Des milliers d’habitants de Hawaï évacués après l’éruption d’un volcan

Environ 10 000 personnes ont dû quitter leur domicile. C’est la première éruption du Kilauea depuis 2014.

Réveillé d’un sommeil de quatre ans, le Kilauea menace des habitants de Hawaï. Environ 10 000 d’entre eux ont été invités à se réfugier, jeudi 3 mai, après l’éruption de ce volcan. C’est la première depuis 2014.

Des « vapeurs et de la lave se sont échappées par une fissure dans la zone de Mohala Street », a écrit la Défense civile locale sur son compte Facebook, un responsable local précisant qu’environ 10.000 personnes habitent la zone concernée.

Un photographe local a filmé, à l’aide d’un drone, la lave s’échappant d’une faille qui s’est ouverte, avec l’éruption, dans un quartier résidentiel.

 

Des tremblements de terre annonciateurs

Cette éruption avait été précédée d’une série de tremblements de terre annonciateurs. A 10H30 jeudi, une secousse d’une magnitude 5 a eu lieu au sud du Puu Oo, une des bouches éruptives du Kilauea. Elle a déclenché des chutes de pierres et une potentielle rupture dans le cratère du volcan, selon l’Institut américain de géologie (USGS).

Un bref panache de cendres était en train de se dissiper en se déplaçant vers le sud-ouest du Puu Oo, a indiqué un responsable de USGS. Les autorités ont déclaré que l’éruption pouvait contenir des « concentrations potentiellement létales de dioxyde de soufre ».

 Au moins 26 maisons ont été détruites par l’éruption du volcan hawaïen Kilauea.

L’éruption a projeté de la lave à plusieurs centaines de mètres dans les airs et les évacués ne savent pas quand ils pourront rentrer chez eux.

Les structures incinérées se trouvent dans le secteur de Leilani Estates, où des fissures dans le sol laissent échapper de la lave en fusion, des gaz toxiques et de la vapeur.

Les autorités ont permis à quelques-uns des quelque 1700 évacués de rentrer brièvement chez eux pour recueillir des biens d’urgence, des médicaments et des animaux de compagnie.

© (USGS Hawaiian Volcano Observatory via AP)

Seuls les résidants des zones jugées sécuritaires pourront effectuer de telles visites chaque jour.

De la lave recouvre maintenant plus de 35 000 mètres carrés autour de la fissure la plus active. La progression de la lave est lente, mais inexorable.

Le volcan Kilauea compte parmi les plus actifs du monde et entre continuellement en éruption depuis 1983.

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

LA FAILLE DE NEW MADRID ,une épée de Damoclès

La carte  d'inondation  des terres ...selon HAARP et la Marine Américaine.
La carte d’inondation des terres …selon HAARP et la Marine Américaine.

 

 

 

Que se passe-t-il actuellement sur cette planète et plus particulièrement aux Etats-Unis ?

Des milliers d’oiseaux tombent du ciel, morts ! Des dizaines de milliers de poissons échouent sur les rives, morts ! Des tremblements de terre font leur apparition dans des endroits inattendus.
Il s’avère que la faille de New Madrid est en train de se réveiller. Cette faille est six fois plus grande que celle de Saint-Andreas en Californie. Elle s’étend sur l’Illinois, l’Indiana, le Missouri, l’Arkansas, le Kentucky, le Tennessee et le Mississippi.   
Le plus importants tremblements de terre des l’histoire des États-Unis ont été causés par la faille de New Madrid. 
Or maintenant il est à craindre qu’elle ne se réactive pour devenir plus meurtrière qu’elle ne le fut déjà.  
En effet, il y a 200 ans en 1811 et 1812, il y eut quatre tremblements de terre presque consécutifs dans la zone de la faille d’une magnitude de 7 à 8. Ces séismes créèrent de profondes fissures qui affectèrent le cours du Mississippi et furent ressenties jusqu’à Boston. 
Le tremblement de terre le plus récent qui frappa la région fut celui de Dale en Illinois en 1968.        
Si un tremblement tel qu’il est annoncé devait se produire aujourd’hui, des villes comme St-Louis, Missouri et Memphis, Tennessee seraient totalement détruites.
Malheureusement, il n’y aucune exagération.
Et la BP pour British Petroleum pourrait avoir suscité ce regain d’activité sismique. 
Jack M. Reed, géologue-géophysicien retraité de chez Texaco, a étudié de très près la géologie du Golfe du Mexique depuis plus de 40 ans. Reed est convaincu que le Golfe du Mexique est actuellement tectoniquement actif, et qu’il est à l’origine de la plupart des activités sismiques le long de la faille de New Madrid. Selon Reed, il y a des preuves substantielles que la zone de la faille de New Madrid est directement liée à des « tectoniques profondément enfouies »dans le golfe du Mexique ….
BP aurait pu créer des dommages en forant dans la zone du Golfe du Mexique… 1
Les grands groupes pétroliers vont-ils déclencher le Mega tremblement de terre de New Madrid? 2
EN SOUVENIR DE L’ACCIDENT « PROVOQUÉ » DE DEEPWATER HORIZON
En avril 2010:le terrible "accident" de la plateforme de forage en mer Deepwater Horizon.
En avril 2010:le terrible « accident » de la plateforme de forage en mer Deepwater Horizon.
Quelque chose de vraiment louche, comme d’habitude, se passe dans l’industrie pétrolière. Et ça concerne encore le Golfe.
Plusieurs journaux ont récemment annoncé que BP était autorisé à reprendre ses forages et commencerait même de nouveaux puits dans la région explosive du Macondo où la dernière catastrophe s’est produite.
Oui, folle cupidité des entreprises à tout le moins.
On nous rapportait  le 4 avril 2011 :
 
 

Le géant pétrolier BP planifie de redémarrer un forage en eau profonde dans le Golfe du Mexique cet été tout juste un an après l’explosion du Deepwater Horizon qui a engendré la pire marée noire de l’histoire.

Le groupe espère commencer à travailler sur 10 puits dans le Golfe après avoir obtenu l’autorisation par les autorités américaines de poursuivre le travail interrompu au moment du moratoire de forage imposé après la marée noire.
La décision a de quoi susciter la colère du public, venant tout juste un an après la marée noire dévastatrice, qui a eu lieu quand un puits BP a explosé, tuant 11 travailleurs et provoquant une crise de l’environnement.
Fort démenti
Cette autorisation est rapportée avoir été donnée par un certain juge mais a été par la suite niée catégoriquement, et les articles sur cette autorisation semblent avoir été soigneusement effacés du net.

Voici le démenti officiel.

Le Département de l’Intérieur américain a rejeté lundi les rapports des médias comme quoi BP était en route pour un accord de reprise de forage en eau profonde dans le Golfe du Mexique, un an après la pire marée noire de l’histoire américaine. Les médias britanniques ont dit que BP était en pourparlers avec le gouvernement américain pour redémarrer des forages sur des puits moins d’un an après l’explosion du puits Macondo Deepwater Horizon.
Ne vous inquiétez pas, ils vont obtenir leur permission. Il s’agit de «tâter le terrain» pour ainsi dire.

