La Russie coupe le gaz à l’Ukraine, dont dépend l’Europe

Gazprom-650x25016 juin 2014

La Russie a mis sa menace à exécution lundi et coupé le gaz à l’Ukraine après l’échec de leurs négociations, risquant d’affecter l’Europe et d’aggraver le pire conflit sur le continent depuis la fin de la Guerre froide.

Les dirigeants pro-occidentaux ukrainiens avaient espéré parvenir à un accord de dernière minute dimanche à Kiev dans le bras-de-fer énergétique qui les oppose à Moscou, alors que le pays est confronté à une violente insurrection prorusse dans l’Est.

La Russie a réduit à zéro les livraisons de gaz vers l’Ukraine, ne laissant transiter que les volumes destinés aux pays européens, a indiqué le ministre ukrainien de l’Energie Iouri Prodan, assurant que son pays ne perturberait pas le transit vers l’Europe.

Environ 15% du gaz consommé en Europe transitent par le territoire ukrainien.

Le commissaire européen à l’Energie, Guenther Oettinger, a néanmoins averti que l’Europe pourrait être confrontée cet hiver à une pénurie de gaz si l’Ukraine puisait dans les volumes destinés à l’UE, faisant écho aux mises en garde de Gazprom à Bruxelles sur de possibles perturbations comme lors des précédents conflits gaziers en 2006 et 2009.

A l’expiration de son ultimatum lundi à 06H00 GMT, Gazprom a annoncé qu’il ne fournirait à l’Ukraine, dont la dette gazière atteint 4,5 milliards de dollars, que ce qu’elle règlera en avance.

Naftogaz reçoit son gaz pour les volumes qu’elle paye. Rien n’a été payé, donc rien ne sera livré, a résumé le porte-parole de Gazprom, Sergueï Kouprianov.

Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev dirigeait lundi à la mi-journée une réunion de crise avec son ministre de l’Energie Alexandre Novak et le patron de Gazprom, Alexeï Miller.

Cour d’arbitrage internationale

Gazprom a aussi annoncé lundi avoir saisi la cour d’arbitrage internationale de Stockholm concernant la dette gazière de l’Ukraine. Aussitôt, Kiev a répliqué en annonçant avoir lancé une procédure devant la même juridiction afin de trancher sur le prix.

L’opérateur gazier ukrainien, Naftogaz, réclame en outre 6 milliards de dollars, estimant avoir trop payé depuis 2010.

Kiev a refusé la hausse des prix décidée par Moscou après l’arrivée au pouvoir de dirigeants pro-occidentaux fin février, conséquence de la chute du président prorusse Viktor Ianoukovitch : les 1.000 mètres cubes de gaz sont alors passés de 268 à 485 dollars, un prix sans équivalent en Europe. Dans sa dernière offre, Moscou avait proposé 385 dollars.

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a dénoncé dimanche l’arrogance de Kiev qui rejette un compromis raisonnable ce qui s’expliquerait, selon lui, par l’ingérence d’un État tiers.

Après l’espoir d’une détente né des premiers contacts entre le président russe Vladimir Poutine et le nouveau chef de l’État ukrainien Petro Porochenko, le ton est monté entre Kiev et Moscou au cours du week-end.

Loi martiale dans l’Est

Le président pro-occidental ukrainien a promis une réponse adéquate aux séparatistes après l’attaque contre l’avion abattu à Lougansk (49 morts), la plus meurtrière pour l’armée ukrainienne depuis le lancement le 13 avril d’une opération militaire dans l’Est séparatiste prorusse qui a fait plus de 300 morts.

L’introduction de la loi martiale dans l’Est rebelle sera abordée lundi lors d’une réunion du conseil de sécurité nationale et de défense convoqué par M. Porochenko, a indiqué dimanche le ministre ukrainien de la Défense Mikhaïlo Koval.

M. Porochenko avait présenté la semaine dernière à Vladimir Poutine son plan de paix, faisant naître l’espoir d’une détente mis à mal après l’attaque de Lougansk revendiquée par les insurgés prorusses.

Les États-Unis ont réaffirmé vendredi que la Russie avait fourni aux séparatistes dans l’est de l’Ukraine des chars et des lance-roquettes, du matériel qui a franchi ces derniers jours la frontière entre les deux pays.

Poutine insulté par un ministre

La décision de Gazprom intervient après un week-end particulièrement tendu après des incidents samedi devant l’ambassade russe en Ukraine, en marge d’une manifestation pour protester contre l’attaque meurtrière de Lougansk.

