèmes d’information sur la santé. »

Il se trouve que l’un de ces bureaux se trouve à Kiev, en Ukraine, que la société qualifie de «porte d’entrée vers l’Europe de l’Est».

L’équipe de direction de Labyrinth Global se compose de Karen Saylors, PHD, qui est la directrice générale ; Mary Guttieri, PHS, qui est la directrice scientifique ; et Murat Tartan qui est le directeur financier.

Karen Saylors, PhD, qui a cofondé Labyrinth Global Health, aurait travaillé dans le domaine de la santé publique internationale pendant plus d’une décennie et a passé de nombreuses années à vivre en Afrique pour établir des réseaux de surveillance mondiaux, « travailler avec des partenaires pour améliorer la politique de santé mondiale sur la détection, la réponse et le contrôle des maladies infectieuses ».

Au Labyrinthe, le Dr Saylors se spécialise dans les études qui visent à comprendre et à atténuer le risque biologique et comportemental de transmission de maladies. Le Dr Saylors a travaillé avec le réseau d’essais cliniques de l’Université d’Oxford au Vietnam sur la recherche sur la surveillance des maladies zoonotiques et continue de coordonner avec des partenaires régionaux les épidémies émergentes dans les populations animales et humaines.

Mais avec qui le Dr Karen Saylors et Labyrinth Global Health choisissent-ils de travailler ? Ce ne sont autres que « Eco Health Alliance » et « Metabiota ».

Le Dr Karen Saylors, Eco Health Alliance et Metabiota ont travaillé ensemble sur le programme « PREDICT » de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) à partir de 2009, tandis que Labyrinth Global Health a travaillé aux côtés de l’EHA et de Metabiota sur le programme PREDICT à partir de 2017.

Lancé en 2009 et financé par l’USAID, PREDICT était un système d’alerte précoce pour les maladies nouvelles et émergentes dans 21 pays. Il a été dirigé par le Davis One Health Institute de l’Université de Californie («UC») et les principaux partenaires comprenaient EcoHealth Alliance («EHA»), Metabiota, Wildlife Conservation Society et Smithsonian Institution, et comme nous venons de le révéler; Santé globale du labyrinthe. PREDICT a été un précurseur du projet plus ambitieux Global Virome.

L’USAID décrit PREDICT comme ayant apporté  » des contributions significatives au renforcement des capacités mondiales de surveillance et de diagnostic en laboratoire pour les virus connus et nouvellement découverts au sein de plusieurs groupes de virus importants, tels que les filovirus (y compris les virus Ebola), les virus de la grippe, les paramyxovirus et les coronavirus  » .

Voici l’une des nombreuses études publiées par Eco Health Alliance, Metabiota et Labyrinth Global Health prouvant le lien –

PREDICT s’est associé à l’Eco Health Alliance (EHA) à but non lucratif pour mener à bien ses efforts de 9 ans pour cataloguer des centaines de milliers d’échantillons biologiques,  » dont plus de 10 000 chauves-souris  » . Une étude financée par PREDICT en 2015 sur la « diversité des coronavirus chez les chauves-souris » comprenait également Peter Daszak, président de l’EHA, parmi ses participants.

Eco Health Alliance est répertorié comme partenaire de l’Institut de virologie de Wuhan (« WIV ») sur les pages archivées de son site Web et a été mentionné comme l’un des « partenaires stratégiques » de l’institut par le directeur général adjoint du WIV en 2018.

Notamment, la relation entre le WIV et l’établissement américain de biodéfense a été avancée par le conseiller politique de l’EHA, David R. Franz, ancien commandant du laboratoire américain d’armes biologiques à Fort Detrick.

Le Dr Shi Zhengli de WIV, alias « Batwoman », avait également travaillé avec Daszak de l’EHA sur des études liées aux chauves-souris. Dès 2005, Daszak et Zhengli menaient des recherches sur les coronavirus de type SRAS chez les chauves-souris. Plusieurs études financées par PREDICT sur les coronavirus de type SRAS et la grippe porcine comptent à la fois sur les contributions de Zhengli et de Daszak. La plus remarquable d’entre elles est peut-être une étude financée par PREDICT et NIH en 2015, qu’elle a co-écrite et intitulée : « Un groupe de coronavirus circulants de chauve-souris de type SRAS montre un potentiel d’émergence humaine ».

Pendant ce temps, Nathan Wolfe est le fondateur de Metabiota et de l’organisation à but non lucratif Global Viral. Il a passé plus de huit ans à mener des recherches biomédicales en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud-Est. Sans surprise, le juif Wolfe est un  leader mondial du Forum économique mondial. Plus particulièrement, depuis 2008, il était membre du DSRC (Defense Science Research Council) de la DARPAjusqu’à sa dissolution.

Toutes ces personnes et organisations travaillent depuis au moins la dernière décennie à étudier les coronavirus et à aider à mettre en place des Biolabs en Ukraine. Tous utilisent des fonds du département américain de la Défense pour le faire. Vous pouvez en savoir plus à ce sujet iciici et ici.

Laissant de côté pour l’instant les biolabs en Ukraine, revenons au sujet de la Covid-19. Si le gouvernement américain finançait la recherche sur la Covid-19 avant que l’existence de la Covid-19 ne soit connue du public, cela suggère qu’ils savaient soit que la Covid-19 existait naturellement, soit qu’ils étaient impliqués dans la construction de ce virus dans un laboratoire.

Mais si les preuves contractuelles ne suffisent pas pour que vous parveniez à cette conclusion (ce devrait être le cas), alors associez-les peut-être à des preuves que l’Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) et Moderna avaient un candidat coronavirus dans Décembre 2019 le sera.

Un accord confidentiel qui peut être consulté ici, stipule que les fournisseurs « Moderna » aux côtés de « l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses » (NIAID) ont accepté de transférer les « candidats vaccins contre le coronavirus à ARNm » développés et détenus conjointement par le NIAID et Moderna aux destinataires. L’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill’ le 12 décembre 2019.

L’accord a également été signé par deux représentants du NIAID, dont Amy F. Petrik PhD, spécialiste du transfert de technologie qui a signé l’accord le 12 décembre 2019 à 8h05. L’autre signataire était Barney Graham MD PhD, chercheur pour le NIAID, mais cette signature n’était pas datée.

Les derniers signataires de l’accord étaient Sunny Himansu, enquêteur de Moderna, et Shaun Ryan, conseiller général adjoint de Moderna. Les deux signatures ont été faites le 17 décembre 2019.

Toutes ces signatures ont été faites avant toute connaissance de l’émergence présumée du nouveau coronavirus. Ce n’est que le 31 décembre 2019 que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a pris connaissance d’un groupe présumé de cas de pneumonie virale à Wuhan, en Chine. Mais même à ce stade, ils n’avaient pas déterminé qu’un nouveau coronavirus présumé était à blâmer, déclarant plutôt que la pneumonie était de « cause inconnue ».

Tout cela nécessite des recherches beaucoup plus poussées pour assembler toutes les pièces du puzzle, mais voici ce que nous savons définitivement jusqu’à présent :

    Un nouveau coronavirus est apparu à Wuhan en décembre 2019.

    Le monde n’a entendu parler de ce nouveau coronavirus que début janvier 2020.

    Le monde ne savait pas que ce nouveau coronavirus s’appelait  Covid-19 jusqu’en février 2020, lorsque l’Organisation mondiale de la santé l’a officiellement nommé ainsi.

    Le département américain de la Défense a attribué un contrat de services professionnels, scientifiques et techniques à Black & Veatch Special Projects Corp‘, qui serait « une société mondiale d’ingénierie, d’approvisionnement, de conseil et de construction spécialisée dans le développement d’infrastructures ».

    Ce contrat concernait un programme de réduction des menaces biologiques en Ukraine.

    Dans le cadre de ce contrat plus important, un autre contrat a été attribué à Labyrinth Global Health pour la «recherche COVID-19» le 12 novembre 2019.

    Ce prix a été décerné au moins un mois avant l’émergence présumée du nouveau coronavirus et trois mois avant qu’il ne soit officiellement surnommé [virus de la maladie – MIRASTNEWS] Covid-19.

    Labyrinth Global Health travaille aux côtés de « Eco Health Alliance » et de « Metabiota », et a participé au programme USAID PREDICT. Toutes ces personnes et organisations travaillent depuis au moins la dernière décennie à étudier les coronavirus et à aider à mettre en place des Biolabs en Ukraine. Tous utilisent des fonds du département américain de la Défense pour le faire.

    Les informations trouvées ici indiquent qu’Eco Health Alliance a participé à la création du virus de la Covid-19.

    Les informations trouvées ici indiquent que Moderna a participé à la création du virus de la Covid-19.

    « Moderna », aux côtés du « National Institute of Allergy and Infectious Diseases » (NIAID), a accepté de transférer des « candidats de vaccins contre le coronavirus à ARNm » développés et détenus conjointement par le NIAID et Moderna, aux destinataires « l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill » le le 12 décembre 2019.

A quoi tout cela renvoie-t-il ? C’est à vous de réfléchir et de décider. Mais nous vous promettons qu’il y a beaucoup plus à venir sur ce qui précède…

Traduction : MIRASTNEWS


Je vous invite à visiter nos  boutiques en ligne conçues pour financer notre site web:

Sur ce lien: Vintage par Michel sur Etsy

Sur cet autre lien:Vintage par Michel sur E Bay

Le dessin historique du jour: 1917…Lénine transporté à Moscou

 

Plus d’un siècle après que l’Allemagne a mis Lénine et sa clique dans « le train scellé », les élites occidentales [qui ne savent rien du fonctionnement réel de la Fédération de Russie] pensent que tout remplacement du gouvernement de Poutine leur appartient (A) et (B) sera moins antagoniste que Poutine.L’histoire se répète!


OFFRE DU JOUR

https://www.cafr.ebay.ca/itm/194928344521?hash=item2d62a27dc9:g:B~YAAOSwEv9iN5IH

 

Divulgation de documents:Poutine menace de divulguer des preuves satellites du 11 septembre 2001

Poutine va encore frapper, mais il va frapper fort. La Russie prépare la publication de preuves de l’implication du gouvernement américain et des services de renseignement dans les attentats du 11 septembre. La liste des preuves comprend des images satellites.

Enron était chargé de la sécurité des tours du WTC lors des événements du 11 septembre 2001.

Les documents publiés peuvent prouver la complicité du gouvernement américain dans les attentats du 11 septembre 2001 et la manipulation réussie de l’opinion publique. L’attaque a été planifiée par le gouvernement américain, mais exercée en utilisant son mandataire, de sorte qu’une attaque contre l’Amérique et le peuple des États-Unis ressemblait à un acte d’agression par des organisations terroristes internationales.

