Histoire et numismatique:La naissance de l’homme nouveau

Ecole centrale italienne du XIIIe siècle
Vierge à l’enfant avec saint Pierre et un apôtre
Tempera sur toile, posée sur panneau
Le tableau actuel représente la Vierge Lactane intronisée. Le Christ enfant est montré tenant un rouleau dans sa main gauche. Derrière eux, à une échelle beaucoup plus petite que le groupe au premier plan, se trouvent un saint apôtre non identifié tenant également un rouleau, et Saint Pierre avec son attribut caractéristique, les clés. Cette peinture raffinée appartient à un type de production dévotionnelle dérivée du style abstrait, hiératique, byzantin, dans lequel il est cependant possible de noter, contrairement à la rigidité typiquement fixe de la Vierge, un plus grand degré d’animation dans les expressions de les apôtres à ses épaules. 
La Vierge allaitante, Vierge Lactans ou Madonna Lactans, est une iconographie de la Vierge à l’Enfant dans laquelle la Vierge Marie est représentée en train d’allaiter l’enfant Jésus.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Pendant que Jésus parlait,
une femme de la foule l’a appelé et lui a dit:
«Béni soit l’utérus qui t’a porté
et les seins que tu as nourris.»
Il a répondu: «Bienheureux sont ceux
qui entendent la parole de Dieu et l’observent.»

Luc 11: 27-28


Il est l’image du Dieu invisible, le premier-né de toute création. Car par lui toutes choses ont été créées, au ciel et sur terre, visibles et invisibles.

Paul l’Apôtre considérait la naissance de Jésus comme un événement d’importance cosmique qui a engendré un «homme nouveau» qui a réparé les dommages causés par la chute du premier homme, Adam. La perspective paulinienne met l’accent sur la naissance d’un homme nouveau et d’un nouveau monde avec la naissance de Jésus.

La source la plus ancienne indiquant le 25 décembre comme date de naissance de Jésus était Hippolyte de Rome, l’un des théologiens chrétiens les plus importants du deuxième-troisième siècle, basée sur l’hypothèse que la conception de Jésus a eu lieu à l’équinoxe de printemps qu’il a placé en mars 25, puis ajouté neuf mois. Il existe des preuves historiques qu’au milieu du IVe siècle, les églises chrétiennes d’Orient ont célébré la naissance et le baptême de Jésus le même jour, le 6 janvier, tandis que celles de l’Ouest ont célébré une fête de la Nativité le 25 décembre (peut-être sous l’influence le solstice d’hiver); et que par le dernier quart du 4ème siècle, les calendriers des deux églises comprenaient les deux fêtes.

Le XIIIe siècle a été témoin d’un tournant dans le développement d’une nouvelle «image tendre de Jésus» dans le christianisme, alors que les franciscains ont commencé à souligner l’humilité de Jésus à la fois à sa naissance et à sa mort. La construction de la scène de la Nativité par Saint François d’Assise a contribué à dépeindre une image plus douce de Jésus qui a souligné comment Dieu avait pris un chemin humble vers sa propre naissance. Alors que la peste noire a rasé l’Europe médiévale, les franciscains et les dominicains ont aidé les fidèles à faire face aux tragédies. Un élément de l’approche franciscaine était l’accent mis sur l’humilité de Jésus et la pauvreté de sa naissance: l’image de Dieu était l’image de Jésus, non pas un Dieu sévère et punissant, mais lui-même humble à la naissance et sacrifié à la mort.

Au Moyen Âge, les classes moyennes et supérieures contractaient généralement l’allaitement maternel pour nourrir leurs enfants, et la représentation de la Vierge allaitante était liée à la Madone de l’humilité, une représentation qui montrait la Vierge dans des vêtements ordinaires. L’apparition de nombreuses représentations de ce type en Toscane au début du 14ème siècle était en quelque sorte une révolution visuelle pour la théologie de l’époque. Après le Concile de Trente au milieu du XVIe siècle, les écrivains cléricaux ont découragé la nudité dans les sujets religieux, et l’utilisation de l’iconographie de Madonna Lactans a commencé à s’estomper.

La représentation de la Madonna lactans est mentionné par le pape Grégoire le Grand, et une représentation en mosaïque probablement du 12ème siècle est sur la façade de Santa Maria in Trastevere à Rome, bien que peu d’autres exemples survivent avant la fin du Moyen Âge.

Saint-Grégoire Le Grand
pape ,miniature du XIII ième siècle

Alors que les XVe et XVIe siècles ont été une époque où les peintres italiens ont élargi leur répertoire pour inclure des événements historiques, des portraits indépendants et des sujets mythologiques, le christianisme a conservé une forte emprise sur leur carrière. La plupart des œuvres d’art de cette époque sont sacrées. Alors que la gamme des sujets religieux comprenait des sujets de l’Ancien Testament et des images de saints dont les cultes datent après la codification de la Bible, la Madone est restée un sujet dominant dans l’iconographie de la Renaissance.

Certains des peintres italiens les plus éminents du XVIe siècle à se tourner vers ce sujet étaient Léonard de Vinci, Michel-Ange, Raphaël, Giorgione, Giovanni Bellini et Titien. Ils se sont développés sur les bases d’images mariales du XVe siècle de Fra Angelico, Fra Filippo Lippi, Mantegna et Piero della Francesca en particulier, parmi d’innombrables autres.

Le plus grand accent sur toutes ces représentations est resté dans le lien maternel, même si d’autres sujets, notamment l’Annonciation, puis l’Immaculée Conception, ont conduit à un plus grand nombre de tableaux représentant Marie seule, sans son fils. La tendresse qu’une mère ordinaire pourrait ressentir envers son enfant bien-aimé est capturée, évoquant le moment où elle a tenu pour la première fois son fils Christ.
 


PIÈCES RELIÉES  AU SUJET

TESTONE INNOCENT XI DES ÉTATS PAPAUX UNE PIÈCE PAPALE I TRÈS RARE
INNOCENT XI / INNOCENZO XI , 1676-1689
Prix de vente en 2020:600 euros

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Empire Romain d’Orient
Romanus III Argyrus AV histamenon nomisma – Christ et Vierge couronnant l’empereur
Vierge Marie à droite, et Romanus, barbu à gauche, tous deux debout face à face; nimbate Virgin porte du pallium et du maphorium, et avec sa main droite couronne Romanus, qui porte des saccos et des loros, et tient globus cruciger dans la main gauche; soulignait MΘ entre leurs têtes.Évalué à $2,100 dollars can

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pièce de monnaie, Hongrie, Maria Theresia, 15 Krajczar, 1745, Kremnitz«  Argent
Prix environ $70 can
Piàce portée comme bijoux dans le passé.

 

 

 

 

 

 

 

 

Médaille
1880 Allemagne – Sanctuaire des Trois Rois à la cathédrale de Cologne par Gottfried Drentwett (signé: DRENTWETT, .DIR. – KAMMERER, FEC). Avers: ANBETUNG DER HL. DREI KONIGE / DOMBILD ZU COLN. – Vierge Marie assise sur le trône, bébé Jésus dans les bras, entourée des trois rois et témoins. Revers: DER DOM ZU KOLM BEGONNEN 1248, VOLLENDET 1880 – Vue de la cathédrale. VF, Bronze, 50,45 mm, bord lisse uni, quelques petites bosses sur la jante.
Prix:$150 can

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Empire byzantin, vers 8ème – 9ème siècle après JC
Une croix reliquaire pectorale en bronze fin mesurant 84 x 45 mm. Représenté sur le visage est la Vierge Orans, ou debout face avec les mains levées et vêtu d’une longue robe. Sous elle se trouve la figure en robe pleine longueur de Saint George et de chaque côté de plus petits bustes en robe des apôtres Jean et Pierre. Une seule inscription d’une ligne ci-dessus est soit un dialecte local, soit simplement une erreur, mais qui a l’intention de signifier « All Hallowed ». Un superbe exemple et finement gravé avec quelques adhérences sur la surface intérieure et présentant une jolie patine.
La tradition ou les reliques ont été popularisées par Hélène qui, en tant que mère de Constantin le Grand et avec un financement impérial, s’est lancée dans un pèlerinage en Terre Sainte en 326 après JC. C’est au cours de ce voyage qu’elle a ramené de nombreuses reliques, dont une croix qu’elle croyait être la même sur laquelle Jésus avait été crucifié. Plus tard, il est devenu populaire d’obtenir de petits fragments de bois, d’os, de peau et d’autres objets dont on pense qu’ils provenaient ou étaient en association avec Jésus, un apôtre, un saint ou une autre figure biblique. Ces fragments étaient fréquemment enfermés à l’intérieur de ces croix de bronze, scellés et portés par les fidèles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hongrie,1744,Maria Theresa, 1740-1780. AR Taler, 1742 Ko. Kremnitz-Kormoczbanya.
Obv: Grand jeune buste à droite en tant que reine de Hongrie.
eRv. Debout radieuse Madonna and Child, titre se terminant PATRONA HUNG:.
Dav.1125B, KM 328.2. Poids 28,63 g
Classe. VF, marques de réglage au dos.Prix:$335 can

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


AUTRES PIÈCES ARTISTIQUES ET ÉVALUATIONS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’image de la Vierge Marie allaitant l’enfant Jésus est connue sous le nom de Madonna Lactans, du latin pour le lait et la tétée; le terme grec le moins connu est  Galactotrofousa. Cette représentation a été utilisée dans certains des premiers arts chrétiens et peut avoir été partiellement inspirée des abondantes images de l’Égypte ancienne de la déesse Isis soignant Horus, comme celle-ci.

 

Isis Suckling Horus, statuette en bronze, 1070–656 av.J.-C., Égypte, maintenant au Musée des beaux-arts de Boston

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bien que probablement basée sur des images païennes de la divinité, l’image de Jésus allaitant à la poitrine de sa mère souligne son humanité tout en soulignant le rôle exalté de Marie en tant que Mère de Dieu. Pour les catholiques, cela révèle l’importance charnelle de l’incarnation du Fils de Dieu. Tout comme le Christ reçoit sa nourriture terrestre du corps de sa mère Marie, de même nous recevons notre nourriture spirituelle de son corps et de son sang dans l’Eucharistie. Le lait de la Vierge signifie le sang du Christ sur la croix et dans l’Eucharistie. Pour en savoir plus sur cette idée, lisez cet article .

Faites une recherche sur Google et vous verrez des centaines d’images de la Madonna Lactans, mais aujourd’hui, je n’ai choisi que quelques-unes de mes préférées. La première image est la plus ancienne connue de la catacombe de Priscilla et remonte à environ le 3ème siècle. Bien que fragmentaire, vous pouvez toujours voir clairement l’iconographie qui resterait assez constante pour cette image de dévotion, avec l’enfant Jésus se retournant pour regarder le spectateur pendant l’allaitement de Marie.

 

Marie qui allaite Jésus, ca. 3e s., Catacombes de Priscille, Rome

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jan Van Eyck est un autre de mes préférés. Une fois de plus, nous voyons la Vierge Marie allaiter. Assurez-vous de cliquer sur l’image pour voir la version agrandie, où vous pourrez examiner de plus près les splendides tissus et détails de Van Eyck.

Lucca Madonna, Jan van Eyck, 1437, huile sur panneau, Städelsches Kunstinstitut, Francfort

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur le site Web du musée  :

«La Madone de Lucques a servi son mécène inconnu comme moyen de dévotion privée. Le tableau emmène intelligemment le spectateur dans la pièce représentée, le faisant participer à la situation intime affectueusement rendue. Cette impression est créée par la manière particulière dont l’artiste a configuré l’espace: comme les murs de chaque côté et le plafond voûté, le carrelage et le tapis semblent se prolonger du côté du spectateur de la surface de l’image. L’effet est accentué par la description picturale suggestive des différents matériaux et surfaces – la peau, les cheveux, le tissu, le tapis, les murs, le verre, l’eau, le métal, les carreaux et le bois.

Aussi naturelle qu’elle soit, la scène regorge également de références symboliques. Le fruit dans la main de l’enfant du Christ, par exemple, fait allusion à la chute de l’homme, dont les conséquences sont surmontées par l’incarnation de Dieu. Le trône avec ses décorations de lion symbolise non seulement le siège du jugement du roi Salomon, proverbialement juste, un ancêtre du Christ, mais aussi le jugement dernier. Déjà célèbre de son vivant, Jan van Eyck – peintre de la cour des ducs de Bourgogne – mourut en 1441. Il avait peint la «Lucca Madonna» quelques années plus tôt, une œuvre dont la maîtrise et la cohérence du concept et de l’exécution nous trouvent toujours captivant à ce jour. D’ailleurs, le nom sous lequel le tableau est connu remonte à l’un de ses précédents propriétaires: au XIXe siècle, il était en possession du duc de Lucques en Toscane.

Le tableau suivant me semble tellement bizarre que je devais simplement l’inclure. On se demande si l’artiste avait déjà vu un vrai sein ou s’il avait des secrets de chirurgie plastique au XVe siècle en France! Sérieusement cependant, j’aime la façon dont la blancheur peinte de la peau fait apparaître Marie et Jésus comme des statues de marbre et contraste si joliment avec les anges rouges et bleus. Notez comment Fouquet a peint des zones brillantes sur les anges comme si elles reflétaient la lumière de la mère lumineuse et de l’enfant divin.

 

Vierge entourée de séraphins et chérubins, Jean Fouquet, 1452, huile sur panneau, Musée Royal des Beaux-Arts d’Anvers, Belgique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici ce que dit le musée de cette image plutôt surréaliste:

«Ce tableau est le joyau de la couronne de la collection du Musée royal. Bien que moderne, il a été réalisé par le peintre de la cour française  Jean Fouquet dès 1452. Il a été commandé par Etienne Chevalier, trésorier du roi français Charles VII. La Vierge Marie est représentée ici comme la Reine du Ciel, avec l’enfant Jésus sur ses genoux. Les anges bleus et rouges derrière son trône richement décoré contrastent fortement avec la pâleur de Marie et de son enfant.
On pense qu’Agnès Sorel, la maîtresse de Charles VII, a modelé pour la Vierge. Elle est habillée selon la mode du jour. Sa cape et sa ligne de cheveux épilée soulignent son éminence. La taille lacée accentue sa poitrine dénudée et confère à la composition un caractère presque érotique. Cependant, ce n’était certainement pas l’intention de Fouquet lorsqu’il a réalisé le tableau il y a plusieurs siècles. C’était tout simplement un rendu de la Vierge Lactane, ou de la vierge allaitante. Elle était censée souligner le statut mondain de Jésus en montrant que lui, comme tous les autres enfants, était allaité par sa mère. Les couleurs des anges ne sont probablement pas une coïncidence. On pense que les trois chérubins bleus représentent la pureté et l’air, tandis que les six séraphins rouges symbolisent l’amour et le feu. En y regardant de plus près, il semble qu’un seul groupe d’anges touche réellement le trône de Marie.

