Divulgation d’informations:L’ex-adjoint à la sécurité d’Obama reconnaît l’implication yankee avec l’État Islamique !…

Quelqu’un a finalement demandé à des hauts-fonctionnaires de l’administration Obama de prendre en compte le développement de l’EIIL/Daesh et l’armement des djihadistes en Syrie.

John McCain en compagnie de dirigeants syriens d’Al Qaida

Dans un entretien a bâton rompu intitulé « Confronting the Consequences of Obama’s Foreign Policy » le journaliste de The Intercept Mehdi Hasan a posé la question à Ben Rhodes qui a servi longtemps comme adjoint au conseiller national à la sécurité à la Maison Blanche sous la présidence de Barack Obama et qui fait maintenant la promotion de son nouveau livre, The World As It Is: Inside the Obama White House.

Rhodes a été décrit comme étant tellement dans la confidence d’Obama qu’il était “dans la pièce” lors de pratiquement toutes les décisions importantes en politique étrangère prises par Obama lors de ses 8 années au pouvoir. Bien que l’entretien accordé à The Intercept vaut la peine d’être écouté dans sa totalité, c’est le segment sur la Syrie qui a capté notre attention.

Malgré le fait que Rhodes essaya de littéralement danser autour de l’affaire, il répond docilement par l’affirmative lorsque Mehdi Hasan lui pose les questions suivantes au sujet du soutien des djihadistes en Syrie:

“Êtes-vous trop intervenus en Syrie ? Parce que la CIA a dépensé des centaines de millions de dollars à financer et à armer les rebelles anti-Assad et beaucoup de ces armes comme vous le savez, ont terminé aux mains des groupes djihadistes, certaines même aux mains de l’EIIL.

Le 19 octobre 2011,Hillary Clinton fête la victoire sur le grand guide Lybien,Muhammar Qadafi…entourée par ses alliés d’Al Qaida.

Vos critiques diraient que vous avez exacerbé la guerre par procuration en Syrie ; que vous avez prolongé ce conflit et que ce faisant vous avez favorisé et poussé les djihadistes.

L’État Islamique recevra a temps,une multitude de jeeps Toyota en provenance des entrepôts de la CIA et du département d’état.

Rhodes dans un premier temps monologue au sujet de son livre et fait une “évaluation secondaire” de la politique sur la Syrie dans une tentative d’éluder la question, mais Hasan le ramène sur le cap à suivre en disant: “Allez enfin, vous coordonniez beaucoup de leurs armes.”

Les deux hommes argumentent sur l’accusation de Hasan de “pousser les djihadistes” dans la section suivante de l’entretien, à la fin de laquelle Rhodes lâche en traînant les pieds un “ouais…” tout en essayant de faire passer le blâme sur les alliés américains que sont la Turquie, le Qatar et l’Arabie Saoudite (de manière similaire sur ce que fit le vice-président Joe Biden dans un discours datant de 2014)

MH: Allez quoi, vous coordonniez beaucoup de leurs armes. Vous savez que les Etats-Unis étaient lourdement impliqués dans cette guerre ainsi que les Saoudiens, les Qataris et les Turcs.

BR: Et bien j’allais dire: la Turquie, l’Arabie Saoudite, le Qatar…

MH: Vous y étiez aussi…

BROuais, mais en fait une fois que cela eut dégénéré en une sorte de guerre civile sectaire ayant des parties combattant pour ce qu’elles percevaient être leur propre survie, je pense que nous, en la capacité de mettre fin à ce type de situation, et une partie de ce avec quoi j’ai lutté avec le livre, sont les limites de notre capacité de tirer un levier et de faire qu’une telle tuerie s’arrête une fois qu’elle est déclenchée.

A notre connaissance, il s’agit de la seule et unique fois qu’une organisation médiatique importante a directement demandé à un haut-conseiller en politique étrangère de l’administration Obama de reconnaître les longues années de soutien des djihadistes en Syrie par la Maison Blanche.

Bien que l’entretien fut publié vendredi dernier, son importance n’a pas été relevée ni commenté dans les médias le week-end dernier et ce peut-être de manière bien prévisible. Ce qui a circulé en revanche fut un article du magazine Newsweek se moquant des “théories du complot” entourant la montée rapide de l’EIIL/Daesh, incluant ceci:

“Le président Trump a peu fait pour dissiper le mythe d’un soutien direct américain à l’EIIL depuis qu’il a pris ses fonctions. Lors de sa campagne électorale en 2016, Trump affirma, sans donner aucune preuve, que le président Obama et la ministre des AE d’alors Hillary Clinton, avaient co-fondé le groupe et que l’EIIL “honore” l’ancien président.”

Bien sûr, la vérité est un peu plus nuancée que ça, alors que Trump lui-même, ailleurs, semblait le reconnaître, ce qui amena le président un peu plus tard à mettre un terme à l’assistance de la CIA et à son programme de changement de régime en Syrie à l’été 2017 tout en se plaignant à ses aides de la brutalité choquante des soi-disants “rebelles” entraînés par la CIA.

Dans le même temps, les médias ont été satisfaits de diffuser la fausse information que l’héritage du président Obama est “qu’il est resté en dehors de Syrie” tout en approuvant à un niveau négligeable quelques aides à de soi-disants “rebelles modérés” qui combattaient à la fois Assad et de manière supposée l’État Islamique. Rhodes avait lui-même tenté, dans des entretiens précédents,, de faire le portrait d’un sage Obama qui était “resté sur le touche en Syrie”.

Mais, comme nous l’avons fait remarqué à maintes reprises ces dernières années, ce narratif ignore et cherche même à blanchir ce qui est probablement le plus grand programme secret de la CIA de son histoire, commencé par Obama, qui a armé et financé une insurrection djihadiste dans le but de renverser Al Assad et qui a coûté au contribuable américain de l’ordre d’un milliard de dollars par an (1/15 du budget publiquement connu de la CIA, d’après les documents fuités par Edward Snowden et révélés par le Washington Post).

Saisies d’armes en Irak

Ceci ignore également le fait bien établi, documenté à la fois dans les rapport du renseignement américain et authentifié par les prises de vue sur les champs de batailles, que l’EIIL et l’Armée Syrienne Libre (ASL) ont combattu sous un commandement unifié géré par les Américains pendant les premières années de la guerre en Syrie et ce jusqu’à la fin 2013, chose qui a été confirmée par le professeur Joshua Landis, de l’université de l’Oklahoma, l’expert mondial sur la Syrie.

Le chef d’Al Nusra en Syrie: Abu Mohammed al Jolani
Publicités

Les dossiers de Michel Duchaine:Un prix nobel de médecine accuse: « guérir des maladies n’est pas rentable pour les laboratoires »

 

prix-nobel

 

 

« Le prix Nobel britannique de médecine, Richard J. Roberts, a accusé les grands laboratoires pharmaceutiques de faire passer leurs intérêts économiques avant la santé des personnes, en détenant le progrès scientifique dans le traitement des maladies car la guérison n’est pas rentable.

«Les médicaments qui guérissent ne sont pas rentables et ne sont donc pas développés par les laboratoires pharmaceutiques, qui parallèlement  développent des médicaments qui chronicisent les maladies et qui doivent être consommés de manière ininterrompue, » Roberts a déclaré dans une interview au magazine «PijamaSurf».

Certains médicaments qui pourraient guérir entièrement une maladie ne sont pas développés. Cela est-il normal que l’industrie de la santé soit régie par les mêmes valeurs et principes que le marché capitaliste, lesquels ressemblent beaucoup à ceux de la mafia? », demande le prix Nobel 1993 de médecine. (ndlr: ça fait du bien d’entendre ça de la part d’un prix Nobel de médecine).

Le savant et chercheur accuse les labos d’oublier de servir le peuple et de s’occuper uniquement de la rentabilité économique. «J’ai vu comment, dans certains cas des chercheurs qui dépendaient de fonds privés auraient pu découvrir des médicaments très efficaces qui auraient pu complètement venir à bout de certaines maladies », a t-il expliqué.

Il ajoute que les entreprises cessent d’enquêter, car « Les compagnies pharmaceutiques sont davantage intéressées à votre porte-monnaie qu’à votre santé, c’est pourquoi les recherches, tout à coup, sont déviées vers la découverte de médicaments qui ne guérissent pas, mais qui rendent les maladies chroniques permettant aux malades de constater des améliorations qui disparaissent dès lors que l’on cesse de prendre le médicament. »

En ce qui concerne les raisons pour lesquelles les hommes politiques n’interviennent pas, Roberts affirme que «dans notre système, les politiciens ne sont que des employés des gros capitaux qui investissent ce qui est nécessaire pour assurer la victoire à leurs poulains, et s’ils ne sortent pas vainqueurs, ils achètent les élus « . (Ndlr: Tout est dit, Obama nous en a donné un bon exemple avec Monsanto). »

A noter après quelques recherches que cet article ressemble beaucoup à un autre accordé en 2007 au journal La Vanguardia et qui apportent plus de précisions sur les manipulations des labos concernant les médicaments.

Laurent Freeman

Pour l’anecdote, Russia Today a publié également un sondage en bas de son article. Avez-vous confiance en l’industrie pharmaceutique? 86,9% des internautes ont répondu que non, comme ça c’est clair!

Source: Russia Today

 

Anarchie politique américaine:Donald Trump menacé par une « révolution orange »

« Puisque le peuple vote contre le Gouvernement, il faut dissoudre le peuple. »

(Bertolt Brecht)

Les libébaux fédéraux du Canada et le Parti Démocrate aux États-Unis d'Amérique ont toujours été très proches  des Illuminati et sont alliés depuis l'assassinat de Kennedy. Ici,John Kerry en compagnie de Stéphane Dion.
Les libébaux fédéraux du Canada et le Parti Démocrate aux États-Unis d’Amérique ont toujours été très proches des Illuminati et sont alliés depuis l’assassinat de Kennedy.
Ici,John Kerry en compagnie de Stéphane Dion.

C’est une missive édifiante. Elle est signée des présidents de l’UE et se veut une lettre de félicitations au POTUS nouvellement élu, Donald Trump. Or ce courrier, banal en apparence, contient entre les lignes un véritable ultimatum au trublion anti-Système, à qui il est dit en substance: «Ok, vous nous avez bien eus, mais maintenant voici la Règle : ou vous vous soumettez, ou nous vous détruisons.»

Bien sûr, les opérateurs-bouffons de la succursale européenne que sont les signataires Tusk et Juncker, ne sont dans cette affaire que les messagers transparents de l’oligarchie du Système néolibéral atlantiste. Mais en cette période de flottement à la tête de l’Empire US, il fallait bien rappeler officiellement Donald Trump à l’ordre, en lui précisant les règles du jeu dans la cour des grands où il vient de pénétrer par effraction. De l’autre côté de la tenaille, c’est l’inépuisable Soros qui s’occupe de faire monter la pression aux États-Unis, en organisant l’agitation des habituels bobos de service, pour bien faire comprendre au presque 45e président US qu’il n’est pas à l’abri d’une révolution orange, s’il ne rentre pas dans le rang. Le Système sort donc l’artillerie lourde, mais son effondrement reste pourtant inéluctable et il a lieu sous nos yeux.