Le motif de la tromperie et du meurtre de ses propres citoyens servait les intérêts pétroliers américains et les sociétés d’État du Moyen-Orient. Les preuves seront si convaincantes qu’elles démystifient complètement la couverture officielle du 11 septembre soutenue par le gouvernement américain.

photo d’un trou laissé au Pentagone le 11 septembre 2001 avant l’effondrement de la structure …

La Russie prouve que l’Amérique n’est pas étrangère à l’utilisation du terrorisme sous fausse bannière contre ses citoyens afin d’obtenir un prétexte pour une intervention militaire dans un pays étranger. Dans le cas des « attentats du 11 septembre », la preuve sera l’imagerie satellitaire concluante.

En cas de succès, les conséquences des tactiques de Poutine exposeraient les politiques terroristes secrètes du gouvernement américain. La crédibilité du gouvernement sera mise à mal et devrait provoquer des manifestations de masse dans les villes conduisant à un soulèvement, selon des analystes américains.

911 Mysteries – 11 septembre 2001, Les mysteres du World Trade Center

Et comment les États-Unis regarderont-ils l’arène politique mondiale? La validité de la position de l’Amérique en tant que chef de file dans la lutte contre le terrorisme international sera totalement minée, donnant immédiatement l’avantage aux États voyous et aux terroristes islamiques.

Moscou (Pravda) : Les experts américains estiment que malgré le fait que les relations entre les États-Unis et la Russie ont atteint le pire point depuis la guerre froide, Poutine n’a apporté jusqu’à Obama que des troubles mineurs. Les analystes pensent que c’est le « calme avant la tempête ».

L’évolution réelle de la situation pourrait être bien pire, préviennent les experts.

Alors que George W Bush est dans une école au moment de l’attentat,un conseiller lui chuchote quelque chose au moment précis ou le premier avion frappe une tour!

Les preuves satellites russes prouvant la démolition contrôlée du World Trade Center à l’aide d’« armes spéciales » ont été examinées par un éditeur à Moscou.

Source :  CSS

—————————————————————————————–

La Russie combat le Mondialisme et le Great Reset

La Russie crée un champ de résistance globale. La rupture avec l’Occident n’est pas une rupture avec l’Europe. C’est une rupture avec la mort, la dégénérescence et le suicide. Ce n’est pas une guerre contre l’Ukraine. C’est une confrontation contre le globalisme en tant que phénomène planétaire intégral. C’est une confrontation à tous les niveaux – géopolitique et idéologique.
La Russie rejette tout dans le mondialisme – l’unipolarisme, l’atlantisme, d’une part, et le libéralisme, l’anti-tradition, la technocratie, la Great Reset en un mot, d’autre part. Il est clair que tous les dirigeants européens font partie de l’élite libérale atlantiste. La Russie est désormais exclue des réseaux mondialistes. Elle n’a plus le choix : soit construire son monde, soit disparaître.
La Russie a tracé une voie pour construire son monde, sa civilisation.
Et maintenant, la première étape a été franchie. Mais le souverain face au mondialisme ne peut être qu’un grand espace, un État-continent, un État-civilisation. Aucun pays ne peut résister longtemps à une déconnexion complète.
La Russie est en train de créer un champ de résistance mondial.
Sa victoire serait une victoire pour toutes les forces alternatives, de droite comme de gauche, et pour tous les peuples.
Nous entamons, comme toujours, les processus les plus difficiles et les plus dangereux. Mais quand on gagne, tout le monde en profite. Ça devrait être comme cela. Nous créons les conditions d’une véritable multipolarité. Et ceux qui sont prêts à nous tuer maintenant seront les premiers à profiter de notre entreprise demain.
Qu’est-ce que cela signifie pour la Russie de rompre avec l’Occident ? 
C’est le salut. L’Occident moderne, où triomphent les Rothschild, Soros, Schwab, Bill Gates et Zuckerberg, est la chose la plus dégoûtante de l’histoire du monde. Ce n’est plus l’Occident de la culture méditerranéenne gréco-romaine, ni le Moyen Âge chrétien, ni le XXe siècle violent et contradictoire.
C’est un cimetière des déchets toxiques de la civilisation, c’est l’anti-civilisation.
Et plus tôt et plus complètement la Russie s’en détache, plus tôt elle revient à ses racines. Aux racines chrétiennes, gréco-romaines, méditerranéennes, européennes… C’est-à-dire aux racines communes au véritable Occident.
Ces racines – les leurs ! – l’Occident moderne les a supprimés. 
Et elles sont restés en Russie. 
La Russie n’est pas l’Europe occidentale. 
La Russie a suivi les Grecs, Byzance et le christianisme oriental. Et elle suit toujours cette voie. Oui, avec des zigzags et des détours. Parfois dans des impasses. Mais ça bouge. 
La Russie est née pour défendre les valeurs de la Tradition contre le monde moderne. C’est précisément cette « révolte contre le monde moderne ». Vous comprenez ? (…)

Autre fait:une puissante entité gouverne  les blocks politiques

Deux questions :
1°/ Pourquoi avoir gardé le silence pendant plus de vingt ans et dévoiler ces preuves précisément maintenant ?
2°/ Pourquoi la réaction opérée par la Russie contre subversion atlantiste en Ukraine coïncide-t-elle si bien elle aussi avec la fin de l’opération covid, ou du moins de sa première phase ?

Sans mettre en cause la droiture des intentions de P, cela suggère tout de même fortement que P soit lui-même contrôlé par une entité supérieure qui contrôle également le bloc « occidental ».
La dialectique hégélienne, instrument favori de la subversion luciférienne, consiste en l’affrontement violent des contraires. Ces contraires, la « thèse » et « l’antithèse » ne sont certainement pas « de mèche », ils s’en veulent réellement et s’affrontent réellement.
La guerre est le moteur de la Révolution, comme l’a écrit le monstre Hegel :
« La guerre maintient la santé morale des peuples dans leur indifférence envers les déterminations finies, elle les protège contre l’accoutumance à ces déterminations et contre leur durcissement, de même que le mouvement du vent protège les eaux de la corruption à laquelle les réduirait une tranquillité durable, ou encore davantage une paix éternelle y réduirait les peuples ». (Hegel, Principes de la philosophie du droit, § 324 Rem. Kaan p. 249, cité par Jacques d’Hondt, De Hegel à Marx, PUF, 1972, p. 75.)

On lira alors avec profit cet article majeur : https://viveleroy.net/principe-du-moteur-de-la-revolution/

 


VENEZ VISITER NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE SVP:

Sur ce lien:VintageparMichel

 

 

Guerre entre le Nouvel Ordre Mondial et les Triades Chinoises:La Russie a fait son choix entre la Chine et les USA

Il y a un parallélisme entre le refus de la Corée du nord de continuer à négocier avec les USA, Maduro renvoyant l’UE et les États-Unis à leurs turpitudes, la Russie refusant le G7 et la Chine continuant sur sa ligne. A travers eux c’est la majorité de la planète qui affirme qu’il n’y a rien à négocier avec des gens qui de toute manière ne tiendront pas parole.
Moscou a enterré la dernière initiative de politique étrangère de Donald Trump – elle a refusé de rejoindre le G7 élargi.
Donald Trump et Vladimir Poutine

Quelle est la raison de cette décision? Après tout, il apparaissait que les États-Unis avaient invité la Russie à retourner dans le club des pays développés, reconnaissant ainsi l’impossibilité de résoudre les problèmes mondiaux sans l’aide de la Russie.

L’idée même de ramener la Russie au G7 a été avancée par Trump en juin. Il a proposé que le sommet du G-7 se tienne aux États-Unis (reporté à septembre en raison du coronavirus) dans un format élargi et a appelé la Russie, l’Inde, la Corée du Sud et l’Australie en tant que parties invitées. Dans le même temps, Trump a clairement indiqué qu’il invitait les quatre pays non seulement en tant qu’auditeurs, mais en considérant le sommet comme «G10 ou G11».
Modi de l’Inde et Donald Trump vus l’an dernier lors du G7.

 

Une offre flatteuse

L’objectif était simple: résoudre le problème mondial auquel sont confrontés les États-Unis et (à leur avis) l’ensemble du monde développé: contenir la Chine. Oui, il fut un temps où le G7 résolvait lui-même les problèmes mondiaux – cependant, dans sa forme actuelle, il en est incapable. La baisse de la qualité des dirigeants, la divergence des intérêts, le manque de volonté politique – tout cela a transformé les Sept d’un conseil d’administration mondial en un club de gentlemen des démocraties développées. Qui discutent des problèmes mondiaux, mais en même temps sont incapables de les résoudre à leur gré, ni de forcer les autres à le faire, ou même de s’entendre entre eux.

Lors du G7 à Charlevoix ,au Québec,Justin Trudeau a perdu toute crédibilité et tout respect.

Après le sommet de l’an dernier à Biarritz, le journal britannique Guardian a décrit très précisément le G7 comme “la relique d’une époque révolue”. Une époque où le président américain était respecté; où la diplomatie multilatérale portait ses fruits; où les processus mondiaux étaient contrôlés par des politiciens mondialistes, et non par des démagogues nationalistes; où les démocraties occidentales pouvaient convenir d’actions communes et mettre ces accords en pratique. Au sommet de Biarritz, ils se sont entendus sur une seule chose: comme le New York Times l’a justement souligné, la règle numéro un de la réunion était «ne pas fâcher qui vous savez».

Attirant quatre nouveaux pays à la table ronde, «vous savez qui» pensait résoudre deux problèmes en même temps. Tout d’abord, il trouvait des partenaires avec lesquels il parle le même langage du rationalisme (Russie) ou qui ne le méprisent pas pour son nationalisme et ses idées de droite (la Russie encore, la Corée du Sud respectueuse, l’Inde avec aussi une direction nationaliste de droite, ainsi que l’Australie, pas accablée d’idéologie particulière en politique étrangère). Deuxièmement, il recevait quatre pays qui, contrairement aux partenaires européens qui, selon Trump, en sous-estiment le danger, ont vraiment peur de l’expansion chinoise et sont soit prêts à participer à la contenir, soit (dans le cas de la Russie) théoriquement prêt à discuter de leur participation à ce projet.

La Russie au premier rang?

Au départ, Moscou a adopté une attitude attentiste et a déclaré qu’elle attendait une explication de l’initiative par la voie diplomatique. Le Kremlin voulait comprendre quel sens aurait pour lui de participer à cette noble réunion. Oui, sa participation élève son statut – mais la Russie n’est pas la bienvenue. Sans ambiguïté et fermement contre le retour de Moscou, il y avait au moins deux pays participants: le  Royaume-Uni et le Canada.

