Publicités

La « désertification » et le rôle du changement climatique

La désertification a été décrite comme « le plus grand défi environnemental de notre époque » et le changement climatique l’aggrave.

Bien que ce terme puisse évoquer les dunes de sable balayées par le vent du Sahara ou les vastes mares salées du Kalahari, il s’agit d’un problème qui dépasse de loin ceux qui vivent dans les déserts du monde et dans les environs, menaçant la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance de plus de deux milliards de personnes. personnes.

L’impact combiné du changement climatique, de la mauvaise gestion des terres et de l’utilisation non durable de l’eau douce a entraîné une dégradation croissante des régions du monde où l’eau est rare. Cela laisse leurs sols moins en mesure de supporter les cultures, le bétail et la faune.

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’ évolution du climat  (GIEC) publiera cette semaine  son rapport spécial sur le  changement climatique et les terres . Le rapport,  rédigé par des  centaines de scientifiques et de chercheurs du monde entier, consacre l’un de ses sept chapitres uniquement à la question de la désertification.

Avant la publication du rapport, Carbon Brief analyse ce qu’est la désertification, le rôle que joue le changement climatique et son impact dans le monde.

Définir la désertification

En 1994, l’ONU a établi la  Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD) en tant que «seul accord international juridiquement contraignant liant environnement et développement à une gestion durable des terres». La Convention elle-même était une réponse à un  appel lancé  lors du Sommet de la Terre des Nations  Unies  à Rio de Janeiro en 1992 afin de mener des négociations en vue d’un accord juridique international sur la désertification.

La Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification énonçait une définition de la désertification dans un  traité adopté  par les parties en 1994. La désertification signifiait «dégradation des sols dans les zones arides, semi-arides et subhumides sèches résultant de divers facteurs, notamment les variations climatiques et les activités humaines».

La première partie de l'article 1 de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, adoptée en 1994 et entrée en vigueur en 1996. Source: Collection des traités des Nations Unies
La première partie de l’article 1 de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, adoptée en 1994 et entrée en vigueur en 1996. Source: Collection des traités des Nations Unies

Ainsi, plutôt que la désertification signifiant l’expansion littérale des déserts, il s’agit d’un terme fourre-tout pour la dégradation des terres dans les régions du monde où l’eau est rare. Cette dégradation inclut le déclin temporaire ou permanent de la qualité du sol, de la végétation, des ressources en eau ou de la faune, par exemple. Cela inclut également la détérioration de la productivité économique des terres – telle que la capacité de les exploiter à des fins commerciales ou de subsistance.

Les zones arides, semi-arides et sub-humides sèches sont appelées collectivement «zones arides». Ce sont, sans surprise, des zones qui reçoivent relativement peu de pluie ou de neige chaque année. Techniquement, ils sont définis par la Convention comme «des zones autres que les régions polaires et sub-polaires, dans lesquelles le rapport des précipitations annuelles à l’évapotranspiration potentielle se situe dans la plage de 0,05 à 0,65».

En termes simples, cela signifie que la quantité de pluie reçue par la région représente entre 5 et 65% de sa perte par évaporation et  transpiration  de la surface du sol et de la végétation, respectivement. Toute zone qui reçoit plus que cela est appelée « humide ».

Vous pouvez le voir plus clairement sur la carte ci-dessous, où les zones arides du monde sont identifiées par différentes nuances de couleur orange et rouge. Les zones arides couvrent environ 38% de la superficie terrestre de la planète, couvrant une grande partie de l’Afrique du Nord et du Sud, l’ouest de l’Amérique du Nord, l’Australie, le Moyen-Orient et l’Asie centrale. Environ 2,7 milliards de personnes  vivent dans les zones arides   (pdf), dont  90% vivent dans des pays en développement.

 

La distribution observée des différents niveaux d’aridité, basée sur les données de 1981 à 2010. La couleur ombrée indique les régions définies comme étant froides (gris), humides (vert), sèches, sous-humides (rouge), arides (orange foncé), semi-arides (orange pâle) et hyperarides (jaune pâle). Carte produite par l’ unité commune de recherche de la Commission européenne .

 

Les terres arides sont  particulièrement exposées  à la dégradation des sols en raison de la pluviosité faible et variable ainsi que de la faible fertilité des sols. Mais à quoi ressemble cette dégradation?

Les terres peuvent se dégrader de nombreuses façons. L’un des principaux processus est l’érosion – la décomposition et l’enlèvement progressifs des roches et des sols. Ceci est généralement dû à une certaine force de la nature – comme le vent, la pluie et / ou les vagues – mais peut être exacerbé par des activités telles que le labour, le pâturage ou la déforestation.

La perte de fertilité du sol est une autre forme de dégradation. Cela peut être dû à une perte d’éléments nutritifs, tels que l’azote, le phosphore et le potassium, ou à une diminution de la quantité de matière organique dans le sol. Par exemple, l’érosion des sols par l’eau entraîne des pertes mondiales  pouvant atteindre 42 millions de tonnes d’azote et 26 millions de tonnes de phosphore  chaque année. Sur les terres agricoles, cela doit inévitablement être remplacé par des engrais à un coût élevé. Les sols peuvent également souffrir de la salinisation – une augmentation de la teneur en sel – et de l’acidification due à une utilisation excessive d’engrais.

Ensuite, de  nombreux autres processus  sont classés dans la catégorie dégradation, notamment une perte ou un changement de type et de couverture de végétation, le compactage et le durcissement du sol, une augmentation des incendies de forêt et une nappe phréatique en déclin du fait d’une extraction excessive des eaux souterraines.

Mélange de causes

Selon un  récent rapport  de la  Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques  (IPBES), «la dégradation des sols est presque toujours le résultat de multiples causes en interaction».

Les causes directes de la désertification peuvent être largement réparties entre celles qui concernent la gestion ou la non gestion des sols et celles qui concernent le climat. La première comprend des facteurs tels que la déforestation, le surpâturage du bétail, la surexploitation des cultures et une irrigation inappropriée; ce dernier comprend les fluctuations naturelles du climat et le réchauffement de la planète résultant des émissions de gaz à effet de serre causées par l’homme.

Terre affectée par le surpâturage par le bétail en Inde. Crédit: Maximilian Buzun / Alamy Banque de Photos. KKFE00
Terre affectée par le surpâturage par le bétail en Inde. Crédit: Maximilian Buzun / Alamy Banque de Photos.

 

Le rapport de l’IPBES note également des causes sous-jacentes, notamment «des facteurs économiques, démographiques, technologiques, institutionnels et culturels».

En ce qui concerne le rôle du climat, un facteur important est que la surface de la terre se réchauffe plus rapidement que la surface de la Terre dans son ensemble. (Cela s’explique par le fait que la « capacité calorifique » du sol est inférieure à celle de l’eau des océans, ce qui signifie qu’elle a besoin de moins de chaleur pour augmenter sa température.) Ainsi, alors que les températures moyennes mondiales sont d’  environ 1,1 ° C  plus chaudes maintenant que dans  les temps préindustriels , la surface du sol s’est réchauffée d’environ 1,7 ° C. Le graphique ci-dessous compare les variations de la température des terres dans quatre enregistrements différents avec la température moyenne mondiale depuis 1970 (ligne bleue).

La température moyenne des terres dans le monde à partir de quatre jeux de données: CRUTEM4 (violet), NASA (rouge), NOAA (jaune) et Berkeley (gris) pour la période allant de 1970 à nos jours, par rapport à un scénario de référence de 1961 à 1990. La température globale de l’enregistrement HadCRUT4 (en bleu) est également indiquée. Graphique parbilan carbone en utilisant  Highcharts .

Bien que cette soutenue, le réchauffement causé par l’ homme peut par lui – même ajouter au stress thermique face à la végétation, elle est également liée à  l’ aggravation des phénomènes météorologiques extrêmes , explique  le professeur Lindsay Stringer , professeur dans l’ environnement et le développement à l’  Université de Leeds  et auteur principal sur le chapitre sur la dégradation des sols du prochain rapport sur les terres du GIEC. Elle dit à Carbon Brief:

«Les changements climatiques ont une incidence sur la fréquence et l’ampleur d’événements extrêmes tels que les sécheresses et les inondations. Dans les zones naturellement sèches, par exemple, une sécheresse peut avoir un impact considérable sur la couverture végétale et la productivité, en particulier si ces terres sont utilisées par un grand nombre de têtes de bétail. Au fur et à mesure que les plantes meurent faute d’eau, le sol devient nu et s’érode plus facilement sous l’effet du vent et de l’eau lorsque les pluies arrivent. ”

(Stringer commente ici son rôle au sein de son institution d’origine et non en tant qu’auteur du GIEC. C’est le cas de tous les scientifiques cités dans cet article.)

La variabilité naturelle du climat et le réchauffement de la planète peuvent également affecter la structure des précipitations dans le monde, ce qui peut contribuer à la désertification. Les précipitations ayant un effet de refroidissement sur la surface du sol, une diminution des précipitations peut permettre aux sols de se dessécher à la chaleur et de devenir plus sujets à l’érosion. D’autre part, les fortes précipitations peuvent éroder le sol et causer l’engorgement et la subsidence.

Par exemple, la sécheresse généralisée – et la  désertification associée  – dans la région africaine du Sahel au cours de la seconde moitié du XXe siècle ont été liées aux fluctuations naturelles dans les  océans Atlantique, Pacifique et Indien , tandis que les recherches suggèrent également qu’une récupération partielle des pluies a été provoquée. en  réchauffant les températures de surface de la mer en Méditerranée .

Mme Katerina Michaelides , chargée de cours principale au  Drylands Research Group de l’  Université de Bristol  et auteur du chapitre sur la désertification du rapport sur les terres du GIEC, a décrit le passage à des conditions plus sèches comme principal impact du réchauffement climatique sur la désertification. Elle dit à Carbon Brief:

«Le principal effet du changement climatique est l’aridification, un changement progressif du climat vers un état plus aride – les précipitations diminuant en fonction de la demande évaporative – car elles affectent directement l’approvisionnement en eau de la végétation et des sols.»

Les changements climatiques sont également un  facteur contributif des incendies de forêt , provoquant des saisons plus chaudes – et parfois plus sèches – qui créent des conditions idéales pour la maîtrise des incendies. Et un climat plus chaud peut accélérer la décomposition du carbone organique dans les sols, les laissant épuisés et  moins en mesure de retenir l’eau et les nutriments .

Outre les impacts physiques sur le paysage, le changement climatique peut avoir un impact sur les hommes «car il réduit les options en matière d’adaptation et de moyens de subsistance et peut amener les populations à surexploiter la terre», note Stringer.

Cette surexploitation fait référence à la façon dont les humains peuvent mal gérer leurs terres et provoquer leur dégradation. Le moyen le plus évident est peut-être la déforestation. Enlever des arbres peut perturber l’équilibre des éléments nutritifs dans le sol et enlever les racines qui aident à lier le sol ensemble, le laissant ainsi risquer d’être érodé et lavé ou emporté par le vent.

 

Déforestation près de Gambela, Ethiopie.

 

Les forêts jouent également un rôle important dans le cycle de l’eau, en particulier sous les tropiques. Par exemple, des  recherches  publiées dans les années 1970 ont montré que la forêt amazonienne génère environ la moitié de ses propres précipitations. Cela signifie que le défrichage des forêts risque d’assécher le climat local, ce qui augmente le risque de désertification.

La production alimentaire est également un facteur majeur de la désertification. La demande croissante de nourriture peut voir les  terres cultivées s’étendre dans les forêts et les prairies , et utiliser des méthodes d’agriculture intensive pour maximiser les rendements. Le surpâturage du bétail peut dépouiller les  parcours  de végétation et de nutriments.

