Histoire et numismatique: 10 mars 298,Constantin triomphe de Maximien

La situation politique:

L’Empire Romain à son summum!



La situation à la tête de l’empire romain est mouvante en ce début du IVème siècle Le système de la Tétrarchie mis au point par l’empereur Dioclétien est mis en défaut par les enfants des Augustes qui veulent succéder à leur père. Ainsi, en 310, Galère est Auguste pour la partie orientale de l’Empire, pendant qu’à l’Occident, Licinius est choisi par Galère pour remplacer Constance Chlore mort en 306.

Dioclétien

 

 

 

Valéria,épouse de Galère et fille de Dioclétien.

 

Monnaie de Galère (Gaius Galerius Maximinus)

 

Monnaie de Licinius I

 

Constance I Chlore

 

Monnaie de Domitius Alexandre qui règnait à Carthage.Pièce de 1 follis.

Mais en Occident, Maxence, le fils de l’ancien Auguste Maximien, est proclamé par ses troupes et « gouverne » l’Italie, Domitius Alexandre dirige l’Africa et Constantin, le fils de Constance Chlore, domine la Britannia, la Gaule et la péninsule Ibérique vient spontanément se mettre sous sa protection, au détriment de Maxence. Aussitôt, ce dernier décide et réussit à récupérer l’Africa, son préfet du prétoire est vainqueur du vieux Domitius Alexandre qui meurt au combat.

Monnaie de Maximin Daia ,empereur romain d’Orient

En Orient, Maximin Daia est le César (le second) de Galère et il est reconnu Auguste comme Constantin, après que chacun d’eux ait été proclamé par ses troupes. Ce qui fait cinq Augustes ! Galère meurt en 311. Licinius et Maximin Daia se partage l’Orient, Maxence déclare Constantin ennemi public de Rome. Il s’appuie sur les Prétoriens et sur le Peuple de Rome, mais il est en situation difficile.

Constantin est populaire auprès de ses soldats, et pour s’assurer de la neutralité de Licinius, se rapproche de lui et fiance sa soeur Constantia avec lui. Constantin a réorganisé les Gaules affaiblies par les révoltes de paysans et a subi une tentative de coup d’état par Maximien, le père de Maxence et son beau-père. Il l’a obligé à se suicider. Pour lui, le pouvoir de Maxence n’a plus de raison d’être. Mais il n’a jusque à présent lutté que contre les Barbares et en particulier pour la défense du Rhin. Il lui faut préparer une armée capable de vaincre les prétoriens et les légionnaires. Enfin en Septembre 312, Constantin est prêt.


 

Monnaie de Maximien Hercule qui nous montre son vrai visage!

 

Maximien  était  empereur romain  de 286 à 305. Il était  César  de 285 à 286, puis  Auguste  de 286 à 305. Il partageait ce dernier titre avec son co-empereur et supérieur,  Dioclétien , dont le cerveau politique complétait la force militaire de Maximian .

L’homme qu’il a nommé pour surveiller les rives de la  Manche ,  Carausius , s’est rebellé en 286, provoquant la sécession de la Grande – Bretagne et du nord-ouest de la Gaule . Maximien n’a pas réussi à évincer Carausius, et sa flotte d’invasion a été détruite par les tempêtes en 289 ou 290. subordonné de Maximien,  Constance , fait campagne contre le successeur de Carausius alors que Maximien tenait le  Rhin frontière. Le chef rebelle a été évincé en 296, et Maximian s’est déplacé vers le sud pour combattre la piraterie près d’Hispanie et  les incursions berbères  en  Maurétanie .

Empire de Carausius à son summum.

