Du nouveau sur l’épave du U-Boat trouvé près des côtes du Danemark

En avril de cette année, lors d’un projet de cartographie des navires coulés dans la mer du Nord et Skaggerak, le musée de la guerre de la mer à Thyborøn a fait une découverte sensationnelle.

 

S’étendant sur 123 mètres de profondeur, à dix milles nautiques au nord de Skagen, se trouvait l’épave du type le plus avancé de sous-marin Kriegsmarine produit: un type XXI.

De toutes les armes développées par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale, l’U-boat était l’un des plus redoutés, et à juste titre. Les sous-marins allemands étaient responsables du naufrage d’environ 2 779 navires, pour un total d’environ 14,1 millions de tonneaux de jauge brute – environ 70% de toutes les pertes de navires alliés sur tous les théâtres de guerre.

Ce bateau particulier, désigné U-3523, a été chargé en profondeur par un bombardier britannique Libérateur le 6 mai 1945 – le lendemain de la capitulation officielle de l’Allemagne. Il n’était pas engagé dans une mission mais essayait probablement de s’échapper.

La découverte a été d’autant plus surprenante que l’épave a été retrouvée à environ neuf milles marins à l’ouest de la position donnée par le bombardier britannique.

Le bateau de type XXI était le premier sous-marin conçu pour opérer principalement submergé, plutôt que de passer le plus clair de son temps comme navire de surface. Il a également eu une gamme beaucoup plus grande que les types précédents et pourrait théoriquement avoir navigué tout le chemin vers l’Amérique du Sud en une seule fois.

Le sous-marin découvert était l’un des deux qui ont fini en service sur les 118 commandés, et aucun d’eux n’a pris part au combat réel.

Après la guerre, la Grande-Bretagne, la France et la Russie ont tous construit un certain nombre de sous-marins ex-nazis de type XXI afin d’étudier la technologie.

En Russie, ils sont devenus connus sous le nom de bateaux de classe Whiskey et ont été utilisés jusque dans les années 1980. Un mémorable s’est échoué dans les skerries suédois.

En raison de la profondeur de l’épave, le musée n’a pas l’intention d’élever le sous-marin. Aujourd’hui, seul un exemple de ce type de sous-marin existe toujours. C’est au musée maritime de Bremerhaven.

 

 

 

Publicités

Un sous-marin de la Première guerre découvert avec les corps de son équipage

La Première Guerre mondiale n’a pas fini de livrer ses secrets. Cette fois, un sous-marin a été découvert en mer du Nord, au large d’Ostende. Thomas Temore, un chercheur et plongeur belge, l’aurait trouvé cet été alors qu’il gisait toujours au fond de la mer sur sa cabine de pilotage. Afin de protéger au mieux cette découverte et de dissuader les éventuels pilleurs d’épaves, la localisation exacte n’a pas été communiquée.

Un sous-marin allemand dans le port d’Ostende, en 1916.

Des corps à l’intérieur

Comme les écoutilles du sous-marin sont toutes closes, les chercheurs estiment que l’embarcation n’a jamais été découverte. Les corps des 23 membres d’équipage, dont un commandant, se trouvent donc toujours à l’intérieur. Une première en mer du Nord! Selon le média belge Le Soir, la liste d’équipage a été demandée et l’identification va bientôt commencer. L’ambassade d’Allemagne a été informée et un dossier a été constitué afin de protéger la découverte. La cause de l’échouage n’est pas connue, mais compte tenu des dégâts à la proue, le sous-marin a probablement percuté une mine. «L’hypothèse est que la mine était stabilisée entre deux eaux, à l’aide d’un câble ancré au sol», rapporte RTBF.

Les capitaines et l,équipage devaient faire preuve d’un grand courage.

Parfaitement conservé

Les lieux ont été sondés et les recherches ont finalement permis d’établir qu’il s’agissait d’un bâtiment allemand de type UB-II, écrit Le Soir. Les chercheurs ne peuvent toujours pas déterminer s’il s’agit d’un sous-marin UB-27, UB-29 ou UB-32. À l’époque, la Flandern Flotille allemande était composée de 19 sous-marins similaires. 15 ont coulé. Il s’agirait donc de la onzième découverte en mer du Nord. L’épave de 27 mètres de long et 6 mètres de large est presque intacte. Il manque seulement une partie de la proue, le lance-torpilles lui, est toujours parfaitement conservé. Lors de sa première plongée, Thomas Termote a pu constater que «le sous-marin est très intact, tout est encore fermé», assure Jan Mees, directeur de l’Institut flamand de la mer, qui accueillait la conférence de presse.

C’est ce type de sous-marin qui a été retrouvé.

Pendant le conflit mondial, la marine allemande a utilisé le port de Zeebruges (Zeebrugge en flamand) comme base de stationnement pour ses «U-boots». Pour bloquer la flotte allemande dans le port et la neutraliser, les Britanniques avaient décidé en avril 1918 de saborder certains de leurs navires de guerre à l’entrée du chenal, ce qui est resté comme un épisode célèbre du conflit en Belgique. 375 U-Boot (abréviation de «Unterseeboot», sous-marin en allemand) étaient en activité pendant la Première guerre mondiale. 229 ont été perdus dont 178 pendant une mission.