 

Je n’ai trouvé aucune autre information sur cette adorable figurine en ivoire. Ici, nous voyons Jésus comme un enfant en bas âge, debout avec impatience sur les genoux de Marie et allaitant pour tout ce qu’il vaut! Bien que sa tête ne soit pas tournée vers nous, notez le petit pied sous un angle non naturel, indiquant qu’il est bien conscient de nous.

 

 

Vierge Lactans, sculpteur français anonyme, figurine en ivoire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’image de la Madone Lactans est restée populaire jusqu’à ce que le Concile de Trente décourage toute représentation de la nudité au XVIe siècle. Il est intéressant de noter que cette préoccupation concernant la nudité peut avoir été provoquée par la création de la presse à imprimer. Dans un article de 2012 , l’auteur David Gibson écrit:

«Avec l’avènement du type mobile, disent les historiens, est venue la capacité de la pornographie de masse, qui a favorisé la sexualisation du corps des femmes dans l’imaginaire populaire. De plus, la presse à imprimer a permis une plus large diffusion de dessins anatomiques à des fins médicales, ce qui a contribué à son tour à la démystification du corps. Les deux ont miné la vision traditionnelle du corps en tant que reflet du divin. 

L’autre conséquence majeure de cette nouvelle technologie, bien sûr, a été la commercialisation de masse de la Bible et la montée d’un protestantisme qui a encouragé une concentration sur le texte des Écritures et découragé l’utilisation d’images et de pratiques «catholiques» comme la dévotion à la Vierge Marie et les saints.

Le changement culturel a été si grand que même les catholiques en sont venus à considérer le sein comme une image «inappropriée» pour les églises. Au lieu de cela, le sacrifice de la croix – le Jésus souffrant – est devenu le motif dominant du christianisme tandis que la Nativité était aseptisée en une carte Hallmark.

L’importance est le fait que Jésus Christ est né sur cette planète…son ascendance est d’un « autre monde ou univers »…mais demeure le fait qu’il est mort pour nous  et que son message  peut facilement unir les peuples contre la tyrannie du Nouvel Ordre Mondial!

 

 

Spiritualité:Où la Vierge Marie a-t-elle vécu après la Résurrection ?

 

LA MAISON DE LA VIERGE À ÉPHÈSE. Le sanctuaire, fréquenté à la fois par des chrétiens et des musulmans, est situé à sur le colline du Bülbül Dag près d’Éphèse, en Turquie. Selon la tradition, ce sanctuaire a été construit sur les vestiges de la maison de Marie. C’est là où, après la crucifixion de son fils, elle se serait réfugiée, accompagnée de saint Jean. Elle y serait restée jusqu’à son Assomption.
Casalmaggiore Provincia I CC BY-SA 3.0

 

Après la Résurrection de Jésus et son Ascension au ciel, où Marie est-elle allée vivre ? Même si les Écritures ne donne pas d’adresse exacte, elles fournissent quelques indices.

Il est généralement admis que Joseph était déjà mort du temps de la Passion du Christ. Ce qui rendait alors Jésus responsable de sa mère. Au moment de mourir, Jésus a demandé à son disciple bien-aimé de prendre soin d’elle :

« Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. » Puis il dit au disciple : « Voici ta mère. » Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui. » (Jn 19, 26-27)

Pour la plupart des exégètes, le disciple bien-aimé était Jean. Effectivement, le livre des Actes des Apôtres précise que c’est lui qui a pris soin de Marie à Jérusalem :

« Alors, ils retournèrent à Jérusalem depuis le lieu-dit « Mont des Oliviers » qui en est proche, – la distance de marche ne dépasse pas ce qui est permis le jour du sabbat. À leur arrivée, ils montèrent dans la chambre haute où ils se tenaient habituellement ; c’était Pierre, Jean, Jacques et André, Philippe et Thomas, Barthélemy et Matthieu, Jacques fils d’Alphée, Simon le Zélote, et Jude fils de Jacques. Tous, d’un même cœur, étaient assidus à la prière, avec des femmes, avec Marie la mère de Jésus, et avec ses frères. » (Ac 1, 12-14)

 

Jérusalem…

Cela signifie que Marie a vécu avec les apôtres à Jérusalem juste après la Mort, la Résurrection et l’Ascension du Christ. Selon la Tradition, elle y restera jusqu’à la fin de sa vie, remontant le chemin de croix tous les jours afin de revivre les épreuves endurées par son fils. L’Assomption de Marie aurait eu lieu à Jérusalem, en présence des apôtres.

Il existe encore aujourd’hui une église qui a été édifiée près du Mont des Oliviers. Elle serait le lieu de sépulture de la Vierge, vénéré par l’Église Orthodoxe. Jérusalem abrite également l’abbaye de la Dormition, confiée aux moines bénédictins. D’après les traditions orthodoxes et catholiques, l’Assomption de Marie aurait eu lieu sur l’un de ces deux sites.

…ou Éphèse

Une autre piste indique que Jean aurait vécu à Éphèse. Beaucoup croient qu’il vivait alors avec Marie et que son l’Assomption y aurait eu lieu. Cette version est soutenue par la Bienheureuse Anne Catherine Emmerich. En effet, la mystique allemande du XIXe siècle avait eu des révélations privées selon lesquelles la maison de Marie était à Éphèse.

C’est sœur Marie de Mandat-Grancey, une religieuse française des Filles de la Charité de Saint Vincent de Paul qui est devenue en 1890 supérieure de la communauté à Smyrne en Turquie qui a bien découvert à Éphèse une maison datant du Ier siècle. Révélée au cours de recherches menées en 1891, elle était enfouie sous les ruines d’une église bâtie au IVe siècle. Depuis, ce lieu a été honoré par de nombreux pèlerinages et la visite de plusieurs papes au cours du XXe siècle.

Il existe donc un doute sur le lieu où Marie vécut la fin de ses jours, jusqu’à son Assomption. Même la même discrétion règne dans les Écritures sur la fin de la vie de Marie que sur la vie cachée du Christ, lorsqu’Il vivait auprès de son père adoptif et de sa Mère.

 

 

 

 

Les dossiers de Michel Duchaine:LA SCIENCE A FINALEMENT TROUVÉ LA PREUVE DE L’EXISTENCE DE DIEU

La science a-t-elle découvert Dieu? Einstein ne croyait pas que c’était possible, mais Stephen Hawkins a déclaré: «Cela pourrait être la plus grande découverte scientifique de tous les temps». Alors, quelle découverte a déconcerté les plus grands esprits scientifiques du siècle passé, et pourquoi les a-t-elle amenés à repenser l’origine de notre univers? Des télescopes nouveaux et plus puissants ont dévoilé des mystères au sujet de notre univers qui n’ont jamais été révélés auparavant, nous donnant un incroyable aperçu scientifique de l’origine de la vie.

LA SCIENCE A-T-ELLE DÉCOUVERT DIEU? 

La science n’a-t-elle pas prouvé que nous n’avons pas besoin de Dieu pour expliquer l’univers? Qu’y a-t-il dans cette découverte si fondamentalement différente, et pourquoi a-t-elle étonné le monde scientifique? Cette découverte ainsi que ce que les biologistes moléculaires ont appris sur le codage sophistiqué au sein de l’ADN ont permis à de nombreux scientifiques d’admettre que l’univers et la vie elle-même semblaient faire partie d’un grand dessein. « Beaucoup de scientifiques, quand ils admettent leurs points de vue, s’inclinent vers l’argument du design ». Étonnamment, de nombreux scientifiques qui parlent maintenant de Dieu n’ont aucune croyance religieuse.

Quelles sont ces découvertes étonnantes qui ont des scientifiques parlant soudainement de Dieu? Eh bien, il y a trois découvertes révolutionnaires dans les domaines de l’astronomie et de la biologie moléculaire qui se distinguent: 1) l’univers a eu un début 2) L’univers est juste pour la vie 3) Le codage de l’ADN révèle l’intelligence.

Les déclarations que les scientifiques ont faites à propos de ces découvertes peuvent vous choquer.

L’UNIVERS AVAIT UN COMMENCEMENT UNIQUE

Depuis l’aube de la civilisation, l’homme a regardé avec admiration les étoiles, se demandant ce qu’elles sont et comment elles y sont arrivées. Bien que, par une nuit claire, l’œil humain seul ne puisse voir que 6 000 étoiles, Hubble et d’autres télescopes puissants révèlent qu’il y a des milliards de milliards d’étoiles regroupées dans plus de 100 milliards de galaxies. En fait, notre soleil est comme un grain de sable au milieu des plages du monde. Mais, avant le 20ème siècle, la majorité des scientifiques croyaient que notre propre galaxie de la Voie Lactée était l’univers entier, et que seulement 100 millions de démarrages existaient. La plupart des scientifiques du passé croyaient que notre univers n’avait jamais eu de commencement. Ils croyaient que la masse, l’espace et l’énergie qui composent notre univers entier ont toujours existé. Mais au début du 20ème siècle, l’astronome Edwin Hubble a découvert que l’univers est en expansion. Rebobinant le processus mathématiquement, il a calculé que tout dans l’univers, la matière, l’énergie, l’espace, et même le temps lui-même, avait réellement un commencement. Shockwaves frappe la communauté scientifique. De nombreux scientifiques, y compris Einstein, ont réagi négativement. Dans ce qu’Einstein a appelé plus tard « la plus grande erreur dans ma vie », il a trafiqué les équations pour éviter l’implication que l’univers avait un commencement. L’astronome britannique Sir Frederick Hoyle est peut-être l’adversaire le plus virulent de l’idée que l’univers a commencé. Il a ironiquement surnommé l’événement de création «big bang». Il tenait obstinément à sa théorie de l’état d’équilibre selon laquelle l’univers avait toujours existé. Ainsi Einstein et d’autres scientifiques jusqu’à ce que la preuve pour le début devienne écrasante. Puis, finalement, en 1992, les expériences du satellite COBE ont prouvé que l’univers a vraiment débuté dans un incroyable éclair de lumière et d’énergie. Bien que certains scientifiques l’aient appelé le moment de la création, la plupart ont préféré le désigner comme le «big bang». L’astronome Robert Jastow essaie de nous aider à imaginer comment tout a commencé. « L’image suggère l’explosion d’une bombe à hydrogène cosmique. L’instant où la bombe cosmique a explosé a marqué la naissance de l’univers « . La conclusion est que tout dans l’univers est venu de rien. La science est incapable de nous dire quoi ou qui fait que l’univers commence. Mais certains croient qu’il désigne clairement un Créateur. Beaucoup de scientifiques dont certains étaient des agnostiques prétendent que la seule explication du big bang était la main puissante du pouvoir divin, Dieu. Les cosmologistes, qui se spécialisent dans l’étude de l’univers et de son origine, se rendirent vite compte qu’une explosion cosmique de hasard ne pourrait jamais plus produire de vie qu’une bombe nucléaire, à moins qu’elle ne soit précisément conçue pour le faire. Et cela signifiait qu’un concepteur devait l’avoir planifié. Ils ont commencé à utiliser des mots comme «Créateur», «Super-intellect» et même «Être suprême» pour décrire ce concepteur.

L’UNIVERS EST FINEMENT RÉGLÉ POUR LA VIE

Les physiciens ont calculé que pour que la vie existe, la gravité et les autres lois de la physique qui régissent notre univers devaient être ajustées de façon précise ou bien notre univers ne pourrait pas exister. Par exemple, saviez-vous que si le taux d’expansion de l’univers a été légèrement plus faible, la gravité aurait ramené toute la matière dans un « gros craquement ». Stephen Hawking écrit: « Si le taux d’expansion une seconde après le big-bang avait été réduit d’une partie à la fois dans une centaine de millions de millions, l’univers se serait effondré avant d’avoir atteint sa taille actuelle ». D’un autre côté, si le taux d’expansion avait été seulement une fraction plus grande que ce qu’il était, toutes les galaxies, les étoiles et les planètes n’auraient jamais pu se former, et nous ne serions pas là.

Et pour que la vie existe, les conditions de notre système solaire et de notre propre planète doivent également être justes. Par exemple, nous réalisons tous que sans atmosphère d’oxygène, aucun d’entre nous ne pourra respirer. Et sans oxygène, l’eau ne pourrait pas exister. Sans eau, il n’y aurait pas de pluie pour nos cultures. D’autres éléments tels que le calcium, l’hydrogène, l’azote, le sodium, le carbone et le phosphore sont également essentiels à la vie. Mais ce n’est pas tout ce qui est nécessaire pour que la vie existe. La taille, la température, la proximité relative et la composition chimique de notre planète, du soleil et de la lune doivent également être justes. Et il y a une douzaine d’autres conditions qui doivent juste avoir raison. Un scientifique qui croyait en Dieu pouvait s’attendre à un tel ajustement, mais les athées et les agnostiques étaient incapables d’expliquer les remarquables «coïncidences».

L’UNIVERS: ACCIDENT OU MIRACLE?

Quelles sont les chances contre la vie humaine existant par hasard d’une explosion aléatoire dans l’histoire cosmique? Pour que la vie humaine soit possible à partir d’un big bang définit complètement les lois de la probabilité. Un astronome calcule les chances à moins d’une chance sur un trillion-billion-billion-billion-billion billion … En d’autres termes, il sera beaucoup plus facile pour une personne pliée en aveugle dans un essai de découvrir un grain de sable spécialement marqué de toutes les plages du monde. Les chances d’un big bang aléatoire produisant la vie telle que nous la connaissons seraient comme si une personne gagnait plus de mille loteries consécutives de millions de dollars après l’achat d’un seul billet pour chacune. Pas probable? Vraiment tout à fait impossible. Ainsi, de nombreux scientifiques ont conclu: Quelqu’un dans les coulisses a conçu et créé l’univers. Mais, il y en a d’autres qui cherchent encore d’autres explications à l’existence de notre univers.

