Publicités

Alerte écologique:Le Canada se réchauffe plus vite que la planète

La calotte polaire artique de plus en plus menacée!

 

 Le Canada se réchauffe deux fois plus rapidement que le reste de la planète et ce réchauffement est «irréversible», prévient un rapport scientifique d’Environnement et Changement climatique Canada.

Image associée

Le réchauffementse produit encore plus rapidement en hiver, ce qui se traduit par davantage de pluie en hiver dans le sud du pays et par moins de glace marine et une fonte du pergélisol dans le nord.

L’Arctique est frappé de plein fouet. On calcule qu’il se réchauffe trois fois plus rapidement que le reste du monde, ce qui veut dire que la plupart des régions marines du Nord canadien pourraient ne plus avoir de glace au moins un mois par année d’ici le milieu du siècle.

Plus de 40 scientifiques ont collaboré à ce rapport. Ils préviennent que les Canadiens devront composer avec dix fois plus de canicules mortelles et deux fois plus de tempêtes extrêmes, si rien n’est fait pour réduire l’accumulation de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

Ce rapport, le premier à s’intéresser spécifiquement au Canada, est publié la semaine même où le gouvernement libéral déploie la pierre d’assise de son programme climatique: la taxe sur le carbone.

La ministre fédérale de l’Environnement, Catherine McKenna, assure que l’époque où on polluait librement au Canada est révolue, dépeignant les détracteurs de la taxe sur le carbone comme étant des négateurs des changements climatiques et des sceptiques.

 

 


EN COMPLÉMENT

LE PERGÉLISOL DÉGÈLE, LES LACS NORDIQUES BRUNISSENT

Confiné dans le sol gelé depuis fort longtemps, le carbone organique du pergélisol retrouve sa liberté avec la fonte de la glace qu’il contient. Il fait son chemin jusqu’aux lacs et aux étangs arctiques et subarctiques qui voient leur composition modifiée. Le portrait présenté par une équipe internationale de chercheurs incluant la professeure Isabelle Laurion de l’INRS montre l’influence du dégel du pergélisol sur la biogéochimie des eaux de surface. Publiés dans la revue Limnology and Oceanography Letters, les résultats établissent que le carbone originant du pergélisol est en hausse dans les eaux de ces régions du monde. Ce carbone a la propriété d’être particulièrement absorbant pour la lumière solaire. Ainsi, les eaux s’assombrissent et se stratifient plus efficacement, ce qui affecte plusieurs processus biologiques dans ces systèmes aquatiques.

Les sols de toundra gelés sont un des plus grands réservoirs de carbone organique sur la planète. Avec le réchauffement climatique, le dégel du pergélisol s’accélère et accroît le risque qu’une grande partie du carbone soit libérée dans l’atmosphère sous forme de gaz à effet de serre. Cependant, les effets du dégel du pergélisol sur les étangs arctiques et subarctiques ont été peu étudiés jusqu’ici. À l’aide d’indicateurs chimiques, biologiques, optiques et isotopiques, des chercheurs québécois, danois, finlandais et suédois ont analysé des centaines d’échantillons provenant de 14 régions circumpolaires, allant de l’Alaska à la Russie et de la zone subarctique jusqu’au Haut-Arctique. Ceux-ci ont été prélevés entre 2002 à 2016 dans 253 étangs répartis en fonction de leur exposition au dégel du pergélisol
Malgré la variabilité dans les propriétés limnologiques des systèmes arctiques étudiés, les chercheurs observent clairement l’effet du dégel du pergélisol qui se traduit par de plus grandes concentrations de matière organique provenant des sols du bassin versant.  
« Les étangs arctiques et subarctiques subissent une influence terrestre de plus en plus grande, ce qui se répercute sur la chaîne alimentaire », affirment les auteurs de l’étude.  « Le brunissement de ces étangs entraîne notamment un appauvrissement en oxygène et un refroidissement de l’eau au fond des étangs, qui ont des conséquences importantes sur l’activité microbienne responsable de la production et la consommation des gaz à effet de serre et, particulièrement, sur la production de méthane, un gaz à effet de serre puissant. » 

Le pergélisol risque de libérer du CO2 en quantités gigantesques

 

À cause du réchauffement climatique, le pergélisol arctique pourrait libérer, d’ici 300 ans (cumulés), 10 fois plus de gaz carbonique (CO2) que ne l’a fait l’humanité en 2016. De quoi rendre plus urgentes encore les mesures pour limiter ce réchauffement.