 

De plus, l’opinion publique américaine était contre. Contre aussi auraient été les partenaires de la Russie dans les pays du tiers monde, qui soupçonnent depuis longtemps le Kremlin de vouloir abandonner le concept d’un monde multipolaire dès le premier appel des États-Unis et de l’Europe à retourner dans le camp occidental.

Il est d’autant plus clair que la Russie a été invitée à retourner dans le camp occidental et qu’on lui a fait miroiter de «tout pardonner» dans le seul but de l’attirer dans le système de confinement de la Chine. La Corée du Sud, l’Australie et même l’Inde sont des pays nécessaires et utiles dans ce système, mais sans eux, il est toujours viable. Et sans la Russie, non.

Le Kremlin contrôle les processus en Asie centrale (par laquelle passent les routes commerciales terrestres chinoises vers l’Europe et de laquelle la Chine veut importer des hydrocarbures, et non pas des extrémistes islamistes frais émoulus des camps d’entraînement). La Russie a une longue frontière avec la Chine à travers laquelle elle peut fournir des ressources à la Chine en cas de blocus maritime imposé par les États-Unis. C’est pourquoi l’Amérique a besoin de la Russie. Mais la Russie a-t-elle besoin de ça? Qu’obtiendra-t-elle des États-Unis pour sa collaboration, ou du moins pour avoir démontré sa disponibilité (sous forme de participation au sommet du G11).

L’Ukraine? Nous allons nous-mêmes la récupérer au fil du temps. La suppression des sanctions? Aujourd’hui, ils les supprimeront et demain ils les rétabliront à nouveau. La promesse de recevoir Poutine dans les meilleures maisons d’Europe? Mais déjà tout le monde l’appelle et lui demande de résoudre ses problèmes. Quoi qu’il en soit, pourquoi Moscou devrait-elle abandonner ses relations de travail avec la Chine, entrer en conflit direct avec Pékin et être privée de sa liberté de manœuvre dans l’espoir d’obtenir des contreparties de l’Occident, auquel pour parler franchement le Kremlin n’accorde aucune confiance?

Apparemment, Washington n’a pas pu répondre à cette question. Et alors qu’ils y réfléchissaient, l’affaire a été sérieusement compliquée par la promotion aux États-Unis de l’histoire selon laquelle Moscou aurait payé les talibans pour tirer sur des soldats américains en Afghanistan.

Il y a encore plus de «highly likely» dans cette histoire que dans l’affaire Skripal: elle est basée uniquement sur le témoignage d’une «source de haut rang» au New York Times; la mission elle-même a été en quelque sorte réalisée à la mode estonienne (pour toute l’année 2019, un peu plus de deux douzaines de soldats américains sont morts en Afghanistan, et même si nous imaginons que le GRU a payé pour tous, le degré d’inefficacité est incroyable); au Pentagone et au renseignement américain, l’information donnée par le New York Times n’a pas été confirmée. Cependant, les politiciens démocrates ont déjà monté l’affaire en épingle, critiquant Trump pour “marcher sur la pointe des pieds” devant le président russe, et même les républicains écrivent déjà des articles sous le titre “Pourquoi Trump accorde-t-il la priorité aux intérêts de Poutine?” 


EN COMPLÉMENTAIRE 1

« Loi du Kremlin »  : tout ce qui ne va pas en Amérique (et ailleurs) est causé par la Russie

Selon Wikipédia, la loi de Godwin est une règle empirique énoncée en 1990 par Mike Godwin, d’abord relative au réseau Usenet, puis étendue à l’Internet :  « Plus une discussion en ligne dure, plus la probabilité d’y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Adolf Hitler s’approche de 1. »

La loi de Godwin  peut se généraliser de la manière suivante à la presse mainstream américaine et aux politiciens américains :

« Pour tous les grands médias et les responsables politiques américains, il existe un unique thème « le Kremlin », tel que pour toute discussion au sein de cette presse et de ces milieux politiques, la probabilité que ce thème soit abordé tend vers 1. ».

Dans cette loi,  le terme Kremlin inclut Vladimir Poutine, la Russie, les robots russes, les babouchka, les hackers, le GRU, les poupées russes et d’autres entités.

EXEMPLES

–    RussiaGate

Il est inutile de revenir ici sur le flop du RussiaGate relatif aux « fake news » des médias sur l’intervention russe dans les élections américaines et tout le cinéma qui a duré des années et coûté des millions de dollars pour finir en un non-lieu. 

–    Le point Godwin de l’histoire franco-russe ;
11 Mai, 2015 l’Humanité

–    Poutine et l’Ukraine: prolifération des points Godwin 06/03/2014 L’Express

–    Coronavirus aux USA ? la faute aux Russes !

On se rappelle que l’abominable Poutine des neiges avait déjà été accusé, entre autres choses, de militariser des pieuvres géantes, d’attaquer la démocratie américaine à coups de Pokémon (CNN !) et de manipuler les campagnes de vaccination.

Chers amis, l’ogre a passé un cap supérieur et va, tenez-vous bien, désormais utiliser… le coronavirus pour semer la discorde parmi les Américains !

Eh oui, c’est l’héroïque New York Times qui nous l’apprend. Les « arguments » sont certes quelque peu poussifs (et jetés en toute fin d’article) : l’épidémie coïncide avec la campagne électorale, elle est déjà l’objet de théories du complot et Trump l’a mal gérée. On ne voit pas trop le rapport avec Moscou mais notre bonne presse libre et démocratique ne s’arrête pas à ces futiles détails. Tremble, bon peuple américain, l’ours est là qui rôde, s’apprêtant à s’engouffrer dans la brèche virale. Heureusement, nos glorieux journalistes veillent… Source : Chroniques du Grand Jeu

–    Au 27 février 2015, le nom de Hitler a été mentionné près de 1.800 fois au Congrès depuis vingt ans

Le Congrès américain «adore parler d’Hitler», selon le site Daily Dot, qui a comptabilisé, grâce au projet Capitol Words, que le nom du dirigeant nazi avait été cité 1.771 fois depuis 1996 par les représentants et sénateurs américains, soit «7,7 fois par mois» en moyenne.

En comparaison, nous avons cherché quel était le chiffre pour la France, et si nos députés et sénateurs étaient aussi prompts au point Godwin que leurs homologues d’outre-Atlantique.

À partir des archives de l’Assemblée nationale, nous avons relevé, depuis juin 1997, 40 occurrences du nom Hitler dans les comptes-rendus de séance dans l’hémicycle. Une recherche dans les archives du Sénat français renvoie elle seulement 17 occurrences en séance publique depuis 1996. Beaucoup moins donc qu’aux États-Unis –en comparaison, une recherche sur «Hitler» renvoie 91 résultats rien que pour les années 2013-2014 du Congrès.

Le président russe Vladimir Poutine a été comparé
à Adolf Hitler plusieurs fois

–  Accuser le Kremlin est le seul jeu disponible

Ces derniers jours, le New York Times, qui a inventé l’histoire selon laquelle le Kremlin avait payé des primes aux talibans afghans pour tuer des soldats américains, a été particulièrement assidu en promouvant l’histoire d’une Russie perfide. La couverture initiale du Times, qui affirmait que l’activité avait été confirmée à la fois par des sources de renseignement et par le suivi du circuit de l’argent, a été complétée par des absurdités délirantes de l’ancienne conseillère à la sécurité nationale d’Obama, Susan Rice, qui demande « Pourquoi Trump place-t-il  la Russie d’abord? [au lieu de « L’Amérique d’abord. NdT]  » puis elle a appelé à une «réponse américaine rapide et significative». Rice, qui est mentionnée comme un choix possible de Biden pour la vice-présidence,   a été l’une des architectes de la destruction de la Libye et de l’escalade des opérations militaires et de renseignement américains dirigés contre une Syrie non menaçante.

Le Times relate également l’histoire d’un homme d’affaires pachtoune, contrebandier de drogue, qui semblait avoir beaucoup d’argent en dollars, ignorant le fait que l’Afghanistan est inondé de dollars et cela depuis des années . Une grande partie de l’argent provient des transactions sur les drogues, car l’Afghanistan est, depuis l’occupation américaine, le premier producteur mondial d’opium et de ses sous-produits.

Pour le NYTl’argent doit provenir forcément de Russie, , car deux minables talibans, qui ont probablement été torturés par la police afghane, ont dit que c’était le cas. Le Times cite également des sources anonymes qui allèguent qu’il y a eu des transferts d’argent d’un compte géré par les renseignements militaires du GRU du Kremlin vers un compte ouvert par les talibans. Notez les «présumés» et considérez pendant une minute qu’il serait stupide pour toute agence de renseignement d’effectuer des virements de banque à banque, qui pourraient être identifiés et suivis par les gars intelligents du Trésor américain et de la NSA. Essayez également de vous rappeler comment, il n’y a pas si longtemps, nous avons entendu des histoires fabriquées à propos de menaces d’ADM pour justifier la guerre contre l’Irak, puis contre l’Iran.

D’autres organes d’information du Parti démocrate, notamment CNN, MSNBC et The Washington Post, ont tous sauté sur l’histoire de cette prime, ajoutant des détails sur leur source présumée inépuisable de sources anonymes !!

Ainsi donc, les médias « sérieux » rapportent un «fait» à partir d’une simple rumeur.

Inévitablement, la direction du Parti démocrate a sauté immédiatement sur son cheval préféré, qui doit affirmer haut et fort à l’unisson qu’en cas de doute, c’est la Russie qui l’a fait. Joe Biden en particulier est «dégoûté» par la «trahison» de Trump laissant massacrer les troupes américaines car afin de  maintenir «une posture d’avilissement devant Poutine».

Qu’en est-il au juste ?

Le Pentagone enquêterait sur les circonstances entourant la mort de trois soldats américains par une bombe au bord de la route le 8 avril 2019 afin de déterminer un lien possible avec le rapport du NYT. Il y a également des inquiétudes concernant plusieurs décès à l’entraînement où des recrues de l’armée afghane ont dénoncé leurs instructeurs. Étant donné que les talibans n’auraient guère besoin d’une incitation à tuer des Américains et que seulement dix-sept soldats américains sont morts en Afghanistan en 2019 à la suite d’une action hostile, l’année à laquelle les renseignements se rapporteraient, on pourrait bien décrire toute initiative conjointe talibans-russes comme un échec cinglant, puisque presque tous ces décès ont été attribués à l’activité cinétique initiée par les forces américaines.

–  Le super terroriste SOROS s’y met aussi

Loin d’être un spectateur passif donnant des conseils utiles aux groupes de militants pour la démocratie, Soros a été fortement impliqué dans la restructuration des anciens régimes communistes en Europe de l’Est et a participé à la révolution dite des roses en Géorgie en 2003 et à la révolution de Maidan en Ukraine en 2014, toutes deux soutenues par le gouvernement américain et destinées à menacer la sécurité régionale de la Russie.