Cette demande peut souvent avoir des facteurs politiques et socio-économiques plus larges, note Stringer:

«Par exemple, la demande de viande en Europe peut entraîner le défrichement des terres forestières en Amérique du Sud. Ainsi, alors que la désertification est vécue dans des endroits particuliers, ses moteurs sont mondiaux et proviennent en grande partie du système politique et économique mondial en vigueur. « 

Impacts locaux et globaux

Bien entendu, aucun de ces conducteurs n’agit de manière isolée. Le changement climatique interagit avec les autres facteurs humains de la dégradation, tels que «la gestion non durable des terres et l’expansion agricole, en provoquant ou en aggravant nombre de ces processus de désertification», a déclaré le  Dr Alisher Mirzabaev , chercheur principal à l’  université de Bonn  et auteur principal coordinateur. sur le chapitre sur la désertification du rapport sur les terres du GIEC. Il dit à Carbon Brief:

«Il en résulte une baisse de la productivité des cultures et de l’élevage, une perte de biodiversité et des risques accrus d’incendies de forêt dans certaines zones. Naturellement, cela aura des impacts négatifs sur la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance, en particulier dans les pays en développement. ”

Selon Stringer, la désertification entraîne souvent «une réduction de la couverture végétale, donc des sols plus nus, un manque d’eau et une salinisation des sols dans les zones irriguées». Cela peut également signifier une perte de biodiversité et des cicatrices visibles du paysage dues à l’érosion et à la formation de ravins à la suite de fortes pluies.

«La désertification a déjà contribué à la perte de biodiversité au niveau mondial», a ajouté  Joyce Kimutai  du Département de météorologie du  Kenya . Kimutai, qui est également l’auteur principal du chapitre sur la désertification du rapport sur les terres du GIEC, a déclaré à Carbon Brief:

«Les espèces sauvages, en particulier les grands mammifères, ont une capacité limitée d’adaptation en temps utile aux effets conjugués du changement climatique et de la désertification.»

Par exemple, une  étude  (pdf) de la région du désert du Cholistan au Pakistan a révélé que «la flore et la faune s’éclaircissaient progressivement avec la sévérité croissante de la désertification». Et une  étude menée en  Mongolie a révélé que «tous les indicateurs de la richesse et de la diversité des espèces ont considérablement diminué» en raison du pâturage et de la hausse des températures au cours des deux dernières décennies.

La dégradation peut également ouvrir la voie à des espèces envahissantes  et à  des espèces moins adaptées au bétail, dit Michaelides:

«Dans de nombreux pays, la désertification entraîne une baisse de la fertilité des sols, une réduction de la couverture végétale – en particulier de la couverture herbeuse – et des espèces d’arbustes plus envahissantes. Concrètement, les conséquences en sont une diminution des terres disponibles pour le pâturage et des sols moins productifs. Les écosystèmes commencent à être différents à mesure que de plus en plus d’arbustes tolérants à la sécheresse envahissent ce qui était auparavant des prairies et que des sols plus nus sont exposés. ”

Cela a «des conséquences dévastatrices pour la sécurité alimentaire, les moyens de subsistance et la biodiversité», explique-t-elle:

«Lorsque la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance sont intimement liés à la terre, les conséquences de la désertification sont particulièrement immédiates. On peut citer comme exemple de nombreux pays d’Afrique de l’Est – en particulier la Somalie, le Kenya et l’Éthiopie – où plus de la moitié de la population est composée de pasteurs dépendant de pâturages en santé pour leur subsistance. En Somalie seulement, l’élevage contribue pour environ 40% du PIB [produit intérieur brut]. « 

La Convention des Nations Unies sur la lutte contre la  désertification estime  qu’environ 12 millions d’hectares de terres productives sont perdus chaque année à cause de la désertification et de la sécheresse. Cette zone pourrait produire 20 millions de tonnes de céréales par an.

Cela a un impact financier considérable. Au Niger, par exemple, le coût de la dégradation causée par le changement d’utilisation des terres représente  environ 11% de son PIB . De même en Argentine, «la perte totale de services écosystémiques due au changement d’affectation des terres, à la dégradation des zones humides et à l’utilisation de pratiques de gestion dégradant les terres en pâturage et certaines terres cultivées» équivaut à  environ 16% de son PIB .

La perte de bétail, la diminution des rendements des cultures et la dégradation de la sécurité alimentaire sont des impacts humains très visibles de la désertification, déclare Stringer:

«Les gens font face à ce genre de défis de différentes manières – en sautant des repas pour économiser de la nourriture; acheter ce qu’ils peuvent – ce qui est difficile pour ceux qui vivent dans la pauvreté avec peu d’autres moyens de subsistance – en collectant des aliments sauvages, et dans des conditions extrêmes, souvent associées à d’autres facteurs, les populations quittent les zones touchées pour abandonner leurs terres. « 

Les populations sont particulièrement vulnérables aux conséquences de la désertification lorsqu’elles disposent de «droits de propriété précaires, de peu de soutien économique pour les agriculteurs, de niveaux élevés de pauvreté et d’inégalité et d’une gouvernance faible», ajoute Stringer.

Un autre impact de la désertification est l’augmentation des tempêtes de sable et de poussière. Ces phénomènes naturels –  connus sous les noms de  «sirocco», «haboob», «poussière jaune», «tempêtes blanches» et «harmattan» – se produisent lorsque de forts vents emportent du sable et de la saleté sur des sols nus et secs. Les recherches suggèrent  que les émissions annuelles de poussières dans le monde ont augmenté de 25% entre la fin du XIXe siècle et aujourd’hui, les principaux facteurs étant les changements climatiques et l’utilisation des sols.

 

Une tempête de poussière Haboob survole les montagnes Mohawk près de Tacna, en Arizona, le 9 juillet 2018. Source: John Sirlin / Alamy Stock Photo. T0TRCA
Une tempête de poussière Haboob survole les montagnes Mohawk près de Tacna, en Arizona, le 9 juillet 2018.

Une récente étude  révèle que les tempêtes de poussière au Moyen-Orient «deviennent de plus en plus fréquentes et intenses»  . Cela a été motivé par «la réduction à long terme des précipitations favorisant une humidité du sol et un couvert végétal plus bas». Cependant, Stringer ajoute qu ‘«il est nécessaire de poursuivre les recherches pour établir les liens précis entre changement climatique, désertification et tempêtes de poussière et de sable».

Les tempêtes de poussière peuvent avoir un impact considérable sur la santé humaine, en  contribuant à  des troubles respiratoires tels que l’asthme et la pneumonie, des problèmes cardiovasculaires et des irritations de la peau, ainsi qu’à la pollution des sources d’eau libre. Ils peuvent également  perturber l’ infrastructure en réduisant l’efficacité des  panneaux solaires  et  des éoliennes en les recouvrant de poussière et en perturbant les  routes, les chemins de fer et les aéroports .

Retour sur le climat

L’ajout de poussière et de sable dans l’atmosphère est également l’un des effets de la désertification sur le climat, a déclaré Kimutai. D’autres incluent «les changements dans la couverture végétale, l’albédo de surface (réflectivité de la surface de la Terre) et les flux de gaz à effet de serre», ajoute-t-elle.

Les particules de poussière dans l’atmosphère peuvent  disperser les rayons  du soleil, ce qui réduit le réchauffement local à la surface mais les augmente dans l’air. Ils peuvent également influer sur la formation et la durée de vie des nuages,  ce qui réduit potentiellement les risques de précipitations  et réduit donc l’humidité dans une zone déjà sèche.

Les sols constituent un stock de carbone très important. Les deux derniers mètres de sol dans les zones arides mondiales, par exemple, stockent environ  646 milliards de tonnes de carbone  , soit environ 32% du carbone contenu dans tous les sols du monde.

Les recherches montrent  que la teneur en humidité du sol est la principale influence sur la capacité des sols des terres arides à «minéraliser» le carbone. C’est le processus, également appelé «respiration du sol», dans lequel les microbes décomposent le carbone organique du sol et le convertissent en CO2. Ce processus rend également les éléments nutritifs du sol disponibles pour que les plantes puissent les utiliser pendant leur croissance.

Erosion des sols au Kenya. 

La respiration du sol indique sa  capacité à soutenir la croissance des plantes . Et généralement, la respiration diminue avec la diminution de l’humidité du sol jusqu’à un point où l’  activité microbienne cesse effectivement . Bien que cela réduise le CO2 libéré par les microbes, il inhibe également la croissance des plantes, ce qui signifie que la végétation absorbe moins de CO2 de l’atmosphère grâce à la photosynthèse. Dans l’ensemble, les sols secs sont plus susceptibles d’être des émetteurs nets de CO2.

Ainsi, à mesure que les sols deviennent plus arides, ils auront tendance à moins pouvoir piéger le carbone de l’atmosphère et contribueront ainsi au changement climatique. D’autres formes de dégradation libèrent également du CO2 dans l’atmosphère, telles que la  déforestation , le surpâturage – en dépouillant la terre de la végétation – et les  incendies de forêt .

Mapping troubles

«La plupart des environnements de zones arides du monde sont touchés par la désertification dans une certaine mesure», a déclaré Michaelides.

Mais proposer une estimation globale robuste de la désertification n’est pas simple, explique Kimutai:

«Les estimations actuelles de l’étendue et de la gravité de la désertification varient considérablement en raison d’informations manquantes et / ou peu fiables. La multiplicité et la complexité des processus de désertification rendent sa quantification encore plus difficile. Les études ont utilisé différentes méthodes basées sur différentes définitions. « 

Et l’identification de la désertification est rendue plus difficile car elle a tendance à émerger relativement lentement, ajoute Michaelides:

«Au début du processus, la désertification peut être difficile à détecter et, comme elle est lente, il faudra peut-être des décennies pour se rendre compte qu’un lieu est en train de changer. Au moment où il est détecté, il peut être difficile d’arrêter ou d’inverser. « 

La désertification sur toute la surface de la Terre a été cartographiée pour la première fois dans une étude publiée dans la revue  Economic Geography  en 1977. Il était indiqué ce qui suit: «Dans la plupart des pays du monde, il existe peu d’informations fiables sur l’ampleur de la désertification dans certains pays». La carte – indiquée ci-dessous – classait les zones de désertification en «légères», «modérées», «graves» ou «très graves» sur la base d’une combinaison «d’informations publiées, d’expériences personnelles et de consultations avec des collègues».

Carte du monde indiquant l'état de la désertification dans les régions arides du monde. Tiré de Dregne, HE (1977) Désertification des terres arides, géographie économique, vol. 53 (4): pages 322 à 331. © Clark University, reproduit avec l'autorisation de Informa UK Limited, exerçant sous le nom de Taylor & Francis Group, www.tandfonline.com pour le compte de Clark University.
Etat de la désertification dans les régions arides du monde. Tiré de Dregne, HE (1977) Désertification des terres arides, géographie économique , vol. 53 (4): pages 322 à 331. © Clark University, reproduit avec l’autorisation de Informa UK Limited, exerçant sous le nom de Taylor & Francis Group, http://www.tandfonline.com pour le compte de Clark University.

 

En 1992, le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) a publié son premier « Atlas mondial de la désertification » (WAD). Il a cartographié la dégradation des sols due aux activités humaines dans le monde, en s’inspirant largement de « Évaluation mondiale de la dégradation des sols d’origine anthropique » (GLASOD), financée par le PNUE . Le projet GLASOD était lui-même basé sur un jugement d’experts, avec  plus de 250 scientifiques spécialistes des sols et de l’environnement  contribuant à des évaluations régionales qui ont alimenté sa carte mondiale, publiée en 1991.

La carte GLASOD, présentée ci-dessous, détaille l’ampleur et le degré de dégradation des sols dans le monde. Il a classé la dégradation en produit chimique (ombrage rouge), vent (jaune), physique (violet) ou eau (bleu).