ADN: LE LANGAGE DE LA VIE

Aussi récemment que 1953, les biologistes moléculaires ont découvert un design complexe complexe dans le monde microscopique de l’ADN. Cette minuscule molécule a été appelée le «cerveau» de chaque cellule de notre corps, ainsi que toutes les autres créatures vivantes. Pourtant, plus ils découvrent à propos de l’ADN, plus ils sont étonnés de l’éclat derrière elle. Les scientifiques qui croient que le monde matériel est tout ce qui existe, comme Richard Dawkins, soutiennent que l’ADN a évolué par sélection naturelle sans un créateur. Pourtant, même les plus ardents évolutionnistes admettent que l’origine de la complexité complexe de l’ADN est inexplicable. La complexité complexe de l’ADN a amené sa co-découverte, Francis Crick, à croire qu’elle n’aurait jamais pu provenir naturellement de la Terre. Il croyait que la vie est trop complexe pour être originaire de la Terre et qu’elle doit venir de l’espace. Le codage derrière l’ADN révèle une telle intelligence qu’elle tergiverse l’imagination. Un simple volume d’ADN de tête d’épingle contient des informations équivalentes à une pile de livres de poche qui encerclent le monde 5 000 fois. Et l’ADN fonctionne comme un langage avec son propre code logiciel extrêmement complexe. Au début du 21ème siècle, athée noté, l’incrédulité de toute une vie d’Antony Flew est venu à un abrupt et a même étudié l’intelligence remarquable derrière l’ADN. Flew a expliqué ce qui change sa position: « Ce que je pense que le matériel de l’ADN a fait est de montrer que l’intelligence a dû être impliquée dans le rassemblement de ces divers éléments extraordinaires. L’énorme complexité avec laquelle les résultats ont été obtenus me ressemble comme le travail de l’intelligence … Il me semble maintenant que la découverte de plus de cinquante ans de recherche sur l’ADN a fourni des matériaux pour un argument nouveau et énormément puissant à concevoir.

LA VIE ET L’UNIVERS ONT LES EMPREINTES DIGITALES D’UN CRÉATEUR

Les scientifiques sont-ils maintenant convaincus qu’un Créateur a laissé ses « empreintes digitales » sur l’univers? Bien que de nombreux scientifiques soient toujours déterminés à extirper Dieu de l’univers, la plupart reconnaissent les implications religieuses de ces nouvelles découvertes.

ALORS, ET SI, APRÈS TOUT, IL Y A UN CRÉATEUR?

S’il y a un Créateur super-intelligent, la question se pose, à quoi ressemble-t-il? Est-il juste une « Force Cosmique » comme dans Star Wars, ou est-ce un être personnel comme nous? Puisque nous sommes des êtres personnels et relationnels, celui qui nous a créés ne serait-il pas aussi personnel et relationnel? De nombreux scientifiques, tels qu’Arthur L. Schawlow, professeur à l’Université de Stanford et lauréat du prix Nobel de physique, estiment que ces nouvelles découvertes sont des preuves convaincantes d’un Dieu personnel. Il écrit: « Il me semble que face aux merveilles de la vie et de l’univers, il faut se demander pourquoi et pas seulement comment. Les seules réponses possibles sont religieuses … Je trouve un besoin de Dieu dans l’univers et dans ma propre vie « . Si Dieu est personnel et qu’Il nous a donné la capacité de communiquer, ne nous attendrions-nous pas à ce qu’il communique avec nous et nous fasse savoir pourquoi nous sommes ici? Comme nous l’avons vu, la science est incapable de répondre aux questions sur Dieu et le but de la vie. Cependant, puisque la Bible avait raison sur la création à partir de rien, pourrait-elle aussi être digne de confiance en ce qui concerne Dieu, la vie et le but?

L’HOMME QUI A CHANGÉ LE MONDE

Il y a deux mille ans, un homme posa le pied sur notre planète qui prétendait avoir la réponse à la vie. Bien que sa vie sur terre ait été brève, son impact a changé le monde et se fait encore sentir aujourd’hui. Son nom est Jésus-Christ. Les témoins oculaires de Jésus-Christ nous disent qu’il a continuellement démontré un pouvoir créateur sur les lois de la nature. Ils nous disent qu’il était sage, humble et compatissant. Ils nous disent aussi que Jésus-Christ est celui qui a jeté les étoiles dans l’espace, a affiné notre univers et a créé l’ADN. Pourrait-il être celui dont Einstein, sans le savoir, nous appelait «super-intelligence» derrière l’univers? Le mystère de qui est responsable de la création de l’univers et de l’intelligence derrière l’ADN a-t-il été révélé dans le Nouveau Testament? Jésus a parlé avec autorité de l’amour de Dieu pour nous et de la raison pour laquelle il nous a créés. Il a dit qu’il avait un plan pour notre vie et que ce plan était centré sur une relation avec lui. Mais pour que cette relation soit possible, Jésus a dû mourir sur la croix pour nos péchés. Et il était nécessaire pour lui de ressusciter d’entre les morts, afin que nous puissions avoir une vie après la mort. En tant que Créateur, Jésus aurait certainement du pouvoir sur la vie et la mort. Les plus proches de lui prétendent l’avoir vu vivant après sa mort et enterré pendant trois jours. S’ils avaient tort, alors le christianisme a été fondé sur un mensonge. Mais, s’ils avaient raison, un tel miracle justifierait tout ce que Jésus a dit de Dieu, de lui-même et de nous.

Qu’en pensez-vous?

 

Le destin de l’Arche de l’Alliance révélé en texte hébreu

Un texte hébreu nouvellement traduit prétend révéler l’endroit  où les trésors du temple du roi Salomon étaient cachés et discute le sort de l’Arche d’Alliance elle-même.

Mais à la différence du film d’Indiana Jones , » Raiders of the Lost Ark  » , le texte nous donne l’emplacement exact de l’Arche ,de façon claire et précise que, et les autres trésors, « ne peuvent être révélé jusqu’à ce que le jour de la venue du Messie soit arrivé , (cf:le Messie,fils de David )… « .Les savants chrétiens ont donc l’obligation de préserver ce  trésor .

Le Temple du roi Salomon , aussi appelé le Premier Temple, a été pillé et incendié par le roi babylonien Nabuchodonosor II dans le sixième siècle avant JC, selon la Bible hébraïque. L’Arche d’Alliance est un coffre qui, lorsqu’il fut construit à l’ origine, devrait contenir des tablettes  contenant les 10 commandements. Il a été installé dans le Temple de Salomon, à un endroit qui contenait de nombreux trésors variés.

 

Le texte nouvellement traduit, appelé «Traité des navires» ( Massekhet Kelim en hébreu), affirme que les «trésors ont été cachés par un certain nombre de Lévites et des prophètes» , écrit James Davila, professeur à l’Université de St. Andrews, dans un article dans le livre « Ancien Testament Pseudepigrapha Écritures Plus non canoniques Volume 1 » (William B. Eerdmans Publishing Co., 2013).

« Certains de ces (trésors) ont été cachés dans divers endroits de la Terre d’Israël et dans la Babylonie , tandis que d’ autres ont été livrés entre les mains des anges Shamshiel, Michel, Gabriel et peut – être Sariel …» , écrit Davila dans son article.

Le traité est similaire à certains égards à la métallique « Copper Scroll, » l’un des manuscrits de la mer Morte trouvé près du site de Qumrân en Cisjordanie. Le rouleau de cuivre discute également l’emplacement du trésor caché, mais pas du Temple de Salomon.

Le traité décrit les trésors d’une manière imaginative. Une partie se réfère à «soixante-dix-sept tables d’or, et leur or était sur les murs du jardin d’Eden qui a été révélé à Salomon, et ils ont  rayonnés comme l’éclat du soleil et la lune, qui rayonnent à la hauteur du monde ».

Gravure représentant l'Arche d'Alliance.
Gravure représentant l’Arche d’Alliance.

Le plus ancien exemple confirmée du traité, qui survit jusqu’à nos jours, est d’un livre publié à Amsterdam en 1648 appelé « Emek Halakha. » En 1876, un érudit nommé Adolph Jellinek a publié une autre copie du texte, ce qui était pratiquement identique à la version 1648. Davila est le premier à traduire le texte entièrement en anglais.

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

HORS TEXTE

Le commerce douteux  des reliques bibliques

Vrai ou faux? Une Autorité des Antiquités d’Israël a conclu que cette plaque, soi-disant associée au Temple du roi Salomon à Jérusalem, est un faux moderne.

Crédit: Israel Antiquities Authority

Un marchand d’antiquités israélienne accusé de forger des reliques juives bibliques et au début a été acquitté des chefs d’accusation, un verdict qui est peu probable d’atténuer la

 

 

 

Un marchand d’antiquités israélienne accusé de forger des reliques juives bibliques  a été acquitté des chefs d’accusation, un verdict qui est peu probable d’atténuer la controverse quant à savoir si les éléments, y compris une boîte censée contenir les os du frère de Jésus, sont réels.

Le tribunal du district de Jérusalem a décidé aujourd’hui (14 Mars) que Oded Golan ne pouvait pas être reconnu coupable de forger desinscriptions sur une boîte funéraire, ou ossuaire, et sur une plaque de pierre supposée du Premier Temple, le temple principal de l’ anciennr Jérusalem. Selon la Bible hébraïque, le temple a été construit par le roi Salomon et a été rénové dans cette fin du IXe siècle avant J.-C. La plaque prétendument date de ces rénovations. Si vrai, la plaque serait le seul survivant des preuves archéologiques du temple.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

HORS TEXTE

La découverte des murs authentiques du temple de Salomon

Dr Eilat Mazar, Université hébraïque de Jérusalem archéologue, souligne les  lieux des dernières fouilles relatives au  dixième siècle avant JC.Ce sont ces murs de l’ancien temple qui ont été découverts sous sa direction dans la zone Ophel à côté de la Vieille Ville de Jérusalem.

 

Une section d’un mur de la ville antique de Jérusalem, depuis le dixième siècle avant notre ère (entre 1000 avant JC et 901 avant JC), peut-être construit par le roi Salomon, a été révélé dans les fouilles archéologiques.

La section du mur, à environ 230 pieds de long (70 mètres) et 19 pieds (6 mètres) de haut, est situé dans la zone connue sous le nom Ophel, entre la Ville de David et le mur sud du Mont du Temple à  Jérusalem .

Trouvé dans le complexe de mur de la ville: une guérite intérieure pour l’accès dans le quartier royal de la ville; une structure royale adjacente à la guérite; et une tour d’angle qui donne sur une partie importante de la vallée de Kidron adjacente.

« Le mur de la ville qui a été découvert témoigne d’une présence dominante», a déclaré Eilat Mazar, un chercheur à l’Université hébraïque de Jérusalem. « Sa force et sa forme de construction indiquent un haut niveau de l’ingénierie. »

Comparaison des nouvelles découvertes avec des murs de la ville et les portes de l’époque du roi Salomon, comme le Premier Temple, ainsi que la poterie trouvés sur le site, permettent aux chercheurs de postuler que le mur a été construit par Salomon à Jérusalem dans la dernière partie du dixième siècle avant notre ère, Mazar dit.

« Ceci est la première fois qu’une structure de ce temps a été constaté que peut corréler avec des descriptions écrites de l’édifice de Salomon à Jérusalem, » dit – elle.  » La Bible nous dit que Salomon a construit, avec l’aide des Phéniciens, qui étaient bâtisseurs exceptionnels, la [première] Temple et son nouveau palais et les entoure d’une ville, très probablement relié à la plus ancienne muraille de la ville de David ».

Mazar cite spécifiquement le troisième chapitre des premiers livres des Rois où il se réfère à «jusqu’à ce qu’il (Salomon) avait achevé de bâtir sa maison, et la maison du Seigneur, et le mur de Jérusalem. »

Le 19 pieds de haut (6 mètres) guérite est construit dans un style typique de ceux de la période du Premier Temple. Il a un plan symétrique de quatre petites pièces identiques, deux de chaque côté du passage principal. Il y avait aussi une grande tour adjacente, couvrant une superficie de 79 par 59 pieds (24 mètres sur 18), qui était destiné à servir comme un mirador pour protéger l’entrée de la ville. La tour se trouve aujourd’hui sous la route à proximité et doit encore être excavée.arpenteur britannique du XIXe siècle Charles Warren, qui a mené une enquête souterraine dans la région, d’abord décrit les grandes lignes de la grande tour en 1867 mais sans l’attribuer à l’époque de Salomon.

« Une partie du complexe de mur de la ville a servi comme espace commercial et une partie en tant que stations de sécurité», a expliqué Mazar. Dans la cour de la grande tour, il y avait des activités publiques généralisées, dit-elle. Il a servi de lieu de rencontre du public, comme un lieu pour mener des activités commerciales et des activités de culte, et comme un lieu pour les activités économiques et juridiques.

Les tessons de poterie découverts dans le remplissage de l’étage le plus bas de l’édifice royal près de la guérite témoignent aussi de la datation du complexe au 10e siècle avant notre ère Trouvé sur le sol étaient des restes de grandes jarres de stockage, de 3,7 pieds (1,15 mètres) de hauteur, qui ont survécu à la destruction par le feu et qui ont été trouvés dans les chambres qui, apparemment, ont servi de zones de stockage sur le rez-de-chaussée du bâtiment. Sur l’un des pots il y a une inscription partielle en hébreu ancien indiquant qu’il appartenait à un fonctionnaire du gouvernement de haut niveau.

« Les bocaux qui ont été trouvés sont le plus grand jamais trouvé à Jérusalem », a déclaré Mazar.