Soros déteste particulièrement le président Vladimir Poutine et la Russie. Il a révélé qu’il est loin d’être une figure bienveillante qui se bat pour la justice dans son article d’opinion du Financial Times de mars (payant) intitulé « L’Europe doit soutenir la Turquie pour dénoncer les crimes de guerre de Poutine en Syrie ».

L’éditorial est plein d’erreurs factuelles et est essentiellement un appel à l’agression contre une Russie qu’il décrit comme étant engagée dans le bombardement d’écoles et d’hôpitaux. Il commence par : « Depuis le début de son intervention en Syrie en septembre 2015, la Russie n’a pas seulement cherché à maintenir en place son plus fidèle allié arabe, le président syrien Bachar al-Assad. Elle a également voulu retrouver l’influence régionale et mondiale qu’elle a perdue depuis la chute de l’Union soviétique ». Tout d’abord, la Russie n’est pas « intervenue » en Syrie. Elle y a été invitée par le gouvernement légitime du pays pour apporter son aide contre divers groupes, dont certains étaient liés à Al-Qaïda et à l’État Islamique, qui cherchaient à renverser le président al-Assad.

Et à part Soros, peu d’experts réels sur la Russie prétendent qu’elle cherche à recréer l’« influence » de l’Union soviétique. Moscou n’a pas les ressources nécessaires pour le faire et n’a manifesté aucun désir de poursuivre l’ex-programme mondial qui était caractéristique au temps de l’État soviétique.

Suit alors un vol complet en hyperbole avec : « Vladimir Poutine a cherché à utiliser la tourmente au Moyen-Orient pour détruire les normes internationales et les progrès du droit humanitaire international réalisés depuis la seconde guerre mondiale. En fait, la création du désastre humanitaire qui a transformé près de 6 millions de Syriens en réfugiés n’a pas été une conséquence de la stratégie du président russe en Syrie. C’était l’un de ses principaux objectifs ». Notez qu’aucune des affirmations de Soros n’est étayée par des faits.

L’éditorial de Soros contient également quelques souvenirs, décrivant comment « en 2014, j’ai exhorté l’Europe à se réveiller face à la menace que la Russie faisait peser sur ses intérêts stratégiques ». L’article révèle que Soros n’est ni conciliant ni « diplomatique », ce qui montre clairement qu’il choisit ses ennemis sur la base de considérations idéologiques qui déterminent également ses choix quant à la manière d’encadrer ses entreprises. Compte tenu de tout cela, pourquoi est-il inimaginable que George Soros soit engagé dans une conspiration, qu’il soit clandestinement derrière au moins une partie du chaos créé par les antifas et les Black Lives Matter, ainsi que du flot d’immigration illégale qui, ensemble, ont peut-être déstabilisé fatalement les États-Unis ?

 

—————————————————

Mais le matraquage médiatique et le lavage de cerveau marchent à merveille en Amérique :

Les données démographiques sur les Américains qui croient aux conneries des «primes russes» sont déprimantes. Honte à vous, Américains !
Voici ce que titrait  Moon of Alabama du 7/7/2020:
La dernière infox de la série Russiagate n’a pas tenu plus d’une semaine

La récente tentative de relancer le « Russiagate » a échoué en à peine une semaine. C’est un échec embarrassant pour les médias qui l’ont mis en avant. Leurs « journalistes » sont tombés dans un piège d’une absurdité évidente. Ils ont laissé leurs sources les abuser à des fins politiques.

La marine russe a protégé l’Amérique durant la guerre civile

Des choses étranges se produisent dans les guerres civiles: pendant la guerre civile russe en 1919, 13000 soldats américains ont été envoyés par le président Woodrow Wilson pour attaquer la Russie et occuper les villes d’Archangelsk dans l’Arctique et de Vladivostok dans le Pacifique.

Or, un demi-siècle plus tôt, des milliers de marins de la marine impériale russe et leurs officiers ont inondé les villes de San Francisco et de New York. Mais les circonstances étaient très différentes. Ils étaient là pour défendre les États-Unis contre une invasion étrangère, et non pas pour la menacer, et ils ont brillamment réussi dans leur tâche.

Cette histoire incroyable est bien racontée dans « Friends in Peace and War: The Russian Navy’s Landmark Visit to Civil War San Francisco » de C. Douglas Kroll publié en 2007.

Comme le montre Kroll, le minuscule escadron du Pacifique de la marine américaine était faible à l’époque et les pirates (pilleurs du commerce) confédérés étaient encouragés par la Grande-Bretagne et parcouraient à leur guise l’Atlantique. Donc, le débarquement russe envoyait un message clair et indubitable: toute attaque navale britannique ou française contre New York ou San Francisco, le deux grands centres de commerce et de puissance financière des États-Unis à l’Est et sur la nouvelle côte Ouest constitueraient également une attaque contre la Russie.

Les rues de San Francisco et de New York regorgeaient d’officiers et de marins russes dans leurs uniformes brillants en 1863 et elles avaient entraîné des succès sociaux. D’innombrables défilés, bals et dîners dansants ont été organisés, souvent par les visiteurs Russes eux-mêmes.

Les deux escadrons ont été dépêchés par le tsar Alexandre II, qui, durant  toute sa vie, a été un grand et véritable ami des États-Unis, afin de protéger les côtes atlantiques et pacifiques d’Amérique contre les attaques des deux nations les plus puissantes du monde – les empires britannique et français. Ces deux empires ont choisi d’intervenir dans la guerre civile aux côtés de la Confédération, et ils se sont ouvertement orientés en 1862.

Les efforts de l’Empire britannique pour démanteler les États-Unis pendant la guerre civile ont été documentés dans les articles de Matthew Ehret.

Le gouvernement britannique était dominé dans les années 1860 par le grand champion de la démocratie, de l’ouverture des frontières et du libre-échange William Ewart Gladstone, dont le père avait fait fortune en étant le plus grand marchand d’esclaves au monde. Gladstone à l’apogée de son pouvoir et de son influence en tant que chancelier de l’Échiquier britannique ou ministre des Finances, a ouvertement insisté pour que soit reconnue la Confédération des esclavagistes.

La même politique a été poussée par le sinistre et brillant Robert Gascoigne-Cecil, plus tard pour régner en tant que secrétaire aux Affaires étrangères et Premier ministre en tant que Lord Salisbury après Gladstone de 1886, et la plupart du temps jusqu’en 1902. Il a dominé l’élaboration des politiques étrangères britanniques pendant 40 ans et jusqu’à sa mort, il a ouvertement regretté que l’Empire n’ait pas saisi l’occasion pendant la guerre civile de détruire les États-Unis.

C’est l’intervention du tsar Alexandre qui a empêché cela. Il pouvait voir, avec l’incendie et le pillage de Pékin en 1860, que Saint-Pétersbourg pourrait bien être le prochain objectif des vautours colonialistes anglais et français. Dans toute l’Eurasie, il a fait cause commune avec Otto Von Bismarck, nouveau chancelier de Prusse, pour unir l’Allemagne et repousser l’influence britannique et française du cœur de l’Europe.

Puis Alexandre a développé une amitié extraordinaire avec le président américain Abraham Lincoln. Ignoré pendant près d’un siècle et demi. «Le tsar et le président: Alexandre II et Abraham Lincoln, libérateur et émancipateur» par Marilyn Pfeifer Swezey (University of Wisconsin Press, 2009) a documenté cette étonnante amitié, menée par lettre entre les deux grands libérateurs de l’Est et de l’Ouest, qui sont tous deux assassinés et martyrisés par des assassins répugnants.

La protection de l’Union dans sa volonté d’abolir l’esclavage contre l’Empire britannique est au cœur de la passion morale du grand tsar et de sa vision stratégique de défendre son pays.

La grande stratégie d’Alexandre II n’est jamais enseignée dans les écoles et universités du monde occidental à ce jour, mais ce fut un brillant succès.

En 1870, la protection et le soutien russes avaient assuré la survie et la réunification des États-Unis en Amérique du Nord et l’unification de l’Allemagne en Europe.

L’alliance des empires britannique et français qui avait fait des ravages dans le monde entier depuis la Russie et l’Autriche-Hongrie jusqu’en Inde, en Chine, au Mexique et aux États-Unis pendant 20 ans a été brisée lorsque Napoléon III a été renversé en France après que les forces prussiennes l’ont capturé dans le Guerre de 1870.

Alexandre a placé la Grande-Bretagne sur la défensive stratégique mondiale pour la première fois depuis sa défaite lors de la guerre d’Indépendance américaine 90 ans plus tôt. En 1870, les États-Unis et l’Allemagne avaient déjà devancé la Grande-Bretagne dans la construction de chemins de fer et la production d’acier. Tous deux pratiquaient des politiques tarifaires protectionnistes pour protéger les emplois et le bien-être, les profits et les capacités industrielles de leurs propres peuples – un modèle qui était également adopté par le Japon. Entre les États-Unis à l’ouest et l’Allemagne à l’est, la Grande-Bretagne était confinée et ne pouvait plus constituer une menace directe pour la Russie.

Jusqu’à la Révolution russe et la folie arrogante de Woodrow Wilson (diagnostiqué comme un fou chronique par   Sigmund Freud lui-même, qui a écrit un livre à ce sujet), les États-Unis et la Russie impériale sont restés de bons amis.

Le tsar Alexandre a vendu l’Alaska aux États-Unis. Le secrétaire d’État de Lincoln, William Seward, a négocié l’accord. Alexandre a même invité Lincoln et sa première dame Mary Todd Lincoln comme invités d’honneur à Saint-Pétersbourg après son retrait de la présidence et Lincoln a accepté l’offre.

En l’occurrence, le véritable héritier de Lincoln, le général Ulysses S. Grant a accepté l’offre et a été chaleureusement diverti en tant qu’invité de l’empereur en août 1878, trois ans seulement avant son assassinat en 1881. (Grant, le plus astucieux des observateurs, a discrètement noté que le grand tsar semblait nerveux et épuisé après tant de tentatives contre sa vie par les révolutionnaires.)

Cette histoire vraie cruciale du contexte stratégique réel de la guerre civile américaine n’est jamais enseignée dans les écoles et universités américaines. Tous les politiciens, décideurs et experts américains (P3) l’ignorent totalement. Une fois de plus, l’ignorance totale et pathétique des leçons les plus profondes de leur propre histoire a fatalement aveuglé les Américains modernes.

