Les dossiers de Michel Duchaine:Les racines talmudiques du sionisme

En 1893 est paru le livre « Le Talmud démasqué, les enseignements rabbiniques secrets concernant les Chrétiens ». Son auteur était le Père Justin Bonaventure Pranaitis, Maître de Théologie et professeur d’hébreu à l’Académie Impériale Ecclésiastique de l’Église Catholique Romaine de Saint-Pétersbourg. Dans cet ouvrage, Pranaitis dénonce tous les enseignements intolérants, discriminatoires, haineux et mêmes racistes contenus dans le Talmud.
Il  y explique que la première édition complète du Talmud fut imprimée à Venise en 1520; les non-Juifs purent alors en prendre connaissance et furent scandalisés de tous les passages hostiles et insultants à leur égard qu’il contenait. Les Juifs, craignant des représailles, d’une part, et obéissant aux protocoles de Sion d’autre part, commencèrent alors à sortir des éditions censurées et expurgées du Talmud (comme celle de Bâle en 1578, par exemple). 
Cependant, depuis la création de l’État d’Israël, les rabbins restaurèrent tous les passages insultants et dégradants pour les non-juifs dans les nouvelles éditions du Talmud en hébreu.
En 1962, le « Livre de la connaissance”, code talmudique de Maïmonide, a été publié à Jérusalem en édition bilingue anglais-hébreu.Dans la partie juive, tous las passages haineux et racistes sont présents alors que, bizarrement, dans la partie anglaise, ils sont absents.
Voici quelques exemples, rapportés par Pranaitis et ses successeurs, des passages contre les non-juifs contenus dans le Talmud (*).
Bush et son Talmud…!

Les non-juifs sont impurs

Abhodah Zarah 22b : « Les Non-juifs sont impurs parce qu’ils n’étaient pas là au Mont Sinaï. »
Abhodah Zarah 35b : « Toutes les filles des incroyants sont niddah (sales, impures) depuis leur naissance ».
Iore Dea 198, 48 : « Les femmes Juives sont contaminées par la simple rencontre de Non-juifs ». 
Schabbath 145b : « Les Non-juifs sont impurs parce qu’ils mangent de la nourriture impure ».
Zohar I, 46b, 47a : « L’âme des goyims est d’une origine théologique impure ».
Zohar I, 131a : « Les idolâtres (non-juifs) souillent le monde. »
Un rabbin enseignant le Talmud,en Israel.

Les non-Juifs sont des animaux

Ereget Rashi Erod.22 30 : « Un Non-juif est comme un chien. Les écritures nous apprennent qu’un chien mérite plus de respect qu’un non-juif ».
Lebhammoth 61a : « Les juifs ont droit à être appelés « hommes », pas les Non-juifs ».
Jalkut Rubeni Gadol 12b: « Les âmes des non-juifs proviennent d’esprits impurs que l’on nomme porcs ».
Kerithuth 6b : « Les juifs sont des humains, les non-juifs sont des animaux ».
Orach Chaiim 225, 10 : « Les Non-juifs et les animaux sont utilisés de manière équivalente dans une comparaison ».
Schene Luchoth Haberith p. 250b : « Même si un non-juif a la même apparence qu’un juif, il se comporte envers les juifs de la même manière qu’un singe envers un homme ».
Tosaphot, Jebamoth 94b : « Lorsque vous mangez en présence d’un non-juif c’est comme si vous mangiez avec un chien ».
Yebamoth 98a : « Tous les enfants des goyims (**) sont des animaux ».
Zohar II 64b : « Les non-juifs sont idolâtres, ils sont comparés aux vaches et aux ânes ».
Orach Chaiim 57, 6a : « Il ne faut pas avoir plus de compassion pour les non-juifs que pour les cochons, quand ils sont malades des intestins ».

Les juifs peuvent voler les non-juifs, se partager le vol, et mentir

Babha Bathra 54b : « La propriété d’un Non-juif appartient au premier juif qui la réclame ». Note : c’est ce qui se passe tous les jours en Palestine : les juifs dépouillent les Palestiniens de leurs terres et de leurs maisons sans raison et sans devoir payer quoi que ce soit. Ils appliquent les lois du Talmud.
Babha Kama 113a : « Les juifs peuvent mentir et se parjurer, si c’est pour tromper ou faire condamner un Non-juif ».
Baba Mezia 24a: « Si un juif trouve un objet appartenant à un goyim, il n’est pas tenu de le lui rendre ».
Choschen Ham 183, 7: « Des juifs qui trompent un Non-juif, doivent se partager le bénéfice équitablement ».
Abhodah Zarah 54a: « L’usure peut être pratiquée sur les Non-juifs ».
Choschen Ham 226, 1: « Les juifs peuvent garder, sans s’en inquiéter, les affaires perdues par un Non-juif ».
iore Dea 157, 2 hagah: « Si un juif a la possibilité de tromper un non-juif, il peut le faire ».
Babha Kama 113a: « Les incroyants ne bénéficient pas de la loi et Dieu à mis leur argent à la disposition d’Israël ». Note : cela permet de spolier les Palestiniens.
Schabbouth Hag. 6d: « Les juifs peuvent jurer faussement en utilisant des phrases à double sens, ou tout autre subterfuge ».

Les juifs ont le droit de tuer les Non-juifs

Abhodah Zarah 4b: « Vous pouvez tuer un incroyant avec vos propres mains ».
Abhodah Zarah 26b Tosepoth : « Même le meilleur des Goïm devrait être abattu ». Note : les Israéliens tuent des Arabes tous les jours, sans que cela entraîne une quelconque punition en Israël ou à l’étranger. Les pays « démocratiques  » ou « libres » n’y trouvent rien à redire, puisque c’est la loi juive qui le recommande.
Choschen Ham 425, 5 : « Il est permis de tuer indirectement un Non-juif, par exemple, si quelqu’un qui ne croit pas en la Torah tombe dans un puits dans lequel se trouve une échelle, il faut vite retirer l’échelle ».
Bammidber Raba c 21 : « Tout juif qui verse le sang d’incroyants (non-juifs) revient à la même chose qu’une offrande à dieu ».
Hilkkoth X, 1 : « il ne faut pas sauver les Non-juifs en danger de mort ».
Ialkut Simoni 245c : « Répandre le sang des impies est un sacrifice agréable à dieu ».
Talmud, Makkoth 7b : « On est innocent du meurtre involontaire d’un Israélite, si l’intention était de tuer un koutim (non-juif) ; tout comme on est innocent du meurtre accidentel d’un homme, quand l’intention était d’abattre un animal ».
Talmud, Peaschim 25a : « Il faut éviter l’aide médicale des idolâtres (sous entendu des Non-juifs) ».
Talmud, Pesachim 49b : « Il est permis de décapiter les Goïm (non-juifs) le jour de l’expiation des péchés, même si cela tombe également un jour de sabbat ».
Sanhedrin 57a: « Si un juif tue un non-juif, il ne sera pas condamné à mort. Ce qu’un juif vole d’un non-juif, il peut le garder ».
Sanhedrin 58b : « Si un goyim (non-juif) frappe un juif, il faut le tuer, car c’est comme frapper Dieu ».
Sanhedrin 59a : « Les Goïm qui chercheraient à découvrir les secrets de la Loi d’Israël, commettent un crime qui réclame la peine de mort ».
Sepher Ou Israël 177b : « Si un juif tue un Non-juif, ce n’est pas un péché ».
Zohar I, 25a : « Les Non-juifs doivent être exterminés car ce sont des idolâtres ».
Zohar I, 28b, 39a : « Les meilleures places dans les Cieux sont pour ceux qui tuent les idolâtres ».
Zohar II, 64b : « Le taux de naissance des Non-juifs doit être diminué matériellement ».
Sepher Ikkarim III c25: « Il est permis de prendre le corps et la vie d’un non-juif ».
Zohar II, 43a : « L’extermination des Non-juifs est un sacrifice agréable à dieu ».

