Histoire et numismatique:Le 19 juin 1865 et le festival de Juneteenth

Juneteenth (un portemanteau de juin et du dix-neuvième; également connu sous le nom de Freedom Day) est un jour férié américain non officiel et un jour férié officiel du Texas, célébré chaque année le 19 juin aux États-Unis pour commémorer le général de l’armée de l’Union Gordon Granger annonçant des ordres fédéraux dans le ville de Galveston, Texas, le 19 juin 1865, proclamant que tous les esclaves du Texas étaient désormais libres. Bien que la proclamation d’émancipation les ait officiellement libérés près de deux ans et demi plus tôt et que la guerre de Sécession ait largement pris fin avec la défaite des États confédérés en avril, le Texas était le plus éloigné des États esclavagistes, avec une faible présence de troupes de l’Union , de sorte que l’application de la proclamation avait été lente et incohérente.

Bien que ce jour marque l’émancipation de tous les esclaves de la Confédération, l’institution de l’esclavage était toujours légale et existait dans les États frontaliers de l’Union après le 19 juin 1865. L’esclavage aux États-Unis n’a pas officiellement pris fin avant la ratification du treizième amendement à la la Constitution des États-Unis le 6 décembre 1865, qui a aboli l’esclavage entièrement dans tous les États et territoires américains.

Pendant la guerre de Sécession, le président Abraham Lincoln a publié la Proclamation d’émancipation préliminaire le 22 septembre 1862. Elle a été officiellement publiée le 1er janvier 1863, déclarant que toutes les personnes asservies dans les États confédérés d’Amérique en rébellion et non aux mains de l’Union devaient être libéré.

 

Plus isolés géographiquement, les planteurs et autres esclavagistes avaient migré vers le Texas des États de l’Est pour échapper aux combats, et beaucoup ont amené avec eux des esclaves, augmentant par milliers la population asservie de l’État à la fin de la guerre civile. Bien que la plupart vivent dans des zones rurales, plus de 1 000 résidaient à Galveston et à Houston en 1860, dont plusieurs centaines dans d’autres grandes villes. En 1865, il y avait environ 250 000 esclaves au Texas.

La nouvelle de la reddition du général Robert E. Lee le 9 avril 1865 parvint au Texas plus tard dans le mois. L’armée de l’Ouest du Trans-Mississippi ne se rendit que le 2 juin. Le 18 juin, le général de l’armée de l’Union, Gordon Granger, arriva à Galveston Island avec 2 000 soldats fédéraux pour occuper le Texas au nom du gouvernement fédéral. Le lendemain, debout sur le balcon de la villa Ashton de Galveston, Granger a lu à haute voix le contenu de « l’Ordre général n ° 3 », annonçant l’émancipation totale des personnes détenues comme esclaves:

<< Le peuple du Texas est informé que, conformément à une proclamation de l’exécutif des États-Unis, tous les esclaves sont libres. Cela implique une égalité absolue des droits personnels et des droits de propriété entre les anciens maîtres et les esclaves, et le lien existant jusqu’à présent entre eux devient celui entre l’employeur et la main-d’œuvre salariée. Il est conseillé aux affranchis de rester tranquillement dans leur maison actuelle et de travailler pour un salaire. Ils sont informés qu’ils ne seront pas autorisés à collecter aux postes militaires et qu’ils ne seront pas non plus soutenus dans l’oisiveté là ou ailleurs. « 

Bien que cet événement soit communément considéré comme « la fin de l’esclavage », la proclamation d’émancipation ne s’appliquait pas à ceux qui étaient réduits en esclavage sur le territoire tenu par l’Union, qui ne seraient libérés que plusieurs mois plus tard, le 18 décembre 1865, que le Le treizième amendement a été ratifié le 6 décembre 1865. La liberté des anciens esclaves du Texas a obtenu un statut juridique dans une série de décisions de la Cour suprême du Texas entre 1868 et 1874.

Les célébrations remontent à 1866, impliquant d’abord des rassemblements communautaires centrés sur l’église au Texas. Il s’est répandu dans le Sud et est devenu plus commercialisé dans les années 1920 et 1930, souvent centré sur un festival gastronomique. Pendant le mouvement des droits civiques des années 1960, il a été éclipsé par la lutte pour les droits civils de l’après-guerre, mais a de nouveau gagné en popularité dans les années 1970 en mettant l’accent sur la liberté et les arts afro-américains. Au 21e siècle, le Juneteenth était célébré dans la plupart des grandes villes des États-Unis.


PIÈCES RELATIVES À CETTE ÉPOQUE

1866 1 cent Indian head cent non listée très rare
A une conception devant le visage de l’indien qui devrait être un champ vide …. erreur très inhabituelle!
Évaluation sommaire de la pièce :$4,000 US.

 

CSA 1862 Monnaie confédérée T-39 Train sur  billets de banque de 100 $,
CSA 1862 Monnaie confédérée T-39 Train sur billets de banque de 100 $, revers

 

Médaille présidentielle Abraham Lincoln par George T. Morgan. Publié par la monnaie américaine. Bord lisse lisse, Ae 76 mm, 230,8 g, vers 1960; non distribué dans la boîte d’origine.

 

Pièce de monnaie, États-Unis, Half Dollar, 1946, US Mint, Denver«  Argent

État de Caroline du Sud, 1er décembre 1873, 2 dollars, Cr. 14

Imprimé par American Bank Note Company, New York

S / N: 1156, plaque B

Signé par Francis Lewis Cardozo, trésorier

Branches de coton avec des capsules, des fermières portant des gerbes de céréales en dessous / scène du port d’État avec des navires et des balles de coton au centre, protecteur vert en dessous / « 2 » dans le comptoir, vignette portrait de Marie De Montijo Eugénie ci-dessous, dos vert orné

CU, avec endossement du manuscrit au dos

Francis Lewis Cardozo (1836 – 1903), signataire de cette note, a été le premier afro-américain à occuper un poste à l’échelle de l’État aux États-Unis. Il a été élu secrétaire d’État de Caroline du Sud en 1868. Cardozo a occupé ce poste jusqu’en 1872, date à laquelle il est devenu trésorier d’État de Caroline du Sud. Il était diplômé de l’Université de Glasgow, éminent pasteur presbytérien, éducateur, instructeur à l’Université Howard et fonctionnaire du Département du Trésor des États-Unis.


 

1955 DDO Lincoln 1C NGC MS63 Marron
Valeur:2300 $US

 

État de Caroline du Nord, 1er janvier 1863, 25 cents, Cr. 143

 

 

 

Publicités

Réécrire l’histoire:L’holocauste et le génocide des musulmans imposés par les États-Unis après le 11 septembre

Le scientifique australien et expert en holocauste / génocide Gideon Polya discute de son nouveau livre brillant et important, US-Imposed Post-9/11 Muslim Holocaust & Muslim Genocide. Il y définit les termes holocauste et génocide, esquisse le contexte historique et expose sans relâche le meurtre mené par les États-Unis de 27 millions de musulmans dans les guerres du 11 septembre, ainsi que des millions d’autres dans des événements connexes (la guerre contre l’Iran depuis 1978, le Irak depuis 1990, sur la Somalie depuis 1992, sur la Palestine depuis 1916, etc.).

Mon introduction, qui sera certainement controversée, commence ainsi:

«Le champ académique des études sur l’Holocauste, comme le champ fictif des études hitlériennes dans le roman de Dan DeLillo, White Noise, a un objectif absurdement étroit. Si vous recherchez des articles sur les études sur l’Holocauste sur Google Scholar ou Academia.edu, vous trouverez plusieurs dizaines de milliers d’articles, presque tous traitant de questions liées aux crimes dirigés par les Allemands contre les Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. En effet, le terme même Holocauste, dont le sens originel était « offrande brûlée », a été quasiment une marque déposée par des juifs sionistes qui s’opposent fermement à ce qu’il soit utilisé pour décrire tout autre épisode historique de meurtre de masse, sauf un: le prétendument pré-planifié, l’extermination bureaucratique ordonnée et délibérée de six millions de Juifs européens, principalement dans des chambres à gaz, entre 1942 et 1945 [1]. Le H majuscule de l’Holocauste fonctionne comme une sorte de marque déposée cachée, suggérant que cet épisode particulier ne ressemble à aucun autre… »(Et il devient même plus controversé à partir de là…)

Ma conclusion:

«Le travail de Polya sur la mortalité évitable et les holocaustes cachés nous oblige à faire face à la question: est-ce que nous, les humains, arrêterons jamais de sacrifier des boucs émissaires sacrifier l’Autre? Arriverons-nous jamais à devenir les gardiens de nos frères et sœurs?»

Source : Gideon Polya on “US-Imposed Post-9/11 Muslim Holocaust & Muslim Genocide”

Truth Jihad / Kevin Barrett • June 15, 2020

———————————————–

L’holocauste indien et le génocide des Musulmans par les États-Unis et l’Angleterre

Un exemple parmi des milliers d’autres : l’administration coloniale anglaise réprima très violemment l’insurrection au Kenya au début des années 50, entraînant la mort de dizaines de milliers de Kenyans. Des milliers d’autres ont été emprisonnés dans des camps et soumis à des violences extrêmes dont les preuves sont consignées dans les dossiers du Foreign Office : exécutions arbitraires, torture, abus sexuels, castrations, travaux forcés, privations de toutes sortes…

Charles Dickens

Mais ce qu’on oubliera de dire, pendant les célébrations, c’est qu’en réalité Charles Dickens, comme beaucoup de ses contemporains britanniques, était un raciste génocidaire [2]. Voilà ce qu’il a écrit à Emile de la Rue, le 23 octobre 1857 à propos de la soi-disant mutinerie indienne de 1857 : « Je voudrais être Commandant en Chef là-bas |[Inde] ! Voilà ce que je dirais à ces orientaux à qui il faut parler fermement (ce texte devrait d’ailleurs être énergiquement traduit dans tous les dialectes locaux), « Moi l’Inimitable, qui exerce une fonction dont je crois profondément qu’elle m’a été donnée par Dieu et non par Satan, j’ai l’honneur de vous informer, vous peuple indien, qu’il est de mon intention de procéder, en évitant autant que possible les cruautés inutiles et en opérant par miséricorde avec la plus grande célérité, à l’éradication de votre Race de la surface du globe car votre Race a défiguré la terre par des atrocités abominables [2000 Anglais ont été tués pendant la guerre d’indépendance de 1857 ou Mutinerie indienne de 1857] (voir Grace Moore (2004), « Dickens and the Empire. Discourses of class, race, and colonialism in the works of Charles Dickens » (Ashgate Publishing, Aldershot, UK) :  amazon.com).

Dickens n’était pas le seul de son espèce et le pouvoir britannique a agi avec une brutalité sans pareil. L’historien indien, Amaresh Misra, affirme dans son ouvrage « Guerre des civilisations : L’Inde en 1857 », que les Britanniques ont tué 10 millions d’Indiens en représailles pour les 2000 Anglais tués pendant la rébellion de 1857 (la soi-disant mutinerie indienne). Je cite : « Ce fut un holocauste, au cours duquel des millions de personnes disparurent. Ce fut un holocauste nécessaire aux yeux des Britanniques, parce qu’ils pensaient que le meilleur moyen d’avoir le dessus était d’exterminer toute la population des villes et des villages. Ce fut simple et sans merci. Les Indiens qui se trouvaient sur leur route étaient tués. Mais l’ampleur du massacre a été tenue secrète ». Mais pour les écrivains anglais, qui persistent à nier cet holocauste, environ 100 000 Indiens ont été tués. (voir l’article de Randeep Ramesh du Guardian du 24 août 2007 intitulé « India ‘s secret history : « a holocaust, one where millions disappeared… » sous-titré « Un auteur affirme que les représailles britanniques ont fait 10 millions de morts en Inde sur une période de 10 ans » :  guardian.co.uk)

L’holocauste indien perpétré par les Britanniques ne s’est pas limité à la décennie qui a suivi la rébellion de 1857. On estime que les morts indiennes dues aux privations subies pendant les deux siècles d’occupation britannique s’élèvent à 1,8 milliard et le carnage s’est terminé par l’holocauste Bengalais de 1942-1945 au cours duquel les Britanniques avec le concours des Australiens ont délibérément laissé mourir de faim 6 ou 7 millions d’Indiens (voir mon livre « Jane Australian and the Black Hole of British History » :  janeaustenand.blogspot.com.au) et la Partition de 1947 pendant laquelle un million d’Indiens sont morts et 18 millions se sont enfuis pour échapper aux meurtres de masse (voir mon livre « Body Count. Global avoidable mortality since 1950 » :  globalbodycount.blogspot.com.au).

Et pourtant l’histoire de l’Angleterre a été expurgée de l’holocauste indien de 1757-1947 et de l’holocauste bengalais de 1942-1945. Ainsi par exemple on ne trouve aucune mention de ces épouvantables atrocités dans les ouvrages et reportages historiques actuels comme « The Story of India de Michael Wood (BBC, 2007), A History of the English-speaking Peoples Since 1900 » de Andrew Roberts (Harper, 2006), « A History of Britain » de Simon Schama (BBC, 2002), « A Short History of the World » de Geoffrey Blainey (Viking, 2000), « A Very Short History of the World » de Geoffrey Blainey (Viking 2004) et « A Short History of the 20th Century » de Geoffrey Blainey (Penguin, 2005).

Un siècle et demi après la rébellion indienne de 1857, l’holocauste indien, et 70 ans après l’holocauste bengalais de la seconde guerre mondiale, la commission anglaise de l’holocauste, et la négation de l’holocauste*et la commission sur le génocide et la négation du génocide font pâle figure à côté de la guerre des Etats-Unis et de ses alliés contre les Musulmans, les Asiatiques et les Africains qui s’est concrétisée par la mort de 12 millions de Musulmans, morts de mort violente ou par suite des privations de guerre (0,2 millions de Palestiniens depuis 1990, 4,6 millions d’Irakiens de 1990 à 2012, 2,2 de Somaliens de 1992 à 2012, 5 millions d’Afghans de 2001 à 2012, et 50 000 Libyens en 20011-2012).