Figurines cultes ont également été trouvés dans la région, tout comme les empreintes de sceaux sur les poignées jar avec le mot « au roi  » ,témoignant de leur utilisation au sein de la monarchie. On trouve également étaient empreintes de sceaux (bullae) avec des noms hébreux, indiquant également la nature royale de la structure. La plupart des petits fragments découverts provenaient de tamisage humide complexe.

Entre la grande tour à la porte de la ville et le bâtiment royal les archéologues ont découvert une section de la tour d’angle qui est de huit mètres de long et six mètres de haut. La tour a été construite en pierres taillées de la beauté inhabituelle.

Est de l’édifice royal, une autre section du mur de la ville qui se prolonge pour quelque 115 pieds (35 mètres) a également été révélé. Cette section est de cinq mètres de haut, et fait partie de la paroi qui continue vers le nord et une fois fermé la zone Ophel.

Les fouilles ont été effectuées sur une période de trois mois avec le financement offert par Daniel Mintz et Meredith Berkman, un couple de New York intéressés par l’archéologie biblique. les étudiants d’archéologie de l’Université hébraïque de Jérusalem, ainsi que des étudiants bénévoles du Collège Herbert W. Armstrong à Edmond, en Oklahoma, et les travailleurs embauchés tous ont participé aux travaux d’excavation.

(traduction de la langue hébraïque)
Monnaies d’or et bijoux en or témoignant de la richesse du royaume de Salomon.

 

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Golan a été reconnu coupable de trois accusations de moindre possession de biens volés et de violer la loi sur les antiquités. Mais endépit d’ un jugement rendu par un groupe d’experts réuni par l’Autorité israélienne des antiquités (IAA) que les articles sont faux , le tribunal aconclu qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves pour conclure que Golan leur avait truqué.

L’authenticité de l’ossuaire «continuera à étudier dans le domaine archéologique et scientifique, et le temps nous le dira,« le tribunal aconclu, selon les rapports de Reuters .

« Il semble que le juge n’a pas statué sur la question de savoir si l’ossuaire est authentique », a déclaré Nina Burleigh, journaliste et auteur de « Unholy affaires : A True Tale of Faith, Avidité et Forgery dans la Terre Sainte » (Collins, 2008). « Il déclare explicitement qu’il ne se prononce pas sur ce point . »

Néanmoins, Burleigh dit, le verdict sera probablement un revers pour l’AAI et pour authentifier les découvertes archéologiques en général. Elle a cité une interview qu’elle a mené pour son livre avec l’archéologue de l’Université de Tel-Aviv Israël Finkelstein.

« Il a dit:« Quand il y a un acquittement, lequel sera probablement, le marché de ces reliques sera tranquille pendant un certain temps, « Burleigh dit LiveScience. «Et puis il ne sera pas longtemps avant que vous voyez des annonces à l’échelle internationale que les sandales de Salomon ont été trouvés, et l’épée de Mohammad. »

reliques douteuses

Le faux saga a commencé en 2002, lorsque le Royal Ontario Museum de Toronto présentait l’ossuaire, portant l’inscription hébraïque «James fils de Joseph, frère de Jésus . » Golan a prétendu avoir acheté l’ossuaire d’un concessionnaire dans les années 1970, ne réalisant son importance trois décennies plus tard.

La relique était une sensation de médias, mais les archéologues acommencé à élever la sonnette d’alarme. L’unité de la fraude de la police israélienne a lancé une enquête en collaboration avec l’Unité de l’AAI pour le vol qualifié prévention des antiquités. Selon l’AAI, l’enquête a permisdes preuves d’un faux anneau libre, dans lequel Golan et d’ autres antiquités modifieraient avec des inscriptions pour les rendre plus précieux; par exemple, en ajoutant « frère de Jésus » à l’ossuaire appartenant à «Jacques , fils de Joseph. » [ En attente de la seconde venue (infographiques) ]

Le cas a incité le Musée d’Israël pour évaluer certains de ses artefacts de re-vérifier les preuves de la falsification. L’enquête a tourné jusqu’à preuve qu’une grenade en ivoire sculpté, acheté à un collectionneur anonyme et une fois attribué au Premier Temple, porte une inscription moderne forgée (bien que la grenade la sculpture elle-même est ancienne).

Mais pour toutes les preuves de falsifications et les contrefaçons définitives révélées dans le procès, la police israélienne et de l’AAI ne disposaient pas des ressources pour « clouer le cas », a déclaré Burleigh.

«L’authentification des objets anciens ne sont pas la priorité n ° 1, » dit-elle. «Il est même pas dans le top 20 de ce qu’ils sont axés sur. Israël est un pays en cause. »

Sur le stand, at-elle ajouté, la poursuite appuya lourdement sur le témoignage des archéologues individuels. avocats de la défense ont pu recueillir les preuves scientifiques, ce qui rend l’authenticité des objets ossuaire et d’autres semblent plus dans le doute qu’il est réellement.

« Ils ergoté sur ces petits détails, et les avocats de la défense, qui étaient des gens très bien payés, ils ont pu attaquer presque chacun de ces scientifiques très réputés sur le stand », a déclaré Burleigh.

arguments en cours

Bien que le nombre de chercheurs qui croient que l’ossuaire plaque et letemple sont authentiques a diminué, il y a quelques parties intéressées qui soutiennent encore avec véhémence pour leur authenticité. L’absence d’un verdict de culpabilité semble susceptible de jeter de l’ huile sur ces débats.

Hershel Shanks, le rédacteur en chef de la revue Biblical Archaeology Review, qui a publié l’article original introduisant l’ossuaire, a écrit un article dynamitage des conclusions de l’AAI sur le site Internet du magazine. [ Album: paléochrétiens Inscriptions & Artifacts ]

«Malgré tout ce que je l’ai dit, les inscriptions dont j’ai parlé seront considérés comme faux dans l’esprit du public pendant au moins une génération – peu importe l’acquittement des accusés et la preuve de l’authenticité», Shanks a écrit.

L’AAI fait valoir que bon est sorti de l’affaire Golan. Le domaine de l’archéologie a pris un regard dur sur les papiers d’édition basée sur des artefacts provenant du marché des antiquités, en particulier l’absence d’informations détaillées sur l’endroit où les objets ont été trouvés, l’IAA a écrit dans une déclaration en réponse au verdict mercredi (14 Mars). Ceci, à son tour, a fait des fouilles illicites moins rentables, ce qui réduit le vol sur les sites bibliques, a indiqué l’agence.

 

 

 

 

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

 

Une histoire de légendes

L’auteur du texte n’a probablement  pas essayé de transmettre des emplacements factuels des trésors cachés du Temple de Salomon, mais a été écrit une œuvre de fiction, basé sur des légendes différentes, Davila dit LiveScience. [ En Photos: Ruines étonnants du monde antique ]

« L’auteur se fonde sur les méthodes traditionnelles de l’ exégèse scripturaire [interprétation] pour en déduire où les trésors auraient été cachés, mais je pense que l’écrivain approchait l’histoire comme un morceau de fiction divertissante, aucune sorte de véritable guide pour trouver le Temple perdu trésors , « écrit – il dans le courriel.

La structure de l’histoire est confuse. Dans le prologue, il affirme que shimmur le Lévite (il ne semble pas être un personnage biblique) et ses compagnons caché les trésors », mais plus tard, le texte mentionne les trésors étant dans la tenue ou caché par Shamshiel et d’autres anges, « dit Davila. «Je soupçonne que l’auteur a recueilli diverses légendes sans trop préoccupé par ce qui les rend compatibles. »

Le Traité sur les navires (Massekhet Kelim) est enregistré dans le 1648 livre hébreu Emek Halakha, publié à Amsterdam. Dans le livre du Traité est publié le chapitre 11 (l'un de ses deux pages illustré ici). Les deux pages contiennent également des documents provenant d'autres chapitres de livres.
Le Traité sur les navires (Massekhet Kelim) est enregistré dans le  livre hébreu Emek Halakha, publié à Amsterdam,en 1648. Dans le livre du Traité est publié le chapitre 11 (l’un de ses deux pages illustré ici). Les deux pages contiennent également des documents provenant d’autres chapitres de livres.

Similitudes au rouleau de cuivre

The Copper Scroll, qui remonte autour de 1.900 ans, et est faite de cuivre, montre plusieurs «parallèles frappants» avec le traité nouvellement traduit, explique  Davila .

Le traité dit que les trésors du Temple de Salomon ont été enregistrés « sur une tablette de bronze,« un métal comme le rouleau de cuivre. De plus, entre autres similitudes, le Traité des navires et Copper Scroll lesdeux se réfèrent à «navires» ou «outillage» , y compris des exemples d’or et d’ argent.

 

Ces similitudes pourraient être une coïncidence ou d’une partie d’une tradition de l’enregistrement des informations importantes sur le métal.

« Je pense que celui qui a écrit le Traité des navires est venu avec la même idée [d’écrire une liste de trésor sur le métal] par hasard sur leur propre, bien qu’il ne soit pas impensable que l’auteur connaissait une certaine tradition ancienne ou personnalisées sur l’inscription des informations importantes sur le métal « , écrit Davila dans le courriel, notant que le métal est un matériau plus durable que le parchemin ou de papyrus.

Une histoire en cours

L’étude du traité est en cours, et les découvertes continuent d’être faites.Par exemple, dans le milieu du 20e siècle, une copie de celui-ci (avec quelques variantes) a été découvert et enregistré à Beyrouth, au Liban, à la fin d’une série de plaques inscrits qui enregistrent le Livre d’Ezéchiel.

Ces plaques sont maintenant à l’Institut Ben Zvi Yad en Israël, bien que les plaques contenant le traité lui-même sont maintenant portées disparues.Des recherches récentes ont révélé, cependant, ces plaques ont été créées en Syrie, au tournant du 20e siècle, il y a environ 100 ans, ce qui suggère le traité a été racontée de façon élaborée jusqu’à une époque relativement récente.

 

 

 

 

 

 

 

Un papyrus du 4 ième siècle parle de la femme de Jésus Christ

Un fragment de papyrus daté du IVe siècle écrit sur cela  dans l’ancienne langue copte, contient une phrase: « Jésus leur dit, ma femme … ». Cette découverte  vient de rouvrir le débat quant à savoir si Jésus était marié, comme certains premiers chrétiens  le croyaient.

Photo du fragment.
Photo du fragment.

 

Le fragment de papyrus disparu est plus petit qu’une carte de visite, avec huit lignes d’un côté, à l’ encre noire lisibles sous une loupe.Juste au- dessous de la ligne de Jésus ayant une épouse. Ci – dessous , il est une seconde clause provocatrice qui dit censément: «Elle sera en mesure d’être mon disciple. » Les mots sur le fragment de couleur miel sont les premiers à montrer Jésus se référant à une femme, selon Karen King, professeur de théologie à Divinity School de Harvard à Cambridge, Massachusetts, qui a publié plusieurs ouvrages sur les nouvelles découvertes de l’ Evangile et est la première femme à occuper la plus ancienne chaise professorale de la nation:the Hollis professor of divinity. Karen King a présenté sa conclusion mardi au Congrès international d’études coptes à Rome.L’écriture à l’ encre noire est dans la langue des chrétiens égyptiens, sur un fragment d’environ 1,5 par 3 pouces (4 par 8 centimètres). »Une des choses que nous  savons ,c’est  très rarement dans la littérature ancienne que les hommes discutaient de leur  état matrimonial,  » que Karen King a déclaré dans une conférence téléphonique avec les journalistes. « Le silence dans l’ état civil est normal. » Elle a dit dans une déclaration que la première revendication que Jésus n’a pas épousé une femme est de 200 AD .Les premiers chrétiens ne sont pas toujours d’accord sur lle principe  si ils doivent se marier ou rester  célibataires.

Karen King
Karen King

Le fragment ne prouve pas que Jésus était marié ou que s’il l’était qu’il était  marié à Marie Madeleine, selon le projet de document. Seules les femmes ont été identifiées en termes de relations familiales, comme la sœur, la mère, ou la femme de quelqu’un, selon King . La question de savoir si Jésus marié est venu plus tard , quand les gens voulaient l’utiliser comme modèle pour leur vie, dit – elle.

 

Karen King examinant le papyrus dans son vitage de sécurité.
Karen King examinant le papyrus dans son vitage de sécurité.

La provenance du fragment de papyrus est un mystère, et son propriétaire a demandé à rester anonyme. Jusqu’à mardi,20 septembre 2016, Karen King avait montré le fragment à un petit cercle d’experts en papyrologie et en  linguistique copte , qui ont conclu qu’il est très probablement vrai. Mais elle et ses collaborateurs disent qu’ils sont avides de consulter plus de chercheurs afin de  peser le pour et le contre et peut – être bousculer leurs conclusions.

 

jesus-wife-mentioned-on-fourth-century-papyrus-fragment-3

 

Nous sommes peut-être,sans sauter aux conclusion,devant le seul document connu qui affirme l’existence du Christ et le fait qu’il avait une femme:Marie Madeleine.

Mais ce document est du quatrième siècle!

 

 

 

Les dossiers de Michel Duchaine:Un papyrus ancien dévoile l’épouse de Jésus Christ

L’église catholique est  frappée de plein fouet!

D’éminents spécialistes du Nouveau Testament disent cette semaine qu’il est temps de mettre au repos un papyrus infâme qui suggère que Jésus-Christ avait une femme.On veut fermer les discussions,en hauts lieux!

Voici le fameux payrus dont nous parlons.
Voici le fameux papyrus dont nous parlons.

Bock,un des spécialistes, a ajouté que « dans ce cas, il semble que cet« ancien »papyrus vaut un peu plus que la poussière déposée. »

Un long article  publié dans le numéro de Juillet / Août 2016 ,de l’Atlantique est intitulé «Le conte incroyable de l’ épouse de Jésus » enquête sur la demande faite au dixième Congrès international d’études coptes à Rome en Septembre 2012 , lorsque la professeure de Harvard Divinity School Karen King a présenté une fragment de papyrus qui contient la phrase suivante: « . Jésus leur dit : Ma femme » Quelques jours après la présentation du roi en Italie, un journal du Vatican a appelé le fragment copte un «faux inepte. »

L’auteur de l’Atlantique, Ariel Sabar, raconte dans son article que  ce «Da Vinci Code est  réel», comme il détaille son voyage de traquer la propriété de ce fragment qui est très disputé.

long article de Sabar raconte son globe-trotter comme il a navigué les nombreux rebondissements qui sont venus avec chaque nouveau chef de file. Il a volé à Berlin pour interviewer un outilleur puis enroulé de parler à un homme de Floride qui était un expert en antiquités qui était censé être le maillon clé dans toute cette affaire. Cet expert en antiquités, Ernest Fritz, propriété du nom de domaine gospelofjesuswife.com et avéré être un pornographe notoire qui avait lancé plusieurs sites Web torride en 2003 qui ont depuis été prises vers le bas.

