Courte opinion du jour :honte à l’Union Européenne … 2 poids,2 mesures

Un coup de poignard aux victimes italiennes: l’UE accorde 250 millions d’euros à la Tunisie pour faire face au coronavirus MAIS REFUSE D’AIDER L’ITALIE ET ​​L’ESPAGNE.

…et pire encore : »#UE a annoncé ajd qu’elle inflige 1 amende à Italie € 80K/jour jusqu’à ce qu’ils soient en mesure payer € 8,5 millions d’amendes de l’UE…la même UE qui a annoncé hier qu’elle enverra € 20 millions de dollars d’aide pour contrer le  Covid19 à l’Iran.

Publicités

Le meurtre du général Soleïmani à Bagdad rappelle celui de François-Ferdinand d’Autriche à Sarajevo

En 1914, un jeune homme appelé Gavrillo Princip s’est enfui d’une sandwicherie de Sarajevo, a sorti un Browning automatique de sa poche et a changé le monde pour toujours. Les coups de feu qu’il a tirés ce jour-là ont plongé le monde dans la pire guerre qu’il ait jamais connue, tuant des dizaines de millions de personnes, détruisant des empires et provoquant véritablement un changement sismique dans l’ordre mondial

Il y a eu 40 millions de victimes (moitié morts, moitié blessés) . Savez-vous à qui a profité ce crime aux conséquences effroyables ?

 

L’objectif de l’assassin ? Le prince François-Ferdinand, n’était pas un homme sympathique, au contraire, il était un homme épouvantable, mais il représentait le meilleur espoir de tenir uni ensemble les composantes de l’Empire austro-hongrois, qui grinçait alors de tous côtés, et il était capable de conjurer la guerre entre les empires d’Europe qui couvait depuis de nombreuses années. Les commanditaires de l’assassinat avaient des objectifs bien précis et définis depuis longtemps qui passent par la destruction de l’ordre mondial de l’époque.

L’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand et sa femme,à Sarajevo en 1914.

 

 

L’histoire orthodoxe nous dit que Princip appartenait à un groupe obscur appelé La Main Noire. Ce groupe était financé et soutenu par l’armée serbe. L’Autriche-Hongrie a donc cherché à se venger de l’assassinat du prince autrichien en envahissant la Serbie, ce qui a déclenché une guerre qui s’est immédiatement étendue au-delà des Balkans pour engloutir en premier l’Europe pour s’étendre ensuite à  presque tout le globe. Cette guerre a été si terrible par l’étendue de son massacre : elle a changé le cours de l’histoire du monde et est devenue connue simplement comme la Grande Guerre.

Cependant, l’histoire officielle orthodoxe ne va pas assez loin pour identifier qui dirigeait vraiment La Main Noire, qui a utilisé ce petit groupe de mécontents comme agents provocateurs pour créer le plus grand massacre de guerre que le monde ait jamais vu. La réponse n’est pas difficile à trouver, les preuves toujours disponibles en ligne. Elles ne sont pas  encore enterrées dans un trou de mémoire par Google.  

Connaissant Google et autres Facebook, ces outils de propagande sioniste, cela ne saurait tarder.

Quelques semaines seulement après la mort de François-Ferdinand, les preuves révélant les vrais coupables ont été publiées dans le magazine John Bull

Horatio Bottomley, l’éditeur controversé, avait obtenu un document de la légation serbe de Londres, daté du 14 avril 1914 et rédigé dans ce qui était décrit comme un «espagnol brut». Cette langue était en fait le ladino, une forme corrompue d’espagnol parlée par les juifs des Balkans, semblable à l’allemand brut connu sous le nom de yiddish qui était la langue des juifs ashkénazes d’Europe orientale.

 

Les Juifs des Balkans étaient séfarades, descendants des Juifs chassés de l’Empire espagnol des siècles plus tôt . Ces Juifs expulsés s’étaient installés dans toute la Méditerranée, de Tanger au Maroc à Salonique en Grèce, mais ils avaient conservé la langue qu’ils parlaient au cours de leurs siècles lorsqu’ils vivaient dans les royaumes musulmans espagnols.

C’est d’un Juif de Salonique que Bottomley avait obtenu le document, étant le seul éditeur assez courageux pour l’imprimer, après que tous les bureaux de presse de la ville aient refusés. Ce qui démontre que la main mise des juifs sur la Presse était déjà très efficace.

Salonique, le port grec des Balkans était un foyer de Juifs et de leurs intrigues néfastes, dont beaucoup étaient centrés autour des différentes loges de la branche Grand Orient de la franc-maçonnerie. Il était clair que le document que Bottomley avait obtenu avait été envoyé de Londres à la Grande Loge de Salonique et son contenu était une condamnation accablante des criminels juifs qui utilisaient cet ordre franc-maçonnique pour couvrir leurs entreprises criminelles.

La lettre contenait les détails d’un paiement de deux mille livres sterling pour «l’élimination» de François-Ferdinand. La culpabilité était claire: des financiers juifs de Londres avaient payé des criminels juifs des Balkans pour assassiner l’héritier du trône d’Autriche-Hongrie afin de déclencher une guerre en Europe qu’ils exploiteraient ensuite à leurs propres fins.

Il y avait aussi la soif de vengeance juive qui pesait sur le meurtre car Ferdinand était l’héritier du trône de la maison des Habsbourg et c’était Ferdinand et Isabelle, de la même maison des Habsbourg, qui avait expulsé les Juifs du royaume espagnol des Habsbourg. en 1492.

 

La guerre qui en résulta provoqua la chute de l’Empire ottoman, aboutissant à un mandat britannique sur la Palestine et à la déclaration Balfour, promettant aux Rothschild (au nom de l’Internationale sioniste), une patrie en Palestine, commençant ainsi l’entreprise criminelle qui devint connue comme l’État d’Israël.

Donc voilà: les financiers juifs ont employé des criminels juifs pour assassiner une personne clé afin de se venger et de déclencher une guerre qui leur serait immensément bénéfique tout en dévastant une grande partie du monde et tuant des dizaines de millions de goyim gênants.

Le général Solemani

Les juifs ont été les seuls grands gagnants de la première guerre mondiale :

[1]

Voyez-vous des similitudes flagrantes avec le meurtre du général Soleïmani?

Le général a été assassiné par des criminels au service de la même poignée de familles criminelles juives d’il y a un siècle . Ils avaient alors employé des criminels juifs serbes pour éliminer François-Ferdinand. Encore une fois, c’est dans l’intérêt de l’entreprise criminelle connue sous le nom d’Israël que ce meurtre a été commis. Gavrilo Princip a payé son crime de sa vie – il a été jeté dans un cachot pour pourrir en isolement cellulaire, pour finalement succomber à la maladie et à la malnutrition. Malheureusement, Trump ne partagera pas ce sort, bien qu’il le mérite amplement.

Nous ne pouvons qu’espérer que le meurtre de Soleimani ne reflète pas celui de Ferdinand en projetant le sombre spectre de la troisième guerre mondiale.

Source : Will Soleimani’s Murder in Baghdad Be Remembered Akin to François-Ferdinand’s in Sarajevo?

Par Ian Greenhalgh

Assistant rédacteur en chef de Veterans Today

Ian Greenhalgh est un photographe et historien avec un intérêt particulier pour l’histoire militaire et les causes réelles des conflits. Ses études en histoire et ses antécédents dans l’industrie des médias lui ont donné un bon aperçu de l’utilisation des médias de masse en tant que créateur de conflits dans le monde moderne.

L’Iran encerclée!

NOTES

1-Les principaux gains juifs de la première guerre mondiale :

–   a) élimination d’environ 40 millions de goyim, dont 18,6 millions de morts et 21,3 millions de blessés.

–   b) démantèlement de la seule puissance musulmane de l’époque : l’empire ottoman.

–   c) déclaration Balfour pour l’occupation juive de la Palestine.

–   d) Installation d’un crypto-juif, Mustafa Kemal,à la tête de la Turquie, qui sera le seul et premier pays « musulman » à reconnaître Israël et à établir avec lui des relations étroites ‘économiques, militaires, etc.) dirigées essentiellement contre les pays arabes .

 

 

 

Troisième Guerre Mondiale en préparation:La Vérité et les mensonges sur la riposte de l’Iran aux États-Unis

Tout d’abord,voici la rhétorique,pour ne pas dire « La Propagande  » mensongère lancée par les médias occidentaux:

L’Iran possède une très puissante armée!

Le 7 janvier 2020,

Les Iraniens ont lancé 22 missiles sur deux bases irakiennes où sont installés des soldats étrangers.

Selon le Pentagone, plus d’une dizaine de missiles balistiques se sont abattus sur les bases aériennes d’Aïn al-Assad et d’Erbil.

En entrevue à l’émission 24/60 sur ICI RDI, le président de l’Observatoire sur les États-Unis de l’UQAM, Charles-Philippe David, a avoué avoir été surpris par la rapidité de la riposte iranienne. Elle est plus rapide et plus directe que ce que nous aurions pu anticiper. On voulait anticiper avec de l’espoir que la riposte allait être plus tardive, a-t-il indiqué.

Dans un message publié sur Twitter en soirée mercredi, le président américain Donald Trump a indiqué qu’il allait faire une déclaration officielle mercredi matin. Il a précisé que le bilan et l’évaluation des dommages étaient en cours.

Autant les Forces armées canadiennes que l’armée irakienne ont affirmé n’avoir compté aucune victime dans leurs rangs à la suite de l’attaque iranienne.

Jusqu’à présent tout va bien (so far, so good)! Nous avons l’armée la plus puissante et la mieux équipée du monde, et de loin! a écrit M. Trump.

Le département américain de la Défense a annoncé mardi soir qu’il faisait une évaluation préliminaire des dégâts et qu’il évaluait sa réponse à l’attaque.

Ça m’étonnerait que Donald Trump annonce des choses anodines, s’est avancé Charles-Philippe David.

« On redoutait depuis le début de sa présidence que viendrait un tel moment où ce président qui n’est pas vraiment en contrôle de sa politique étrangère, voire en contrôle de lui-même, puisse pour une fois écouter ses conseillers quand ils vont lui dire « vous savez, il y aura des représailles, mais annoncez-les de manière à rassurer tout le monde », de sorte que vous n’enclencherez pas une autre escalade », a expliqué le président de l’Observatoire sur les États-Unis de l’UQAM.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Javad Zarif, a affirmé sur Twitter que son pays ne voulait pas « l’escalade ou la guerre », mais qu’il se défendrait « contre toute agression ». L’Iran a lancé et terminé des mesures d’autodéfense proportionnées en vertu de l’article 51 de la Charte des Nations unies en ciblant la base d’où l’attaque lâche contre nos citoyens et nos dirigeants a été lancée, a-t-il déclaré.

Pour le spécialiste des groupes chiites armés Phillip Smyth toutefois, des missiles balistiques ouvertement lancés depuis l’Iran sur des cibles américaines marquent une nouvelle phase.

En outre, un des chefs du Hachd al-Chaabi, coalition de paramilitaires pro-Iran intégrés à l’État irakien, a menacé mercredi les États-Unis d’une « riposte » qui « ne sera pas moins importante que la réponse iranienne ».

 

Signe que de nouvelles violences sont toujours redoutées, l’agence fédérale de l’aviation américaine (FAA) a interdit aux avions civils américains le survol de l’Irak, de l’Iran et du Golfe.

Les cours du pétrole s’envolaient de plus de 4,5 % mercredi matin dans les échanges en Asie.

