Un cauchemar pour Trump et Netanyahou. L’Iran annonce la découverte d’un vaste gisement de pétrole couvrant 2400 km² !

 

La cote de crédit de l’Iran vient d’augmenter. Je suppose qu’il s’est retenu longtemps avant d’annoncer  cette nouvelle concernant les champs de pétrole. Et vous pouvez parier que les Chinois le savaient déjà avant de signer l’engagement de plus de 400 milliards de dollars dans des projets d’infrastructures en Iran, dont une grande partie en énergie.

En tant que station clé de la Nouvelle Route de la Soie, les énormes quantités de pétrole et de gaz iraniens sont des bonus supplémentaires pour quiconque envisage de tenter un projet de développement de cette taille.

Au fur et à mesure que les lignes de chemin de fer seront construites, il ne sera pas difficile de s’assurer que les pipelines et les gazoducs seront en mesure de suivre le même itinéraire, l’efficacité totale constituant l’un des principaux objectifs de l’ingénierie.

L’Occident n’aura à s’en prendre qu’à lui-même. Le faible taux d’intérêt rapporté par la dette américaine a découragé les Chinois, qui y ont beaucoup investi mais gagné très peu. Il a clairement montré qu’un investissement beaucoup plus rentable pourrait être réalisé à long terme en investissant dans ces mégaprojets d’infrastructure, qui pourront créer des emplois pour les travailleurs chinois et d’autres travailleurs de la région pour plusieurs décennies.

C’est quelque chose que ni les États-Unis ni l’UE ne semblent capables de faire. On ne peut pas trouver chez eux un seul projet de développement de 50 milliards de dollars,  qu’il soit en cours ou même au stade de la planification. Les États-Unis s’endettent pour garder les portes ouvertes et les lumières allumées, tout en utilisant le chaos mondial et les changements de régime pour aider à maintenir cette position.

Ce n’est pas une stratégie gagnante à long terme. En fin de compte, tout ce que les États-Unis vont devoir jouer, suivis par leurs alliés européens, c’est la «carte de la guerre», semblable à ce que Roosevelt a fait pour s’engager dans la Seconde Guerre mondiale lorsque toutes les activités de stimulation qui ont suivi la Grande Dépression ne produisaient quasiment aucun emploi permanent… 

Hassan Rohanni à l’annonce de la découverte.

 

 

« Un petit cadeau du gouvernement au peuple »: le président iranien Hassan Rohani a annoncé ce dimanche 10 novembre la découverte d’un gisement pétrolier susceptible d’accroître d’un tiers les réserves nationales, une « bonne nouvelle » pour un Iran confronté aux sanctions économiques américaines.

 

« Nous avons trouvé un gisement de pétrole contenant (des réserves estimées à  53 milliards de barils », a déclaré Hassan Rohani lors d’un discours à Yazd (centre).
Une telle découverte est susceptible d’augmenter d’un tiers les réserves prouvées du pays. Celles-ci étaient de 155,6 milliards de barils fin 2018, selon la dernière édition du « Bilan statistique de l’énergie mondiale » publié par le groupe BP. L’Iran y était classé au quatrième rang derrière le Venezuela, l’Arabie saoudite et le Canada. La nouvelle serait susceptible de lui faire gagner un rang.
Le pays sous pression américaine
Le gisement, large de 2 400 km² et profond de 80 mètres, s’étend selon Hassan Rohani « de Bostan à Omidiyeh », deux villes de la province du Khouzestan, dans le sud-ouest.
Situation du nouveau champ pétrolier en Iran.
C’est « un petit cadeau du gouvernement au peuple d’Iran », a déclaré Hassan Rohani, alors que l’économie du pays souffre des sanctions économiques rétablies contre la République islamique par les Etats-Unis depuis 2018.
Le PIB iranien devrait ainsi chuter de 9,5% cette année, selon le Fonds monétaire international (FMI).
« Hostilité et sanctions cruelles »
Au quotidien, les Iraniens sont confrontés à une inflation à deux chiffres, en reflux progressif néanmoins, et à une dévaluation du rial qui renchérit fortement le prix des importations.
Hassan Rohani a profité de l’annonce de la « bonne nouvelle » pétrolière pour assurer que l’économie iranienne se stabilisait déjà: « Notre peuple a traversé des jours difficiles l’an dernier (mais) je pense que l’Amérique désormais n’a plus d’espoir », a-t-il lancé.
« Nous annonçons aujourd’hui à l’Amérique que nous sommes une nation riche, et qu’en dépit de votre hostilité et de vos sanctions cruelles, les ouvriers et les ingénieurs iraniens du pétrole ont découvert ce champ magnifique », a ajouté le président iranien.
Débouchés difficiles
Reste à savoir comment le pays pourra profiter de cette découverte. Conséquence du rétablissement de sanctions américaines contre la République islamique dans la foulée de la sortie unilatérale des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015 à Vienne, l’Iran a les plus grandes difficultés à écouler son pétrole à l’étranger.
En mai, Washington a notamment mis fin aux exemptions qu’il accordait aux huit principaux acheteurs de pétrole iranien, renforçant la pression sur des pays comme la Chine, l’Inde et la Turquie pour trouver d’autres fournisseurs de brut que l’Iran.
Téhéran a rétorqué aux sanctions américaines en réduisant progressivement ses engagements sur le nucléaire.
La région sous haute tension
L’Iran a ainsi annoncé jeudi avoir repris des activités d’enrichissement d’uranium dans son usine souterraine de Fordo, qui étaient gelées en vertu de l’accord de 2015.
Entre un drone américain abattu en juin par l’Iran, des saisies croisées de pétroliers, et des attaques contre des navires étrangers attribuées à l’Iran mais démenties par Téhéran, la région du Golfe est sous haute tension depuis six mois.
En septembre, l’Iran, bien qu’il s’en soit défendu, a été accusé d’être derrière une attaque contre des installations pétrolières majeures en Arabie saoudite. Celle-ci a été revendiquée par les rebelles Houthis du Yémen, soutenus par Téhéran.
L’Iran possède déjà la troisième puissance militaire du monde.