Le fait est que c’est déjà en cours
Chaque jour des millions de gallons de pétrole sont extraits du golfe et du bassin du Mississippi, sur le chemin menant au cœur de la ligne de faille de New Madrid qui part de l’Arkansas en remontant vers l’Illinois et l’Indiana.
Non seulement on y extrait du pétrole et du gaz naturel, mais de l’eau chimiquée est injectée dans les strates rocheuses pour libérer plus de pétrole et de gaz naturel par un procédé appelé fracturation (« fracking ») :
La fracturation hydraulique (appelée « fracking, »ou « Hydrofracking ») est un procédé qui aboutit à la création de fractures dans les roches. La fracture se fait à partir d’un puits foré dans des poches de formations rocheuses afin d’augmenter le rendement et une récupération maximum de pétrole et de gaz naturel.
Les fractures hydraulique peuvent être naturelles ou artificielles et se propagent par la pression interne du fluide qui ouvre la fracture et l’amène à s’étendre à travers la roche. Les fractures hydrauliques naturelles, ce sont les fosses volcaniques, les sillons et les fracturations par l’action de la glace en temps de gel. Les fractures causées par l’homme par ‘injection de fluide sont démarrées en profondeur dans un puits de forage et élargies dans des formations ciblées. L’écartement de la fracture est généralement entretenue après injection par l’introduction d’un agent de soutènement dans le liquide injecté. L’agent de soutènement est un matériau à base de grains de sable, de céramique ou d’autres particules, qui empêchent les fractures de se refermer lorsque l’injection est stoppée. 
La carte des séismes en relation avec le fracking,en Amérique.
La carte des séismes en relation avec le fracking,en Amérique.
L’industrie pétrolière est un parasite qui détruit la terre comme le feraient des moustiques géants, qui suce son sang tout en injectant un liquide infecté à la place. Oui, l’«invasion» est en marche et depuis longtemps.

 
Des groupes environnementaux ont protesté contre cet horrible empoisonnement de la nappe phréatique, mais en vain. Voilà le résultat quand un grand pétrolier est impliqué – tout le monde se fait acheter;

Sous la minime supervision du gouvernement fédéral, une myriade de produits chimiques est injectée dans le sol au nom de l’exploration énergétique de l’Ouest. Parmi ces produits chimiques, les biocides sont considérés comme présentant une menace grave pour la santé publique et l’environnement.

 
La fracturation hydraulique, connue sous le nom de « fracking» ou «frac’ing » pour faire court, est le procédé qu’environ 90 pour cent des puits de pétrole et de gaz aux États-Unis subissent pour faciliter l’extraction. Les biocides sont utilisés pour tuer les microorganismes qui peuvent interférer avec d’autres fluides et des méthodes sont utilisées pour stimuler l’extraction, et empêcher la corrosion des tuyaux.
 
En 2005, l’industrie pétrolière et gazière a obtenu une exemption sur la  »Loi sur la salubrité de l’eau potable », ce qui permet l’injection de fluides toxiques directement dans les eaux souterraines sans supervision par l’US Environmental Protection Agency (EPA). Avant l’adoption de cette politique, l’EPA a mené une étude qui conclut que le fracking constitue une menace minime pour les sources souterraines d’eau potable et ne détermine pas de justifier une étude plus approfondie; l’étude a soulevé des critiques tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’agence. Malgré l’inquiétude des professionnels de la santé publique et des propriétaires fonciers qui ont été victimes eux-mêmes de l’eau contaminée (lire l’histoire de Laura Amos), l’agence a continué à exiger une réglementation minimale de l’industrie. 
Un peu difficile à imaginer?
Pas quand on sait qui sont les contrôleurs et comment ils sont dirigés. Nous parlons non seulement de gens mauvais, cupides, mais dont les intentions de pas mal d’entre eux sont sérieusement maléfiques. Pas tous, car plusieurs sont autant de dupes prêts à prendre le train en route.
 
Avoir une connaissance préalable des effets potentiels sur la vie humaine et la santé de notre planète et faire quand même pression sur les organismes gouvernementaux pour qu’ils se conforment à leurs désirs, il faut plus que de la cupidité. Et les sous-fifres n’ont qu’à suivre.

Comment le séisme pourrait être déclenché
La ligne de faille de New Madrid est répertoriée dans la zone rouge ci-dessous, mais on suppose qu’elle s’étend plus loin vers le Golfe du Mexique. Il y a eu des séismes graves dans le passé, le plus récent dans l’histoire en cours fut d’une magnitude de 7 et 8 en 1811-1812.
Les tremblements de terre de New Madrid en 1811-1812 furent des séismes intenses au niveau des plaques et ont débuté par deux forts séismes le 16 décembre 1811. Ces tremblements de terre restent les plus puissants qui aient jamais frappé l’est des États-Unis. Ces événements, ainsi que la zone sismique où ils se sont produits, ont été nommés en rapport avec la ville de New Madrid sur le Mississippi, territoire de la Louisiane, actuellement le Missouri.
 
On estime que les tremblements de terre ont été ressentis fortement sur environ 130.000 kilomètres carrés, et modérément sur près de 3 millions de kilomètres carrés. Le tremblement de terre historique de 1906 à San Francisco, par comparaison, n’a été modérément ressenti que sur ​​environ 16.000 kilomètres carrés.
La carte suivante indique la gamme des effets mentionnés ci-dessus en comparaison avec le séisme de Los Angeles en 1994.
Le grand séïsme de Charleston en 1895.
Le grand séïsme de Charleston en 1895.

 

Vachement grave. Cela provient de la nature de la roche sous cette région qui transmet l’énergie plus efficacement que dans la région de Los Angeles et en Californie.
 
Le fracking cause des tremblements de terre
En vidant de vastes cavités et en découpant le sous-sol, on peut s’attendre à obtenir des répercussions. Surtout si c’est juste le long d’une ligne de faille connue.
Les habitants préoccupés qui résident juste sur la ligne de faille de New Madrid en Arkansas savent exactement ce que fait le « fracking » et avaient ceci à dire juste quelques semaines auparavant:
Nouvelles: Les tremblements de terre dans l’Arkansas à Greenbrier augmentent au même rythme que les forages de gaz naturel et le fracking!

 

L'Arkansas est face  directement à la faille de New Madrid.
L’Arkansas fait  face directement à la faille de New Madrid.