Les Corps des Gardiens de la révolution islamique, l’armée idéologique de la République islamique ont conseillé à Washington de rappeler ses troupes déployées dans la région afin d’éviter de nouvelles pertes, menaçant Israël et des gouvernements alliés des États-Unis, en premier lieu les États du Golfe, pris entre l’Iran et l’Irak.

Les militaires canadiens sont « sains et saufs »

Le chef de l’état-major de la Défense canadienne Jonathan Vance a soutenu mardi soir que tous les membres des Forces armées canadiennes (FAC) déployés étaient « sains et saufs » à la suite de l’attaque de missiles en Irak. Il a ajouté : nous demeurons vigilants.

Le ministre canadien de la Défense nationale, Harjit Sajjan a déclaré qu’il était heureux de savoir que tout le personnel des FAC est en sécurité. Nous continuons à surveiller la situation de près et à prendre toutes les précautions nécessaires pour assurer la sûreté et la sécurité du personnel civil et militaire, a ajouté le ministre.

L’une des bases aériennes visées par des tirs de l’Iran mercredi matin en Irak est un ancien centre des opérations canadiennes dans la lutte contre le groupe État armé islamique (EI). La base d’Erbil, dans le nord-est du pays, était le principal poste de commande pour les troupes canadiennes envoyées pour combattre les djihadistes de l’EI en Irak.

Le premier ministre Justin Trudeau a été informé des attaques et il suit la situation de près, a indiqué un porte-parole.

Après les missiles, la rhétorique

Les Corps des Gardiens de la révolution islamique, une division de l’armée iranienne, ont lancé un avertissement aux pays alliés des États-Unis, nommément Israël : en cas d’attaque, ils riposteront.

«Nous conseillons au peuple américain de rappeler les troupes américaines [déployées dans la] région afin d’éviter de nouvelles pertes et de ne pas permettre que la vie de ses soldats soit davantage menacée par la haine toujours croissante du régime [américain].»

-Communiqué des Gardiens de la révolution

Le chef d’État-major de l’armée iranienne a déclaré qu’il est temps que Washington adopte un comportement différent avec l’Iran.

Les Corps des Gardiens de la révolution islamique ont indiqué mercredi qu’ils répertorient 100 cibles américaines ainsi que de leurs alliés dans la région. Nous frapperons ces cibles en cas d’attaques américaines.

La télévision publique iranienne avance que les attaques contre des cibles américaines en Irak ont fait 80 morts et qu’aucun des missiles lancés n’a été intercepté.

 

 

Les réactions se multiplient à l’international

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a qualifié mercredi de « nouvel exemple d’escalade » ces frappes iraniennes.

Les dernières attaques aux missiles balistiques contre des bases aériennes en Irak utilisées par les forces américaines et de la coalition, dont des forces européennes, sont un autre exemple d’escalade et de confrontation accrue, a déploré M. Borrell lors d’une courte intervention devant la presse à Bruxelles. Il n’est dans l’intérêt de personne d’aggraver encore la spirale de la violence, a également mis en garde M. Borrell.

La Chine, l’un des principaux pays importateurs de brut iranien, a quant à elle appelé à « faire preuve de retenue ».

Il n’est dans l’intérêt d’aucune partie que la situation au Moyen-Orient s’aggrave encore, a averti devant la presse un porte-parole de la diplomatie chinoise, Geng Shuang.

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a pour sa part vivement réagi aux menaces proférées par un haut responsable iranien, qui affirmait vouloir réduire des villes israéliennes en « poussière », si l’Amérique prend la moindre mesure après notre riposte militaire à l’assassinat du général Soleimani.

Benjamin Netanyahu a prévenu l’Iran qu’Israël répondrait de manière « retentissante » en cas d’attaque contre l’État hébreu.

Par ailleurs, les compagnies aériennes de Dubaï, Emirates et flydubai, ont annoncé mercredi avoir annulé leurs vols à destination de Bagdad. Air France a également suspendu « tout survol des espaces aériens iranien et irakien ».

Une tension croissante

Une quinzaine d’attaques aux missiles balistiques ont déjà visé des soldats et des diplomates américains en Irak depuis la fin octobre. Aucune n’a été revendiquée, mais Washington en a attribué plusieurs aux factions irakiennes pro-Iran.

Les Américains avaient riposté en bombardant des bases des milices chiites.

Cette attaque intervient un peu plus de 24 heures après un cafouillage des États-Unis, le Pentagone ayant démenti une information selon laquelle leur commandement militaire avait ordonné à ses troupes de se retirer du pays conformément à un appel du Parlement.

Plusieurs États membres de la coalition ont déjà retiré des soldats, par crainte de nouvelles att


aques, dont une quinzaine ont déjà visé des bases où sont postés les militaires de la coalition depuis fin octobre.

Les Forces armées canadiennes entendent pour leur part déplacer une partie de leurs effectifs de l’Irak vers le Koweït.

L’Iran pourrait compliquer les défenses antimissiles régionales

Un rapport du Pentagone, datant de 2019, dresse un portrait de la capacité de frappe iranienne, notamment celle liée au moyen de missiles balistiques. On peut y lire que l’Iran peut lancer des salves de missiles contre des cibles de grande superficie, comme des bases militaires et des centres de population, dans toute la région pour infliger des dommages, compliquer les opérations militaires de l’adversaire et affaiblir le moral de l’ennemi.

Les spécialistes de la Défense américaine indiquent que les systèmes iraniens les plus précis sont principalement à courte portée, comme le Fateh-110 SRBM et ses dérivés. Les systèmes iraniens à plus longue portée, comme le MRBM Shahab 3, sont généralement moins précis.

Bien qu’il conserve dans son inventaire de nombreux missiles plus anciens et imprécis, l’Iran augmente la précision de bon nombre de ses systèmes de missiles, précise le rapport.

 


…et ce qui ressemble davantage à la Vérité qu’on ne veut pas parler:

 

L’IRAN riposte: au moins 80 GIs tués et 242 blessés

Les bases américaines en Irak ont été prises pour cible de deux vagues de tirs de missiles balistiques vraisemblablement de type « Fateh ». Une troisième vague de tirs de missiles est attendue si les Américains commettaient une nouvelle erreur, selon le porte-parole du CGRI, le général Ramezan Charif. 

Selon Fars, deux vague de missiles ont visé la plus grande base aérienne des États-Unis à al-Anbar à l’ouest de l’Irak non loin des frontières syriennes ainsi que la base américaine à Erbil au Kurdistan irakien. Ain al-Asad est située à 108 kilomètres de l’ouest de Ramadi et abrite depuis 2011 près de 4 000 militaires américains. C’est aussi la deuxième grande base aérienne de l’Irak après Balad située à Salaheddine. A l’heure qu’il est, les hélicoptères US évacuent les morts et les blessés américains depuis la base américaine. Le site kurde Rudaw affirme de son côté que des avions et des chasseurs stationnés à Ain al-Assad ont également été visés et plusieurs appareils brûlent. Les militaires américains ont totalement bloqué l’entrée de la base aux forces irakiennes pour éviter toute fuite des images des morts et des blessés.

Les missiles balistiques tels que ceux utilisés par l’Iran originent tous de la V2 allemande.

Les tirs de missiles ont eu lieu de deux vagues successives et à intervalle régulière. Une première vague a été lancée vers deux heures, heure locale, soit l’heure exacte de l’assassinat du commandant en chef de la Force Qods vendredi 3 janvier par les forces américaines, juste au moment où ses compatriotes enterraient sa dépouille mortelle dans la ville de Kerman.

Une autre information rapportée par VOA confirme de son côté le tir de cinq roquettes contre une troisième base américaine, Taji au nord de la capitale. Selon les sources bien informées, les missiles qui ont visé les bases américaines en Irak auraient été tirés depuis la ville de l’ouest iranien, Kermanchah et ils seraient de type Fateh, visiblement Fateh-313 d’une portée de 500 kilomètres.

missile iranien Fateh-313

Dans un communiqué le Corps des gardiens de la Révolution islamique, CGRI, revendique les frappes au missile et met en garde contre toute nouvelle » démarche criminelle américaines. On lit dans ce communiqué : « toute nouvelle bêtise américaine déclenchera une riposte encore plus violente et plus douloureuse ».  

Panique à Washington

  •  Alors que le conseil de sécurité national américain vient d’achever sa réunion extraordinaire le président américain et son ministre de la Défense ont annulé leurs points de presse respectifs. Trump a reconnu dans un tweet que deux bases américaines en Irak avaient été prises pour cible des missiles iraniens et dit  » être en train d’évaluer les pertes et les dégâts » : « Jusqu’ici tout va bien. Nous possédons de loin la plus puissante et la plus équipées de toutes les armées du monde! je publierai un communiqué demain matin ». 
  • Ceci étant, la plus puissante armée du monde a été incapable d’intercepter les missiles iraniens, en dépit de certaines informations précipitamment colportées par les médias arabes. Al Mayadeen relève l’incapacité des batteries de défense antimissile US installées à Aîn al-Asad et dans d’autres bases US à intercepter les missiles iraniens. Selon la chaîne, « les agissements militaires américains sont totalement défensifs, signe que les Américains sont incapables de passer à l’offensive.  Cette faiblesse organique des miliaires US est d’autant plus flagrante qu’il s’agit de la plus grande base militaire américaine en Irak et de loin la mieux équipée avec une bande d’atterissage de 4 000 mètres. Selon un expert militaire libanais cité par le site, la DCA américaine déployée sur la base Aïn al-Asad n’aurait pu visiblement… ni repérer des missiles ni les intercepter. Le missile Fateh-313 est un missile à combustible solide composé. Son ogive est intelligente. 
  • Le porte-parole du CentCom dit qu’au total 15 missiles ont visé les bases américaines en Irak dont 10 se sont abattus sur Aïn al-Asad et un sur la base américaine à Erbil. Pourtant, le journaliste de VOA évoque le tir d’au moins 35 missiles contre Aïn al-Asad. 
  •  Selon cette information le gouvernement irakien refuse toujours de répondre aux appels téléphoniques hystériques de Washington et de ses commandants militaires tandis que dans sa première réaction, le président irakien, Barham Saleh prie pour sa ville natale Erbil. Aucun mort ou blessés irakiens n’est à déplorer, ce que confirme par ailleurs CNN.
  • Dans un tweet, le ministre iranien des A.E., Mohamad Javad Zarif a affirmé que la frappe a eu lieu en totale conformité avec la charte de l’ONU et constitue une réponse « adéquate » à « l’attaque lâche » des États-Unis contre l’Iran. 
  • Le conseiller du président Rohani, Hessamedin Achna vient de tweeter de son côté : » La moindre riposte américaine déclenchera une guerre totale dans la région. Ceci dit, les Saoudiens pourraient opter pour une approche bien différente et rester en paix « . 
  • Quelques heures après la première riposte iranienne un ministre émirati y a réagi :  » j’espère qu’il n’y aurait pas une autre attaque ». Soheil Al Mazroui, ministre émirati de l’Énergie a souhaité un « retour rapide au calme » en affirmant que  » les Émirats et les autres pays ont besoin du calme et de la stabilité sur le marché du pétrole ». Dans les minutes suivant la première riposte iranienne, le baril du pétrole a gagné 2.6 dollars soit une hausse de près de 4 pourcent pour s’échanger à 71 dollars sur le marché. Quant à la bourse américaine, elle a perdu 2.2 pourcent pour plonger dans le rouge et entraîner avec elle les bourses asiatiques.

