Les 10 aliments les plus cancérigènes

Le cancer ne se cache pas uniquement dans la cigarette, il peut être présent dans beaucoup d’autres substances. Même lorsqu’on pense avoir une alimentation saine, il faut quand même se méfier de certains aliments très courants. En effet, beaucoup d’entre eux peuvent être porteur de mauvaises substances qui risquent d’accroitre les risques de développer le cancer. En règle général et pour être certain de manger le plus sainement possible, il est conseillé de ne pas manger d’aliments transformés ou de plat préparés. Il est également primordial de se tourner plutôt vers des aliments bios qui sont garantis comme étant bons pour l’organisme. Soyez attentif.

 


1. Farines et céréales raffinées

 

 

La farine est l’un des ingrédients de base de notre alimentation quotidienne, or il est important de savoir que ce n’est pas ce qu’il y a de mieux pour notre organisme. La farine raffinée est la farine la plus blanche que vous puissiez trouver sur le marché et c’est également la plus utilisée. La farine raffinée est mauvaise pour vous à cause du traitement qu’elle a subit. Cela signifie que le son et le germe rempli d’éléments nutritifs sont séparés du reste, perdant ainsi beaucoup d’éléments nutritifs.

Cette farine est donc beaucoup plus calorique que les autres et elle fait monter le taux de sucre dans le sang et l’insuline ce qui encourage les cellules, y compris cancéreuses, à se multiplier. Les céréales contiennent énormément d’acides gras oméga 6 qui favorisent les inflammations et favorisent donc l’apparition et le développement du cancer.


2. Le sucre

 

 

 

On le sait, le sucre est mauvais pour la santé parce qu’il a un fort apport calorique, ce n’est pas la seule raison. Les sucres rapides ont tendances à augmenter le niveau d’insuline dans votre organisme, ce qui peut entrainer l’apparition d’un diabète, mais favorise également la croissance des cellules cancéreuses.

La consommation régulière de sucre serait à mettre en rapport avec l’apparition du cancer du sein et du pancréas. Le glucose n’est pas le seul concerné, ses cousins comme le fructose et le gluco-fructose seraient aussi pointés du doigt. Vous pouvez quand même continuer à en consommer dans des proportions raisonnables et contrôlées, le meilleur moyen de faire attention est de consommer le moins possible d’aliments transformés.


3. L’aspartame

 

 

À côté de l’aspartame, le sucre parait être un aliment sain, à tel point que les aliments diététiques seraient en réalité très mauvais pour votre santé et favoriserait l’apparition et le développement de certaines formes de cancer.

L’aspartame est l’un des édulcorants artificiels les plus couramment utilisés dans l’industrie agro-alimentaire. Il serait responsable de toute une série de maladies, y compris des anomalies congénitales et de plusieurs cancers. L’aspartame n’est pas le seul édulcorant à blâmer, la sucralose et la saccharine sont également présents dans la liste dans produits alimentaires favorisant l’apparition et le développement des cancers.


4. Le sel

 

 

 

 

Tout comme le sucre,  il est de notoriété publique que le sel n’est pas bon pour la santé. Il est responsable d’énormément de maladies cardio-vasculaires, de rétention d’eau et d’hypertension artérielle mais ce n’est pas son seul domaine d’activité.

Une consommation excessive de sel augmenterait le risque de développer des cancers touchants les organes du tube digestif et en particulier l’estomac. Tout comme pour le sucre, il est recommandé d’éviter la consommation de plats préparés et de produits transformés pour limiter une consommation excessive de sel.


5. Les huiles hydrogénées

 

 

 

Depuis plusieurs années on entend tout le temps que les huiles hydrogénées sont très dangereuses mais on n’en sait pas forcément plus.

Si elles sont mauvaises pour notre organisme c’est parce qu’elles modifient la structure des membranes cellulaires. Cette modification peut entrainer un grand nombre de troubles et de maladies y compris des cancers.Elles sont beaucoup utilisées dans la confection de produits préparés ou transformés et servent à améliorer la conservation des aliments et à améliorer leur  tenue.


6. La friture

 

 

Est-il vraiment nécessaire de dire que les aliments frits sont mauvais pour la santé ? En plus d’être très gras et d’entrainer une prise de poids et d’être à l’origine de maladies cardio-vasculaires, la friture est responsables d’autres méfaits.

Elle renferme des produits de la dégradation des graisses comme de très mauvais acides gras qui ajoutent une charge toxique à l’organisme. La friture est faite avec des huiles contenants des acides gras trans qui sont responsables de cancers. Les aliments frits sont également très riches en glucose, ceux contenus dans les féculents qui vont se transformer en composés cancérigènes lorsqu’ils vont être plongés dans l’huile pour être frits.


