COVID-19: confinement, la planète Terre n’aura jamais été aussi silencieuse

Moins de circulation routière, pas de rassemblements publics et presque aucun chantier de construction… La Terre n’aura jamais été aussi silencieuse que depuis le début du confinement planétaire. La réduction du bruit permet aux sismologues d’enregistrer des tremblements de terre de faible magnitude qu’ils n’auraient pas pu détecter en temps normal.

Depuis la mi-mars, alors que la moitié de l’humanité est enfermée chez elle, le silence s’est installé dans les grandes villes du monde.

Les rues sont quasiment désertes. Les déplacements incessants des voitures, des autobus et des trains ont diminué. Il n’y a presque plus d’avions dans les airs. Le ralentissement de toutes ces activités humaines a provoqué une réduction du bruit sismique.

Au Canada, les sismologues notent que le bruit a diminué de 33 % à Ottawa, de 40 % à Montréal, de 60 % à Calgary et de près de 20 % à Victoria, entre le 3 mars le 14 avril. Une accalmie étalée sur une si longue période, disent-ils, c’est du jamais vu!

Les sismologues de Ressources naturelles Canada (RNCan) tentent de tirer le meilleur profit de cette grande « pause » mondiale. Ce moment de tranquillité est une occasion unique de faire avancer leurs recherches sur les tremblements de terre.

«La réduction du bruit sismique ne signifie pas qu’il y a plus de tremblements de terre», nuance avec précaution Claire Perry, sismologue à RNCan. «C’est juste qu’avec cette réduction de bruit sismique, on est capable d’enregistrer des séismes plus petits qui ne sont normalement pas ressentis par les gens autour.»

Des villes plus tranquilles

Le bruit sismique est habituellement plus élevé dans les zones urbaines. Il parasite les mesures des capteurs sismiques de RNCan situés dans les grandes villes et ne leur permet pas de détecter des tremblements de terre de magnitude en dessous de 2.

Mais depuis le confinement, « nous avons enregistré de 3 à 30 fois plus de petits tremblements de terre dans les régions urbaines», indique Mme Perry.

Ces enregistrements supplémentaires permettront aux sismologues de cartographier les failles et d’identifier les zones à risque méconnues jusqu’ici. Le Code national du bâtiment du Canada pourra être modifié et amélioré grâce à ces informations.

À plus long terme, explique la sismologue, nos recherches de tous les jours informeront les ingénieurs sur comment construire des bâtiments dans différentes régions [à risque].

Course contre la montre

Les mesures de confinement étant appelées à disparaître progressivement, les sismologues sont engagés dans une course contre la montre pour profiter de ce silence imposé.

Contrairement au sentiment partagé par la population en général, le confinement ne sera jamais assez long aux yeux de ces scientifiques.

«Juste un mois ou deux d’[isolement], ça ne nous permettra pas d’avoir une grande, grande base de données sur des séismes de petites magnitudes, mais ça va aider quand même», juge Mme Perry.

 

 

LA FAILLE DE NEW MADRID ,une épée de Damoclès

La carte  d'inondation  des terres ...selon HAARP et la Marine Américaine.
La carte d’inondation des terres …selon HAARP et la Marine Américaine.

 

 

 

Que se passe-t-il actuellement sur cette planète et plus particulièrement aux Etats-Unis ?

Des milliers d’oiseaux tombent du ciel, morts ! Des dizaines de milliers de poissons échouent sur les rives, morts ! Des tremblements de terre font leur apparition dans des endroits inattendus.
Il s’avère que la faille de New Madrid est en train de se réveiller. Cette faille est six fois plus grande que celle de Saint-Andreas en Californie. Elle s’étend sur l’Illinois, l’Indiana, le Missouri, l’Arkansas, le Kentucky, le Tennessee et le Mississippi.   
Le plus importants tremblements de terre des l’histoire des États-Unis ont été causés par la faille de New Madrid. 
Or maintenant il est à craindre qu’elle ne se réactive pour devenir plus meurtrière qu’elle ne le fut déjà.  
En effet, il y a 200 ans en 1811 et 1812, il y eut quatre tremblements de terre presque consécutifs dans la zone de la faille d’une magnitude de 7 à 8. Ces séismes créèrent de profondes fissures qui affectèrent le cours du Mississippi et furent ressenties jusqu’à Boston. 
Le tremblement de terre le plus récent qui frappa la région fut celui de Dale en Illinois en 1968.        
Si un tremblement tel qu’il est annoncé devait se produire aujourd’hui, des villes comme St-Louis, Missouri et Memphis, Tennessee seraient totalement détruites.
Malheureusement, il n’y aucune exagération.
Et la BP pour British Petroleum pourrait avoir suscité ce regain d’activité sismique. 
Jack M. Reed, géologue-géophysicien retraité de chez Texaco, a étudié de très près la géologie du Golfe du Mexique depuis plus de 40 ans. Reed est convaincu que le Golfe du Mexique est actuellement tectoniquement actif, et qu’il est à l’origine de la plupart des activités sismiques le long de la faille de New Madrid. Selon Reed, il y a des preuves substantielles que la zone de la faille de New Madrid est directement liée à des « tectoniques profondément enfouies »dans le golfe du Mexique ….
BP aurait pu créer des dommages en forant dans la zone du Golfe du Mexique… 1
Les grands groupes pétroliers vont-ils déclencher le Mega tremblement de terre de New Madrid? 2
EN SOUVENIR DE L’ACCIDENT « PROVOQUÉ » DE DEEPWATER HORIZON
En avril 2010:le terrible "accident" de la plateforme de forage en mer Deepwater Horizon.
En avril 2010:le terrible « accident » de la plateforme de forage en mer Deepwater Horizon.
Quelque chose de vraiment louche, comme d’habitude, se passe dans l’industrie pétrolière. Et ça concerne encore le Golfe.
Plusieurs journaux ont récemment annoncé que BP était autorisé à reprendre ses forages et commencerait même de nouveaux puits dans la région explosive du Macondo où la dernière catastrophe s’est produite.
Oui, folle cupidité des entreprises à tout le moins.
On nous rapportait  le 4 avril 2011 :
 
 

Le géant pétrolier BP planifie de redémarrer un forage en eau profonde dans le Golfe du Mexique cet été tout juste un an après l’explosion du Deepwater Horizon qui a engendré la pire marée noire de l’histoire.

