Remplacement de populations:Nouvelle révélation- un génocide chrétien facilité par le gouvernement américain précédent au Nigeria

  • « Le 23 mars 2015, le président Obama a lui-même pris la décision inhabituelle de publier un message vidéo directement aux Nigérians, leur indiquant simplement comment voter. Dans cette vidéo, Obama a exhorté les Nigérians à ouvrir le » chapitre suivant « par leurs votes. » – Goodluck Jonathan, ancien président du Nigeria, dans son nouveau livre, My Transition Hours .
  • « Le christianisme est au bord de l’extinction au Nigeria. » – Bosun Emmanuel, secrétaire du Forum national des aînés chrétiens , le 23 juin 2018.
  • « Des centaines de Chrétiens autochtones de Numan dans l’Etat d’Adamawa ont été attaqués et tués par des pasteurs djihadistes Fulani. Quand ils ont essayé de se défendre, le gouvernement Buhari a envoyé l’armée de l’air pour en bombarder des centaines et protéger les agresseurs Fulani. » – Femi Fani-Kayode, avocat nigérian, auteur et ancien ministre de l’aviation, Daily Post , 6 décembre 2017.
  • En mars 2014, après que l’Institut américain pour la paix ait convoqué une conférence aux gouverneurs des États du nord du Nigéria, le département d’État a bloqué le visa du seul gouverneur chrétien de la région, Jonah David Jang, ministre ordonné.
Goodluck Jonathan, l’ancien président du Nigeria, a accusé l’administration Obama de s’immiscer dans la politique de son pays afin de le remplacer par son président actuel, Muhammadu Buhari. Sur la photo: Goodluck Jonathan en 2012.

Dans une révélation explosive , Goodluck Jonathan, ancien président du Nigeria (2010-2015), a accusé l’administration Obama de s’immiscer dans la politique de son pays afin de le remplacer par son président actuel, Muhammadu Buhari, accusé de nombreuses personnes pour avoir facilité la poursuite Les chrétiens. Dans son nouveau livre, My Transition Hours , Jonathan écrit :

« Le 23 mars 2015, le président Obama a lui-même pris la décision inhabituelle de publier un message vidéo directement aux Nigérians, leur indiquant simplement comment voter … Dans cette vidéo, Obama a exhorté les Nigérians à ouvrir le » chapitre suivant « par leurs votes. Ceux qui comprenaient le langage subliminal ont compris qu’il incitait l’électorat à voter pour que l’opposition [dirigée par les musulmans] forme un nouveau gouvernement « .

A 2011 ABC Nouvelles rapport fournit le contexte:

La vague actuelle d’émeutes [musulmanes] a été déclenchée par l’annonce [de la Commission électorale nationale indépendante (INEC)] lundi [18 avril 2011] que le président sortant, M. Goodluck Jonathan, avait remporté le premier tour de scrutin. Qu’il y ait eu des émeutes dans les États du Nord peuplés en grande partie de musulmans où la défaite du candidat musulman Muhammadu Buhari était intolérable, n’était pas surprenant. Les habitants du Nord [musulmans] estimaient avoir droit à la présidence du président déclaré vainqueur, Jonathan, après la mort du président musulman Umaru Yar’Adua l’année dernière et la mort de groupes radicaux dans le nord [Boko Haram] son ascension [de Jonathan] est une question temporaire à corriger lors de l’élection de cette année. Maintenant, ils sont en colère malgré les experts et les observateurs reconnaissant qu’il s’agit de l’élection la plus juste et la plus indépendante de l’histoire récente du Nigéria.

 

Que l’administration Obama ait imposé sa volonté à la politique d’un pays étranger et que des élections soient loin d’être sans précédent. Rappelons la partialité de l’administration envers les Frères musulmans pendant et après les élections présidentielles de 2012 en Égypte; ou ses efforts infructueux pour renverser le Premier ministre israélien Netanyahu avec l’argent des contribuables américains; ou ses efforts – avec un « dossier » certes non vérifié  – pour empêcher le candidat à l’élection présidentielle Donald J. Trump d’être élu, ou en discutant d’une  » police d’assurance  » au cas où Trump l’emporterait. De plus, des textes de Peter Strzok ont ​​révélé qu’Obama « veut savoir tout ce que nous faisons . « 

Ainsi, au Nigéria, l’administration Obama, semble-t-il, a cherché à réparer le tort apparemment intolérable d’un président chrétien dûment élu dans une nation à plus de 50% de chrétiens.

Deux questions se posent: 1) Existe-t-il des preuves extérieures corroborant les allégations de Jonathan contre l’administration Obama? 2) Buhari facilite-t-il vraiment le djihad à ses compatriotes chrétiens?

La politique pro-islamique / anti-chrétienne de l’administration Obama

Les accusations récemment publiées par l’ancien président nigérian Jonathan semblent correspondre à la politique de l’ancien gouvernement américain concernant les musulmans et les chrétiens au Nigeria.

Pour commencer, l’administration Obama a insisté sur le fait que la violence et les effusions de sang au Nigeria – presque toutes commises par des musulmans contre des chrétiens – n’avaient aucun rapport avec la religion . Ceci malgré le fait que Boko Haram – qui commettait des atrocités de type ISIS : massacre, enlèvement, viol, pillage, esclavage, torture avant même la naissance de l’Etat islamique – a présenté son terrorisme comme un djihad. Dans un cas, il a même appelé le président Jonathan à  » se repentir et à abandonner le christianisme  » et à se convertir à l’islam comme prix de la paix. L’administration Obama a toutefois refusé de désigner Boko Haram en tant qu’organisation terroriste étrangère jusqu’en novembre 2013 – des années après la pression grandissante des législateurs, des défenseurs des droits de l’homme et des lobbyistes.

 

Par exemple, après la destruction d’une église nigérienne lors d’un attentat à la bombe du Jour de Pâques 2012 qui a coûté la vie à 39 fidèles – l’un des nombreux attentats à la bombe meurtriers perpétrés au Nigéria au cours de ces dernières années – a déclaré Johnnie Carson, secrétaire d’État adjoint aux Affaires africaines , « Je souhaite saisir cette occasion pour souligner un point essentiel, à savoir que la religion n’est pas le moteur de la violence extrémiste » au Nigeria.

Au lieu de cela, « inégalité » et « pauvreté » – pour citer Bill Clinton – sont « ce qui alimente tout cela » (une référence au massacre jihadi de milliers de chrétiens).

Apparemment, pour prouver qu’il croyait ce qu’il disait, l’administration Obama a même accepté d’allouer 600 millions de dollars à une initiative de l’USAID pour déterminer les « véritables causes » des troubles et de la violence au Nigéria, supposés être du ressort socio-économique, jamais religieux.

Il est également révélateur que, même si l’administration Obama n’a formulé que des regrets génériques chaque fois que des chrétiens ont été massacrés par dizaines – sans reconnaître l’identité religieuse du persécuteur ou de la victime -, ils ont vivement protesté contre le ciblage de terroristes islamistes. Lorsque, par exemple, les forces nigérianes sous la présidence de Jonathan ont tué 30 terroristes Boko Haram lors d’une offensive en mai 2013, le secrétaire d’État américain John Kerry (qui est également mentionné en termes peu flatteurs dans les mémoires de Jonathan) « a publié une déclaration ferme » à Jonathan, Reuters adéclaré : « Nous sommes … profondément préoccupés par les allégations crédibles selon lesquelles les forces de sécurité nigérianes commettent des violations flagrantes des droits humains », a averti Kerry au président nigérian.

