Nouvel Ordre Mondial:la nouvelle non médiatisée qui ébranle le système corrompu…les camions Toyota de l’État Islamique

LE 13 OCTOBRE 2015,le mystère de l’origine des camions Toyota de l’État Islamique était élucidé,mais au Canada tout comme aux USA,les médias se sont tu!
 Jeeps toyota 2
Plutôt que de demander au constructeur Toyota d’expliquer pourquoi l’État islamique disposait de centaines de nouvelles véhicules tout-terrain, les autorités américaines auraient dû poser la question au Département d’Etat de leur propre pays, qui aurait apparemment doté les rebelles syriens d’un parc automobile complet.
 L’homme politique américain et membre du Parti républicain Ronald Paul, ainsi que ses associés, ont tenté de pénétrer le mystère des voitures tout-terrain japonaises mises à la disposition des djihadistes. Tony Cartalucci, observateur et représentant de l’Institut pour la paix et pour la prospérité, de Ronald Paul, a dénoncé le fait qu’en 2013 le Département d’Etat des USA, en coopération avec le gouvernement britannique, avait octroyé des véhicules à l’Armée syrienne libre, la principale force armée opposée au régime de Bachar el-Assad.
En 2014, le Département d’Etat des Etats-Unis a repris les livraisons des voitures aux rebelles syriens, selon M. Cartalucci, faisant référence au réseau de radiodiffusion américain Public Radio International (PRI).
Le Royaume-Uni n’a pas non plus manqué de livrer de l’aide « non létale » aux rebelles de Syrie, entre autres des camions et des véhicules tout-terrain dont le montant est évalué à approximativement huit millions de livres sterlings.
Ainsi, les USA et le Royaume-Uni ont eux-mêmes approvisionné en véhicules les rebelles syriens, ce qui attire l’attention de la communauté internationale ces derniers temps. Il est bien difficile pourtant de déterminer les véritables voies par lesquelles les véhicules ont fini par devenir propriété du groupe terroriste Etat islamique.
Récemment, les autorités américaines interrogeaient très activement Toyota en lien avec l’apparition fréquente, sur des images prises en Syrie, en Libye et en Irak, d’islamistes à bord de véhicules tout-terrain japonais équipés d’armes.
véhicules tout-terrain japonais équipés d’armes.
En réponse, Toyota a nié toute implication dans des livraisons de voitures à l’EI.
La présence en Syrie de nouveaux Toyota avait déjà attiré l’attention des médias, l’année passée. Entre-temps, les djihadistes se servent également de voitures d’autres constructeurs, notamment Mitsubishi, Hyundai et Isuzu.
L’État Islamique est devenu une fenêtre publicitaire pour l’industrie  automobile capitaliste mondiale.Il faut donc boycotter ces marques pourries!
Publicités

Alerte Sérieuse Troisième Guerre Mondiale:L’Institut Weizman d’Israël fabrique des armes batériologiques et chimiques pour l’État Islamique

Faisant face à d’énormes difficultés depuis le commencement des frappes aériennes russes en Syrie le 30 septembre 2015, des groupes d’assaut relevant de Daech et des autres groupes de la rébellion en Syrie et en Irak utilisent désormais des gaz de combat mais également des bactéries pathogènes dont celle du Vibrio Cholerae.

drapeaux israel-nazi

L’usage d’armes chimiques dans la région n’est pas nouveau. Le 16 mars 1988, en pleine guerre Irak-Iran,  l’aviation irakienne avait utilisé des gaz de combat livrés avec l’aide de Washington contre des rebelles kurdes à Halabja. Si à l’époque, ce bombardement chimique avait provoqué un véritable tollé international, grandement exploité par les médias, il n’en est tout autrement aujourd’hui: Daech ( État Islamique en arabe) et la rébellion dite « modérée » utilisent ouvertement du gaz sarin, de l’Ypérite (gaz moutarde) et des germes sans la moindre condamnation de ce que l’on appelle la communauté internationale.

En Irak, Daech procède systématiquement à la contamination de points d’eau et de barrages hydrauliques avec des agents pathogènes génétiquement modifiés ou particulièrement résistants aux traitements conventionnels.

Une épidémie de Choléra fait actuellement rage au Nord de l’Irak mais également en Syrie et la Sud de la Turquie. La situation est loin d’être maîtrisée et des observateurs avisés n’écartent plus la survenue d’une épidémie régionale.Étrangement,il y a 100 ans maintenant ,la grippe espagnole avait commencée dans des circonstances similaires.

Des officiels irakiens tentent d’alerter le monde sur la gravité de la situation mais leurs appels sont pour l’instant confinés. Aucun média international et encore moins ceux des puissances atlantistes et arabes soutenant les forces radicales au Moyen-Orient n’évoque ce nouvel aspect-fort inquiétant, de la guerre en cours.

La Russie a promis de livrer plus de 1000 tenues de protection NBC (Nuclear, Biological, Chemical) à l’armée irakienne dans le cadre d’Accords bilatéraux mais les besoins des militaires irakiens en la matière risquent d’augmenter très rapidement si Daech continue à se procurer des armes bactériologiques et chimiques auprès de tierces parties dont l’objectif et de faire perdurer le chaos dans la région.

Institut  Weizmann en Israel

Des centaines d’unités de protection NBC sont actuellement livrés par la Russie à quelques régiments de l’armée syrienne dont ceux de la Garde Républicaine.

A Homs, une province du centre de la Syrie où l’armée syrienne, soutenue par l’aviation russe, tente de contrôler afin de désenclaver le littoral méditérranéen et reprendre les voix de communications entre le Sud et le Nord de la Syrie, des groupes d’assaut appartenant à Daech mais également au Front Ennosra et d’autres groupes « modérés » utilisent de plus en plus de gaz de combat pour stopper l’avancée des troupes syriennes et les milices de la défense populaire.

Au moins trois unités de l’infanterie mécanisée syrienne ont rapporté avoir été confrontées à des gaz de combat durant la seule semaine écoulée. Signe qui ne trompe pas, quelques unités du Hezbollah engagées dans des combats sur l’axe Homs-Alep commencent à s’équiper de tenues de protection NBC.

Officiellement, Damas ne dispose plus d’un arsenal chimique. Ce dernier, démantelé en 2014 suite à des menaces de guerre totale de la part des Etats-Unis, a longtemps été considéré comme la principale arme de dissuasion stratégique asymétrique face au très imposant arsenal thermonucléaire et bactériologique d’Israël avec lequel la Syrie est techiquement en guerre depuis des décennies.

 

En Iran, les officiels iraniens demeurent grandement préoccupés par la survenue subite d’une épidémie,notamment dans les provinces occidentales et l’industrie pharmaceutique iranienne, grandement perturbée par les sanctions internationales imposées par Washington à cause du programme nucléaire iranien, concentre depuis quelque temps une grande partie de ses efforts sur les traitements anti-infectieux.

Ce qui demeure étrange est le silence des médias à ce sujet. C’est à peine si on évoque l’épidémie du Choléra sévissant en Irak septentrional menaçant de déborder sur tous les pays de la région. Par contre pas un traître mot sur l’usage par les rebelles syriens et irakiens, « modérés » inclus,  d’armes chimiques dans des combats contre les armées régulières.

Il semble évident que  Daech et ses sponsors n’hésiteraient aucunement à utiliser des armes de destruction massive contre des zones densément peuplées pour jeter l’effroi et stopper les contre-offensives du camp adverse en cours. Des opérations spéciales menées par l’armée russe auraient entre autres visé un centre d’entraînement de la rébellion « modérée » où on tentait de produire des bombes « sales » (radio-actives) à partir de composants de contrebande en provenance de pays du voisinage.

La guerre au Moyen-Orient risque encore de perdurer. Si la stratégie russe s’avère rationnelle et intrinsèquement cohérente, l’entêtement irrationnel des pays soutenant la rébellion et par dessus tout le jusqu’au boutisme de pays comme l’Arabie Saoudite, Israël, le Qatar et la Turquie laissent entrevoir un intérêt marqué moins par l’extension du domaine du conflit mais son aggravation. Jusqu’à quel niveau? Tout l’art des états-majors à Moscou ou à Washington sera de savoir le  maintenir en deçà d’un certain seuil limite. Un exercice que certains analystes assimilent à une sorte de convergence sur un statu quo. Mais que l’on s’y trompe pas un instant: la moindre faille sera exploitée par les deux protagonistes pour achever une victoire, même à la Pyrrhus…

EN CONCLUSION

Le déclenchement  d’une grande pandémie entrerait parfaitement dans les vœux du Plan Illuminati de Dépopulation.Le problème est défini totalement par le rôle de téléspectateur  qu’occupe le citoyen occidental moyen:après 8 heures de travail abrutissantes,le citoyen moyen s’assoie devant sa télévision et écoute les  nouvelles choisies pour lui,par les médias  contrôlés par le système politique.Il est donc  en situation de lavage de cerveau.Pour reprendre en main son sens critique,ce même « citoyen moyen  »   doit  fermer sa télévision et apprendre à réfléchir.

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial: un chef djihadiste exige la mutilation génitale de 2 millions de filles en Irak

Les mutilations,les infections et les tortures vont suivre avec les menaces et le chantage des malades mentaux qui  contrôlent l'État Islamique. Sur cette photo ,nous voyons  une  jeune fille se faire mutiler génétiquement  pour satisfaire aux normes des  arriérés mentaux qui décrètent de fausses interprétations du Saint Coran.
Les mutilations,les infections et les tortures vont suivre avec les menaces et le chantage des malades mentaux qui contrôlent l’État Islamique.
Sur cette photo ,nous voyons une jeune fille se faire mutiler génétiquement pour satisfaire aux normes des arriérés mentaux qui décrètent de fausses interprétations du Saint Coran.

Un leader djihadiste associé avec le groupe terroriste  islamiste ISIS – l’Etat islamique – a ordonné que toutes les femmes âgées de 11 à 46 ans en  Irak subissent des mutilations génitales féminines (MGF), selon un porte-parole de l’ONU.

 

 
La représentante de l’Organisation des Nations Unies  en Irak, Jacqueline Badcock, parlant de la capitale provinciale kurde d’Erbil, a déclaré aux journalistes lors d’une vidéoconférence organisée à Genève que les islamistes qui ont  le contrôle de la ville irakienne de Mossoul avait émis une fatwa ou édit demandant toutes les familles autour de la ville nord de l’Irak Mossoul pour circoncire les  filles dans les âges spécifiés ou faire face à une punition sévère.

 

Mme Badcock, déléguée de l’ONU , résidente et coordinatrice  humanitaire en Irak,  a déclaré « La pratique est quelque chose de très nouveau pour l’Irak … et ce doivent d’ être abordées. »

 

« Cela n’est  pas la volonté du peuple irakien, ou des femmes de l’Irak dans ces zones vulnérables visées par les terroristes »,  at-elle ajouté .

 

Selon  International Business Times , Abu Bakr al-Baghdadi, chef de l’Etat islamique auto-proclamé, a ordonné la mutilation génitale féminine de 2 millions de filles irakiennes qui cherchent à justifier la fatwa comme étant pour «distancer  les filles de la débauche et de l’immoralité. »

 

Al-Baghdadi est soupçonné d’avoir été né à Samarra, en Irak en 1971. Selon son  entrée de Wikipedia , il a été nommé le Calife – chef de l’Etat et monarque absolu théocratique – de l’État islamique autoproclamé situé dans l’ouest de l’Irak et le nord- est de la Syrie. Les rapports suggèrent que Al-Baghdadi était un imam à peu près au moment de l’ invasion américaine  de l’Irak,en 2003.

 

Ahmed Obaydi, un porte-parole de la police de Mossoul, a déclaré sur le journal du  Kurdistan BasNews , « la décision de Baghdadi d’avoir toutes les femmes excisées est, comme il le prétend, pour empêcher l’immoralité et de promouvoir des attitudes islamiques parmi les musulmans. La décision a été prise par Baghdadi comme un «cadeau» pour les personnes à Mossoul « .

 

Mais activiste civile Asil Jamal, cité par la même  sortie de nouvelles , a été plus direct, en commentant, «Quand ISIS arrivait premier à Mossoul, les gens ont été chaleureusement les accueillir, mais à la suite de souhaits horribles ISIS», la circoncision féminine en particulier forcé, il devient clair pour les gens que ces militants ISIS ne connaissent pas autre chose que la torture. « 

 

MGF ou la découpe rituel de la organes génitaux des filles et des femmes est largement pratiquée  dans de larges zones de l’Afrique, le Moyen-Orient et en Asie. de la pratique est venu de vives critiques, non seulement de l’Organisation des Nations Unies, mais aussi les droits humains et les groupes de défense des droits des femmes.

 

En 2012, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution appelant tous les Etats à interdire la pratique, mais en dépit de la condamnation générale, les femmes dans un certain nombre de pays ont continué à souffrir de cette pratique barbare.

 

Plus tôt cette semaine, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance ( UNICEF ) a publié de nouvelles données qui, dit l’UNICEF, a confirmé la nécessité d’une action urgente pour mettre fin à la mutilation génitale féminine et le mariage des enfants – deux pratiques qui affectent des millions de filles à travers le monde,  a dit l’UNICEF .

 

Les chiffres de l’UNICEF pour ceux qui ont subi l’humiliation de la MGF sont stupéfiantes. L’  organisation estime  que plus de 130 millions de filles et de femmes ont subi une forme de MGF dans les 29 pays d’Afrique et du Moyen-Orient où la pratique nuisible est la plus courante.

 

La campagne de l’UNICEF pour mettre fin à la MGF peut être suivie sur les médias sociaux sous le hashtag #endFGM.

 Sources:

http://www.digitaljournal.com/news/world/isis-leader-demands-female-genital-mutilation-of-2-million-girls-breaking-news/article/392221?utm_content=bufferf4c68&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=buffer

L’état totalitaire islamique expose son plan de domination mondiale

 

Le Grand Califat: Une carte montrant prétendument les zones  prévues dans les  plans  des terroristes d'avoir sous son contrôle dans les cinq ans a été largement partagée en ligne. Ainsi que le Moyen-Orient, l'Afrique du Nord et de vastes zones de l'Asie, elle révèle aussi l'ambition ISIS pour s'étendre dans l'Europe. L'Espagne, ou la loi  musulmane a régné jusqu'à la fin du 15ème siècle, ferait partie du califat, tout comme les pays des Balkans et de l'Europe de l'Est, jusqu'à comprendre  l'Autriche.
Le Grand Califat: Une carte montrant prétendument les zones prévues dans les plans des terroristes d’avoir sous son contrôle dans les cinq ans a été largement partagée en ligne. Ainsi que le Moyen-Orient, l’Afrique du Nord et de vastes zones de l’Asie, elle révèle aussi l’ambition ISIS pour s’étendre dans l’Europe. L’Espagne, ou la loi musulmane a régné jusqu’à la fin du 15ème siècle, ferait partie du califat, tout comme les pays des Balkans et de l’Europe de l’Est, jusqu’à comprendre l’Autriche.

