Lâchez-nous le référendum! Les péquistes sont exaspérants avec leur fixation sur la date du «référendum»…

 

 

Les péquistes sont exaspérants avec leur fixation sur le «référendum»…

 

 


Je me suis permis de reproduire ici,l’article  paru récemment dans le Journal de Montréal.Il est de Steve E. Fortin.

J’estime qu’il s’agit d’un des meilleurs articles écrits sur le sujet,depuis plusieurs années et qu’il peut aider  à réfléchir et finir par éveiller certains indépendantistes et nationalistes mous.

À la fin de cet article,je donnerai ma courte conclusion!

Merci de prendre le temps de lire et…de réfléchir!

Michel Duchaine


Référendum de 1995…résultat!

Imaginons quelques membres du Parti québécois qui discutent… 

Vite dans la première moitié du premier mandat.  

Euh… Nenon! Pas avant le deuxième mandat, peut-être, dans l’éventualité où les conditions gagnantes… 

Pourquoi pas plutôt dans la deuxième partie du mandat un?  

Moi: fuck le référendum.  

Et en passant, je suggérerais à ceux qui envisagent la tenue d’un autre référendum de lire le bouquin de Lawrence Martin sur Jean Chrétien intitulé Iron Man (L’homme de fer), le tome 2 surtout. Dans ce dernier, Martin avance que Jean Chrétien n’aurait tout simplement pas reconnu un «Oui» dans l’éventualité d’une victoire du camp souverainiste. 

Et le clan fédéraliste s’est bien organisé pour que cela ne se passe pas en bafouant les règles démocratiques comme si elles n’existaient pas. Au diable les dépenses et les règles en ce qui a trait à l’émission de citoyenneté.  

Fallait bien sauver le pays, comme le disait Jean Chrétien à l’époque.  

Pour ceux que ça intéresse, l’ex-éditorialiste du journal Le Droit Murray Maltais signait un texte important le 27 mars 1998 dans lequel il expliquait que le nombre de personnes «n’ayant pas qualité d’électeur» et qui ont voté au Québec est bien supérieur à l’écart qui séparait les camps du Oui et du Non:  

«Que 217 000 personnes aient pu exercer leur droit de vote sans qu’on puisse les retracer demeure fort troublant. Il se peut que certains n’aient rien à se reprocher. Affirmer que tous ont voté légalement ne relève pas de la naïveté, mais de la bêtise. Ou de la mauvaise foi. 

«On songe, bien entendu, que les résultats du dernier référendum auraient pu basculer dans l’autre sens si les autorités politiques avaient manifesté plus de rigueur dans l’exercice du droit de vote.» 

54 288 votes séparaient le Non du Oui.  

armee dans la rue
loi sur les mesures de guerre en 1970

 

Envoyer l’armée au Québec… Why not!

Si l’exercice démocratique de 1995, bâclé, spolié, peut nous apprendre quelque chose, c’est la méfiance. Ou pire, l’évitement. Ne pas avoir confiance que le fédéral respecterait les règles, que celui-ci changerait quoi que ce soit à sa manière d’aborder tout exercice, dont la finalité demeure, de son angle à lui, de «briser le pays».  

Dans un article du Globe & Mail datant de novembre 2003, la chroniqueuse Lysiane Gagnon commentait la sortie de la biographie de Lawrence Martin sur Jean Chrétien et les différentes révélations que ce livre contenait. Dont l’assertion de l’auteur que Jean Chrétien était prêt à envoyer l’armée au Québec en réaction à une victoire des indépendantistes. 

Lawrence Martin appuyait ses dires sur une entrevue formelle qu’il avait réalisée avec l’ex-ministre de la Défense du gouvernement Chrétien, David Collenette. Jean Chrétien avait démenti le tout, mais Lysiane Gagnon — son texte était intitulé My Quebec includes the army — rappelait que cette avenue avait bel et bien été envisagée:  

«L’affirmation de M. Martin  basée sur une entrevue avec David Collenette, alors ministre de la Défense  n’a rien d’une grande révélation. Le bon sens nous dit qu’en effet, en fonction du climat social à la suite d’un vote serré en faveur du Oui, des soldats auraient été envoyés pour protéger les bâtiments fédéraux ou d’autres sites cruciaux, voire même des personnes […]. 

«Même s’il est probable qu’aucun plan précis n’avait été rédigé, l’idée d’utiliser les Forces canadiennes pour rétablir l’ordre au Québec avait certainement été envisagée. 

«Sinon, cela aurait été totalement irresponsable.» 

Plus récemment, l’entêtement de Justin Trudeau à ne pas vouloir condamner, fermement, les dérives du gouvernement espagnol vis-à-vis des indépendantistes catalans n’annonce rien de bon. Le PM canadien a été talonné par le chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet pendant des mois afin que le Canada dénonce «les lourdes peines infligées contre les dirigeants indépendantistes catalans pour le référendum organisé en 2017 dans cette région d’Espagne».  