En mars 2014, après que l’Institut américain pour la paix ait convoqué une conférence aux gouverneurs des États du nord du Nigéria, le département d’État a bloqué le visa du seul gouverneur chrétien de la région, Jonah David Jang, ministre ordonné. Selon l’avocat des droits de l’homme, Emmanuel Ogebe:

« Après que le [gouverneur chrétien] leur a dit qu’ils ignoraient les 12 États de la charia qui ont institutionnalisé la persécution … il a soudainement développé des problèmes de visas … La question demeure: pourquoi les États-Unis minimisent-ils ou nient-ils les attaques contre les chrétiens? »

Plus récemment, Ogebe , du groupe de droit américain Nigeria Law basé à Washington, a déclaré  dans une interview, que le « département d’Etat » avait en fait déclaré qu’ils préféraient un pays à « majorité musulmane » pour expliquer pourquoi Obama avait choisi de visiter le Sénégal plutôt que le Nigeria. , Jonathan s’est rangé du côté des États-Unis sur Israël à l’ONU tandis que Buhari a voté contre les États-Unis / Israël à l’ONU. « 

Le rôle de Muhammadu Buhari dans le djihad sur les chrétiens

Selon Jonathan, les indicateurs selon lesquels Muhammadu Buhari – que l’administration Obama a contribué à faire du président du Nigéria – renforce le génocide des chrétiens suivent.

Après que Goodluck Jonathan soit devenu président, des milliers de chrétiens vivant à proximité de centres musulmans au Nigeria ont été tués . Depuis qu’ils ont obtenu ce qu’ils veulent – un président musulman, Muhammadu Buhari – en 2015 – les musulmans ont attaqué les chrétiens d’une manière qui est qualifiée de  » génocide pur « .

Comme l’Association chrétienne du Nigéria, un groupe de coordination composé de diverses confessions chrétiennes, a déclaré dans un communiqué récent :

« Il ne fait aucun doute que le seul but de ces attaques est de purifier ethnique, d’accaparer des terres et de chasser de force les indigènes chrétiens de leurs terres et de leur patrimoine ancestraux »

Pour commencer, beaucoup plus de chrétiens sous Muhammadu Buhari ont été massacrés que son prédécesseur chrétien – principalement par des bergers Fulani musulmans, qui lancent régulièrement des raids sur des villages chrétiens. Au cours des six premiers mois de cette année, 6 000 chrétiens ont été massacrés au nom du jihad. Il a fallu trois fois plus de temps aux Fulani pour tuer seulement 1 484 chrétiens sous la présidence de Jonathan.

Un certain nombre d’éminents Nigérians ont accusé Buhari de fermer les yeux sur les atrocités des Fulani. Il « est lui-même de la tribu des Foulani des djihadistes », a déclaré Ogebe .

Selon le révérend Musa Asake, secrétaire général de l’Association chrétienne du Nigéria:

« Sous le président Buhari, les gardiens de troupeaux Fulani meurtriers bénéficiaient d’une protection et d’un favoritisme sans précédent … Plutôt que d’arrêter et de poursuivre les bergers Fulani, les forces de sécurité généralement contrôlées par des musulmans du Nord leur offrent une protection, libérant la terreur en toute impunité contre le peuple nigérian. »

De même, selon Femi Fani-Kayode, avocat et avocat nigérian réputé, auteur et ancien ministre de l’aviation:

« … le président musulman [Buhari] n’a accordé aux meurtriers que l’impunité plutôt que la justice et a doté son gouvernement de responsables islamiques, sans rien faire pour que les chrétiens du pays, qui représentent la moitié de la population, soient dûment représentés. »

Comme l’administration Obama, Buhari attribue également la persécution des Chrétiens par les Fulani à « la pauvreté, à l’injustice et au manque de possibilités d’emploi ». Comme l’Association chrétienne du Nigeria rétorque cependant:

« Comment peut-il s’agir d’un affrontement [laïque ou économique] lorsqu’un groupe [de musulmans] attaque, tue, mutile, détruit, et que l’autre groupe [de chrétiens] est continuellement tué, mutilé et ses lieux de culte détruits? »

Le Forum national des aînés chrétiens est plus direct en ce qui concerne la source de la violence:

« JIHAD a été lancé au Nigeria par les islamistes du nord du Nigeria dirigés par le groupe ethnique Fulani. Ce Jihad est basé sur la doctrine de la haine enseignée dans les mosquées et les madrasa islamiques du nord du Nigeria, ainsi que sur l’idéologie suprémaciste des Fulani. Jihad conventionnel (violent) et furtif (civilisation) Jihad, les islamistes du nord du Nigéria semblent déterminés à transformer le Nigéria en sultanat islamique et à remplacer la démocratie libérale par la charia comme idéologie nationale … Nous voulons un Nigéria où les citoyens sont traités également devant la loi à tous les niveaux … « 

Le gouvernement Buhari a même été accusé de participer au djihad. Par exemple , une attaque particulièrement sauvage des Fulani « a détruit plusieurs villages [chrétiens] dans le sud de l’État [faisant 100 morts], et un avion de combat a bombardé une église luthérienne et d’autres cibles », indique un rapport, avant d’ajouter: « Certains les gens soupçonnent les jets ont été déployés en collaboration avec les terroristes parce que leurs bombes ont visé des villageois. « 

Fani-Kyode a été encore plus direct dans son accusation contre Buhari:

« Des centaines de Chrétiens autochtones de Numan dans l’Etat d’Adamawa ont été attaqués et tués par des éleveurs Fulani djihadistes. Quand ils ont essayé de se défendre, le gouvernement Buhari a envoyé l’armée de l’air pour en bombarder des centaines et protéger les agresseurs Fulani. Est-ce juste? WORLD TAKE NOTE ! « 

Le pasteur Bosun Emmanuel,un grand leader chrétien a prédit la mort du dernier chrétien au Nigéria pour 2043 …au plus tard!

 

 

 

Il convient également de noter que, bien que les chrétiens ne représentent que récemment la majorité de la population nigériane, le génocide en cours à leur encontre a entraîné une chute de leur population – au point que le christianisme au Nigéria « est sur le point de disparaître », prévient Bosun Emmanuel. , secrétaire du Forum national des aînés chrétiens. L’été dernier, il a déclaré que Muhammadu Buhari « poursuivait ouvertement un programme anti-chrétien qui avait entraîné d’innombrables meurtres de chrétiens dans tout le pays et la destruction de communautés chrétiennes vulnérables ». En conséquence, « l’Eglise a été affaiblie et incapable de se tenir devant ses ennemis. De manière réaliste, le christianisme est sur le point de disparaître au Nigeria. L’ascendant de l’idéologie de la charia au Nigeria sonne le bilan des morts pour l’Eglise nigériane.

De nombreux massacres de chrétiens ont commencé au Nigéria depuis 1989.