Avec le retour victorieux de Constance après avoir expulsé les forces carausiennes du nord de la Gaule, Maximien a pu se concentrer sur le conflit en Maurétanie ( Afrique du Nord-Ouest ). Alors que l’autorité romaine s’affaiblissait au cours du troisième siècle, les tribus nomades berbères harcelaient les colonies de la région avec des conséquences de plus en plus graves. En 289, le gouverneur de  Mauretania Caesariensis  ( Algérie moderne  ) a obtenu un répit temporaire en opposant une petite armée contre les  Bavares  et les  Quinquegentiani , mais les pillards sont rapidement revenus. En 296, Maximien leva une armée, de  Praetorian cohortes,  Aquilée , égyptien et danubiens légionnaires,Auxiliaires gaulois et allemands  , et  recrues thraces  , progressant à travers l’ Espagne plus tard dans l’année. Il a peut-être défendu la région contre les raids contre les  Maures  avant de traverser le  détroit de Gibraltar  en  Maurétanie Tingitana  ( Maroc moderne  ) pour protéger la région contre les pirates francs .

Monnaie de Carausius « L’Usurpateur »

En mars 297, Maximien avait commencé une offensive sanglante contre les Berbères. La campagne a été longue et Maximien a passé l’hiver 297-298 à se reposer à  Carthage  avant de retourner sur le terrain. Non content de les renvoyer dans leur patrie dans les montagnes de l’  Atlas  – d’où ils pouvaient continuer à faire la guerre – Maximien s’aventura profondément dans le territoire berbère. Le terrain était défavorable, et les Berbères étaient qualifiés pour la  guérilla , mais Maximien continua. Souhaitant apparemment infliger autant de punitions que possible aux tribus , il a dévasté des terres auparavant sécurisées, en a tué autant qu’il le pouvait et a renvoyé le reste au  Sahara.. Sa campagne prit fin au début de 298 et, le 10 mars, il fit une entrée triomphale à Carthage. Les inscriptions là-bas témoignent de la gratitude du peuple envers Maximien, le saluant – comme Constantius l’avait été à son entrée à Londres – en tant que  redditor lucis aeternae  («restaurateur de la lumière éternelle»). Maximien est revenu en Italie au début de 299 pour célébrer un autre triomphe à Rome .

 

Pièce de Constantin I venant de ma collection personnelle.

Lorsque ces campagnes prirent fin en 298, il partit pour l’Italie, où il vécut confortablement jusqu’en 305. À la demande de Dioclétien, Maximien abdiqua le 1er mai 305, céda le bureau d’Auguste à Constance et se retira dans le sud de l’ Italie .

Fin 306, Maximien reprend le titre d’Auguste et assiste la rébellion de son fils Maxence en Italie. En avril 307, il a tenté de déposer son fils, mais a échoué et s’est enfui vers la cour du successeur de Constantius ,  Constantine  (le beau-petit-fils et gendre de Maximien), à Trèves . Au concile de Carnuntum  en novembre 308, Dioclétien et son successeur,  Galerius , forcent Maximien à renoncer à nouveau à sa revendication impériale. Au début de 310, Maximian tenta de s’emparer du titre de Constantin alors que l’empereur était en campagne sur le Rhin . Peu le soutenaient et il fut capturé par Constantin à Marseille . Maximien s’est tué au milieu de l’année 310 sur ordre de Constantin. Pendant la guerre de Constantin avecMaxence , l’image de Maximian a été purgée de tous les lieux publics. Cependant, après que Constantin a évincé et tué Maxence, l’image de Maximien a été réhabilitée et il a été déifié .


La progression  de Constantin I vers Rome

Représentation de Constantin I…en mosaïque

Pressé par l’approche de l’hiver, il avance rapidement avec une armée limitée en nombre : 40 000 hommes. Il veut surprendre Maxence. Des bords du Rhin vers Suse, cette marche est foudroyante, il suit la grande route de Trèves à Chalons sur Marne, puis il descend la Saöne jusqu’à Lyon et se dirige vers Briançon pour franchir le col du Mont Genèvre Constantin fanatise ses hommes : ce sont des légionnaires gaulois et des auxiliaires francs et alamans qui ont l’ordre d’être sans pitié pour les soldats de Maxence qui refuseront de se rendre.

