Le Québec sous la gérance du crime organisé:l’affaire Nathalie Normandeau

 Un grand procès va commencer prochainement,un jour au Québec:il concerne notre système politique qui s’est  érigé en prenant appui sur la corruption et la collusion depuis plus de 55 ans!

Nathalie Normandeau
Nathalie Normandeau

L’enquête de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) sur le financement illégal au PLQ sous Jean Charest a visé très haut. Nathalie Normandeau (vice-première ministre), Violette Trépanier (responsable du financement), Robert Parent (directeur général) et Marc Bibeau (grand argentier bénévole) font partie des 11 sujets d’intérêt pour la police,depuis de nombreuses années.

Des fonctionnaires et des élus provinciaux, dont  Normandeau, sont visés par cette enquête, révèlent des nouveaux documents judiciaires obtenus par un consortium de médias.

Les policiers s’intéressent à un «système de corruption et de collusion» qui aurait permis au PLQ de faire le plein de contributions illégales, grâce à la générosité de firmes de génie de conseil et d’entrepreneurs passés maîtres dans l’utilisation de prête-noms. «Par ce stratagème, les entreprises contournent la loi électorale et réussissent à financer le Parti libéral», explique l’enquêteur Yanick Côté dans une déclaration assermentée. Cette déclaration, qui ne constitue pas de la preuve, a été produite en cour afin de convaincre un juge d’autoriser les perquisitions au PLQ, en juillet dernier.

Le financement sectoriel, sous la responsabilité de Violette Trépanier, était si commun qu’il portait un surnom: le «comté 127». Les fonds amassés allaient dans les coffres du parti, et non aux circonscriptions, a confié aux policiers l’ancien directeur général du PLQ, Robert Parent.

Mme Trépanier travaillait «en tandem» avec un administrateur de Schokbéton, Marc Bibeau, selon une déclaration de l’ancien directeur général du PLQ, Joël Gauthier. M. Bibeau, un bénévole, possédait un réseau de contacts étendus pour aider le parti à rencontrer ses objectifs de financement élevés (chaque ministre devait rapporter 100 000 $ par année).

Les donateurs corporatifs s’attendaient à un retour d’ascenseur, sous la forme d’un contrôle sur certains contrats publics. Un entrepreneur, non identifié, aurait ainsi contrôlé le processus d’octroi de certains contrats.

De 2005 à 2009, les actes criminels suivants auraient été commis: abus de confiance, complot, fraude, production de faux documents, fraude envers le gouvernement et contribution d’un entrepreneur à une caisse électorale. Aucune accusation n’a été portée dans cette affaire pour le moment…on a simplement arrêté les responsables les plus en vue dans cette absurde mise en scène!

Encore Boisbriand

Lorsque les policiers ont mené des perquisitions au siège social du Parti libéral du Québec (PLQ), en juillet 2015 dernier, ils cherchaient à mettre la main sur plusieurs informations: fichiers de donateurs pour la période 2005 à 2009, liste et calendriers, etc. Ils cherchaient aussi toutes les informations possibles sur les activités et les objectifs de financement de Nathalie Normandeau, de même que les correspondances entre Violette Trépanier, Marc Bibeau et Robert Parent.

Une bonne partie de l’enquête porte sur des irrégularités dans l’octroi d’une subvention de 11 millions de dollars pour l’agrandissement de l’usine de traitement des eaux de Boisbriand. Les travaux ont été exécutés par la firme de génie conseil Roche et Infrabec, propriété de Lino Zambito.

L’ex-ministre des Affaires municipales, Nathalie Normandeau, aurait contourné les règles afin d’accorder la subvention convoitée par la mairesse de Boisbriand, Sylvie Berniquez Saint-Jean, qui a récemment reconnu sa culpabilité à des accusations de fraude dans cette affaire.

Mme Normandeau aurait ignoré de nombreux avis défavorables des fonctionnaires du ministère des Affaires municipales. En effet, le ministère n’acceptait pas d’accorder deux subventions pour la même usine.

La décision de Mme Normandeau a avantagé deux firmes qui ont participé activement à son financement: Roche et Infrabec.

«L’octroi de la subvention par le MAMROT est le résultat d’un financement politique soutenu depuis 2005 et d’un exercice d’influence politique par différents intervenants auprès de la ministre Nathalie Normandeau et du Parti libéral du Québec», peut-on lire dans la déclaration de l’enquêteur Côté.

Photo de famille libérale.
Photo de famille libérale.

Deux vice-présidents de Roche (France Michaud et Marc-Yvan Côté) et Lino Zambito ont organisé des cocktails de financement pour la ministre. Grâce à un mélange de financement et de petites attentions, comme des billets de spectacles à la ministre, ils ont pu «garder de bons liens» avec Mme Normandeau, son entourage et le PLQ.

Les policiers ont obtenu la collaboration de témoins importants. Une adjointe administrative leur a remis l’agenda de la ministre. Un ancien chef de cabinet a déclaré que Mme Normandeau était «consciente» que France Michaud et Lino Zambito, faisait de la sollicitation pour ses activités.