 

 

Publicités

An Iranian Tanker Sought by the U.S. Is Heading to an Unknown Destination — TIME

GIBRALTAR (AP) — An Iranian supertanker hauling $130 million worth of light crude oil that the U.S. suspects to be tied to a sanctioned organization lifted its anchor and begun moving away from Gibraltar late on Sunday. The trail left by GPS data on Marinetraffic.com, a vessel tracking service, showed the Iran-flagged Adrian Darya 1,…

via An Iranian Tanker Sought by the U.S. Is Heading to an Unknown Destination — TIME

La Guerre Secrète:L’Iran affirme avoir débusqué 17 « espions » au service de la CIA

 

 

Dix-sept Iraniens recrutés par la CIA ont été arrêtés pour espionnage au cours des derniers mois et certains d’entre eux ont d’ores et déjà été condamnés à mort, affirme le ministère du Renseignement de la République islamique.

Agissant indépendamment les uns des autres, ces espions travaillaient dans des secteurs sensibles liés aux activités militaires ou nucléaires de l’Iran, a affirmé le chef du contre-espionnage du ministère lors d’une conférence de presse à Téhéran.

 Ils avaientreçu un entraînement sophistiqué pour colliger des informations, notamment en installant des dispositifs de surveillance, mais aucun d’entre eux n’a finalement réussi, a argué ce responsable, qui n’a pas été identifié.

Selon lui, les Iraniens recrutés sont tombés dans un piège tendu par la CIA alors qu’ils cherchaient à obtenir un visa pour se rendre aux États-Unis. Certains auraient même reçu une offre d’emploi en échange de leur coopération.

« Certains ont été approchés alors qu’ils faisaient leur demande de visa, d’autres avaient déjà des visas, mais ont été soumis à la pression de la CIA au moment de leur renouvellement. »

(Le chef du contre-espionnage du ministère iranien du Renseignement)

Certaines des personnes arrêtées ont depuis accepté de travailler pour le ministère du Renseignement contre les États-Unis, a affirmé le chef du contre-espionnage iranien.

Ce dernier a aussi remis aux journalistes un disque compact présentant selon lui des images d’une agente de la CIA recrutant un Iranien aux Émirats arabes unis. Ces extraits ont d’ailleurs été présentés à la télévision iranienne.

Le disque contenait également les noms de plusieurs employés des ambassades américaines en Turquie, en Inde, en Autriche et au Zimbabwe, qui auraient été en contact avec les personnes arrêtées.

Le chef du contre-espionnage iranien n’a pas précisé les circonstances des arrestations, n’a donné aucun détail sur les procès ni révélé le nombre exact de condamnés à mort.

« Ceux qui ont délibérément trahi leur pays ont été remis à la justice. Certains ont été condamnés à mort et d’autres à de longues peines de prison. »

(Le chef du contre-espionnage du ministère iranien du Renseignement)

Les Iraniens sont connus pour mentir, rétorque Pompeo

Le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, n’a pas directement commenté les allégations iraniennes, lundi. Le régime est bien connu pour ses mensonges, s’est-il contenté de dire à ce sujet lors d’une entrevue à Fox News.

Ce nouveau développement en Iran survient sur fond de tensions croissantes dans le golfe Persique, qui s’inscrivent dans la foulée du retrait des États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien, en mai 2018.

Ce retrait, décidé par l’administration Trump, a été suivi par la réimposition de sévères sanctions qui nuisent à l’économie iranienne. Téhéran met depuis de la pression sur les pays européens pour pouvoir profiter des bénéfices de l’accord.

Depuis quelques mois, au moins six pétroliers ont été mystérieusement attaqués dans le détroit d’Ormuz, point de passage névralgique pour le commerce mondial de pétrole.

L’interception d’un pétrolier britannique par les Gardiens de la révolution iranienne dans le détroit, vendredi dernier, a fait augmenter la pression d’un cran.

L’affaire a toutes les apparences de représailles pour l’arraisonnement d’un pétrolier iranien au large de Gibraltar par la marine britannique deux semaines plus tôt.

Au cours des dernières semaines, Washington et Londres ont augmenté leurs effectifs militaires dans le golfe Persique. Les États-Unis cherchent en outre à former une alliance militaire pour y garantir la liberté de navigation.

 

 

 

Troisième Guerre Mondiale en préparation:Prélude à la guerre contre l’Iran

« L’Iran a annoncé avoir mené une attaque sur des cibles terroristes en Syrie, ce 1er octobre, en représailles à l’attentat meurtrier perpétré dans la ville iranienne d’Ahvaz le 22 septembre. Les Gardiens de la révolution ont publié sur leur site internet plusieurs photographies montrant des traînées de fumées ainsi que des points lumineux dans un ciel nocturne, au-dessus d’un relief montagneux désertique.