Voici ci-dessous l’horrible vérité concernant les holocaustes et génocides de Musulmans perpétrés par les Anglo-Américains et niés par eux ((voir :  sites.google.com) :

HOLOCAUSTE PALESTINIEN, GÉNOCIDE PALESTINIEN
Pour les Palestiniens dans leur totalité : 0,1 million de morts violentes et 1,9 million de morts évitables liées à l’occupation et à la privation entre 1936 et 2011 ; 0,75 million d’enfants de moins de 5 ans morts (1950-2012). En Palestine Occupée : 0,3 million de morts violentes et non violentes liées à l’invasion entre 1967 et 2011 ; 0,2 million d’enfants de moins de 5 ans morts après l’invasion, de 1967 à 2011 : 75% de ces morts auraient pu être évitées et constituent des crimes de guerre de l’état d’apartheid israélien soutenu par l’Alliance Atlantique en violation flagrante de la Convention de Genève et de la Convention de l’ONU sur le génocide) ; et 7 millions de réfugiés (voir « Palestinian Genocide » :  sites.google.com).
HOLOCAUSTE AFGHAN, GÉNOCIDE AFGHAN :
En octobre 2011 on comptabilisait 5,6 millions de morts dus à la guerre entre 2001 et 2011 ; 1,4 millions de morts violentes après l’invasion ; 4,2 millions de morts non-violentes évitables dues aux privations ; 2,9 millions d’enfants de moins de cinq ans morts après l’invasion (90% de ces morts auraient pu être évitées et constituent des crimes de guerre de l’Alliance Atlantique en violation flagrante de la Convention de Genève et de la Convention de l’ONU sur le génocide) ; 3,4 millions de réfugiés plus 2,5 millions de réfugiés pashtouns du Pakistan (voir « Afghan Holocaust, Afghan Genocide » :  sites.google.com).
HOLOCAUSTE IRAKIEN, GÉNOCIDE IRAKIEN :
Pour la période 2003- 2011, 2,7 millions de morts dus à l’invasion, 1,5 de morts violentes, 1,2 de morts non violentes dues aux privations de guerre, 0,8 million d’enfants de moins de 5 ans morts après l’invasion, 5 à 6 millions de réfugiés. Pour la période 1990-2003, 0,2 million de morts violentes, 1,7 million de morts non-violentes dues aux privations de guerre, 1,2 d’enfants de moins de 5 ans morts. Pour la période 1990-2011, 4,6 millions de morts dus à la guerre, 1,7 million de morts violentes, 2,9 millions de morts dus aux privations, 2 millions d’enfants de moins de 5 ans morts (90% de ces morts auraient pu être évitées et constituent des crimes de guerre des Etats-Unis et de leurs alliés en violation flagrante de la Convention de Genève et de la Convention de l’ONU sur le génocide) (voir Iraqi Holocaust, Iraqi Genocide » :  sites.google.com).
HOLOCAUSTE SOMALIEN, GÉNOCIDE SOMALIEN
Dans la période 1992-2011 (qui a vu se succéder l’invasion de l’Ethiopie et plus récemment celle du Kenya par les Etats-Unis) 0,4 millions de morts violentes, 1,8 million de morts évitables dues aux privations de guerre, 1,3 millions d’enfants de moins de 5 ans morts (90% de ces morts auraient pu être évitées et constituent des crimes de guerre des Etats-Unis et de leurs alliés en violation flagrante de la Convention de Genève et de la Convention de l’ONU sur le génocide), et 2 millions de réfugiés.
HOLOCAUSTE LIBYEN, GÉNOCIDE LIBYEN
à partir de 2011 : Avant l’invasion du pays par la France, les Etats-Unis et l’Angleterre (FUKUS)**, le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans était seulement de 19 pour 1000 naissances en Libye (8 aux Etats-Unis) ; les rebelles soutenus par la coalition FUKUS ont déjà tué au moins 50 000 Libyens et en ont blessé 50 000 autres ; les rebelles soutenus par FUKUS se livrent au nettoyage ethnique des « Libyens noirs » ; Tawerga, où vivaient 10000 libyens en majorité noirs a été détruite et a fait l’objet d’un complet nettoyage ethnique ; 1 million de réfugiés noirs du Sub-Sahara se sont enfuis ; il y a environ 1,1 million de réfugiés en tout ; l’holocauste libyen et le génocide libyen ne font que commencer.
LES MORTS DUES AUX GÉNOCIDES DANS LE MONDE
Les atrocités détaillées ci-dessus font paraître dérisoire le nombre de morts causés par les guerres de la période précédente (1950 à 2005) contre le monde musulman en grande partie post-colonial et qui se montaient à 0,6 million ((voir mon livre « Body Count. Global voidable mortality since 1950 », G.M. Polya, Melbourne, 2007, et « Global avoidable mortality » :  globalavoidablemortality.blogspot.com).

 

Les derniers chiffres indiquent que, depuis 2001 à ce jour, pas moins de 27 millions de musulmans ont été tués au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Les assassins (principalement les États-Unis, GB, France, Israël)  justifient leur agression mortelle par la « guerre contre le terrorisme », par l’imposition de la démocratie à coup de missiles, de drones et de bombes (Assad doit partir, Saddam gaze son peuple et dispose d’ADM, l’Iran veut développer la bombe atomique, etc.). Naturellement, pour ces « défenseurs de la démocratie », tuer 20 millions de musulmans dans leurs propres pays, qui n’ont ni attaqué ni menacé ces pays agresseurs, ne constitue ni un génocide, ni un holocauste.
Conclusion 
Cependant l’ampleur de ces atrocités est cachée au public, sans le moindre remord, par les médias dominants qui nient ces génocides. Les médias dominants anglo-américaino-sionistes, la commission académique et politique sur l’holocauste et la négation de l’holocauste ont de toute évidence adopté la répugnante attitude des multinationales qui se résume dans l’expression « aller de l’avant », ce qui permet à l’alliance Atlantique soutenue par les sionistes racistes d’ignorer les malheureuses victimes des atrocités décrites plus haut et de se préparer à « aller de l’avant » en Syrie (22 millions d’habitants) et en Iran (74 millions d’habitants) aussi.
Les gens honnêtes ne peuvent pas se contenter de prendre le trottoir d’en face. La paix est le seul moyen mais le silence tue et le silence est complice. Les gens honnêtes doivent a) informer tous ceux qu’ils peuvent sur les atrocités commises par les anglo-saxons et leurs alliés et b) sanctionner et boycotter dans la mesure du possible tous les politiciens, partis, pays et multinationales complices de l’Alliance de guerre étasunienne contre les Musulmans, les Arabes, les Asiatiques et les Africains.

* Dr Gideon Polya enseigne la science dans une importante université australienne depuis 40 ans. Il a publié 130 ouvrages en 50 ans de carrière scientifique.

Source : http://newsnet.fr/63795 18/02/2012

NOTES

1-Voir ce lien important: https://michelduchaine.com/2020/06/19/reecrire-lhistoire-dun-mensonge

 

2-Charles Dickens (1812-1870), un raciste génocidaire…

L’oeuvre de Charles Dickens comprend « Esquisse par Boz », « Le magasin d’antiquité », « Oliver Twist », « Nicholas Nickleby », « Barnaby Rudge », « Un chant de Noël »,  » Martin Chuzzlewit » », « Le conte de deux cités », « David Copperfield », « les grandes espérances », « La maison d’âpre-vent », « La petite Dorrit », « Les temps difficiles », « L’ami commun » et « les aventures de M. Pickwick ».

 

 

Nouvel Ordre Mondial:Pressions sur la Cour Pénale Internationale pour dédouaner Les gouvernements mafieux israélo-américains

Il n’y a apparemment aucune limite à ce que les États-Unis et Israël restent impunis pour les crimes qu’ils commettent. Les États-Unis mènent une guerre économique et sanitaire dévastatrice contre l’Iran et le Venezuela tout en accusant la Chine d’une crise sanitaire mondiale qu’ils ne sont incapables de résoudre en raison de leur retrait de l’Organisation mondiale de la santé. Pendant ce temps, Israël prévoit d’annexer illégalement des parties importantes de la Cisjordanie palestinienne en juillet, avec le feu vert de l’administration Trump [1], et personne en Europe ou ailleurs n’est même intéressé à prendre des sanctions qui pourraient entraîner le report de cette décision.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a même déclaré catégoriquement que les Palestiniens restants sur les terres annexées ne deviendraient pas des citoyens israéliens – ils seraient plutôt des «sujets» de l’État juif sans aucun droit garanti. [2]

L’ Establishment américain est totalement attaché au principe selon lequel les États-Unis et Israël devraient avoir «les mains libres» lorsqu’ils traitent avec d’autres pays dans leurs sphères d’influence respectives. Cela signifie effectivement contrôler le récit de sorte que les États-Unis et l’État juif semblent toujours être victimes du comportement sans principes des autres nations et créer également un environnement où il ne peut y avoir de contestation juridique efficace contre leurs actions néfastes et criminelles.

En effet, la seule organisation qui a été spécifiquement créée pour traiter des questions telles que les guerres d’agression et le nettoyage ethnique, la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye, a été spécifiquement ciblée par Washington et Jérusalem pour lui refuser toute juridiction dans les situations où l’un de ces pays voyous est impliqué [3]. 

 

Ni Israël ni les États-Unis n’ont reconnu la CPI pour la raison évidente qu’ils sont les principales sources de violations flagrantes des droits de l’homme et du droit international. Israël est particulièrement préoccupé par ses nombreux crimes de guerre, y compris sa violation de la quatrième Convention de Genève qui interdit «le transfert, direct ou indirect, par la puissance occupante de parties de sa propre population civile sur le territoire qu’il occupe, ou la déportation ou transfert de tout ou partie de la population du territoire occupé à l’intérieur ou à l’extérieur de ce territoire. »

La CPI a en fait été ciblée récemment par l’administration Trump et le Congrès. Il y a deux semaines, un groupe bipartite de 69 sénateurs américains a soumis au secrétaire d’État Mike Pompeo une lettre condamnant la «politisation dangereuse de la cour» qui «vise injustement Israël». Les sénateurs ont exhorté Pompeo à poursuivre son «soutien vigoureux à Israël face à la possibilité croissante d’enquêtes et de poursuites par la Cour pénale internationale». La lettre incluait l’affirmation selon laquelle «les actions actuellement en cours pourraient conduire à des poursuites contre des ressortissants israéliens…» même si «la CPI n’a pas de compétence légitime dans cette affaire».

L’affirmation selon laquelle la CPI n’a pas compétence est au mieux discutable car «l’État palestinien» a le statut d’observateur et est membre d’organismes internationaux aux Nations Unies. Il est également signataire du Statut de Rome qui a créé la CPI. La lettre du Sénat elle-même a été écrite de manière prévisible par Ester Kurz, le directeur législatif de l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), qui est le principal groupe de défense d’Israël aux États-Unis. Une lettre similaire a également été distribuée à la Chambre des représentants, qui a ajouté un «problème américain» en critiquant l’intention de la CPI d’enquêter sur les crimes de guerre des États-Unis en Afghanistan. Il a reçu 262 signatures.

Anticipant la menace pour les intérêts israéliens, le Congrès américain a depuis longtemps subordonné la sécurité et toute autre assistance à l’Autorité palestinienne, suspendant tout soutien si «les Palestiniens ouvrent une enquête judiciaire autorisée par la Cour pénale internationale (CPI), ou soutiennent activement une telle enquête, qui soumet les ressortissants israéliens à une enquête sur les crimes présumés contre les Palestiniens. » Étant donné que Donald Trump a de facto interrompu pratiquement toute assistance, y compris l’aide humanitaire aux réfugiés, la punition pour aller à la CPI est essentiellement théorique et les Palestiniens ont par conséquent donné suite à leur plainte dans le but de bouleverser le calendrier de l’annexion israélienne. .

La lettre des sénateurs a fait surface en même temps qu’un avertissement a été lancé par Pompeo à la CPI qui portait sur Israël mais visait clairement à faire échouer toute tentative de juger les crimes de guerre américains en Afghanistan. Elle a affirmé que la CPI est un organe politique, pas une institution judiciaire légitime, et a accusé la procureure en chef, Fatou Bensouda, d’enquêter avec malveillance sur «les crimes de guerre israéliens à Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem-Est». Sa plainte était parallèle à la lettre des sénateurs, ce qui n’est peut-être pas une coïncidence, affirmant que le tribunal n’a pas compétence et que les Palestiniens ne sont pas « souverains » et n’ont donc pas qualité pour s’adresser au tribunal en premier lieu.

Et Pompeo a conclu avec une menace: «Un tribunal qui tente d’exercer son pouvoir en dehors de sa juridiction est un outil politique qui se moque de la loi et d’une procédure régulière. Si la CPI continue sur sa lancée actuelle, nous réagirons en conséquence. »

Israël a également affirmé, tout comme les États-Unis, qu’il n’était pas soumis au «procès» de la CPI parce qu’il avait un système judiciaire opérationnel capable de punir les criminels de guerre [4]. Bien sûr, le fait est qu’Israël ne le fait pas et que les États-Unis ne le font que lorsqu’ils sont embarrassés. Le plus récent criminel de guerre américain a été reconnu coupable par des tribunaux militaires, puis gracié par le président Donald Trump. Il a même été fêté à la Maison Blanche.

Bensouda a annoncé en novembre 2017 qu’elle allait ouvrir une enquête sur les crimes de guerre américains allégués en Afghanistan. L’administration Trump a exprimé sa colère en la critiquant dans des tweets, en annulant son visa pour les États-Unis et en menaçant de poursuites judiciaires contre elle, son personnel et même des juges de la CPI. La Maison Blanche a averti que si la CPI osait même détenir un citoyen américain, les États-Unis utiliseraient la force militaire pour le libérer. Le président Trump, Pompeo et John Bolton ont tous qualifié la CPI de «politique, corrompue, , irresponsable et manquant de transparence, et donc illégitime». La critique ressemblait étrangement à une description précise de l’administration Trump elle-même.