 

 

 

L’ISIS a déclaré officiellement la création d’un califat, ou État islamique, dans les vastes étendues du Moyen-Orient qui sont tombés sous son contrôle, et a ouvertement exposer sa vision politique pour s’étendre jusqu’en  Europe.

L’annonce a été décrit comme le «développement le plus important dans le djihadisme international depuis le 9/11».

Après avoir proclamé un califat, les militants sunnites – dont la brutalité pour tenter d’établir un contrôle en Irak et la Syrie a été la marque extrême de la violence  gratuite et de l’agression , une violence dénoncée même par Al-Qaïda – ont exigé l’allégeance des musulmans à travers le monde.

Avec une efficacité brutale, ISIS s’est taillé une grande partie du territoire qui chevauche  effectivement la frontière entre l’Irak et la Syrie et jeté les bases de son proto-état.

 

ISIS 004
Annonce: Les militants de l’ISIS (photo) Ont Déclaré officiellement la création d’un califat , l’État islamique,.

 

Abu Bakr al-Baghadi...proclamé calife.
Abu Bakr al-Baghadi…proclamé calife.

 

Extrémiste:. Un islamiste  brandissant  u pistolet,fidèle à ISIS Célèbre l'annonce de l'Etat islamique en agitant non drapeau islamique Dans la ville syrienne de Raqqa hier La région Est considérée Comme la principale base  Opérationnelle ISIS
Extrémiste:. Un islamiste brandissant u pistolet,fidèle à ISIS Célèbre l’annonce de l’Etat islamique en agitant non drapeau islamique Dans la ville syrienne de Raqqa hier La région Est considérée Comme la principale base Opérationnelle ISIS

 

 

Support: la suite des Demandes d'Isis »Que Les musulmans Du monde Entier déclarent Leur allégeance au califat, certains des semblent déjà-soi faire. Cette  photographie, prise apparemment Dans Le Pays-Bas, une partie d' Été en ligne par les partisans ISIS
Support: la suite des Demandes d’Isis »Que Les musulmans Du monde Entier déclarent Leur allégeance au califat, certains des semblent déjà-soi faire. Cette photographie, prise apparemment Dans Le Pays-Bas, une partie d’ Été en ligne par les partisans ISIS

 

Exécution: Avec juin Efficacité brutale, ISIS S'est taillé en juin ,une grande partie de territoire Qui a effacé la frontière Effectivement Entre l'Irak et la Syrie et jeté les bases de Leur proto-État
Exécution: Avec juin Efficacité brutale, ISIS S’est taillé en juin ,une grande partie de territoire Qui a effacé la frontière Effectivement Entre l’Irak et la Syrie et jeté les bases de Leur proto-État

 

Protestations: Le Groupe a appele Les Musulmans Du Monde Entier à jurer allégeance à l'Etat islamique. En chiite Dominee par l'Iran, cependant, IL Ya eu des manifestations de grande ampleur Contre Les militants Islamistes
Protestations: Le Groupe a appele Les Musulmans Du Monde Entier à jurer allégeance à l’Etat islamique. En chiite Dominee par l’Iran, cependant, IL Ya eu des manifestations de grande ampleur Contre Les militants Islamistes

 

 
«La légalité de tous les émirats, les groupes, les Etats et les organisations …est  devenue nulle par l’expansion de l’autorité du calife et l’arrivée de ses troupes dans leurs régions», a déclaré Abou Mohammed al-Adnani.

«Écoutez votre calife et obéissez  lui . Soutenez votre état, qui grandit chaque jour », at-il ajouté dans un communiqué audio mis en ligne  hier.

Charles Lister, un chercheur invité à la Brookings Institution, a dit de l’annonce  qu’elle a probablement été le «développement le plus important dans le djihadisme international depuis le 9/11».

Al-Adnani a défini vaguement le territoire de l’État que l’exécution du nord de la Syrie à la province irakienne de Diyala – une vaste étendue de terres à cheval sur la frontière qui est déjà en grande partie sous le contrôle de l’ISIS.

Il a également déclaré que, avec l’établissement du califat, le groupe a  changé son nom  pour : l’État islamique, procédant à l’abandon de la mention de l’Irak, Sham et le Levant.

Cependant, dans une carte largement partagée par les partisans d’ISIS sur les réseaux sociaux, le groupe islamiste a présenté un plan de cinq ans  sur  la façon dont les djihadistes aimeraient étendre leurs limites au-delà des pays à majorité musulmane.

Ainsi que des plans pour étendre le califat dans tout le Moyen-Orient, l’ensemble de Afrique du Nord, et de grandes parties de l’Asie occidentale, la carte marque également une expansion dans certaines parties de l’Europe.

l’Espagne, qui a été un pays administré  par les musulmans pendant 700 ans jusqu’en 1492, est marqué comme un territoire du califat  qui prévoit l’avoir sous son contrôle en 2020.

Ailleurs, l’ISIS envisage de prendre le contrôle des Etats des Balkans – dont la Grèce, la Roumanie et la Bulgarie – étendre ses territoires en Europe de l’Est aussi loin que l’Autriche, qui semble être basée sur des  frontières d’avant la Première Guerre mondiale ,à l’époque de l’Empire austro-hongrois .

L’ISIS fait régulièrement des déclarations et des communiqués de propagande en faveur du retour des frontières géographiques,déjà  en place avant la Grande Guerre de 1914-1918.

Le groupe insiste le découpage  de l’Empire ottoman par les forces alliées après le conflit – communément appelée l’Accord Sykes-Picot – qui était une tentative délibérée de diviser les musulmans et limiter la probabilité qu’un autre califat soit  établi.

Les extrémistes musulmans ont longtemps rêvé de recréer l’état islamique ou califat, qui a régné sur le Moyen-Orient, Afrique du Nord et au-delà des formes diverses au cours de 1400 ans d’histoire de l’Islam.
Il n’était pas clair de définir  quel impact immédiat aurait  la déclaration  du représentant de l’État Islamique  sur le terrain ,en Syrie et en Irak, même si les experts ont prédit qu’il pourrait annoncer  des luttes intestines entre les militants sunnites qui ont uni leurs forces avec l’État islamique dans sa lutte contre le Premier ministre irakien ,Nouri al-Maliki et son gouvernement à  majorité chiite .

«Maintenant, les insurgés en Irak n’ont aucune excuse pour travailler avec l’ISIS ,s’ils espéraient partager le pouvoir avec eux, dit Aymenn al-Tamimi, un analyste spécialisé dans les milices islamisques en Irak et en Syrie. «La perspective de luttes intestines en Irak est augmentée pour vous, at-il ajouté.

Le plus grand impact, cependant, pourrait être sur un   mouvement djihadiste international plus large, en particulier sur l’avenir d’Al-Qaïda.

Fondé par Oussama Ben Laden, le groupe qui a effectué les attentats du 11 Septembre (version officielle américaine)sur les États-Unis a longtemps porté le manteau de la cause jihadiste internationale.

Mais l’État islamique a tout  bouleversé devant lui:les règles  et la vision politique elle-même.

«Cette annonce constitue une menace grave à al-Qaida et  de sa position de longue date du leadership de la cause jihadiste internationale», a déclaré Charles Lister, chercheur invité à la Brookings Doha Center.

«Pris globalement, la jeune génération de la communauté djihadiste devient de plus en plus favorable à [l’ISIS] en grande partie à cause de  sa capacité éprouvée pour obtenir des résultats rapides grâce à sa brutalité et à sa violence extrème, a-t-il ajouté.

Al-Baghdadi, un militant irakien ambitieux qui a une prime de $ 10,000,000 US  sur sa tête, a pris les rênes de l’ISIS en 2010 quand elle était encore une filiale d’Al-Qaida, basée  en Irak.

Depuis, il a transformé ce qui avait été une organisation parapluie, portée principalement sur l’Irak,en une force militaire transnationale très respectée.

Al-Baghdadi a longtemps été en désaccord avec le chef d’Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, et les deux chefs terroristes  avaient annoncé une rupture très publique après qu’al-Baghdadi a ignoré les demandes d’al-Zawahiri que l’Etat islamique  devait quitter la Syrie.
Marre d’ al-Baghdadi et incapable de le contrôler, al-Zawahiri avait formellement désavoué l’ISIS en Février 2014.

Mais la popularité  d’ al-Baghdadi n’a fait que croître depuis lors, comme ses combattants ont renforcé leur emprise sur une grande partie de la Syrie, et ont maintenant envahi de larges pans de territoires de  l’Irak.

Après sa nomination à la tête du califat, ISIS a exigé qu’al-Baghdadi  devait prendre le nom de   calife Ibrahim – en utilisant le nom donné au fils du prophète Mahomet dans le but de renforcer l’argument selon lequel il est aujourd’hui le leader de tous les  musulmans dans le monde  et  successeur  en droite ligne du prophète lui-même.

La déclaration de l’Etat islamique intervient alors que le gouvernement irakien tente de reconquérir une partie du territoire qu’il  a perdu au groupe djihadiste et ses alliés militants sunnites au cours des dernières semaines.

Le dimanche,29 juin 2014, des hélicoptères de combat irakiens ont frappé les positions des insurgés présumés pour une deuxième journée consécutive à Tikrit – la ville natale majoritairement sunnite de l’ancien dictateur Saddam Hussein.

L’armée irakienne a lancé sa poussée pour reconquérir Tikrit – qui est un foyer d’antipathie envers le gouvernement à majorité chiite de l’Irak -, samedi, avec une attaque sur plusieurs fronts menée par les troupes au sol appuyées par des chars et des hélicoptères.

EN CONCLUSION:

Un califat est un Etat islamique gouverné par un calife »- dans ce cas, Abou Bakr al-Baghdadi  est considéré comme le successeur de Mahomet par ceux  qui lui donnent allégeance,simplement  en jurant fidélité.

De la même manière que le Pape est considéré comme le chef de l’Église catholique, un calife ,se définit  comme le dirigeant des musulmans dans le monde entier.

Les djihadistes prendraient eux-mêmes,dans leurs seules mains, la responsabilité d’établir la politique – strictement fondée sur le Coran – pour tous les musulmans et les territoires occupés par les musulmans dans le passé.

Une des premières choses qu’ISIS a fait après avoir annoncé la formation du  califat, fut de déclarer tous les émirats et sultanats existants comme illégaux.

Par conséquent, toutes les  personnes ,prêtant  serment au nouvel état islamique, seraient   tenu en même temps de déclarer qu’elles ne reconnaissent plus ni les frontières, ni les lois ou  toute autorité des Etats musulmans  actuels.

L’annonce de l’Etat islamique, les militants ont décrit à plusieurs reprises comme étant «restaurée» la Grande Vision du Prophète d’un Grand Califat qui s’étendrait sur le Monde.

>Il s’agit d’une référence au  dernier califat largement reconnu – qui existait sous l’Empire ottoman et a effectivement pris fin avec la fondation de la Turquie ,en 1923.

De nombreux islamistes – y compris l’ISIS – tendent à blâmer cet effondrement sur le  dépeçage géographique de l’Empire ottoman par les Alliés ,après la Première Guerre mondiale.

En déclarant un califat, ISIS prétend maintenant  «corriger» …en partie, le conflit vieux d’un siècle.

Il n’était pas clair quel impact immédiat de la déclaration aurait sur le terrain en Syrie et en Irak, si les experts ont prédit qu’il pourrait annoncer luttes intestines entre militants sunnites qui ont uni leurs forces avec l’État islamique dans sa lutte contre le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki et son chiite dirigé par le gouvernement.

«Maintenant, les insurgés en Irak n’ont aucune excuse pour travailler avec l’ISIS s’ils espéraient partager le pouvoir avec ISIS, dit Aymenn al-Tamimi, un analyste spécialisé dans les militants islamistes en Irak et en Syrie. «La perspective de luttes intestines en Irak est augmentée pour vous, a-t-il ajouté.

La Grande Question à $1 million pour les québécois qui sommeillent sous la bienveillance de l’espion canado-saoudien Philippe Couillard est la suivante:

donnerons-nous un jour des  cours sous la tutelle des djihadistes  dans nos écoles pour remplacer

les cours d’histoire et de science qui seront abolis …afin de faciliter l’intégration  du Québec dans la mouvance islamique?

Le Grand Califat: Une carte montrant prétendument les zones  prévues dans les  plans  des terroristes d'avoir sous son contrôle dans les cinq ans a été largement partagée en ligne. Ainsi que le Moyen-Orient, l'Afrique du Nord et de vastes zones de l'Asie, elle révèle aussi l'ambition ISIS pour s'étendre dans l'Europe. L'Espagne, ou la loi  musulmane a régné jusqu'à la fin du 15ème siècle, ferait partie du califat, tout comme les pays des Balkans et de l'Europe de l'Est, jusqu'à comprendre  l'Autriche.
Le Grand Califat: Une carte montrant prétendument les zones prévues dans les plans des terroristes d’avoir sous son contrôle dans les cinq ans a été largement partagée en ligne. Ainsi que le Moyen-Orient, l’Afrique du Nord et de vastes zones de l’Asie, elle révèle aussi l’ambition ISIS pour s’étendre dans l’Europe. L’Espagne, ou la loi musulmane a régné jusqu’à la fin du 15ème siècle, ferait partie du califat, tout comme les pays des Balkans et de l’Europe de l’Est, jusqu’à comprendre l’Autriche.


 

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial:Washington relance son projet de partition de l’Irak

Le brusque écroulement de l’État irakien est présenté par la presse internationale comme la conséquence de l’attaque du groupe terroriste ÉIIL. Mais qui peut croire qu’un État puissant, armé et organisé par Washington, pourrait s’écrouler en moins d’une semaine devant un groupe jihadiste officiellement indépendant de tout État ? En outre, qui peut croire que ceux qui soutiennent l’ÉIIL en Syrie condamnent sincèrement son action en Irak ?

 

 

 

Le projet secret du gouvernement américai: le proche-Orient élargi.
Le projet secret du gouvernement américai: le proche-Orient élargi.

 

epuis 2001, l’état-major des États-Unis tente de fracturer le « Proche-Orient élargi » en une multitude de petits États ethniquement homogènes. La carte de la région remodelée a été publiée en juillet 2006 [1]. Elle prévoit de diviser l’Irak en trois, un État sunnite, un chiite et un kurde.

L’échec d’Israël face au Hezbollah, à l’été 2006 [2], et celui de la France et du Royaume-Uni face à la Syrie, en 2011-14, laissaient penser que ce plan avait été abandonné. Il n’en est rien : l’état-major US tente de le reprendre par l’intermédiaire de ces condottières modernes que sont les jihadistes.

Les événements survenus en Irak la semaine dernière doivent être vus sous cet angle. La presse internationale insiste sur l’offensive de l’Émirat islamique en Irak et au Levant (ÉIIL ou « Daesh » en arabe), mais celle-ci n’est qu’une partie de la vaste action en cours.