La fonte du pergélisol favorise le réchauffement climatique  Le pergélisol, ou permafrost en anglais, regroupe les sols de notre planète qui sont gelés en permanence. Il est menacé de fonte définitive par le réchauffement climatique. Sa disparition inquiète les scientifiques. Le Cnes nous en dit plus au cours de cette vidéo. 

Les climatologues savent bien que l’une des clés de la prédiction du climat de la Terre passe par la connaissance de toutes les sources et puits de gaz à effet de serre, c’est-à-dire des quantités de ces gaz qui peuvent être émises ou capturées au cours du temps. Ils s’interrogent par exemple à propos du méthane (CH4) qui se trouve sous forme de clathrates en bordure des océans ou encore à propos du gaz carbonique (CO2) qui peut se trouver dissous dans l’océan.

Ce même CO(tout comme le méthane) peut s’accumuler dans les sols, y compris dans les régions arctiques. Comme ces dernières sont en train de se réchauffer, les chercheurs tentent d’évaluer à quel point cela va affecter le climat au cours de ce siècle et des prochains. Il s’agit d’éléments à prendre en compte pour évaluer au plus juste notre futur et le temps qu’il nous est donné pour effectuer une transition énergétique. Celle-ci sera basée sur l’énergie nucléaire et les énergies renouvelables si nous prenons les bonnes décisions.

Une équipe de chercheurs, menée par Nicholas Parazoo, du célèbre Jet Propulsion Laboratory de la Nasa, à Pasadena, en Californie, vient d’ailleurs de publier un article à ce sujet dans le journal The Cryosphere. Il s’agissait d’évaluer la stabilité du carbone piégé dans les pergélisols des régions polaires en Alaska et en Sibérie. Ce travail a conduit à une découverte surprenante qui laisse penser qu’au cours des 300 prochaines années cumulées, du fait du réchauffement climatiqueactuel, jusqu’à 10 fois la quantité de gaz carbonique injectée dans l’atmosphère par l’activité de l’humanité en 2016 pourrait être également libérée.

Image associée

 

 

 

Publicités

L’humanité en danger:La quantité de CO2 dans l’atmosphère explose pendant que le méthane s’apprête à nous tuer tous

Les concentrations de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère de la Terre ont augmenté à un rythme record en 2016 pour atteindre leurs plus hauts niveaux des 800 000 dernières années, montre le Bulletin de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) sur les gaz à effet de serre.Concrètement, les concentrations globales moyennes de CO2 ont atteint 403,3 parties par million (ppm) en 2016, contre 400,00 ppm en 2015.

La raison? L’activité humaine combinée à un épisode El Niño particulièrement fort. Les concentrations de ce gaz à effet de serre dans l’atmosphère représentent actuellement 145 % de celles qui étaient observées avant l’industrialisation (avant 1750).

Les scientifiques de l’OMM estiment que les brusques variations de CO2 dans l’atmosphère observées ces 70 dernières années sont sans précédent. Ces variations risquent, avec celles d’autres gaz à effet de serre, de déclencher une modification irréversible des systèmes climatiques de la planète et d’entraîner de « graves bouleversements écologiques et économiques », préviennent les signataires du bulletin annuel de l’OMM.

Les concentrations des gaz à effet de serre (dont font également partie le méthane, l’ozone, la vapeur d’eau et le protoxyde d’azote) sont les principaux moteurs des changements climatiques dans l’atmosphère.

Depuis l’industrialisation, la teneur atmosphérique en gaz à effet de serre ne cesse d’augmenter en raison de plusieurs éléments, dont :

  • la croissance démographique
  • l’exploitation des combustibles fossiles à des fins énergétiques
  • la déforestation
  • l’agriculture de plus en plus intensive

Attention, danger

Depuis les années 1990, le forçage radiatif positif de la planète (qui induit un réchauffement de notre système climatique) s’est accru de 40 %. Uniquement de 2015 à 2016, la hausse enregistrée est de 2,5 %.

« Les futures générations hériteront d’une planète nettement moins hospitalière », ajoute-t-il.

 

La dernière fois que la Terre a connu une teneur en CO2 comparable à celle d’aujourd’hui, c’était il y a 3 à 5 millions d’années. La température était à l’époque de 2 à 3 °C plus élevée et le niveau de la mer était supérieur de 10 à 20 mètres par rapport au niveau actuel.

Le Bulletin de l’OMM sur les gaz à effet de serre (en anglais) rend compte annuellement des concentrations de ces gaz dans l’atmosphère. Par émissions, les scientifiques entendent les quantités de gaz qui sont libérées dans l’atmosphère. Par concentrations, ils décrivent celles qui y restent à la faveur des interactions complexes qui se produisent entre l’atmosphère, la biosphère, la cryosphère et les océans.