7. Les viandes rouges et transformées

 

 

 

Les viandes rouges et transformées comme la charcuterie, le bacon ou les saucisses, contiennent des conservateurs chimiques qui donnent un bel aspect aux produits mais qui peuvent aussi être responsables de cancers.

L’un de ces produits est le nitrine de sodium ou le nitrate de sodium qui serait responsable de nombreux cancers du colon. La sur-consommation de viande rouge peut se traduire par un excès de fer dans l’organisme ce qui peut être la cause du cancer. La cuisson à une température très élevée ou au barbecue entrainerait le développement de substances cancérigènes. Les personnes qui mangent leur viande rôtie, très cuite ou roussie sont plus susceptibles que les autres de contracter un cancer du côlon, du sein, de la prostate ou du pancréas. Si vous désirez continuer à manger de la viande, évitez celles qui sont transformées comme la charcuterie et ne la faite pas trop cuire.


8. Les boissons gazeuses

 

 

 

Les sodas regroupent tout ce qui se fait de pire pour l’organisme. Les risques de développer un cancer sont d’abord liés soit à leur teneur en sucre ou en aspartame.

La consommation de soda favorise l’apparition du cancer du pancréas due à la concentration en sucre de ces boissons et donc à l’augmentation du taux d’insuline dans le sang. Ce cancer est l’un des plus rares mais aussi l’un des plus mortels. Le fait qu’ils contiennent énormément de produits chimiques et de colorants empirerait le possibilité de développer des cellules cancéreuses.


9. L’alcool

 

 

Tout comme plusieurs aliments cités précédemment, ce n’est pas une surprise que l’alcool n’est pas spécialement bon pour la santé.

Il faut savoir que lorsqu’on ingère de l’alcool, notre organisme le transforme en acétaldéhyde. Cette molécule augmente les risques de développer un cancer qui sera principalement ciblé sur le foie, le pharynx mais qui sera aussi susceptible de toucher les muqueuses. Soyez raisonnable et consommez de l’alcool en toute sécurité : un verre par jour pour une femme et deux pour un homme au maximum.


10. Le pop corn

 

 

 

 

S’il y a bien un aliment auquel on porte peu d’intérêt y compris pour la santé c’est bien le pop corn au micro-ondes. C’est vrai on n’en mange pas souvent, c’est très rapide et pratique à préparer, pourquoi s’en passer ?

La raison est très simple. Les préparations de pop corn qui sont faites pour cuire au micro-ondes sont conditionnées dans des sachets qui sont doublés avec une pellicule contenant de nombreux produits chimiques dont un en particulier qui serait cancérigène et s’attaquerait au foie et au pancréas. Il est donc préférable de préparer son pop corn avec la bonne vieille méthode de la poêle, au moins vous aurez moins de risques de ruiner votre santé.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Des photos émouvantes de la race humaine partie 1

 

Un père pauvre et démuni ,mais fier de lui ,à côté de son fils qui vient de recevoir son diplôme.
Un père pauvre et démuni ,mais fier de lui ,à côté de son fils qui vient de recevoir son diplôme.

 

Jeunes soldats birmans dans l'attente d'être envoyés au front contre des terroristes.
Jeunes soldats birmans dans l’attente d’être envoyés au front contre des terroristes.

 

 

 

 

Cette jeune fille yézidie (chrétienne du nord de la Syrie) protège sa famille des attaques terroristes de l'État Islamique,au moyen d'un fusil AK-47.
Cette jeune fille yézidie (chrétienne du nord de la Syrie) protège sa famille des attaques terroristes de l’État Islamique,au moyen d’un fusil AK-47.

 

Cette très jeune fille palestinienne,équipée d'une mitraillette Kalachnikov,vient de rallier le Jihad islamique (Daesh).
Cette très jeune fille palestinienne,équipée d’une mitraillette Kalachnikov,vient de rallier le Jihad islamique (Daesh).

 

Un jeune garçon aide sa mère à se nourrir au moyen de baguettes.Sa mère qui a perdu ses deux bras malheureusement.
Un jeune garçon aide sa mère à se nourrir au moyen de baguettes.Sa mère qui a perdu ses deux bras malheureusement.

 

Ashol Pan,une jeune chasseuse de 13 ans...à l'aigle,vient d'atteindre le sommet de la Mongolie avec son fidèle compagnon.
Ashol Pan,une jeune chasseuse de 13 ans…à l’aigle,vient d’atteindre le sommet de la Mongolie avec son fidèle compagnon.