L’offensive coordonnée de l’ÉIIL et des Kurdes

En une semaine, l’ÉIIL a conquis ce qui devrait devenir un Émirat sunnite tandis que les peshmergas ont conquis ce qui devrait être l’État kurde indépendant.

L’armée irakienne, formée par Washington, a donné Ninive aux premiers et Kirkouk aux seconds. Sa structure même de commandement a facilité sa désagrégation : les officiers supérieurs devant en référer au cabinet du Premier ministre avant de déplacer leurs troupes étaient à la fois privés d’initiative d’ensemble et installés comme des roitelets sur leurs zones d’action. Dès lors, il était facile au Pentagone de corrompre certains officiers pour qu’ils incitent leurs soldats à faire défection.

Les parlementaires, convoqués par le Premier ministre Nouri-al-Maliki, ont également fait défection et n’ont pas voté l’état d’urgence faute de quorum, laissant le gouvernement sans possibilité de riposte.

Sans autre choix pour sauver l’unité de son pays, M. al-Maliki a fait appel à tous les alliés imaginables. Il a d’abord sollicité son propre peuple en général et la milice chiite de son rival Moqtada el-Sadr en particulier (l’Armée du Mahdi), puis les Gardiens de la Révolution iraniens (le général Qassem Suleimani, commandant la Force Jérusalem est actuellement à Bagdad), enfin les États-Unis auxquels il a demandé de revenir et de bombarder les assaillants.

La presse occidentale souligne, non sans raison, que la manière de gouverner du Premier ministre a souvent heurté à la fois la minorité sunnite arabe et les laïques du Baas, tant elle est apparue principalement favorable aux chiites. Cependant, ce constat est relatif : les Irakiens ont reconduit, lors des élections législatives du 30 avril, la coalition de Nouri al-Maliki. Celle-ci a obtenu un quart des voix, soit trois fois plus que le mouvement de Moqtada el-Sadr, le reste des voix étant éparpillé entre une multitude de petits partis.

La préparation de l’offensive contre l’autorité de Bagdad

L’offensive de l’EIIL d’un côté et des Pehmergas de l’autre a été préparée de longue date.

Le Kurdistan irakien a commencé à voir le jour, sous la protection des États-Unis et du Royaume-Uni, avec la zone d’exclusion aérienne décrétée entre les deux invasions occidentales (1991-2003). Depuis le renversement du président Saddam Hussein, il a acquis une très forte autonomie et est entré dans la zone d’influence israélienne. De ce point de vue, il est impensable que Tel-Aviv ait été absent de la prise de Kirkouk. Toujours est-il que l’actuel gouvernement régional d’Erbil a étendu sa juridiction sur l’ensemble de la zone irakienne prévue par l’état-major états-unien pour former le Kurdistan indépendant.

L’ÉIIL est une milice tribale sunnite ayant intégré les combattants d’Al-Qaïda en Irak, après le départ de Paul Bremer III et la remise du pouvoir politique aux Irakiens. Le 16 mai 2010, un responsable d’Al-Qaïda en Irak qui avait été libéré dans des circonstances inconnues, Abou Bakr el-Baghdadi, a été nommé émir et s’est efforcé, par la suite, de placer l’organisation sous l’autorité d’Al-Qaïda.

Au début 2012, des combattants de l’ÉIIL créent en Syrie le Jabhat al-Nosra (c’est à dire le Front de soutien au peuple du Levant), comme branche syrienne d’Al-Qaïda. Ce groupe se développe avec la relance de l’attaque franco-britannique contre la Syrie en juillet 2012. Il est finalement classé « organisation terroriste » par Washington à la fin de l’année, malgré les protestations du ministre français des Affaires étrangères qui salue en eux « des gens qui font du bon boulot sur le terrain » (sic) [3].

Les succès des jihadistes en Syrie, jusqu’au premier semestre 2013, ont modifié l’attractivité de leurs groupes. Le projet officiel d’Al-Qaïda d’une révolution islamiste globale est apparu utopique, tandis que la création d’un État islamique sur un territoire donné semblait à portée de main. D’où l’idée de lui confier le remodelage de l’Irak que les armées US n’étaient pas parvenues à réaliser.

Le relifting de l’ÉIIL a été réalisé au printemps 2014 avec la libération de prisonniers occidentaux qu’il détenait, Allemands, Britanniques, Danois, États-uniens, Français et Italiens. Leurs premières déclarations confirmaient en tous points les informations des services de renseignement syriens : ÉIIL est encadré par des officiers états-uniens, français et saoudiens. Cependant, rapidement les prisonniers libérés faisaient machine arrière et infirmaient leurs propos sur l’identité de leurs geôliers.

C’est dans ce contexte que l’ÉIIL a rompu avec à Al-Qaïda en mai 2014, se posant en rival, tandis qu’Al-Nosra restait la branche officielle d’Al-Qaïda en Syrie. Bien sûr tout cela n’est qu’affichage puisqu’en réalité ces groupes sont, depuis leur création, soutenus par la CIA contre des intérêts russes (Afghanistan, Bosnie-Herzégovine, Tchétchénie, Irak, Syrie).

Redevenu en mai une organisation régionale (et non plus l’antenne régionale d’une organisation mondiale), l’ÉIIL se préparait à remplir le rôle que ses commanditaires lui avaient assigné il y a plusieurs mois.

L’organisation est certes commandée sur le terrain par Abou Bakr al-Baghdadi, mais elle est placée sous l’autorité du prince Abdul Rahman al-Faiçal, frère du prince Saoud al-Faiçal (ministre saoudien des Affaires étrangères depuis 39 ans) et du prince Turki al-Faisal (ancien directeur des services secrets et actuel ambassadeur à Washington et Londres).

En mai, les al-Faiçal ont acheté une usine d’armement en Ukraine. Des stocks d’armes lourdes ont été transportés par avion vers un aéroport militaire turc, d’où le MIT (services secrets turcs) les a acheminés par trains spéciaux à l’ÉIIL. Il paraît peu probable que cette chaîne logistique ait pu être mise en place sans l’Otan.

L’offensive de l’ÉIIL

La panique qui a saisi la population irakienne est à l’image des crimes commis par l’ÉIIL en Syrie : égorgements en public des « musulmans renégats » et crucifixion des chrétiens. Selon William Lacy Swing (ancien ambassadeur US en Afrique du Sud, puis aux Nations unies, et actuel directeur de l’Office des migrations internationales), au moins 550 000 Irakiens auraient fui devant les jihadistes.

Ces chiffres montrent l’ineptie des estimations occidentales de l’ÉIIL selon lesquelles il ne dispose que de 20 000 combattants au total en Syrie et en Irak. La vérité est probablement 3 fois supérieure, de l’ordre de 60 000 combattants ; la différence étant composée exclusivement d’étrangers, recrutés dans l’ensemble du monde musulman et souvent pas arabes. Cette organisation est devenue la principale armée privée dans le monde, jouant le rôle moderne des condottières de la Renaissance européenne.

Elle devrait encore se développer compte tenu de ses prises de guerre. Ainsi, à Mossoul, elle a saisi le Trésor du district de Ninive, soit 429 millions de dollars en liquide (de quoi payer leurs combattants durant une année complète). En outre, elle s’est emparée de nombreux Humvees et de 2 hélicoptères de combat qu’elle a immédiatement intégrés à son dispositif. Les jihadistes n’ayant pas les moyens de former des pilotes, la presse internationale laisse entendre que ce sont d’anciens officiers baasistes du président Saddam Hussein. C’est hautement improbable, d’une part compte tenu de la guerre opposant les baasistes laïques aux jihadistes qui constitue la toile de fond de la guerre en Syrie, et surtout parce que des pilotes ayant interrompu leur entraînement durant plusieurs années ne sont plus aptes au combat..

Réactions internationales

L’offensive des Peshmergas et de l’ÉIIL était attendue par les partisans de l’Arabie saoudite dans la région. Ainsi, le président libanais Michel Suleiman (qui avait conclu une allocution en janvier par un retentissant « Vive l’Arabie saoudite ! » à la place d’un « Vive le Liban ! ») a tenté par tous les moyens d’obtenir une prolongation de son mandat (expirant le 25 mai) pour les six mois à venir, de manière à être aux manettes durant la crise actuelle.

Quoi qu’il en soit, les réactions internationales à la crise irakienne sont incohérentes : tous les États, sans exception condamnent l’ÉIIL en Irak et dénoncent le terrorisme, alors que certains d’entre eux —les États-Unis et leurs alliés— considèrent au même moment l’ÉIIL comme un allié objectif contre l’État syrien, et que quelques uns commanditent cette offensive —les États-Unis, l’Arabie saoudite, la France, Israël et la Turquie—.

Aux États-Unis, le débat politique public oppose les Républicains, qui demandent un redéploiement militaire en Irak, aux Démocrates, qui dénoncent l’instabilité suscitée par l’intervention de George W. Bush contre Saddam Hussein. Ce petit jeu oratoire permet de masquer que les événements en cours servent les intérêts stratégiques de l’état-major et qu’il y est directement impliqué.

Il se pourrait cependant que Washington ait piégé Ankara. L’ÉIIL aurait tenté au même moment de prendre le contrôle du tombeau de Süleyman Şah, en Syrie dans le district de Raqqa. Ce tombeau est propriété de la Turquie qui dispose sur place d’une petite garnison en vertu de la clause d’exterritorialité du Traité d’Ankara (imposé par le colonisateur français en 1921). Mais cette action peut très bien avoir été commanditée par la Turquie elle-même qui avait envisagé de trouver ainsi un prétexte d’intervention ouverte en Syrie [4].

Plus grave, lors de la prise de Mossoul, l’ÉIIL a fait prisonniers 15 diplomates turcs et leurs familles ainsi que de 20 membres des forces spéciales turques à leur consulat, provoquant la colère d’Ankara. L’ÉIIL avait également arrêté des chauffeurs de poids lourds qui ont été relâchés ultérieurement. La Turquie, qui a assuré la logistique de l’attaque de l’ÉIIL, se sent trahie sans que l’on sache pour le moment si elle l’a été par Washington, Riyad, Paris ou Tel-Aviv. Cette affaire n’est pas sans rappeler l’arrestation, le 4 juillet 2003, de 11 membres des forces spéciales turques par l’armée états-unienne à Souleimanieh (Irak) popularisée par le film La vallée des loups Irak [5]. Cet épisode avait provoqué la plus importante crise des soixante dernières années entre les deux pays.

L’hypothèse la plus probable est qu’Ankara ne prévoyait pas de participer à une offensive aussi large et a découvert en cours de route que Washington programmait de réaliser la création du Kurdistan qu’il avait échouée en 2003. Or, toujours selon la carte publiée en 2006, celui-ci doit inclure une partie de la Turquie, les États-Unis ayant prévu de disséquer non seulement leurs ennemis, mais aussi leurs alliés. L’arrestation des diplomates et forces spéciales turcs serait un moyen d’empêcher Ankara de saboter l’opération.

Arrivant jeudi à Ankara en provenance d’Amman, la représentante spéciale des États-Unis au Conseil de sécurité, l’ambassadrice Samantha Power, a hypocritement condamné les actions de l’ÉIIL. La présence au Proche-Orient de la thuriféraire de l’interventionnisme moral de Washington laisse à penser qu’une réaction états-unienne a été prévue dans le scénario.

De son côté, l’Iran s’est dit prêt à aider à sauver le gouvernement du chiite al-Maliki en envoyant des armes et des conseillers militaires, mais pas de combattants. L’actuel renversement de l’État irakien profite à l’Arabie saoudite, grand rival régional de Téhéran, alors que le ministre des Affaires étrangères, le prince Saoud al-Faiçal (le frère du patron de l’ÉIIL), l’a invité à négocier.

Source :Al Watan,Thierry Messan,

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial:les mercenaires terroristes de l’EIIS en marche vers Bagdad

 

Terroristes Irak 001

 

IRAK – AFP PROPAGANDE – Les USA et la Turquie dans leur comédie

Il ne faut pas se leurrer, les USA veulent se réinstaller en IRAK

Les jihadistes s’approchent de Bagdad, Washington envisage des frappes aériennes

Kirkouk (Irak) – Les rebelles jihadistes sunnites ont pris mercredi une nouvelle ville en Irak et avançaient vers la capitale Bagdad dans une offensive fulgurante, obligeant le Conseil de sécurité à se réunir jeudi et Washington à envisager des frappes aériennes.

Cette avancée des combattants de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), face à des forces gouvernementales en déroute et un pouvoir chiite impuissant, a poussé environ un demi-million d’habitants à fuir.

Le porte-parole de l’EIIL, Abou Mohammed al-Adnani, a exhorté les insurgés à marcher sur Bagdad et a critiqué le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki pour son incompétence, dans un enregistrement sonore daté de mercredi et traduit par le réseau américain de surveillance des sites islamistes SITE.

Depuis mardi, ces combattants islamistes –exclus du réseau Al-Qaïda car jugés trop radicaux– se sont emparés, dans le nord du pays, de la deuxième ville d’Irak, Mossoul, de sa province, Ninive, et de secteurs dans deux provinces proches, Kirkouk et Salaheddine, majoritairement sunnites. Mercredi, ils ont pris Tikrit, à 160 km au nord de Bagdad, et avançaient vers la capitale. Ils ont en outre tenté, en vain, de prendre Samarra, à une centaine de km de Bagdad, selon des témoins.

L’EIIL a en outre pris en otages 49 Turcs au consulat de Turquie à Mossoul, parmi lesquels le consul et des membres des forces spéciales, de même que 31 chauffeurs de poids-lourds turcs dans cette province.

Le Conseil de sécurité des Nations unies se réunira à huis-clos à partir de 11H30 (15H30 GMT) pour discuter de la situation en Irak. L’envoyé spécial de l’ONU en Irak, Nickolay Mladenov, y interviendra par vidéo-conférence.

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a lancé un appel à la solidarité internationale avec l’Irak.

Il a également réclamé la libération immédiate et sans conditions de la cinquantaine de citoyens turcs pris en otage au consulat de Mossoul.

Le ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu a menacé l’EIIL des représailles les plus sévères s’il leur était fait le moindre mal.

L’Iran chiite mais aussi les Etats-Unis ont apporté leur soutien au gouvernement de Nouri al-Maliki face au terrorisme.

Les Etats-Unis soutiendront les dirigeants irakiens alors qu’ils forgent l’unité nationale nécessaire pour remporter le combat contre l’EIIL, a affirmé le porte-parole de la Maison Blanche Jay Carney dans un communiqué. ( les USA jouant la carte chiite ? – Vilistia )

– Pas de soldats américains renvoyés en Irak –

L’Irak a de son côté officieusement indiqué aux Etats-Unis qu’il était ouvert à l’idée de frappes aériennes américaines afin d’enrayer l’offensive jihadiste, a affirmé mercredi à l’AFP un responsable américain, confirmant une information du Wall Street Journal.

