Nouvel Ordre Mondial:L’oncle Donald est «l’homme le plus dangereux du monde»

Ce mémoire époustouflant de la nièce du président révèle la dynamique tordue de la première famille américaine « gravement dysfonctionnelle ». [Le livre s’est vendu à 950 000 exemplaires le premier jour, établissant un record pour l’éditeur. – LD]

Comme l’Amérique, Trump prétend être unique, exceptionnel, une auto-création brillante. Ce livre de sanièce séparée démolit ce mythe. Les mémoires impitoyables de Mary Trump reprochent à leur famille de l’avoir créé: elle le voit comme sa mission patriotique de «faire tomber Donald», et elle le fait en montrant à quel point le self-made man ultime a toujours été dérivé et dépendant.
Trump a d’abord été financé par un père indulgent, qui l’a payé pour être un show-off oisif et a fièrement recueilli des rapports de tabloïds sales sur ses singeries; de nos jours, il est soutenu par des hommes plus durs et plus rusés tels que Vladimir Poutine et le sénateur Mitch McConnell, pour qui il est un pantin facilement manipulable.
Sleaze and greft, nous découvrons ici, sont le patrimoine génétique de Trump.
Son grand-père a fui l’Allemagne pour éviter le service militaire et a fait fortune dans des bordels au Canada.
Son père était un propriétaire qui se faisait passer pour un promoteur immobilier pour récolter des subventions gouvernementales pour des propriétés qui n’ont jamais été construites.
Voici une photo de Donald Trump en 1975 , 29 ans, avec son père à Brooklyn
La mère de Donald, née dans la misère en Écosse, est restée si modérément économe qu’elle s’habillait chaque semaine avec son étole de fourrure et conduisait sa Cadillac rose dans la banlieue de New York pour récupérer de la petite monnaie dans les buanderies à pièces des immeubles appartenant à la famille; ses tirelires étaient des boîtes de conserve vides qui contenaient autrefois du saindoux. Elle est restée émotionnellement absente, préoccupée par ses maux, tandis que son mari considérait leur progéniture mâle comme de simples  empreintes de lui-même, engendrés pour s’assurer que la famille gardait la main sur son butin.
Élevé dans un tel environnement, comment Donald Trump pourrait-il ne pas émerger comme «un petit homme mesquin et pathétique»? N’ayant jamais reçu d’affection, il se la donne dans des orgies de lissage et de vantardise; les partenaires de vie qu’il sélectionne en série semblent avoir été choisis dans un catalogue de vente par correspondance.
Sa première épouse, Ivana, est résumée par Mary comme «tout flash, arrogance et dépit», avec un «penchant pour le regifting» révélateur. Les cadeaux ritualisés d’Ivana sont décrits comme un exercice de mépris: un Noël, elle présente à la mère de Mary un luxueux sac à main contenant un Kleenex usagé.
Ivana Trump ,sa mère.
Melania est, pour Donald, un trophée, destiné à occuper une niche dans une vitrine. Présidant un repas de la fête des pères à Trump Tower, Melania ne prononce qu’un mot toute la soirée. Ce mot, exprimant au mieux une curiosité théorique sur le monde, est: «Vraiment?» 
Melania photographiée en 1996 , alors qu’elle faisait des séances photo nues pour Max Magazine, un magazine français pour les hommes affamés de sexe

 

Tout au long  du livre, l’oncle de Mary n’est pas le président Trump mais simplement Donald. Avec un manque de respect désinvolte, elle le prive même de l’article défini déployé par Ivana qui l’a toujours appelé «le Donald». Les diplômes professionnels de Mary en tant que psychologue [elle a un doctorat] lui permettent de cocher rapidement ce qu’elle appelle les «pathologies» de Donald, qui incluent le narcissisme, la sociopathie et les troubles d’apprentissage qui peuvent être dus à la douzaine de Coca light qu’il siphonne quotidiennement. Dans une condamnation finale surprenante, elle accuse que son «besoin lâche de « vengeance »» sur les opposants le rend, dans sa nonchalance à propos du coronavirus à New York, responsable de ce qu’elle appelle un «meurtre de masse».

L’érotomanie peut être ajoutée à la liste de ses vices.

