Fukushima: les dangers qui menacent les travailleurs de TEPCO

TOKYO (AP) – Lfuk-300x225Des travailleurs  ont été victime d’un débordement d’un réservoir , en déversant de l’eau radioactive sur le terrain de la centrale. Un autre pousse par erreur un bouton ,ce qui fait caler une pompe pour un système de refroidissement vital . Six autres se mouillent accidentellement  avec de l’eau toxique quand ils enlèvent la mauvaise conduite. Tout cela  au cours d’une seule semaine en Octobre 2013 .

Une série de mésaventures  en cette année 2013 , à la centrale de Fukushima ,la centrale nucléaire des  estropiés, qui a été submergée par un tsunami en 2011, soulève des doutes quant à la capacité de l’ opérateur en chef  à lutter contre la crise et l’inquiétude qui incite à penser qu’une autre catastrophe pourrait être en gestation,de minute en minute.

Les employés Réguliers japonais de TEPCO  sont  inquiets et  prennent une plus approche  plus pratique que d’habitude. Ils ont rencontré des responsables de Tokyo Electric Power Co. cette semaine pour discuter de la façon de se préparer à un typhon qui pourrait déverser de fortes pluies sur Fukushima , ce samedi,26 octobre 2013. Et le président Shinichi Tanaka ,de Nuclear Regulation Authority , a prévu une réunion lundi avec le président de TEPCO  pour chercher des solutions à ce qu’il dit sembler être des problèmes fondamentaux.

L’erreur humaine est principalement à blâmer , car les travailleurs face à un flot apparemment sans fin de crises . Tanaka a déclaré plus tôt ce mois-ci que  les répétitions de   » bêtises  » sont un signe de déclin moral et une perte du  sens des responsabilités . L’opérateur des centrales nucléaires , connu sous le nom de TEPCO , a reconnu un problème systémique dans un récent rapport : Les travailleurs dans des délais serrés ont tendance à couper les coins ronds , de faire des erreurs plus probable, à certains moments, ils ne comprennent pas pleinement leur assignation  ou leurs suites  de procédures .

Depuis 2011,la routine stressante  quotidienne a eue pour résultat  de perdre des travailleurs expérimentés, car ils atteignent leurs limites d’exposition aux rayonnements , et des centaines d’autres ont quitté leurs  emplois considérés comme des sous-payé étant donné la difficulté et les risques sanitaires . Les employés de TEPCO  ont exhorté l’usine d’avoir suffisamment de superviseurs pour surveiller les ouvriers sur le chantier ; TEPCO affirme qu’il a ajouté du personnel et assurer sur le terrain une bonne gestion .

Ces ouvriers oeuvrant dans des conditions difficiles avant un matériel,souvent non approprié,ont été aspergé d'eau radioactive ...tout récemment après le passage du Typhoon.
Ces ouvriers oeuvrant dans des conditions difficiles avant un matériel,souvent non approprié,ont été aspergé d’eau radioactive …tout récemment après le passage du Typhoon.

Certaines des mésaventures de cette année:

– 20 au 21 octobre : Les fortes pluies lavent des eaux pluviales contaminées sur les barrières de protection autour des réservoirs de stockage à six endroits , avant que les travailleurs finissent de mettre en place des pompes et des tuyaux supplémentaires pour éliminer l’eau irradiée.

– 9 octobre : Six ouvriers enlèvent la mauvaise conduite , tout en s’arrosant avec de l’eau hautement radioactive. TEPCO affirme que cette exposition pour les travailleurs , qui portaient des masques avec des filtres , combinaisons de matières dangereuses et vêtements de pluie , est négligeable. On estime que 7 tonnes d’eau irradiée ont  presque débordées la barrière autour d’eux.

– 7 octobre : un travailleur par erreur appuie sur un bouton d’arrêt lors d’un contrôle de tableau de puissance , retardant une pompe  d’eau de refroidissement électrique du réacteur de l’unité  1 pour une fraction de seconde . Un dispositif de surveillance pour les unités 1 et 2 et un ventilateur de construction échouent également brièvement jusqu’à ce que l’alimentation de secours entre en jeu.

– 2 oct. : Les travailleurs sont victimes du débordement d’un réservoir de stockage d’eau radioactive , déversant environ 430 litres (110 gallons). Les ouvriers tentaient de maximiser la capacité du stockage de l’eau de l’usine (qui est le problème majeur des centrales endommagées). La plupart du déversement est censé avoir atteint la mer par un fossé voisin .