Globalisation néolibérale et messianisme militarisé

John Podesta a été pris en photo avec Justin Trudeau,le pseudo premier ministre cool et pro-arabe du Canada:le complot peut  même avoir commencé là! John Podesta est impliqué dans le vaste réseau de pédophilie mondial.
John Podesta a été pris en photo avec Justin Trudeau,le pseudo premier ministre cool et pro-arabe du Canada:le complot peut même avoir commencé là!
John Podesta est impliqué dans le vaste réseau de pédophilie mondial.

La lettre du duo de comiques européens est une pathétique tentative d’intimidation déguisée, et l’on imagine fort bien dans quelle ambiance d’hystérie feutrée elle a dû être pondue par une brochette de spin-doctors-system triés sur le volet.

Ainsi, après une phrase glaciale de félicitations, la missive va directement à l’essentiel, pour réaffirmer le catéchisme officiel du Système au travers des «valeurs communes que sont la liberté, les droits de l’homme, la démocratie et une croyance en l’économie de marché.»

La pompeuse évocation de la Sainte-Trinité des vertus-vernis du Système n’est là que pour promouvoir le cœur de la machinerie : la globalisation néolibérale, c’est-à-dire le Marché. La connotation religieuse du mot croyance (est-ce un acte manqué ?) confirme d’ailleurs que pour le Système, il n’y a pas d’autre Dieu que le Marché (et que l’élite néolibérale atlantiste est son prophète).

Vient ensuite un verset d’auto-adoration, avec l’affirmation que l’UE et les USA «se sont employés à garantir la paix et la prospérité du monde» (ne riez pas…), puis c’est le rappel à l’ordre sur l’importance de «renforcer les relations transatlantiques», notamment pour faire face aux «menaces pour la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine».

Le système politico-gangstérisé américain va imploser.
Le système politico-gangstérisé américain va imploser.

Le Système rappelle ici très clairement à M. Donald Trump, qu’il n’est pas question de réchauffer les relations avec Moscou et que les Russes sont et doivent rester les méchants de l’histoire, pour l’instant. Et s’il devait subsister un doute dans son esprit, une piqûre de rappel arrive au paragraphe suivant, déjà où l’on évoque le «partenariat stratégique UE-États-Unis» pour faire face aux «menaces sur la sécurité des voisins orientaux (suivez mon regard) et méridionaux de l’Europe».

Enfin, avant de promettre d’adouber le bon Trump s’il se couche, le Système rappelle la marche à suivre au plan économique, en insistant sur l’importance des «négociations relatives au partenariat transatlantique de commerce et d’investissement». On voit bien ici que, malgré le rejet du TAFTA par les peuples européens, le Système exige donc que l’on poursuive dans cette voie et le fait savoir – les peuples ? Combien de divisions ?

Puis le Système psalmodie un peu, non sans cet humour involontaire 1 et impayable, dont le passage suivant est un morceau d’anthologie : «Les Européens ne doutent pas que l’Amérique, dont les idéaux démocratiques ont toujours représenté une lueur d’espoir dans le monde entier, continuera à investir dans ses partenariats avec ses amis et ses alliés, afin de contribuer à offrir à nos citoyens et aux populations du monde, davantage de sécurité et de prospérité.» On se pince…

Enfin, la lettre-ultimatum se termine comme il se doit, par une invitation «dès que possible»à un sommet UE-États-Unis, avec la promesse implicite d’adouber le trublion pour les«quatre prochaines années» au moins si la Règle est respectée.

En résumé, via ses opérateurs-bouffons européens, le Système rappelle donc à M. Trump qu’au-delà d’enfantillages antisystèmes qu’on pourra bien lui pardonner, il ne peut y avoir d’alternative sérieuse ni à la globalisation néolibérale, ni au messianisme militarisé d’un Bloc atlantiste uni, car porteur de la vrai foi pour une humanité enfin soumise et nivelée, pardon, éclairée.

Pression maximum

Reagan,Bush,Clinton Bush et Obama:5 président qui ont mis le peuple américain en esclavade!
Reagan,Bush,Clinton Bush et Obama:5 président qui ont mis le peuple américain en esclavage!



Et pendant ce temps-là, les manifs anti-Trump font la une de tous les journaux et JT alignés, le tout sous l’aiguillon bien intentionné des acteurs habituels de l’oligarchie globalisée genre Soros et ses clones. Et Wikileaks de révéler que c’est précisément le spécialiste èsrévolutions oranges de l’Empire, qui est aujourd’hui à la manœuvre aux États-Unis. On en rirait presque.

Et bien sûr, toute la caste médiatique occidentale est derrière lui, avec sa finesse et son impartialité coutumières.

Ainsi, en quelques jours, nous avons eu droit à un appel à l’assassinat lancé par une collaboratrice du Guardian, appel d’ailleurs relayé ensuite par un humoriste français subventionné.

De son côté, CNN s’appliquait à faire monter la mayonnaise avec la neutralité qu’on lui connaît, son reporter faisant même témoigner un copain à lui, pour illustrer la colère de la rue contre Trump.

Sur le site Change.org, une pétition ayant déjà réuni plus de 4 millions de signatures invérifiables, demande désormais aux Grands électeurs de désigner Clinton plutôt que Trump, le 19 décembre prochain. D’ailleurs, des manifestations sont d’ores et déjà en préparation pour l’investiture du 20 janvier à Washington, avec une marche d’un million de femmes prévue pour le lendemain…

Quant à l’ambiance bon-enfant et démocratique des manifestations, les bobos de service se sont surpassés. A l’agression d’une étudiante pro-Trump sur un campus faisait écho, en version Pussy Riot, la performance d’une possédée déféquant en pleine rue sur un portrait de Trump, avant de le badigeonner à pleines mains. Ambiance, ambiance.

Les bobos enrôlés à l’insu de leur plein gré par l’oligarchie sont donc prêts, chauffés à blanc et inondés de dollars comme il se doit, avec à la clé la menace d’une révolution orange ou d’un Printemps américain, comme on voudra.

On n’en attendait pas moins.

La pression est donc à son maximum, sur un Trump qui apparaît dès lors plus que jamais comme un président authentiquement anti-Système.

Un effondrement irréversible

Tout sera fait par le système politique illuminati pour faire rentrer Donald Trump dans le rang...sinon!
Tout sera fait par le système politique illuminati pour faire rentrer Donald Trump dans le rang…sinon!

Reste que le bonhomme est ce qu’il est et, pour l’heure, il n’est de loin pas assuré qu’il se couche.
L’apaisement des relations avec Moscou, le désengagement partiel d’avec l’OTAN, de même qu’un coup de frein aux guerres extérieures type Libye ou Syrie restent au programme, avec pour conséquence la fin de l’Empire en tant que gendarme et bourreau du monde. Et quand bien même Soros et sa bande d’hallucinés iraient jusqu’au bout de leur délire en provocant la chute de Donald Trump, celle-ci aurait de fortes chances d’entraîner une guerre civile, avec éventuellement dislocation du pays. On aboutirait donc au même résultat d’une chute de l’Empire, par d’autres moyens, éventuellement plus rapides.

Dans les états-majors de la politique-système européenne, la caste néolibérale dirigeante commence ainsi à comprendre que le phénomène Trump n’est pas un accident de l’Histoire, mais bien une étape de plus, certes décisive, dans un processus d’effondrement du Système néolibéral globalisé, qui finira tôt ou tard par emporter l’UE à son tour.

Source : entrefilets.com

 Notes

  1. On dit même que le diable, quand il veut, est fort bon théologien ; il est vrai, pourtant, qu’il ne peut s’empêcher de laisser échapper toujours quelque sottise. René Guénon

#Pizzagate – le dévoilement d’un réseau pédocriminel élitiste implique Hillary Clinton et…Obama

La divulgation de certains e-mails énigmatiques de John Podesta, un proche des Clinton ayant travaillé pour l’administration Obama, a été le point de départ d’une enquête citoyenne semblant mettre à jour petit à petit un réseau pédocriminel.

 

Le #Pizzagate fait grand bruit et le silence médiatique sur cette affaire commence à être rompu : nous voyons depuis quelques jours ici et des articles parlant de »théorie du complot haineuse qui empoisonne internet »…

 

Mais qu’en est-il vraiment ? Quels sont les faits troublants dont ne parlent justement pas les deux médias cités ci-dessus ? Voici un résumé de l’enquête en cours.

Transcription de la vidéo :
Ce que nous savons au sujet du #PizzaGate actuellement :
 
Commençons par survoler le décor de cette histoire, comment elle a débuté. John Podesta a cliqué sur un « phishing-scam email » [technique utilisée pour pirater des adresse mails] envoyé par des hackers et leur a involontairement donné son mot de passe ainsi, puis les hackers ont délivré les e-mails de John Podesta à Wikileaks qui a vérifié leur authenticité avant de les rendre publique pendant la campagne électorale US de 2016.
Qui est John Podesta ? John Podesta était le directeur de campagne d’Hillary Clinton durant l’élection de 2016. Il a aussi travaillé auprès du président Obama et du président Bill Clinton quand il était au pouvoir.
Son frère, Tony Podesta, qui est aussi impliqué dans le scandale, fut récemment listé comme l’un des hommes les plus puissants de Washington D.C. par GQ Magazine. Et qui voici ? John Podesta avec Hilary Clinton, avec le pape, avec Bill Clinton et avec Obama. C’est clairement quelqu’un qui a beaucoup d’influence dans le monde politique.
Que s’est-il passé ensuite ? Des volontaires sur Twitter, Reddit et 4chan ont décortiqué les e-mails et en ont découvert qui avaient l’air suspicieux. Les premiers signes d’une activité suspecte étaient les e-mails qui semblaient contenir une sorte de code relatif à la pizza et à d’autres articles alimentaires. Tout s’est enflammé quand le tristement célèbre « Spirit Cooking » e-mail de Marina Abramovic à Tony Podesta fut découvert. J’en parlerai en détail plus tard.
Jetons un œil aux codes dans les e-mails.
 
Le code semble être : « hotdog » = garçon ; « pizza » = fille ; « fromage » = petite fille ; « pâtes » = petit garçon « glace » = prostitué mâle ; « noix » = personne de couleur ; « carte » = sperme ; « sauce » = orgy.
 