Le Juif est un être supérieur

Chagigah 15b : « Un juif est toujours considéré comme bon, en dépit des péchés qu’il peut commettre. C’est toujours sa coquille qui se salit, jamais son fond propre ».
Chullin 91b: « Les juifs possèdent la dignité dont même un ange ne dispose pas ».
Kallah 1b, 18: « Le juif peut se parjurer la conscience claire ».
Sanhédrin 52b: « L’adultère n’est pas défendu avec la femme d’un Goyim (non-juif), parce que Moïse n’a interdit que l’adultère avec ‘la femme de ton prochain’, et les goyims (non-juifs) ne sont pas des prochains ».
Choschen Ham 34, 19: « Les Non-juifs et les serviteurs ne peuvent pas témoigner lors d’un procès ».
Abhodah Zarah 20a: « Ne jamais faire la louange d’un Non-juif, de peur qu’il ne la croie ».
Abhodah Zarah 22a: « Ne pas fréquenter les goyims, ils versent le sang ».
Abhodah Zarah 25b: « Se méfier des Non-juifs quand on voyage avec eux à l’étranger ».
Abhodah Zarah 26a: « Ne pas recourir à une sage femme non-juive, qui une fois seule pourrait tuer le bébé, ou même si elle était surveillée, elle pourrait lui écraser la tête sans que personne ne puisse la voir ».
Abhodah Zorah 26b: « Ceux qui voudraient changer de religion doivent être jetés au fond d’un puits, et oubliés ».
Abhodah Zarah 35b: « Ne pas boire du lait tiré par un Non-juif ».
Choschen Ham 156, 5: « Les clients non-juifs, possédés par un juif, ne doivent pas être démarchés par un autre juif ».
Choschen Ham 386, 10: « Celui qui voudrait avouer les secrets d’Israël aux Non-juifs, doit être tué avant même qu’il ne leur dise quoi que ce soit ».
Choschen Ham 388, 15: « Il faut tuer ceux qui donneraient l’argent des Israélites à des Non-juifs ».
Eben Haezar 44, 8: « Sont nuls les mariages entre les Non-juifs et les juifs ».
Emek Haschanach 17a: « L’âme des non-juifs vient de la mort et de l’ombre de la mort ».
Hilkhoth X, 7: « Où les juifs sont fortement installés, il ne faut plus tolérer la présence des idolâtres ».
Iore Dea 81, 7 Ha: « Un enfant ne doit pas être allaité par une nourrice non-juive, car son lait lui donnera une nature maléfique ».
Iore Dea 120, 1: « La vaisselle achetée à des Non-juifs doit être jetée ».
Iore Dea 147, 5: « Il faut railler les objets du culte non-juif, il est interdit de souhaiter du bien à un Non-juif ».
Iore Dea 148, 12 H: « On peut prétendre se réjouir avec les Non-juifs pendant leurs fêtes, si cela permet de cacher notre haine ».
Iore Dea 151, 14: « Il est interdit de concourir à la gloire d’un Non-juif ».
Iore Dea 151, 11: « Il est interdit de faire un présent à un Non-juif, cela encourage l’amitié ».
Iore Dea 154, 2: « Il est interdit d’enseigner un métier à un Non-juif ».
Iore Dea 159, 1: « Suivant la Torah, il est autorisé de prêter de l’argent à un Non-juif avec intérêt. « .
Moed Kattan 17a: « Si un juif est tenté par le mal, il doit se rendre dans une ville ou on ne le connaît pas et là il peut s’adonner au mal ».
Rosch Haschanach 17a : « L’âme des non-juifs descend en enfer pour toutes les générations ».
Sanhedrin 57a: « Un juif n’est pas obligé de payer le salaire redevable à un non-juif ».
Shabbath 116a (p. 569): « Les juifs doivent détruire les livres des non-juifs (nouveau testament) ».
Zohar I, 25b: « Ceux qui font du bien à un Non-juif, ne se relèveront pas des morts ».
Zohar I, 28b: « Les Non-juifs sont les enfants du serpent de la Genèse ».
Zohar I, 160a: « Les juifs doivent en permanence tenter de tromper les Non-juifs ».
Zohar I, 219b: « Les princes Non-juifs sont des idolâtres, ils doivent mourir ».
Zohar II, 19a: « La captivité des juifs prendra fin lorsque les princes Non-juifs seront morts ».

Que penser de tous ces exemples rapportés par Pranaitis ?

D’abord, on remarquera qu’il n’est pas besoin d’être un grand spécialiste de l’hébreu pour lire le Talmud en recopiant simplement les phrases intolérantes qui s’y trouvent.
Les rabbins objectent aussi que certains de ces passages sont caducs, car ils ne parlaient pas des Chrétiens actuels mais des anciens peuples polythéistes environnant l’antique Israël (les Cananéens par exemple).

Cependant, si c’est vrai, le problème n’est que reporté dans le passé : cela montre que le judaïsme s’est montré haineux et raciste envers ses voisins dans l’antiquité. Et à aucun moment ce comportement n’a été condamné… on a juste considéré qu’il n’avait plus lieu d’être puisque les peuples incriminés n’existent plus.

Cependant, en observant le comportement des Israéliens vis-à-vis des Palestiniens, on ne peut que constater que les injonctions du Talmud sont intégralement appliquées. Ainsi, le grand rabbin Ovadia Yossef, chef spirituel du Shas, la troisième formation de la Knesset a-t-il déclaré, en se conformant au Talmud : « Le seigneur devrait infliger aux arabes les actes qu’ils commettent, pourrir leur semence, les exterminer, et les faire disparaître de ce monde. Il est interdit d’être magnanime avec eux. Il faut leur lancer des missiles et les annihiler. Ce sont des démons. » .

De plus, le fait même que des rabbins discutent sur ces passages démontre bien que ceux-ci existent bien dans le Talmud. Donc on ne peut pas croire ceux qui prétendent que ces passages ne sont qu’une pure création de la part des antisémites.

