Les dossiers de Michel Duchaine:Des courriels déclassifiés révèlent que l’OTAN a tué Kadhafi pour mettre fin au projet libyen d’une monnaie soutenue par l’or

kadhafi-001

 

 

En dépit de la résolution française,en 1973,  adoptée par le  Conseil de sécurité de l’ ONU ,créant une zone d’exclusion aérienne sur la Libye avec l’intention « expresse » de la protection des civils, l’ un des  3000 nouveaux courriels d’Hillary Clinton publié par le Département d’ Etat, à la veille du Nouvel An de 2016,  contient des preuves accablantes sur les nations occidentales qui  se sont servi de l’ OTAN ,comme un outil pour renverser le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi. Le renversement de Kadhafi par  l’ OTAN n’a pas été  fait pour la protection des personnes, mais afin de contrecarrer la tentative de Kadhafi pour créer une monnaie africaine basée sur l’or ,menaçant de  concurrencer le monopole central occidental bancaire dans toute l’Afrique.

Les courriels indiquent que l’initiative militaire de l’OTAN dirigée par les Français en Libye a également été motivée par le désir d’avoir accès à une plus grande part de la production de pétrole libyen, et de porter atteinte à un plan à long terme de  Kadhafi visant à supplanter la France comme puissance dominante dans l’Afrique francophone .

Avril 2011,un courriel  envoyé à la secrétaire d’Etat Hillary Clinton  par le conseiller officieux et conseiller  de longue date  Sidney Blumenthal avec la ligne d’objet « le client et de la France de l’or de Kadhafi, » révèle les intentions occidentales prédatrices.

Le Foreign Policy Journal rapporte :

Le courriel identifie le président français Nicolas Sarkozy comme leader de l’attaque sur la Libye avec cinq objectifs précis en tête: pour obtenir le pétrole libyen, d’assurer l’influence française dans la région, d’accroître la réputation de Sarkozy au niveau national, affirmer la puissance militaire française, et pour empêcher l’influence de Kadhafi dans ce qui est considéré comme «l’Afrique francophone. »

La plus étonnante information  est la longue section délimitant la grande menace que l’or et l’argent des réserves de Kadhafi, estimées à « 143 tonnes d’or, et un montant similaire en argent, » pose au franc français (CFA) en circulation comme monnaie africaine prime.

L'esclavage du peuple libyen avait commencé bien avant la Deuxième Guerre Mondiale par l'invasion italienne .
L’esclavage du peuple libyen avait commencé bien avant la Deuxième Guerre Mondiale par l’invasion italienne .

 

C'était ces photos de la mise en esclavage du peuple libyen par les soldats italiens que Kadhafi aborait sur son uniforme devant Berlusconi...pour discuter de la dette italienne à l'endroit de la Libye.
C’était ces photos de la mise en esclavage du peuple libyen par les soldats italiens que Kadhafi aborait sur son uniforme devant Berlusconi…pour discuter de la dette italienne à l’endroit de la Libye.

Le courriel indique clairement que les sources de renseignement indiquent que  la détermination derrière l’attaque française sur la Libye était un geste calculé pour consolider une plus grande puissance, à l’aide de l’OTAN comme un outil de conquête impérialiste, et non pas une intervention humanitaire que le public a été faussement conduit à croire.

Selon l’ email :

 

Cet or a été accumulée avant la rébellion actuelle et était destiné à être utilisé pour établir une monnaie panafricaine basée sur le Dinar or libyen. Ce plan a été conçu pour fournir les pays africains francophones comme une alternative au franc français (CFA).

(Source Commentaire: Selon des personnes bien informées cette quantité d’or et d’argent est évalué à plus de $7 milliards US selon les  officiers de renseignement français ont découvert ce plan peu après que la rébellion actuelle a commencé, et ce fut l’un des facteurs qui ont influencé la décision du président Nicolas Sarkozy à commettre l’attentat. France à l’attaque sur la Libye.)

Le courriel offre un coup d’oeil  privilégié derrière le rideau pour  nous révéler la façon dont la politique étrangère est souvent réalisée dans la pratique. Bien que rapporté dans les médias qui se sont fait l’écho de la propagande néolibérale , l’intervention militaire en Libye, soutenue  par l’Occident est  montrée comme nécessaire pour sauver des vies humaines, mais le  véritable moteur de l’intervention a été  le fait que Kadhafi avait prévu de créer un haut degré d’indépendance économique africaine… avec une nouvelle monnaie panafricaine , ce qui aurait réduit l’influence et la puissance française dans la région.

La preuve indique que lorsque l’intelligence française a pris connaissance de l’initiative libyenne de créer une monnaie afin  de rivaliser avec le système central occidental bancaire, la décision de renverser le régime par des moyens militaires avait  commencé, y compris  l’alliance de l’OTAN.


EN CONCLUSION

Paul Desmarais,ancien chef illuminati au Québec,Nicolas Sarkozy ,alors président illuminati de la France et Jean Charest ,alors premier-minitre du Québec qui a édifié le système politique actuel du Québec autour  de la corruption et de la collusion.De ces 3 hommes,seul Paul Desmarais est mort,mais les autres mériteraient d'être condamné à la peine capitale pour leurs crimes.Ils représentent ce que l'Occident chrétien a fait de pire,en ce début du Troisième Millénaire!
Paul Desmarais,ancien chef illuminati au Québec,Nicolas Sarkozy ,alors président illuminati de la France et Jean Charest ,alors premier-minitre du Québec qui a édifié le système politique actuel du Québec autour de la corruption et de la collusion.De ces 3 hommes,seul Paul Desmarais est mort,mais les autres mériteraient d’être condamné à la peine capitale pour leurs crimes.Ils représentent ce que l’Occident chrétien a fait de pire,en ce début du Troisième Millénaire!

Le Grand Guide Socialiste du Peuple Libyen,Mouammar Kadhafi,malgré  tous ses défauts,malgré sa violence et son  manque de condescendance,était résolu à laisser plus de liberté et d’indépendance aux peuples d’Afrique.En  voulant laisser ,en héritage, une monnaie  convertible en or et qui soit liée à l’environnement politique ,social et économique africain,il est entré en conflit avec  un personnage sans scrupule ,membre important des Illuminati: Nicolas Sarkozy.

En 1991,il inaugurait le Grand Bassin de Nubie...grâce  aux propres finances du Peuple Libyen.La Libye ne faisait pas affaires avec les banques de Rotschild.
En 1991,il inaugurait le Grand Bassin de Nubie…grâce aux propres finances du Peuple Libyen.La Libye ne faisait pas affaires avec les banques de Rotschild.

Sarkozy,membre de l’élite illuminati qui se  donne rendez-vous au Siècle,est l’un des meilleurs amis de la famille Bush qui s’est ralliée récemment derrière Hillary Clinton pour barrer la route à Donald Trump.

Combien de temps encore,les peuples d’Afrique vont attendre avant de vivre la naissance et la montée d’un aussi grand Guide…?Combien de temps encore  le terrorisme islamique,financé et armé  par le Nouvel Ordre Mondial et ses alliés (USA,France,Italie,Israël,Arabie Saoudite,etc) va continuer de menacer la paix et la sérénité des nations au nom du satanique pétrole?

Comment peut-on dire d’un pays « qu’il est démocratique » quand il complote pour  déstabiliser et renverser d’autres gouvernements légitimes?

Comment ne pas voir dans cette affaire que l’OTAN est une secte criminelle qui sert d’outil au service du Nouvel Ordre Mondial afin d’étendre le  pouvoir esclavagiste de l’oppression contre les peuples et les nations?

Le crime organisé contrôle de nombreux gouvernements de par  le monde;les cas du Québec,des états-Unis d’Amérique et de la France sont loin d’être les seuls!

Aussi,j’invite le peuple français,le peuple québécois et tous les peuples du monde  à s’unir dans la Révolte pacifique mais courageuse contre le crime organisé qui gère nos pays au nom du Nouvel Ordre Mondial!

Il faut arrêter le bain de sang actuel avant qu’il ne devienne incontrôlable et seule la désobéissance civile,pacifique mais résolue,peut débarrasser les peuples du monde qui rêvent de liberté,du péril grandissant des gouvernements néolibéraux et de leurs alliés.

Dans peu de temps,le point de non-retour sera franchi…Réveillez-vous !

kadhafi-livre

 

Biographie de Mouammar Kadhafi,le grand Guide libyen

Mouammar Kadhafi, né le 19 juin 1942 à Syrte et mort le 20 octobre 2011 près de Syrte, en Libye, aussi appelé « colonel Kadhafi », est de facto le chef de l’État de la Libye depuis 1970, à la suite du coup d’État du 1er septembre 1969.

Né, selon sa propre légende, sous une tente bédouine dans le désert de Syrte le 7 juin 1942, Mouammar Kadhafi, fils de berger de la tribu des Kadhadfa, reçoit une éducation religieuse rigoureuse avant d'entrer dans l'armée en 1965. Il a 27 ans quand il renverse le vieux roi Idriss le 1er septembre 1969, sans qu'une goutte de sang ne soit versée
Né, selon sa propre légende, sous une tente bédouine dans le désert de Syrte le 7 juin 1942, Mouammar Kadhafi, fils de berger de la tribu des Kadhadfa, reçoit une éducation religieuse rigoureuse avant d’entrer dans l’armée en 1965. Il a 27 ans quand il renverse le vieux roi Idriss le 1er septembre 1969, sans qu’une goutte de sang ne soit versée

Officiellement, Kadhafi est désigné comme le Guide de la grande révolution de la Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste.

Al-Kadhafi est le plus jeune enfant d’une famille de paysans bédouins. Il grandit dans la région désertique de Syrte, reçut une éducation primaire traditionnelle et religieuse, puis suivit les cours de l’école préparatoire de Sebha dans le Fezzan, de 1956 à 1961. Kadhafi et un petit groupe d’amis qu’il rencontra dans cette école vinrent à former le noyau d’un groupe de militants révolutionnaires ayant pour but de s’emparer du pouvoir. Kadhafi s’inspira de Gamal Abdel Nasser, président de l’Égypte voisine, qui se hissa au pouvoir en prônant l’unité arabe. En 1961, Kadhafi fut exclu de Sebha à cause de son activisme politique.

En 1977, il proclame la "Jamahiriya", qu'il définit comme un "Etat des masses" qui gouvernent par le biais de comités populaires élus, et s'attribue le seul titre de "Guide de la révolution". Son pouvoir reste intact
En 1977, il proclame la « Jamahiriya », qu’il définit comme un « Etat des masses » qui gouvernent par le biais de comités populaires élus, et s’attribue le seul titre de « Guide de la révolution ». Son pouvoir reste intact

Kadhafi étudia le droit à l’Université de Libye. Il entra ensuite à l’Académie militaire de Benghazi en 1963, où il organisa avec quelques militants un mouvement secret dans le but de renverser la monarchie libyenne pro-occidentale. Après l’obtention de son diplôme en 1965, il fut envoyé en Grande-Bretagne pour suivre un entraînement supplémentaire au British Army Staff College, et revint en 1966 en tant qu’officier dans le corps des transmissions.

Le 1er septembre 1969, à 27 ans, il mène avec un groupe d’officiers un coup d’état contre le roi Idris al-Mahdi, alors que celui-ci est en Turquie pour un traitement médical. Son neveu le Prince Hasan as-Senussi devait s’installer sur le trône le 2 septembre 1969 lorsque l’abdication du roi Idris annoncée le 4 août devait prendre effet. Dans la journée du 1er septembre la monarchie est abolie, la république est proclamée, et le Prince mis en prison.

En 2003, l'ex-paria s'ouvre à l'Occident. Il reconnaît la responsabilité de son pays dans les attentats contre un avion américain au-dessus de Lockerbie, en Ecosse (270 morts en 1988) et un avion français au Niger (170 morts en 1989), et verse des indemnisations aux familles des victimes. Le 24 novembre 2004, Jacques Chirac rend visite à Mouammar Kadhafi à Tripoli. Le président français devient le premier chef d'Etat occidental à renouer des liens avec le Guide./
En 2003, l’ex-paria s’ouvre à l’Occident. Il reconnaît la responsabilité de son pays dans les attentats contre un avion américain au-dessus de Lockerbie, en Ecosse (270 morts en 1988) et un avion français au Niger (170 morts en 1989), et verse des indemnisations aux familles des victimes. Le 24 novembre 2004, Jacques Chirac rend visite à Mouammar Kadhafi à Tripoli. Le président français devient le premier chef d’Etat occidental à renouer des liens avec le Guide./

Kadhafi s’octroie l’avancement du grade de capitaine au grade de colonel qu’il a gardé jusqu’à sa mort.

A propos de ce grade, insuffisant selon des critères occidentaux pour diriger un pays et commander à son armée, il déclare que la Libye est « gouvernée par son peuple », et que cela dispense le « guide» de titres civils ou militaires particuliers. Cette démarche n’est pas nouvelle et peut être rapprochée de celle d’un Gamal Abdel Nasser qui garde le titre de colonel quand il prend le pouvoir en Égypte, tandis que Jerry Rawlings, ex président du Ghana, n’a conservé que son grade de flight lieutenant.

Le 24 juillet 2007, la Libye accepte l’extradition vers leur pays d’origine des cinq infirmières bulgares condamnées à mort, puis à la prison à vie. Suspectées d’avoir participées à la contamination de près de 400 enfants par le virus du sida à l’hôpital de Benghazi, elles ont été graciées dès leur arrivée à Sofia. La France et particulièrement la première dame Cécilia Sarkozy s’est largement investie dans le processus de médiation. Nicolas Sarkozy se rend sur place à l'automne
Le 24 juillet 2007, la Libye accepte l’extradition vers leur pays d’origine des cinq infirmières bulgares condamnées à mort, puis à la prison à vie. Suspectées d’avoir participées à la contamination de près de 400 enfants par le virus du sida à l’hôpital de Benghazi, elles ont été graciées dès leur arrivée à Sofia. La France et particulièrement la première dame Cécilia Sarkozy s’est largement investie dans le processus de médiation. Nicolas Sarkozy se rend sur place à l’automne

Ayant pris le pouvoir à Tripoli lors d’un coup d’État le 1er septembre 1969, il prône à ses débuts le passage à un socialisme d’État teinté de panarabisme. Il nationalise certaines entreprises (notamment celles détenues par des ressortissants italiens). En 1977, il déclare la « révolution du peuple » : il change le nom du pays de République arabe libyenne en Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste et met en place des « comités révolutionnaires ». Le multipartisme demeure interdit en Libye.

Il oblige les États-Unis d’Amérique à évacuer leur bases militaires dont Wheelus Airfield. En septembre 1970, à l’aide de son ami et conseiller Abdessalam Jalloud il réussit à imposer pour la première fois une augmentation du prix du baril de pétrole, ouvrant la voie aux autres pays producteurs de pétrole.

Séducteur, il apprécie la compagnie féminine. Entouré souvent par des femmes en tenue de soldat, ses "amazones", il se nourrit frugalement, notamment de lait de chamelle. Personnage théâtral, il se singularise par des actes et des propos qui ont amusé le monde, distribuant les affronts à ses pairs arabes ou émettant des théories très personnelles sur l'histoire et les hommes. Ses gardes du corps rapprochés étaient toutes des femmes choisies pour leur beauté,et entrainées dans tous les arts martiaux,par les meilleurs instructeurs.
Séducteur, il apprécie la compagnie féminine. Entouré souvent par des femmes en tenue de soldat, ses « amazones », il se nourrit frugalement, notamment de lait de chamelle. Personnage théâtral, il se singularise par des actes et des propos qui ont amusé le monde, distribuant les affronts à ses pairs arabes ou émettant des théories très personnelles sur l’histoire et les hommes. Ses gardes du corps rapprochés étaient toutes des femmes choisies pour leur beauté,et entrainées dans tous les arts martiaux,par les meilleurs instructeurs.