L’administration du président Obama envisage plusieurs options pour aider Bagdad, éventuellement par le biais de frappes effectuées par des drones, selon ce responsable qui s’exprimait sous couvert de l’anonymat.

La diplomatie américaine s’est défendue d’avoir été prise par surprise, affirmant avoir exprimé depuis des mois ses inquiétudes ( ???) à propos de la menace terroriste que pose l’EIIL pour toute la région.

En conséquence, Washington se tient prêt à venir en aide à Bagdad face à l’agression de l’EIIL, a déclaré la porte-parole du département d’Etat Jennifer Psaki, annonçant une augmentation de l’assistance américaine.

Mais en aucun cas les Etats-Unis n’envisagent de renvoyer des troupes au sol en Irak, selon Mme Psaki, après le départ le 31 décembre 2011 du dernier soldat américain, au terme d’un très lourd engagement militaire des Etats-Unis pendant huit ans.

En 2011, Bagdad et Washington n’étaient pas parvenus à s’entendre sur le maintien d’un contingent américain en Irak et beaucoup s’étaient alors alarmés d’une nouvelle poussée des violences une fois les Américains partis.

Washington a par la suite englouti des dizaines de milliards de dollars pour former et équiper les forces armées irakiennes, celles-là mêmes qui ont visiblement fui devant les jihadistes.

– Réunion du Parlement jeudi – 

L’EIIL, qui ambitionne d’installer un Etat islamique, a prévenu qu’il n’arrêterait pas la série d’invasions bénies. Le groupe contrôlait déjà des secteurs de la province occidentale d’Al-Anbar à la frontière syrienne. Accusé d’abus en Syrie, il y tient de larges secteurs de la province pétrolière de Deir Ezzor (nord-est), faisant craindre une unité territoriale avec le nord-ouest irakien.

Symboliquement, le groupe a diffusé mercredi sur internet des photos de jihadistes créant une route entre la Syrie et l’Irak en aplanissant au bulldozer un mur de sable.

Impuissant et miné par des clivages confessionnels, le gouvernement irakien a appelé le Parlement, qui se réunit jeudi, à décréter l’état d’urgence.

Mais face à l’avancée dans le Nord des combattants jihadistes aguerris, soldats et policiers ont montré peu de résistance, le gouverneur de Ninive, Athil al-Noujaïfi, accusant les commandants militaires d’avoir abandonné le champ de bataille.

Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), plus de 500.000 personnes ont été déplacées à l’intérieur et autour de Mossoul, qui compte habituellement deux millions d’habitants.

A 50 km de Mossoul, des files interminables d’hommes, femmes et enfants attendaient à un barrage kurde pour obtenir un permis de séjour pour passer au Kurdistan autonome.

Arrivée avec sa famille, Zahra Chérif, 39 ans, explique avoir quitté la ville par peur des massacres si l’armée lance un assaut sur la ville pour la reprendre à l’EIIL.

Dans Mossoul, les combattants, vêtus d’uniformes militaires ou de tenues noires, le visage découvert, étaient positionnés près des banques, des administrations publiques et au siège du Conseil provincial, selon des témoins.

Selon des experts, l’EIIL est constitué en grande partie en Irak d’ex-cadres et membres des services de sécurité de Saddam Hussein  ( ????) ayant rejoint la rébellion après l’invasion américaine de 2003.

*Dans un article précédent ,nous avons évoqué  le financement et le recrutement des jeunes djihadistes en europe par la CIA ,voir ce lien: lien

Alerte terroristes islamiques: les jeunes européens qui vont mourir en Syrie

Photo de jeunes  mercenaires islamiques recrutés en Espagne et dans toute l'Europe.
Photo de jeunes mercenaires islamiques recrutés en Espagne et dans toute l’Europe.

*Traduit de la langue arabe d’après une entrevue.

Selon un journal espagnol : 12 000 combattants étrangers combattraient en Syrie, a déclaré le média  espagnolé: il y a environ 12 000 combattants étrangers combattant en Syrie sous ce qu’on appelle l’ « Etat islamique en Irak et en Syrie  » ,un mouvement terroriste qui recrutent des jeunes à l’étranger par le biais de l’Internet et les réseaux sociaux.Il s’agirait d’argent détourné par la CIA et groupes consorts ,dont l’état sioniste d’Israel et la monarchie d’Arabie Séoudite qui serait blanchi dans cette affaire.

Citant le dernier rapport publié par l’Institut de recherche en Amérique, Tinder, disant que : « le nombre de combattants étrangers de différentes nationalités, qui s’est joint à l’organisation de l’État islamique en Irak et en  Syrie est d’environ 12 000 combattants et 3 000 d’entre eux  proviennent directement  des pays occidentaux.  »

La pratique de cette organisation terroriste dans la ville de Raqqa est sous réserve des dispositions  très extrêmes de ses attaques contre les lieux de culte, chrétiens  et islamiques.Ils ont créé  des sanctuaires où les imams et les compagnons djihadistes sont  à la poursuite de toute personne qui n’est pas conforme à leurs croyances religieuses.

L’organisation du soi-disant «Etat  islamique  en Irak et Syrie » est   un mouvement terroriste qui recrute  plus de jeunes étrangers pour publier la première édition de leur propagande  en anglais et allemand sur  cassette vidéo, appelant les auditeurs sur  ce sujet ,d’adhérer à l’organisation.

Très peu de jeunes dont le cerveau a été lavé par  cette organisation terroriste  sont revenu chez eux.

 

« L’ARMÉE IRAKIENNE ACHÈVERA LA MISSION D’ASSAD « !!

Checkpoint à l'est de Bagdad,en Irak.
Checkpoint à l’est de Bagdad,en Irak.

Selon l’analyste syrien en affaires stratégiques, Hassan Hassan a une analyse bien précise du conflit qui se déroule dans les déserts d’Al Anbar : « l’armée irakienne est en train d’achever une mission que l’armée syrienne a commencée , une mission destinée à extirper le fléau terroriste ».  » « Il est impossible de séparer ce qui se passe en Irak des événements syriens « ,affirme  l’analyste Hassan qui  ne croit guère aux bisbilles et aux pseudo tensions entre Riyad et Washington :  » c’est une divergence de façade. car aussi bien les saoudiens que les américains agissent constamment dans le sens d’une consolidation des liens mutuels et il est impensable que Riyad puisse ou veuille un jour s’affranchir du joug des Etats Unis. »

 » Depuis 1932, les Etats Unis et l’Arabie Saoudite sont entrés dans une alliance pétrole contre protection . Dès le début ces deux Etats envisageaient provoquer le « démantèlement » de l’Etat syrien . Notre résistance ces trois dernières années a toutefois fait échec à ces plans trop anciens. »
« L’armée irakienne est en train d’achever la mission de l’armée syrienne et l’Irak et la Syrie préparent le terrain à la tenue de la conférence de Genève II . Les Etats Unis ne disposent d’aucun atout à Genève II d’où les obstacles qu’ils dressent sur la voie de son organisation . Cette politique US est d’ailleurs mise au point à la fois par Erdogan et les Al-Saoud ,car ces subalternes cherchent aussi à empêcher la tenue de Genève II . »

Interrogé sur l’EIIL ( Daesh), Hassan Hassan affirme :  » l’Etat islamique en Irak et au Levant » est né en Irak et pas en Syrie . C’est une réalité que les médias tendent d’ignorer . L’opération que l’armée irakienne mène en ce moment aurait du être menée depuis longtemps , au lendemain du retrait des troupes Us ! Les Etats Unis n’ont jamais cessé de soutenir en sous main ces groupes terroristes . »

La preuve, les Américains n’ont jamais permis qu’une seule résolution soit adoptée contre ces groupes par le Conseil de sécurité . Daesh est aujourd’hui quasi défait et les Américains à l’aide de Riyad ont créé une force de substitution, le Front islamique qu’ils disent avoir été formés d’ »islamistes modérés » . Comble de ridicule, les Etats Unis prétendent que le front islamique , lui même salafo wahhabite lutte contre les terroristes de Daesh !!! « 

Pour Hassan Hassan,  » Genève II a peu de chance d’être la station terminale de la crise syrienne. :  » c’est une étape à moins que les Etats Unis parviennent à cette conviction que ce qui se passe en Syrie nuisent à leurs intérêts . Ce qui est peu probable dans la mesure où la guerre contre la Syrie fait partie des plans que les Américains ont mijoté dans les années 80 et dont l’objectif consiste à anéantir tous les pays arabes et islamiques de la région … !! « 

http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/309767-gen%C3%A8ve-ii-quel-atout-pour-les-am%C3%A9ricains

Le projet sioniste du Grand Israël

Un rêve politique...et religieux...basé  sur l'idée saugrenue du peuple élu.
Un rêve politique…et religieux…basé sur l’idée saugrenue du peuple élu.

Selon le père fondateur du sionisme Theodor Herzl, «la superficie de l’État juif s’étend:«. Du ruisseau de l’Egypte à l’Euphrate « Selon Rabbi Fischman, » la terre promise s’étend de la rivière de l’Égypte jusqu’à l’Euphrate, il comprend des parties de la Syrie et du Liban « .

Le document qui suit se rapportant à la formation du «Grand Israël» constitue la pierre angulaire de puissantes factions sionistes au sein du gouvernement actuel Netanyahu, le Likoud, ainsi qu’au sein de l’armée israélienne et l’établissement d’intelligence ( lire espionnage et renseignement).

Lorsqu’on regarde dans le contexte actuel, la guerre en Irak, la guerre de 2006 au Liban, la guerre 2011 sur la Libye, la guerre en cours en Syrie, pour ne pas mentionner le processus de changement de régime en Egypte, doit être comprise dans le cadre du Plan sioniste pour le Moyen-Orient. Celle-ci consiste à affaiblir et finalement  la fracturation des Etats arabes voisins dans le cadre d’un projet expansionniste israélien.

Le «Grand Israël» consiste en une zone s’étendant de la vallée du Nil à l’Euphrate.

Le projet sioniste soutient le mouvement de la colonisation juive. Plus largement il s’agit d’une politique d’exclusion des Palestiniens de Palestine menant à l’éventuelle annexion de la Cisjordanie et de Gaza ,à l’Etat d’Israël.

Le Grand Israël créerait un certain nombre d’États proxy. Il comprendrait les régions du Liban, la Jordanie, la Syrie, le Sinaï, ainsi que des parties de l’Irak et l’Arabie saoudite. (Voir la carte ci-dessous).

Great Israel 002

Selon Mahdi Darius Nazemroaya dans un article de recherche mondial,en  2011 Le plan Yinon était une continuation de la conception coloniale de la Grande-Bretagne ,au Moyen-Orient :

 » [ Le plan Yinon ] est un plan stratégique israélien visant  à assurer la supériorité régionale israélienne. Il insiste et stipule qu’Israël doit reconfigurer son environnement géopolitique par la balkanisation des États arabes voisins en États plus petits et plus faibles.

Les stratèges israéliens  ont toujours considérés l’Irak comme leur plus grand défi stratégique d’un état arabe. C’est pourquoi l’Irak a été décrite comme la pièce maîtresse de la balkanisation du Moyen-Orient et de tout le monde arabe. En Irak, sur la base des concepts du plan Yinon , les stratèges israéliens ont réclamé la division de l’Irak en un État kurde et deux États arabes , l’un pour les musulmans chiites et l’autre pour les musulmans sunnites . La première étape vers l’établissement d’un Grand Israel ,il  s’agissait d’une guerre entre l’Irak et l’Iran, dont le Plan Yinon discute .

Le journal The ‘Atlantic, en 2008, et le  Journal  des Forces  Armées (de l’armée américaine !!!?) , en 2006 , ont tous deux publiés  les cartes largement diffusés qui ont suivi de près le contour du plan Yinon . Mis à part un Irak divisé , que le plan Biden appelle également , le plan Yinon appelle aussi (!) à un Liban divisé , l’Egypte et la Syrie. La partition de l’Iran , la Turquie , la Somalie et le Pakistan aussi,en fait  tout concorde en conformité avec ces points de vue . Le plan Yinon appelle également à la dissolution en Afrique du Nord et prévoit comme à partir de l’Egypte et ensuite déborder vers le Soudan , la Libye et le reste de la région .

Le Grand Israël »exige le démantèlement des Etats arabes existants  dans de plus  petits Etats .

«Le plan fonctionne sur deux principes essentiels. Pour survivre , Israël doit:

1) devenir une puissance régionale impériale, et 2) doit effectuer la division de la région entière en petits Etats par la dissolution de tous les Etats arabes existants. La division  ici dépendra de la composition ethnique ou sectaire de chaque Etat. Par conséquent, l’espoir sioniste est que les Etats sectaires  sont basés et destinés  à devenir les satellites d’Israël et , paradoxalement, sa source de légitimation morale … Ce n’est pas une idée nouvelle , ni  même en surface pour la première fois dans la réflexion stratégique sioniste. En effet , la fragmentation de  tous les Etats arabes en petites unités a été un thème récurrent.  » (Plan Yinon , voir ci-dessous )

Vue sous cet angle , la guerre contre la Syrie est partie intégrante du processus d’expansion territoriale israélienne. Les services de Renseignement israéliens travaillant main dans la main avec les Etats-Unis , la Turquie et l’OTAN ,ont directement soutenu les terroristes d’Al -Qaïda ,de dangereux mercenaires à l’intérieur de la Syrie.

Le projet sioniste requiert également la déstabilisation de l’Égypte, la création de divisions entre factions au sein de l’Egypte comme instrumenté par le «printemps arabe» conduisant à la formation d’un Etat basé sur sectaire dominé par les Frères musulmans .

(Source: Michel Chossudovsky)

…………………………………………………………………………………………………………………

Le plan sioniste pour le Moyen-Orient

Traduit et édité par

Israël Shahak  (de l’hébreu à l’anglais)

*par Michel Duchaine (de l’anglais au français 2013)

L’Israël de Théodore Herzl (1904) et de Rabbi Fischmann (1947)

Dans son journal complète, Vol. II. p. 711, Théodore Herzl, fondateur du sionisme, dit que la superficie de l’État juif s’étend: «Dès le ruisseau de l’Egypte à l’Euphrate».

Rabbi Fischmann, membre de l’Agence juive pour la Palestine, a déclaré dans son témoignage devant le Comité spécial de l’ONU  (d’enquêtes) , le 9 Juillet 1947: « La terre promise s’étend de la rivière de l’Égypte jusqu’à l’Euphrate, il comprend des parties de la Syrie et du Liban. « 

à partir de

Oded Yinon de
« Une stratégie pour Israël dans les années quatre-vingt » (…le plan Yinon,c’est lui)

Publié par

L’Association arabo-américaine  des diplômés universitaires, Inc.

