« Voici, en une seule image, ce qui ne va pas en Amérique »

La pseudo crise du CV a permis, d’ores et déjà,  aux 1% de riches de s’enrichir encore plus, et aux 99% autres que nous sommes de s’appauvrir. L’exemple des USA est transposable dans tout l’Occident, sinon dans le reste du monde, à quelques rares exceptions près..

 

Fin janvier, alors que la Chine admettait toute l’étendue de la pandémie de grippe Wu qu’elle avait gardée secrète pendant des semaines dans l’espoir de pouvoir s’en tirer sans fermer son économie, même si cela signifiait des dizaines de milliers de morts (au final, il a échoué), nous avons signalé que depuis 1990, les 1% les plus riches ont acheté 1,2 billion (mille milliards) de dollars d’actions et de fonds communs de placement tandis que les autres, soit 99% de la population, ont vendu 1 billion de dollars. Et, confirmant ce que nous avons discuté dans « Les riches ont des actifs, les pauvres ont une dette« , sur la base des comptes financiers de distribution (DFA) de la Réserve fédérale, la propriété des ménages se concentre de plus en plus chez les ménages les plus riches, et cela atteint un niveau record.

Mais une chose inattendue s’est produite: les actions se sont effondrées, le S&P perdant brièvement jusqu’à 35% alors que les commerçants craignaient que la pandémie mondiale de coronavirus n’entraîne la fermeture du monde pendant des mois, voire des trimestres, entraînant une dévastation des bénéfices. C’est à ce moment-là que la Fed est intervenue, et après avoir d’abord lâché un bazooka, puis une « bombe nucléaire » destinée à écraser les obligations à court terme, et enfin une super bombe nucléaire où la Fed irait jusqu’à renflouer toutes les sociétés qui avaient acheté des billions de dollars en actions tout en émettant des actions bien notées BBB qui sont maintenant déclassées en quantités record, c’est-à-dire que la Fed achèterait des obligations de pacotille du type « ange déchu », Jerome Powell a veillé à ce que le 1% soit en bonne voie d’être rétabli – en d’autres termes, les super-riches sont bénéficiaires désormais du plus grand plan de sauvetage de l’histoire, un sujet qui a déclenché un débat sans précédent sur CNBC lorsque des étincelles ont volé entre l’investisseur en capital-risque Chamath Palihapitiya (lui-même milliardaire) et le présentateur Scott Wapner, les anciens milliardaires et entreprises devraient être autorisés à échouer (il a tout à fait raison – après tout, c’est à cela que sert le processus du chapitre 11, comme nous le disons depuis des mois), tandis que ce dernier suscite l’indignation de prétendre inexplicablement que les milliardaires ont tout aussi désespérément besoin de sauvetage par l’imprimante de l’argent (regardez le choc complet ici).

En bref, ce fut une semaine mémorable, au cours de laquelle nous avons appris que la Fed ferait n’importe quoi – même si cela signifie détruire complètement le dollar (il suffit de regarder le prix de l’or pour les progrès de Powell à cet égard) – pour sauver les super riches, tandis que tout le monde était détruit. Et rien ne capture mieux le zeitgeist que la capture d’écran suivante gracieuseté de Justin Horwitz qui a justement intitulé le tweet suivant « Tout ce qui ne va pas avec l’Amérique, en une seule image. »

 

 

 

À tout cela, nous pouvons ajouter: Classe moyenne américaine 0 – Réserve fédérale 6 083 131 000 000.

Source Zero Hedge


Quelques noms parmi les 1% des 1% :

 

 

Top 20 du classement Forbes 2020 des milliardaires mondiaux. Sur les vingt, il y en a DIX qui sont juifs.

Prénom / Nom Fortune Nationalité Entreprise
#1 Jeff Bezos $113 Mds Américaine Amazon
#2 Bill Gates $98 Mds Américaine Microsoft
#3 Bernard Arnault $76 Mds Française LVMH
#4 Warren Buffett $67,5 Mds Américaine Berkshire Hathaway
#5 Larry Ellisson  $59 Mds Américain Software
#6 Amancio Ortega $55,1 Mds Espagnol Zara/Inditex
#7 Mark Zuckerberg $54,7 Mds Américaine Facebook
#8 Jim Walton $54,6 Mds Américaine Walmart
#9 Alice Walton $54,4 Mds Américaine Walmart
#10 S. Robson Walton $54,1 Mds Américaine Walmart
#11 Steve Ballmer $52,7 Mds Américaine Microsoft
#11 Carlos Slim Helu $52,1 Mds Mexicaine Télécom
#13 Larry Page $50,9 Mds Américaine Google
#14 Sergey Brin $49,1 Mds Américaine Google
#15 Françoise Bettencourt Meyers $48,9 Mds Française L’Oréal
#16 Michael Bloomberg $48 Mds Américaine Bloomberg LP
#17 Jack Ma $38,8 Mds Chinoise Alibaba
#18 Charles Koch $38,2 Mds Américaine Koch Industries
#19 Julia Koch $38,2 Mds Américaine Koch Industries
#20 Ma Huateng $38,1 Mds Chinoise Tencent