Par représailles, au cours des années 1980, son régime est mis au ban de la communauté internationale également à cause de son soutien supposé à de nombreuses rébellions dans le monde et de ses implications supposées dans plusieurs actes terroristes : attentat dans une discothèque berlinoise fréquentée par des militaires américains en 1986, attentat de Lockerbie en Écosse contre un avion de ligne civil américain qui explose en plein vol en 1988 (270 morts), bien que l’implication réelle de la Libye dans cet attentat soit de plus en plus douteuse, ou encore attentat contre un avion français, le Vol 772 UTA reliant Brazzaville à Paris en 1989 (170 morts).

 

Le 15 avril 1986, Ronald Reagan ordonne un raid de bombardement (opération El Dorado Canyon) contre Tripoli et Benghazi. 45 militaires et fonctionnaires sont tués, ainsi que 15 civils, dont une fille adoptive de Khadafi, Hannah. Ce raid de représailles faisait suite à l’interception d’un message de l’ambassade libyenne à Berlin-Est suggérant l’implication du gouvernement libyen dans l’attentat à la bombe du 5 avril dans une discothèque de Berlin-Ouest, où un militaire américain avait été tué. Le colonel Kadhafi est blessé lors du bombardement de sa résidence.

À partir du milieu des années 1990, Kadhafi œuvre pour que son pays retrouve une place moins inconfortable d’un point de vue diplomatique. Ainsi en 1999, les agents des services secrets suspectés de l’Attentat de Lockerbie sont livrés à la Justice écossaise, ce qui provoque la suspension des sanctions de l’ONU envers le pays et le rétablissement des relations diplomatiques avec le Royaume-Uni.

Par la suite, en 2003, la Libye reconnaît officiellement « la responsabilité de ses officiers » dans l’Attentat de Lockerbie — ainsi que dans celui du Vol 772 UTA — et paie une indemnité de 2,16 milliards de dollars aux familles des 270 Pan Am victimes, ce qui a pour conséquence la levée définitive des sanctions de l’ONU et (partiellement) des États-Unis à son encontre.

En contre-partie de la libération des infirmières, Nicolas Sarkozy accepte que le Guide libyen séjourne en France en décembre 2007, à l'occasion d'une tournée en Europe. Un séjour polémique : l'accueil du chef d'un Etat libyen où les droits de l’Homme ne sont pas toujours respectés provoque l’indignation de l’opposition ainsi que d’une partie de la majorité de Nicolas Sarkozy -et notamment Rama Yade, alors secrétaire d'Etat chargée des droits de l'Homme. Mais entre eux,les Illuminati se comprennent bien!/
En contre-partie de la libération des infirmières, Nicolas Sarkozy accepte que le Guide libyen séjourne en France en décembre 2007, à l’occasion d’une tournée en Europe. Un séjour polémique : l’accueil du chef d’un Etat libyen où les droits de l’Homme ne sont pas toujours respectés provoque l’indignation de l’opposition ainsi que d’une partie de la majorité de Nicolas Sarkozy -et notamment Rama Yade, alors secrétaire d’Etat chargée des droits de l’Homme. Mais entre eux,les Illuminati se comprennent bien!/

En parallèle, le président Kadhafi entame des négociations diplomatiques, pendant toute l’année 2003, entre responsables libyens, britanniques et américains, et annonce en décembre de la même année qu’il renonce officiellement à son programme d’armes de destruction massive. Enfin, en mars 2004, il signe le protocole additionnel du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP).

Il instaure par ailleurs une politique d’assouplissement de la réglementation libyenne en matière économique permettant l’ouverture du marché local aux entreprises internationales, ce qui aide à la survie du régime. Il parvient par là même à se rapprocher des puissances occidentales et particulièrement de certains pays européens, comme le Royaume-Uni, la France, l’Espagne et l’Italie. Ainsi, le président Kadhafi déclare désormais qu’il entend jouer un rôle majeur dans la pacification du monde et la création d’un Moyen-Orient sans armes de destruction massive.

De 1999 à 2007, l’affaire des infirmières bulgares, jugées pour la contamination d’enfants libyens par le virus du Sida, sera utilisée à des fins politiques par Kadhafi et fortement médiatisée à travers le monde.

Le numéro un libyen se lance quelques années plus tard dans une politique de réconciliation avec l'Italie. Il arrive le mercredi 10 juin 2009 à Rome pour une visite que le gouvernement italien qualifie "d’historique". Rome et Tripoli devraient ainsi définitivement solder les comptes de la décolonisation. L’Italie verse des dédommagements, en contrepartie la Libye s’engage à mieux contrôler l’immigration clandestine au départ de ses côtes.
Le numéro un libyen se lance quelques années plus tard dans une politique de réconciliation avec l’Italie. Il arrive le mercredi 10 juin 2009 à Rome pour une visite que le gouvernement italien qualifie « d’historique ». Rome et Tripoli devraient ainsi définitivement solder les comptes de la décolonisation. L’Italie verse des dédommagements, en contrepartie la Libye s’engage à mieux contrôler l’immigration clandestine au départ de ses côtes.

Il a écrit le Livre vert, en référence au Petit Livre rouge écrit par Mao Zedong, dans lequel il explique de manière succincte ses solutions aux problèmes posés par la démocratie et l’économie. Il y fait l’apologie de la démocratie directe.

Khadafi est aussi considéré comme progressiste dans le monde musulman concernant la question féminine. Il entretient une garde personnelle constituée exclusivement de femmes, ses « amazones ». Certains progrès existent tels que la condamnation des mariages arrangés et la possibilité d’accéder à l’éducation pour les femmes.

Kadhafi tente de convaincre les dirigeants des autres pays de créer des « États-Unis d’Afrique ». Il considère en effet que c’est le meilleur moyen de développement pour le continent africain. Ce projet passerait par la création d’une monnaie unique et une seule armée de 2 000 000 de militaires. Kadhafi porte souvent un badge représentant l’Afrique sur son uniforme.

En 2007, il s’est ainsi rendu à Bamako, Abidjan ou encore Accra, pour présenter son projet d’un gouvernement unique pour l’Afrique, un État fédéral. Mais cet objectif semble loin d’être atteint.

Certains opposants au projet disent que Kadhafi veut régner sur l’Afrique à travers ce projet.

En février 2011, en plein Printemps arabe, il doit lui aussi faire face à une révolte populaire, qu’il tente de réprimer par des tirs à balles réelles et des bombardements aériens sur la population.

 

Le 20 octobre 2011, le Conseil national de transition annonce la mort de Kadhafi à Syrte, sa ville de naissance qui était en proie à de violents combats.

Mohamed Leith, annonce dans un premier temps à l’AFP que Mouammar Kadhafi a été arrêté blessé aux jambes et à la tête mais vivant avant que plus tard dans la journée, Khalifa Haftar, un haut responsable militaire du CNT n’annonce la mort de l’ex dirigeant libyen et la libération de la ville de Syrte. La chaine de télévision pro-Kadhafi Al-Libya, dément quand à elle la capture ou la mort de Mouammar Kadhafi.Plus tard,ce pseudo Conseil National de Transition  exposera le corps meurtri du grand Guide Socialiste du Peuple Libyen .

Depuis sa mort,la Libye est plongée dans une guerre civile sanglante …orchestrée par des groupes mercenaires à  la solde du Nouvel Ordre Mondial.

Alerte en Libye:l’escalade du terrorisme alimenté par les mercenaires djihadistes se poursuit

Que signifie encore le drapeau libyen?
Que signifie encore le drapeau libyen?

LE CAIRE Le ministre des Affaires étrangères de la Libye a déclaré dimanche,28 décembre 2014, que des groupes extrémistes  intensifient leurs attaques et  font  un nouvel effort pour s’emparer des ressources pétrolières du pays, après une agression sur les terminaux de l’Est  qui a mis  les réservoirs de stockage en feu, envoyant des nuages massifs de fumée noire dans le ciel.

Le ministre des Affaires étrangères Mohamed Dayri, parlant au Caire, a déclaré que les forces de son gouvernement espèrent repousser l’assaut lancé par des milices basés dans la ville occidentale de Misrata et loyal au gouvernement islamiste   rival ,basé à Tripoli (ce gouvernement a récemment reconnu l’autorité du calife de l’État Islamique). Il a dit  que des groupes djihadistes extrémistes ont rejoint l’attaque, qui a entraîné la fermeture du plus grand terminal maritime du pays.

Un fonctionnaire de compagnie pétrolière, Mohammed alHarari, a déclaré samedi soir que 850 000 barils de pétrole ont été perdus en raison de l’incendie dans cinq réservoirs de stockage.

Les combats ont éclaté autour du plus grand terminal pétrolier de la Libye, Sidra, qui est actuellement sous le contrôle des miliciens anti-islamistes alliés au gouvernement internationalement reconnu basé dans la ville orientale de Tobrouk. Le gouvernement djihadiste  basé à Tripoli avait promis de « libérer » Sidra plus tôt ce mois.

Les frappes aériennes ont été rapportés dimanche à Misrata pour la première fois, dans ce qui semblait être une réponse à l’attaque sur les terminaux pétroliers. Ahmed alMusmari, porte-parole militaire de l’armée dirigée par Tobrouk, dit alWasat (agence de nouvelles du site Web de la Libye) que les frappes aériennes  étaient ciblées  vers les bases utilisées pour attaquer ses troupes.

Un agent de sécurité à Misrata a déclaré que les frappes aériennes étaient près de l’aéroport principal de la ville, avec un missile frappant à 300 mètres d’une tour de l’aéroport mais il a manqué le tarmac. Le fonctionnaire a déclaré que le raid aérien a entraîné la suspension d’un vol Turkish Airlines, mais sans faire de victimes. Le fonctionnaire a parlé anonymement parce qu’il ne était pas autorisé à informer les journalistes.

Dayri, le ministre des Affaires étrangères pour le gouvernement   « dit légal »  de Tobrouk, dit  que les extrémistes, dont certains ont prêté allégeance au groupe extrémiste État islamique, ont accru leur présence en Libye, y compris dans la capitale.

« Nous sommes préoccupés ,nous  les Libyens. Mais le monde arabe et la communauté internationale devraient l’être aussi à cause de la volonté de ces groupes terroristes extrémistes pour atteindre les ressources pétrolières et les revenus de l’état. C’est une question dangereuse « , a déclaré Dayri.

Des pourparlers parrainés par l’ONU entre les gouvernements rivaux sont prévues pour le 5 janvier 2015.

En Libye, une catastrophe écologique sans précédent se prépare à Tripoli…en flammes

En Libye, un incendie incontrôlable fait craindre une catastrophe à Tripoli

 

Le feu s’est déclaré hier dans un immense dépôt d’hydrocarbures. Il a été déclenché par des combats entre des milices rivales près de l’aéroport de la capitale.

Le gouvernement libyen évoque la possibilité d’une « explosion d’une grande ampleur ». Les autorités libyennes mettent en garde, lundi 28 juillet, contre une « catastrophe » dans la capitale Tripoli après avoir échoué à maîtriser deux incendies ravageant un immense dépôt de stockage d’hydrocarbures. 

Ce site de stockage de dérivés de pétrole, qui contient plus de 90 millions de litres de carburant en plus d’un réservoir de gaz naturel, est situé sur la route de l’aéroport, où se déroulent des combats entre milices rivales, qui ont fait plus de 97 morts et 400 blessés en deux semaines, selon un dernier bilan.

L'incendie a commencé le 27 juillet 2014.
L’incendie a commencé le 27 juillet 2014.

Un autre incendie déjà déclaré et « hors de contrôle »

Le premier incendie a été déclenché dimanche par l’explosion d’une roquette lors d’affrontements entre milices pour se disputer le contrôle de l’aéroport de Tripolie. Le tir a touché un réservoir contenant plus de 6 millions de litres de carburant. La Compagnie nationale de pétrole (NOC) a annoncé lundi après-midi que ce feu était désormais « hors de contrôle »« Les pompiers ont quitté le site définitivement » en raison des combats qui se poursuivaient à proximité, selon la NOC, qui prévoit « une explosion inévitable ».

Un second incendie s’est déclaré, lundi, sur le site de stockage et les flammes pourraient se propager jusqu’aux réservoirs de gaz. « Une grande explosion risque alors de se produire et provoquer des dégâts sur un rayon de 3 à 5 km », précise la Compagnie nationale de pétrole. 

Le gouvernement libyen a demandé une aide à plusieurs pays, qui ont annoncé leur disposition à envoyer des Canadairs. Mais des pays comme l’Italie ou la Grèce ont posé comme condition l’arrêt des combats entre milices rivales. Le gouvernement a appelé à plusieurs reprises à l’arrêt des combats. En vain.

 

Conclusion:

La Libye proche de la catastrophe ? Comme si la catastrophe n’avait pas encore eu lieu ? La destruction du pays par la France, les USA et les forces de l’OTAN, l’assassinat de Kadhafi, c’était quoi ? Tout ça pour des petits calculs mesquins, pour l’avidité de certains et pour masquer la corruption d’autres … Voilà la belle démocratie promise au libyens ! Pays en ruine, milices qui font la loi, pas d’état, pseudo gouvernement corrompu, mais ce qui inquiète les occidentaux, c’est comment préserver le pétrole ! C’est dégoûtant de lâcheté et de veulerie.L’explosion de l’ensemble du dépôt de pétrole va être gigantesque.

 

 

 

GBAGBO ET KADHAFI: LES HOMMES D´HONNEUR

Le président  Gbagbo et le Grand Guide Socialiste du Peuple Libyen,Mouhamar Kadhafi.
Le président Gbagbo et le Grand Guide Socialiste du Peuple Libyen,Mouhamar Kadhafi.

GBAGBO ET KADHAFI: LES HOMMES D´HONNEUR

Je ne pleure pas l’arrestation, le kidnapping et la séquestration du président élu de Côte d’Ivoire Laurent Gbagbo car il est resté droit dans ces bottes au milieu de son peuple pour résister contre l’ agression sauvage française et ouattariste. 

Je ne pleure pas la mort de Kadhafi, car après tout il a été fidèle à l’engagement qu’il s’était donné : ne jamais quitter la Libye et mourir plutôt que d’être pris.

Les grands hommes n’ont pas peur de la mort. La mort est d´ailleurs leur seconde épouse. C’est ce qui fait leur grandeur et leur différence avec le commun du mortel.

 

 

Il était une fois la Libye

La Lybie.
La Lybie.

«Il est de la responsabilité de l’Occident de ´´nettoyer le désordre qu’il a mis´´ en Libye, où la rébellion a proclamé révolue l’ère de Mouammar Kadhafi après sa prise de contrôle de la majeure partie de Tripoli», a estimé la presse d’Etat chinoise. ´´Renverser le régime de Kadhafi représente un spectacle pour les médias, discuter de la reconstruction ne l’est pas´´.»

 Editorial du quotidien chinois Global Times rapporté par l’AFP le 23 08 2011

 D’une façon prophétique, Mustafa Abdul Jalil, l’ex-chef du CNT, a déclaré à al-Jazeera que si les insurgés commettaient des actes de vengeance, il démissionnerait. «Il y a des groupes islamistes extrémistes qui cherchent à créer des turbulences dans la société libyenne. Je ne serai pas fier d’être à la tête d’un Conseil avec de tels rebelles.» C’était il y a deux ans, quelques semaines avant le lynchage d’El Gueddafi qui n’a pas apporté le bonheur aux Libyens, c’est plus que jamais le chaos.