Le groupe espère commencer à travailler sur 10 puits dans le Golfe après avoir obtenu l’autorisation par les autorités américaines de poursuivre le travail interrompu au moment du moratoire de forage imposé après la marée noire.
La décision a de quoi susciter la colère du public, venant tout juste un an après la marée noire dévastatrice, qui a eu lieu quand un puits BP a explosé, tuant 11 travailleurs et provoquant une crise de l’environnement.
Fort démenti
Cette autorisation est rapportée avoir été donnée par un certain juge mais a été par la suite niée catégoriquement, et les articles sur cette autorisation semblent avoir été soigneusement effacés du net.

Voici le démenti officiel.

Le Département de l’Intérieur américain a rejeté lundi les rapports des médias comme quoi BP était en route pour un accord de reprise de forage en eau profonde dans le Golfe du Mexique, un an après la pire marée noire de l’histoire américaine. Les médias britanniques ont dit que BP était en pourparlers avec le gouvernement américain pour redémarrer des forages sur des puits moins d’un an après l’explosion du puits Macondo Deepwater Horizon.
Ne vous inquiétez pas, ils vont obtenir leur permission. Il s’agit de «tâter le terrain» pour ainsi dire.

Le fait est que c’est déjà en cours
Chaque jour des millions de gallons de pétrole sont extraits du golfe et du bassin du Mississippi, sur le chemin menant au cœur de la ligne de faille de New Madrid qui part de l’Arkansas en remontant vers l’Illinois et l’Indiana.
Non seulement on y extrait du pétrole et du gaz naturel, mais de l’eau chimiquée est injectée dans les strates rocheuses pour libérer plus de pétrole et de gaz naturel par un procédé appelé fracturation (« fracking ») :
La fracturation hydraulique (appelée « fracking, »ou « Hydrofracking ») est un procédé qui aboutit à la création de fractures dans les roches. La fracture se fait à partir d’un puits foré dans des poches de formations rocheuses afin d’augmenter le rendement et une récupération maximum de pétrole et de gaz naturel.
Les fractures hydraulique peuvent être naturelles ou artificielles et se propagent par la pression interne du fluide qui ouvre la fracture et l’amène à s’étendre à travers la roche. Les fractures hydrauliques naturelles, ce sont les fosses volcaniques, les sillons et les fracturations par l’action de la glace en temps de gel. Les fractures causées par l’homme par ‘injection de fluide sont démarrées en profondeur dans un puits de forage et élargies dans des formations ciblées. L’écartement de la fracture est généralement entretenue après injection par l’introduction d’un agent de soutènement dans le liquide injecté. L’agent de soutènement est un matériau à base de grains de sable, de céramique ou d’autres particules, qui empêchent les fractures de se refermer lorsque l’injection est stoppée. 
La carte des séismes en relation avec le fracking,en Amérique.
La carte des séismes en relation avec le fracking,en Amérique.
L’industrie pétrolière est un parasite qui détruit la terre comme le feraient des moustiques géants, qui suce son sang tout en injectant un liquide infecté à la place. Oui, l’«invasion» est en marche et depuis longtemps.

 
Des groupes environnementaux ont protesté contre cet horrible empoisonnement de la nappe phréatique, mais en vain. Voilà le résultat quand un grand pétrolier est impliqué – tout le monde se fait acheter;

Sous la minime supervision du gouvernement fédéral, une myriade de produits chimiques est injectée dans le sol au nom de l’exploration énergétique de l’Ouest. Parmi ces produits chimiques, les biocides sont considérés comme présentant une menace grave pour la santé publique et l’environnement.

 
La fracturation hydraulique, connue sous le nom de « fracking» ou «frac’ing » pour faire court, est le procédé qu’environ 90 pour cent des puits de pétrole et de gaz aux États-Unis subissent pour faciliter l’extraction. Les biocides sont utilisés pour tuer les microorganismes qui peuvent interférer avec d’autres fluides et des méthodes sont utilisées pour stimuler l’extraction, et empêcher la corrosion des tuyaux.
 
En 2005, l’industrie pétrolière et gazière a obtenu une exemption sur la  »Loi sur la salubrité de l’eau potable », ce qui permet l’injection de fluides toxiques directement dans les eaux souterraines sans supervision par l’US Environmental Protection Agency (EPA). Avant l’adoption de cette politique, l’EPA a mené une étude qui conclut que le fracking constitue une menace minime pour les sources souterraines d’eau potable et ne détermine pas de justifier une étude plus approfondie; l’étude a soulevé des critiques tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’agence. Malgré l’inquiétude des professionnels de la santé publique et des propriétaires fonciers qui ont été victimes eux-mêmes de l’eau contaminée (lire l’histoire de Laura Amos), l’agence a continué à exiger une réglementation minimale de l’industrie. 
Un peu difficile à imaginer?
Pas quand on sait qui sont les contrôleurs et comment ils sont dirigés. Nous parlons non seulement de gens mauvais, cupides, mais dont les intentions de pas mal d’entre eux sont sérieusement maléfiques. Pas tous, car plusieurs sont autant de dupes prêts à prendre le train en route.
 
Avoir une connaissance préalable des effets potentiels sur la vie humaine et la santé de notre planète et faire quand même pression sur les organismes gouvernementaux pour qu’ils se conforment à leurs désirs, il faut plus que de la cupidité. Et les sous-fifres n’ont qu’à suivre.