On peut cependant essayer de lire d’autres auteurs plus anciens qui, eux aussi, ont recopié les passages du Talmud qui posaient problème

En 1239, Nicolas Donin, un érudit Juif nouvellement converti au christianisme, porta devant le Pape Grégoire IX, une accusation contre le contenu du Talmud. Ce dernier fit alors saisir les exemplaires de ce livre et fit ouvrir une enquête sur le sujet. L’année suivante eut alors lieu à Paris une discussion entre Donin et quatre rabbins parmi les plus érudits, à la suite de laquelle le Talmud fut condamné à être brûlé. Les 35 chefs d’accusations soulevés lors du procès ont été mis par écrit dans l’ouvrage « Extractiones de Talmut », ce qui permet de connaitre les passages du Talmud qui posaient problème et scandalisaient les Chrétiens.

En cherchant, que peut-on donc encore trouver dans le Talmud ?

Zoophilie : Yebamoth 59b: « Une femme qui a eu des rapports sexuels avec une bête a le droit de se marier avec un prêtre juif. Une femme qui a eu des relations avec un démon a aussi droit de se marier avec un prêtre juif.« 
Sexisme et mépris des femmes
Menahoth 43b : “Un Juif mâle devrait dire la prière suivante chaque jour : ‘Dieu Merci de ne pas m’avoir fait une femme, un Gentil ou un esclave’.”
Baba Bathra 16b : “la naissance d’une fille est un triste événement.”
Aboth 1:5 : “il n’est pas bon de parler aux femmes, pas même à votre propre femme.”
Pédophilie
Gittin 91a : “il est permis de divorcer d’avec votre femme si elle brûle votre dîner, ou si vous voyez une plus jolie fille, même si elle n’a que 3 ans.”
Mensonge et Hypocrisie
Plus hypocrite et insidieux, on peut également trouver une prière qui favorise le mensonge : Le Kol Nidre, dont le contenu apparait dans le Talmud, Livre de Nedarim 23a-23b.

Et voilà la traduction officielle de cette prière, issue du volume VIII de l’encyclopaedia Judaica (page 539) :
« De tous les vœux, les engagements, les serments, les anathèmes que l’on pourrait prendre, faire, jurer ou promettre, ou par lequel nous pourrions nous lier d’une manière quelconque entre ce jour de l’expiation et le suivant (dont nous attendons l’heureuse venue), nous nous repentons par avance. Puissent ils être absous, pardonnés, annulés, nuls et non avenus; ils ne doivent nous lier d’aucune manière, ni avoir un pouvoir quelconque sur nous. Les vœux ne doivent pas être considérés comme des vœux, les obligations ne doivent pas être obligatoires, ni les serments être des serments. »

Cette prière permet et autorise donc la dissimulation et le mensonge, voire l’incite. Ce n’est guère spirituel. On peut aussi citer divers exemples qui, sans être xénophobes ou racistes, paraissent très barbares. Exemples :

Pédérastie et Pédophilie
Kerithuth, 11a-11b. « Rabba a dit que ça voulait dire ceci : ‘Quand un homme adulte a des rapports avec une petite fille, ce n’est rien, car quand la fille est plus petite que dans ce cas là (moins de trois ans), c’est comme si on lui mettait le doigt dans l’œil ; mais quand un petit garçon a des rapports avec une femme adulte, c’est un cas équivalent à celui où une fille est pénétrée par un morceau de bois’. »
Abhodah Zarah 36b-37a : Rabbi Naham ben Isaac a dit : ‘Au sujet des enfants païens, ils décrétèrent que les rapports sexuels pourraient causer une souillure par l’émission de leur sperme, et qu’un enfant israélite ne devait donc pas prendre l’habitude de commettre des actes de pédérastie avec ces animaux. (…) À partir de quel âge un enfant païen déclenche-t-il la souillure par l’émission de son sperme ? À partir de neuf ans et un jour. Dès lors qu’il est capable de l’acte sexuel, il souille en répandant son sperme.’
Rabina a dit : ‘Il faut donc conclure qu’une petite fille païenne souille depuis l’âge de trois ans et un jour, attendu qu’elle est alors capable de participer à l’acte sexuel, elle peut donc parfaitement souiller par l’intermédiaire de ses humeurs vaginales’.”
Sanhedrin 54b : « Un juif peut avoir des rapports sexuels avec un enfant à condition que l’enfant ait moins de neuf ans. »
Sanhedrin 55b-55a : « Rab a dit : ‘La pédérastie avec un enfant qui a moins de neuf ans, n’est pas à considérer comme la pédérastie avec un enfant plus âgé.’
Samuel a dit : ‘La pédérastie avec un enfant qui a moins de trois ans, n’est pas à considérer de la même manière que la pédérastie avec un enfant plus âgé.’
Sanhedrin 55b : « Une petite fille de trois ans et un jour peut être acquise en mariage par coït, en cas de mort de son mari et si elle a un rapport sexuel avec le frère de son mari, elle devient à lui. Une telle fille est considérée comme femme mariée, on peut se rendre coupable d’adultère à travers elle ; car elle peut souiller l’homme qui a des rapports sexuels avec elle, et celui-ci pourrait à son tour souiller ce sur quoi il se couche, comme un vêtement qu’on se passe (cas de blennorragie). »

Sanhédrin 59b : « Une relation sexuelle avec un garçon de moins de huit ans n’est pas de la fornication. »

Yebamoth 60b : « Ainsi que le révèle le rabbin Joshua ben Lévi : ‘Il y avait une ville sur la Terre d’Israël, où la légitimité d’un habitant était disputée, et Rabbi envoya Rabbi Ramanos qui mena une enquête. Rabbi Ramanos trouva dans cette ville la fille d’un prosélyte (et qui était mariée à un prêtre) qui n’avait pas encore trois ans et un jour, et Rabbi a déclaré : ‘Elle peut vivre avec ce prêtre’. »
Conclusions : Les rabbins font de 9 ans (ou 3 ans) le minimum : si quelqu’un sodomise un enfant moins âgé, même un bébé, aucune culpabilité n’est encourue. Pour ce qui est des filles, il est dit que pour ne pas risquer de châtiment divin, le sodomite doit s’en prendre à celles de moins de 3 ans ! 
Le fait est qu’il ne sera pas puni par Dieu s’il sodomise un garçon de moins de 9 ans ou une fille de moins de 3 ans.  En outre, un enfant de moins de 9 (ou 3) ans qui se serait fait sodomiser n’est pas coupable du crime pédérastique alors que l’enfant qui est plus vieux que 9 (ou 3) ans, qu’il soit sodomisé ou qu’il sodomise, est coupable.