Un premier bilan recueilli sur place fait état de la mort de 80 militaires US

Selon le Renseignement du Corps des gardiens de la Révolution islamique, deux vagues de missiles tirés contre la plus importante base aérienne américaine à l’ouest d’al-Anbar à savoir Aïn al-Asad se sont soldées par la mort d’au moins 80 soldats américains. Le bilan exact est à déterminer en dépit de la forte censure américaine. Toujours est-il que selon les sources irakiennes, l’armée US a lancé un appel de détresse aux hôpitaux irakiens. 

Alors Al-Mayadeen confirme le vol incessant des hélicoptères US sur la base pour évacuer les morts et les blessés, le commandement américain de la base a interdit aux forces irakiennes tout accès par crainte des fuites sur le vrai bilan des morts et des blessés. Dans un communiqué publié il y a quelques minutes, l’ambassade US aux Émirats arabes unis affirme que « tout est sous contrôle » et qu’il n’existe aucun changement dans la configuration sécuritaire des troupes US aux Émirats et dans la région ». Difficile d’y croire! Le rapport du renseignement du CGRI affirme : « Au moins 80 militaires américains ont été tués, 200 autres, blessés, les autorités de la base évacuant dans la hâte et la précipitation des blessés« . 

Et le rapport d’ajouter : » 20 points sensibles de la base ont été pris pour cible alors que toutes les composantes du complexe revêtent une importance stratégique pour les troupes d’occupation US. De nombreux hélicoptères et drones ont également été détruits. En dépit de l’alerte maximale pour les unités de la défense antiaérienne US, aucun missile antimissile n’a été tiré et donc aucune interception de la part des forces US n’a eu ». Le texte affirme que le Renseignement du CGRI a identifié « 104 cibles stratégiques américaines dans la région ». « Au moindre agissement hostile des États-Unis, elles vont être frappées »

Toujours selon le Renseignement du CGRI, « les explosions ont été si intense qu’un seul missile aurait provoqué la destruction de plusieurs cibles dans certains cas. Quelques 4 000 militaires américains se trouvent toujours sur la base et leur présence est illégale depuis que le Parlement irakien a voté samedi le retrait des troupes US et ce, en représailles à l’attentat terroriste commis par les États-Unis vendredi 3 janvier et qui a coûté la vie au commandant en chef adjoint des Hachd al-Chaabi entre autres. 

Source : Presstv

Des S-400 en Irak ?

Le président du Conseil public du ministère de la Défense de Russie, Igor Korotchenko, a suggéré que l’Irak pouvait renforcer sa défense aérienne avec le système de missile S-400 russe.

En allusion à la mort en martyr du général Soleimani dans un raid aérien vendredi 3 janvier de l’armée américaine en Irak, Igor Korotchenko en est venu à cette conclusion que « l’Irak aurait besoin de renforcer ses défenses aériennes ».

« L’Irak est un partenaire de la Russie dans le domaine de la coopération militaro-technique, et la Fédération de Russie peut fournir les fonds nécessaires pour assurer la souveraineté de ce pays et une protection fiable de son espace aérien », a indiqué le président du Conseil public du ministère de la Défense de Russie, qui a suggéré par la suite « la fourniture de missiles S-400 et d’autres composants du système de défense aérienne comme le Buk-M3 et Tor-M2 », ajoute la même source.

Le missile russe S-400

Fin août 2019, lambassadeur russe à Bagdad avait promis que la Russie aiderait l’Irak à renforcer ses capacités en matière de défense aérienne. L’information sur le renforcement de la DCA de l’Irak tombait alors que des positions et stocks de munitions des Unités de mobilisation populaire d’Irak (Hachd al-Chaabi) avaient été la cible d’attaques de drones.

Il faudrait aussi rappeler que tout de suite après l’assassinat du commandant en chef de la Force Qods du CGRI par l’aviation américaine à Bagdad, le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou a condamné la « démarche imprudente de Washington » susceptible de provoquer « une brusque dégradation de la situation politique et militaire au Moyen-Orient ».

Ce lundi 6 janvier, le ministre russe de la Défense, le général Sergueï Choïgou, a présenté ses condoléances à la nation, au gouvernement et aux forces armées iraniens, lors d’un entretien téléphonique avec le chef d’état-major de l’armée iranienne, le général de division Mohammad Baqeri. 

Choïgou a qualifié le grand général iranien de « héros national », ce qu’ont bien prouvé ses funérailles « historiques ».

Par ailleurs, l’agence de presse russe Sputnik a rapporté dans son édition du 6 janvier qu’au cours d’une visite en 2015 en Russie, le général Soleimani avait suggéré l’engagement militaire russe aux côtés de l’armée syrienne. Vu l’émotion exprimée par le ministre russe de la Défense après son assassinat à Bagdad, cette version des faits paraît parfaitement plausible.

Par ailleurs, certaines sources estiment probable qu’en cas de l’éclatement d’un conflit militaire entre Téhéran et Washington, des bases militaires russes en Syrie seraient la cible d’attaques américaines, ce qui déclenchera, selon les analystes politiques, les ripostes des plus dures de Moscou.

Selon une source  fiable en Israel:

242 SOLDATS AMÉRICAINS BLESSÉS

Maintenant, c’est une explication pour ces militaires au visage de pierre derrière Trump.

Haaretz a publié qu’un avion américain transportant des soldats américains blessés par la frappe de missile iranienne – très réussie – a atterri à Tel-Aviv il y a quelques heures. Apparemment, il y a jusqu’à 242 SOLDATS AMÉRICAINS BLESSÉS – qui ont été transportés à l’hôpital du centre médical de Tel Aviv Sourasky.


L’AUTRE VERSANT  DES MENSONGES DE LA PROPAGANDE: LA DICTATURE ISLAMISTE EN IRAN ET LE SOULÈVEMENT DU PEUPLE IRANIEN

Moi,ainsi que beaucoup de Défenseurs de la Terre appuyons le soulèvement et la désobéissance civile du peuple iranien contre la dictature sanguinaire des islamistes religieux en Iran.


 

La propagande autour des funérailles pour un meurtrier honni par la population en Iran

 

Des informations parues dans divers médias ont rapporté « d’énormes cérémonies funéraires » en Iran pour le commandant de la Force Qods, Ghassem Soleimani, récemment tué par une frappe américaine à Bagdad et qui a réjoui la majorité des iranien dans le pays et la diaspora.

La couverture des funérailles par BBC World Service mentionnait alternativement «des centaines de milliers», voire «des millions» d’Iraniens rendant hommage à Soleimani en tant que «héros national ». Les preuves de ces chiffres ont généralement pris la forme de clips vidéo d’émissions officielles des médias d’État.

Lors d’une session extraordinaire du Conseil de sécurité de l’État iranien à laquelle a assisté Ali Khamenei et qui s’est tenue à peine un jour après la disparition de Soleimani, les autorités ont discuté des conséquences et des mesures nécessaires à prendre. Le plus urgent : la tenue d’une «immense» cérémonie funéraire. Une mobilisation sans précédent dans tout le pays a alors commencé ce jour-là.

Le centre ville de Téhéran,ce jour-là!

Chaque personne dans les forces armées, dans l’appareil de sécurité, les instituts gouvernementaux et les entités appartenant au gouvernement a été obligée de participer, ainsi que toute leur famille.

« Tous les centres d’enseignement des sciences appliquées de la province de Khorassan sont fermés le dimanche 5 janvier, afin de permettre la pleine participation du personnel et des autres classes sociales aux cérémonies funéraires », lit-on dans une circulaire publiée le lendemain de la mort de Soleimani.

Un SMS de masse envoyé aux citoyens de Chiraz, l’une des plus grandes villes du pays dans le sud, proposait : «afin de participer aux funérailles organisées à Kerman (lieu de naissance de Soleimani où il a été enterré à environ mille kilomètres de Chiraz), des services de bus gratuits ont été organisés à partir de la gare routière de Chiraz le lundi 6 janvier pour revenir mardi soir, avec le petit déjeuner, le déjeuner et le dîner gratuits. » Les femmes et les hommes devaient être transférés dans des bus séparés.

Lundi, tous les magasins de Kermanshah, dans l’ouest de l’Iran, ont dû fermer et les étudiants ont été contraints de participer aux cérémonies. Les taxis ont été contraints de coller des photos de Soleimani sur leurs pare-brises. Un grand nombre d’affiches et de dépliants avec les mêmes photographies ont été diffusés par la ville.

Dans la province de Varamine, près de Téhéran, les autorités ont annoncé qu’un dîner gratuit serait offert à ceux qui participeraient aux cérémonies tenues dans les locaux du gouvernorat.

Dans l’immense prison Gohardasht à Karaj, tout le personnel administratif, 90% du personnel médical, 70% du personnel de protection et de sécurité, 60% des gardiens de prison, 90% du personnel technique, tout le personnel du magazine, 80% des services  » du personnel et 40% du personnel de la cuisine ont été envoyés de force aux cérémonies nécrologiques.

Un formulaire officiel a été distribué dimanche matin dans les écoles primaires de Téhéran. Les élèves ont dû écrire, dans leur manuscrit, un texte que leur professeur leur avait lu en hommage à Ghassem Soleimani. Le formulaire, ainsi que les commentaires requis des enseignants, doivent être conservés dans le dossier de chaque élève. Les élèves ont été invités à participer aux cérémonies funéraires après avoir rempli le formulaire.

Un directeur d’école a continué d’appeler tout le personnel pour leur demander de participer aux cérémonies et prendre des photos de selfie comme preuve de participation, afin d’être indemnisé.

Et ce ne sont là que quelques-unes des milliers de mesures prises à l’appui des objectifs de propagande définis par le Conseil de sécurité d’État des mollahs. Mais des informations précises provenant de l’intérieur du pays montrent que moins de 5% de la population des grandes villes y ont effectivement participé, le pourcentage total dans le pays ne dépassant pas 10%.

Les «formulaires d’inscription» pour les volontaires des opérations kamikazes distribués dans les mosquées et les écoles ont rencontré encore moins d’enthousiasme. En fait, de tels efforts ne sont rien de plus que des mesures destinées à remonter le moral des pasdaran.

 


En conclusion

Les critiques continuent de pleuvoir sur l’administration Trump à chacune des tentatives de la Maison Blanche de dissuader l’Iran de mettre ses menaces à exécution. Plus l’Iran adopte un comportement agressif et multiplie les actes de violence envers les États-Unis, plus les commentateurs blâment le président Trump et condamnent sa détermination à obtenir du gouvernement iranien qu’il rende des comptes.

En utilisant ses forces armées contre les États-Unis et ses alliés, la République islamique utilise des tactiques résolument offensives. Chaque geste de l’Iran est un geste militaire que les officiels du régime ne tentent même pas de dissimuler. L’opinion publique internationale devrait s’étouffer d’indignation, mais les principaux médias continuent de travestir les attaques de l’Iran. Aucun d’eux n’a fait mention de l’augmentation des gestes d’agression au cours des deux derniers mois.

La stratégie iranienne est double. L’Iran a tout d’abord ordonné à ses milices régionales d’attaquer et de multiplier les provocations contre des entités liées aux États-Unis, à des pays européens et aux États du Golfe.

La semaine dernière, un site industriel américain dans le sud de l’Irak a été attaqué au lance-roquettes. Quarante salariés du géant de l’énergie, Exxon Mobil, ont dû être évacués.