Bensouda, qui a été timide à l’idée de confronter Israël dans le passé, serait maintenant en train de traiter la plainte palestinienne. Elle a également été autorisée à poursuivre son enquête sur les crimes américains en Afghanistan. S’il doit y avoir un véritable procès, des politiciens de haut niveau, des responsables et des officiers militaires d’Israël et des États-Unis pourraient être convoqués pour interrogatoire. Si les convocations sont ignorées, ce qui est probable, le procureur pourrait alors délivrer des mandats d’arrêt internationaux, ce qui signifie qu’ils pourraient être arrêtés et extradés vers la Cour s’ils devaient se rendre dans l’un des 123 pays faisant partie du Statut de Rome.

On peut donc s’attendre à ce que les États-Unis et Israël poursuivent leur diffamation contre la CPI, y compris les menaces de riposte armée venant de Washington. Une attaque militaire contre La Haye pourrait être inimaginable dans le monde réel, mais les trois dernières années ont démontré que Donald Trump est capable de presque tout.

D’ici là, on espère que Bensouda poursuivra son travail pour dénoncer les crimes qui continuent d’être commis en Palestine et en Afghanistan. Embarrasser les États-Unis et Israël dans un forum public très visible et très respecté pourrait être le seul moyen d’éveiller les citoyens de ces deux pays aux choses terribles qui ont été et continuent d’être faites en leur nom.

Par Philip Giraldi
(Strategic Culture Foundation)

Philip Giraldi, Ph.D. est directeur exécutif du Conseil de l’intérêt national.

Source : The US-Israeli Govt Mafia Gets Away With War Crimes by Pressuring International Criminal Court


NOTES

1-La marionnette israélienne Trump montre ses vraies couleurs

Le général à la retraite quatre étoiles du Marine Corps et ancien secrétaire à la Défense, James Mattis, a été gentil quand il a écrit que le président Donald Trump avait des «capacités cognitives limitées».

Un observateur moins diplomatique, aussi proche du président que le général Mattis, aurait pu dire que Donald était d’une intelligence limitée (bien qu’il possède l’intelligence et la ruse de la rue).

 

Nous avons vu la petit ampoule de M. Trump émettre sa faible puissance alors qu’il se tenait avec des officiers militaires américains jaillissant des mêmes points de discussion monotones et risqués qui émanent de la bouche du ventriloque du président, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu.

Appeler Trump un agent israélien, c’est lui faire une injustice. Il est plus que ça. Comme d’autres membres de son cabinet (Pompeo et Pence), il est un golem israélien. Dans la légende, le golem était un Frankenstein non judaïque créé à la Renaissance à Prague par le rabbin kabbalistique Judah Loew. Ce Golem  a été créé pour tuer les ennemis de la théocratie talmudique qui se fait passer pour un credo de l’Ancien Testament [1]. Le golem est insensé et n’est pas soumis à la raison ou à la logique, tout comme Trump et sa bande de faucons dans un poulailler néocon, des sanctionneurs et d’idolateurs israéliens.

Observez la pathétique régurgitation par M. Trump des points de discussion de la propagande israélienne le matin du 8 janvier dans son discours à la nation, dans lequel il a qualifié les Iraniens de terroristes numéros un dans le monde.

Vraiment? Il a vite oublié ISIS/Etat Islamique, l’armée terroriste inspirée d’un plan établi par la théologie wahhabite saoudienne 100% toxique, responsable   du terrorisme massif au Moyen-Orient, y compris le massacre massif des goyim chrétiens de Syrie et d’Irak, tout en lançant des dizaines de terroristes   en Europe et ailleurs [2]. Il n’y a aucune main iranienne dans tout cela.

L’EI, formé des restes d’Al-Qaïda, obtient un laissez-passer de Trump parce que l’EI ne menace pas le contrôle israélien de la Palestine, tandis que le gouvernement iranien demande constamment justice pour la Palestine. Notre politique étrangère est dictée par les besoins et les exigences d’Israël, et non par les intérêts du peuple américain.

Nous avons un prétendu média qui, avec Trump, prétend que les milices chiites soutenues par l’Iran ont fait le plus de mal aux troupes américaines en Irak. En vérité, les principaux tueurs d’Américains en Irak sont les restes sunnites soutenus par l’Arabie saoudite de l’armée de Saddam Hussein, qui est devenue plus tard ISIS/EI. Qui, dans les médias traditionnels – de gauche ou de droite – rapporte ce fait comme un défi à la répétition de la désinformation israélienne reprise telle quelle par le perroquet  Trump?

Le secrétaire d’État Mike Pompeo aurait exhorté Trump à assassiner Qasem Soleimani, le général iranien qui a vaincu et chassé les terroristes islamistes de l’Etat islamique d’Irak et les terroristes islamistes d’Al-Qaïda de Syrie. Soleimani a sauvé des vies chrétiennes au Moyen-Orient, mais ce sont principalement des vies grecques orthodoxes et catholiques, dont les fondamentalistes protestants aux États-Unis ne se soucient presque pas, préférant les talmudistes à eux [3].

  1. Pompeo est un golem de guerre de la théologie fondamentaliste «Rapture» adoratrice d’Israël de l’Église chrétienne américaine [NdTThe Raptureest une expression anglaise signifiant « le ravissement » ou l’enlèvement de l’église, il s’agit du  » transport des croyants vers le paradis avant la grande tribulation ».

«Nous continuerons de mener ces batailles. C’est une lutte sans fin… jusqu’à la Rapture, faites-en partie, soyez dans le combat. »—Mike Pompeo, « God and Country Rally», Summit Church, Wichita, Kansas, 28 juin 2015.

La doctrine de l’Enlèvement (Rapture) lunatique a été inventée dans les années 1800 dans le cadre de la doctrine protestante «dispensationaliste» favorisée par les partisans fondamentalistes de la contrefaçon «Israël». L’Église n’en avait aucune connaissance avant le XIXe siècle.

Le fait que la théologie dominante dans l’État israélien que les passionnés de Rapture adorent est essentiellement l’Antichrist talmudique, n’est pas un problème pour   Pence, Pompeo et leurs millions de camarades, prétendus «évangéliques».

Les Américains doivent avoir les outils pour déconstruire le faux christianisme de puissants «évangéliques» talmudiques tels que Mike Pence et Mike Pompeo. Un de ces outils est Judaism’s Strange Gods: Revised and Expanded  [les dieux étranges du Judaïsme: Révisé et Développé] – interdit presque partout où des livres sont vendus.

Si nous ne démasquons pas les fondements de la théologie de l’Antéchrist israélien, tôt ou tard le commandant en chef «America First» qui a promis de nous sortir de conflits et d’enchevêtrements sans fin à l’étranger, nous mènera en guerre pour «Israël» contre les 80 millions de   Persans , dont le pays est quatre fois plus grand que la France,  et qui sont très différentes des Arabes que nous avons affamés et massacrés en toute impunité en Irak, le tout au nom de la démocratie et de la «lutte contre le terrorisme» bien sûr.

2- 20 Extraits choquants du Talmud

 

3-L’expression d’État voyou renvoie à l’idée d’un État qui ne respecte pas les lois internationales les plus essentielles, organise ou soutient des attentats, ou viole de manière systématique les droits les plus élémentaires de l’être humain. Wikipédia

Lors de son discours devant l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies (ONU) du 19 septembre 2017, Donald Trump a remis au goût du jour le concept « d’États voyous », en évoquant la Corée du Nord, l’Iran, la Syrie et le Venezuela. Cette notion ressurgit ainsi dans la bouche du président D. Trump. Mais il convient de se demander si les États-Unis, qui restent à l’écart de nombreux textes internationaux (Cour pénale internationale, Traité d’interdiction des mines antipersonnel, dénonciation de l’accord de Paris sur le climat, etc.), ont lancé la guerre illégale d’Irak en 2003 et ont créé le camp de Guantanamo, sont les mieux placés pour établir une liste d’« États voyous ». En effet, le voyou est celui qui ne respecte pas la loi officielle, mais établit, lui-même, la sienne, ce que font très souvent les États-Unis et Israël, et uniquement ces deux-là. 

  1. Trump et Netanyahou conçoivent leurs pays comme ayant une destinée manifeste, au-dessus des lois, voire comme étant seuls à pouvoir les édicter. Les rivaux ou opposants deviennent des hors-la-loi. Le problème de cette conception n’est pas seulement son caractère immoral, mais sa dangerosité, au sein d’un monde qui n’est plus unipolaire.

Depuis l’origine, ceux qui ont évoqué les « États voyous », loin d’avoir un comportement de gentlemen, ont été à l’origine de bien des désordres, voire des catastrophes.

 

4-Comment les pédophiles juifs se cachent de la justice en Israël

 

Tel Aviv – C’est une surveillance tendue, en attendant que Jimmy Julius Karow apparaisse. C’est un homme recherché et considéré comme dangereux. Accusé d’avoir agressé sexuellement une fillette de 9 ans dans l’Oregon en 2000, il s’est enfui en Israël avant que les autorités américaines ne puissent l’appréhender ou savoir où il allait.

Depuis, Karow a fui les forces de l’ordre américaines. Actuellement, INTERPOL, une organisation intergouvernementale de police qui travaille avec 194 pays, a une notice rouge pour alerter la police du monde entier qu’il est un fugitif.

Deux ans après avoir fui les États-Unis, Karow a été condamné par un tribunal israélien pour maltraitance d’enfants dans une affaire distincte. Il a purgé une peine et a été libéré. Maintenant, une autre victime israélienne présumée s’est manifestée, disant qu’il avait commencé à la maltraiter lorsqu’elle avait 5 ans, et a continué pendant des années.

Karow a réussi à échapper aux autorités en se déplaçant entre les communautés en Israël pendant près de deux décennies, et il n’est pas le seul.

Un problème répandu

Une enquête de CBS News a révélé que de nombreux pédophiles américains fuient vers Israël, et les traduire en justice peut s’avérer difficile.

Jewish Community Watch (JCW), une organisation américaine qui traque les pédophiles accusés, tente depuis des années de retrouver Karow et d’aider à le traduire en justice.

JCW dit que Karow et d’autres hommes et femmes recherchés ont pu exploiter un droit connu sous le nom de loi du retour, par lequel tout Juif peut se rendre en Israël et obtenir automatiquement la citoyenneté.

Depuis que la petite organisation a commencé à traquer les pédophiles accusés en 2014, elle indique que plus de 60 personnes ont fui les États-Unis en Israël. Compte tenu de ses ressources limitées pour identifier ces individus, JCW dit que le nombre réel est probablement beaucoup plus élevé.

« La même chose qui se passe dans l’Église catholique en ce moment dans le monde, exactement la même chose se produit dans notre communauté« , a déclaré le fondateur de JCW, Meyer Seewald, à CBS News. « Les dissimulations sont les mêmes, la stigmatisation, la honte. »

Seewald dit que les communautés juives très unies aux États-Unis accueillent parfois des accusations contre un membre avec incrédulité, ce qui peut avoir un effet dissuasif.

« Tout le monde va et entoure cet individu et le soutient parce qu’ils ne peuvent pas croire qu’une personne juive peut commettre un tel crime. Ils prennent le parti de l’agresseur et les abus se poursuivent« , dit Seewald. « Ils le mettent dans une autre communauté. ET quelques années plus tard, il fait la même chose et nous entendons davantage d’allégations selon lesquelles la personne abuse des enfants. Les victimes ne veulent pas se manifester quand elles voient cela. »

JCW dit que la majorité de ses cas proviennent depuis les enclaves juives orthodoxes modernes jusqu’aux ultra-orthodoxes aux États-Unis, mais que cela se produit dans l’ensemble de la communauté juive. Et comme les auteurs ne peuvent être tenus responsables que si les victimes se manifestent, de nombreux cas ne sont pas signalés. Pour essayer de les mettre en lumière, JCW organise des événements de sensibilisation à travers les États-Unis et offre aux victimes d’abus sexuels des conseils et un soutien émotionnel.

Mendy Hauck a décidé de se manifester après avoir reçu le soutien de JCW. Le père de deux enfants dit qu’il n’avait que 8 ans lorsqu’il a été agressé par un enseignant de son école juive orthodoxe à Los Angeles. Hauck dit que les abus ont commencé un jour quand un ami a apporté des cookies pour son anniversaire.

« En fait, je suis allé de l’avant et j’ai atteint le plus gros cookie et il a dit: » Remettez-le et vous pourriez revenir par la récréation et obtenir votre cookie «  », a déclaré Hauck. « Donc, après avoir remis le reste des cookies aux autres camarades de classe, je devais rester si je voulais mon cookie, et je l’ai fait. Il m’a appelé à son bureau … et c’est là qu’il a commencé … à se frotter contre moi.« 

Son agresseur présumé est Mordechai Yomtov, un professeur d’hébreu alors âgé de 35 ans.

« J’ai sauté en arrière comme un pas ou deux et il m’a attrapé les cheveux et a dit: » ça va, vous pouvez vous approcher. Je ne vous ferai pas de mal. Il n’y a rien de mal « , et il l’a encore fait », se souvient Hauck.

 

 

Hauck dit que les abus se sont poursuivis au cours de l’année. Il dit qu’il se sentait pris au piège, sans nulle part où aller.

À la fin de l’année, Hauck est passé à la classe supérieure. C’est alors que les crimes de Yomtov l’ont rattrapé. En 2001, la police l’a arrêté et accusé d’avoir commis des actes obscènes avec trois de ses autres élèves, âgés de 8 à 10 ans. Mais Hauck n’a parlé à personne de son calvaire des années plus tard.

