Intelligence artificielle : un logiciel abat en 1 seconde le travail que des avocats font en 360.000 heures

La toute nouvelle intelligence artificielle de JPMorgan est l’employé du mois : elle peut résoudre en une seconde des arbitrages financiers qui prennent normalement quelques 360.000 heures de travail (soit une année) aux avocats de la firme. Le travail de cette machine artificielle, baptisée COIN, est d’interpréter les accords de prêts commerciaux. Et fait en prime nettement moins d’erreurs que les humains. 

 

 

On l’a vu avec AlphaGO, l’intelligence artificielle fait des progrès incroyables, et commence petit à petit à se frayer un chemin dans un nombre croissant de domaines. L’un des plus inattendus, c’est le domaine juridique. On a déjà vu des juges français s’aider d’un logiciel pour prendre de meilleures décisions. Des cabinets privés comme JPMorgan se mettent à faire un usage intensif de l’intelligence artificielle dans leur activité.

 

Intelligence artificielle : un logiciel fait en 1s le travail que des avocats font en 360.000 heures

Et au vu de leurs résultats on est tenté de leur donner raison : moins d’erreurs que les humains, un temps de traitement à la vitesse de la lumière, des personnels qui peuvent se concentrer sur des tâches moins rébarbatives, un fonctionnement en continu… JPMorgan a mis quelques 9,6 milliards de dollars dans une nouvelle équipe d’ingénieurs spécialisés dans le big data, l’intelligence artificielle, la robotique et le cloud histoire de développer ces technologies.

Et trouver de nouveaux moteurs de croissance pour garder son rang. Le but serait semble-t-il aussi d’obtenir un leadership dans les nouvelles technologies et les services financiers, en caressant l’espoir de vendre ses solutions à des clients institutionnels.

Alors que, pour le commun des mortels, l’avènement de ce type de technologie peut sembler synonyme de licenciement, une étude citée par Bloomberg réalisée sur 3.200 professionnels de la finance montre que dans ce secteur, les acteurs voient surtout le verre à moitié plein. Une vaste majorité des personnes interrogées pensent que cela va permettre d’améliorer leur carrière, par exemple en leur permettant de devenir plus efficaces.

 

 

 

 

 

Publicités

Lâchez-nous avec la valeur travail !…Article et vidéo

Diana Filipova
Diana Filipova
Lettre ouverte aux élus, dirigeants, syndicats, philosophes, économistes et tous les autres.
Par Diana Filippova, Connector OuiShare.

Voici venu le temps des contradictions. Entre les discours sur le travail que vous – élus, dirigeants, syndicats, prétendants au pouvoir – proférez et les preuves objectives, un gouffre s’est creusé. Les tâches les plus variées nous échappent chaque jour au profit des machines, et pourtant vous érigez encore l’emploi en garant de tous nos droits – santé, vieillesse, citoyenneté – et de notre bonheur.

Vous affirmez que le travail est la voie de conquête de notre liberté et de notre indépendance. Nous constatons que les conditions du travail s’améliorent uniquement pour une mince couche de super héros.

Vous expliquez que notre graal est le CDI garanti à vie, adossé à un salaire décent et à un prêt immobilier. Nous cherchons en vain autour de nous les quelques survivants de ce paradis perdu du siècle dernier.

Vous dites que le travail est la clef de notre épanouissement et du vivre-ensemble. Nous ne parvenons pas à trouver le moindre signe de bonheur dans l’enchaînement des tâches répétitives, la pression hiérarchique et l’insécurité psychologique latente.

Vous dégainez la méritocratie et le niveau de diplôme pour justifier des inégalités sur le marché du travail. Nous nous efforçons à trouver une corrélation dans nos vies et celles des autres : sans succès.

Laissez-moi vous le dire crûment : vous ressemblez de plus en plus à des professeurs de morale, qui espèrent cacher la vacuité de leur pensée par l’invocation quotidienne des grands principes de l’humanisme. Aux citoyens, aux employés, au peuple, vous n’avez d’autre vision à offrir que ce plus petit dénominateur que vous avez en commun : la valeur travail.

Une valeur morale au travail ?

Nous ne sommes ni n’avons jamais été dupes de votre rhétorique supposément éthique. Si le peuple a jamais attribué une quelconque valeur morale au travail, c’est qu’il en tirait un profit pécuniaire et des avantages bien réels.