 

Les gens dans la région de Greenbrier en Arkansas sont certains d’une chose: que le forage et le fracking ont augmenté dans leur région tout comme les tremblements de terre. Un résident de Greenbrier, Dirk Deturck, vit sur une crête montagneuse entre Guy et Greenbrier. Il regardait les plates-formes. Dès qu’ils ont augmenté les forages et le fracking à côté de Greenbrier, les tremblements de terre à Greenbrier ont commencé à augmenter en intensité et en fréquence.  »On les sent vraiment différemment maintenant. » a dit Deturck. Il a décrit la sensation comme des vagues roulant par en dessous et quand ça frappe, ça sonne comme un «boom».
 

Il croit que le puits d’injection a beaucoup à voir avec les tremblements de terre, mais dénonce l’ensemble des activités y compris les stations de fracking et des compresseurs. Au cours de la tempête de neige, Deturk a remarqué que toutes les activités gazières se sont arrêtées: pas de marche des compresseurs, pas de perçage, pas de fracking et aucune injection. Devinez quoi? Il a dit qu’il a examiné les données USGS et qu’il n’y avait pas de tremblements de terre dans les trois jours suivant la neige.

 
Il a également remarqué un essaim de petits tremblements de terre du côté Tennessee de la rivière Mississippi le même jour que d’autres plus importants à Greenbrier. Il craint que la production de gaz puisse déclencher un «big one» éventuellement situé au large de la faille de New Madrid. Nous avons eu de nombreuses assurances d’experts de AGS que cela ne se produira probablement jamais, mais ils nous disent toujours de faire des plans pour une préparation d’urgence. Intéressant.
La théorie de Jack Reed.
La théorie de Jack Reed.

 

 

La connexion entre le Golfe et la ligne de faille de New Madrid

Voici la théorie de  Jack Reed

 
Jack Reed est un géologue-géophysicien à la retraite de Texaco qui n’accepte pas l’opinion largement répandue en ce qui concerne les lignes de faille de New Madrid ou un  »golfe passif ».
 
Pas étonnant qu’il soit une des rares voix. Aujourd’hui, la science est faite pour coller aux besoins des entreprises et de la politique, et non l’inverse.
Selon lui, le golfe a été et est tectoniquement actif – et il est l’origine probable non seulement de l’activité sismique de New Madrid mais aussi des zones sismiques de Middleton Place-Summerville près de Charleston, en Caroline du sud (août 2010)
 
« Pendant toutes les années où j’ai travaillé dans le bassin du golfe du Mexique j’ai été forcé d’accepter la théorie du golfe «passif», qui soutient que le seul mouvement dans le bassin est l’empilement sédimentaire en amont qui déplaçait les sels vers le sud, a dit Reed. « Mais il y a peu de preuves à l’appui de cette théorie, et cela ne correspond pas à ce qui est observé géologiquement ou géophysiquement. »
 
 »Toute cette zone à travers les États-Unis souffre d’un certain type d’activité tectonique que je crois être liée à la tectonique profondément enfouie dans le golfe du Mexique « 
Et ils veulent continuer à forer là-bas? Oui.

Le renflement de méthane apparu suite à l’explosion du Deepwater Horizon est en ligne directe avec la faille de New Madrid. Et vous pensez qu’ils ne savent pas ce qu’ils font? Vachement dur à croire. À tout le moins c’est de l’irresponsabilité criminelle.
 
Et maintenant, le « Grand Central US shakeout »? (exercice d’entraînement aux tremblements de terre, voir ICI) 3

header_03

 

Donc pendant que le forage se poursuit les responsables se préparent à des exercices de sauvetage au cas où. Allez comprendre.
 
Ils ont même un site web. Surréaliste.

Deux des exercices de préparation aux séismes dans l’Indiana, le  »Grand Central US Shakeout » prévu pour le 19 avril, et un programme de formation en mai pour les organismes de gestion et de solutions aux urgences reçoivent un intérêt accru après le séisme dévastateur au Japon.

Les habitants de l’Indiana ont de bonnes raisons de se préparer. Les experts disent que ce n’est qu’une question non pas de si mais de quand l’Indiana sera secoué par un tremblement de terre majeur sur la zone sismique de New Madrid ou de la New Wabash Valley.
Le CUSEC (consortium central pour les séismes US) a déclaré: «La probabilité d’un séisme de magnitude 6 ou plus dans le centre des États-Unis est assez importante dans un proche avenir, avec une chance de 25 à 40 pour cent de se produire dans n’importe quelle période d’ici 50 ans. Un séisme d’une magnitude de 7 à 8, a prévenu le consortium, « pourrait entraîner de grandes pertes en vies humaines et des dégâts matériels en milliards de dollars. »
Et les forages se poursuivent..

Et bientôt de nouveau dans la zone volcanique du Macondo.
(Fin de l’article) 

Avant de continuer voici une capture d’écran du fameux site CUSEC

CUSEC

 

CONCLUSION 
Vous devez savoir que ce sont les Juifs sionistes qui sont à la tête de cette monstrueuse stratégie.

Ils veulent détruire l’humanité pour la simple raison qu’ils ne sont là que pour ça. C’est leur mission et leur seule raison d’être sur Terre.
Encore une fois, je répète TOUT dans TOUS LES DOMAINES A ÉTÉ INVERSÉ. 
VOUS DEVEZ PRENDRE CONSCIENCE QUE TOUT CE QUI ARRIVE SUR TERRE ACTUELLEMENT EST COMMANDITÉ PAR LES JUIFS SIONISTES ,ALLIÉS AUX ILLUMINATI DONT EN TÊTE DE LISTE LES ROTSCHILD ET LES ROCKEFELLER DONT JE VOUS DONNERAI  LES PREUVES DE LEUR JUDAICITÉ DANS UN PROCHAIN ARTICLE  SUR MONSANTO.   
Je ne sais pas si HAARP est impliqué dans la catastrophe du Japon (tsunami du 11 mars 2011) , mais la chose que je sais, c’est que les Juifs détestent le Japon.  
Par contre, HAARP était bien impliqué pour Haiti. Et je peux également vous dire que les sociétés de sécurité israéliennes contrôlent désormais plus de 70% des prisons et des systèmes électroniques et nucléaires de l’armée américaine.    

Références 

 1- http://endoftheamericandream.com/archives/is-the-new-madrid-fault-earthquake-zone-coming-to-life
 2 –Traduction Hélios pour le site: http://bistrobarblog.blogspot.com/ que j’ai trouvé sur  
http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2011/04/les-grands-groupes-petroliers-vont-ils.html
Article original : http://www.naturalmedicine.com/blogs/wondering/2011/04/13/will-big-oil-trigger-the-new-madrid-megaquake/
3- http://www.vaticanassassins.org/2011/04/plotted-flooding-of-the-united-states-according-to-the-us-department-of-the-navy/

 

Alerte Fukushima: Fort séisme au large de Fukushima , le Japon redoute un tsunami

Le retour  des flots mortels!
Le retour des flots mortels!

 

Un raz-de-marée d’une hauteur de 1 mètre ou plus pourrait toucher les côtes de Fukushima dans les heures qui viennent.

