Astronomie:Une toute petite planète naine détectée aux confins du Système solaire

 

S’ils n’ont pas encore détecté cette mystérieuse planète X, l’astrophysicien Scott Sheppard de l’Institut Carnegie et ses collègues estiment que l’orbite de ce nouvel objet soutient la présence d’une planète encore plus lointaine, peut-être une super-Terre.

NASAEn effet, l’orbite très allongée du nouvel objet nommé 2015 TG387, qu’ils ont surnommé « the Goblin » permet de penser qu’une neuvième planète pourrait se trouver dans le nuage d’Oort, l’extrême limite de notre système, bien au-delà de la ceinture de Kuiper, la dernière ceinture d’astéroïdes.

Si la présence de ces deux astres se confirmait, les limites extérieures de notre système seraient complètement redessinées.

À l’heure actuelle, la planète naine connue la plus lointaine est Pluton, qui est à une distance moyenne de 5880 millions de kilomètres du Soleil.

La planète naine qui aurait été détectée serait un monde glacé au diamètre estimé à 300 km. Elle serait donc une « petite » planète naine. Au plus près, elle s’éloigne du Soleil environ 2,5 fois plus loin que Pluton. Au plus loin, elle s’éloigne du Soleil jusqu’à 60 fois plus loin que Pluton.

Cet objet serait la troisième planète naine découverte dans les dernières années aux confins du système, après 2003 UB313 et l’astre 2012 VP113.

Ces objets de l’intérieur du nuage d’Oort sont extrêmement intéressants à étudier. Ils peuvent être utilisés comme des sondes pour comprendre ce qui se passe à la périphérie de notre Système solaire.

Scott Sheppard, astrophysicien de l’Institut Carnegie

« Nous pensons qu’il pourrait y avoir des milliers de petits corps comme 2015 TG387à la périphérie du Système solaire, mais leur distance les rend très difficiles à détecter », explique David Tholen de l’Université d’Hawaï.

Les chercheurs soutiennent donc qu’une hypothétique planète X semble affecter 2015 TG387 de la même manière qu’elle influerait sur tous les autres objets extrêmement éloignés du Soleil. Si les simulations actuelles ne prouvent pas qu’il y a une autre planète massive dans notre système, elles sont une preuve supplémentaire que quelque chose d’énorme se trouve à ses confins.

Le détail de cette découverte sera prochainement l’objet d’un article dans The Astronomical Journal (en anglais).

Exploration spatiale:De l’eau glacée trouvé sur la planète naine Cérès

Cérès nous cache beaucoup de choses...nous ne faisons que commencer à la découvrir!
Cérès nous cache beaucoup de choses…nous ne faisons que commencer à la découvrir!
Deux nouvelles études ont révélé que la planète naine Cérès abrite d’importantes quantités d’eau  glacée.

Le plus grand objet dans la ceinture d’ astéroïdes entre Mars et Jupiter, Cérès, a fait l’objet de beaucoup d’ intrigues récemment grâce à ses deux  points lumineux mystérieux et ses caractéristiques en  surface… anormales.

Maintenant , les scientifiques croient qu’ils ont identifié de la glace d’eau piégée dans les cratères d’ ombre en permanence sur sa surface – les régions qui peuvent atteindre des températures inférieures à -260 degrés Fahrenheit.

« Ces études soutiennent l’idée que la glace a été séparée de la roche très tôt dans l’histoire de Cérès », a déclaré le scientifique du projet Aube, Carol Raymond.

« Cette séparation a formé une couche de la croûte très riche en glace, et cette  glace est restée près de la surface depuis le début de  l’histoire du système solaire. »

La découverte est particulièrement intéressante car Ceres est beaucoup plus proche du Soleil que Europa, Encelade et d’ autres mondes glacés où d’immenses océans souterrains  d’eau liquide sont censés exister.

L’ eau liquide aurait également été nécessaire sur Cérès pour produire les minéraux que nous voyons sur sa surface.

« Cette combinaison de l’ eau et de la roche, est particulièrement concluante pour un environnement habitable, mais nous ne pouvons comparer les empreintes chimiques sur la surface, et nous avons des preuves pour dire que la présence de l’océan sous la surface était très probable», a déclaré Raymond.

« Ceres est un objet très intéressant, ce qui équivaut à Europa ou Encelade en termes de potentiel d’ habitabilité. En trouvant des organismes qui étaient riches en eau dans le passé lointain, nous pouvons découvrir des indices quant à l’ endroit où la vie a pu exister dans le système solaire primitif. « 

Donc ce qui manque à Cérès poyr y vivre:c’est un soleil  plus près pour la  réchauffer.

Source: Independent

%d blogueurs aiment cette page :