 

La personne la plus riche dans au moins 7 États américains est juive

Le magazine Forbes a publié mercredi une liste des personnes les plus riches de chacun des 50 États.

Le fondateur et PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, 31 ans, est la personne la plus riche de Californie avec une valeur nette de 71 milliards de dollars. Le promoteur immobilier Ted Lerner, 93 ans, et sa famille sont les plus riches du Maryland avec une valeur nette de 5,1 milliards de dollars.

Le fondateur et propriétaire de Quicken Loans, Dan Gilbert, 57 ans, propriétaire des Cleveland Cavaliers, est la personne la plus riche du Michigan avec une valeur nette de 6,8 milliards de dollars. Le magnat du casino, le maffieux et ami de Trump, Sheldon Adelson, 85 ans, également propriétaire du quotidien Las Vegas Review-Journal, est la personne la plus riche du Nevada avec une valeur nette de 37,5 milliards de dollars.

L’ancien maire de New York, Michael Bloomberg, 77 ans, co-fondateur et propriétaire majoritaire de la société d’information financière et de médias Bloomberg LP, est la personne la plus riche de New York avec une valeur nette de 58,3 milliards de dollars.

Leslie Wexner, 81 ans, fondatrice et PDG de L Brands, est la personne la plus riche de l’Ohio avec une valeur nette de 4,7 milliards de dollars. Anita Zucker, PDG d’InterTech Group, un fabricant de produits chimiques, est la personne la plus riche de Caroline du Sud avec une valeur nette de 1,8 milliard de dollars.

La personne la plus riche de tous les États – également considérée comme l’homme le plus riche du monde – est le fondateur et propriétaire d’Amazon, Jeff Bezos, avec une valeur nette estimée à 157 milliards de dollars.

Or les juifs représentent 1,8% de la population américaine.  Les milliardaires juifs sont en tête dans 7 états sur 50, soit un score de 7/50 c’est-à-dire 14%. Ils sont donc surreprésentés dans les milliardaires dans une proportion de 14%/1,8% = 7,8, arrondi à 8. 

Cela veut dire que, si vous êtes juif aux USA, vous avez 8 fois plus de chances de devenir milliardaire que si vous êtes goy. Il en est de même en France etc…
Au niveau mondial :

Selon le bureau central des statistiques (CBS) israélien, la population juive mondiale serait de 13,855 millions, que l’on arrondit à 15 millions. La population mondiale est de 7,7 milliards. Donc les juifs représentent 15/7700= 0,19%, arrondi à 0,2%. Si les juifs étaient aussi riches (ou pauvres) que les goys, leur nombre parmi le top 20 des milliardaires serait de 20*0,02=0,4. Or leur nombre actuel est de 10, ils sont donc surreprésentés dans un rapport de 10/0,04= 250. Cela veut dire que, dans le monde, si vous êtes juif, vous avez 250 fois plus de chances de faire partie du top20 des plus riches (donc faisant partie des 1%) que si vous êtes goy.

Selon Forbes, il y a 2604 milliardaires dans le monde, dont le quart réside aux États-Unis. Parmi les 100 premières fortunes américaines, 30 sont juives, soit 30%.

Si nous faisons varier la proportion de milliardaires juifs, en considérant que les 30% en Amérique sont un maximum,  nous obtenons :

(a) 2604 2604 2604 2604 2604 2604
(b) 5% 10% 15% 20% 25% 30%
(c) 130 260 391 521 651 781

 

  1. a)Nombre de milliardaires dans le monde

(       b)   Proportion de juifs parmi les milliardaires

(     c) Nombre de milliardaires juifs estimés dans le monde : au minimum 130, au   maximum 781, sachant que les juifs représentent au maximum 0,2% de la population mondiale.