 

Boko Haram a développé de terribles et sanguinaires leaders en se faisant le mouvement islamiste rassembleur.

 

Les milices islamistes patrouillent partout au Nigéria.

 

 

 

 

Publicités

Nouvel Ordre Mondial: l’horreur de l’assassinat de Jamal Khashoggi…en détails!

 

« Faites ça dehors, vous allez m’attirer des problèmes », aurait lancé le consul lors de l’assassinat, selon l’enregistrement.

Jamal Khashoggi entre dans le Consulat de l'Arabie saoudite à Istanbul, le 2 octobre 2018.
Jamal Khashoggi entre dans le Consulat de l’Arabie saoudite à Istanbul, le 2 octobre 2018.

 

Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi a été torturé avant d’être « décapité » dans le consulat de son pays à Istanbul, a affirmé ce mercredi 17 octobre le quotidien turc « Yeni Safak » qui dit avoir eu accès à un enregistrement sonore des faits.

L’éditorialiste critique de Ryad s’est rendu au consulat le 2 octobre pour des démarches administratives en vue de son mariage. Il n’a pas été vu depuis.

Affirmant avoir eu accès à des enregistrements sonores de ce qui s’est déroulé ensuite, Yeni Safak explique que Jamal Khashoggi a été torturé au cours d’un interrogatoire et que ses doigts ont été coupés par des agents saoudiens.

Il a ensuite été « décapité », selon le quotidien progouvernemental, qui ne précise pas comment il a eu accès à ces enregistrements.

Des responsables turcs ont accusé Ryad d’avoir fait assassiner le journaliste par une équipe spécialement envoyée sur place, mais les autorités saoudiennes ont démenti.

« Faites ça dehors, vous allez m’attirer des problèmes »

Certains médias, dont le « Washington Post » pour lequel écrivait Jamal Khashoggi, avaient auparavant rapporté l’existence d’enregistrements audio et vidéo prouvant que le journaliste avait été « interrogé, torturé puis tué » à l’intérieur du consulat, avant que son corps ne soit démembré.

Mais c’est la première fois qu’un média turc dit avoir eu accès à de tels enregistrements.

Selon « Yeni Safak », le consul saoudien Mohammad Al-Otaibi est entendu sur l’un des enregistrements. Il lance alors : « Faites ça dehors, vous allez m’attirer des problèmes. »

Ce à quoi un individu non identifié lui répond : « Si tu veux vivre quand tu reviens en Arabie saoudite, tais toi. » Mohammad Al-Otaibi a quitté Istanbul mardi.

Découpé vivant, en musique

Le site d’informations en ligne Middle East Eye raconte, citant une source qui a eu accès à l’enregistrement sonore des derniers moments du journaliste, que Jamal Khashoggi a été emmené dans le bureau du consul.

Selon cette source, « il n’y a pas eu de tentative d’interrogatoire. Ils étaient venus le tuer » et le consul lui-même a été sorti de la pièce.

Un médecin légiste, identifié comme Salah al-Tubaigy et qui faisait partie de la quinzaine de Saoudiens dépêchés par Ryad à Istanbul ce jour-là selon plusieurs médias, a ensuite commencé à découper le corps de Jamal Khashoggi encore vivant, d’après la source de Middle East Eye. « Yeni Safak » précise que les doigts du journaliste ont été coupés avant qu’il soit décapité.

Pendant qu’il faisait cela, Salah al-Tubaigy a commencé à écouter de la musique à l’aide d’écouteurs.

« Quand je fais ce travail, j’écoute de la musique. Vous devriez (le) faire aussi », l’entend-on dire sur l’enregistrement, selon la même source.

L’assassinat a duré sept minutes, affirme en outre Middle East Eye.

Des médias américains ont affirmé que l’Arabie saoudite, dont l’image a terriblement souffert de cette affaire, envisageait de reconnaître la mort du journaliste lors d’un interrogatoire qui aurait mal tourné au consulat.


Khashoggi : son dernier édito portait sur la liberté de la presse

 

Le « Washington Post » publie un éditorial présenté comme la dernière contribution de Jamal Khashoggi, journaliste saoudien disparu.

Selon le « Washington Post », il s’agit de la dernière contribution de Jamal Khashoggi. Dans un éditorial publié mercredi 17 octobre par le quotidien américain, le journaliste saoudien, résident permanent aux Etats-Unis et porté disparu depuis qu’il est entré au consulat saoudien d’Istanbul le 2 octobre, écrivait sur la nécessaire liberté de la presse dans le monde arabe.

« Hélas, cette situation ne changera probablement pas », déplore-t-il dans cet éditorial transmis par son traducteur au « Washington Post » au lendemain de sa disparition. Il poursuit :

« Il y avait un temps où les journalistes ont cru qu’Internet allait libérer l’information de la censure et du contrôle associé à la presse écrite. Mais ces gouvernements, dont l’existence même s’appuie sur le contrôle de l’information, ont bloqué de manière agressive Internet. »

Pour lui, « le monde arabe fait face à sa propre version du rideau de fer, imposé non pas par des acteurs externes mais à cause des forces nationales se disputant le pouvoir ».

Et le journaliste, critique du pouvoir de Ryad, de citer le Qatar, grand rival de l’Arabie saoudite au Moyen-Orient :

« Le gouvernement du Qatar continue à soutenir la couverture des informations internationales, contrairement aux efforts de ses voisins visant à maintenir le contrôle de l’information afin d’appuyer ‘l’ancien ordre arabe’. »

« Ce sera sa dernière contribution »

Alors que les soupçons d’un assassinat de Jamal Khashoggi par des tueurs envoyés par Ryad se font de plus en plus tenaces, le quotidien américain a décidé finalement de publier cette tribune.

« Le ‘Post’ a retardé la publication parce que nous espérions que Jamal allait revenir vers nous afin que nous l’éditions avec lui », écrit dans un texte accompagnant son texte l’éditorialiste Karen Attiah. Elle ajoute :

« Maintenant, je dois l’accepter : ça ne va pas arriver. Ce sera sa dernière contribution. »

« Cet éditorial saisit parfaitement son engagement et sa passion pour la liberté dans le monde arabe. Une liberté pour laquelle il a apparemment donné sa vie. »

La presse turque a publié mercredi de nouvelles informations accablantes pour les Saoudiens, selon lesquelles Jamal Khashoggi aurait été torturé et assassiné dans le consulat dès le jour de sa disparition. Selon des informations du « New York Times », l’un des hommes identifiés par les autorités turques comme faisant partie du commando de 15 agents dépêchés par Ryad et suspectés de l’avoir tué fait partie de l’entourage du prince hériter saoudien Mohammed Ben Salmane, dit « MBS ».


Ce journaliste critique du pouvoir saoudien, n’a plus donné de signe de vie depuis son entrée au consulat saoudien à Istanbul le 2 octobre.

 

Jamal Khashoggi, un journaliste critique du pouvoir saoudien, qui écrivait notamment pour le « Washington Post », n’a plus donné signe de vie depuis son entrée le 2 octobre au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul. Que sait-on pour l’instant ? Où en est l’enquête ? 

Que sait-on ?