 

Fille éthiopienne de la tribue Hamer .
Fille éthiopienne de la tribu Hamer .

 

Un enfant-soldat âgé de seulement 7 ans ,fume une cigarette d'un air menaçant.Membre de la Syrian Free Army ,soutenue par les États-Unis d'Amérique,cet enfant a du subir un lavage de cerveau.
Un enfant-soldat âgé de seulement 7 ans ,fume une cigarette d’un air menaçant.Membre de la Syrian Free Army ,soutenue par les États-Unis d’Amérique,cet enfant a du subir un lavage de cerveau.

 

Cette jeune femme de 18 ans ,recouverte de peintures de guerre,vient de terminer son entrainement militaire avec TSAHAL,l'armée sioniste d'Israel.
Cette jeune femme de 18 ans ,recouverte de peintures de guerre,vient de terminer son entrainement militaire avec TSAHAL,l’armée sioniste d’Israel.

 

 

Une jeune fille malgache se déplace au milieu des baobabs,uniquement vêtue d'un mince tissu.
Une jeune fille malgache se déplace au milieu des baobabs,uniquement vêtue d’un mince tissu.

 

 

Un fermier très âgé ,versé depuis sa naissance dans la production du riz ,au Vietnam.
Un fermier très âgé ,versé depuis sa naissance dans la production du riz ,au Vietnam.

 

 

 

Le visage crasseux d'un jeune mineur chinois ,dans une mine de charbon.Regardez ses mains qui ressemblent à celles d'un vieil homme.
Le visage crasseux d’un jeune mineur chinois ,dans une mine de charbon.Regardez ses mains qui ressemblent à celles d’un vieil homme.

 

 

 

Garçon de la tribue nomade Suri de l'Éthiopie,avec ses peintures traditionnelles et son costume d'attraits.
Garçon de la tribue nomade Suri de l’Éthiopie,avec ses peintures traditionnelles et son costume d’attraits.

 

 

 

Un enfant essaie de tirer son père alcoolique vers sa maison,au nord du Canada.
Un enfant essaie de tirer son père alcoolique vers sa maison,au nord du Canada.

 

 

Une famille sibérienne savoure un repas traditionnel ,dans la toundra.
Une famille sibérienne savoure un repas traditionnel ,dans la toundra.

 

 

Cet adolescent syrien a risqué sa vie pour sauver sa petite sœur dans les décombres de leur maison,après une attaque d'un groupe terroriste.
Cet adolescent syrien a risqué sa vie pour sauver sa petite sœur dans les décombres de leur maison,après une attaque d’un groupe terroriste.

 

 

Ce coupe de femmes lesbiennes a attendu toute leur vie pour pouvoir enfin se marier en Iowa récemment.
Ce coupe de femmes lesbiennes a attendu toute leur vie pour pouvoir enfin se marier en Iowa récemment.

 

 

 

Des gens accourent dans cet autobus en Malaisie,afin de secourir cette femme qui a tenté de s'enlever la vie en se taillant les poignets.
Des gens accourent dans cet autobus en Malaisie,afin de secourir cette femme qui a tenté de s’enlever la vie en se taillant les poignets.

 

 

 

Cette jeune fille a survécue 11 jours seule dans la forêt sibérienne,menacée par une multitude de dangers.
Cette jeune fille a survécue 11 jours seule dans la forêt sibérienne,menacée par une multitude de dangers.

 

 

 

 

 

Photo d'une fillette de 3 ans et de sa mère après une attaque à l'acide par leur père /époux...
Photo d’une fillette de 3 ans et de sa mère après une attaque à l’acide par leur père /époux…

 

 

 

Un groupe d'itinérants sont délogés du centre-ville de Montréal lors d'un froid intense durant l'hivers 2014-2015.
Un groupe d’itinérants sont délogés du centre-ville de Montréal lors d’un froid intense durant l’hivers 2014-2015.

 

 

 

 

Toujours à Montréal,au Québec,un jeune itinérant se réchauffe avec son chien.
Toujours à Montréal,au Québec,un jeune itinérant se réchauffe avec son chien.

 

 

À Dubai,le choc des cultures entre  ces femmes est bien réel.
À Dubai,le choc des cultures entre ces femmes est bien réel.

 

 

 

Des distributeurs de nourriture gratuite pour les pauvres et les sans-travail ,toujours à Dubai.
Des distributeurs de nourriture gratuite pour les pauvres et les sans-travail ,toujours à Dubai.