Évaluation globale de la dégradation des sols d'origine anthropique (GLASOD). Les zones ombrées indiquent le type de dégradation: chimique (rouge), vent (jaune), physique (violet) et eau (bleu), les zones plus foncées indiquant des niveaux de dégradation plus élevés. Source: Oldeman, LR, Hakkeling, RTA et Sombroek, WG (1991). Carte mondiale de l'état de la dégradation des sols induite par l'homme: note explicative (éd. Rév.), PNUE et ISRIC, Wageningen.
Évaluation globale de la dégradation des sols d’origine anthropique (GLASOD) . Les zones ombrées indiquent le type de dégradation: chimique (rouge), vent (jaune), physique (violet) et eau (bleu), les zones plus foncées indiquant des niveaux de dégradation plus élevés. Source: Oldeman, LR, Hakkeling, RTA et Sombroek, WG (1991). Carte mondiale de l’état de la dégradation des sols induite par l’homme: note explicative (éd. Rév.), PNUE et ISRIC, Wageningen.

Bien que GLASOD ait également été utilisé pour le  deuxième WAD , publié en 1997, la carte a  été critiquée  pour son manque de cohérence et de reproductibilité. Des ensembles de données ultérieurs, tels que l’ évaluation globale de la dégradation et de l’amélioration des terres (GLADA), ont bénéficié de l’ajout de  données satellitaires .

Néanmoins, au moment où le  troisième WAD  – produit par le Centre commun de recherche de la Commission européenne – est arrivé environ deux décennies plus tard, les auteurs ont « décidé de prendre une voie différente ». Comme le rapport le dit:

«La dégradation des sols ne peut être cartographiée de manière globale par un seul indicateur ou par une combinaison arithmétique ou modélisée de variables. Une seule carte mondiale de la dégradation des sols ne peut satisfaire toutes les vues ou tous les besoins. ”

Au lieu d’une seule métrique, l’atlas considère un ensemble de «14 variables souvent associées à la dégradation des sols», telles que l’aridité, la densité du bétail, la perte d’arbres et la baisse de productivité des terres.

En tant que telle, la carte ci-dessous – extraite de l’Atlas – ne montre pas la dégradation des sols, mais la « convergence des preuves » de la concordance de ces variables. Les parties du monde présentant les problèmes les plus potentiels (comme l’indiquent les zones orange et rouge) – telles que l’Inde, le Pakistan, le Zimbabwe et le Mexique – sont ainsi identifiées comme particulièrement exposées au risque de dégradation.

Carte montrant la «convergence des preuves» de 14 risques de dégradation des sols tirés de la troisième édition de l'Atlas mondial de la désertification. Ombrage indique le nombre de risques coïncidents. Les zones qui en ont le moins sont indiquées en bleu, qui augmentent ensuite en vert, jaune, orange et le plus en rouge. Crédit: Office des publications de l'Union européenne

Carte montrant la «convergence des preuves» de 14 risques de dégradation des sols tirés de la troisième édition de l’Atlas mondial de la désertification. Ombrage indique le nombre de risques coïncidents. Les zones qui en ont le moins sont indiquées en bleu, qui augmentent ensuite en vert, jaune, orange et le plus en rouge. Crédit:  Office des publications de l’Union européenne

L’avenir

Comme la désertification ne peut pas être caractérisée par un seul indicateur, il est également délicat de faire des prévisions sur la manière dont les taux de dégradation pourraient changer à l’avenir.

En outre, de nombreux facteurs socio-économiques contribueront. Par exemple, le nombre de personnes directement touchées par la désertification augmentera probablement uniquement en raison de la croissance démographique. La population vivant dans les zones arides du monde entier  devrait augmenter  de 43%, pour atteindre quatre milliards d’ici 2050.

L’impact du changement climatique sur l’aridité est également compliqué. Un climat plus chaud est généralement  plus apte à évaporer l’humidité de la surface du sol  – ce qui augmente potentiellement la sécheresse en combinaison avec des températures plus chaudes.

Cependant, le changement climatique affectera également les régimes de précipitations et une atmosphère plus chaude peut contenir plus de vapeur d’eau, augmentant potentiellement les précipitations moyennes et fortes dans certaines régions.

Il existe également une  question conceptuelle  de distinction entre les changements à long terme dans la sécheresse d’une région et la nature relativement courte des sécheresses.

En général, la superficie mondiale des terres arides devrait s’accroître à mesure que le climat se réchauffe. Les projections selon les scénarios d’émissions RCP4.5 et RCP8.5 suggèrent que les terres arides  augmenteront respectivement de 11% et 23% par rapport à 1961-90. Cela signifierait que les terres arides pourraient représenter respectivement 50% ou 56% de la surface terrestre de la Terre d’ici à la fin du siècle, contre 38% aujourd’hui.

Cette expansion des régions arides se produira principalement «sur le sud-ouest de l’Amérique du Nord, la frontière nord de l’Afrique, l’Afrique australe et l’Australie»,   indique une autre étude. et Amérique du Nord et du Sud ».

Les recherches montrent également que le changement climatique augmente déjà  la probabilité et la gravité des sécheresses dans le monde . Cette tendance devrait se poursuivre. Par exemple,  une étude utilisant le scénario d’émissions intermédiaires «RCP4.5» prévoit des augmentations importantes (jusqu’à 50% à 200% en termes relatifs) de la fréquence des futures sécheresses modérées et graves dans la plupart des Amériques, en Europe, Afrique australe et Australie »

Une autre étude  note que  les  simulations de modèles climatiques «suggèrent des sécheresses graves et généralisées au cours des 30 à 90 prochaines années sur de nombreuses zones terrestres, résultant d’une diminution des précipitations et / ou d’une augmentation de l’évaporation».

Cependant, il convient de noter que toutes les terres arides ne devraient pas devenir plus arides avec le changement climatique. La carte ci-dessous, par exemple, montre l’évolution prévue pour une mesure de l’aridité (définie comme le rapport pluie /  évapotranspiration potentielle , TEP) d’ici 2100 dans le cadre de simulations de modèles climatiques pour RCP8.5. Les zones ombrées en rouge indiquent que les zones deviendront plus sèches (car le PET augmentera plus que les précipitations), tandis que celles en vert deviendront plus humides. Ce dernier comprend une grande partie du Sahel et de l’Afrique de l’Est, ainsi que l’Inde et des parties du nord et de l’ouest de la Chine.

Changements projetés de l'indice d'aridité (le ratio précipitations / PET), simulés sur terre par 27 modèles climatiques CMIP5 d'ici 2100 dans le scénario RCP8.5. Source: Sherwood et Fu (2014). Reproduit avec la permission de Steven Sherwood.

Changements projetés de l’indice d’aridité (le ratio précipitations / PET), simulés sur terre par 27   modèles climatiques CMIP5 d’ ici 2100 dans le scénario RCP8.5. Source: Sherwood et Fu ( 2014 ). Reproduit avec la permission de Steven Sherwood.

Les simulations de modèles climatiques suggèrent également que les précipitations, lorsqu’elles se produiront, seront plus intenses  dans la quasi-totalité du monde , augmentant potentiellement les risques d’érosion des sols. Les projections indiquent que la majeure partie du monde verra une  augmentation de 16-24%  de l’intensité des fortes précipitations d’ici 2100.

Solutions

Limiter le réchauffement climatique est donc l’un des principaux moyens d’  aider à mettre un terme à la désertification  à l’avenir, mais quelles autres solutions existent-elles?

L’ONU a  désigné  la décennie de janvier 2010 à décembre 2020 comme «décennie des Nations Unies pour le désert et la lutte contre la désertification». La décennie devait être «une opportunité d’apporter des changements cruciaux pour garantir la capacité à long terme des terres arides à apporter une valeur au bien-être de l’humanité».

Ce qui est très clair, c’est que mieux vaut prévenir que guérir, et beaucoup moins cher. «Une fois que la désertification s’est produite, il est très difficile d’inverser la tendance», a déclaré Michaelides. En effet, une fois que «la cascade de processus de dégradation a commencé, il est difficile de l’interrompre ou de s’arrêter».

Pour mettre un terme à la désertification avant qu’elle ne commence, il faut prendre des mesures pour «protéger contre l’érosion des sols, prévenir la perte de végétation, prévenir le surpâturage ou la mauvaise gestion des terres», explique-t-elle:

«Toutes ces choses nécessitent des efforts concertés et des politiques de la part des communautés et des gouvernements pour gérer les ressources en terres et en eau à grande échelle. Même une mauvaise gestion des terres à petite échelle peut entraîner une dégradation à plus grande échelle. Le problème est donc assez complexe et difficile à gérer. ”

Lors de la  Conférence des Nations Unies sur le développement durable tenue  à Rio de Janeiro en 2012, les parties ont convenu de «s’efforcer de parvenir à un monde neutre pour la dégradation des sols dans le contexte du développement durable». Ce concept de « neutralité de la dégradation des sols » (LDN) a ensuite  été repris par la Convention  et également  officiellement adopté en  tant que  cible 15.3  des  objectifs de développement durable  par l’Assemblée générale des Nations Unies en 2015.

L’idée de LDN, expliquée en détail dans la vidéo ci-dessous, est une hiérarchie de réponses: premièrement pour éviter la dégradation des terres, deuxièmement pour la minimiser là où cela se produit, et troisièmement pour compenser toute nouvelle dégradation en restaurantant et réhabilitant des terres ailleurs. Le résultat étant que la dégradation globale entre en équilibre – toute nouvelle dégradation étant compensée par le renversement de la dégradation précédente.

 

Pour Mariam Akhtar-Schuster , coprésidente de l’ interface science-politique de la  Convention  et rédactrice en chef du chapitre sur la désertification du rapport sur les terres du GIEC, la «gestion durable des terres» est essentielle pour atteindre l’objectif de la NDT  . Elle dit à Carbon Brief:

«Les pratiques de gestion durable des terres, qui sont basées sur les conditions socio-économiques et écologiques locales d’une région, permettent d’éviter la désertification en premier lieu, mais aussi de réduire les processus de dégradation en cours. »

La GDT signifie essentiellement maximiser les avantages économiques et sociaux de la terre tout en maintenant et en améliorant sa productivité et ses fonctions environnementales. Cela peut englober toute une gamme de techniques, telles que le pâturage en rotation du bétail, améliorer les éléments nutritifs du sol en laissant les résidus de récolte sur le sol après la récolte, piéger les sédiments et les éléments nutritifs qui seraient autrement perdus du fait de l’érosion et planter des arbres à croissance rapide pour constituer un abri du vent.

Test de la santé des sols en mesurant les fuites d'azote dans l'ouest du Kenya. Crédit: CIAT / (CC BY-NC-SA 2.0).

Test de la santé des sols en mesurant les fuites d’azote dans l’ouest du Kenya. Crédit: CIAT / (CC BY-NC-SA 2.0).

Mais ces mesures ne peuvent être appliquées nulle part, note Akhtar-Schuster:

«Etant donné que la GDT doit être adaptée aux conditions locales, il n’existe pas de boîte à outils unique permettant d’éviter ou de réduire la désertification. Cependant, tous ces outils adaptés localement auront les meilleurs effets s’ils sont intégrés à un système national intégré de planification de l’utilisation des sols. »

Stringer convient qu’il n’y a pas de solution miracle pour prévenir et inverser la désertification. Et ce ne sont pas toujours les mêmes personnes qui investissent dans la GDT qui en bénéficient, explique-t-elle:

«Un exemple ici serait celui des utilisateurs des terres en amont d’un bassin versant reboisant une zone et réduisant l’érosion des sols dans les plans d’eau. Pour les personnes vivant en aval, cela réduit les risques d’inondation car il y a moins de sédimentation et pourrait également améliorer la qualité de l’eau. »

Cependant, il y a aussi un problème d’équité si les utilisateurs des terres en amont paient pour les nouveaux arbres et que ceux en aval reçoivent les avantages sans frais, a déclaré Stringer:

«Les solutions doivent donc identifier qui« gagne »et qui« perd »et devraient incorporer des stratégies qui compensent ou minimisent les inégalités.»

«Tout le monde oublie cette dernière partie sur l’équité et la justice», ajoute-t-elle. L’autre aspect qui a également été négligé par le passé est d’obtenir l’adhésion de la communauté aux solutions proposées, dit Stringer.