Comment le séisme pourrait être déclenché
La ligne de faille de New Madrid est répertoriée dans la zone rouge ci-dessous, mais on suppose qu’elle s’étend plus loin vers le Golfe du Mexique. Il y a eu des séismes graves dans le passé, le plus récent dans l’histoire en cours fut d’une magnitude de 7 et 8 en 1811-1812.
Les tremblements de terre de New Madrid en 1811-1812 furent des séismes intenses au niveau des plaques et ont débuté par deux forts séismes le 16 décembre 1811. Ces tremblements de terre restent les plus puissants qui aient jamais frappé l’est des États-Unis. Ces événements, ainsi que la zone sismique où ils se sont produits, ont été nommés en rapport avec la ville de New Madrid sur le Mississippi, territoire de la Louisiane, actuellement le Missouri.
 
On estime que les tremblements de terre ont été ressentis fortement sur environ 130.000 kilomètres carrés, et modérément sur près de 3 millions de kilomètres carrés. Le tremblement de terre historique de 1906 à San Francisco, par comparaison, n’a été modérément ressenti que sur ​​environ 16.000 kilomètres carrés.
La carte suivante indique la gamme des effets mentionnés ci-dessus en comparaison avec le séisme de Los Angeles en 1994.
Le grand séïsme de Charleston en 1895.
Le grand séïsme de Charleston en 1895.

 

Vachement grave. Cela provient de la nature de la roche sous cette région qui transmet l’énergie plus efficacement que dans la région de Los Angeles et en Californie.
 
Le fracking cause des tremblements de terre
En vidant de vastes cavités et en découpant le sous-sol, on peut s’attendre à obtenir des répercussions. Surtout si c’est juste le long d’une ligne de faille connue.
Les habitants préoccupés qui résident juste sur la ligne de faille de New Madrid en Arkansas savent exactement ce que fait le « fracking » et avaient ceci à dire juste quelques semaines auparavant:
Nouvelles: Les tremblements de terre dans l’Arkansas à Greenbrier augmentent au même rythme que les forages de gaz naturel et le fracking!

 

L'Arkansas est face  directement à la faille de New Madrid.
L’Arkansas fait  face directement à la faille de New Madrid.

 

Les gens dans la région de Greenbrier en Arkansas sont certains d’une chose: que le forage et le fracking ont augmenté dans leur région tout comme les tremblements de terre. Un résident de Greenbrier, Dirk Deturck, vit sur une crête montagneuse entre Guy et Greenbrier. Il regardait les plates-formes. Dès qu’ils ont augmenté les forages et le fracking à côté de Greenbrier, les tremblements de terre à Greenbrier ont commencé à augmenter en intensité et en fréquence.  »On les sent vraiment différemment maintenant. » a dit Deturck. Il a décrit la sensation comme des vagues roulant par en dessous et quand ça frappe, ça sonne comme un «boom».
 

Il croit que le puits d’injection a beaucoup à voir avec les tremblements de terre, mais dénonce l’ensemble des activités y compris les stations de fracking et des compresseurs. Au cours de la tempête de neige, Deturk a remarqué que toutes les activités gazières se sont arrêtées: pas de marche des compresseurs, pas de perçage, pas de fracking et aucune injection. Devinez quoi? Il a dit qu’il a examiné les données USGS et qu’il n’y avait pas de tremblements de terre dans les trois jours suivant la neige.

 
Il a également remarqué un essaim de petits tremblements de terre du côté Tennessee de la rivière Mississippi le même jour que d’autres plus importants à Greenbrier. Il craint que la production de gaz puisse déclencher un «big one» éventuellement situé au large de la faille de New Madrid. Nous avons eu de nombreuses assurances d’experts de AGS que cela ne se produira probablement jamais, mais ils nous disent toujours de faire des plans pour une préparation d’urgence. Intéressant.
La théorie de Jack Reed.
La théorie de Jack Reed.

 

 

La connexion entre le Golfe et la ligne de faille de New Madrid

Voici la théorie de  Jack Reed

 
Jack Reed est un géologue-géophysicien à la retraite de Texaco qui n’accepte pas l’opinion largement répandue en ce qui concerne les lignes de faille de New Madrid ou un  »golfe passif ».
 
Pas étonnant qu’il soit une des rares voix. Aujourd’hui, la science est faite pour coller aux besoins des entreprises et de la politique, et non l’inverse.
Selon lui, le golfe a été et est tectoniquement actif – et il est l’origine probable non seulement de l’activité sismique de New Madrid mais aussi des zones sismiques de Middleton Place-Summerville près de Charleston, en Caroline du sud (août 2010)
 
« Pendant toutes les années où j’ai travaillé dans le bassin du golfe du Mexique j’ai été forcé d’accepter la théorie du golfe «passif», qui soutient que le seul mouvement dans le bassin est l’empilement sédimentaire en amont qui déplaçait les sels vers le sud, a dit Reed. « Mais il y a peu de preuves à l’appui de cette théorie, et cela ne correspond pas à ce qui est observé géologiquement ou géophysiquement. »
 
 »Toute cette zone à travers les États-Unis souffre d’un certain type d’activité tectonique que je crois être liée à la tectonique profondément enfouie dans le golfe du Mexique « 
Et ils veulent continuer à forer là-bas? Oui.

Le renflement de méthane apparu suite à l’explosion du Deepwater Horizon est en ligne directe avec la faille de New Madrid. Et vous pensez qu’ils ne savent pas ce qu’ils font? Vachement dur à croire. À tout le moins c’est de l’irresponsabilité criminelle.
 
Et maintenant, le « Grand Central US shakeout »? (exercice d’entraînement aux tremblements de terre, voir ICI) 3

header_03

 

Donc pendant que le forage se poursuit les responsables se préparent à des exercices de sauvetage au cas où. Allez comprendre.
 