Une attaque Houthi contre une installation pétrolière saoudienne et une roquette qui a atterri près de l’ambassade américaine, à Bagdad, ont également été attribuées au régime iranien et à ses milices régionales. Chacune de ces agressions a porté préjudice, d’une manière ou d’une autre, aux intérêts américains.

The Guardian a récemment révélé que le chef de la Force Qods, le général Qassem Soleimani, avait ordonné aux Forces de mobilisation populaires (PMF), soit une quarantaine de milices sous commandement unifié, de « se préparer pour une guerre par délégation ».

Le deuxième volet de la politique de violence de l’Iran semble consister en agressions militaires directes. Au cours des deux derniers mois, six pétroliers ont été attaqués. Quatre pétroliers ont zindi été pris pour cible dans le port de Fujairah, aux Émirats arabes unis. Un mois plus tard, deux pétroliers traversant le golfe d’Oman, au large des côtes iraniennes, ont été sabotés à l’explosif ; un des pétroliers a été la proie d’un violent incendie et les deux sont partis à la dérive.

Le détroit d’Hormuz, borné par les frontières de l’Iran et d’Oman, est une artère navigable cruciale pour l’activité économique mondiale. Un tiers du total des hydrocarbures distribué par voie maritime y transite. Ces attaques ont inquiété l’ensemble de la planète et ont impacté les entreprises du monde entier.

Toutes ces agressions ont été marquées d’une empreinte iranienne parfaitement visible. La grande sophistication des attaques contre les pétroliers semble être la marque d’une action iranienne directe. L’incident n’était pas isolé. Il a été prémédité et organisé, ce qui laisse penser que d’autres attaques de ce type sont en préparation.

Mike Pompeo, secrétaire d’Etat américain, a déclaré : « Notre évaluation [sur l’identité iranienne des agresseurs] est basée sur le renseignement, les armes utilisées, le niveau d’expertise nécessaire pour mener à bien cette opération et aussi le fait que des attaques iraniennes similaires ont déjà été menées contre le transport maritime. Par ailleurs, dans cette région, aucune milice chiite à la solde de l’Iran, n’a les ressources et la compétence pour agir avec ce degré de sophistication. »

L’Iran a également détruit un drone militaire américain. Le chef du Corps des gardes de la révolution islamique (CGRI), le général Hossein Salami, a déclaré que la destruction de ce drone était un avertissement pour les États-Unis. Il a ajouté que « le seul moyen qu’ont nos ennemis d’être en sécurité passe par le respect de notre souveraineté, de notre sécurité nationale et des intérêts nationaux de la grande nation iranienne ».

À plusieurs reprises, l’administration Trump a invité l’Iran à la table des négociations. C’est l’Iran qui refuse de désamorcer les tensions et continue d’agir de manière agressive, tout en menaçant ouvertement les États-Unis et leurs alliés.

Dans un tweet adressé au Premier ministre japonais Shinzo Abe, le guide suprême iranien Ali Khamenei a écrit :

« Vous avez dit M. @abeshinzo que Trump a déclaré que des négociations avec les Etats-Unis feraient progresser l’Iran. Par la grâce de Dieu, sans négociations et malgré les sanctions, nous progresserons. »

Lors d’une réunion avec Abe, Khamenei a particulièrement insisté sur le fait qu’il « ne considère pas Trump comme une personne avec laquelle il est nécessaire d’échanger des messages. Nous ne négocierons pas avec les États-Unis ».

La question se pose de savoir pourquoi les détracteurs de l’administration Trump sont si prompts à condamner le président alors qu’ils prennent à la légère les attaques de l’Iran. S’attendent-ils à ce que les États-Unis demeurent les bras croisés pendant que la République islamique multiplie les provocations dans la région ? Espèrent-ils que les États-Unis ferment les yeux quand Téhéran tente de déstabiliser la région pour faire avancer, par l’insécurité et la peur, ses intérêts révolutionnaires et religieux ? Combien faudra-t-il de personnes menacées, torturées ou massacrées avant que la réponse de Trump soit considérée comme justifiée ?

 

 

 

Troisième Guerre Mondiale en préparation:l’escalade de la guerre est enclenchée depuis l’assassinat de Soleimani

L’élimination par les États-Unis du général iranien Qassem Soleimani interroge. Prise par Donald Trump en personne, la décision d’abattre le chef des Gardiens de la révolution à l’étranger, l’une des figures les plus importantes de la République islamique, arrivé à Bagdad sur invitation du gouvernement irakien, est d’autant plus cruciale qu’elle pourrait provoquer une nouvelle guerre au Moyen-Orientl’Iran ayant promis de le venger.

Au lendemain de la frappe du drone, le président américain a précisé les raisons ayant motivé sa décision : Soleimani préparait des attaques « imminentes » contre des diplomates et des militaires américains. « Une action d’envergure » menaçant des « centaines de vies américaines », a précisé dans la journée le secrétaire d’État Mike Pompeo, affirmant se baser sur des « évaluations » des services de renseignements américains. D’après le général Mark Milley, le chef d’état-major de l’armée américaine, ces preuves seraient « irréfutables ». Mais ni l’un ni l’autre n’ont donné de plus amples détails.

Des responsables américains, qui ont eu accès à ces renseignements, ont confié au New York Times que les menaces visaient particulièrement les ambassades et consulats américains au Liban, en Syrie et en Irak. Considéré comme l’architecte de la domination de l’Iran au Moyen-Orient, le général Qassem Soleimani revenait justement de ces trois pays et devait se rendre à Téhéran pour s’entretenir avec le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei.

« Opinion personnelle »

Mais tous n’ont pas été convaincus par les renseignements américains. Un haut responsable, qui a requis l’anonymat, affirme au New York Times que les éléments étaient trop légers pour en tirer la moindre conclusion. Surtout, il rappelle que l’ayatollah Khamenei n’avait pas donné son aval à un éventuel plan d’attaque fomenté par Soleimani. Chef de la commission du Renseignement de la Chambre des représentants et farouche adversaire politique de Donald Trump, le sénateur démocrate Adam Schiff va plus loin. Selon lui, rien ne permet d’affirmer que l’élimination de Qassem Soleimani a permis de « sauver des vies américaines ». « Il s’agit d’une opinion personnelle du secrétaire d’État Pompeo, pas de conclusions des renseignements », souligne-t-il sur la chaîne américaine CNN. D’autres élus américains précisent que les éléments qui leur ont été présentés ne sont pas assez précis quant à la nature des cibles visées par les Iraniens ainsi que l’imminence de l’attaque.

Il apparaît que la décision des États-Unis d’abattre Qassem Soleimani trouve plutôt son origine dans une attaque perpétrée en Irak le 27 décembre dernier qui a coûté la vie à un civil américain. Trente-six roquettes ont été tirées ce jour-là contre une base irakienne à Kirkouk, dans le nord du pays, coûtant la vie à un sous-traitant américain et blessant quatre GI. Non revendiquées, les frappes ont été attribuées par Washington à la milice chiite irakienne des Brigades du Hezbollah, entraînée et financée par l’Iran. Une force qui a eu un rôle important au moment de la lutte au sol contre Daech en Irak.

Cela faisait deux mois que les soldats américains étaient visés par des attaques attribuées par Washington à cette milice. Or, pour la première fois, un citoyen américain (un traducteur) a perdu la vie. Pour Donald Trump, il ne fait aucun doute que Téhéran est derrière cette attaque. Depuis le mois de juin, le président américain se refuse à riposter aux attaques iraniennes dans le Golfe, dans le souci d’éviter une guerre dont il ne veut pas au Moyen-Orient et qui pourrait compromettre sa réélection. Or, à Téhéran, cette passivité est alors interprétée comme un signe de faiblesse. La mort d’un ressortissant américain « change la donne », estime le secrétaire américain à la Défense Mark Esper.

Déterminé, cette fois, à agir, Donald Trump, alors en vacances dans sa résidence de Mar-a-Lago, en Floride, s’est vu présenter par ses plus proches conseillers une liste de cibles iraniennes à viser, raconte le New York Times : des bases des Brigades du Hezbollah en Irak, des navires de guerre iraniens dans le Golfe, en passant par des dépôts de missiles. Ultime option envisagée, l’élimination de Qassem Soleimani, l’homme derrière le soutien iranien au Hezbollah libanais, au Hamas palestinien, à Bachar el-Assad et aux milices irakiennes.

Attaque de l’ambassade

Déjà présentée par le passé à George W. Bush et Barack Obama, cette éventualité avait jusqu’ici été toujours écartée par les précédents présidents américains, en raison des risques de représailles contre des soldats américains. Car Soleimani est un maillon essentiel du régime iranien, l’un des commandants de l’une des deux forces régulières du pays (les Gardiens de la révolution représentent l’armée idéologique de la République islamique, ).

Trump opte, le dimanche 29 décembre, pour une action moins radicale : le bombardement de cinq installations militaires de la milice chiite en Irak et en Syrie. Massive et sans précédent, l’attaque fait 25 morts dans les rangs des Brigades du Hezbollah et provoque la fureur du Premier ministre irakien Adel Abdel Mahdi. À l’unisson, toute la classe politique du pays dénonce une violation flagrante de la souveraineté nationale de la part des États-Unis. C’est pourquoi, deux jours plus tard, le mardi 31 décembre, les forces de sécurité irakiennes restent étonnamment passives lorsque des centaines de membres des milices chiites investissent l’ambassade des États-Unis située dans la zone verte, le quartier pourtant ultrasécurisé du centre de Bagdad.

« Extrêmement audacieux »

Assistant, impuissant devant son écran de télévision, à l’envahissement de la représentation américaine, Donald Trump se remémore la prise d’otages terrible de l’ambassade des États-Unis à Téhéran quarante ans plus tôt, et plus récemment le raid contre le consulat américain à Benghazi, en 2012 en Libye. Toujours en vacances dans sa propriété de Floride, le président fulmine. Pour lui, cette attaque porte à nouveau la marque de la République islamique. « L’Iran sera tenu pour pleinement responsable des vies perdues ou des dégâts occasionnés dans nos installations. Ils paieront LE PRIX FORT ! », prévient le président américain dans un tweet. « Ceci n’est pas une mise en garde, c’est une menace », insiste-t-il.

La manifestation est finalement dispersée par les forces américaines sans que les miliciens soient parvenus à pénétrer dans le bâtiment principal de l’ambassade. Mais le mal est fait et l’humiliation subie par les États-Unis est terrible. C’est à ce moment-là que Donald Trump ordonne à ses services d’éliminer Qassem Soleimani. « C’était extrêmement audacieux et a surpris nombre d’entre nous », raconte au Washington Post un haut responsable de son administration, tandis que d’autres officiels s’alarment déjà des conséquences pour les troupes américaines dans la région.

Interceptions et informateurs

Il s’agit alors de mettre la main sur le « numéro deux » officieux du régime iranien. Et la chose n’est pas si ardue. Incontournable depuis trente ans dans la région, Qassem Soleimani est constamment en déplacement au Moyen-Orient, se rendant ouvertement auprès des plus grands leaders politiques de l’« axe de la résistance » aux États-Unis, de Beyrouth à Bagdad en passant par Damas. S’estimant protégé par sa toute-puissance ? même le Mossad n’a jamais osé le cibler ? le général iranien ne vit pas caché, contrairement à Abou Bakr al-Baghdadi ou Oussama Ben Laden.