Les recherches montrent  que l’utilisation des connaissances traditionnelles peut être particulièrement bénéfique pour lutter contre la dégradation des sols. Notamment parce que les communautés vivant dans les zones arides le font avec succès depuis des générations, malgré les conditions environnementales difficiles.

Selon Stringer, cette idée est de plus en plus prise en compte – une réponse aux «interventions descendantes» qui se sont révélées «inefficaces» en raison d’un manque de participation de la communauté.

de la résilience https://www.resilience.org/stories/2019-08-07/desertification-and-the-role-of-climate-change/
via IFTTT

 

 

 

 

Publicités

El Niño, l’enfant terrible du Pacifique, est de plus en plus turbulent

 

 

 

En étudiant des coraux vieux de quatre siècles, des chercheurs australiens ont montré que certaines variantes du phénomène El Niño ont augmenté en nombre au cours des dernières années, tandis que d’autres ont augmenté en intensité.

El Niño est un phénomène climatique étonnamment complexe dont les répercussions sont ressenties partout autour du globe.

Selon certains modèles, le contexte actuel de changements climatiques pourrait augmenter le rythme et l’intensité des « crises » de cet enfant terrible du Pacifique. Or, jusqu’à maintenant, cette affirmation restait difficile à confirmer, puisque les chercheurs n’avaient pas de témoins nous indiquant les cycles d’El Niño avant l’époque où l’on a commencé à prendre des mesures systématiques.

Cela va toutefois changer grâce aux travaux d’une équipe de chercheurs australiens qui ont récemment découvert des archives historiques sur le phénomène El Niño gravées à l’intérieur des coraux.

Ces êtres vivants enregistrent une partie de leur vécu au cœur de leur structure, un peu comme le font les anneaux d’un tronc d’arbre. En « traduisant » ce vécu à l’aide d’une intelligence artificielle, les chercheurs ont pu retracer les faits et gestes d’El Niño au cours des 400 dernières années. Et selon leurs résultats, l’enfant serait de plus en plus turbulent.

Un enfant capricieux

Le phénomène El Niño est difficile à étudier. Cet événement météorologique survient tous les deux à sept ans, et il est caractérisé par une hausse des températures de l’océan Pacifique ainsi que des changements dans les courants marins et aériens de cette région.

Ces changements dans la chaleur et l’humidité augmentent le rythme des événements météo extrêmes et ont des répercussions partout dans le monde. Certaines régions seront frappées par de grands ouragans ou des inondations, tandis que d’autres subiront plus de sécheresses et des feux de forêt.

Image associée

La force et le rythme de ces événements ne sont toutefois pas constants. Certains épisodes, comme celui de 1997-1998, ont entraîné des dommages importants à l’échelle du globe, tandis que d’autres n’ont qu’une faible influence sur les événements météorologiques extrêmes.

De plus, les chercheurs reconnaissent maintenant qu’il existerait deux variantes du phénomène, une qui débute au centre du Pacifique, et une autre qui débute dans l’est de cet océan, chacune touchant plusieurs régions de façon différente.

Jusqu’à maintenant, nos connaissances de l’histoire du phénomène restaient limitées, et les chercheurs ne pouvaient qu’utiliser les données des événements qui ont été mesurés directement au cours du dernier siècle.

Les archives secrètes des coraux

L’étude des coraux va toutefois changer la donne. Ces derniers possèdent un squelette de carbonate de calcium qu’ils assemblent à l’aide de minéraux dissous dans l’océan. Leur composition permet d’en apprendre plus sur la salinité et la température de l’eau où les coraux ont grandi, des informations qui pourraient permettre d’identifier les changements océaniques occasionnés par El Niño.

Or, les modifications subies par les coraux sont infiniment plus complexes que celles que l’on trouve dans les anneaux des arbres, et plusieurs experts croyaient que cette méthode serait impraticable ou même impossible à réaliser.

C’est là que les chercheurs de l’Université de Melbourne se sont tournés vers l’intelligence artificielle. À l’aide d’échantillons de coraux provenant de 27 sites distincts à travers l’océan Pacifique, les scientifiques ont entraîné leur algorithme à reconnaître les modifications des coraux et à les associer aux événements El Niño du dernier siècle dont on connaissait déjà les dates.

Une fois que leur système était capable de faire cette association sans erreur, ils lui ont soumis des données de coraux plus anciens, échelonnés sur les quatre derniers siècles.

Ce faisant, ils ont remarqué que le nombre d’occurrences d’El Niño originaires du centre du Pacifique a plus que doublé durant la deuxième moitié du 20e siècle comparativement aux siècles précédents, passant de 3,5 épisodes par période de 30 ans à 9 épisodes durant la même période.

En ce qui concerne les occurrences d’El Niño débutant dans l’est du Pacifique, leur nombre semble plutôt avoir décliné durant les dernières décennies. Par contre, leur intensité semble suivre la tendance inverse, et les trois derniers phénomènes de ce type à avoir été enregistrés, ceux de 1982, 1997 et 2015, sont parmi les plus puissants El Niño des 400 dernières années.

Selon les chercheurs, cette méthode permet non seulement de mieux comprendre l’histoire du phénomène, mais aussi de mieux prévoir comment il pourrait se comporter au cours des prochaines années. En intégrant de nouvelles données dans les modèles actuels, il sera donc possible de se préparer aux événements météorologiques extrêmes que l’avenir nous réserve.


SOUS L’EFFET D’EL NIÑO, 2019 POURRAIT DEVENIR L’ANNÉE LA PLUS CHAUDE DE L’HISTOIRE

La planète chauffe. Selon plusieurs scientifiques, l’année 2019 pourrait devenir l’année la plus chaude depuis que les températures sont enregistrées. En cause, un probable phénomène El Niño associé au réchauffement climatique. Un record qui pourrait multiplier et intensifier les événements extrêmes comme les sécheresses, les canicules, les inondations…

 

Les années se suivent et sont de plus en plus chaudes. 2015, 2016 et 2017 étaient déjà les années les plus chaudes jamais enregistrées avec des températures moyennes supérieures de 1,2 °C à la période préindustrielle. 2018, à peine terminée, vient d’être classée par Météo France comme année la plus chaude en France depuis le début des mesures en 1900. 

Et selon les scientifiques, plus chaude de l’histoire de l’humanité. En cause : le réchauffement climatique doublé d’un épisode El Niño, un phénomène climatique qui se caractérise par une hausse anormale de la température de l’océan.

« Si un épisode El Nino se concrétise, 2019 sera sans doute plus chaude que 2018 ».

« Au mois d’octobre, les températures de surface de la mer dans l’est du Pacifique tropical semblaient indiquer le retour de conditions associées en général au phénomène El Niño, même si le pendant atmosphérique de ces conditions ne s’est pas encore véritable manifesté », indique l’Organisation météorologique mondiale (OMM). « Si un épisode El Nino se concrétise, 2019 sera sans doute plus chaude que 2018 ».

Résultats de recherche d'images pour « el niño 2019 »

Selon une étude de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA), il y a 80 % de risques qu’un phénomène El Niño se forme et entre 55 % et 60 % de risques que l’événement se poursuive jusqu’au printemps 2019. El Nino pourrait également être retardé et frappé plutôt en 2020. »Je ne suis pas prêt à dire que 2019 sera l’année la plus chaude jamais enregistrée », a déclaré le météorologue Brett Anderson à AccuWeather, « mais je suis assez confiant pour dire qu’elle sera classée parmi les trois années les plus chaudes de l’histoire, indépendamment de la puissance d’El Nino ». 

Des événements extrêmes aggravés par le réchauffement climatique

Le dernier épisode El Niño, qui a pris fin en 2016, est associé au blanchissement de la Grande Barrière de corail, à de graves sécheresses en Afrique ou encore des incendies en Indonésie. Des phénomènes extrêmes aggravés par le réchauffement climatique, ont conclu des chercheurs en août 2018 dans une étude publiée dans Geophysical Research Letters. Plus les températures augmentent, plus les conséquences extrêmes d’El Nino pourraient être fréquentes et intenses.

Or, pour l’instant, les émissions de gaz à effet de serre ne cessent de faire grimper le thermomètre. Selon les experts du groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), au rythme actuel, la température devrait augmenter de 1,5 °C entre 2030 et 2052. Même si l’Accord de Paris est respecté, ce qui n’est actuellement pas le cas, il faut compter sur une augmentation de 3 °C à la fin du siècle.

Cela parait peu mais ces trois petits degrés ont des conséquences dramatiques sur la planète et l’humanité, rendant certaines régions inhabitables. « Chaque degré de réchauffement influe sur la santé humaine, l’accès aux aliments et à l’eau douce, à l’extinction des animaux et des plantes, à la survie des récifs coralliens et à la vie marine », a déclaré la secrétaire générale adjointe de l’OMM, Elena Manaenkova.


 

 

 

 

 

Les océans changeront de couleur d’ici 2100

L’impact du réchauffement climatique sur le phytoplancton modifiera plus rapidement la couleur de la surface des océans que ce que l’on pensait initialement, conclut une nouvelle étude américaine.

La couleur de l’océan repose sur l’interaction entre la lumière du soleil et l’eau, qui absorbe les rayons et réfléchit la partie bleue du spectre. La présence d’organismes dans l’eau change la façon dont se fait l’absorption de la lumière.

Le phytoplancton, par exemple, contient de la chlorophylle, un pigment absorbant le bleu de la lumière pendant la photosynthèse. Les zones plus denses en phytoplancton ont donc une teinte verdâtre.

Des chercheurs de l’Institut de technologie du Massachusetts (MIT) ont simulé l’impact qu’aurait le réchauffement de l’eau sur le phytoplancton, puis ont calculé comment il absorberait et réfléchirait alors la lumière.

« Il y aura une différence notable dans la couleur de 50 % de l’océan d’ici la fin du 21e siècle », affirme Stephanie Dutkiewicz, l’auteure principale de l’étude publiée dans Nature Communications.

Il sera difficile de percevoir ce changement de couleur à l’œil nu. Les images satellites montreront cependant que le bleu et le vert des océans de la planète deviendront plus foncés.

Un modèle amélioré

Pour comprendre les effets qu’auront les changements climatiques, les scientifiques se basent généralement sur la concentration de chlorophylle dans l’océan.

« On utilise des données satellites qui mesurent la couleur de l’eau, et puis on utilise des algorithmes pour déduire la concentration en chlorophylle », explique Claudie Beaulieu, une chercheuse originaire du Québec qui a cosigné l’étude.

« Le modèle du MIT permet plutôt de comparer la réflectance directement », poursuit celle qui a rejoint récemment l’équipe du département des sciences de l’océan de l’Université de Californie à Santa Cruz.

Ce qu’on voit, c’est que les changements climatiques se manifestent un peu plus vite si on surveille la couleur de l’eau, plutôt que la concentration en chlorophylle uniquement.Claudie Beaulieu, Université de Californie à Santa Cruz

« C’est un résultat intéressant, puisque ça nous donne un indice précurseur de l’impact des changements climatiques dans la productivité primaire des océans », poursuit-elle.

Impact sur l’écosystème sous-marin

Plus de 70 % de la surface de la Terre est recouverte d’océans.

L’augmentation de la température de l’eau affecte le taux de croissance des organismes, comme le phytoplancton, et bouleverse les courants océaniques. Des régions seront ainsi plus riches en phytoplanctons et d’autres, plus pauvres.

« S’il y a des changements dans l’abondance et la composition des communautés de phytoplancton, on peut s’attendre à ce qu’il y ait des répercussions dans le reste de la chaîne alimentaire des océans », prévient Claudie Beaulieu.

Le phytoplancton est à la base de la chaîne alimentaire. Ces changements vont avoir des répercussions sur les petits poissons, les invertébrés, et ainsi de suite.Claudie Beaulieu, Université de Californie à Santa Cruz

Un autre impact, poursuit-elle, est le « service que le [phytoplancton] nous rend à absorber du CO2 ». Comme les plantes sur la Terre, les plantes dans l’océan absorbent du dioxyde de carbone.