Ils ont même un site web. Surréaliste.

Deux des exercices de préparation aux séismes dans l’Indiana, le  »Grand Central US Shakeout » prévu pour le 19 avril, et un programme de formation en mai pour les organismes de gestion et de solutions aux urgences reçoivent un intérêt accru après le séisme dévastateur au Japon.

Les habitants de l’Indiana ont de bonnes raisons de se préparer. Les experts disent que ce n’est qu’une question non pas de si mais de quand l’Indiana sera secoué par un tremblement de terre majeur sur la zone sismique de New Madrid ou de la New Wabash Valley.
Le CUSEC (consortium central pour les séismes US) a déclaré: «La probabilité d’un séisme de magnitude 6 ou plus dans le centre des États-Unis est assez importante dans un proche avenir, avec une chance de 25 à 40 pour cent de se produire dans n’importe quelle période d’ici 50 ans. Un séisme d’une magnitude de 7 à 8, a prévenu le consortium, « pourrait entraîner de grandes pertes en vies humaines et des dégâts matériels en milliards de dollars. »
Et les forages se poursuivent..

Et bientôt de nouveau dans la zone volcanique du Macondo.
(Fin de l’article) 

Avant de continuer voici une capture d’écran du fameux site CUSEC

CUSEC

 

CONCLUSION 
Vous devez savoir que ce sont les Juifs sionistes qui sont à la tête de cette monstrueuse stratégie.

Ils veulent détruire l’humanité pour la simple raison qu’ils ne sont là que pour ça. C’est leur mission et leur seule raison d’être sur Terre.
Encore une fois, je répète TOUT dans TOUS LES DOMAINES A ÉTÉ INVERSÉ. 
VOUS DEVEZ PRENDRE CONSCIENCE QUE TOUT CE QUI ARRIVE SUR TERRE ACTUELLEMENT EST COMMANDITÉ PAR LES JUIFS SIONISTES ,ALLIÉS AUX ILLUMINATI DONT EN TÊTE DE LISTE LES ROTSCHILD ET LES ROCKEFELLER DONT JE VOUS DONNERAI  LES PREUVES DE LEUR JUDAICITÉ DANS UN PROCHAIN ARTICLE  SUR MONSANTO.   
Je ne sais pas si HAARP est impliqué dans la catastrophe du Japon (tsunami du 11 mars 2011) , mais la chose que je sais, c’est que les Juifs détestent le Japon.  
Par contre, HAARP était bien impliqué pour Haiti. Et je peux également vous dire que les sociétés de sécurité israéliennes contrôlent désormais plus de 70% des prisons et des systèmes électroniques et nucléaires de l’armée américaine.    

Références 

 1- http://endoftheamericandream.com/archives/is-the-new-madrid-fault-earthquake-zone-coming-to-life
 2 –Traduction Hélios pour le site: http://bistrobarblog.blogspot.com/ que j’ai trouvé sur  
Article original : http://www.naturalmedicine.com/blogs/wondering/2011/04/13/will-big-oil-trigger-the-new-madrid-megaquake/
3- http://www.vaticanassassins.org/2011/04/plotted-flooding-of-the-united-states-according-to-the-us-department-of-the-navy/

 

Volcan El Hiero: forte remontée du magma et une éruption est attendue

Remontée importante du magma en profondeur.
Remontée importante du magma en profondeur.

El Hierro volcan ( Îles Canaries, Espagne ) : forte inflation et tremblements -signes  précurseurs possibles à une nouvelle éruption
Jeudi 26 décembre 2013 18:50 PM | PAR : T

12aa9e6ab9GPS mesurées sur la déformation à El Hierro ( IGN )
Bien que les tremblements de terre ont largement cessé pour le moment , l’île connaît une inflation rapide et continue tremblement harmonique , les deux signes qu’une éruption pourrait être imminente .
L’ inflation dans la partie SE près de El Pinar et La Restinga a atteint près de 10 cm en seulement quelques jours maintenant .
Au lieu de nouveaux tremblements de terre , tremblement harmonique ( vibrations du sol à basse fréquence régulière ) est apparu il ya deux jours et depuis lors été en augmentant progressivement . Ces deux observations , ainsi que des tremblements de terre longue période simples dans les derniers jours , sont des indicateurs de magma se déplaçant dans le système de pressurisation et il .
Cela signifie que le scénario d’une nouvelle éruption est devenu de plus en plus probable. Il est impossible de dire si et quand une nouvelle éruption va se produire, mais cela pourrait arriver rapidement à tout moment. Il pourrait sans doute commencer par une série de tremblements de terre forts pour ouvrir un conduit . Sur la base des tendances d’inflation et de  tremblement de terre , la zone la plus probable serait près de l’évent 2011 près de La Restinga , peut-être même sur la terre. Dans ce cas , La Restinga serait le village le plus à risque .
Les valeurs d’émission de gaz précédemment détectés très élevées de radon suggèrent également la présence de nouveau magma et pose un risque pour la santé en particulier dans les chambres basses des bâtiments fermés en particulier dans le sud de El Hierro .

Voici le lien vers la webcam de El Hiero: http://www.volcanodiscovery.com/el-hierro/webcam.html

Éruption imminente du supervolcan de Yellowstone

C'est de cet endroit que devrait nous  venir  les "Premiers Échos" !
C’est de cet endroit que devrait nous venir les « Premiers Échos » !

Jugez en par vous-mêmes: jusqu’au début de l’année 2013,il y eu une constante  augmentation des répliques sismiques dans la région de Yellowstone…puis une légère et relative accalmie suivie par…une augmentation du volcanisme partout sur terre.