Les nouveaux missiles iraniens peuvent frapper dans toute la région,en cas d’attaque ou même d’invasion.

« Le quartier général des responsables du crime terroriste d’Ahvaz a été attaqué il y a quelques minutes à l’est de l’Euphrate par plusieurs missiles balistiques tirés par la branche aérospatiale des Gardiens de la révolution », a ainsi écrit l’armée d’élite de la République islamique sur son site. « Selon les premières informations, de nombreux terroristes takfiri et les chefs responsables du crime terroriste d’Ahvaz ont été tués ou blessés dans cette attaque », ont-ils ajouté.

Les discours prononcés par les chefs d Etat à l’ONU se matérialisent donc. L’Iran avait prévenu que les représailles contre l’attentat perpétré sur son sol et ayant donné la mort à 25 militaires seraient terribles, voilà qui est fait. Le président Rohani avait nommément accusé les USA, et Trump en contrepoids accusé Téhéran d’aider et de soutenir le terrorisme. Jamais en reste, Israël avait sorti d’on ne sait où une photo A4 montrant un bâtiment iranien censé abriter des arsenaux atomiques. Le tout sans preuves bien entendu.

De fait, comme un enchaînement, l’Etat français a envoyé ce 2 octobre à l’aube 200 policiers faire une perquisition au Centre Zahra, siège du parti antisioniste français, tenu par des chiites favorables au Hezbollah et au Hamas, que Paris avec ses alliés qualifie de terroristes – il s’agit de partis démocratiquement élus qui ont le malheur d’être contre la politique de l’Etat hébreu.

Ce même jour, la France a gelé pour six mois les avoirs sur son sol de la direction du ministère iranien du Renseignement et de deux Iraniens, une mesure liée au projet déjoué d’attentat contre un meeting de l’opposition iranienne à Villepinte (près de Paris), le 30 juin 2018. L’un de ces deux ressortissants iraniens est Assadollah Assadi, un diplomate de 46 ans interpellé en Allemagne.

En outre, une source diplomatique française a confié à l’AFP, sous couvert d’anonymat, que le ministère du Renseignement iranien avait « commandité » le projet d’attentat contre le rassemblement de Villepinte. Evidemment Téhéran a tout nié en bloc.

A compter de la riposte iranienne, la France, sous commandement de l’Etat hébreu, serre les boulons et s’attaque donc à la dissidence, tout du moins à une certaine dissidence, sur laquelle elle pratique l’inversion accusatoire. Il s’agit d’un prélude à la guerre qui dans le futur opposera l’allié saoudien à l’Iran. Cette guerre par procuration au nom de Jérusalem, dans l’hexagone, doit partir sur des bases assainies, c’est-à-dire sur un terrain ou l’information est sous contrôle et les opposants derrière les barreaux ou empêchés de nuire. D’où ces opérations. A propos desquelles les oppositions en France, RN ou FI, toutes sous contrôle de Tel Aviv, ne trouveront, vous verrez, absolument rien à redire ».


EN RÉPONSE A DONALD TRUMP:

Khamenei promet de ne jamais «livrer l’Iran à l’ennemi»

Une photo fournie par le bureau du guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, le montre le 4 octobre 2018 saluant des dizaines de milliers de miliciens islamiques (« bassidjis ») réunis au stade Azadi à Téhéran, avant de prononcer un discours

Le guide suprême iranien, Ali Khamenei, a affirmé jeudi qu’il n’autoriserait « jamais » que l’Iran soit livré à ses ennemis alors que les relations entre la République islamique et les Etats-Unis sont de nouveau au plus bas.

« Faire courir l’idée, conformément aux souhaits de l’ennemi, qu’il n’y a pas d’autre solution que de se livrer à l’ennemi, c’est la pire des trahisons vis-à-vis de la nation iranienne, et cela n’arrivera pas », a déclaré l’ayatollah Khamenei dans un discours à Téhéran retransmis par la télévision d’Etat.

« Avec l’aide de Dieu, tant que je suis vivant et en capacité, et avec votre aide, je n’autoriserai jamais qu’une telle chose arrive », a ajouté le numéro un iranien devant plusieurs dizaines de milliers de miliciens islamiques (« bassidjis ») réunis au stade Azadi.

Le terme « ennemi » englobe généralement pour l’Iran l’ensemble des ennemis du pays et de l’islam, au premier rang desquels les Etats-Unis, qualifiés de « Grand Satan » par les autorités iraniennes.

Revenant sur les sanctions économiques rétablies par les Etats-Unis contre l’Iran en août après la dénonciation unilatérale par Washington de l’accord international sur le nucléaire iranien, M. Khamenei a assuré que celles-ci ne viendraient pas à bout de son pays, contrairement à ce qu’espère selon lui la Maison Blanche.

« Notre économie nationale peut surmonter les sanctions, et avec l’aide de Dieu nous les mettrons en échec, et cette défaite signifiera la défaite de l’Amérique et que l’Amérique recevra une nouvelle gifle de la nation iranienne », a-t-il dit.

Mercredi, la Cour internationale de justice (CIJ), saisie par Téhéran, a ordonné aux Etats-Unis de suspendre certaines sanctions contre l’Iran visant des importations « à des fins humanitaires ».

Une photo fournie par le bureau du guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, le montre le 4 octobre 2018 saluant des dizaines de milliers de miliciens islamiques ("bassidjis") réunis au stade Azadi à Téhéran, avant de prononcer un discours Une photo fournie par le bureau du guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, le montre le 4 octobre 2018 saluant des dizaines de milliers de miliciens islamiques.