Source : Shield of the Union: How the Russian Navy Protected America in the Civil War par Martin Sieff

——————————————–

Le poète américain Oliver Wendell Holmes a d’ailleurs commémoré le soutien de la Russie à l’Union dans l’un de ses poèmes, dont les deux vers finaux sont les suivants :

« Que Dieu bénisse l’Empire qui aime la Grande Union ;

Force à son peuple ! Longue vie au Tsar ! »

La Russie a vendu l’Alaska aux États-Unis

La capitale de la Compagnie russe d’Amérique à Novo-Arkhangelsk (« La Nouvelle Arkhangelsk », du nom d’une ville du Nord russe), en Alaska, 1837. Cette cité est aujourd’hui appelée Sitka.

Archives d’État de la marine russe, Saint-Pétersbourg

En 1867, la Russie a vendu le territoire de l’Alaska aux États-Unis pour 7,2 millions de dollars. Vingt ans plus tard, les Américains y ont découvert de vastes réserves d’or. La ruée ultérieure vers ce métal précieux a rapporté aux Américains des centaines de millions de dollars en échange de son modeste investissement initial.

En vendant aux Américains ces terres trop éloignées de Moscou, et donc trop difficiles à contrôler, la Russie a par conséquent accordé aux États-Unis leur 49e État, qui s’est révélé inestimable au cours de l’histoire.

La Russie a mené l’effort de guerre pendant la Seconde Guerre mondiale

Les États-Unis et l’Union soviétique étaient alliés pendant la Seconde Guerre mondiale. Les deux nations se sont unies contre un ennemi commun – les puissances de l’Axe – et leurs efforts de guerre ont largement contribué à la victoire commune dans le conflit.

En même temps, il est communément admis que l’Union soviétique a porté le fardeau de la guerre sur ses épaules et a sacrifié beaucoup plus de vies humaines et d’autres ressources pour la victoire. L’URSS a en effet alors perdu 26,6 millions de citoyens, tandis que les pertes américaines se sont élevées à 405.000.

En 2020,la Russie a célébré le 75 ième anniversaire de la Séconde Guerre Mondiale..

 


Refusez vous-même

Dans cette situation, les membres de l’équipe Trump eux-mêmes (par exemple, le conseiller à la sécurité nationale Robert O’Brien) ont suggéré au président de retirer en quelque sorte l’invitation à Poutine. Mais Trump ne pouvait pas le faire – et pas seulement parce qu’il aurait montré de la faiblesse. S’il retire l’invitation, cela signifie qu’il convient que les accusations des Russes dans le financement des fusillades de soldats américains par les talibans sont justifiées. Ainsi, il reconnaît l’exactitude de l’article du New York Times. Il y a un passage dans l’article disant que Trump était au courant de la fusillade au printemps – il le savait et restait silencieux. Par conséquent, le président américain qualifie désormais l’article de faux et ne veut par aucune de ses actions suggérer le contraire.

Et ici, apparemment, une élégante ruse à deux coups a été inventée. Dans une interview avec les médias russes, l’ambassadeur américain dans notre pays, John Sullivan, a fait une petite fuite. “Nous travaillons actuellement sur les détails et discutons avec le ministère russe des Affaires étrangères et les gouvernements des autres pays participants de la question de savoir s’il y a un rôle acceptable pour la Russie lors de ce sommet”, a-t-il déclaré. Ainsi, en fait, criant sur les toits que Moscou a accepté d’envisager sa participation à ce sommet antichinois.

Il n’est pas surprenant que le ministère des Affaires étrangères ait considéré ces mots comme une provocation et a noté qu’il n’avait rien arrangé avec personne, et Moscou ne participerait pas au sommet sous cette forme.

« Ce soi-disant “G7” élargi, en tant qu’idée, est pernicieux, car il n’est pas clair pour nous comment les auteurs de cette initiative envisagent de prendre en compte le facteur chinois », a  déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères Sergei Ryabkov. Et si Moscou exprime officiellement sa réticence à participer au sommet, alors le propriétaire de la Maison Blanche est hors de cause.

Ainsi, Moscou a officiellement fait un choix: elle n’est pas prête à contenir la Chine et même à participer à une discussion sur le sujet. Et il n’y aura pas d’autres sujets au G11. En effet, comme M. Ryabkov a continué à juste titre, « sans la Chine, il est tout simplement impossible de discuter de certaines questions dans le monde moderne ». Mais Trump n’est pas offensé par le refus – si Moscou exprime officiellement sa réticence à participer au sommet, alors de la part du propriétaire de la Maison Blanche il n’y a pas de gêne. Aucune invitation à annuler.

Dans le même temps, la Russie ne refuse pas un dialogue multilatéral avec les États-Unis et propose à nouveau à Trump de revenir à des options constructives – par exemple, le sommet des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU proposé par Vladimir Poutine. Cependant, cette option n’est pas très intéressante pour le président américain – et pas seulement parce qu’il est difficile de créer un système de sécurité collective contre la Chine dans des négociations avec la Chine. Trump soupçonne – et a toutes les raisons de le faire – que le sommet des Big Five deviendra le sommet des quatre contre un.

Et ce “un” ne sera pas la Russie, ni même la Chine. Mais “vous savez qui.”

Par  : Gevorg Mirzayan, professeur agrégé, Université financière

Gevorg Mirzayan est un expert du Moyen-Orient et un analyste de premier plan à l’agence Foreign Policy (www.foreignpolicy.ru). 

 

 

Pompeo : la nouvelle politique américaine autorise l’assassinat des dirigeants russes et chinois avec des drones

Le président Trump, et non pas de manière indirecte, a mis l’assassinat de Vladimir Poutine «sur la table» dans le cadre d’une nouvelle politique, en contradiction directe avec le droit américain et le droit international. Il ne s’agit pas seulement d’une politique générale à l’encontre de ceux que Washington considère comme des ennemis, mais la Russie a été spécifiquement répertoriée comme cible des assassinats au plus haut niveau afin de parvenir à un changement de régime.

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo, lors d’un discours politique à l’Institut Hoover de l’Université de Stanford le 13 janvier 2020, a présenté la nouvelle politique. Le titre du discours était «La restauration de la dissuasion, l’exemple iranien».

L’institution Hoover a une longue histoire de liens avec la CIA et reçoit des fonds privés secrets de divers «étranges compagnons de chambrée» :

– la Bradley Foundation, citée par le Council of Islamic American relations pour son islamophobie et son semis de haine.

– La Fondation de la famille Scaife, dirigée depuis longtemps par Richard Mellon Scaife, aujourd’hui décédé, un milliardaire extrémiste de droite qui employait une armée d’agents de sécurité privés utilisés pour menacer des membres de la presse, y compris l’implication dans la mort de Steve Kangas, fondateur de la presse indépendante américaine.

– La Castle Rock Foundation, une façade pour Adolf Coors, l’un des plus grands bailleurs de fonds de l’extrémisme de droite et de la russophobie aux États-Unis

– La Fondation Koch, le plus grand bailleur de fonds du déni du climat grâce aux bénéfices de l’industrie houillère

L’ancien président Herbert Hoover, longtemps accusé de ne pas avoir répondu aux besoins d’une nation affamée au cours des 4 premières années de la grande dépression, pour laquelle la Hoover Institution est nommée, était un ardent défenseur   Hitler dans sa guerre contre Russie.

Ce n’est que récemment, après avoir été supprimée pendant 50 ans, que l’analyse de la Seconde Guerre mondiale par Herbert Hoover, «Freedom Betrayed» (La liberté trahie), a été publiée par la Hoover Institution. Dans ce travail, la «trahison» entrait en guerre contre Hitler et combattait aux côtés de la Russie.

Vous voyez, le point mort haut (PMH)   pour les conservateurs américains a toujours été la destruction de la Russie et l’asservissement du peuple russe au nom de l’État profond. [1]

Dans son discours à l’Institut Hoover, Pompeo, a clairement déclaré qu’une attaque contre la Russie, contre ses dirigeants et même contre le président Poutine, faisait partie intégrante de la nouvelle politique américaine sous sa direction.

Il a en outre précisé: «L’importance de la dissuasion ne se limite pas à l’Iran. Dans tous les cas, nous devons défendre la liberté. C’est tout l’intérêt du travail du président Trump pour faire de nos militaires les plus forts que la terre ait jamais vus. »

C’était, bien sûr, avant que les missiles iraniens ne pénètrent facilement dans les défenses américaines (les missiles défensifs américains Patriot n’ont rien vu venir) dans une attaque humiliante avec, selon Trump, «aucune victime». Le 16 janvier 2020, cependant, le Pentagone a annoncé que 11 membres de l’armée américaine servant à la base aérienne d’Assad a été évacuée à Landstuhl, en Allemagne, afin d’être soignée pour des blessures. [2]

Trump a menti, mais rien comparé aux menaces sauvages de Pompeo contre une nation dont l’arsenal nucléaire stratégique éclipse considérablement celui des États-Unis, et qualitativement, de manière écrasante.

«L’assassinat du général iranien  Suleimani est un exemple d’une nouvelle stratégie américaine visant à terroriser ses adversaires. Cela vaut à la fois pour l’Iran, la Chine et la Russie.

Les États réalisent maintenant les possibilités de la position la plus forte que nous ayons jamais eue à l’égard de l’Iran. Nous le retenons pour l’instant. Mais pour vraiment protéger la liberté, il est important de contenir tous les ennemis. C’est tout l’intérêt du travail du président Trump. C’est pourquoi il s’efforce si fort de faire de notre armée la plus forte qui ait jamais été. »

Lorsque le secrétaire d’État Pompeo, après des mois de planification, a poussé pour l’assassinat par drone du général iranien Soleimani, architecte en chef de la guerre terrestre contre l’EI/ISIS, n’attendait-il pas peu la réaction de l’Iran?

Lorsque, quelques jours plus tard, l’Iran a détruit la plus grande base américaine au Moyen-Orient avec une attaque dévastatrice de missiles balistiques, forçant les États-Unis à reculer et à demander plus de sanctions.

Le vrai problème est de savoir dans quelle mesure la rhétorique de Pompeo est réelle et dans quelle mesure Pompeo et Trump bluffent. Une chose qui est devenue claire, cependant, est que Trump et même Pompeo, diplômé de l’infâme «classe de 1986» de West Point, un foyer de extrémistes russophobes appelé “the West Point Mafia,” «la mafia de West Point», ne sont pas scolarisés dans les réalités de la guerre.

Du Daily Beast:



« Un compte rendu de la réunion dans le livre à paraître Un génie très stable: Donald J. Trump’s Testing of America dépeint Trump de plus en plus en colère alors que ses généraux tentaient de lui enseigner les bases fondamentales de l’histoire américaine de l’après-guerre.