Voici une citation extraite d’un des e-mails :
 
« L’agent immobilier a trouvé un mouchoir. Je pense qu’il a une carte qui semble lié à la pizza. »
 
Donc voici l’un des e-mails très étrange qui semble être codé, et qui a attiré notre curiosité sur ce dont ils pouvaient bien être en train de parler. C’est de Susan Sandler à John Podesta, et vous pouvez aller le voir sur Wikileaks en notant le nombre à la fin. « Pensez-vous que je ferai mieux de jouer aux dominos sur du fromage que sur des pâtes ? » Un autre e-mail, envoyé par la Fondation Sandler à John Podesta, se trouvant dans les e-mails publiés par Wikileaks. 50332. Encore une fois, cela semble être un code, diriez-vous cela à quelqu’un que vous connaissez ? « Pensez vous que je ferai mieux de jouer aux dominos sur du fromage que sur des pâtes ? »
Et il semble que le mot « domino » signifie quelque chose comme le BDSM [pratique sexuelle sadomasochiste, ndlr] qui implique de la domination. C’est ce que nous spéculons.
Encore une fois, « fromage » signifie petite fille, et « pâtes » petit garçon.
Un autre e-mail : Obama a dépensé environ 65 000 dollars pour faire livrer (par avion) des pizza/hot-dogs depuis Chicago pour une fête privée à la Maison Blanche.
Quand vous y réfléchissez un peu, ça n’a aucun sens. Qui sur Terre ferait venir des pizzas ou des hot-dogs par avion depuis un autre État [fédéral, ndlr] ? Qui sur Terre dépenserait 65 000 dollars en pizzas et en hot-dogs ? Et pourquoi diable Obama nourrirait-il ses invités avec des pizzas et des hot-dogs ? Ne devraient-il pas avoir une sorte de nourriture bien plus luxueuse, qui pourrait être préparée par des chefs et compagnie ? Et apparemment, ils n’importent pas de nourriture pour la Maison Blanche pour des raisons de sécurité. Toute la nourriture est préparée sur place. Donc encore une fois, il semblerait que ce sont des mots codés.
Pourquoi cela serait-il un sujet de conversation intéressant dans un e-mail ? Et si vous recherchez et que vous trouvez cet e-mail, vous verrez que la réponse semble concerner de la prostitution. Donc, il semblerait que ce sont des mots codés pour une forme de prostitution. Et si on regarde les mots codés, « pizza » = fille et « hot-dogs » = garçon.
 
« Je sacrifierai un poulet dans le jardin en l’honneur de Moloch. » Cheryl Mills a écrit ceci à Hillary Clinton.
 
Alors, un poulet c’est un code pour quoi ?
 
Eh bien dans l’argot homosexuel, un poulet c’est un code pour un garçon mineur et Moloch c’est un dieu associé au sacrifice d’enfant. Donc, allez comprendre. « Je sacrifie un poulet dans le jardin en l’honneur de Moloch. » Voici le genre d’e-mails étranges qui nous ont fait nous poser des questions en premier lieu, quand nous fouillions Wikileaks.
 
Fait intéressant, le fondateur de Twitter appelé Jack, semble lui aussi utiliser ce genre de codes, et parle de satanisme. Il a écrit : « Je suis en train de faire de bonnes pâtes, tout en lisant des passages géniaux des versets sataniques ; les fils (dorés) commencent à s’entremêler ». Qu’est-ce que ça veut dire ? Est-ce qu’il est vraiment en train de nous dire qu’il cuisine des pâtes tout en lisant des versets sataniques ? Ou est-ce une sorte de private joke, ou de message codé qu’il est en train d’envoyer ? Il a envoyé cela en 2006. Et rappelez vous, « pâtes » c’est un code pour garçon. Alors, puisqu’on parle de satanisme, cela nous amène à l’invitation que Marina Abramovic a envoyé à Tony Podesta. Alors, qui est Marina Abramovic ? Elle se définit comme une artiste-performeuse, elle est proche de nombreux politiciens et célébrités. D’ex-satanistes et des experts de l’occulte ont déclaré que son travail était clairement inspiré par la doctrine luciférienne, et par le travail du célèbre sataniste Aleister Crowley. Ses recettes de « Spirit Cooking » [Cuisine de l’Esprit, ndlr] contiennent la consommation de concoctions à base de fluides corporels. Dans l’une de ses recettes, elle explique aux femmes comment mettre un poisson vivant dans leur vagin durant de la nuit afin de le préparer pour l’utiliser dans un filtre d’amour. Voici la femme qui a invité par e-mail Tony Podesta, John Podesta et leurs femmes chez elle pour participer à de la « Spirit Cooking ». J’ai fait une vidéo entière à ce sujet, si vous voulez la regarder, elle s’intitule « Spirit Cooking with the Clintons » [Cuisine de l’Esprit avec les Clintons, ndlr] et je mettrai le lien ci-dessous.
 
Passons maintenant aux pizzerias.
 
J’ai trouvé cela sur le site de Wikileaks. Ce sont des instructions déclassifiées du FBI pour les forces de l’ordre. « Des symboles pédophiles sur des bijoux, des pièces, des sites webs et autres, sont indicatives des techniques de marketing qu’utilisent les prédateurs pédocriminels pour promouvoir leur cause.
Les activistes pédophiles travaillent à l’acceptation sociétale des relations sexuelles entre adultes et enfants. Ces organisations cherchent à décriminaliser les relations sexuelles entre adultes et enfants et à légaliser la pornographie infantile, basé sur leur croyance que les enfants ont la possibilité de consentir à des actes sexuels. Des symboles et des bijoux identiques ou similaires à ceux décrits dans ce bulletin d’information devraient lever des suspicions quant à une potentielle activité pédophile, quand ils sont trouvés lors de recherches. Les enquêteurs devraient aussi être attentifs aux symboles pédophiles plébiscités sur des sites internets. Durant l’examen des fichiers informatiques, les enquêteurs devraient être conscient que des sujets essayent de dissimuler de la pédopornographie en utilisant des symboles au lieu de noms typiquement suggestifs et explicites. Alors pourquoi est-ce pertinent ? Et bien, quand on regarde l’un des symboles que le FBI nous a fourni, on voit qu’il correspond plutôt bien avec le logo de « Besta Pizza », et rapidement après que nous ayons révélé ceci sur des sites comme Reddit, « Besta Pizza » a retiré ou a modifié son logo comme vous pouvez voir.
 
Symboles pédophiles. Plus de symboles pédophiles.
 
Il est amusant de noter qu’un restaurant proche d’eux [Besta Pizza, ndlr], et que Hillary Clinton a visité comme vous pouvez voir, s’avère avoir lui aussi un symbole pédophile sur son site internet. Quelle drôle de coïncidence. Donc c’est un symbole avec un grand coeur et un petit coeur, une grande main et une petite main, petit triangle grand triangle, tout ce symbolisme. C’est un moyen pour les pédophiles de se passer le mot pour dire que c’est un endroit « pedophile-friendly ».
 
Et puis, il y a une autre pizzeria, opposé à Terasol, et voici des infos sur celui-ci, qui s’appelle Comet Ping Pong. Qui est aussi sur la même rue, juste à quelques pas de Besta Pizza. Donc, ça se situe à Washington D.C., c’est détenu par Big Cheese LLC., souvenez-vous, « fromage » est un mot codé. Gros [big, de Big Cheese, ndlr] et petit est indicatif de ce code pédophile. Obama y a tenu une collecte de fonds, comme confirmé par les e-mails de Wikileaks. John Podesta était impliqué dans l’organisation d’une collecte de fonds mené par Hillary Clinton là-bas. Y sont organisés des représentations artistiques où sont invités des artistes dépeignants des abus sur des enfants et des symboles occultes dans leur travail.
 
Maintenant, voici une carte pour vous montrer. Le Comet Ping Pong est en rouge. L’endroit juste à côté est détenu par Big Cheese LLC aussi. James Alefantis. Et juste à côté, vous avez Besta Pizza, qui avait aussi des symboles pédophile dans son logo. Plus bas dans la rue, vous avez « Prose » qui est détenu par la personne qui écrit les discours d’Hillary Clinton. De l’autre côté de la rue, vous avez « Beyond Borders » qui est une ONG qui se focalise sur Haïti, et qui a été fondée par la Fondation Clinton. Et juste à côté de ça, vous avez « Terasol », c’est là qu’on a vu les symboles pédophiles avec les cœurs. Oh et ils sont tous à environ 5 minutes en voiture de la maison de John Podesta. Quelle coïncidence hein !
 
De retour sur le Comet Ping Pong en particuliers et les expositions artistiques qui y ont lieu. Donc, voici certaines œuvres d’une artiste qui a fait une exposition au Comet Ping Pong. Et ce sont des choses vraiment malsaines évidemment, je n’ai pas très envie de vous les décrire. Je pense que vous voyez ce qu’il se passe en détail et ce qui est dépeint, et c’est juste inquiétant pour n’importe quel personne saine de voir quelque chose de pareil. Et encore, comme je l’ai dit, c’est l’une des artistes qui a fait une exposition au Comet Ping Pong et sur le poster, vous pouvez voir que l’entrée est à 10 dollars. Tous les âges sont bienvenus. Et l’artiste, sur sa page Flickr, vous pouvez voir qu’elle est intéressée par le symbolisme occulte, et cette autre peinture d’elle semble parler de cannibalisme.
 
Donc, quelques informations au sujet de Kim Noble.
Kim Noble a été diagnostiquée d’un trouble de la personnalité multiple (désormais appelé TDI, trouble dissociatif de l’identité). Le TDI peut apparaître quand des enfants subissent des traumatismes extrêmes qui causent leur identité (et les souvenirs associés) à se fracturer en de multiples « alters ». Ces peintures sont réalisées par l’un(e) de ses « alters ». Pas sa personnalité normale. Il semble raisonnable de spéculer que Noble a pu être une victime de ce genre d’abus extrême et systématique durant son enfance.
 
Passons maintenant à la collection personnelle d’art de Tony Podesta.
tony-podesta
 
Donc premièrement, on le voit se tenir en dessous de cette sculpture. Il se trouve que cette sculpture est anatomiquement indistinguable de l’une des victimes de Jeffrey Dahmer, le tueur en série. Comme vous pouvez voir, les deux sont décapités. Ils sont tous les deux identiques d’un point de vue anatomique, à tel point qu’il serait ridicule que quelqu’un suggère que ceci n’est pas une réplique. Pourquoi Tony Podesta aime avoir une réplique d’une victime d’un tueur en série dans sa maison ? Difficile à savoir. Ce magazine, Washington Life, a fait un article sur lui et nous pouvons voir plusieurs œuvres d’art dans sa maison. Nous pouvons aussi voir qu’il garde des oursons en peluche et des jouets dans sa chambre. Bien qu’il n’ait aucun enfant. Voici une des œuvres d’art qu’il possède, qui se trouve dans son salon. Voici une autre œuvre, et je voulais juste faire remarquer qu’on dirait un groupe d’enfants étalés dans le fond d’une piscine vide. Et je ne veux pas trop spéculer, je veux juste signaler qu’une piscine vide est un endroit très facile à nettoyer après avoir tué quelqu’un, donc ceci pourrait être une « kill room » [pièce dédiée au meurtre, ndlr] pour ainsi dire. Et ici nous avons une autre des peintures qu’il possède, et c’est dans son salon, qui pour moi semble représenter deux cadavres de jeunes filles dans une mare. Elles n’ont pas l’air d’être en vie selon moi. Donc, vous devez vous demander, quelle genre de personne aurait ce type d’art dans son salon ?
Voici une autre peinture de la même artiste, là encore, cela m’a l’air d’être un cadavre de fille étendue dans une mare. Encore le même artiste, celui qui a fait les peintures que Tony Podesta possède. Des images très perturbantes d’enfants qui sont pendus. Encore le même artiste, dont Tony Podesta est fan, des enfants en sous-vêtement. Qui donc voudrait acheter ce genre d’art ? Je ne sais pas. La connexion occulte à l’abus infantile. Les gens se moquent un peu de cette idée comme quoi le satanisme et l’abus sur les enfants sont connectés. Ils le rejettent. Mais, cela arrive. Vous savez, il existe de vraies messes noires impliquant des sacrifices, dans ce cas particulier c’était des animaux. Mais si vous regardez les fêtes sataniques, c’est routinier pour eux de lister des rituels sexuels qui impliquent des enfants. Et aussi des sacrifices d’animaux et d’enfants.
 