La phrase clé de Jésus avoir une femme sur ce papyrus est entouré par des lignes incomplètes des mots écrits dans la langue copte et contient le dialogue entre Jésus et ses disciples au sujet de sa femme – peut-être Marie-Madeleine – être «digne» de disciple. D’autres chercheurs ont noté les erreurs de grammaire et ce qui semblent être des lignes de l’Evangile de Thomas, un livre qui est pas dans le canon de l’Écriture.

L’Evangile de Thomas est une œuvre gnostique non reconnue par l’Eglise comme un texte faisant autorité pour les questions de la foi dans le Christ.

Wheaton College Professeur d’Études bibliques Dr Nicholas Perrin, lorsqu’on lui a demandé ce qu’il a fait de la pièce Atlanic, a commenté au CP que «la preuve que le fragment était un faux était déjà assez fort en dehors de l’enquête. »

Mais ce qui explique cette fascination éternelle avec Jésus ayant une femme? Perrin, qui est un savant qui a étudié les textes gnostiques et la fiabilité et l’autorité canonique de la Bible, a suggéré une idée.

«L’éthique sexuelle est avant et au centre de la discussion en Amérique du Nord. Peut-être, juste peut-être, une certaine aile de l’église est attiré par la perspective d’une histoire de reconstitution qui cherche à démasquer le Jésus de l’histoire du célibat comme une fabrication pieuse, « Perrin offert.

Le Christian Post a demandé Perrin s’il savait de toute preuve extra-biblique que ce soit pour un Jésus marié, et il a répondu que, si aucune preuve existe pour confirmer l’état matrimonial d’une manière de Jésus ou d’une autre, « l’argument le plus fort que Jésus était le produit marié

d’ un argument de silence « .

 

En d’autres termes, «la plupart des jeunes hommes juifs se sont mariés, le Nouveau Testament ne dit jamais explicitement Jésus ne se marie pas, donc Jésus doit avoir été marié. »

« Toutefois, les données des évangiles, pas moins appel implicite de Jésus au célibat dans Matthieu 19,10 à 12, n’a de sens que sur l’hypothèse que Jésus était en fait célibataire, » selon Perrin.

 La source

Les dossiers de Michel Duchaine:l’origine extraterrestre de Jésus Christ

Récemment, l’Observatoire astronomique du Vatican a tenu une conférence sur la vie extraterrestre, où les astrobiologistes les plus importants du monde  se sont réunis pour discuter de la possibilité de trouver une vie extraterrestre sur d’autres mondes dans les deux prochaines décennies, ce qui est communément appelé la poursuite de  la « vie extraterrestre. » Automatiquement beaucoup de gens ont demandé pourquoi cet intérêt, ou même si le Vatican cache des informations relatives au thème extraterrestre qui aurait pour résultat de  changer les croyances de chacun.  Selon la théoriciens des Anciens Astronautes et les partisans de la ré-écriture de l’histoire de l’humanité (comme moi),  une de ces informations sérieuses tenues secrètes  serait  que Jésus lui – même serait  d’origine extraterrestre.

Jésus Christ...ou La naissance d'une légende d'origine extraterrestre.
Jésus Christ…ou La naissance d’une légende d’origine extraterrestre.

 

Et c’est là que commence l’ une des théories les plus controversés de l’histoire de l’ humanité. Selon certains experts, la naissance de Jésus pourrait effectivement être  une intervention extraterrestre, et le fils de Dieu est en fait le fils d’un être étranger à la Terre (probablement un annunaki), non un hybride alien. L‘hypothèse est que , lorsque les anges ont visité Marie dans ce qu’elle a perçu comme un rêve dans  son sommeil.

De fait, pendant son sommeil,elle aurait  vraiment reçu la  visite d’êtres extraterrestres. Ces êtres l’auraient inséminés artificiellement avec leur sperme génétiquement modifié afin qu’il soit accepté  par le corps physique de Marie,une fille de la Terre.

La naissance,le soir de Noêl.
La naissance,le soir de Noêl.

Ce fut l’étranger « l’archange Gabriel » non membre d’une race extraterrestre qui apporta le message à Marie. Jésus a été accusé d’avoir des capacités surhumaines. Marie a donné naissance à un Jésus … même vierge , et donc, Jésus était l’ un des premiers alien hybride d’humain . Ce serait en  bref , l’ une des plus grandes énigmes de l’histoire.

Par ailleurs, si vous regardez de plus près à la naissance de Jésus, les quatre évangiles mentionnent la vie de Jésus, mais seulement les évangiles de Matthieu et de Luc  font référerence  au miracle biologique d’une femme vierge qui devient enceinte par un acte de Dieu et donne naissance à un enfant de Pouvoirs. Aussi,ce fut par ces deux versions de l’évangile que l’état de Jésus  a été élevé à la catégorie des sauveurs de l’humanité.

Avec la contribution de Matthieu et de Luc, l’histoire a changé au sujet de la naissance virginale.Selon  Matthieu, le représentant étranger, l’archange Gabriel, est apparu à Joseph, tandis que Luc dit qu’il est allé vers  Marie. Selon les  écrits de Luc, l’annonce de Gabriel a  été faite  avant la conception de Marie et après cette même conception dans les écrits de Matthieu.

La preuve définitive de l’origine extraterrestre de Jésus

D’ autres influences extraterrestres entourant la naissance de Jésus sont relatives à l’étoile de Bethléem,qui en  indiquant l’emplacement de sa naissance ,nous montre qu’il ne s’agissait pas d’une « étoile » mais d’un véhicule aérien,un ovni.Entre la naissance de Jésus ,ses œuvres et les miracles qui ont eu lieu vers l’âge de trente ans, il n’y a presque pas de documentation. Cela peut être considéré comme une longue période de « temps perdu. » Les experts suggèrent que pendant ce temps,le  » Jésus hybride » peut avoir été instruit, formé et préparé par son père étranger,son vrai Père. Cela comprenait la préparation des miracles,les  exorcismes, le contrôle de la nature, la guérison des malades et le pouvoir de ressusciter les morts.

Mais la preuve définitive que Jésus ne serait pas d’origine  humaine « non ordinaire » ,mais  possiblement d’ origine extraterrestre est sa  résurrection physique, mentionnée dans les quatre évangiles. Marc nous  dit que Jésus a été battu et brutalisé par les gardes romains qui l’ont couronné d’épines, et l’ont crucifié à la neuvième heure. Son corps a été enveloppé d’ un fin linceuil . Aujourd’hui,en ce vingt et unième siècle,la rumeur s’est répandu pour être une empreinte miraculeuse du corps du Christ  sur les restes de ce tissu, le fameux suaire de Turin .

 

Le fameux Saint-Suaire de Turin...discrédité par la science officielle.
Le fameux Saint-Suaire de Turin…discrédité par la science officielle.

Les événements de ce premier puzzle de ce matin de Pâques ont une saveur surnaturelle de Vérité.

Les membres du  Conseil juif  ,le Sanhédrin, étaient sans voix quand ils ont reçu la nouvelle que la tombe de Jésus était vide.Ils ont entendu des histoires sur  la façon dont, dans les premières heures du  matin,qu’un  » être de Lumière » dans une robe «blanche comme la  neige» et une lumière sur la tête si brillante qu’en le voyant  descendre des nuages ,cela a  terrifié  le soldat romain qui gardait  la tombe de Jésus. Ce personnage étrange, appelé par les prêtres comme étant le CÉLESTE ,  secoua la pierre colossale bloquant l’entrée de la tombe avec une force surhumaine.

 

De nombreuses oeuvres anciennes  nous transmettent le message d'interventions extraterrestres.
De nombreuses oeuvres anciennes nous transmettent le message d’interventions extraterrestres.

Ce fait a été révélé à Marie – Madeleine par deux hommes vêtus de blanc, des créatures célestes  non –  humaines  qui étaient près de l’entrée de la tombe. Une des figures mystérieuses dit:

« N’ais pas  peur, si tu  cherches Jésus de Nazareth, qui a été crucifié, il n’est pas ici … Il est ressuscité … Dites à ses disciples et à Pierre qu’il sera avec vous ,en Galilée;  vous le verrez comme je vous l’ai dit « .

Cet homme énigmatique aurait disparu dans les cieux aussi mystérieusement qu’il était apparu. Aurait-il pu retourner au Vaisseau-Mère  qui était dans l’orbite de la Terre? Serait – ce  cette nef d’origine extraterrestre qui serait la fameuse  » étoile de Bethléem », qui prédit sa naissance?

Lorsque Jésus  ressuscité reparut devant ses fidèles disciples, il  est apparu comme s’il aurait  subi une « transformation fantomatique ». Cette utilisation de la bilocation dit -on , beaucoup de gens ont prétendu à avoir vu dans plusieurs endroits à la fois, simultanément.

 

Apparition 001

 

Le Livre 2, des apocryphes et l’Épître des Apôtres,pendant  des siècles ont été interdits par l’Église au cours d’un long concile et des débats interminables sur la nature de Jésus, ressuscité au ciel, tandis que la Bible donne beaucoup de détails sur cette  » adhésion de Jésus au Ciel »:

Il est arrivé sur le mont des Oliviers.

Les disciples de Jésus parlaient d’un son puissant entendu lorsqu’il n’y avait pas de tonnerre dans le ciel.Ils virent alors une  » forte illumination » qui a monté jusqu’aux cieux .

Le tonnerre grondait  sur la montagne, et un char est descendu à travers les nuages. Ceci est connu comme étant un chariot Merkaba, le véhicule céleste des anges,dans la tradition hébraïque.

Les textes anciens  décrivent la façon dont Jésus est entré dans la Merkaba:il a été bien accueilli par les anges qui étaient habillés en « vêtements blancs. »

 Les apôtres virent avec étonnement que  Jésus est ressuscité plus haut dans le ciel jusqu’à ce que et les anges dans la Merkaba disparurent de la vue.

Cet événement pourrait il être expliqué par le retour au Vaisseau-Mère de la nef  pour rejoindre son alien de père?

 

Alien 001

Nous sommes en l’an 2016, une année de grande anticipation et d’ attente. Il y a  beaucoup  d’attente pour 2017 ,en tant que la  seconde venue du Christ: assisterons-nous à un contact extraterrestre « officiel?. Nous rappelons que cela est tout simplement la théorie de certains qui croient que Jésus a réellement existé…de manières humaines! Mais ses origines réelles sont  très différentes . Il semble que le Vatican pourrait avoir toutes ces observations écrites et des preuves de l’ origine extraterrestre de Jésus, tandis que d’ autres suggèrent que cela fait partie d’une conspiration dirigée par des êtres extraterrestres avec la seul intention d’asservir les religions de la population du monde entier.

L'importance de toute cette affaire est de retenir son message d'amour,de paix et d'unité!
L’importance de toute cette affaire est de retenir son message d’amour,de paix et d’unité!

 

Quelle est la vérité? Comme toujours ,il faut tirer vos propres conclusions de ce qui est la véritable histoire de Jésus.

 

L'amour et l'amité défient le temps...et l'espace!
L’amour et l’amité défient le temps…et l’espace!

 

 

Adolph Hitler:le Führer et les sociétés secrètes partie 2 de 10

La profanation du Saint-Graal

 

Le Saint-Graal ,d'après une ancienne gravure féodale:la Table Ronde entourée des Chevaliers.
Le Saint-Graal ,d’après une ancienne gravure féodale:la Table Ronde entourée des Chevaliers.

 

Il fallait bien que le faux Roi du Graal s’aidât d’une chevalerie noire, parodiant les preux de la Table Ronde. Le soin de la réunir fut confié à Himmler, ancien éleveur de volailles aux allures d’instituteur de village, et qui, féru d’astrologie et d’occultisme, se croyait la réincarnation du grand roi saxon Henri Ier l’Oiseleur. Car, comme le souligne très justement Joachim C. Fest dans son introduction aux Discours secrets du Reichsführer S.S. (éd. Gallimard, 1978), celui‑ci « prenait au pied de la lettre ces articles de foi et les transformait en une mission historique concrète (…) ».

De nombreux membres des SA saluent leur Führer au sortir d'une assemblée.Les SA ,dirigés par Ernst Rohm,sont à l'origine de la grande révolution nationale-socialiste allemande. Cette révolution du peuple sera écrasée par la sanglante nuit des Longs Couteaux,un coup d'état orchestré par les sociétés secrètes allemandes.
De nombreux membres des SA saluent leur Führer au sortir d’une assemblée.Les SA ,dirigés par Ernst Rohm,sont à l’origine de la grande révolution nationale-socialiste allemande.
Cette révolution du peuple sera écrasée par la sanglante nuit des Longs Couteaux,un coup d’état orchestré par les sociétés secrètes allemandes.