Mary Trump,sa nièce


Une fois à la piscine de Mar-a-Lago, Donald a dégoûté Mary en mesurant ses seins: « Putain de merde, quels gros lolos » remarque-t-il en salivant. Ce méchant oncle est tout idiot, sans surmoi pour retenir les doigts qui démangent de tweeter, jouent avec un gros bouton nucléaire rouge, ou prêt à «attraper par la chatte» toute femelle qui passe à proximité .

Chaque fois que Donald tentait de gérer une entreprise réelle – une compagnie aérienne, un casino ou une université douteuse – le résultat était la faillite.

Les mensonges qu’il raconte compulsivement sont pour Mary un autre «mode d’auto-agrandissement», une couverture pour son inadéquation tremblante. Malheureusement stupide, il a même dû engager « une mère porteuse » pour passer les examens d’entrée à l’université « en son nom ».

Toute sa vie, il a «échoué vers le haut»; il compte sur le fait d’être «récompensé pour son mauvais comportement», ce qui s’est reproduit lorsque le Sénat a bloqué sa destitution.

Vu par Mary, il est un être humain sous-développé, qui est instantanément passé de la petite enfance pleurnicharde à la vieillesse louche, passant à côté de l’âge intermédiaire de la raison et de la responsabilité, dans lequel le reste d’entre nous passe le plus clair de son temps.



EN COMPLÉMENTAIRE
Sur la mort de la démocratie
par Lasha Darkmoon
Les Américains auront le président qu’ils méritent dans quatre mois, soit Biden avec ses nombreux défauts, soit Trump avec ses nombreux défauts.  
Bernard Shaw a un jour observé: «La démocratie est un dispositif qui garantit  que nous ne serons pas mieux gouvernés que nous le méritons.» C’est peut-être pour cela que nous avons Trump, car Trump est ce que l’Amérique mérite.
Pourquoi la «plus grande démocratie du monde» est incapable de trouver d’autres candidats à l’exception de ces deux charmeurs actuellement proposés, l’incorrigible Trump et l’abominable Biden, est une énigme qu’aucun n’a été capable de résoudre. Dans un pays comme l’Amérique, on n’a plus le droit de voter pour le «meilleur» candidat. On est obligé de choisir le moindre de deux maux. (En France aussi)
Platon  a manifestement beaucoup réfléchi à cette question. Et ce qu’il a dit, plus de 350 ans avant le Christ, a encore beaucoup de sens aujourd’hui. «Pour un État dans lequel la loi est respectée, la démocratie est la pire forme de gouvernement, mais si la loi n’est pas respectée, c’est la meilleure.»
Platon croyait que la meilleure forme de gouvernement était une aristocratie bénigne: «les Gardiens». En bref, une dictature d’oligarques éclairés, un petit groupe de vieillards sages qui n’avaient aucune envie de plumer leurs propres nids ou de promouvoir leurs propres intérêts.[1] Leur seul souci était de statuer avec équité et justice dans l’intérêt de la majorité. Les femmes et les imbéciles étaient censés faire ce qu’on leur disait et ne pas se mêler des affaires de l’État. Une sage décision, à mon humble avis, tout bien considéré.
Jamais une seule fois dans l’histoire, pour des raisons trop complexes à expliquer ici, il n’a été possible de réaliser cette utopie platonicienne. Le plus grand bonheur du plus grand nombre, le but politique de l’utilitarisme benthamite, s’est avéré irréalisable. Nous vivons dans un monde darwinien mangeur de chien dans lequel seuls les plus aptes survivent. L’État profond, par lequel nous sommes gouvernés aujourd’hui, incarne ce principe impitoyable. L’État profond n’est pas intéressé à rendre la vie facile pour les masses. Il s’agit uniquement d’une prédation réussie.
Nos dirigeants peuvent être décrits comme les agriculteurs populaires; et nous, le peuple, sommes leur bétail.
Pour passer aux choses sérieuses: qui remportera les élections de novembre, Trump ou Bidden? Contre toute attente, je prédis une victoire pour Trump. Les sondages d’opinion donnent à Biden une énorme avance: 50% contre 38% pour Trump . Cela n’a pas de sens. 
Parce que Trump, avec l’état profond derrière lui, trichera. 
Rappelez-vous que c’est l’homme qui s’est frayé un chemin à l’université en engageant quelqu’un d’autre pour passer ses examens d’entrée à sa place.
Trump remportera la victoire, je crois, selon le principe proposé si cyniquement par Staline«Ceux qui votent ne décident de rien. Ceux qui comptent les votes décident de tout. » [2]
La vidéo ci-dessous révèle aux Américains à quoi ressemble vraiment leur président. Je ne m’excuse pas de l’avoir téléchargée. Après tout, ce sont les propres mots de Trump.
Trump est le meilleur proposé, semble-t-il. Nous devons être reconnaissants d’avoir Trump à la barre, aussi épouvantable qu’il puisse paraître à première vue. Pensez simplement à quel point cela aurait été pire si, au lieu de Trump, nous avions eu Staline – ou Néron, Caligula, Ivan le Terrible ou Genghis Khan.
Les Américains auront Trump parce qu’il est ce qu’ils méritent . C’est un compliment, pas une insulte. Trump est un produit du Zeitgeist américain . Il pense comme l’Amérique, parle comme l’Amérique, mange comme l’Amérique, se pavane comme l’Amérique et, de toutes les manières, tient le miroir de l’Amérique. Il est l’Amérique personnifiée. 