ALERTE. Un avis de risque de tsunami a été émis dans la nuit du vendredi 11 à samedi 12 juillet 2014 dans le nord-est du Japon par l’agence de météorologie nippone après un violent séisme au large de Fukushima.

Une forte secousse de magnitude 6,8 s’est produite samedi vers 04H20 locales (vendredi 19H20 GMT) en face des côtes de Fukushima à une profondeur de 10 km, a précisé l’agence sur son site internet.

Un raz-de-marée d’une hauteur de 0,2 à 1 mètre devrait toucher les côtes de Fukushima ainsi que de préfectures voisines d’Iwate et Miyagi. La catastrophe du 11 mars 2011 ayant dévasté la centrale nucléaire japonaise avait, elle, été provoquée par des vagues de 14 mètres de haut.

L’AFP précise que l’alarme des téléphones portables de ses journalistes avait retentit une trentaine de secondes avant le tremblement de terre pour prévenir de sa probable survenue, grâce à un système de détection précoce de l’agence météo nippone.

CONFÉRENCE DE PRESSE. Peu après, l’information était confirmée par l’agence de météo et immédiatement apparaissaient les premiers témoignages sur Twitter, dont celui d’un travailleur de Fukushima disant « incroyable séisme ».

Une conférence de presse doit avoir lieu rapidement pour donner plus de détails sur le danger encouru et les précautions à prendre.

Dans les premières minutes, la compagnie gérante des deux centrales de Fukushima, Fukushima Daiichi et Daini, a indiqué « qu’aucune anomalie nouvelle n’avait pour l’heure été rapportée dans les installations ».

Un conseil d’évacuation a immédiatement été donné aux habitants de localités de la préfecture d’Iwate plus au nord.

Sources:Science et Avenir

 

Forts séismes au Nicaragua, Chili, Papouasie-Nouvelle-Guinée

Activité tectonique du 11 avril 2014

« Trois nouveaux séismes de forte amplitude ont frappé le Nicaragua, le Chili, et la Papouasie/Nouvelle-Guinée aujourd’hui. La forte activité tectonique qui secoue la planète depuis maintenant plusieurs semaines ne semble pas faiblir, hormis quelques rares périodes d’accalmie.

Comme je l’avais déjà évoqué, l’amplitude et la fréquence continue de ces secousses confirment l’idée selon laquelle un évènement majeur bien plus conséquent se profile dans un avenir proche. Comme le souligne Eaglefeather dans un commentaire sur les moutons enragés, d’autres séismes consécutifs bien que moins forts interpellent tout de même en Europe (Centre de l’Espagne, Sud-Est de la France, Centre de l’Italie, et Nord de la Mer Egée/sud d’Istanbul).

Il n’est pas impossible que la région sud-est de la France récemment impactée par un séisme le soit à nouveau dans les jours qui viennent. Si vous résidez dans cette zone, restez vigilants. »

La suite: http://www.le-veilleur.com/articles.php?idcat=1&idrub=2&id=1695

Le séisme en Californie pourrait avoir une réplique

 

Un puissant séisme de magnitude 6,9 s’est produit lundi matin au large des côtes du nord de la Californie, a annoncé l’institut américain de géophysique USGS. Aucune victime ni dégât n’a été signalé.

La terre a tremblé fortement en Californie. Selon les sismologues, une réplique de magnitude 5 pourrait avoir lieu dans la semaine.

La secousse s’est produite à 5h18 GMT (6h18 heure suisse). Son épicentre était localisé à 77 km à l’ouest de la ville de Ferndale, et à une profondeur de sept kilomètres, a précisé l’USGS.

L’institut américain a fait état d’une possible réplique, à 90%, de magnitude 5 «forte et susceptible de faire des dégâts» dans les sept jours suivants, et d’une faible probabilité (de 5 à 10%) d’avoir un séisme identique ou plus fort que celui de dimanche.

Des secousses de magnitude 3 à 3,5, et une de 4,6 ont été enregistrées une heure après le séisme, a précisé l’USGS. On peut s’attendre à 300 autres petites répliques dans la semaine.

60 morts en 1994

En 1994, un séisme de magnitude 6,7 à Los Angeles avait fait 60 morts et des dégâts chiffrés à 10 milliards de dollars. Cinq ans plus tôt, 67 personnes étaient mortes à San Francisco dans un tremblement de terre de magnitude 6,9.

L’importante activité sismique de la Californie est due à la faille de San Andreas, qui traverse l’Etat le plus peuplé des Etats-Unis sur un axe Nord-Sud. La «ceinture de feu» qui borde le Pacifique a produit une série de tremblements de terre majeurs par le passé.

«The Big One»

Les sismologues estiment à 99% la probabilité d’un séisme dévastateur en Californie dans les 30 prochaines années, déjà surnommé «The Big One». Ce phénomène, qui se reproduirait périodiquement, aurait actuellement du retard. Nachricht per e-mail send

Localisation de l’épicentre selon l’USGS (Institut américain de géophysique)

Source: RT

 