Suivi à la trace durant plusieurs jours à l’aide d’informateurs, d’interceptions téléphoniques et de drones de reconnaissance, Qassem Soleimani est repéré par les services américains : il doit arriver vendredi matin à l’aube à l’aéroport de Bagdad, par un vol officiel, pour y être accueilli par Abou Mahdi al-Mohandes, le chef des Brigades du Hezbollah. Celui-là même qui a participé à l’invasion de l’ambassade américaine mardi. Il est jeudi, 17 heures, et Donald Trump donne l’ordre d’abattre Qassem Soleimani.


LA VÉRITÉ

Ce que vous venez de lire correspond à la version officielle des choses…Voyons voir la Vérité qui se cache derrière tout cela:

 

Piège « diplomatique »: Soleimani tué lors d’une mission diplomatique en Irak pour recevoir une missive de Trump-Pompeo

Aucune interception magique n’était nécessaire, apprend-on maintenant de l’Irak, pour organiser l’assassinat de Soleimani. Nous apprenons maintenant que l’embuscade a été organisée par la voie diplomatique, en attirant Soleimani en Irak en lui promettant qu’il allait recevoir une offre de réduction des sanctions du président Trump.

Le général Qassem Soleimani a atterri en Irak pour rencontrer le Premier ministre Adel Mahdi, qui devait recevoir un message pour l’Iran de la part du président Trump. Il a plutôt été assassiné, et la note diplomatique du secrétaire d’État Michael Pompeo à l’envoyé iranien, Soleimani, était en fait une invitation à une embuscade mortelle. Méthode maffieuse.

Photo choc censurée:
le général Soleimani avec les troupes américaines en Irak
Esper et Pompeo ont menti à Trump

 

 

 

Soleimani s’est envolé de Damas et a été tué alors qu’il quittait l’enregistrement diplomatique à l’aéroport international de Bagdad.

L’Irak avait servi d’intermédiaire entre Téhéran et Washington, le général Soleimani jouant le rôle de représentant diplomatique de l’Iran.

Le gouvernement irakien avait demandé à Soleimani d’organiser et d’entraîner les forces qui avaient vaincu Daech, un processus qui se poursuivait comme il se poursuivait en Syrie en partenariat avec la Russie et la Turquie, dans le cadre de la Coalition d’Astana.

Trump menace l’Irak de «grandes sanctions» s’il est contraint d’abandonner les bases aériennes

Trump menace d’utiliser une base américaine en Irak pour bombarder Bagdad, détruire la production pétrolière irakienne ….

D’abord la Turquie, puis l’Irak et ensuite le Qatar, l’Amérique est expulsée du Moyen-Orient… il est temps de fabriquer plus de porte-avions… après tout, protéger et transporter ISIS autour du monde… et voler du pétrole est un travail difficile.

l’Irak devrait se préparer à des sanctions devant lesquelles celles imposées à l’Iran paraîtraient douces s’il devait expulser les troupes américaines sans couvrir d’abord les coûts d’une base aérienne équivalente, a déclaré le président américain Donald Trump.

«Nous avons une base aérienne extrêmement chère qui existe. Cela a coûté des milliards de dollars à construire, bien avant mon temps. Nous ne partirons pas à moins qu’ils ne nous remboursent pour cela », a déclaré Trump aux journalistes à bord d’Air Force One dimanche.

Les mesures punitives que les États-Unis sont prêts à infliger à leur prétendu allié dans la lutte contre l’État islamique seront encore plus sévères que les sanctions paralysantes déjà en vigueur contre Téhéran, a déclaré le président.

«S’ils nous demandent de partir, si nous ne le faisons pas de manière très amicale, nous leur imposerons des sanctions comme ils n’en ont jamais vues auparavant. Cela rendra les sanctions iraniennes gentilles »

L’avertissement de Trump à l’Irak intervient après que les députés irakiens ont adopté une résolution, défendue par le Premier ministre intérimaire du pays, demandant au gouvernement irakien d’expulser les troupes étrangères en annulant une demande d’assistance militaire auprès de la coalition dirigée par les États-Unis.

La résolution, adoptée ce dimanche, prévoit que certaines troupes étrangères pourraient rester en Irak à des fins de formation, mais le nombre d’instructeurs étrangers jugés nécessaires devrait être communiqué par les autorités irakiennes.

Trump promet de  détruire tous les sites culturels iraniens

Prenant exemple sur les idiots utiles de l’impérialisme et du sionisme que sont les terroristes islamistes sunnites, Trump a réitéré sa menace de détruire les sites culturels iraniens en représailles à de futures attaques potentielles de Téhéran, qui a promis de venger l’assassinat du général Qassem Soleimani, par les États-Unis.

Accusant l’Iran de « torturer » et de « mutiler » des soldats américains dans des attentats-suicides et en posant des bombes en bordure de route, Trump a laissé entendre que les attaques contre les troupes américaines justifient le fait que l’Amérique puisse impunément commettre des crimes de guerre –comme  la destruction du patrimoine culturel d’une nation :

« Ils ont le droit de tuer notre peuple. Ils sont autorisés à torturer et à mutiler notre peuple. Ils sont autorisés à utiliser des bombes en bordure de route et à faire exploser notre peuple. Et nous ne sommes pas autorisés à toucher leurs sites culturels? Cela ne fonctionne pas de cette façon. « 

La déclaration de Trump samedi selon laquelle les États-Unis pourraient tirer sur 52 sites importants pour le peuple et la culture iraniens a suscité une controverse aux États-Unis, de nombreux critiques, car  l’administration Trump imiterait alors les méthodes de ses « adversaires déclarés », l’État islamique (qui  a endommagé et détruit des sites culturels d’importance mondiale en Syrie et en Irak.) et les Talibans qui ont commis les mêmes prédations en Afghanistan.

Les satanistes veulent la troisième guerre mondiale en Iran

Source : Satanists want World War III in Iran—again

Les satanistes qui ont littéralement créé le chaos en Irak, en Afghanistan, en Libye et en Syrie, applaudissent maintenant Donald Trump pour avoir assassiné le général iranien Qassem Soleimani.

Le nettoyeur et belliciste ethnique John Bolton a récemment déclaré:

«Félicitations à toutes les personnes impliquées dans l’élimination de Qassem Soleimani. Longtemps en préparation, ce fut un coup décisif contre les activités malveillantes de la Force Quds iranienne dans le monde entier. J’espère que c’est la première étape d’un changement de régime à Téhéran. »[1]

Bolton n’est pas à la Maison Blanche, mais il sourit certainement parce qu’il est témoin que Trump réalise réellement l’aspiration d’Israël. Ce qui est intéressant, c’est qu’en 2011, Trump était partout dans les médias pour attaquer Obama et dire qu’Obama voulait mener une guerre inutile avec l’Iran. Trump a alors déclaré:

«Notre président va déclencher une guerre avec l’Iran parce qu’il n’a absolument aucune capacité de négocier – il est faible et inefficace. Donc, la seule façon dont il pense qu’il va être réélu, et aussi sûr que vous êtes assis là, c’est de déclencher une guerre avec l’Iran. »[2]

En 2012, Trump a de nouveau déclaré: «Ne laissez pas Obama jouer la carte de l’Iran pour déclencher une guerre afin d’être élu – faites attention , Républicains!» [3] En 2013, Trump n’a pas du tout pu fermer sa grande gueule: « Je prédis que le président Obama attaquera l’Iran à un moment donné pour sauver la face! » [4]

Obama n’avait aucune intention d’attaquer l’Iran. En fait, il a toujours affronté le régime israélien, l’entité même qui continue d’envoyer de précieux soldats américains mourir au Moyen-Orient. Obama a été le premier président de l’histoire à qualifier ouvertement le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu de personne sans valeur et méprisable. “a chickenshit.”[5].

Alors maintenant, Trump fait exactement ce qu’il pensait qu’Obama avait l’intention de faire. Alors pourquoi les États Sionistes d’Amérique (Zionist States of America) ont-ils assassiné Qassem Soleimani? Eh bien, ils essayaient de sauver «des centaines de vies américaines» [6]! Trump a déclaré:

«Le général Qassem Soleimani a tué ou gravement blessé des milliers d’Américains sur une longue période, et complotait pour en tuer beaucoup plus… mais il s’est fait prendre! Il était directement et indirectement responsable de la mort de millions de personnes, y compris du grand nombre récent de manifestants tués en Iran même. »[7]

Quelqu’un peut-il donner à Trump une copie de On Bullshit (sur les conneries) de Harry G. Frankfurt? « L’une des caractéristiques les plus marquantes de notre culture est qu’on y trouve tellement de conneries« , écrit Francfort. « Tout le monde le sait. » [8]

Trump sait qu’il est une marionnette du régime israélien et qu’il essaie de plaire à ses maîtres. Il sait qu’aucun Américain sérieux ne soutiendrait une autre guerre au Moyen-Orient. Il sait que la guerre en Irak coûtera aux États-Unis au moins six mille milliards de dollars. Mais il doit obéir aux pouvoirs sataniques d’Israël. Il doit provoquer l’Iran afin que les États-Unis trouvent une excuse pour une autre guerre. En fait, dès que le général a été assassiné, Benjamin Netanyahu est rapidement monté sur le podium politique et a déclaré que Trump avait fait du bon travail, car il avait agi «rapidement, avec force et de manière décisive».

Mais Israël et les États-Unis peuvent regretter une telle décision car la Russie, la Chine et la France ne sont pas satisfaites. De plus, l’activité diabolique de Trump provoque une réaction massive dans le monde, et il semble que les responsables israéliens et leurs marionnettes aux États-Unis n’étaient pas prêts pour cette réaction.

Gardez à l’esprit que les dirigeants iraniens ont toujours sympathisé avec les Américains, malgré le fait que l’establishment anglo-américain a renversé un président iranien démocratiquement élu du nom de Mohammad Mosaddegh en 1953. [9]

Par exemple, juste après l’attaque du 11 septembre, ce sont les dirigeants iraniens eux-mêmes qui ont proposé de s’associer à l’armée américaine pour lutter contre le terrorisme. Les États-Unis ont toutefois rejeté l’offre généreuse. [10]

De plus, l’Iran, contrairement à l’Amérique, n’a jamais eu pour mission d’envahir des pays et de détruire le tissu moral et politique de ces pays. Nous savons déjà à quel point la guerre en Irak a été catastrophique. [11]

Ainsi, lorsque Khamenei déclare que l’Amérique est «mauvaise et méchante», il se réfère à la manifestation d’une idéologie diabolique qui est venue enrouler sans doute la planète entière [12]. Il ne fait nullement référence au peuple américain. Khamenei a même dit très clairement aujourd’hui que «Mort à l’Amérique» n’a rien à voir avec l’Américain moyen, mais a tout à voir avec l’idéologie sioniste, qui cherche à pressuriser la planète entière. Cette politique a été étoffée en 1979 [13] et elle est toujours d’actualité. L’ayatollah Khomeini postulait alors:

«Il n’y a aucun crime que l’Amérique ne commettra pas afin de maintenir sa domination politique, économique, culturelle et militaire sur les parties du monde où elle prédomine. Elle exploite les peuples opprimés du monde au moyen des campagnes de propagande à grande échelle qui sont coordonnées pour lui par le sionisme international.

«Au moyen de ses agents cachés et perfides, elle aspire le sang des peuples sans défense comme si elle seul, avec ses satellites, avait le droit de vivre dans ce monde. L’Iran a essayé de rompre toutes ses relations avec ce grand Satan et c’est pour cette raison qu’il fait face maintenant à des guerres qui lui sont imposées. »

Le «sionisme international» est une description appropriée de ce qui se passait alors. Comme je l’ai déjà suggéré, les États-Unis et l’Angleterre avaient déjà renversé un président démocratiquement élu en Iran en 1953, et les deux pays se développaient de manière agressive au Moyen-Orient pour maintenir en vie un empire diabolique.