Durant les deux siècles derniers, l’entreprise individuelle et l’emploi salarié ont été deux modalités plutôt efficaces pour franchir quelques barreaux de l’échelle sociale. Nous étions bien conscients, au fond, qu’en signant ce CDI, nous renoncions à une grande partie des fruits de notre travail, mais la promesse des protections sociales diverses et variées suffisait à dissiper nos quelques doutes.

Les femmes avaient beau se plaindre que leur travail domestique en était un et qu’il n’était toujours pas reconnu comme tel malgré sa pénibilité, la grande majorité d’entre nous en avait plutôt pour son compte et ne l’ouvrait pas trop.

L’assimilation que vous faisiez entre travail, effort et emploi salarié nous semblait bien trop rapide, certes, mais tant qu’il y avait un salaire et des perspectives de devenir soi-même boss, on n’ergotait pas trop sur vos erreurs conceptuelles.

Travailler à tout prix

Aujourd’hui, votre discours a perdu le ton enjoué du siècle dernier et s’est teinté d’intonations culpabilisantes, moralisatrices, prescriptrices. Il faut travailler à tout prix, dites-vous, car l’effort mène au salut psychologique et social tandis que l’inactivité condamne notre société à l’assistanat permanent. Vous avez d’ailleurs pris soin de créer une distinction claire entre le bon élève – celui qui travaille même lorsque sa qualification n’a rien à voir avec le poste – et l’outsider-marginal qui doit pointer à Pôle Emploi tous les mois pour percevoir son maigre pécule.

Votre voix devient rauque lorsque vous nous rappelez publiquement que nous devons purger notre dette à l’égard de la société et de l’État – dette originelle dont nous avons hérité dès notre naissance. Vous vous indignez devant les courbes qui ne fléchissent pas et signez des pactes de responsabilité qui vous fournissent une poignée d’éléments de langage exploitables pendant quelques mois. Au fond, vous vous réjouissez de savoir que faire travailler les autres coûte de moins en moins cher tandis que ces autres produisent de plus en plus.

Votre jeu est vieux comme le monde et il est si simple d’y voir clair : la moralisation du travail est – et a toujours été – le meilleur instrument de contrôle physique, psychologique et social des hommes. Vous vantez l’effort dans la tradition judéo-chrétienne : l’effort soigne la paresse, détourne des tentations et enseigne l’humilité. L’érection du plein emploi en objectif millénaire vous permet de rationaliser le déséquilibre des rapports de force entre employeur et employé, tout en fournissant un formalisme juridique à l’aliénation des moyens de production.

L’emploi à repenser

L’étendue du champ couvert par le concept « travail » est ainsi réduite à son expression la plus simpliste : l’emploi comptabilisé par les statistiques nationales. Tout le reste – de la pratique des artistes aux corvées domestiques – n’en fait pas partie puisqu’il ne rentre pas dans l’une des cases prévues par l’INSEE, Pôle Emploi ou le Bureau International du Travail.

Arrêtez votre cinéma, car nous ne croyons plus à vos discours et vous dénions toute autorité morale. Nous avons la mémoire suffisamment longue pour nous méfier de toute prescription sociale qui érige le travail – arbeit, rabota (« travail » en allemand et en russe) – en norme morale universelle. L’emploi salarié s’en est allé et nous avons tout le loisir de repenser par nous-mêmes ce que le travail signifie réellement pour nous, et comment il s’insère dans les modèles de société que nous souhaitons bâtir.

Peut-être avons-nous un seul conseil à vous donner : laissez donc tomber la morale et préoccupez-vous plutôt de l’économie. À force de lui donner tour à tour les rôles les plus variés – du déterminant culturel à l’instrument de cohésion sociale – vous avez oublié son rôle premier de facteur de production.

Or, la valeur purement économique du travail n’a jamais autant stagné, ravivant des inégalités que les sociétés occidentales n’ont pas connues depuis le début du siècle dernier. Aujourd’hui, nous avons besoin de vous pour définir un système satisfaisant de valorisation de notre production. Car si le travail n’est pas notre seul salut, il est encore notre principal gagne-pain.

Comment le communisme a fabriqué de pieux esclaves :1935 : la naissance du stakhanovisme

 

 

 

 

Alexis Stakhanov
Alexis Stakhanov

LE VIDÉO:

 

1935 : la naissance du stakhanovisme

 

 

Le 31 août 1935, le mineur Alexeï Stakhanov, extrait plus d’une centaine de tonnes de charbon d’une mine du bassin de Donbass en Ukraine, 14 fois la norme habituelle. Cette performance devient l’objet d’une campagne de propagande du régime stalinien qui cherche à relever le niveau très bas de la productivité en Union Soviétique.