Anarchie politique américaine:Donald Trump espère éviter le «shutdown» qui approche

Le président américain a reçu des sénateurs démocrates à la Maison Blanche vendredi, quelques heures avant l’ultimatum.

Le président américain Donald Trump s’est montré optimiste vendredi sur un accord pour le financement de l’Etat fédéral qui éviterait une fermeture partielle des administrations à partir de minuit, même si les espoirs restaient minces à quelques heures de l’échéance.

A la veille du premier anniversaire de son arrivée au pouvoir, l’issue de ce psychodrame récurrent de la politique américaine qui ternit l’image de la première puissance mondiale est entre les mains des sénateurs.

Ils doivent adopter avant minuit (05H00 GMT) une extension du budget pour quatre semaines, jusqu’au 16 février. Les républicains, majoritaires avec 51 sièges, ne peuvent se passer des démocrates car un minimum de 60 voix (sur 100) est nécessaire. A défaut, le pays vivra son premier «shutdown» depuis octobre 2013, synonyme de chômage technique sans paie pour plus de 850’000 fonctionnaires.

Des progrès

M. Trump a évoqué sur Twitter une «excellente réunion préliminaire» avec le chef des sénateurs démocrates Chuck Schumer, qu’il a rencontré dans l’après-midi à la Maison Blanche. «Nous faisons des progrès», a-t-il ajouté, affichant sa préférence pour une prolongation de quatre semaines.

 

Plus tôt, M. Schumer avait également évoqué «des progrès» mais aussi «de nombreux désaccords» entre les deux camps. Les parlementaires et la Maison Blanche devraient poursuivre leurs intenses tractations sur un texte de consensus jusqu’à minuit, et peut-être au-delà.

«Nous pouvons y arriver, nous sommes assez proches» d’une solution, a ajouté un autre sénateur démocrate, Tim Kaine. Il a toutefois estimé qu’un accord pourrait intervenir «dans les prochains jours», impliquant que le «shutdown» aurait bien lieu au moins pour le weekend.

Si le Sénat amende le texte, il devra retourner à la Chambre pour approbation «et cela prendrait du temps pour rassembler tout le monde», a expliqué Mick Mulvaney, le directeur du Budget. «Il y a de bonnes chances qu’il (le texte) soit approuvé» avant lundi matin, a-t-il ajouté. La Maison Blanche a annoncé que le président, qui devait rejoindre sa luxueuse résidence en Floride, resterait à Washington jusqu’au vote du texte.

Mais au-delà de cette mesure temporaire, la quatrième depuis septembre, la majorité républicaine souhaite adopter un budget 2018 définitif de plusieurs centaines de milliards de dollars qui dope notamment les dépenses militaires, une promesse de campagne de M. Trump qui estime les forces armées sous-équipées après plus de seize ans de guerre ininterrompue.