L’ayatollah Khomeiny a tenté de résoudre le problème du «sionisme international» en faisant appel à l’unité musulmane. Mais c’était encore un autre problème parce que des pays comme l’Arabie saoudite se prosternaient déjà devant le «sionisme international». Comme le dit E. Michael Jones,

«Au moment même où il a invoqué l’unité islamique, Khomeiny a été forcé d’admettre que l’islam était en train de se diviser en deux factions en guerre. La grande bataille culminante de la croisade anti-communiste a masqué cette scission pendant des décennies, mais maintenant, alors que les guerres intra-islamiques font rage au Yémen et en Irak, Khomeiny s’est montré plus un prophète qu’un politicien capable de réaliser l’unité islamique. Dans les deux cas, le Grand Satan exacerbait la division comme moyen d’atteindre des objectifs géopolitiques. »[14]

Khomeiny a manifestement allumé un projecteur prophétique qui, encore une fois, est toujours d’actualité. Le «sionisme international» aspire toujours le sang de pratiquement toutes les nations de la terre à travers des activités secrètes, l’espionnage et des moyens trompeurs. [15] Et en rejetant métaphysiquement l’ordre moral et politique et en embrassant le chaos et la destruction, le sionisme international est essentiellement devenu le satanisme.

Ce principe a été exprimé par saint Athanase, qui a postulé que toute idée métaphysique qui nie ontologiquement le Logos et sa place centrale dans l’univers finira par être satanique. Dans un univers satanique, ce qui est vrai est en fait un mensonge et ce qui est un mensonge est par définition vrai. Le régime israélien et ses marionnettes aux États-Unis représentent le satanisme. Trump est l’un de leurs prédicateurs. En bref, une «allégeance active à Satan» est l’idéologie politique des États-Unis, de l’Arabie saoudite et même d’Israël, en particulier lorsqu’il s’agit de traiter des questions importantes au Moyen-Orient.

Khamenei a ajouté que tant que la politique étrangère des États-Unis demeurerait «mauvaise et méchante» [16], l’Iran et ses dirigeants continueraient de scander la mort à ceux qui perpétuent le nettoyage ethnique pratiquement partout au Moyen-Orient. Les représentants du mal au Moyen-Orient, dit Khamenei, ne sont autres que Donald Trump, John Bolton et Pompeo. [17] Khamenei a continué: «Les États-Unis sont l’incarnation du mal, mais se plaignent toujours lorsque vous scandez « Mort à l’Amérique ». [18]

Les États-Unis sont l’incarnation du mal parce que les politiciens ont adopté un principe essentiellement talmudique qui dit essentiellement que les guerres perpétuelles et le nettoyage ethnique au Moyen-Orient et ailleurs sont bons pour l’Amérique, malgré la preuve du contraire.

 

 

 

 

Un cauchemar pour Trump et Netanyahou. L’Iran annonce la découverte d’un vaste gisement de pétrole couvrant 2400 km² !

 

La cote de crédit de l’Iran vient d’augmenter. Je suppose qu’il s’est retenu longtemps avant d’annoncer  cette nouvelle concernant les champs de pétrole. Et vous pouvez parier que les Chinois le savaient déjà avant de signer l’engagement de plus de 400 milliards de dollars dans des projets d’infrastructures en Iran, dont une grande partie en énergie.

En tant que station clé de la Nouvelle Route de la Soie, les énormes quantités de pétrole et de gaz iraniens sont des bonus supplémentaires pour quiconque envisage de tenter un projet de développement de cette taille.

Au fur et à mesure que les lignes de chemin de fer seront construites, il ne sera pas difficile de s’assurer que les pipelines et les gazoducs seront en mesure de suivre le même itinéraire, l’efficacité totale constituant l’un des principaux objectifs de l’ingénierie.

L’Occident n’aura à s’en prendre qu’à lui-même. Le faible taux d’intérêt rapporté par la dette américaine a découragé les Chinois, qui y ont beaucoup investi mais gagné très peu. Il a clairement montré qu’un investissement beaucoup plus rentable pourrait être réalisé à long terme en investissant dans ces mégaprojets d’infrastructure, qui pourront créer des emplois pour les travailleurs chinois et d’autres travailleurs de la région pour plusieurs décennies.

C’est quelque chose que ni les États-Unis ni l’UE ne semblent capables de faire. On ne peut pas trouver chez eux un seul projet de développement de 50 milliards de dollars,  qu’il soit en cours ou même au stade de la planification. Les États-Unis s’endettent pour garder les portes ouvertes et les lumières allumées, tout en utilisant le chaos mondial et les changements de régime pour aider à maintenir cette position.

Ce n’est pas une stratégie gagnante à long terme. En fin de compte, tout ce que les États-Unis vont devoir jouer, suivis par leurs alliés européens, c’est la «carte de la guerre», semblable à ce que Roosevelt a fait pour s’engager dans la Seconde Guerre mondiale lorsque toutes les activités de stimulation qui ont suivi la Grande Dépression ne produisaient quasiment aucun emploi permanent… 

Hassan Rohanni à l’annonce de la découverte.

 

 

« Un petit cadeau du gouvernement au peuple »: le président iranien Hassan Rohani a annoncé ce dimanche 10 novembre la découverte d’un gisement pétrolier susceptible d’accroître d’un tiers les réserves nationales, une « bonne nouvelle » pour un Iran confronté aux sanctions économiques américaines.

 

« Nous avons trouvé un gisement de pétrole contenant (des réserves estimées à  53 milliards de barils », a déclaré Hassan Rohani lors d’un discours à Yazd (centre).
Une telle découverte est susceptible d’augmenter d’un tiers les réserves prouvées du pays. Celles-ci étaient de 155,6 milliards de barils fin 2018, selon la dernière édition du « Bilan statistique de l’énergie mondiale » publié par le groupe BP. L’Iran y était classé au quatrième rang derrière le Venezuela, l’Arabie saoudite et le Canada. La nouvelle serait susceptible de lui faire gagner un rang.
Le pays sous pression américaine
Le gisement, large de 2 400 km² et profond de 80 mètres, s’étend selon Hassan Rohani « de Bostan à Omidiyeh », deux villes de la province du Khouzestan, dans le sud-ouest.
Situation du nouveau champ pétrolier en Iran.
C’est « un petit cadeau du gouvernement au peuple d’Iran », a déclaré Hassan Rohani, alors que l’économie du pays souffre des sanctions économiques rétablies contre la République islamique par les Etats-Unis depuis 2018.
Le PIB iranien devrait ainsi chuter de 9,5% cette année, selon le Fonds monétaire international (FMI).
« Hostilité et sanctions cruelles »
Au quotidien, les Iraniens sont confrontés à une inflation à deux chiffres, en reflux progressif néanmoins, et à une dévaluation du rial qui renchérit fortement le prix des importations.
Hassan Rohani a profité de l’annonce de la « bonne nouvelle » pétrolière pour assurer que l’économie iranienne se stabilisait déjà: « Notre peuple a traversé des jours difficiles l’an dernier (mais) je pense que l’Amérique désormais n’a plus d’espoir », a-t-il lancé.
« Nous annonçons aujourd’hui à l’Amérique que nous sommes une nation riche, et qu’en dépit de votre hostilité et de vos sanctions cruelles, les ouvriers et les ingénieurs iraniens du pétrole ont découvert ce champ magnifique », a ajouté le président iranien.
Débouchés difficiles
Reste à savoir comment le pays pourra profiter de cette découverte. Conséquence du rétablissement de sanctions américaines contre la République islamique dans la foulée de la sortie unilatérale des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015 à Vienne, l’Iran a les plus grandes difficultés à écouler son pétrole à l’étranger.
En mai, Washington a notamment mis fin aux exemptions qu’il accordait aux huit principaux acheteurs de pétrole iranien, renforçant la pression sur des pays comme la Chine, l’Inde et la Turquie pour trouver d’autres fournisseurs de brut que l’Iran.
Téhéran a rétorqué aux sanctions américaines en réduisant progressivement ses engagements sur le nucléaire.
La région sous haute tension
L’Iran a ainsi annoncé jeudi avoir repris des activités d’enrichissement d’uranium dans son usine souterraine de Fordo, qui étaient gelées en vertu de l’accord de 2015.
Entre un drone américain abattu en juin par l’Iran, des saisies croisées de pétroliers, et des attaques contre des navires étrangers attribuées à l’Iran mais démenties par Téhéran, la région du Golfe est sous haute tension depuis six mois.
En septembre, l’Iran, bien qu’il s’en soit défendu, a été accusé d’être derrière une attaque contre des installations pétrolières majeures en Arabie saoudite. Celle-ci a été revendiquée par les rebelles Houthis du Yémen, soutenus par Téhéran.
L’Iran possède déjà la troisième puissance militaire du monde.

 

 

An Iranian Tanker Sought by the U.S. Is Heading to an Unknown Destination — TIME

GIBRALTAR (AP) — An Iranian supertanker hauling $130 million worth of light crude oil that the U.S. suspects to be tied to a sanctioned organization lifted its anchor and begun moving away from Gibraltar late on Sunday. The trail left by GPS data on Marinetraffic.com, a vessel tracking service, showed the Iran-flagged Adrian Darya 1,…

via An Iranian Tanker Sought by the U.S. Is Heading to an Unknown Destination — TIME

La Guerre Secrète:L’Iran affirme avoir débusqué 17 « espions » au service de la CIA

 

 

Dix-sept Iraniens recrutés par la CIA ont été arrêtés pour espionnage au cours des derniers mois et certains d’entre eux ont d’ores et déjà été condamnés à mort, affirme le ministère du Renseignement de la République islamique.

Agissant indépendamment les uns des autres, ces espions travaillaient dans des secteurs sensibles liés aux activités militaires ou nucléaires de l’Iran, a affirmé le chef du contre-espionnage du ministère lors d’une conférence de presse à Téhéran.

 Ils avaientreçu un entraînement sophistiqué pour colliger des informations, notamment en installant des dispositifs de surveillance, mais aucun d’entre eux n’a finalement réussi, a argué ce responsable, qui n’a pas été identifié.

Selon lui, les Iraniens recrutés sont tombés dans un piège tendu par la CIA alors qu’ils cherchaient à obtenir un visa pour se rendre aux États-Unis. Certains auraient même reçu une offre d’emploi en échange de leur coopération.

« Certains ont été approchés alors qu’ils faisaient leur demande de visa, d’autres avaient déjà des visas, mais ont été soumis à la pression de la CIA au moment de leur renouvellement. »

(Le chef du contre-espionnage du ministère iranien du Renseignement)

Certaines des personnes arrêtées ont depuis accepté de travailler pour le ministère du Renseignement contre les États-Unis, a affirmé le chef du contre-espionnage iranien.

Ce dernier a aussi remis aux journalistes un disque compact présentant selon lui des images d’une agente de la CIA recrutant un Iranien aux Émirats arabes unis. Ces extraits ont d’ailleurs été présentés à la télévision iranienne.

Le disque contenait également les noms de plusieurs employés des ambassades américaines en Turquie, en Inde, en Autriche et au Zimbabwe, qui auraient été en contact avec les personnes arrêtées.

Le chef du contre-espionnage iranien n’a pas précisé les circonstances des arrestations, n’a donné aucun détail sur les procès ni révélé le nombre exact de condamnés à mort.