 

Le Grand Guide  Socialiste du Peuple Lybien:Muhammar Kadhafi
Le Grand Guide Socialiste du Peuple Lybien:Muhammar Kadhafi

Ce qui reste de la Libye: la guerre de tous contre tous

La Libye heureuse a disparu! Dans une analyse sans concession, un éditorialiste de la Voix de la Russie écrit: «La menace de famine, les conflits intestins incessants, le collapse de l’économie et la probabilité de désintégration nationale sont les réalités de la Libye d’aujourd’hui après «la leçon de démocratie» donnée par la coalition occidentale. Existe-t-il une chance de remettre ce pays dans la voie de la paix et qui doit être tenu pour responsable des conséquences désastreuses d’une révolution financée de l’extérieur? Deux ans après la «révolution libyenne», la situation dans ce pays a atteint le point critique. Les autorités actuelles et les leaders d’une énième vague de protestations bloquent les relations économiques élémentaires du pays avec le monde extérieur dont dépendent énormément de choses. Les uns ne peuvent pas payer les importations de denrées alimentaires parce que les autres bloquent les exportations de pétrole qui sont nécessaires comme l’oxygène pour renflouer le budget. Par ailleurs, la production de pétrole a chuté de 10 fois par rapport à l’époque «prérévolutionnaire» parce que le pays est à nouveau en proie aux affrontements armés entre les différentes fractions rivales, ce qui bloque les autorités qui le tentent d’enrôler des hommes armés pour les intégrer aux forces de sécurité» (1).

 

Le Grand Guide  du Peuple Lybien était littéralement tombé amoureux de Condoleeza Rice .Celle-ci ,vous vous en doutez s'en était bien servi .
Le Grand Guide du Peuple Lybien était littéralement tombé amoureux de Condoleeza Rice .Celle-ci ,vous vous en doutez s’en était bien servi .

Pour l’éditorialiste russe: «Les pays occidentaux sont responsables – y compris financièrement – face au peuple libyen: «Ils doivent assumer leur responsabilité. Ils ont fait passer la résolution les autorisant à prendre la défense du peuple prétendument opprimé par le régime de Kaddhafi. Ils ont porté 30.000 frappes aériennes contre la Libye et ont réduit en ruine 11 villes de ce pays. L’Occident avait promis 10 milliards de dollars pour les reconstruire mais elles sont toujours en ruine. Si les pays occidentaux voulaient réellement instaurer la paix pour les Libyens, ils devraient prendre des mesures urgentes pour que la Libye reste au moins un État fédéré au lieu de partir en morceaux), explique-t-il. C’est la menace d’une catastrophe humanitaire d’envergure pour ce pays de 6 millions d’habitants dépourvu de secteur agro-industriel digne de ce nom. C’est ainsi que l’incertitude pèse actuellement sur la livraison de 50 000 tonnes de blé, quantité qui suffit à nourrir pendant plusieurs mois la population de la seule capitale, mais pas le reste du pays. Si l’ONU avait rempli sa vocation elle aurait dû accuser ceux qui ont poussé le pays à la crise et leur faire payer les frais de reconstruction de l’économie, de l’éducation, de la santé publique et des autres secteurs. Ceux qui ont ruiné le pays doivent en assumer la responsabilité. Après tout, cette responsabilité avait été en son temps imposée à l’Allemagne.» (1)

Misrata ...avant et après la guerre provoquée par l'occident.
Misrata …avant et après la guerre provoquée par l’occident.

Mehdia Belkadi abonde dans le même sens et écrit: «Instabilité politique, insécurité alarmante, situation critique des droits de l’homme, économie désastreuse, embrasement dans la région et risque de guerre civile féroce, le constat est sans appel. Deux ans après l’assassinat de l’ex-guide Mouamar Al Khadafi, c’est le chaos! Terrorisme, assassinats ciblés et violences intertribales font l’actualité de la Lybie post-Kadhafi où des manifestations ont régulièrement lieu contre les «nouvelles» autorités, de mouvance islamiste, accusées de faire sombrer le pays dans le chaos. L’on est loin de la fameuse exclamation «La Libye est libre!» faite par les opposants armés, la «communauté internationale» et les principaux médias internationaux le 23 octobre 2011. (…) »(2)

« Les milices, lourdement armées par l’Otan, dont certaines ont depuis bénéficié d’entraînement d’Al Qaîda, font la loi empêchant l’édification d’un Etat stable. Les ex-combattants étaient invités à rejoindre les deux corps de l’armée et de la police, mais les milices se livrent désormais à une bataille de leadership. Aussi, bien qu’officiellement progouvernementales, elles sont pourtant concurrentes de l’armée officielle (…) Elles sont accusées de graves entraves aux droits de l’homme par différentes ONG, rapportant de nombreux cas d’enlèvements, de tortures et d’assassinats extrajudiciaires. Il faut dire que le 23 octobre 2011 avait annoncé la couleur. N’est-ce pas en procédant au lynchage et à l’exécution sommaire de Kadhafi, de son fils Moatassim et d’une soixantaine de ses hommes (rapport HRW, octobre 2012) que les rebelles ont «libéré» la Libye?» (2)

Le 15 février 2011,tout bascule.Les mercenaires d'Al Qaïda armés et encadrés par la CIA ,commencent à organiser des troubles ,partout en Lybie.
Le 15 février 2011,tout bascule.Les mercenaires d’Al Qaïda armés et encadrés par la CIA ,commencent à organiser des troubles ,partout en Lybie.

«Outre les violations des droits humains poursuit la journalsite Mehdia Belkadi , les troupes rebelles ont mis la main sur tous les trafics comme celui de la drogue, des armes ou encore l’immigration clandestine (..) La flambée des violences a fait fuir la plupart des diplomates et des compagnies étrangères, retardant la reconstruction de ce pays. Deux ans et 50.000 morts après (Amnesty international, janvier 2012), l’Otan vient une nouvelle fois à la «rescousse». L’organisation a décidé lundi d’envoyer des conseillers en Libye pour aider Tripoli à renforcer ses institutions de défense. Pourtant, à l’origine du chaos libyen suite au détournement de la résolution de l’ONU, l’on a du mal à croire à l’efficacité de cette aide, bien que le Premier ministre se veut optimiste, prédisant «un avenir radieux», sans préciser s’il s’agissait d’un avenir proche.» (2)

 

En viron 2 mois avant l'assassinat de Kadhafi,la population de Tripoli était sortie dans la rue pour manifester son soutient au grand leader. La presse occidentale déformera  l'événement en parlant de manifestants hostiles. Après la mort du Grand Leader,des milliers de gens seront assassinés dans cette ville.
En viron 2 mois avant l’assassinat de Kadhafi,la population de Tripoli était sortie dans la rue pour manifester son soutient au grand leader.
La presse occidentale déformera l’événement en parlant de manifestants hostiles.
Après la mort du Grand Leader,des milliers de gens seront assassinés dans cette ville.

Bernard-Henri Lévy et  la dispartion  de la Libye en tant qu’Etat

Pour Mohammed Larbi: «La Libye a toujours été un immense dépôt d’armes qui fait, cette fois, le bonheur des milices après avoir fait celui des marchands de canons, ou des autres milices ailleurs dans la région sinon plus loin. (…) Les milices seraient-elles plus fortes au point d’imposer leur ordre, comme cela est apparu quand elles sont venues de Misrata pour réprimer une manifestation pour plus de sécurité? Cela s’est passé le 15 novembre et cette action a fait 46 tués et plus de 500 blessés. Une véritable démonstration de force face à une armée nationale demeurée faible (…). C’est dans un tel contexte que le gouvernement libyen tentait de rassurer les habitants de Benghazi en appelant au calme après de violents affrontements entre l’armée et le groupe djihadiste Ansar Al Charia.» (3)

On apprend que suite aux affrontements, le secrétaire d’Etat américain John Kerry indique que les Etats-Unis condamnent l’usage de la violence. Curieusement, la France ne dit rien. BHL occupé à attiser un autre feu ne s’intéresse plus à la Libye. On dit que la résolution scélérate votée  en mars 2011 et interprétée dans son sens tragique a été le fait de la France, il est indéniable que les fondements sont plus profonds. C’est à n’en point douter BHL le vrai ministre des Affaires étrangères qui fut le moteur de la curée.

Sous la plume du journaliste palestinien Ramzy Baroud, nous lisons un portrait assez complet de Bernard-Henry Levy son «deux poids, deux mesures» sa sacralisation d’Israël et sa haine de l’Islam: «Lévy, qui apparaissait parfois comme le défenseur le plus en vue d’une guerre contre la Libye, a largement disparu des feux de la rampe dans le contexte libyen. (…) Proclamer qu’au mieux, Lévy est un imposteur intellectuel, c’est rater la logique claire qui semble unifier toutes les activités de cet homme, travail et écrits. Il semble obsédé à «libérer» les musulmans, de la Bosnie au Pakistan, de Libye et d’ailleurs (…) Tout au long de sa carrière difficile à cerner, Lévy a fait beaucoup de mal, quelquefois en servant de laquais aux hommes de pouvoir, d’autres fois en menant ses propres croisades. Il est un grand partisan de l’intervention militaire, et son profil est semé de références à des pays musulmans et à des interventions militaires, de l’Afghanistan au Soudan et finalement à la Libye.» (4)

«Dans le New York magazine du 26 décembre 2011, poursuit Ramzy Baroud  Benjamin Wallace-Wells parlait du «philosophe» français comme d’un ´´Messie qui ne craint pas de promouvoir la violence pour le plus grand bien de l’humanité´´. Dans l’article ´´European Superhero Quashes Libyan Dictator´´, Wallace-Wells écrivait sur «le philosophe [qui] a réussi à pousser le monde à écraser un vilain méchant». Le méchant en question est bien sûr Mouammar Kadhafi, le dirigeant libyen qui fut renversé et massacré après qu’il aurait été sodomisé par des rebelles lors de sa capture en octobre 2011. (…) En mars 2011, Lévy a pris sur lui de s’envoler pour Benghazi pour «recruter» des insurgés libyens. Ce fut un moment décisif, puisque c’est ce type de médiation qui permit à des groupes armés de transformer un soulèvement régional en une guerre totale impliquant l’Otan. (..)»(4)

«Des massacres, il y en eut en effet, mais pas dans le sens suggéré par les «interventionnistes humanitaires» occidentaux. Le dernier en date a eu lieu il y a quelques jours, vendredi 15 novembre à Tripoli – 43 personnes auraient été tuées et 235 blessées quand des miliciens ont attaqué des manifestants pacifiques qui exigeaient simplement que le militants de Misrata quittent leur ville. S’agissant de la personnalité de BHL, Ramzi Baroud, nous dit que: «La droite israélienne est fascinée par B.-H. Lévy. Dans le Jerusalem Post, la célébration de son influence globale culmine avec la citation suivante: «Un philosophe français et un des leaders du mouvement des Nouveaux Philosophes qui disait que les juifs ont vocation à fournir une voix morale unique dans le monde.» Mais la moralité n’a rien à voir là-dedans. Les exploits philosophiques de notre homme semblent viser exclusivement les musulmans et leurs cultures. Une semaine après que le Jerusalem Post eut célébré l’influence morale de Lévy dans le monde, le quotidien Haaretz décrivait son soutien à l’armée israélienne en titrant le 30 mai 2010: «Bernard-Henri Lévy: Je n’ai jamais vu une armée aussi démocratique que les FDI.»(4)

Il avait été fait Grand Chevalier de l'Ordre de Malte...Ce qui le rattache aux Francs-maçons et aux Illuminati.
Il avait été fait Grand Chevalier de l’Ordre de Malte…Ce qui le rattache aux francs-maçons et aux Illuminati.

B.H.L.: le représentant autoproclamé de la tribu d’Israël

Hichem Hamza nous décortique la mécanique de BHL avec un sacerdoce immuable, la défense du sionisme et d’Israël: «Double allégeance. Réalisateur d’un film consacré à son engagement dans le conflit libyen, Bernard-Henri Lévy a toujours affirmé que son combat s’inscrivait dans une démarche universaliste en faveur des droits de l’homme. Oumma a exhumé des documents suggérant le contraire. L’aveu s’est tenu le 17 novembre dernier au micro de RCJ. Invité par la Radio de la Communauté Juive pour promouvoir son «journal de guerre» en Libye, l’écrivain Bernard-Henri Lévy a fait son coming out communautaire, reconnaissant, avec une emphase inédite, s’être engagé contre le colonel Kadhafi en raison, notamment de son appartenance religieuse. Oumma a repéré et mis en ligne l’extrait stupéfiant de cet entretien réalisé par RCJ ». (5)

« Curieusement, la scène décrite ici par BHL ne figure pas dans son film intitulé Le serment de Tobrouk. Si l’on peut effectivement y apercevoir BHL se vanter auprès des émissaires des clans libyens d’appartenir lui-même à une«ancienne tribu», à nul moment le voit-on déclamer sa «filiation» envers Israël devant la foule de jeunes gens rassemblés en avril 2011 à Benghazi. Trois jours après cette interview, BHL a participé à la convention nationale du Conseil représentatif des institutions juives de France. Lors de son discours, l’homme a complété sa confession -passée alors inaperçue- de RCJ en affirmant s’être engagé avec, «en étendard», sa «fidélité au sionisme et à Israël», ajoutant que c’était «en tant que juif» qu’il avait «participé à cette aventure politique, contribué à élaborer pour mon pays et pour un autre une stratégie et des tactiques». Cette «double allégeance» est assumée.(5)

Pour autant, BHL doit rendre compte à la Communauté des Hommes? Pour Karim Bouali les conséquences de l’ingérence occidentale en Libye, déclenchée par l’activisme irresponsable de Bernard-Henry Lévy, dépassent les frontières de ce pays et touchent toute la région. (…) La dernière fois que cet individu a refait surface, c’était pour tenter de peser sur la décision des puissances occidentales, Etats-Unis et France principalement, qui hésitaient à entrer en guerre contre la Syrie. Il ne faut pas attendre de ces puissances qu’elles actionnent la CPI pour le jeter en prison et le juger pour crime contre l’humanité.» (6)

Conclusion provisoire sur le drame libyen

Dans une interview au Temps d’Algérie quelques semaines après la libération de la Libye,et le lynchage de El Gueddafi, j’avais déclaré que le grand mérite de celui-ci, quand bien même c’était un tyran, c’est qu’il a su préserver les équilibres entre les tribus. D’une certaine façon, les équilibres sociologiques ont pu être protégés. Il ne faut jamais oublier aussi que la Libye a le 1er PIB après l’Afrique du Sud. C’est-à-dire que les Libyens vivaient bien. La Libye, petit pays de 6 millions d’habitants, dispose de  46 milliards de barils dont 35% d’après les Français leur reviennent (16 milliards). Pour les Occidentaux, c’est une bénédiction. A partir de maintenant, pour le nouvel ordre qui va se mettre en place, les réserves pétrolières des pays arabes sont désormais hypothétiques. Elles appartiendront tôt ou tard au monde occidental, Les 480 milliards de dollars de réserves de change vont être utilisés par ceux qui ont détruit la Libye pour reconstruire ce pays. Mais la Libye, ce ne sont pas simplement des bâtiments, des routes, des usines, c’est une civilisation qui vient d’être démolie. (…) Ce qui arrive en Libye risque malheureusement d’arriver dans les autres pays, et l’Algérie n’est pas à l’abri.» (7)

Ce qui intéresse encore une fois l’Occident, ce ne sont pas les droits de l’homme, mais les richesses des pays faibles. Pour autant, l’Algérie ne doit pas rester les bras croisés en face du chaos libyen, c’est tout de même un pays maghrébin qui partage avec nous une histoire, une culture, une langue, un espace, voire une religion. Aucune déclaration dans le dernier 5+5 concernant la Libye, on parle de sécurité alimentaire alors qu’un pays risque la famine. Notre compétence diplomatique africaine devrait en toute logique et humanité nous amener à nous «ingérer» en apportant notre part d’empathie envers ce pays, en le mettant en garde contre l’émiettement.

La sécurité de la Libye, c’est notre sécurité. Rappelons-nous: El Gueddafi nous avait aidés dans la difficile gestion de l’après 24-février 1971. Nous avions subi un embargo de la part des compagnies pétrolières Qu’attendons-nous pour porter aide et assistance à ce pays qui est frère en humanité?