Véritable « héros du travail », le mineur Alexis Stakhanov est montré par le régime soviétique comme un exemple à suivre afin que tous les travailleurs se mobilisent en faveur de l’essor industriel. L’une des principales limites du premier plan quinquennal en URSS (1928-1933) concerne l’insuffisante qualification de la main-d’oeuvre industrielle, constituant un obstacle important à la hausse des rendements et de la productivité. Dans le cadre du second plan (1933-1937), un effort important est appliqué dans ce domaine avec la création de nombreuses écoles techniques pour assurer la formation et le perfectionnement des ingénieurs et ouvriers qualifiés. Il est également décidé d’élever au rang d’exemple national des « héros du travail », qui augmentent la productivité par leurs initiatives personnelles.

Le plus célèbre de ces ouvriers novateurs est le mineur Alexis Stakhanov : dans la nuit du 30 au 31 août 1935, pendant six heures, Stakhanov abat dans une mine du Donets, à Irmino, 102 tonnes de charbon, soit 14 fois la norme. Il a eu l’idée de faire accomplir séparément et simultanément le forage pneumatique et le boisage de soutènement. Cette réussite spectaculaire connaît un écho considérable et est montrée par le régime comme un exemple à suivre. Des décorations sont décernées aux ouvriers les plus méritants, entraînant une débauche d’initiatives dans tous les secteurs. A l’image de Stakhanov pour la mine, l’industrie de la chaussure a également son « héros du travail » avec Smétanine, celle de l’automobile avec Boussyguine, le textile avec les soeurs Vinogradova.

Cette propagande en faveur du travail industriel, encourageant l’effort humain, induit indéniablement des résultats positifs au cours du second plan : la productivité du travail augmente de 82 % , soit deux fois plus qu’au cours du premier plan. Mais cette augmentation n’est pas le fait de la simple mobilisation des masses derrière les objectifs du régime et la volonté de copier les initiatives de Stakhanov et de tous les « héros du travail ». Les contraintes sur les ouvriers se renforcent en effet de manière considérable dans les entreprises : augmentation des normes et sanctions si celles-ci ne sont pas atteintes, lutte contre l’absentéisme et les retards, augmentation de la journée de travail et des horaires, emprisonnement de tout ouvrier récalcitrant, suppression de salaires pour les ouvriers inefficaces, rétablissement du livret ouvrier.

 

 

EXTRAITS DU DISCOURS HISTORIQUE DE STALINE ,EN 1935

 

Début du discours:

 

1. LA PORTEE DU MOUVEMENT STAKHANOVISTE

Camarades, on a tant et si bien parlé des stakhanovistes, ici, à cette conférence, qu’il ne me reste en somme que peu de choses à dire. Mais du moment qu’on m’a appelé à la tribune, il me faudra tout de même dire quelques mots.

On ne saurait considérer le mouvement stakhanoviste comme un mouvement ordinaire des ouvriers et des ouvrières. Le mouvement stakhanoviste, c’est un mouvement des ouvriers et des ouvrières qui inscrira dans l’histoire de notre édification socialiste une de ses pages les plus glorieuses.

Quelle est la portée du mouvement stakhanoviste ? C’est d’abord qu’il exprime un nouvel essor de l’émulation socialiste, une étape nouvelle, supérieure, de l’émulation socialiste. Pourquoi nouvelle, pourquoi supérieure ?

Parce que le mouvement stakhanoviste, lui, se distingueavantageusement, comme expression de l’émulation socialiste, de l’ancienne (étape de cette émulation. Précédemment, il y a quelque trois ans, pendant la première étape de l’émulation socialiste, celleci n’était pas nécessairement liée à la technique nouvelle. D’ailleurs, à ce moment, nous n’avions presque pas, à proprement parler, de technique nouvelle.

Tandis que l’étape actuelle de l’émulation socialiste, le mouvement stakhanoviste est, au contraire, nécessairement lié à la technique moderne. Le mouvement stakhanoviste ne serait pas concevable sans la technique nouvelle, supérieure.