Yomtov a finalement plaidé coupable, a purgé une peine de prison et a été libéré sous probation. Mais une fois libre, il a violé sa probation en fuyant vers Israël via le Mexique.

JCW l’a retrouvé et l’a confronté à Jérusalem avec une caméra cachée. Yomtov a admis avoir violé sa probation et fui illégalement les États-Unis avec aide. Il a également déclaré qu’au Mexique, il avait obtenu un faux passeport pour se rendre en Israël, où il vit illégalement.

Yomtov a nié avoir abusé de Hauck, mais a présenté des excuses générales à ses victimes, en disant: « Je suis très, très désolé. J’espère que Dieu aidera chaque personne qui est passée par là. Veuillez me pardonner. »

Ce n’est qu’en 2016, lorsqu’une autre victime présumée de Yomtov et ami de Hauck s’est manifestée, que Hauck s’est senti obligé de raconter son histoire. Il a déposé un rapport de police dans l’espoir d’obtenir justice, mais dit que les processus ont été lents. Pour lui, la justice est double.

« Je veux que le (procureur du comté de LA) intensifie son jeu – vous savez, vous battre pour le ramener ici et lui donner ce qu’il mérite« , dit-il. « Et aussi, je veux que les communautés s’assurent que cela ne se reproduise plus. »

Le bureau du procureur de district a déclaré à CBS News qu’il n’y avait eu aucune demande d’extradition de Yomtov vers les États-Unis et a refusé tout autre commentaire.

Drapeaux rouges, plus de victimes

L’aide de la communauté est un thème récurrent. Le rabbin Yehuda Oppenheimer sait de première main comment un pédophile peut fuir en Israël. En 2000, il a involontairement aidé Karow à s’échapper.

Les deux se sont rencontrés lorsque Karow a exprimé son intérêt pour la conversion au judaïsme. Un jour, Karow a soudainement dit qu’il voulait déménager en Israël.

Lorsqu’on lui a demandé s’il n’y avait rien du tout qui a déclenché des drapeaux rouges jusqu’au point où Karow a dit qu’il voulait déménager en Israël, le rabbin Oppenheimer a répondu: « J’aimerais pouvoir dire que [cela n’a soulevé aucun drapeau rouge], mais malheureusement , Je ne peux pas … Il [Karow] a dit: « Je prévois d’aller en Israël, je dois y aller beaucoup plus rapidement que je ne le pensais.« 

« Il a dit qu’il y avait eu quelque chose dans le passé quand il était jeune mais que rien ne s’était passé depuis. Je sentais que je pouvais lui faire confiance. Alors je lui ai écrit une lettre, il a acheté un billet et il est parti. »

Oppenheimer a donné à Karow les coordonnées de sa famille et de ses amis en Israël pour l’aider à s’installer. Un jour, un ami proche a appelé le rabbin.

« Je ne saurai jamais exactement ce qui s’est passé, mais quelque chose de très sexuel … quelque chose s’est passé avec leur fille et [Karow] a été arrêté. » Oppenheimer dit que cela ressemblait à « un coup de poing dans le ventre. C’était très douloureux« .

Il dit qu’il porte cette culpabilité à ce jour, et c’est pourquoi il a présenté son histoire. Il a un message pour les autres rabbins et chefs de communauté:

« Quand quelqu’un a offensé de cette façon, il y a de fortes chances qu’il le fasse à nouveau, peu importe à quel point il est gentil et pieux, sage, gentil et charismatique« , dit Oppenheimer. « Vous ne pouvez tout simplement pas leur faire confiance. Vous devez prendre des mesures pour les prévenir, vous ne pouvez pas les avoir autour des jeunes, vous ne pouvez pas les avoir chez vous. »

L’une des filles que Karow qui aurait été abusée en Israël est « Amoona ». Elle nous a demandé de ne pas utiliser son vrai nom, pour protéger sa famille.

«J’avais 5, 4 ou 5 ans. Ma mère était au lit. Mon père est un rabbin donc il n’était pas à la maison. Karow venait chez nous. Nous avions l’habitude de jouer à des jeux et puis c’est devenu sexuel. « 

L’agression alléguée s’est déroulée sur plus de deux ans. Un acte d’accusation israélien contre lui en juillet 2019 détaille les allégations d’abus sexuels graves, notamment de viol et de sodomie. Elle dit qu’il la menacerait et la manipulerait pour la garder silencieuse.

« ‘Je vais vous donner un cookie parce que vous le faites si bien.’ Il s’agit du cookie, il s’agit de mentir et il s’agit d’être si mauvais pour un petit enfant « , se souvient Amoona. « Il a également menacé de tuer mes parents. Il m’étouffait. Il me tienait. »

Inaction, ou protection?

Amoona est en colère que Karow ait été autorisé à entrer en Israël en premier lieu, mais le chef de l’exploitation de JCW, Shana Aaronson, dit que l’échec commence aux États-Unis. Elle dit qu’il y a des éléments de la communauté juive aux États-Unis qui sont prêts à aider les pédophiles à s’échapper.

« Souvent, il y a une sorte d’incitation communautaire, soit quelqu’un leur doit une faveur ou quelqu’un dans la communauté, disons qu’une institution, les a couverts par le passé et ils savent que si cela va devant les tribunaux, il y aura beaucoup de responsabilité civile à venir « , dit-elle.

Alors qu’Aaronson blâme les communautés juives des États-Unis et du gouvernement américain de ne pas poursuivre avec insistance les extraditions, elle affirme que les autorités israéliennes n’ont pas non plus accordé la priorité à la chasse aux suspects.

Elle dit à CBS News qu’il serait plus facile pour la police de localiser et d’arrêter Karow, par exemple, mais il est plutôt revenu à JCW de le retrouver.

Israël est connu comme une nation à la pointe de la technologie, mais Shana dit que cela ne se répercute pas sur l’application des lois locales. Shana dit que la police ne demande pas de vérification des antécédents des auteurs arrêtés en Israël qui ont récemment déménagé d’autres pays. Ils ne font même pas de recherche Google, dit-elle.

« Les normes et protocoles généraux pour les enquêtes par la police locale sont médiocres« , dit-elle.

JCW dit que le problème atteint également les échelons supérieurs de la politique israélienne. Ils notent que Yaakov Litzman, chef d’une alliance ultra-orthodoxe dans la législature israélienne et l’actuel ministre de la santé, a été accusé d’avoir empêché l’expulsion de  Malka Leifer, ancienne directrice d’un établissement scolaire juif en Australie, où elle est recherchée pour de multiples accusations d’abus sexuels sur des enfants.

CBS News a obtenu une recommandation de la police israélienne selon laquelle il existe suffisamment de preuves contre Litzman pour recommander qu’il soit lui-même accusé de fraude et d’abus de confiance pour avoir protégé Leifer. Le bureau de Litzman a déclaré à CBS News qu’il n’y avait aucun acte répréhensible. C’est maintenant au procureur général d’Israël de décider s’il faut inculper le législateur.

« C’est un bon exemple qui montre jusqu’où va le communautarisme« , a déclaré Aaronson de JCW. « C’est vraiment décevant et dégoûtant. »

La police israélienne n’a pas voulu commenter des cas spécifiques mais a insisté pour qu’elle prenne les cas au sérieux et qu’elle se coordonne « étroitement avec le ministère de la Justice et les organisations de police du monde entier afin de trouver les suspects, y compris à l’étranger« .

Le département américain de la Justice a également refusé de commenter des cas spécifiques, mais a salué leur relation avec les forces de l’ordre israéliennes, ajoutant que des délinquants sexuels avaient été extradés avec succès dans le passé.

Source : How Jewish American pedophiles hide from justice in Israel 


EN COMPLÉMENTAIRE

 

La cour suprême d’Israël, siège du futur nouveau gouvernement mondial illuminati

 

L’État d’Israël a été créé de toute pièce par la volonté de la famille Rothschild, l’une des 13 familles de la noblesse noire Illuminati et membre important de ce que l’Alliance (La Résistance) appelle “La Cabale“. A ne pas confondre avec la Kabbale (ou Kabbalah) pour ceux qui ne comprennent pas.

La Cour Suprême d’Israël, entièrement financé par les Rothschild est clair comme un nez au milieu de la figure pour qui veut bien ouvrir un temps soit peu les yeux. Ce bâtiment regorge de symboles illuminatis/maçonniques (la Franc maçonnerie n’étant que l’anti chambre de leurs grands frères les Illuminatis).

Je rappelle cependant que tous les illuminatis ne font pas partie de la Cabale, il y a des désaccords entre eux, des luttes internes et certains dirons nous sont mieux que d’autres, d’où la raison de l’appellation “Cabale” pour désigner ceux qui veulent réduire la population mondiale de 90% comme indiqué sur les pierres du Georgia Guidestone et instaurer leur Nouvel Ordre Mondial. Cependant les Rothschild font partie des pires de la Cabale & des Illuminatis. Que les choses soient bien claires.

Donc voici le bâtiment de la Cour Suprême d’Israël :

 

Photo de l’équipe des Rothschild avant la construction devant une maquette de la future Cour Suprême d’Israël.Cette peinture est à l’entrée de la Cour Suprême d’Israël.

 

Photo de la Cour Suprême d’Israël, notez a gauche la pyramide encastrée dans le bâtiment…

 

 

Vue de l’intérieur donnant sur la pyramide, remaquez le rond en haut symbolisant l’œil de Ra.

 

Le même symbole que vous retrouvez sur le billet de 1 dollar américain :

 

Dorothy de Rothschild y est enterrée sous l’obélisque :

 

Comme pour l’aéroport de Denver (qui affiche l’histoire prévue par les Franc Maçons pour nous), les symboles maçonniques y sont partout présents :

 

L’escalier qui mène à la lumière (à leur fausse lumière luciférienne)…

 

Panorama sur Jérusalem, capitale Palestinienne occupée par les Khazares qui n’ont aucune origine Sémite… Mais cela personne ne le sait et toute la communauté internationale s’en moque…
La bibliothèque est divisée en trois niveaux, représentant symboliquement les trois derniers degrés de la Franc-Maçonnerie (31è, 32è et le 33è honoraire).
C’est l’une des plus grosse collection de livres sur l’occultisme.

 

L’entrée de la cour de justice ressemble à une ancienne tombe Juive.

A l’extérieur de la cour de justice se trouve un escalier amenant à un niveau inférieur.Aucun temple occulte ne serait complet sans ces deux détails à venir.

Au beau milieu de l’escalier est la forme du vesica piscis (représentant les parties génitales de la femme) « pénétrée » par une colonne (symbole phallique).

Dehors, 2 sculptures de grenades (le fruit) sont posés au sol :

 

Le non moins célèbre Albert Pike (Franc Maçon) nous a donné la signification symbolique illuminati de ces grenades dans son livre “Morale et Dogme”. Si vous ne savez pas qui est Albert Pike renseignez vous, vous n’allez pas être déçu…
“The capitals were enriched by pomegranates of bronze, covered by bronze net-work, and ornamented with wreaths of bronze; and appear to have imitated the shape of the seed-vessel of the lotus or Egyptian lily, a sacred symbol to the Hindus and Egyptians.”
-Albert Pike, Morals and Dogma

 

Les illuminatis / Franc-Maçons attendent la reconstruction du temple de Salomon et ce temple est censé avoir 2 piliers nommés Jachin et Boaz, sur lesquels ces 2 grenades sont destinées a trôner :

 

Nous sommes donc bien dirigés par des occultistes adorateurs de Lucifer et ils ont bien en tête de nous imposer Jérusalem comme capitale du Nouvel Ordre Mondial comme le dit si bien Jacques Attali :

 

EN CONCLUSION

Maintenant que nous savons:organisons la Résistance Nationale de tous les Peuples contre le Nouvel Ordre Mondial!

La Patrie est en danger! Aux armes ,citoyens!

 

 

Histoire,science et numismatique: la comète de Halley

L’approche de Halley. 10 avril 1910

La comète Halley , officiellement désignée  1P / Halley , est une comète de courte période visible de la  Terre  tous les 75 à 76 ans. Halley est la seule comète à courte période connue qui est régulièrement visible à l’œil nu depuis la Terre, et la seule comète à l’œil nu qui pourrait apparaître deux fois dans une vie humaine. Halley est apparu pour la dernière fois dans les parties intérieures  du système solaire  en 1986 et apparaîtra ensuite entre le milieu de 2061 et 2062.

La queue de la comète photographiée en 1910.

Les retours de Halley dans le système solaire intérieur ont été observés et enregistrés par les astronomes depuis au moins 240 av. Des chroniques claires des apparitions de la comète ont été faites par  des chroniqueurs chinois ,  babyloniens et  européens médiévaux  , mais, à cette époque, n’étaient pas reconnues comme des réapparitions du même objet. La périodicité de la comète a été déterminée pour la première fois en 1705 par l’ astronome anglais Edmond Halley , dont il porte le nom.  

Sir Edmund Halley

Lors de son apparition en 1986, la comète de Halley est devenue la première comète à être observée en détail par un  vaisseau spatial , fournissant les premières données d’observation sur la structure d’un noyau de comète et le mécanisme de formation du coma et de la queue.

La sonde Giotto…dessin d’artiste.

 

Photo de la sonde spatiale Giotto lors de son approche.Nous voyons ici le noyau de la comète Halley.

Halley a été la première comète à être reconnue comme périodique. Jusqu’à la Renaissance , le consensus philosophique sur la nature des comètes, promu par  Aristote , était qu’il s’agissait de perturbations dans l’atmosphère terrestre . Cette idée a été réfutée en 1577 par  Tycho Brahe , qui a utilisé  des mesures de parallaxe  pour montrer que les comètes doivent se trouver au-delà de la  Lune . Beaucoup n’étaient toujours pas convaincus que les comètes tournaient autour du Soleil , et pensaient plutôt qu’elles devaient suivre des voies droites à travers le système solaire.

