Publicités

Une bouteille à la mer trouvée en Nouvelle-Écosse

GLOUCESTER, Mass. – Une bouteille lancée à la mer il y a près d’une vingtaine d’années a été retrouvée sur une plage de la Nouvelle-Écosse.

Rita Ganim, aujourd’hui âgée de 80 ans, avait jeté cette bouteille dans la baie d’Ipswich, au large de l’État américain du Massachusetts, en août 2000. Elle avait glissé dans la bouteille une courte note où elle demandait à la personne qui mettrait la main sur son message de la contacter.

Cette affaire lui était complètement sortie de la tête jusqu’à ce qu’elle reçoive l’appel du quotidien «The Buffalo News».

C’est un enfant à la recherche de fragments de verre polis par le sable qui en a fait la découverte sur une plage de la Nouvelle-Écosse. La mère du garçon de 11 ans, nommé Dallas Goreham, a retrouvé Mme Ganim grâce au journal et lui a fait parvenir une photo de son fils avec la lettre en main.

Mme Ganim a dit qu’elle aimerait les rencontrer, même si aucun plan en ce sens n’a encore été élaboré.

 

Publicités

Les scientifiques concluent que l’ADN des pieuvres ne provient pas de ce monde

Une nouvelle étude a conduit les chercheurs à conclure que les pieuvres seraient pourvu d’un ADN extraterrestre. Leur génome montre un niveau encore jamais vu  au niveau de la complexité avec un nombre  stupéfiant de  33.000 gènes codant pour des protéines identifiées,soit beaucoup plus que dans un être humain.
Serait-il possible que les pieuvres viendraient d'un autre Monde ...ou le produit d'une manipulation génétique ancienne?
Serait-il possible que les pieuvres viendraient d’un autre Monde …ou le produit d’une manipulation génétique ancienne?
Dans les océans de notre planète se cachent d’innombrables mystères qui pourraient peut-être nous  aider à répondre à de nombreux mystères de la vie elle-même. Au cours des deux dernières décennies, les biologistes marins ont fait une petite mais constante progression vers une meilleure compréhension de la nature et de la vie.
Un groupe de chercheurs a décidé de faire un peu de  science et a choisi les céphalopodes afin d’essayer de briser leur code d’ADN, dans l’espoir de mieux les comprendre.
Le poulpe, le calmar et la  seiche et sont intégrés dans la sous-classe coleoide des mollusques. Ils ont une histoire évolutive qui remonte à plus de 500 millions d’années ;soit une longue période avant que les plantes poussent sur la terre. Ces créatures habitent presque chaque océan ,dans  presque toute leur profondeur.
Ils se caractérisent principalement par une vaste gamme de rides  morphologiques incroyables et presqu’unique dans le monde animal: les yeux sont comme  une  caméra , des organismes très flexibles, et la réponse  ‘sophistiquée’ à se confondre dans le paysage comme le caméléon. Tout cela est gouverné par le  plus grand et le meilleur système nerveux  trouvé parmi les invertébrés, ce qui place  ces êtres parmi les espèces au sommet de l’évolution dans ce qui vit dans les océans.
Ils possèdent des cerveaux très développés et sont considérés comme l’invertébré le plus intelligent démontrant les comportements de résolution de problèmes complexes. Et comme  si cela ne suffisait pas ,autant bizarre pour les poulpes que d’être capable d’ouvrir des pots de confiture, les scientifiques viennent de conclure que ces créatures aquatiques sont encore plus mystérieuses que prévues.
Merci à la première séquence complète du génome, les chercheurs ont constaté que les poulpes  sont en fait tout à fait différents de tous les autres animaux sur notre planète.
Un chercheur américain ,le Dr Clifton Ragsdale, de l’Université de Chicago, a déclaré: « La pieuvre semble être tout à fait différente de tous les autres animaux, même d’autres mollusques, avec ses huit bras préhensiles, son grand cerveau, et ses habiles capacités de résolution de problèmes. »
« Le grand  zoologiste britannique  Martin Wells avait  déclaré,il y a quelques années  que : »le poulpe est un étranger. En ce sens, donc, notre document décrit le premier génome séquencé à partir d’un étranger « .
L’une des raisons visibles  pour lesquelles des  chercheurs ont décidé d’enquêter sur la base moléculaire du cerveau des  céphalopodes , était sa capacité à adapter instantanément ses propriétés de réseaux de neurones qui se traduisent par un grand impact dans la capacité de la mémoire et de l’apprentissage. Ces capacités spécifiques offrent une explication dans le génome qui intègre des mécanismes biologiques qui permettent aux tissus de  changer rapidement des protéines afin de modifier leur fonction spécifique.
Selon des chercheurs de l’Université de Chicago, le génome du poulpe est enrichi en transposons, communément appelés «gènes sauteurs» , qui peuvent se réorganiser sur le génome. Même si leur rôle dans les pieuvres est difficile, les chercheurs ont trouvé l’expression (cad:la trace) des transposons  plus  élevée dans les tissus neuronaux. Les transposons sont connus pour avoir la possibilité d’influer sur la régulation de l’ expression des gènes et sont soupçonnés de jouer un rôle majeur dans l’ élaboration de la structure du génome. ( Source )
«Avec quelques exceptions notables, le poulpe a essentiellement un génome invertébré typique qui vient d’ être complètement réaménagé, comme s’il a été mis dans un mélangeur et mélangé», a déclaré Caroline Albertin, co-auteur principal et étudiante diplômée en biologie des organismes et d’ anatomie à la Université de Chicago. « Cela conduit à des gènes  placés dans de nouveaux environnements génomiques avec des éléments régulateurs différents, et c’est une découverte tout à fait inattendue. » ( Source )
Les poulpes ont un bagage génétique étranger. Le rapport scientifique principalement conclu que tout cela est relié aux  genes.Ces  actions liant les  pieuvres  aux ‘Alien’ ont provoqué  des secousses dans la communauté scientifique qui a provoqué un bouleversement parmi les biologistes marins qui semblaient être choqué et intrigué en même temps.
pieuvre 001
Il se trouve que, apparemment, nous avons eu sous notre nez ,un lien vers les mystères de l’humanité, et la plupart des plus grandes énigmes de la vie peuvent être résolus si nous décidons que de payer plus d’attention à notre océan et à tout ce qui vit dedans.Nous parlons  d’un magnifique écosystème à protéger et non d’une poubelle!
Les résultats sont publiés dans le Journal Nature.