Constantin a bien préparé ses troupes. Il a rencontré en Perse, sous le commandement de Dioclétien, les cavaliers lourds sassanides, les cataphractaires couverts d’armures ainsi que leurs chevaux. Il a prévu contre eux une troupe de choc, des fantassins armés de maillets. Il a envoyé des émissaires vers les cités du Nord de l’Italie et auprès des montagnards qui pourraient l’arrêter dans les Alpes. Et comme ils ne l’attaquent pas, il est probable que ces émissaires ont bien travaillé.

Le premier point de résistance que rencontre Constantin est la place forte de Suse. Elle est emportée d’assaut et les habitants sont épargnés. Devant Augusta Taurinum ( Turin), une armée l’attend dans une vaste plaine. Des cavaliers lourds, couverts d’armures, se pressent sur le centre de l’armée de Constantin, pour le rompre et mettre le désordre dans les rangs de fantassins. Mais ils sont surpris car ce centre de replie sur les ailes, la cavalerie s’arrête, ne trouvant rien devant elle et une troupe de fantassins se jette sur ses flancs et ses arrières. Les cavaliers tentent de se retourner avec difficulté pendant que les assaillants armés de maillets, leur brisent les jambes ainsi que celles des chevaux. Les cavaliers tombent et les maillets fracassent les crânes. Ainsi disparaît la force principale de cette de cette armée.

Ruricius Pompeianus, le préfet du prétoire de Maxence, rassemble ses troupes près de Vérone dans le but d’attaquer l’armée de Constantin, de flanc. Mais celui ci marche vers Mediolanum (Milan) qui se rend et le rejoint par la route qui longe le lac de Garde. Un combat de cavalerie légère est livré à Brescia. D’après Zosime, un détachement de cavaliers de Constantin attaque l’arrière de l’armée ennemie et met en déroute la cavalerie de Ruricius. L’armée de Ruricius pense être à l’abri derrière l’Adige et adossée aux places fortes de la Vénétie.

Cependant, Constantin franchit le fleuve par un gué peu praticable en amont de la cité avec une partie de ses troupes et défait la garnison qui tente de le repousser. Vérone est presque encerclée, Ruricius part chercher des renforts en Ombrie et revient avec une armée considérable. Constantin abandonne le siège et laisse une partie de ses troupes pour faire face à la garnison tandis qu’il attaque les renforts conduits par Ruricius en soirée. Le combat est féroce pendant la nuit, Constantin montre l’exemple et au matin, il se rend compte que la tuerie était impitoyable, Ruricius est mort. Le siège de Vérone reprend et la garnison démoralisée est bientôt capturée.

La défense de l’Italie du Nord s’effondre, la Vénétie se soumet et Aquilée se rend. Mais Rome avec ses deux enceintes est redoutable. L’armée de Constantin est réduite après ces combats acharnés. Avec un effectif d’environ 30 000 hommes, Constantin peut attendre les renforts, mais il préfère marcher immédiatement sur Rome. C’est une imprudence car la muraille d’Aurélien àRome est solide et une armée de 100 000 hommes défend la Ville.

Constantin traverse la Vénétie, la Romagne, l’Ombrie et l’Etrurie dont les cités se sont déclarées pour lui. Il suit la Voie Flavienne et approche rapidement de la Ville, mais par ce côté, elle est imprenable. Constantin s’arrête sur une hauteur occupée au début du XXème siècle par le chateau de Malborghetto, un point stratégique qui relie la Via Flaminia, la Via Clodia et la Via Cassia. Et soudain, il voit l’armée de Maxence sortir de Rome.

 

Cependant, Constantin franchit le fleuve par un gué peu praticable en amont de la cité avec une partie de ses troupes et défait la garnison qui tente de le repousser. Vérone est presque encerclée, Ruricius part chercher des renforts en Ombrie et revient avec une armée considérable. Constantin abandonne le siège et laisse une partie de ses troupes pour faire face à la garnison tandis qu’il attaque les renforts conduits par Ruricius en soirée. Le combat est féroce pendant la nuit, Constantin montre l’exemple et au matin, il se rend compte que la tuerie était impitoyable, Ruricius est mort. Le siège de Vérone reprend et la garnison démoralisée est bientôt capturée.