Le livre indique que la réunion a eu lieu six mois après la présidence de Trump après que ses généraux se soient inquiétés des «trous béants» dans la connaissance de Trump des principales alliances américaines. L’idée était d’amener Trump dans la salle de situation du Pentagone, où les chefs militaires, selon le plan, lui donneraient un cours intensif sur qui étaient les alliés des États-Unis, pourquoi ils méritaient d’être gardés sur le côté et où diable ils se trouvaient. (Trump ne savait pas)

Cependant, la réunion semble sombrer dans le chaos presque immédiatement. Le secrétaire d’État Tillerson, alors secrétaire à la Défense, Jim Mattis, et le directeur du Conseil économique national, Gary Cohn, se seraient relayés pour expliquer leurs arguments à Trump. Mais Trump aurait d’abord semblé s’ennuyer avant de se mettre en colère.

Trump se serait alors plaint de l’accord nucléaire iranien du président Obama et de la durée de la guerre en Afghanistan. Chaque fois, ses généraux auraient tenté d’expliquer en douceur pourquoi son point de vue sur ces questions géopolitiques complexes n’était peut-être pas tout à fait exact. C’est apparemment lors d’une conversation sur l’Afghanistan que Trump a fait pété les plombs.

Le président aurait qualifié l’Afghanistan de «guerre des perdants» et aurait dit à ses chefs militaires: «Vous êtes tous des perdants… Vous ne savez plus comment gagner… Je veux gagner… Nous ne gagnons plus de guerres… Nous dépensons 7 billions de dollars, tout le monde (sauf nous) a obtenu le pétrole et nous ne gagnons plus. » Il a été rapporté que Trump était tellement en colère à ce stade qu’il ne respirait plus correctement.

Dans son commentaire le plus incendiaire, Trump – un homme qui, rappelez-vous, a réussi à fuir ses obligations militaires au Vietnam en raison d’un supposé problème d’épine osseuse – aurait dit aux forces rassemblées: «  Je n’irais pas en guerre avec vous les gars … Vous êtes un tas de drogués et de bébés.

Ce commentaire aurait laissé tout le monde présent totalement abasourdi. Tillerson était «visiblement bouillonnant» et a décidé de prendre la parole. Le secrétaire d’État a déclaré: « Non, c’est tout simplement faux … Monsieur le Président, vous avez totalement tort. Rien de tout cela n’est vrai.  » Lorsque la réunion a pris fin peu de temps après, Tillerson se serait tenu avec un petit groupe de confidents et aurait dit: » Trump est un crétin (supprimé). «  »

Conclusion

La déclaration de Pompeo à la Russie, sa menace ouverte contre un dirigeant étranger, insouciance, orgueil ou folie?

Le président Trump est-il prêt à soutenir Pompeo, comme il l’a fait avec l’assassinat désastreux de Soleimani?

Nous devons alors nous demander comment de telles déclarations peuvent être faites sans réaction du Congrès ou des médias, pas un seul mot? L’Amérique est-elle devenue suicidaire?

Source : Viral NEO: Pompeo, New US Policy Authorizes Drone Strikes on Russian, Chinese Leaders

 

 

 

Divulgation de documents:Quelle était l’information « top secret » transmise à Trump Tower?

 

Le président américain Donald Trump (CR) et le président russe Vladimir Poutine (CL) tiennent une réunion en marge du sommet du G20 à Hambourg, en Allemagne, le 7 juillet 2017.

 

Dans une lettre datée du 15 juillet 2016, le président Charles Grassley du Comité judiciaire du Sénat (la sénatrice Diane Feinstein) a  exhorté  le chef de l’unité d’enregistrement du FARA du département de la justice à ouvrir une enquête sur les activités de lobbying des entités et des individus engagés dans la campagne. d’abroger la loi Magnitski. Grassley écrit: «Ils sont contrôlés / dirigés / influencés par le gouvernement russe en ce qui concerne les activités de lobbying.» Parmi la douzaine d’agents étrangers non enregistrés mentionnés dans la lettre de Grassley figurent Natalia Veselnitskya et Rinat Akhmetshin. Les deux ont assisté à une réunion avec Donald Trump Jr. et des membres de l’équipe de campagne de Trump le 9 juin à Trump Tower.

La loi Magnitski, adoptée par le Congrès en 2012, a sanctionné les individus russes responsables de la mort de l’avocat russe Sergei Magnitski dans une prison de Moscou. La mort de Magnitski a été causée par la suspension de l’assistance médicale. Magnitski avait représenté Hermitage Capital, dirigé par William Browder, qui était autrefois le plus important investisseur de portefeuille étranger en Russie. Magnitski enquêtait sur un stratagème russe de blanchiment d’argent lorsqu’il a été emprisonné. Browder avait mené une campagne contre les pratiques commerciales corrompues en Russie et était une épine dans le pied de Vladimir Poutine. En colère, Poutine a exercé des représailles contre les sanctions imposées par Magnitski en mettant un terme aux adoptions américaines d’enfants russes. La Russie a ensuite condamné Magnitski pour fraude et évasion fiscale dans le cadre d’une procédure judiciaire posthume bizarre.

La campagne de lobbying anti-Magnitski menée par Veselnitskaya, Akhmetshin et al. Elle a notamment inculpé de fraude à l’encontre de Magnitski, affirmé que Browder et Magnitski étaient coupables d’évasion fiscale et d’autres activités criminelles en Russie, et produit un documentaire anti-Magnitski / Browder destiné aux téléspectateurs américains. Dans leurs activités de lobbying, Veselnitskaya, Akhmetshin et al. ont promule 19 mai 2016, le procureur de la République de Russie avait conclu que Browder (et un associé) avait évité 16 millions de dollars en impôts russes et avait peut-être enfreint les lois fiscales américaines. L’évasion fiscale en Russie (l’acte d’accusation de choix du Kremlin contre des ennemis politiques) est à l’origine du « mauvais argent » prêt à être utilisé à des « mauvaises » fins politiques dans la politique américaine. Notez que la première condamnation de Browder par les tribunaux fiscaux russes remonte à quatre ans, bien avant le début de la campagne présidentielle américaine.

 

Le «pistolet fumant» (smoking gun)  de la campagne électorale de Clinton, qui avait été promis à Trump Jr. par Veselnitskaya et Akhmetshin lors de la réunion du Trump Tower du 9 juin, était apparemment une information selon laquelle Browder aurait contribué au fonds de la Clinton Global Initiative. (Browder a contribué entre 10 000 et 20 000 dollars à un événement de CGI). Je suppose que cette contribution était « de l’argent russe » dans la mesure où Browder l’a volée au gouvernement russe via une fraude fiscale. Selon les participants à la réunion du 9 juin du président Trump, la partie russe n’a rien dit de concret sur les contributions de la Russie au parti démocrate; la réunion se serait transformée en adoption et se serait terminée au bout de 30 minutes.

Certains supposent qu’un dossier plastique contenant des documents, que les Russes auraient pu laisser avec la campagne Trump, était en réalité un échange secret de documents «sinistres» plutôt qu’un effort russe visant à enduire Browder de leurs actes anti-Magnitsky campagne de lobbying.

En résumé, la réunion notoire semble avoir été organisée dans le cadre de la Veselnitskaya, Akhmetshin et al. une campagne de lobbying contre les sanctions Magnitski et pour convaincre l’ennemi de Poutine, Bill Browder. Les participants russes n’ont offert aucune recherche d’opposition utile.

La frénésie médiatique a transformé un effort de lobbying inhumain (des deux côtés) de lobbyistes russes non enregistrés en un complot sombre qui consiste à échanger des informations secrètes. Qui se soucie de savoir si Browder a versé une petite somme pour assister à un événement de la Clinton Foundation? Entre-temps, les médias ignorent le fait que les mêmes agents russes étaient fortement  impliqués dans la seule activité qui avait presque fait la différence lors de l’élection de 2016: la création du dossier infâme Steele anti-Trump.


EN COMPLÉMENT

La Russie n’interféra pas dans l’élection américaine pour aider Trump, mais pour déstabiliser l’Amérique

Un donateur du Parti démocrate encore non identifié a payé le dossier contesté qui a presque coulé la campagne de Donald Trump. Le dossier a été créé (et peut-être rédigé) avec le soutien et l’assistance d’ agents étrangers non enregistrés du gouvernement russe, selon la commission judiciaire du Sénat. Comme il est indiqué ci-dessous, l’offre faite par un publiciste amateur de musique à Donald Trump Jr. de partager des informations compromettantes sur la campagne Clinton était vraisemblablement une opération russe. Je conclus que l’ingérence de la Russie dans l’élection de 2016 ne visait pas à aider Trump, mais à jeter le système politique américain dans le chaos et à menacer ses fondements.

La Russie possède l’une des  opérations politiques les plus efficaces et les plus  impitoyables à Washington. Un ambassadeur flamboyant aux environs de la ville est assis à la tête de l’aristocratie politique américaine. Les diplomates russes, des espions et des experts de relations publiques et de lobbying auprès des intérêts russes pour éloigner les  grandes puissances  de l’ influence politique américaine pour plaider leur cause et utiliser des armes engagées pour la saleté fronde et promouvoir la « désinformation » sur les opposants.

Le «gang de Magnitski» en Russie a été créé pour éliminer les sanctions imposées par le Congrès en 2012. L’avocat russe Sergey Magnitsky représentait Hermitage Capital (autrefois principal investisseur en Russie et principal détenteur d’actions de Ioukos). Il est décédé dans une prison russe après s’être vu refuser des soins médicaux, provoquant des sanctions américaines. En colère, Vladimir Poutine a riposté en fermant les adoptions américaines d’enfants russes.

La bande de Magnitski comprend une «ancienne» espionne du GRU, Rinat Akhmetshin, une   avocate liée au Kremlin , Natalia Veselnitskaya, Anatoly Samochornov, Andreï Nekrasov et d’autres ressortissants russes. Ils engagent des lobbyistes américains et des firmes de relations publiques pour représenter les intérêts russes. Ils rassemblent et diffusent de «fausses nouvelles» sur Magnitski et son patron, William Browder, notamment en produisant un documentaire déformé. Aucun n’a signé les documents du FARA en tant qu’agent étranger de la Russie. Au lieu de cela, ils prétendent représenter des  organisations caritativesà  but non lucratif enregistrées aux États-Unis.

Avec l’élection américaine en suspens, les membres de la bande de Magnitski ont élargi leur portefeuille pour inclure l’ingérence dans les élections. En utilisant des fonds donnés par un donateur démocrate encore inconnu, Akhmetshin a  embauché  une société de recherches américaine, Fusion GPS, pour fouiller le candidat Trump. Fusion GPS a embauché une société de renseignement londonienne, Orbis, dirigée par l’ancien espion britannique Christopher Steele. Steele a été chargé d’utiliser ses contacts russes pour recueillir des informations compromettantes sur Trump. Fusion et Orbis n’étaient pas nouveaux l’un pour l’autre. Ils  travaillaient  ensemble depuis janvier 2010, comme le montre leur contrat.