24 novembre 2013 – ÉTATS-UNIS – Un  tremblement de terre est actuellement en cours au parc national de Yellowstone, Etats-Unis. Selon la liste des séismes de l’Université de l’Utah, une nouvelle série de tremblements de terre relativement fortes a débuté le 23 Novembre 2013. Presque tous sont situés à environ 19 km (12 miles) NNE de West Yellowstone, MT.

Les tremblements de terre les plus notables sont M 3,3 qui a frappé le 23 Novembre à 20:47 UTC (13:47 heure locale) et M 3.1 qui a frappé le 24 Novembre à 07h18 UTC (00h18 heure locale). Gardez à l’esprit que nous sommes encore 7 jours avant le nouveau rapport de mise à jour mensuelle de YVO lorsque plus de données seront disponibles.

yellowstone02

Voici la liste des séismes pf enregistrées par l’Université de l’Utah Stations sismologiques pour la dernière semaine (24 Novembre 2013, à 14:00 UTC – dernières 168 heures). Heure locale (MST ou MDT), pour l’heure UTC ajouter 7 heures. La plupart des tremblements de terre récents sont en haut de la liste. Cliquez sur le mot «carte» ou «MAP» pour voir une vue de carte. Cliquez sur un «DATE» pour obtenir des informations de texte supplémentaire. Magnitude 3 et plus les tremblements de terre sont imprimés en caractères gras.

Autre menaces: La menace des champs Phlégréens (Italie)Q

Les champs Phlégréens désignent un cratère de 13 kilomètres de large où se niche la ville de Naples. Depuis 1969, le sol dans cette région a enflé par endroits de 3,5 mètres, un signe inquiétant qui mobilise les chercheurs. S’agit-il d’une poche de gaz ou du réservoir de magma qui se remplit ? Lors des précédents pics d’activité volcanique à cet endroit, le sol s’était également élevé de plusieurs mètres. Par conséquent, les chercheurs anticipent un événement majeur, comme les deux derniers identifiés il y a 36 000 et 14 000 ans, sans pouvoir préciser si celui-ci se produira dans quelques décennies ou quelques siècles.

Pour mieux évaluer le risque, les volcanologues se préparent à sonder le cratère jusqu’à 3 kilomètres de profondeur, bien que certains redoutent que cela ne déclenche un tremblement de terre ou, pire, une éruption. L’objectif est d’atteindre le réservoir de magma sous le cratère : moins il est profond et plus il est liquide et plus les risques d’une éruption majeure sont élevés.
L’équipe des champs Phlégréens a terminé un premier test sur 500 mètres fin décembre 2012 sans incident. Et les séismologues ont fait de même dans la caldeira de Long Valley (Californie), un supervolcan actif il y a 760 000 ans et considéré comme potentiellement aussi dangereux que le Yellowstone.

Un modèle montre que d’ici 460 ans à 7 200 ans, une éruption majeure a un risque sur 100 de se produire.

Quoi penser?

Mais il existe aussi de nombreux contre-exemples, y compris dans le cas du supervolcan de Yellowstone, où le sol enfle sans que cela soit suivi par une éruption. Selon la théorie actuelle, le réservoir magmatique de Yellowstone est alimenté par un panache de roches chaudes provenant du manteau terrestre. Lorsque la quantité de magma qui afflue dans la chambre augmente, le réservoir se gonfle comme un poumon et la surface s’élève. Lors du soulèvement des dernières années, les modèles indiquent que le réservoir s’est rempli d’environ 1 million de mètres cube de magma par an. Lorsque cet afflux ralentit, en théorie, le magma se déplace horizontalement pour se solidifier en refroidissant, ce qui fait redescendre le niveau de la surface terrestre.

« Sur la base de preuves géologiques, Yellowstone a probablement vu un cycle continu d’élévation puis de régression au cours des 15 000 dernières années, et ce cycle continuera probablement« , a déclaré Bob Smith. Les enquêtes montrent, par exemple, que la caldeira a augmenté d’environ 18 centimètres entre 1976 et 1984 avant de redescendre d’environ 14 centimètres au cours de la décennie suivante. Il ajoute « ces caldeiras ont tendance à monter et descendre, mais de temps en temps, elles créent des explosions hydrothermales, des tremblements de terre, ou des éruptions volcaniques« .

Les chercheurs estiment que 10 à 30% du magma présent sous Yellowstone est à l’état liquide, c’est donc encore insuffisant pour déclencher une éruption majeure (il en faudrait au moins 50%). Mais des poches de magma en fusion dans la chambre pourraient quand même causer des éruptions plusieurs fois plus fortes que celle de 1980 au Mont St Helens (Etat de Washington), prévient Jacob Lowenstern, qui dirige l’Observatoire de Yellowstone pour le compte de l’USGS de Menlo Park, en Californie.

REGAIN D’ACTIVITÉS 

Or, la Terre vit un regain d’activité supervolcanique : depuis 13,5 millions d’années, pas moins de 19 méga-éruptions ont produit quelque 1 000 kilomètres cubes de roche : de quoi recouvrir de plusieurs centimètres de cendres un continent entier et plonger la planète dans un « hiver nucléaire ». L’une des éruptions les plus récentes (il y a 74 000 ans), celle du Toba en Indonésie, a été si catastrophique que certains scientifiques lui attribuent la responsabilité du dernier âge de glace qui a réduit la population humaine à quelque 10 000 individus.

Les quatre systèmes supervolcaniques actifs les plus jeunes de la Terre sont le Toba, les champs Phlégréens (campi Flegrei en italien), la calderia de Yellowstone au nord-ouest des Etats Unis et la région du lac Taupo en Nouvelle Zélande. Ils sont étroitement surveillés pour détecter tous signes avant-coureurs comme des renflements de l’écorce terrestre ou une multiplication de séismes mineurs, trahissant des flux de magma. Mais nul ne sait prédire si une éruption produira un panache de vapeur ou une énorme coulée de lave. « Si quelque chose se préparait, nous serions prévenus dans les heures (ou les jours voire les mois) qui précèdent, » déclare Shan de Silva, volcanologue de l’Oregon State University à Corvallis. « Rien en revanche ne nous permet de prévoir l’ampleur d’une éruption. » ajoute t-il.