Plus récemment un autre auteur a mis en cause les lois talmudiques. Il s’agit d’Israël Shahak

C’est un Juif rescapé de l’Holocauste qui a émigré en Israël en 1945 et a servi dans l’armée juive Tsahal. Militant des droits de l’homme, il s’est attaqué à l’influence de l’obscurantisme religieux juif dans la vie politique israélienne.
En 1965, il est révolté par l’attitude d’un Juif religieux qui refuse de prêter son téléphone afin d’appeler une ambulance pour secourir un goy (non Juif). Ce religieux justifie son refus en invoquant la Halakha qui interdit de sauver un non-juif le jour du Sabbat. Questionnés par Shahak, les membres de la Cour rabbinique de Jérusalem (nommés par l’État d’Israël) répondent que ce refus était parfaitement conforme aux lois talmudiques. Selon cette loi, il est interdit à un juif de profaner le jour du Sabbat pour sauver un non-juif. Par contre c’est permis pour sauver un juif. Scandalisé par cette discrimination, Shahak se met alors à étudier les lois talmudiques et expose le résultat de ses recherches dans des livres comme « Le racisme de l’État d’Israël » et « Histoire juive, religion juive, le poids de trois millénaires ». 
En 1973, Shahak révèle ainsi que l’armée israélienne a distribué à ses soldats une brochure disant ceci :« Lorsque nos forces rencontrent des civils en temps de guerre ou lors d’une poursuite ou d’un raid, tant qu’il n’y a aucune certitude que ces civils sont dans l’impossibilité de nuire à nos troupes, alors, conformément à la Halakha, ils peuvent et doivent être tués. En aucun cas on ne peut se fier à un Arabe, même s’il donne l’impression d’être civilisé. En temps de guerre, nos troupes donnant l’assaut sont non seulement autorisées mais tenues par la Halakha(*) de tuer même les civils paisibles, c’est-à-dire les civils paisibles en apparence« .
Cette brochure a alors été retirée mais ceux qui l’ont mise en pratique n’ont jamais été punis.
Israël Shahak pense même que le comportement impérialiste des Israéliens envers les Palestiniens est calqué directement sur le contenu de l’Ancien testament où Dieu encourage les Hébreux à exterminer tous les peuples occupant la terre promise.
Si on lit l’Ancien testament, en effet, il n’y a plus de problèmes de traduction : On voit directement ce qu’il en est des enseignements haineux envers les populations non-juives. On voit également l’intolérance barbare dont faisait preuve la loi mosaïque; Or la loi talmudique n’est autre que le développement de cette loi mosaïque.

L’Ancien Testament contient encore de nombreux passages barbares ou qui ne peuvent qu’inciter à l’intolérance religieuse, voire à la xénophobie ou au racisme. Ce qui a contribué à la persistance de l’anti judaïsme / anti sémitisme depuis l’Antiquité. Si des rabbins ont fait semblant d’expurger les livres religieux juifs de leurs aspects les plus racistes et xénophobes, nous constatons qu’aujourd’hui, les rabbins d’Israël affichent à nouveau ces écrits racistes et xénophobes, d’abord à l’encontre des Arabes musulmans ou chrétiens, ensuite à l’encontre des  » juifs inférieurs » : noirs etséfarades. Exemples.

Tyrannie en matière de sexualité

Le Lévitique instaure la peine de mort pour toutes sorte de délits sexuels dont la plupart n’ont rien de répréhensible à nos yeux, ni aux yeux des gréco-romains contemporains des Hébreux.

C’est le cas pour l’homosexualité : « 13 Si un individu cohabite avec un mâle, d’une cohabitation sexuelle, c’est une abomination qu’ils ont commise tous les deux ; qu’ils soient punis de mort, leur supplice est mérité. » (Lévitique 20)

L’adultère est aussi interdit sous peine de mort : « 10 Si un homme commet un adultère avec la femme d’un autre homme, avec la femme de son prochain, l’homme et la femme adultères doivent être mis à mort. » (Lévitique 20)

Il vaut mieux également éviter de fréquenter les femmes qui ont leurs règles sinon, c’est le bannissement : « 18 Si un homme cohabite avec une femme qui souffre du flux, et découvre sa nudité, Il a mis à nu la source de son sang, et elle-même a dévoilé cette source ; lis seront retranchés, tous deux, du sein de leur peuple. » Cet inconvénient est toutefois modéré, pour les hommes, puisque la polygamie n’est pas du tout interdite quoique certaines unions soient prohibées : « 14 Celui qui épouse une femme et sa mère, c’est une Impudicité : on les fera périr par le feu, lui et elles, pour qu’il n’y ait point d’impudicité parmi vous. »

La zoophilie ajoute une punition de la pauvre bête innocente au meurtre du « coupable » : « 15 Un homme qui s’accouplerait avec un animal doit être mis à mort, et l’animal, vous le tuerez« 

L’inceste est puni de mort, même si il ne s’agit pas de consanguins : « 11 Si un homme cohabite avec la femme de son père, c’est la nudité de son père qu’il a découverte : qu’ils soient mis à mort l’un et l’autre, ils ont mérité leur supplice.« 

Autorité dans la famille

Quel que soit leur comportement, les parents ont droit au respect de leurs enfants, sous peine de mort, bien évidemment : « Or, tout homme qui aura maudit son père ou sa mère, doit être mis à mort : il a maudit son père ou sa mère, il a mérité son supplice. » (Lévitique 20)

Chasse aux sorcières

La lapidation est conseillé pour tout ce qui ressemble à de la sorcellerie : « 27 Un homme ou une femme chez qui serait constatée une évocation ou un sortilège devront être mis à mort ; on les lapidera : ils ont mérité leur supplice. » (Lévitique 20)

Fanatisme (syndical ?) sur le travail pendant le Sabbat

A l’heure où, en France, on s’interroge sur les moyens d’empêcher les magasins d’ouvrir le dimanche, Moïse a une solution que l’on peut qualifier d’extrême : « 32 Pendant leur séjour au désert, les enfants d’Israël trouvèrent un homme ramassant du bois le jour du Sabbat. 33 Ceux qui l’avaient trouvé ramassant du bois le conduisirent devant Moïse et Aaron, et devant toute la communauté. 34 On le mit en lieu sûr, parce qu’il n’avait pas été expliqué comment il fallait agir à son égard. 35 Alors l’Éternel dit à Moïse : « Cet homme doit être mis à mort ; que toute la communauté le lapide hors du camp. » 36 Et toute la communauté l’emmena hors du camp, et on le fit mourir à coups de pierres, comme l’Éternel l’avait ordonné à Moïse. » (Nombres, 15)

(*) « Le Talmud (héb. : תַּלְמוּד   talmoud, « étude ») est l’un des textes fondamentaux du judaïsme rabbinique, ne le cédant en importance qu’à la Bible hébraïque, dont il représente le versant oral. Il est rédigé dans un mélange d’hébreu et d’araméen. Le Talmud est le fondement de la loi juive ou Halakha. Composé de la Mishna et de la Guemara, il compile les discussions rabbiniques sur l’ensemble des sujets de la Loi juive, classés en six ordres (shisha sedarim, abrégé Sha »s). » Wikipédia. 

 

 

(**)Goy, goyim ou goys ou  goï, goïm ou goïs : Terme par lequel, depuis l’époque biblique, les Juifs désignent les non-Juifs.