Orbis a produit des rapports  entre  juin et fin octobre 2016 sous la forme d’un dossier qui accusait Trump et ses collaborateurs de méfaits financiers, politiques et sexuels en Russie. Ces rapports auraient été recueillis auprès de hauts responsables du gouvernement russe. Orbis porta le dossier à l’attention du sénateur John McCain, tandis que Fusion informait les médias américains de son contenu. Le dossier a été transmis au FBI, qui peut avoir  demandé à  Steele de poursuivre son enquête. Bien que le dossier Orbis ait été  discrédité en  raison de nombreuses erreurs et d’allégations ahurissantes, la campagne Clinton l’a cité comme étant la motivation de la prétendue faveur de la Russie par Trump.

Nous espérons en apprendre davantage sur le dossier Steele grâce à une action en diffamation en cours devant un tribunal britannique et sur l’opération Fusion GPS, qui est actuellement examinée par le Comité judiciaire du Sénat de Grassley-Feinstein. Grassley souhaite savoir pourquoi Fusion GPS, en tant qu’agent étranger non enregistré de la Russie, a joué un rôle clé dans la création du dossier anti-Trump. Fusion GPS et Orbis esquivent les réponses en citant des accords de confidentialité et en revendiquant le privilège avocat / client  bien que ni est un cabinet d’avocats. Le secret que Steele et Fusion semblent le plus réticent à révéler est l’identité du donneur démocrate, malgré les demandes de réponses de la cour britannique et du comité du Sénat. Le « client » est-il proche de la campagne Clinton?

Outre ses travaux sur les sanctions Magnitsky et le dossier Trump, le groupe de Magnitsky a pénétré dans la campagne Trump le 9 juin, lorsque l’une de ses directrices, l’avocate Natalia Veselnitskaya, a rencontré Donald Trump Jr. et d’autres membres du personnel de campagne à Trump Tower. La réunion a été organisée par Trump Jr. via une chaîne de courrier électronique le 3 juin avec un publiciste de la musique anglaise. Le publiciste a relayé le message d’une rock star russe (connue de la famille Trump) selon laquelle «la Cour de la Couronne russe» (il n’en est rien) était prête à fournir à la campagne Trump des informations incriminantes sur Hillary Clinton, gage que la Russie était du côté de Trump dans l’élection.

Lors de la courte réunion du 9 juin, Veselnitskaya n’a révélé aucune information incriminante sur Hillary Clinton, mais a plutôt évoqué le problème de l’adoption de Magnitski. Lorsque la nouvelle de la réunion a fait surface, plus d’un an plus tard, Veselnitskaya a affirmé ne pas s’associer à des agences russes, mais ses affirmations sont facilement  réfutées  grâce à son travail sur Magnitski et à son lobbying en faveur de blanchisseurs d’argent présumés.

La presse américaine et mondiale célèbrent cette réunion avortée, preuve de la connivence de la campagne Trump avec la Russie. Des médias plus sympathiques appellent le fiasco de Trump Jr. une  farce ou soutiennent que Trump Jr. a été  créé .

À mon avis, toute l’histoire a l’air d’une opération planifiée par la Russie qui nécessitait l’intervention d’un novice en politique. Est-il crédible de penser que la détention par la Russie d’informations top secrètes Hillary Clinton (provenant peut-être de courriels «personnels» piratés) serait communiquée à une rock star russe pour qu’elle passe à la campagne d’un candidat à la présidence américaine? La logique simple nous dit que cette réunion n’était pas destinée par la partie russe à être utile à la campagne Trump. La divulgation d’une telle chaîne de courrier électronique pourrait être utilisée soit pour nuire à la campagne Trump, soit pour revenir le hanter durant sa présidence.

La preuve que  Trump Jr. n’était  pas une opération policière clé et un publiciste obscur dans la musique, c’est qu’un membre influent de l’équipe russe Magnitsky s’est présenté à la réunion et était au courant. Le but de la réunion Trump Tower n’était pas de gagner l’oreille de la campagne Trump. Les récits de lobbying russe contre les sanctions Magnitski suggèrent que les agents russes peuvent organiser des réunions sans ces ruses.

La combinaison du dossier Steele et du piège Trump Jr. réfute le récit selon lequel la Russie avait aidé la campagne Trump. Le dossier Steele était clairement un succès majeur pour Trump, conçu pour détruire sa campagne présidentielle. Il semble avoir été financé par un allié anonyme de Clinton et exécuté par un agent étranger non enregistré de la Russie.

Si l’on en croit le dossier Steele, ces informations ne pourraient provenir que des plus hautes instances du gouvernement russe. Pourquoi des fonctionnaires connaissant le Kremlin à la volée devraient-ils révéler leurs informations à Steele, à moins que le Kremlin ne leur dise de le faire? Compte tenu de ses nombreuses erreurs et de ses affirmations incroyables, une explication plus plausible est que le dossier a été créé par des spécialistes en désinformation des services de renseignement russes, comme le postule l’expert russe David Satter. Compte tenu de son financement et du rôle de Fusion GPS, le dossier semble être un produit commun du gouvernement russe et au moins certains éléments de la campagne Clinton. Une fois que le dossier était entre leurs mains et entre les mains des médias, les partisans de Clinton et des médias favorables n’ont pas hésité à diffuser largement cette information.

Certains diront peut-être que l’affaire Trump Jr. était une ruse inoffensive pour donner à une représentante de confiance du gang Magnitski l’occasion de plaider sa cause contre les sanctions imposées aux initiés de Trump. Je considère que cette explication manque. Le gang savait que la réunion avait été organisée pour discuter de matériel de compromis qu’ils n’avaient pas. En tant que sophistes de la politique américaine, ils comprendraient sûrement que ce serait leur première et dernière réunion. Non, la vraie raison était de noter que Trump Jr. avait rencontré les représentants russes pour lui promettre les marchandises sur Hillary. Si tel est le cas, il s’agira de configurer Trump Jr. pour la révélation éventuelle d’une telle réunion. Il est impossible d’interpréter l’affaire Trump Jr. comme une avancée positive de la Russie en faveur de la campagne Trump – telle qu’elle se joue actuellement dans les grands médias.

Nous avons atteint le stade qu’un grand  chercheur avait   prévenu il y a  environ trois mois. Vladimir Poutine est maintenant en position de détruire la présidence Trump et de causer des ravages indescriptibles sur le système politique américain. Ses spécialistes en désinformation peuvent composer pratiquement tout ce qu’ils souhaitent de la coopération de Trump avec la Russie, et les médias anti-Trump l’accepteront comme une vérité évangélique. Poutine réalisera son souhait d’un président américain affaibli et assiégé et d’un système politique américain en paralysie. Il continuera d’alimenter l’histoire pour s’assurer qu’aucune résolution n’est possible.

Le résultat ironique est que la véritable collusion puisse se produire entre les ennemis de Trump qui font une alliance avec Poutine pour affaiblir leur propre pays, le tout dans le but de renverser un résultat électoral qu’ils méprisent.


Notre politique a donné à Poutine l’arme nécessaire pour créer une crise constitutionnelle (un chroniqueur politique américain)

Le président russe Vladimir Poutine quitte le Conseil après la rencontre avec le président finlandais dans le cadre du Forum international de l’Arctique à Arkhangelsk le 30 mars 2017.

 

Alors que le Sénat commence et que la Chambre poursuit son enquête sur la Russie, je propose une liste de ce que nous savons et que nous ne savons pas sur la participation de la Russie à l’élection de 2016:

Premièrement, nous savons que les médias d’État russes ont mené une campagne visant à discréditer les élections américaines en général. La télévision russe, Internet et la presse écrite ont décrit la politique américaine comme un cloaque corrompu et corrompu dominé par «l’établissement». Dans la mesure où le Kremlin contrôle étroitement le SMI («moyen d’information de masse») principal de la Russie, nous savons que cette campagne a été menée les plus hauts niveaux. Lorsque l’élection a été réduite à deux candidats, le SMI de Russie n’avait d’autre choix que de se prononcer contre la candidate de l’élection présidentielle Hillary Clinton. Trump était décrit comme le « candidat du peuple » qui serait déchiré par l’établissement. Si l’élection générale avait été Clinton-Bush, la Russie n’aurait probablement pas choisi son favori mais serait restée dans le pétrin général de la politique américaine.

À emporter: Il n’est pas rare que les médias d’un pays prennent parti lors d’élections à l’étranger. La télévision allemande était vocalement anti-Trump. Le président Obama s’est injecté dans la campagne britannique sur le Brexit et la plupart des États européens s’opposent au référendum d’Erdogan en Turquie. La position anti-Clinton des médias russes est connue; il ne faut donc pas perdre le temps des comités de la Chambre et du Sénat.

Deuxièmement, des oligarques et des sociétés ukrainiennes russes et pro-russes ont engagé des lobbyistes et des consultants américains pour renforcer leurs images et plaider en faveur de préférences spécifiques à Washington. Un tel lobbying est légal tant que les formulaires de divulgation appropriés sont déposés. Une bonne partie de celle-ci s’est produite avant l’annexion de la Crimée et lors de la réinitialisation Obama / Clinton. La liste des colporteurs d’influence pour la Russie comprend des personnalités importantes des deux côtés de l’allée. Les lobbyistes affirmant avoir des liens avec Trump étaient moins en évidence. En tant qu’étranger et candidat peu probable à de hautes fonctions, les représentants de Trump avaient moins à offrir et étaient moins demandés.

À retenir: Si les comités du Sénat et de la Chambre se penchent sur cet angle, ils doivent veiller à enquêter sur les pressions exercées à la fois sur les chiffres de l’établissement et ceux de Trump. Ils devraient inclure la Clinton Foundation dans leur enquête, compte tenu de la contribution massive d’un magnat des minéraux associé au Canada, associé à la Russie, impliqué dans le tristement célèbre accord Uranium One.

Troisièmement, les pirates informatiques ont pénétré dans les comptes de messagerie de DNC et de Podesta et les ont transmis à WikiLeaks pour publication. Le rapport de « consensus » sur le renseignement non classifié conclut « avec une grande confiance » que Vladimir Poutine a approuvé le piratage, ce qui a été fait par le renseignement militaire. Le but de la «guerre hybride» de la Russie est de maintenir un déni plausible. Il est donc peu probable que Poutine ait laissé des traces de son implication directe. En outre, la cyber-guerre en Russie est menée par des organisations semi-criminellesavec des liens lâches avec les structures officielles. Les politiciens de Washington accusent maintenant pratiquement chaque attaque de hack contre la Russie basée sur des adresses IP russes, des pirates informatiques expérimentés vous diront que vous n’avez guère de sens. (Il semble que notre propre service de renseignement cache son piratage sous les adresses IP russes et chinois).