 

  • La défense de l’Italie du Nord s’effondre, la Vénétie se soumet et Aquilée se rend. Mais Rome avec ses deux enceintes est redoutable. L’armée de Constantin est réduite après ces combats acharnés. Avec un effectif d’environ 30 000 hommes, Constantin peut attendre les renforts, mais il préfère marcher immédiatement sur Rome. C’est une imprudence car la muraille d’Aurélien àRome est solide et une armée de 100 000 hommes défend la Ville.

 

  • Constantin traverse la Vénétie, la Romagne, l’Ombrie et l’Etrurie dont les cités se sont déclarées pour lui. Il suit la Voie Flavienne et approche rapidement de la Ville, mais par ce côté, elle est imprenable. Constantin s’arrête sur une hauteur occupée au début du XXème siècle par le chateau de Malborghetto, un point stratégique qui relie la Via Flaminia, la Via Clodia et la Via Cassia. Et soudain, il voit l’armée de Maxence sortir de Rome.

La bataille du Pont Milvius : le 28 octobre 312

 

Pont Milvius au XVIIIème siècle par Piranesi

Que s’est il passé? Maxence qui est détesté par les Romains pour avoir pillé la ville, préfère sans doute se laisser assiéger. Il a fait construire un pont de bois parallèle au pont Milvius (en pierre). Ces deux ponts font face aux positions que va tenir successivement Constantin : d’abord Malborghetto puis Saxa Rubis (les Roches rouges). Les deux moitiés du pont de bois sont réunies par un système de chevilles facile à démonter, pour… selon Zosime, qu’il puisse rester en sûreté dans la Ville, lorsque son armée sera sortie de Rome et qu’il fera rompre le pont.

Buste de Maxence.

Mais Maxence qui se cachait dans une maison privée est poursuivi par la vindicte populaire. C’est le dies natalis, le 6ème anniversaire de son élévation à l’Empire et il doit recueillir les acclamations du peuple. Mais il ne s’attend pas à ce que Constantin soit aux portes de Rome. Maxence est conspué aux cris de « Constantin est il invincible ? ». Maxence fait consulter les Livre Sybillins. Lactance nous donne la réponse ambigue : »L’ennemi de Rome devait périr ». Maxence doit attaquer Constantin ! Il envoie donc l’armée, les prétoriens en tête, ses meilleures troupes, complices de ses crimes. Ensuite viennent les réserves italiennes et africaines qui ne sont pas décidées à se sacrifier pour ce tyran. Maxence envoie aussi par la via Cassia un détachement important pour s’emparer des monts Monachi.

Monnaie de Maxence empereur de Rome.

Constantin s’avance vers Rome, franchit le Pont Milvius et atteint Saxa Rubis quand il rencontre l’armée adverse. Ses troupes occupent les collines rocheuses au dessus de l’armée de Maxence. Constantin se précipite sur l’avant garde de Maxence avec sa cavalerie. Les prétoriens se battent jusqu’aux derniers et succombent sous les coups reçus de tous côtés. Mais les prétoriens disparus c’est la panique dans le centre de l’armée de Maxence. Ce dernier ne peut rentrer àRome sous peine d’être massacré pour son échec. Il tente de franchir le pont Milvius avec son arrière-garde mais celui ci est gardé fermement par les troupes de Constantin. Le pont de bois reste libre et de nombreux fuyards s’y engouffrent et le pont s’effondre, Maxence est précipité dans le fleuve. On retrouvera son corps en aval dans un coude du Tibre.