Belmont, Massachusetts 1982

Document spécial n ° 1 (ISBN 0-937694-56-8)

Table des matières

Notes no 1 de l’éditeur:

L’Association des arabo-américaine  des diplômés universitaires estime qu’il est impérieux d’inaugurer sa nouvelle série de publications , des documents spéciaux , avec l’article de Oded Yinon , qui est apparu dans Kivunim ( Directions) , le journal du Département de l’information de l’Organisation sioniste mondiale . Oded Yinon est un journaliste israélien et était autrefois rattaché au ministère des Affaires étrangères d’Israël. A notre connaissance, ce document est la déclaration la plus explicite , détaillé et sans ambiguïté à jour de la stratégie sioniste au Moyen-Orient . En outre, il se présente comme une représentation exacte de la «vision» pour l’ensemble du Moyen-Orient du régime sioniste au pouvoir actuellement de Begin, Sharon et Eitan . Son importance , par conséquent, ne réside pas dans sa valeur historique, mais dans le cauchemar qu’elle présente .

2

Le plan fonctionne sur deux principes essentiels. Pour survivre , Israël doit 1) devenir une puissance régionale impériale, et 2) doit effectuer la division de la région entière en petits Etats par la dissolution de tous les Etats arabes existants. La division ici dépendra de la composition ethnique ou sectaire de chaque Etat. Par conséquent, l’espoir sioniste est que les États sectaires de base deviennent des satellites d’ Israël et , paradoxalement, sa source de légitimation morale.

3

Ce n’est pas une idée nouvelle, ni ne surface pour la première fois dans la réflexion stratégique sioniste. En effet , la fragmentation tous les Etats arabes en petites unités a été un thème récurrent. Ce thème a été documenté à une échelle très modeste dans la publication AAUG , terrorisme sacré d’Israël (1980), par Livia Rokach . Basé sur les mémoires de Moshe Sharett , ancien Premier ministre d’Israël, les documents de l’étude de Rokach en détail convaincant, le plan sioniste tel qu’il s’applique au Liban et comme il a été préparé dans le milieu des années cinquante .

4

La première invasion massive israélienne du Liban en 1978 a porté sur ce plan dans les moindres détails . La deuxième et la plus barbare et en englobant l’ invasion israélienne du Liban le 6 Juin 1982, vise à effectuer certaines parties de ce plan qui espère voir non seulement au Liban, mais la Syrie et la Jordanie ainsi , en fragments . Ceci devrait permettre les moqueries des revendications publiques israéliennes concernant leur désir d’un gouvernement central libanais fort et indépendant. Plus précisément, ils veulent un gouvernement central libanais qui sanctionne leurs desseins impérialistes régionaux en signant un traité de paix avec eux . Ils cherchent également l’acquiescement à leurs conceptions par les gouvernements  syrien , irakien , jordanien et d’autres gouvernements arabes ainsi que par le peuple palestinien lui-même. Qu’est-ce qu’ils veulent et ce qu’ils envisagent pour ne constitue pas un monde arabe, mais un monde de fragments arabes qui est prêt à succomber à l’hégémonie israélienne . Par conséquent, Oded Yinon , dans son essai , «Une stratégie pour Israël dans les années 1980 ,  » parle  » des possibilités considérables pour la première fois depuis 1967  » qui sont créés par la « situation très orageuse [ qui ] entoure Israël. « 

5

La politique sioniste de déplacer les Palestiniens de Palestine est une  très bonne   politique active, mais est poursuivi avec plus de force en temps de conflit , comme lors de la guerre 1947-1948 et de la guerre de 1967. Une annexe intitulée « Israël parle d’ un nouvel exode  » est inclus dans cette publication pour démontrer les dernières dispersions sionistes de Palestiniens de leur patrie et de montrer , outre le  présent document sioniste principal  ,une  autre planification sioniste pour la « dépalestinisation de la Palestine ».

6

Il est clair à partir du document Kivunim , publié en Février 1982, que «les possibilités de grande envergure » dont les stratèges sionistes ont pensés sont les mêmes «opportunités» dont ils essaient de convaincre le monde et qui, selon eux ont été générés par leur  invasion de Juin 1982 . Il est également clair que les Palestiniens n’ont jamais été la seule cible des plans sionistes , mais la cible prioritaire car leur présence viable et indépendante en tant que peuple nie l’essence même de l’Etat sioniste . Chaque Etat arabe , cependant, en particulier ceux avec des directions nationalistes cohérentes et claires , vont devenir  une  véritable cible tôt ou tard.

7

Contrastant  avec la stratégie sioniste détaillée et sans ambiguïté élucidée dans ce document , la stratégie arabe et palestinienne , malheureusement , souffre de l’ambiguïté et de  l’incohérence . Il n’y a aucune indication que les stratèges arabes ont intériorisé le plan sioniste dans toute sa ramifications. Au lieu de cela , ils réagissent avec incrédulité et avec  choc à chaque fois d’une nouvelle étape de son déroulement. Ceci est évident dans la réaction arabe , mais en sourdine, du siège israélien de Beyrouth. La triste réalité est que tant que la stratégie sioniste pour le Moyen-Orient n’est pas prise au sérieux réaction arabe à n’importe quel siège avenir d’autres capitales arabes seront les mêmes .

Khalil Nakhleh

————————————————————————————————–

23 juillet 1982

Avant-propos

par Israël Shahak

1

L’essai suivant représente , à mon avis , le plan précis et détaillé du régime sioniste actuel ( de Sharon et Eitan ) pour le Moyen-Orient qui repose sur la division de la région entière en petits Etats , et la dissolution de tous les existants Etats arabes. Je vais commenter sur l’aspect militaire de ce plan dans une note de conclure . Ici, je tiens à attirer l’attention des lecteurs sur plusieurs points importants :

2

1 . L’idée que tous les Etats arabes doivent être ventilés , par Israël, en petites unités , se produit encore et encore dans la pensée stratégique israélienne. Par exemple, Ze’ev Schiff, le correspondant militaire de Ha’aretz ( et probablement le plus compétent en Israël, sur ce sujet) écrit à propos de la « meilleure chose » qui puisse arriver pour les intérêts israéliens en Irak : « La dissolution de l’Irak en un chiite état, un état ​​sunnite et la séparation de la partie kurde » (Ha’aretz 02/06/1982 ) . En fait, cet aspect du plan est très ancienne.

3

2 . Le lien étroit avec la pensée néo-conservatrice aux Etats-Unis est très importante, surtout dans les notes de l’auteur. Mais , tandis que du bout des lèvres est accordée à l’idée de la «défense de l’Occident» du pouvoir soviétique , le véritable objectif de l’auteur, et de la présente establishment israélien est clair: faire un Israël impérial en une puissance mondiale . En d’autres termes , l’objectif de Sharon est de tromper les Américains après qu’il a trompé tout le reste.

4

3 . Il est évident que la plupart des données pertinentes , à la fois dans les notes et dans le texte , est déformée ou omis, comme l’aide financière des Etats-Unis à Israël. Une grande partie de cela est pure fantaisie . Mais , le plan ne doit pas être considérée comme n’ayant pas d’influence , ou pas capable de réalisation pour un court laps de temps . Le plan suit fidèlement les idées géopolitiques actuelles en Allemagne de 1890-1933 , qui ont été avalés en entiers par Hitler et le mouvement nazi et  qui a déterminé leurs objectifs pour l’Europe orientale. Ces objectifs , en particulier la division des États existants , ont été réalisées en 1939-1941 , et seulement une alliance à l’échelle mondiale a  empêché leur consolidation pour une période de temps plus longue.

5

Les notes de l’auteur suivent le texte. Pour éviter toute confusion , je n’ai pas ajouter des notes de la mienne, mais j’ai mis la substance d’entre eux dans cette foreward et la conclusion à la fin. J’ai , toutefois , souligné que certaines parties du texte.

Israël Shahak

………………………………………………………………………………………………..

13 juin 1982

Une stratégie pour Israël dans les années quatre-vingt

par Oded Yinon

Cet essai paru en hébreu dans Kivunim ( Directions) , un journal pour le judaïsme et le sionisme ; Pas d’émission , 14 -Winter, 5742 , Février 1982 Editeur : Yoram Beck. Comité de rédaction: Eli Eyal , Yoram Beck, Amnon Hadari , Yohanan Manor, Elieser Schweid . Publié par le Département de la publicité / L’Organisation sioniste mondiale , Jérusalem.

1

Au début des années quatre-vingt l’Etat d’Israël est dans le besoin d’une nouvelle perspective quant à sa place, ses buts et ses objectifs nationaux , à la maison et à l’étranger . Ce besoin est d’autant plus vital en raison d’ un certain nombre de processus centraux dont le pays , la région et le monde subissent. Nous vivons aujourd’hui dans les premiers stades d’une nouvelle époque dans l’histoire humaine qui n’est pas du tout semblable à son prédécesseur, et ses caractéristiques sont totalement différentes de ce que nous avons connues jusqu’ici . C’est pourquoi nous avons besoin d’ une compréhension des processus centraux qui caractérisent cette époque historique d’une part , et d’autre part nous avons besoin d’ une vision du monde et une stratégie opérationnelle en conformité avec les nouvelles conditions. L’existence , la prospérité et la fermeté de l’Etat juif dépendra de sa capacité à adopter un nouveau cadre de ses affaires intérieures et étrangères .

2

Cette époque est caractérisée par plusieurs traits qui nous pouvons déjà diagnostiquer, et qui symbolisent une véritable révolution dans notre mode de vie actuel . Le processus dominant est la répartition du rationaliste , les perspectives humanistes comme la pièce maîtresse soutenir la vie et les réalisations de la civilisation occidentale depuis la Renaissance. Les opinions politiques, sociaux et économiques qui ont émané de cette fondation ont été fondées sur plusieurs «vérités» qui sont actuellement en train de disparaître , par exemple , l’idée que l’homme en tant qu’individu est le centre de l’univers et tout ce qui existe afin de remplir son besoins matériels de base . Ce poste est invalidé dans le présent quand il est devenu évident que la quantité de ressources dans le cosmos ne répond pas aux exigences de l’ homme , ses besoins économiques ou ses contraintes démographiques. Dans un monde où il y a quatre milliards d’êtres humains et des ressources économiques et de l’énergie qui ne poussent pas proportionnellement à répondre aux besoins de l’humanité, il est irréaliste de s’attendre à satisfaire à l’exigence principale de la société occidentale , à savoir 1 , le désir et l’aspiration pour  une consommation illimitée. Le point de vue que l’éthique ne  joue aucun rôle dans la détermination de la direction. L’homme prend , mais plutôt ses besoins matériels d’ou  ce point de vue est de plus répandus aujourd’hui que nous voyons un monde où presque toutes les valeurs sont en train de disparaître . Nous perdons la capacité d’évaluer les choses les plus simples , surtout quand elles concernent la simple question de ce qui est bon et ce qui est mal .

3

La vision des aspirations illimitées de l’homme et ses capacités se rétrécissent  en face  des tristes réalités de la vie , lorsque nous assistons à l’ effondrement de l’ordre du monde qui nous entoure . Le point de vue qui promet la liberté  à tous ,et la liberté de l’humanité semble absurde à la lumière de la triste réalité que ce sont  les trois quarts de la race humaine qui  vivent  sous des régimes totalitaires. Les points de vue concernant l’égalité et la justice sociale ont été transformées par le socialisme et surtout par le communisme dans une risée . Il n’y a aucun argument quant à la véracité de ces deux idées , mais il est clair qu’ils n’ont pas été mis en pratique correctement et que la majorité de l’humanité a perdu la liberté, la liberté et la possibilité pour l’égalité et la justice. Dans ce monde nucléaire dans laquelle nous sommes ( encore ) vivant dans une paix relative depuis trente ans, le concept de la paix et de la coexistence entre les nations n’a pas de sens quand une superpuissance comme l’URSS est titulaire d’une doctrine militaire et politique de la sorte , il a: qui ne seulement une guerre nucléaire possible et nécessaire pour atteindre les buts du marxisme , mais qu’il est possible de survivre après , sans parler du fait que l’on peut être victorieux dans cela.2

4

Les notions essentielles de la société humaine , en particulier ceux de l’Occident , font l’objet d’ un changement en raison de transformations politiques, militaires et économiques. Ainsi, la puissance nucléaire et conventionnel de l’URSS a transformé l’époque qui vient de s’achever dans le dernier répit avant la grande saga qui va démolir une grande partie de notre monde dans une guerre mondiale multi- dimensionnelle, en comparaison de laquelle  les guerres du passé  ont été un jeu d’ enfant . La puissance de l’énergie nucléaire ainsi que des armes conventionnelles , leur quantité, leur précision et leur qualité  mettront notre monde à l’envers en quelques années , et nous devons nous aligner de manière à y faire face en Israël . C’est donc la principale menace pour notre existence et celle du monde occidental. 3 La guerre des ressources dans le monde , le monopole arabe sur le pétrole, et la nécessité de l’Occident à importer la plupart de ses matières premières du tiers-monde , sont en train de transformer le monde que nous connaissons , étant donné que l’un des objectifs majeurs de l’URSS est de vaincre l’ Ouest en prenant le contrôle des ressources gigantesques dans le golfe Persique et dans la partie sud de l’Afrique, où la majorité des minéraux stratégiques  du monde sont situés . Nous pouvons imaginer les dimensions de la confrontation mondiale à laquelle il va nous falloir faire face à l’avenir.

5

La doctrine Gorshkov appelle pour le contrôle soviétique sur les océans et les zones riches en minéraux du Tiers-Monde . C’est ainsi que la présente doctrine nucléaire soviétique qui considère qu’il est possible de gérer , gagner et survivre à une guerre nucléaire , au cours de laquelle la puissance  militaire de l’Occident pourrait bien être détruite et faire de ses habitants , des esclaves au service du marxisme-léninisme , est le principal danger pour la paix mondiale et à notre propre existence . Depuis 1967, les Soviétiques ont transformé la maxime de Clausewitz dans «La guerre est la continuation de la politique par des moyens nucléaires », et en a fait la devise qui guide toutes leurs politiques . Déjà aujourd’hui, ils sont occupés à réaliser leurs objectifs dans notre région et dans le monde , et la nécessité d’y faire face devient l’élément majeur de la politique de sécurité de notre pays et bien sûr celle du reste du monde libre . C’est notre principal challenge.4

6

Le monde arabo-musulman , donc , n’est pas le problème stratégique majeur que nous allons faire face dans les années quatre-vingt , malgré le fait qu’il porte la principale menace contre Israël, en raison de sa puissance militaire croissante . Ce monde , avec ses minorités ethniques, ses factions et des crises internes , ce qui est étonnamment auto-destructeur , comme nous pouvons le voir au Liban , en Iran non arabe et maintenant en Syrie, est incapable de faire face avec succès à ses problèmes fondamentaux et  donc de ne pas constituer une véritable menace contre l’Etat d’Israël sur le long terme , mais seulement à court terme où sa puissance militaire immédiate  a une grande importance . À long terme , ce monde ne pourra pas exister dans ce cadre présents dans les zones autour de nous sans avoir à passer par des changements révolutionnaires authentiques . Le monde arabo- musulman est construit comme une maison temporaire de cartes mis en place par les étrangers (la France et la Grande-Bretagne dans les années vingt ) , sans que les souhaits et les désirs des habitants aient été pris en compte. Il a été arbitrairement divisé en 19 Etats , tous faits de combinaisons de minorites et les groupes ethniques qui sont hostiles les uns aux autres , de sorte que chaque état arabe musulman est aujourd’hui confronté à la destruction sociale ethnique de l’intérieur, et dans certains ,une guerre civile fait  déjà rage. 5 La plupart des Arabes , 118 millions sur 170 millions , vivent en Afrique , principalement en Egypte ( 45 millions aujourd’hui ) .