À emporter: à moins que nous n’ayons le droit de voir la version classifiée, je dois supposer que le consensus sur le renseignement repose sur la compréhension générale selon laquelle une opération de cette ampleur aurait nécessité l’approbation tacite ou directe de Poutine. C’est le même raisonnement utilisé par un tribunal londonien pour conclure que Poutine a « vraisemblablement » approuvé le meurtre au polonium de Litvinenko.

Quatrièmement, les personnes censées représenter Trump sont accusées d’avoir arrangé des quid pro quos avec la partie russe en échange de concessions postélectorales de la part du président Trump. L’une des prétendues compensations était l’assouplissement de la plate-forme républicaine en ce qui concerne les armes pour l’Ukraine en échange d’une aide électorale. Cependant, une comparaison de la plate-forme initiale avec la version finale montre que le langage des armes ukrainiennes n’a pas été assoupli lors de la convention lors de la convention. Un dossier sensationnel de rumeurs aléatoires et non vérifiées est le fondement de la seconde revendication que la Russie a offert à Trump près d’un milliard de dollars pour l’annulation des sanctions en tant que président. L’offre aurait été faite en juillet 2015, alors que les chances de victoire de Trump étaient faibles. En raison de sa taille et de son calendrier, l’accord n’a absolument aucun sens.

À retenir: Aucun comité du Congrès ne devrait perdre son temps avec des accusations facilement réfutées par les archives publiques ou étayées par des recherches sensationnelles de la part de la recherche d’opposition.

Cinquièmement, le consensus de la communauté du renseignement affirme que Poutine est intervenu dans l’élection dans le but d’élire Trump. (Le piratage DNC, selon les fuites, a commencé en juillet 2016, alors que Trump était à peine visible sur le radar politique). La communauté du renseignement n’arrive pas à comprendre le point fondamental selon lequel les actions de Poutine sont principalement destinées à son public national. Le principal pilier de la revendication de pouvoir de Poutine est qu’un État américain menaçant cherche à démanteler la Russie, à faire souffrir le peuple russe et à le contraindre à accepter les mariages homosexuels. La menace «démocratique libérale» est gérée par l’establishment américain (l’administration, la CIA, le FBI et George Soros). Avec sa propre réélection présidentielle dans moins d’un an, Poutine ne peut pas perdre ce récit. Les e-mails de Podesta et de DNC révèlent le ventre sombre de la politique des établissements américains et s’accordent parfaitement au récit de Poutine. Le récit russe, donc, était que Clinton gagnerait après avoir détruit les étrangers favorisés par le peuple, tels que Bernie Sanders et Donald Trump. L’élection de Trump va à l’encontre du scénario de Poutine. Il a élevé la cote de favorabilité de l’Amérique et, pire, a montré qu’en Amérique,on sait faire les choses.

À emporter: nos spécialistes du renseignement ne peuvent absolument pas regarder dans la tête de Poutine. Ils semblent ne pas comprendre comment Poutine dirige la Russie. Affirmer que ses actions étaient motivées à élire Trump – un facteur inconnu – n’est pas conforme à ce que nous savons du mode de fonctionnement de Poutine.

Les supposés relations nauséabondes entre Trump et Poutine jouent 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 dans les médias américains, malgré l’absence de toute preuve tangible que Trump et Poutine se soient coordonnés pour « voler » l’élection d’Hillary, comme s’ils le pouvaient. L’hystérie médiatique, à son insu, fait le jeu de Poutine et lui donne un avantage précieux sur les États-Unis. Connaissant Poutine, il attendra le bon moment pour dire sans fournir aucune preuve: «Bien sûr, il a été décidé que j’aiderais M. Trump à gagner. C’est un homme bon et je savais qu’il ferait un travail bien meilleur que Hillary. J’ai fait cela pour aider nos deux pays. « Les journalistes russes spéculent déjà sur les mots qu’il utilisera.

Grâce à notre politique, Poutine a le pouvoir de plonger les États-Unis dans une crise constitutionnelle. Merci,la  classe politique! Rappelez-vous ces paroles lorsque Poutine tire ce lapin de son chapeau.

 

 

 

 

 

 

 

 

Angela Merkel serait-elle en train de briser l’UE?

Loin d’être la sauveuse de l’Europe, la chancelière allemande la détruit progressivement, lit-on dans un article de Politico. Saura-t-elle gagner la bataille en défendant sa politique migratoire?

La chancelière allemande Angela Merkel n’est pas du tout une «sauveuse de l’Europe», comme elle est présentée par une partie des politiques occidentaux, affirme Politico.

La réponse d’Angela Merkel à la crise des réfugiés en Europe lui a valu dans le monde entier une réputation de «Jeanne d’Arc des temps modernes», de défenseur audacieux des idéaux occidentaux contre une attaque populiste. Mais en réalité, la destruction de l’Union européenne est la conséquence de sa politique migratoire, sans qu’elle ne prête attention, estime l’auteur de l’article.

«Au-delà des préoccupations nationales, de plus en plus d’anciens alliés de Merkel posent une question encore considérée comme sacrilège dans une grande partie de l’establishment allemand: déchire-t-elle l’Europe?», lit-on dans l’article. «Chère Angela Merkel, après presque 13 ans en tant que chancelière, la seule chose qu’il vous reste en Europe, c’est l’animosité, a déclaré Malte Pieper, correspondant de la radio allemande ARD, dans un commentaire. Toutes les réunions des derniers mois l’ont illustrée. Aidez-nous à arrêter définitivement l’Europe qui vire vers la division au lieu de l’unité! Faites place à la chancellerie à un successeur».

Cette déclaration a soulevé une vague de réactions à Berlin, note Politico. Les élites politiques allemandes nourrissent des craintes sérieuses: les institutions démocratiques allemandes ne sont pas aujourd’hui assez fortes pour préserver l’Europe, seule Angela Merkel le peut. La chancelière devrait donc l’emporter dans toutes les confrontations. Car personne ne veut être blâmé pour avoir «détruit l’Europe».

Mais si la crise de la zone euro avait «fissuré» le continent, le problème des réfugiés a laissé un «gouffre», selon le média. Car cette fois-ci, l’Allemagne n’offrait pas d’aide, mais elle en demandait. Et la réponse d’une grande partie du reste de l’Europe a été clairement «Non».

Même si Merkel «gagne la bataille» à Bruxelles, la guerre concernant sa politique migratoire, et par extension son avenir politique, continuera certainement de faire rage, conclut l’auteur.

Le quotidien allemand Bild a publié un article consacré à la récente rencontre entre la chancelière allemande Angela Merkel et Vladimir Poutine qui s’est déroulée dans la résidence du Président russe à Sotchi.

Selon l’auteur de l’article, le dirigeant russe «a clairement montré à Mme Merkel qui est le maître non seulement dans la résidence présidentielle mais aussi sur la scène internationale».

Ainsi, le média rappelle que la veille de la rencontre avec la chancelière allemande, Vladimir Poutine avait rencontré le dirigeant syrien Bachar el-Assad, accusé par Angela Merkel de «massacres de masse».

Précédemment, M. Poutine avait inauguré le pont de Crimée reliant la Russie continentale à la Crimée, ce qui avait été critiqué par le gouvernement allemand, poursuit l’auteur.

Malgré tout cela, quatre semaines avant le Mondial 2018, Angela Merkel «reste assise chez Poutine à Sotchi».

«L’hôte du Kremlin pourrait difficilement être encore plus satisfait», résume le quotidien.

En déplacement en Russie, Angela Merkel a été accueillie dans la résidence du Président russe à Sotchi. Il s’agit de la première rencontre entre le chef de l’État russe et la chancelière allemande depuis que ceux-ci ont entamé leur quatrième mandat.

À l’issue de cette rencontre, Vladimir Poutine a affirmé que la conversation avec Mme Merkel avait été riche et opportune tandis que la chancelière allemande a souligné que les bonnes relations avec Moscou font partie des intérêts stratégiques allemands.


EN COMPLÉMENT…ET EN CONCLUSION

«Le temps où l’on pouvait tout simplement compter sur les États-Unis pour nous protéger est révolu», a estimé Angela Merkel, appelant les pays d’Europe à «prendre leur destin en main».

La chancelière allemande a estimé jeudi que l’Europe ne pouvait plus compter sur les États-Unis pour la «protéger» en toute circonstance.

«Le temps où l’on pouvait tout simplement compter sur les États-Unis pour nous protéger est révolu», a déclaré Angela Merkel lors d’une cérémonie en présence d’Emmanuel Macron.

«L’Europe doit prendre son destin en main elle-même, c’est notre défi pour l’avenir», a-t-elle ajouté.

Les propos d’Angela Merkel font écho à la récente déclaration du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, qui a indiqué que les États-Unis, comme acteur international, ont perdu leur vigueur, et à cause de cela, leur influence à long terme».

Donald Trump a annoncé,en mai 2018, qu’il retirait son pays de l’accord signé à Vienne en juillet 2015, provoquant une vive réaction parmi ses alliés européens.

Washington a promis de rétablir l’intégralité des sanctions levées, mais a aussi annoncé la mise en place de sanctions encore plus sévères.

En fait,les états unis utilisent l’Europe pour se protéger, contre les guerres qu’ils ont provoqué.

Je ne crois pas un seul instant aux déclarations de la paysanne Merkel et encore moins celle de Trump .La doctrine des néocabalistes américains qui s’inspire de celle de Paul Wolfowitz et de Zbigniew Brzeziński est justement d’éviter que les casques à pointes décident de faire cavaliers seuls et surtout qu’ils opèrent un rapprochement avec la Russie.

L’Euro était un rampart à la dédolarisation. Or, l’Euro et le Dollar, tout comme la Livre Sterling et le Yen, vont tous connaitre un réajustement monétaire qui va  faire passer les pays riches d’Europe … à pays tout juste développés. L’empire américano sioniste s’effondre, uniquement parce que ces gens sont des irresponsables et des criminels compulsifs qui ne vivent jamais que du pillage, du mensonge, de la tromperie et du non respect des règles qu’ils imposent pourtant à tous les autres pays de la Terre. Le seul moyen de nous en sortir, c’est de se retrousser les manches, et de profiter de la mise à niveau de tous les pays que l’on pillait jusqu’à maintenant. Et les USA n’en profiteront probablement jamais…parce qu’ils devront affronter la pire crise économique de l’histoire humaine quand ils devront réhausser le plafond ,déjà trop haut,de leur dette nationale !

L’instant décisif  pour lancer la Seconde Révolution américaine est arrivé!

 

Sources diverses dont : SpoutnikNews,Politico,Bild,etc