————————

Naturellement, expliquer des statistiques relatives à la position hors normes des juifs par rapport aux non-juifs, c’est de l’antisémitisme. Le « politiquement correct » impose de cacher des vérités élémentaires et connues depuis des lustres.Il faut jouer le jeu des hypocrites. C’est pour cela que notre Blog est  puni par Facebook and Co.  

Donald Trump et Benjamin Netanyahou: les deux meilleurs amis au monde!

 

 

 

 

Belgique: commande de masques chirurgicaux pour les migrants mais pas pour les Belges

Il y a un mois, le gouvernement belge a commandé des masques chirurgicaux pour le centre de demandeurs d’asile de Klein Kasteeltje à Bruxelles, en même temps qu’il disait aux Belges qu’ils n’avaient qu’à se laver les mains pour se protéger du COVID-19 ou du coronavirus.

La ministre belge de la Santé, Maggie De Block, est également secrétaire d’État à l’asile et aux migrations. De Block a passé une commande de masques chirurgicaux pour le centre des migrants pour un montant de 30 000 euros, selon un rapport du SCEPTR.

Dans le même temps, De Block et le virologue Marc Van Ranst disaient aux Belges dans les interviews télévisées de ne pas paniquer, car se laver les mains suffisait à prévenir une infection par un coronavirus.

Un centre de rétention surchargé de migrants en Belgique.

Dimanche, la Belgique a signalé près de 1 100 cas confirmés d’infection à coronavirus et le personnel médical belge souffre d’une pénurie de masques.

Pour faire face à l’urgence, la semaine dernière, le gouvernement belge a passé une commande de 5 millions de masques chirurgicaux d’une entreprise en Turquie qui devaient être livrés dimanche au plus tard. Dans un autre échec du gouvernement, les masques ne sont jamais arrivés, et De Block a admis aujourd’hui qu’ils avaient été fraudés par leur fournisseur turc et que les chances étaient « minimes » qu’ils en recevraient jamais, selon un autre rapport du SCEPTR.

Compte tenu de cette situation, la Belgique est actuellement confrontée à une véritable crise, car elle ne dispose actuellement que de 500 000 masques en stock. En tant que mesure d’urgence, le gouvernement a demandé que des particuliers avec des masques supplémentaires les donnent aux hôpitaux.

Le fait que la Belgique ait pensé à la sécurité des migrants avant celle de ses propres citoyens est ironique, d’autant plus que, comme l’a récemment souligné le Premier ministre hongrois Viktor Orbán, l’immigration est ce qui a amené le coronavirus en Europe en premier lieu, comme le rapporte Voice of Europe .

 

 

 

 

Le 1 % le plus riche : le modèle québécois

On dit souvent que le Québec est la société la plus égalitaire d’Amérique du Nord. C’est au Québec qu’on trouve les écarts de richesse les moins grands, c’est là que les inégalités progressent le plus lentement lorsqu’on fait des comparaisons avec les autres provinces du pays et les États américains. Ces affirmations sont vraies, mais elles demandent certaines nuances.

C’est le travail qu’a voulu faire Nicolas Zorn, spécialiste des inégalités économiques, dans un livre publié aux Presses de l’Université de Montréal, Le 1 % le plus riche, l’exception québécoise. Cette contribution de Nicolas Zorn est essentielle, utile et éclairante, à un moment où les inégalités contribuent aux tensions sociales et politiques dans le monde.

Ce sont les institutions, l’encadrement du travail, l’impôt des plus riches notamment qui ont permis au Québec de ralentir la montée des inégalités économiques. Le modèle québécois, écrit Nicolas Zorn, « serait conçu notamment pour atténuer les écarts de revenus. […] Le modèle institutionnel particulier au Québec pourrait bien permettre d’expliquer comment le phénomène relativement généralisé de concentration des revenus vers le sommet a pu être plutôt modéré, en comparaison de l’évolution vécue chez ses voisins américains et canadiens. »

Contre vents et marées

« Il est bien possible, poursuit Nicolas Zorn, que le taux de syndicalisation plus élevé au Québec ait ralenti la hausse des revenus du premier centile, comparativement à ses vis-à-vis nord-américains, par exemple en réussissant à maintenir les éléments plus égalitaristes et redistributifs du modèle québécois. »

Face à la financiarisation de l’économie, la réduction des impôts pour les entreprises et les mieux nantis, « les institutions du marché du travail et le syndicalisme pourraient avoir tempéré la hausse des revenus du premier centile québécois » selon l’auteur.