Et maintenant je veux vous montrer un court extrait d’une vidéo d’une fille qui affirme qu’elle a été utilisée dans ce genre de sacrifices.
 
– Il s’appelait Lucifer. – Que disaient-ils à propos du diable ?
 
– Que tuer les gens… le rendait heureux.
 
– Pensez-vous que ce soient des délires d’enfant, ou prenez-vous cela au sérieux ?
 
– Et bien en tant que policier et que père, je prends ça évidemment très au sérieux.
 
Très sérieusement, en effet.
 
– L’officier de renseignement criminel, sergent Alan Barwick (?)
 
– Pensez-vous qu’il y ait des raisons d’y croire ? – Oui, je le pense.
 
– Qu’arrivait-il aux fœtus, aux bébés qui n’étaient pas nés ? – Souvent ils étaient emmenés. Une fois, on en a amené un, et on l’a tué sous mes yeux.
 
– Et ensuite ? – Ils le mangeaient.
 
– Teresa m’a dit qu’elle fut forcée à manger son propre fœtus. Cela vous surprend-il ? – Non.
 
– Pourquoi pas ? – Nous avons des informations qui permettent de penser que cela s’est déjà produit dans ce pays.
 
– Nous savons déjà, factuellement, qu’il y a des scandales d’abus sur des enfants partout dans le monde, impliquant les élites de chaque pays.
 

Jimmy Saville...annobli par la reine!
Jimmy Saville…annobli par la reine!
Par exemple, au Royaume-Uni récemment, un type appelé Jimmy Savile qui fut adoubé [fait chevalier, ndlr] par la reine, a violé probablement des centaines d’enfants. Il violait aussi des cadavres. Et cet homme était à la télévision quotidiennement, il était adulé par la presse car il était très généreux, il avait l’habitude de visiter les hôpitaux pour enfants tout le temps. Et il leur donnait beaucoup d’argent. Il s’avère qu’il violait les enfants. Mais on a découvert ça uniquement après qu’il soit mort. Il était aussi très proche de la famille royale. Il vous suffit de rechercher sur Google « scandale pédophile au Royaume-Uni ». Westminster c’est notre équivalent de Washington D.C., je n’ai même pas encore enquêté là-dessus en profondeur, mais je sais juste en regardant en surface que c’est un nid à rats.
 
La police n’arrête pas de perdre les preuves, ils se couvrent tous les uns les autres, il semblerait que beaucoup de nos politiciens ainsi que certains de nos anciens premiers ministres étaient impliqués dans des scandales pédophiles et utilisaient des pédophiles mineurs.
 
Et maintenant, cela se manifeste aux États-Unis aussi. Et je reçois des messages de gens qui me disent que ça a lieu en France, dans d’autres pays d’Europe aussi, évidemment, ça se passe dans des pays du Tiers-Monde aussi, je pense que c’était évident. Donc il semble vraiment que ça ait lieu partout.
 
« Plus de 1 400 célébrités britanniques et des politiciens sont soupçonnés dans un scandale d’abus sur des enfants »
 
« Enquête sur le soutien aux pédophiles dans les années 80 du Parti vert en Allemagne »
 
« Les journaux de bord montrent que Bill Clinton voyageait bien plus à bord du jet de l’agresseur sexuel que nous ne le savions auparavant »
 
Vous savez, c’est genre systémique. C’est un modèle répété, qui a lieu depuis des décennies, et qui était caché, et maintenant que nous sommes là, sur internet, des chercheurs indépendants sont capable d’enquêter et d’aborder ces sujets. Et nous devons juste espérer que quelqu’un dans les forces de l’ordre, ou le FBI va vraiment faire quelque chose à ce sujet. Alors, est-ce que Obama est impliqué ? Obama est-il impliqué ? Il a tenu une collecte de fonds au Comet Ping Pong. John Podesta a été un de ses proches collaborateurs. Obama avait une coupure sur son majeur gauche, comme indiqué dans une recette de « Spirit Cooking ». Obama a consciemment communiqué avec Hillary Clinton à travers un serveur e-mail non sécurisé, puis a menti pour elle et l’a soutenue. Ergo [donc, ndlr], il est probable qu’il ait participé. Et voici Obama au Comet Ping Pong.
 
Ensuite, voici l’affaire Madeleine Mccann et les suspects recherchés en Europe.
 
Madeleine Mccann a disparu le 3 Mai 2007. Ses parents ont rapporté qu’elle était en train de dormir dans un appartement de vacances au Portugal, tandis que sa famille mangeait dans un restaurant de la rue d’en face. Elle avait 3 ans quand elle a disparu. A un moment, la police a soupçonné l’implication des parents dans sa disparition, mais ils furent ensuite écartés de la liste des suspects. Ce que nous savons à propos de l’implication potentiel des frères Podesta. Tony Podesta est renommé pour participer à des voyages « herculéens » en Europe. John Podesta a voyagé au Portugal. Les e-mails de John Podesta datant de juste avant, et du jour de la disparition de Mccann ont disparus et ne sont pas disponibles sur Wikileaks.
 
Le portait robot des suspects, créé par les experts de la police, correspond parfaitement aux frères Podesta. Si vous zoomez sur les portraits robots comme beaucoup l’ont fait, vous pouvez même voir un grain de beauté au dessus de l’œil du suspect qui ressemble à Tony Podesta, grain de beauté que ce dernier possède réellement. Et oui, ce sont de vrais portraits robots, vous pouvez les trouver sur le site du Guardian, ils furent publiés par la police londonienne. Pourquoi est-ce que le FBI n’enquête pas là-dessus ? Il semblerait que de nombreuses agences de renseignement et de forces de police aient été compromises à la fois à l’intérieur, et en dehors des États-Unis.
 
Tout ce que nous pouvons espérer, c’est que les « good guys » [« bon gars », ndlr] à l’intérieur de ces agences travaillent avec Trump pour #DrainTheSwamp [référence à un slogan de campagne de Donald Trump]
 
Nous devons continuer à partager les découvertes au sujet du #PizzaGate sur les réseaux sociaux pour que les gens impliqués soient tenus pour responsable.
 
Le gars que vous voyez ici, c’est le chef du FBI, comme tous ceux qui n’ont pas la tête dans les nuages savent, ce type, en gros vient juste de blanchir les Clintons pour tout ce qu’ils ont fait de mal. C’était genre : « Ok, ils ont fait tout ça de mal, mais…on va pas les incriminer pour ça ! » A ce point la foi en le FBI est descendue vraiment très basse, il y a seulement 9% d’approbation quant au travail du FBI sur le sondage du Twitter PizzaGate.
 
Je voulais juste vous montrer cette petite vidéo pour vous montrer aussi que le Pentagone n’a pas rempli sa mission d’enquêter sur la pédopornographie et les liens avec ce qu’il se passe dans l’Armée, comme ce qu’il s’est passé en Angleterre par exemple.
 
Les gens qui sont censés enquêter font mine de ne pas voir. Le FBI fait semblant de ne pas voir. La CIA fait semblant de ne pas voir.
 
– Keeping Them Hottest [nom de l’émission, ndlr] ce soir, tandis que des centaines d’employés dans l’Armée et des contracteurs avaient acheté de la pédopornographie en ligne et n’ont pas été traduits en justice, et dans certains cas : pas même une enquête.
 
C’est exact, vous m’avez bien entendu : de la pédopornographie. Plus de 1 700 noms, selon les sénateurs américains, une liste de plus de 5 200 personnes obtenue sur Internet par les policiers, 4 ans plus tôt, qui fut négligée.
 
Pourquoi personne n’enquête comme il le devrait ? Ce reportage de CNN date de 2011, je crois.
 
Donc, souvenez-vous : #PizzaGate n’est pas un évènement historique, cet abus a toujours lieu, si nous ne l’arrêtons pas, plus d’enfants vont subir le destin que trop déjà ont subi.
 
Donc, je voudrais juste dire merci aux milliers de volontaires qui font le travail que les médias mainstream [MSM, ndlr] et le FBI devrait accomplir.
 
Vous savez, vous faites un travail génial, au moins nous avons réussi à faire en sorte que les médias de masse mentionnent certaines de ces choses. *soupir*
 
 
 
Veuillez partager cette vidéo en utilisant le hashtag #PizzaGate, partagez-la sur des forums, sur les réseaux sociaux, partagez-la de n’importe quelle manière parce que nous devons faire passer le mot à ce sujet.
Je voulais aussi dire que je n’ai pas pu inclure absolument tout dans cette présentation, car cela aurait fini par durer extraordinairement longtemps. Mais je mettrai en lien les autres vidéos que j’ai faites à ce sujet qui développent plus les pizzerias et le Spirit Cooking et Abramovic.
 
Ainsi que sur les frères Podesta. Merci beaucoup d’avoir regardé.

La Victoire extraordinaire de Donald Trump et l’écho d’une révolte américaine

Le Brexit en était le coup de semonce, l’élection américaine la confirmation. Nous venons d’entrer dans un nouveau cycle de notre histoire contemporaine. Les électeurs américains viennent d’exprimer dans les urnes, comme les Anglais en juin dernier, un sentiment de révolte. Contre un modèle économique, une classe politique et une échelle de valeurs généralement partagée par les principaux acteurs de l’information.

La victoire de Donald Trump annonce avec éclat l'Ère Nouvelle dont nous avons commencé à vivre depuis presque 4 ans.
La victoire de Donald Trump annonce avec éclat l’Ère Nouvelle dont nous avons commencé à vivre depuis presque 4 ans.

Cette révolte fonctionne au prix de gros. Renverser la table étant le but premier. Au risque de l’impréparation, comme on l’a vu à Londres. Au risque de ne pas savoir comment la remettre sur pied. Ce qui est une source incroyable d’incertitude, s’agissant de la première puissance économique et militaire du monde.

Le séisme Trump nous oblige à une double réflexion. Sur le fonctionnement de nos démocraties et les raisons de la colère, et sur les conséquences internationales d’une telle rupture à Washington.