« Ceux qui ont délibérément trahi leur pays ont été remis à la justice. Certains ont été condamnés à mort et d’autres à de longues peines de prison. »

(Le chef du contre-espionnage du ministère iranien du Renseignement)

Les Iraniens sont connus pour mentir, rétorque Pompeo

Le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, n’a pas directement commenté les allégations iraniennes, lundi. Le régime est bien connu pour ses mensonges, s’est-il contenté de dire à ce sujet lors d’une entrevue à Fox News.

Ce nouveau développement en Iran survient sur fond de tensions croissantes dans le golfe Persique, qui s’inscrivent dans la foulée du retrait des États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien, en mai 2018.

Ce retrait, décidé par l’administration Trump, a été suivi par la réimposition de sévères sanctions qui nuisent à l’économie iranienne. Téhéran met depuis de la pression sur les pays européens pour pouvoir profiter des bénéfices de l’accord.

Depuis quelques mois, au moins six pétroliers ont été mystérieusement attaqués dans le détroit d’Ormuz, point de passage névralgique pour le commerce mondial de pétrole.

L’interception d’un pétrolier britannique par les Gardiens de la révolution iranienne dans le détroit, vendredi dernier, a fait augmenter la pression d’un cran.

L’affaire a toutes les apparences de représailles pour l’arraisonnement d’un pétrolier iranien au large de Gibraltar par la marine britannique deux semaines plus tôt.

Au cours des dernières semaines, Washington et Londres ont augmenté leurs effectifs militaires dans le golfe Persique. Les États-Unis cherchent en outre à former une alliance militaire pour y garantir la liberté de navigation.

 

 

 

Troisième Guerre Mondiale en préparation:Prélude à la guerre contre l’Iran

« L’Iran a annoncé avoir mené une attaque sur des cibles terroristes en Syrie, ce 1er octobre, en représailles à l’attentat meurtrier perpétré dans la ville iranienne d’Ahvaz le 22 septembre. Les Gardiens de la révolution ont publié sur leur site internet plusieurs photographies montrant des traînées de fumées ainsi que des points lumineux dans un ciel nocturne, au-dessus d’un relief montagneux désertique.

Les nouveaux missiles iraniens peuvent frapper dans toute la région,en cas d’attaque ou même d’invasion.

« Le quartier général des responsables du crime terroriste d’Ahvaz a été attaqué il y a quelques minutes à l’est de l’Euphrate par plusieurs missiles balistiques tirés par la branche aérospatiale des Gardiens de la révolution », a ainsi écrit l’armée d’élite de la République islamique sur son site. « Selon les premières informations, de nombreux terroristes takfiri et les chefs responsables du crime terroriste d’Ahvaz ont été tués ou blessés dans cette attaque », ont-ils ajouté.

Les discours prononcés par les chefs d Etat à l’ONU se matérialisent donc. L’Iran avait prévenu que les représailles contre l’attentat perpétré sur son sol et ayant donné la mort à 25 militaires seraient terribles, voilà qui est fait. Le président Rohani avait nommément accusé les USA, et Trump en contrepoids accusé Téhéran d’aider et de soutenir le terrorisme. Jamais en reste, Israël avait sorti d’on ne sait où une photo A4 montrant un bâtiment iranien censé abriter des arsenaux atomiques. Le tout sans preuves bien entendu.

De fait, comme un enchaînement, l’Etat français a envoyé ce 2 octobre à l’aube 200 policiers faire une perquisition au Centre Zahra, siège du parti antisioniste français, tenu par des chiites favorables au Hezbollah et au Hamas, que Paris avec ses alliés qualifie de terroristes – il s’agit de partis démocratiquement élus qui ont le malheur d’être contre la politique de l’Etat hébreu.

Ce même jour, la France a gelé pour six mois les avoirs sur son sol de la direction du ministère iranien du Renseignement et de deux Iraniens, une mesure liée au projet déjoué d’attentat contre un meeting de l’opposition iranienne à Villepinte (près de Paris), le 30 juin 2018. L’un de ces deux ressortissants iraniens est Assadollah Assadi, un diplomate de 46 ans interpellé en Allemagne.

En outre, une source diplomatique française a confié à l’AFP, sous couvert d’anonymat, que le ministère du Renseignement iranien avait « commandité » le projet d’attentat contre le rassemblement de Villepinte. Evidemment Téhéran a tout nié en bloc.

A compter de la riposte iranienne, la France, sous commandement de l’Etat hébreu, serre les boulons et s’attaque donc à la dissidence, tout du moins à une certaine dissidence, sur laquelle elle pratique l’inversion accusatoire. Il s’agit d’un prélude à la guerre qui dans le futur opposera l’allié saoudien à l’Iran. Cette guerre par procuration au nom de Jérusalem, dans l’hexagone, doit partir sur des bases assainies, c’est-à-dire sur un terrain ou l’information est sous contrôle et les opposants derrière les barreaux ou empêchés de nuire. D’où ces opérations. A propos desquelles les oppositions en France, RN ou FI, toutes sous contrôle de Tel Aviv, ne trouveront, vous verrez, absolument rien à redire ».


EN RÉPONSE A DONALD TRUMP:

Khamenei promet de ne jamais «livrer l’Iran à l’ennemi»

Une photo fournie par le bureau du guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, le montre le 4 octobre 2018 saluant des dizaines de milliers de miliciens islamiques (« bassidjis ») réunis au stade Azadi à Téhéran, avant de prononcer un discours

Le guide suprême iranien, Ali Khamenei, a affirmé jeudi qu’il n’autoriserait « jamais » que l’Iran soit livré à ses ennemis alors que les relations entre la République islamique et les Etats-Unis sont de nouveau au plus bas.

« Faire courir l’idée, conformément aux souhaits de l’ennemi, qu’il n’y a pas d’autre solution que de se livrer à l’ennemi, c’est la pire des trahisons vis-à-vis de la nation iranienne, et cela n’arrivera pas », a déclaré l’ayatollah Khamenei dans un discours à Téhéran retransmis par la télévision d’Etat.

« Avec l’aide de Dieu, tant que je suis vivant et en capacité, et avec votre aide, je n’autoriserai jamais qu’une telle chose arrive », a ajouté le numéro un iranien devant plusieurs dizaines de milliers de miliciens islamiques (« bassidjis ») réunis au stade Azadi.

Le terme « ennemi » englobe généralement pour l’Iran l’ensemble des ennemis du pays et de l’islam, au premier rang desquels les Etats-Unis, qualifiés de « Grand Satan » par les autorités iraniennes.

Revenant sur les sanctions économiques rétablies par les Etats-Unis contre l’Iran en août après la dénonciation unilatérale par Washington de l’accord international sur le nucléaire iranien, M. Khamenei a assuré que celles-ci ne viendraient pas à bout de son pays, contrairement à ce qu’espère selon lui la Maison Blanche.

« Notre économie nationale peut surmonter les sanctions, et avec l’aide de Dieu nous les mettrons en échec, et cette défaite signifiera la défaite de l’Amérique et que l’Amérique recevra une nouvelle gifle de la nation iranienne », a-t-il dit.

Mercredi, la Cour internationale de justice (CIJ), saisie par Téhéran, a ordonné aux Etats-Unis de suspendre certaines sanctions contre l’Iran visant des importations « à des fins humanitaires ».

Une photo fournie par le bureau du guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, le montre le 4 octobre 2018 saluant des dizaines de milliers de miliciens islamiques ("bassidjis") réunis au stade Azadi à Téhéran, avant de prononcer un discours Une photo fournie par le bureau du guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, le montre le 4 octobre 2018 saluant des dizaines de milliers de miliciens islamiques.

La décision de la Cour a été accueillie comme une « victoire » par l’Iran, mais Washington a indiqué n’avoir aucune intention de suivre l’avis des juges de La Haye en annonçant mettre fin au « traité d’amitié » irano-américain de 1955 sur la base duquel l’Iran avait présenté sa plainte à la CIJ.

Le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif a réagi à cette abrogation unilatérale en qualifiant Washington de « régime hors la loi ».

L’Iran et les Etats-Unis ont rompu leurs relations diplomatiques en 1980.

 

 

Troisième Guerre Mondiale en préparation:L’Iran prend le contrôle du détroit d’Ormuz, à la stupéfaction de l’empire US

Fort Russ (FRN) a été informé que le chef des gardes révolutionnaires iraniens, le major-général Mohammad Ali Jafari, a déclaré il y a quelques heures à peine que l’Iran avait entièrement libéré le Golfe et le détroit d’Ormuz de l’assujettissement étranger et hostile.  L’Iran menait des  » exercices  » dans la région, depuis la mi-juin,avec l’appui de la marine chinoise, quand tout à coup ces exercices sont devenus  « opérationnels ».

Cela confirme la déclaration d’Alireza Tangsiri, chef de la marine des Gardiens de la Révolution islamique, qui a dit la même chose. L’Iran a confirmé qu’un certain nombre d’États amis et neutres continueront d’avoir un accès commercial complet à la voie navigable stratégique. La Chine a confirmé son soutien à l’initiative majeure prise aujourd’hui par la République islamique d’Iran.

Le général en chef des armées iraniennes ,le général Sayari.

Le détroit fera désormais partie d’une zone de coprospérité stratégique pour les pays de l’Axe de la Résistance, ainsi que pour les États de plus en plus neutres, y compris d’autres monarchies du Golfe, comme le Qatar, le Koweït, Bahreïn, Oman et les Émirats Arabes Unis, qui sont maintenant en train de se soustraire à l’ingérence et au contrôle israélo-saoudien. L’orientation de ces États avait commencé à changer radicalement au cours de la période 2016-17, lorsque le succès de l’Iran et de la Russie dans la guerre de Syrie est devenu évident.

Détails de l’événement d’aujourd’hui

L’Iran menait une série d’ »exercices » et de  « manœuvres militaires  » depuis la mi-juin, dans le détroit, quand brusquement ces ‘ « exercices sont apparemment devenus opérationnels », et l’Iran a déclaré avoir le contrôle militaire total du Golfe et du détroit d’Ormuz. Il s’agit d’un événement majeur, dont l’importance a déjà envoyé un message fort et stabilisateur dans le monde entier.

L’agence de presse officielle IRNA a déclaré que le début de l’exercice majeur qui a conduit au grand événement d’aujourd’hui s’est déroulé le dimanche 17 juin et impliquait un navire de guerre iranien et deux destroyers chinois, un navire logistique et un hélicoptère.

La flottille chinoise  « s’est rendue à Oman  » après l’exercice naval, a également confirmé Xinhua dans son rapport. L’Iran a confirmé qu’Oman continuera d’y avoir accès, malgré les pressions de l’Arabie Saoudite et d’Israël. La flottille chinoise est toujours stationnée à Oman et, à ce propos, des rapports officiels datant du mois de mai indiquent que la Chine et Oman ont conclu un partenariat militaire stratégique.

La marine iranienne avait affecté son destroyer Alborz, un hélicoptère et environ 700 personnes à ces exercices.

Le Corps des gardiens de la révolution islamique (GRI) tenait des exercices militaires à grande échelle dans le golfe Persique. L’IRGC a déclaré qu’ils étaient prêts à perturber les expéditions de pétrole d’autres pays par le détroit si les exportations de l’Iran étaient entravées.

Les autorités iraniennes ont déjà menacé de bloquer le détroit d’Ormuz, coupant la principale voie de navigation pétrolière, en représailles à toute action hostile des États-Unis. Au début de juillet, le Corps des gardiens de la révolution islamique a organisé des exercices militaires à grande échelle dans le golfe Persique. Ces exercices s’inscrivaient dans le cadre des exercices annuels.