7

En dehors de l’Egypte, tous les Etats du Maghreb sont constitués d’un mélange d’ Arabes et les Berbères non – arabes. En Algérie , il y a déjà une guerre civile qui fait rage dans les montagnes KABILE entre les deux nations dans le pays. Maroc et l’Algérie sont en guerre les uns avec les autres sur le Sahara espagnol , en plus de la lutte interne dans chacun d’eux . L’Islam met en danger l’intégrité de la Tunisie et Kadhafi organise des guerres qui sont destructrices du point de vue arabe , d’un pays qui est peu peuplée et qui ne peut pas devenir une nation puissante . C’est pourquoi il a tenté plusieurs unifications dans le passé avec les Etats qui sont plus authentiques, comme l’Egypte et la Syrie. Le Soudan, l’état le plus déchiré dans le monde arabo-musulman aujourd’hui est construit sur quatre groupes hostiles les uns aux autres ,  le groupe musulman sunnite ,une minorité arabe qui règne sur la majorité des Africains non – arabes , païens et chrétiens. En Egypte, il y a une majorité musulmane sunnite face à une grande minorité de chrétiens qui prédomine dans la Haute-Egypte : près de 7 millions d’entre eux , de sorte que même Sadate, dans son discours du 8 mai , a exprimé la crainte qu’ils veulent un Etat à eux propre , quelque chose comme un «deuxième» Liban chrétien en Egypte.

8

Tous les Etats arabes ,autour d’Israel, sont déchirés , cassés et criblés de conflit intérieur , plus encore que ceux du Maghreb . La Syrie n’est pas fondamentalement différent du Liban , sauf dans le régime militaire fort qui gouverne. Mais la véritable guerre civile qui se déroule aujourd’hui entre la majorité sunnite et chiite alaouite minoritaire au pouvoir ( à peine 12 % de la population ) témoigne de la gravité du problème domestique.

9

L’Irak , encore une fois , ne diffère pas essentiellement de ses voisins , même si sa majorité est chiite et la minorité sunnite décision . Soixante -cinq pour cent de la population n’a rien à dire dans la politique, dans laquelle une élite de 20 pour cent détient le pouvoir . En outre, il existe une importante minorité kurde dans le nord , et si ce n’était pas pour la force du régime au pouvoir , l’armée et les revenus du pétrole , de l’état futur de l’Irak ne serait pas différente de celle du Liban dans le passé ou de la Syrie aujourd’hui . Les graines de conflit intérieur et la guerre civile sont visibles aujourd’hui déjà , surtout après la montée de Khomeini au pouvoir en Iran , un leader qui les chiites en Irak vue comme leur leader naturel .

10

Tous les principautés du Golfe et l’Arabie saoudite sont construits sur un édifice  délicat ,bâti sur  le sable dans lequel il y a uniquement de l’huile . Au Koweït, les Koweïtiens ne constituent qu’un quart de la population . Au Bahreïn, les chiites sont majoritaires mais sont privés du pouvoir. Aux Émirats arabes unis , les chiites sont une fois de plus la majorité, mais les sunnites sont au pouvoir . La même chose est vraie d’Oman et le Yémen du Nord . Même dans le marxiste  Yémen du Sud il y a une minorité chiite importante . En Arabie saoudite, la moitié de la population est étrangère , égyptienne et yéménite , mais une minorité d’Arabie détient le pouvoir .

11

La Jordanie est en réalité palestinienne , dirigée par une minorité bédouine  de Trans- Jordanie , mais la plupart de l’armée et certainement la bureaucratie est maintenant palestinienne. Comme une question de fait Amman est aussi palestinienne que Naplouse. Tous ces pays ont des armées puissantes , relativement parlant. Mais il y a un problème là aussi. L’armée syrienne est aujourd’hui principalement sunnite avec un corps d’officiers alaouites , l’armée irakienne est  chiite  avec des  commandants sunnites . Cela a une grande importance dans le long terme , et c’est pourquoi il ne sera pas possible de conserver la loyauté de l’armée fort  longtemps , sauf s’il s’agit du  seul dénominateur commun : l’ hostilité envers Israël, et  même aujourd’hui encore cela ne suffit pas .

12

A côté des Arabes, divisés comme ils sont, les autres Etats musulmans partagent une situation similaire. La moitié de la population de l’Iran est composé d’un groupe de langue persane et l’autre moitié d’un groupe ethnique turque. La population de la Turquie comprend une majorité musulmane sunnite turque , environ 50% , et deux importantes minorités , 12 millions de chiites alaouites et 6 millions de Kurdes sunnites . En Afghanistan, il y a 5 millions de Chiites , qui constituent un tiers de la population . En ce qui touche les sunnites au Pakistan, il y a 15 millions de chiites qui mettent en danger l’existence de cet Etat.

13

Cette image nationale de la minorité ethnique qui s’étend du Maroc à l’ Inde et de la Somalie et  à la Turquie souligne l’ absence de stabilité et une dégénérescence rapide dans toute la région. Lorsque cette image est ajouté à celle  économique , nous voyons comment l’ensemble de la région est construit comme un château de cartes , incapables de résister à ses graves problèmes.

14

Dans ce monde géant et fracturé il y a quelques groupes riches et une grande masse de gens pauvres. La plupart des Arabes ont un revenu annuel moyen de 300 dollars. Telle est la situation en Egypte, dans la plupart des pays du Maghreb à l’exception de la Libye et en Irak. Le Liban est déchiré et son économie est en train de se mettre en pièces . C’est un état dans lequel il n’y a pas de pouvoir centralisé, mais seulement 5 autorités de facto souverains ( chrétienne dans le nord , soutenue par les Syriens et sous le règne du clan Frangié , à l’Est une zone de conquête syrienne directe, dans le centre une enclave contrôlée par les  phalangistes chrétiens , dans le sud et jusqu’à la rivière Litani comme une région essentiellement palestinienne contrôlée par l’OLP et l’état des chrétiens du major Haddad et un demi-million de chiites ) . La Syrie est dans une situation encore plus grave et même l’ assistance qu’elle obtiendra dans l’avenir après l’unification avec la Libye ne sera pas suffisante pour faire face aux problèmes fondamentaux de l’existence et le maintien d’une grande armée . L’Egypte est dans la pire des situations : des millions sont  touchés par  la faim, la moitié de la population active est au chômage , et le logement est rare dans cette région la plus densément peuplée du monde. Sauf pour l’armée , il n’y a pas un ministère unique fonctionnant efficacement au sein  de l’Etat est dans une situation  permanente proche  de la faillite et dépend entièrement de l’aide étrangère américaine accordée depuis les pourparlers de paix.6

15

Dans les pays du Golfe , l’Arabie saoudite , la Libye et l’Egypte , il y a la plus grande accumulation d’argent et de pétrole dans le monde, mais ceux qui  en profitent  viennent de minuscules élites qui n’ont pas une large base de soutien et de confiance en soi , quelque chose qu’aucune armée ne peut garantir. 7 L’ armée saoudienne avec tout son équipement ne peut pas défendre le régime de réels dangers intérieurs  ou à l’étranger , et ce qui s’est passé à La Mecque en 1980 n’est qu’un exemple . Une situation triste et très orageuse  entoure Israël et crée des défis pour lui , des problèmes , des risques mais aussi des opportunités considérables pour la première fois depuis 1967. Il y a des chances que les occasions manquées à ce moment deviendront réalisables dans les années quatre-vingts dans une mesure et selon les dimensions que nous ne pouvons même pas imaginer aujourd’hui .

16

La politique de «paix» et la restitution des territoires , à travers une dépendance à l’égard des États-Unis , s’oppose à la réalisation de la nouvelle option créé pour nous . Depuis 1967, tous les gouvernements d’Israël ont attaché nos objectifs nationaux vers le bas pour réduire les besoins politiques, d’une part , et d’autre part à de négatives  opinions politiques intérieures qui neutralisent nos capacités tant au pays qu’à l’étranger. A défaut de prendre des mesures en vue de la population arabe dans les nouveaux territoires , acquis dans le cadre d’une guerre qui nous est imposée , est l’erreur stratégique majeure commise par Israël  au lendemain  de  la guerre des Six Jours. Nous aurions pu nous sauver de  tout le conflit amer et dangereux, car alors, si nous avions donné la Jordanie aux Palestiniens qui vivent à l’ouest du Jourdain . En faisant cela, nous aurions neutralisé le problème palestinien qui nous aujourd’hui confrontés , et à laquelle nous avons trouvé des solutions qui ne sont vraiment pas des solutions à tous , comme un compromis territorial ou de l’autonomie dont le montant , en fait, la même chose . 8 Aujourd’hui, nous sommes soudainement confrontés à d’immenses opportunités pour transformer la situation en profondeur et nous devons le faire dans la décennie à venir , sinon nous ne pourrons pas survivre en tant qu’Etat.

17

Au cours des années quatre-vingt , l’Etat d’Israël devra passer par de profonds changements dans son régime politique et économique au niveau national , ainsi que des changements radicaux dans sa politique étrangère, afin de tenir tête aux défis mondiaux et régionaux de cette nouvelle époque . La perte des champs de pétrole canal de Suez, de l’immense potentiel du pétrole, du gaz et d’autres ressources naturelles dans la péninsule du Sinaï qui est géomorphologiquement identique aux riches pays producteurs de pétrole de la région, se traduira par une perte d’énergie dans un proche avenir et va détruire notre économie nationale : un quart de notre PNB présents ainsi que d’un tiers du budget est utilisé pour l’achat de pétrole . 9 La recherche de matières premières dans le Néguev et sur la côte ne sera pas , dans un avenir proche , servir à modifier cet état de choses .

18

( Reprendre ) la péninsule du Sinaï , avec ses ressources actuelles et potentielles est donc une priorité politique qui est obstruée par des accords de Camp David et les accords de paix. La faute en incombe bien sûr avec le gouvernement israélien actuel et les gouvernements qui ont ouvert la voie à la politique de compromis territorial , les gouvernements de l’alignement depuis 1967. Les Egyptiens ne penseront  pas qu’il est nécessaire de maintenir le traité de paix après le retour du Sinaï, et ils feront tout ce qu’ils peuvent pour revenir dans le giron du monde arabe et de l’URSS dans le but d’obtenir le soutien et l’assistance militaire. L’aide américaine n’est garantie que pour une courte période, pour les conditions de la paix et de l’affaiblissement des Etats-Unis , tant au pays qu’à l’étranger se traduira par une réduction de l’aide . Sans huile et le revenu qui en découle , avec la présence d’énormes dépenses , nous ne serons pas en mesure d’obtenir à 1982 dans les conditions actuelles , et nous devrons agir afin de retourner la situation au statu quo qui existait dans le Sinaï avant  la visite de Sadate  et l’accord de paix signé à tort avec lui ,en  Mars 1979. 10

19

Israël a deux grands axes à travers lesquels peuvent se réaliser cet objectif , une directe et l’autre indirecte. L’option direct est le moins réaliste en raison de la nature du régime et du gouvernement en Israël , ainsi que la sagesse de Sadate qui obtint notre retrait du Sinaï , qui était l’enjeu  de la guerre de 1973, sa plus grande réalisation depuis qu’il a pris le pouvoir . Israël ne fera rien pour rompre  unilatéralement le traité , ni aujourd’hui , ni en 1982 , sauf s’il est très difficile ,pressé économiquement et politiquement et que  l’Egypte fournit à Israël un prétexte pour reprendre le  Sinaï entre nos mains pour la quatrième fois dans notre courte histoire. Ce qui reste est donc l’option indirecte. La situation économique de l’Egypte , de la nature du régime et de sa Politique pan- arabiste , va aboutir à une situation après Avril 1982, dans laquelle Israël sera contraint d’agir directement ou indirectement pour reprendre le contrôle du Sinaï en tant que réserve stratégique , économique et énergétique pour le long terme .L’ Egypte ne constitue pas un problème militaro-stratégique en raison de ses conflits internes et il pourrait être repoussé à la situation d’après-guerre en  1967 ,en  pas plus d’une journée. 11

20

Le mythe de l’Egypte comme le leader fort du monde arabe a été démoli en 1956 et certainement n’a pas survécu à 1967, mais notre politique , comme dans le retour du Sinaï, a servi à transformer le mythe en «fait». Mais en réalité, , la puissance de l’Egypte en proportion à la fois face  à Israël seul et pour le reste du monde arabe a connu une baisse d’environ 50 pour cent depuis 1967. L’Egypte n’est plus la première puissance politique dans le monde arabe et est économiquement au bord d’une crise. Sans l’aide étrangère , la crise viendra demain . 12 Dans le court terme, en raison du retour du Sinaï, en Égypte ,ce pays gagnera plusieurs avantages à nos frais , mais seulement à court terme jusqu’en 1982, et cela ne changera pas l’équilibre des forces à son avantage , et va peut-être apporter des lors, sa chute. L’Egypte, dans son image politique intérieure actuelle, est déjà un cadavre, d’autant plus si l’on tient compte de la croissance du Rift musulman -chrétien. Briser l’Egypte vers le bas territorialement en régions géographiques distinctes est l’objectif politique d’Israël dans les années quatre-vingt sur ​​son front occidental .