Alerte Yellowstone: de graves indices de tremblements de terre

yellowstone geyser

*Venant de traduction

*** FLASH *** INDICATIONS DE GRAVE SÉISME / éruption du Parc national de Yellowstone 
Dimanche, 02 Février 2014 05:06 – (TRN) – Un sismomètre à l’intérieur d’un trou de forage au parc national de Yellowstone a commencé à rendre l’activité souterraine stupéfiante près du sud-ouest coin du lac de Yellowstone, éventuellement ceci est  marquant du  début d’une éruption du Super volcan dans le parc national de Yellowstone. TRN a obtenu l’image du rapport sismographique et maintenant vous pouvez voir par vous-même! Cela pourrait être très méchant. . . lac Yellowstone est à peu près au centre de ce qui est la caldeira de Yellowstone;. la bouche d’un volcan superbe et  massif, situé sous le parc L’activité a commencé vers 12h00, heure normale des Rocheuses (HNR) le 1er Février, et a été détectée par un sismomètre en forage B944 ensuite  cela s’est poursuivi, non-stop, toute la journée hier de pire en pire  à mesure que les heures passaient. L’activité se poursuit en ce moment à 06h06 HNE AM  au moment ou  cet article de nouvelles est produit. La carte ci-dessous montre l’emplacement des trous de forage B944 par rapport au lac Yellowstone et le reste du parc. Les lectures doivent être signalés dans sismomètre intérieur de l’alésage du trou # B944 sont littéralement «hors-la-échelle. » Est un brassage de tremblement de terre, ou est-ce le début d’une éruption catastrophique de la Yellowstone «Super Volcano? » sismographique Impression du parc national de Yellowstone, alésage trou # B944, pendant 1 Février 2014. L’horodatage descend du bord gauche. Regardez ce qui commence à se produire à partir de 12h00 pour le reste de la journée. Par 15h00 MST, les choses deviennent réel risquée; par 5:00, il est clair qu’il ya une vraie difficulté se passe sous terre. Par 19h00, le train sismographique est totalement dépassés; avec toutes les lectures vont tout à fait hors de l’échelle.Cela pourrait être un signe qu’une éruption massive de Yellowstone super volcan a commencé profondeur. CLIQUEZ SUR L’IMAGE DEUX FOIS POUR VOIR UNE PLUS GRANDE Une deuxième édition présente l’activité continue à ce moment même, si gravement que l’imprimante sismomètre est RUNNING OUT OF BLUE, NOIR ET ENCRE VERT! Voici l’activité de minuit MST à 04h30, MST (05h30 HNE) CLIQUEZ SUR L’IMAGE DEUX FOIS POUR VOIR UNE PLUS GRANDE PERSPECTIVE SUR L’énormité de YELLOWSTONE Pour aider les lecteurs à comprendre les implications de ce qui se passe , nous montrons tout d’abord l’ampleur national de Yellowstone «  » PARK « avec des stats de l’US National Park Service: • Yellowstone était le premier parc national du monde • Réserve de biosphère A désigné site du patrimoine mondial et désigné • 3472 miles carrés ou 8987 km carré • 2221766 hectares ou 898 317 hectares • 63 miles aériens nord au sud (102 km) • 54 miles aériens est en ouest 87 km) • 96% dans le Wyoming • 3% dans le Montana • 1% dans l’Idaho • Point le plus élevé: 11 358 m / 3462 m ( Pic de l’Aigle) • point le plus bas: 5282 m / 1610 m (Reese Creek) • Plus grand que Rhode Island et le Delaware combiné • Environ un quart de la taille de la Suisse et environ 65% de la taille du Monténégro • Environ 5% de parc est couvert par eau, 15% sont des pâturages et 80% de forêtsgammes • des précipitations de 10 pouces (26 cm) à la limite nord de 80 pouces (205 cm) au sud-ouest coin • Températures (moyenne) à Mammoth: Janvier: 9 ° C / -13 C en Juillet: 80 ° F/27 C • Records: Max: 99 ° F/37 C, 2002 (Mammoth) basse température: -66 ° C F/-54 (entrée Ouest, Riverside Station de 1933) Voici une carte de Yellowstone: .. Voici une carte topographique montrant la bouche (« Caldera ») de la Super Volcano et le balafré, terrain périlleux, créé par des éruptions passées (Cliquez sur la photo pour l’agrandir) Les limites du parc sont la ligne jaune mince, la Caldera du super volcan est représenté par la mince ligne rouge. Gardez à l’esprit que sismomètre B944 est juste à côté de la zone étiquetée «West Thumb » sur la carte, montrant l’extrémité ouest du lac de Yellowstone. Cela met cette activité sismique en plein dans la zone active de la caldeira réelle. Un récent programme diffusé par la British Broadcasting Corporation (BBC) *** *** théorisé ce une éruption de Yellowstone affecterait. Ci-dessous le *** *** THÉORIQUE explosion, les dommages et volcanique zone cendres retombées, qui est représentée dans diverses nuances de Orange. (Cette image ne ​​reflète pas une éruption en cours – ce n’est pas réel) Si c’est le début de une éruption à Yellowstone, tout le quadrant nord-ouest du pays pourrait être affectée par les dommages et perturbations au-delà de la compréhension humaine. Nous allons suivre cette histoire de près.

Voir les 2 sources c-dessous pour les photos,merci:

Sources: Liens direct   ,Autre lien

Porto Rico secoué par un séisme de 6,5 ce lundi,13 janvier 2014

Séisme à Porto Rico

 

Porto Rico secoué par un séisme de 6,5 ce lundi.

Un séisme de magnitude 6,5 a frappé le nord de Puerto Rico, juste après minuit ce lundi 13 janvier, selon ce qu’a rapporté le US Geological Survey (USGS). L’épicentre de la secousse a été localisé à 28 km de profondeur dans l’océan Atlantique et à environ 96 kilomètres au nord-ouest de San Juan.

La durée du séisme, qui a été également ressenti en République Dominicaine, a varié entre 20 et 60 secondes environ selon les témoignages recueillis.

Aucun rapport n’est venu jusqu’à présent faire état de sérieux dommages dans la ville de Hatillo, la ville portoricaine la plus proche de l’épicentre et aucune alerte au tsunami n’a été émise par les autorités.

Le tremblement de terre, une fois de plus s’est produit dans la profondeur des tranchées de l’océan.

Ce n’était cependant pas le plus fort séisme enregistré dans la région à ce jour, puisqu’un séisme de magnitude 7.3 a saccagé Porto Rico en 1918.

La région nord de Puerto Rico est caractérisée par de fréquents essaims de secousses sismiques, chaque essaim étant d’une durée d’une à deux semaines généralement.

Bien que la cause de ces essaims récurrents reste inconnue, une étude des hypocentres des séismes (points où les ruptures de tremblement de terre commencent) réalisée par l’USGS, suggère que les secousses se produisent le long de la zone de subduction entre l’Amérique du Nord et les plaques tectoniques des Caraïbes.

Le 10 janvier dernier, un tremblement de terre de magnitude 5,6 s’était produit près de Guantanamo, à l’est de Cuba sans faire de victimes ni de dégâts, selon les services sismologiques américains.

Les 30 et 31 décembre 2013, un essaim d’environ onze secousses sismiques avait été enregistré à proximité de l’ile Kiskeya, neuf d’entre eux près de la province de La Altagracia, en République dominicaine et à Porto Rico, mais sans causer de dommages aux infrastructures physiques, selon ce qu’avaient rapporté l’Institut de sismologie de l’Université autonome de Santo Domingo et le Réseau sismique de Porto Rico.

La dernière secousse sismique ressentie en Haïti a été enregistrée le 25 février 2013. L’épicentre de ce séisme de 3.5 de magnitude sur l’échelle de Richter avait été localisé à 6 kilomètres de Thomazeau, sur le Morne-à-cabrits, non loin de Trou Caiman, avait expliqué l’ingénieur géologue Claude Prepetit, responsable de l’Unité de surveillance sismique du Bureau des mines et de l’énergie.

C’est un segment de la faille transhaitienne dans la chaine des Matheux qui avait été en cause à l’époque. Il avait également fait remarquer que la secousse avait été relativement faible mais diversement ressentie par les habitants en fonction de la composition du sol. Des scientifiques américains et portoricains suivent l’activité sismique des fonds marins au nord-est de Porto Rico depuis environ 10 ans. Ils espèrent ainsi collecter des données pouvant conduire à une meilleure compréhension du danger potentiel que représentent les grands tremblements de terre dans la zone de subduction et les tsunamis dans la région des Caraïbes.

Source:HA/radio Métropole Haïti

Phénomène étrange: les lumières de tremblements de terre

Les lumières de tremblements de terre ou...Earthquake lights.
Les lumières de tremblements de terre ou…Earthquake lights.