Le vol MH370 découvert sur Google Earth ?

Serait-ce le vol MH370 cet avion sous l'eau?
Serait-ce le vol MH370 cet avion sous l’eau?

En général, le site ufosightingdaily.com se spécialise plutôt dans la recherche d’OVNIs et d’anomalies martiennes. Mais, cette fois, c’est un avion que croit avoir découvert l’ufologue Scott C Waring. Et pas n’importe lequel puisqu’il pourrait s’agir selon lui du Boeing du vol MH370 disparu depuis le 8 mars 2014. 

C’est sur Google Earth que  Scott C Waring a eu l’attention attirée par un objet reposant à faible profondeur près d’une plage du cap de Bonne Espérance. Sa forme ressemble à s’y méprendre à celle d’un avion avec le fuselage, les ailes et même les réacteurs (du moins en accentuant un peu la couleur et les contrastes). 

 

En pointillé la trajectoire supposée du vol MH370.

La photo de Google Earth date du 26 juillet 2014, soit 18 mois après le crash supposé. Or, le ministre malaisien des Transports, Liow Tiong, a annoncé jeudi qu’un débris retrouvé sur une côte du Mozambique pourrait appartenir à un Boeing 777. Pour Scott C Waring, cette nouvelle tend à valider son hypothèse: « La photo de Google Earth datant de 8 mois, l’épave flottant entre deux eaux poussée par les puissants courants du Cap de Bonne Espérance a très bien pu dériver sur 30 ou 60 km. »

Toutefois, l’ufologue reste lucide sur sa trouvaille: « Je sais qu’il y a un 1% de 1% de chances que ce soit l’avion disparu. Mais c’est toujours mieux que rien, n’est-ce pas ? » 

Ce travail d’investigation en chambre confirme en tout cas à quel point la disparition du vol de la Malaysia On Line est devenu une énigme qui fascine la terre entière, au point que certains ont décidé d’y consacrer leur vie. C’est le cas de l’Américain, Blaine Gibson, l’homme qui a retrouvé le débris au Mozambique. Cet avocat et blogueur sillonne le monde à la recherche de la solution de la plus grande énigme aérienne de ces dernières décennies. 

Alerte Fukushima: des fruits de mer radioactifs en quantité dans les épiceries canadiennes

Nourriture radioactive
Depuis l’arrêt du Canada sur les tests de fruits de mer pour le rayonnement, une jeune adolescente de l’ Alberta a pris les choses en mains propres. Crédit photo: AP / Ahn Young-joon

 

 

Les  épiceries canadiennes ne sont pas protégées des fruits de mer radioactifs, mais nous n’avons pas de professionnels de la recherche et développement à remercier pour cette information, juste une jeune fille de  10ème année  de l’Alberta.