Pour toute réponse, le premier ministre canadien n’a cessé de réitérer sa confiance envers l’Espagne… 

Je n’ai même pas abordé ici la question de la loi sur la «clarté» adoptée par le gouvernement canadien et Stéphane Dion. 

 

 

Penser l’accession à l’indépendance «en dehors de la boîte!»

Il est impératif que les indépendantistes au Québec refusent de se faire imposer l’impératif du «référendum». Tout ce temps perdu à débattre de la date, du meilleur moment de tenir la prochaine consultation devrait être investi ailleurs.  

Par exemple, comment le prochain chef indépendantiste entend-il user de tous les mécanismes de l’État afin de faire avancer, concrètement, le Québec vers son indépendance? 

L’adversaire ne recule jamais devant la perspective de mettre l’appareil étatique à la remorque du fédéralisme. D’ailleurs, hausser radicalement les seuils d’immigration ET négliger la francisation, la régionalisation et l’intégration des nouveaux arrivants en fonction de la distinction québécoise [de langue, de culture, etc.] participent de ça.  

Le prochain chef indépendantiste au pouvoir à Québec ne devra pas rougir à l’idée de se saisir de tous les mécanismes de l’État afin de faire avancer le Québec vers l’indépendance. 

Et cela inclut de définir la manière d’y arriver en dehors de l’impératif référendaire, sans toutefois l’exclure complètement et surtout sans être obligé de divulguer une date, un calendrier péremptoire.  

On ne demande pas aux leaders fédéralistes québécois la date à laquelle ils entendent consulter les Québécois pour que ces derniers cautionnent, démocratiquement, l’accession du Québec à la Constitution du Canada.  

Quand ils sont au pouvoir, les fédéralistes y travaillent activement. Tout simplement.  

Les indépendantistes québécois sont tout aussi légitimes, lorsqu’élus, de faire la même chose. Des gestes de rupture avec le Canada, d’affirmation nationale du Québec, une constitution québécoise, etc. 

Que le prochain chef indépendantiste refuse de penser l’accession à l’indépendance en fonction de la logique «canadienne». Qu’il s’assume pleinement comme homme d’État dont la fonction première est de faire l’indépendance.  

Commençons par ça.  

Un article de Steve E. Fortin pour le Journal de Montréal.


Ma conclusion

…Elle est très simple ma conclusion:si à l’intérieur de la fédération canadienne…voter pourrait changer quelque chose,il y aurait longtemps que Sa Majesté Britannique  nous l’aurait enlevé,ce droit!

S’adresser à la monarchie constitutionnelle canadienne,créée par le Roi Britannique en assemblée au Conseil Privé de Londres,est une pure perte de temps:il faut s’adresser directement au Conseil Privé de Londres en envoyant un mandataire qui s’adressera directement au Monarque Britannique…au nom du Peuple Québécois!

Nous sommes la dernière colonie survivante de l’Empire Britannique et agrissons comme le peuple du Congo,en 1960 face au Roi des Belges:envoyons un Patrice Lumumba qui aura le courage de parler sans trembler et qui se tiendra droit…sur sa colonne vertébrale!

À défaut d’un Patrice Lumumba,je suis disponible!

La meilleure façon de faire échouer un projet est de le soumettre à un référendum!

Manifeste de la Marche du Peuple Québécois pour la Constitution de l’État du Québec

drapeau patriotes lys 049 janvier 2013

Je viens de donner  mon consentement à l’utilisation de certaines informations  que je viens de divulguer à des alliés étrangers ,afin qu’ils puissent mettre sur pied une action internationale de soutient  au Peuple québécois dans sa Marche  Patriotique Nationale pour la Liberté et la Justice.

Cette Marche Patriotique Nationale Québécoise   a pour but de réclamer…debout et non pas à genoux,…une simple Constitution de l’État du Québec pour pouvoir écrire qui nous sommes,ou nous vivons ,avec qui et quelles sont les « Valeurs que nous partageons « !

De nombreuses consultations ont cours  actuellement,sur les réseaux sociaux ,afin de propager publiquement l’évolution future de l’effet d’entrainement que pourrait avoir ,notre cohésion solidaire avec de nombreuses luttes de libération dans le monde.

Le but avoué:un grand défi!

Le but avoué de la libération du peuple québécois est de mettre une Première Barrière au Nouvel Ordre Mondial en créant un premier peuple libéré,en Amérique du Nord.

En libérant le peuple québécois de l’esclavage financier honteux auquel il est soumis,nous aurons les mains libres pour appuyer une Seconde Révolution Américaine rendue nécessaire  par la hauteur de l’endettement financier ,plus haut que l’Himalaya et la perte du contrôle ,par le peuple américain, de son gouvernement et de sa justice.

Nous considérons en temps qu' »Humains Éveillés »,qu’il n’y a pas de frontières au crime organisé,au totalitarisme,à l’esclavage et à la sécurité physique de toutes les formes de vie sur Terre,même celles que nous ne voyons pas.

En conséquence,nous nous considérons en « État de Légitime Défense » sur tous les plans :sociaux,économiques et politiques.