Le consulat d’Arabie Saoudite ou le meurtre a été commis.

Selon la fiancée de Jamal Khashoggi, celui-ci s’est rendu au consulat le 2 octobre pour effectuer des démarches en vue de leur prochain mariage. « Il est allé au consulat avec un rendez-vous, donc ils savaient quand il y serait », a expliqué Yasin Aktay, un proche du journaliste. Il avait appelé le consulat un peu avant d’y aller pour voir si ses documents étaient prêts, ils lui ont dit ‘oui, c’est prêt, vous pouvez venir’.

La police turque, qui a ouvert une enquête, a estimé, dans ses premières conclusions, que le journaliste a été tué au sein du consulat d’Arabie saoudite par une équipe venue spécialement à Istanbul et repartie dans la même journée. Selon elle, un groupe de 15 Saoudiens avait fait le 2 octobre l’aller-retour à Istanbul et se trouvait au consulat en même temps que Jamal Khashoggi. Le « Washington Post » a, lui, avancé qu’Ankara aurait affirmé à Washington détenir des enregistrements audio et vidéo montrant comment Khashoggi a été « interrogé, torturé puis tué » à l’intérieur du consulat, avant que son corps ne soit démembré. D’après le « New York Times », l’équipe d’agents saoudiens avait, à cet effet, apporté une scie à os. « C’est comme dans ‘Pulp Fiction' », a déclaré un haut responsable turc cité par le quotidien.

Les quotidiens « Sözcü » et « Milliyet » ont rapporté ce vendredi 12 octobre que Jamal Khashoggi portait, quand est entré au consulat, une « montre intelligente » connectée à un téléphone qu’il avait laissé entre les mains de sa fiancée, Hatice Cengiz. Les deux journaux affirment que des enregistrements audio ont ainsi été transmis par ce téléphone et sont actuellement examinés par la justice. Toutefois, si « Milliyet » affirme que des cris et une querelle ont été enregistrés, « Sözcü » rapporte que des dialogues, mais pas de cris, peuvent être entendus dans cet enregistrement de « quelques minutes ».

Que répond l’Arabie saoudite ?

Les autorités saoudiennes, qui avaient rapidement jugé « infondées » les accusations sur leur implication dans l’assassinat à Istanbul du journaliste Jamal Khashoggi, et affirmé qu’elles n’avaient « rien à cacher », ont depuis choisi la stratégie du silence. Jusqu’à présent, la seule réponse de Ryad a été d’affirmer que les caméras de la mission diplomatique ne fonctionnaient pas le jour de la disparition du journaliste.

Mardi 9 octobre, l’Arabie saoudite avait donné son feu vert pour une fouille de son consulat à Istanbul, mais celle-ci n’avait toujours pas eu lieu. Selon le quotidien progouvernemental « Sabah », ce retard s’explique par un désaccord sur les conditions de cette recherche : après avoir donné son accord, l’Arabie saoudite a fait savoir qu’elle n’accepterait, selon les informations du quotidien, qu’une fouille « visuelle ». Les autorités turques ont refusé cette condition et d’intenses tractations sont en cours depuis entre le procureur, le ministère turc des Affaires étrangères et des responsables saoudiens pour essayer de trouver un compromis, selon « Sabah ».

On a appris, ce vendredi 12 octobre, qu’une délégation saoudienne est arrivée en Turquie pour des entretiens portant sur l’enquête. Selon l’agence de presse étatique Anadolu, elle devait rencontrer des responsables turcs pendant le week-end. Ibrahim Kalin, le porte-parole de la présidence turque, a annoncé jeudi soir la formation d’un « groupe de travail » turco-saoudien pour tenter d’élucider le mystère de la disparition du journaliste.

Comment réagissent la Turquie et les Etats-Unis ?

President turc Recep Tayyip Erdogan

Le président turc Recep Tayyip Erdogan et le président américain Donald Trump Trump mettent la pression sur Ryad.

« Cet incident s’est déroulé dans notre pays. Nous ne pouvons rester silencieux », a prévenu le premier. Alors que les Saoudiens ont expliqué que les caméras de la mission diplomatique ne fonctionnaient pas le jour de cette disparition, le dirigeant turc n’a pas caché son scepticisme, soulignant que l’Arabie saoudite avait les systèmes de vidéosurveillance « les plus avancés ». « Si un moustique sort, leurs systèmes de caméras vont l’intercepter », a-t-il ironisé.

Donald Trump, lui, continue de réclamer des explications. « Nous allons étudier cela très, très sérieusement. Je n’aime pas cela du tout. » « C’est un précédent terrible, terrible », a-t-il estimé. Le président des Etats-Unis a également déclaré que des enquêteurs américains travaillaient avec la Turquie et l’Arabie saoudite, mais cette participation a été démentie par des sources diplomatiques turques.

 

Les Etats-Unis, comme l’ensemble des Occidentaux, font toutefois preuve d’une certaine retenue dans leurs commentaires, tant l’Arabie saoudite est un partenaire clé sur tous les plans – stratégique, militaire, commercial. Le président américain a ainsi d’ores et déjà exclu un gel des ventes d’armes américaines en guise de sanctions.

L’affaire Khashoggi fait, en tout cas, des remous dans le monde des affaires. Le milliardaire britannique Richard Branson, fondateur du groupe Virgin, a annoncé sa décision de geler plusieurs projets d’affaires avec le Royaume. De grands noms de l’économie mondiale et des médias, censés participer à la deuxième édition du sommet Future Investment Initiative du 23 au 25 octobre à Ryad, ont commencé à prendre leurs distances. Plusieurs médias partenaires ont également annulé leur venue.

Menaces et contre-menaces

Mardi, Michelle Bachelet, haut-commissaire de l’ONU pour les Droits de l’homme, a réclamé la levée de l’immunité de responsables saoudiens qui pourraient être impliqués dans la disparition de Jamal Khashoggi.

« Compte tenu de la gravité de la situation […], j’estime que l’inviolabilité ou l’immunité des locaux et des fonctionnaires concernés accordée par des traités tels que la Convention de Vienne de 1963 sur les relations consulaires devrait être levée immédiatement », a-t-elle déclaré.

Samedi, le président Trump, un grand allié de Riyad, avait pour la première fois estimé possible une implication de l’Arabie saoudite et l’avait menacée d' »un châtiment sévère ».

L’Arabie saoudite avait promis le lendemain de riposter à d’éventuelles sanctions.


Pompeo et le prince héritier Mohammed bin Salman ont discuté du meurtre présumé d’un journaliste saoudien le 16 octobre. L’Arabie saoudite a rejeté à plusieurs reprises les allégations et « toute tentative visant à le saper dans l’Affaire Khashoggi.

Mike Pompeo et Bin Salman

Le président turc Tayyip Erdogan s’entretiendra avec le secrétaire d’État américain Mike Pompeo, arrivé le 17 octobre pour une visite de travail à Ankara. Les entretiens américano-turcs devraient porter principalement sur la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, ministre turc des Affaires étrangères.

Mike Pompeo a eu des entretiens avec la ministre turque des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, au sujet de la disparition du journaliste et de Manbij, en Syrie, selon des reportages.