 

 

 

De riches  locataires jouent une partie de tennis au sommet d'un gratte-ciel de Dubai.
De riches locataires jouent une partie de tennis au sommet d’un gratte-ciel de Dubai.

 

Un café Starbucks,au centreville de Dubai.
Un café Starbucks,au centreville de Dubai.

 

 

Un citoyen aisé de Dubai fait faire une marche de santé à son animal de compagnie ,dans le désert.
Un citoyen aisé de Dubai fait faire une marche de santé à son animal de compagnie ,dans le désert.

 

 

 

 

 

 

 

C’est officiel:McDonald et Monsanto en pleine crise financière

 

 

 


Dans une série de titres qui passeraient comme presque incroyables ,il y a plusieurs années, la majorité des économistes tirent la sonnette d’alarme sur le déclin financier des deux géant de la restauration rapide McDonald et de biotechnologie Monsanto ,le mastodonte.

...en chute libre!
…en chute libre!

CNN avait  demandé : «Est-ce que McDonald  est condamné? Business Insider  lui déclare  que «McDonald perd l’ Amérique» que la société se  tire  elle-même de son propre chef de la  bonne direction. Ce qui se passe? Comme il s’avère, le monde commence à se demander ce qu’ils sont vraiment manger dans leur nourriture – et le nouveau conglomérat des épiceries naturelles et restaurants sont des  pionniers du chemin dans un tout nouvel environnement économique. En d’autres termes: les gens sont tout simplement fatigués de pelleter des  ordures dans leur corps, et ils ne vont pas en mettre plus.

Voici quelques-uns des ingrédients que vous pouvez trouver dans de nombreux repas de restauration rapide:

– Diméthylpolysiloxane – Un produit chimique connu pour son utilisation dans les implants mammaires en silicone, pâte à modeler, et aussi … nuggets de poulet .

– Propylène glycol – Un produit chimique laxatif et de remplissage de cigarette électronique que même les entreprises de  e-cigarettes commencent à éliminer .

Azodicarbonamide – Un produit chimique utilisé dans la création d’articles en plastique mousse… comme les tapis de yoga .

Alors êtes-vous surpris de constater que beaucoup se détournent des dirigeants de restauration rapide comme McDonald?

Les nations à travers le monde sont déjà conscientent et  rejettent l’ensemble des ingrédients artificiels inclus dans de nombreuses options  discontinuées  de repas McDonald. Retour en 2013, leurs tentatives d’élargir leurs opérations en Bolivie ont été complètement fermés par la réalité que les citoyens boliviens ne étaient pas prêts à acheter leurs créations de restauration rapide. Comme rapporté  de retour en Juillet 2013:

«Les restaurants McDonald exploités en Bolivie depuis 14 ans, selon les médias hispaniques. En 2002, ils ont dû fermer  leurs 8  derniers magasins restants parce qu’ils ne pouvaient tout simplement pas faire un profit et si vous connaissez  les entreprises de restauration rapide, vous savez ce n’ est pas parce qu’ils n’ont pas essayé.

« The Golden Arches »ont  perdues  beaucoup d’argent dans le marketing et les campagnes pour essayer d’attirer  les Boliviens sur leurs aliments fast foods- en essayant de les attirer à leurs frites et des hamburgers français, mais ça l’a échoué.

Et ils sont absolument encore à essayer de devenir «pertinent» à nouveau aux États-Unis, comme des géants alimentaires naturels comme Whole Foods sont en mesure d’offrir un pot-pourri d’options à base organique pour le même prix d’un Happy Meal avec des frites supplémentaires. Même CNN Money admet que la connaissance du public  sur l’expansion de ses options de repas, McDonald se bat pour rester pertinent. Paul R. La Monica,faisant  des rapports pour la colonne CNN Money, écrit:

»Est-ce que les clients de McDonald ne sont plus  heureux comme ils ont  l’habitude d’être? Le géant de la restauration rapide semble définitivement inquiet.

McDonald (MCD) a rapporté des résultats trimestriels en demi-teinte la semaine dernière. Et les dirigeants d’entreprise ont utilisé les mots «pertinence», «pertinents» et «pertinence» …encore,en un combiné de 20 fois au cours de sa conférence téléphonique avec les analystes. Traduction: les dirigeants des Golden Arches sont très préoccupés de savoir si la société est toujours d’actualité.