En 1687,  Sir Isaac Newton  publie ses  Philosophiæ Naturalis Principia Mathematica , dans lesquelles il expose ses lois de la  gravité  et du mouvement . Son travail sur les comètes était décidément incomplet. Bien qu’il ait soupçonné que deux comètes qui étaient apparues successivement en 1680 et 1681 étaient la même comète avant et après être passé derrière le Soleil (il a ensuite été trouvé correct), il n’a pas pu réconcilier complètement les comètes dans son modèle.

En fin de compte, c’est l’ami, éditeur  de Newton , Edmond Halley, qui, dans son Synopsis de l’astronomie des comètes de 1705  , a utilisé les nouvelles lois de Newton pour calculer les effets gravitationnels de Jupiter et Saturne sur les orbites cométaires . Après avoir compilé une liste de 24 observations de comètes, il a calculé que les éléments orbitaux d’une deuxième comète apparue en 1682 étaient presque les mêmes que ceux de deux comètes apparues en 1531 (observées par  Petrus Apianus ) et 1607 (observées par  Johannes Kepler). Halley a donc conclu que les trois comètes étaient, en fait, le même objet revenant tous les 76 ans environ, une période qui varie depuis entre 74 et 79 ans. Après une estimation approximative des perturbations que la comète subirait de l’attraction gravitationnelle des planètes, il a prédit son retour pour 1758. Alors qu’il avait personnellement observé la comète autour du  périhélie  en septembre 1682, Halley est décédé en 1742 avant de pouvoir observer son retour prévu .

 

La prédiction de Halley du retour de la comète s’est avérée correcte, bien qu’elle n’ait été vue que le 25 décembre 1758, par  Johann Georg Palitzsch , un fermier allemand et astronome amateur . Il ne traversa son périhélie que le 13 mars 1759, l’attraction de  Jupiter  et de  Saturne  ayant causé un retard de 618 jours.

L’approche de 1910, qui est apparue à l’œil nu vers le 10 avril  et est arrivée au périhélie le 20 avril, était notable pour plusieurs raisons: c’était la première approche dont des photographies existent et la première pour laquelle  des données spectroscopiques  ont été obtenues. De plus, la comète a fait une approche relativement rapprochée de 0,15 UA, ce qui en fait un spectacle spectaculaire. En effet, le 19 mai, la Terre a effectivement traversé la queue de la comète. L’une des substances découvertes dans la queue par analyse spectroscopique était le cyanogène ,un gaz toxique  , qui a conduit l’astronome  Camille Flammarion prétendre que, lorsque la Terre passerait par la queue, le gaz « imprégnerait l’atmosphère et éteindrait peut-être toute vie sur la planète ». Sa déclaration a conduit à l’achat paniqué de masques à gaz et de «pilules anti-comètes» et de «parapluies anti-comètes» par le public. En réalité, comme d’autres astronomes l’ont rapidement souligné, le gaz est si diffus que le monde n’a subi aucun effet néfaste du passage à travers la queue.

Échec de la Comète de Halley
Pendant des siècles, l’apparition de la Comète de Halley (tous les 76 ans) a été considérée comme un signe de mauvaise augure. La veille du 19 mai 1910, l’arrivée imminente de la comète a provoqué une véritable hystérie collective en Europe et aux États-Unis. Celle-ci a été en partie initiée à cause d’un communiqué de l’observatoire de Chicago, datant du mois de février et signalant qu’un gaz toxique avait été repéré dans la queue de la Comète. L’astronome français Camille Flammarion (1842-1925) surenchérissait en indiquant que la terre se trouvait en plein sur la trajectoire de la comète empoisonnée et que le désastre pourrait entraîner l’extinction de toute forme de vie. Les ventes de masques et de capsules volantes à oxygène ont explosé, notamment à Rome et ce, en dépit des efforts des scientifiques pour rassurer le public et d’une intervention du pape Pie X (1835-1914). Comme nous pouvons le constater un siècle plus tard, la catastrophe n’eut pas lieu et ainsi que l’annonçait inutilement le Chicago Tribune “We’re Still Here.” (Nous sommes toujours là).

 


NUMISMATIQUE

Kyrenaika, Kyrene, Magas en tant que gouverneur. AV obol, frappé vers 308-305 av. Zeus / Tonnerre.
Plusieurs chercheurs y voient une représentation de la comète de Halley.
La pièce en or est évaluée à $1,050 US env.

 

celtique
La Grande-Bretagne
Corieltauvi
Stater d’or – 5,7 grammes, frappé ca 45-10BC, « South Ferriby type »

 

Pont (Colonie grecque),  v. 130-100 avant JC. Æ (12 mm, 1,96 g, 6 h). Tête de cheval à droite, avec étoile à huit pointes sur le cou. Étoile R / Comète de huit points avec traînée.La pièce la plus représentative de la comète de Halley dans l’Antiquité.Pièce rare.

 


 

 

 Hémidrachme d’argent,  1,119 g, 15,2 mm, 180 o , menthe Persépolis (province du Fars, Iran), buste barbu à gauche, portant une couronne persépolitaine avec des créneaux étagés, diadème, couple et robe; roi renversé debout à droite, tenant un sceptre, devant lui, étoile et croissant avec des cornes à gauche, inscription gaffée autour; ex anciennes importations
Persis était situé dans ce qui est maintenant le sud de l’Iran. Les «Perses» ont colonisé la région dès le 8ème siècle avant JC. Depuis sa conquête par Alexandre le Grand, Persis était le plus souvent quasi-indépendant, sous l’hégémonie d’un roi séleukide ou parthe. Immédiatement après la mort d’Alexandre, Persis a été soumis au royaume séleucide. Vers 290 avant JC, Persis a retrouvé son indépendance. Les pièces produites pendant cette période étaient d’inspiration grecque, mais les inscriptions étaient araméennes, symbolisant le rejet par Perse de la classe dirigeante grecque. Entre c. 250 et 223 avant JC, les Séleucides reprirent le contrôle. Mithradates II incorpora plus tard Persis en tant que sous-royaume de Parthe. Sous la domination parthe, les pièces de monnaie et l’apparence des rois représentés sur eux ont assumé le style parthe. Le dernier roi de Perse, Artaxerxes,

Empire Romain,pièce  comémorative de césar Auguste …le revers nous montre  ce qui ressemble à une comète.Pièce très rare.

 


 

Grande Bretagne,celtique

 


 


Médaille commémorative de la NASA.


TAPISSERIE ANCIENNE

Tapisserie de Bayeux,moyen -Âge

 

 

 

 

Archéologie fantastique:la Barque du Ciel de la « Dame du trône à pointes »

Un nouvel objet découvert récemment de la civilisation  Sindhu-Sarasvati,en Inde, représente un « bateau céleste » qui a été longuement décrit par l’archéologue italien Massimo Vidale dans une monographie.

Des suggestions sur ce que cela pourrait représenter? Vidale l’appelait la « Dame du trône à pointes ».

La Barque Céleste

 

 

Une image claire de la dame (la déesse des étoiles sur son trône à pointes) dans le bateau, avec ses mains sur deux figures (petits taureaux) qui la flanquent.
Le bateau a 8 personnes, 4 femmes et 4 hommes (qui sont montrés un peu plus petits)

 

Selon la théorie d’un jeune étudiant et écrivain de l’Inde: »Dame sur le trône à pointes » a 5 mèches dans les cheveux (Vidale: p26). Seule Apsaras porte 5 mèches (Mb 3-134) Elle est dans un bateau et non sur un char. Les caractéristiques ressemblent à Mehgarh – Matrikavat (Maa ghar> Mehgarh) Représente le style de vie. Apsara abandonne son enfant, pas à Mehrgarh

 

La Barque Céleste …photo du livre de l’archéologue Vidale.

 

Autre découverte récente:la déesse de Kaushambi…2000 ans avant Jésus-Christ.

 

Cette idole en bronze de Daimabad est similaire à l’idole ci-dessus. Mais la personne qui conduit le char est un homme, contrairement au Devi ci-dessus. Fait intéressant, cela aussi a été trouvé dans une période après la civilisation Sindhu saraswati

Voici ce qu’un  réalisateur indien a fait sur le thème de la Déesse des  Étoiles:

 

 

 

 

EN COMPLÉMENTAIRE

La mémoire d’une civilisation perdue

Il est non seulement possible de dissiper l’obscurité et le silence qui enveloppent l’histoire védique / harappéenne, mais cela nous donnera des idées merveilleuses et une clarté de compréhension dans la civilisation ancienne la plus énigmatique et la moins appréciée. Tout ce qui doit être fait est d’abandonner les tas de biais et de spéculations sans fondement.

Sri David Frawley a noté un jour un paradoxe très anormal dans l’histoire indienne. D’une part, nous avions la plus grande civilisation de l’âge du bronze du monde. La civilisation Sindhu-Sarasvati (SSC). Elle était beaucoup plus grande dans son étendue géographique que la Mésopotamie contemporaine et l’Égypte réunies. Il avait une population estimée à environ cinq millions d’habitants. Ce nombre a oscillé autour de 20% de l’humanité en 2000 avant JC.

Pourtant, malgré cette massivité de ses praja et samrajya , les ruines du Sindhu et du Sarasvati semblent muettes et sans voix, leurs aksharas non fissurés semblent creux et silencieux. Ils n’ont rien à nous dire, qui ils étaient ou ce qui leur est arrivé, malgré leur grandeur.

D’autre part, nous avons également la littérature la plus grande et la plus sophistiquée de l’âge du bronze. Le corpus védique. Son échelle massive, son évolution littéraire, son contenu philosophique, mathématique et astronomique et leur progression sont sans égal dans le monde antique. Il décrit les grands royaumes, le commerce, les chevaux, les chars, les autels de feu élaborés, les innovations technologiques, l’astronomie, les unités de mesure normalisées, la navigation maritime, l’agriculture, etc. Pourtant, il n’y a rien dans les archives archéologiques pour expliquer une civilisation aussi avancée . Certainement pas en 1500 avant JC, lorsque Max Mueller nous dit avec un commandement colonial que tous les textes védiques commencent seulement à être composés.Pas un seul texte sanscrit en Inde ne peut être plus ancien que cette date, assure M. Mueller. Mais ce n’est pas une discussion pour l’instant.

C’est ce qu’on appelle le «paradoxe de Frawley». Le SSC crie silencieusement pitoyablement pour qu’un seul mot appelle le sien, pour un seul son prononcé dans sa mémoire. Et les textes védiques crient désespérément qu’une seule brique repose et se valide.

Mais pour une fois, si nous abandonnons le bagage irrationnel dont nous avons hérité de l’ère coloniale, si nous jetons un regard neuf sur les faits et réévaluons toutes les preuves recueillies au cours de ces cent ans, des conclusions remarquables et magnifiquement naturelles émergeront. Sans aucun doute, ils renverseront de nombreux dogmes transmis comme faits historiques, mais la joie de la réalisation sera vraie et immense. L’une d’elles fait référence à une grande migration enregistrée dans le Shatapatha Brahmana, dans le quatrième adhyāya de son premier kāṇḍa :

Mâthava, le Videgha, était à cette époque sur la (rivière) Sarasvatî. 

Il (Agni) partit alors brûler le long de cette terre vers l’est; et Gotama Râhûgana et le Videgha Mâthava le suivirent alors qu’il brûlait. Il a brûlé (séché) toutes ces rivières.

 Maintenant cette (rivière), qui s’appelle ‘Sadânîrâ’, coule de la montagne nord (Himâlaya): celle qu’il n’a pas brûlée. Celui que les Brâhmanes n’ont pas croisé autrefois, pensant: «il n’a pas été brûlé par Agni Vaisvânara».

De nos jours, cependant, il y a beaucoup de Brâhmans à l’est de celui-ci. A cette époque, elle (la terre à l’est du Sadânîrâ) était très inculte, très marécageuse, car elle n’avait pas été goûtée par Agni Vaisvânara.

 De nos jours, cependant, il est très cultivé, car les Brâhmans l’ont fait goûter (Agni) par des sacrifices. Même à la fin de l’été, cette rivière, pour ainsi dire, fait rage: elle est si froide qu’elle n’a pas été brûlée par Agni Vaisvânara.

 Mâthava, le Videgha, a alors dit (à Agni): «Où dois-je demeurer? «À l’est de cette rivière, ta demeure! a-t-il dit. Aujourd’hui encore, cette (rivière) forme la frontière des Kosalas et des Videhas; car ce sont les Mâthavas (ou descendants de Mâthava).

Maintenant, cela peut sembler n’être que quelques lignes d’un texte obscur. Mais la qualité et la quantité des inférences que ces mots assez explicites nous permettent de tirer est sans précédent dans la littérature védique. Tirons ces inférences ligne par ligne, nom par nom.

Mais d’abord il est impératif de comprendre la position historique du SB vis-à-vis des autres textes védiques. Il est considéré comme le plus jeune brahmana. Et les brahmanes, en gros, sont antérieurs aux Aranyakas et Upanishads. Il est également important de noter que la description historique ci-dessus semble être un souvenir d’un événement passé, plutôt qu’une référence contemporaine. Donc, cet événement peut en fait se dérouler à une couche plus profonde de l’âge des brahmanes.

1. Mâthava, le Videgha – Nous ne savons pas plus sur ce très ancien maharaja que ce que nous dit le SB. Mais le mot Videgha / Videha sonne beaucoup de cloches familières. C’était un royaume de la région de Mithila pendant le mahajanapada Et le roi philosophe le plus célèbre de cette janapada était Janaka. Il était si célèbre que la dynastie elle-même était englobée sous ce nom et que presque tous les rois de Videha furent appelés «Janaka». De nombreux Janakas distincts sont mentionnés dans les Upanishads, Puranas, Ramayana, etc. Ils ne peuvent pas tous être une seule personne. Et le SB déclare clairement que la dynastie à l’époque de sa composition était connue du patronyme de Mathava. Jusqu’à ce que, bien sûr, l’un de ses descendants, Janaka, atteigne une renommée encore plus grande que la sienne. À tel point que Mathava a été complètement oublié dans les textes suivants.