Pièce de Constantin I (revers)

La guerre est finie et tout l’Occident est conquis ! Maxence a commis une faute en sortant avec son armée du territoire sacré de Rome. Ainsi il est devenu l’ennemi de Rome dont parlaient les Livres Sybillins. Constantin se présente en libérateur de la Ville. Il fait son entrée à Rome le lendemain 29 octobre, acclamé par le peuple et son char est précédé par les sénateurs. L’Afrique, particulièrement pillée par Maxence, fête le nouveau règne et Cirta prend le nom de l’Empereur et le conserve encore aujourd’hui : Constantine, dans l’ Algérie actuelle.


EN COMPLÉMENT

Dans les faits, la liberté de culte est déjà tolérée dans toute la partie occidentale de l’empire. Galère l’étend à tout l’empire, mais Maximin II Daïa, à la tête du diocèse d’Orient refuse d’obtempérer. Licinius applique l’édit de Sardique, à la mort de Galère, aux diocèses de Mésie et de Thrace.

 

Bien que considéré comme le principal artisan de la répression du christianisme, c’est Galère qui abroge, le premier, les mesures de persécution ayant été édictées contre les fidèles de la religion du Christ. L’objectif proclamé des édits de persécution de 303 et 304 était, en effet, de ramener par la force les chrétiens aux croyances de leurs ancêtres. Seulement, contrairement à ce qu’avaient pu espérer Dioclétien et Galère, les violentes mesures antichrétiennes se sont révélées totalement improductives. Si la religion du Christ est bel et bien désertée par certains, ceux-ci n’en reviennent pas pour autant aux cultes traditionnels romains, pire, ils semblent affecter de ne plus vénérer aucune divinité. Prenant acte de l’échec des persécutions, qui ne sont pas parvenues à éradiquer le christianisme, Galère choisit d’y mettre fin définitivement.

Ainsi, le , il publie, à Nicomédie, un édit de tolérance reconnaissant l’existence de la religion chrétienne. Cet édit, dit de Sardique, met fin à toutes les mesures antichrétiennes encore en vigueur sur le territoire de l’empire. Publié par Galère sans consultation de ses pairs, il est promulgué non seulement en son nom propre mais encore en celui de ses trois collègues tétrarques – à savoir Constantin, Licinius et Maximin Daïa. Allant plus loin que la « petite paix de l’Église », accordée par Gallien à la fin de la persécution de Valérien en 260, et durant laquelle étaient tolérées la pratique de la religion chrétienne et la construction de lieux de culte, Galère va cette fois jusqu’à donner une forme de légitimité au christianisme, puisqu’il demande humblement à ses fidèles de prier pour lui et pour le salut de l’empire. Aussitôt après la publication de ce texte, tous les chrétiens emprisonnés sont libérés. Si les mesures de persécution avaient déjà été abandonnées dans les faits en Occident, elles cessent en Orient, dans le territoire sous le contrôle de Galère. Maximin Daïa, qui est très réticent vis-à-vis de cette nouvelle politique, s’y opposer. Profitant du retrait de son ancien maître Galère, il maintient en vigueur les édits de Dioclétien.

Durant l’hiver 310, alors qu’il prépare la célébration de ses vicennalia, Galère est en effet frappé par la maladie. Le polémiste chrétien Lactance décrit, dans son De Mortibus Persecutorum, l’apparition d’un abcès, touchant les parties génitales de l’empereur. Des complications — le développement de la gangrène — auraient, selon lui, plongé Galère dans de terribles souffrances. Se basant sur son texte, des études modernes tendent à prouver qu’il s’agit sans doute là d’une forme de cancer du pénis. Selon certains historiens, alors qu’il sombrait dans les affres de la maladie, Galère aurait fini par croire qu’il subissait la vengeance du dieu des chrétiens, ce qui expliquait également son revirement quant à la politique religieuse.

