Accueil

Astronomie: fantastiques photos de supernovae quadruples

Un commentaire

 

Une vue large sur le ciel nocturne de l’Observatoire Palomar en Californie révèle une toile de fond étonnante pour une image composite de la supernova iPTF15geu de type Ia. L’image la plus à gauche provient de Sloan Digital Sky Survey.L’image centrale et de droite provient du télescope spatial Hubble de la NASA / ESA et montre la lentille galaxy SDSS J210415.89-062024.7 au centre et quatre images à lentille de l’explosion de la supernova autour de la galaxie des lentilles.


Photo no 2

 

 

À 2,5 milliards d’années-lumière, galaxy SDSS J210415.89-062024.7 a servi de lentille à une supernova encore plus loin dans le cosmos. La lentille gravitationnelle a créé quatre images distinctes de l’explosion.


Photo no 3

La lumière de la supernova iPTF16geu a parcouru 4,3 milliards d’années pour se rendre à la Terre. La seule raison pour laquelle les astronomes ont vu que c’était l’avant-plan de la galaxie allumait la lumière, la grossissant de 50 fois. La lentille gravitationnelle a également provoqué la lueur de la supernova à apparaître dans quatre endroits distincts dans le ciel entourant la galaxie des lentilles.


Photo no 4

 

Sur Palomar Mountain en Californie, l’Observatoire Palomar a recueilli cette large vue sur le ciel nocturne. Une explosion de supernova dont la lumière a parcouru 4,3 milliards d’années a été découverte dans la partie inférieure centrale de l’image en raison de la lentille gravitationnelle.


Photo no 5

À l’aide de Sloan Digital Sky Survey, les astronomes ont parcouru le ciel pour les supernovae, en utilisant un télescope optique grand angle de 2,5 mètres à l’Observatoire Apache Point au Nouveau-Mexique.Le minuscule point rouge au centre gauche de l’image est l’explosion iPTF16geu.


Photo no 6

L’Observatoire de Keck à Hawaï est passé à l’action pour capturer cette vue de la supernova iPTF16geu après avoir été repéré avec le télescope spatial Hubble, un événement de lentille qui l’agrandit de 50x.


Photo no 7

 

La supernova iPTF16geu située dans une image par le télescope Palomar de 48 pouces en Californie. La première photo montre une image de la zone de l’étude du sommet de San Diego, et les images du télescope spatial Hubble révèlent une galaxie de premier plan et la supernova lointaine, dont la lumière s’est penchée autour de la galaxie pour arriver à Hubble quatre fois de plus. Une image de la supernova du télescope Keck est également incluse.


Photo no 8

Ce diagramme montre comment la supernova iPTF16geu a obtenu un coup de pouce visuel d’une galaxie qui l’entourait et du télescope spatial Hubble.La gravité de la galaxie intermédiaire a déformé la lumière provenant de la supernova, l’envoyant à Hubble divisé en quatre images et en la rendant de plus de 50 fois (50X).


Photo no 9

Les chercheurs se sont précipités pour capturer les vues de la supernova iPTF16geu avec différents télescopes lorsque la supernova a été capturée magnifiée 50 fois alors qu’une galaxie de premier plan passait entre elle et le télescope spatial Hubble.


Sources: NASA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Advertisements

Astronomie:Le mystère de l’énergie noire est remis en cause par de nouvelles mesures

Laisser un commentaire

L’existence d’une accélération de l’univers et de l’énergie noire ou sombre est remise en question dans l’étude d’une équipe de chercheurs de l’université d’Oxford (Royaume-Uni) publiée dans la revue Nature. L’énergie noire est un concept indispensable à de nombreux modèles et théories qui se basent sur l’accélération de l’expansion de l’Univers. Mais selon ces chercheurs, tout pourrait provenir d’une grossière erreur de calcul.

 

final-frontier

 

Vous connaissez probablement la matière et l’énergie noire. Ces concepts mystérieux impliquent une classe nouvelle de matière qui, de facto n’interagit que très peu avec la matière dont nous sommes faits. Compliquant depuis deux décennies la recherche d’une preuve tangible de leur existence.