« Je fonde un Ordre », avait confié Hitler à Rauschning, en évoquant la création de Burgs où se forgerait la nouvelle élite aryenne, « C’est de là que sortira le produit final de la mutation humaine — l’Homme-Dieu ! Cet Être splendide deviendra l’objet d’un culte universel ! » Himmler, pédagogue falot, mais infatigable, se consacra à cette tâche avec l’ardeur que commandait son monoïdéisme : « Nous devons éduquer, éduquer, éduquer. »
Il dirigea les quatre châteaux de l’Ordre ou Ordensburger, abritant les plus fanatiques des jeunes nazis, déjà « filtrés » au sein des écoles spéciales Adolf Hitler — dirigées par les Jeunesses Hitlériennes — et des Instituts politiques nationaux d’Éducation. Le « cursus » de l’élite comprenait d’abord un passage dans le château spécialisé dans les « sciences raciales » et l’idéologie, où la formation intellectuelle (si l’on ose dire !) était privilégiée. La seconde année était consacrée à la formation physique. Dans le troisième château, où ils restaient 18 mois, les « chevaliers noirs » s’initiaient à la politique et à l’art militaire. Enfin, les 18 derniers mois d’étude se passaient à l’Ordensburg de Marienburg, en Prusse Orientale, près de la frontière polonaise. Dans ce château qui cinq siècles plus tôt avait été un bastion des Chevaliers Teutoniques, on développait tout naturellement le concept de Lebensraum, cet espace vital, à l’est, que l’Allemagne revendiquait comme un droit imprescriptible… Voilà ce que visait cette parodie de la Queste arthurienne. Mais la contrefaçon ne s’arrêterait pas là.

Les trois écoles hitlériennes prennent leur origine dans l'organisation initiatique d'une très anciennes loge germanique fondée en 1740 par Frédérick II,dit l'Oiseleur. Himmler se disait la réincarnation du puissant empereur allemand.
Les trois écoles hitlériennes prennent leur origine dans l’organisation initiatique d’une très anciennes loge germanique fondée en 1740 par Frédérick II,dit l’Oiseleur.
Himmler se disait la réincarnation du puissant empereur allemand.


Le symbole du Graal par excellence est la coupe, le vase, ou encore la yoni, le sexe féminin. Ainsi se trouve posé le rapport direct entre la Queste du Graal et la Femme, dont il convient de préserver la pureté. (Hitler semblait précisément avoir de la femme une conception romantique, lui qui, adolescent, renverse un pot de lait dans sa fuite, lorsqu’une jeune fermière veut pousser l’idylle plus loin, et qui s’évanouit presque en entendant — alors qu’il est blessé — la voix d’une infirmière, la première voix féminine depuis des mois. De fait. Martha Dodd, fille de l’ambassadeur américain à Berlin, devait le juger, plus tard, « étrangement tendre et d’une séduisante faiblesse ». La « face obscure » de cette attitude chevaleresque se manifestait entre autres par la contemplation des illustrations « suggestives » de la revue Ostara, dirigée par le cistercien défroqué Lanz von Liebenfels, qui montraient de blondes Aryennes succombant à la séduction des Untermenschen sémites, velus et simiesques…)

Lanz von Liebenfeld
Lanz von Liebenfels


Le rôle de la Femme, dans la Queste graalique, s’explique au plan microcosmique par le fait que le symbolisme de la pierre cachée dans laquelle est taillée la coupe — émeraude qui ornait le front de Lucifer et qui est aussi le troisième oeil de Shiva — réfère à la Kundulini hindoue, hypostase de la Déesse, serpent subtil lové chez le profane au bas de la colonne vertébrale et qui doit être éveillé par des techniques appropriées. Dans l’hermétisme occidental, par cc processus, la « lune » doit devenir « soleil ». Gichtel, disciple de Jacob Boehme, l’illustre dans sa Theosophia Practica (1696) par le dessin d’un corps humain où le « feu serpentin » est représenté par un dragon, à la hase de l’épine dorsale. Et c’est la libération de ce dragon, symbole de l’énergie spirituelle, qui permet la transformation de la conscience.
Mais cette hypostase de la Sophia renvoie aussi au Roi du Monde qui règne dans la « Demeure de Shiva (Shambala) à l’intérieur de la terre. C’est le « Mahachohan », le Seigneur du Feu de la Création. C’est encore l’Homme Cosmique qui dort « comme en un sépulcre » en attendant d’être éveillé par l’Art, et dont la légende de l’Empereur endormi, du Fredericus Rex, n’est que l’expression en mode temporel, ou « historique ».
Cette féminisation « hérétique » de l’Esprit, dans une perspective eschatologique, trouve son fondement à la fois métaphysique et sémantique dans le fait que Buddhi — équivalent hindou de l’Esprit Saint — est féminin, ce qui réfère directement à la Saint-Esprit, la Sophia des gnostiques et des courants médiévaux hétérodoxes. C’est ce que rappelait en 1908 le patriarche néo-gnostique Synesius, en même temps qu’il annonçait, quoique involontairement, ce 3e Règne auquel voulut s’assimiler le IIIe Reich : « Il est un de nos dogmes sur lequel je veux insister. C’est le dogme de la salvation féminine. L’oeuvre du Père a été accomplie, celle du Fils également. Reste celle de l’Esprit qui seule peut déterminer le salut définitif de l’humanité terrestre et préparer, par ainsi, la reconstitution de l’Esprit. Or, l’Esprit, le Paraclet, comme le nommaient les cathares, correspond à ce qu’il y a de féminin dans la divinité, et nos enseignements précisent que c’est la seule face de Dieu qui soit vraiment accessible à notre raison. Quelle sera au juste la nature de ce nouveau et prochain messie ? »

Timbre allemand de 1933,lors  de l'arrivée du Führer au pouvoir,illustrant la quête du Saint-Graal.
Timbre allemand de 1933,lors de l’arrivée du Führer au pouvoir,illustrant la quête du Saint-Graal.


L’Esprit lui-même, en effet, considéré du côté de la Création, devient nécessairement partie intégrante de celle-ci, et apparaît alors comme une production tirée de la Materia prima. Ce qui peut constituer, si l’on a le goût du paradoxe, un pont inattendu entre la métaphysique traditionnelle et la philosophie du P. Teilhard de Chardin, qui apparaissent complémentaires — celle-ci envisageant en somme toutes choses du coeur de la Matière, en gésine d’un Esprit qui en fait la précède ontologiquement, celle-là considérant le cosmos sub specie aeternitatis, autrement dit à partir du Principe. Cette dualité de perspectives peut être illustrée au plan microcosmique par l’affirmation de Leucippe et Démocrite, selon qui l’âme peut être acquise (équivalent de la noogenèse teilhardienne), à quoi la pensée traditionnelle répond : que pourrait-on acquérir que l’on ne possédât déjà ?
Mais après cet aperçu sur le symbolisme féminin de la Coupe du Graal, il convient d’examiner son complémentaire : l’Axe du Monde qui traverse la Coupe paradisiaque sera, dans la légende du Graal, représenté par la lance, symbole viril qui, bien loin d’apparaître seulement avec le centurion Longin, se perd dans la nuit des temps. On la trouve déjà, en tout cas, dans les vieilles traditions celtiques où il est question de la lance magique de Lug et du bassin ou chaudron sacré de Doria, qui allait devenir le calice de la Cène…
Auparavant, nos premiers parents, comme chacun sait, goûtèrent au fruit défendu et pour cela furent chassés du Paradis par l’ange à l’épée flamboyante, sans pouvoir emporter la coupe du Graal puisque aussi bien ils étaient désormais soumis à la mort. En d’autres termes, l’homme, écarté de son centre originel, était enfermé dans la sphère temporelle, ayant perdu le « sens de l’éternité » que manifestait justement le Graal.
Toutefois. Seth, le fils d’Adam et Ève, obtint de venir prendre dans l’Eden déserté le Saint Graal. Lors du Déluge, la Coupe disparut, et la légende ne dit ni où ni par qui elle fut conservée jusqu’à l’époque du Christ ; mais le fonds celtique se manifesta par l’intermédiaire des Druides qui, selon une singulière tradition, envoyèrent à Jérusalem sous le coup d’une inspiration divine le bassin sacré de Dona (sous le nom de Vase Azewladour) et la lance de Lug. Ce qui explique que l’on retrouve la Sainte Coupe la veille de la mort du Christ, lorsqu’il rassemble ses disciples dans le Cénacle pour la dernière Cène. Le lendemain, le centurion Longin voulant s’assurer de sa mort, sur la croix, le frappa au côté avec sa lance, et de la blessure s’échappèrent du sang et de l’eau que Joseph d’Arimathie recueillit pieusement dans la Coupe.

La vision du Saint-Graal retrouvé au Moyen Âge.
La vision du Saint-Graal retrouvé au Moyen Âge.


Le Graal, toujours selon la légende, fut alors transporté en Grande-Bretagne par Joseph d’Arimathie et Nicodème, (Selon une autre version, c’est son fils Josephè, que saint Pierre avait sacré évêque, et son neveu Alain, qui accompagnent Joseph d’Arimathie.) Peu après leur arrivée, ils furent jetés en prison par Crudel, le roi du pays, sans que ce dernier les dépossédât toutefois de leur trésor. Mais le roi Mordrain ayant vaincu Crudel, les délivra bientôt et ils se retirèrent dans un endroit isolé, où ils vécurent en paix.
Alors commença la geste du Roi Arthur et des chevaliers de la Table Ronde, destinée à l’origine à recevoir le Graal lorsqu’un des preux l’aurait conquis et ramené de Grande-Bretagne en Armorique. Les chevaliers étaient douze, à l’image des douze apôtres et des douze signes du zodiaque, l’aspect circulaire de la Table renforçant quant à lui ce symbolisme du cycle zodiacal.


HORS TEXTE

Le Saint Graal en Espagne? Des experts doutent

Ces pierres précieuses et tout cet or aurait été ajouté au Moyen Âge .
Ces pierres précieuses et tout cet or aurait été ajouté au Moyen Âge .

 

La basilique de San Isidro de Leon, dans le nord de l’Espagne, abrite-t-elle depuis dix siècles, à l’ombre de ses voûtes romanes, le légendaire Saint Graal? La spectaculaire révélation de deux chercheurs espagnols, digne d’un roman médiéval, était balayée mardi par plusieurs experts.

Face à l’afflux de curieux qui se sont précipités dans le musée de la Basilique, où la coupe était exposée sous une vitrine de verre, la direction l’a retirée et les visiteurs devront provisoirement se contenter d’admirer une copie.

A l’origine de cette fébrilité, les travaux de deux historiens espagnols affirmant que la basilique San Isidro abrite depuis dix siècles le calice dans lequel le Christ a bu lors de son dernier repas et qui a ensuite recueilli son sang, un objet de légende porteur de l’un des grands mythes de l’Histoire.

« La légende du Graal est une invention littéraire du 12-ème siècle, sans aucun fondement historique », tranche Carlos de Ayala, professeur d’Histoire médiévale à l’Université autonome de Madrid.

« On ne peut pas trouver ce qui n’existe pas », ajoute-t-il.

Therese Martin, historienne médiévale au Centre national de recherches scientifiques, relève elle aussi que « parmi les spécialistes du Moyen Age, il est d’usage de comprendre les légendes du Graal de manière plus symbolique qu’historique ».

Orné d’or et de pierres précieuses, formé de deux coupes réunies par le pied, le calice de la basilique San Isidro était connu depuis des siècles comme celui de Doña Urraca, fille de Ferdinand 1er le Grand, roi de Leon de 1037 à 1065.

Mais la découverte en 2011 de deux parchemins égyptiens, suivie de trois années de recherches, ont conduit Margarita Torres, professeur d’histoire médiévale à l’université de Leon, et José Miguel Ortega del Rio, historien de l’art, à affirmer que le calice de la princesse espagnole était bien celui de la Cène.

Depuis les années 1050, la basilique San Isidro abrite « le calice qui, depuis les quatrième ou cinquième siècle, est considéré par les communautés chrétiennes de Jérusalem comme celui du dernier repas », déclarait à l’AFP Margarita Torres.

– Cadeau d’un émir –

Seule sa partie supérieure, une coupe en agate, expliquait l’historienne, constitue la relique légendaire, restée durant sept siècles dans l’église du Saint-Sépulcre à Jérusalem et finalement offerte à Ferdinand 1er, alors l’un des plus puissants souverains de la chrétienté espagnole, par un émir arabe d’Espagne qui voulait sceller la paix avec lui.

Selon les historiens, qui viennent de publier un livre, « Les rois du Graal », il existe, en Europe seulement, environ 200 coupes supposées être le Saint Graal, dont une est conservée à Valence, dans l’est de l’Espagne.

Affirmant se fonder sur des recherches d’une grande rigueur, les deux historiens expliquent que, selon les parchemins égyptiens, il manque un éclat sur le calice du Christ, tout comme sur celui de Doña Urraca.

C’est la princesse espagnole qui, au onzième siècle, aurait donné son visage actuel à la coupe, à l’origine un simple récipient de pierre, en l’ornant avec les pierres précieuses de ses propres bijoux, raconte Margarita Torres.

« Si les rois de Leon avaient cru détenir le Saint Graal, il devrait exister des documents datant de la seconde moitié du 11-ème siècle, contemporains de la fabrication de l’armature d’or et de pierres », souligne Therese Martin.

« Le livre nous révèlera peut-être de nouvelles sources passées inaperçues jusqu’à présent. Mais même si l’infante Urraca a cru que l’un des gobelets formant le calice était le Graal, un tel concept serait difficile à soutenir de nos jours », ajoute-t-elle.

Le musée, quoi qu’il en soit, va devoir trouver une place plus adaptée pour le calice. « Il se trouvait dans une très petite salle et il n’était pas possible de l’admirer pleinement », explique sa directrice, Raquel Jaen.

« Certains des visiteurs sont sceptiques, d’autres viennent par curiosité et d’autres encore envisagent la possibilité » que le calice soit authentique, raconte-t-elle.

Néanmoins, selon elle, l’annonce est d’une grande importance, « pour le musée comme pour la ville ». « La recherche s’est basée pour beaucoup sur des méthodes scientifiques. Il appartiendra aux autres d’évaluer ces conclusions, et de dire si elles sont valides ou non ».

Une coupe qui continuera à alimenter les discussions,les théories et les enquêtes...pour des siècles.
Une coupe qui continuera à alimenter les discussions,les théories et les enquêtes…pour des siècles.