Deux ex-employés de Roche, Stéphan Doré et Gilles Cloutier (témoin vedette de la commission Charbonneau) ont fait un lien entre l’octroi de la subvention à Boisbriand et l’implication de Roche dans le financement du PLQ.

L'ancien organisateur d'élections libérales,Gilles Cloutier nous aura prouvé qu'on peut très facilement acheter une élection au Québec.
L’ancien organisateur d’élections libérales,Gilles Cloutier nous aura prouvé qu’on peut très facilement acheter une élection au Québec.

Misons sur le fait que le « système » va tout faire pour se protéger et que déjà,bien avant que le procès ne commence,quelqu’un a décidé par l’entremise  d’un pouvoir occulte que Nathalie Normandeau est innocente!Cela est aussi important pour le Parti libéral du Québec que tous les autres partis politiques représentés actuellement à l’Assemblée Nationale.Immaginez le problème politique que cela supposerait si les citoyens et citoyennes du Québec qui dorment au gaz depuis des décennies,commenceraient à se réveiller et à exiger de la Justice!

Publicités

Nathalie Normandeau: Lettre ouverte à une politicienne québécoise corrompue

N’AVEZ-VOUS PAS HONTE?

 

Nathalie Normandeau...une politicienne libérale corrompue.
Nathalie Normandeau…une politicienne libérale corrompue.

 

N’avez vous pas honte ?
Les larmes de crocodile de Nathalie Normandeau et l’insouciance arrogante de nos politiciens. Nathalie Normandeau a presque pleuré à LCN quand elle nous parlait de son passage à la commission Charbonneau et de la dureté de la politique.

Je ne sais pas dans quel monde vivent nos politiciens, mais ils devraient revenir sur terre de temps en temps, ça serait bien qu’il côtoie de temps en temps la population pour voir ce qu’elle vit..
Après les centaines de millions de dollars détournés par les gouvernements, les entrepreneurs amis du gouvernement, avec la mauvaise gestion incroyable de tout notre système : infrastructure routière, santé , garderie, etc etc… après les avantages éhontés d’une classe politique égoïste et méprisante qui ne pense qu’à leur avantage personnel au détriment de la population ; elle ose nous regarder droit dans les yeux et faire couler ses larmes de crocodile.

Savez-vous M. Normandeau combien il en coûte pour un pain blanc : 3,27$ en moyenne savez combien il y a de 3, 27$ dans vos centaines de millions détournés dans les poches des amis du parti, entre autres dans le scandale du Chum ? Avez-vous perdu le sens des valeurs, savez-vous combien de famille prendrait ce pain blanc volontiers ce matin pour déjeuner et avoir quelque chose à se mettre sous la dent ? Pendant que vous brunché aux frais d’une firme quelconque qui mettra l’adition sur un compte de dépense payé par la population.

Savez-vous ce que c’est, que de ne pas arriver à la fin du mois ? Connaissez vous la force et l’ampleur de la rage qui nous envahis de voir nos élus s’empiffrer dans le champagne et le caviar lors de soupers payés par les citoyens eux-mêmes.
Savez-vous que votre gouvernement entame une politique d’austérité pendant que des centaines de voleurs, amis de votre parti, se sauvent avec des millions en bonus dans les poches ?

Vous n’avez pas honte de venir nous jouer vos violons.
Je viens d’une famille plus que humble, qui a toujours payé ses taxes et ses impôts pendant que notre premier ministre a le luxe des abris fiscaux. Mon père a travaillé toute sa vie pour seulement faire survivre sa famille et vous vous vivez au-dessus des gens, vous êtes gavé de vos privilèges, privilèges votés par vous même.

Est-ce que vous vous rendez compte du bris de confiance entre la population et les partis politiques causé par la corruption libérale en premier, et péquiste et finalement de la classe politique au grand complet ?

Rendez-vous compte que pendant que vous alliez dans les loges du CH que vous receviez des roses des entrepreneurs il y a des familles qui n’étaient pas capables de faire l’épicerie ?

Revenez un peu sur terre, venez voir la vraie réalité. Comprenez tout ce qu’on aurait pu faire avec ces millions de dollars pour les familles dans le besoin, pour les malades, pour les enfants.

À force de ne côtoyer que du monde de votre genre, dans des soupers aux frais des contribuables à boire et manger sans jamais avoir une adition réelle à payer devant les yeux, vous avez peut-être perdu le sens de l’argent et assurément celui des valeurs.

Cet argent si durement gagné par des millions de travailleurs et si facilement volé par des profiteurs du système.

Moi aussi j’ai 46 ans comme vous, et quand je vous vois vous plaindre du traitement que vous avez reçu, j’ai honte pour ma génération. J’ai honte de votre insensibilité face à la population et j’ai honte de votre volonté à défendre bec et ongle vos privilèges. J’ai honte aux noms des citoyens qui peine à nourrir et éduquer leur famille tout en essayant de s’offrir une pension, ces mêmes gens qui paient votre souper ou vos billets de hockey, ces pauvres qui contribuent à votre vie de luxe et à votre retraite.

Mme Normandeau, ne venez pas pleurer des larmes de crocodile sur ceux qui ont été amputés par le crocodile.