La Chambre des représentants a approuvé jeudi soir cette extension provisoire, qui finance également pour six ans le programme d’assurance santé destiné aux enfants pauvres (Chip), une demande des démocrates.

«Maintenant, on a besoin des démocrates pour que (la loi de financement) soit approuvée au Sénat, mais ils veulent l’immigration clandestine et des frontières faibles», avait tweeté dans la matinée Donald Trump, qui dresse depuis plusieurs jours le portrait d’un parti engagé dans une obstruction systématique et stérile.

Government Funding Bill past last night in the House of Representatives. Now Democrats are needed if it is to pass in the Senate – but they want illegal immigration and weak borders. Shutdown coming? We need more Republican victories in 2018!


Les démocrates veulent la régularisation de 690’000 jeunes arrivés clandestinement aux Etats-Unis quand ils étaient enfants. Ces «Dreamers» sont expulsables après l’abrogation du programme Daca datant de l’administration Obama qui leur offrait un statut de résident temporaire. Le président Trump a donné au Congrès jusqu’au 5 mars pour légiférer.

Qui paiera les dégâts ?

Pour le président républicain de la Chambre Paul Ryan, les sénateurs démocrates «prennent en otage» le financement fédéral. «Le peuple américain, en particulier les hommes et femmes en uniforme, méritent mieux qu’une fermeture du gouvernement», a-t-il tweeté.


The House has done its part to keep the government open and now Senate Democrats will have their choice. There will be a vote. Will they block government funding and children’s health care?

The American people, especially our men and women in uniform, deserve better than a government shutdown. Senate Democrats, do not block this funding bill. Keep the government open.


«Des gens vont mourir», a lancé le conseiller parlementaire de la Maison Blanche, Marc Short, blâmant des sénateurs démocrates «retranchés pour forcer une paralysie» alors que le texte sur les «Dreamers» n’est pas prêt.

L’équation est rendue encore plus difficile par les signaux parfois contradictoires envoyés par le président lui-même ces derniers jours. «Nous devons savoir où en est le président», a affirmé vendredi sur CNN le sénateur républicain John Kennedy. «Si nous parvenons à un accord, et je pense que ce sera le cas, je veux savoir s’il le signera».

Au-delà du budget, les parlementaires pensent aux élections de mi-mandat en novembre. Les démocrates estiment que les républicains qui ont tous les leviers du pouvoir –Maison Blanche, Chambre des représentants, Sénat– seront tenus pour responsables de la paralysie et paieront le prix fort. Les républicains espèrent se servir du «shutdown» pour punir les sénateurs démocrates qui brigueront un nouveau mandat dans dix Etats remportés par Donald Trump à la présidentielle.

Mais selon un sondage du Washington Post et d’ABC publié vendredi, 48% des Américains estiment que les républicains seraient responsables d’un éventuel blocage, contre 28% pour les démocrates.

 

 

Portraits remarquables d’Abraham Lincoln avant sa présidence

On se souvient principalement d’Abraham Lincoln comme étant le 16e président des États-Unis qui a dirigé l’Union pendant la guerre civile et qui a déclenché la série d’événements qui ont abouti à l’abolition de l’esclavage. Il est communément considéré et représenté avec affection dans la culture pop comme un personnage digne et moraliste dont les discours et le leadership ont défié les humbles débuts d’où il est venu.

La photographie qui reste de Lincoln cimente cet héritage et montre clairement pourquoi cette figure puissante a déplacé la nation américaine à des hauteurs historiques.

Photo de 1858 par Byers.

 

 

Photo de 1846.Ce daguerréotype (le premier type de photographie) est la première image confirmée d’Abraham Lincoln. Il aurait été fait par Nicholas H. Shepherd peu après l’élection de Lincoln à la Chambre des représentants des États-Unis.
Le saviez-vous? Lincoln voulait que les femmes aient le droit de vote en 1836. Il était pour les  suffragettes avant que cela puisse devenir un mouvement populaire.

 

Photo de 1854.C’est la deuxième plus ancienne photographie connue de Lincoln. Il a été pris à Chicago par un photographe itinérant pour donner à M. George Schneider, l’ancien rédacteur en chef de l’Illinois Staats-Zeitung, le journal allemand anti-esclavage le plus influent de l’Ouest.
Le saviez-vous? Lincoln pratiquait le droit sans diplôme. Il a seulement eu environ 18 mois de scolarité formelle.