Sources:  Fabian Gehrig,

    Autres sources:

 

AUTRES ARTICLES SUR LE MÊME SUJET:

http://michelduchaine.com/2013/11/16/alerte-yellowstone-le-compte-a-rebours-de-lapocalypse-est-enclenche/

Notes et recherches sur le supervolcan de Yellowstone

Au-début de l'hiver 2012, la webcam face au Mammouth Terrace indique 44 degrés Celsius.
Le 20 octobre  2012, la webcam face au Mammouth Terrace indique 44 degrés Celsius.

Qu’est-ce qu’un super volcan ?
 
Un super- volcan est la force la plus destructrice qui puisse exister , sur cette planète. Seuls quelques-uns existent dans le monde et quand ils éclatent , ils le font avec une force …à des dizaines de milliers de fois supérieure à celle d’autres éruptions. Ils dorment pendant ​​des centaines de milliers d’années comme un vaste réservoir de magma qui  s’accumule à l’intérieur avant que finalement  ils lâchent leur force apocalyptique , capable d’effacer des  continents entiers. Ils menacent la survie de l’humanité …actuelle.

Comparaison entre diverses éruptions volcaniques.Remarquez que le mont St-Helens ressemble à un nain au côté de Yellowstone.
Comparaison entre diverses éruptions volcaniques.Remarquez que le mont St-Helens ressemble à un nain au côté de Yellowstone.

 Qu’est-il arrivé au cours de la dernière éruption d’un super volcan ?
 
La dernière éruption d’un super volcan s’était produite à  Toba , à Sumatra , il y a 75000 années . Il y avait 10.000 fois la force explosive du Mont Saint Helens et a changé pour toujours la vie sur Terre . Des milliers de kilomètres cubes de cendres ont été jetées dans l’atmosphère – , si bien qu’il  a bloqué  la lumière du soleil dans le monde entier , jusqu’à  2,500 miles au loin ,avec plus de 35 centimètres de cendres recouvrant la surface  au sol. Les températures mondiales ont chuté de 21 degrés . La pluie aurait été empoisonné par les gaz qu’il aurait viré au noir et fortement acide . L’homme a été poussé au bord de l’extinction , la population  fut décimée vers le bas jusqu’à ne représenter que  quelques milliers d’individus regroupés sur la côte orientale de l’Afrique . Les trois quarts de toutes les plantes de l’hémisphère nord ont été tuées.
 
Quelles sont les causes  des supervolcans ?
 Les super volcans diffèrent des  volcans normaux  dans de nombreuses façons. Le volcan stéréotypé est un cône imposant , mais les supervolcans se forment dans les dépressions du sol appelées  caldeiras . Quand un volcan entre en éruption normale,la  lave s’accumule graduellement dans la montagne avant de se relâcher . Pour les supervolcans, lorsque le magma se rapproche de la surface, il ne l’atteint pas , à la place il commence à remplir les réservoirs souterrains massifs,formant un immense lac de lave,sous la caldeira. Le magma fait fondre la roche à proximité pour former un magma plus très épais . Le magma est tellement visqueux que les gaz volcaniques qui déclenchent normalement une éruption ne peuvent pas passer , donc une énorme quantité de pression commence à s’accumuler ,en sous-sol. Cela continue pendant des centaines de milliers d’années jusqu’à ce qu’une éruption se produit, qui souffle là une énorme quantité de sol dans les airs, formant une nouvelle caldeira.
 
Où y a-t-il d’autres  supervolcans ?

Ce ne sont pas tous les supervolcans  qui  ont été trouvés , mais l’un des plus importants est dans le parc de Yellowstone , aux Etats-Unis . Les scientifiques à la recherche de la caldeira dans le parc ne  pouvait pas le voir parce que c’était tellement énorme – seulement lorsque les images satellitaires ont été prises à l’échelle de la caldeira,tout est  devenu évident – l’ensemble du parc , à 85 km par 45 km , est un immense réservoir de magma (chiffres de 2011…révisés  depuis à 300 km par 100 km). La paisible période de Yellowstone ( ci-dessous) pourrait bientôt exploser avec des conséquences dévastatrices .

Depuis 680,000 ans ,l'ensemble de la surface de la grande caldeira est en remontée.Depuis quelques années,la pression a considérablement augmentée et l'élévation s'accélère.
Depuis 640,000 ans ,l’ensemble de la surface de la grande caldeira est en remontée.Depuis quelques années,la pression a considérablement augmentée et l’élévation s’accélère.

 
Quand sera la prochaine éruption ?
 
Les scientifiques ont découvert que le sol de Yellowstone  montre  74cm de plus qu’il en était en 1923 – indiquant un gonflement massif sous le parc. Le réservoir se remplit de magma à un rythme alarmant . Le volcan entre en éruption avec un cycle court,telle une  horlogerie de tous les 600000 années . La dernière éruption a eu lieu il ya plus de 640.000 années – nous sommes donc  en retard pour l’anéantissement.
 
Quel serait l’effet d’une éruption ?
 
Immédiatement avant l’éruption , il y aurait de grands tremblements de terre dans la région de Yellowstone . Le terrain se gonflerait  davantage avec plus de surface   impliquée dans la remontée de la  surface  de la grande caldeira de  Yellowstone  . Un tremblement de terre allait enfin briser la couche de roche qui contient le magma  gardé sous pression- et toute la pression que la Terre peut accumuler depuis  les  dernières 640.000 années serait relâché  dans un événement cataclysmique sans précedent ,dans l’histoire de l’humanité .
 