Pourtant, selon les calculs, l’énergie noire représenterait 68% de la densité d’énergie totale de l’univers observable. Or quand bien même elle existerait, sa densité serait de l’ordre de 10-29g/cm3 soit bien inférieure à la densité de l’énergie classique. Selon de nombreux chercheurs, la densité de l’énergie noire, malgré sa faiblesse, est constante dans tout l’univers alors que celle de la matière classique s’amoncelle pour former des objets.

Aussi insuffisante que cela puisse paraître, cette rustine reste largement employée. Car elle permet de trouver des explications à de nombreux phénomènes : du coup, même impalpables, l’énergie (et la matière) noire doivent exister, et se comporter ainsi.

L’énergie noire ou sombre a été découverte en observant des supernovae de type 1amystere-energie-noire-ebranle-nouvelles-mesures

D’où vient cette histoire d’énergie noire ? En 1998, une série d’observations de supernovae avec de nouvelles mesures plus précises en provenance de satellites et télescopes dernière génération montrent des résultats étonnants. En pointant les instruments vers des supernovae distantes et en analysant précisément le rayonnement fossile micro-ondes consécutif (là encore en théorie) au big-bang, les chercheurs démontrent que l’univers s’étend bel et bien.

Mais sont surpris de constater, à en croire les mesures, que cette expansion semble s’accélérer.  Si l’univers était fait de matière « normale » cette expansion devrait au contraire ralentir ou au moins rester constante. La seule manière d’expliquer cela, est de partir du principe que notre savoir est encore une goutte d’eau dans un océan, et qu’il y a peut-être un nouveau type de matière et d’énergie qui explique cette expansion.

On inventé alors ce concept, cette énergie possèdant une pression suffisamment negative pour fournir l’explication. On ne parle pas de n’importe quel type de supernovae, mais du type 1a qui sont utilisées comme une sorte d’étalon par les astronomes. Elles émettent en effet peu près le même type de lumière. Et comme le spectre lumineux se décale vers le rouge avec la distance, on peut donc calculer relativement précisément leur emplacement relatif au nôtre.

Grâce à la magie des maths, et à partir de ces déviations on calcule alors les caractéristiques et l’importance de cette matière théorique d’un genre nouveau, dite « noire » ou « sombre » puisqu’on ne peut pas la détecter, mais qu’on en voit les conséquences à grande échelle.  Trop loin de nous, ces supernovae s’avèrent en effet se trouver au mauvais endroit.

Une supernova du nom de RCW 86.

Une supernova du nom de RCW 86.

Il faudrait donc non seulement que cette énergie existe mais aussi qu’elle compose près de 70% de celle présente dans tout l’univers.

Avant l’énergie noire, on pensait l’expansion de l’univers était constante ou ralentissait

Avant cette découverte surprise, on pensait déjà que l’univers était en expansion, mais celle-ci devait être constante ou en train de ralentir. L’accélération de l’expansion de l’univers a d’ailleurs valu en 2011 au trio de chercheurs Perlmutter, Riess et Schmitt le prix Nobel de physique. Comment pourrait-il en être autrement d’une découverte qui change complètement notre vision des choses ?

Or depuis, des centaines d’observations similaires ont été réalisées. Et une équipe d’Oxford emmenée par Subir Sarkar vient ajouter un gros grain de sel à cette théorie. Selon eux, les mesures des chercheurs étaient un peu trop confiantes quant à la régularité des supernovae de type 1a. Et en corrigeant les données, son équipe qui a publié ses résultats dans la prestigieuses revue Nature, mettent en doute cette accélération.

Deux autres équipes celle de Jeppe Nielsen de la Niels Bohr International Academy au Danemark et Alberto Guffanti de l’université de Turin (Italie) ont, après avoir réalisé une analyse statistique rectifiée de données en provenance de l’observation de 740 supernovae, eux aussi conclut que « les données sont toujours à peu près consistantes avec un rythme d’expansion constante » de l’univers.

En fait, Subir Sarkar et son équipe considèrent que les variations de la lumière émise entre différentes supernovae de type 1a ont été sous-estimées. Ils pensent que l’étude statistique employée auparavant est trop simpliste, et ne permettent pas de réaliser des observations suffisamment fiables.

Ces nouveaux résultats suggèrent, si l’énergie noire n’existe pas, que l’expansion est constante

Leur résultat conclut sur une déviation du modèle de l’expansion constante de l’univers de moins de 3σ ce qui est à peu près insignifiant d’un point de vue statistique. Ils expliquent : « la preuve d’une expansion en accélération reste marginale » et prônent une remise à plat du modèle. D’autres scientifiques soulignent néanmoins que cette étude ne prend pas en compte les données issues de nombreuses autres équipes indépendantes.