 

Photo de 1857.Le rédacteur en chef Joseph Medill est allé avec Lincoln pour prendre cette photo juste avant sa nomination au Sénat. Il a dit que le photographe, Alexander Hessler, a insisté pour lisser les cheveux de Lincoln, mais Lincoln n’a pas approuvé le style élégant et a rapidement passé ses doigts à travers avant de s’asseoir. Le négatif original de ceci a été brûlé dans le grand feu de Chicago.
Le saviez-vous? Lincoln détestait être appelé Abe. Il aurait préféré être appelé par son nom de famille.

 

Photo de 1857.Bien que certains historiens aient daté cette photographie lors de la séance du tribunal du 13 novembre 1859, la plupart des comptes crédibles remontent au 27 mai 1857. Le photographe, Amon T. Joslin, possédait une galerie dans un bâtiment à côté du Woodbury Drug Store à Danville, IL, où Lincoln se rendait fréquemment alors qu’il était un avocat itinérant. Aujourd’hui, l’une des copies originales réside dans la bibliothèque historique de l’État de l’Illinois.
Le saviez-vous? Lincoln n’a pas bu, fumé ou mâché.
Photo de 1858.Cette photo a été faite pendant la campagne de Lincoln et Douglas, et elle a été largement utilisée pour les rubans de la campagne électorale de 1860. Lincoln a aimé cette image et a souvent signé des copies photographiques pour des admirateurs, même s’il était habituellement son propre critique le plus dur. Il a dit un jour: «Je ne vois pas pourquoi tous les artistes veulent me ressembler à moins que ce soit parce que je suis l’homme le plus honnête de l’Illinois.
Le saviez-vous? Il était un grand amoureux des animaux, donc il ne voulait pas chasser ou pêcher.
Photo de 1858.Il est spéculé lorsque la copie photographique de ce daguerréotype perdu a été créée, mais il est connu qu’un soldat de la guerre civile de Parme, Ohio, était le propriétaire original de ce portrait.
Le saviez-vous? Lincoln était le seul président à avoir un brevet: Lincoln a inventé un dispositif pour libérer les bateaux à vapeur qui s’échouaient, ce qui était un ajout significatif à la technologie de transport.

 

Photo de 1858.Anciennement dans la collection Lincoln Monument à Springfield, Illinois, Lincoln portait un manteau de lin pour l’occasion.
Le saviez-vous? Lincoln n’a jamais appartenu à une église organisée. Lincoln lisait la Bible tous les jours, mais il ne pratiquait jamais réellement dans une communauté religieuse organisée.

 

Photo de 1858.Le photographe Samuel G. Alschuler a conseillé à Lincoln d’enlever une couche de plumeau pour cette photo. Comme Lincoln n’avait pas de manteau plus foncé, Alschuler lui offrit le sien, mais les bras de Lincoln s’étendaient au-delà des manches. (Alschuler était un homme beaucoup plus petit.) Lincoln a trouvé l’événement entier incroyablement amusant, que vous pouvez remarquer du sourire sur son visage.
Le saviez-vous? Le chat de Lincoln s’appelait Tabby et il mangeait à la table de la Maison Blanche.

 

Juillet 1858.Cette image aurait été prise par Preston Butler le jour après que Lincoln ait prononcé un discours à Springfield dans lequel il a exhorté l’esclavage à être placé sur le cours de «l’extinction ultime», déclarant qu’il soutient les principes d’égalité mis en avant dans la Déclaration de l’indépendance.
Le saviez-vous? Lincoln a établi Thanksgiving comme fête nationale.
Aout 1858.Lincoln a refusé de « réparer » pour cette photo parce qu’il voulait une image aussi réaliste que possible pour les générations futures.
Le saviez-vous? Lincoln a perdu dans sa première offre sur un billet présidentiel. L’inconnu Lincoln était un candidat vice-présidentiel échoué en 1856.

 

Septembre 1858.Toujours l’auto-déprécateur, Lincoln a déclaré à propos de cette photo, « Ce n’est pas une très belle image, mais c’est le meilleur qui pourrait être produit par le sujet pauvre. » Pris à Springfield, Illinois, il est maintenant logé à Chicago Musée d’histoire.
Le saviez-vous? Les voleurs de tombes ont été arrêtés en 1876 quand ils ont essayé de voler le corps de repos de Lincoln.

 

1859.Lincoln assis pour ce portrait à la galerie de Cooke et Fassett à Chicago. Cooke a écrit en 1865, « Mme. Lincoln a prononcé la meilleure ressemblance qu’elle ait jamais vue de son mari.
Le saviez-vous? Lincoln était un lutteur habile bien documenté. Lincoln a défendu le fils de son adversaire de lutte le plus célèbre contre les accusations de meurtre.
Février 1860.C’était la première photographie de Mathew Brady de Lincoln, le jour du discours de Cooper Union. Les artistes de Harper’s Weekly ont même transformé l’image de Brady en un portrait en pleine page de la gravure sur bois pour donner un aperçu visuel du récit du triomphe de Lincoln.
Le saviez-vous? Lincoln a créé les heures de service secret avant son assassinat. Cependant, ce n’est qu’en 1901 que les services secrets ont été officiellement chargés de protéger le commandant en chef.

 

Juin 1860.Le partenaire juridique de Lincoln, William Herndon, a hautement complimenté cette image d’Alexander Hesler en disant: «Il y a la courbe particulière de la lèvre inférieure, la taupe solitaire sur la joue droite, et une pose de la tête si essentiellement Lincolnienne; aucun autre artiste ne l’a jamais attrapé. « 
Le saviez-vous? Lincoln a personnellement tiré des fusils à l’extérieur de la Maison Blanche. Il voulait connaître l’artillerie utilisée par ses troupes de l’Union pendant la guerre civile.
Juin 1860.Ce portrait a également été créé par Hesler, le même jour que le précédent. (Il a pris un total de quatre le 3 juin.) Quand Lincoln l’a vu, il a remarqué: «Ça a l’air meilleur et ça m’exprime mieux que tout ce que j’ai jamais vu; si cela plaît aux gens, je suis satisfait.
Le saviez-vous? Quelques mois avant que John Wilkes Booth assassine Lincoln, le fils aîné du président, Robert Todd Lincoln, a été sauvé par le frère de Wilke de tomber sur les voies ferrées.

 

1860.Après cette unique impression, le négatif a malheureusement été perdu quand un incendie a détruit la galerie du photographe William Seavey.
Le saviez-vous? Lincoln est tombé sous le feu de l’ennemi sur un champ de bataille de la guerre civile à Fort Stevens.

 

1860.Bien que le photographe soit inconnu, cet examen de la stature profonde de Lincoln reste puissant aujourd’hui. Il a été pris pour l’usage par le sculpteur Henry Kirke Brown et a été trouvé en 1931.
Le saviez-vous? Quand Lincoln avait 9 ans en 1818, sa mère, Nancy, est morte d’empoisonnement au lait, ce qui a tué un certain nombre de personnes dans le sud de l’Indiana.
Aout 1860.Ce coup frappant est en fait la dernière photographie imberbe de Lincoln. Cet ambrotype (vu par la lumière réfléchie) était l’un des six pris le lundi 13 août 1860 dans le studio de daguerréotype du photographe Preston Butler. (Seulement deux ont survécu.)
Le saviez-vous? Quand Lincoln occupa la Maison Blanche, il utilisa la Lincoln Bedroom comme bureau personnel. C’est là qu’il a rencontré des membres du Cabinet et des documents signés, y compris la Proclamation d’émancipation.
Novembre 1860.Une fille de 11 ans nommée Grace Bedell était la personne derrière la barbe de M. Lincoln: Elle lui a écrit: «Laissez pousser vos moustaches … Vous seriez beaucoup mieux, car votre visage est si mince. Toutes les dames aiment les moustaches et elles taquineraient leurs maris pour voter pour vous, et alors vous seriez président.
Le saviez-vous? Il n’y a pas de descendants directs de Lincoln. Le dernier descendant incontesté de la lignée familiale, Robert Todd Lincoln Beckwith, est décédé le 24 décembre 1985 sans enfants.
24 février 1861.Cela a été pris lors de la première séance du président élu Lincoln à Washington le 24 février, le lendemain de son arrivée en train. Au 1er mars 1861, il était le 16ème président de l’Amérique.
Le saviez-vous? Le chien de Lincoln, Fido, a été tué par un assaillant ivre un an après la mort de Lincoln. D’autres animaux appartenant à Lincoln sont également morts dans un feu stable de la Maison Blanche.

 

 

 

 

 

Anarchie politique US: George Soros jure de ‘démolir le Président Trump’

George Soros, le milliardaire mondialiste de triste notoriété, a menacé publiquement qu’il allait « démolir le Président Trump ». Il a aussi affirmé à l’assistance du Forum économique mondial de Davos, que le Nouvel Ordre Mondial fait les préparatifs nécessaires pour anéantir complètement tous les projets de Trump.

S’adressant à un public rassasié lors de son dîner annuel au Forum économique mondial de Davos, Soros a conseillé aux grandes multinationales de remettre à plus tard leurs activités aux USA, jusqu’à ce qu’il ait mis fin à la présidence Trump – ou bien d’en assumer les conséquences.

 

Un Georges Soros   hystérique!
Un Georges Soros hystérique!

Interrogé sur les conseils qu’il donnerait aux entreprises qui se préparent au choc de la nouvelle présidence, il a dit : « Je m’en tiendrai aussi loin que possible. »

Gestionnaire de fonds spéculatifs et criminel condamné, devenu célèbre pour avoir gagné un milliard de dollars en pariant sur la dévaluation de la livre en 1992, Soros aurait perdu près d’un milliard de dollars à cause du ralliement du marché boursier à Trump, après sa victoire.

M.Soros a attribué la poussée des marchés à la promesse de M. Trump de réduire la réglementation et les taxes, mais il a dit aux zélites réunies au Forum économique mondial, que le bon temps sous Trump ne durera pas. Soros a dit qu’après l’arrivée de Trump – en moins de 24 heures –, « la réalité prévaudra. »

Soros, un collaborateur nazi juif, s’est dit assuré que les pouvoirs de M. Trump seront limités par le Congrès. « Il ne pourra pas se permettre de jouer au dictateur, » a-t-il ajouté.

Les commentaires de Soros devant les zélites économiques internationales en Suisse, viennent après que les analystes de Wall Street ont commencé à parler de lui comme d’une « bête blessée », et prévenu qu’il « est prêt à tout pour se venger » de la défaite électorale de sa candidate.

Ces dernières semaines, les pontes et les analystes du marché ont gardé un œil attentif sur la « bête blessée », afin d’estimer quelle sera sa prochaine démarche, et des rapports disent à présent que les fonds gaspillés par Soros pour Clinton sont négligeables par rapport à la somme d’argent qu’il dépense maintenant sur le marché obligataire.

Il projette de créer l’« Armageddon financier et de déchaîner l’enfer » qui entraînera le monde occidental, et en particulier les USA, au bord de la ruine. Des flammes surgiront un phénix et ce sera l’apparition du Nouvel Ordre Mondial de Soros.

Soros pense que le marché est le point faible de Trump. Il affirme que Trump n’a « aucune chance » de survivre à sa prochaine attaque contre le marché, et se réjouit parce que le futur Président des USA sera démoli et incapable de se focaliser sur la reconstruction de la grandeur des USA.

Selon un analyste de Wall Street, « Un jour, la façon dont Soros a brisé la Banque d’Angleterre et ruiné l’économie malaise, sera juste considérée comme des échauffements pour le déclenchement de son Armageddon financier mondial. »

Your News Wire, Baxter Dmitry

Original : yournewswire.com/soros-take-down-trump/
Traduction Petrus Lombard

SOURCES

Gouvernement Trump:le refus de Trump de toucher son salaire de président révèle des choses surprenantes

Le nouveau locataire de la Maison-Blanche a fait une croix sur ses 400.000 dollars de revenus annuels et ne percevra qu’un dollar  symbolique. Un phénomène qui est loin d’être révolutionnaire.

argent-trump

 