– Le 1er octobre : Environ 5 tonnes  d’eaux pluviales contaminées débordent  lorsque les travailleurs pompèrent l’eau  dans le mauvais réservoir , la plupart de ces tonnes d’eau s’infiltrèrent dans le sol.

– 27 septembre : Un morceau de revêtement en caoutchouc laissé par erreur dans une unité de traitement d’eau obstrue le haut, ce qui fit  échouer pendant plusieurs  heures après avoir repris une tentative  d’essai après  bien des réparations . Le fragment est retiré, et l’appareil revient en marche.

– Le 19 septembre: Un tuyau d’ eau (d’extinction de feu)  est endommagé pendant l’ enlèvement des débris, et 300 litres de jet d’eau non radioactive a été rejeté  à l’extérieur. Le même jour, TEPCO prévoit le  Premier ministre  du Japon,Shinzo Abe, avec un costume  de sécurité pour des matières dangereuses ,pour une visite de l’usine avec le mauvais  caractère japonais pour son nom de famille sur le badge .En  répérant  l’erreur à mi-parcours de la visite, le premier ministre  Abe apparemment mécontent  à arracher  l’autocollant .Immaginez quel est l’événement qui a retenu l’attention de l’entreprise TEPCO?

– 12 septembre : Un traitement de l’eau déborde de la machine, une fuite d’environ 65 litres d’eau contaminée , quand un travailleur effectuant un  travail indépendant (isolé)   à proximité fait fonctionner par  inadvertance une vanne.

– 19 août : Un travailleur de patrouille trouve une immense piscine d’eau contaminée se versant hors d’ une barrière de protection autour d’un réservoir de stockage. TEPCO conclut plus tard, qu’environ 300 tonnes (par jour) se sont échappé (inaperçue)  pendant plusieurs semaines.

– 4 Avril : Un travailleur pousse le mauvais bouton sur un écran tactile, arrêt temporaire de l’une des trois unités de traitement de l’eau au cours d’un test de pré- exploitation .

Les humains ne sont pas toujours à blâmer….la preuve:

Un rat entre  furtivement dans un tableau électrique extérieur, le 18 Mars , provoquant un court – circuit et  causant un black-out  durant 30 heures dans certains secteurs . Quatre piscines de stockage de combustible nucléaire ont perdu  beaucoup de refroidissement(jusqu’à un point critique), mais le  courant a été rétabli avant un effondrement . Quelques semaines plus tard , les travailleurs ont causé un autre court-circuit lors de l’installation de filets anti- rat , laissant l’une des piscines de stockage de combustible sans refroidissement pendant plusieurs heures.

(Sources :26 octobre 2013 ( Mainichi Japan)
スポンサー サイト 検索
広 告

Fukushima warning: major update … Humanity in imminent danger of death

Fukushima dangerFUKUSHIMA UPDATE
The most dangerous moment of humanity : Fukushima Fuel Pool of Unit 4 . « It is a matter of human survival .  »
« The international community must now take care of everything in Fukushima :
We are now within two months of what may be the most dangerous moment of humanity since the Cuban missile crisis .
There is no excuse for not acting . All the resources we can muster species should focus on the fuel pool at Fukushima Unit 4 .
The owner of the Fukushima plant , Tokyo Electric ( Tepco ) , said that in as little as 60 days, it can begin to try to remove more than 1,300 spent fuel rods in a pool ( pool ) seriously damaged and perched 100 feet in the air . The pool is based on a severely damaged building and could easily be tilted down to the sea … in the next earthquake, if it is not its own gravity . « 

Some 400 tons of fuel in the tank could spit over 15,000 times more radiation than what was released at Hiroshima in 1945.

The only thing certain about this crisis is that TEPCO has not scientific knowledge , technical or financial resources to cope. No more than the Japanese government. The situation requires a coordinated top scientists and engineers that our human species is capable of providing global effort.

Why so serious ?

We already know that thousands of tons of highly contaminated water is discharged through the Fukushima site , providing a continuous flow of toxic long-term isotope in the Pacific. Tuna irradiated easily traceable to Fukushima fallout has been caught off the coast of California. We can expect much worse .

TEPCO continues to pour more water on the near three melted reactor cores site, it must somehow keep the heat under contrôle.Les fumes steam indicate that fission can always go somewhere underground . But no one knows exactly where these nuclei are in reality.

Much of the irradiated water is now sitting in about a thousand huge but fragile that were quickly assembled and tanks scattered around the site . Many are already fleeing . Everything could break down in the next earthquake , releasing thousands of tons of permanent poisons in the Pacific.