La décision de la Cour a été accueillie comme une « victoire » par l’Iran, mais Washington a indiqué n’avoir aucune intention de suivre l’avis des juges de La Haye en annonçant mettre fin au « traité d’amitié » irano-américain de 1955 sur la base duquel l’Iran avait présenté sa plainte à la CIJ.

Le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif a réagi à cette abrogation unilatérale en qualifiant Washington de « régime hors la loi ».

L’Iran et les Etats-Unis ont rompu leurs relations diplomatiques en 1980.

 

 

Troisième Guerre Mondiale en préparation:L’Iran prend le contrôle du détroit d’Ormuz, à la stupéfaction de l’empire US

Fort Russ (FRN) a été informé que le chef des gardes révolutionnaires iraniens, le major-général Mohammad Ali Jafari, a déclaré il y a quelques heures à peine que l’Iran avait entièrement libéré le Golfe et le détroit d’Ormuz de l’assujettissement étranger et hostile.  L’Iran menait des  » exercices  » dans la région, depuis la mi-juin,avec l’appui de la marine chinoise, quand tout à coup ces exercices sont devenus  « opérationnels ».

Cela confirme la déclaration d’Alireza Tangsiri, chef de la marine des Gardiens de la Révolution islamique, qui a dit la même chose. L’Iran a confirmé qu’un certain nombre d’États amis et neutres continueront d’avoir un accès commercial complet à la voie navigable stratégique. La Chine a confirmé son soutien à l’initiative majeure prise aujourd’hui par la République islamique d’Iran.

Le général en chef des armées iraniennes ,le général Sayari.

Le détroit fera désormais partie d’une zone de coprospérité stratégique pour les pays de l’Axe de la Résistance, ainsi que pour les États de plus en plus neutres, y compris d’autres monarchies du Golfe, comme le Qatar, le Koweït, Bahreïn, Oman et les Émirats Arabes Unis, qui sont maintenant en train de se soustraire à l’ingérence et au contrôle israélo-saoudien. L’orientation de ces États avait commencé à changer radicalement au cours de la période 2016-17, lorsque le succès de l’Iran et de la Russie dans la guerre de Syrie est devenu évident.

Détails de l’événement d’aujourd’hui

L’Iran menait une série d’ »exercices » et de  « manœuvres militaires  » depuis la mi-juin, dans le détroit, quand brusquement ces ‘ « exercices sont apparemment devenus opérationnels », et l’Iran a déclaré avoir le contrôle militaire total du Golfe et du détroit d’Ormuz. Il s’agit d’un événement majeur, dont l’importance a déjà envoyé un message fort et stabilisateur dans le monde entier.

L’agence de presse officielle IRNA a déclaré que le début de l’exercice majeur qui a conduit au grand événement d’aujourd’hui s’est déroulé le dimanche 17 juin et impliquait un navire de guerre iranien et deux destroyers chinois, un navire logistique et un hélicoptère.

La flottille chinoise  « s’est rendue à Oman  » après l’exercice naval, a également confirmé Xinhua dans son rapport. L’Iran a confirmé qu’Oman continuera d’y avoir accès, malgré les pressions de l’Arabie Saoudite et d’Israël. La flottille chinoise est toujours stationnée à Oman et, à ce propos, des rapports officiels datant du mois de mai indiquent que la Chine et Oman ont conclu un partenariat militaire stratégique.

La marine iranienne avait affecté son destroyer Alborz, un hélicoptère et environ 700 personnes à ces exercices.

Le Corps des gardiens de la révolution islamique (GRI) tenait des exercices militaires à grande échelle dans le golfe Persique. L’IRGC a déclaré qu’ils étaient prêts à perturber les expéditions de pétrole d’autres pays par le détroit si les exportations de l’Iran étaient entravées.

Les autorités iraniennes ont déjà menacé de bloquer le détroit d’Ormuz, coupant la principale voie de navigation pétrolière, en représailles à toute action hostile des États-Unis. Au début de juillet, le Corps des gardiens de la révolution islamique a organisé des exercices militaires à grande échelle dans le golfe Persique. Ces exercices s’inscrivaient dans le cadre des exercices annuels.

Grâce à l’utilisation et sous le couvert d’ »exercices », soutenus par les Chinois, la marine iranienne a pu prendre le contrôle total du détroit d’Ormuz, sans coup férir et sans qu’un seul coup de feu ne soit tiré.

Auparavant, le principal conseiller du Guide suprême iranien pour les affaires internationales, Ali Akbar Velayati, avait déclaré au club de discussion de Valdai à Moscou que si l’Iran n’était pas autorisé à exporter son pétrole par le détroit, aucun autre État du Moyen-Orient ne pourrait le faire.

Le commandant des forces terrestres de l’Iran, le général de brigade Kiomars Heidari, a averti les États-Unis et ses alliés d’éviter d’essayer d’arrêter les exportations de pétrole de l’Iran, ajoutant que les forces armées du pays ont tout ce dont elles ont besoin pour défendre le pays.