Voici devant vous des gens tels que les camarades Stakhanov, Boussyguine, Smétanine, Krivonos, Pronine, les Vinogradova et beaucoup d’autres, des gens nouveaux, ouvriers et ouvrières, qui se sont rendus entièrement maîtres de la technique de leur métier, qui l’ont domptée et poussée en avant. Ces genslà, nous n’en avions pas ou presque pas, il y a quelque trois ans. Ce sont des hommesnouveaux d’une espèce particulière. Ensuite. Le mouvement stakhanoviste est un mouvement des ouvriers et des ouvrières qui s’assigne pour but de dépasser les normes techniques actuelles, de dépasser les capacités de rendement prévues, de dépasser les plans de production et balances existants. Dépasser — parce que ces normeslà sont, elles, déjà vieillies pour notre temps, pour nos hommes nouveaux.

Ce mouvement renverse l’ancienne façon de concevoir la technique, il renverse les anciennes normes techniques, les anciennes capacités de rendement prévues, les anciens plans de production, et il réclame des normes techniques, des capacités de rendement, des plans de production nouveaux, plus élevés. Il est appelé à faire une révolution dans notre industrie. C’est bien pour cela que le mouvement stakhanoviste est profondément révolutionnaire en son essence.On a déjà dit ici que le mouvement stakhanoviste, comme expression de normes techniques nouvelles, plus élevées, était un exemple de la haute productivité du travail que seul peut donner le socialisme et que ne saurait donner le capitalisme.

Cela est parfaitement exact. Pourquoi le capitalisme atil battu et vaincu le féodalisme ?

Parce qu’il a créé des normes de productivité du travail plus élevées, parce qu’il a donné à la société la possibilité de recevoir infiniment plus de produits qu’elle n’en recevait en régime féodal. Parce qu’il a fait la société plus riche. Pourquoi le socialisme peutil, doitil vaincre et vaincratil nécessairement le système d’économie capitaliste ?

Parce qu’il peut fournir des exemples de travail supérieurs, un rendement plus élevé que le système d’économie capitaliste. Parce qu’il peut donner à la société plus de produits et rendre la société plus riche que ne le peut faire le système capitaliste d’économie. D’aucuns pensent que l’on peut consolider le socialisme par une certaine égalisation matérielle des hommes, sur la base d’une vie médiocre. C’est faux.

C’est une conception petitebourgeoise du socialisme. En réalité, le socialisme ne peut vaincre que sur la base d’une haute productivité du travail, plus élevée que sous le capitalisme, sur la base d’une abondance de produits et d’objets de consommation de toute sorte,sur la base d’une vie aisée et cultivée pour tous les membres de la société.

Mais pour que le socialisme puisse atteindre ce but et faire de notre société soviétique la société la plus aisée, il faut que le pays ait une productivité du travail supérieure à celle des pays capitalistes avancés. Sinon, inutile de songer à l’abondance de produits etd’objets de consommation de toute sorte.

La portée du mouvement stakhanoviste, c’est qu’il renverse les anciennes normes techniques comme étant insuffisantes, dépasse en maintes occasions la productivité du travail des pays capitalistes avancés, et ouvre ainsi la possibilité pratique d’un renforcement sans cesse poursuivi du socialisme dans notre pays, la possibilité de faire de notre pays le pays le plus aisé.

Mais là ne se borne pas la portée du mouvement stakhanoviste. Sa portée, c’est encore qu’il prépare les conditions nécessaires pour passer du socialisme au communisme.

Le principe du socialisme est que dans la société socialiste chacun travaille selon ses capacités et reçoit les objets de consommation, non pas selon ses besoins, mais selon le travail qu’il a fourni à la société.

Cela veut dire que le niveau technique et culturel de la classe ouvrière reste peu élevé, que l’opposition entre le travail intellectuel et le travail manuel subsiste, que la productivité du travail n’est pas encore assez élevée pour assurer l’abondance des objets de consommation — ce qui fait que la société est obligée de les répartir non pas suivant les besoins des membres de la société, mais suivant le travail qu’ils ont fourni à la société.

Le communisme est un degré de développement supérieur. Le principe du communisme est que dans la société communiste chacun travaille selon ses capacités et reçoit les objets de consommation, non pas selon le travail qu’il a fourni, mais selon ses besoins d’homme cultivé.

………………………………………………………………………………………….

En conclusion

C’est une vision très proche du néolibéralisme actuel,mais avec un sens propagandiste mesuré.Devant cet vision,l’être humain ne devient qu’un outil,un instrument qui permet à l’état d’accomplir son plan.