Water flowing through the site also undermines the residual structures of Fukushima , including supporting the fuel pool in Unit 4 .

More than 6,000 fuel assemblies now sit in a communal pool just 50 meters from the unit four . Some contain plutonium. The pool is not in containment above . It is vulnerable to the loss of coolant, the collapse of a nearby building , another earthquake , tsunami and another plus.

In total , more than 11,000 fuel assemblies are scattered around the Fukushima site . According to the expert and longtime former Department of Energy official Robert Alvarez, there is 85 times more deadly cesium reserves in place as it was released at Chernobyl.

Radioactive Hotspots continue to be found around Japan . There are indications of increased damage the thyroid local children rate .

The bottom line immediately : the fuel rods must somehow be removed safely out of the four Unit ( fuel pool ) as soon as possible.

Just before the earthquake of 11 March 2011 and the tsunami that smashed the Fukushima site , the core unit four was removed for routine maintenance and refueling . As a twenty reactors in the United States and as many others around the world, General Electric designed pool in which the nucleus is now , is 100 feet in the air .

Spent fuel must somehow be kept under water. It is clad in zirconium alloy which can ignite spontaneously when exposed to air. Long used in flash bulbs for cameras , burns and flames zirconium with a hot flame are extremely bright and powerful .

Each discovery rod emits enough radiation to kill someone standing nearby in a few minutes . A fire could force all staff to leave the site and make impassable electronic machines.

According to Arnie Gundersen , a nuclear engineer with forty years of experience in an industry which has manufactured fuel rods , those of the heart of the unit 4 are bent , damaged and weakened to the point of collapse. Cameras showed alarming amounts of debris in the fuel pool , which itself is damaged.

Engineers and scientists note that barriers to overcome in order to drain the pool of Unit 4 of its fuel are unique and daunting , said Gundersen . But it must be done with 100% perfection.

If the attempt fails , the rods can be exposed to air and catch fire , releasing horrible amounts of radiation into the atmosphere. The pool could come crashing to the ground , could come into fission and explode dumping bars taken together in a pile. The radioactive cloud that would result would be enough to threaten the health and safety of all mankind .

The first fallout from Chernobyl in 1986 had reached California within ten days. Those of Fukushima in 2011 arrived in less than a week. A new fuel fire in Unit 4 pour out a steady stream of deadly radioactive poisons for centuries.

The former ambassador Mitsuhei Murata says : . .  » The impact of large-scale Fukushima destroy the global environment and our entire civilization This is not rocket science , or connect to the pugilistic debate on nuclear power plants This is a question survival of humanity.  »

Neither Tokyo Electric or the Japanese government can go alone. There is no excuse for refusing to deploy anything less than a coordinated team of top scientists and engineers in the world.

We have two months or less to act.

For now, we are starting a petition to the United Nations and President Obama to mobilize the international scientific and engineering community to support the work in Fukushima and moving the fuel rods to safety.

You can sign the petition at: http://www.nukefree.org/crisis-fukushima-4-petition-un-us-global-response

If you have a better idea, please , please forward . But we must do something and do it now .

The clock is ticking. The threat of a global nuclear catastrophe is painfully close to midnight.

( Sources: Harvey Wasserman … she is the editor of the Columbus Free Press and Free Press , which publishes the free newspaper Nuke ) .

For now, we are starting a petition to the United Nations and President Obama to mobilize the international scientific and engineering community to support the work in Fukushima and moving the fuel rods safely.

Nuclear Alert: a nuclear reactor on the edge of disaster

La centrale nucléaire en question...vue  de l'espace.
This  is the nuclear reactor  we talking in this article…view from space.

 

North Korea conducts the Yongbyon nuclear reactor , which is in a  » terrible state  » , a situation that may result in a  » catastrophe  » on the Korean peninsula , said a source quoted by Russian news agencies .  » It is clear that work is being carried out there a long time. There are signs that this is going to restart , » said the diplomatic source.  » The reactor , which was built in the 1950s, is in a terrible state , » said this source. Russia has expressed concern about the implications of this potential reboot for the region.  » This could have dire consequences for the Korean peninsula, cause a catastrophe , » said the Russian source .  » We have no evidence that the reactor is restarted  » , however, stressed the Russian source .