L’agence publique Anadolu a rapporté, citant le ministre de l’Intérieur Suleyman Soylu, que la Turquie attendait un accord conjoint pour perquisitionner la résidence du consul d’Arabie saoudite à Istanbul, en lien avec la disparition de Khashoggi.

Selon le service de presse du président turc, Erdogan rencontrera Pompeo à l’aéroport d’Ankara avant de partir pour la Moldavie.

Mike Pompeo avait déclaré plus tôt que le gouvernement saoudien s’était engagé à aller au fond des choses dans l’affaire du chroniqueur du Washington Post.

 Les Saoudiens affirment que Khashoggi a quitté le bâtiment indemne et nie avec véhémence toutes les allégations de meurtre du chroniqueur.


EN COMPLÉMENT:

Qui est Jamal Khashoggi?

Jamal Khashoggi

 

Jamal Khashoggi, dont la mort a été admise tôt samedi par l’Arabie saoudite évoquant « une bagarre qui a mal tourné » à l’intérieur du consulat du Royaume à Istanbul en Turquie, était un chroniqueur connu pour ses contributions dans les médias, dont le Washington Post.

Le défunt a d’abord été un proche collaborateur de la famille royale et des services de renseignement avant de devenir un critique de la politique autoritaire du prince Mohammed ben Salmane surnommé MBS.

L’homme qui devait avoir 60 ans le 13 octobre n’a plus donné signe de vie depuis qu’il est entré dans la représentation diplomatique saoudienne à Istanbul, le 2 octobre.

Jamal Khashoggi s’est exilé aux États-Unis après une vague d’arrestations en septembre 2017 dans le royaume. Depuis, il n’a cessé de dénoncer les « excès » de MBS. Il a révélé que le Palais lui avait interdit de s’exprimer dans le quotidien panarabe Al-Hayat, propriété du prince saoudien Khaled Ben Sultan al-Saoud, pour avoir défendu la confrérie des Frères musulmans, classée « terroriste » par Riyad.

En mars dernier, M. Khashoggi a cosigné un éditorial avec l’historien britannique Robert Lacey dans The Guardian dans lequel le duo reprochait au prince héritier de n’avoir « ni encouragé ni permis le moindre débat en Arabie saoudite ».

Né le 13 octobre 1958 dans la ville sainte de Médine, dans l’ouest de l’Arabie saoudite, Jamal Khashoggi obtient en 1982 un diplôme de gestion à l’Université d’État d’Indiana, aux États-Unis.

C’est pour les quotidiens Saudi Gazette et Asharq al-Awsat qu’il commence sa carrière en couvrant surtout le conflit en Afghanistan.

S’il n’a pas combattu aux côtés des moudjahidines contre les Soviétiques, il épouse rapidement leur cause financée par la CIA américaine et les services secrets saoudiens.

Jamal Khashoggi réalise une entrevue avec Oussama ben Laden, chef de l’organisation islamiste armée Al-Qaïda.

Mais dans les années 1990, il prend ses distances avec Oussama ben Laden.

Plus tard, Khashoggi occupe plusieurs postes de responsabilité dans des journaux saoudiens.

En 2003, il est contraint à la démission de son poste de rédacteur en chef au quotidien Al-Watan après seulement 54 jours.

Il revient au journal en 2007 pour en repartir en 2010 après avoir signé un éditorial jugé offensant pour les salafistes, courant rigoriste de l’islam.

Des relations ambiguës avec le Palais

Jamal Khashoggi n’est pas seulement connu pour sa carrière journalistique. Neveu du célèbre marchand d’armes Adnan Khashoggi, il vient d’une grande famille saoudienne qui a des origines turques. il a longtemps entretenu une relation particulière avec le pouvoir saoudien.

M. Khashoggi est proche conseiller du prince Turki al Fayçal, qui a dirigé les services de renseignement pendant plus de 20 ans.

Le célèbre prince milliardaire Alwalid bin Talal lui confie la responsabilité de lancer en 2015 Al Arab, une chaîne panarabe d’information en continu. Le projet tombe à l’eau lorsque les autorités de Manama, proches de Riyad opposent leur véto.

Deux ans plus tard, le prince Alwalid lui-même, est détenu à l’hôtel Ritz-Carlton de Riyad avec des dizaines de personnalités accusées de « corruption » par une commission présidée par le prince héritier MBS.

En 2017, les critiques de Jamal Khashoggi deviennent virulentes contre les dérives autoritaires de MBS.

Il critique également l’engagement de l’armée saoudienne dans la guerre au Yémen et l’embargo imposé au Qatar voisin, accusé par Riyad de soutenir les Frères musulmans et d’entretenir des liens avec l’Iran.

Le 2 octobre, il entre au consulat saoudien à Istanbul pour des démarches administratives en vue de son mariage avec une Turque, Hatice Cengiz. Il ne sera plus vu vivant.

…aussi

Le prince saoudien Khalid bin Farhan al Saoud, qui vit actuellement en exil en Allemagne, a déclaré que le prince héritier Mohammed bin Salman, qui fait face à une pression croissante pour faire face au meurtre présumé de Khashoggi, est un partenaire particulièrement important pour les États-Unis. « Le gouvernement américain pourrait difficilement se permettre de se passer d’un homme comme Mohammed bin Salman, facile à influencer et à contrôler », a déclaré bin Farhan

 

 


EN CONCLUSION

Mike Pompeo,l’envoyé de Donald Trump reçu par le président tuc Erdogan.

Les trois pays mêlés a cette affaire,les États-Unis,la Turquie et l’Arabie Saoudite semblent discuter d’un montant d’argent (en milliards de $ US) afin de  terminaliser  ce meurtre « a l’amiable » entre eux!

Les Américains viennent de perdre toute  crédibilité en s’assoyant avec ces deux dictatures pour  effacer l’assassinat monstreux d’un homme qui croyait a la liberté de parole et a la démocratie!

Des membres masculins de la famille royale entoure le prince héritier.

 

Grande-Bretagne: Au moins 20 000 filles blanches violées par des gangs de musulmans

 

La nouvelle qu’au moins 1 000 filles blanches de la ville anglaise de Telford ont été violées, harcelées et maltraitées par un «gang de toilettage asiatique» signifie que, collectivement, au moins 20 000 filles britanniques – dont certaines âgées de 11 ans – sont désormais victimes de cette importation. fléau de la criminalité non-blanche, tout ignoré, caché et nié par l’établissement anti-blanc.

( Source:Le nouvel observateur )

L’un des plus gros scandales de cette saga a été révélé dans la ville de Telford, dans le Shropshire, où on sait aujourd’hui que mille jeunes filles blanches ont été victimes de cette vague de criminalité «asiatique».

Si les crimes eux-mêmes n’étaient pas assez graves, la police britannique – toujours à l’avant-garde du déni et de la répression des faits concernant les crimes autres que le blanchiment au Royaume-Uni – a refusé à plusieurs reprises d’essayer de sensibiliser les médias à ce qui se passait.

Enterrés dans les rapports sont des dossiers impliquant des incendies criminels, des avortements et des meurtres. Par exemple, lorsque l’écolière Lucy Lowe, alors âgée de 16 ans, a menacé de dénoncer son agresseur Azhar Ali Mahmood, il a incendié sa maison. Lucy, sa mère et sa soeur ont été brûlées vives dans le brasier qui s’en est suivi. Deux ans plus tôt, Lucy avait donné naissance à l’enfant de Mahmood.