La diffusion dimanche d’une vidéo montrant le ministre ukrainien des Affaires étrangères insultant le président russe Vladimir Poutine a rajouté à l’indignation de Moscou.

Sur ces images, Andriï Dechtchitsa, venu calmer la foule, dit aux manifestants qu’il est prêt à exiger avec eux que la Russie se retire de l’Ukraine et lâche Poutine connard, un slogan lancé par des supporteurs de football il y a plusieurs semaines et devenu depuis en Ukraine un refrain très populaire.

Plusieurs hauts responsables russes ont crié au scandale et appelé le président ukrainien à limoger M. Dechtchitsa.

Un manifestant avait décroché samedi le drapeau russe tandis que d’autres ont renversé les voitures diplomatiques, jeté des pavés et un cocktail molotov sur le bâtiment.

Source : Romandie

Publicités

Manifestations et protestations monstres en Ukraine

Le peuple es descendu dans la rue

Les combats ont éclaté dans une rue latérale menant à la Verkhovnaya Rada, ou Parlement, et à proximité de Place de l’Indépendance, qui a été le centre des manifestations.

MOSCOU ,19 janvier 2014 – Un grand rassemblement à Kiev, en Ukraine, qui a été appelé en partie pour protester contre une nouvelle série de lois réprimant les manifestations publiques a dégénéré dimanche quand les hommes encagoulés ont attaqué la police avec des bâtons et ont jeté des pétards et des pavés à eux.

La police a répondu avec des gaz lacrymogènes. En début de soirée, au moins un fourgon de police brûlait sur une rue du centre de la ville, et des témoins dit que les gens avaient été blessés, mais on voit mal comment sévèrement.

La violence semble être le pire dans au moins un mois pour le mouvement de protestation continue en Ukraine, et il signifiait une aggravation de la crise politique dans le pays, l’ancien Etat soviétique le plus peuplé à côté de la Russie.

Les protestations ont commencé en Novembre, après que le gouvernement du président Viktor Ianoukovitch F. a refusé de signer un accord de libre-échange de balayage avec l’Union européenne. Il a négocié plus tard un programme d’aide financière de la Russie.

Dans les discours sur la place, les dirigeants de l’opposition ont dénoncé les participants à la mêlée comme provocateurs et ont dit qu’ils ne représentent pas les aspirations des manifestants pacifiques. Mais les dirigeants étaient également impuissants à arrêter les combats.

A minuit, les rues étaient une scène de chaos total. Ceux qui luttent la police les a frappés avec des longueurs de tuyaux et de bâtons, et les pavés lancés de la taille de ballons de football dans leur milieu. Ils ont envoyé des feux d’artifice qui sifflent et des étincelles dans leurs rangs, et jeté ce qui semblait être des bombes incendiaires, floraison en flammes quand ils ont frappé. La police trébuché en arrière, caressant leurs vêtements comme le feu a brûlé leurs boucliers métalliques.

La police anti-émeute a pulvérisé à partir d’un canon à eau, malgré les températures glaciales. Gazeta.ru, un portail de nouvelles de Russie, a indiqué que 70 policiers ont été blessés et 40 hospitalisés.

La manifestation contre les nouvelles lois adoptées jeudi a attiré des dizaines de milliers de personnes, une petite foule de au sommet du mouvement de protestation en Décembre, mais plus grand que le week-end récentes.Depuis Novembre, les manifestants ont occupé les bâtiments carrés et plusieurs, y compris l’hôtel de ville.

Les manifestants ont dit qu’ils étaient en colère par les lois considérées comme circonscrivant les droits de réunion publique.

Les lois raidis les sanctions pour la mise en place des tentes et des stades dans les espaces publics. Ils ont interdit le port du casque et cagoule, une tactique des militants de l’opposition pour se protéger contre la police, l’identification ou l’arrestation.

Au mépris, de nombreux manifestants ont montré jusqu’à porter bouilloires à l’envers sur la tête.

Les dirigeants du mouvement ont du mal à formuler une réponse à la législation.

Lancer media viewerLes manifestants se sont protégés en lançant des feux d'artifice à la police anti-émeute à Kiev le dimanche.
Lancer media viewerLes manifestants se sont protégés en lançant des feux d’artifice à la police anti-émeute à Kiev le dimanche.

Les manifestants ont dit qu’ils étaient en colère par les lois considérées comme circonscrivant les droits de réunion publique.

Les lois raidis les sanctions pour la mise en place des tentes et des stades dans les espaces publics. Ils ont interdit le port du casque et cagoule, une tactique des militants de l’opposition pour se protéger contre la police, l’identification ou l’arrestation.