Source:Professeur Chems Eddine Chitour

NOTES:


1. http://french.ruvr.ru/2013_11_09/La-Libye-en-tourmente-0573/

2. Mehdia Belkadi http://www.reporters.dz/ index.php++cs_INTERRO++option =com_content ++cs_AMP++amp;view=article&…

3. Mohammed Larbihttp://www.elwatan.com/ international/repere-desordre-libyen-27-11-2013-236519_112.php

4. R. Baroud http://www.legrandsoir.info/bernard-henri-levy-et-la-destruction-de-la-libye.html

5. H.Hamza http://oumma.com/12986/bernard-henri-levy-representant-tribu-israel 2 06 2012

6. http://www.algeriepatriotique.com/ content/levy-la-cpi

7. Chems Eddine Chitour: Interview au Le Temps d’Algérie par Saïd Mekla 06 – 09 – 2011

Le projet sioniste du Grand Israël

Un rêve politique...et religieux...basé  sur l'idée saugrenue du peuple élu.
Un rêve politique…et religieux…basé sur l’idée saugrenue du peuple élu.

Selon le père fondateur du sionisme Theodor Herzl, «la superficie de l’État juif s’étend:«. Du ruisseau de l’Egypte à l’Euphrate « Selon Rabbi Fischman, » la terre promise s’étend de la rivière de l’Égypte jusqu’à l’Euphrate, il comprend des parties de la Syrie et du Liban « .

Le document qui suit se rapportant à la formation du «Grand Israël» constitue la pierre angulaire de puissantes factions sionistes au sein du gouvernement actuel Netanyahu, le Likoud, ainsi qu’au sein de l’armée israélienne et l’établissement d’intelligence ( lire espionnage et renseignement).

Lorsqu’on regarde dans le contexte actuel, la guerre en Irak, la guerre de 2006 au Liban, la guerre 2011 sur la Libye, la guerre en cours en Syrie, pour ne pas mentionner le processus de changement de régime en Egypte, doit être comprise dans le cadre du Plan sioniste pour le Moyen-Orient. Celle-ci consiste à affaiblir et finalement  la fracturation des Etats arabes voisins dans le cadre d’un projet expansionniste israélien.

Le «Grand Israël» consiste en une zone s’étendant de la vallée du Nil à l’Euphrate.

Le projet sioniste soutient le mouvement de la colonisation juive. Plus largement il s’agit d’une politique d’exclusion des Palestiniens de Palestine menant à l’éventuelle annexion de la Cisjordanie et de Gaza ,à l’Etat d’Israël.

Le Grand Israël créerait un certain nombre d’États proxy. Il comprendrait les régions du Liban, la Jordanie, la Syrie, le Sinaï, ainsi que des parties de l’Irak et l’Arabie saoudite. (Voir la carte ci-dessous).

Great Israel 002

Selon Mahdi Darius Nazemroaya dans un article de recherche mondial,en  2011 Le plan Yinon était une continuation de la conception coloniale de la Grande-Bretagne ,au Moyen-Orient :

 » [ Le plan Yinon ] est un plan stratégique israélien visant  à assurer la supériorité régionale israélienne. Il insiste et stipule qu’Israël doit reconfigurer son environnement géopolitique par la balkanisation des États arabes voisins en États plus petits et plus faibles.

Les stratèges israéliens  ont toujours considérés l’Irak comme leur plus grand défi stratégique d’un état arabe. C’est pourquoi l’Irak a été décrite comme la pièce maîtresse de la balkanisation du Moyen-Orient et de tout le monde arabe. En Irak, sur la base des concepts du plan Yinon , les stratèges israéliens ont réclamé la division de l’Irak en un État kurde et deux États arabes , l’un pour les musulmans chiites et l’autre pour les musulmans sunnites . La première étape vers l’établissement d’un Grand Israel ,il  s’agissait d’une guerre entre l’Irak et l’Iran, dont le Plan Yinon discute .

Le journal The ‘Atlantic, en 2008, et le  Journal  des Forces  Armées (de l’armée américaine !!!?) , en 2006 , ont tous deux publiés  les cartes largement diffusés qui ont suivi de près le contour du plan Yinon . Mis à part un Irak divisé , que le plan Biden appelle également , le plan Yinon appelle aussi (!) à un Liban divisé , l’Egypte et la Syrie. La partition de l’Iran , la Turquie , la Somalie et le Pakistan aussi,en fait  tout concorde en conformité avec ces points de vue . Le plan Yinon appelle également à la dissolution en Afrique du Nord et prévoit comme à partir de l’Egypte et ensuite déborder vers le Soudan , la Libye et le reste de la région .

Le Grand Israël »exige le démantèlement des Etats arabes existants  dans de plus  petits Etats .

«Le plan fonctionne sur deux principes essentiels. Pour survivre , Israël doit:

1) devenir une puissance régionale impériale, et 2) doit effectuer la division de la région entière en petits Etats par la dissolution de tous les Etats arabes existants. La division  ici dépendra de la composition ethnique ou sectaire de chaque Etat. Par conséquent, l’espoir sioniste est que les Etats sectaires  sont basés et destinés  à devenir les satellites d’Israël et , paradoxalement, sa source de légitimation morale … Ce n’est pas une idée nouvelle , ni  même en surface pour la première fois dans la réflexion stratégique sioniste. En effet , la fragmentation de  tous les Etats arabes en petites unités a été un thème récurrent.  » (Plan Yinon , voir ci-dessous )

Vue sous cet angle , la guerre contre la Syrie est partie intégrante du processus d’expansion territoriale israélienne. Les services de Renseignement israéliens travaillant main dans la main avec les Etats-Unis , la Turquie et l’OTAN ,ont directement soutenu les terroristes d’Al -Qaïda ,de dangereux mercenaires à l’intérieur de la Syrie.

Le projet sioniste requiert également la déstabilisation de l’Égypte, la création de divisions entre factions au sein de l’Egypte comme instrumenté par le «printemps arabe» conduisant à la formation d’un Etat basé sur sectaire dominé par les Frères musulmans .

(Source: Michel Chossudovsky)

…………………………………………………………………………………………………………………

Le plan sioniste pour le Moyen-Orient

Traduit et édité par

Israël Shahak  (de l’hébreu à l’anglais)

*par Michel Duchaine (de l’anglais au français 2013)

L’Israël de Théodore Herzl (1904) et de Rabbi Fischmann (1947)

Dans son journal complète, Vol. II. p. 711, Théodore Herzl, fondateur du sionisme, dit que la superficie de l’État juif s’étend: «Dès le ruisseau de l’Egypte à l’Euphrate».

Rabbi Fischmann, membre de l’Agence juive pour la Palestine, a déclaré dans son témoignage devant le Comité spécial de l’ONU  (d’enquêtes) , le 9 Juillet 1947: « La terre promise s’étend de la rivière de l’Égypte jusqu’à l’Euphrate, il comprend des parties de la Syrie et du Liban. « 

à partir de

Oded Yinon de
« Une stratégie pour Israël dans les années quatre-vingt » (…le plan Yinon,c’est lui)

Publié par

L’Association arabo-américaine  des diplômés universitaires, Inc.

Belmont, Massachusetts 1982

Document spécial n ° 1 (ISBN 0-937694-56-8)

Table des matières

Notes no 1 de l’éditeur:

L’Association des arabo-américaine  des diplômés universitaires estime qu’il est impérieux d’inaugurer sa nouvelle série de publications , des documents spéciaux , avec l’article de Oded Yinon , qui est apparu dans Kivunim ( Directions) , le journal du Département de l’information de l’Organisation sioniste mondiale . Oded Yinon est un journaliste israélien et était autrefois rattaché au ministère des Affaires étrangères d’Israël. A notre connaissance, ce document est la déclaration la plus explicite , détaillé et sans ambiguïté à jour de la stratégie sioniste au Moyen-Orient . En outre, il se présente comme une représentation exacte de la «vision» pour l’ensemble du Moyen-Orient du régime sioniste au pouvoir actuellement de Begin, Sharon et Eitan . Son importance , par conséquent, ne réside pas dans sa valeur historique, mais dans le cauchemar qu’elle présente .

2

Le plan fonctionne sur deux principes essentiels. Pour survivre , Israël doit 1) devenir une puissance régionale impériale, et 2) doit effectuer la division de la région entière en petits Etats par la dissolution de tous les Etats arabes existants. La division ici dépendra de la composition ethnique ou sectaire de chaque Etat. Par conséquent, l’espoir sioniste est que les États sectaires de base deviennent des satellites d’ Israël et , paradoxalement, sa source de légitimation morale.

3

Ce n’est pas une idée nouvelle, ni ne surface pour la première fois dans la réflexion stratégique sioniste. En effet , la fragmentation tous les Etats arabes en petites unités a été un thème récurrent. Ce thème a été documenté à une échelle très modeste dans la publication AAUG , terrorisme sacré d’Israël (1980), par Livia Rokach . Basé sur les mémoires de Moshe Sharett , ancien Premier ministre d’Israël, les documents de l’étude de Rokach en détail convaincant, le plan sioniste tel qu’il s’applique au Liban et comme il a été préparé dans le milieu des années cinquante .

4

La première invasion massive israélienne du Liban en 1978 a porté sur ce plan dans les moindres détails . La deuxième et la plus barbare et en englobant l’ invasion israélienne du Liban le 6 Juin 1982, vise à effectuer certaines parties de ce plan qui espère voir non seulement au Liban, mais la Syrie et la Jordanie ainsi , en fragments . Ceci devrait permettre les moqueries des revendications publiques israéliennes concernant leur désir d’un gouvernement central libanais fort et indépendant. Plus précisément, ils veulent un gouvernement central libanais qui sanctionne leurs desseins impérialistes régionaux en signant un traité de paix avec eux . Ils cherchent également l’acquiescement à leurs conceptions par les gouvernements  syrien , irakien , jordanien et d’autres gouvernements arabes ainsi que par le peuple palestinien lui-même. Qu’est-ce qu’ils veulent et ce qu’ils envisagent pour ne constitue pas un monde arabe, mais un monde de fragments arabes qui est prêt à succomber à l’hégémonie israélienne . Par conséquent, Oded Yinon , dans son essai , «Une stratégie pour Israël dans les années 1980 ,  » parle  » des possibilités considérables pour la première fois depuis 1967  » qui sont créés par la « situation très orageuse [ qui ] entoure Israël. « 

5

La politique sioniste de déplacer les Palestiniens de Palestine est une  très bonne   politique active, mais est poursuivi avec plus de force en temps de conflit , comme lors de la guerre 1947-1948 et de la guerre de 1967. Une annexe intitulée « Israël parle d’ un nouvel exode  » est inclus dans cette publication pour démontrer les dernières dispersions sionistes de Palestiniens de leur patrie et de montrer , outre le  présent document sioniste principal  ,une  autre planification sioniste pour la « dépalestinisation de la Palestine ».

6

Il est clair à partir du document Kivunim , publié en Février 1982, que «les possibilités de grande envergure » dont les stratèges sionistes ont pensés sont les mêmes «opportunités» dont ils essaient de convaincre le monde et qui, selon eux ont été générés par leur  invasion de Juin 1982 . Il est également clair que les Palestiniens n’ont jamais été la seule cible des plans sionistes , mais la cible prioritaire car leur présence viable et indépendante en tant que peuple nie l’essence même de l’Etat sioniste . Chaque Etat arabe , cependant, en particulier ceux avec des directions nationalistes cohérentes et claires , vont devenir  une  véritable cible tôt ou tard.

7

Contrastant  avec la stratégie sioniste détaillée et sans ambiguïté élucidée dans ce document , la stratégie arabe et palestinienne , malheureusement , souffre de l’ambiguïté et de  l’incohérence . Il n’y a aucune indication que les stratèges arabes ont intériorisé le plan sioniste dans toute sa ramifications. Au lieu de cela , ils réagissent avec incrédulité et avec  choc à chaque fois d’une nouvelle étape de son déroulement. Ceci est évident dans la réaction arabe , mais en sourdine, du siège israélien de Beyrouth. La triste réalité est que tant que la stratégie sioniste pour le Moyen-Orient n’est pas prise au sérieux réaction arabe à n’importe quel siège avenir d’autres capitales arabes seront les mêmes .

Khalil Nakhleh

————————————————————————————————–

23 juillet 1982

Avant-propos

par Israël Shahak

1

L’essai suivant représente , à mon avis , le plan précis et détaillé du régime sioniste actuel ( de Sharon et Eitan ) pour le Moyen-Orient qui repose sur la division de la région entière en petits Etats , et la dissolution de tous les existants Etats arabes. Je vais commenter sur l’aspect militaire de ce plan dans une note de conclure . Ici, je tiens à attirer l’attention des lecteurs sur plusieurs points importants :

2

1 . L’idée que tous les Etats arabes doivent être ventilés , par Israël, en petites unités , se produit encore et encore dans la pensée stratégique israélienne. Par exemple, Ze’ev Schiff, le correspondant militaire de Ha’aretz ( et probablement le plus compétent en Israël, sur ce sujet) écrit à propos de la « meilleure chose » qui puisse arriver pour les intérêts israéliens en Irak : « La dissolution de l’Irak en un chiite état, un état ​​sunnite et la séparation de la partie kurde » (Ha’aretz 02/06/1982 ) . En fait, cet aspect du plan est très ancienne.

3

2 . Le lien étroit avec la pensée néo-conservatrice aux Etats-Unis est très importante, surtout dans les notes de l’auteur. Mais , tandis que du bout des lèvres est accordée à l’idée de la «défense de l’Occident» du pouvoir soviétique , le véritable objectif de l’auteur, et de la présente establishment israélien est clair: faire un Israël impérial en une puissance mondiale . En d’autres termes , l’objectif de Sharon est de tromper les Américains après qu’il a trompé tout le reste.

4

3 . Il est évident que la plupart des données pertinentes , à la fois dans les notes et dans le texte , est déformée ou omis, comme l’aide financière des Etats-Unis à Israël. Une grande partie de cela est pure fantaisie . Mais , le plan ne doit pas être considérée comme n’ayant pas d’influence , ou pas capable de réalisation pour un court laps de temps . Le plan suit fidèlement les idées géopolitiques actuelles en Allemagne de 1890-1933 , qui ont été avalés en entiers par Hitler et le mouvement nazi et  qui a déterminé leurs objectifs pour l’Europe orientale. Ces objectifs , en particulier la division des États existants , ont été réalisées en 1939-1941 , et seulement une alliance à l’échelle mondiale a  empêché leur consolidation pour une période de temps plus longue.

5

Les notes de l’auteur suivent le texte. Pour éviter toute confusion , je n’ai pas ajouter des notes de la mienne, mais j’ai mis la substance d’entre eux dans cette foreward et la conclusion à la fin. J’ai , toutefois , souligné que certaines parties du texte.

Israël Shahak

………………………………………………………………………………………………..

13 juin 1982

Une stratégie pour Israël dans les années quatre-vingt

par Oded Yinon

Cet essai paru en hébreu dans Kivunim ( Directions) , un journal pour le judaïsme et le sionisme ; Pas d’émission , 14 -Winter, 5742 , Février 1982 Editeur : Yoram Beck. Comité de rédaction: Eli Eyal , Yoram Beck, Amnon Hadari , Yohanan Manor, Elieser Schweid . Publié par le Département de la publicité / L’Organisation sioniste mondiale , Jérusalem.

1

Au début des années quatre-vingt l’Etat d’Israël est dans le besoin d’une nouvelle perspective quant à sa place, ses buts et ses objectifs nationaux , à la maison et à l’étranger . Ce besoin est d’autant plus vital en raison d’ un certain nombre de processus centraux dont le pays , la région et le monde subissent. Nous vivons aujourd’hui dans les premiers stades d’une nouvelle époque dans l’histoire humaine qui n’est pas du tout semblable à son prédécesseur, et ses caractéristiques sont totalement différentes de ce que nous avons connues jusqu’ici . C’est pourquoi nous avons besoin d’ une compréhension des processus centraux qui caractérisent cette époque historique d’une part , et d’autre part nous avons besoin d’ une vision du monde et une stratégie opérationnelle en conformité avec les nouvelles conditions. L’existence , la prospérité et la fermeté de l’Etat juif dépendra de sa capacité à adopter un nouveau cadre de ses affaires intérieures et étrangères .