L’étude s’est basée sur une élévation des températures globales de 3 °C d’ici 2100, ce que prévoient la plupart des scientifiques au rythme actuel des émissions de gaz à effet de serre.

La glace de l’Antarctique fond plus vite que jamais

La fonte annuelle des glaces en Antarctique est plus rapide que jamais, environ six fois plus qu’il y a quarante ans, ce qui entraîne une hausse de plus en plus importante du niveau des océans, ont prévenu lundi des scientifiques.

L’amoindrissement des glaces du Continent Blanc est responsable d’une montée de 1,4 centimètre du niveau des océans de la planète entre 1979 et 2017, selon un rapport des Compte-rendus de l’Académie américaine des sciences (PNAS).

Et le rythme de fonte anticipé devrait entraîner une élévation désastreuse de ce niveau dans les prochaines années, a relevé Eric Rignot, président de la chaire de système scientifique de la Terre à l’université de Californie (Irvine).

« Avec la calotte antarctique qui continue de fondre, nous prévoyons une hausse du niveau des océans de plusieurs mètres à cause de l’Antarctique dans les prochains siècles », a-t-il ajouté.

Selon des études précédentes, une montée de 1,8 mètre d’ici 2100 –l’une des pires prévisions scientifiques– provoquerait l’inondation de nombreuses villes côtières abritant des millions de personnes dans le monde.

Pour cette nouvelle étude, dont les conclusions sont publiées lundi, les chercheurs ont mené la plus longue évaluation de la masse des glaces dans dix-huit régions de l’Antarctique.

Ils ont utilisé des données fournies par des photographies aériennes en haute résolution prises par des avions de la Nasa, ainsi que des images radar provenant de satellites de multiples agences spatiales.

Elles ont permis de déterminer qu’entre 1979 et 1990, l’Antarctique avait perdu en moyenne 40 milliards de tonnes de masse glaciaire par an. A partir de 2009 et jusqu’en 2017, c’est passé à 252 milliards de tonnes chaque année.

Plus inquiétant encore, les scientifiques ont repéré des zones dans l’Est, autrefois considérées comme relativement « à l’abri du changement », mais qui perdent désormais beaucoup de glace.

La baie de Vincennes borde la terre de Wilkes à l’est de l’Antarctique, le 11 janvier 2008

« La région de la terre de Wilkes dans l’Est de l’Antarctique a, globalement, contribué de façon importante à la perte de masse même en remontant jusqu’aux années 1980 », a expliqué M. Rignot.

« Cette région est probablement beaucoup plus sensible au climat que ce qui était traditionnellement présumé et c’est important de le savoir parce qu’elle a davantage de glace que l’Antarctique de l’Ouest et la péninsule Antarctique réunies », a-t-il poursuivi.

Selon lui, le réchauffement de l’eau des océans va accélérer encore plus la fonte des glaces.

Leur température, ont démontré de récentes études, se réchauffe plus rapidement que ce que pensaient les scientifiques et ont atteint des records ces dernières années.

Dans un article antérieur,j’avais donné des informations sur un lac de lave découvert sous la banquise…

 

 

Réchauffement global:tout est annoncé depuis 30 ans

Le réchauffement climatique est annoncé depuis plus de 30 ans par les scientifiques, qui s’en veulent de l’avoir sous-estimé.

De l’élévation du niveau des océans à la montée des événements extrêmes, les bouleversements du dérèglement climatique sont annoncés depuis longtemps, soulignent les chercheurs. Ils admettent cependant avoir pu parfois en sous-estimer l’ampleur.

«Il y a un côté assez triste de voir se dérouler dans le monde réel ce que la physique du climat nous a appris depuis des années», a indiqué à Incheon la climatologue Valerie Masson Delmotte, qui copréside la réunion en cours entre le groupe des experts du climat de l’ONU (GIEC) et les gouvernements. «Malheureusement, tout ou presque était dit il y a 30 ans», souligne Jean Jouzel, longtemps vice-président du GIEC. «Ce réchauffement marqué sur lequel se superpose une recrudescence d’événements extrêmes, c’est ce que l’on vit aujourd’hui!».

«Les choses que les scientifiques avaient promises pour le futur sont en train de se produire», ajoute Jennifer Morgan, la directrice de Greenpeace International. «On pensait avoir plus de temps, mais non.»

Politiciens pointés du doigt

Le climatologue Jean-Pascal Ypersele cite le rapport «Une seule planète», préparé en 1972 pour la première conférence de l’ONU sur l’environnement humain. Le document parlait d’«effets globaux et catastrophiques» d’une possible augmentation de 2 degrés de la température du fait des émissions de CO2.

«Ceux qui ont sous-estimé la sévérité du changement climatique sont plutôt la plupart des dirigeants politiques, qui ont si peu agi pendant tant d’années», poursuit le scientifique belge. Il y voit deux raisons: «Le manque d’intérêt pour les questions à long terme, et les efforts des lobbies des industries des énergies fossiles pour instiller le doute dans les analyses sur le changement climatique et ses solutions».

Les scientifiques admettent aussi avoir souvent penché du côté de la prudence. Pour Michael Mann, de la Pennsylvania State University, «les modèles de projections ont été exagérément conservateurs, avec une tendance à sous-prévoir les impacts en cours, dont la perte de banquise en Arctique, de glace au Groenland ou en Antarctique ouest, et donc la montée des mers en résultant».

Le système «des études scientifiques, qui font l’objet de revue par les pairs, est hautement conservateur», ajoute le climatologue Peter Frumhoff, aujourd’hui à l’ONG Union of concerned scientists. «Et puis, il y a une tradition culturelle en sciences et surtout en science du climat, qui veut ne pas être trop alarmiste».

Réchauffement climatique : les scientifiques sonnent l’alarme

A partir de contributions de 500 scientifiques, l’Administration nationale océanique et atmosphérique américaine rend compte, dans son rapport annuel, de l’accélération du réchauffement.

Alors que des incendies gigantesques continuent de détruire forêts et habitations en Californie et que Météo France annonce plusieurs jours de canicule dans l’Hexagone, l’Administration nationale océanique et atmosphérique américaine (NOAA) publie un nouveau rapportinquiétant sur l’impact du changement climatique sur la planète. «L’Etat du climat 2017» est le résultat de contributions de 500 scientifiques dans 65 pays. En voici les résultats les plus marquants.

1) Des records de niveaux de gaz à effet de serre

L’année dernière, les concentrations dans l’atmosphère des principaux GES (CO2, méthane, et oxydes nitreux) ont atteint, en moyenne, 405 parties par million (ppm), soit la plus forte concentration jamais enregistrée. D’après les scientifiques du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), pour avoir plus de deux chances sur trois de limiter le réchauffement mondial à 2°C d’ici à 2100 (l’objectif de l’accord de Paris), il faudrait que les émissions de CO2 entre 1870 et la période où sa concentration dans l’atmosphère sera stabilisée n’excède pas 2 900 gigatonnes (Gt) de CO2. Or environ 2 100 GtCo2 ont déjà été émises entre 1870 et 2017. Il ne nous reste donc plus que 800 GtCO2 à émettre si nous voulons avoir des chances de respecter l’objectif des +2°C. Les émissions de GES doivent donc impérativement atteindre un pic en 2020, soit dans deux ans, puis diminuer rapidement.

2) Le niveau des mers toujours plus haut

Sous l’influence du réchauffement qui provoque une dilatation de l’eau et la fonte des glaces, le niveau des océans a augmenté de 7,7 centimètres entre 1993 et 2017. C’est la sixième année consécutive que le niveau de la mer augmente par rapport à l’an précédent et il croît de 3,1 centimètres par décennie en moyenne. Cette élévation n’est pas uniforme sur la planète. Dans l’océan Indien et dans le Pacifique tropical, par exemple, elle a dépassé le taux d’augmentation moyen, au contraire de l’est du Pacifique où il est plus bas. Un phénomène étonnant qui est dû à des changements dans la circulation des vents depuis 2012.

 

3) Des océans toujours plus chauds en surface

Les températures dans la partie supérieure des océans ont aussi atteint des maximales en 2017. Les océans se réchauffent en captant du carbone émis dans l’atmosphère par les activités humaines, et le stockent sous forme de chaleur principalement dans les 700 premiers mètres d’eau. Cela participe à l’acidification des océans qui touche durement les mollusques et les coraux, ainsi qu’à la création de zones mortes privées d’oxygène. Le rapport souligne la poursuite d’un épisode de blanchissement des récifs coralliens depuis juin 2014. Dans certaines zones de la grande barrière de Corail au large de l’Australie, plus de 95% des coraux sont morts. Cet évènement a été le plus long, le plus étendu et certainement le plus destructeur des trois observés depuis le début des relevés.

4) 2017, deuxième ou troisième année la plus chaude

Canicule au Québec en 2018
Au Québec,la canicule de 2018 s’est perpétuée tout l’été et plus de 60 personnes sont mortes.

 

D’après plusieurs études, les températures moyennes océaniques et terrestres combinées ont augmenté de 0,38 à 0,48°C par rapport à la moyenne de 1981-2010. Cela fait de l’année dernière la deuxième ou troisième année la plus chaude enregistrée depuis la seconde moitié du XIXe siècle. Le podium étant occupé par 2015 et 2016. D’après l’Organisation météorologique mondiale, 2018 pourrait rapidement prendre la tête du classement.

5) Des pôles qui souffrent de températures toujours plus élevées

C’est au Groenland que l’on peut le mieux constater le réchauffement climatique!

Dans l’océan Arctique, la couverture de glace maximale a atteint son plus bas en 2017 (sur les trente-huit années d’observation). Pour le mois de septembre, cette surface glacée a été 25% plus petite que la moyenne constatée sur cette même période. L’Antarctique n’a pas été épargné. Au 1er mars 2017, la superficie de glace maritime y est tombée à 2,1 millions de kilomètres carrés, soit le plus bas jamais observé sur une journée depuis 1978.

6) Une multiplication des cyclones tropicaux

On se souvient de l’ouragan Maria qui a ravagé les Antilles, Cuba et Porto Rico. De même pour Harvey, qui a dévasté le Texas et la ville de Houston, frôlant le désastre en Louisiane. D’après la NOAA, le nombre de cyclones tropicaux a légèrement augmenté en 2017 : 85 par rapport à la moyenne de 82 sur la période 1981-2010.


EN COMPLÉMENT

Une étude confirme le lien entre le réchauffement climatique et la vague de chaleur actuelle

A partir de relevés météorologiques dans sept stations à travers l’Europe, une équipe de chercheurs a pu établir que le changement climatique avait multiplié la probabilité de vagues de chaleur.

 

«Il y a vingt ans, le changement climatique était une notion abstraite que l’on visualisait dans les projections scientifiques. Il est incroyable aujourd’hui de voir la vague de chaleur en Europe porter l’empreinte de ce réchauffement du climat», déclare Geert Jan van Oldenborgh, chercheur à l’Institut météorologique royal des Pays-Bas. Avec plusieurs climatologues du réseau international World Weather Attribution, il a publié vendredi une étude attribuant la vague de chaleur extrême que connaît depuis mai l’Europe, de la Scandinavie à la Grèce, au réchauffement mondial dû aux activités humaines.

C’est un exercice complexe qu’ont accompli ces chercheurs. A partir de relevés météorologiques dans sept stations à travers l’Europe (Irlande, Pays-Bas, Danemark, Norvège, Suède et deux en Finlande), ils ont pu établir notamment que le changement climatique a multiplié la probabilité d’extrêmes caloriques par 2 à Dublin en Irlande, par 3,3 à De Bilt aux Pays-Bas, et même par 5 à Copenhague.