Une autre victime, Becky Watson, a été maltraitée par un groupe d’hommes musulmans et est décédée dans un accident de voiture, qualifié de «farce» par les autorités locales à l’époque.

De nombreuses autres victimes sont devenues toxicomanes après avoir reçu diverses pilules et substances par leurs agresseurs. Une fille, Vicky Round, est morte d’une overdose.

 

Il y a aussi des témoignages de victimes qui ont eu des avortements dans la matinée et qui ont ensuite été victimes de la traite par leurs agresseurs plus tard dans l’après-midi:

«Nuit après nuit, j’ai été forcé à avoir des relations sexuelles avec plusieurs hommes dans des plats à emporter et des maisons sales. Je devais prendre la pilule du lendemain dans une clinique locale au moins deux fois par semaine, mais personne n’a posé de questions. Je suis tombée enceinte deux fois et j’ai eu deux avortements. Quelques heures après mon deuxième licenciement, un de mes agresseurs m’a emmené pour être violée par plus d’hommes. Le pire moment est arrivé juste après mon seizième anniversaire, lorsque cinq hommes ont drogué et violé en groupe. Quelques jours plus tard, le chef de file s’est présenté chez moi et m’a dit qu’il le brûlerait si je respirais un mot de ce qui s’était passé.

Un des gangs «asiatiques» de Calderdale a été arrêté pour cette agression.

 

À une occasion, la police a refusé d’enquêter à cinq reprises sur une allégation de viol et n’a finalement ouvert une enquête que lorsque le ministre du Parlement local est intervenu.

Un autre ministre a également appelé à une enquête publique sur les abus sexuels, alors que la police locale et les représentants du conseil municipal ont écrit au ministre de l’Intérieur, en niant le moindre problème.

Une fille a rapporté ce qui se passait à son école et à son conseil local, mais elle a été complètement ignorée. Exaspérée, elle s’est alors rendue chez son médecin de famille pour demander de l’aide, mais le médecin lui a dit qu’elle était «malade mentalement» pour avoir même soulevé la question et qu’elle devait prendre des médicaments.

Les gangs musulmans ont ciblé les filles blanches à Telford, principalement dans les discothèques et les maisons de retraite des adolescents. Ils ont également travaillé principalement comme chauffeurs de taxi, ce qui signifie qu’ils transportent un grand nombre de jeunes enfants à l’école cinq jours par semaine.

Il a été signalé que plus de 200 agresseurs résidant à Telford ont été identifiés entre 2007 et 2009, une douzaine seulement ayant été poursuivie.

Le parti travailliste compte sur les communautés asiatiques du «centre-ville» pour voter en leur faveur lors des élections générales et locales. Pour le parti travailliste en particulier, les votes sont plus importants que la sécurité et la protection des enfants blancs et il a également été démontré qu’ils ont entravé activement toute enquête qui risquait de nuire à ce pacte électoral.

Il est également intéressant de noter que de nombreux conseillers dans les centres-villes sont maintenant asiatiques, avec les implications évidentes pour les dissimulations potentielles.

Telford n’est pas seul. Il existe maintenant des cas complets de gangs de toilettage «asiatiques» travaillant à Rotherham, Rochdale, Glasgow, Burnley, Bradford, Leeds, Keighley, Newcastle, Luton, Oxford, Blackpool, High Wycombe, Peterborough et Calderdale. La Grande-Bretagne.

En tout, des milliers et des milliers de filles blanches ont été entraînées dans cette vague de criminalité non blanche, avec au moins 1 400 victimes à Rotherham. Les autres cas signalés ont tous concerné des nombres similaires – ce qui signifie que le nombre total de victimes dépasse désormais 20 000 personnes.

Le rapport officiel sur les gangs de toilettage «asiatiques» de Rotherham, intitulé «Enquête indépendante sur l’exploitation sexuelle des enfants à Rotherham, 1997–2013», commandé par le Rotherham Metropolitan Borough Council, estime que pendant toute la période de l’enquête, de 1997 à 2013 ».

Le rapport a ensuite fourni des détails sur les abus:

«Il est difficile de décrire la nature épouvantable des sévices subis par les enfants victimes. Ils ont été violés par plusieurs agresseurs, trafiqués vers d’autres villes du nord de l’Angleterre, enlevés, battus et intimidés.

«Il y avait des exemples d’enfants qui avaient été aspergés d’essence et menacés d’être incendiés, menacés par des armes à feu, forcés d’assister à des viols violemment violents et menacés d’être la prochaine s’ils en parlaient à quelqu’un. Des filles d’à peine 11 ans ont été violées par un grand nombre d’agresseurs masculins.

«Cet abus ne se limite pas au passé mais se poursuit encore aujourd’hui. En mai 2014, la charge de travail de l’équipe spécialisée dans l’exploitation sexuelle des enfants était de 51 ans. Plus [Exploitation sexuelle des enfants] Les cas d’ESC étaient détenus par d’autres équipes de services sociaux pour enfants. Seize enfants pris en charge ont été identifiés par les services sociaux des enfants comme présentant un risque grave d’exploitation sexuelle ou d’exploitation sexuelle. En 2013, la police a reçu 157 rapports concernant l’exploitation sexuelle d’enfants dans l’arrondissement.

«La majorité des auteurs ont été décrits comme« asiatiques »par les victimes, mais pendant toute la période, les conseillers ne se sont pas directement engagés avec la communauté pakistanaise du patrimoine pour discuter de la meilleure façon de résoudre le problème.

«Certains conseillers semblaient penser qu’il s’agissait d’un problème isolé, qu’ils espéraient voir disparaître. Plusieurs membres du personnel ont décrit leur nervosité à identifier les origines ethniques des auteurs, de peur d’être considérés comme racistes. d’autres se sont souvenus des directives claires de leurs gestionnaires de ne pas le faire.

Les preuves sont claires et accablantes: une épidémie massive de viol et d’exploitation dans le tiers monde a accompagné l’invasion et la colonisation non blanches de la Grande-Bretagne et l’établissement délibérément aveugle, anti-blanc, reprocher.

 

 

 

 

Les dossiers de Michel Duchaine:Êtes-vous islamophobe?…Vous n’êtes pas seul!

Dans  le cadre de la nouvelle loi édicté par le gouvernement libéral  fédéral visant  à lutter contre l’islamophobie et à protéger la religion musulmane de la vindicte populaire,voici donc un autre son de cloche.

L’un des pires dangers que l’on peut retrouver en occident chrétien est la présence de politiciens néolibéraux qui croient que toutes les formes de religions ont des droits plus élevés que les droits nationaux…seul le mondialisme a le droit de parole. Justin Trudeau,Philippe Couillard et François Hollande en sont les grands exemples de cette affirmation.