2

Cette époque est caractérisée par plusieurs traits qui nous pouvons déjà diagnostiquer, et qui symbolisent une véritable révolution dans notre mode de vie actuel . Le processus dominant est la répartition du rationaliste , les perspectives humanistes comme la pièce maîtresse soutenir la vie et les réalisations de la civilisation occidentale depuis la Renaissance. Les opinions politiques, sociaux et économiques qui ont émané de cette fondation ont été fondées sur plusieurs «vérités» qui sont actuellement en train de disparaître , par exemple , l’idée que l’homme en tant qu’individu est le centre de l’univers et tout ce qui existe afin de remplir son besoins matériels de base . Ce poste est invalidé dans le présent quand il est devenu évident que la quantité de ressources dans le cosmos ne répond pas aux exigences de l’ homme , ses besoins économiques ou ses contraintes démographiques. Dans un monde où il y a quatre milliards d’êtres humains et des ressources économiques et de l’énergie qui ne poussent pas proportionnellement à répondre aux besoins de l’humanité, il est irréaliste de s’attendre à satisfaire à l’exigence principale de la société occidentale , à savoir 1 , le désir et l’aspiration pour  une consommation illimitée. Le point de vue que l’éthique ne  joue aucun rôle dans la détermination de la direction. L’homme prend , mais plutôt ses besoins matériels d’ou  ce point de vue est de plus répandus aujourd’hui que nous voyons un monde où presque toutes les valeurs sont en train de disparaître . Nous perdons la capacité d’évaluer les choses les plus simples , surtout quand elles concernent la simple question de ce qui est bon et ce qui est mal .

3

La vision des aspirations illimitées de l’homme et ses capacités se rétrécissent  en face  des tristes réalités de la vie , lorsque nous assistons à l’ effondrement de l’ordre du monde qui nous entoure . Le point de vue qui promet la liberté  à tous ,et la liberté de l’humanité semble absurde à la lumière de la triste réalité que ce sont  les trois quarts de la race humaine qui  vivent  sous des régimes totalitaires. Les points de vue concernant l’égalité et la justice sociale ont été transformées par le socialisme et surtout par le communisme dans une risée . Il n’y a aucun argument quant à la véracité de ces deux idées , mais il est clair qu’ils n’ont pas été mis en pratique correctement et que la majorité de l’humanité a perdu la liberté, la liberté et la possibilité pour l’égalité et la justice. Dans ce monde nucléaire dans laquelle nous sommes ( encore ) vivant dans une paix relative depuis trente ans, le concept de la paix et de la coexistence entre les nations n’a pas de sens quand une superpuissance comme l’URSS est titulaire d’une doctrine militaire et politique de la sorte , il a: qui ne seulement une guerre nucléaire possible et nécessaire pour atteindre les buts du marxisme , mais qu’il est possible de survivre après , sans parler du fait que l’on peut être victorieux dans cela.2

4

Les notions essentielles de la société humaine , en particulier ceux de l’Occident , font l’objet d’ un changement en raison de transformations politiques, militaires et économiques. Ainsi, la puissance nucléaire et conventionnel de l’URSS a transformé l’époque qui vient de s’achever dans le dernier répit avant la grande saga qui va démolir une grande partie de notre monde dans une guerre mondiale multi- dimensionnelle, en comparaison de laquelle  les guerres du passé  ont été un jeu d’ enfant . La puissance de l’énergie nucléaire ainsi que des armes conventionnelles , leur quantité, leur précision et leur qualité  mettront notre monde à l’envers en quelques années , et nous devons nous aligner de manière à y faire face en Israël . C’est donc la principale menace pour notre existence et celle du monde occidental. 3 La guerre des ressources dans le monde , le monopole arabe sur le pétrole, et la nécessité de l’Occident à importer la plupart de ses matières premières du tiers-monde , sont en train de transformer le monde que nous connaissons , étant donné que l’un des objectifs majeurs de l’URSS est de vaincre l’ Ouest en prenant le contrôle des ressources gigantesques dans le golfe Persique et dans la partie sud de l’Afrique, où la majorité des minéraux stratégiques  du monde sont situés . Nous pouvons imaginer les dimensions de la confrontation mondiale à laquelle il va nous falloir faire face à l’avenir.

5

La doctrine Gorshkov appelle pour le contrôle soviétique sur les océans et les zones riches en minéraux du Tiers-Monde . C’est ainsi que la présente doctrine nucléaire soviétique qui considère qu’il est possible de gérer , gagner et survivre à une guerre nucléaire , au cours de laquelle la puissance  militaire de l’Occident pourrait bien être détruite et faire de ses habitants , des esclaves au service du marxisme-léninisme , est le principal danger pour la paix mondiale et à notre propre existence . Depuis 1967, les Soviétiques ont transformé la maxime de Clausewitz dans «La guerre est la continuation de la politique par des moyens nucléaires », et en a fait la devise qui guide toutes leurs politiques . Déjà aujourd’hui, ils sont occupés à réaliser leurs objectifs dans notre région et dans le monde , et la nécessité d’y faire face devient l’élément majeur de la politique de sécurité de notre pays et bien sûr celle du reste du monde libre . C’est notre principal challenge.4

6

Le monde arabo-musulman , donc , n’est pas le problème stratégique majeur que nous allons faire face dans les années quatre-vingt , malgré le fait qu’il porte la principale menace contre Israël, en raison de sa puissance militaire croissante . Ce monde , avec ses minorités ethniques, ses factions et des crises internes , ce qui est étonnamment auto-destructeur , comme nous pouvons le voir au Liban , en Iran non arabe et maintenant en Syrie, est incapable de faire face avec succès à ses problèmes fondamentaux et  donc de ne pas constituer une véritable menace contre l’Etat d’Israël sur le long terme , mais seulement à court terme où sa puissance militaire immédiate  a une grande importance . À long terme , ce monde ne pourra pas exister dans ce cadre présents dans les zones autour de nous sans avoir à passer par des changements révolutionnaires authentiques . Le monde arabo- musulman est construit comme une maison temporaire de cartes mis en place par les étrangers (la France et la Grande-Bretagne dans les années vingt ) , sans que les souhaits et les désirs des habitants aient été pris en compte. Il a été arbitrairement divisé en 19 Etats , tous faits de combinaisons de minorites et les groupes ethniques qui sont hostiles les uns aux autres , de sorte que chaque état arabe musulman est aujourd’hui confronté à la destruction sociale ethnique de l’intérieur, et dans certains ,une guerre civile fait  déjà rage. 5 La plupart des Arabes , 118 millions sur 170 millions , vivent en Afrique , principalement en Egypte ( 45 millions aujourd’hui ) .

7

En dehors de l’Egypte, tous les Etats du Maghreb sont constitués d’un mélange d’ Arabes et les Berbères non – arabes. En Algérie , il y a déjà une guerre civile qui fait rage dans les montagnes KABILE entre les deux nations dans le pays. Maroc et l’Algérie sont en guerre les uns avec les autres sur le Sahara espagnol , en plus de la lutte interne dans chacun d’eux . L’Islam met en danger l’intégrité de la Tunisie et Kadhafi organise des guerres qui sont destructrices du point de vue arabe , d’un pays qui est peu peuplée et qui ne peut pas devenir une nation puissante . C’est pourquoi il a tenté plusieurs unifications dans le passé avec les Etats qui sont plus authentiques, comme l’Egypte et la Syrie. Le Soudan, l’état le plus déchiré dans le monde arabo-musulman aujourd’hui est construit sur quatre groupes hostiles les uns aux autres ,  le groupe musulman sunnite ,une minorité arabe qui règne sur la majorité des Africains non – arabes , païens et chrétiens. En Egypte, il y a une majorité musulmane sunnite face à une grande minorité de chrétiens qui prédomine dans la Haute-Egypte : près de 7 millions d’entre eux , de sorte que même Sadate, dans son discours du 8 mai , a exprimé la crainte qu’ils veulent un Etat à eux propre , quelque chose comme un «deuxième» Liban chrétien en Egypte.

8

Tous les Etats arabes ,autour d’Israel, sont déchirés , cassés et criblés de conflit intérieur , plus encore que ceux du Maghreb . La Syrie n’est pas fondamentalement différent du Liban , sauf dans le régime militaire fort qui gouverne. Mais la véritable guerre civile qui se déroule aujourd’hui entre la majorité sunnite et chiite alaouite minoritaire au pouvoir ( à peine 12 % de la population ) témoigne de la gravité du problème domestique.

9

L’Irak , encore une fois , ne diffère pas essentiellement de ses voisins , même si sa majorité est chiite et la minorité sunnite décision . Soixante -cinq pour cent de la population n’a rien à dire dans la politique, dans laquelle une élite de 20 pour cent détient le pouvoir . En outre, il existe une importante minorité kurde dans le nord , et si ce n’était pas pour la force du régime au pouvoir , l’armée et les revenus du pétrole , de l’état futur de l’Irak ne serait pas différente de celle du Liban dans le passé ou de la Syrie aujourd’hui . Les graines de conflit intérieur et la guerre civile sont visibles aujourd’hui déjà , surtout après la montée de Khomeini au pouvoir en Iran , un leader qui les chiites en Irak vue comme leur leader naturel .

10

Tous les principautés du Golfe et l’Arabie saoudite sont construits sur un édifice  délicat ,bâti sur  le sable dans lequel il y a uniquement de l’huile . Au Koweït, les Koweïtiens ne constituent qu’un quart de la population . Au Bahreïn, les chiites sont majoritaires mais sont privés du pouvoir. Aux Émirats arabes unis , les chiites sont une fois de plus la majorité, mais les sunnites sont au pouvoir . La même chose est vraie d’Oman et le Yémen du Nord . Même dans le marxiste  Yémen du Sud il y a une minorité chiite importante . En Arabie saoudite, la moitié de la population est étrangère , égyptienne et yéménite , mais une minorité d’Arabie détient le pouvoir .

11

La Jordanie est en réalité palestinienne , dirigée par une minorité bédouine  de Trans- Jordanie , mais la plupart de l’armée et certainement la bureaucratie est maintenant palestinienne. Comme une question de fait Amman est aussi palestinienne que Naplouse. Tous ces pays ont des armées puissantes , relativement parlant. Mais il y a un problème là aussi. L’armée syrienne est aujourd’hui principalement sunnite avec un corps d’officiers alaouites , l’armée irakienne est  chiite  avec des  commandants sunnites . Cela a une grande importance dans le long terme , et c’est pourquoi il ne sera pas possible de conserver la loyauté de l’armée fort  longtemps , sauf s’il s’agit du  seul dénominateur commun : l’ hostilité envers Israël, et  même aujourd’hui encore cela ne suffit pas .

12

A côté des Arabes, divisés comme ils sont, les autres Etats musulmans partagent une situation similaire. La moitié de la population de l’Iran est composé d’un groupe de langue persane et l’autre moitié d’un groupe ethnique turque. La population de la Turquie comprend une majorité musulmane sunnite turque , environ 50% , et deux importantes minorités , 12 millions de chiites alaouites et 6 millions de Kurdes sunnites . En Afghanistan, il y a 5 millions de Chiites , qui constituent un tiers de la population . En ce qui touche les sunnites au Pakistan, il y a 15 millions de chiites qui mettent en danger l’existence de cet Etat.

13

Cette image nationale de la minorité ethnique qui s’étend du Maroc à l’ Inde et de la Somalie et  à la Turquie souligne l’ absence de stabilité et une dégénérescence rapide dans toute la région. Lorsque cette image est ajouté à celle  économique , nous voyons comment l’ensemble de la région est construit comme un château de cartes , incapables de résister à ses graves problèmes.

14

Dans ce monde géant et fracturé il y a quelques groupes riches et une grande masse de gens pauvres. La plupart des Arabes ont un revenu annuel moyen de 300 dollars. Telle est la situation en Egypte, dans la plupart des pays du Maghreb à l’exception de la Libye et en Irak. Le Liban est déchiré et son économie est en train de se mettre en pièces . C’est un état dans lequel il n’y a pas de pouvoir centralisé, mais seulement 5 autorités de facto souverains ( chrétienne dans le nord , soutenue par les Syriens et sous le règne du clan Frangié , à l’Est une zone de conquête syrienne directe, dans le centre une enclave contrôlée par les  phalangistes chrétiens , dans le sud et jusqu’à la rivière Litani comme une région essentiellement palestinienne contrôlée par l’OLP et l’état des chrétiens du major Haddad et un demi-million de chiites ) . La Syrie est dans une situation encore plus grave et même l’ assistance qu’elle obtiendra dans l’avenir après l’unification avec la Libye ne sera pas suffisante pour faire face aux problèmes fondamentaux de l’existence et le maintien d’une grande armée . L’Egypte est dans la pire des situations : des millions sont  touchés par  la faim, la moitié de la population active est au chômage , et le logement est rare dans cette région la plus densément peuplée du monde. Sauf pour l’armée , il n’y a pas un ministère unique fonctionnant efficacement au sein  de l’Etat est dans une situation  permanente proche  de la faillite et dépend entièrement de l’aide étrangère américaine accordée depuis les pourparlers de paix.6

15

Dans les pays du Golfe , l’Arabie saoudite , la Libye et l’Egypte , il y a la plus grande accumulation d’argent et de pétrole dans le monde, mais ceux qui  en profitent  viennent de minuscules élites qui n’ont pas une large base de soutien et de confiance en soi , quelque chose qu’aucune armée ne peut garantir. 7 L’ armée saoudienne avec tout son équipement ne peut pas défendre le régime de réels dangers intérieurs  ou à l’étranger , et ce qui s’est passé à La Mecque en 1980 n’est qu’un exemple . Une situation triste et très orageuse  entoure Israël et crée des défis pour lui , des problèmes , des risques mais aussi des opportunités considérables pour la première fois depuis 1967. Il y a des chances que les occasions manquées à ce moment deviendront réalisables dans les années quatre-vingts dans une mesure et selon les dimensions que nous ne pouvons même pas imaginer aujourd’hui .

16

La politique de «paix» et la restitution des territoires , à travers une dépendance à l’égard des États-Unis , s’oppose à la réalisation de la nouvelle option créé pour nous . Depuis 1967, tous les gouvernements d’Israël ont attaché nos objectifs nationaux vers le bas pour réduire les besoins politiques, d’une part , et d’autre part à de négatives  opinions politiques intérieures qui neutralisent nos capacités tant au pays qu’à l’étranger. A défaut de prendre des mesures en vue de la population arabe dans les nouveaux territoires , acquis dans le cadre d’une guerre qui nous est imposée , est l’erreur stratégique majeure commise par Israël  au lendemain  de  la guerre des Six Jours. Nous aurions pu nous sauver de  tout le conflit amer et dangereux, car alors, si nous avions donné la Jordanie aux Palestiniens qui vivent à l’ouest du Jourdain . En faisant cela, nous aurions neutralisé le problème palestinien qui nous aujourd’hui confrontés , et à laquelle nous avons trouvé des solutions qui ne sont vraiment pas des solutions à tous , comme un compromis territorial ou de l’autonomie dont le montant , en fait, la même chose . 8 Aujourd’hui, nous sommes soudainement confrontés à d’immenses opportunités pour transformer la situation en profondeur et nous devons le faire dans la décennie à venir , sinon nous ne pourrons pas survivre en tant qu’Etat.