«Les modèles de projection scientifiques correspondent aux observations faites sur le terrain», explique Friederike Otto, directrice adjointe de l’Institut sur les changements environnementaux de l’université d’Oxford, au Royaume-Uni, qui a aussi participé à cette étude. En Europe centrale, on observe même une hausse des températures plus rapide que prévu. «Avec ce rapport, nous voulons montrer que le réchauffement du climat n’est pas seulement une moyenne mondiale, mais qu’il existe d’importantes disparités dans ce que vivent les humains, même au sein de l’Europe», reprend la chercheuse. En ce qui concerne la vague de chaleur que connaît la Scandinavie depuis deux mois, les scientifiques du World Weather Attribution estiment que le changement climatique d’origine humaine augmente les probabilités de tels extrêmes dans la région, sans pouvoir établir à quel point. La variabilité des phénomènes météorologiques atmosphériques est trop aléatoire pour définir un chiffre précis. Selon l’Administration nationale océanique et atmosphérique (NOAA) américaine, l’Europe a vécu son deuxième mois de juin le plus chaud enregistré, juste derrière celui de la canicule de 2003. Certains pays, comme le Royaume-Uni et le Danemark, ont même changé de couleur, passant du vert au jaune, comme le montrent les images satellites de l’Agence spaciale européenne.

Le continent européen n’est pas le seul touché. 41,1 °C à Kumagaya, au nord-ouest de Tokyo. 51,3 °C à Ouargla en Algérie. 48,9 °C à Chino, dans la banlieue de Los Angeles. 36,6 °C dans l’agglomération de Montréal. 42,7 °C à Bakou en Azerbaïdjan. 40,5 °C à Tbilissi, en Géorgie. 32,5 °C à Kvikkjokk, en Suède, près du cercle polaire. Autant de records de chaleur (depuis le début des relevés) atteints pendant le seul mois de juillet. Ces extrêmes provoquent sécheresses, incendies et pics de consommation d’électricité à travers le monde. En Californie, le parc Yosemite vient de déclarer son ordre d’évacuation le plus étendu depuis trente ans alors que l’incendie appelé Ferguson continue de ravager ce site emblématique américain. Au Japon, 22 000 personnes ont été hospitalisées en début de juillet 2018  à cause de la chaleur étouffante.

En Asie:une chaleur mortelle!


L’ENFER DES INCENDIES EN GRÈCE

 

 

 

 

 


EN CONCLUSION

Il s’agit du début de la fin de notre civilisation.Les incendies en Europe,en Asie et en Amérique ,les inondations partout sur la planète,des zones mortes immenses dans les océans,la fonte du Groenland ,de la calotte Antartique  et des glaciers combinés a la montée inexorable des eaux océaniques annoncent le début d’une Ère Nouvelle pour l’Humanité et toutes les formes de Vie sur Terre!

Annoncée par l’événement du 21  décembre 2012,alors que des  profiteurs parlaient de la fin du monde,la Terre et une grande partie de notre système solaire a été exposé a l’énergie  cosmique venant du centre de notre galaxie…et au centre de  notre galaxie,il y a un trou noir supermassif!

Nous ne pouvons pas freiner la puissance dont nous ignorons la force,mais nous savons que la Sixième Extinction Massive d’Espèces est déjà commencée  et la nouvelle a été propagé vers ceux qui nous ont créé…ou du moins intervenu sur notre génétique:les Dieux…les Annunaki…les Extraterrestres…un Grand Intervenant…Qui sait?

Pour vous remémorer: en 2013 de nombreuses pyramides ont émises un signal dont celle de Chichen Itza,celle de Bosnie,etc.Notre évolution vers la catastrophe actuelle,déjà commencée, est connue de nos Frères du Cosmos et nous devons garder espoir qu’ils nous viennent en aide.

Quand vous apercevrez les Vaisseaux-Mère au-dessus de vous,restez dans la lumière…et vous serez  sauvé!

Tel est le message télépathique que j’ai reçu d’eux!

Mais ils ne sauveront que quelques centaines d’individus présélectionnés et nous ignorons qui ils sont!

Priez s’il-vous-plait!

Stephen Hawkins ,le grand savant disait peu avant de mourir que l’humanité  aura cessé d’exister avant 1,000 ans…et moi,je crois qu’on peut enlever un zéro a son chiffre!

Il se peut aussi que  ce Peuple du Ciel,dont j’estime venir d’Aldébaran,ne sauve que des animaux que nous avons maltraité et abandonné!

Cet ours polaire en train de mourir de faim mérite plus d’être sauvé que les centaines de pécheurs japonais qui utilisent des chiens comme appâts pour prendre des requins!

 

L’humanité en danger:La quantité de CO2 dans l’atmosphère explose pendant que le méthane s’apprête à nous tuer tous

Les concentrations de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère de la Terre ont augmenté à un rythme record en 2016 pour atteindre leurs plus hauts niveaux des 800 000 dernières années, montre le Bulletin de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) sur les gaz à effet de serre.Concrètement, les concentrations globales moyennes de CO2 ont atteint 403,3 parties par million (ppm) en 2016, contre 400,00 ppm en 2015.

La raison? L’activité humaine combinée à un épisode El Niño particulièrement fort. Les concentrations de ce gaz à effet de serre dans l’atmosphère représentent actuellement 145 % de celles qui étaient observées avant l’industrialisation (avant 1750).

Les scientifiques de l’OMM estiment que les brusques variations de CO2 dans l’atmosphère observées ces 70 dernières années sont sans précédent. Ces variations risquent, avec celles d’autres gaz à effet de serre, de déclencher une modification irréversible des systèmes climatiques de la planète et d’entraîner de « graves bouleversements écologiques et économiques », préviennent les signataires du bulletin annuel de l’OMM.

Les concentrations des gaz à effet de serre (dont font également partie le méthane, l’ozone, la vapeur d’eau et le protoxyde d’azote) sont les principaux moteurs des changements climatiques dans l’atmosphère.

Depuis l’industrialisation, la teneur atmosphérique en gaz à effet de serre ne cesse d’augmenter en raison de plusieurs éléments, dont :

  • la croissance démographique
  • l’exploitation des combustibles fossiles à des fins énergétiques
  • la déforestation
  • l’agriculture de plus en plus intensive

Attention, danger

Depuis les années 1990, le forçage radiatif positif de la planète (qui induit un réchauffement de notre système climatique) s’est accru de 40 %. Uniquement de 2015 à 2016, la hausse enregistrée est de 2,5 %.

« Les futures générations hériteront d’une planète nettement moins hospitalière », ajoute-t-il.

 

La dernière fois que la Terre a connu une teneur en CO2 comparable à celle d’aujourd’hui, c’était il y a 3 à 5 millions d’années. La température était à l’époque de 2 à 3 °C plus élevée et le niveau de la mer était supérieur de 10 à 20 mètres par rapport au niveau actuel.

Le Bulletin de l’OMM sur les gaz à effet de serre (en anglais) rend compte annuellement des concentrations de ces gaz dans l’atmosphère. Par émissions, les scientifiques entendent les quantités de gaz qui sont libérées dans l’atmosphère. Par concentrations, ils décrivent celles qui y restent à la faveur des interactions complexes qui se produisent entre l’atmosphère, la biosphère, la cryosphère et les océans.

L’océan absorbe aujourd’hui environ le quart des émissions totales de CO2 et la biosphère un autre quart, limitant ainsi l’accroissement du CO2 atmosphérique.

 


EN COMPLÉMENT

Alerte sur l’atmosphère terrestre : 7000 bulles souterraines géantes de méthane sont sur le point d’exploser dans l’Arctique russe

Un phénomène très inquiétant touche de plus en plus les péninsules du Nord de la Sibérie : pendant l’été, avec le dégel, d’énormes bulles de méthanes se forment juste en dessous de la surface terrestre et éclatent pour former d’énormes cratères. Qu’est-ce qui explique ce phénomène ?

 

Soulevant le sol avant d’exploser et de laisser d’énormes cratères béants dans la toundra, ces bulles de méthane sont les symptomes de la maladie environnementale qui touche les plaines du Grand Nord.

 

Sous la couche d’herbe et de terre s’accumule tous les méthanes contenus dans le pergélisol qui dégèle du fait du réchauffement climatique.

Aujourd’hui il a été établi que l’effet de serre a entrainé une augmentation de la température de la Terre de 1 degré.

Il s’en suit que les glaces de l’Arctique ou de l’Antarctique ont commencé à fondre.

 

Parallèlement des espèces animales disparaissent ou se déplacent.

L’acidification des océans attaque les équilibres marins traditionnels.

Bien d’autres causes ou phénomènes pourraient être cités. Mais il est certain que la plupart d’entre nous continuent à consommer sans restriction aucune et, faut-il l’avouer, avec un désintérêt pour les questions de ce type, même si, bonne conscience oblige, les media en parlent à l’occasion.

Des accords internationaux visent à limiter le réchauffement à 2 degrés, ce qui est déjà considérable. Un effort planétaire devrait être engagé très rapidement pour réduire de manière significative l’émission de gaz à effet de serre.

Quelle est l’ampleur de ce phénomène aujourd’hui, et quels sont les risques encourrus ?

 

 

Les conséquences sont maintenant de plus en plus visibles.  Ainsi les sols gelés des régions arctiques, appelés permafrost, constituent ce que les spécialistes appellent une bombe à retardement. En effet en dégelant de fortes quantités de méthane et de carbone sont libérés. 

Dans le permafrost des restes d’animaux et de plantes sont conservés. En dégelant, ces débris fermentent et laissent échapper de fortes quantités de gaz carbonique et de méthane dans l’atmosphère. On note aussi des bulles de méthane remontant du fond des mers.

Il faut souligner que l’effet de serre causé par le méthane est plus de vingt fois supérieur à celui produit par le gaz carbonique.

On constate en outre des glissements de terrain. En Sibérie de lacs de fonte se forment peu à peu.

Existe-t-il des solutions pour éviter cette catastrophe écologique ? Ou la seule possibilité reste-t-elle de réduire le réchauffement ?

Pour l’instant, il n’y a pas de solutions technologiques qui puisse d’une façon ou d’une autre gérer c’est situation. Il s’agit d’un tout. De tels phénomènes sont désormais bien connus. Les effets bien visibles ne peuvent plus être contestés.

En premier lieu il est indispensable que chacun prenne une conscience claire de ce qui se passe au niveau de notre environnement et surtout des risques encourus par nous et, à la suite, par les générations futures. Sans cette prise de conscience aucune action d’ensemble n’est envisageable.

D’abord au niveau de chacun, les habitudes qui poussent à consommer toujours plus doivent être abandonnées de toute urgence. Notre société, fondée sur cette consommation de masse, n’est plus tenable.

Ensuite les Etats ne peuvent plus différer la mise en œuvre d’accords internationaux et à la mesure des risques constatés.

 

Il s’agit là de politique au sens le plus noble de ce terme. Le triste spectacle qui se déroule ces derniers temps dans nos pays à l’occasion des  multiples élections  montrent ô combien que nos futurs dirigeants, assoiffés de pouvoirs basés sur le paraître, n’ont rien dans leurs discours sur ces questions pourtant au centre de la vie future.

 

Inconscience coupable !…

 

Bulles de méthane gelées!

 

 

 

 

 

 

Alerte climatique:La glace de l’océan Arctique a encore diminué

La glace de l’océan Arctique a atteint son deuxième niveau le plus bas cet été depuis que les scientifiques ont commencé à la surveiller par satellite, un phénomène que les chercheurs voient comme un autre signe inquiétant du réchauffement de la planète.

Le Centre national de données sur la neige et la glace, qui est situé au Colorado, aux États-Unis, a annoncé que la glace de l’océan Arctique était arrivée à son point le plus bas de la saison chaude, samedi, à 4,14 millions de kilomètres carrés. Le record de 3,39 millions de kilomètres carrés avait été atteint en 2012.

Le directeur du Centre, Mark Serreze, a déclaré que le niveau de cette année était techniquement de 10 000 kilomètres carrés de moins qu’en 2007. Il a cependant précisé que les données pour ces deux années étaient si similaires qu’elles étaient en fait à égalité.

Selon M. Serreze, même si l’année 2016 n’a pas établi de nouveau record, elle a tout de même confirmé la tendance à la baisse et n’a fourni aucune preuve que la situation s’améliorait.

pole-artique

Il a expliqué que les données de cette année avaient renforcé le principe selon lequel l’Arctique serait le premier système écologique à être touché par les changements climatiques et servirait donc de sonnette d’alarme.