Conclusions

-Mathava Videgha fut l’un des premiers rois de l’âge du fer historiquement bien attesté Videha janapada.

– À un moment de l’ère upanishadique, succédant ou concourant à l’âge tardif de Brahmana dont le SB est représentatif, Janaka a remplacé Mathava comme patronyme.

2. « était à ce moment-là sur le (fleuve) Sarasvatî» – Il n’y a vraiment pas de double sens ou de nuances mythiques à cela, à moins que l’on ne soit poussé par des biais pour défendre les dogmes coloniaux. Il est énergique et simple, ne nécessitant aucune élaboration. L’existence de la rivière Sarasvati, son identité avec le lit séché du Ghaggar-Hakra et son histoire hydrologique approximative ont toutes été bien étudiées par plusieurs disciplines et sont connues au-delà de tout doute raisonnable. Elle n’est plus ouverte au débat.

Conclusions

-Mathava et son peuple vivaient autrefois dans un royaume appelé Videgha situé quelque part le long des rives de la rivière Sarasvati.

– Sarasvati était encore probablement une rivière qui coule, vivace ou non, à l’époque de Mathava. Cela a des implications pour la datation de l’événement, comme beaucoup le savent. Cela place carrément l’exode de Mathava au moins ~ 2000 avant JC ou des périodes antérieures.

– Bref, la très bien attestée Videha janapada a une préhistoire sérieuse, non enregistrée ou oubliée.

Dans l’image ci-dessous, il est évident que les Videhans ont dû migrer très loin pour arriver à leur habitat historique de Mithila. Ils occupaient l’un des janapadas les plus à l’est.

 

 

 

3. ‘.. de là est allé brûler le long de cette terre vers l’est’ – Là où des métaphores apparaissent, il y a aussi place à l’interprétation et à l’incertitude. Même ainsi, Agni brûlant la terre et les rivières vers l’est est, par l’explication la plus simple, un témoignage des conditions de sécheresse qui prévalent, ce qui aide également à expliquer pourquoi un roi doit faire un voyage aussi radical, conduisant son peuple dans un exode épique vers l’est, abandonnant même les rives sacrées du Sarasvati.

Conclusions

-Il y a eu un exode et c’était probablement une conséquence de la sécheresse, de l’échec de l’agriculture ou d’une autre condition drastique qui a mis à l’épreuve la subsistance même du peuple Videha.

-La direction de la migration est d’ ouest en est . Ceci est d’une importance vitale dans la recherche de la validation archéologique d’un tel événement. Et parce que beaucoup d’historiens muellerian-marxistes ont interprété à la hâte ce passage pour illustrer la célèbre «  invasion aryenne  » – n’ayant complètement trouvé aucun support pour lui à partir d’un texte védique, surtout dans le plus ancien Rig Veda.

-L’archéologie ne connaît et n’admet qu’une seule de ces migrations vers l’est. La migration des Harappans. Un moment unique et rare dans l’étude de l’histoire partout, où la littérature et les faits sur le terrain s’accordent et se complètent si parfaitement.

La représentation ci-dessous illustre le déplacement indubitable de la densité de peuplement vers l’est pendant et après la fin de la période Harappan.

La mémoire d’une civilisation perdue 2

 

4. ‘.. et Gotama Râhûgana ..’ – Ce sont les deux mots les plus importants du passage. Plus instructif et rempli d’importations que le reste du passage réuni. Qu’est-ce qui pourrait être si génial dans le nom d’un purohita inconnu d’un raja inconnu? -Tu pourrais demander.

Tout! Son nom apparaît dans les anukramani du Rig Veda (RV)! Pour ceux qui sont conscients de ce que cela signifie, cela apportera des larmes de joie. Pour ceux qui ne le savent pas, les anukramani ou indices du RV nous donnent des informations fondamentales sur les rishis qui ont écrit les suktas, les chhanda utilisés dans chacune de leur composition et les devata ou divinités de chaque hymne. Gotama Rahugana est l’auteur des hymnes 74-93 du livre 1 et de l’hymne 31 du livre 9. Cela signifie, pour abréger une très longue histoire, que Gotama Rahugana et son patron Mathava Videgha vivaient au Moyen Âge védique.

Ci-dessous un verset composé par lui conservé dans le livre 1 du Rig Veda.

« O Jatavedas (Agni), vif et rapide, Gotama avec le chant sacré t’exalte pour l’amour de ta gloire.
Une chanson agréable à Agni, fils de Rahūgaṅa, a chanté:
Nous te louons pour ta gloire
 . »

-Gautama Rahugana, Rig Veda 1.78.1,5

Il est au-delà de la portée de cet article d’expliquer comment les dix livres sont classés par leur chronologie et leur antiquité. Le lecteur peut se référer à « Rig Veda – Une analyse historique » par Shrikant Talageri pour cela. Pour l’instant, il suffit de savoir que le livre 6 est le plus ancien et le livre 10 le plus jeune. Il s’agit d’un schéma généralement accepté et approuvé par un consensus de chercheurs. Les livres Rig Vedic vont dans cet ordre-

VI -> III -> VII -> IV -> II -> V -> VIII -> IX -> X

Sur cette base, et une analyse comparative rigoureuse du contenu historique du VR, son histoire a été divisée en: –

  1. Première période – Livres VI, III et VII.
  2. Période intermédiaire – Livres IV et II.
  3. Période tardive – Livres V, VIII et IX.
  4. Dernière période – le livre X qui se démarque des autres à bien des égards, y compris sa langue.

Le livre I contient des hymnes composés de descendants de rishis des trois plus anciens ainsi que de ceux contemporains aux trois suivants . Sa position historique est juste après les trois premiers, légèrement antérieure et contemporaine aux trois suivantes . C’est un livre chronologiquement «étiré». Le livre IX est un livre encore plus étiré. Il a des hymnes par les rishis des derniers suktas des livres I, V et VIII (y compris le Gotama de notre fascination actuelle) ainsi que des rishis entièrement nouveaux qui n’apparaissent que dans les livres IX et X. On peut dire que les livres I et IX partagent plus que juste Gotama Rahugana.

Conclusions

  • Gotama Rahugana et son patron Mathava Videgha ont vécu pendant la période intermédiaire du VR, peut-être vers la fin de cette période, alors que le RV n’était encore qu’à moitié terminé.
  • L’âge Brahmana n’est pas un successeur chronologique du Rig Veda samhita, mais les débuts de la première et de la moyenne, la fin et la dernière période de cette dernière sont probablement contemporains.
  • Ce n’est PAS une invasion / migration aryenne d’aucune sorte. Si c’était le cas, nous nous attendrions à ce que Gotama soit un rishi des livres les plus anciens (VI, III et VII), à une époque où les envahisseurs / migrants aryens venaient d’entrer dans le nord de l’Inde pour la première fois (selon cette théorie qui s’effondre) . Les livres les plus anciens ont en fait des hymnes composés par les ancêtres de Gotama!
  • Il s’agissait d’une migration au sein de la culture védique profondément ancrée dans la vallée de Sindhu-Sarasvati. Et c’est arrivé avant la période du SB. Des preuves supplémentaires sont nécessaires pour conclure si elles étaient contemporaines d’un brahmana plus ancien comme Aitareya.
  • Le SB est contemporain de la période tardive, dernière ou post-Rig Vedic. Des preuves supplémentaires sont nécessaires pour conclure.
  • Les Brahmanes plus anciens comme Aitareya sont donc un développement très parallèle à la RV samhita au moins depuis la période intermédiaire. Leurs positions chronologiques exactes vis-à-vis du RV, également entre elles ainsi que par rapport au dossier archéologique Harappan doivent être étudiées.

5. « Celui-là (Sadânîrâ) que les Brâhmanes n’ont pas traversé dans le passé … » – Cela impliquerait qu’il y a eu des tentatives de migrations plus profondes en Inde du Nord depuis la vallée de Sindhu-Sarasvati avant même l’époque de Mathava et Gotama et ce petit Védique des colonies existaient déjà dans les territoires vers lesquels les Videhans migraient. Vouloir plus de détails, pousser plus loin ne serait qu’un effort spéculatif. Quoi qu’il en soit, le passage atteste que des colonies védiques contemporaines existaient déjà dans les terres à l’est de Sadânîrâ à cette époque. Le Sadânîrâ est identifié au fleuve moderne Gandak, un affluent du Gange.

Mais plus intéressant encore, nous constatons que certaines des découvertes archéologiques les plus surprenantes de ces dernières années sont en parfait accord avec cela. Varanasi a une antiquité approchant Harappan et la civilisation Harappan mature et sa technologie de brique cuite au four s’est étendue aussi loin à l’est que Raghopur Diara près de Patna! Qui sait quoi d’autre reste à découvrir et où. Les frontières doivent être redessinées, c’est le moins qu’on puisse dire.

Et la région de Mithila, où les Videhans se sont installés, est si proche de toutes ces découvertes palpables. La découverte de la couche la plus ancienne ou des preuves de nouvelles colonies à Mithila nous aiderait sans aucun doute à trouver des dates matérielles appropriées pour Mathava, Ragugana, les Brahmanas et même le Rig Veda.

Conclusion

  • La migration de Videha n’était qu’une des nombreuses vagues d’expansions harappaises vers l’est commençant peut-être à la période mature.

Lequel des autres janapadas historiques a fait des voyages similaires? Lesquels de ces anciens royaumes et républiques indiens étaient autrefois situés sur les rives de l’Indus et du Sarasvati? Des questions fascinantes en effet. À l’exception de quelques-uns d’entre eux, il est très difficile de répondre sans entrer dans le spéculatif.

La mémoire d'une civilisation perdue 03

 

 

6. «À cette époque, il (la terre à l’est du Sadânîrâ) était très inculte, très marécageux», – Une autre phrase importante . Un témoignage ferme de certains des détails subtils cruciaux pour notre compréhension de cet âge insaisissable ainsi que des questions existentielles sur le caractère culturel, les réalisations sociétales des Indo-Européens qui ont propagé la culture védique et aussi les mécanismes de ce processus. Deux faits très significatifs sont révélés par cette phrase.

Premièrement, il condamne à la poubelle le modèle traditionnel qui soutient depuis un siècle que les personnes qui ont amené le sanscrit en Inde du Nord étaient des pasteurs d’Asie centrale . C’étaient des nomades qui faisaient paître le bétail et montaient à cheval. Un peu plus. Mais Mathava et son peuple n’étaient pas de simples éleveurs de vaches. Et ce n’étaient certainement pas des nomades. Ils étaient un lot établi, pendant une longue période indéterminée avant cet exode. Ils avaient un royaume. Ils pratiquaient l’agriculture comme leur occupation principale. Et avait des rituels avec des autels de feu élaborés. Les textes brahmana connaissent la technologie de la brique, les unités de mesure normalisées et bien plus encore. Même le Rig Veda connaît la navigation maritime.

À tel point que leur premier souci de devoir migrer vers de nouvelles terres est que tout était marécageux et non cultivé! Et sans compromis. Et pas le moins du monde, il n’y avait pas d’herbe pour leurs chevaux. Ils étaient un rajya avant de migrer, et ils étaient un rajya quand et longtemps après avoir traversé le Sadânîrâ; ils étaient déjà devenus un État . Plus tard, ils évolueront encore et fusionneront dans la puissante République Vrijji, l’un des seize mahajanapadas! Videha a achevé une évolution politique complète et précoce en une république!Dont il y a si peu d’exemples dans le monde antique. Il n’y avait ni Grèce, ni Rome, ni aucun État en Europe lorsque les ancêtres de Mathava dirigeaient Videgha quelque part dans la vallée SS. Quel était le scénario occidental à l’époque de Mathava? Il était rempli de petites communautés agricoles, de pasteurs agressifs des steppes et même de chasseurs-cueilleurs.

L’identité tribale que les éleveurs des steppes et la plupart des autres tribus IE de cette époque ont sans doute été définie par, avait depuis longtemps été dépassée par le peuple védique. Un tel passé tribal nomade est déjà une préhistoire non enregistrée en ce qui concerne le VR. Il faudrait torturer les premiers versets du RV pour les faire admettre. L’enquête sur la véritable antiquité des Indo-Européens dans la vallée de Sindhu-Sarasvati est d’une importance cruciale.

Ce n’est pas seulement une invasion de Kurgans d’Asie centrale, les Videhans ne leur ressemblent en rien. Cela jette de nombreuses hypothèses cavalières sur la culture védique à douter. Plus révolutionnaire, cela oblige l’honnête enquêteur à affronter à nouveau ce paradoxe de Frawley .

Le deuxième fait étonnant que la phrase ramène chez elle et oblige ainsi une autre hypothèse d’invasion aryenne fondamentale à mordre la poussière, c’est que ces Aryens migrateurs étaient alors assez seuls en Inde du Nord. L’AIT / AMT nous oblige à croire que des millions de Harappéens défunts vivaient encore dans les vallées de l’Indus et du Gangetic tandis que les Indo-Aryens les envahissaient ou les «ruisselaient» . En fait, l’archéologue chevronné nous assurera qu’à aucun moment il n’y a eu de rupture notable dans l’habitation humaine dans le large âge du bronze au nord de l’Inde, ni aucun signe de contact entre deux cultures matérielles différentes, indigène et étrangère. Pourtant, les preuves littéraires montrent que les Aryens védiques étaient tout à fait seuls dans les vallées de l’Indus et du Gangetic. Les Videhans ne sont pas tombés sur unseule tribu étrangère ou linguistiquement différente à tout moment de leur grand exode des Sarasvati à Sadanira. Au mieux, le SB laisse entendre qu’il y avait des colonies védiques antérieures ici et là. A part cela, tout était une terre plaine, inculte et marécageuse. Personne n’occupait les plaines gangétiques. Il n’y a aucune preuve d’une transformation linguistique impliquée et encore moins d’une invasion dramatique. Les Videhans se développaient contre un vide démographique, tout comme les Harappéens dans les archives archéologiques.