Le premier point exige autant de modestie que de vigilance. La modestie pour surmonter le sentiment de dégoût et de peur que l’arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche suscite légitimement. Quoi qu’en disent ses supporters. Cet homme, et c’est un fait, s’est déclaré pour la torture, la prolifération nucléaire, la déportation des immigrés, la discrimination religieuse. La modestie oblige d’admettre que la colère a des raisons que la raison a trop longtemps ignorées.

Sans classe moyenne, il n’y a pas de démocratie. Les pauvres sont souvent coupés du choix politique, les riches s’en accommodent. Or, la crise économique vient de frapper justement la classe moyenne depuis huit ans. Elle a provoqué une crise politique et même culturelle qui met en péril les fondements de nos démocraties.

Là, c’est l’inconnu

Le vote Trump n’est pas la cause de cette crise, il en est l’expression. Plus on la regarde avec mépris, et plus on renforce la mise en péril de l’État de droit que ce type de vote porte en soi. Et parfois même revendique. C’est précisément là que doit s’exercer la vigilance de chacun et de tous.

Les fondements de la démocratie américaine ont été menacés verbalement par la campagne de Trump. C’est à présent aux mécanismes réels de contrôle et d’équilibre de cette même démocratie de s’exercer pleinement. Les médias seraient bien inspirés de se désintoxiquer des sondages pour se reconcentrer sur leur mission face à la société et au pouvoir. Fuir les autocrates, réels ou potentiels, devient difficile en ce monde. L’engagement politique, d’une certaine manière, reprend sens.

L’autre réflexion porte sur la nouvelle politique étrangère à attendre de l’Amérique de Trump. Nous n’avons que ses paroles, souvent au vent, comme repère. Elles nous disent que la défense de l’Europe ne sera plus financée par Washington ; qu’en homme d’affaires, Trump est prêt à discuter avec tout le monde, ce que Moscou apprécie déjà ; que la Corée du Sud et le Japon peuvent bien devenir des puissances nucléaires ; qu’un nouveau protectionnisme est à prévoir.

Entre promesses électorales et pratique gouvernementale, l’écart est souvent sensible. Là, c’est l’inconnu. Comme l’est l’inévitable rencontre (autre secousse annoncée) de Trump avec l’establishment de Washington et les intérêts vitaux pour l’Amérique qu’il est censé défendre. 2016 restera l’année où le monde anglo-saxon, inspirateur de l’actuelle mondialisation, a tiré un grand coup de pied dans ses symboles et ses représentants. L’Europe continentale est prévenue.


L’ANALYSE GLOBALE DE LA SITUATION

Moins de cinq mois après le référendum britannique sur la sortie de l’Union européenne, la démocratie américaine envoie un signal de rupture aux répercussions internationales considérables. Cette rupture, elle est venue d’un outsider, Donald Trump.

Le milliardaire américain s’est soudain fait le porte-parole des petites gens et du réflexe identitaire de l’Amérique blanche.
Le milliardaire américain s’est soudain fait le porte-parole des petites gens et du réflexe identitaire de l’Amérique blanche.

Un homme qui, il y a un an, était donné perdant aux primaires du parti républicain. Il l’a emporté. Il était également donné perdant pour l’élection, et il l’a remportée. Le signal est trop puissant pour ne pas être entendu et analysé. En Amérique comme en Europe.

La rupture consommée tient à la nature de l’homme Trump et de sa campagne. Cet homme d’affaires né riche et ayant longtemps financé la classe politique américaine, cet homme de médias parfaitement rompu aux techniques de communication, s’est soudain fait le porte-parole des petites gens et du réflexe identitaire de l’Amérique blanche. Contre Wall Street. Contre Washington et l’establishment. Contre la mondialisation et le bon ton. Contre la presse et les médias, qui étaient massivement orientés contre sa candidature.

 

« L’esprit de faction »

James Madison, quatrième président des États-Unis et père fondateur, considérait « l’esprit de faction » comme le fléau des gouvernements qui avaient précédé la naissance de la fédération. Donald Trump, son successeur, en est la parfaite incarnation.

Même si l’histoire américaine a été  marquée par mille épreuves et sa démocratie abîmée à plus d’une reprise, il  y a des lignes rouges dans le fonctionnement de la politique américaine qui ont toujours été proclamées. Le respect de la séparation des pouvoirs, de la liberté de la presse, des chances de réussir indépendamment de la race, du sexe, de la religion et des opinions.

Sur tous ces registres, les propos de Donald Trump, avant son accession à la Maison Blanche, ont été en contradiction radicale avec ces principes. Par ses insultes, ses violences verbales, ses attaques sans frein contre des personnes et des catégories de personnes. Beaucoup d’Américains redoutent qu’il ne persévère une fois au pouvoir.

Répercussions internationales

L’inquiétude d’une bonne moitié du pays dépasse largement les frontières américaines. Les répercussions internationales de l’élection de Donald Trump, compte tenu de l’impréparation de son propre staff et des propos décousus qu’il a pu tenir en campagne électorale, sont difficiles à prévoir. On connaît les tendances probables de sa politique. Son rejet des accords de libre-échange, sa propension au repli protectionniste, sa sympathie pour les leaders forts notamment Poutine, son attente des Européens qu’ils prennent en main leur propre sécurité, et la financent.

La répercussion sera aussi d’ordre politique. Un même fil unit le Brexit et la victoire de Trump, et Marine Le Pen espère bien s’inscrire dans sa continuité. Comme d’autres, en Europe, l’ont déjà anticipé, en Hongrie ou en Pologne. Dans un climat de crispation nationale et antilibérale.

Ce qui vient de se produire aux États-Unis est une rébellion. Presque une révolution. Et comme toujours dans les révolutions, c’est ce qui suit la colère qu’il faut surveiller. L’arrivée de Trump à Washington, les méthodes qui seront les siennes pour prendre le pouvoir en charge, nous diront si la révolution n’était que médiatique, ou plus profonde. À partir d’aujourd’hui, chaque geste sera scruté à la loupe. C’est là la meilleure réponse que la presse et les médias, s’ils veulent rester fidèles à leur devoir déontologique et à leur fonction démocratique, peuvent apporter aux Américains. Et au monde. 

 


Les défis qui attendent Donald Trump face à l’héritage empoisonné de 2 mandats de Barack Obama

 

 

Il est difficile de vivre le rêve américain lorsque tout semble être contre vous.

Nos politiciens sont restés les bras croisés alors que des millions d’emplois bien rémunérés ont été délocalisés à l’étranger, que l’infrastructure économique s’est complètement volatilisée et qu’une multitude de petites entreprises ont été étouffées par des kilomètres de formalités administratives. Maintenant, on en récolte les effets. Aujourd’hui aux Etats-Unis, dans 20 % des familles américaines, plus personne ne travaille, etplus de 102 millions d’américains sont sans emploi. Et à cause de notre transition vers une «économie de services», beaucoup de ceux qui ont encore un travail connaissent de profondes difficultés. Selon les derniers chiffres de l’administration américaine en charge de la sécurité sociale (The Social Security Administration), 51 % de l’ensemble des travailleurs américains gagnent moins de 30.000 dollars par an. Et la Réserve fédérale indique que 47 % des Américains sont incapables de sortir 400 dollars pour couvrir les frais relatifs à une urgence imprévue sans devoir emprunter ou vendre quelque chose. Cela signifie que près de la moitié de la nation américaine est complètement fauchée, et la vie devient chaque jour plus difficile pour les ménages américains.

Bien entendu, le calvaire que vivent les ménages américains n’est pas quelque chose de nouveau. Revenons dans les années 1950 et 1960, les salaires perçus par les travailleurs représentaient environ la moitié du revenu national brut. Mais depuis 1970, le déclin s’est accéléré, et durant l’administration Obama nous avons atteint un plus bas. En d’autres termes, la part du gâteau devant revenir aux ménages américains ne cesse de baisser au fur et à mesure du temps.

Partout aux Etats-Unis et depuis des années, les revenus médians n’ont fait que baisser. Du coup, un énorme stress financier pèse sur le dos des ménages américains, et nous avons vu la pauvreté monter en flèche aux Etats-Unis durant les administrations des deux derniers président américains. Selon une étude, les revenus médians ont baissé dans plus de 80 % des grandes régions métropolitaines américaines depuis l’an 2000

33% des Américains n’arrivent même plus à subvenir à leurs besoins élémentaires

 

La dernière analyse majeure sur les revenus en Amérique a été publiée plus tôt ce mois-ci par le Pew Research Center (centre de recherche américain qui fournit des statistiques et des informations sociales). Cette étude a montré que plus de 80% des 229 régions métropolitaines aux Etats-Unis ont vu les revenus réels (corrigés de l’ inflation) baisser régulièrement depuis l’an 2000. Certaines des plus fortes baisses des revenus médians ont été observées dans les villes impactées par le déclin industriel – par exemple une baisse de 27% a été constatée à Springfield dans l’Ohio et 18% dans l’agglomération comprenant Detroit. Mais, plus inquiétant encore, c’est la rapidité à laquelle ils ont baissé.

Autour de la zone de Denver dans le Colorado, la population a augmenté de 600.000 individus depuis 1999, mais son revenu médian est passé de 83.500 dollars à moins de 76.000 dollars. De même Raleigh en Caroline du Nord qui est une ville en pleine croissance grâce à un groupe d’universités de recherche et d’entreprises de biotechnologie; la population est passée de 800.000 à 1,3 million d’individus depuis l’an 2000. Pourtant, sa classe moyenne a baissé passant de de 55% à 50% de la population, et les revenus médians qui atteignent environ 74.000 dollars, ont chuté de plus de 11 000 dollars.

Il fut un temps où, la classe moyenne représentait la majorité de la société américaine.

Pour preuve, en 1971, 61 % de l’ensemble des ménages américains faisaient partie de la classe moyenne

 

Mais maintenant, cette classe moyenne américaine par rapport à l’ensemble des ménages américains est en train de devenir une minorité et ce pour la première fois

« Après avoir occupé depuis plus de quatre décennies la majorité économique de la nation, dorénavant, la classe moyenne américaine correspond en pourcentage à celle des classes économiques situées au dessus et en dessous d’elle», a déclaré le rapport de Pew research. « Depuis 1971 et tous les 10 ans, la part des adultes vivant dans des ménages à revenu intermédiaire n’a jamais cessé de baisser, et cette baisse a été régulière et constante sur toutes les decennies. »

L’une des principales causes qui a détruit la classe moyenne est la mort de l’esprit d’entrepreneuriat. Pendant des décennies, la création de petites entreprises a été l’un des principaux moteurs qui ont contribué à alimenter la croissance de la classe moyenne, mais ces dernières années, la création de petites entreprises a chuté à des niveaux extrêmement faibles

U.S: l’effondrement du commerce de détail: entre rayonnages vides et fermetures de magasins!

 

Moins de nouvelles entreprises ont été créées au cours des cinq dernières années aux États-Unis qu’à n’importe quel autre moment depuis les 1980, selon la dernière analyse (pdf) réalisée par l’economic innovation group (EIG), une association bipartite fondée par Sean Parker, un entrepreneur de la Silicon Valley et d’autres. Les entreprises qui ont été créées sont plus localisées que jamais: seuls 20 comtés ont représenté la moitié du nombre total des nouvelles créations d’entreprises aux Etats-Unis. Elles se situaient toutes dans les grandes régions métropolitaines.