Par contre,nous ne ferons couler aucune goutte de votre précieux sang,même si tout le monde sait,ou apprend par nous,comment vous,les dirigeants politiques d’Amérique du Nord,êtes de de dangereux criminels,des assassins assis sur leurs trônes dorés,des empoisonneurs de consciences ,des dilapidateurs de fonds publics,des écraseurs de peuples indépendants et des êtres immoraux sans aucune conscience spirituelle.

Vous êtes les dignes héritiers des  » Fabricants des deux guerres mondiales du vingtième siècle »!

…mais Justice sera faite!

La Révolution qui commence ,va finir par vous envoyer tous en prison,vous les politiciens véreux du Québec et de toute l’Amérique du Nord ,afin d’y subir le Jugement du Peuple.Bien entendu,vous y demeurerez dans l’attente que nous changions les lois laxistes et protectrices pour vous et  vos petits amis.

Nous espérons et souhaitons que vous soyez jugés suivant un Nouveau Code de Loi établi par les Peuples Souverains d’Amérique du Nord,dont fait parti le Québec …lui-même espérant  au moins une Constitution pour lui permettre de se définir et de respirer un peu de la Liberté à laquelle ont droit ,les autres nations souveraines du monde.

Le temps actuellement,joue contre vous,mais pour la Liberté des Peuples!

…parce qu’il est de la nature des prisonniers que de rêver à la Liberté!

Le peuple français d’Amérique qui ose survivre encore sur le territoire que nous appelons  le Québec,arrive après plus de deux cent cinquante ans de colonialisme,en retard de plus de cinquante ans sur la décolonisation africaine et plus de quarante ans de fausse représentation politique à notre Assemblée Nationale du Québec.

On peut dire que nous avons la vie dure,mais je ne sais pas si vous vous en doutez ,vous,les « faux jetons » qui vous vous regardez dans le miroir le matin,en pensant que nous,les citoyens et citoyennes du Québec,sommes de pauvres abrutis sans avenir,mais votre temps achève.

Tout à l’heure,la cloche va sonner et la récréation va se terminer,pour vous!

Quand le Peuple va se réveiller pour de bon,les Lois caduques qui nous  gouvernent,vont changer ….et votre sort,aussi!

Fini les fonds de pensions indexés au coût de la vie financés par les taxes des petits travailleurs dont les salaires baisseront,mais sans fond de pension,eux!

Fini les petits copains de politiciens véreux qui se font donner des positions et des postes additionnels,pour les récompenser de leur silence et de leurs sombres activités de nuit.

Fini les « Belles Cabanes » à $2 millions et demi ,payées à même les sommes détournées de « Faux Contrats publics de voirie »!

Fini votre coexistence avec le crime organisé …parce que nous avons compris que vous en faites partie!…la liste de nos lassitudes serait trop longue à énumérer,ici!

Donc ,Nous ,le peuple,allons vous congédier de la manière la plus radicale et la plus respectable qui soit:

EN VOUS MONTRANT LA PORTE!

La dernière chose que nous attendons de vous ,les actuels politiciens élus à la « pseudo » Assemblée Nationale du Québec,c’est de nous permettre de changer les règles du jeu que vous avez truqué (qui s’appelle la démocratie) avant « d’aller vous faire voir ailleurs »,ce qui ne devrait pas trop tarder!

Soit dit en passant,notre Assemblée Nationale est devenu de plus en plus ,depuis l’élection de Jean Lesage,en 1960,un sombre théâtre ou les figurants savent qui tirent les ficelles que les spectateurs aperçoivent de mieux en mieux ,parce que trop grosses.

Donc,vous avez mal vieillis et ne trompez plus personne,à part vous-mêmes entre vous,dans votre cirque en faillite.

Le temps de partir est maintenant arrivé …et en silence,parce que nous sommes fatigué de vous entendre mentir!

Nous les habitants de la Dernière Colonie Survivante de l’Empire Britannique!

Nous,les esclaves maintenus en vie de cette colonie,sommes composés des nations québécoises françaises cohabitant avec les Premières Nations ,la Nation des métis du Québec et un certain pourcentage de citoyens anglophones …qui sont obligés de se lever chaque matin pour aller travailler.Nous formons les 99% de gens sur qui repose l’économie capitaliste!

Nous engraissons nos Maîtres exploiteurs et nous faisons vivre les exclus du système!

Nous sommes fatigués de subir l’injustice sociale organisée  par l’alliance du crime organisé et du pouvoir politique,sous la supervision d’un Seigneur digne de Versaille!Le 1% ,au Québec!

Notre condition ressemble à celle des esclaves hébreux qui devaient faire des briques pour Pharaon,afin de ne pas crever!

Nous sommes encore pour l’instant,le peuple le plus taxé d’Amérique du Nord,tout bidonville confondu!

Nous ,le Peuple québécois réclamons le droit minimal d’avoir notre Constitution de l’État du Québec!

Maintenant!

 

 

Michel Duchaine,

Chercheur et Diseur de Vérités!