Alors, sur quelle base a-t-on prétendu au cours des cent dernières années que les Harappéens et les Aryens védiques étaient deux personnes différentes? Vœux pieux et spéculation pure. Une théorie scandaleuse inventée pour soutenir une autre théorie scandaleuse. Il n’y a pas de place pour les faits, les inférences ou les preuves dans leur orthodoxie rigide. Ou ils devraient essayer de répondre à cette question. Où des millions de Harappéens ont-ils disparu? L’éléphant dans la pièce que l’école Muellerian des érudits a réussi à ignorer avec tact et a réussi à échapper.

Conclusions

– Les Rig Vedic Aryans, dont les Videhans sont un, sont des agriculteurs et un lot civilisé, pas des pasteurs.

– Ils étaient très évolués politiquement et non nomades ou tribaux.

– Ils n’étaient pas des envahisseurs. Ils s’étendent dans des terres vierges inoccupées.

-Il n’y avait aucune autre tribu occupant la vallée de Gangetic et aucune preuve d’aucune sorte de conflit impliqué dans le processus.

– L’indo-européen est la plus ancienne couche linguistique détectable en Inde du Nord – malgré des millions de Harappans qui parlaient autre chose (selon l’école d’histoire de Mueller) censément vivre partout.

– Aryens védiques = Harappans . En résolvant le paradoxe de Frawley, nous nous rendons compte que cette expansion de Videhans n’est rien d’autre qu’une vague de la dispersion Harappan qui est bien attestée archéologiquement.

7. « Aujourd’hui encore, ce (fleuve) forme la frontière des Kosalas et des Videhas.» – Le passage arrive enfin sur la scène contemporaine. Le scénario politique du nord de l’Inde est désormais bien connu de la plupart d’entre nous après nos années de scolarité. Il y avait des mahajanapadas. Au moment du Bouddha, il y en avait seize ou plus . Il est également explicitement implicite et probable que les habitants de Kosala ont également fait un voyage similaire à Videha et qu’ils se sont installés juste à côté des Videhans. Lesquels des autres mahajanapadas ont également effectué des migrations similaires (et étaient autrefois les royaumes de la SSC) est un sujet fascinant nécessitant des recherches supplémentaires et qui est encore sans réponse de manière concluante.

Conclusions

-Les constituants de la civilisation Sindhu-Sarasvati étaient sans doute très similaires aux mahajanapadas des derniers jours. Ou étaient au moins leurs ancêtres directs dans un continuum ethno-politique.

– Videha était l’un des royaumes de la civilisation Sindhu-Sarasvati. Kosala en était probablement un aussi. La localisation exacte de l’origine de la SSC nécessite des recherches supplémentaires. Probablement, il peut ne jamais être trouvé. Le cours reconstruit du Sarasvati dans l’image ci-dessous montre le nombre écrasant de sites situés sur ses rives. Il n’est pas exagéré de suggérer que l’une de ces ruines le long de la rivière perdue pourrait bien avoir été la ville des Videhas, où Mathava a régné.

La mémoire d'une civilisation perdue 04

 

 

– Les autres janapadas candidats qui ont peut-être aussi été autrefois des États de la SSC sont ceux qui figurent dans les textes védiques plus anciens que SB et qui ont survécu jusqu’à la période historique. Il s’agit notamment des Kuru, Pancala, Matsyas etc. Les deux premiers descendent des dynasties Paurava-Bharata du RV.

Comme nous l’avons vu, l’obscurité et le silence qui entourent l’histoire védique / harappéenne ne sont pas seulement possibles à dissiper, cela nous fournira des idées merveilleuses et une clarté de compréhension dans la civilisation ancienne la plus énigmatique et sous-estimée. Tout ce qui doit être fait est d’abandonner les tas de biais et de spéculations sans fondement. Pour nettoyer l’ardoise de craie coloniale et regarder à nouveau toutes les preuves qui existent. Pour ne pas surcharger les études en Asie du Sud avec des bagages de la steppe ou toute autre théorie extraterritoriale – ou du moins pas avant de lui donner un traitement indépendant et équitable de la bourse. Pour suivre la méthode scientifique et se déclarer: «voici les preuves, quelles conclusions peut-on en tirer?

Références

Colin McEvedy   &  Richard M. Jones , 1978: Atlas de l’histoire de la population mondiale

Srikant Talageri: Rig Veda une analyse historique

David Frawley, Georg Feuerstein et Subhash Kak, 1995: A la recherche du berceau de la civilisation.

Swami Ranganathananda, Ramakrishna Math: Lemessage du Brhadaranyaka Upanishad.
E. Pargiter, 1922: ancienne tradition historique indienne.

Harvard oriental series – Vol 25: Rig Veda Brahmanas – Aitareya et Kausitaki Brahmanas

 

 

 

 

La Valkyrie d’Adolph Hitler: comment la britannique Unity Mitford a rencontré le Führer 140 fois

 

Le premier livre allemand sur l’aristocrate britannique et fan d’Adolf Hitler Unity  « Valkyrie » Mitford révèle que le Führer était tellement obsédé par elle qu’il l’a rencontrée 140 fois alors qu’il se préparait pour la Seconde Guerre mondiale.

 

Adolf Hitler était aussi fasciné par Unity – l’une des célèbres filles «  It  » des années 1930.

La première biographie allemande traitant de cette attraction mutuelle est publiée et intitulée: «Je feuilletais le magazine Vogue lorsque le Führer m’a parlé. »

L’auteur à succès de science politique Michaela Karl raconte comment le lien a été forgé au restaurant préféré de Hitler à Munich, l’Osteria Bavaria, le 9 février 1935.

Hitler, Unity Mitford et SA Obergruppenfuhrer Franz von Pfeffer, photos à Bayreuth, 1936 Hitler, Unity and SA Obergruppenfuhrer Franz von Pfeffer, pictures in Bayreuth, 1936
L’auteur à succès de science politique Michaela Karl raconte comment le lien a été forgé dans le restaurant préféré de Hitler à Munich.
Il s’agissait du restaurant Ostara Bavaria.

Adolf Hitler et Unity Mitford dans le restaurant préféré du Führer à Munich

Unity a écrit à sa sœur Diana: «À 15 h 00, j’avais fini de manger quand le Führer est venu avec son trench-coat doux et s’est assis avec deux autres hommes à sa table.

« Je feuilletais la vogue quand dix minutes après son arrivée, l’aubergiste est venu et a dit que le chef » voulait vous parler. «  »

L’auteur Karl a dit; « Entre 1935 et 1939, Hitler et Unity se réunissaient tous les dix jours – pour un leader occupé, qui était en même temps un chef du troisième Reich allemand, c’était 140 fois au total, donc étonnamment souvent. »

Il l’emmena bientôt au Festival de Wagner à Bayreuth, au rassemblement de Nuremberg et à d’autres grands événements du national-socialisme. 

« L’unité a rapidement fait partie du cercle restreint », a ajouté Karl. « En Angleterre, elle est toujours bien connue, mais en Allemagne, juste une note de bas de page dans l’histoire. »

L’architecte d’Hitler, Albert Speer, a décrit plus tard Unity: «Elle était une femme très intelligente et avait sa propre tête, pas un type comme Eva Braun, qui ne s’intéressait à rien.

Mais le partenaire de longue date de Hitler, qui l’épouserait à l’effondrement de Berlin en 1945 pour devenir son épouse d’un jour avant de s’évader  avec lui vers l’Argentine, considérait Unity comme un rival.

Le 10 mai 1934, Eva, 23 ans, a écrit dans son journal que l’épouse du photographe personnel d’Hitler, Heinrich Hoffmann, lui avait parlé d’Unity. Eva a écrit: «Mme Hoffmann, sans tact et avec amour, m’a dit qu’il avait maintenant un remplaçant pour moi.

«Enfin, il a pu me connaître si bien, que je n’ai jamais pu lui mettre quelque chose sur le chemin quand il a découvert qu’il voulait son cœur pour un autre.

Une tentative de suicide ratée d’Eva en 1935 a été interprétée par beaucoup comme un acte de jalousie contre Unity.

 

«Enfin, il a pu me connaître si bien, que je n’ai jamais pu lui mettre quelque chose sur le chemin quand il a découvert qu’il voulait son cœur pour un autre.

Unity Mitford, une beauté aristocratique anglaise passionnément dévouée à Hitler

Quand Hitler prévoyait d’avaler l’Autriche en 1938, Unity écrivit à son cousin Winston Churchill: «Cher cousin Winston. L’idée que l’Allemagne tente de dévorer les pauvres, la petite Autriche, qui lutte pour son indépendance, est très ridicule pour tous les Autrichiens.

 

 

 

1932: Trois des sœurs Mitford au mariage de Lord Stanley d’Aldernay, lr Unity Mitford; Diana Mitford (Mme Bryan Guinness, plus tard Lady Diana Mosley) et l’écrivain Nancy Mitford

En mai 1939, Hitler a organisé pour elle un appartement de trois chambres dans le quartier Schwabing de Munich. Les Juifs qui vivaient dans l’immeuble sont partis à l’étranger peu de temps après et Unity a placé deux énormes drapeaux à croix gammée dans la chambre.

Joseph Kennedy Jr., le fils de l’ambassadeur des États-Unis à Londres et frère aîné de John F. Kennedy, a écrit après l’avoir rencontrée: «Mitford est convaincu que le conflit avec l’Angleterre et les États-Unis est, avant tout, la faute de la propagande juive. et le seul moyen de le résoudre était de chasser les Juifs.

Lorsque la France et l’Angleterre ont déclaré la guerre à l’Allemagne en septembre 1939, son monde s’est effondré. Ce qui s’est passé exactement après cela reste trouble: probablement le même jour de la déclaration, Unity s’est tiré une balle dans la tête dans le jardin anglais de Munich.

Hitler a organisé son placement dans le meilleur hôpital de Munich pour le traitement et lui a rendu visite le 8 novembre – la nuit où le menuisier George Elser a tenté de le tuer avec une bombe au Bürgerbräukeller où il parlait.

Il était parti tôt pour lui rendre visite et avait échappé à la mort de 13 minutes. Huit personnes sont mortes dans l’explosion.

Unity a été rapatriée en Grande-Bretagne où elle est décédée de ses blessures en mai 1948. Hitler, a déclaré Karl, ne l’a jamais surmontée.

Unity Mitford wearing a swastika badge with her sister Diana Mitford

 

 

Unity Mitford portant un badge à croix gammée: en Angleterre, elle est toujours bien connue, mais en Allemagne, juste une note de bas de page dans l’histoire

 

Camps de jeunes hitlériens en Amérique (1935-1941)

Vous avez ici des images fantastiques, publiées pour la première fois par les Archives nationales des États-Unis, d’un camp d’été pour les membres des jeunesses  hitlériennes aux États-Unis en 1937. Il a été tourné à Windham, New York, à l’été 1937.

 

Dans Volks-Deutsche Jungen aux États-Unis (Jeunes allemands aux États-Unis), vous verrez ce qui semble d’abord être une histoire banale d’un camp d’été pour garçons. Le film commence avec le camp en construction et les enfants enthousiastes s’entassent dans des bus affrétés pour faire le voyage de New York à Windham, New York à l’été 1937. Les garçons plantent des tentes, déchargent des caisses de haricots cuits au four et effectuent des exercices de conditionnement physique . Si vous portez une attention particulière, vous remarquerez peut-être que certains des garçons portent des shorts portant l’insigne de l’éclair unique qui a marqué le plus jeune contingent de la jeunesse hitlérienne, mais il faut attendre le «Flaggenappell» (appel nominal) à 13:47 que l’affiliation devient claire.

Après avoir fait des recherches sur ce que nous avons appelé le film «Nazi Boy Scout», j’ai pu en savoir un peu plus sur ces jeunes hitlériens américains. Premièrement, ils n’étaient certainement pas des Boy Scouts. Le camp fréquenté par les garçons et les jeunes hommes de ce film était géré par la Deutsche-Amerikanische Berufsgemeinschaft (DAB), plus connue sous le nom de Ligue professionnelle germano-américaine ou Bund allemand-américain. Le DAB, qui comprenait plus de 70 sections locales, a été fondé en 1936 pour promouvoir l’Allemagne et le parti nazi en Amérique. La plus connue des activités de l’organisation a été le rassemblement pro-nazi de 1939 qui s’est tenu au Madison Square Garden qui a attiré environ 20 000 participants.

Ces films étant la propriété d’une organisation indépendante, vous vous demandez peut-être comment ils se sont retrouvés aux Archives nationales. La séquence des événements qui ont conduit au film à arriver au Motion Picture Preservation Lab a commencé lorsque le gouvernement américain a fouillé le siège national du DAB le 5 janvier 1942. En vertu d’une assignation à comparaître du Grand Jury fédéral, les agents ont saisi des dizaines de films 16 mm et des enregistrements sonores qui documentaient les activités. du DAB. Le matériel audiovisuel comprenait ce qui était étiqueté «EXPOSITION 147» dans l’affaire contre les activités non américaines du DAB. Ces films et enregistrements sonores sont conservés aux Archives nationales comme archives de cette enquête. Un archiviste les a découverts dans les fonds textuels à la fin des années 1980 et transférés à la Direction du cinéma, du son et de la vidéo à cette époque.

 

 

 

 

 

Les fléaux au cours des siècles ont provoqué des changements politiques radicaux – exemples des 2500 dernières années

« Ceux qui nous avaient dit que (nos) attachements devaient être mondiaux, et que (nos) terres et quartiers appartiennent au monde entier, sont maintenant consignés dans les poubelles de l’histoire. » Srdja Trifkovic

Des épidémies graves peuvent avoir des conséquences sociales, culturelles et géopolitiques d’une grande portée. Ainsi en sera-t-il du Covid-19.