Le niveau minimum pour 2016 est moins élevé d’environ 2,56 millions de kilomètres carrés que la moyenne de 1979 à 2000. Cela correspond à la superficie combinée de l’Alaska et du Texas.

«Il s’agit d’une perte immense», a commenté Mark Serreze, confiant qu’il ne serait pas surpris que l’océan Arctique soit complètement libre de glace l’été d’ici 2030, une situation qui aura un impact sur la sécurité internationale.

«La tendance est claire et préoccupante, a souligné Kevin Trenberth, un chercheur du Centre national de recherche atmosphérique, dans un courriel. C’est la raison pour laquelle l’ours polaire est le symbole des changements climatiques provoqués par l’être humain. Mais les effets ne se feront pas sentir seulement en Arctique.»

Les experts du climat ne s’entendent pas au sujet d’une récente théorie avançant que la fonte de la glace de l’océan Arctique pourrait changer le courant-jet et les conditions météorologiques plus au sud, surtout en hiver.

«Ce qui se passe en Arctique ne reste pas en Arctique, a indiqué Michael Mann, un spécialiste du climat de l’Université de Pennsylvanie. Il semble de plus en plus probable que le recul important de la glace de l’océan Arctique influence la météo des latitudes tempérées et pourrait être au moins en partie responsable des intempéries plus destructrices que nous avons observées au cours des dernières années.»


CONSTATATIONS

..Depuis plusieurs années la calottes polaire de l’hémisphère Nord fond.
…..L’épaisseur de la glaces de l’océan Arctique est passé de 4,88 m en moyenne dans les années 1980, à 2,75 m en 2000, soit une réduction de 2,13 m en 20 ans. Depuis 1980, tous les dix ans l’Arctique perd environ 10% de sa couche de glace permanente (NASA, 2003).
…..En septembre 2007 la fonte de la banquise a atteint un record avec une superficie de seulement 4,14 millions de km², soit 1,2 million de km² de moins (environ deux fois la surface de la France) que lors du précédent record établi en septembre 2005. En l’espace de 2 ans, la surface de la banquise a perdu 22%. Alors l’océan Arctique pourrait être dépourvu de glace d’ici 50 ans à 100 ans, ce qui aurait des répercussions assez sensibles sur le système climatique mondial.

…..La fonte de l’Arctique n’aura aucun effet sur le niveau des océans comme c’est un glaçon sur l’océan. Mais ce n’est pas le cas pour le Groenland et l’Antartique qui sont des îles couvertes d’une calotte glaciaire. C’est pour celà que la fonte du Groenland ou de l’Antartique et des glaciers font monter le niveau des mers.
…..L’Antarctique renferme 90% de la glace et 70% des réserves d’eau douce. L’épaisseur moyenne de la glace atteint les 2000 mètres avec quelques pointes à 5000 mètres.
…..En fondant le Groenland, l’Antartique, les glaciers et l’Arctique rejettent de l’eau douce dans les océans, ce qui risque d’avoir des effets sur les courants marins.Au fur et à mesure que la glace fond, il y a de moins en moins d’énergie solaire qui est refléchie par la glace et de plus en plus absorbée par l’océan. Ce qui fera fondre encore plus de glace, ainsi de suite, et cela va encore plus vite.
…..La fonte de la glace du Pôle Nord ainsi que des glaciers cause aussi une diminution de l’albédo donc la Terre recevra plus d’énergie du Soleil ce qui la réchauffera encore plus.

…..Depuis plusieurs années le nombre d’icebergs augmente. Jusqu’en 1970, on comptait environ 400 icebergs qui descendaient de l’Atlantique Nord vers les eaux canadiennes. Vers 1980, on en comptait 600. Et 10 ans plus tard ils sont passés à plus de 1000 par an.

D’ici 2050…au plus tard,il ne devrait plus avoir de calotte polaire artique…et de nombreuses esp`ces animales vont disparaître!

 

 

L’humanité en danger:Le point de non-retour aurait été franchi et le réchauffement des océans ne peut plus être arrêté

Ce glacier qui fond dans une région nordique est un bel exemple du réchauffement global des océans. Ceci devrait suffire à lui seul pour décimer la population  du peuple des Humains de la Terre. Nous aurions franchi le point de non retour! Les responsables des entreprises capitalistes polluantes vont vous dire qu'ils sont désolé,donc on n'a plus rien à dire,Nous ,les esclaves!
Ce glacier qui fond dans une région nordique est un bel exemple du réchauffement global des océans.
Ceci devrait suffire à lui seul pour décimer la population du peuple des Humains de la Terre.
Nous aurions franchi le point de non retour!
Les responsables des entreprises capitalistes polluantes vont vous dire qu’ils sont désolé,donc on n’a plus rien à dire,Nous ,les esclaves!

Définition:

Un point de non-retour est dans un continuum spatiotemporel un lieu et/ou moment à partir duquel un évènement ou une action en cours ne peut plus être arrêtée, ou à partir duquel il devient impossible de revenir sur une décision.

Annoncée depuis la conférence de 1992 ,à Philadelphie,la fin de notre civilisation est de mieux en mieux annoncée et sa probabilité de plus en plus évidente.Si les protagonistes éhontés du néolibéralisme actuel,tels que ceux qui nous vantent les vertues du Plan Nord au Québec,l’importance de la croissance économique en se servant du pétrole comme moteur de développement partout en Occident,ou les défenseurs des alliances économiques comme l’ALENA ,par exemple,jouent à l’autruche devant le peuple en continuant le  mythe  de la croissance capitaliste infinie,les savants eux,viennent de donner une note très discordante à leur symphonie « bientôt » achevée:le réchauffement océanique.

Le réchauffement des océans est désormais imparable suite aux températures record de 2014. Voilà le constat annoncé, le 16 juillet 2015, par les scientifiques du monde entier dans le rapport intitulé «L’Etat du Climat». L’étude, qui a rassemblé 413 scientifiques de 58 pays, explique que les changements climatiques ont contribué à la montée des eaux, atteignants un niveau jamais égalé.

Les chercheurs révèlent également que les conséquences des températures océaniques élevées seront ressenties pendant des siècles, même si des efforts immédiats pour réduire les émissions de carbone étaient entrepris. «Même si nous pouvions geler l’effet de serre à son niveau actuel, la mer continuerait à se réchauffer pendant des siècles et des millénaires ; et ce réchauffement entrainera son expansion et donc son élévation», indique au Guardian, l’océanographe de l’Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA) Greg Johnson.

Le réchauffement océanique est installé à demeure

Partout où les températures océaniques sont anormalement chaudes, comme à l’Ouest de la côte étasunienne, l’excès de chaleur produit des hivers plus chauds, provoque des conditions de sécheresse, et fait fondre le manteau neigeux. Selon Tom Karl, le directeur des centres nationaux de l’information environnemental de la NOAA, ce surplus pourrait également déclencher de fortes tempêtes.

La capacité d’absorption des océans n’y changera rien. Même s’ils peuvent retenir 90% de l’excès de chaleur causé par l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre, ils ne peuvent pas contrôler leur température. C’est pourquoi ils ont connu en 2014 des records de températures accompagnés d’une hausse de leurs niveaux de 6,7 centimètres par rapport à 1993. Greg Johnson utilise une métaphore pour illustrer le problème du réchauffement océanique : «C’est comme un train de marchandise. Il faut lui donner une grande impulsion pour le lancer. Mais il est en route maintenant et continuera à avancer longtemps après que nous ayons arrêté de pousser».


LE GIEC ARRIVE DANS LE  PORTRAIT…LA CATASTROPHE SE PROFILE À L’HORIZON

climat-les-chiffres-cle-le-changement-climatique-dans-le-monde-10999426fysyd

« Les conclusions du GIEC s’appuient sur des données datant au mieux de 2005. Compte tenu de la lourdeur de cette organisation, qui réunit 2 500 chercheurs de 130 pays et dont l’ensemble des publications est soumis au consensus, le prochain rapport ne paraîtra pas avant 2014. Or « les dernières observations confirment que le pire des scénarios du GIEC est en train de se réaliser. Les émissions ont continué d’augmenter fortement et le système climatique évolue d’ores et déjà en dehors des variations naturelles à l’intérieur desquelles nos sociétés et nos économies se sont construites », a affirmé le comité scientifique de la conférence. Les prévisions du GIEC anticipent une hausse des températures comprises entre 1,1 °C et 6,4 °C à la fin du siècle par rapport à la période préindustrielle.

Stefan Rahmstorf a présenté une étude selon laquelle le niveau des océans pourrait augmenter dans une fourchette de 75 cm à 190 cm d’ici à 2100. Soit bien au-delà des prévisions du GIEC allant de 18 cm à 59 cm. Celles-ci – et le GIEC avait pris soin de le souligner – ne prenaient pas en compte l’évolution des calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique. Or leur rôle serait en réalité majeur, au travers de la fonte des glaces mais surtout de leur « écoulement » dans la mer. « Ce phénomène est beaucoup plus massif et beaucoup plus rapide que nous ne le pensions », confirme Eric Rignot, professeur à l’UC Irvine en Californie.

Lucka Kajfez Bogataj, de l’université de Ljubljana (Slovénie), a épluché l’ensemble des études climatiques parues dernièrement. Elle conclut sans hésiter : « L’impact du réchauffement est plus précoce et plus rapide que prévu. » Entre 1990 et 2006, le monde a connu les treize années les plus chaudes depuis 1880, qui marque le début de l’ère industrielle, cite-t-elle en exemple. »

Les  immenses incendies de forêts au nord de la Saskatchewan  au Canada,ainsi qu'aux États-Unis et en Australie sont directement lié au réchauffement climatique.
Les immenses incendies de forêts au nord de la Saskatchewan au Canada,ainsi qu’aux États-Unis et en Australie sont directement lié au réchauffement climatique.

[…]  » Présent à Copenhague, le président du GIEC, Rajendra Pachauri, n’est pas sorti de son devoir de réserve mais, à neuf mois de l’échéance, il a jugé « utile que cette conférence rappelle aux politiques qu’il existe une crise plus grave que la crise économique ». James Hansen, le célèbre climatologue de la NASA qui fut l’un des premiers à alerter en 1988 sur les dangers du réchauffement, a été plus direct : « Il faut que l’opinion soit sûre d’une chose. Les scientifiques sont clairs. Il n’existe pas de grosses incertitudes sur le film qui est devant nous. Et les politiques ne peuvent pas s’abriter derrière de prétendues inconnues pour ne pas agir. »

Selon Georges Monbiot, éditorialiste réputé au journal britannique The Guardian, concernant l’évolution du climat, il est temps de cesser de parler de « changement » pour décrire une catastrophe (13 mars 2009).

Plus récemment encore, le même Georges Monbiot annonce clairement la couleur: il faut cesser d’émettre du CO2 ou aller à la catastrophe (21 mars 2009): « Le monde ne s’adaptera pas et ne pourra pas s’adapter : la seule réponse adaptative à une pénurie mondiale de denrées alimentaires, c’est la faim. Des deux stratégies, c’est la réduction des émissions, et non pas l’adaptation, qui s’avère être l’option la plus réaliste, même elle si elle étire le concept de faisabilité jusqu’à ses limites. Comme le souligne Dieter Helm, l’action requise est aujourd’hui peu probable, mais « pas impossible. En fin de compte, c’est une question de bien-être humain et d’éthique. »

Oui, il est peut-être déjà trop tard – même si nous réduisions et d’éthique. »

Oui, il est peut-être déjà trop tard

– même si nous réduisions demain les émissions à zéro –

pour prévenir un réchauffement de plus de deux degrés, mais nous ne pouvons pas nous comporter comme si c’était le cas. Car ainsi nous rendrions cette prédiction certaine. Aussi difficile ce combat soit-il, aussi improbable ses chances de succès soient-elles, nous ne pouvons nous permettre de renoncer.