« Il est difficile de comparer les fermetures aux créations d’entreprises. Mais nous n’avons jamais vu autant de fermetures et aussi rapidement », a déclaré John Lettieri, co-auteur du rapport et co-fondateur de EIG, dans une interview. « Cela va se répercuter sur l’économie. Vous ne sentirez l’impact que dans cinq, 10 et 15 ans « .

Bien entendu, à peu près tous les autres indicateurs économiques montrent le dramatique déclin de la classe moyenne américaine. Comme vous pouvez le constater ci-dessous au travers des 9 graphiques partagés par le site Zero Hedge, le revenu médian familial, le taux de participation à la population active et le taux d’accession à la propriété ont tous dégringolé durant de la dernière décennie. Et sur ce même laps de temps, la dette publique américaine, le nombre d’Américains qui dépendent des bons alimentaires et les coûts de soins de santé sont n’ont fait que grimper. Trouvez vous que cela ressemble à une économie en pleine santé ?

zerohedge-graphiques

 

Malheureusement, ceci n’est pas bon et tout ce qui se profile est du même acabit. Un nouveau ralentissement économique majeur est déjà en cours, et les annonces de suppressions d’emplois au sein des grandes entreprises sont en hausse de 24 % par rapport à la même période de l’année 2015.

L’Amérique où la plupart d’entre nous avons grandi se meurt, et ce que nous avons vu jusqu’à présent n’est que la pointe de l’iceberg. Si vous suivez mon travail de près, alors vous savez déjà que la situation va s’aggraver. Mais nos dirigeants continuent à faire comme si de rien n’était. Ils appliquent toujours les mêmes méthodes qui ne fonctionnent pas, tout en conservant l’espoir d’obtenir des résultats différents.

Tout ce qu’ils font et ont fait pour tenter de résoudre les problèmes ne marche pas, et cela devrait sauter aux yeux de tout le monde maintenant.

Nous devrions plutôt accorder de l’importance à la classe ouvrière, et cela signifie favoriser la création des petites entreprises et ainsi cela favorisera la création d’emplois pour la classe moyenne.

Malheureusement, nous sommes déjà entrés dans les premières phases de la prochaine grande crise économique, et par conséquent, les choses vont s’aggraver pour la classe moyenne avant qu’il n’y ait la moindre chance de voir la situation s’améliorer pour eux.


USA: 19.400 milliards de dollars de dette publique. Cette année, OBAMA vient d’en rajouter pour 1.100 milliards.

obama-debt-300x153

En 2006, la voix du sénateur américain « Barack Obama » tonnait dans l’enceinte du Sénat américain lorsqu’il avait déclaré énergiquement: « l’augmentation de la dette publique américaine nous fragilise aussi bien au niveau national qu’au niveau international. Aujourd’hui, Washington est en train de transférer un fardeau de mauvaises décisions sur le dos de nos enfants et petits-enfants. »

Cette déclaration n’avait jamais été aussi vraie, mais à peine deux années plus tard, alors qu’il remportait l’élection de 2008, il tournait le dos à ses principes. Alors que je rédige cet article, la dette publique américaine se situe à plus de 19.402 milliards de dollars. Mais lorsque Barack Obama était arrivé à la Maison Blanche, la dette publique américaine était de 10.600 milliards de dollars. Cela signifie que la dette a augmenté de 1100 milliards de dollars chaque année durant les 2 mandats d’Obama. Barack Obama laissera les Etats-Unis avec une dette de 20.000 milliards de dollars.

Voir la vidéo sur ce lien:

 

http://bfmbusiness.bfmtv.com/mediaplayer/chroniques/olivier-delamarche/

 

 

 

 

Source: endoftheamericandream

 

 

 

 

 

 

Child Rape Victim Speaks Out Against Hillary Clinton — Socio-Economics History Blog

The US election is being rigged for Hillary Clinton to take office. Trump will not be allowed to be POTUS (even when he wins). My take on this is: the Mystery Babylon Whore picture of Revelation 17 is that of a woman. end

via Child Rape Victim Speaks Out Against Hillary Clinton — Socio-Economics History Blog

Voici comment Clinton-Obama préparent un coup d’état en cas de victoire de Trump

Le Conseil de sécurité (SC) russe, a envoyé le 27/10/2016, à la CIA un communiqué d’urgence demandant une explication immédiate concernant l’achat, la semaine dernière, pour plus de 137 millions $ d’armes illégales et de munitions, dont la destination est aux États-Unis, et dont la livraison doit avoir lieu à la mi Novembre 2016. Cet achat a été effectué par l’organisation criminelle de blanchiment d’argent connue sous le nom de la Fondation Clinton.

Les analystes des Services de Renseignement Russe SVR ont commencé à exprimer leur sérieuse inquiétude  plus tôt cette année lorsque les principaux éléments de l’organisation criminelle internationale de contrebande d’armes de Viktor Bout, ont commencé à arriver en Albanie.

 

Viktor Anatolievitch Bout (né le 13 janvier 1967 à Douchanbé, Tadjikistan actuel) est l’un des trafiquants d’armes les plus influents et importants au monde. Il est spécialisé dans la vente d’armes dans des pays sous embargo de l’ONU. Certains médias l’ont surnommé le « marchand de mort » et « Lord of War ». Selon certains analystes, les guerres en Sierra Leone, Liberia, République démocratique du Congo, Angola et Soudan n’auraient pas pu s’étendre et se poursuivre si Viktor Bout n’avait pas fourni d’armes aux belligérants.

 

Viktor Bout est particulièrement connu  pour ses activités de contrebande d’armes illégales pour le compte de la CIA à travers le monde pour promouvoir les intérêts maniaques des États-Unis, jusqu’en 2011, date à laquelle la secrétaire d’État Hillary Clinton l’avait emprisonné.

 

Bien que citoyen de la Fédération de Russie, le SVR n’avait élevé aucune plainte ou préoccupation auprès d’Hillary Clinton lorsqu’elle a fait condamner Viktor Bout à25 ans de prison, car le SVR considérait cette affaire comme étant une affaire interne à la CIA. Cependant, les analystes du renseignement russe ont exprimé leur inquiétude ce mai dernier (2016) lorsque le juge fédéral américain Shira Scheindlin a dit qu’il faut accorder une réduction de peine à ce malfrat, et lorsque, hier, soudainement et comme par magie, Bout a été transféré d’une prison de très haute sécurité vers une autre qui ressemble plus à un country club qu’à une prison

Victor Bout lors de son arrestation.
Victor Bout lors de son arrestation.

Coïncidant avec le mystérieux et magique  transfert de Bout, la Fondation Clinton Hillary de blanchiment d’argent a transféré hier la somme de  137.7 millions $ au Parti socialiste d’Albanie (SPA) contrôlé  par le Premier ministre de ce pays,  Edi Rama qui est le chef suprême du clan Xhakja (connu en Occident sous le nom de la mafia albanaise). Rappelons ici que ce chef mafieux a été scandaleusement, mis au pouvoir par le régime Obama-Clinton malgré d’intenses manifestations du peuple albanais qui ne voulait pas d’un «gouvernement de la mafia », dans le cadre des révolutions de couleur.

 

 

 Hillary Clinton et Edi Rama US Secretary of State Hillary Clinton shakes hands with Albanian Socialist Party Chief Edi Rama prior to a meeting in Tirana, Albania, Thursday, Nov. 1, 2012. Hillary Clinton arrived in EU-hopeful Albania on the last leg of her Balkans tour where she is expected to urge opposing political sides to work together to push through reforms demanded by Brussels. (AP Photo/Saul Loeb, Pool)

Hillary Clinton et Edi Rama,chef de la mafia albanaise./
US Secretary of State Hillary Clinton shakes hands with Albanian Socialist Party Chief Edi Rama prior to a meeting in Tirana, Albania, Thursday, Nov. 1, 2012. Hillary Clinton arrived in EU-hopeful Albania on the last leg of her Balkans tour where she is expected to urge opposing political sides to work together to push through reforms demanded by Brussels. (AP Photo/Saul Loeb, Pool)

 

Marchand d’armes protégé par Hillary-Obama,   le Premier ministre Rama a transformé toute la région des Balkans en l’une des plus grandes régions du monde pour la contrebande d’armes.  Hillary a été aidée dans cet effort par celui qu’on appelle son  » maître des marionnettes « , le milliardaire américano-hongrois George Soros. Les e-mails secrets publiés récemment montrent comment Soros ordonnait à Hillary d’installer ce mafieux criminel à la tête de l’Albanie.

suicide-america

Pour comprendre pourquoi Hillary Clinton a fait cet achat massif d’armes, aidée en cela par le contrebandier de la CIA, Viktor Bout, les analystes SVR expliquent cela par son adhésion à la vision radicale de George Soros de frontières ouvertes.  D’ailleurs, Soros a commencé à mettre en œuvre cette vision en créant la criseeuropéenne des réfugiés.  La même crise pourrait submerger les États-Unis si Hillary Clinton devient présidente, exactement comme ses courriels secrets le révèlent dans ses plans.

 

En outre, la Fédération connait tout aussi bien que le «plan directeur» de Soros-Clinton pour précipiter vers le bas une nation, commence par la mise en place de ce qu’on appelle les organisations non gouvernementales (ONG) pour agir comme un « gouvernement de l’ombre « , prêt à prendre le pouvoir, une fois que l’ordre établi est jeté dans le chaos par des protestations massives. C’est ainsi qu’ont été conduits le sinistre « Printemps Arabe » – qui a ruiné la Tunisie, la Libye, l’Égypte, le Soudan, l’Irak, la Syrie, etc.- et les non moins sinistres « Révolutions de Couleur ». Le Printemps Arabe a installé les agents des États-Unis, des  islamistes mafieux et criminels , et les Révolutions de Couleur ont mis au pouvoir  des fascistes et des néo nazis en Europe. C’est pourquoi, en 2013, le président Poutine leur a interdit d’opérer en Russie.

 

 

Aux États-Unis, cependant, le peuple américain n’a aucune défense contre ces «gouvernement de l’ombre » des ONG, qui sont les véritables destinataires des armes achetées par la Clinton. Parmi ces ONG, celles créées par George Soros incluent: : Open Society Foundations, Media Matters, American Institute for Social Justice, The New America Foundation, The Migration Policy Institute, Tides Foundation, Center for American Progress, et the Democracy Alliance . Chacune d’entre elles est violemment opposée à la Constitution des États-Unis et au peuple américain.

 

Une fois que ces armes sont entre les mains des «nouveaux révolutionnaires» de Hillary Clinton, elles seront  utilisées pour déclencher une «vague de terreur» à travers l’Amérique pour protester contre la victoire probable de Donald Trump, afin de  permettre au président Obama de déclarer la loi martiale pour désarmer toutes ces personnes, et permettre, par un tour de passe-passe électoral de placer Hillary Clinton au pouvoir. [Remarque:Les présidents American ne sont pas élus par le vote des citoyens, mais par le vote des électeurs choisis dans les 50 États.]