A think tank American said Wednesday that North Korea appeared to have restarted a nuclear reactor at the Yongbyon plant , which produces plutonium , which should allow the plan to accelerate its weapons program. A satellite photo taken on August 31 shows steam escaping from a building adjacent to the reactor with a capacity of five megawatts on the Yongbyon nuclear complex , said the US- Korea Institute at Johns Hopkins University .
 » Rape of the UN resolutions  »

The photograph shows that North Korea  » seems to have restart the reactor , » the researchers said Nick Hansen and Jeffrey Lewis on the blog of the Institute. The reactor  » is capable of producing 6 kg of plutonium per year that Pyongyang could be used to slowly increase the size of its nuclear arsenal  » , they said. North Korea announced in April the next restart of the nuclear reactor , arrested in 2007 as part of an international agreement supported by the United States . The revelations about the North Korean reactor intervene when the stormy international relations with the North Korean dictatorship experiencing a slight lull after a third nuclear test in February followed by threat of attack in the United States .

 » If it turns out that this information is accurate and that North Korea has restarted its plutonium reactor with a capacity of 5 megawatts , it would be a very seriousproblem , » he told the press the American envoy to North Korea , Glyn Davies, after meeting officials of the Japanese Ministry of Foreign Affairs . It would be  » a mistake on the part of North Korea , because it clearly violates the resolutions of the Security Council of the United Nations, » he said .  » This contradicts own commitments and promises given by North Korea for years , » noted the American diplomat , adding that the United States followed it  » very closely . »

Alerte nucléaire: un réacteur nucléaire au bord de la catastrophe

Corée du Nord  réacteur nucléaire

La centrale nucléaire en question...vue  de l'espace.
La centrale nucléaire en question…vue de l’espace.

La Corée du Nord  mène des travaux sur le réacteur nucléaire de Yongbyon, qui est dans un « état épouvantable », une situation risquant d’entraîner « une catastrophe » dans la péninsule coréenne, a indiqué une source russe citée par les agences de presse. « Il est évident que des travaux sont menés là-bas depuis longtemps. Certains signes montrent que cela va vers le redémarrage », a indiqué cette source diplomatique. « Le réacteur, qui est une construction des années 1950, est dans un état épouvantable », a souligné cette source. La Russie s’est dite inquiète des conséquences de cet éventuel redémarrage pour la région. « Cela pourrait avoir des conséquences terribles pour la péninsule coréenne, entraîner une catastrophe », a ajouté la source russe. « Nous n’avons pas de données prouvant que le réacteur est redémarré », a toutefois souligné la source russe.

Un groupe de réflexion américain a affirmé mercredi que la Corée du Nord semblait avoir redémarré un réacteur nucléaire de la centrale de Yongbyon qui produit du plutonium, ce qui devrait permettre au régime d’accélérer son programme d’armement. Une photo prise par satellite le 31 août montre de la vapeur s’échappant d’un bâtiment adjacent au réacteur d’une puissance de cinq mégawatts sur le complexe nucléaire de Yongbyon, a indiqué l’Institut américano-coréen de l’université Johns Hopkins.

« Viol des résolutions de l’ONU« 

Le cliché montre que la Corée du Nord « semble avoir fait redémarrer le réacteur », ont précisé les chercheurs Nick Hansen et Jeffrey Lewis sur le blog de l’institut. Le réacteur « est capable de produire 6 kilos de plutonium par an que Pyongyang pourrait utiliser pour lentement accroître la taille de son arsenal nucléaire », ont-ils poursuivi. La Corée du Nord avait annoncé en avril dernier le redémarrage prochain de ce réacteur nucléaire, arrêté en 2007 dans le cadre d’un accord international soutenu par les États-Unis. Les révélations concernant le réacteur nord-coréen interviennent au moment où les houleuses relations internationales avec la dictature nord-coréenne connaissent une légère accalmie, après un troisième essai nucléaire en février suivi de menace d’attaque des États-Unis.

« S’il s’avère que ces informations sont exactes et que la Corée du Nord a relancé son réacteur au plutonium d’une puissance de 5 mégawatts, il s’agirait d’un problème très grave », a déclaré à la presse l’émissaire américain pour la Corée du Nord, Glyn Davies, après avoir rencontré des responsables du ministère nippon des Affaires étrangères. Il s’agirait « d’une erreur de la part de la Corée du Nord, parce que cela viole évidemment les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies », a-t-il souligné. « Cela contredit les propres engagements et promesses donnés par la Corée du Nord pendant des années », a noté le diplomate américain, ajoutant que les États-Unis suivaient cela « de très près ».

(Sources: AFP )