L’océan absorbe aujourd’hui environ le quart des émissions totales de CO2 et la biosphère un autre quart, limitant ainsi l’accroissement du CO2 atmosphérique.

 


EN COMPLÉMENT

Alerte sur l’atmosphère terrestre : 7000 bulles souterraines géantes de méthane sont sur le point d’exploser dans l’Arctique russe

Un phénomène très inquiétant touche de plus en plus les péninsules du Nord de la Sibérie : pendant l’été, avec le dégel, d’énormes bulles de méthanes se forment juste en dessous de la surface terrestre et éclatent pour former d’énormes cratères. Qu’est-ce qui explique ce phénomène ?

 

Soulevant le sol avant d’exploser et de laisser d’énormes cratères béants dans la toundra, ces bulles de méthane sont les symptomes de la maladie environnementale qui touche les plaines du Grand Nord.

 

Sous la couche d’herbe et de terre s’accumule tous les méthanes contenus dans le pergélisol qui dégèle du fait du réchauffement climatique.

Aujourd’hui il a été établi que l’effet de serre a entrainé une augmentation de la température de la Terre de 1 degré.

Il s’en suit que les glaces de l’Arctique ou de l’Antarctique ont commencé à fondre.

 

Parallèlement des espèces animales disparaissent ou se déplacent.

L’acidification des océans attaque les équilibres marins traditionnels.

Bien d’autres causes ou phénomènes pourraient être cités. Mais il est certain que la plupart d’entre nous continuent à consommer sans restriction aucune et, faut-il l’avouer, avec un désintérêt pour les questions de ce type, même si, bonne conscience oblige, les media en parlent à l’occasion.

Des accords internationaux visent à limiter le réchauffement à 2 degrés, ce qui est déjà considérable. Un effort planétaire devrait être engagé très rapidement pour réduire de manière significative l’émission de gaz à effet de serre.

Quelle est l’ampleur de ce phénomène aujourd’hui, et quels sont les risques encourrus ?

 

 

Les conséquences sont maintenant de plus en plus visibles.  Ainsi les sols gelés des régions arctiques, appelés permafrost, constituent ce que les spécialistes appellent une bombe à retardement. En effet en dégelant de fortes quantités de méthane et de carbone sont libérés. 

Dans le permafrost des restes d’animaux et de plantes sont conservés. En dégelant, ces débris fermentent et laissent échapper de fortes quantités de gaz carbonique et de méthane dans l’atmosphère. On note aussi des bulles de méthane remontant du fond des mers.

Il faut souligner que l’effet de serre causé par le méthane est plus de vingt fois supérieur à celui produit par le gaz carbonique.

On constate en outre des glissements de terrain. En Sibérie de lacs de fonte se forment peu à peu.

Existe-t-il des solutions pour éviter cette catastrophe écologique ? Ou la seule possibilité reste-t-elle de réduire le réchauffement ?

Pour l’instant, il n’y a pas de solutions technologiques qui puisse d’une façon ou d’une autre gérer c’est situation. Il s’agit d’un tout. De tels phénomènes sont désormais bien connus. Les effets bien visibles ne peuvent plus être contestés.

En premier lieu il est indispensable que chacun prenne une conscience claire de ce qui se passe au niveau de notre environnement et surtout des risques encourus par nous et, à la suite, par les générations futures. Sans cette prise de conscience aucune action d’ensemble n’est envisageable.

D’abord au niveau de chacun, les habitudes qui poussent à consommer toujours plus doivent être abandonnées de toute urgence. Notre société, fondée sur cette consommation de masse, n’est plus tenable.

Ensuite les Etats ne peuvent plus différer la mise en œuvre d’accords internationaux et à la mesure des risques constatés.

 

Il s’agit là de politique au sens le plus noble de ce terme. Le triste spectacle qui se déroule ces derniers temps dans nos pays à l’occasion des  multiples élections  montrent ô combien que nos futurs dirigeants, assoiffés de pouvoirs basés sur le paraître, n’ont rien dans leurs discours sur ces questions pourtant au centre de la vie future.

 

Inconscience coupable !…

 

Bulles de méthane gelées!

 

 

 

 

 

 

L’humanité en danger: une catastrophe planétaire se prépare

Un imposant glacier équatorial en train de fondre
Un imposant glacier équatorial en train de fondre

Perchées très  hautes  dans les Andes péruviennes, des pièces de la plus grande calotte glaciaire tropicale du monde ont fondu à un rythme incroyable. Les scientifiques ont constaté que des parties importantes de la calotte glaciaire Quelccaya qui a eu plus de 1.600 années à se former ont fondu en seulement 25 ans.