 

D’ailleurs, la fraude électorale massive déjà commise par les «nouveaux révolutionnaires» d’Hillary Clinton aux États-Unis, et qui a conduit la semaine dernière à l’ancien membre du Congrès américain Joe Walsh,  à déclarer «Si Trump perd, je sors mon fusil », une référence à l’une des périodes les plus sombres de l’histoire américaine lorsque les citoyens ordinaires de cette nation se sont ligués contre l’Empire britannique pour leur liberté.

 

Ceci devrait semer la peur chez tous les Américains devant ce que ces « nouveaux révolutionnaires » d’Hillary Clinton sont en train de faire maintenant et de préparer pour demain.

Les machines à voter sont truquées

La campagne de Clinton a trouvé un moyen de truquer machines de vote en vue de commettre une fraude électorale massive, devant une Amérique complètement paumée.

Dominion Voting Systems, le plus grand propriétaire de machines de vote aux États-Unis, est un donateur à la Fondation Clinton, et a des liens étroits avec George Soros.

En 2010, Dominion Voting Machines a racheté le droit de posséder des machines dans 600 juridictions à travers 22 états différents, selon Wikipedia.

 

dominion-voting-machine

 

La même société, Dominion Voting, a donné assez d’argent pour la Fondation Clinton pour mériter l’affichage de son nom sur la liste de donateurs en ligne.

 

Est-ce qu’il y a des électeurs qui ont déjà commencé à se rendre compte que certaines machines renversent leurs votes?

VIDEO

 

Pourtant, c’est flagrant ! Il suffit de jeter un coup d’œil sur le site Web de la Fondation Clinton elle-même.

 

dominion-voting-fondation-clinton

 

Sensationnel. 

C’est une coïncidence tellement étrange, vous ne pensez pas? À la même époque Hillary Clinton décidait de se retirer en tant que secrétaire d’État et de se concentrer sur sa campagne pour devenir présidente, cette société a racheté la moitié des machines de vote aux États-Unis.

 

Et si cela ne suffisait pas, l’un des plus grands propriétaires de Dominion Voting n’est autre que le roi de la corruption tout azimut, George Soros.

 

Mais il y a encore pire.

 

Dominion Voting Systems et La Fondation Clinton a fait une initiative de charité de 2,25 millions de dollars dans les pays en développement, appelée le Projet DELIAN.

 

Selon le site internet du projet:

 

« En 2014, Dominion Voting s’est engagé à fournir des démocraties émergentes et post-conflit un accès à la technologie de vote à travers son soutien philanthropique au projet DELIAN, car beaucoup de démocraties émergentes souffrent de violences post-électorales en raison du retard dans la publication des résultats des élections. Au cours des trois prochaines années, Dominion Voting soutiendra les projets pilotes de technologie électorales avec don de Machines de vote automatisé (AVM), en fournissant un processus électoral amélioré, et donc des élections plus sûres. « 

 

Cela pose un conflit d’intérêt très troublant.  

La plupart des Américains seraient certainement d’accord que les machines de vote doivent avoir zéro connexion avec les candidats présidentiels et avec leurs  fondations.

 

Comme tout le monde le sait,  les primaires démocrates étaient essentiellement truquées. Alors, pourquoi l’élection générale des États-Unis ne pourrait pas être manipulée en faveur du candidat préféré de l’élite?

 

Si vous pensez que cela est une information très importante, alors partagez-là au plus vite et avec le maximum de gens.   Le temps est de l’argent.   Source

Pas folle, Hillary a déjà planqué son magot au …Qatar !!

Selon des médias américains du samedi 15 Octobre 2016,  Hillary Clinton et John Podesta (PDG de la Fondation Clinton) ont rencontré Jamie Dimon à The Compound Chappaqua à l’extérieur de New York City.
Dans les 12 heures qui ont suivi la réunion, la Banque des Règlements Internationaux a enregistré le transfert de 1,8 milliard $ de la Fondation Clinton vers la Banque centrale du Qatar.

Hillary Clinton est cette politicienne américaine qui a particulièrement aidé à l'instauration de la "Pax Americana" en Lybie.On la voit ici,le 19 octobre 2011,faisant son signe illuminati de la
Hillary Clinton est cette politicienne américaine qui a particulièrement aidé à l’instauration de la « Pax Americana » en Lybie.On la voit ici,le 19 octobre 2011,faisant son signe illuminati de la main droite.

Au cas où son coup d’état rate, comme celui contre Erdogan, Hillary peut s’exiler chez ses amis qataris. Elle ne crèvera pas de faim, et n’ira pas en prison, comme Donald Trump le lui a promis, s’il est élu Président.

Barack Hussein Obama est un franc maçon issu deu crime organisé indonésien.
Barack Hussein Obama est un franc maçon issu deu crime organisé indonésien.

Source:

 

 

 

 

 

La Troisième Guerre Mondiale est commencé-Brisons le silence

Combien sont au courant qu’une guerre mondiale a commencé? En ce moment, il s’agit d’une guerre de propagande, de mensonges et de distraction, mais cela peut changer instantanément au moindre ordre mal interprété, avec le premier missile.

On voit déjà se profiler ,à l'horizon,l'ombre   des 4 Cavaliers de l'Apocalypse.
On voit déjà se profiler ,à l’horizon,l’ombre des 4 Cavaliers de l’Apocalypse.

Je suis allé filmer aux îles Marshall, qui se situent au Nord de l’Australie, au milieu de l’océan Pacifique. A chaque fois que je raconte cela à des gens, ils demandent, « Où est-ce ? ». Si je leur donne comme indice « Bikini », ils répliquent, « vous parlez du maillot de bain ».

Bien peu semblent savoir que le maillot de bain bikini a été ainsi nommé pour commémorer les explosions nucléaires qui ont détruit l’île de Bikini. Les États-Unis ont fait exploser 66 engins nucléaires aux îles Marshall entre 1946 et 1958 – l’équivalent de 1,6 bombe d’Hiroshima chaque jour, pendant 12 ans.

Le Dimitri Donskoy,le plus gros sous-marin au monde.
Le Dimitri Donskoy,le plus gros sous-marin au monde.

Bikini est silencieuse aujourd’hui, mutante et contaminée. Des palmiers y poussent sous une étrange forme de grille. Rien ne bouge. Il n’y a pas d’oiseaux. Les stèles du vieux cimetière sont vibrantes de radiations. Mes chaussures ont été déclarées “dangereuses” sur un compteur Geiger.

Hillary Clinton a toujours été une manipulatrice politique qui n'a pas peur de se mouiller avec les  membres du crime organisé. Vous la voyez ici en compagnie de Jorge Cabreras,un puissant baron de la drogue.
Hillary Clinton a toujours été une manipulatrice politique qui n’a pas peur de se mouiller avec les membres du crime organisé.
Vous la voyez ici en compagnie de Jorge Cabreras,un puissant baron de la drogue.

Debout sur la plage, j’ai regardé le vert émeraude du Pacifique disparaître dans un vaste trou noir. Il s’agissait du cratère laissé là par la bombe à hydrogène qu’ils avaient appelée « Bravo ». L’explosion a empoisonné les gens et leur environnement sur des centaines de kilomètres, peut-être pour toujours.

Lors de mon voyage de retour, je me suis arrêté à l’aéroport d’Honolulu, et j’ai remarqué un magazine états-unien intitulé « Women’s Health » (la Santé des Femmes) . Sur la couverture, une femme souriante dans un maillot de bain bikini, et comme titre : « Vous aussi, vous pouvez avoir un corps bikini ». Quelques jours auparavant, aux îles Marshall, j’avais interviewé des femmes qui avaient des« corps bikini » très différents ; elles souffraient toutes de cancer de la thyroïde ou d’autres cancers mortels.

Contrairement à la femme souriante du magazine, elles étaient toutes pauvres, victimes et cobayes d’un superpouvoir vorace, aujourd’hui plus dangereux que jamais.

Je relate cette expérience en guise d’avertissement et pour mettre un terme à une distraction qui a consumé beaucoup d’entre nous. Le fondateur de la propagande moderne, Edward Bernays, a décrit ce phénomène comme « la manipulation consciente et intelligente des habitudes et des opinions » des sociétés démocratiques. Il l’a appelé le « gouvernement invisible ».

Combien sont au courant qu’une guerre mondiale a commencé? En ce moment, il s’agit d’une guerre de propagande, de mensonges et de distraction, mais cela peut changer instantanément au moindre ordre mal interprété, avec le premier missile.

Deux grands amis qui se ressemblent:Georges Sorros et Barack Hussein Obama.
Deux grands amis qui se ressemblent:Georges Sorros et Barack Hussein Obama.

En 2009, le président Obama se tint devant une foule en liesse au centre de Prague, au cœur de l’Europe. Il s’engagea à « libérer le monde des armes nucléaires ». Les gens applaudirent et certains pleurèrent. Un torrent de platitudes jaillit des médias. Par la suite, Obama reçut le prix Nobel de la paix.

Un tissu de mensonge. Il mentait.

L’administration Obama a fabriqué plus d’armes nucléaires, plus de têtes nucléaires, plus de systèmes de vecteurs nucléaires, plus de centrales nucléaires. Les dépenses en têtes nucléaires à elles seules ont plus augmenté sous Obama que sous n’importe quel autre président. Le coût sur 3 ans s’élève à plus d’1 billion de dollars.

Une mini- bombe nucléaire est prévue. Elle est connue sous le nom de B61-12. C’est sans précédent. Le Général James Cartwright, ancien vice-président de l’état-major interarmées, a expliqué que:« Miniaturiser [rend l’utilisation de cette bombe] nucléaire plus concevable ».
Au cours des dix-huit derniers mois, la plus grande concentration de forces militaires depuis la seconde Guerre Mondiale — opérée par les USA — a lieu le long de la frontière occidentale de la Russie. Il faut remonter à l’invasion de l’Union Soviétique par Hitler pour trouver une telle menace envers la Russie par des troupes étrangères.
L’Ukraine — autrefois membre de l’Union Soviétique — est devenue un parc d’attraction pour la CIA. Ayant orchestré un coup d’état à Kiev, Washington contrôle efficacement un régime frontalier et hostile envers la Russie, un régime littéralement infesté de Nazis. D’importantes personnalités du parlement Ukrainien sont les héritiers politiques des partis fascistes OUN et UPA. Ils font ouvertement l’apologie d’Hitler et appellent à la persécution et à l’expulsion de la minorité russophone.

Tout cela est rarement rapporté en Occident, quand ce n’est pas inversé pour travestir la vérité.

En Lettonie, Lituanie et en Estonie — à côté de la Russie — l’armée US déploie des troupes de combat, des tanks, des armes lourdes. Cette provocation extrême de la seconde puissance nucléaire du monde est passée sous silence en Occident.