17

Au cours des années quatre-vingt , l’Etat d’Israël devra passer par de profonds changements dans son régime politique et économique au niveau national , ainsi que des changements radicaux dans sa politique étrangère, afin de tenir tête aux défis mondiaux et régionaux de cette nouvelle époque . La perte des champs de pétrole canal de Suez, de l’immense potentiel du pétrole, du gaz et d’autres ressources naturelles dans la péninsule du Sinaï qui est géomorphologiquement identique aux riches pays producteurs de pétrole de la région, se traduira par une perte d’énergie dans un proche avenir et va détruire notre économie nationale : un quart de notre PNB présents ainsi que d’un tiers du budget est utilisé pour l’achat de pétrole . 9 La recherche de matières premières dans le Néguev et sur la côte ne sera pas , dans un avenir proche , servir à modifier cet état de choses .

18

( Reprendre ) la péninsule du Sinaï , avec ses ressources actuelles et potentielles est donc une priorité politique qui est obstruée par des accords de Camp David et les accords de paix. La faute en incombe bien sûr avec le gouvernement israélien actuel et les gouvernements qui ont ouvert la voie à la politique de compromis territorial , les gouvernements de l’alignement depuis 1967. Les Egyptiens ne penseront  pas qu’il est nécessaire de maintenir le traité de paix après le retour du Sinaï, et ils feront tout ce qu’ils peuvent pour revenir dans le giron du monde arabe et de l’URSS dans le but d’obtenir le soutien et l’assistance militaire. L’aide américaine n’est garantie que pour une courte période, pour les conditions de la paix et de l’affaiblissement des Etats-Unis , tant au pays qu’à l’étranger se traduira par une réduction de l’aide . Sans huile et le revenu qui en découle , avec la présence d’énormes dépenses , nous ne serons pas en mesure d’obtenir à 1982 dans les conditions actuelles , et nous devrons agir afin de retourner la situation au statu quo qui existait dans le Sinaï avant  la visite de Sadate  et l’accord de paix signé à tort avec lui ,en  Mars 1979. 10

19

Israël a deux grands axes à travers lesquels peuvent se réaliser cet objectif , une directe et l’autre indirecte. L’option direct est le moins réaliste en raison de la nature du régime et du gouvernement en Israël , ainsi que la sagesse de Sadate qui obtint notre retrait du Sinaï , qui était l’enjeu  de la guerre de 1973, sa plus grande réalisation depuis qu’il a pris le pouvoir . Israël ne fera rien pour rompre  unilatéralement le traité , ni aujourd’hui , ni en 1982 , sauf s’il est très difficile ,pressé économiquement et politiquement et que  l’Egypte fournit à Israël un prétexte pour reprendre le  Sinaï entre nos mains pour la quatrième fois dans notre courte histoire. Ce qui reste est donc l’option indirecte. La situation économique de l’Egypte , de la nature du régime et de sa Politique pan- arabiste , va aboutir à une situation après Avril 1982, dans laquelle Israël sera contraint d’agir directement ou indirectement pour reprendre le contrôle du Sinaï en tant que réserve stratégique , économique et énergétique pour le long terme .L’ Egypte ne constitue pas un problème militaro-stratégique en raison de ses conflits internes et il pourrait être repoussé à la situation d’après-guerre en  1967 ,en  pas plus d’une journée. 11

20

Le mythe de l’Egypte comme le leader fort du monde arabe a été démoli en 1956 et certainement n’a pas survécu à 1967, mais notre politique , comme dans le retour du Sinaï, a servi à transformer le mythe en «fait». Mais en réalité, , la puissance de l’Egypte en proportion à la fois face  à Israël seul et pour le reste du monde arabe a connu une baisse d’environ 50 pour cent depuis 1967. L’Egypte n’est plus la première puissance politique dans le monde arabe et est économiquement au bord d’une crise. Sans l’aide étrangère , la crise viendra demain . 12 Dans le court terme, en raison du retour du Sinaï, en Égypte ,ce pays gagnera plusieurs avantages à nos frais , mais seulement à court terme jusqu’en 1982, et cela ne changera pas l’équilibre des forces à son avantage , et va peut-être apporter des lors, sa chute. L’Egypte, dans son image politique intérieure actuelle, est déjà un cadavre, d’autant plus si l’on tient compte de la croissance du Rift musulman -chrétien. Briser l’Egypte vers le bas territorialement en régions géographiques distinctes est l’objectif politique d’Israël dans les années quatre-vingt sur ​​son front occidental .

21

L’Egypte est divisée et déchirée dans de nombreux foyers d’autorité. Si l’Egypte se désagrège , des pays comme la Libye , le Soudan ou même les États les plus éloignés ne pourront pas continuer à exister dans leur forme actuelle et se joindront à la chute et à la dissolution de l’Egypte. La vision d’un Etat chrétien copte en Haute-Égypte ainsi qu’un certain nombre d’Etats faibles avec une puissance très localisée et sans un gouvernement centralisé comme à ce jour, est la clé d’un développement historique qui n’a été en retrait par l’accord de paix , mais qui semble inévitable le long terme. 13

22

Le front de l’Ouest , qui sur la surface apparaît plus problématique , est en fait moins compliqué que le front de l’Est , où la plupart des événements qui font la une des journaux ont eu lieu récemment . La dissolution totale du Liban en cinq provinces sert de précédent pour l’ensemble du monde arabe, dont l’Egypte , la Syrie , l’Irak et la péninsule arabique qui  est déjà à la suite cette piste. La dissolution de la Syrie et de l’Irak plus tard dans les zones ethniquement ou religieusement sunnite comme au Liban , est la cible principale d’Israël sur le front de l’Est dans le long terme , tandis que la dissolution de la puissance militaire de ces Etats sert de cible, à court terme primaire. La Syrie va s’effondrer , conformément à sa structure ethnique et religieuse, dans plusieurs États comme dans l’actuel Liban , de sorte qu’il y aura un Etat alaouite chiite le long de sa côte, un État sunnite dans la région d’Alep , un autre Etat sunnite, à Damas ,hostile à son voisin du nord , et les Druzes qui mettront  en place un Etat, peut-être même dans notre Golan , et certainement dans le Hauran et dans le nord de la Jordanie. Cet état de choses sera le garant de la paix et de la sécurité dans la région à long terme , et ce but est déjà à notre portée aujourd’hui . 14

23

L’Irak, riche en pétrole d’une part, et déchiré intérieurement sur l’autre , est une garantie en tant que candidat pour les objectifs d’Israël. Sa dissolution est encore plus importante pour nous que celle de la Syrie . L’Irak est plus fort que la Syrie. À court terme, c’est la puissance irakienne qui constitue la plus grande menace pour Israël. Une guerre irako- iranienne va déchirer l’Irak ,la faire éclater et  provoquer sa chute intérieure  avant même qu’elle soit  capable d’organiser une lutte sur un large front contre nous. Chaque type de confrontation inter -arabe nous aidera à court terme et permettra de raccourcir le chemin vers le but plus important qui est de de briser l’Irak en la divisant  comme en Syrie et au Liban. En Irak, une division en provinces le long de lignes ethniques / religieuses  comme en Syrie au cours de la période ottomane est possible. Ainsi, trois (ou plus) États existeront autour des trois grandes villes: Bassorah , Bagdad et Mossoul , et les zones chiites du sud se sépareront des sunnites et kurdes au nord . Il est possible que la présente confrontation irano- irakienne va approfondir cette polarisation . 15

24

L’ ensemble de la péninsule arabique est un candidat naturel pour la dissolution en raison de pressions internes et externes , et la question est inévitable en particulier en Arabie Saoudite. Peu importe si sa puissance économique fondée sur le pétrole demeure intacte ou si elle est diminuée dans le long terme , les déchirements et les pannes internes sont un développement clair et naturel à la lumière de la structure politique actuelle. 16

25

La Jordanie constitue un objectif stratégique immédiat à court terme mais pas à long terme , car elle ne constitue pas une menace réelle à long terme après sa dissolution , la fin du  long règne du roi Hussein et le transfert du pouvoir aux Palestiniens à court terme .

26

Il n’y a aucune chance que la Jordanie continuera d’exister dans sa structure actuelle pendant une longue période , et la politique d’Israël , à la fois dans la guerre et dans la paix , doit être orientée vers la liquidation de la Jordanie dans le cadre du régime actuel et le transfert du pouvoir à la majorité palestinienne . Une modification du régime à l’est du fleuve entraînera aussi la fin du problème des territoires peuplés par des Arabes à l’ouest du Jourdain. Que ce soit en temps de guerre ou dans des conditions de paix , l’émigration des territoires et le gel démographique économique pour eux, sont les garanties pour le changement à venir sur les deux rives de la rivière, et nous devons être actifs afin d’accélérer ce processus dans un proche avenir . Le plan d’autonomie devrait également être rejetée , ainsi que tout compromis ou de la division des territoires , compte tenu des plans de l’OLP et ceux des Arabes israéliens eux-mêmes , le plan de Shefa’amr de Septembre 1980 , il n’est pas possible d’arriver à vivre dans ce pays dans la situation actuelle sans séparer les deux nations , les Arabes en Jordanie et les juifs dans les zones à l’ouest de la rivière. Véritable coexistence et la paix règnera sur la terre que lorsque les Arabes  vont comprendre que sans règle juive entre le Jourdain et la mer, ils n’auront ni existence ni sécurité . Une nation qui leur est propre et la sécurité seront à eux , seulement en Jordanie . 17

27

En Israël , la distinction entre les domaines de ’67 et les territoires au-delà, ceux de 48, a toujours eu de sens pour les Arabes et aujourd’hui n’a plus aucune importance pour nous. Le problème doit être considéré dans son intégralité , sans divisions que de 67. Il doit être clair , en vertu d’une future constellation que la  situation politique ou militaire, dans  la solution du problème des Arabes autochtones ne viendra que quand ils reconnaitront l’existence d’Israël dans des frontières sûres jusqu’à la rivière du Jourdain et au-delà , comme notre besoin existentiel dans cette époque difficile , l’époque nucléaire dont nous allons bientôt entrer. Il n’est plus possible de vivre avec les trois quarts de la population juive sur le littoral dense qui est si dangereux dans une époque nucléaire.

28

La dispersion de la population est donc un objectif stratégique national de premier ordre , sinon, nous cesserons d’ exister à l’intérieur de frontières .La  Judée, la Samarie et la Galilée sont notre seule garantie pour l’existence nationale, et si nous ne devenons pas majoritaires dans les zones de montagne , nous ne dominerons pas  dans le pays et nous serons semblables à des Croisés, qui ont perdu ce pays qui n’était pas le leur de toute façon , et dans lequel ils étaient des étrangers pour commencer. Rééquilibrer le pays démographiquement , stratégiquement et économiquement est le but le plus élevé et le plus fondamental aujourd’hui . Prendre la main sur le bassin versant de la montagne de Beersheba à la Haute Galilée est l’objectif national généré par la grande considération stratégique qui est le règlement de la partie montagneuse du pays qui est vide de juifs aujourd’hui . l8

29

La réalisation de nos objectifs sur le front de l’Est dépend d’abord de la réalisation de cet objectif stratégique interne. La transformation de la structure politique et économique, de manière à permettre la réalisation de ces objectifs stratégiques , est la clé pour atteindre l’ensemble du changement. Nous devons passer d’une économie centralisée dans laquelle le gouvernement est très impliqué , à un marché libre et ouvert ainsi que de passer de fonction du contribuable américain à développer, avec nos propres mains , d’une véritable infrastructure économique productive. Si nous ne sommes pas en mesure de faire ce changement librement et volontairement , nous serons forcés en elle par l’évolution du monde , en particulier dans les domaines de l’économie , de l’énergie et de la politique , et par notre propre isolement croissant . l9

30

D’un point de vue militaire et stratégique , l’Occident dirigée par les États-Unis n’est pas en mesure de résister aux pressions mondiales de l’URSS dans le monde entier , et Israël doit donc autonome dans les années quatre-vingt , sans aucune aide extérieure , militaire ou économique , et ce est dans nos capacités aujourd’hui , sans compromis. 20 changements rapides dans le monde seront également amener un changement dans l’état de la juiverie mondiale à laquelle Israël deviendra non seulement un dernier recours, mais la seule option existentielle. Nous ne pouvons pas supposer que les Juifs américains et les communautés d’Europe et d’ Amérique latine continueront d’exister sous sa forme actuelle à l’avenir. 21

31

Notre existence dans ce pays lui-même est certaine, et il n’existe aucune force qui puisse nous retirer d’ici , soit de force ou par trahison (méthode de Sadate ) . Malgré les difficultés de la politique erronée de «paix» et le problème des Arabes israéliens et ceux des territoires , nous pouvons traiter efficacement ces problèmes dans un avenir prévisible.

conclusion

1

Trois points importants doivent être clarifiées afin d’être en mesure de comprendre les importantes possibilités de réalisation de ce plan sioniste pour le Moyen-Orient, et aussi pourquoi il a dû être publié .

2

Le passé militaire du Plan

Les conditions militaires de ce plan n’ont pas été mentionnés ci-dessus, mais sur les nombreuses occasions où quelque chose comme elle est «expliqué» à huis clos aux membres de l’establishment israélien , ce point est clarifié . Il est supposé que les forces militaires israéliennes , dans toutes leurs branches , sont insuffisantes pour le travail réel de l’occupation des territoires étendus comme indiqué ci-dessus. En fait, même dans les moments d’intenses  » troubles  » palestinien sur la Cisjordanie , les forces de l’armée israélienne sont trop tendus . La réponse à cette question est le mode de décision au moyen de  » forces Haddad » ou des « Associations villageoises » ( aussi appelé « ligues de village» ) : les forces locales dans le cadre des «leaders» se dissocie complètement de la population , ne pas avoir encore toute féodale ou structure du parti (comme les Phalangistes ont, par exemple ) . Les  «états» proposés par Yinon sont « Haddadland » et « Associations villageoises », et leurs forces armées sera , sans aucun doute , tout à fait semblable . En outre , la supériorité militaire israélienne dans une telle situation sera beaucoup plus grande qu’elle ne l’est aujourd’hui encore, de sorte que tout mouvement de révolte sera «puni» , soit par l’humiliation massive  en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, ou par bombardement et l’oblitération de villes, comme au Liban aujourd’hui ( Juin 1982) , ou par les deux. Afin de garantir cela, le plan , comme expliqué par voie orale, appelle à la mise en place de garnisons israéliennes dans les lieux de convergence entre les mini- États, dotés des forces destructrices mobiles nécessaires . En fait, nous avons vu quelque chose comme ça dans Haddadland et nous allons presque certainement bientôt voir le premier exemple de ce système fonctionnant soit au Sud-Liban ou dans tout le Liban .

3

Il est évident que les hypothèses militaires au-dessus , et l’ensemble du plan aussi, dépendent aussi du fait que  les Arabes continuent à être encore plus divisés qu’ils ne le sont maintenant, et sur ​​l’absence de tout mouvement de masse véritablement progressif entre eux. Il se peut que ces deux conditions seront retirés que lorsque le plan sera bien avancé , avec des conséquences qui ne peuvent être prévues .

4

Pourquoi il est nécessaire de publier cela  en Israël?

La raison pour laquelle la publication est la double nature de la société juive israélienne : Un très grand degré de liberté et de démocratie, spécialement pour les Juifs , combiné avec l’expansionnisme et la discrimination raciste. Dans une telle situation, l’ élite juive israélienne ( pour les masses suivent la télé et les discours de Begin ) doit être persuadée . Les premières étapes dans le processus de persuasion sont orales , comme indiqué ci-dessus, mais il arrive un moment où il devient gênant. Les documents écrits doivent être produits au profit des « persuasions » plus stupides et « expliquent» ( pour les officiers de rang moyen par exemple, qui sont , en général , remarquablement stupides) . Il faut ensuite qu’ils  « apprennent », plus ou moins , et qu’ils  prêchent aux autres. Il faut remarquer qu’Israël, et même le Yishouv des années vingt, a toujours fonctionné de cette façon . Je me souviens bien de la façon dont (avant j’étais « en opposition »), la nécessité de la guerre avec  qui me l’a expliqué, à moi et à d’autres un an avant la guerre de 1956 , et la nécessité de conquérir  » le reste de la Palestine occidentale quand nous en  aurons l’occasion  » ,ceci  a été expliqué dans les années 1965-1967 .