Les médias russes et iraniens, de plus en plus soumis à un régime dangereux de censure de la part des médias corporatifs américains et d’Internet, ont apparemment minimisé intentionnellement l’événement majeur d’aujourd’hui. Le lien entre les exercices et l’annonce militaire iranienne soudaine n’est pas fait concrètement, même si les deux événements sont mentionnés dans les reportages journalistiques concernant cet événement d’importance majeure. Le média iranien de langue anglaise PressTV ne l’a pas couvert, et la couverture médiatique de Sputnik semble avoir intentionnellement omis de  » connecter  » certains  » points  » assez évidents et flagrants.

C’est pourquoi le soutien au journalisme indépendant, aux nouvelles et à l’analyse de FRN est d’une importance cruciale de nos jours.

L’Empire américain et ses alliés, impuissants à réagir

L’Iran s’est effectivement insurgé contre la défunte politique officielle des États-Unis, comme l’a expliqué le secrétaire d’État américain Michael Pompeo. Pompeo et l’Empire américain ont été rayés de la page des affaires du Moyen-Orient, car il avait dit que les États-Unis étaient prêts à assurer un approvisionnement ininterrompu en pétrole à travers le détroit d’Ormuz malgré les menaces de l’Iran. L’Iran a aujourd’hui prouvé le contraire, et l’Empire américain en est sidéré.

De hauts responsables américains ont déclaré qu’ils visaient à réduire les exportations de pétrole de l’Iran à zéro. Les événements d’aujourd’hui semblent nous diriger vers l’anéantissement de cet objectif.

En juin, le département d’État américain a exhorté les compagnies pétrolières à cesser d’exporter du pétrole iranien à partir de novembre pour éviter les sanctions américaines, mais le plus grand marché occidental de l’Iran, l’UE – qui est vraiment concernée – a déjà clairement indiqué qu’elle ne se retirera pas du JCPOA (Joint Comprehensive Comprehensive Action Plan of Action).) L’accord nucléaire iranien, ou accord iranien, représente un accord sur le programme nucléaire de l’Iran conclu à Vienne le 14 juillet 2015 entre l’Iran, le P5+1 (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies – Chine, France, Russie, Royaume-Uni, États-Unis et Allemagne) et l’Union Européenne.

Ainsi, parmi les États mentionnés ci-dessus, seuls les États-Unis ont fait marche arrière. Le Royaume-Uni ne peut également faire marche arrière que s’il finalise le Brexit. Le processus du Brexit est un processus dont FRN a toujours expliqué qu’il s’agit d’un phénomène complexe qui représente des pressions atlantistes sur le Royaume-Uni pour qu’il soit une sorte de  » Airstrip One  » contre l’Eurasie à venir, à mesure que l’UE s’intègre davantage avec la Chine, la Russie et le Moyen-Orient. Ainsi, le maintien de la JCPOA, moins les États-Unis sous pression israélienne et néoconservatrice, a été un énorme succès pour le gouvernement dirigé par Rouhani. Rouhani est tout sauf  » quelqu’un qui s’accroche au pouvoir  » – cette expression, d’une incohérence ridicule mais prévisible, est empruntée au discours américain sur le changement de régime.

En mai dernier, le président américain Donald Trump avait déclaré que les États-Unis quitteraient l’accord nucléaire avec l’Iran, accord selon lequel Téhéran devait garantir le caractère pacifique de son programme nucléaire en échange de la levée progressive des sanctions. Cela illustre bien la capitulation des États-Unis face aux intérêts régionaux d’Israël. Israël et l’Arabie Saoudite ont fait une alliance pour diviser l’Irak et la Syrie, et l’Iran a fait une politique visant à assurer que la Syrie et l’Irak existent en tant qu’États unitaires et intégraux, assurant ainsi la stabilité, la croissance et la prévisibilité dans la région, et mettant fin à la montée du fondamentalisme  » islamique  » radical  » salafiste-sunnite dans la région.

Les États-Unis ont nécessairement ressenti ce coup de dard, et usent d’une certaine opacité dans leur reportage sur cet événement majeur. En effet, la circulation de l’information qui l’entoure aura sans aucun doute un effet absolument délétère sur la valeur boursière des entreprises dans lesquelles les élites américaines ont investi, et dont les intérêts militaires et financiers sont en désaccord avec ceux de l’Iran.

La manchette de Reuters commence à refléter l’importance de l’événement d’aujourd’hui :

En plus de cela, nous avons assisté aujourd’hui à une hystérie médiatique qui s’intensifie sur ce qui est une histoire assez banale au sujet d’une enquête parlementaire à venir à laquelle M. Rouhani répondra à des questions. L’AFP, pauvrement informée et distordant la réalité, s’est mise en mode turbo pour livrer la prochaine série de discours de  « changement de régime » à propos de Rouhani. Leur reportage met en évidence un objectif délibéré de désinformation du public. Ils font en outre des références anachroniques à l’ »opposition de la rue », même si aujourd’hui il n’y a aucune manifestation en République islamique d’Iran.

Le fait que l’Iran ait un parlement démocratiquement élu et que l’Iran ait un système normal de freins et de contrepoids est accidentellement révélé dans son document, même si leur objectif était d’introduire le mot « mise en accusation ». Mais ce qu’ils disent accidentellement à l’opinion publique, c’est que l’Iran a effectivement un parlement et qu’il existe des méthodes pour destituer un président en exercice. Ce qu’ils font, c’est de confondre le fait qu’une telle procédure existe dans cette république iranienne, comme dans de nombreuses républiques, avec l’idée qu’une telle procédure se profile à l’horizon, ou qu’elle a une place prépondérante dans les nouvelles d’aujourd’hui au sujet de la prochaine enquête parlementaire.