Si vous regardez les taux attendus de croissance pour les  plus grands rivaux de burger de McDonald’- ainsi que des parvenus dans l’industrie dite de fast food – je ferais la grimace trop. »

Du  Super Bowl aux campagnes de  méga marketing, McDonald est à pelleter son argent  dans leur machine de relations publiques – quelque chose qu’ils ont en commun avec  le géant des OGM ,Monsanto . Une autre entreprise qui fait face à une perte financière au milieu sensibilisation accrue et les questions internationales d’importation. Comme l’Associated Press l’article Monsanto perd 156 millions de dollars pour l’exercice financier du quatrième trimestre », explique-t-il, la multinationale est entré dans une période de perte très unique qui énonce beaucoup de choses sur l’avenir de sa technologie  basée sur les OGM:

« Monsanto Co. a rapporté mercredi une perte de 156 millions de dollars dans son quatrième trimestre fiscal.

La société basée à Saint-Louis dit qu’elle  avait encaissé une perte de 31 cents par action. Des pertes, qui ajustées à  des coûts non récurrents, sont venu à 27 cents par action.

Les résultats ont manqué les attentes de Wall Street. L’estimation moyenne des analystes interrogés par Zacks Investment Research était d’une perte de 24 cents par action « .

Les nouvelles viennent que Monsanto continue à dépenser des millions dans les tentatives d’arrêter les campagnes d’étiquetage des OGM autour de la nation, le financement des groupes d’opposition et s’assurer que vous ne savez pas ce qui est dans votre nourriture. Après tout, il y a une raison pour laquelle 96% des actionnaires de Monsanto ne veulent absolument pas la législation en matière d’étiquetage des OGM de passer aux États-Unis – il pourrait nuire aux affaires.

Comme l’information continue de se propager sur des questions clés comme la prévalence de substances toxiques dans les repas de restauration rapide et de la réalité des OGM et leur secret, il ne fait aucun doute que ces deux sociétés (et beaucoup d’autres) connaîtront le contrecoup économique. Vont-ils changer afin de répondre à la nouvelle pĥilosophie  économique?

Sources: Infowars

 

 

Au Québec ,la contamination par les OGM : un problème majeur pour toute la filière

Les producteurs de maïs-grains biologiques du Québec connaissent de plus en plus de difficultés à livrer une récolte sans traces d’organismes génétiquement modifiés (OGM).
Les producteurs de maïs-grains biologiques du Québec connaissent de plus en plus de difficultés à livrer une récolte sans traces d’organismes génétiquement modifiés (OGM).

 

Idem pour le canola, où même au Lac-Saint-Jean, des agriculteurs ont vu leur récolte tester positif à un dépistage d’OGM. « Ici, le problème numéro un avec le canola, je vais te le dire, c’est la contamination avec les OGM. L’an passé, notre récolte a été déclassée puisqu’elle contenait des OGM. Pourtant, nous avons tout fait dans les règles de l’art et nos semences avaient même été testées sans OGM », se désole Christian Taillon, copropriétaire de la Ferme Taillon et Fils, située à Saint-Prime, au Lac-Saint-Jean.

 

Or, le canola, comme le maïs, est une plante qui présente un haut risque de contamination génétique (voir tableau 1), notamment en raison du taux très élevé de pollinisation croisée avec les cultures génétiquement modifiées du territoire. Pour Christian Taillon, le risque est devenu trop grand. Et à contrecœur, il a décidé de délaisser le canola en 2014. « J’ai eu un appel cette année d’un acheteur voulant 400 à 600 tonnes de canola bio, car le producteur où il s’approvisionnait ne pouvait plus livrer de récoltes biologiques sans OGM. Je lui ai dit : “Oublie ça; j’ai moi-même des problèmes.” C’est dommage. Car le canola bio se vend à un prix intéressant (1 300 $ la tonne) et c’est une culture qui est vraiment adaptée à notre région », souligne-t-il.

Les semences…

La contamination génétique émane de différentes sources : les déplacements de pollens, la manipulation de la récolte (moissonneuse-batteuse, camion ou élévateurs mal nettoyés) et l’achat de semences, déjà… contaminées. Il semble par ailleurs, selon les investigations de Christian Taillon, que le déclassement de sa récolte de canola en 2013 a été causé par des semences qu’il a achetées –pourtant certifiées biologiques – lesquelles étaient en vérité, elles-mêmes contaminées d’OGM…

« De la semence de canola 100 % non OGM, ma foi, c’est rendu tout un défi pour en trouver. Nous avons contacté Agriculture et Agroalimentaire Canada, des universités, mais rien à faire. C’est pénible. On essaie d’en importer d’Europe… », renchérit un autre producteur de grains bio du Lac-Saint-Jean, Jacques Dallaire, de la Ferme Tournevent.