Partagez s.v.p.

Stéphane E. Roy (Auteur du texte)
Comédien et Auteur

 

Merci Céline Galipeau

L’étau se resserre autour du Parti libéral « corrompu » du Québec:L’UPAC vise haut

UPAC normandeau

 

L’enquête de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) sur le financement illégal au PLQ sous Jean Charest vise très haut. Nathalie Normandeau (vice-première ministre), Violette Trépanier (responsable du financement), Robert Parent (directeur général) et Marc Bibeau (grand argentier bénévole) font partie des 11 sujets d’intérêt pour la police.

Des fonctionnaires et des élus provinciaux, dont Mme Normandeau, sont visés par cette enquête, révèlent des nouveaux documents judiciaires obtenus par un consortium de médias, dont fait partie Le Devoir.

Les policiers s’intéressent à un «système de corruption et de collusion» qui aurait permis au PLQ de faire le plein de contributions illégales, grâce à la générosité de firmes de génie de conseil et d’entrepreneurs passés maîtres dans l’utilisation de prête-noms. «Par ce stratagème, les entreprises contournent la loi électorale et réussissent à financer le Parti libéral», explique l’enquêteur Yanick Côté dans une déclaration assermentée. Cette déclaration, qui ne constitue pas de la preuve, a été produite en cour afin de convaincre un juge d’autoriser les perquisitions au PLQ, en juillet dernier.

Le financement sectoriel, sous la responsabilité de Violette Trépanier, était si commun qu’il portait un surnom: le «comté 127». Les fonds amassés allaient dans les coffres du parti, et non aux circonscriptions, a confié aux policiers l’ancien directeur général du PLQ, Robert Parent.

Mme Trépanier travaillait «en tandem» avec un administrateur de Schokbéton, Marc Bibeau, selon une déclaration de l’ancien directeur général du PLQ, Joël Gauthier. M. Bibeau, un bénévole, possédait un réseau de contacts étendus pour aider le parti à rencontrer ses objectifs de financement élevés (chaque ministre devait rapporter 100 000 $ par année).

Les donateurs corporatifs s’attendaient à un retour d’ascenseur, sous la forme d’un contrôle sur certains contrats publics. Un entrepreneur, non identifié, aurait ainsi contrôlé le processus d’octroi de certains contrats.

De 2005 à 2009, les actes criminels suivants auraient été commis: abus de confiance, complot, fraude, production de faux documents, fraude envers le gouvernement et contribution d’un entrepreneur à une caisse électorale. Aucune accusation n’a été portée dans cette affaire pour le moment.

Encore Boisbriand

Lorsque les policiers ont mené des perquisitions au siège social du Parti libéral du Québec (PLQ), en juillet dernier, ils cherchaient à mettre la main sur plusieurs informations: fichiers de donateurs pour la période 2005 à 2009, liste et calendriers, etc. Ils cherchaient aussi toutes les informations possibles sur les activités et les objectifs de financement de Nathalie Normandeau, de même que les correspondances entre Violette Trépanier, Marc Bibeau et Robert Parent.

Une bonne partie de l’enquête porte sur des irrégularités dans l’octroi d’une subvention de 11 millions de dollars pour l’agrandissement de l’usine de traitement des eaux de Boisbriand. Les travaux ont été exécutés par la firme de génie conseil Roche et Infrabec, propriété de Lino Zambito.

L’ex-ministre des Affaires municipales, Nathalie Normandeau, aurait contourné les règles afin d’accorder la subvention convoitée par la mairesse de Boisbriand, Sylvie Berniquez Saint-Jean, qui a récemment reconnu sa culpabilité à des accusations de fraude dans cette affaire.

Mme Normandeau aurait ignoré de nombreux avis défavorables des fonctionnaires du ministère des Affaires municipales. En effet, le ministère n’acceptait pas d’accorder deux subventions pour la même usine.

La décision de Mme Normandeau a avantagé deux firmes qui ont participé activement à son financement: Roche et Infrabec.

«L’octroi de la subvention par le MAMROT est le résultat d’un financement politique soutenu depuis 2005 et d’un exercice d’influence politique par différents intervenants auprès de la ministre Nathalie Normandeau et du Parti libéral du Québec», peut-on lire dans la déclaration de l’enquêteur Côté.

Deux vice-présidents de Roche (France Michaud et Marc-Yvan Côté) et Lino Zambito ont organisé des cocktails de financement pour la ministre. Grâce à un mélange de financement et de petites attentions, comme des billets de spectacles à la ministre, ils ont pu «garder de bons liens» avec Mme Normandeau, son entourage et le PLQ.

Les policiers ont obtenu la collaboration de témoins importants. Une adjointe administrative leur a remis l’agenda de la ministre. Un ancien chef de cabinet a déclaré que Mme Normandeau était «consciente» que France Michaud et Lino Zambito, faisait de la sollicitation pour ses activités.

Deux ex-employés de Roche, Stéphan Doré et Gilles Cloutier (témoin vedette de la commission Charbonneau) ont fait un lien entre l’octroi de la subvention à Boisbriand et l’implication de Roche dans le financement du PLQ.

Source: Adam Lord ,