La perspective d’une guerre nucléaire est d’autant plus dangereuse qu’une campagne parallèle a été lancée contre la Chine.
Il est rare qu’un jour passe sans qu’on parle de la Chine comme d’une « menace ». Selon l’Amiral Harry Harris, le commandant en chef US du Pacifique, la Chine « construit un grand mur de sable dans le Sud de la Mer de Chine ».
Il fait référence à la construction par la Chine de pistes d’atterrissage dans les îles Spratly, qui font l’objet d’un conflit avec les Philippines — un conflit sans importance avant que Washington ne mette la pression sur le gouvernement de Manille et ne tente de le soudoyer, et que le Pentagone ne lance une campagne de propagande appelée « liberté de navigation ».
Qu’est-ce que cela veut vraiment dire? Cela signifie la liberté pour les navires de guerre états-uniens de patrouiller et de dominer les eaux côtières de la Chine. Essayez d’imaginer la réaction états-unienne si les navires de guerre chinois faisaient la même chose au large de la Californie.
J’ai réalisé un film appelé « La guerre invisible », dans lequel j’ai interviewé d’éminents journalistes aux USA et au Royaume-Uni: des reporters comme Dan Rather de CBS, Rageh Omar de la BBC, et David Rose de The Observer.

Tous déclarèrent que si journalistes et radiodiffuseurs avaient joué leur rôle en remettant en question la propagande selon laquelle Saddam Hussein possédait des armes de destruction massive, que si les mensonges de George W. Bush et de Tony Blair n’avaient pas été amplifiés et colportés par les journalistes, l’invasion de l’Irak de 2003 aurait pu ne pas avoir eu lieu, et des centaines de milliers de femmes, d’hommes et d’enfants seraient encore en vie aujourd’hui.
La propagande préparant actuellement le terrain pour une guerre contre la Russie et/ou la Chine n’est en principe pas différente. A ma connaissance, aucun journaliste du « mainstream » Occidental — un équivalent de Dan Rather, disons — ne pose la question de savoir pourquoi la Chine construit des pistes d’atterrissage dans le Sud de la mer de Chine.
La réponse devrait être flagrante. Les USA encerclent la Chine d’un réseau de bases militaires, de missiles balistiques, de groupes de combat, de bombardiers nucléaires.
Cet arc létal s’étend de l’Australie aux îles du Pacifique, les Mariannes, les îles Marshall et Guam, les Philippines, la Thaïlande, Okinawa et la Corée, et à travers l’Eurasie, jusqu’à l’Afghanistan et l’Inde. Les USA ont passé la corde autour du cou de la Chine. Cela ne fait pas l’objet d’un scoop. Silence médiatique. Guerre médiatique.
En 2015, dans le plus grand secret, les USA et l’Australie ont effectué le plus important exercice militaire air-mer de l’histoire contemporaine, sous le nom de Talisman Sabre. Il visait à répéter un plan de bataille Air-Mer, bloquant les voies maritimes, comme les détroits de Malacca et de Lombok, ce qui couperait l’accès de la Chine au pétrole, au gaz et à d’autres matières premières vitales provenant du Moyen-Orient et de l’Afrique.
Dans le cirque que constitue la campagne présidentielle états-unienne, Donald Trump est présenté comme un fou, un fasciste. Il est certainement odieux; mais il est aussi un pantin de haine médiatique. Ce simple fait devrait suffire à éveiller notre scepticisme.
Les idées de Trump sur l’immigration sont grotesques, mais pas plus que celles de David Cameron. Ce n’est pas Trump le Grand Déportateur des USA, mais le prix Nobel de la Paix, Barack Obama.
Selon un prodigieux commentateur libéral, Trump « déchaîne les forces obscures de la violence » aux USA. Il les déchaîne?
Ce pays est celui où des bambins tirent sur leur mère et où la police mène une guerre meurtrière contre les noirs américains. Ce pays est celui qui a attaqué et tenté de renverser plus de 50 gouvernements, dont de nombreuses démocraties, qui a bombardé de l’Asie au Moyen-Orient, entraînant la mort et le déplacement de millions de gens.
Aucun pays n’atteint ce niveau record de violence systémique. La plupart des guerres états-uniennes (presque toutes contre des pays sans défense) n’ont pas été déclarées par des présidents républicains mais par des libéraux démocrates: Truman, Kennedy, Johnson, Carter, Clinton, Obama.
En 1947, une série de directives du conseil de sécurité national illustrent l’objectif primordial de la politique étrangère états-unienne : « un monde considérablement fait à l’image [de l’Amérique] ». L’idéologie de l’américanisme messianique. Nous étions tous américains. Ou autres. Les hérétiques seraient convertis, subvertis, soudoyés, calomniés ou broyés.
Donald Trump est un symptôme de tout cela, mais c’est aussi un anticonformiste. ll dit que l’invasion de l’Irak était un crime; il ne veut pas de guerre contre la Russie et la Chine. Le danger pour nous n’est pas Trump, mais Hillary Clinton. Elle n’a rien d’une anticonformiste. Elle incarne la résilience et la violence d’un système dont « l’exceptionnalisme » tant vanté n’est qu’un totalitarisme au visage occasionnellement libéral.
A mesure que se rapproche l’élection présidentielle, Clinton sera saluée comme la première femme présidente, sans considération aucune de ses crimes et de ses mensonges — tout comme Obama fut acclamé en tant que premier président noir, et que les libéraux gobaient ses propos absurdes sur« l’espoir ». Et l’illusion se perpétue.
Dépeint par le chroniqueur du Guardian Owen Jones comme « drôle, charmant, tellement cool qu’il éclipse pratiquement tous les autres politiciens », Obama a récemment envoyé des drones massacrer 150 personnes en Somalie. Il tue habituellement des gens le mardi, selon le New York Times, lorsqu’on lui remet une liste de personnes à tuer par drone. Tellement cool.
Lors de la campagne présidentielle de 2008, Hillary Clinton a menacé de « totalement oblitérer » l’Iran par voie d’armes nucléaires. En tant que secrétaire d’état sous Obama, elle a participé au renversement du gouvernement démocratique du Honduras. Sa contribution à la destruction de la Libye en 2011 fut une quasi-jubilation. Lorsque le leader Libyen, le colonel Kadhafi, fut publiquement sodomisé avec un couteau — un meurtre rendu possible par la logistique états-unienne — Clinton se réjouit de sa mort :« Nous sommes venus, nous avons vu, il est mort ».

Sarkozy et Kadhafi :le traitre et le trahi. L'Europe ,le Nouvel Ordre Mondial  face à l'Afrique et à un grand Leader.
Sarkozy et Kadhafi :le traitre et le trahi.
L’Europe ,le Nouvel Ordre Mondial face à l’Afrique et à un grand Leader.

L’une des plus proches alliés de Clinton est Madeleine Albright, l’ancienne secrétaire d’état, qui s’en est pris à des jeunes filles parce qu’elles ne soutenaient pas « Hillary ». La tristement célèbre Madeleine Albright qui célébra à la télévision la mort d’un demi- million d’enfants irakiens comme « valant le coup ».
Parmi les plus importants soutiens de Clinton, on retrouve le lobby Israélien et les compagnies d’armement qui ont alimenté la violence au Moyen-Orient. Elle et son mari ont reçu une fortune de la part de Wall Street. Et pourtant, elle s’apprête à se voir affublée du titre de candidate des femmes, à même de triompher du diabolique Trump, le démon officiel. On dénombre également de nombreux féministes parmi ses supporters: ceux de la trempe de Gloria Steinem aux USA et d’Anne Summers en Australie.

Le Nouvel Ordre Mondial en divisant les  pays  de religion musulmane ,s'organise simplement pour les affaiblir  suffisamment en se servant de leurs règles de vie odieuses pour les anéantir...par la suite.
Le Nouvel Ordre Mondial en divisant les pays de religion musulmane ,s’organise simplement pour les affaiblir suffisamment en se servant de leurs règles de vie odieuses pour les anéantir…par la suite.

Une génération auparavant, un culte post-moderne que l’on appelle aujourd’hui « la politique identitaire » a bloqué de nombreux esprits libéraux intelligents dans leur examen des causes et des individus qu’ils soutenaient — comme les fraudes que sont Obama et Clinton; comme le mouvement progressiste bidon Syriza en Grèce, qui a trahi son peuple en s’alliant avec ses ennemis.
L’auto-absorption [le narcissisme, NdT], une forme « d’égocentrisme », devint le nouvel esprit du temps dans les sociétés occidentales privilégiées et signala la défaite des grands mouvements collectifs contre la guerre, l’injustice sociale, l’inégalité, le racisme et le sexisme.
Aujourd’hui, ce long sommeil prend peut-être fin. Les jeunes s’agitent à nouveau. Progressivement. Les milliers de britanniques qui ont soutenu Jeremy Corbyn comme leader du parti travailliste font partie de cette agitation — ainsi que ceux qui se sont ralliés au sénateur Bernie Sanders.
Au Royaume-Uni, la semaine dernière, le plus proche allié de Jeremy Corbyn, le trésorier de l’opposition John McDonnell, a engagé le gouvernement travailliste au paiement des dettes frauduleuses des banques, et, dans les faits, à continuer sa politique de soi-disant austérité.
Aux USA, Bernie Sanders a promis de soutenir Clinton si ou lorsqu’elle sera nominée. Lui aussi a voté pour l’utilisation de la violence par les USA contre d’autres pays lorsqu’il jugeait cela « juste ». Il dit qu’Obama a « fait un excellent travail ».
En Australie, il règne une sorte de politique mortuaire, dans laquelle des jeux parlementaires assommants sont diffusés dans les médias tandis que les réfugiés et les peuples indigènes sont persécutés et que croissent les inégalités, ainsi que la menace d’une guerre. Le gouvernement de Malcolm Turnbull vient d’annoncer un budget de la soi-disant défense de 195 milliards de dollars, véritable incitation à la guerre. Il n’y eut aucun débat. Silence.
Qu’est devenue la grande tradition populaire d’action directe, libre de tout parti? Où sont le courage, l’imagination et l’engagement qu’exige la lutte pour un monde meilleur, juste et paisible? Où sont les dissidents de l’art, du cinéma, du théâtre, de la littérature?
Où sont ceux qui oseront briser le silence? Devons-nous attendre que le premier missile nucléaire soit tiré?

Un nouvel État Islamique est ressugi  en ce mois de juillet 2014...qui n'augure rien de bon pour l'avenir...immédiat. Abu Bakr al-Baghdadi s'est même auto-proclamé "Calife de tous les Musulmans". L'Empire après avoir financé  des terroristes ,est maintenant face è un monstre en gestation.
Un nouvel État Islamique est ressugi en ce mois de juillet 2014…qui n’augure rien de bon pour l’avenir…immédiat.
Abu Bakr al-Baghdadi s’est même auto-proclamé « Calife de tous les Musulmans ».
L’Empire après avoir financé des terroristes ,est maintenant face è un monstre en gestation.

Texte d’un ami anonyme