Au fil des appels, il semble que le problème de semences de maïs ou de canola contaminées aux OGM soit généralisé. En Montérégie, La Coop Agrobio regroupe près de 25 producteurs qui cultivent environ 4 000 hectares de grains biologiques. Face à l’évidence, et sous la demande des membres, la Coop a pris l’initiative de faire tester par un laboratoire reconnu des variétés de maïs vendues comme étant sans OGM. Les résultats des 5 dernières années laissent pantois : 65 % des 115 variétés testées étaient contaminées par les OGM (taux de 0,1 % d’OGM et plus) et 2 variétés ont même été testées à 5 % ou plus d’OGM… Bref, seulement 15 % des 115 variétés de semences de maïs dites sans OGM ne contenaient vraiment aucune trace d’OGM! Chez les cultures de soya, ce type d’évaluation est réalisé depuis les deux dernières années seulement, mais il montre aussi des lots de semences vendus comme étant sans OGM, mais contaminés aux OGM.

Le moment de passer à l’action

Les producteurs de grains biologiques doivent acheter de la semence certifiée biologique, mais lorsque celle-ci n’est pas disponible, ils peuvent employer de la semence conventionnelle, sans OGM et non traitée. Or, il suffit d’ouvrir un catalogue de semences pour constater que les grandes compagnies semencières, particulièrement dans le cas du maïs, réservent maintenant une place très mince aux produits qui ne sont pas génétiquement modifiés. De plus, comme le souligne Maude Forté, de La Coop Agrobio, « les compagnies ne testent pas le pourcentage d’OGM des quelques produits qu’ils vendent sans OGM ». Pour Jacques Dallaire, il est minuit moins dix. « Les grands semenciers ne se préoccupent pas des petits marchés comme le bio. Il faut une intervention des pouvoirs publics pour nous permettre d’avoir accès à des semences réellement sans OGM. C’est le moment de passer à l’action, car si on laisse aller les choses, dans 50 ans, tout sera contaminé », plaide-t-il. Car déjà, dans le maïs-grains du moins, les problèmes de contaminations génétiques semblent avoir une ampleur importante, comme en témoigne d’ailleurs un acheteur de grains basé à Nicolet. « Nous ne faisons plus analyser de maïs bio, car il testerait pratiquement toujours positif. Juste les semences contiennent déjà entre 0 et 3 % d’OGM. Si tu additionnes ensuite la contamination par le pollen, de même que celle associée au mauvais nettoyage des machines, le pourcentage grimpe », mentionne David Proulx, directeur général de RDR Grains et Semences inc., qui tient à souligner la situation plus positive du soya. « Je dirais que seulement 5 % du volume du soya bio teste positif. »

Des dommages collatéraux

Les effets collatéraux du grain contaminé sont majeurs, car ils exercent un impact sur toute la filière animale. Un producteur d’œufs de consommation a dû changer sa source d’approvisionnement en maïs biologique, car la contamination aux OGM menaçait sa certification. Embarras similaire pour un producteur laitier qui achetait du maïs québécois biologique. Le certificateur a prélevé un échantillon de ce maïs qu’il donnait à ses vaches. Le test de dépistage aux OGM s’est révélé positif et la certification biologique de l’éleveur a été suspendue temporairement…

Abdiquer?

L’enjeu de la contamination OGM suscite d’intenses discussions dans toute la filière biologique. Notamment en cette période de révision de la norme biologique canadienne; certaines personnes se demandent s’il ne serait pas préférable, vu les difficultés d’obtenir une récolte de maïs et de canola sans traces d’OGM, de permettre légalement au producteur de livrer des grains avec un certain taux d’OGM. À ce sujet, un groupe d’agriculteurs, d’acheteurs, de semenciers et d’autres acteurs préoccupés par les risques de contamination des grains biologiques ont tenu une réunion jugée « très positive » le 15 juillet dernier afin d’échanger, en partie, sur ce concept du seuil de tolérance d’OGM. La majorité était plutôt contre et Jacques Dallaire résume pourquoi : « Il y a des acheteurs et des consommateurs qui achètent du bio pour la simple raison qu’ils ne veulent pas d’OGM. Si nous permettons un certain pourcentage d’OGM, l’industrie perdra des clients. Dans le lin brun par exemple, une sorte d’OGM vient de sortir. Les clients sont devenus craintifs quant au risque d’acheter du lin bio contaminé d’OGM. Alors ils n’en veulent plus », explique-t-il.