 

ÊTES-VOUS ISLAMOPHOBE ?
L’islam, la charia, le coran, les hadiths, les livres saints de l’islam prônent la lapidation pour adultère, la décapitation, la mutilation des voleurs, la ségrégation des sexes, la polygamie, l’infériorité de la femme, le meurtre des homosexuels, l’assassinat des apostats (ceux qui quittent leur religion), l’extermination de tous les infidèles (ceux qui comme nous ne croient pas en Allah), l’éradication de toutes les autres religions, l‘esclavage, le mariage des petites filles de 6 ans et donc la pédophilie, la peine de mort pour les enfants, la prohibition de l’alcool, de la danse et de la musique, la haine des animaux (porc, chien, âne, mais pas du chameau!) l’enfermement symbolique des femmes sous de noires draperies, l’excision, la mutilation génitale des femmes, l’interdiction faite aux musulmans d’avoir des amis mécréants, d’épouser une personne d’une autre religion, la crucifixion des chrétiens et j’en passe. Voilà quelques lignes directrices prônées par l’islam. De nombreux musulmans donnent le nom d’ISLAMOPHOBIE au fait d’être contre la promotion, ou pire, contre l’exécution de ces actes barbares et rétrogrades. Si c’est là la définition de l’islamophobie, alors je vous le dis, je suis islamophobe à 100% et j’en suis fier, car ce que prône l’islam est inacceptable, barbare et inhumain. Pour ces raisons, ne soyez jamais mal à l’aise de vous dire islamophobe, car bien au contraire, NE PAS ÊTRE ISLAMOPHOBE SERAIT ANORMAL.
(Note: le suffixe -phobe dans le dictionnaire signifie « craindre ou détester ». L’islamophobie concerne donc l’islam, la doctrine, l’idéologie. Être islamophobe n’est ni raciste, ni xénophobe, ni arabophobe, ni musulmanophobe, car on peut combattre une idéologie tout en respectant les personnes qui s’y sont enfermées. Être islamophobe, c’est être contre la doctrine, le dogmatisme et l’idéologie totalitaire et barbare prônée par l’islam.)

Vidéo et article:prières islamiques chantées par le gouvernement canadien et les communautés musulmanes le 15 juin 2016

 

VIRALE : POUR LA PREMIÈRE FOIS AU CANADA — «PRIÈRES ISLAMIQUES» À ALLAH RÉCITÉS ET CHANTÉS PAR LE GOUVERNEMENT CANADIEN ET COMMUNAUTÉ MUSULMANE : AU PARLEMENT D‘OTTAWA ET CHAMBRE DES COMMUNES (15 JUIN 2016) — TRADUIT EN FRANÇAIS

L’événement appelé «Iftar on the Hill» était animé par les membres du Parlement canadien… les ministres libéraux de Justin Trudeau eux-mêmes. Tout le cabinet y était : Mélanie Joly, John McCallum (ministre des réfugiés), Stéphane Dion, etc. La grande célébration religieuse avait lieu à l’intérieur de la Chambre des communes au Parlement d’Ottawa le 15 juin dernier, avec la communauté musulmane du Canada. Des prières islamiques au dieu Allah – provenant du Coran – ont été récitées en ARABE… puis elles ont été récitées en anglais par la suite. Une luxueuse fête grandiose — financée par les contribuables canadiens — s’est déroulée après les prières et chants islamiques.

LES PAROLES DE «L’HYMNE NATIONAL DU CANADA» — MODIFIÉES DE FAÇON PERMANANTE «AU NOM DES MUSULMANES CANADIENS» : SUITE À UN VOTE PARLEMENTAIRE — Tel que vu ici, immédiatement après la lecture du Coran, le gouvernement canadien annonce que l’Hymne national du Canada a offiellement été modifiée, suite a un vote majoritaire qui s’est tenu au Parlement d’Ottawa en juin dernier. Il est indiqué «qu’ils l’on fait au nom des communautés musulmans canadiennes» car (je cite) : «À travers toutes les communautés canadiennes qui existent, seuls les Musulmans savent VRAIMENT ce que veut dire le mot « changement »… Le VRAI changement !».

LISTE DES MINISTRES LIBÉRAUX / INVITÉS DE JUSTIN TRUDEAU PRÉSENTS POUR CÉLÉBRER ET ANIMER L’ÉVÉNEMENT — Ahmed Hussen, Alexandra Mendes, Ali Ehsassi, Arif Virani, Bill Blair, Chandra Arya, Greg Fergus, Iqra Khalid, Majid Jowhari, Marwan Tabbara, Maryam Monsef, Omar Alghabra, Rob Oliphant, Salma Zahid, Shaun Chen, Terry Duguid, Yasmin Ratansi, Ziad Aboultaif. — AVEC : Chandra Arya (Membre du Parlement canadien, Nepean), Yasmin Ratansi (Politicienne Libérale canadienne), Mélanie Joly (Ministre du Patrimoine canadien), Salma Zahid (Membre du Parlement, Scarborough) et plusieurs autres politiciens canadiens / invités importants à travers le Canada.

*NOTE: Cette vidéo vaut vraiment la peine d’être regardée en entier. Notes, infos et traductions inclus dans la vidéo. Justin Trudeau a fait entrer «la religion islamique» à l’intérieur du gouvernement canadien… L’ISLAM maintenant affilié à l’État. ON NE PARLE PLUS DE «DIVERSITÉ» ICI… MAIS BIEN «D’ILLÉGALITÉ».

Merci à Alex Parent pour son travail.

 

Au lendemain de sa victoire électorale:le premier libéral franc maçon prie avec ses alliés islamistes.
Au lendemain de sa victoire électorale:le premier ministre Justin Trudeau,libéral et  franc maçon prie avec ses alliés islamistes.

 

Scandale politique et social:74 ingénieurs de l’Hydro Québec payés à ne rien faire

Les installations abandonnées de Gentilly 2.
Les installations abandonnées de Gentilly 2.
Hydro-Québec continue de payer 74 ingénieurs qui n’ont plus de travail depuis la fermeture de Gentilly-2. La société d’État a dépensé 48,8 millions de dollars pour l’ensemble des employés excédentaires non requis depuis 2013. Les ingénieurs excédentaires bénéficient de la sécurité d’emploi donc Hydro-Québec n’a pas d’autre choix que de les payer. Hydro-Québec est d’ailleurs en litige avec le syndicat des ingénieurs, car il y a une clause dans leur convention collective qui interdit l’employeur de les déplacer à plus de 48 kilomètres de leur quartier général ici à Trois-Rivières. Les ingénieurs excédentaires sont nombreux à refuser des postes qui nécessitent un déménagement. Hydro-Québec continue donc d’engager à l’externe, soit 63 ingénieurs en 2014.
Reste que la situation des anciens de Gentilly coûte cher alors que les tarifs d’électricité continuent d’augmenter. Depuis 2013, Hydro-Québec a versé des «crédits» de 48,8 millions $ pour «l’ensemble des employés excédentaires non requis», peut-on lire dans  divers médias du Québec.

Pour les ingénieurs seulement, Hydro-Québec a prévu «22 millions $ pour couvrir les dépenses du groupe d’emploi, sans aucun revenu en contrepartie», apprend-on dans ce même document.En date d’aujourd’hui, il reste toujours 74 ingénieurs basés à Trois-Rivières dont le statut est «non requis». Hydro-Québec continue pourtant d’embaucher à l’externe. En 2014, elle en a engagé 63, au grand dam du syndicat, qui souhaite régulariser la situation de ses membres.