La preuve devant vos yeux : la webcam installée face au Pôle Nord magnétiqu (en déplacement accéléré)
La preuve devant vos yeux : la webcam installée face au Pôle Nord magnétique (en déplacement accéléré)

Pendant ce temps,à l’autre bout du globe,au lieu de la neige et de la glace tourbillonnant dans le vent que nous pouvions apercevoir,il y a seulement un an , un lac de neige fondante (au Québec,on appelle cela de la sloche),de un à deux  pieds de profondeur clapote maintenant autour d’une webcam en poste au pôle Nord. Le lac d’eau de fonte a commencé à se former le 13 Juillet 2013 , après deux semaines de temps chaud dans le haut Arctique. Au début de Juillet, les températures étaient de 2 à 5 degrés Fahrenheit supérieur à la moyenne sur la majeure partie de l’océan Arctique, selon le Snow & Ice (Centre national de données). Les étangs d’eau de fonte germent plus facilement ,depuis quelques années ,recouvrant  la glace mince, qui représente désormais plus de la moitié de la banquise de l’Arctique. Les étangs d’eau de fonte  s’échappent  sur la surface lisse de la glace artique ,favorisant  la création d’un réseau qui emprisonne la chaleur du soleil.

Nous assistons à la disparition progressive et certaine de la glace pluriannuelle épaisse et ridée, qui a survécu plus d’une saison de gel-dégel, en ​​raison de sa surface rugueuse et irrégulière.

Juillet est le mois de fonte et d’élévation des températures  dans l’Arctique, la banquise rétrécit rapidement. Un cyclone Arctique, qui peut rivaliser avec un ouragan de grande force, est prévue pour cette semaine, ce qui contribuera à briser la glace et le niveau de circulation  de l’eau chaude de l’océan, accélérant la fonte estivale. L’Arctique a atteint un niveau record de la fonte de la  glace d’été  l’an dernier, le 16 septembre 2012, la plus petite surface de la banquise Artique  enregistrée depuis que les satellites ont commencé à surveiller la glace de l’Arctique dans les années 1970.

La  fonte rapide et inexorable  de l’Arctique est une «bombe à retardement économique» susceptible de coûter au monde capitaliste ,au moins $ 60 trillions, affirment des chercheurs qui ont commencé à calculer les conséquences financières d’un des plus rapides évolution des climats de la planète…dans toute son histoire. Une baisse record de la banquise arctique a été largement considérée comme économiquement bénéfique jusqu’à présent, par les économistes de Wall Street (à la solde du Nouvel Ordre Mondial),car elle ouvre plus  de possibilités  d’expéditions et de forages dans une région censée contenir 30 pour cent des gisements de  gaz naturel non découverts dans le monde et 13 pour cent de son pétrole non découvert. Cependant, le rôle central de l’Arctique dans la régulation des océans et du  climat signifie qu’elle est susceptible de provoquer des changements climatiques qui pourraient endommager les cultures, les propriétés des inondations et de l’infrastructure de l’épave dans le monde, selon une étude menée par des universitaires à l’université britannique de Cambridge et Université Erasmus de Rotterdam aux Pays-Bas. Ceci est susceptible d’aboutir à la création de nouveaux  coûts qui dépasseront les avantages de trois ou plusieurs fois les  ordres de grandeur des bénéfices possibles, a déclaré Chris Hope of Judge Business School de Cambridge. «Les gens calculent les avantages économiques possibles dans les milliards de dollars et nous parlons de coûts éventuels dus aux  dégâts matériels et les répercussions supplémentaires de l’ordre de dizaines de milliards de dollars », at-il dit. L’Arctique se réchauffe deux fois plus vite que le reste du monde depuis  de nombreuses années et la zone de sa banquise qui fond et se reforme après tous les étés, a diminué d’un montant presque égal à la taille du Royaume-Uni chaque année depuis 2001.
L’année dernière, la glace d’été a été ramené à son point le plus bas depuis que les observations satellites ont commencé en 1979, soulevant des inquiétudes quant à l’impact sur le climat. Les chercheurs européens ont mis l’accent sur la façon dont les eaux plus chaudes dans l’Arctique devraient accélérer le dégel du pergélisol sous la mer de Sibérie orientale  ,au nord de la Russie qui est censée contenir de vastes gisements de méthane. C’est un gaz à effet de serre environ 20 fois plus puissant que le dioxyde de carbone, même si elle ne dure pas aussi longtemps dans l’atmosphère. Il y a beaucoup de débats sur combien de temps cela peut prendre pour libérer ces dépôts de méthane, et l’impact que cela finirait par avoir. Mais certains scientifiques disent qu’il y a déjà des preuves de grands panaches de méthane s’échappant et d’autres craignent que cela pourrait se produire assez rapidement pour accélérer le réchauffement climatique et finalement accélérer d’autres changements tels que la fonte de la calotte glaciaire du Groenland, qui contient suffisamment d’eau gelée pour faire monter le niveau des mers de 7 mètres. C’est pourquoi le groupe a estimé qu’il était important d’évaluer l’impact économique éventuel de ces changements, a déclaré Peter Wadhams, professeur de physique de l’océan à Cambridge qui estime que la glace de mer dans l’Arctique pourrait complètement disparaître en été dès 2015.