L’acheteur David Proulx jure quant à lui qu’un inventaire de grains biologiques avec des traces d’OGM serait difficile à gérer. « Est-ce qu’il faudra un silo et un élévateur pour du grain bio sans aucune trace d’OGM, un autre silo pour celui où l’on ne trouve que des traces d’OGM et un autre pour le grain qui en contient un peu plus? » questionne-t-il.
Pas de solutions magiques

Les producteurs biologiques interpellés dans le cadre de cet article ne blâment pas leurs confrères qui cultivent des variétés génétiquement modifiées. Au contraire; certains travaillent même avec leurs voisins pour trouver des solutions. Mais un fait demeure : la solution magique n’existe pas. « Premièrement, nous manquons de données. Quelle est la distance sécuritaire qui peut protéger un champ bio d’un champ OGM? » s’interroge M. Taillon, qui participe à un essai où des ruches ont été installées entre sa terre et celle de son voisin afin d’évaluer les distances de pollinisation croisée. 

De l’avis de Maude Forté, une solution pour diminuer la contamination des semences consisterait à favoriser l’autoproduction à la ferme. « Nous avons remarqué que la meilleure façon de diminuer la contamination des semences, c’est un système intégré verticalement, où il n’y a pas d’intermédiaires. La même entreprise est responsable de toutes les étapes de production de la semence afin de fournir un produit 100 % sans OGM. L’autoproduction de semence à la ferme constitue donc une solution, mais pour compliquer les choses, La Financière agricole du Québec a décidé de ne plus couvrir ce type de production », dénonce Mme Forté.

Concernant la présence d’OGM dans la filière bio, une solution globale consisterait à tout tester; c’est-à-dire chaque lot de semences avant de les mettre en terre et chaque récolte préalablement à la vente. Une stratégie qui imposerait de solides contraintes en logistique. « Dépister les OGM c’est un autre problème. Dans le maïs, il y a beaucoup d’OGM différents [Roundup Ready, BT, Liberty]. C’est difficile à tester; ça nous prend huit bandelettes par échantillon. Si le test des bandelettes est positif, on envoie l’échantillon pour une évaluation plus poussée en laboratoire. Un test PCR dans le jargon, qui prend trois jours. Est-ce qu’on peut laisser des camions attendre trois jours dans la cour? Bien sûr que non. Idéalement, il faudrait un dispositif fiable qui détecte sur le champ la concentration d’OGM. Mais ça n’existe pas encore! » illustre l’acheteur David Proulx.

Balayer la poussière sous le tapis

Aux yeux de plusieurs, il est temps de cesser de balayer la poussière sous le tapis et de prendre les décisions qui s’imposent afin d’assurer la pérennité de cette industrie florissante des grains biologiques. Jacques Dallaire pousse le raisonnement plus loin : « Pourquoi donne-t-on ce grand privilège aux compagnies de biotechnologies et de semences de laisser décider ce qu’on mange? Il faut protéger le droit des agriculteurs de cultiver des plantes 100 % non OGM, et protéger le droit des consommateurs de manger de la nourriture non OGM », affirme M. Dallaire.

Sources :laterredecheznous.com

…………………………………………………………

À ne pas oublier  :

Le 12 juin 2007, la France acceptait de faire rentrer 0,9% d’OGM dans les produits bio de norme AB, sans étiquetage particulier, histoire de tromper le consommateur.  Qui était alors la ministre de l’Agriculture ? Mme Christine Lagarde, actuelle ministre de l’économie. Elle ne restera au premier poste que du 18 mai 2007 au 18 juin 2007 ; juste le temps de corrompre les cultures BIO.  Plus intéressant encore, Mme Lagarde était auparavant avocate d’affaire dans le cabinet international « Baker & Mc Kenzie » qui a comme client américain… la firme MONSANTO !
Le 12 juin 2007, la France acceptait de faire rentrer 0,9% d’OGM dans les produits bio de norme AB, sans étiquetage particulier, histoire de tromper le consommateur.
Qui était alors la ministre de l’Agriculture ? Mme Christine Lagarde, actuelle ministre de l’économie. Elle ne restera au premier poste que du 18 mai 2007 au 18 juin 2007 ; juste le temps de corrompre les cultures BIO.
Plus intéressant encore, Mme Lagarde était auparavant avocate d’affaire dans le cabinet international « Baker & Mc Kenzie » qui a comme client américain… la firme MONSANTO !

 

 

 

Alerte Fukushima: des fruits de mer radioactifs en quantité dans les épiceries canadiennes

Nourriture radioactive
Depuis l’arrêt du Canada sur les tests de fruits de mer pour le rayonnement, une jeune adolescente de l’ Alberta a pris les choses en mains propres. Crédit photo: AP / Ahn Young-joon

 

 

Les  épiceries canadiennes ne sont pas protégées des fruits de mer radioactifs, mais nous n’avons pas de professionnels de la recherche et développement à remercier pour cette information, juste une jeune fille de  10ème année  de l’Alberta.