Dans la capture d’écran ci-dessous de la campagne de désinformation de l’AFP – Etat Profond américain, on trouve des notes avec un sous-titre et un texte rouge pour signaler les formulations ridicules, les distorsions flagrantes et les contradictions de la logique interne. Ce qu’ils ne parviennent pas à expliquer, c’est que Rouhani soit un  » conservateur favorable aux réformes « . Sa popularité et sa réélection en mai dernier, avec un taux de participation d’environ 70 %, sont fondées sur la recherche d’une voie médiane entre le conservatisme économique et révolutionnaire iranien  » anti-occidental  » et le  » réformisme et pragmatisme  » favorable aux occidentaux « .

La confusion et l’incapacité à  « contrôler les messages  » dans certains secteurs pour certains de ces États comme le Qatar, est attestée par l’absence de couverture (au moment de la publication, 16h GMT+2) d’Al Jazeera de cet événement géostratégique et géopolitique majeur. La capture d’écran suivante montre la couverture de l’actualité qatarie contrôlée par la dynastie Al-Thani pour aujourd’hui, concernant l’Iran. Aucune mention de ce grand événement, et au contraire, un reportage tout à fait banal.

Dans la perspective de la montée de la révolution multipolaire (RMP) en cours, l’immense développement d’aujourd’hui ne peut être sous-estimé. Le détroit d’Ormuz est une voie navigable d’une importance considérable, et la libération de ce passage par l’Iran, soutenue par la marine chinoise stationnée à Oman, témoigne du changement tectonique auquel nous avons assisté au cours des cinq dernières années. Il y a cinq ans, les planificateurs militaires américains sont arrivés à la sobre conclusion qu’ils n’avaient plus la capacité de projection de force, ni le soutien international, pour frapper Damas directement avec les moyens aériens américains ou britanniques.

Cela a marqué un tournant énorme dans l’histoire, presque comme si une autre ligne du temps avait traversé la nôtre, une ligne du temps dans laquelle l’Empire américain devenait subitement impuissant et incapable de vaincre militairement une puissance militaire régionale de 4e ordre. En réalité, l’armée américaine était en phase terminale de déclin, de même que son économie, comme l’a bien noté le groupe de réflexion néoconservateur PNAC (Project for a New American Century) depuis 2000. Dans leur livre blanc, ils ont décrit que seul un  » événement du genre Pearl Harbor  » pourrait stimuler le genre d’investissement dans le réarmement militaire qui pourrait renverser la vapeur. En fin de compte, ces efforts ont réussi à redonner vie aux projets impériaux, mais seulement pour une décennie de plus, et cela a pris fin avec la destruction de la Libye. Leur stratagème consistant à s’emparer de la Crimée en organisant un coup d’État en Ukraine et à y créer une zone de guerre permanente s’est également soldé par un échec.

Tout cela explique la lutte des États-Unis contre les mouvements politiques et le journalisme  » chez eux «Même FRN, une équipe composée et dirigée par des journalistes, des universitaires et des auteurs de l’A5, a ressenti la campagne massive pour faire taire notre travail critique.

 Source : https://www.fort-russ.com/2018/08/breaking-drill-goes-live-iran-seizes-control-of-hormuz-strait-u-s-empire-stunned/

Nucléaire iranien: Donald Trump se retire de l’accord

En route vers la Guerre!…?

 

Le président américain quitte l’accord signé en 2015 avec l’Iran et les grandes puissances.

 

Donald Trump a déclaré depuis la Maison-Blanche se retirer du JCPOA (Joint Comprehensive Plan of Action). Le texte signé en 2015 par Barack Obama prévoit qu’en échange d’une levée progressive des sanctions, Téhéran ne se dote pas de l’arme nucléaire.

Quinze mois après son arrivée au pouvoir, Donald Trump risque de se mettre à dos une grande partie de la communauté internationale en remettant en cause ce texte, conclu en 2015 après 21 mois de négociations acharnées, par Téhéran et les grandes puissances (États-Unis, Chine, Russie, France, Royaume-Uni, Allemagne).

« Le président Rohani lui donnera (Trump) la réponse de l’Iran dès ce soir » à la télévision d’État, a déclaré un responsable iranien sous couvert d’anonymat, sans préciser l’heure exacte de l’intervention de Hassan Rohani.

Un retrait prévisible

« Il me paraît assez évident » qu’il va rétablir les sanctions, résumait lundi soir à Washington un diplomate européen.

Emmanuel Macron, avait tenté de raisonner le président américain. Il lui avait proposé lors de son déplacement aux États-Unis le 24 avril de négocier un « nouvel accord » avec l’Iran pour répondre aux inquiétudes américaines, d’une portée plus large. À l’issue de sa visite à Washington, le président français n’avait pas caché son pessimisme : selon lui, Donald Trump risquait de claquer la porte « pour des raisons de politique intérieure ».

Le président français doit s’entretenir avec Angela Merkel et Theresa May à 19h30 annonce l’Élysée.