Bronwyn Delacruz de Grande Prairie Composite High School en Alberta a fait sa découverte avec l’aide du compteur Geiger de $600 que son père lui a acheté et la nécessité d’achever un projet scientifique. Elle a dit à  Metro Canada  qu’elle a décidé de tester la radioactivité de la mer,surtout à partir des  algues car elle a été choquée d’apprendre que l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a cessé des tests  sur  les aliments importés ,à partir de 2012, l’année   après la  catastrophe nucléaire de Fukushima,  au Japon.

« Certains des varech que j’ai trouvé était plus élevé en radioactivité  que ce que l’Agence internationale de l’énergie atomique définit comme la contamination radioactive, qui est de 1450 chiffres sur une période de 10 minutes, » dit-elle. «Certains de mes échantillons sont parvenus à des chiffres  comme 1700 ou 1800. »

 

 Selon le  Daily Herald Tribune ,  Bronwyn a  testé plus de 300 échantillons d’algues, dont 15 marques exportées du Japon, la Chine, la Californie, Washington, le Nouveau-Brunswick et la Colombie-Britannique. Son travail lui a valu les honneurs d’or à une expo-sciences régionale à Peace River, en Alberta. En mai, elle sera en concurrence à l’échelle nationale en Ontario.

« Je suis un peu préoccupé par ce qui débarque dans nos épiceries et que si vous ne le mesurez pas, vous pouvez simplement le  consommer et le ramener à la maison pour votre famille», a déclaré Bronwyn.

Le  site Web de l’ACIA  dit qu’on  a trouvé plus de 200 échantillons de fruits de mer en 2011 et 2012 qui ont été « jugés en deçà des niveaux réalisables de Santé Canada pour la radioactivité. » Cela a suffi à lever les contrôles à l’importation améliorées du pays.

« Aucun test supplémentaire est prévu », indique le site.

Selon Miles O’Brien, c’est le même scénario qui se passe aux  Etats-Unis d’Amérique ,dans  un de ses  récents rapports CPE ,il a révélé que les scientifiques de la  Woods Hole Oceanographic Institute  ont été rejetées après avoir demandé l’aide fédérale minimale de cinq agences. Il n’y a pas d’organismes fédéraux effectuent complet, sur le terrain des analyses de la quantité de rayonnement de Fukushima a fait son chemin dans l’air et des océans des États-Unis

En Octobre 2013,  le Dr David Suzuki  avait  prédit que  ceci  devrait prendre trois ans  à partir du moment de l’incident pour que  le panache de rayonnement atteigne  la côte Ouest. Cela aurait commencé au  mois de septembre 2013. Ce concept n’a été mis de côté   par  la  jeune  Bronwyn.

«La façon dont les courants et le rayonnement arriveraient au Canada, il ne serait pas arriver jusqu’à maintenant, mais durant  2014″, dit-elle.

En 2012, le  Vancouver Sun  a rapporté que le césium-137, la forme radioactive du césium, a été constaté dans les différents produits de  mer qui ont été importés du Japon, y compris:

• 73 pour cent du  maquereau

• 91 pour cent du  flétan

• 92 pour cent des sardines

• 93 pour cent du thon et des anguilles

• 94 pour cent de la morue et des anchois

• 100 pour cent des  carpe, des algues, des  requins  et des  lottes

« N’importe quelle quantité de rayonnement radioactif  est nocif pour la planète et la santé de toutes les espèces, y compris les humains, » a écrit Suzuki. « Une mise à jour majeure de la radioactivité, comme celle de  Fukushima, est une préoccupation majeure , avec des inconnues restant autour de risques pour la santé à long terme telles que les cancers. « 

 

EN CONCLUSION

Il s’agit d’un crime planifié et délibéré par le Nouvel Ordre Mondial.En intoxiquant les humains au maximum,les Maîtres Actuels du Monde pensent pouvoir, avec le temps,exterminer une partie de la population civile qui par leur existence,nuit à leur projet de domination mondiale.Nos petits enfants n’ont pas fini de souffrir et de mourir pour que l’élite,le 1% ,puisse continuer à vivre dans le luxe et à se payer des retraites dorées.

En continuant à obéir à nos gouvernements corrompus,nous marchons  vers l’abattoir,comme un troupeau de moutons ,conduit par des loups affamés.