« Le premier centile québécois se situe nettement dans la moyenne des pays au régime non libéral, et ce même s’il fait partie du Canada et s’il est le voisin des États-Unis, deux pays qui, rappelons-nous, ont un régime libéral. Le Québec a plutôt développé un modèle social distinct, avec sa propre conception de la justice sociale. »

Le vent des inégalités souffle fort

N’empêche, les membres du 1 % le plus riche au Québec ont vu leur revenu marchand augmenter de 78 % de 1985 à 2008 contre 19 % pour les 99 % les moins nantis.

Les pressions sont fortes, explique le chercheur. « Les écarts de revenus en général, et ceux entre le sommet et le reste de la société en particulier, ont augmenté dans la quasi-totalité des pays développés que nous avons examinés. Une société fortement intégrée dans l’économie mondiale comme le Québec peut difficilement s’isoler des phénomènes qui touchent l’ensemble des pays mondialisés. »

« Le nombre de paliers [d’imposition] au sein des pays développés, écrit Nicolas Zorn, est passé d’une moyenne de 15 en 1981 à seulement 5 en 2010. Le taux marginal maximal d’imposition moyen est passé de 66 % en 1981 à 42 % en 2010 et le seuil du dernier palier d’imposition a baissé dans la plupart des pays, de 2000 à 2010. »

Choix rationnel ou idéologique?

Dans sa conclusion, il ajoute que « la baisse de la progressivité fiscale et du niveau d’imposition, sous couvert de nécessité économique, relèverait de choix politiques qui privilégient un modèle et une idéologie plutôt que d’autres. »

Comme on l’a souvent mentionné ici, les inégalités économiques préoccupent aujourd’hui un vaste éventail d’économiste et de décideurs publics, soit « un nombre grandissant de chercheurs, d’institutions et de personnalités politiques allant du premier ministre canadien, des présidents français et américain jusqu’au pape, en passant par les banquiers centraux des États-Unis et du Royaume-Uni, sans oublier les institutions internationales telles que l’OCDE et le FMI, ni les grandes organisations de la société civile comme Oxfam et le Forum de Davos. »

« Dans une nouvelle étude sur les inégalités, écrit Nicolas Zorn, cinq économistes du Fonds monétaire international concluent que plus les riches sont riches, plus la croissance économique est faible. En fait, c’est plutôt l’enrichissement des moins nantis et de la classe moyenne qui stimule la croissance économique, affirment-ils. »

 

 

 

 

 

Les taxes et les impôts ont augmenté de 1939% au Canada depuis 1961

argent canadien

 

 

TORONTO – Les sommes consacrées au paiement des taxes et impôts de toutes sortes ont considérablement gonflé depuis 1961, selon un rapport de l’Institut Fraser dévoilé mardi.

Les chercheurs de l’organisation ont passé au peigne fin l’évolution des principales dépenses d’une famille canadienne moyenne sur un horizon de 55 ans, en s’intéressant à l’argent dépensé pour des biens et produits de «nécessité» comparativement à ce qui est payé à l’État. Ils en ont conclu que les paiements de taxes ont augmenté de 1939 % en chiffres d’absolus (donc, non ajusté pour l’inflation), ce qui est fait le poste budgétaire ayant connu la plus forte hausse.

Les impôts du fédéral et du provincial, les taxes scolaires et municipales, les taxes de vente, ainsi que celles sur l’alcool et le carburant entrent dans ce calcul.

«Tous les gens ne le réalisent pas, mais un ménage canadien consacre maintenant davantage d’argent pour payer ses impôts de toutes natures que pour des biens de première nécessité», a avancé Charles Lammam, directeur des études fiscales à l’Institut Fraser, dans un communiqué publié mardi.

En guise de comparaison, les sommes dépensées pour le logement ont bondi de 1425 % (toujours en chiffres absolus), celles pour les vêtements de 746 % et 645 % pour la nourriture.

L’indice des prix à la consommation (IPC) a quant à lui progressé de 706 % au cours de cette même période.

En 2015, une famille moyenne gagnait un revenu de 80 593 $ et en a versé 42,4 % en paiements de taxation divers. En 1961, cette famille moyenne avait plutôt un revenu de 5000 $, payait 1675 $ en taxes, ce qui représentait le tiers de l’argent gagné soit 33,5 %.

«Les taxes contribuent à financer les services gouvernementaux, mais avec un montant qui atteint désormais 42 % de leur revenu, les Canadiens sont plus que jamais en droit de se demander s’ils sont satisfaits de ce qu’ils reçoivent en retour», a conclu M. Lammam.

 

Sources:journal de Montréal