 (***) Une politicienne et parlementaire israélienne bien connue a qualifié (18/07/2014) les Palestiniens dans leur ensemble de « terroristes », allant jusqu’à affirmer que les mères des Palestiniens devraient également être tuées au cours de l’offensive israélienne dans la bande de Gaza assiégée.
 
Ayelet Shaked, du parti ultra-nationaliste Jewish Home, a appelé au meurtre de toutes les mères palestiniennes qui donnent naissance à des « petits serpents ».

Elles doivent mourir, et leurs maisons doivent être détruites de telle sorte qu’elles ne puissent plus abriter de terroristes », a-t-elle affirmé, en ajoutant : « Elles sont toutes des ennemies, et leur sang devrait être sur nos mains. C’est aussi valable pour les mères des terroristes morts.

Ces commentaires sont considérés comme un appel au , étant donné qu’elle déclare que tous les Palestiniens sont des ennemis d’ et doivent être tués.
 
 
Le Saviez vous : Les Vrais JUIFS de la THORA (ancien Testament chrétien), religieux ou laiques, Rejettent TOTALEMENT le SIONISME TALMUDIQUE, soutiennent la Cause Nationale Palestinienne & souhaitent même le Démantèlement de l’état sioniste d’Isra-Hell  ! Ils rejettent la maffia du CRIF, de la LDJ ; de la LICRA ou encore le lobby israélien de l’AIPAC  !  :-))
1) https://www.youtube.com/watch?v=J-ZZ1lcZEMo
2)https://www.youtube.com/watch?v=SOEd_GFdEW8 VOIR AUSSI :

TALMUD : Le livre des horreurs: http://youtu.be/1NnEwEnGaRY

Publicités

L’Arabie Saoudite est-elle la Terre promise des juifs ? — eschatologiablog

L’historien libanais Kamal Salibi, reconnu comme l’un des meilleurs spécialistes contemporains de l’histoire arabe, est également célèbre pour avoir publié en 1985 The Bible Came from Arabia, livre dans lequel il affirme que le royaume de Sion biblique se trouvait en réalité dans l’actuelle Arabie saoudite. Plusieurs sites archéologiques en témoignent. Le récent et léger […]

via L’Arabie Saoudite est-elle la Terre promise des juifs ? — eschatologiablog

Ré-écrire l’histoire:l’origine des Portes d’Alexandre au sud de la Russie pour bloquer l’invasion juive

les Portes d'Alexandre le Grand...afin de bloquer les enhisseurs juifs...du Nord!Impressionnant et révélateur!
les Portes d’Alexandre le Grand…afin de bloquer les enhisseurs juifs…du Nord!Impressionnant et révélateur!

 

Les portes d’Alexandre, un ancien mur de plus de 25 miles de long, dans l’extrême sud de ce qui est maintenant la Russie, qui a été construit par Alexandre le Grand pour garder hors  de son empire, parmi d’autres groupes , une nation de Juifs  établies vers le nord.
La fortification monolithique, situé près de  la ville de Derbent ,sur  la mer Caspienne (Derbent est  dite être une ville  plus ancienne que la  Russie elle-même), commence dans la mer  et scellé au large de la plaine côtière très étroite, continue loin dans les montagnes et vient  bloquer complètement la route vers le sud à travers le Caucase oriental.
Bien qu’il soit incertain d’où  et de combien de Juifs sont venus, il est connu que les Juifs ont commencé à  entrer dans la région (Daghestan) ,en venant de la Perse avant l’époque d’Alexandre (empire de Babylone probablement). Artaxerxès III de Perse est également connu pour  avoir transplanté dans la région Caspienne un grand nombre de Juifs (ce qui ressemble aux migrants syriens et iraquiens  de 2015-2016!). Quel que soit le cas, le dirigeant grec a bloqué le passage à  ces hordes barbares, juifs et autres, pour empêcher de manière permanente de piller les terres paisibles au sud.

L’historien romain Orose (qui a fini par disparaître) nous dit que ceux exclus par Alexandre le Grand étaient « un grand nombre de Juifs ». Les historiens modernes ont censuré cet événement de l’histoire en prétendant que les portes de la Caspienne (comme ils sont maintenant connues seulement) ont été construites par des monarques persans plusieurs siècles plus tard, mais cela est démenti par les peuples de l’Est ayant connu comme celles d’ Alexandre, et les Arabes comme étant  la Banque d’Alexandre (Alexander’s Bank) – comme dans un remblai / une digue.
Ces groupes mystérieux du  nord  en sont  venu à être associé au dieu  Gog démoniaque et Magog, ainsi que la légende allemande médiévale des Juifs rouges. Les premiers savants musulmans croyaient que Alexandre avait été  pris au piège par un mal terrible (ou un sortilège maléfique) derrière la barrière et que la fin du monde serait précédée par sa sortie. Guillaume de Rubrouck (1220-1293), un missionnaire flamand et explorateur dont les comptes sont détenus dans la même haute estime que Marco Polo , a ensuite visité les Portes d’Alexandre et a écrit qu’il y avait aussi d’autres murs qui retennaient les Juifs qu’il avait été incapable de les visiter.

C’est a seule façon que  la tribu d’Israel a trouvée afin  de détruire la mémoire d’Alexandre le Grand (Alexander Magnus) et c’ était de le présenter comme un fagot dans un film de  2006.
D’autres méthodes utilisées par eux ont été de diminuer ses réalisations, et  d’enduire  sa mémoire  dans les Cours-avec … devinez quoi ….le  racisme!

 

Réécrire l’histoire: L’holocauste remise en question

Pendant qu’au Québec ,des djihadistes  rejetés par les États-Unis mais acceptés par  l’immigration canadienne pour nous affaiblir tentent de nous obliger à nous fermer la gueule sur des critiques envers leur religion satanique (loi 59 de Couillard),je me permets d’attaquer la crédibilité de la sacro sainte chapelle de l’Holocauste!

 

Dans ce monde, nous pouvons remettre en question beaucoup de choses intéressantes comme… si Jésus Christ a existé, s’il y a de la vie sur Mars, s’il y a des extraterrestres ou pourquoi le toast tombe toujours le nez au sol par le côté de la confiture. Mais il ne faut surtout pas remettre en cause  que l’Holocauste a eu lieu dans l’Allemagne nazie.

Et le fait pourquoi il est conseillé de ne pas demander beaucoup de choses sur cette question est que, dans plus de 30 pays ,ceci est passible d’amendes ou d’emprisonnement de deux ans au maximum ,simplement en niant qu’un tel événement «historique  soit arrivé ».

  • L’Espagne veut légiférer  sur le fait que nier l’Holocauste est un crime dans le Code pénal.
  • Le ministre Gallardón a  ajouté ce nouveau crime  dans le projet de réforme présenté récemment,en Espagne.
  • Le ministre de la Justice est un  « ami sincère » du peuple juif et d’Israël,un pro-sioniste.
  • Les associations juives en Espagne sont  satisfaites, mais appellent le gouvernement  à la prudence.

Ainsi, à la fin de 2012 l’Espagne a inclus dans son code pénal la  négation de l’Holocauste et fait un  clin d’œil à la communauté juive.
Avec le simple fait de l’observation de ces mesures, cela  donne à réfléchir.