Grâce à l’utilisation et sous le couvert d’ »exercices », soutenus par les Chinois, la marine iranienne a pu prendre le contrôle total du détroit d’Ormuz, sans coup férir et sans qu’un seul coup de feu ne soit tiré.

Auparavant, le principal conseiller du Guide suprême iranien pour les affaires internationales, Ali Akbar Velayati, avait déclaré au club de discussion de Valdai à Moscou que si l’Iran n’était pas autorisé à exporter son pétrole par le détroit, aucun autre État du Moyen-Orient ne pourrait le faire.

Le commandant des forces terrestres de l’Iran, le général de brigade Kiomars Heidari, a averti les États-Unis et ses alliés d’éviter d’essayer d’arrêter les exportations de pétrole de l’Iran, ajoutant que les forces armées du pays ont tout ce dont elles ont besoin pour défendre le pays.

Les médias russes et iraniens, de plus en plus soumis à un régime dangereux de censure de la part des médias corporatifs américains et d’Internet, ont apparemment minimisé intentionnellement l’événement majeur d’aujourd’hui. Le lien entre les exercices et l’annonce militaire iranienne soudaine n’est pas fait concrètement, même si les deux événements sont mentionnés dans les reportages journalistiques concernant cet événement d’importance majeure. Le média iranien de langue anglaise PressTV ne l’a pas couvert, et la couverture médiatique de Sputnik semble avoir intentionnellement omis de  » connecter  » certains  » points  » assez évidents et flagrants.

C’est pourquoi le soutien au journalisme indépendant, aux nouvelles et à l’analyse de FRN est d’une importance cruciale de nos jours.

L’Empire américain et ses alliés, impuissants à réagir

L’Iran s’est effectivement insurgé contre la défunte politique officielle des États-Unis, comme l’a expliqué le secrétaire d’État américain Michael Pompeo. Pompeo et l’Empire américain ont été rayés de la page des affaires du Moyen-Orient, car il avait dit que les États-Unis étaient prêts à assurer un approvisionnement ininterrompu en pétrole à travers le détroit d’Ormuz malgré les menaces de l’Iran. L’Iran a aujourd’hui prouvé le contraire, et l’Empire américain en est sidéré.

De hauts responsables américains ont déclaré qu’ils visaient à réduire les exportations de pétrole de l’Iran à zéro. Les événements d’aujourd’hui semblent nous diriger vers l’anéantissement de cet objectif.

En juin, le département d’État américain a exhorté les compagnies pétrolières à cesser d’exporter du pétrole iranien à partir de novembre pour éviter les sanctions américaines, mais le plus grand marché occidental de l’Iran, l’UE – qui est vraiment concernée – a déjà clairement indiqué qu’elle ne se retirera pas du JCPOA (Joint Comprehensive Comprehensive Action Plan of Action).) L’accord nucléaire iranien, ou accord iranien, représente un accord sur le programme nucléaire de l’Iran conclu à Vienne le 14 juillet 2015 entre l’Iran, le P5+1 (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies – Chine, France, Russie, Royaume-Uni, États-Unis et Allemagne) et l’Union Européenne.

Ainsi, parmi les États mentionnés ci-dessus, seuls les États-Unis ont fait marche arrière. Le Royaume-Uni ne peut également faire marche arrière que s’il finalise le Brexit. Le processus du Brexit est un processus dont FRN a toujours expliqué qu’il s’agit d’un phénomène complexe qui représente des pressions atlantistes sur le Royaume-Uni pour qu’il soit une sorte de  » Airstrip One  » contre l’Eurasie à venir, à mesure que l’UE s’intègre davantage avec la Chine, la Russie et le Moyen-Orient. Ainsi, le maintien de la JCPOA, moins les États-Unis sous pression israélienne et néoconservatrice, a été un énorme succès pour le gouvernement dirigé par Rouhani. Rouhani est tout sauf  » quelqu’un qui s’accroche au pouvoir  » – cette expression, d’une incohérence ridicule mais prévisible, est empruntée au discours américain sur le changement de régime.

En mai dernier, le président américain Donald Trump avait déclaré que les États-Unis quitteraient l’accord nucléaire avec l’Iran, accord selon lequel Téhéran devait garantir le caractère pacifique de son programme nucléaire en échange de la levée progressive des sanctions. Cela illustre bien la capitulation des États-Unis face aux intérêts régionaux d’Israël. Israël et l’Arabie Saoudite ont fait une alliance pour diviser l’Irak et la Syrie, et l’Iran a fait une politique visant à assurer que la Syrie et l’Irak existent en tant qu’États unitaires et intégraux, assurant ainsi la stabilité, la croissance et la prévisibilité dans la région, et mettant fin à la montée du fondamentalisme  » islamique  » radical  » salafiste-sunnite dans la région.

Les États-Unis ont nécessairement ressenti ce coup de dard, et usent d’une certaine opacité dans leur reportage sur cet événement majeur. En effet, la circulation de l’information qui l’entoure aura sans aucun doute un effet absolument délétère sur la valeur boursière des entreprises dans lesquelles les élites américaines ont investi, et dont les intérêts militaires et financiers sont en désaccord avec ceux de l’Iran.

La manchette de Reuters commence à refléter l’importance de l’événement d’aujourd’hui :

En plus de cela, nous avons assisté aujourd’hui à une hystérie médiatique qui s’intensifie sur ce qui est une histoire assez banale au sujet d’une enquête parlementaire à venir à laquelle M. Rouhani répondra à des questions. L’AFP, pauvrement informée et distordant la réalité, s’est mise en mode turbo pour livrer la prochaine série de discours de  « changement de régime » à propos de Rouhani. Leur reportage met en évidence un objectif délibéré de désinformation du public. Ils font en outre des références anachroniques à l’ »opposition de la rue », même si aujourd’hui il n’y a aucune manifestation en République islamique d’Iran.

Le fait que l’Iran ait un parlement démocratiquement élu et que l’Iran ait un système normal de freins et de contrepoids est accidentellement révélé dans son document, même si leur objectif était d’introduire le mot « mise en accusation ». Mais ce qu’ils disent accidentellement à l’opinion publique, c’est que l’Iran a effectivement un parlement et qu’il existe des méthodes pour destituer un président en exercice. Ce qu’ils font, c’est de confondre le fait qu’une telle procédure existe dans cette république iranienne, comme dans de nombreuses républiques, avec l’idée qu’une telle procédure se profile à l’horizon, ou qu’elle a une place prépondérante dans les nouvelles d’aujourd’hui au sujet de la prochaine enquête parlementaire.

Dans la capture d’écran ci-dessous de la campagne de désinformation de l’AFP – Etat Profond américain, on trouve des notes avec un sous-titre et un texte rouge pour signaler les formulations ridicules, les distorsions flagrantes et les contradictions de la logique interne. Ce qu’ils ne parviennent pas à expliquer, c’est que Rouhani soit un  » conservateur favorable aux réformes « . Sa popularité et sa réélection en mai dernier, avec un taux de participation d’environ 70 %, sont fondées sur la recherche d’une voie médiane entre le conservatisme économique et révolutionnaire iranien  » anti-occidental  » et le  » réformisme et pragmatisme  » favorable aux occidentaux « .

La confusion et l’incapacité à  « contrôler les messages  » dans certains secteurs pour certains de ces États comme le Qatar, est attestée par l’absence de couverture (au moment de la publication, 16h GMT+2) d’Al Jazeera de cet événement géostratégique et géopolitique majeur. La capture d’écran suivante montre la couverture de l’actualité qatarie contrôlée par la dynastie Al-Thani pour aujourd’hui, concernant l’Iran. Aucune mention de ce grand événement, et au contraire, un reportage tout à fait banal.

Dans la perspective de la montée de la révolution multipolaire (RMP) en cours, l’immense développement d’aujourd’hui ne peut être sous-estimé. Le détroit d’Ormuz est une voie navigable d’une importance considérable, et la libération de ce passage par l’Iran, soutenue par la marine chinoise stationnée à Oman, témoigne du changement tectonique auquel nous avons assisté au cours des cinq dernières années. Il y a cinq ans, les planificateurs militaires américains sont arrivés à la sobre conclusion qu’ils n’avaient plus la capacité de projection de force, ni le soutien international, pour frapper Damas directement avec les moyens aériens américains ou britanniques.

Cela a marqué un tournant énorme dans l’histoire, presque comme si une autre ligne du temps avait traversé la nôtre, une ligne du temps dans laquelle l’Empire américain devenait subitement impuissant et incapable de vaincre militairement une puissance militaire régionale de 4e ordre. En réalité, l’armée américaine était en phase terminale de déclin, de même que son économie, comme l’a bien noté le groupe de réflexion néoconservateur PNAC (Project for a New American Century) depuis 2000. Dans leur livre blanc, ils ont décrit que seul un  » événement du genre Pearl Harbor  » pourrait stimuler le genre d’investissement dans le réarmement militaire qui pourrait renverser la vapeur. En fin de compte, ces efforts ont réussi à redonner vie aux projets impériaux, mais seulement pour une décennie de plus, et cela a pris fin avec la destruction de la Libye. Leur stratagème consistant à s’emparer de la Crimée en organisant un coup d’État en Ukraine et à y créer une zone de guerre permanente s’est également soldé par un échec.

Tout cela explique la lutte des États-Unis contre les mouvements politiques et le journalisme  » chez eux «Même FRN, une équipe composée et dirigée par des journalistes, des universitaires et des auteurs de l’A5, a ressenti la campagne massive pour faire taire notre travail critique.

 Source : https://www.fort-russ.com/2018/08/breaking-drill-goes-live-iran-seizes-control-of-hormuz-strait-u-s-empire-stunned/

Nucléaire iranien: Donald Trump se retire de l’accord

En route vers la Guerre!…?

 

Le président américain quitte l’accord signé en 2015 avec l’Iran et les grandes puissances.

 

Donald Trump a déclaré depuis la Maison-Blanche se retirer du JCPOA (Joint Comprehensive Plan of Action). Le texte signé en 2015 par Barack Obama prévoit qu’en échange d’une levée progressive des sanctions, Téhéran ne se dote pas de l’arme nucléaire.

Quinze mois après son arrivée au pouvoir, Donald Trump risque de se mettre à dos une grande partie de la communauté internationale en remettant en cause ce texte, conclu en 2015 après 21 mois de négociations acharnées, par Téhéran et les grandes puissances (États-Unis, Chine, Russie, France, Royaume-Uni, Allemagne).

« Le président Rohani lui donnera (Trump) la réponse de l’Iran dès ce soir » à la télévision d’État, a déclaré un responsable iranien sous couvert d’anonymat, sans préciser l’heure exacte de l’intervention de Hassan Rohani.

Un retrait prévisible

« Il me paraît assez évident » qu’il va rétablir les sanctions, résumait lundi soir à Washington un diplomate européen.

Emmanuel Macron, avait tenté de raisonner le président américain. Il lui avait proposé lors de son déplacement aux États-Unis le 24 avril de négocier un « nouvel accord » avec l’Iran pour répondre aux inquiétudes américaines, d’une portée plus large. À l’issue de sa visite à Washington, le président français n’avait pas caché son pessimisme : selon lui, Donald Trump risquait de claquer la porte « pour des raisons de politique intérieure ».

Le président français doit s’entretenir avec Angela Merkel et Theresa May à 19h30 annonce l’Élysée.