5

Pourquoi est-il supposé qu’il n’y a pas de risque particulier,venant de l’extérieur, dans la publication de ces plans?

Ces risques peuvent provenir de deux sources , tant que l’ opposition de principe à l’intérieur d’Israël est très faible ( une situation qui pourrait changer à la suite de la guerre contre le Liban) : le monde arabe, y compris les Palestiniens, et les Etats-Unis . Le monde arabe s’est montré jusqu’à présent incapable d’une analyse détaillée et rationnelle de la société juive israélienne et les Palestiniens ont été, en moyenne, pas plus que le reste. Dans une telle situation , même ceux qui crient sur ​​les dangers de l’expansionnisme israélien (qui sont assez réel ) font cela non pas parce que des connaissances factuelles et détaillées , mais à cause de la croyance dans le mythe . Un bon exemple est la croyance très persistante dans l’écriture inexistante sur le mur de la Knesset du verset biblique sur le Nil et l’Euphrate. Un autre exemple sont  les déclarations persistantes , et complètement fausses qui ont été faites par certains dirigeants arabes,parmi  les plus importants, que les deux bandes bleues du drapeau israélien symbolisent le Nil et l’Euphrate, alors qu’en fait ils sont tirées des bandes du châle de prières  juives  ( Talit ) . Les spécialistes israéliens supposent que , dans l’ensemble, les Arabes ne prêtent  aucune attention à leurs discussions sérieuses sur l’avenir, et la guerre du Liban leur a donné raison . Alors, pourquoi  ne devraient-ils pas continuer avec leurs vieilles méthodes de persuader d’autres Israéliens ?

6

Aux États- Unis, une situation très similaire existe , du moins jusqu’à maintenant . Les commentateurs plus ou moins sérieux  prennent leurs informations sur Israël, et beaucoup de leurs opinions à ce sujet, à partir de deux sources . La première  provient d’articles parus dans la presse «libérale» américaine, écrit presque entièrement par des admirateurs juifs d’Israël qui , même s’ils sont critiques de certains aspects de l’état d’Israël , pratiquent fidèlement ce que Staline appelait  » la critique constructive.  » ( en fait, ceux d’entre eux qui prétendent aussi être « anti- stalinien  » sont en réalité plus stalinien que Staline , Israël étant leur dieu qui n’a pas encore réussi ) . Dans le cadre de ce culte critique il faut supposer qu’Israël a toujours  de «bonnes intentions» et seulement « fait des erreurs », et donc un tel plan ne serait pas un sujet de discussion , exactement comme les génocides commis par des juifs bibliques ne sont pas mentionnés . L’autre source d’information, The Jerusalem Post, a adopté des politiques similaires. So long, donc , que la situation existe dans laquelle Israël est vraiment une «société fermée» pour le reste du monde , car le monde veut fermer ses yeux , la publication et même le début de la réalisation d’un tel plan est réaliste et réalisable.

Israël Shahak

17 juin 1982 à Jérusalem

À propos du traducteur

Israël Shahak est un professeur de chimie  organique à l’Université hébraïque de Jérusalem et le président de la Ligue israélienne des droits humains et civils . Il a publié Les Documents Shahak , recueils d’articles clés de la presse hébraïque , et est l’auteur de nombreux articles et livres , parmi lesquels non- Juifs dans l’Etat juif. Son dernier livre est mondial  sur le rôle d’Israël : les armes de  la répression, publié par le AAUG en 1982. Israël Shahak : (1933-2001)

Remarques

1 . Universités américaines, personnel de terrain . Rapport n ° 33 , 1979. Selon cette étude, la population mondiale sera de 6 milliards en l’an 2000. La population mondiale d’aujourd’hui peut être décomposé comme suit : Chine, 958 millions , l’Inde , 635 millions ; URSS , 261 millions ; États-Unis, 218 millions en Indonésie, 140 millions , le Brésil et le Japon, 110 millions chacun. Selon les chiffres du Fonds des Nations Unies pour 1980 , il y aura , en 2000, 50 villes ayant une population de plus de 5 millions chacun. Le ofthp de la population; Tiers-Monde sera alors 80% de la population mondiale. Selon Justin Blackwelder , US Census Bureau chef , la population mondiale n’atteindra pas 6 milliards à cause de la faim.

2 . La Politique nucléaire soviétique a été bien résumée par deux soviétologues américains: Joseph D. Douglas et Amoretta M. Hoeber , la stratégie soviétique de la guerre nucléaire , ( Stanford, CA , Hoover Inst Press, 1979 . . ) . Dans les dizaines de l’Union soviétique et des centaines d’articles et de livres sont publiés chaque année qui décrivent en détail la doctrine soviétique de la guerre nucléaire et il ya une grande quantité de documents traduits en anglais et publiés par l’US Air Force , y compris l’US Air Force : le marxisme -léninisme sur la guerre et l’Armée : le point de vue soviétique , Moscou, 1972; USAF : les forces armées de l’État soviétique. Moscou 1975, par le maréchal A. Grechko . L’approche de base soviétique à l’objet est présenté dans le livre par le maréchal Sokolovski publié en 1962 à Moscou : le maréchal VD Sokolovski , la stratégie militaire , doctrine et les concepts soviétique (New York, Praeger, 1963).

3 . Une image des intentions soviétiques dans diverses régions du monde peut être tirée de l’ouvrage de Douglas et Hoeber , ibid. Pour le matériel complémentaire: Michael Morgan, « minéraux du URSS comme arme stratégique dans l’avenir ,  » la Défense et des Affaires étrangères , Washington , DC, décembre 1979 .

4 . Amiral de la Flotte Sergei Gorshkov , Sea Power et l’État , London , 1979. Morgan , loc. cit. Le général George S. Brown (USAF ) C- JCS , Déclaration au Congrès sur la posture de défense des États-Unis Pour l’exercice 1979 , p. 103; Conseil national de sécurité , Examen de la politique de non-combustibles , ( Washington , DC 1979 ) ; Drew Middleton , The New York Times, ( 15.9.79 ) ; Temps , 21/09/80 .

5 . Elie Kedourie ,  » La Fin de l’Empire ottoman », Revue d’histoire contemporaine , Vol. 3 , n ° 4 , 1968 .

6 . Al -Thawra , la Syrie 20/12/79 , Al -Ahram , 30/12/79 , Al Baath , la Syrie, 06/05/79 . 55% des Arabes ont 20 ans et moins , 70% des Arabes vivent en Afrique , 55% des Arabes moins de 15 ans sont au chômage , 33 % vivent dans les zones urbaines , Oded Yinon ,  » le problème de la population de l’Egypte », The Jerusalem Quarterly , n ° 15 , printemps 1980 .

7 . E. Kanovsky , «nantis arabes et les démunis », The Jerusalem Quarterly , no 1, automne 1976 , Al Baath , la Syrie, 06/05/79 .

8 . Dans son livre, l’ancien Premier ministre Yitzhak Rabin a déclaré que le gouvernement israélien est en fait responsable de la conception de la politique américaine au Moyen-Orient , après Juin 67, en raison de sa propre indécision quant à l’avenir des territoires et de l’incohérence dans ses positions depuis qu’il a créé le fond de la Résolution 242 et certainement douze ans plus tard pour les accords de Camp David et le traité de paix avec l’Egypte. Selon Rabin, le 19 Juin 1967, le président Johnson a envoyé une lettre au Premier ministre Eshkol dans lequel il n’a rien dit sur ​​le retrait des nouveaux territoires, mais exactement le même jour , le gouvernement a décidé de retourner territoires en échange de la paix. Après les résolutions arabes à Khartoum ( 01/09/67 ), le gouvernement a modifié sa position, mais contrairement à sa décision du 19 Juin , n’a pas informé les États-Unis de l’altération et les États-Unis a continué de soutenir 242 du Conseil de sécurité sur la base d’ sa compréhension plus tôt qu’Israël est prêt à retourner territoires. À ce moment , il était déjà trop tard pour changer la position américaine et la politique d’Israël . De là, la voie était ouverte à des accords de paix sur la base de 242 comme cela a été plus tard convenu à Camp David . Voir Yitzhak Rabin. Pinkas Sherut , ( Maariv 1979) pp 226-227 .

9 . Affaires étrangères et de la Défense , Président du Comité professeur Moshe Arens ont fait valoir dans une interview ( Ma ‘ ARIV , 03/10/80 ) que le gouvernement israélien n’a pas réussi à élaborer un plan économique avant les accords de Camp David et a été lui-même surpris par le coût de ces accords, bien que déjà au cours des négociations, il a été possible de calculer le prix lourd et la grave erreur impliqué dans pas avoir préparé les motifs économiques de la paix.

L’ancien ministre de Trésor, M. Yigal Holwitz , a déclaré que si ce n’était pas pour le retrait des champs de pétrole , Israël aurait une balance des paiements positive ( 17/09/80 ) . Cette même personne a dit deux ans plus tôt que le gouvernement d’Israël ( à partir de laquelle il s’est retiré ) avait mis une corde autour de son cou . Il faisait allusion à des accords de Camp David (Ha’aretz, 03.11.78 ) . Dans le cadre de l’ensemble des négociations de paix ni un expert ni un conseiller économique a été consulté , et le premier ministre lui-même, qui manque de connaissances et d’expertise en économie, dans une initiative erronée , a demandé aux Etats-Unis pour nous donner un prêt plutôt qu’une subvention, en raison de sa volonté de maintenir notre respect et le respect de l’ US vers nous. Voir Ha’aretz1 / 5 /79. Jerusalem Post, 07/09/79 . Prof Asaf Razin , ancien conseiller principal au Trésor , a vivement critiqué la conduite des négociations; Ha’aretz, 05.05.79 . Maariv , 07/09/79 . En ce qui concerne les questions relatives aux champs de pétrole et la crise énergétique d’Israël , voir l’entrevue avec M. Eitan Eisenberg, un conseiller du gouvernement sur ​​ces questions, Ma’arive hebdomadaire , 12/12/78 . Le ministre de l’Énergie , qui a personnellement signé les accords de Camp David et l’évacuation des Sdeh Alma, a depuis mis l’accent sur la gravité de notre situation du point de vue de l’approvisionnement en pétrole plus d’une fois … Yediot Aharonot voir , 20/07/79 . Ministre de l’Énergie Modai même admis que le gouvernement ne l’a pas consulté du tout sur le sujet du pétrole au cours de Camp David et les négociations de Blair House . Ha’aretz, 22.08.79 .

10 . De nombreuses sources signalent sur ​​la croissance du budget de l’armement en Egypte et sur ​​les intentions de donner la préférence de l’armée dans un budget époque de paix sur les besoins nationaux pour lesquels une paix aurait été obtenu. Voir l’ancien Premier ministre Salam Mamduh dans une interview 18/12/77 , ministre du Trésor Abd El Sayeh dans une interview 25/07/78 et le papier Al Akhbar , 02/12/78 qui ont clairement souligné que le budget militaire recevra premier priorité , en dépit de la paix. C’est ce que l’ancien Premier ministre Mustafa Khalil a indiqué dans le document programmatique de son cabinet qui a été présenté au Parlement, 25/11/78 . Voir la traduction anglaise , ICA, FBIS , 27 novembre 1978, p D 1-10 .

Selon ces sources , le budget militaire de l’Egypte a augmenté de 10 % entre les exercices 1977 et 1978 , et le processus se poursuit encore . Une source Arabie divulgué que le plan d’ Egyptiens à augmenter leur budget militmy de 100 % au cours des deux prochaines années; Ha’aretz, 12.02.79 et Jerusalem Post, 14/01/79 .

11 . La plupart des estimations économiques ont jeté le doute sur la capacité de l’Égypte à reconstruire son économie en 1982. Voir l’Unité économique Intelligence 1978 Supplément,  » La République arabe d’Egypte  » ; E. Kanovsky , «L’évolution récente de l’économie du Moyen-Orient , « Occasional Papers , l’institution Siloé , Juin 1977; Kanovsky ,  » l’économie égyptienne depuis le milieu des Sixties , les secteurs Micro , « Occasional Papers , juin 1978 , Robert McNamara , président de la Banque mondiale , tel que rapporté dans le Times , Londres, 24/01/78 .

12. Voir la comparaison faite par le researeh de l’Institut d’études stratégiques à Londres, et la recherche Camed dans le Centre d’études stratégiques de l’Université de Tel Aviv, ainsi que la recherche par le scientifique britannique , Denis Champlin , Military Review, novembre 1979 , ISS : The Military Balance 1979-1980 , CSS ; arrangements de sécurité dans le Sinaï … par Brig . Gen (Rés. ) A Shalev , n ° 3.0 CSS , The Military Balance et des moyens militaires après le traité de paix avec l’Egypte, par Brig . Gen (Rés. ) Y. Raviv , n ° 4 , décembre 1978 , ainsi que de nombreux articles de presse , notamment El Hawadeth , Londres, 07/03/80 ; El Watan El Arabi , Paris, 14/12/79 .

13 . En ce qui concerne ferment religieux en Egypte et les relations entre coptes et musulmans voir la série d’ articles publiés dans le journal koweïtien , El Qabas , 15/09/80 . L’Auteure  Irene Beeson  fait ce rapport sur le fossé entre musulmans et coptes , voir : Irene Beeson , Guardian, Londres, 24/06/80 , et Desmond Stewart , Moyen-Orient Internmational , Londres 06/06/80 . Pour les autres rapports voir Pamela Ann Smith, The Guardian , Londres, 24/12/79 ; The Christian Science Monitor 27/12/79 ainsi que Al Dustour , Londres, 15/10/79 ; El Kefah El Arabi, 10/15 / 79 .

14. Arab Press Service, Beyrouth, 8/6-13/80 . The New Republic, 16/08/80 , Der Spiegel , cité par Ha’aretz, 21.03.80 , et 4/30-5/5/80 ; The Economist, 22/03/80 ; Robert Fisk, Times, Londres, 26/03/80 ; Ellsworth Jones, Sunday Times, 30/03/80 .

15. JP Peroncell Hugoz , Le Monde, 28/04/80 Paris , le Dr Abbas Kelidar , Moyen-Orient Review, Summer 1979;

Conflict Studies , ISS, juillet 1975, à Andreas Kolschitter , Der Zeit , (Ha’aretz, 21.09.79 ) Economist Foreign Report , 10/10/79 , affaires afro-asiatique , Londres, Juillet 1979.

16. Arnold Hottinger , «les Etats arabes riches en difficulté, « Le New York Review of Books , 15/05/80 ; service de la presse arabe , Beyrouth, 6/25-7/2/80 ; US Nouvelles et World Report , 11/5 / 79 ainsi que El Ahram , 09/11/79 ; El Nahar El Arabi Wal Duwali , Paris 07/09/79 ; El Hawadeth , 09/11/79 ; David Hakham , Monthly Review , IDF , janvier – février 79 .

17. En ce qui concerne les politiques et les problèmes de la Jordanie voient El Nahar El Arabi Wal Duwali , 30/04/79 , 02/07/79 , le professeur Elie Kedouri , Ma’ariv 08/06/79 , le professeur Tanter , Davar 12/07/79 , A. Safdi , Jerusalem Post, 31/05/79 ; El Watan El Arabi 28.11.79 ; El Qabas , 19/11/79 . Quant aux positions OLP voir : Les résolutions du Fatah Quatrième Congrès , Damas, Août 1980. Le programme de Shefa’amr des Arabes israéliens a été publié dans Ha’aretz, 24.09.80 , et par le rapport de la presse arabe 18/06/80 . Pour des faits et chiffres sur l’immigration des Arabes en Jordanie , voir Amos Ben Vered , Ha’aretz, 16.02.77 ; Yossef Tsuriel , Ma’ariv 12/01/80 . Quant à la position de l’ OLP contre Israël Shlomo Gazit voir , Monthly Review , Juillet 1980; Hani El Hasan dans une interview, Al Rai Al’Am , le Koweït 15/04/80 ; Avi Plaskov , « le problème palestinien », Survival , ISS, Londres Janv. Févr 78; David Gutrnann , «Le mythe palestinien », Commentary , Oct. 75 , Bernard Lewis, «Les Palestiniens et l’OLP , « Commentaire janvier 75 , du lundi matin , Beyrouth, 8/18-21/80 , Journal of Palestine Studies , Hiver 1980.