Mais qu’est-il  arrivé au cours de la Seconde Guerre mondiale? Y avait-il  vraiment une persécution et un génocide du peuple juif?

Oui et non.

La théorie officielle incontestable nous dit que 6 millions de Juifs ont été tués dans la manière la plus cruelle, mais si nous commençons à réviser les chiffres, il y a quelque chose qui ne fonctionne pas.
Pour commencer, il n’y a jamais eu six millions de juifs dans les pays occupés par les  troupes allemandes  car ils n’ était vraiment  que moins de 4 millions.

Si nous nous référons aux listes des morts dans les camps de concentration, les chiffres changent considérablement, de 370 000 morts.
Mais attention, ces 370.000 juifs n’ont pas été tués ou exterminés, mais  sont  simplement morts, et 62 millions de personnes sont mortes pendant la guerre, les Juifs et les alliés, la famine, le typhus ou la vieillesse. ..

Document très significatif sur les mortalités juives en Allemagne,durant la guerre.
Document très significatif sur les mortalités juives en Allemagne,durant la guerre.

Et si 60 millions de personnes sont mortes et « seulement » 370 000 Juifs, pourquoi qualifier cela  comme une persécution ou d’un plan d’extermination du peuple juif?
Un autre des mythes qui ont été racontés au sujet de ces « camps » est que Juifs ont été gazés dans les chambres à gaz. Mais comme dirait  Jack l’Eventreur:Commencons par commencer!

Soi-disant  que le gaz utilisé pour gazer les juifs était  le « Zyklon B », mais ce gaz avait été utilisé depuis la Première Guerre mondiale, non seulement sur le plan militaire mais aussi civil comme un pesticide puissant et un désinfectant. Et dans les camps de concentration, tous étaient  habitués à ce produit, pour désinfecter certaines zones et éliminer surtout  les poux.

Il est assez ironique puisque beaucoup de personnes sont mortes du typhus, une maladie qui est contagieuse par une mauvaise hygiène et l’accumulation des poux, et dire qu’il est ironique parce que si vraiment les nazis avaient utilisé en grandes quantités le «Zyklon B»  sur de nombreuses personnes ,elles  ne seraient pas mortes du typhus.

En outre, aujourd’hui en 2015,plus de 70 ans après cette Deuxième Guerre Mondiale,il n’y a  pas de survivants des camps de concentration  qui pourraient prétendre avoir vu le  gazage systématique des juifs par les allemands dans tous les camps connus. Et non, il n’a jamais eu un seul allemand qui a  été arrêté et formellement accusé  de gazage des prisonniers dans les camps de concentration.

Il est également précisé que dans les camps de concentration,beaucoup de  personnes   sont venus immédiatement pour les « chambres à gaz » sans aucune protection pour enlever les corps.
Même une récompense $ 50,000  (depuis 1945) n’a apporté aucune preuve que  des caméras existaient vraiment afin de filmer  » les colonnes de condamnés  juifs marchant vers la mort ». L’argent a été déposé dans une banque et est toujours en attente de quelqu’un qui peut fournir une sorte de preuve crédible.

Peut-être il y a des gens à se référer aux documents où quelques soldats nazis disent que si ils avaient des chambres à gaz. Désolé de vous décevoir en vous disant ces quelques documents ont été soient forgé (comme le cas  Poliakov ) ou enlevés et forcés à être signé après de longues séances de torture par les interrogateurs Juifs sauvages à la solde des américains,des soviétiques ou des anglais…les vainqueurs de la guerre!

Et si nous suivons les exterminations …à leur apogée dans les chambres à gaz …sur  la façon dont ils se sont débarrassés de tant de cadavres?

L’histoire nous dit qui a brûlé, et déjà, elle a mis l’enfant avec le  pyjama rayé et  nous demande d’arrêter de poser des questions.

Mais dans toute la criminalistique de cette histoire prouve   que cela prend environ 40 heures pour incinérer un corps humain en utilisant les méthodes  utilisées  à ce moment-là:on utilisait  du bois ou du mazout. Étant donné que les troupes allemandes n’avaient pas de grandes quantités de carburant, ce qui signifie que pour  brûler six millions de corps ,240 millions d’heures de crémation ont été nécessaires .

L'entrée d'un camp bien connu en Allemagne.
L’entrée d’un camp bien connu en Allemagne.

L’IMPOSSIBILITÉ ARITHMÉTIQUE

 

En supposant que  l’on met en crémation simultanément autant de corps  que  1000 personnes, il aurait quand même été nécessaire de prendre  240000 heures pour  brûler  6 millions de corps .
240000 heures font exactement 10000 jours, à savoir: un peu plus de 27 ans. Autrement dit, si les Allemands avaient incinéré 1.000 Juifs, simultanément,de manière  implacable, efficace et sans interruption depuis 1940,ils  auraient  fini d’incinérer le dernier des 6 millions de Juifs en 1967.
Vive la logique!

Et qu’en est-il des restes ,des cendres  après avoir brûlé les cadavres?
Les cendres qui restent après avoir  incinérer un corps humain, pèsent entre 2,5 et 4,5 kg. Pour 6.000.000 de cadavres, cela signifie que, quelque part il devrait y avoir entre 15 à 27.000.000 kilos de cendres sans calculer les déchets de combustible utilisé…un beau monticule!

Le fait est qu’on ne  trouve pas aucun site  où  aurait été déposé ces  énormes quantités de cendres.

Revenant au sujet de certains chiffres, nous voyons que, selon le « World Almanac» de l’American Jewish Committee ,qu’il y  avait, en 1938, environ 15,688.259 Juifs dans le  monde entier.

Selon le New York Times, dans un article de W. Balswin, en 1948, la population juive mondiale se situait à 18.700.00 personnes.
Si nous prenons le chiffre de 15 millions de 1938, nous soustrayons le présumé six millions de l’Hollowcaust, oups, désolé, je voulais dire holocauste, nous sommes seulement à  9 millions de juifs. Il est absolument impossible que ceux-ci ont été en mesure de reproduire 9 millions d’individus pour construire le chiffre de  18 millions de 1948. Il n’y a aucune population dans le monde  qui est capable de doubler leur nombre dans trois ou quatre ans. Même pas  en 10 ans que cette  croissance de la population serait possible.

 

« Une grande partie de la littérature sur la solution finale d’Hitler est sans valeur pour un érudit. Certes, les études de l’Holocauste sont pleins d’absurdités, sinon pure fraude … Voyant les âneries que les sionistes propagent  quotidiennement  sur l’Holocauste, la chose la plus étrange est que il y a si peu de  sceptiques.  » Dr. Norman Finkelstein, un érudit juif et auteur de L’Industrie de l’Holocauste.