 



Les chevaliers se mirent donc en quête et, après avoir dit surmonter toutes les épreuves initiatiques, trois d’entre eux seulement. Galaad. Perceval et Bohors, parvinrent au château du Graal, chez Pellès, le « Roi Méhaigné qu’Alhrecht von Scharffenberg, dans son Titurel, appelle Pérelhe (cf. René Nelli, préface à la Croisade contre le Graal, d’Otto Rahn, éd. Stock). Ce qui est assez singulier si l’on sait que ce nom était celui du baron à qui appartenait le château de Montségur. Galaad prit la lance qui saignait et en toucha le Roi, le guérissant immédiatement. Ainsi s’achevait l’itinéraire légendaire qui, du Paradis terrestre, avait conduit le Graal jusqu’en ce château que certains — parmi lesquels Otto Rahn… et aussi Himmler et Rosenberg — ont voulu assimiler à Montségur. Quoi qu’il en soit, que faut-il retenir de la légende — brossée à grands traits — sinon que le Graal, contenant le sang sacré, est le symbole d’une puissance perdue, et que sa quête sera « héroïque », prométhéenne par certains aspects, et trouvera dans l’Imperium parousique son cadre temporel approprié.
On ne s’étonnera donc pas, encore une fois, que cette hiérophanie récapitulative intègre une multitude de mythes relatifs au « IIIe Frédéric » retiré en un lieu inaccessible et qui « dort », ou encore « qui vit et ne vit pas », en attendant le jour de la dernière bataille contre les « êtres élémentaires », Arthur. Charlemagne. Frédéric Ier» et Frédéric II hypostasièrent cette attente eschatologique de l’Imperium pérenne. Ce retour à l’origine qui commande évidemment une conception cyclique de l’Histoire (nous l’avons vu à propos du symbolisme de la Table Ronde) implique en outre une redoutable ambiguïté. S’agit-il du retour à l’ordre édénique ou au chaos des Eaux primordiales représentées par la Grande Déesse et, lato sensu, par l’aspect féminin du mythe ? Le nazisme a largement profité de cette ambiguïté et, chose plus curieuse, nous verrons à quel point Hitler lui-même était… dominé par cet aspect féminin du mythe qu’il incarnait. En tout cas, l’ambivalence des symboles du Grand Retour parousique et de l’Endkampf, explique la dangereuse dualité propre aux projets politiques qui, au temporel, revendiquent cette Renovatio.
Pour le IIIe Reich explicitement millénariste, le Graal revêtait une importance primordiale. Il appartenait donc aux « savants » nazis, aux spécialistes de l’« écriture païenne enchevêtrée », comme disait Wolfram von Eschenbach, de redécouvrir ce trésor spirituel que les Cathares étaient censés avoir caché à Montségur, et, en traduisant en clair la susdite écriture, de donner au nazisme la clef de la genèse du monde, que, selon la légende, elle renfermait.
C’est à ce titre qu’Otto Rahn, considéré comme un spécialiste du Catharisme, fut envoyé en Occitanie pour y chercher le Saint Vesse!. Mais nous croyons savoir que sa mission ne concerna pas seulement le Graal, et qu’elle comportait un aspect beaucoup plus secret encore, comme en témoignent à nos yeux les contacts qu’il établit et les investigations qu’il mena dans la région de Carcassonne. Cette mission était directement liée, en l’occurrence, à l’antagonisme entre les eschatologies païenne et judéo-chrétienne, auquel nous faisions allusion tout à l’heure. Expliquons-nous :
Le thème de l’Empereur endormi germanique s’oppose directement à celui du Grand Monarque ou du « Roy perdu » français. Ce dernier — remis en lumière par une actualité récente — trouve son fondement historico-légendaire dans le « Testament de saint Remy », ce « nouveau Moïse » qui aurait prophétisé en ces termes lors du baptême de Clovis à Reims, dans la nuit de Noël 496 : « Apprenez, mon fils, que le royaume de France est prédestiné par Dieu à la défense de l’Église romaine, qui est la seule véritable Église du Christ. Ce royaume sera un jour grand entre tous les royaumes. Et il soumettra tous les autres peuples à son sceptre. Il durera jusqu’à la fin des temps. Il sera victorieux et prospère tant qu’il sera fidèle à la foi romaine. Mais il sera rudement châtié toutes les fois qu’il sera infidèle à sa vocation. » Ce mythe du Grand Monarque régnant sur une France « élargie » aux dimensions de l’ancien Empire romain, et dont on retrouve la trace jusque dans l’antique liturgie gallicane, fut accrédité, de siècle en siècle, par un nombre respectable de saints. Or, ce courant prophétique s’est « condensé » en deux hauts lieux géographiques : Stenay, dans les Ardennes, et Rennes-le-Château, au sud de Carcassonne.
De quoi s’agit-il, exactement ? D’authentifier la survivance du sang de la première dynastie française, celle des Mérovingiens. Car contrairement à ce que prétend l’Histoire officielle, elle ne se serait pas éteinte et, par l’intermédiaire de Sigebert IV (« Plant-Ard » ou « le Rejeton Ardent ») — miraculeusement sauvé d’un régicide pippinide — aurait fait souche dans le Razès, et très précisément à Rhedae, aujourd’hui Rennes-le-Château.
Mais, non moins intéressant sur le plan mythique, ce sang sacré est juif. Les Francs mérovingiens, en effet, seraient des Juifs exilés, appartenant à la tribu de Benjamin, et qui auraient émigré à travers l’Arcadie, puis la Sicile, pour arriver finalement sur le Rhin. Et la ville de Stenay, en Lorraine, fut donc le point de chute principal des Benjaminites, devenus les Sicambres. Cette tradition, conservée au cours des âges dans des milieux très restreints, avait bien sûr fort inquiété les pangermanistes d’abord, et Hitler ensuite. Cette inquiétude coûta la vie, durant la Première Guerre mondiale, à Mgr Pierre Mangin, curé-doyen et maire provisoire de Stenay, torturé par les Allemands qui voulaient lui extorquer son secret. Car, selon certains. Mgr Mangin, protonotaire apostolique à la cour pontificale de Pie X (autre victime expiatoire), n’ignorait rien de saint Dagobert II, assassiné le 23 décembre 679 à environ 5 km de Stenay, et surtout de son fils Sigebert IV, recueilli dans le monastère d’OErren par sa demi-soeur sainte Irmine et qui, accompagné de Mérovée Lévi, gagnera Rhedae (Rennes-le-Château) le 17 janvier 681.
Voilà pourquoi c’est en cette petite ville de Stenay — et bien que selon un officier allemand « rien dans son passé ne dût la signaler à une attention particulière » — que le Kronprinz en personne, le fils de Guillaume I1, établit sa résidence. Et c’est Frédéric-Guillaume lui-même qui fit subir à Mgr Mangin un interrogatoire en règle, le 9 septembre 1914. Mais devant la résistance imprévue du prélat, « touchant à des points historiques capitaux », le Kronprinz « entre dans une rage soudaine et ordonne de maintenir le prisonnier dehors en plein soleil afin de le faire parler. Durant toute la journée. Mgr Mangin, privé de boisson, garde obstinément le silence. A bout de force, victime d’insolation, il rend le dernier soupir en cette soirée du 9 septembre 1914. » (Louis Vazart. Dagobert II et le mystère de la cité royale de Stenay. Paris, 1983.)
On peut se demander si le Kronprinz ne cherchait pas surtout le reliquaire de saint Dagobert, confié à la garde des Saurs noires de Mons, en Belgique, ou plutôt le précieux parchemin qu’il contenait — rédigé par sainte Irmine en 708. Or, le bruit courait à Stenay en 1914, que Mgr Mangin avait obtenu ce parchemin, qui, selon l’abbé Vigneron, retraçait « l’assassinat de son père Dagobert Il, le séjour de son frère Sigebert IV au monastère d’OErren, puis son refuge, le 17 janvier 681, à Rhedae, capitale du Razès ».
En fait, il s’avéra que l’inestimable document était toujours à Mons, enroulé dans le pied du reliquaire. Mais pas pour très longtemps puisqu’en 1943, lorsque deux officiers du Sicherheitsdienst ou S.D. (le service de renseignement allemand) se présentèrent au couvent des Soeurs noires pour inspecter le reliquaire, il était vide… Une lettre de la supérieure. Mère Bernadette Dehaye, semble indiquer que le prince de Croÿ, curé doyen de Sainte-Waudru à Mons, et protonotaire apostolique comme l’avait été Mgr Mangin, l’avait soustrait le 31 décembre 1941, Les Allemands, une nouvelle fois, étaient bredouilles. Heydrich, le maître des renseignements S.S., avait échoué, comme le Kronprinz 29 ans plus tôt, dans sa recherche des preuves — à faire disparaître… — de la perpétuation du sang juif de la première dynastie française. Et cela d’autant plus que l’Allemagne nazie nourrissait le projet, dans les années 1942-1943, de remplacer Pétain par un descendant de Naundorff — que certains supposent être Louis XVII, l’évadé du Temple… Rien ne dit qu’Otto Rahn, de son côté, ait réussi à retrouver la piste de Sigebert IV, à l’autre pôle de la Geste mérovingienne.

Otto Rahn
Otto Rahn


Ce n’est pas ici le lieu de trancher la question de l’authenticité historique de cette tradition du sang sacré. Ce qui compte, c’est la puissance du mythe, et l’importance qu’il revêtait aux yeux des pangermanistes et des nazis. Rosenberg ne déclarait-il pas avec emphase : « Aujourd’hui s’éveille une nouvelle fois le mythe du sang, la foi de défendre avec le sang, également, l’essence divine de l’homme en général. » Comment la tradition du « sang juif » de la royauté française — reprise entre autres par le marquis de La Franquerie — aurait-elle pu le laisser indifférent ? Que dire enfin du jugement révélateur porté par un autre philosophe en vue du national-socialisme, A. Baumler, qui écrivait en pensant au mythe du Graal : « (…) Le mythe du sang n’est pas une mythologie à côté d’autres mythologies ; il ne pose pas une nouvelle religion à côté d’anciennes religions. Il a pour structure le tréfonds mystérieux de la formation mythifiante elle-même. Toutes les mythologies procèdent de son principe structurant ; la connaissance de ce principe structurant n’est pas à son tour une mythologie, mais elle est le mythe lui-même, en tant que vie contemplée avec vénération. Le développement de sa réalité cachée est le tournant de notre temps.
Cette mythologie pseudo-graalique du « sang pur » — sur laquelle nous aurons à revenir — informait les structures du phénomène nazi selon des modalités explicitement gnostiques. En effet, la sociologie hitlérienne reproduit la hiérarchie des trois ordres : les purs, les initiés et la masse. Au sommet : la caste des seigneurs, au-dessous, les membres du Parti, en bas, le peuple des anonymes. Les S.S, seront une ébauche de cet Ordre néo-gnostique auquel rêvait Hitler. Ordre noir dont la couleur même évoque les purs et les « revêtus » cathares. Mais surtout, il s’agissait d’un « Ordre du Sang », extériorisation plus ou moins consciente de l’Ordre secret qui, comme nous le verrons, avait présidé à la naissance du nazisme. Himmler devait d’ailleurs déclarer aux soldats de la Leibstandarte S.S, « Adolf Hitler » en 1940, à Metz « Pour moi, le but final depuis onze ans, à partir du moment où je suis devenu Reichsführer S.S., est toujours resté le même : construire un Ordre du sang pur pour servir l’Allemagne. »
Cette nouvelle gnose qui s’opposait — « sang pur » contre Précieux Sang — à la foi chrétienne, avait son prophète : Wagner, bien que celui-ci, comme l’on sait, eût exalté une certaine forme de Christianisme ! Elle avait aussi son signe de reconnaissance, le swastika — qui est pour René Guénon le « signe du Pôle », et dont tous les commentateurs sérieux sont d’accord pour dire qu’en dehors même de son utilisation « occulte » il était très répandu en Allemagne. Son choix — quelles qu’en soient les circonstances précises (assez obscures et d’ailleurs sans grand intérêt en elles-mêmes) — était donc dans la logique des choses. Guillaume II, déjà, en avait fait son emblème personnel. Peut-être n’ignorait-il pas qu’il reprenait ainsi le symbole des « Frères initiés de l’Asie » — ordre rosicrucien du XVIIIe siècle dont nous aurons à reparler — et qu’il imitait de surcroît le légendaire « Roi du Monde » régnant sur l’Agarttha, dont Saint-Yves d’Alveydre nous dit justement qu’il possédait un sceau marqué du swastika…

Otto Rahn en pleine recherche.
Otto Rahn en pleine recherche.


Quoi qu’il en soit — et au-delà de ses localisations « historiques » — Montsalvat, la montagne du Graal, assimilée au Paradeshâ hindou, la « contrée suprême » polaire, n’est autre que la fameuse Hyperborée, et il y a donc identité symbolique entre la Montagne « graalique » et le Pôle. Selon Guénon (Le Roi du Monde, éd. Gallimard), « il s’agit toujours d’une région qui, comme le paradis terrestre, est devenue inaccessible à l’humanité ordinaire, et qui est située hors de l’atteinte de tous les cataclysmes qui bouleversent le monde humain à la fin de certaines périodes cycliques. »
Rien ne manquait désormais à la nouvelle religion nazie : le mythe du sang comme ersatz de doctrine, des prophètes comme Wagner ou Houston Stewart Chamberlain, annonçant Hitler-le-Messie, le swastika comme emblème et un sanctuaire sacré préservé de la corruption temporelle et perdu dans les brumes hyperboréennes. L’ensemble étant noyé dans la musique « liturgique » de Wagner. Louis Bertrand, académicien français converti, comme A. de Chateaubriant, à cette « religion » (il fit le salut hitlérien sous la coupole lors d’une séance de l’Académie), nous a décrit une de ces manifestations religieuses du IIIe Reich à Nuremberg :
« Au centre de cette esplanade géante, entièrement recouverte par des troupes en armes, une avenue large comme le lit d’un fleuve qui se perd dans les lointains de l’horizon. Tout à coup, un orchestre wagnérien invisible remplit tout l’espace de sonorités triomphales : C’est la marche des Niebelungen… Et voici que, du fond de la prairie, tout au bout de l’avenue qui conduit à la tribune du Führer, une bande pourpre se lève, comme celle qui annonce le soleil dans un ciel matinal. Ce sont les vingt mille étendards qui s’ébranlent. Rythmé par la musique triomphale, le flot monte, déferle, s’étale en une vaste nappe rouge, s’arrête brusquement d’un seul mouvement. Et, d’un seul mouvement, les vingt mille étendards se dressent, grandes fleurs de pourpre, et s’abaissent en une salutation unanime devant la minuscule silhouette en chemise brune, à peine discernable là-haut, au sommet de la tribune, et qui représente le maître de la Troisième Allemagne… Et je me demande quel souverain, quel héros national a été acclamé, adulé, chéri et idolâtré autant que cet homme, ce petit homme en chemise brune qui, suivi de son cortège, comme un souverain, a toujours l’air d’un ouvrier. C’est bien autre chose que de la popularité, c’est de la religion. Hitler, aux yeux de ses admirateurs, est un prophète, il participe de la divinité.»