Bronwyn Delacruz de Grande Prairie Composite High School en Alberta a fait sa découverte avec l’aide du compteur Geiger de $600 que son père lui a acheté et la nécessité d’achever un projet scientifique. Elle a dit à  Metro Canada  qu’elle a décidé de tester la radioactivité de la mer,surtout à partir des  algues car elle a été choquée d’apprendre que l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a cessé des tests  sur  les aliments importés ,à partir de 2012, l’année   après la  catastrophe nucléaire de Fukushima,  au Japon.

« Certains des varech que j’ai trouvé était plus élevé en radioactivité  que ce que l’Agence internationale de l’énergie atomique définit comme la contamination radioactive, qui est de 1450 chiffres sur une période de 10 minutes, » dit-elle. «Certains de mes échantillons sont parvenus à des chiffres  comme 1700 ou 1800. »

 

 Selon le  Daily Herald Tribune ,  Bronwyn a  testé plus de 300 échantillons d’algues, dont 15 marques exportées du Japon, la Chine, la Californie, Washington, le Nouveau-Brunswick et la Colombie-Britannique. Son travail lui a valu les honneurs d’or à une expo-sciences régionale à Peace River, en Alberta. En mai, elle sera en concurrence à l’échelle nationale en Ontario.

« Je suis un peu préoccupé par ce qui débarque dans nos épiceries et que si vous ne le mesurez pas, vous pouvez simplement le  consommer et le ramener à la maison pour votre famille», a déclaré Bronwyn.

Le  site Web de l’ACIA  dit qu’on  a trouvé plus de 200 échantillons de fruits de mer en 2011 et 2012 qui ont été « jugés en deçà des niveaux réalisables de Santé Canada pour la radioactivité. » Cela a suffi à lever les contrôles à l’importation améliorées du pays.

« Aucun test supplémentaire est prévu », indique le site.

Selon Miles O’Brien, c’est le même scénario qui se passe aux  Etats-Unis d’Amérique ,dans  un de ses  récents rapports CPE ,il a révélé que les scientifiques de la  Woods Hole Oceanographic Institute  ont été rejetées après avoir demandé l’aide fédérale minimale de cinq agences. Il n’y a pas d’organismes fédéraux effectuent complet, sur le terrain des analyses de la quantité de rayonnement de Fukushima a fait son chemin dans l’air et des océans des États-Unis

En Octobre 2013,  le Dr David Suzuki  avait  prédit que  ceci  devrait prendre trois ans  à partir du moment de l’incident pour que  le panache de rayonnement atteigne  la côte Ouest. Cela aurait commencé au  mois de septembre 2013. Ce concept n’a été mis de côté   par  la  jeune  Bronwyn.

«La façon dont les courants et le rayonnement arriveraient au Canada, il ne serait pas arriver jusqu’à maintenant, mais durant  2014″, dit-elle.

En 2012, le  Vancouver Sun  a rapporté que le césium-137, la forme radioactive du césium, a été constaté dans les différents produits de  mer qui ont été importés du Japon, y compris:

• 73 pour cent du  maquereau

• 91 pour cent du  flétan

• 92 pour cent des sardines

• 93 pour cent du thon et des anguilles

• 94 pour cent de la morue et des anchois

• 100 pour cent des  carpe, des algues, des  requins  et des  lottes

« N’importe quelle quantité de rayonnement radioactif  est nocif pour la planète et la santé de toutes les espèces, y compris les humains, » a écrit Suzuki. « Une mise à jour majeure de la radioactivité, comme celle de  Fukushima, est une préoccupation majeure , avec des inconnues restant autour de risques pour la santé à long terme telles que les cancers. « 

 

EN CONCLUSION

Il s’agit d’un crime planifié et délibéré par le Nouvel Ordre Mondial.En intoxiquant les humains au maximum,les Maîtres Actuels du Monde pensent pouvoir, avec le temps,exterminer une partie de la population civile qui par leur existence,nuit à leur projet de domination mondiale.Nos petits enfants n’ont pas fini de souffrir et de mourir pour que l’élite,le 1% ,puisse continuer à vivre dans le luxe et à se payer des retraites dorées.

En continuant à obéir à nos gouvernements corrompus,nous marchons  vers l’abattoir,comme un troupeau de moutons ,conduit par des loups affamés.

 

 

SOURCES:Ecowatch,Brandon Baker