 

On sait que, peu de temps après la cessation des hostilités de la Seconde Guerre mondiale, tous les Juifs qui ne pouvaient pas être immédiatement situés, ou ne pas être enregistré auprès des autorités alliées, ont été automatiquement considéré comme morts pour l’extermination. Parce que cette procédure  était absolument arbitraire, cela a  produit des cas tout à fait ridicules. L’un de ces cas  est celui  de Simone Veil, ancienne ministre de la Santé publique du gouvernement français d’après-guerre et même devenu président du Parlement européen. Vous pouvez voir son nom sur la page 519 du «Mémoire de la déportation des Juifs de France », où est comptabilisée  cette bonne dame comme personne exécutée dans la chambre à gaz. Sa résurrection reste un mystère.
Le peuple juif a toujours été une victime lorsque a vraiment vu  le contraire.

Il faut remonter quelques années seulement avant la Seconde Guerre mondiale et, en 1932, les Juifs en effet réalisé un génocide d’au moins 6.000.000 de  Gentils dans le Holodomor ukrainien («meurtre par la faim»). 30 millions (plus ou moins) des Gentils ont été fusillés, pendus, affamés et / ou travaillé à la mort dans les camps de travail du Goulag au cours des six décennies du règne judéo-bolchevique de l’Union soviétique.

 

...il y eu 6 morts à un moment donné...personne ne parle d'holocauste ukrainien.
…il y eu 6 millions de morts à un moment donné…personne ne parle d’holocauste ukrainien.

Et si vous  étiez  un juif  ,à ce moment-là,et saviez vraiment que les Juifs étaient exterminés et que leur sort était la chambre à gaz, pourquoi ne pas se battre pour survivre?

Comme pour le simple fait que s’ils n’ont pas  été capturés pour  être exterminés, puisqu’il n’y avait pas eu  un tel génocide,c’est que  tout simplement ils ont été emmenés dans des camps de concentration pour être utilisés comme de simples travailleurs  dans les usines de la région.

Dès lors ,il y a le célèbre panneau à l’entrée du camp de concentration d’Auschwitz  qui se lit: « Le travail vous rendra libres. » Alors si c’étaient des camps d’extermination, que peut bien faire cette  affiche  là-bas?Elle ne signifie rien!

Ce n’est  une petite  partie de la preuve de la grande farce de l’Holocauste que les  groupes extrémistes sionistes ont utilisé dans les petites écoles pour nous laver le cerveau. 

Il ne faut pas négliger  l’aide précieuse de films trash comme Le garçon au pyjama rayé et les autres matériels de propagande d’Hollywood, ou plutôt, JudiWood.

Je pourrais parler pendant des heures du matériel demandé spécifiquement par Eisenhower et Patton à Washington de toute urgence pour les aider:

des caméramen profesionnels  et du personnel  expérimenté d’Hollywood…pour tout filmer!

 

 

Israhell …au nom de qui?

Asherah', la Cybèle mésopotamienne,  épouse de Yahvé
Asherah’, la Cybèle mésopotamienne, épouse de Yahvé
 Voilà plus d’une décade, le 29 octobre 1999, paraissait dans le journal Ha’aretzmagazine, un article qui allait secouer Israël : Deconstructing the walls of Jericho : who are the Jews ? (Déconstruction des murs de Jéricho : Qui sont les Juifs ?) de Ze’ev Herzog, professeur d’archéologie et d’études du Proche-Orient à l’Université de Tel-Aviv :   
« Après soixante-dix ans d’intensives excavations sur la terre d’Israël, écrivait-il, les archéologues ont découvert que : les actions des patriarches sont des légendes, nous n’avons pas séjourné en Égypte ni connu l’exode, nous n’avons pas conquis de territoire. Aucune mention n’est faite de l’empire de David et Salomon. Les intéressés le savent  depuis des années mais Israël est un peuple entêté et ne veut rien entendre ».
    Ainsi, les Israélites ne seraient jamais allés en Égypte, n’auraient pas erré dans le désert ni conquis, par une campagne militaire, une terre qu’ils auraient ensuite léguée aux douze tribus d’Israël. La monarchie de David et de Salomon, décrite dans la Bible comme un pouvoir régional aurait été, dit-il, « tout au plus le royaume d’une petite tribu ». Et quel choquante révélation : le Dieu unique, YHWH (Yahvé), avait une épousenommée Asherah – fait confirmé par la découverte d’inscriptions : ‘YHWH et saAsherah’, ‘YHWH Shomron et sa Asherah’, ‘YHWH Teman et sa  Asherah’, sur deux sites différents : l’un à Kuntilet Ajrud au sud-ouest du Negev, l’autre à Khirbet el-Kom dans le piémont judéen. 
Ce qui confirmerait l’adoption du monothéisme par les hébreux seulement au 7ème siècle av.JC – et non pas institué par Moïse sur le Mont Sinaï – mont qui, incidemment, n’a pu être localisé avec certitude, pas plus d’ailleurs que les campements des tribus dans le désert. « Aucun site ne correspond au compte rendu biblique » affirme Z.Herzog.
Isis-Ra-El...les sources profondes du sionisme.
Isis-Ra-El…les sources profondes du sionisme.
                                                                          
    En 1960, lors d’une investigation archéologique du « portail hexagonal » (six-sided gate) de Megiddo, Yigael Yadin de l’Université de Tel-Aviv l’avait déjà situé au 9ème siècle et non pas au 10ème av. JC, sous Salomon, comme le prétendent les textes. Et Ze’ev Herzog de déclarer que « Salomon et David [sont] totalement absents du rapport archéologique… La plupart de ceux qui se sont engagés simultanément  dans l’étude scientifique de la Bible, de l’archéologie et de l’histoire du peuple juif –  jusqu’à se rendre sur le terrain à la recherche de preuves – s’accordent à penser que les événements historiques concernant les périodes de l’émergence du peuple juif sont radicalement différents de ce qui est écrit …L’impact de cette ‘révolution archéologique’ n’a pas encore sciemment atteint le public mais ne peut cependant pas être ignoré.
    Contrairement à la Mésopotamie, l’archéologie en Palestine se développa à une date relativement tardive. Les premières excavations eurent lieu dans les années 1920, à Jéricho et Shechem (Nablus) sous la direction du chercheur William Foxwell Albright, maîtrisant aussi bien l’archéologie et l’histoire que les langues locales et celles du Proche-Orient. 
    Albright était convaincu que la découverte d’anciens vestiges réfuterait doutes et critiques envers la véracité des textes bibliques. Pourtant, de la conquête de la Terre promise (Canaan), en particulier les prises d’Aï et de Jéricho, à la fin du XIIIème siècle av. JC – décrites avec force détails dans le livre de Josué comme ‘une campagne militaire’ – les excavations ne révélèrent, malgré les efforts,  aucune cité sur ces emplacements ni murs qui auraient été détruits. Bien sûr, certains ont tout bonnement prétendu que les fameux murs avaient été ‘emportés par la pluie ou utilisés à d’autres fins’… 
    Et il en fut de même pour le passage de la Mer Rouge par les Israélites et l’anéantissement des troupes pharaoniques dont aucun vestige ne peut témoigner. Quant à Jérusalem, les chercheurs ont conclu qu’elle ‘n’avait eu de statut central qu’après la destruction de sa rivale, Samarie, en 721av.JC 1.    Dès la deuxième moitié du XIXème siècle, des critiques émanèrent, essentiellement de l’école Wellhausen d’Allemagne. Julius Wellhausen affirmait en effet que « l’historiographie biblique avait été formulée, dans une large mesure,‘ inventée’ pendant l’exil babylonien » et que « toutes ces séries d’évènements n’étaient pas plus que leur reconstruction tardive à des fins théologiques ».
Opinions reprises par les ‘minimalistes’, influent groupe de chercheurs à prédominance danoise (dont Niels Peter Lemche et Thomas Thompson) et anglaise (Philip Davies and Keith Whitelam).