 

Ils ont été pris pour des ovnis ou rejetés comme des hallucinations . Mais les géologues ont recueilli une liste quasi- définitive des phénomènes rares, mais fascinants  connu  comme étant  les lumières de  tremblement de terre . Certains types de tremblements de terre dans certaines zones peuvent déclencher des  flambées lumineuses   pouvant durer des  secondes   et se prolonger  parfois  pendant des jours , avant le séisme réel. Ceux-ci peuvent se manifester par des balles flottantes de lumière, des colonnes bleuâtres  s’éjectant  hors de la terre et même  de la foudre inversée , atteignant  le ciel  à partir de la terre . Une étude  faite  jeudi dans la revue Research Letters (sismologie) montre que  ces tremblements de terre sont liés à un type spécifique de secousse dans les zones où certaines formations géologiques se produisent . Bien que les lumières sont rares , les chercheurs ont pu documenter 65 exemples sérieux  à partir  de  l’an 1600 à nos jours.
•quelques  secondes avant le séisme de L’Aquila , en Italie,  en 2009 , les piétons ont vu des flammes de lumière 4 pouces de haut ,au-dessus de la voie  pavée  Francesco Crispi ,une avenue dans le centre- ville historique de la ville .
• À  Pisco , au Pérou , un officier de marine a vu des  colonnes bleue- pâle de lumière ,éclatant quatre fois de suite hors de l’eau, le 15 août 2007 , avant un tremblement de terre de magnitude 8,0 .Les  caméras  de sécurité dans la ville avaient  capturées  des images sur les lumières  .
• Le 12 novembre 1988, un globe rose-violet lumineux de lumière se déplaçait à travers le ciel le long du fleuve Saint- Laurent près de la ville de Québec , 11 jours avant un tremblement de terre puissant.
• Le 18 Avril 1906, des flammes bleues ont plané à la base du pied à l’ouest de San Francisco juste avant que le grand tremblement de terre ait  frappé .

Au sud de la ville , à San Jose , une rue était en feu avec une lumière variée  dans un arc-en- ciel faible mais très beau .

Le mécanisme qui provoque le phénomène ne se produit que dans des conditions particulières et rares , dit Friedemann Freund , un professeur de physique à l’université de San Jose State et chercheur principal au Centre de recherche Ames de la NASA à Mountain View, en Californie

Les roches comme le basalte et de gabbro , créés en profondeur dans le manteau de la Terre , contiennent de minuscules défauts dans leurs cristaux . Lorsque ces roches sont stressés , ces défauts génèrent momentanément des  charges électriques , dit Freund , l’un des auteurs de l’article .

«Quand une puissante vague sismique traverse le terrain et frappe une couche de ces roches , il compresse les rochers avec beaucoup de pression et de  vitesse , pour créer les conditions ou de grandes quantités de charges électriques positives et négatives sont générées ,  » at-il dit . Ces charges  peuvent voyager ensemble pour atteindre ce qu’on appelle un état ​​ plasma , qui peut éclater et se projeter en l’air .

Un autre élément nécessaire pour que les lumières du tremblement de terre  soient  produites dans la nature, sont les failles verticales profondes dans la croûte de la Terre , dont certaines peuvent atteindre une profondeur  de 60 miles et plus,sous terre . Le magma  se solidifie pour devenir  du gabbros ou des  basaltes qui  augmentent  le long de ces failles , formant des digues souvent des dizaines à des centaines de pieds d’épaisseur .

 » Nous pensons que les digues agissent comme un entonnoir , ou en  concentrant  les charges électriques   jusqu’à ce qu’elles deviennent un plasma ionisé à l’état solide « , a déclaré Robert Thériault , auteur principal sur le papier et un géologue du ministère des Ressources naturelles au Canada .

 » Lorsque le plasma éclate dans l’air , il produit de la lumière ,  » dit-il.

Moins de 0,5% des tremblements de terre se produisent à travers le monde dans les bons endroits pour créer des lumières de tremblement de terre . Les chercheurs ont passé au peigne fin les documents historiques , de nombreux manuscrits et certains en latin , datant de plusieurs siècles . Ils ont également examiné des documents scientifiques modernes et les dossiers de surveillance caméras qui ont enregistré les lumières du tremblement de terre en temps réel .

Les lumières de tremblement de terre sont parfois confondus avec les ovnis , a affirmé  Thériault  . Au début des années 1970 , Jim Conacher naviguait sur ​​le lac Tagish dans le territoire du Yukon, au Canada avec sa femme quand ils ont vu sept globes lumineux jaunes sur le flanc d’une montagne à proximité . Les orbes plus proches ont  lentement dérivé vers le haut de la montagne pour rejoindre les plus éloignées .

Conacher a pris une photo de la lumière ,l’orbe   qui fait son chemin sur  une longue  liste de sites Web spécialisés sur   observations possibles d’ OVNIS au Canada .

Lorsque les chercheurs ont examiné  de nombreux  rapports sismiques , ils ont trouvé les dossiers du tremblement de terre de Cross Sound  près  du 1er Juillet 1973, qui mesurait 6,7 sur l’ échelle de Richter . Il y avait aussi deux répliques de magnitude 5,2 et 4,1 . Bien que la datation exacte du voyage est incertain ( les plaisanciers sont morts ) , les chercheurs disent qu’ils croient que les lumières sont apparues quelques heures avant le séisme initial .

Les zones où la présence de ces traits spécifiques sont l’Italie , la Grèce et la vallée du Rhin , qui s’étend entre la France et l’Allemagne , ainsi que plusieurs régions de l’Amérique du Sud. Les chercheurs disent qu’il en  existe aussi  en Chine.

Les lumières ne sont pas assez fréquentes dans les zones de tremblement de terre pour être utilisé comme un système d’alerte , a dit Thériault  , mais ils ont fonctionné de cette façon.

Juste avant le tremblement de terre de L’Aquila en Italie , un homme dans sa cuisine a vu des éclairs de luminosité extérieure aussi intense que la lumière du jour . La lumière a duré plus d’une seconde . Parce qu’il avait lu un article sur les lumières de tremblement de terre , il a décidé d’emmener sa famille à un endroit  plus sécuritaire .

Thériault  est  un géologue du Canada qui vivait en Chine en 1976 . Le 28 Juillet de cette année , il a vu des lumières de tremblement de terre, qui l’ont poussé à quitter sa maison . Peu de temps après , le tremblement de terre dévastateur a frappé Tangshan , tuant des centaines de milliers de personnes . Le géologue a survécu au séisme .

Source: USAtoday.com

L’humanité en danger: une catastrophe planétaire se prépare

Un imposant glacier équatorial en train de fondre
Un imposant glacier équatorial en train de fondre

Perchées très  hautes  dans les Andes péruviennes, des pièces de la plus grande calotte glaciaire tropicale du monde ont fondu à un rythme incroyable. Les scientifiques ont constaté que des parties importantes de la calotte glaciaire Quelccaya qui a eu plus de 1.600 années à se former ont fondu en seulement 25 ans.