21

L’Egypte est divisée et déchirée dans de nombreux foyers d’autorité. Si l’Egypte se désagrège , des pays comme la Libye , le Soudan ou même les États les plus éloignés ne pourront pas continuer à exister dans leur forme actuelle et se joindront à la chute et à la dissolution de l’Egypte. La vision d’un Etat chrétien copte en Haute-Égypte ainsi qu’un certain nombre d’Etats faibles avec une puissance très localisée et sans un gouvernement centralisé comme à ce jour, est la clé d’un développement historique qui n’a été en retrait par l’accord de paix , mais qui semble inévitable le long terme. 13

22

Le front de l’Ouest , qui sur la surface apparaît plus problématique , est en fait moins compliqué que le front de l’Est , où la plupart des événements qui font la une des journaux ont eu lieu récemment . La dissolution totale du Liban en cinq provinces sert de précédent pour l’ensemble du monde arabe, dont l’Egypte , la Syrie , l’Irak et la péninsule arabique qui  est déjà à la suite cette piste. La dissolution de la Syrie et de l’Irak plus tard dans les zones ethniquement ou religieusement sunnite comme au Liban , est la cible principale d’Israël sur le front de l’Est dans le long terme , tandis que la dissolution de la puissance militaire de ces Etats sert de cible, à court terme primaire. La Syrie va s’effondrer , conformément à sa structure ethnique et religieuse, dans plusieurs États comme dans l’actuel Liban , de sorte qu’il y aura un Etat alaouite chiite le long de sa côte, un État sunnite dans la région d’Alep , un autre Etat sunnite, à Damas ,hostile à son voisin du nord , et les Druzes qui mettront  en place un Etat, peut-être même dans notre Golan , et certainement dans le Hauran et dans le nord de la Jordanie. Cet état de choses sera le garant de la paix et de la sécurité dans la région à long terme , et ce but est déjà à notre portée aujourd’hui . 14

23

L’Irak, riche en pétrole d’une part, et déchiré intérieurement sur l’autre , est une garantie en tant que candidat pour les objectifs d’Israël. Sa dissolution est encore plus importante pour nous que celle de la Syrie . L’Irak est plus fort que la Syrie. À court terme, c’est la puissance irakienne qui constitue la plus grande menace pour Israël. Une guerre irako- iranienne va déchirer l’Irak ,la faire éclater et  provoquer sa chute intérieure  avant même qu’elle soit  capable d’organiser une lutte sur un large front contre nous. Chaque type de confrontation inter -arabe nous aidera à court terme et permettra de raccourcir le chemin vers le but plus important qui est de de briser l’Irak en la divisant  comme en Syrie et au Liban. En Irak, une division en provinces le long de lignes ethniques / religieuses  comme en Syrie au cours de la période ottomane est possible. Ainsi, trois (ou plus) États existeront autour des trois grandes villes: Bassorah , Bagdad et Mossoul , et les zones chiites du sud se sépareront des sunnites et kurdes au nord . Il est possible que la présente confrontation irano- irakienne va approfondir cette polarisation . 15

24

L’ ensemble de la péninsule arabique est un candidat naturel pour la dissolution en raison de pressions internes et externes , et la question est inévitable en particulier en Arabie Saoudite. Peu importe si sa puissance économique fondée sur le pétrole demeure intacte ou si elle est diminuée dans le long terme , les déchirements et les pannes internes sont un développement clair et naturel à la lumière de la structure politique actuelle. 16

25

La Jordanie constitue un objectif stratégique immédiat à court terme mais pas à long terme , car elle ne constitue pas une menace réelle à long terme après sa dissolution , la fin du  long règne du roi Hussein et le transfert du pouvoir aux Palestiniens à court terme .

26

Il n’y a aucune chance que la Jordanie continuera d’exister dans sa structure actuelle pendant une longue période , et la politique d’Israël , à la fois dans la guerre et dans la paix , doit être orientée vers la liquidation de la Jordanie dans le cadre du régime actuel et le transfert du pouvoir à la majorité palestinienne . Une modification du régime à l’est du fleuve entraînera aussi la fin du problème des territoires peuplés par des Arabes à l’ouest du Jourdain. Que ce soit en temps de guerre ou dans des conditions de paix , l’émigration des territoires et le gel démographique économique pour eux, sont les garanties pour le changement à venir sur les deux rives de la rivière, et nous devons être actifs afin d’accélérer ce processus dans un proche avenir . Le plan d’autonomie devrait également être rejetée , ainsi que tout compromis ou de la division des territoires , compte tenu des plans de l’OLP et ceux des Arabes israéliens eux-mêmes , le plan de Shefa’amr de Septembre 1980 , il n’est pas possible d’arriver à vivre dans ce pays dans la situation actuelle sans séparer les deux nations , les Arabes en Jordanie et les juifs dans les zones à l’ouest de la rivière. Véritable coexistence et la paix règnera sur la terre que lorsque les Arabes  vont comprendre que sans règle juive entre le Jourdain et la mer, ils n’auront ni existence ni sécurité . Une nation qui leur est propre et la sécurité seront à eux , seulement en Jordanie . 17

27

En Israël , la distinction entre les domaines de ’67 et les territoires au-delà, ceux de 48, a toujours eu de sens pour les Arabes et aujourd’hui n’a plus aucune importance pour nous. Le problème doit être considéré dans son intégralité , sans divisions que de 67. Il doit être clair , en vertu d’une future constellation que la  situation politique ou militaire, dans  la solution du problème des Arabes autochtones ne viendra que quand ils reconnaitront l’existence d’Israël dans des frontières sûres jusqu’à la rivière du Jourdain et au-delà , comme notre besoin existentiel dans cette époque difficile , l’époque nucléaire dont nous allons bientôt entrer. Il n’est plus possible de vivre avec les trois quarts de la population juive sur le littoral dense qui est si dangereux dans une époque nucléaire.

28

La dispersion de la population est donc un objectif stratégique national de premier ordre , sinon, nous cesserons d’ exister à l’intérieur de frontières .La  Judée, la Samarie et la Galilée sont notre seule garantie pour l’existence nationale, et si nous ne devenons pas majoritaires dans les zones de montagne , nous ne dominerons pas  dans le pays et nous serons semblables à des Croisés, qui ont perdu ce pays qui n’était pas le leur de toute façon , et dans lequel ils étaient des étrangers pour commencer. Rééquilibrer le pays démographiquement , stratégiquement et économiquement est le but le plus élevé et le plus fondamental aujourd’hui . Prendre la main sur le bassin versant de la montagne de Beersheba à la Haute Galilée est l’objectif national généré par la grande considération stratégique qui est le règlement de la partie montagneuse du pays qui est vide de juifs aujourd’hui . l8

29

La réalisation de nos objectifs sur le front de l’Est dépend d’abord de la réalisation de cet objectif stratégique interne. La transformation de la structure politique et économique, de manière à permettre la réalisation de ces objectifs stratégiques , est la clé pour atteindre l’ensemble du changement. Nous devons passer d’une économie centralisée dans laquelle le gouvernement est très impliqué , à un marché libre et ouvert ainsi que de passer de fonction du contribuable américain à développer, avec nos propres mains , d’une véritable infrastructure économique productive. Si nous ne sommes pas en mesure de faire ce changement librement et volontairement , nous serons forcés en elle par l’évolution du monde , en particulier dans les domaines de l’économie , de l’énergie et de la politique , et par notre propre isolement croissant . l9

30

D’un point de vue militaire et stratégique , l’Occident dirigée par les États-Unis n’est pas en mesure de résister aux pressions mondiales de l’URSS dans le monde entier , et Israël doit donc autonome dans les années quatre-vingt , sans aucune aide extérieure , militaire ou économique , et ce est dans nos capacités aujourd’hui , sans compromis. 20 changements rapides dans le monde seront également amener un changement dans l’état de la juiverie mondiale à laquelle Israël deviendra non seulement un dernier recours, mais la seule option existentielle. Nous ne pouvons pas supposer que les Juifs américains et les communautés d’Europe et d’ Amérique latine continueront d’exister sous sa forme actuelle à l’avenir. 21

31

Notre existence dans ce pays lui-même est certaine, et il n’existe aucune force qui puisse nous retirer d’ici , soit de force ou par trahison (méthode de Sadate ) . Malgré les difficultés de la politique erronée de «paix» et le problème des Arabes israéliens et ceux des territoires , nous pouvons traiter efficacement ces problèmes dans un avenir prévisible.

conclusion

1

Trois points importants doivent être clarifiées afin d’être en mesure de comprendre les importantes possibilités de réalisation de ce plan sioniste pour le Moyen-Orient, et aussi pourquoi il a dû être publié .

2

Le passé militaire du Plan

Les conditions militaires de ce plan n’ont pas été mentionnés ci-dessus, mais sur les nombreuses occasions où quelque chose comme elle est «expliqué» à huis clos aux membres de l’establishment israélien , ce point est clarifié . Il est supposé que les forces militaires israéliennes , dans toutes leurs branches , sont insuffisantes pour le travail réel de l’occupation des territoires étendus comme indiqué ci-dessus. En fait, même dans les moments d’intenses  » troubles  » palestinien sur la Cisjordanie , les forces de l’armée israélienne sont trop tendus . La réponse à cette question est le mode de décision au moyen de  » forces Haddad » ou des « Associations villageoises » ( aussi appelé « ligues de village» ) : les forces locales dans le cadre des «leaders» se dissocie complètement de la population , ne pas avoir encore toute féodale ou structure du parti (comme les Phalangistes ont, par exemple ) . Les  «états» proposés par Yinon sont « Haddadland » et « Associations villageoises », et leurs forces armées sera , sans aucun doute , tout à fait semblable . En outre , la supériorité militaire israélienne dans une telle situation sera beaucoup plus grande qu’elle ne l’est aujourd’hui encore, de sorte que tout mouvement de révolte sera «puni» , soit par l’humiliation massive  en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, ou par bombardement et l’oblitération de villes, comme au Liban aujourd’hui ( Juin 1982) , ou par les deux. Afin de garantir cela, le plan , comme expliqué par voie orale, appelle à la mise en place de garnisons israéliennes dans les lieux de convergence entre les mini- États, dotés des forces destructrices mobiles nécessaires . En fait, nous avons vu quelque chose comme ça dans Haddadland et nous allons presque certainement bientôt voir le premier exemple de ce système fonctionnant soit au Sud-Liban ou dans tout le Liban .

3

Il est évident que les hypothèses militaires au-dessus , et l’ensemble du plan aussi, dépendent aussi du fait que  les Arabes continuent à être encore plus divisés qu’ils ne le sont maintenant, et sur ​​l’absence de tout mouvement de masse véritablement progressif entre eux. Il se peut que ces deux conditions seront retirés que lorsque le plan sera bien avancé , avec des conséquences qui ne peuvent être prévues .

4

Pourquoi il est nécessaire de publier cela  en Israël?

La raison pour laquelle la publication est la double nature de la société juive israélienne : Un très grand degré de liberté et de démocratie, spécialement pour les Juifs , combiné avec l’expansionnisme et la discrimination raciste. Dans une telle situation, l’ élite juive israélienne ( pour les masses suivent la télé et les discours de Begin ) doit être persuadée . Les premières étapes dans le processus de persuasion sont orales , comme indiqué ci-dessus, mais il arrive un moment où il devient gênant. Les documents écrits doivent être produits au profit des « persuasions » plus stupides et « expliquent» ( pour les officiers de rang moyen par exemple, qui sont , en général , remarquablement stupides) . Il faut ensuite qu’ils  « apprennent », plus ou moins , et qu’ils  prêchent aux autres. Il faut remarquer qu’Israël, et même le Yishouv des années vingt, a toujours fonctionné de cette façon . Je me souviens bien de la façon dont (avant j’étais « en opposition »), la nécessité de la guerre avec  qui me l’a expliqué, à moi et à d’autres un an avant la guerre de 1956 , et la nécessité de conquérir  » le reste de la Palestine occidentale quand nous en  aurons l’occasion  » ,ceci  a été expliqué dans les années 1965-1967 .

5

Pourquoi est-il supposé qu’il n’y a pas de risque particulier,venant de l’extérieur, dans la publication de ces plans?

Ces risques peuvent provenir de deux sources , tant que l’ opposition de principe à l’intérieur d’Israël est très faible ( une situation qui pourrait changer à la suite de la guerre contre le Liban) : le monde arabe, y compris les Palestiniens, et les Etats-Unis . Le monde arabe s’est montré jusqu’à présent incapable d’une analyse détaillée et rationnelle de la société juive israélienne et les Palestiniens ont été, en moyenne, pas plus que le reste. Dans une telle situation , même ceux qui crient sur ​​les dangers de l’expansionnisme israélien (qui sont assez réel ) font cela non pas parce que des connaissances factuelles et détaillées , mais à cause de la croyance dans le mythe . Un bon exemple est la croyance très persistante dans l’écriture inexistante sur le mur de la Knesset du verset biblique sur le Nil et l’Euphrate. Un autre exemple sont  les déclarations persistantes , et complètement fausses qui ont été faites par certains dirigeants arabes,parmi  les plus importants, que les deux bandes bleues du drapeau israélien symbolisent le Nil et l’Euphrate, alors qu’en fait ils sont tirées des bandes du châle de prières  juives  ( Talit ) . Les spécialistes israéliens supposent que , dans l’ensemble, les Arabes ne prêtent  aucune attention à leurs discussions sérieuses sur l’avenir, et la guerre du Liban leur a donné raison . Alors, pourquoi  ne devraient-ils pas continuer avec leurs vieilles méthodes de persuader d’autres Israéliens ?

6

Aux États- Unis, une situation très similaire existe , du moins jusqu’à maintenant . Les commentateurs plus ou moins sérieux  prennent leurs informations sur Israël, et beaucoup de leurs opinions à ce sujet, à partir de deux sources . La première  provient d’articles parus dans la presse «libérale» américaine, écrit presque entièrement par des admirateurs juifs d’Israël qui , même s’ils sont critiques de certains aspects de l’état d’Israël , pratiquent fidèlement ce que Staline appelait  » la critique constructive.  » ( en fait, ceux d’entre eux qui prétendent aussi être « anti- stalinien  » sont en réalité plus stalinien que Staline , Israël étant leur dieu qui n’a pas encore réussi ) . Dans le cadre de ce culte critique il faut supposer qu’Israël a toujours  de «bonnes intentions» et seulement « fait des erreurs », et donc un tel plan ne serait pas un sujet de discussion , exactement comme les génocides commis par des juifs bibliques ne sont pas mentionnés . L’autre source d’information, The Jerusalem Post, a adopté des politiques similaires. So long, donc , que la situation existe dans laquelle Israël est vraiment une «société fermée» pour le reste du monde , car le monde veut fermer ses yeux , la publication et même le début de la réalisation d’un tel plan est réaliste et réalisable.

Israël Shahak

17 juin 1982 à Jérusalem

À propos du traducteur

Israël Shahak est un professeur de chimie  organique à l’Université hébraïque de Jérusalem et le président de la Ligue israélienne des droits humains et civils . Il a publié Les Documents Shahak , recueils d’articles clés de la presse hébraïque , et est l’auteur de nombreux articles et livres , parmi lesquels non- Juifs dans l’Etat juif. Son dernier livre est mondial  sur le rôle d’Israël : les armes de  la répression, publié par le AAUG en 1982. Israël Shahak : (1933-2001)

Remarques

1 . Universités américaines, personnel de terrain . Rapport n ° 33 , 1979. Selon cette étude, la population mondiale sera de 6 milliards en l’an 2000. La population mondiale d’aujourd’hui peut être décomposé comme suit : Chine, 958 millions , l’Inde , 635 millions ; URSS , 261 millions ; États-Unis, 218 millions en Indonésie, 140 millions , le Brésil et le Japon, 110 millions chacun. Selon les chiffres du Fonds des Nations Unies pour 1980 , il y aura , en 2000, 50 villes ayant une population de plus de 5 millions chacun. Le ofthp de la population; Tiers-Monde sera alors 80% de la population mondiale. Selon Justin Blackwelder , US Census Bureau chef , la population mondiale n’atteindra pas 6 milliards à cause de la faim.