 

 

SOURCES:Ecowatch,Brandon Baker

 

Découverte fantastique: une cité engloutie depuis 11,000 ans au sud de la Suède

La découverte a été faite tout près du rivage.
La découverte a été faite tout près du rivage.

 

Une équipe de plongeurs dirigé par le  professeur d’archéologie Björn Nilsson,de l’Université Södertörn, a découvert des artefacts de ce qui pourrait être la plus ancienne colonie connue dans la région, surnommée  « l’Atlantide de la Suède »  par les publications locales la semaine dernière . Pendant plus de 11 000 ans ,des objets au fond de la mer Baltique ont été conservés exceptionnellement bien par les sédiments de gyttja et le manque d’oxygène. Il y a de nombreux objets organiques, non seulement des objets de pierre,qui ont été conservés à cet endroit rare près Hanö, au large de la côte sud de la Suède. Les artefacts de l’ âge de pierre ont été laissés par les nomades, et ils pourraient être la première preuve d’une installation temporaire avant que des  colonies  plus  permanentes se soient établies,dans cet environnement nordique. Nilsson décrit les objets comme « de classe mondiale » et « d’uniques  » dans une entrevue à un journal suédois . Une des découvertes les plus impressionnantes, dit Nilsson, était un harpon sculpté d’os d’animaux. Sur le site sont également été découverts des os d’aurochs, un animal de bétail ,disparu au 17ème siècle. 

Un plongeur examine un tronc d'arbre  qui a été  estimé à 11,000 ans.Ces  petites découvertes ont permis de dater l'Atlantis suédoise.
Un plongeur examine un tronc d’arbre qui a été estimé à 11,000 ans.Ces petites découvertes ont permis de dater l’Atlantis suédoise.

 

De nombreux artefacts  de l’âge de pierre laissés par les nomades suédois ,il y a 11.000 ans, ont été découverts par des plongeurs dans la mer Baltique, ce qui incite certains à prétendre que l’Atlantide de la Suède venait d’être trouvé.

« Ce que nous avons ici est peut-être l’une des plus anciennes colonies des premiers sites plus permanents dans Scania et en Suède ,s’étant installée  complètement », a déclaré le chef de projet et professeur d’archéologie à l’Université Södertörn Björn Nilsson .

L’équipe de Nilsson a été  faire des plongées  dans la baie d’ Hanö, une baie de sable au large de la côte de Scanie, et il lui  a été donné les ressources, par le Conseil national suédois du patrimoine (Riksantikvarieämbetet), nécessaires  à une excavation de trois ans d’une zone de 16 mètres sous la surface de l’eau.

Jusqu’à présent, ils ont découvert un certain nombre de vestiges que l’on croit avoir été jeté dans l’eau par les Suédois nomades de  l’âge de pierre, ce sont des objets qui ont été préservés grâce à l’absence d’oxygène et de l’abondance de gyttja sédiments. 

 

Dessin d'artiste reproduisant les aurochs de l'époque.
Dessin d’artiste reproduisant les aurochs de l’époque.
 

Une des plus grandes découvertes a été ce que Nilsson croit être  une sculpture de harpon abandonnée,faite   à partir d’os d’animaux, qui a été jeté dans l’eau avec une foule d’autres objets.

« Il y a beaucoup de bois   et d’autres outils qui ont été jetés là-dedans», a-t-il poursuivi. « Il y a environ 11000 années, il y a eu une accumulation ou un effondrement de terrain  dans la région, une lagune ou toutes sortes  de choses inimaginables … et tous les arbres ,débris ou os se sont conservés en elle. Si l’événement  était arrivé  sur la terre ferme, nous ne pourrions découvrir  les choses  que sur la base de pierre, rien d’organique. « 

Les objets  en matières textiles, comme la corde, peuvent survivre où il y a une forte présence de gyttja, qui sont des  sédiments riches en matière organique au fond d’un lac eutrophe. L’équipe a également récupéré des morceaux de bois, des outils de silex, des cornes d’animaux, et les os des aurochs, l’ancêtre des bovins domestiques, dont la dernière morts essor au début des années 1600. Ils archéologues sont également gardent un œil attentif sur pour tous les sites d’enfouissement potentiels.

Nilsson a admis que « tabloïds suédois moche » avaient soufflé l’histoire de l’eau par l’étiquetage de la découverte « de la Suède Atlantis », même si les restes n’ont jamais appartenu à un véritable village. Les gens étaient tous des nomades à l’époque, at-il expliqué, il n’y avait donc pas de village. Il claironné, cependant, que les découvertes jusqu’ici étaient «de classe mondiale» et «one-of-a-kind ». Il a ajouté que c’était extrêmement rare de trouver des preuves de l’âge de pierre ainsi intacte.