Ils sont déjà en retard

Les scientifiques ne semblent pas  s’échanger les informations existantes ,car il est prouvé depuis janvier 2011 que  des milliards de tonnes métriques de glace ont fondues  sur le territoire du Groenland,

Les tremblements de terre

Les tremblements de terre contribuent au réchauffement climatique en libérant des gaz à effet de serre très puissants, dont le méthane, du fond de l’océan. Une étude menée par des scientifiques suisses et allemands a découvert une source naturelle d’émissions de gaz à effet de serre .

OceanLayers

le méthane

Les chercheurs soulignent que les climatologues doivent tenir compte de la quantité de méthane qui est libéré par  les tremblements de terre  par fracturation des  fonds océaniques  qui laissent les fuites ouvertes.

Afin de mieux comprendre les différentes sources d’émissions de GES:des chercheurs de l’Université de Brême ont découvert qu’un séisme sous-marin survenu au Pakistan, il y a 70 ans a déchiré  en laissant ouvert le lit de la mer et libérant  le gaz à effet de serre « , le méthane,« dans l’atmosphère. «Nous suggérons que cette nouvelle source  pourrait être envisager dans l’avenir », David Fischer, chercheur postdoctoral à l’Université de Brême, en Allemagne et auteur principal de l’étude, cité dans le New York Times. Les chercheurs qui ont analysé les carottes de sédiments ,se sont réunis en 2007 dans deux localités du nord de la mer d’Arabie. Désigné sous le nom de la zone de subduction du Makran, la limite de la plaque a déclenché des tremblements de terre les plus terribles et meurtrièrs comme celui qui s’est produit en 1945 au Pakistan. Un séisme de magnitude 8,0 au Pakistan a donné lieu à un tsunami provoquant  autour de 4000 morts, selon les rapports de LiveScience. Il est bien connu que les planchers de la mer sont un endroit idéal pour la formation de méthane dans  les profondeurs de l’océan et des fonds sous-marins . Les hydrates de méthane restent  froids et stables dans les basses températures et une pression excessive. La pression en dessous de la profondeur d’eau de 350 mètres  contribue à stabiliser les hydrates.
Pour la présente étude, les chercheurs ont analysé des sédiments prélevés à différents endroits où les carottes ont révélé la présence de grandes quantités de méthane. Sur le calcul du taux de méthane dans les carottes, ils ont estimé qu’il y avait eu une augmentation significative du niveau de gaz depuis le tremblement de terre de 1945. Les chercheurs ont calculé qu’au cours de la dernière décennie, près de 7,4 millions de mètres cubes de méthane s’est  échappé à la surface. « Sur la base de plusieurs indicateurs, nous avons postulé que le tremblement de terre a conduit à une fracturation des sédiments, libérant le gaz qui a été emprisonné en dessous des hydrates dans l’océan», a déclaré Fischer.

Donc lentement mais surement,nous dépasserons  facilement le point de non-retour et notre atmosphère deviendra empoisonnée ,tuant la majeure partie de toutes les formes de vie,sur Terre.Les dirigeants du Nouvel Ordre Mondial sont conscients  de cette mort et cherchent même à l’entretenir.D’ailleurs,les Bill Gates de ce monde ont déjà prévu le coup et se sont fait construire des abris de survie ,comprenant tout le confort possible pour une longue durée.

Nous,le peuple des Humains de la Terre ,sommes condamnés à rester endormis et éloignés de ces informations destinées à l’Élite .pour lui permettre de se préparer au pire  scénario qui se prépare autour de nous.

Si nous nous battons pour l’Ère Nouvelle,si nous  luttons pour abolir et chercher une alternative  naturelle au Nouvel Ordre Mondial,nous empêcherons la poursuite de la Sixième Grande Extinction Massive d’Espèces en laissant un Nouveau Paradis en Héritage aux Générations Futures.

Votons pour la Vie avec notre coeur!

%d blogueurs aiment cette page :