2 . La Politique nucléaire soviétique a été bien résumée par deux soviétologues américains: Joseph D. Douglas et Amoretta M. Hoeber , la stratégie soviétique de la guerre nucléaire , ( Stanford, CA , Hoover Inst Press, 1979 . . ) . Dans les dizaines de l’Union soviétique et des centaines d’articles et de livres sont publiés chaque année qui décrivent en détail la doctrine soviétique de la guerre nucléaire et il ya une grande quantité de documents traduits en anglais et publiés par l’US Air Force , y compris l’US Air Force : le marxisme -léninisme sur la guerre et l’Armée : le point de vue soviétique , Moscou, 1972; USAF : les forces armées de l’État soviétique. Moscou 1975, par le maréchal A. Grechko . L’approche de base soviétique à l’objet est présenté dans le livre par le maréchal Sokolovski publié en 1962 à Moscou : le maréchal VD Sokolovski , la stratégie militaire , doctrine et les concepts soviétique (New York, Praeger, 1963).

3 . Une image des intentions soviétiques dans diverses régions du monde peut être tirée de l’ouvrage de Douglas et Hoeber , ibid. Pour le matériel complémentaire: Michael Morgan, « minéraux du URSS comme arme stratégique dans l’avenir ,  » la Défense et des Affaires étrangères , Washington , DC, décembre 1979 .

4 . Amiral de la Flotte Sergei Gorshkov , Sea Power et l’État , London , 1979. Morgan , loc. cit. Le général George S. Brown (USAF ) C- JCS , Déclaration au Congrès sur la posture de défense des États-Unis Pour l’exercice 1979 , p. 103; Conseil national de sécurité , Examen de la politique de non-combustibles , ( Washington , DC 1979 ) ; Drew Middleton , The New York Times, ( 15.9.79 ) ; Temps , 21/09/80 .

5 . Elie Kedourie ,  » La Fin de l’Empire ottoman », Revue d’histoire contemporaine , Vol. 3 , n ° 4 , 1968 .

6 . Al -Thawra , la Syrie 20/12/79 , Al -Ahram , 30/12/79 , Al Baath , la Syrie, 06/05/79 . 55% des Arabes ont 20 ans et moins , 70% des Arabes vivent en Afrique , 55% des Arabes moins de 15 ans sont au chômage , 33 % vivent dans les zones urbaines , Oded Yinon ,  » le problème de la population de l’Egypte », The Jerusalem Quarterly , n ° 15 , printemps 1980 .

7 . E. Kanovsky , «nantis arabes et les démunis », The Jerusalem Quarterly , no 1, automne 1976 , Al Baath , la Syrie, 06/05/79 .

8 . Dans son livre, l’ancien Premier ministre Yitzhak Rabin a déclaré que le gouvernement israélien est en fait responsable de la conception de la politique américaine au Moyen-Orient , après Juin 67, en raison de sa propre indécision quant à l’avenir des territoires et de l’incohérence dans ses positions depuis qu’il a créé le fond de la Résolution 242 et certainement douze ans plus tard pour les accords de Camp David et le traité de paix avec l’Egypte. Selon Rabin, le 19 Juin 1967, le président Johnson a envoyé une lettre au Premier ministre Eshkol dans lequel il n’a rien dit sur ​​le retrait des nouveaux territoires, mais exactement le même jour , le gouvernement a décidé de retourner territoires en échange de la paix. Après les résolutions arabes à Khartoum ( 01/09/67 ), le gouvernement a modifié sa position, mais contrairement à sa décision du 19 Juin , n’a pas informé les États-Unis de l’altération et les États-Unis a continué de soutenir 242 du Conseil de sécurité sur la base d’ sa compréhension plus tôt qu’Israël est prêt à retourner territoires. À ce moment , il était déjà trop tard pour changer la position américaine et la politique d’Israël . De là, la voie était ouverte à des accords de paix sur la base de 242 comme cela a été plus tard convenu à Camp David . Voir Yitzhak Rabin. Pinkas Sherut , ( Maariv 1979) pp 226-227 .

9 . Affaires étrangères et de la Défense , Président du Comité professeur Moshe Arens ont fait valoir dans une interview ( Ma ‘ ARIV , 03/10/80 ) que le gouvernement israélien n’a pas réussi à élaborer un plan économique avant les accords de Camp David et a été lui-même surpris par le coût de ces accords, bien que déjà au cours des négociations, il a été possible de calculer le prix lourd et la grave erreur impliqué dans pas avoir préparé les motifs économiques de la paix.

L’ancien ministre de Trésor, M. Yigal Holwitz , a déclaré que si ce n’était pas pour le retrait des champs de pétrole , Israël aurait une balance des paiements positive ( 17/09/80 ) . Cette même personne a dit deux ans plus tôt que le gouvernement d’Israël ( à partir de laquelle il s’est retiré ) avait mis une corde autour de son cou . Il faisait allusion à des accords de Camp David (Ha’aretz, 03.11.78 ) . Dans le cadre de l’ensemble des négociations de paix ni un expert ni un conseiller économique a été consulté , et le premier ministre lui-même, qui manque de connaissances et d’expertise en économie, dans une initiative erronée , a demandé aux Etats-Unis pour nous donner un prêt plutôt qu’une subvention, en raison de sa volonté de maintenir notre respect et le respect de l’ US vers nous. Voir Ha’aretz1 / 5 /79. Jerusalem Post, 07/09/79 . Prof Asaf Razin , ancien conseiller principal au Trésor , a vivement critiqué la conduite des négociations; Ha’aretz, 05.05.79 . Maariv , 07/09/79 . En ce qui concerne les questions relatives aux champs de pétrole et la crise énergétique d’Israël , voir l’entrevue avec M. Eitan Eisenberg, un conseiller du gouvernement sur ​​ces questions, Ma’arive hebdomadaire , 12/12/78 . Le ministre de l’Énergie , qui a personnellement signé les accords de Camp David et l’évacuation des Sdeh Alma, a depuis mis l’accent sur la gravité de notre situation du point de vue de l’approvisionnement en pétrole plus d’une fois … Yediot Aharonot voir , 20/07/79 . Ministre de l’Énergie Modai même admis que le gouvernement ne l’a pas consulté du tout sur le sujet du pétrole au cours de Camp David et les négociations de Blair House . Ha’aretz, 22.08.79 .

10 . De nombreuses sources signalent sur ​​la croissance du budget de l’armement en Egypte et sur ​​les intentions de donner la préférence de l’armée dans un budget époque de paix sur les besoins nationaux pour lesquels une paix aurait été obtenu. Voir l’ancien Premier ministre Salam Mamduh dans une interview 18/12/77 , ministre du Trésor Abd El Sayeh dans une interview 25/07/78 et le papier Al Akhbar , 02/12/78 qui ont clairement souligné que le budget militaire recevra premier priorité , en dépit de la paix. C’est ce que l’ancien Premier ministre Mustafa Khalil a indiqué dans le document programmatique de son cabinet qui a été présenté au Parlement, 25/11/78 . Voir la traduction anglaise , ICA, FBIS , 27 novembre 1978, p D 1-10 .

Selon ces sources , le budget militaire de l’Egypte a augmenté de 10 % entre les exercices 1977 et 1978 , et le processus se poursuit encore . Une source Arabie divulgué que le plan d’ Egyptiens à augmenter leur budget militmy de 100 % au cours des deux prochaines années; Ha’aretz, 12.02.79 et Jerusalem Post, 14/01/79 .

11 . La plupart des estimations économiques ont jeté le doute sur la capacité de l’Égypte à reconstruire son économie en 1982. Voir l’Unité économique Intelligence 1978 Supplément,  » La République arabe d’Egypte  » ; E. Kanovsky , «L’évolution récente de l’économie du Moyen-Orient , « Occasional Papers , l’institution Siloé , Juin 1977; Kanovsky ,  » l’économie égyptienne depuis le milieu des Sixties , les secteurs Micro , « Occasional Papers , juin 1978 , Robert McNamara , président de la Banque mondiale , tel que rapporté dans le Times , Londres, 24/01/78 .

12. Voir la comparaison faite par le researeh de l’Institut d’études stratégiques à Londres, et la recherche Camed dans le Centre d’études stratégiques de l’Université de Tel Aviv, ainsi que la recherche par le scientifique britannique , Denis Champlin , Military Review, novembre 1979 , ISS : The Military Balance 1979-1980 , CSS ; arrangements de sécurité dans le Sinaï … par Brig . Gen (Rés. ) A Shalev , n ° 3.0 CSS , The Military Balance et des moyens militaires après le traité de paix avec l’Egypte, par Brig . Gen (Rés. ) Y. Raviv , n ° 4 , décembre 1978 , ainsi que de nombreux articles de presse , notamment El Hawadeth , Londres, 07/03/80 ; El Watan El Arabi , Paris, 14/12/79 .

13 . En ce qui concerne ferment religieux en Egypte et les relations entre coptes et musulmans voir la série d’ articles publiés dans le journal koweïtien , El Qabas , 15/09/80 . L’Auteure  Irene Beeson  fait ce rapport sur le fossé entre musulmans et coptes , voir : Irene Beeson , Guardian, Londres, 24/06/80 , et Desmond Stewart , Moyen-Orient Internmational , Londres 06/06/80 . Pour les autres rapports voir Pamela Ann Smith, The Guardian , Londres, 24/12/79 ; The Christian Science Monitor 27/12/79 ainsi que Al Dustour , Londres, 15/10/79 ; El Kefah El Arabi, 10/15 / 79 .

14. Arab Press Service, Beyrouth, 8/6-13/80 . The New Republic, 16/08/80 , Der Spiegel , cité par Ha’aretz, 21.03.80 , et 4/30-5/5/80 ; The Economist, 22/03/80 ; Robert Fisk, Times, Londres, 26/03/80 ; Ellsworth Jones, Sunday Times, 30/03/80 .

15. JP Peroncell Hugoz , Le Monde, 28/04/80 Paris , le Dr Abbas Kelidar , Moyen-Orient Review, Summer 1979;

Conflict Studies , ISS, juillet 1975, à Andreas Kolschitter , Der Zeit , (Ha’aretz, 21.09.79 ) Economist Foreign Report , 10/10/79 , affaires afro-asiatique , Londres, Juillet 1979.

16. Arnold Hottinger , «les Etats arabes riches en difficulté, « Le New York Review of Books , 15/05/80 ; service de la presse arabe , Beyrouth, 6/25-7/2/80 ; US Nouvelles et World Report , 11/5 / 79 ainsi que El Ahram , 09/11/79 ; El Nahar El Arabi Wal Duwali , Paris 07/09/79 ; El Hawadeth , 09/11/79 ; David Hakham , Monthly Review , IDF , janvier – février 79 .

17. En ce qui concerne les politiques et les problèmes de la Jordanie voient El Nahar El Arabi Wal Duwali , 30/04/79 , 02/07/79 , le professeur Elie Kedouri , Ma’ariv 08/06/79 , le professeur Tanter , Davar 12/07/79 , A. Safdi , Jerusalem Post, 31/05/79 ; El Watan El Arabi 28.11.79 ; El Qabas , 19/11/79 . Quant aux positions OLP voir : Les résolutions du Fatah Quatrième Congrès , Damas, Août 1980. Le programme de Shefa’amr des Arabes israéliens a été publié dans Ha’aretz, 24.09.80 , et par le rapport de la presse arabe 18/06/80 . Pour des faits et chiffres sur l’immigration des Arabes en Jordanie , voir Amos Ben Vered , Ha’aretz, 16.02.77 ; Yossef Tsuriel , Ma’ariv 12/01/80 . Quant à la position de l’ OLP contre Israël Shlomo Gazit voir , Monthly Review , Juillet 1980; Hani El Hasan dans une interview, Al Rai Al’Am , le Koweït 15/04/80 ; Avi Plaskov , « le problème palestinien », Survival , ISS, Londres Janv. Févr 78; David Gutrnann , «Le mythe palestinien », Commentary , Oct. 75 , Bernard Lewis, «Les Palestiniens et l’OLP , « Commentaire janvier 75 , du lundi matin , Beyrouth, 8/18-21/80 , Journal of Palestine Studies , Hiver 1980.

18. Professeur Yuval Neeman ,  » Samaria – le fondement de la sécurité d’Israël », Ma’arakhot 272-273 , Mai / Juin 1980; Ya’akov Hasdai , «La paix , la Voie et le droit de savoir,  » Dvar Hashavua , 2/23 / 80. Aharon Yariv , «profondeur stratégique – Un point de vue israélien ,  » Ma’arakhot 270-271 , Octobre 1979; Yitzhak Rabin , «Problèmes de défense d’Israël dans les années quatre-vingts ,  » Ma’arakhot Octobre 1979.

19. Ezra Zohar, Dans les pinces du régime ( Shikmona , 1974) ; Motti Heinrich , avons-nous une chance Israël, entre la vérité et la légende ( Reshafim , 1981).

20 . Henry Kissinger : «Les leçons du passé », The Washington Review Vol 1 , janvier 1978; Arthur Ross, «Le Défi de l’OPEP à l’Ouest, « Le Washington Quarterly , hiver 1980; Walter Levy, «Le pétrole et le déclin de l’ Ouest », Foreign Affairs , été 1980 ; Rapport spécial :« Notre armée forees – Ready or Not ? « US Nouvelles et World Report 10.10.77 ; Stanley Hoffman, « Réflexions sur le Danger Présent , «Le New York Review of Books 06/03/80 ; Temps 03.04.80 ; pétrole et American Power Six ans plus tard Robert Tucker,  » ; Leopold Lavedez  » Les illusions de sel » Commentaire septembre 79 , Norman Podhoretz ,  » Le Present Danger , «Commentaire Mars 1980 » Commentaire septembre 1979 , Norman Podhoretz ,  » l’ abandon d’Israël », Commentary Juillet 1976; Elie Kedourie , « Méconnaissance du Moyen-Orient , «Commentaire Juillet 1979.

21 . Selon les chiffres publiés par Yaacov Karoz , Yediot Aharonot , 17/10/80 , la somme totale des incidents antisémites enregistrés dans le monde en 1979 était le double du montant enregistré en 1978. En Allemagne , la France et la Grande-Bretagne le nombre d’incidents antisémites a été plusieurs fois supérieure à l’année. Aux États-Unis , ainsi il y a eu une forte augmentation des incidents antisémites qui ont été rapportés dans cet article. Pour le nouvel antisémitisme , voir L. Talmon ,  » Le nouvel antisémitisme », The New Republic, 18/09/1976 ; Barbara Tuchman , «Ils ont empoisonné les puits,  » Newsweek 03/02/75 .

___________________________________________________

Settlements-israeli-flag-400x266

Par la lecture de cet article,nous voyons se dessiner  brièvement le  complot sioniste et les manigances actuelles  des États-Unis d’amérique,de la France et de l’Angleterre.

Tous des états contrôlés par les sionistes.

 

Michel Duchaine

Traducteur de l’actuelle version en français,ce 19 octobre 2013.