(VIDEO) Des poissons tombent du ciel en Iran, Chine et en Inde

Des pluies massives de poissons ont été signalées dans des régions aussi éloignées les unes des autres en Iran, Inde et Chine. Des témoins des régions où les poissons sont tombés ont dit que tous les poissons avaient tendance à être assez petits et de la même espèce. Des vidéos ont émergé de ceux qui […]

via (VIDEO) Des poissons tombent du ciel en Iran, Chine et en Inde — 24h Magazine

Article et vidéos:Coup d’état en Arabie Saoudite et préparatifs du déclenchement de la Troisième Guerre Mondiale à partir du Moyen Orient

 

 

 

Depuis le 5 novembre 2017,c’est une purge sans précédent en Arabie Saoudite. Le prince héritier du royaume ultra-conservateur, Mohammed ben Salmane, a fait arrêter onze princes, une dizaine de ministres, anciens et actuels, et 38 hommes d’affaires samedi soir. Parallèlement, les puissants chefs de la garde nationale saoudienne, une force d’élite intérieure, et de la marine ont été limogés.Cet énorme coup de filet a été fait au nom de la lutte contre la corruption, quelques instants après la création par décret royal d’une commission ad hoc dirigée par Mohammed Ben Salmane en personne. Une enquête a été ouverte dans la foulée sur les inondations meurtrières qui avaient fait plus de cent morts en 2009 à Djedda, la deuxième ville du pays au bord de la mer Rouge. Le quotidien Al-Riyad titrait, dimanche matin : « Le roi use de l’épée de la réforme pour frapper la corruption ».Fin octobre, le prince héritier avait promis dans un discours historique une Arabie « modérée », débarrassée de l’islam rigoriste. « Nous n’allons pas passer 30 ans de plus de notre vie à nous accommoder d’idées extrémistes et nous allons les détruire maintenant », avait-il assuré sous les applaudissements des participants à un forum économique baptisé le « Davos dans le désert » qui avait attiré 2.500 décideurs du monde entier.Dans ce sens, il a lancé plusieurs chantiers de réformes – droit de conduire pour les femmes et plan Vision 2030 – qui marquent un bouleversement culturel et économique dans l’histoire moderne du royaume. Dans le même temps, il a œuvré pour renforcer son emprise politique sur le pouvoir : en septembre, il avait déjà procédé à une vague d’arrestations de dissidents, dont des religieux influents et des intellectuels.Avec cette nouvelle opération, il semble vouloir étouffer les contestations internes avant que son père, le roi Salmane, lui transfère formellement le pouvoir. Mais qui est exactement Mohammed ben Salman et quelles sont ses intentions ? Que cache ce coup de force ? Entre les réformes annoncées et les revirements diplomatiques, l’Arabie Saoudite est-elle à l’aube d’une métamorphose ?

Pour moi,c’est le début d’une guerre de l’ombre ou une force Illuminati,voire maçonnique et sioniste,prépare un affrontement militaire avec l’Iran.


Comment l’Arabie Saoudite pourrait déclencher la troisième guerre mondiale alors qu’elle intensifie sa rhétorique furieuse contre l’Iran

 

OUBLIEZ Kim Jong-un: L’Arabie saoudite pourrait être le pays à commencer la troisième guerre mondiale alors que son courageux prince héritier escalade une querelle de longue date avec l’Iran:

Le roi Mohammed bin Salman

 

Alors que les tensions au Moyen-Orient sont en ébullition après une série de disputes diplomatiques ardentes,  après que le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman ait fait une prise de pouvoir audacieuse la semaine dernière.

Le prince Mohammed a été très apprécié à la maison pour avoir emprisonné de hauts fonctionnaires prétendument corrompus et saisi leurs biens, y compris des membres de sa propre famille.

Mais à l’étranger, il a attisé les tensions, en  , entraînant d’autres nations dans l’escalade du conflit.

Le 4 novembre, le Premier ministre libanais Saad al-Hariri a scandalisé la région lorsqu’il s’est présenté à Riyad, capitale saoudienne, en annonçant sa démission sur la chaîne de télévision publique du royaume.

 

 

Le Financial Times écrit qu’il a livré la déclaration avec « la condamnation d’une victime d’enlèvement », suscitant des rumeurs qu’il était à Riyad contre son gré.

Le fait qu’il ait accusé l’Iran de déstabiliser le Liban par l’intermédiaire du groupe chiite musulman Hezbollah était, en tout cas, conforme à l’insistance des Saoudiens sur le fait que l’Iran est responsable de la plupart des problèmes de la région.

Le soir de la démission de M. Hariri, un missile visant Riyad a été tiré du ciel au-dessus de l’aéroport, lancé par des rebelles soutenus par l’Iran au Yémen.

Il semble que la rhétorique ait pu toucher un nerf.

Le Premier ministre libanais, Saad al-Hariri, a démissionné à Riyad au milieu de réclamations selon lesquelles il aurait été poussé par les Saoudiens

 

Le prince Mohammed a ensuite accusé l’Iran d’un « acte de guerre » à travers les médias d’Etat. Bien que le missile ait été tiré par les rebelles houthis du Yémen, le dirigeant saoudien a affirmé que l’acte d’agression était contrôlé par l’Iran, qui a introduit des armes en contrebande à la milice.

Tous les accès terrestre, maritime et aérien au Yémen ont été bloqués par le royaume saoudien à la suite de l’attaque à la roquette.

Le Liban a également été accusé de  contre le royaume au sujet de « l’agression » du Hezbollah – alors que les dirigeants du Hezbollah ont renvoyé l’accusation.

Le ministre saoudien des Affaires du Golfe, Thamer al-Sabham, a déclaré que le Hezbollah, un parti politique libanais dont l’aile militaire était accusée de terrorisme, était impliqué dans tous les « actes terroristes » qui menaçaient l’Arabie saoudite.