 

Joseph Staline,celui qu'on appelait "Le Petit Père des Peuples".
Joseph Staline,celui qu’on appelait « Le Petit Père des Peuples ».

 

 

 

 

Les travailleurs dans les usines chinoises d’ iPad forcés de signer des engagements à ne pas se suicider

Les usines de fabrication très  convoitées  iPads d’Apple et iPhone en Chine obligent le personnel à signer un engagement de ne pas se suicider, une enquête a révélé.

Au moins 14 travailleurs dans les usines de Foxconn en Chine se sont suicidés au cours des 16 derniers mois en raison des conditions de travail épouvantables.

suicide I pad Chine 001
Des conditions épouvantables: Une enquête menée par deux ONG a trouvé de nouveaux travailleurs dans les usines de Foxconn en Chine sont fabriqués à signer un engagement « à ne pas se suicider».

 

 

Beaucoup d’autres sont soupçonnés d’avoir survécu à des tentatives ou d’avoir  été arrêté avant d’essayer  de se suicider  dans les usines du fournisseur d’Apple à Chengdu ou Shenzen.

Après une vague de suicides l’an dernier, les gestionnaires dans les usines  ont demandés aux  nouveaux employés de  signer des promesses qu’ils ne seraient pas tenter de se suicider, selon les chercheurs.

Et ils ont fait  promettre que s’ils le faisaient, leurs familles ne viserait le minimum légal de dommages et intérêts.

Une enquête sur les 500 000 travailleurs par le Centre de recherche sur les entreprises multinationales et des étudiants et des chercheurs contre les débordements de l’entreprise (Sacom) a constaté les conditions déplorables dans les usines.

Ils ont affirmé que:

Les heures supplémentaires excessives régnaient en maîtres , malgré une limite légale de 36 heures par mois. Une fiche de paie a montré un travailleur a fait 98 heures supplémentaires en un mois,a rapporté  l’Observer .
Pendant les périodes de pointe de  demande pour l’iPad, les travailleurs ont été faites pour prendre un seul jour de congé en  13 jours de travail suivis.
Les travailleurs effectuant mal leur boulot ont été humiliés devant des collègues.
Les travailleurs sont interdits de parler et sont tenus en silence durant tout  leurs quarts de 12 heures.

sinistre: un grillage de compensation a été mis en place travailleur extérieur dortoirs bâtiments à Chengdu et Shenzhen après une vague de suicides de l'an dernier.
sinistre: un grillage de compensation a été mis en place travailleur extérieur dortoirs bâtiments à Chengdu et Shenzhen après une vague de suicides de l’an dernier.

 

L’ « engagement ant-suicide» a été introduit après que  les sociologues ont écrit une lettre ouverte à la presse appelant à la fin des pratiques de travail restrictives.

Mais l’enquête a révélé qu’un grand nombre de travailleurs vivaient encore dans des conditions lamentables, avec une partiequi ne pouvait  seulement rentrer à la maison pour voir la famille une fois par an.

Un travailleur a déclaré au journal: «Parfois, mes colocataires pleurent quand ils arrivent dans le dortoir après une longue journée.

Elle a dit qu’ils ont été obligé de  travailler illégalement de longues heures pour un salaire journalier de base, aussi peu que £ 5,20, et que les travailleurs étaient logés dans des dortoirs de 24 personnes dans une salle.

À Chengdu, un employé  travaillant entre 60 et 80 heures supplémentaires par mois était  dans  une  situation normale, avec beaucoup de violations dans  son propre code de conduite d’Apple avec la longueur de leurs quarts de travail.

Et l’enquête a révélé que les employés ont affirmé qu’ils n’étaient pas autorisés à parler entre eux.

 

Ligne de production: L'enquête a révélé que  des quantités illégales d'heures  de travail supplémentaires sévissait et les travailleurs ont affirmé qu'ils n'étaient pas autorisés à parler durant le quart
Ligne de production: L’enquête a révélé que des quantités illégales d’heures de travail supplémentaires sévissait et les travailleurs ont affirmé qu’ils n’étaient pas autorisés à parler durant le quart.

 

Foxconn admet qu’il brise les lois des heures supplémentaires , mais réclame tous les employés effectuant des heures supplémentaires ,le faisaient sur une base volontaire .

Certains responsables, au sein de l’entreprise même,  ont accusé les travailleurs de se suicider pour garantir les paiements de grosses compensations  pour leurs familles .