Au mépris, de nombreux manifestants ont montré jusqu’à porter des bouilloires à l’envers sur la tête.

Les dirigeants du mouvement ont du mal à formuler une réponse à la législation.

 

Les manifestants armés de bâtons ont essayé de briser le blocus de la police et d'assaut le Parlement ukrainien le dimanche.
Les manifestants armés de bâtons ont essayé de briser le blocus de la police et d’assaut le Parlement ukrainien le dimanche.

Arseniy Iatseniouk P., l’un des principaux organisateurs de la manifestation, a annoncé un plan pour former une ombre Parlement, le gouvernement et Kiev administration de la ville qui fonctionnerait selon les lois d’une Constitution de 2004 que M. Ianoukovitch a modifié illégalement -,a affirmé  un porte-parole de  l’opposition .

Dimanche soir, M. Iatseniouk, parlant de la scène sur la place, a dit qu’il avait reçu un appel de M. Ianoukovitch dit que le gouvernement était prêt à des négociations.

Vitali Klitschko, le leader de Punch, un parti politique, et un ancien champion de boxe poids lourd, dit à la foule qu’il était « annonce une élection présidentielle pression,« si l’opposition parlementaire n’a pas de motifs juridiques pour forcer un vote si M. Ianoukovitch ne pas démissionner.

Cette incapacité des dirigeants à imposer un changement politique en vertu de la Constitution actuelle ou consolider autour d’un chef unique, en dépit de l’appui populaire clair de leur ordre du jour antigouvernementale dans la capitale est devenue une cause immédiate de la violence, le dimanche.

Un chef de file d’un groupe de manifestants qui sont arrivés dans une colonne de voitures, un mouvement appelé Auto Maidan, après le nom de la place, a pris la scène et dit que l’opposition doit choisir un chef, et si elle ne pouvait pas, la foule devrait marcher au Parlement.

M. Iatseniouk a appelé ce discours une provocation à la violence. Mais certains dans la foule a agi de toute façon, se déplaçant vers le Parlement et des affrontements avec des policiers anti-émeute.

Après le début des combats, M. Iatseniouk, parlant de la scène sur la place, a appelé les manifestants à s’abstenir de toute violence et dénonce ceux qui luttent contre la police, disant qu’ils ne représentent pas l’opposition.

Source:New York Time

Manipulation médiatique manquée du Nouvel Ordre Mondial sur l’Ukraine

Une vieille photo retappée
Une vieille photo retapée

Depuis quelques heures cette photo fait le tour du net.Elle a donnée lieu  à des descriptions comme celles qui suivent:

« Impressionnante photo de la foule rassemblée à Kiev en Ukraine pour demander la démission du président … »

« Mais y sont complètement fous de vouloir à tout prix adhérer à l’UE !!! On peu facilement deviner qui est derrière ces manifestations… »

« Face à la volonté de l’Ukraine de se rapprocher économiquement de la Russie, la CIA et l’UE encouragent à un coup d’Etat civil dans le pays. »

Ceci est une tentative à peine déguisée des agents de la CIA en poste là-bas,afin de nous faire avaler une vessie pour une lanterne.

C’est l’une des pires et des plus mauvaises tentatives de manipulation   politiques jamais vues dans le but de nous faire croire  à la volonté du peuple ukrainien  d’abandonner  l’amitié avec la Russie.

Cette photo est beaucoup diffusée en ce moment mais elle a été prise lors d’un concert-bénéfice d’Elton John à Kiev le 30 juin 2012.Elle a été identifiée par plusieurs amis sur le web,depuis quelques heures.

Voici  le vidéo  fait à cet effet,pour vous relaxer un peu:

 

*Ajout de dernières secondes:

Femen  travaillerait pour la propagande US ...fort probable!
Femen travaillerait pour la propagande US …fort probable!

Les femmes aux seins nus du mouvement féministe Femen ,dimanche  1 décembre 2013,ont  symboliquement uriné sur des photos du président ukrainien Viktor Ianoukovitch à Paris pour condamner la répression (virtuelle et mensongère)  des manifestants en colère à propos de son refus d’un  accord-clé   avec  l’UE.

Mais il n’était pas clair si elles ont été effectivement uriner ou tout simplement passer un liquide contenu dans des sachets cachés.

Le slogan « Ianoukovitch piss off! » A été peint sur ​​leurs torses. Elles ont ensuite quitté et il n’y avait pas  eu d’arrestations.

On peut parler d’une collaboration  et d’une tolérance tacite du gouvernement gauchiste et pro-sioniste de la France.

La propagande « Caca pipi  » de Femen contrôlé par la politique sale ne m’influencera pas.