Marie Madeleine ,l'épouse de Jésus Christ ,aurait fuit la Palestine et aurait accostée dans le sud de la France (en compagnie de Joseph d'Arimatie). Elle aurait donné naissance au premier roi de la dynastie mérovingienne. Sigibert IV aurait été le dernier en tître. La couronne de France est issue de la descendance du Christ ...
Marie Madeleine ,l’épouse de Jésus Christ ,aurait fuit la Palestine et aurait accostée dans le sud de la France (en compagnie de Joseph d’Arimatie).
Elle aurait donné naissance au premier roi de la dynastie mérovingienne.
Sigibert IV aurait été le dernier en tître.
La couronne de France est issue de la descendance du Christ …

Connaître l’origine de Jésus-Christ

 

 

 

 

Flavius Josèphe,un écrivain érudit du premier siècle.
Flavius Josèphe,un écrivain érudit du premier siècle.

Arius Calpurnius Piso alias : « Flavius Josephus » (historien Juif romanisé du Ier siècle)

 

TU ES CHRETIEN, ET TU NE CONNAIS MEME PAS L’ORIGINE DE JESUS ?

[Au milieu du 1er siècle, un homme, Flavius Josèphe parle de Jésus, pour la 1ere fois]

Flavius Josèphe, historien Juif romanisé du Ier siècle, parle à plusieurs reprises de celui qu’il appelle d’abord “ le Thaumaturge ”, et quelques années plus tard qu’il désigne sous le nom de Jésus en disant “ Christos, c’était lui ”.

E.Nodet en annexes de son livre “ Histoire de Jésus ? Nécessité et limites d’une enquête ”, éditions du Cerf, Paris 2.003 publie plusieurs textes de Josèphe sur Jésus (Trois d’entre eux sont reproduits ici avec l’autorisation de l’éditeur). Je donne notamment des extraits pratiquement inconnus tirés de “ la Guerre des Juifs ” de Josèphe, dans une édition traduite du grec en slavon.

Dans son livre E. Nodet, Professeur à l’Ecole Biblique de Jérusalem, explique qu’une première édition de La Guerre avait été faite, traduite par Josèphe lui-même de l’araméen en grec. Le texte grec de cette première édition est perdu. Mais cette première édition nous est connue par une version en slavon. Une seconde édition, qui s’est conservée, a été mise plus tard en grec par des secrétaires traducteurs. Ce texte est plus policé, mais perd certains aspects de la culture juive de l’époque. Les passages concernant Jésus ont alors été supprimés.

Or le texte slavon de La Guerre évoque très précisément un “ thaumaturge ” qui n’est pas nommé autrement. Mais ce texte slavon se rapproche étonnamment du fameux “ testimonium de Jesu ” que Josèphe mettra plus tard dans “ les Antiquités Judaïques ”.

1 “ Le thaumaturge ”
“ Entre deux épisodes où Pilate provoque des rébellions juives, le slavon insère (après G 2:174) une notice sur Jésus, formée d’un portrait d’ensemble suivi du récit de sa mort (c’est le même schéma que la d’Hégésippe sur Jacques, texte W). Il est qualifié de thaumaturge. Mais il n’est pas nommé, ce qui suggère une certaine crainte de la puissance de son nom comme guérisseur et thaumaturge. Aucune attache galiléenne n’est indiquée, ni aucun lien avec Jean-Baptiste, qui a disparu avant l’ar­rivée de Pilate (texte M). Contrairement au cas d’Hérode (texte J), il n’y a ni titulature biblique ni accomplissement des Écritures, mais seulement une rumeur ou du moins un vœu populaire de royauté.
L’authenticité du passage est discutée, en particulier à cause de l’affirmation (un peu timide) du caractère divin de ce thaumaturge, mais cela n’a en fait rien d’anormal dans le judaïsme du temps : Josèphe rapporte des guérisons opérées par exorcisme ; l’ancêtre de cet art, une spécialité des Esséniens, est Salomon, que Dieu avait doté de pouvoirs spéciaux (AJ 8:45-49). De plus, il est difficile de croire qu’un interpolateur chré­tien ait pu concevoir un récit aussi peu chrétien. On pourrait imaginer un judéo-chrétien, mais alors il serait nécessairement proche de la Judée et du temps de Josèphe, ce qui conduit à des hypothèses compliquées sur les circonstances de son activité. II est plus naturel de conclure que Josè­phe est témoin d’un ensemble de traditions dans lesquelles ont puisé aussi les rédacteurs des évangiles ” Nodet, p. 225.

Alors parut un homme, s’il est permis de l’appeler homme. Sa nature et son extérieur étaient d’un homme, mais son apparence plus qu’humaine, et ses oeuvres divines : il accomplissait des miracles étonnants et puissants. Aussi ne puis-je l’appeler homme. D’autre part, en considérant la commune nature, je ne l’appellerai (ou on ne l’appellera) pas non plus ange. Et tout ce qu’il faisait, par une cer­taine force invisible, il le faisait par la parole et le commandement. Les uns disaient de lui : “ C’est notre premier législateur qui est ressuscité des morts et qui fait paraître beaucoup de guérisons et de preuves de son savoir. ” D’autres le croyaient envoyé de Dieu. Mais il s’opposait en bien des choses à la Loi et n’observait pas le sabbat selon la coutume des ancêtres ; cependant, il ne faisait rien d’impur ni aucun ouvrage manuel, mais disposait tout seulement par la parole.
Et beaucoup d’entre la foule suivaient à sa suite et écoutaient ses enseignements. Et beaucoup d’âmes s’agitaient, pensant que c’était par lui que les tribus d’Israël se libéreraient des bras des Romains. Il avait coutume de se tenir de préférence devant la cité, sur le mont des Oliviers. C’était là qu’il dispensait les guérisons au peuple. Et auprès de lui se rassemblèrent cent cinquante serviteurs, et d’entre le peuple un grand nombre. Observant sa puissance, et voyant qu’il accomplissait tout ce qu’il voulait par la parole, ils lui demandaient d’entrer dans la ville, de massacrer les troupes romai­nes et Pilate, et de régner sur eux 51 Mais il n’en eut cure. Plus tard, les chefs des Juifs en eurent connaissance, ils se réunirent avec le ,grand prêtre et dirent : “ Nous sommes impuissants et faibles pour résister aux Romains, (qui sont) comme un arc tendu Allons annoncer à Pilate ce que nous avons entendu, et nous n’aurons pas d’ennuis: si jamais il l’apprend par d’autres, nous serons privés de nos biens, nous serons taillés en pièces nous-mêmes et nos enfants dispersés en exil. ” Ils allèrent le dire à Pilate. Celui-ci envoya des hommes, en tua beaucoup parmi le peuple et ramena ce thauma­turge. Il enquêta sur lui, et il connut qu’il faisait le bien et non le mal, qu’il n’était ni un révolté, ni un aspirant à la royauté et le relâcha, car il avait guéri sa femme qui se mourait.
Et, venu au lieu accoutumé, il faisait les oeuvres accoutumées. Et de nouveau, comme un plus grand nombre de gens se rassemblaient au­tour de lui, il était renommé pour ses oeuvres par-dessus tous. Les docteurs de la Loi furent blessés d’envie, et ils donnèrent trente ta­lents à Pilate pour qu’il le tuât. Celui-ci les prit et leur donna licence d’exécuter eux-mêmes leur désir . Ils le saisirent et le cruci­fièrent en dépit de la loi des ancêtres.

2 “ Christos, c’était lui. ”
Le passage parallèle dans les Antiquités (AJ 18:63-64) est le fameux testimonium de Jesu, dont le début est semblable à celui de la notice pré­cédente. Il a fait couler beaucoup d’encre, car depuis les humanistes on l’a longtemps soupçonné d’être une interpolation chrétienne. En toute hypothèse, il ne s’agit pas à proprement parler d’un témoignage sur Jé­sus, mais plutôt sur une confession de foi baptismale des chrétiens de Rome, ce qui est bien différent, et d’ailleurs fort intéressant, car c’est la trace la plus ancienne de ce qui deviendra plus tard le Symbole des Apô­tres ; la structure trinitaire est assez perceptible. De plus, cette confession est assez semblable à la “ parole de salut ” qui forme le noyau du long discours prononcé à Antioche de Pisidie par Paul, qui a désormais son nom romain (Ac 13,27-32).
Les objections encore actives à l’authenticité se résument pour l’es­sentiel à un point : il n’est pas possible qu’un Juif comme Josèphe ait pu dire que Jésus était le Christ sans être lui-même chrétien. Mais ce juge­ment résulte d’un anachronisme : le nom “ chrétien ”, de formation latine (christianus), n’est pas né à cause des disciples de Jésus, mais à l’occasion d’agitations messianisantes juives (“ sous l’impulsion de Christus ”, dit Suétone) dans les métropoles de l’Empire vers 40, à la fin du règne de Caligula.
Ces troubles prirent des proportions considérables – même Philon d’Alexandrie fit le voyage à Rome pour tenter de calmer le jeu. Ils étaient dus au projet de l’empereur de mater les Juifs en faisant installer sa propre statue au temple de Jérusalem par le gouverneur de Syrie. Celui-ci, qui essaya de temporiser, résidait à Antioche, et c’est bien là que Paul, Barnabé et quelques autres furent pris dans ce tourbil­lon et traités de “ chrétiens ” (Ac 11,26), ce qui resta une qualification criminelle durable.
Dans cette notice, Josèphe ne dit rien de précis sur la vie publique de Jésus, mais il commet un anachronisme caractéristique, puisqu’il indique que Jésus a fondé de son vivant une école où se mêlent Juifs et Grecs. Il s’agit du christianisme paulinien, et non du mouvement juif initial en Galilée et en Judée.
Par cette imprécision, Josèphe dévoile la raison pour laquelle il ne peut plus admettre ce mouvement. On peut supposer que c’est à Rome, vers 75, qu’il a découvert le lien entre le personnage de Judée, dont il avait vénéré le renom, et la nouvelle “ école ” répandue jusqu’à Rome et qu’il ne pouvait accepter. Cela suffirait à expliquer qu’ayant parlé trop favorablement du thaumaturge dans sa première version de la Guerre (conservée en slavon), il ait ensuite fait (précipitamment) tout supprimer par ses assistants dans la version définitive, qui fut dûment approuvée par l’empereur Titus et que l’on date vers 78. Plus tard, dans les Antiquités, il jugea qu’il fallait mentionner brièvement les chrétiens, mais on ignore ce qui a pu l’y pousser ” (Nodet, p.229).

Vers le même temps survient Jésus, habile homme, si du moins il faut le dire homme. Il était en effet faiseur de prodiges et maître de ceux qui reçoivent avec plaisir les choses anormales. Il se gagna beaucoup de Juifs et aussi beaucoup du monde hellénistique.
Christ(os), c’était lui.
Et, Pilate l’ayant condamné à la croix, selon l’indication des pre­miers d’entre nous, ceux qui avaient été satisfaits au début ne ces­sèrent pas. Il leur apparut en effet le troisième jour, vivant à nou­veau, les divins prophètes ayant prédit ces choses étonnantes et dix mille autres merveilles à son sujet.
Et jusqu’à présent, l’engeance des chrétiens, dénommée d’après celui-ci n’a pas disparu. (Antiquités Judaïque 18 / 63-64)

Jésus enseignant les tables de la loi:une vision juive.
Jésus enseignant les tables de la loi:une vision juive.


3 “ Disciples du thaumaturge ”
“ A la mort d’Agrippa I » en 44, la Judée redevint pratiquement une province romaine. Des procurateurs furent envoyés, mais les institutions judiciaires juives étaient maintenues avec pleins pouvoirs, contrairement à l’époque de Tibère. Le slavon insère à ce point (G 2:221) une notice, où l’on reconnaît une esquisse de la première partie des Actes, ce qui correspond au mouvement juif des disciples du thaumaturge avant la vocation de Saül et la visite de Pierre chez Corneille, épisodes qui ou­vrent sur d’autres horizons (que Josèphe refusera, cf. texte P) ”. Nodet p. 234.

Si quelqu’un s’écartait de la lettre de la Loi, le fait était révélé aux ­docteurs de la Loi. On le mettait à la torture, et on le chassait ou bien on l’envoyait à César. Et sous ces procurateurs apparurent de nom­breux serviteurs du thaumaturge déjà décrit, et ils disaient au peuple que leur maître était vivant, bien qu’il fut mort : “ Et il vous libé­rera de la servitude. ”

Et beaucoup d’entre le peuple écoutèrent leurs paroles. Ils prêtaient l’oreille à leurs commandements, non pas à cause de leur renommée, car ils étaient de petites gens, les uns tail­leurs de voiles, les autres savetiers, d’autres artisans. Mais ils accomplissaient des signes merveilleux en vérité, tous ceux qu’ils voulaient. Alors ces nobles procurateurs, voyant l’égarement du peuple, complotèrent avec des scribes de les saisir et de les tuer- : car une petite chose cesse d’être petite quand son aboutissement est une grande chose. Mais ils eurent honte et peur devant les signes: ils disaient que la magie ne faisait pas tant de miracles; si ces gens n’étaient pas envoyés par la providence de Dieu, ils seraient bientôt confondus. Et licence leur fut donnée de circuler à leur gré. Ensuite, importunés par eux, ils les dispersèrent, envoyant les uns à César, les autres à Antioche pour comparaître, et d’autres dans des régions lointaines.
(Guerre des Juifs, texte Slavon, 2 / 221)

source : http://www.1000questions.net/fr/chroniq/flavius.html

%d blogueurs aiment cette page :