Alors, qui sont les Juifs ?

Obama ami d'Israhell


    Les découvertes archéologiques semblent cependant corroborer un fait important : au début de l’Âge du Fer (1200 av. JC), correspondant à la ‘période sédentaire’, des centaines de petites colonies se sont établies dans la région centrale du pays, habités par des fermiers travaillant la terre ou élevant des moutons. S’ils ne sont pas venus d’Égypte, quelle est donc l’origine de ses colons ?
    Selon Israel Finkelstein, directeur de l’Institut d’archéologie à l’Université de Tel-Aviv, « le peuple juif serait originaire de ces bergers tout d’abord nomades puis sédentarisés, car forcés, par la force des choses, à produire leurs propres grains pour se nourrir » mais il ajoute toutefois qu’il « ne croit pas – au XIIème siècle av. JC – à une entité ethnique cohérente et fonctionnelle sous le nom  d’Israël ».
    Pour sa part, l’historien Josephus (37 – 100 apr. JC), nie non seulement la captivité des Hébreux en Égypte mais les identifie aux Hyksos, envahisseurs mi-asiatiques, mi-sémites, selon certains 2 qui, chassés par les invasions indo-européennes dans l’Asie intérieure, s’infiltrèrent par la vallée du Nil et conquirent la basse Égypte aux environs de 1674 av. JC. Expulsés dans un premier temps, par les princes de Thèbes, ils le furent définitivement par Amosis, roi d’Égypte de 1580 à 1558 av. JC qui s’empara de leur capitale Avaris en fondant la XVIIIème dynastie.
Il est rejoint dans ses affirmations par l’éminent égyptologue Jan Assmann de l’Université d’Heidelberg en Allemagne qui parle de ‘l’Exode comme étant en fait l’expulsion des hyksos’ ; de même que par Donald P. Redford de l’Université de Toronto, dans son livre :  Egypt, Canaan and Israel in ancient times  qui reçut le premier prix d’archéologie en 1993.     Durant l’été 2008, était découverte Itil, la capitale du royaume khazar, près du village de Samosdelka au nord de la mer Caspienne, par des archéologues russes, commandités par le congrès juif et l’Université juive de Moscou.
Évoquant ce fait d’importance capitale, selon lui, le professeur Shlomo Sand lui aussi de l’Université de Tel-Aviv et spécialiste de l’histoire européenne, confirme effectivement que « plusieurs siècles plus tard, les Khazars se sont convertis en masse au judaïsme, devenant la genèse des Juifs ashkénazes de l’Europe de l’est et du centre ».
Dans son livre : When and How Was the Jewish People Invented ? (Comment le peuple juif fut inventé. De la Bible au sionisme, Fayard, 2008) il n’hésite pas à déclarer que la seule solution politique au conflit avec les Palestiniens est ‘d’abolir l’État hébreu’. « Comme beaucoup d’Israéliens, dit-il, j’ai pris comme un fait acquis que les Juifs vivaient en Judée et qu’ils avaient été poussés à l’exil par les Romains en l’an 70. Mais, recherchant des preuves, je me suis aperçu que les royaumes de David et Salomon n’existaient pas, pas plus que l’exil, d’ailleurs. » 
Devant le peu d’intérêt accordé par les médias à la portée d’une telle nouvelle pour l’histoire juive, il dénonce l’étrange état de déni dans lequel vivent les Israéliens. 
    « Si la majorité des Juifs, questionne-t-il, n’ont jamais quitté la Terre sainte, qu’est-il advenu d’eux ? Cela n’est pas enseigné à l’école, mais la majorité des premiers leaders sionistes, David Ben Gourion inclus, pensaient que les palestiniens étaient les descendants des Juifs originaires de la région…[qui] s’étaient alors convertis à l’islam [] L’édifice de l’histoire juive enseignée dans les universités israéliennes est construit comme un château de cartes », conclut-il. 

    On le voit, l’écheveau n’est pas près d’être démêlé ni de s’éteindre une polémique dans laquelle n’est pas négligeable l’hostilité de certains chrétiens se disant offensés dans leur ‘croyance fondamentale’ et le refus obstiné d’une majorité d’Israéliens devant une dérangeante évidence : les écrits de l’Ancien Testament n’auraient donc aucun ou peu de fondements historiques. « Le coup, fait remarquer Z. Herzog, porté aux fondations mythiques de l’identité israélienne est apparemment trop menaçant et il est donc plus commode de l’ignorer délibérément… »
    Mais à quel prix ! pourrions-nous dire. Et c’est bien ce que porte à penser l’arrogante présomption d’Ariel Sharon, le 22 septembre 2002, déclarant à des visiteurs chrétiens : « Cette terre est la nôtre… Dieu nous en a donné les titres de propriété… ». 

    Hélas, on ne peut que constater aujourd’hui les funestes conséquences d’une telle supercherie.

Caricature-juifs-contre-israel

Notes

1) En 2007, Ze’ev Herzog, Israel Finkelstein, Lily Singer-Avitz et David Ussishkin ont réfuté l’annonce d’Eilat Mazar prétendant avoir découvert le palais du roi David à Jérusalem. Cette structure porte désormais le nom de : « Large Stone Structure ».

2) Selon certaines hypothèses, les Hyksos étaient constitués de tribus sémites établies en Palestine ; pour d’autres, il s’agirait d’un ensemble de tribus originaires du Caucase qui auraient entraîné à leur passage des pasteurs sémites. Ils apportèrent en Egypte chevaux et chars, répandirent l’usage du bronze et introduirent le culte de divinités asiatiques, provoquant la colère des Égyptiens. On les dit aussi adorateurs de Seth qu’ils assimilèrent à Baal, le dieu cananéen.

3) Sur ce point, dans une recension qui reconnaît la pertinence des questions soulevées par la jeune école révisionniste israélienne, notamment Shlomo Sand (« Le peuple juif a-t-il été « inventé » ? », Éléments n° 133, octobre-décembre 2009), Alain de Benoist estime qu’ « Il (Shlomo Sand) va néanmoins trop loin quand il fait bon marché des études réalisées récemment sur l’ADN des communautés juives qui, même imparfaites (elles ne portent que sur les lignées masculines), semblent au moins démentir le bien-fondé de la thèse faisant descendre les Juifs Ashkénazes des anciens Khazars. »