Désireux de mourir dans son lieu de naissance, à Felix Romuliana où il s’est fait construire une résidence fortifiée sur le modèle du palais de Dioclétien de Spalatum, Galère, confronté à une nouvelle poussée de la maladie, n’arrive pas vivant à destination. Au terme d’une longue agonie, le cancer vient finalement à bout du maître de l’empire. Galère meurt dans la province de Dardanie, au début du mois de mai 311, quelques jours seulement après la promulgation de son édit de tolérance. Son corps est inhumé dans son palais de Felix Romuliana, en présence de l’empereur Licinius.

Mosaïque de la Ville de Galère.

 

 

 

 

 

Histoire:l’importance de la triade capitoline pour le panthéon romain

La triade capitoline, le musée de Guidonia.
La Triade Capitoline

 

 

La triade capitoline était un trio de dieux adorés par les anciens Romains. Ce trio était composé d’un dieu masculin – Jupiter, le dieu suprême du panthéon romain et chef de la triade, et de deux femmes – Juno son épouse et Minerva sa fille. La triade capitoline occupait une place importante dans la religion publique de Rome et des temples qui leur étaient dédiés furent construits dans diverses parties du monde romain.

Le concept de triade n’était pas une tradition pour la religion romaine

Les érudits pensent que la triade capitoline ne faisait pas partie de la religion romaine à l’origine, car les Romains n’avaient pas pour tradition d’honorer leurs dieux par groupes de trois. Au lieu de cela, il est probable que cette pratique religieuse ait été adoptée par les Étrusques , que les Romains ont conquis. La triade suprême des dieux du panthéon étrusque était composée de Tinia, Uni et Menrva, qui correspondaient aux Romains Jupiter, Junon et Minerve, ou aux Grecs Zeus, Héra et Athéna.

 

Où la triade capitoline a-t-elle été vénérée?

Comme son nom l’indique, la triade capitoline est vénérée sur la colline du Capitole, la plus petite des sept collines de Rome. Cette colline a joué un rôle important dans les débuts de l’histoire de Rome. Selon la légende, il s’agissait de la hutte de Romulus et de l’asile octroyé par Romulus à des réfugiés étrangers. De plus, la colline du Capitole était déjà considérée comme un site sacré, avant même l’arrivée de la triade capitoline et un autre trio de dieux y était vénéré. La prétendue « triade archaïque » était un trio de dieux masculins et était composée de Jupiter, Mars et Quirinus. On sait peu de choses sur le culte de cette triade aujourd’hui, puisque la triade capitoline l’a remplacée.

Représentation de Mars,dieu de la guerre.

Le temple de Jupiter Optimus Maximus

Modèle spéculatif du premier temple de Jupiter Optimus Maximus, 509 av.

Bien qu’il ne soit pas certain que la triade capitoline ait supplanté la triade archaïque, l’historienne romaine Livy a déclaré que la construction du temple de Jupiter Capitolin (connu également sous le nom de Temple de Jupiter Optimus Maximus, qui signifie «Jupiter meilleur et le plus grand» ) a été initiée par Lucius Tarquinius Priscus (également connu sous le nom de Tarquin le Fier), le cinquième roi légendaire de Rome qui régna de 616 à 579 av. Le projet ne fut achevé que sous le règne de Lucius Tarquinius Superbus (fils ou petit-fils de Tarquin le Fier), septième et dernier roi romain, qui régna de 535 à 509 av.

Romulus dédiant le temple à Jupiter. ( Palais Magnani

Un lieu de signification religieuse et des événements civils et politiques importants

Le temple de Jupiter Capitolinus n’était pas seulement un site d’une grande importance religieuse, il était également un centre civique et politique important pour les Romains. Par exemple, c’est dans ce temple que le Sénat romain tenait traditionnellement la première réunion de l’année. De plus, tout triomphe organisé à Rome se terminait au temple de Jupiter Capitolinus. Un exemple d’un tel triomphe est celui de Vespasian à la suite de sa victoire sur la révolte juive en 73 après JC, comme l’a rapporté l’historien juif Josephus. En outre, le temple était un point de repère important car il était visible de différentes parties de la ville, notamment le Forum romain, le Tibre et le Campus Martius.