« Ce que nous avons trouvé ici est totalement nouveau pour nous – toute l’équipe de plongée est vraiment ravis Ils ont le temps de leur vie à travailler  là-bas.».

 

Mais pourquoi donc certains Suédois sont-ils convaincus que l’Atlantide ou quelque chose d’approchant dormirait quelque part sous les eaux de leurs régions ?

Voici un petit article pouvant expliquer cet engouement local pour un mystère conté par les anciens Grecs… :

L’Atlantis de Olof Rudbeck

Olof Rudbeck

Dans le cadre de sa première catastrophe globale , Immanuel Velikovsky a daté l’inondation de l’Atlantide vers environ 1.500 Avant JC. Il pensait que l’événement devait avoir eu lieu seulement 900 ans (au lieu de 9000 ans) avant le voyage dSolon en Egypte, comme décrit par Platon. 1.500 ans  avant JC est également la date à laquelle Olof Rudbeck (basée sur des preuves archéologiques) a affecté l’inondation de son emplacement proposé pour Atlantis en Suède (voir ci-dessous) .

Le physicien suédois Olof Rudbeck devenu Archéologue (1630-1702) est connu détenir l’opinion que la Suède était l’ancienne Atlantide et a publié ses recherches archéologiques et historiques qui ont soutenu cette opinion dans son livre en plusieurs volumes, Atlantica.

Le site de Hanö se trouve au sud de la Suède.
Le site de Hanö se trouve au sud de la Suède.

Selon David King, « En 1702, Atlantica était passé à quatre volumes et demi colossaux, et de nombreux chercheurs pensaient que ce travail avait révolutionné la compréhension du passé antique… »  » des lecteurs avides comme Leibniz, Montesquieu, et le célèbre sceptique Pierre BayleMême Sir Isaac Newton a écrit pour demander une copie personnelle. »

King a fait un excellent travail pour informer juste le lecteur de ce que Rudbeck avait fait (et payé cher), mais il semble être du même avis que les détracteurs de l’université de Rudbeck en concluant que l’homme était devenu fou dans sa quête. (Cela dit, je recommande fortement encore le livre de King.)

Les attaques sur Rudbeck par beaucoup de ses contemporains (Ils posaient une histoire suédoise plus docile, basée sur des écrits plus récents.) auraient été suffisantes pour conduire la plupart des hommes en colère, mais je ne vois rien à redire à sa thèse, et jusqu’à présent, aucune contradiction avec ce qui est connu de l’histoire ancienne suédoise et la géographie de la Baltique.

Un météore était tombé dans cette région.
Un météore était tombé dans cette région.

 

Le cratère de la météorite Siljan est localisé à 121 miles (198 km) au nord-ouest de Uppsala. Le physicien Thomas Gold (3) a décrit le forage dans le cratère Siljan, à la recherche d’hydrocarbures abiogenic profonds

Rudbeck a trouvé d’extrêmement hauts (géants) corps humain dans des tumulus à Old Uppsala, aussi il était devenu convaincu que c’était la capitale de l’Atlantide. Aujourd’hui, les monticules sont d’environ la moitié de la hauteur que ceux figurant dans l’image ci-dessous…

Les tertres de l'époque .
Les tertres de l’époque .

 

 

Situation du site.
Situation du site.

 

Les tumulus, situés juste à l’ouest de Gamla Uppsala sont à 2,7 miles (4,3 km) au nord de la cathédrale d’Uppsala. Ils peuvent aussi avoir été réhaussés quand l’eau s’est élevée. Le contour rouge dans l’image de premier plan correspond aux limites approximatives d’Uppsala au 17ème siècle. (Voir le schéma de la ville sur la page 8 dans le livre du roi.)

Voir l’excellente revue de Lars Walker du livre du roi à: http://brandywinebooks.net/?post_id=1899

Il serait intéressant de savoir si le détroit du Danemark a déjà été rendu non navigable à cause de la boue, de retour autour de 1500 avant notre ère. Si oui, y a-t-il des documents historiques sur le fait que les rivières et les précipitations qui alimentent la mer Baltique ont éclaté à travers les hypothétiques vasières ?

 

Y aurait-il une seule ou...plusieurs Atlantide?
Y aurait-il une seule ou…plusieurs Atlantide?

 

 

Les légendes partent toujours d'éléments de réalité.
Les légendes partent toujours d’éléments de réalité.

 

%d blogueurs aiment cette page :