Le magma serait projeté  à plus de 50 kilomètres dans l’atmosphère. Dans un millier de kilomètres, pratiquement toute vie serait tuée  par la chute des cendres , des coulées de lave et la force explosive pure de l’éruption. Les cendres volcaniques  formeraient un  manteau compact  de mort   jusqu’à aussi loin que l’Iowa et le golfe du Mexique . Un millier de kilomètres cubes de lave se déverserait  sur le volcan , assez pour recouvrir l’ensemble des Etats-Unis avec une épaisse couche de 5 pouces . L’explosion aurait une force de plus de  2.500 fois supérieure à celle du mont St. Helens. Ce serait le plus grand bruit entendu par l’homme depuis  75.000 ans, le temps de la dernière éruption d’un  super volcan,celui de Toba . En quelques minutes,après   l’éruption des dizaines de milliers d’êtres humains  seraient morts.

Représentation de l'éruption de Toba.
Représentation de l’éruption de Toba.

Les effets à long terme sont encore plus dévastateurs. Les milliers de kilomètres cubes de cendres qui seraient projetés  dans l’atmosphère pourraient bloquer la lumière du soleil , faisant chuter les températures mondiales . C’est ce qu’on appelle un hiver nucléaire . Comme lors de l’éruption  de Sumatra ,un pourcentage important de la vie des plantes dans le monde serait tué par la cendre et la baisse de température. En outre, la quasi-totalité de la récolte de céréales des grandes plaines disparaîtrait en quelques heures, car elle serait recouverte de cendres . Des effets similaires à travers le monde  provoqueraient  des pénuries alimentaires massives. Si les températures chutent par les 21 degrés qu’ils ont fait après l’éruption Sumatra, le supervolcan de  Yellowstone  avec sa super- éruption  deviendrait vraiment  un événement de niveau d’ extinction massive .

Autre comparaison  entre plusieurs éruptions.
Autre comparaison entre plusieurs éruptions.

 

Autres articles sur le même sujet:

http://michelduchaine.com/2013/11/16/alerte-yellowstone-le-compte-a-rebours-de-lapocalypse-est-enclenche/

 

 

 

 

L’humanité en danger: une catastrophe planétaire se prépare

Un imposant glacier équatorial en train de fondre
Un imposant glacier équatorial en train de fondre

Perchées très  hautes  dans les Andes péruviennes, des pièces de la plus grande calotte glaciaire tropicale du monde ont fondu à un rythme incroyable. Les scientifiques ont constaté que des parties importantes de la calotte glaciaire Quelccaya qui a eu plus de 1.600 années à se former ont fondu en seulement 25 ans.

La preuve devant vos yeux : la webcam installée face au Pôle Nord magnétiqu (en déplacement accéléré)
La preuve devant vos yeux : la webcam installée face au Pôle Nord magnétique (en déplacement accéléré)

Pendant ce temps,à l’autre bout du globe,au lieu de la neige et de la glace tourbillonnant dans le vent que nous pouvions apercevoir,il y a seulement un an , un lac de neige fondante (au Québec,on appelle cela de la sloche),de un à deux  pieds de profondeur clapote maintenant autour d’une webcam en poste au pôle Nord. Le lac d’eau de fonte a commencé à se former le 13 Juillet 2013 , après deux semaines de temps chaud dans le haut Arctique. Au début de Juillet, les températures étaient de 2 à 5 degrés Fahrenheit supérieur à la moyenne sur la majeure partie de l’océan Arctique, selon le Snow & Ice (Centre national de données). Les étangs d’eau de fonte germent plus facilement ,depuis quelques années ,recouvrant  la glace mince, qui représente désormais plus de la moitié de la banquise de l’Arctique. Les étangs d’eau de fonte  s’échappent  sur la surface lisse de la glace artique ,favorisant  la création d’un réseau qui emprisonne la chaleur du soleil.

Nous assistons à la disparition progressive et certaine de la glace pluriannuelle épaisse et ridée, qui a survécu plus d’une saison de gel-dégel, en ​​raison de sa surface rugueuse et irrégulière.

Juillet est le mois de fonte et d’élévation des températures  dans l’Arctique, la banquise rétrécit rapidement. Un cyclone Arctique, qui peut rivaliser avec un ouragan de grande force, est prévue pour cette semaine, ce qui contribuera à briser la glace et le niveau de circulation  de l’eau chaude de l’océan, accélérant la fonte estivale. L’Arctique a atteint un niveau record de la fonte de la  glace d’été  l’an dernier, le 16 septembre 2012, la plus petite surface de la banquise Artique  enregistrée depuis que les satellites ont commencé à surveiller la glace de l’Arctique dans les années 1970.