L’Arabie Saoudite a continuellement lancé des frappes de missiles sur les populations civiles du Yémen
Il s’agit maintenant d’une guerre d’extermination.

 

L’Arabie saoudite a également été accusée d’avoir bloqué le Qatar après avoir été accusée de soutenir l’État islamique et le Hezbollah.

Le royaume de plus en plus audacieux a doublé ses ennemis et se rapproche de l’Iran alors que le conflit semble vouloir s’intensifier.

Le président américain Donald Trump a également pris une position belliciste en Iran et pourrait soutenir les Saoudiens dans un conflit.

Les menaces de Kim Jong-un en Asie du Sud-Est ne sont donc peut-être pas la plus grande menace en raison des conflits qui surgissent autour du globe.

La tentative de frappe de missiles par les rebelles yéménites ne sera probablement pas la dernière provocation dans la région, de sorte que la troisième guerre mondiale pourrait être déclenchée très différemment des prédictions initiales des commentateurs.

 

 

 

 

Irak: assaut final en vue face aux derniers jihadistes à Mossoul

Scènes récentes à Mossoul.

 

L’armée irakienne a annoncé dimanche de nouvelles avancées à Mossoul face aux dernières centaines de jihadistes du groupe Etat islamique (EI) acculés dans la vieille ville au milieu de civils pris au piège des combats.

Huit mois après le lancement de l’offensive pour reprendre à l’EI son dernier grand bastion urbain du pays, la victoire « n’est plus qu’une question de jours », a déclaré à l’AFP le général de brigade Nabil al-Fatlawi, un commandant des forces spéciales irakiennes (CTS).

Selon lui, « environ 300 combattants jihadistes, en majorité étrangers et venus notamment d’Europe, d’autres pays arabes et d’Asie » résistent encore aux forces armées qui se préparent à lancer l’assaut final.

Acculés sur la rive ouest du Tigre, et encerclés de l’autre côté par l’armée et la police, les jihadistes ne contrôlent plus qu’une bande d’environ 400 mètres entre les deux, a précisé le général.

Il ne s’est toutefois pas avancé sur la date exacte de la fin de la bataille, celle-ci restant difficile « à cause de l’étroitesse des rues et de la présence de civils », souvent utilisés comme boucliers humains par les jihadistes.

Plus tôt dimanche, l’armée a annoncé la reconquête par les CTS d’un autre quartier du Vieux Mossoul, Makawi.

La veille, la police avait annoncé la reprise, après des semaines de combats acharnés, d’un complexe comprenant un hôpital et d’autres installations médicales dans le quartier Al-Shifaa.

Plus de 500 combattants de l’EI avaient trouvé refuge dans ce qui était la dernière poche de résistance jihadiste hors de la vieille ville, selon la même source.

La plupart ont été tués, mais une petite partie a pu s’enfuir, a-t-elle ajouté.

Dans la vieille ville, les combats opposant l’armée et la police à l’EI restent âpres et sanglants.

Si les autorités irakiennes ne fournissent pas de bilans en termes de victimes, les opérations font chaque jour de nombreux morts tant militaires que jihadistes ou civils.

A chacune de ses visites dans la vieille ville ces derniers jours, l’équipe de l’AFP a vu plusieurs dépouilles de jihadistes dans les rues et de soldats ramenés du front par leurs camarades.

  • Nombreuses victimes civiles –

Des centaines d’habitants continuent à sortir chaque jour de la vieille ville au fur et à mesure des avancées des forces irakiennes.

Selon eux, les snipers et bombes jihadistes comme les bombardements aériens de l’armée irakienne et ses alliés occidentaux menés par les Etats-Unis ont fait de très nombreuses victimes civiles collatérales.

Dimanche après-midi, dans un centre médical pour civils déplacés aux abords de la vieille ville, une équipe de l’AFP a croisé plusieurs membres d’une famille en partie décimée par une frappe aérienne.

« Neuf membres de notre famille ont péri sous les décombres », a raconté Chahed Omar, en tenant dans ses bras sa nièce de 9 mois, dont le père fait partie des victimes.

Le bébé était soigné pour malnutrition et déshydratation sévères, comme de nombreux enfants qui sortent de la vieille ville avec leurs familles après avoir été pris au piège des combats, et s’être cachés dans des sous-sols pendant des semaines voire des mois.

Jeudi, les forces irakiennes avaient repris les ruines de la mosquée al-Nouri, où le calife autoproclamé de l’EI, Abou Bakr al-Baghdadi, avait fait son unique apparition publique en juillet 2014.

Cette avancée a représenté une victoire symbolique pour les forces irakiennes, même si les jihadistes ont dynamité ce célèbre joyau historique ainsi que le minaret penché adjacent surnommé « la tour de Pise irakienne ».

L’EI, qui en 2014 avait saisi de larges pans de territoires en Irak et en Syrie, a depuis perdu 60% de son territoire et 80% de ses revenus.

Il contrôle toujours plusieurs zones dans les deux pays, où il continue de commettre des attentats dans les zones tenues par leurs gouvernements respectifs. Tout comme il a continué ces derniers jours à perpétrer des attaques dans les quartiers de Mossoul reconquis par l’armée irakienne.

En Syrie, la ville de Raqa, capturée par les jihadistes en 2014 et devenue le symbole de leurs atrocités, est actuellement assiégée par une alliance de combattants kurdes et arabes soutenues par les Etats-Unis.

Source:Afriquenewsinfo