La preuve devant vos yeux : la webcam installée face au Pôle Nord magnétiqu (en déplacement accéléré)
La preuve devant vos yeux : la webcam installée face au Pôle Nord magnétique (en déplacement accéléré)

Pendant ce temps,à l’autre bout du globe,au lieu de la neige et de la glace tourbillonnant dans le vent que nous pouvions apercevoir,il y a seulement un an , un lac de neige fondante (au Québec,on appelle cela de la sloche),de un à deux  pieds de profondeur clapote maintenant autour d’une webcam en poste au pôle Nord. Le lac d’eau de fonte a commencé à se former le 13 Juillet 2013 , après deux semaines de temps chaud dans le haut Arctique. Au début de Juillet, les températures étaient de 2 à 5 degrés Fahrenheit supérieur à la moyenne sur la majeure partie de l’océan Arctique, selon le Snow & Ice (Centre national de données). Les étangs d’eau de fonte germent plus facilement ,depuis quelques années ,recouvrant  la glace mince, qui représente désormais plus de la moitié de la banquise de l’Arctique. Les étangs d’eau de fonte  s’échappent  sur la surface lisse de la glace artique ,favorisant  la création d’un réseau qui emprisonne la chaleur du soleil.

Nous assistons à la disparition progressive et certaine de la glace pluriannuelle épaisse et ridée, qui a survécu plus d’une saison de gel-dégel, en ​​raison de sa surface rugueuse et irrégulière.

Juillet est le mois de fonte et d’élévation des températures  dans l’Arctique, la banquise rétrécit rapidement. Un cyclone Arctique, qui peut rivaliser avec un ouragan de grande force, est prévue pour cette semaine, ce qui contribuera à briser la glace et le niveau de circulation  de l’eau chaude de l’océan, accélérant la fonte estivale. L’Arctique a atteint un niveau record de la fonte de la  glace d’été  l’an dernier, le 16 septembre 2012, la plus petite surface de la banquise Artique  enregistrée depuis que les satellites ont commencé à surveiller la glace de l’Arctique dans les années 1970.

La  fonte rapide et inexorable  de l’Arctique est une «bombe à retardement économique» susceptible de coûter au monde capitaliste ,au moins $ 60 trillions, affirment des chercheurs qui ont commencé à calculer les conséquences financières d’un des plus rapides évolution des climats de la planète…dans toute son histoire. Une baisse record de la banquise arctique a été largement considérée comme économiquement bénéfique jusqu’à présent, par les économistes de Wall Street (à la solde du Nouvel Ordre Mondial),car elle ouvre plus  de possibilités  d’expéditions et de forages dans une région censée contenir 30 pour cent des gisements de  gaz naturel non découverts dans le monde et 13 pour cent de son pétrole non découvert. Cependant, le rôle central de l’Arctique dans la régulation des océans et du  climat signifie qu’elle est susceptible de provoquer des changements climatiques qui pourraient endommager les cultures, les propriétés des inondations et de l’infrastructure de l’épave dans le monde, selon une étude menée par des universitaires à l’université britannique de Cambridge et Université Erasmus de Rotterdam aux Pays-Bas. Ceci est susceptible d’aboutir à la création de nouveaux  coûts qui dépasseront les avantages de trois ou plusieurs fois les  ordres de grandeur des bénéfices possibles, a déclaré Chris Hope of Judge Business School de Cambridge. «Les gens calculent les avantages économiques possibles dans les milliards de dollars et nous parlons de coûts éventuels dus aux  dégâts matériels et les répercussions supplémentaires de l’ordre de dizaines de milliards de dollars », at-il dit. L’Arctique se réchauffe deux fois plus vite que le reste du monde depuis  de nombreuses années et la zone de sa banquise qui fond et se reforme après tous les étés, a diminué d’un montant presque égal à la taille du Royaume-Uni chaque année depuis 2001.
L’année dernière, la glace d’été a été ramené à son point le plus bas depuis que les observations satellites ont commencé en 1979, soulevant des inquiétudes quant à l’impact sur le climat. Les chercheurs européens ont mis l’accent sur la façon dont les eaux plus chaudes dans l’Arctique devraient accélérer le dégel du pergélisol sous la mer de Sibérie orientale  ,au nord de la Russie qui est censée contenir de vastes gisements de méthane. C’est un gaz à effet de serre environ 20 fois plus puissant que le dioxyde de carbone, même si elle ne dure pas aussi longtemps dans l’atmosphère. Il y a beaucoup de débats sur combien de temps cela peut prendre pour libérer ces dépôts de méthane, et l’impact que cela finirait par avoir. Mais certains scientifiques disent qu’il y a déjà des preuves de grands panaches de méthane s’échappant et d’autres craignent que cela pourrait se produire assez rapidement pour accélérer le réchauffement climatique et finalement accélérer d’autres changements tels que la fonte de la calotte glaciaire du Groenland, qui contient suffisamment d’eau gelée pour faire monter le niveau des mers de 7 mètres. C’est pourquoi le groupe a estimé qu’il était important d’évaluer l’impact économique éventuel de ces changements, a déclaré Peter Wadhams, professeur de physique de l’océan à Cambridge qui estime que la glace de mer dans l’Arctique pourrait complètement disparaître en été dès 2015.

Ils sont déjà en retard

Les scientifiques ne semblent pas  s’échanger les informations existantes ,car il est prouvé depuis janvier 2011 que  des milliards de tonnes métriques de glace ont fondues  sur le territoire du Groenland,

Les tremblements de terre

Les tremblements de terre contribuent au réchauffement climatique en libérant des gaz à effet de serre très puissants, dont le méthane, du fond de l’océan. Une étude menée par des scientifiques suisses et allemands a découvert une source naturelle d’émissions de gaz à effet de serre .

OceanLayers

le méthane

Les chercheurs soulignent que les climatologues doivent tenir compte de la quantité de méthane qui est libéré par  les tremblements de terre  par fracturation des  fonds océaniques  qui laissent les fuites ouvertes.