La  fonte rapide et inexorable  de l’Arctique est une «bombe à retardement économique» susceptible de coûter au monde capitaliste ,au moins $ 60 trillions, affirment des chercheurs qui ont commencé à calculer les conséquences financières d’un des plus rapides évolution des climats de la planète…dans toute son histoire. Une baisse record de la banquise arctique a été largement considérée comme économiquement bénéfique jusqu’à présent, par les économistes de Wall Street (à la solde du Nouvel Ordre Mondial),car elle ouvre plus  de possibilités  d’expéditions et de forages dans une région censée contenir 30 pour cent des gisements de  gaz naturel non découverts dans le monde et 13 pour cent de son pétrole non découvert. Cependant, le rôle central de l’Arctique dans la régulation des océans et du  climat signifie qu’elle est susceptible de provoquer des changements climatiques qui pourraient endommager les cultures, les propriétés des inondations et de l’infrastructure de l’épave dans le monde, selon une étude menée par des universitaires à l’université britannique de Cambridge et Université Erasmus de Rotterdam aux Pays-Bas. Ceci est susceptible d’aboutir à la création de nouveaux  coûts qui dépasseront les avantages de trois ou plusieurs fois les  ordres de grandeur des bénéfices possibles, a déclaré Chris Hope of Judge Business School de Cambridge. «Les gens calculent les avantages économiques possibles dans les milliards de dollars et nous parlons de coûts éventuels dus aux  dégâts matériels et les répercussions supplémentaires de l’ordre de dizaines de milliards de dollars », at-il dit. L’Arctique se réchauffe deux fois plus vite que le reste du monde depuis  de nombreuses années et la zone de sa banquise qui fond et se reforme après tous les étés, a diminué d’un montant presque égal à la taille du Royaume-Uni chaque année depuis 2001.
L’année dernière, la glace d’été a été ramené à son point le plus bas depuis que les observations satellites ont commencé en 1979, soulevant des inquiétudes quant à l’impact sur le climat. Les chercheurs européens ont mis l’accent sur la façon dont les eaux plus chaudes dans l’Arctique devraient accélérer le dégel du pergélisol sous la mer de Sibérie orientale  ,au nord de la Russie qui est censée contenir de vastes gisements de méthane. C’est un gaz à effet de serre environ 20 fois plus puissant que le dioxyde de carbone, même si elle ne dure pas aussi longtemps dans l’atmosphère. Il y a beaucoup de débats sur combien de temps cela peut prendre pour libérer ces dépôts de méthane, et l’impact que cela finirait par avoir. Mais certains scientifiques disent qu’il y a déjà des preuves de grands panaches de méthane s’échappant et d’autres craignent que cela pourrait se produire assez rapidement pour accélérer le réchauffement climatique et finalement accélérer d’autres changements tels que la fonte de la calotte glaciaire du Groenland, qui contient suffisamment d’eau gelée pour faire monter le niveau des mers de 7 mètres. C’est pourquoi le groupe a estimé qu’il était important d’évaluer l’impact économique éventuel de ces changements, a déclaré Peter Wadhams, professeur de physique de l’océan à Cambridge qui estime que la glace de mer dans l’Arctique pourrait complètement disparaître en été dès 2015.

Ils sont déjà en retard

Les scientifiques ne semblent pas  s’échanger les informations existantes ,car il est prouvé depuis janvier 2011 que  des milliards de tonnes métriques de glace ont fondues  sur le territoire du Groenland,

Les tremblements de terre

Les tremblements de terre contribuent au réchauffement climatique en libérant des gaz à effet de serre très puissants, dont le méthane, du fond de l’océan. Une étude menée par des scientifiques suisses et allemands a découvert une source naturelle d’émissions de gaz à effet de serre .

OceanLayers

le méthane

Les chercheurs soulignent que les climatologues doivent tenir compte de la quantité de méthane qui est libéré par  les tremblements de terre  par fracturation des  fonds océaniques  qui laissent les fuites ouvertes.

Afin de mieux comprendre les différentes sources d’émissions de GES:des chercheurs de l’Université de Brême ont découvert qu’un séisme sous-marin survenu au Pakistan, il y a 70 ans a déchiré  en laissant ouvert le lit de la mer et libérant  le gaz à effet de serre « , le méthane,« dans l’atmosphère. «Nous suggérons que cette nouvelle source  pourrait être envisager dans l’avenir », David Fischer, chercheur postdoctoral à l’Université de Brême, en Allemagne et auteur principal de l’étude, cité dans le New York Times. Les chercheurs qui ont analysé les carottes de sédiments ,se sont réunis en 2007 dans deux localités du nord de la mer d’Arabie. Désigné sous le nom de la zone de subduction du Makran, la limite de la plaque a déclenché des tremblements de terre les plus terribles et meurtrièrs comme celui qui s’est produit en 1945 au Pakistan. Un séisme de magnitude 8,0 au Pakistan a donné lieu à un tsunami provoquant  autour de 4000 morts, selon les rapports de LiveScience. Il est bien connu que les planchers de la mer sont un endroit idéal pour la formation de méthane dans  les profondeurs de l’océan et des fonds sous-marins . Les hydrates de méthane restent  froids et stables dans les basses températures et une pression excessive. La pression en dessous de la profondeur d’eau de 350 mètres  contribue à stabiliser les hydrates.
Pour la présente étude, les chercheurs ont analysé des sédiments prélevés à différents endroits où les carottes ont révélé la présence de grandes quantités de méthane. Sur le calcul du taux de méthane dans les carottes, ils ont estimé qu’il y avait eu une augmentation significative du niveau de gaz depuis le tremblement de terre de 1945. Les chercheurs ont calculé qu’au cours de la dernière décennie, près de 7,4 millions de mètres cubes de méthane s’est  échappé à la surface. « Sur la base de plusieurs indicateurs, nous avons postulé que le tremblement de terre a conduit à une fracturation des sédiments, libérant le gaz qui a été emprisonné en dessous des hydrates dans l’océan», a déclaré Fischer.

Donc lentement mais surement,nous dépasserons  facilement le point de non-retour et notre atmosphère deviendra empoisonnée ,tuant la majeure partie de toutes les formes de vie,sur Terre.Les dirigeants du Nouvel Ordre Mondial sont conscients  de cette mort et cherchent même à l’entretenir.D’ailleurs,les Bill Gates de ce monde ont déjà prévu le coup et se sont fait construire des abris de survie ,comprenant tout le confort possible pour une longue durée.

Nous,le peuple des Humains de la Terre ,sommes condamnés à rester endormis et éloignés de ces informations destinées à l’Élite .pour lui permettre de se préparer au pire  scénario qui se prépare autour de nous.

Si nous nous battons pour l’Ère Nouvelle,si nous  luttons pour abolir et chercher une alternative  naturelle au Nouvel Ordre Mondial,nous empêcherons la poursuite de la Sixième Grande Extinction Massive d’Espèces en laissant un Nouveau Paradis en Héritage aux Générations Futures.

Votons pour la Vie avec notre coeur!