Roberto Trotta, de l’Imperial College de Londres cité par nos confrères de physicsworld estime par exemple que malgré « des preuves solides de l’expansion de l’univers » issue, souligne-t-il, du travail de recherche de nombreuses équipes indépendantes, « la preuve d’une accélération » issue de l’observation de « supernovae de type 1a n’est pas aussi robuste qu’on ne le pensait auparavant ».

Pierre Astier, du Laboratoire de Physique Nucléaire, cité par Science et Avenir pense quant à lui qu’il faudra bien vérifier tout ces résultats car « le concept d’énergie sombre est adossé à plusieurs autres mesures provenant de satellites cosmologiques comme Planck qui n’ont pas été prises en considération ». Sans tomber encore totalement, « les fondements de la théorie selon laquelle l’univers s’étend », ne sont tout du moins « pas très solides », conclut Subir Sarkar.

Sources:voir ce lien

Un trou noir supermassif au centre d'une galaxie.

Un trou noir supermassif au centre d’une galaxie.

 

 

 

Spectaculaire photo d’une supernova

Laisser un commentaire

Crédit photo:  Avishay Gal-Yam, Institut Weizmann des sciences. A gauche: image de la galaxie UGC 9739 du Sloan Digital Sky Survey (SDSS). Droite: Une tache bleu vif qui a marqué l'explosion d'une supernova.  Read more at http://www.iflscience.com/space/astronomers-capture-rare-wolf-rayet-star-just-hours-after-it-dramatically-explodes

Crédit photo: Avishay Gal-Yam, Institut Weizmann des sciences. A gauche: image de la galaxie UGC 9739 du Sloan Digital Sky Survey (SDSS). Droite: Une tache bleu vif qui a marqué l’explosion d’une supernova.

Pour la première fois, les scientifiques ont rassemblé des preuves directes qui montre un objet massif avec les caractéristiques d’une étoile de type Wolf-Rayet a rencontré sa disparition dans une féroce type IIb explosion de supernova. En outre, ils ont réussi à capturer l’événement seulement 6 heures après l’explosion a été lancé. Les observations ont été publiées dans Nature .

Notre Soleil peut sembler un peu bête; après tout, il représente plus de 99% de la masse totale de notre système solaire et débite un énorme 400000000000000 watts de puissance par seconde . Mais par rapport à certains grands garçons stellaires, c’est un peu d’une pensée. Un exemple d’un type massif de l’étoile est un Wolf-Rayet étoiles; ces étoiles ont des masses autour de 20 fois plus grande que notre Soleil.

On connaît peu ces étoiles parce qu’ils sont rares et souvent obscurci la vue par nos télescopes, les astronomes sont intéressés à eux, car ils fournissent des galaxies avec de grandes quantités d’éléments lourds qui finira par donner lieu à des planètes. «Nous sommes progressivement déterminer quels types d’étoiles explosent, et pourquoi, et quels types d’éléments qu’ils produisent», a déclaré Alex Filippenko , professeur d’astronomie à l’Université de Berkeley et co-auteur de l’étude. « Ces éléments sont essentiels à l’existence de la vie. Dans un sens très réel, nous sommes déterminer nos propres origines stellaires « .

Les chercheurs ont été en mesure de capturer une spectaculaire supernova Wolf-Rayet appelé 2013cu SN juste quelques heures après l’explosion a commencé grâce à l’intermédiaire collaboration Palomar Transient Factory (GIP) qui rend l’utilisation des ressources en fonction au ministère de Lawrence Berkeley National Laboratory de l’énergie des États-Unis.

«C’est la preuve irréfutable. Pour la première fois, nous pouvons pointer directement à une observation et dire que ce type de Wolf-Rayet conduit à ce genre de type IIb supernova « , a déclaré le co-auteur de l’étude Peter Nugent , tête de Computational Cosmology Centre de Berkeley Lab ( C3).