18. Professeur Yuval Neeman ,  » Samaria – le fondement de la sécurité d’Israël », Ma’arakhot 272-273 , Mai / Juin 1980; Ya’akov Hasdai , «La paix , la Voie et le droit de savoir,  » Dvar Hashavua , 2/23 / 80. Aharon Yariv , «profondeur stratégique – Un point de vue israélien ,  » Ma’arakhot 270-271 , Octobre 1979; Yitzhak Rabin , «Problèmes de défense d’Israël dans les années quatre-vingts ,  » Ma’arakhot Octobre 1979.

19. Ezra Zohar, Dans les pinces du régime ( Shikmona , 1974) ; Motti Heinrich , avons-nous une chance Israël, entre la vérité et la légende ( Reshafim , 1981).

20 . Henry Kissinger : «Les leçons du passé », The Washington Review Vol 1 , janvier 1978; Arthur Ross, «Le Défi de l’OPEP à l’Ouest, « Le Washington Quarterly , hiver 1980; Walter Levy, «Le pétrole et le déclin de l’ Ouest », Foreign Affairs , été 1980 ; Rapport spécial :« Notre armée forees – Ready or Not ? « US Nouvelles et World Report 10.10.77 ; Stanley Hoffman, « Réflexions sur le Danger Présent , «Le New York Review of Books 06/03/80 ; Temps 03.04.80 ; pétrole et American Power Six ans plus tard Robert Tucker,  » ; Leopold Lavedez  » Les illusions de sel » Commentaire septembre 79 , Norman Podhoretz ,  » Le Present Danger , «Commentaire Mars 1980 » Commentaire septembre 1979 , Norman Podhoretz ,  » l’ abandon d’Israël », Commentary Juillet 1976; Elie Kedourie , « Méconnaissance du Moyen-Orient , «Commentaire Juillet 1979.

21 . Selon les chiffres publiés par Yaacov Karoz , Yediot Aharonot , 17/10/80 , la somme totale des incidents antisémites enregistrés dans le monde en 1979 était le double du montant enregistré en 1978. En Allemagne , la France et la Grande-Bretagne le nombre d’incidents antisémites a été plusieurs fois supérieure à l’année. Aux États-Unis , ainsi il y a eu une forte augmentation des incidents antisémites qui ont été rapportés dans cet article. Pour le nouvel antisémitisme , voir L. Talmon ,  » Le nouvel antisémitisme », The New Republic, 18/09/1976 ; Barbara Tuchman , «Ils ont empoisonné les puits,  » Newsweek 03/02/75 .

___________________________________________________

Settlements-israeli-flag-400x266

Par la lecture de cet article,nous voyons se dessiner  brièvement le  complot sioniste et les manigances actuelles  des États-Unis d’amérique,de la France et de l’Angleterre.

Tous des états contrôlés par les sionistes.

 

Michel Duchaine

Traducteur de l’actuelle version en français,ce 19 octobre 2013.

Alerte récente: des drones américains attaquent AlQaïda,en Libye

sirte

 

La principale centrale électrique de la ville de Syrte a été attaquée hier matin à l’aide d’une bombe artisanale. Cette centrale électrique qui alimente le centre-ville a été sérieusement endommagée. L’explosion a plongé la ville dans le noir total. Plus de 200 foyers sont encore sans électricité, selon l’agence libyenne LANA.

 

Mais, aucune agence libyenne ne parle des raids supposés que les Etats-Unis auraient réalisé dans l’est du pays,. La région de Derna, aurait été la cible prioritaire où, des drones ont détruit de nombreux camps d’entraînement d’al-Qaïda. Une grande panique s’est emparée des populations civiles qui cherchaient où se réfugier.

 

Alors que quelques sites comme GaddafiMédia ou SaidaOnline en parlent, côté libyen, c’est le blackout total. Le Pentagone est resté silencieux, les nouvelles autorités libyennes aussi…

 

Affaire à suivre !

Il y a 2 ans ,les hommes d’Al-Qaida arrivaient au pouvoir en Libye

Le chef historique d'Al Qaïda en Lybie.
Le chef historique d’Al Qaïda en Libye.
Chef historique d’Al-Qaida en Libye, Abdelhakim Belhadj, est devenu gouverneur militaire de Tripoli « libérée » et a été chargé d’organiser l’armée de la « nouvelle Libye ».

Dans les années 80, la CIA incite Awatha al-Zuwawi à créer une officine en Libye pour recruter des mercenaires et les envoyer au jihad en Afghanistan contre les Soviétiques. À partir de 1986 les recrues libyennes sont formées au camp de Salman al-Farisi (Pakistan), sous l’autorité du milliardaire anti-communiste Oussama Ben Laden.

Lorsque Ben Laden se déplace au Soudan, les jihadistes libyens l’y suivent. Ils y sont regroupés dans leur propre compound. À partir de 1994, Oussama Ben Laden dépêche des jihadistes libyens dans leur pays pour tuer Mouammar Kadhafi et renverser la Jamahiriya populaire et socialiste.

Le 18 octobre 1995, le groupe se structure sous la dénomination Groupe islamique combattant en Libye (GICL). Durant les trois années qui suivent, le GICL tente par quatre fois d’assassiner Mouammar Kadhafi et d’instaurer une guérilla dans les montagnes du Sud. À la suite de ces opérations, l’armée libyenne —sous le commandement du général Abdel Fattah Younés— mène une campagne d’éradication de la guérilla, et la Justice libyenne lance un mandat d’arrêt contre Oussama Ben Laden, diffusé à partir de 1998 par Interpol.

Selon l’agent du contrespionnage britannique David Shayler, le dévelopment du GICL et la première tentative d’assassinat de Mouammar Kadhafi par Al-Qaida sont financés à hauteur de 100 000 livres par le MI6 britannique [1].

À l’époque, la Libye est le seul État au monde à rechercher Oussama Ben Laden, lequel dispose encore officiellement de soutiens politiques aux États-Unis bien qu’il se soit opposé à l’opération « Tempête du désert ».

Sous la pression de Tripoli, Hassan el-Tourabi expulse les jihadistes libyens du Soudan. Ils déménagent leurs infrastructures en Afghanistan où ils installent le camp de Shaheed Shaykh Abu Yahya (juste au nord de Kaboul). Cette installation fonctionne jusqu’à l’été 2001, lorsque les négociations de Berlin entre les États-Unis et les Talibans à propos du pipe-line transafghan échouent. À ce moment-là, le mollah Omar, qui se prépare à l’invasion anglo-saxonne, exige que le camp passe sous son contrôle direct.

Le 6 octobre 2001 le GICL est inscrit sur la liste établie par le Comité d’application de la résolution 1267 du Conseil de sécurité des Nations Unies. Il y figure toujours. Le 8 décembre 2004, le GICL est inscrit sur la liste des organisations terroristes établie par le département d’État des États-Unis. Il y figure toujours. Le 10 octobre 2005, le ministère britannique de l’Intérieur interdit le GICL sur son territoire. Cette mesure est toujours valide. Le 7 février 2006, le Comité des Nations Unies prend des sanctions à l’égard de 5 membres du GICL et de 4 sociétés qui leurs sont liées, qui continuent impunément à opérer sur le territoire du Royaume-Uni sous protection du MI6.

Durant la « Guerre contre la terreur », la mouvance jihadiste s’organise. L’expression « Al-Qaida », qui désignait au départ une vaste base de données dans laquelle Oussama Ben Laden choisissait les mercenaires dont il avait besoin pour des missions ponctuelles, devient progressivement un groupuscule. Sa taille diminue au fur et à mesure de sa structuration.

Le 6 mars 2004, le nouveau chef du GICL, Abdelhakim Belhadj, qui s’est battu en Afghanistan aux côtés d’Oussama Ben Laden [2] et en Irak, est arrêté en Malaisie, puis transféré dans une prison secrète de la CIA en Thaïlande où il est soumis au sérum de vérité et torturé. À la suite d’un accord entre les États-Unis et la Libye, il est renvoyé en Libye où il est torturé, mais par des agents britanniques cette fois, à la prison d’Abou Salim.

Le 26 juin 2005, les services secrets occidentaux organisent à Londres une rencontre d’opposants libyens. Ils constituent la « Conférence nationale de l’opposition libyenne » en unissant trois factions islamiques : les Frères musulmans, la confrérie des Sénoussi, et le GICL. Leur manifeste fixe trois objectifs :
- renverser Mouammar Kadhafi ;
- exercer le pouvoir pour un an (sous le nom de « Conseil national de transition ») ;
- rétablir la monarchie constitutionnelle dans sa forme de 1951 et faire de l’islam la religion d’État.

En juillet 2005, Abu al-Laith al-Liby parvient contre toute vraisemblance à s’échapper de la prison de haute sécurité de Bagram (Afghanistan) et devient l’un des chefs d’Al-Qaida. Il appelle les jihadistes du GICL qui ne l’ont pas encore fait à rejoindre Al-Qaida en Irak. Les Libyens deviennent majoritaires parmi les kamikazes d’Al-Qaida en Irak [3]. En février 2007, al-Liby conduit une attaque spectaculaire contre la base de Bagram alors que le vice-président Dick Cheney s’apprête à la visiter. En novembre 2007, Ayman al-Zawahiri et Abu al-Laith al-Liby annoncent la fusion du GICL avec Al-Qaida.

Abu al-Laith al-Liby devient l’adjoint d’Ayman al-Zawahiri, et à ce titre le numéro 2 d’Al-Qaida puisque l’on est sans nouvelles d’Oussama Ben Laden. Il est tué par un drone de la CIA au Waziristan, fin janvier 2008.

Durant la période 2008-2010, Saif el-Islam Kadhafi négocie une trêve entre la Jamahiriya et le GICL. Celui-ci publie un long document, Les Etudes correctrices, dans lequel il admet avoir commis une erreur en appelant au jihad contre des coreligionnaires dans un pays musulman. En trois vagues successives, tous les membres d’Al-Qaida sont amnistiés et libérés à la seule condition qu’ils renoncent par écrit à la violence. Sur 1 800 jihadistes, plus d’une centaine refuse cet accord et préfère rester en prison.

Dès sa libération, Abdelhakim Belhadj quitte la Libye et s’installe au Qatar.

Début 2011, le prince Bandar Bin Sultan entreprend une série de voyages pour relancer Al-Qaida en élargissant son recrutement, jusqu’ici presque exclusivement arabe, aux musulmans d’Asie centrale et du Sud-Est. Des bureaux de recrutement sont ouverts jusqu’en Malaisie [4]. Le meilleur résultat est obtenu à Mazar-i-Sharif, où plus de 1 500 Afghans s’engagent pour le jihad en Libye, en Syrie et au Yémen [5]. En quelques semaines, Al-Qaida, qui n’était plus qu’un groupuscule moribond, peut aligner plus de 10 000 hommes. Ce recrutement est d’autant plus facile que les jihadistes sont les mercenaires les moins chers du marché.

Le 17 février 2011, la « Conférence nationale de l’opposition libyenne » organise la « journée de la colère » à Benghazi, qui marque le début de la guerre.

Le 23 février, l’imam Abdelkarim Al-Hasadi proclame la création d’un Émirat islamique à Derna, la ville la plus intégriste de Libye dont sont originaires la majorité des jihadistes devenus kamikazes d’Al-Qaida en Irak. Al-Hasadi est un membre du GICL de longue date qui a été torturé par les États-Unis à Guantanamo [6]. La burqa devient obligatoire et les châtiments corporels sont rétablis. L’émir Al-Hasidi organise sa propre armée, qui débute avec quelques dizaines de jihadistes et en regroupe bientôt plus d’un millier.

Le général Carter Ham, commandant de l’Africom, chargé de coordonner l’opération alliée en Libye, exprime ses interrogations quant à la présence parmi les rebelles qu’on lui demande de défendre des jihadistes d’Al-Qaida qui ont tué des GI’s en Afghanistan et en Irak. Il est relevé de sa mission qui est transmise à l’OTAN.

Un peu partout en Cyrénaïque « libérée », les hommes d’Al-Qaida sèment la terreur, pratiquant massacres et tortures. Ils se font une spécialité d’égorger les kadhafistes et de leur arracher un œil, et de couper les seins des femmes impudiques. L’avocat de la Jamahiriya, Me Marcel Ceccaldi, accuse l’OTAN de « complicité de crimes de guerre ».

Le 1er mai 2011, Barack Obama annonce qu’à Abbottabad (Pakistan), le commando 6 des Navy Seals a éliminé Oussama Ben Laden dont on était sans nouvelles crédibles depuis presque 10 ans. Cette annonce permet de clore le dossier Al-Qaida et de relooker les jihadistes pour en refaire des alliés des États-Unis comme au bon vieux temps des guerres d’Afghanistan, de Bosnie-Herzégovine, de Tchétchénie et du Kosovo [7]. Le 6 août, tous les membres du commando 6 des Navy Seals meurent dans la chute de leur hélicoptère.

Hillary Clinton photographiée avec le contrebandier (drug dealer) Jorge Cabrera quelque temps avant  la guerre de Libye.
Hillary Clinton photographiée avec le contrebandier (drug dealer) Jorge Cabrera quelque temps avant la guerre de Libye.On ramassait de l’argent pour une oeuvre de charité!

Abdelhakim Belhadj revient dans son pays dans un avion militaire qatariote au début de l’intervention de l’OTAN. Il prend le commandement des hommes d’Al-Qaida dans les montagnes du Djebel Néfoussa. Selon le fils du général Abdel Fattah Younés, c’est lui qui commandite le 28 juillet 2011 l’assassinat de son vieil ennemi qui était devenu le chef militaire du Conseil national de transition. Après la chute de Tripoli, Abdelhakim Belhadj ouvre les portes de la prison d’Abou Salim et libère les derniers jihadistes d’Al-Qaida qui y étaient détenus. Il est nommé gouverneur militaire de Tripoli. Il exige des excuses de la CIA et du MI6 pour le traitement qu’ils lui ont fait subir par le passé [8]. Le Conseil national de transition lui confie la charge de former l’armée de la Libye nouvelle.

Thierry Meyssan

[1] « David Shayler : “J’ai quitté les services secrets britanniques lorsque le MI6 a décidé de financer des associés d’Oussama Ben Laden“ », Réseau Voltaire, 18 novembre 2005.

[2] « Libya’s Powerful Islamist Leader », par Babak Dehghanpisheh, The Daily Beast, 2 septembre 2011.

[3] « Ennemis de l’OTAN en Irak et en Afghanistan, alliés en Libye », par Webster G. Tarpley, Réseau Voltaire, 21 mai 2011.

[4] « La Contre-révolution au Proche-Orient », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 11 mai 2011.

[5] « CIA recruits 1,500 from Mazar-e-Sharif to fight in Libya », par Azhar Masood, The Nation (Pakistan), 31 août 2011.

[6] « Noi ribelli, islamici e tolleranti », reportage de Roberto Bongiorni, Il Sole 24 Ore, 22 mars 2011.

[7] « Réflexions sur l’annonce officielle de la mort d’Oussama Ben Laden », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 4 mai 2011.

[8] « Libyan commander demands apology over MI6 and CIA plot », par Martin Chulov, Nick Hopkins et Richard Norton-Taylor, The Guardian, 4 septembre 2011.

Source: diverses sur le web…recherche personnelle,archives personneles (journeaux ,revues,etc)