En clair, les scientifiques ont fait leur travail. Aux politiques maintenant de faire le leur…mais croyez-vous que les politiciens vont bouger?

LA SONNETTE D’ALARME EST LANCÉE DEPUIS LONGTEMPS

 Les experts mondiaux du climat présentent vendredi de nouvelles preuves de l’ampleur du réchauffement dans un rapport, destiné à guider les Etats vers un grand accord international sur le climat en 2015.

Les Maldives sont parmi les premières victimes du réchauffement climatique.
Les Maldives sont parmi les premières victimes du réchauffement climatique.

Leur objectif est de contenir le réchauffement climatique sous le seuil de +2°C depuis l’époque pré-industrielle. Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), réuni à Stockholm, devait finaliser son rapport destiné à guider les pays vers un grand accord international en 2015. 

Le Giec, co-lauréat du prix Nobel de la paix en 2007, devait  présenter en 2013  le « résumé pour décideurs » du premier volet de son nouvel état des lieux, portant sur les aspects purement scientifiques. Deux volumes (sur les impacts possibles par secteur et par région et les moyens de les atténuer) devaient suivre  au printemps 2014 avant une synthèse en octobre 2014.

Les innondations se multiplient depuis quelques années...partout dans le monde.
Les innondations se multiplient depuis quelques années…partout dans le monde.

Après l’échec du sommet de Copenhague en 2009, ces signaux d’alerte sont susceptibles de relancer les négociations internationales sur le climat. Un nouvel accord global est promis pour 2015 .

+0,8°C depuis le début du XXe siècle

« Les preuves scientifiques du (…) changement climatique se sont renforcées année après année, laissant peu d’incertitudes à part ses graves conséquences« , a rappelé lundi le président du Giec, Rajendra Pachauri. Alors que la planète s’est déjà réchauffée d’environ 0,8°C depuis le début du XXe siècle, les conclusions du Giec risquent de mettre en lumière le peu de marge dont disposent les pays pour rester sous la barre des 2°C.

Reposant sur les contributions de 250 scientifiques et des études déjà publiées, le premier volume devrait confirmer la responsabilité de l’homme, revoir à la hausse la montée attendue du niveau de la mer et l’intensification de certains événements extrêmes dans certaines régions, comme les vagues de chaleur ou les fortes pluies par exemple. 

Ralentissement de la hausse depuis 10-15 ans

Ce résumé devrait également aborder les raisons possibles du ralentissement observé depuis 10-15 ans dans la hausse du thermomètre. Une « pause » apparente qui, pour les climatologues, est provisoire et ne remet pas en cause la tendance de réchauffement à long terme.

Depuis  2013, c’est ce « résumé pour décideurs », un document d’une trentaine de pages résumant les milliers de pages du premier volume, qui est approuvé paragraphe par paragraphe à huis clos. « Ces discussions peuvent être vues comme l’endroit où se rencontrent la science, la politique et la communication », estime la responsable de la communication de l’une des ONG présentes à Stockholm.

Les experts du climat du Giec ont présenté ,en 2013,leur nouveau rapport. Réchauffement de la Terre, responsabilité de l’Homme, multiplication des phénomènes météorologiques extrêmes, hausse du niveau de la mer… leurs conclusions sont inquiétantes.

 


LE FAMEUX RAPPORT DU GIEC EN  2013

La photo alarmante du réchauffement global.
La photo alarmante du réchauffement global.

Les experts mondiaux du climat  ont présenté  en 2013,leur nouveau rapport à Stockholm. Rassemblés au sein du Giec, ils assurent que la responsabilité de l’homme dans le  réchauffement climatique est plus certaine que jamais. Voici les principales conclusions de ce nouvel état des lieux scientifique. 

– L’activité humaine davantage pointée du doigt. Il est désormais « extrêmement probable » que l’influence humaine est la principale cause du réchauffement observé depuis le milieu du 20e siècle, ce qui équivaut à 95% de certitude dans la terminologie très précise du rapport. Dans son dernier rapport, en 2007, cette certitude était de 90%.

– Ca chauffe de plus en plus, quatre scénarios possibles.Le Giec estime qu’il est probable que la Terre se réchauffe entre 0,3°C, dans le scénario le plus optimiste, et 4,8°C d’ici la fin du siècle par rapport à la température moyenne de la période 1986-2005. La forte incertitude dépend en premier lieu des quantités de gaz à effet de serre qui seront émises dans l’atmosphère dans les prochaines décennies. 

le-rapport-alarmant-du-giec-en-chiffres-les-dernieres-annonces-11000225jktyb

– La température est déjà montée de 0,8°C depuis l’époque pré-industrielle. La Terre s’est déjà réchauffée de près d’un degré en un siècle. « Limiter le changement climatique va nécessiter des réductions substantielles et durables des émissions de gaz à effet de serre », selon Thomas Stocker, vice-président du Giec.

Le réchauffement climatique est bien chiffré ici.
Le réchauffement climatique est bien chiffré ici.

 
La météo va s’affoler de plus en plus. « Les vagues de chaleur vont probablement se produire plus fréquemment et durer plus longtemps. Avec le réchauffement de la Terre, nous nous attendons à voir les régions actuellement humides recevoir davantage de précipitations et les régions sèches en recevoir moins, même s’il va y avoir des exceptions », selon Thomas Stocker. Les experts du Giec n’ont cependant pas précisé certains aspects de ces manifestations météorologiques.
  
– Le niveau de la mer devrait monter plus que prévu.Le Giec revoit à la hausse ses projections sur cette conséquence majeure du réchauffement. Les scientifiques estiment désormais qu’elle peut monter en moyenne de 26 à 82 cm d’ici 2100 contre 18 à 59 cm dans le rapport 2007. Les climatologues prennent désormais mieux en compte un phénomène encore insuffisamment étudié il y a 6 ans : un écoulement dans les océans des glaciers côtiers du Groenland et de l’Antarctique.


Selon un rapport de chercheurs sur le climat, les gaz à effet de serre ont atteint des sommets de concentration dans l’atmosphère en 2014, tandis que la planète a enregistré une température record à sa surface.

 

Exemple d'irresponsabilité sociale et politique:les exploitations des sables bitumineux au nord de l'Alberta,au Canada. La pollution des eaux de surface et des eaux  souterraines devrait couter 10 fois la valeur  des profits générés  par ce sale pétrole.
Exemple d’irresponsabilité sociale et politique:les exploitations des sables bitumineux au nord de l’Alberta,au Canada.
La pollution des eaux de surface et des eaux souterraines devrait couter 10 fois la valeur des profits générés par ce sale pétrole.

Alors que nous vivons actuellement un nouvel épisode de canicule, des chercheurs sur « l’Etat du climat » (State of the Climate), rapportent ce jeudi que les températures enregistrées sur la surface de la Terre ont battu des records en 2014. Ces spécialistes ont également noté que les gaz à effet de serre à l’origine du changement climatique ont atteint des sommets de concentration dans l’atmosphère l’an dernier.

Extinction de la biodiversité 15 à 37% de la biodiversité auront disparu d'ici 2050 du fait du réchauffement planétaire, affirme un article publié en 2004 par un collectif de scientifiques du monde entier. Le rythme actuel de disparition des espèces de la planète est de 100 à 1000 fois supérieur au rythme naturel qu'on a connu depuis l'histoire de la terre. En savoir plus
Extinction de la biodiversité 15 à 37% de la biodiversité auront disparu d’ici 2050 du fait du réchauffement planétaire, affirme un article publié en 2004 par un collectif de scientifiques du monde entier. Le rythme actuel de disparition des espèces de la planète est de 100 à 1000 fois supérieur au rythme naturel qu’on a connu depuis l’histoire de la terre. En savoir plus

Dans leur rapport publié par l’Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA), les 413 scientifiques originaires de 58 pays différents, révèlent que les océans eux aussi ont connu l’an dernier des records de température tandis que le niveau de la mer a atteint son plus haut niveau. « L’Europe a connu son année la plus chaude et de loin, avec une vingtaine de pays qui ont battu de précédents records », précise le rapport.
« Beaucoup de pays en Asie ont connu des températures annuelles parmi les dix plus chaudes. L’Afrique a recensé des températures supérieures à la moyenne sur la majorité du continent, l’Australie a battu un record de températures pour la troisième fois, après un sommet en 2013 ». En Amérique latine, le Mexique a connu son année la plus chaude tandis que l’Argentine et l’Uruguay ont atteint pour la deuxième fois des sommets de températures.
Exception en matière de température, la région Est de l’Amérique du Nord ( dont particulièrement le Québec) est la seule zone dans le monde à avoir connu l’an dernier des températures inférieures à la moyenne.

Un lac asséché en Chine:bientôt des centaines de millions de gens   deviendront des victimes de cet asséchement.
Un lac asséché en Chine:bientôt des centaines de millions de gens deviendront des victimes de cet asséchement.

 
Quant au niveau global des mers, en hausse de 6,7 centimètres par rapport à la moyenne de 1993, il a aussi atteint un nouveau record en 2014.
Rapport basé sur des données collectées par les postes de surveillance de l’environnement et publié dans le Bulletin of the American Meteorological Society.

Des événements climatiques extrêmes comme   la supertempête Sandy,en octobre 2012, deviendront de plus en plus fréquents et intenses. L'environement va devenir hostile aux humains.
Des événements climatiques extrêmes comme la supertempête Sandy,en octobre 2012, deviendront de plus en plus fréquents et intenses.
L’environnement va devenir hostile aux humains.

La température a dépassé jeudi ,le 5 juillet 2015,les 50 degrés Celsius au Koweït, un record pour cette année, selon le Centre météorologique de ce pays désertique du nord du Golfe. Les températures tournent autour de 40°C durant l'été au Koweït mais il arrive qu'elles grimpent au-dessus de 50°C. Aux environs de 14H00 locales (11H00 GMT) le mercure est monté à 50,1°C dans la capitale koweïtienne, pour la première fois cette l'année, selon le site internet du centre. Il a même atteint 50,9°C à l'aéroport international, situé à une vingtaine de km au sud de la capitale. Ce niveau a été dépassé dans le désert alors que les Koweïtiens et les communautés musulmanes vivant dans le pays observent le jeûne du mois du ramadan. Au poste frontalier d'Abdali avec l'Irak, à 120 km au nord de la capitale, la température a atteint 51,1°C et même 52°C dans la localité proche de Mutriba. Ces températures exceptionnelles ont été provoquées par un front d'air chaud et sec alors que l'humidité n'atteint que 5%, selon le Centre météorologique. En conséquence, la consommation d'électricité, largement utilisée pour la climatisation, a atteint un pic de 12.000 mégawatts, soit près de 90% de la capacité du pays, et 500 mégawatts de plus que mercredi.
La température a dépassé jeudi ,le 5 juillet 2015,les 50 degrés Celsius au Koweït, un record pour cette année, selon le Centre météorologique de ce pays désertique du nord du Golfe.
Les températures tournent autour de 40°C durant l’été au Koweït mais il arrive qu’elles grimpent au-dessus de 50°C.
Aux environs de 14H00 locales (11H00 GMT) le mercure est monté à 50,1°C dans la capitale koweïtienne, pour la première fois cette l’année, selon le site internet du centre.
Il a même atteint 50,9°C à l’aéroport international, situé à une vingtaine de km au sud de la capitale.
Ce niveau a été dépassé dans le désert alors que les Koweïtiens et les communautés musulmanes vivant dans le pays observent le jeûne du mois du ramadan.
Au poste frontalier d’Abdali avec l’Irak, à 120 km au nord de la capitale, la température a atteint 51,1°C et même 52°C dans la localité proche de Mutriba.
Ces températures exceptionnelles ont été provoquées par un front d’air chaud et sec alors que l’humidité n’atteint que 5%, selon le Centre météorologique.
En conséquence, la consommation d’électricité, largement utilisée pour la climatisation, a atteint un pic de 12.000 mégawatts, soit près de 90% de la capacité du pays, et 500 mégawatts de plus que mercredi.

%d blogueurs aiment cette page :