Afin de mieux comprendre les différentes sources d’émissions de GES:des chercheurs de l’Université de Brême ont découvert qu’un séisme sous-marin survenu au Pakistan, il y a 70 ans a déchiré  en laissant ouvert le lit de la mer et libérant  le gaz à effet de serre « , le méthane,« dans l’atmosphère. «Nous suggérons que cette nouvelle source  pourrait être envisager dans l’avenir », David Fischer, chercheur postdoctoral à l’Université de Brême, en Allemagne et auteur principal de l’étude, cité dans le New York Times. Les chercheurs qui ont analysé les carottes de sédiments ,se sont réunis en 2007 dans deux localités du nord de la mer d’Arabie. Désigné sous le nom de la zone de subduction du Makran, la limite de la plaque a déclenché des tremblements de terre les plus terribles et meurtrièrs comme celui qui s’est produit en 1945 au Pakistan. Un séisme de magnitude 8,0 au Pakistan a donné lieu à un tsunami provoquant  autour de 4000 morts, selon les rapports de LiveScience. Il est bien connu que les planchers de la mer sont un endroit idéal pour la formation de méthane dans  les profondeurs de l’océan et des fonds sous-marins . Les hydrates de méthane restent  froids et stables dans les basses températures et une pression excessive. La pression en dessous de la profondeur d’eau de 350 mètres  contribue à stabiliser les hydrates.
Pour la présente étude, les chercheurs ont analysé des sédiments prélevés à différents endroits où les carottes ont révélé la présence de grandes quantités de méthane. Sur le calcul du taux de méthane dans les carottes, ils ont estimé qu’il y avait eu une augmentation significative du niveau de gaz depuis le tremblement de terre de 1945. Les chercheurs ont calculé qu’au cours de la dernière décennie, près de 7,4 millions de mètres cubes de méthane s’est  échappé à la surface. « Sur la base de plusieurs indicateurs, nous avons postulé que le tremblement de terre a conduit à une fracturation des sédiments, libérant le gaz qui a été emprisonné en dessous des hydrates dans l’océan», a déclaré Fischer.

Donc lentement mais surement,nous dépasserons  facilement le point de non-retour et notre atmosphère deviendra empoisonnée ,tuant la majeure partie de toutes les formes de vie,sur Terre.Les dirigeants du Nouvel Ordre Mondial sont conscients  de cette mort et cherchent même à l’entretenir.D’ailleurs,les Bill Gates de ce monde ont déjà prévu le coup et se sont fait construire des abris de survie ,comprenant tout le confort possible pour une longue durée.

Nous,le peuple des Humains de la Terre ,sommes condamnés à rester endormis et éloignés de ces informations destinées à l’Élite .pour lui permettre de se préparer au pire  scénario qui se prépare autour de nous.

Si nous nous battons pour l’Ère Nouvelle,si nous  luttons pour abolir et chercher une alternative  naturelle au Nouvel Ordre Mondial,nous empêcherons la poursuite de la Sixième Grande Extinction Massive d’Espèces en laissant un Nouveau Paradis en Héritage aux Générations Futures.

Votons pour la Vie avec notre coeur!

Pourquoi l’Indonésie est si souvent frappée par les éruptions volcaniques et les tsunamis?

Les Indonésiens vont devoir une fois de plus avoir à faire face aux dangers de la vie sur leur archipel géologiquement agité. Lundi, un tremblement de terre a provoqué un tsunami, et une éruption volcanique, le lendemain,faisant de nombreux morts.

Un jour après un tremblement de terre de magnitude 7,7 a frappé la côte ouest de l’île indonésienne de Sumatra, générant un tsunami qui a, disent les responsables des secours , tué au moins 113 personnes,suite au réveil du  Mont Merapi  qui a éclaté mardi,dans une puissante éruption.

Dix-huit personnes sont mortes dans l’explosion initiale de gaz, de vapeur et de cendres du cône de 9700 mètres de haut.Les  spécialistes en vulcanologie  n’excluent pas  une autreéruption plus violente, l’événement pourrait continuer comme une série de petites   explosions  semblables à mardi.

« Si ça continue comme ça pendant un certain temps, nous aurons droit à une  longue  éruption », a déclaré Gede Suantika, un chercheur de l’Enquête sur la volcanologie de l’Indonésie, dans une interview à l’Associated Press.

Indonésiens sont une fois de plus avoir à faire face aux dangers de la vie sur un archipel géologiquement agité.

Comme la chaîne des îles volcaniques  Aléoutiennes, les îles de l’Indonésie se trouvent le long d’une tranchée d’eau profonde – une frontière entre deux plaques  sous-marines énormes dans la croûte terrestre.

Dans le cas de l’Indonésie, la croûte plus dense de la plaque australienne est plongée sous la croûte plus porteuse  de la plaque eurasienne, formant la Fosse de Java. Le frottement entre les plaques de roches chauffe au point de fusion, en fournissant le magma qui jaillit pour former des volcans qui parsèment les îles –  déclenchant ainsi  des tremblements de terre.
Des  zones de subduction similaires entourent le Pacifique,et vont  gagner les chaînes de volcans qui s’étendent  de la Cordillère des Andes à l’ouest du Pacifique ,d’ou le surnom de l’anneau de Feu du Pacifique.

Le séisme de lundi a provoqué un tsunami de 10 pieds qui a frappé les îles Mentawai, au large des côtes de Sumatra. La région a été tenue en alerte générale ,et des sismologues n’ont pu dormir la nuit parce qu’il contient également une section de la zone de subduction qui a été à l’origine de cette contrainte depuis  plus de 200 ans. Si cette couche devait être libéré dans cet  état de cause,un  tremblement de terre de magnitude 8,5 serait serait possible.Le centre est situé sous l’île de Siberut, au large de la ville côtière de Padang Sumatra. En Septembre 2009, un tremblement de terre de magnitude 7,6 a frappé juste au large de Padang. À première vue, il semblait s’inscrivent dans un schéma de tremblements de terre de magnitude similaires qui ont eu lieu le long d’autres sections de la côte depuis 2004 – lors d’une magnitude de 9,1, le séisme rupture de la zone de subduction au large du nord de Sumatra, tuant un 231.000 de personnes directement ou indirectement par les tsunamis qui se propagent dans tout le bassin de l’océan Indien.

Certains chercheurs disent qu’ils soupçonnent que la série de tremblements de terre un peu plus faible représente la zone de subduction qui se réajuste à l’évolution des schémas de contraintes établies par le tremblement de terre de 2004. Si cela devait être le cas pour le tremblement de terre de Padang, l’événement pourrait réduire la probabilité d’un grand séisme à cet endroit de sitôt.

Mais selon une équipe de sismologues de Grande-Bretagne et de  l’Indonésie qui ont travaillé dans la région, le tremblement de terre ‘de 2009 avait pratiquement eu aucun effet dans la réduction de la souche quiest en  construction depuis quelque 200 ans.

Ecrivant dans le journal Nature Geoscience en Janvier, l’équipe a mis en garde que le danger d’un plus grand tremblement de terre de magnitude 8,5 est resté le long du segment  de Padang.

Tout espoir que le séisme de lundi pourrait aider à soulager la pression est susceptible d’être écarté. D’après des informations préliminaires sur l’emplacement et la profondeur de la rupture, le tremblement de terre semble avoir été trop loin pour affecter l’accumulation des contraintes près de Padang, explique Belle Philibosian, un étudiant diplômé de l’Institut de technologie de Californie à Pasadena, qui étudie  les risques sismiques de la région.