Filets anti- suicide ont été mis en place autour des bâtiments dortoirs sur les conseils de psychologues .

Foxconn a déclaré qu’il avait fait face à « quelques mois très difficiles pour tout le monde associé à la famille Foxconn et la perte d’un certain nombre de collègues du à des  suicides tragiques .

Un porte-parole de Louis Woo , répondant aux allégations que le personnel ont été humiliés , a déclaré: «Ce n’est pas quelque chose que nous approuvons ou recommandons . Toutefois , je n’exclus pas que cela pourrait se produire compte tenu de la diversité de la population et de notre main-d’œuvre importante .

« Mais nous travaillons à changer les comportements ».

Il a ajouté que les employés ont été « encouragés à ne pas s’engager dans des conversations qui peuvent les distraire de l’attention nécessaire pour assurer l’exactitude et leur propre sécurité ».

Sacom dit que la compagnie a d’abord répondu à la vague de suicides en faisant appel à des moines pour exorciser les mauvais esprits .

Leontien Aarnoudse , un fonctionnaire Sacom , a dit aux gens : « Ils travaillent des heures supplémentaires excessives pour un salaire qui  peut à peine  les faire vivre et sont traités de façon inhumaine .

« Les conditions sont difficiles, et ils n’ont pas de vie sociale . Leur vie est juste  limitée à travailler  dans une usine et c’est tout . « 

La demande pour les iPads et iPhones a explosé , entraînant des objectifs difficiles pour les travailleurs dans les usines d’Apple .

Le code de fournisseur d’Apple de conduite exige que les employés soient traités avec respect et dignité , mais ses propres rapports d’audit suggèrent que les  fournisseurs en Chine peuvent ne pas répondre à ces normes .

Le fabricant mondial de produits de haute technologie a réalisé des profits de $6 milliards  au  premier trimestre de 2011,le dernier  trimestre rendu public .

La  forte demande pour les iPods et iPads dans l'ouest a alimenté  et généré les conditions de travail difficiles pour les fournisseurs de pièces en Chine
La forte demande pour les iPods et iPads dans l’ouest a alimenté et généré les conditions de travail difficiles pour les fournisseurs de pièces en Chine.

Sources:DailyMail

 

 

Article court: le 1% détient la moitié des richesses du monde

 

Un travailleur-esclave sur une mine de diamants en Afrique.
Un travailleur-esclave sur une mine de diamants en Afrique.

Les inégalités économiques se sont amplifiés rapidement dans la plupart des pays depuis le début de la crise, a dénoncé ce lundi l’ONG Oxfam dans un rapport publié à la veille de l’ouverture du Forum économique mondial de Davos.

Ainsi, près de la moitié des richesses mondiales sont aujourd’hui détenues par 1% de la population, selon l’ONG, qui rappelle que les 85 personnes les plus riches possèdent autant que la moitié la plus pauvre de la population.

Ces 1% les plus riches ont augmenté leur part de revenu dans 24 des 26 pays pour lesquels des données sont disponibles entre 1980 et 2012. Ce sont près de sept personnes sur dix qui vivent dans un pays où l’inégalité économique a augmenté au cours des 30 dernières années, rapporte Oxfam.

Ou va le travail?

« La double équation « le travail c’est la vie, et la vie c’est le travail » ne se vérifie pas. Les arrêts de travail en raison de maladies psychiques augmentent dans des proportions effrayantes, tout comme la consommation de produits psycho-pharmaceutiques permettant la préservation de la capacité de travail. Dépression et « burn out » sont désormais perçus comme des « maladies de société ». Même le suicide se métamorphose en « séries noires » dans les journaux télévisés. Une vie vouée exclusivement au travail, sans la possibilité de se réfugier dans la sphère de la reproduction – sphère dissociée et dévalorisée obéissant à une autre logique – n’est assurément pas vivable.

La conclusion s’impose :

« Être un travailleur n’a rien de glorieux. Une politique de l’emploi digne de ce nom n’aurait pas pour objectif un travail plus juste, un travail meilleur ou plus ou moins de travail, mais la fin du travail. » »

Travailleurs

 

La thèse enrichissante selon laquelle le capitalisme est déjà mort impose une question tout aussi enrichissante : que devient le travail désormais orphelin de la traditionnelle exploitation capitaliste ? La résolution à venir des crises écologique et sociale monstrueuses que nous a délibérément légué le capitalisme devra impérativement s’occuper de définir ce qui remplacera le travail dans la société nouvelle. Un travail de titans !