Tout au long de leur vie, les étoiles produisent de l’énergie par continuellement fusion des atomes d’hydrogène pour produire de l’hélium. Ce processus est plus rapide dans les grandes étoiles pour les empêcher de s’effondrer sous leur propre gravité. Comme étoiles supermassifs âge et commencer à manquer d’hydrogène, ils se tournent vers la fusion des éléments plus lourds comme le carbone et magnésium qui finira par provoquer le noyau se transforme en fer. Après que le noyau atteint une certaine taille de l’étoile s’effondre et libérer une énorme quantité d’énergie dans l’espace, déclenchant une onde de choc qui crache les restes de l’étoile en supernova.

Avant cette superbe explosion, quelques étoiles supermassifs va entrer dans une phase de Wolf-Rayet où les éléments lourds de base de la montée de l’étoile à la surface, déclenchant des vents stellaires qui se dépouiller de matière de l’étoile dans l’espace. C’est ce qui brouille notre vision de ces étoiles, rendant leur étude problématique.

« Quand une étoile Wolf-Rayet va supernova, l’explosion dépasse généralement le vent stellaire et toutes les informations sur l’étoile progénitrice est parti,» a déclaré Nugent . « Nous avons eu de la chance avec SN 2013cu-nous pris la supernova avant il a dépassé le vent. Peu de temps après l’étoile a explosé, il laissa échapper un flash de rayons ultraviolets de l’onde de choc qui chauffe et allumé le vent. Les conditions que nous avons observées en ce moment étaient très semblables à ce qui était là avant la supernova « .

Après les premières observations ont révélé que la star était probablement un loup-Rayet, télescopes du monde entier ont été alertés à suivre l’événement. Parce qu’il a été repéré assez tôt, les chercheurs ont été en mesure de prendre une série d’observations de la supernova qui détaillait ses spectres, ou la signature chimique, grâce à l’utilisation de la technique appelée «spectroscopie flash ». De cette information, l’équipe a pu en déduire que SN 2013cu était une supernova de type IIb en raison de la faible hydrogène et d’hélium signatures fortes qui est apparu après son refroidissement.

Selon Nugent , la découverte passionnante soulève la possibilité que certains des plus grands télescopes du monde pourrait prendre le spectre d’une étoile de Wolf-Rayet dans nos galaxies voisines, peut-être même ceux que près de 4 millions d’années-lumière. SN 2013cu se trouve un énorme 360 millions d’années-lumière.

Parallèlement à faire la lumière sur ces étoiles insaisissables, cette recherche pourrait également donner des indications sur l’origine des éléments importants tels que le carbone et l’oxygène.
 Sources: http://www.iflscience.com/space/astronomers-capture-rare-wolf-rayet-star-just-hours-after-it-dramatically-explodes#vyYx51GL3GTA6Rp3.99

 

Fantastique explosion d’une supernova surnommée « La Main de Dieu »

Laisser un commentaire

On dirait "La main de Dieu" saisissant une couronne d'épines".

On dirait « La main de Dieu » saisissant une couronne d’épines ».

 

On ne dirait pas les restes d’une étoile qui explose, mais cela ressemble presque à une main qui tend la main pour saisir, oh, disons, une couronne d’épines. On dirait  même  qu’il y a une «blessure» dans la zone du poignet de la main. Selon CARM , quand les Romains ont crucifié leurs victimes, les clous « ont été chassés par les poignets entre les radiales et  l’os  du cubitus  et pas à travers la paume  des mains parce que la paume ne pouvait pas supporter tout le poids du corps « ..

Toronto Sun – Des « scientifiques de la NASA ont surnommé un nuage qui s’est développée à partir de l’explosion d’une étoile : la main de Dieu, à cause de sa forme.

Le nuage est une nébuleuse de vent de pulsar et est alimentée par les restes de l’étoile  qui a explosé récemment.Il s’agit  du noyau dense d’une étoile qui a explosé dans une explosion de supernova. Les particules sont en interaction avec les champs magnétiques à travers le matériau, l’amenant à la lueur des rayons X.

«Le résultat est un nuage qui ressemblait à … une main ouverte, selon la NASA sur son site internet.

«Un des grands mystères de cet objet est de savoir si les particules de pulsars sont en interaction avec la matière d’une manière spécifique à la faire ressembler à une main, ou si la matière est en fait en forme de main.

Il ya un deuxième nuage rouge près des «doigts» de la main de Dieu. Les astronomes pensent le vent de pulsar  réchauffe ce nuage, le faisant rougeoyer. « 

Source :Toronto Sun.

 

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :