Réécrire l’histoire des dinosaures:Exposer l’histoire interdite

Histoire interdite des dinosaures

Depuis les mayas en passant par les dieux naga du Japon,aux aztèques,aux incas,aux égyptiens et aux sumériens, les reptiliens sont dans toutes les traditions ancestrales de l’humanité!Je considère que ce n’est pas une coïncidence!

 

Dinosauroide: L’évolution de l’intelligence des dinosaures

Stenonychosaurus (Troodon) est l’un des dinosaures les moins connus et, selon des chercheurs modernes tels que Dale Russel, il faisait partie des dinosaures en train de développer une intelligence supérieure, même si l’extinction des dinosaures l’avait empêchée de développer un intellect de pointe.

Stenonychosaurus (Troodon)

 

 

Selon Russel, Troodon, bien que de petite taille, était le principal mammifère prédateur du Crétacé.

Troodon devait être plus intelligent que les mammifères qu’il chassait, et pour cette raison, il postulait que Troodon était un dinosaure intelligent doté d’un cerveau plus gros que la taille de son corps.

La plus grande taille du cerveau peut avoir vu apparaître l’origine des caractéristiques humanoïdes chez Troodon.

Super-intelligence des dinosaures, technologie et interaction humaine

Les reptiles humanoïdes sont présents dans les différents mythes et légendes. Ce sont souvent des créatures mi-humain et mi-serpent. On rencontre aussi des formes de dragons humanoïdes dans les cultures asiatiques.

Bien que créature fantastique, le dragon est considéré comme un reptile. Les serpents, dragons ou autres noms pour désigner un même genre, ont toujours concerné des êtres de pouvoir (des dieux) ou des initiateurs, apportant quelque chose à l’homme présupposé inférieur ou soumis.

La théorie de Russell n’est toutefois pas universellement acceptée, mais dans une nouvelle recherche publiée dans le Journal de l’American Chemical Society, Ronald Breslow explore la perspective d’une vie de dinosaure extraterrestre.

Breslow conclut que de telles formes de vie pourraient bien être des versions avancées de dinosaures, spéculant que « nous ferions mieux de ne pas les rencontrer » parce que leur technologie avancée associée à leur intelligence reptilienne sans émotion, mais avancée et efficace, signifie que notre civilisation serait très primitive devant eux, et sa conquête presque sans effort pour eux.

Conclusion première

L’histoire cachée des dinosaures signifie qu’il est possible qu’une race de reptiles spatiaux extrêmement avancée et intelligente existe depuis plus longtemps que les êtres humains sur Terre et dans l’espace.

Notre histoire est-elle alors l’histoire d’une rencontre entre l’humanité et l’une de ces races intelligentes et avancées de reptiles et de dinosaures?

La Conspiration de la Terre-Creuse  a popularisé cette notion depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale  , lorsque l’armée américaine a envoyé l’expédition Byrd en Antarctique dans le cadre de l' »Opération Highjump « ,une  Opération Ulta secrète  destinée à récupérer la technologie de guerre secrète du Troisième Reich,développée à partir d’une technologie extraterrestre..L’ensemble de l’Opération Highjump avait été présenté comme une expédition  scientifique.

Dans une rencontre OVNI présumée, l’expédition Byrd a été attaqué par une force militaire imprévue à l’ aide d’ armes que personne n’avait  rencontré  sur un champ de bataille avant, en plus du naufrage du destroyer principal de l’expédition … Depuis lors, on a  spéculé que l’attaque a été lancée à partir d’ une base située dans la  Terre- Creuse  dont l’entré (ou sortie) se situerait en   Antarctique , qui a servi de base cachée aux reptiliens intelligents qui ont peut-être survécu à l’extinction des dinosaures ou ont atterri ici depuis l’espace.Une chose est sure:ils ont fait alliance avec les soldats du Troisième Reich sur leurs bases!

Des momies péruviennes semblent être d’origine reptilienne.

 

De nombreux enlèvements ont été signalés au fil des ans.Tous les témoins parlent de petits gris d’aspect reptilien.

 

La découverte de figurines de type reptilien dans la civilisation ubaide de la pré-mésopotamie antique ajoute également une couche supplémentaire de mystère et soulève la question de savoir si notre civilisation peut être retracée aux visiteurs d’anciens reptiliens… Il n’existe à ce jour aucune explication historique officielle donnée au serpent de la civilisation ubaid. comme des figurines de Dieux, et pour cette raison, la possibilité d’une présence ancienne de Reptiles qui aurait pu se retirer dans une partie éloignée de la Terre ne peut être complètement exclue.


CIVILISATION UBAID

 

Cet artefact de figurine d’Homme Lézard a été trouvé sur le site archéologique de Al Obeid en Irak. Il appartient à une période appelée Ubaid.

Figurines, style Ubaid ou à tête de lézard, argile, Ur (culture Ubaid), Ve millénaire av. J.-C., h: 13,6 cm Originaire d’Ubaïd, période mésopotamienne méridionale, 5000 av. La culture Ubaid a succédé au Halaf à la fin du 6ème millénaire avant notre ère dans le sud de l’Irak, puis s’est répandue dans toute la Mésopotamie. La culture Ubaid est connue pour la poterie peinte; grandes maisons de plan tripartite pour les familles élargies; et des figurines à tête de lézard des deux sexes. Les figurines telles que les exemples ci-dessus sont typiques. La figure à gauche tient un bébé sur sa hanche et le tète. La figure de droite a des vergetures incisées sur son abdomen. Il a été suggéré que les points et les lignes peints en brun représentent les tatouages ​​et que les pastilles d’argile cicatrisent. On ignore si la forme des crânes représente la liaison de la tête.

Bas relief civilisation ubaid.

ANNUNAKI CIVILISATION DE MÉSOPOTAMIE ET DE SUMER

 

Stèle écrite et représentation du dieu Enki
Enki semant l’arbre de la vie.
Enki sort de l’eau et se dirige vers la terre.

 

Ea se tient dans sa maison aquatique l’Apsu.

 

Création de lignées, d’humains, d’alchimie

 

Séparation hommes-femmes des aspects de l’âme double , en haut et en bas
Les dieux amphibies créent une lignée humaine

 

Omphalos et représentation de l’ADN.

AUTRES CIVILISATIONS

MÉSOAMÉRIQUE

Viracocha , foetus, serpent (ADN), chromosomes XX

 

GOBEKLI TEKE CULTURE

Venant de la civilisation de Gobekli Teke,cette mante religieuse géante tient un enfant dans ses bras:est-ce de l’affection ou sert-il de repas?Cette figurine a plus de 13,000 ans!

 

 

 

PLATEAU IRANIEN

Iran Jirof culture:

 

JAPON

Hommes-lézards de la civilisation Horyuji du Japon

 

CIVILISATION DE L’ÉLAM

Culture de l’Élam

 

Ceci est cependant hautement spéculatif, mais la possibilité d’une intelligence évoluée des dinosaures reste intriguante, en particulier à la lumière de la découverte du dinosaure Troodon… Espérons que nous aurons plus d’informations au fur et à mesure de l’avancement des recherches sur le sujet.


EN COMPLÉMENT

L’HYPOTHÈSE DE DALE RUSSELL

Dale Russell

Dale A. Russell, né le , est un géologue et paléontologue, professeur de recherche au MEAS (Department of Marine Earth and Atmospheric Sciences – Département des sciences de la mer, de la terre et de l’atmosphère) à l’université d’État de Caroline du Nord (North Carolina State University).

Dasplétosaure

Dale Russell a décrit, entre autres, le Dasplétosaure et fut un des premiers à émettre l’hypothèse d’une cause extraterrestre (comète ou astéroïde) à la disparition des dinosaures.

Sa découverte, en 1969, du premier crâne de Sténonychosaure (ou Troodon) et la constatation de la taille de sa cavité cérébrale par rapport à la taille de son corps, exceptionnellement grande pour un dinosaure, l’amène à l’hypothèse, chez cet animal, d’une intelligence supérieure à celle des autres dinosaures contemporains.

En 1982, alors en poste au Musée national des sciences naturelles du Canada, à Ottawa (musée depuis 1990 renommé en « Musée canadien de la nature »), il a émis l’hypothèse, comme une expérience de pensée, que la Terre serait actuellement habitée par des reptiles humanoïdes ou « dinosauroïdes », évolution des dinosaures, si ceux-ci n’avaient pas disparu. Il avait même fait réaliser par un artiste taxidermiste, Ron Seguin, une sculpture de dinosauroïde, sculpture qui eut un succès médiatique. Selon cette expérience de pensée, ces « dinosauroïdes », occuperaient, dans ce cas, la place de l’homme en tant qu’espèce dominante de la planète.


HYPOTHÈSES DE RECHERCHES

1-Question 1:Les humains auraient co-existés  avec les dinosaures:Vrai?

Laissons parler les pierres d’Ica:

 

 

2-Maria Orsic aurait guidé  les officiers du Reich vers l’Antartique afin d’établir un contact avec cette civilisation: vrai?

Cette photo de 1939 du Vril-7,prise dans les archives allemandes,nous prouve que la technologie alien fut copiée suite au crash ovni de Freiburg,en 1936.

 

3-Question no 3:La civilisation qui a motivé l’expédition Antartique Allemande de 1938 -39 et l’installation massive de savants et de bases ultra-secrètes par le Reich serait-elle celle qui commencerait à émerger  au-dessus des glaces suite au réchauffement climatique?

 

Des ruines étranges apparaissent au-dessus des glaces.

 

Des fossiles découverts en Antartiques montrent toute la diversité de la vie antérieure.

 

D’où viennent ces mini-squelettes humanoïdes?

 

4-Question 4: ces photos montrent-elles  des entrées vers la Terre-Creuse?

 

 

5-L’amiral Byrd et son expédition  « scientifique » Opération Highjump,a-t-il  été contacté par des entités extraterrestres ou/et intraterrestres?

L’amiral Byrd en compagnie de James Forrestal et du général Nimitz…au retour de l’Opération Highjump.Forrestal sera « suicidé » avec assistance et juste avant,Byrd fera une conférence de presse ou il parlera de « soucoupes volantes » et de forte résistance ennemie.Il sera mis à la retraite.

EN CONCLUSION

Il s’agit d’une nouvelle entrée en matière sur ce sujet délicat et votre humble serviteur va tenter de répondre à ces questions avec ses moyens de recherches,mais je demeure convaincu que la seule façon véritablement scientifique est d’organiser une expédition et d’aller voir sur place.

Aussi ai-je nommé ce projet …Neue Schwabenland 2 qui annonce sur ce site,le début de la mise en oeuvre de cette grande aventure.J’aurai donc besoin de toute l’aide que vous pourrez m’apporter…en personnes décidées à y aller,en moyens financiers et scientifiques!

Retourner là-bas est mon  Grand Rêve!

Qu’en pensez-vous…de retourner à Neue Schwabenland?

Les marins du Swabenland avaient presque domestiqué des pingouins.

 

Le MS Swabenland en train d’appareiller en 1934.
Aufnahmedatum: um 1934
Systematik:
Kulturgeschichte / Flugzeug / Wasserflugzeuge

 


POUR LE FUTUR

 

Vous venez de lire le premier article sur ce sujet,je considère continuer dans le même sens.Il y aura une suite rapide  à cet article et des vidéos aussi.

Mais  je vous promets de développer   ce qu’il faut pour mettre sur pieds l’expédition  qui retournera vers les bases secrètes allemandes,vers Neue Schwabenland et la civilisation contactée par Maria Orsic ,en Allemagne.

…à suivre …coûte que coûte!

 

 

 

Publicités

La découverte d’un crabe préhistorique confond les chercheurs

Calli chimera : «la belle chimère», c’est le nom qui a été donné avec poésie à une espèce de crabe vieille de plus de 90 millions d’années, découverte par un paléontologue de l’Université de l’Alberta.

Calli chimera : «la belle chimère», c’est le nom qui a été donné avec poésie à une espèce de crabe vieille de plus de 90 millions d’années, découverte par un paléontologue de l’Université de l’Alberta.

Javier Luque a déterré ces fossiles presque par hasard, lors d’une excursion sur le terrain d’un mois en Colombie. Après une longue journée de marche, il a décidé de prendre une pause sur un amas rocheux.

« J’ai donné un dernier coup de marteau, pour voir ce que je pourrais trouver. C’est incroyable, parce que dès que j’ai frappé la roche, elle s’est fendue. Elle était complètement couverte de fossiles, s’exclame le chercheur. Il y en avait des milliers, c’était très excitant! »

Le scientifique n’en croyait pas ses yeux lorsqu’il a vu ces fossiles, car ils sont l’antithèse du crabe classique, qui a un corps plus rond et plat et des yeux renforcés.

Les fossiles étaient à peine plus gros qu’une pièce de monnaie et, coup de chance pour le chercheur, étaient extrêmement bien préservés, ce qui a permis à Javier Luque de les examiner jusque dans leurs moindres détails.

« En paléontologie, souvent, la réalité surpasse la fiction et ces fossiles en sont un bon exemple. On n’aurait jamais pu se douter qu’une belle chimère comme ça aurait pu exister si on n’avait pas vu son fossile. »

Javier Luque, paléontologue de l’Université de l’Alberta

L’espèce découverte par Javier Luque ressemble à un amalgame de plusieurs espèces différentes : elle a les yeux globuleux d’une larve, la bouche d’une crevette, les griffes d’un crabe et la carapace d’un homard.

« Ses yeux étaient énormes, décrit-il. Ses pattes du devant, au lieu d’être formées pour marcher, étaient énormes et plates, comme des pagaies qu’elle aurait utilisées pour nager. Toutes ces caractéristiques nous ont vraiment rendus perplexes. »

le fossile.

Cette découverte a eu lieu en 2005. S’en est suivi plus d’une décennie de recherche, pour déterminer la place de ce fossile inusité dans la chaîne de l’évolution des crabes, avant que cette révélation soit enfin rendue publique.

« On savait que c’était un crabe, mais on ne savait pas du tout de quelle espèce il s’agissait. Le travail de détective […] a pris beaucoup de temps », indique Javier Luque.

Il estime que cette espèce date du mi-crétacé et qu’elle aurait habité dans les régions côtières il y a entre 90 et 95 millions d’années.

La zone des tropiques, l’eldorado des fossiles?

Christopher Cameron, professeur agrégé au Département de sciences biologiques à l’Université de Montréal, pense que ces fossiles marquent un jalon important, et pas seulement parce qu’il s’agit d’une nouvelle espèce.

« Je crois qu’une des répercussions les plus importantes de cette découverte, c’est qu’elle indique que les régions équatoriales seront l’endroit où il y aura le plus de fossiles déterrés au cours du prochain siècle. »

 

Si la plupart des fossiles ont jusqu’à présent été découverts en Europe ou en Amérique du Nord, ce ne sera plus le cas à l’avenir, croit Christopher Cameron. Il s’attend à ce que les régions équatoriales deviennent le terrain de jeu de prédilection des chercheurs de fossile.

Quant à Javier Luque, il espère que cette découverte permettra de donner un nouvel élan à la paléontologie sous les tropiques.

« C’est vraiment un bon moment pour être un paléontologue, au XXIe siècle, s’enthousiasme-t-il. Il y a tellement de choses à découvrir, alors il nous reste beaucoup de travail à faire. »

 

 

 

Fantastique découverte d’un fossile unique d’un bébé serpent dans un bloc d’ambre

Un fossile dans de l’ambre… la découverte n’est pas sans rappeler le film « Parc Jurassique » et pour les paléontologues qui l’ont faite, elle est toute aussi exceptionnelle que l’imagination démontrée dans le film. Il s’agit d’un bébé serpent vieux d’une centaine de millions d’années, le plus vieux spécimen découvert.

Le plus vieux bébé serpent découvert dans de l’ambre

C’est spectaculaire d’avoir un bébé dans notre registre de fossiles parce qu’ils étaient si délicats, s’enthousiasme le professeur de biologie à l’Université de l’Alberta, Michael Caldwell, qui a participé à l’étude du spécimen.

Le fossile est d’une longueur de 46 à 47 mm, moins grand qu’un pouce adulte. La tête n’est pas présente, mais le reste du corps est exceptionnellement bien préservé. Au scanner, les paléontologues ont pu observer le détail de chaque vertèbre.

Une découverte étonnante

La découverte des fossiles a elle-même toutes les allures d’un film d’aventure. Lida Xing, le chercheur principal et paléontologue à l’Université de Geosciences en Chine, était en visite en Birmanie à la recherche de fossiles.

Un marchand d’ambre l’a approché au début 2016 pour lui parler d’une peau de crocodile. À la vue des losanges de la peau, M. Xing a su qu’il s’agissait d’un serpent, une découverte rare en soi. Aucun serpent n’a été trouvé dans les milliers de fossiles pris dans l’ambre dans cette région du monde.

Lida Xing a contacté le professeur Caldwell avec qui il avait collaboré par le passé pour étudier la peau. Mais à quelques minutes de monter dans l’avion en direction du Canada, un groupe de chasseurs de fossile lui a signalé la découverte de ce qu’ils pensaient être un gros insecte pris dans de l’ambre. Il s’agissait en fait du bébé serpent.

Une porte vers l’évolution de l’espèce

Les scientifiques ne savent pas s’il s’agit d’un embryon ou d’un très jeune spécimen puisqu’il n’existe aucun autre fossile pour comparer.

L’ambre dans lequel le serpent a été enterré pendant des millions d’années apporte cependant son lot d’informations. Ces fossiles sont en effet nés de la sève de l’arbre coulant en grosses gouttes et emprisonnant tout son environnement au passage.

Dans ce cas-ci, des insectes et des bouts de plantes ont été pris dans le liquide doré, indiquant que le serpent vivait dans un environnement forestier au milieu des dinosaures du crétacé. Jusqu’alors, les paléontologues n’avaient pas de preuve de cette cohabitation, les fossiles de serpents ayant été trouvés dans des zones désertiques.

Pour M. Caldwell, ce fossile va permettre d’en apprendre plus sur l’évolution de l’espèce.

[Le fossile va] fournir un aperçu exceptionnel et inattendu de l’évolution d’une des espèces animales les plus iconiques, concluent les paléontologues dans leur article publié dans la revue Science Advances .

En plus de Lida Xing et Michael Caldwell, des chercheurs de la Saskatchewan, de la Chine, des États-Unis et de l’Australie ont contribué à l’étude de ce bébé serpent.

Dinosaure:découverte fantastique d’un dinosaure au plumage arc-en-ciel

L’analyse microscopique d’un fossile vieux de 160 millions d’années laisse à penser que le plumage coloré du dinosaure Caihong juji ressemblait à celui de certaines espèces d’oiseaux actuelles comme les colibris.

Les restes de ce dinosaure de la taille d’un canard ont été mis au jour en Chine par un agriculteur. Il présentait une tête et une poitrine recouvertes de plumes brillantes.

Son nom latin, Caihong juji , signifie « arc-en-ciel avec une grande crête ».

Ses plumes irisées devaient avoir un éclat métallique et changeaient probablement de couleur lorsqu’elles étaient observées sous différents angles.

« L’état de préservation de ce spécimen est incroyable. Nous étions très excités lorsque nous avons réalisé le niveau de détail que nous pouvions apercevoir dans les plumes », ajoute le paléontologue Chad Eliason.

Il est même possible de voir l’empreinte laissée par les cellules mélanosomes qui contiennent les pigments qui donnent aux animaux leurs couleurs. Le pigment s’est dégradé depuis longtemps, mais les scientifiques ont pu retracer l’apparence du dinosaure à partir de la structure cellulaire.

Le crâne du Caihong ressemblait à celui du Velociraptor . Il avait également une crête osseuse au milieu de sa tête.

Cette découverte soulève des questions sur l’évolution de l’irisation, propriété qui permet de disperser la lumière en rayons ayant les couleurs de l’arc-en-ciel.

Ce type de plumage était peut-être utilisé pour attirer les partenaires amoureux, tout comme les paons utilisent leur queue colorée.


Présentation d’un dinosaure  extraordinaire

 

Au cours des dix dernières années, les dinosaures théropodes du Jurassique moyen-tardif Yanliao Biota ont offert de rares aperçus de l’évolution paravienne précoce et en particulier de l’origine des oiseaux. Le premier théropode non-scansorioptérygide de Yanliao découvert a été Anchiornis huxleyi, et depuis, plusieurs autres espèces extrêmement similaires ont également été rapportées. Caihong juji,  un spécimen de Yanliao récemment découvert, présente un éventail de caractéristiques ostéologiques, de caractéristiques de plumage et de morphologies putatives de mélanosomes qui n’avaient pas été observées auparavant chez d’autres Paraves. Le nom  Caihong  vient du mandarin ‘Caihong’ (arc-en-ciel). Le nom spécifique,  juji, vient du mandarin «ju» (grand) et «ji» (crête), se référant aux crêtes lacrymales proéminentes de l’animal.

L’holotype (PMoL-B00175) est un petit squelette articulé avec des tissus mous fossilisés, conservé dans une plaque et une dalle, collecté par un fermier local du comté de Qinglong, province du Hebei, en Chine, et acquis par le Musée paléontologique du Liaoning en février. 2014. Le spécimen (estimé à environ 400 mm de longueur totale du corps avec une masse corporelle de ~ 475 g) présente les autapomorphies suivantes chez Paraves: accessoire fenestra posteroventral à fenestra promaxillary, lacrymal avec crêtes orientées dorsolatérale proéminentes, dentary robuste avec antérieure pointe dorsoventrale plus profonde que sa section médiane et son ilium court.

Caihong juji  diffère d’  Anchiornis huxleyi  en ce qu’il a un crâne peu profond avec un long museau, un membre antérieur proportionnellement court et un avant-bras proportionnellement long. Caihong  ressemble aussi aux troodontides basaux et, dans une moindre mesure, aux dromaeosauridés basaux des dents (les dents antérieures sont minces et serrées, mais les dents moyennes et postérieures sont plus grosses et plus espacées et les dentelures sont absentes dans le prémaxillaire et le maxillaire antérieur).

Nanostructures plaquettaires sur le corps de  Caihong juji et les mélanosomes dans les plumes iridescentes existantes (Hu, et al., 2018)

Les plumes sont bien conservées sur le corps, mais dans certains cas, elles sont trop densément conservées pour présenter à la fois des caractéristiques morphologiques grossières et fines. Les plumes de contour sont proportionnellement plus longues que celles des autres théropodes non-avialan connus. Les plumes de la queue ressemblent à celles de l’ archæoptéryx,  et le trinfontidé  Jinfengopteryx a  de grandes rectrices attachées à chaque côté de la série caudale formant une queue en forme de fronde, une caractéristique qui a été suggérée pour représenter une synapomorphie pour les Avialae.

Mais, la caractéristique la plus remarquable observée à  Caihong,  est la présence de certaines nanostructures conservées dans la tête, la poitrine et des parties de sa queue, qui ont été identifiées comme des mélanosomes. Ils sont longs, plats et organisés en feuilles, avec un motif similaire à ceux des plumes de gorge iridescentes des colibris.

Recouvert comme un deinonychosaure basal,  Caihong  montre les premières plumes asymétriques et les avant-bras proportionnellement longs dans le registre des fossiles du théropode, ce qui indique des différences locomotrices entre les paraviens jurassiques proches et a des implications pour comprendre l’évolution des caractéristiques liées au vol.

Les références:

Hu, et al. Un dinosaure jurassique à crête osseuse avec une évidence de plumage irisé souligne la complexité de l’évolution paravienne précoce. Nature  (2018)  doi : 10.1038 / s41467-017-02515-y

Godefroit, P. et al. Un dinosaure aviaire du Jurassique de Chine résout l’histoire phylogénétique précoce des oiseaux. Nature  498 , 359-362 (2013).

 

 

Dinosaure : un monstre marin vieux de 150 millions d’années découvert en Inde

Un squelette d’ichtyosaure a été trouvé à l’extrême ouest de l’Inde, ce qui pourrait révéler de nombreux secrets sur l’évolution de cette espèce du Jurassique.

C’est une remarquable découverte qu’a fait une équipe de chercheurs indiens. Un ancien «dragon de mer» enterré depuis 150 millions d’années a été trouvé l’année dernière dans le district de Kutch, situé à l’extrême ouest de l’Inde, a-t-on appris mercredi dans une étude publiée dans la revue «PLOS ONE». Selon les scientifiques, le monstre -un ichtyosaure-, pourrait être le premier spécimen jamais découvert dans le pays. «C’est une découverte stupéfiante. Non pas parce qu’il s’agit de la première trouvaille d’ichtyosaure sur le territoire indien, mais parce que cela éclaire sur l’évolution et la diversité des ichtyosaures dans cette région de l’ancien Gondwana et les liens biologiques de l’Inde avec les autres continents du Jurassique», a expliqué le paléontologue Guntupalli Prasad de l’université de Delhi.

 

Ancienne gravure représentant un ichtyosaure (à gauche) et un plésiosaure (à droite).

Le squelette, bien conservé, est toutefois incomplet. Il lui manque quelques parties à l’avant et à l’arrière. Les chercheurs ont estimé à 5,5 mètres la taille de la bête quand elle nageait il y a entre 152 et 157 millions d’années. «Nous pouvons déduire de l’usure de ses dents que cet ichtyosaure était un prédateur de haut vol qui se nourrissait de nourriture dure et abrasive, y compris de mollusques marins (ammonoïdes et bélemnites), poissons et autres reptiles», a ajouté le chercheur.

 

Le fossile a été découvert dans le district de Kutch, à l’Ouest de l’Inde. — Capture d’écran Google Maps
C’est une découverte spectaculaire et remarquable. Le squelette d’un monstre marin, l’ichtyosaure, a été retrouvé à l’extrême ouest de l’Inde, dans le district de Kutch.

Les ichtyosaures, des super-nageurs ?

Mais ce qui stupéfait le plus les scientifiques par cette découverte, c’est la distance que parcouraient les ichtyosaures lorsque, il y a 150 millions d’années, le supercontinent Pangée s’est disloqué lentement en Laurasie et Gondwana. «Cela indique la possibilité que les ichtyosaures aient pu se déplacer entre [ce qui est maintenant­] l’Europe, l’Inde occidentale, Madagascar et l’Amérique du Sud», argue à nouveau Guntupalli Prasad. «Les fossiles d’ichtyosaures sont bien connus des continents septentrionaux, mais ils sont très rares dans le sud. Donc, ce nouveau squelette a le potentiel de révéler de nombreux secrets sur l’évolution de l’ichtyosaure», a commenté à «National Geographic» Steve Brusatte, un paléontologue de l’université d’Edimbourg qui n’a pas participé à l’étude.

Dans les années à venir, les chercheurs indiens prévoient d’effectuer une vaste exploration dans le district de Kutch pour y trouver plus de fossiles d’ichtyosaures ainsi que d’autres reptiles marins. «Nous espérons que notre découverte pourrait susciter un regain d’intérêt pour la recherche sur les fossiles de vertébrés dans cette région, ce qui pourrait mettre en lumière de nouvelles découvertes».


EN COMPLÉMENT

Le « Kraken », un céphalopode géant, artiste et serial killer d’ichtyosaures !

Un scénario stupéfiant vient d’être proposé pour expliquer la mort d’une dizaine d’ichtyosaures, dont les ossements ont été retrouvés regroupés en 1928 dans le Nevada. Aucune hypothèse n’avait jusqu’à présent tenu la route. Un céphalopode géant, artiste à ses heures, serait le responsable…

Au début du XXe siècle, les ossements d’une dizaine d’ichtyosaures – grands reptiles marins du Mésozoïque – étaient retrouvés dans l’État du Nevada. Depuis, de nombreux scénarios ont été imaginés par les paléontologues qui cherchent à savoir comment tous ces individus sont arrivés là. Le 10 octobre, lors du congrès annuel de la Geological Society of America, Mark McMenamin du Mount Holyoke College, a proposé une hypothèse rocambolesque, entre science et fiction.

Ces ichtyosaures, plus précisément des Shonisaurus popularis, ont été découverts en 1928 par Siemon Muller, chercheur à l’université de Stanford et datent d’environ 228 millions d’années. À cette époque, un bras de mer recouvrait la région de Berlin, petite ville située à une centaine de kilomètres de Reno, la capitale de l’État.

 

Preuves et interprétations

Quels sont les faits ? Les ichtyosaures retrouvés mesuraient jusqu’à 14 mètres de long. Les ossements étaient assez hétérogènes : certains en très bon état, d’autres davantage dégradés, ce qui fait penser à Mark Mcmenamin que les différents individus ne sont pas morts en même temps.

Les sédiments recouvrant les squelettes montrent que les ichtyosaures sont morts dans l’eau, à une profondeur d’environ 200 mètres. C’est pour cette raison que le scientifique américain suggère que tous les ossements ne se sont pas retrouvés au même endroit par hasard.

En outre, ces ossements n’étaient pas tous disposés de façon naturelle : les vertèbres ne respectaient pas toutes l’ordre qu’elles ont normalement dans la colonne vertébrale. Selon Mark McMenamin, cela indique que certains de ces os ont été déplacés, probablement par un animal.

Un scénario digne de Jules Verne

Enfin, les shonisaures se nourrissaient entre autres de céphalopodes. Ce qui veut dire que ces deux animaux occupaient sensiblement les mêmes habitats et qu’ils étaient amenés à interagir.

Un Temnodontosaure adulte et juvénile. Ces créatures étaient de grands ichtyosaures, des reptiles marins éteints qui vivaient pendant la période jurassique et mangeaient des calmars et des ammonites. Illustration de John Sibbick.

 

À partir de tous ces faits, voilà le scénario rocambolesque que Mark McMenamin a imaginé. Un céphalopode géant – environ 30 mètres – qu’il nomme Kraken, créature sortie des légendes scandinaves, aurait tué les ichtyosaures et les aurait stockés dans son garde-manger, comme le font les céphalopodes actuels avec leurs proies.

Signalons que le kraken une créature fantastique issue des légendes scandinaves médiévales. Il s’agit d’un monstre de très grande taille et doté de nombreux tentacules. Dans ses rencontres avec l’homme, il est réputé capable de se saisir de la coque d’un navire pour le faire chavirer, faisant ainsi couler ses marins, qui sont parfois dévorés. Sa légende a pour origine l’observation de véritables calmars géants dont la longueur a été estimée à 13-15 mètres tentacules compris1,2. Ces créatures vivent normalement à de grandes profondeurs, mais ont été repérées à la surface et auraient « attaqué » les navires (note de votre serviteur alias le « curieux gardien »).

Autoportrait à la vertèbre cassée

Mais pourquoi les ossements auraient-ils été déplacés, réarrangés ? Parce que, selon l’hypothèse, le Kraken – probablement un des invertébrés les plus intelligents qui n’aient jamais existé – avait des capacités… artistiques ! Il aurait placé chacune des vertèbres, qui ressemblent à s’y méprendre à des ventouses, de façon à ce que l’ensemble fasse penser à un tentacule. Un autoportrait, en somme !

Certes, l’hypothèse est audacieuse. Mais les céphalopodes sont bien connus pour posséder une intelligence hors norme. Ils ont la capacité de résoudre des problèmes, de se cacher à l’aide de coquille, certains peuvent communiquer, etc.

Bien sûr, ce scénario ne fait pas l’unanimité au sein de la communauté des paléontologues, surtout sa composante artistique. Néanmoins il semble être le seul à correspondre intégralement avec les faits. Comme le disent les partisans de la réfutabilité emmenés par Karl Popper, plus une hypothèse est audacieuse, plus elle est forte et fait avancer la science.

 

 

 

Un mineur russe découvre les restes d’une créature mystérieuse

L'une des créatures de l'âge des dinosaures les mieux conservées  dans l'histoire récente de la paléontologie.
L’une des créatures de l’âge des dinosaures les mieux conservées dans l’histoire récente de la paléontologie.

Un mineur de diamant de la ville d’Udachny, en Sibérie, a découvert les restes momifiés d’une créature inconnue. Pour lui il n’y a pas de doute, ce petit monstre est la dépouille d’un dinosaure. Pour les scientifiques ce serait un mammifère.

« Le petit monstre de Russie », comme certains le nomment déjà, a été découvert dans un bassin diamantifère datant de la période du Mésozoïque (couramment appelée « âge des dinosaures »)  c’est-à-dire entre 252 à 66 millions d’années.

Voilà qui a certainement du encourager la thèse du mineur russe persuadé d’avoir trouvé ce qui serait les restes dinosauriens les mieux conservés de l’histoire de la paléontologie. Mais pour les scientifiques l’origine de cette momie serait toute autre.

D’après The Siberian Times, les experts pensent que le monstre est un ancêtre du « Wolverine ». Oubliez tout de suite le beau gosse musclé aux griffes métallisées (d’abord parce qu’il ne peut pas mourir, ou presque) mais surtout parce que l’on parle là d’un animal ressemblant à un ours miniature. En français il porte le nom de « glouton » (oui c’est tout de suite moins classe).

La créature devrait être transportée d’ici peu d’Udachny à Yakutsk (la capitale régionale de cette partie de la Russie à tout de même 1686 kilomètres de là) pour y être étudiée.

Le petit monstre de Russie serait en fait la momie d’un Glouton ancestral.

Sources:Ubergizmo

L’exploration du cratère qui a provoqué l’extinction des dinosaures va commencer

Le cratère de Chixculub renferme l’un des plus grands mystères de la planète. Des scientifiques ont décidés de le percer… dans tous les sens du terme !

Les dinosaures ont-ils oui ou non été exterminés par la chute d’un astéroïde ? C’est très probable mais les scientifiques n’ont jamais été en mesure d’apporter une réponse définitive. Alors, pour en avoir le coeur net, une équipe de spécialistes a décidé d’explorer l’immense cratère causé par la chute d’un astéroïde tombée sur Terre il y 66 millions d’années ! Un projet génial qui laisse rêveur…

Dessin d'artiste illustrnt bien les proportions des lieux.
Dessin d’artiste illustrnt bien les proportions des lieux.

Ce cratère, qui fait 180km de diamètre, se situe dans la péninsule du Yucatan, au Mexique. On l’appelle le cratère de Chicxulub. C’est à cet endroit précis que serait tombé l’immense projectile de 10km de diamètre fortement suspecté d’avoir causé la perte de nos amis les dinosaures à la fin du Crétacé.

 

Mais puisqu’il n’est pas bon d’accuser sans preuve, une expédition hors-norme va être lancée sur site pour y rechercher des indices. Cette mission, financée conjointement par  l’International Ocean Discovery Program (IODP) et l’International Continental Scientific Drilling Program (ICDP) consistera en un gigantesque forage…

Dès la fin de ce mois, un navire atteindra la zone, située à 30km des côtes. A son bord : une équipe chargée d’installer une plateforme à l’aide de trois pylônes.

Géographie des lieux:centre du cratère.
Géographie des lieux:centre du cratère.

Quand cette plateforme sera opérationnelle (en principe, dès le 1er avril), la partie forage pourra alors commencer. Premier objectif : atteindre les 500m sous terre. C’est à partir de cette profondeur que les scientifiques espèrent récolter des indices. Ensuite, des carottes de 3m de long seront extraites jour et nuit jusqu’à atteindre, deux mois plus tard, les 1 500m !

Commencera alors la partie la plus passionnante de l’opération : l’étude de ces carottes. Que contiendront-elles ? Quels changements de roches vont-elles révéler ? Y trouvera-ton des fossiles ? Nous offriront-elles des traces d’ADN ?

Chicxulub entrant dans l'athmosphère:il y a 65 millions d'années!
Chicxulub entrant dans l’athmosphère:il y a 65 millions d’années!

Il faudra encore patienter un peu avant d’obtenir toutes les réponses à ces questions. Mais elles devraient enfin prouver que les dinosaures ont bel et bien disparu de la surface de la Terre après avoir croisé le trajet d’un astéroïde.

Une aventure passionnante dont on a hâte de connaître l’issue !

 

 

 

Une découverte change le récit de l’humanité

En 2012, des chercheurs russes ont découvert un mammouth mort il y a 45 000 ans dans la région centre de la Sibérie arctique. Après analyse du squelette, ils ont constaté que les humains étaient présents dans cet endroit bien plus tôt qu’il ne le pensait.

Le mammouth découvert en 2012.
Le mammouth découvert en 2012.

Suite à la découverte d’un squelette de mammouth dans l’Arctique, des scientifiques russes ont découvert que les humains étaient présents dans cette région il y a 45 000 ans, soit 10 000 ans plus tôt qu’on ne le pensait. Ils ont pu établir ce constat grâce aux pointes de flèches et autres objets tranchants observés sur la carcasse gelée de l’animal, trouvé en 2012 dans les sédiments gelés d’une falaise sur la côte est de la baie de Yenisei (centre de la Sibérie arctique). Cette découverte, publiée dans la revue scientifique «Science», pourrait ainsi relater le plus ancien exemple de survie dans l’Arctique où les indices paléolithiques humains sont rares.

Le squelette du mammouth montre des signes de blessures inhabituelles sur les côtes, sur la défense droite et les mandibules. Des marques qui résultent très probablement de pointes de lance très aiguisées, ont analysé ces scientifiques. Les ramus mandibulaire, partie montante de l’os de la mandibule qui sont très résistants, sont le plus souvent intacts quand ils sont découverts. Mais dans les restes de mammouths plus récents abattus par des humains les mandibules sont très souvent incomplètes ce qui pourrait avoir résulté d’une extraction de la langue, supputent-ils.

La chasse aux mammouths

Les chasseurs mangeaient souvent la langue des mammouths, une sorte de rituel ou parce que cette partie de l’animal était peut-être considérée comme un met raffiné, indiquent les chercheurs. La seule défense préservée de ce mammouth, celle de droite, montre des traces de travail humain pour en modifier la forme. Ainsi ces marques indiquent une tentative de la séparer du reste du corps.

En revanche l’extrémité extérieure de la défense, normalement peu tranchante, a été travaillée pour en faire un outil, selon des techniques différentes observées plus tardivement dans l’Arctique. Ces hommes faisaient de longs éclats d’ivoire effilés pour couper la viande dans une région où d’autres matériaux lithiques bruts étaient difficiles à trouver.

Des avancées dans les techniques de chasse aux mammouths ont probablement permis à ces groupes de se propager dans la partie la plus au nord de la Sibérie arctique, estiment les auteurs.

 

Source:Paris Match

 

Fantastique découverte d’une dinosaure à 4 ailes et une longue queue

Dessin d'artiste représentant  le fameux dinosaure ailé.
Dessin d’artiste représentant le fameux dinosaure ailé.

 

 

 

Une nouvelle espèce de dinosaure entièrement couvert de plumes, à la queue d’une longueur exceptionnelle, a été identifiée en Chine. une trouvaille qui renforce la théorie selon laquelle le vol existait déjà avant l’apparition des oiseaux, indique une étude publiée mardi dans la revue Nature Communications.

Vieux de 125 millions d’années, le reptile a été baptisé Changyuraptor yangi et appartient au groupe des « microraptoriens », ces dinosaures de petite taille aux pattes et à la queue emplumées qui leur donnaient vraisemblablement l’allure de gros poulets dotés de dents. Malgré la présence de ces plumes et leur anatomie rappelant celle des oiseaux, la capacité des microraptoriens à planer ou à voler continue à provoquer de vifs débats entre spécialistes.

Exhumé du fabuleux gisement fossile de Jehol, dans la province de Liaoning au nord-est de la Chine, Changyuraptor mesurait environ 1,30 m de la pointe du nez au bout de la queue. Et à elles seules, les plumes ornant cette queue représentaient près d’un tiers de sa longueur totale, soulignent les chercheurs.

Le crâne de notre dinosaure ailé,tel que découvert.
Le crâne de notre dinosaure ailé,tel que découvert.

 

« Avec 30 cm de long, ces extraordinaires plumes de la queue du Changyuraptor sont de loin les plus longues jamais trouvées chez un dinosaure à plumes », assure dans un communiqué Luis Chiappe, paléontologue au Muséum d’histoire naturelle de Los Angeles, qui a participé à l’identification de ce spécimen.

Des analyses de la structure osseuse de l’animal ont montré qu’il avait atteint sa taille adulte et qu’il devait peser environ 4,5 kg, ce qui en fait le plus gros de tous les dinosaures « à quatre ailes » connus. Un surnom donné à cette famille de dinosaures en raison de la présence de plumes sur leurs quatre pattes (antérieures et postérieures) qui a amené de nombreux chercheurs à la conclusion qu’ils étaient capables de voler, même maladroitement, pour capturer leurs proies.
    
« De nombreuses autres caractéristiques longtemps associées avec les oiseaux ont en réalité évolué chez les dinosaures bien avant que les oiseaux n’entrent en scène », affirme Alan Turner, spécialiste en anatomie à l’université Stony Brook de New York, co-auteur de l’étude.

 

L'animal  apparatient à une sous-famille des vélociraptors.
L’animal apparatient à une sous-famille des vélociraptors.

 

« Ca inclut par exemple les os creux, la nidification, les plumes… et peut-être bien le vol », détaille-t-il. Si tel est le cas, les oiseaux et leurs ailes n’auraient pas la primeur du vol mais en auraient hérité de leurs ancêtres reptiliens.
    
Tout en se gardant bien de se prononcer sur les capacités aériennes du Changyuraptor (vol battu, vol plané ou seulement « bonds améliorés »), les chercheurs estiment que son imposante queue emplumée devait lui permettre de contrôler sa descente « et donc jouer un rôle clef dans l’atterrissage » en diminuant sa vitesse d’approche au sol.
    
« Ce nouveau fossile illustre le fait que chez les dinosaures, le vol n’était pas limité aux très petits animaux », analyse Luis Chiappe. « Il faudra beaucoup d’autres éléments pour saisir toutes les nuances du vol chez les dinosaures, mais le Changyuraptor nous fait faire en grand bond en avant », se réjouit-il.

 

Autre reconstitution  de l'animal.
Autre reconstitution de l’animal.

 

 

 

 

Des dinosaures …parmi nous

C’est entendu, les dinosaures ont disparu depuis longtemps, et vraisemblablement, l’homme et le dinosaure n’ont jamais pu se rencontrer, et pourtant, régulièrement des témoignages troublants viennent contredire nos certitudes.

Du dinosaure au ...poussin et vice-versa!
Du dinosaure au …poussin et vice-versa!

 

Une espèce présumée disparue est appelée « Taxon Lazare » en référence à Lazare que le Christ aurait ressuscité. lien

Les cas de ces espèces disparues puis retrouvées sont foison : le Potorous Gilberti, disparu en 1800, redécouvert en 1994, l’Eupetaurus cinéreus, disparu au 19ème siècle et retrouvé, le Pétrel des Bermudes éteint depuis 1620, retrouvé en 1951, ou même la Rousserolle à grand bec, disparue en 1867et redécouverte en 2006.

Au-delà du dragon de Komodo, toujours bien vivant (vidéo) dont l’origine remonte à 140 millions d’années (lien), ou des Limules qui ont 350 millions d’années (lien), il existe d’autres rescapés de la préhistoire.

Le Cœlacanthe, vivant il y a 500 millions d’années, poisson doté de moignons de pattes, que l’on pensait disparu il y a 70 millions d’années a été retrouvé par l’ornithologue Marjorie Courtenay-Latimer le 22 décembre 1938, et a fait l’objet d’un très beau documentaire. lien

Le 19 mai 2007, un nouvel exemplaire a été capturé par Justinus Laham, un pécheur indonésien, mais déjà en 1998 un autre cœlacanthe avait été péché dans la mer des Célèbes, au dessus de Sulawesi.lien

Mais connaissez vous le « requin lézard » ?

En 2007, un pécheur japonais avait observé à la surface de l’eau un étrange animal semblant sorti tout droit de la préhistoire, et avait prévenu les vétérinaires du parc d’Awashima de Shizuoka, au sud de Tokyo,lesquels ont filmé l’animal avant de le capturer (vidéo) ce qui provoqua manifestement sa mort, quelques heures après.

Ce squale, semblable à une grosse anguille de 2 mètres de long, pourvu de 300 dents sur 25 rangs, vivant à une profondeur située entre 120 et 1280 mètres, se nourrissant de petits requins, de calamars, aurait une période de gestation de 2 ans. photo

De son vrai nom « chlamydoselachus anguineus  », ce rescapé préhistorique vivait sur notre planète il y a 50 millions d’années, et il n’a pas beaucoup changé depuis. lien

Au chapitre des ancêtres préhistorique, le risque de mystification existe aussi, puisque le 1 avril 2011,Alan Grant affirme avoir aperçu et filmé un archosaure dans le sud de l’Amazonie, dans la région duPantanal (lien) et une newyorkaise prétend avoir photographié un bébé ptérodactyle dans sa véranda.photo

Plus sérieusement, le mystère s’épaissit au Congo, dans la région du Likouala, au bord du lac de Télé, où selon de nombreux témoignages convergents un monstre préhistorique aurait été aperçu.

Mokélé Mbembé
Mokélé Mbembé

Les congolais l’appellent « Mokélé Mbembé  » (celui qui arrête le cours d’une rivière) et ils décrivent un animal de près de 10 mètres de long, de couleur gris-rougeâtre, ayant au bout d’un long cou, une petite tête semblable à celle d’un serpent, munie d’une crête, et ayant un corps aussi imposant que celui d’un éléphant, muni de 4 membres, et d’une queue musclée.

Pour l’instant, les différentes expéditions n’ont découvert que des empreintes (photo) mais les descriptions faites de cet animal (crête mise à part) rappellent beaucoup celles d’un diplodocus.

Empreintes découvertes au Congo ,il y a quelques années..la région du  fameux dinosaure.
Empreintes découvertes au Congo ,il y a quelques années..la région du fameux dinosaure.

La première véritable expédition fut menée par James Powell, en 1980, lequel avait obtenu le témoignage d’un sorcier Fang, qui affirmait avoir l’avoir vu sortir d’une rivière.

L’année suivante, le biologiste, Roy Mackal membre de cette première expédition, décida d’y retourner, et réussit à photographier une piste montrant le passage d’un animal de près de 2 mètres de haut, trainant derrière lui une énorme queue. lien

Les pygmées qui ont rencontré l’animal affirment que le seul danger qu’il représente sont les coups de queue qu’il donne, renversant les pirogues, et noyant les occupants sans pour autant s’en nourrir. lien

En 1985, un ingénieur allemand, Herman Reguster, menant une exploration dans cette région, affirma avoir aperçu l’animal « un long cou gracieux terminé par une petite tête identique à celle d’un serpent, et l’animal après les avoir observé s’est doucement laissé glisser dans l’eau ». lien

Pour d’autres scientifiques, il ne peut s’agir d’un dinosaure, mais peut-être tout simplement d’un varan géant.

Photo prise le  10 janvier 2006 sur le fleuve Amazone,au Brésil par Stephen Wagner.
Photo prise le 10 janvier 2006 sur le fleuve Amazone,au Brésil par Stephen Wagner.

Mais avez-vous entendu parler du Lau, une sorte de serpent de 12 à 30 mètres de long, dont le corps de la taille d’un âne, doté de tentacules, de gros piquants, a été décrit par l’ex roi Lewanika de la tribu desBarotsé, au Congo  ? lien

Toujours en Afrique, un chasseur nommé F.Gobler, évoque l’existence d’un dinosaure vivant dans les marais du lac Dilolo, appelé « chipekwe » par les indigènes.

ptérosaures
ptérosaures

Quittons ceux-ci pour nous intéresser aux ptérosaures.

En 1856, des ouvriers du chemin de fer travaillant dans le nord de la France auraient aperçu un étrange oiseau, d’une envergure de plus de 3 mètres, muni de dents pointues, se déplaçant sur 4 pattes, qui serait mort à leurs pieds, qu’ils auraient identifié comme un ptérodactyle, et en 1896 3 chasseurs crétois prétendent avoir vu un énorme oiseau avec un bec semblable à celui d’un pélican, qu’ils auraient identifié aussi comme un ptérodactyle. lien

Aux USA, deux cow-boys aperçurent le 26 avril 1890 un immense oiseau de 4,8 mètres d’envergure, et de2,8 mètres de long, qu’ils réussirent à abattre, et qu’ils ramenèrent à Tombstonelien

D’autres articles racontent cet étrange épisode même si la taille donnée à l’oiseau semble la conséquence d’une virgule mal placée. lien

Le journal local, « The Epitaph » en publia unephoto, mentionnée dans le livre d’Horace Bell « On the Old West Coast  », publié en 1930. photo

S’agirait-il de l’oiseau « thunderbird » évoqué dans de nombreuses légendes indiennes ? lien

D’autres témoignages remontant aux années quarante évoquent un oiseau de la taille d’un petit avion. lien

En 1963, un certain M.H. Cramer s’est souvenu d’avoir vu cette photo qui aurait été publiée dans plusieurs journaux. photo

En 1977 un groupe d’enfants auraient aperçu dans la même région deux de ces oiseaux, qui auraient tenté en vain d’enlever l’un d’entre eux.

Au mois de juin 2011, à Fresno aux Etats Unis, une famille affirme avoir vu planer dans le ciel un étrange oiseau de 3,50 mètres d’envergure de couleur sombre dont les ailes possédaient des sortes de pointes.

On a de la peine à le croire qu’un ptérosaure vive de nos jours et pourtant, il existe cette photo. lien

Ce qui serait la preuve d’une belle santé, puisque le ptérosaure vivait sur notre terre à l’époque jurassique, il y a 220 millions d’années. vidéo

Le plus grand d’entre eux était le quetzalcoaltus : exhumé au Texas dans les années 70, on sait aujourd’hui que ses ailes déployées mesuraient 11 mètres, qu’il pesait 130 kg, qu’il se déplaçait à 70 km/h, mais une récente découverte faite en Israël laisse envisager l’existence d’un oiseau encore plus impressionnant qui ridiculiserait notre quetzalcoaltus.

Quant au « monstre » du Loch Ness, tout comme le Yéti, il a autant de détracteurs que de défenseurs.lien

Pourtant il y a plus original car pourquoi ne pas choisir la compagnie d’animaux préhistoriques, au lieu des traditionnels chiens ou chats ?

2 jeunes biologistes de l’Université de Lausanne, Sylvain Dubey et Jonas Cosendai, nous proposent d’avoir chez nous des animaux vivants, plus vieux que les Tyrannosaures : des triops cancriformis.

Bien sur, leur taille modeste ne permet pas la comparaison avec ces derniers, mais ils sont pourtant vieux de 230 millions d’années. lien

Ces crustacés atteindront en 2 mois une dizaine de centimètres et vous pourrez même les acquérir en kit, lequel contient les œufs, et la nourriture de vos futurs nouveaux amis.

Ces Triops ont aussi l’originalité d’être « la plus vieille espèce animale qui est restée totalement inchangée  » affirme Sylvain Dubey.

Et ce n’est pas une nouveauté, le célèbre journal Pif Gadget avait proposé en son temps de faire éclore des Artémies (artimia salina).

En effet ce magazine offrait aux lecteurs un sachet de ces petits animaux qu’il avait rebaptisé « Pifises ».lien

Ces petites crevettes préhistoriques elles aussi, ont des œufs qui peuvent attendre des siècles avant d’éclore : il leur suffit pour cela d’un peu d’eau : un gramme de cystes pouvant produire 300 000 petites crevettes qui atteindront à maturité 1,5 cm. lien

C’est d’ailleurs devenu un commerce très juteux, puisque les aquariophiles sont, autant que leurs poissons, gourmands de cette nourriture vivante et sur ce lien, on trouve tous les détails pour en faire l’élevage.

Reverra-t-on le mammouth laineux?
Reverra-t-on le mammouth laineux?

Plus ambitieux, Hans Larsson, de l’Université McGill de Montréal, qui s’est dit inspiré par le peut-être prémonitoire film de Spielberg, « Jurassik Park » va tenter de reproduire chez les gallinacés les traits caractéristiques des dinosaures en manipulant génétiquement des poussins. lien

Mais un tel projet amène une question : ce chercheur ne s’est-il pas endormi avant la fin du film ? en a-t-il bien compris le message ? vidéo

Car comme dit mon vieil ami africain :

« Si tu marches en regardant les étoiles, ton pied ne verra pas la pierre ».

L’image illustrant l’article provient de « anthropoblog.fr »

 

Sans oublier les fameuses pierres d'Ica.
Sans oublier les fameuses pierres d’Ica.