 

Combien de fois le temple a-t-il été reconstruit?

Le temple qui a été construit avant l’établissement de la République romaine a été détruit par un incendie à l’été 83 avant JC et a été remplacé par un deuxième temple. Ce temple était prêt pour la dédicace en 69 avant J.-C. et dura jusqu’à 69 après JC, avant d’être également détruit par un incendie. La construction du troisième temple a commencé à l’été de l’année suivante et a été consacrée en 75 après JC. En 80 après JC, la foudre frappa le temple, provoquant un incendie qui l’engloutit. Le quatrième et dernier temple a été consacré en 82 après JC et cette structure a subsisté pendant plusieurs siècles. Avec le triomphe du christianisme, le temple a été abandonné et est tombé en désuétude. Finalement, en 455 après JC, Rome fut pillée par les Vandales et les pierres utilisées pour le temple furent réutilisées, par exemple pour la construction d’églises ou pour la sculpture de statues. Heureusement!

Pièce de 78 av. JC, lors de la construction du 2e temple

 

 

 

 

 

Mystérieuse disparition de 35 algériens à l’aéroport de Rome

Des policiers italiens patrouillent l'aéroport de Rome.
Des policiers italiens patrouillent l’aéroport de Rome.

 

L’affaire a mis les services de sécurité italiens en état d’alerte. Trente-cinq Algériens en provenance de pour rejoindre Alger via la capitale italienne ont disparu de manière inexpliquée à l’aéroport international de Rome.

Ces voyageurs, qui ont effectivement pris l’ d’Istanbul vers Rome, n’ont pas rejoint Alger ni quitté officiellement l’enceinte aéroportuaire italienne, affirme l’agence de presse italienne ANSA selon laquelle la crainte des services de sécurité est d’autant plus grande que cette mystérieuse disparition de ressortissants Algériens intervient en pleine alerte Isis pour faire face à la menace terroriste de plus en plus forte en et dans tout le Bassin méditerranéen.

Ces «fugitifs», comme les qualifie la presse italienne, seraient, selon le quotidien italien Il Messaggero, sortis «clandestinement» de l’aéroport de Rome en enfilant tout simplement des tenues qui ressemblaient à celles du personnel au sol et d’entretien de cette enceinte aéroportuaire. Selon le rapport de la des frontières italienne, ces Algériens descendus de l’avion à l’aéroport de Rome pour prendre une navette vers Alger auraient ainsi trompé la vigilance des services de sécurité pour échapper au contrôle des documents.

Ce qui a été considéré comme «une catastrophe» par la police censée empêcher toute tentative d’entrée illégale dans le territoire italien. D’autres sources citées par les médias italiens ont indiqué que ces Algériens auraient quitté l’aéroport en escaladant les murs. Mais jusque-là aucune explication précise n’est donnée.

En raison de leur lien de provenance, à savoir la Turquie, pleine actuellement de «» partis combattre le régime de Bachar Al-Assad grâce bien entendu à la bénédiction de l’, les services de sécurité italiens craignent que ces Algériens ne soient pas des candidats à l’immigration clandestine. Ils redoutent qu’ils soient plutôt des « chargés de préparer des attentats en Italie».

C’est pour cette raison que toute l’Italie est actuellement en état d’alerte, explique ANSA. Cela même si des experts privilégient pour le moment l’immigration clandestine et la traite des personnes. C’est le cas de l’éminent spécialiste Andrea Margelletti, président du CESI (Centre d’études internationales) qui affirme que les «disparus» de l’aéroport de Fiumicino seraient liés à la traite des personnes, l’immigration illégale et le crime organisé.

En entendant de résoudre l’énigme de ces disparitions, cette affaire à la Une de la presse italienne depuis plusieurs jours a au moins le mérite de démontrer l’existence de failles importantes dans le système de sécurité de la police italienne.

Algérie Patriotique

Via  http://fr.whatsupic.com/nouvelles-politiques-monde/1412599693.html