Dans leur ouvrage paru en 2012, « Dead Man Working » [1], Carl Cederström et Peter Fleming, entament leur analyse par un constat remarquable :

« Même ses plus ardents partisans reconnaissent que le capitalisme a rendu l’âme à un moment ou à un autre des années 1970. Tous les efforts pour le ranimer ont échoué. Pourtant bizarrement, à présent qu’il est mort, le voilà devenu […] plus puissant et plus influent que jamais. Ce livre s’intéresse à ce que signifie vivre et travailler dans un monde mort. » [2]

Ils interrogent notamment ce fait paradoxal : bien que « l’ère du travail » prend fin, la lutte pour des « jobs » toujours plus précaires et dénués de sens a toujours plus de férocité et prend des formes de plus en plus anormales. Confronté à la disparition du travail et donc avec lui de la « substance du capital » – pour reprendre le concept fondamental de Marx – le capitalisme est devenu incapable de réagir de façon ordonnée, par exemple en partageant équitablement le travail restant. Au contraire, au nom de l’avantage à conserver au sein de la concurrence exacerbée, il convient d’extraire de ceux qui ont un emploi jusqu’à la dernière parcelle de plus-value.

Bien sûr, l’exploitation du travail n’est pas nouvelle, puisqu’en son absence il n’y aurait pas même de capitalisme. Ce qui est nouveau, c’est l’abolition de la frontière entre travail et temps libre, production et reproduction :

« Le capitalisme actuel a ceci de particulier que son influence s’étend bien au-delà du bureau. Le fordisme laissait encore les week-ends et le temps libre relativement intacts. Leur rôle était de soutenir indirectement le monde du travail. Aujourd’hui, en revanche, le capital cherche à exploiter notre socialité même, dans toutes les sphères de la vie. À partir du moment où nous nous transformons tous en capital humain, on ne peut plus se contenter de dire que nous avons ou que nous effectuons un job. Nous sommes le job. Y compris lorsque la journée de travail paraît finie. » [3]

Selon Cederström et Fleming, il en résulte l’espèce des « dead men working », les morts-vivants qui travaillent, incapables de vivre vraiment et attendant une fin qui pourtant ne vient pas.

L’extension du travail à toutes les sphères de la vie est accompagnée, dans l’autre sens, de tentatives de gestion des ressources humaines « libératrice » (liberation management) visant à faire entrer la « vie » dans le travail. Ainsi, on rencontrera, jusqu’au plus pathétique, des « exercices de mise en d’équipe » (team-building exercises) s’apparentant aux anniversaires d’enfants, des invitations à être « authentique » en toutes circonstances, à prendre le lieu de travail pour sa salle de séjour, et même à libérer sa haine du capitalisme. Tout cela consiste à faire en sorte que les employés s’investissent entièrement dans leur travail et « profitent » d’autant à l’entreprise.

Seulement voilà : la double équation « le travail c’est la vie, et la vie c’est le travail » ne se vérifie pas. Les arrêts de travail en raison de maladies psychiques augmentent dans des proportions effrayantes, tout comme la consommation de produits psycho-pharmaceutiques permettant la préservation de la capacité de travail. Dépression et « burn out » sont désormais perçus comme des « maladies de société ». Même le suicide se métamorphose en « séries noires » dans les journaux télévisés. Une vie vouée exclusivement au travail, sans la possibilité de se réfugier dans la sphère de la reproduction – sphère dissociée et dévalorisée obéissant à une autre logique – n’est assurément pas vivable.

La conclusion s’impose :

« Être un travailleur n’a rien de glorieux. Une politique de l’emploi digne de ce nom n’aurait pas pour objectif un travail plus juste, un travail meilleur ou plus ou moins de travail, mais la fin du travail. » [4]

Évidemment, il faudrait alors mettre fin en même temps au « patriarcat capitaliste » : une autre gageure. Dans la société bonne restant à construire le travail aura changé de nature profonde en même temps que de nom. Des rapports sociaux et de production basés sur tout autre chose que la domination du capital sur le travail pourrait naître enfin. Le libre consentement à l’effort producteur des richesses nécessaires aura remplacé la contrainte omnipotente. Un pari sur la bonne volonté des hommes ? Certes ! Et l’humanité d’y gagner en dignité.

(Source :Yann Fiévet ,Le Grand Soir.info,Sylvain Jonathan )