«Je ne le prendrai pas», avait prévenu Donald Trump lors d’un meeting dans le New Hampshire, dès septembre 2015, pour parler du salaire de 400.000 dollars (soit quelque 30.000 dollars mensuels) dévolu au président des États-Unis. Mieux encore: «Ce ne sera pas un drame pour moi», avait-il même précisé. Autrement dit, non seulement Trump n’a pas envie de ce salaire, mais il n’en a pas besoin! Il a même été encore plus loin le week-end dernier, dans un entretien accordé à CBS, son premier en tant que président élu des États-Unis. «Mais c’est… Je ne sais même pas ce que c’est. Vous savez vous, quel devrait être mon salaire?», a-t-il demandé à la journaliste avant de préciser: «Je crois que la loi veut que je prenne un dollar, donc je prendrai un dollar par an.»

 

Pourquoi, précisément? Là-dessus, le futur président américain, qui prendra ses fonctions en janvier, ne s’est pas exprimé. Mais le message essentiel à faire passer aux Américains est plutôt simple à percevoir: l’idée d’un président «désintéressé», qui veut œuvrer contre la corruption des élites, et qui n’a aucune envie de gagner de l’argent sur le dos des citoyens… Il est vrai que Donald Trump est déjà à la tête d’une fortune personnelle évaluée à 3,7 milliards de dollars par le magazine Forbes. À cette échelle, 400.000 dollars ne représentent pas grand chose.

L’idée de se payer un dollar symbolique est-elle révolutionnaire? Nullement. Il existe même une page Wikipédia à ce sujet. Comme le rappelle cette page, c’est quasiment la norme pour les milliardaires qui accèdent à des fonctions électives outre-Atlantique: Arnold Schwarzenegger, Mitt Romney ou Bloomberg par exemple. Concernant l’unique fonction présidentielle, si l’on regarde plus loin dans le passé, Herbert Hoover et John Fitzgerald Kennedy en avaient fait autant.

Le président Donald Trump.
Le président Donald Trump.

Un symbole de «désintéressement» contradictoire

Ce refus de percevoir un salaire de président est-il vraiment «désintéressé»? À l’évidence, non. Si cet argent ne l’intéresse pas, ça revient également à dire qu’il a d’autres manières de s’enrichir. «Trump a toujours refusé de publier sa déclaration d’impôts, comme l’ont pourtant fait tous les candidats depuis 40 ans. Plusieurs enquêtes du New York Times suggèrent qu’il a utilisé des manoeuvres douteuses pour ne pas payer d’impôts depuis vingt ans, et je passe les nombreux conflits d’intérêt économiques auxquels il est confronté», observe Olivier Sibony, consultant et professeur à HEC. En d’autres termes, si l’objectif est de passer pour un modèle de désintéressement et d’intégrité, le moins qu’on puisse dire est qu’il y a des signaux contradictoires. «Mais tout cela n’a évidemment pas découragé 50% des Américains de voter pour lui», précise Olivier Sibony.

 

Cette décision de Trump est également intéressante sur le plan psychologique. «L’argent est toujours associé à la puissance et au pouvoir. Ce n’est pas que l’argent n’a plus d’importance pour lui, c’est que l’argent ne suffit plus, explique au HuffPost Thierry Gallois, psychologue et auteur de ‘Psychologie de l’argent’. Cette quête de pouvoir peut-être associée au narcissisme, à un besoin énorme d’être reconnu, par une envie de dépasser les autres, ou quelqu’un en particulier, par esprit de revanche ou pour attirer son regard bienveillant.» Donald Trump ne fera donc pas partie du club des dirigeants politiques les mieux payés au monde, où il aurait occupé la troisième place, derrière le chef de l’exécutif de Hong Kong Leung Chun-ying (493.000 dollars annuels) et le premier ministre de Singapour Lee Hsien Loong (1,58 million de dollars annuels). Il aurait cependant été mieux rémunéré que François Hollande, qui émarge pour sa part à 179.000 euros par an.

 

Le milliardaire américain s’est soudain fait le porte-parole des petites gens et du réflexe identitaire de l’Amérique blanche.
Le milliardaire américain s’est soudain fait le porte-parole des petites gens …