Déménagements refusés

Mais ces derniers sont nombreux à refuser des assignations qui nécessitent un déménagement. En effet, leur convention collective stipule «qu’on ne peut affecter un ingénieur contre son gré à plus de 48 kilomètres de son QG». Un tribunal d’arbitrage a d’ailleurs interdit provisoirement la société d’État de forcer un travailleur à déménager à Chicoutimi en août 2014.

«plusieurs ingénieurs
excédentaires bénéficiant
de la sécurité d’emploi sont
rémunérés sans que leurs
services soient requis»
– Hydro-Québec, dans une
décision du tribunal d’arbitrage

Le syndicat accuse l’entreprise de vouloir déraciner des employés plutôt que de leur trouver des occasions d’emploi dans la région. «Hydro a montré plus de flexibilité à l’endroit des autres employés, en ouvrant des postes de techniciens à Trois-Rivières par exemple», déplore Carole Leroux, présidente du Syndicat professionnel des ingénieurs d’Hydro-Québec. Elle ne comprend pas pourquoi la compagnie «s’acharne» à sortir les ingénieurs de la Mauricie.

Travail à distance

À son avis, la société d’État devrait favoriser le travail à distance. «Un travail d’ingénieur se fait sur l’ordinateur. Ce n’est pas comme un monteur de ligne», estime Mme Leroux. De son côté, Hydro-Québec affirme qu’une «grande majorité» des employés non requis sont occupés par «des assignations liées aux travaux de fermeture» ou «des mandats de développement ou des affectations temporaires dans l’entreprise».

EN CONCLUSION
Pendant que des milliers de travailleurs et travailleuses du Québec  se forcent chaque jour de leur vie pour se lever parfois à 5 heures du matin,faire parfois deux fois cinquante kilomètres par jour pour aller faire un huit heures de travail  à un salaire très inférieur  aux enfants gâtés de l’Hydro Québec,ceux-ci rechignent à faire 48 kilomètres …les pauvres cons!
J’estime qu’un grand nettoyage dois être fait dans tout ce système corrompu du néolibéralisme  avant  que nous,le peuple…soyons définitivement écrasé et enterré vivant  dans cette  boue puante qui déshonore le nom même du Québec.
Pour la millième fois,je crie haut et fort que seule la désobéissance civile est devenue noble car en 2015,devenir un désobéissant  au gangstérisme d’état est un acte d’honneur et de courage.

Les ennemis du peuple des Humains de la Terre : les sionistes entre eux

Shimon Peres et Thomas Mulcair se rencontraient le  10 mai 2012 à Shimon Peres s'est exprimé devant les membres de la synagogue Shaar Hashomayim de Westmount ...uniquement en anglais.
Shimon Peres et Thomas Mulcair se rencontraient le 10 mai 2012 . Shimon Peres s’est exprimé devant les membres de la synagogue Shaar Hashomayim de Westmount …uniquement en anglais.

Le cas « Thomas Mulcair » …ou le sionisme sympathique allié à la gauche canadienne

Notre photo : Shimon Peres  discutant avec Thomas Mulcair,le chef du Nouveau Parti Démocratique  (gauche fédéraliste) du Canadadevant les membres de la synagogue Shaar Hashomayim, de Westmount …avez-vous l’impression d’être au Québec?

« Ce n’est pas en marginalisant ses femmes que l’Égypte réglera ses problèmes, qui sont beaucoup plus économiques que politiques. » 

C’est l’avertissement qu’a lancé ,le 10 mai 2011, le président sioniste  israélien, Shimon Peres, aux Frères musulmans à moins de deux semaines du scrutin présidentiel dans le pays des pharaons. 

Cette journée-là, le Prix Nobel de la paix ne s’adressait pourtant pas à une foule d’électeurs égyptiens, mais plutôà quelques centaines de membres de la communauté juive montréalaise, assemblés à la synagogue Shaar Hashomayim de Westmount pour l’entendre.

«Si les femmes souffrent de discrimination, les premières victimes seront les enfants», a dit le politicien  sioniste  en évoquant à mots couverts la place grandissante des partis islamistes radicaux dans l’Égypte post-Moubarak. 

«Le problème de la région est bien plus la pauvreté que la politique», a-t-il ajouté en notant que, pour le moment, il voit bien peu de leaders proposer des solutions concrètes aux problèmes soulevés par la jeunesse lors des manifestations du Printemps arabe. 

*Le pire,c’est qu’avec le recul du temps,l’histoire semble lui donner raison…,mais heureusement les égyptiens peuvent maintenant compter sur le général Al – Sissy qui semble intègre.

Les manchettes du jour n’ont cependant pas été le seul sujet du discours de M. Peres ,cette journée-là. L’ancien bras droit de David Ben Gourion s’est replongé dans le passé pour parler de la fondation de l’État hébreu. Au détour, il n’a pas manqué une occasion pour faire rire l’auditoire auquel il s’est adressé presque exclusivement en anglais. 

Il a rappelé qu’il y a 64 ans, les sionistes n’ont pas choisi Israël pour son paysage. «Il y a des roches dans le nord du pays et un désert dans le Sud. Il y a deux lacs, dont un est mort», a-t-il lancé, en référence à la mer Morte.

Un important dispositif de sécurité a été mis en place pour la visite de l’homme d’État à Montréal, son dernier engagement avant son retour en Israël. Selon une source du consulat sioniste d’Israël, Shimon Peres,alors  âgé de 88 ans, a annulé une rencontre prévue avec le premier ministre du Québec du moment ,l’unique  Jean Charest.

Quant on rencontre son lieutenant sioniste au Canada (Thomas Mulcair),et qui plus est…élu au Québec,pourquoi perdre son temps avec un premier ministre connu comme étant corrompu ,au Québec.Il savait bien qu’il n’y avait pas d’avenir là-dedans ,puisque le Mossad ,comme on le sait ,est bien renseigné avec ses agents doubles ,au Québec.

Thomas Mulcair et Amir Khadir marchant ensemble lors d'un défilé de la "Fierté Gaie" à Montréal. Deux grands alliés...les amis de mes amis sont mes amis!
Thomas Mulcair et Amir Khadir marchant ensemble lors d’un défilé de la « Fierté Gaie » à Montréal.
Deux grands alliés…les amis de mes amis sont mes amis!

………………………………………………………………………………

Lors de la campagne électorale  fédérale de 2011

«Québec Solidaire n’a pas l’habitude d’intervenir sur la scène fédérale, a indiqué au Devoir Françoise David, une des deux porte-paroles du parti de gauche. Mais si nous le faisons aujourd’hui, c’est parce que nous sommes très inquiets. Désormais, il ne se passe plus une semaine sans que Stephen Harper ne vienne déstructurer l’État, les institutions démocratiques, la recherche scientifique, les réseaux de solidarité… Nous sommes devant un travail réfléchi et articulé de démantèlement de la démocratie et il faut s’y opposer».

Phrases placées sur la page Facebook d’Amir Khadir,en 2011 .

Michel Duchaine

Chercheur et Diseur de Vérité