La peste qui a dévasté Athènes en 430 avant JC – au cours de la deuxième année de la guerre du Péloponnèse, alors qu’une victoire athénienne semblait encore à portée de main – a tué un quart de la population, quelque 75.000 personnes, dont Périclès. Des doutes subsistent encore sur la véritable nature de cette épidémie qui sévit de -430 à -426. L’hypothèse la plus probable est que la ville fut frappée par le typhus ou fièvre typhoïde et qu’elle perdit le tiers de sa population.

À propos de la grande peste d’Athènes, la formule de La Fontaine « Ils n’en mouraient pas tous, mais tous étaient frappés » convient parfaitement pour résumer les effets délétères de la peste : elle ne tue pas toute la population, mais affecte, très gravement, toute une communauté, lorsqu’elle s’abat sur elle.

Périclès fut une de ses victimes. Les successeurs de Périclès étaient faibles et incompétents, et Athènes a subi un déclin précipité dans le respect de « toutes les règles de religion ou de loi », selon Thucydide. Ce n’est qu’après 415 av.JC  qu’Athènes a récupéré suffisamment pour monter une offensive majeure, mais en raison de la mauvaise qualité des successeurs de Périclès, l’expédition sicilienne a fini dans une déroute totale.

La peste antonine (165-180 après J.-C.) était en fait causée par la variole plutôt que par Yersinia pestis. Elle a coûté la vie à cinq millions de personnes, soit environ 25% des personnes touchées. Environ un dixième de la population de l’Empire est décédé, plus d’un tiers dans certaines régions (Gaule, Lombardie, vallée du Rhin). L’armée romaine a été dévastée, laissant les frontières vulnérables aux pénétrations barbares. Le premier historien allemand de la Rome antique, Barthold Georg Niebuhr, a conclu en 1827 que «le monde antique ne s’est jamais remis du coup que lui avait infligé la peste qui l’avait visité sous le règne de Marc-Aurèle». C’était le précurseur de la crise du troisième siècle et du déclin à long terme qui a suivi du pouvoir et de l’autorité de Rome.

541 : Peste de Justinien – Elle sera suivie de près de quinze épidémies jusqu’en 767. Les pertes humaines sont estimées de 25 à 50 millions d’individus. Lorsque les armées arabes, peu nombreuses, se lancent à la conquêtes des Empires romain d’Orient et perse, elles rentrent comme un couteau dans du beurre.

C’est  Pourquoi l’an 536 après JC était la pire année de l’Histoire humaine ? nous avions vu que L’Europe, le Moyen-Orient et certaines parties de l’Asie ont été plongés dans une obscurité totale par un brouillard mystérieux.

Elle a provoqué des chutes de neige en Chine, des mauvaises récoltes à l’échelle continentale, une sécheresse extrême, la famine et des maladies dans la majeure partie de l’hémisphère Nord.

Cette année noire a été déclenchée par une éruption cataclysmique islandaise, affirment les scientifiques, et était de mauvais augure pour un triste siècle de souffrances et de mort.

La dévastation internationale déclenchée par le brouillard non identifié a donné lieu à l’appellation “L’âge des ténèbres” qui a été utilisée pour désigner cette période inquiétante. Puis, c’est en 541, que la peste de Justinien est apparue, et tout a encore empiré. À savoir que la peste de Justinien est la toute première pandémie de peste au monde (les pestes précédentes restent incertaines quant à leur nature exacte).

Et la situation de l’humanité aurait ensuite empiré suite à deux nouvelles éruptions massives en 540 et en 547. Alors qu’une épidémie de peste bubonique frappait la Méditerranée entre 541 et 543, tuant quelque 100 millions de personnes, soit la moitié de la population mondiale. Une conjonction d’événement malheureux qui est probablement à l’origine de l’effondrement de l’Empire romain oriental.

Pendant les trois siècles suivant les travaux de Boèce, juste antérieurs à ce changement, on ne constate plus d’activité notable de traduction des auteurs grecs vers le latin en Europe.

Un ouvrage de David Keys mentionne parallèlement l’épidémie de peste sous Justinien, le déclin des Avars, la migration vers l’Ouest de tribus mongoles, l’effondrement de l’Empire Gupta, et l’affaiblissement des civilisations sédentaires sassanide et byzantine qui va ouvrir une opportunité d’expansion aux nomades arabes fédérés par l’islam.

La peste noire (1347-1351) a tué 30 à 60% des Européens et a provoqué des perturbations religieuses, sociales et économiques massives.

Au 17ème siècle, elle a de nouveau frappé, avec une férocité mortelle mais pas la même portée géographique. Son effet sur la ville de Milan a été présenté avec une précision impressionnante dans Alessandro Manzoni Promessi sposi (Le fiancé), l’équivalent italien de « guerre et paix » de Tolstoï.

Conclusion

L’épidémie de COVID-19 a initialement semblé à la plupart des Occidentaux une épidémie périodique à la manière des grippes porcine et aviaire, du SRAS ou du virus du Nil occidental: un problème temporaire qui affecte d’autres personnes, généralement loin. [1]

L’évolution et le coût futurs de la pandémie (réelle ou imaginaire, fabriquée en laboratoire ou non) ne sont pas prévisibles. Il semble cependant certain que le monde connaît des changements qui sont probablement irréversibles.

Dans la plupart des pays, les gens du peuple (contrairement aux élites) rejettent massivement la mondialisation, et tous les mécanismes multilatéraux tels que l’Organisation Mondiale de la Santé ou la Banque Mondiale, et des institutions transnationales – notamment l’Union européenne – en faveur du sens revitalisé de la cohésion nationale et des stratégies nationales de survie fondées sur les intérêts qui sont développées et poursuivies par l’État-nation souverain nouvellement dynamisé.


EN COMPLÉMENT

Pourquoi l’an 536 après JC était la pire année de l’Histoire humaine ?

Quand la fin d’une année arrive, nous avons tendance à en dresser un bilan. Et comme certains biais cognitifs font que les mauvais souvenirs remontent le plus facilement, nous avons l’impression que l’année à peine écoulée a été la pire année de tous les temps. Mais les chercheurs nous proposent une vision différente.

 

Rappelons ainsi qu’en 1349, la peste noire a ravagé l’Europe, tuant quelque 25 millions de personnes [1]. En 1918, c’est la grippe qui a emporté entre 50 et 100 millions de personnes. Toutefois, si vous demandez à Michael McCormick, historien à l’université de Harvard (États-Unis) qu’elle a été la pire année de tous les temps pour l’humanité, il vous répondra sans hésitation :  l’année qui est au-dessus des autres en termes de souffrance est l’an 536 après JC.

 

L’Europe, le Moyen-Orient et certaines parties de l’Asie ont été plongés dans une obscurité totale par un brouillard mystérieux.

Elle a provoqué des chutes de neige en Chine, des mauvaises récoltes à l’échelle continentale, une sécheresse extrême, la famine et des maladies dans la majeure partie de l’hémisphère Nord.

L’année noire a été déclenchée par une éruption cataclysmique islandaise, affirment les scientifiques, et était de mauvais augure pour un triste siècle de souffrances et de mort.

Michael McCormick, archéologue et historien médiéval de l’Université Harvard, a déclaré à Science Magazine que le monde n’a montré aucun signe de rétablissement avant l’an 640 après JC.

C’était le début d’une des pires périodes pour être en vie, si ce n’est la pire année”, a dit le Dr McCormick.

Le brouillard sinistre a créé un monde terne avec une obscurité omniprésente dans l’hémisphère nord pendant 18 mois, avec un crépuscule implacable qui se prolongeait jour et nuit.

Les effets sur le climat ont été tels que les chroniques irlandaises parlent d’un “manque de pain dans les années 536-539”.

Les températures de l’été 536 ont chuté entre 1,5 °C (2,7 °F) et 2,5 °C (4,5 °F), amorçant ainsi la décennie la plus froide des 2.300 dernières années.

La dévastation internationale déclenchée par le brouillard non identifié a donné lieu à l’appellation “L’âge des ténèbres” qui a été utilisée pour désigner cette période inquiétante. Puis, c’est en 541, que la peste de Justinien est apparue, et tout a encore empiré. À savoir que la peste de Justinien est la toute première pandémie de peste au monde (les pestes précédentes restent incertaines quant à leur nature exacte).

Le Dr McCormick et le glaciologue Paul Mayewski du Climate Change Institute de l’Université du Maine (UM) à Orono croient avoir finalement résolu l’énigme.

Dans leur étude, publiée dans la revue Antiquity, les chercheurs révèlent qu’elle a probablement été causée par une éruption volcanique cataclysmique en Islande.

L’analyse des carottes de glace – capsules naturelles du passé géologique de la Terre – a également mis au jour que deux éruptions ont suivi en 540 et 547 après JC.

À la profondeur correspondant au début de l’année 536, les chercheurs ont découvert des particules de verre volcanique semblables à d’autres, trouvées ailleurs en Europe ou au Groenland. Une analyse aux rayons X a permis de situer leur origine en Islande. Le responsable de ce fameux brouillard qui a tant coûté à l’humanité serait donc un volcan islandais entré en éruption début 536.

Et la situation de l’humanité aurait ensuite empiré suite à deux nouvelles éruptions massives en 540 et en 547. Alors qu’une épidémie de peste bubonique frappait la Méditerranée entre 541 et 543, tuant quelque 100 millions de personnes [2], soit la moitié de la population mondiale. Une conjonction d’événement malheureux qui est probablement à l’origine de l’effondrement de l’Empire romain oriental.

On pense que l’activité volcanique incessante a produit des millions de tonnes de cendres qui se sont répandues sur de vastes régions du monde.

Les auteurs de l’étude écrivent que cela a introduit une période de ruine économique qui restera inébranlablement en place jusqu’à un siècle plus tard.

L’analyse des carottes de glace a révélé que les dépôts de soufre, de bismuth et de téphra précèdent chaque été exceptionnellement froid.

Référence historique

L’historien byzantin Procope de Césarée, lorsqu’il écrit sur les guerres avec les Vandales, dit à propos de l’an 536 : « Pendant cette année, un signe de mauvais augure a eu lieu. Le Soleil a donné sa lumière sans éclat […] et il a paru avoir comme une éclipse, parce que ses rayons ne brillaient pas. »

Les annales irlandaises gaéliques enregistrent ce qui suit :

D’autres sources contemporaines indépendantes rapportent :

  • Des températures basses, et même de la neige en été (il aurait neigé en Chine au mois d’août)
  • L’empereur du Japon Senka-Tennō (536-539) publie un édit insistant sur l’importance de la nourriture par rapport à l’or, précisant que 1 000 perles ne peuvent soulager celui qui souffre du froid.
  • L’absence de récoltes
  • « Un brouillard dense et sec » au Moyen-Orient, en Chine et en Europe
  • Une sécheresse au Pérou, affectant les gens de culture Moche
En l’an 536 : éruption volcanique, provoquant des baisses de température, et plongeant certaines parties du monde dans l’obscurité durant 18 mois. 536 à 545 : la décade la plus froide de ces dernières 2000 années. 540 à 541 : la peste de Justinien frappe, faisant de très nombreux morts. 640 : l’économie se redresse gentiment. 660 : second pic observé, les humains frappent les premières pièces d’argent.

Les chercheurs ont remarqué une différence dans la glace vers l’an 640, soit environ un siècle plus tard : du plomb. C’est à cette époque-là que les humains ont commencé à extraire et à fondre de l’argent à partir de minerai de plomb. « Ce plomb indique donc que le métal précieux était en demande dans une économie qui rebondissait après un siècle de misère », explique l’archéologue Christopher Loveluck, de l’Université de Nottingham, au Royaume-Uni.

Un second sommet, en 660, marque une importante infusion d’argent dans l’économie émergente médiévale. Cela suggère que l’or était devenu rare à mesure que le commerce augmentait, forçant le passage à l’argent comme étalon monétaire, écrivent Loveluck et ses collègues. « Cela montre la montée de la classe marchande pour la première fois », expliquent Loveluck et ses collègues.

Une pièce datant environ de l’an 660 faite de plomb et d’argent.

 

Indices scientifiques

L’analyse des troncs d’arbres par le dendrochronologiste Mike Baillie, de l’Université Queen’s de Belfast, montre une croissance anormalement faible des chênes irlandais en 536 et une autre diminution sensible en l’an 542, après un rétablissement partiel. Des événements semblables sont enregistrés dans les stries des troncs d’arbres de Suède et de Finlande, dans la Sierra Nevada (Californie) et dans les stries des arbres Fitzroya du Chili.

Par ailleurs, les noyaux de glace du Groenland et de l’Antarctique montrent des dépôts de sulfate en 533-534 ± 2 ans, preuve d’un voile étendu de poussière acide.

Conséquences historiques

On a vu les événements de 536 et la famine qui s’ensuivit comme explication pour le sacrifice par les élites scandinaves de grandes quantités d’or, probablement pour apaiser les dieux et pour obtenir le retour de la lumière du Soleil.

Le déclin de l’importante ville mésoaméricaine de Teotihuacán, accompagné de signes d’instabilité politique et de famines, est également lié aux sécheresses provoquées par le changement climatique.

Pendant les trois siècles suivant les travaux de Boèce, juste antérieurs à ce changement, on ne constate plus d’activité notable de traduction des auteurs grecs vers le latin en Europe.

Un ouvrage de David Keys mentionne parallèlement l’épidémie de peste sous Justinien, le déclin des Avars, la migration à l’Ouest de tribus mongoles, l’effondrement de l’Empire Gupta, et l’affaiblissement des civilisations sédentaires sassanide et byzantine qui va ouvrir une opportunité d’expansion aux nomades arabes fédérés par l’islam.

[1] En 1300 la population mondiale était estimée entre 360 à 432 millions. En 1400, elle était estimée entre 350 à 374 millions

[2] Entre les années 500 et 600, la population mondiale a été estimée à 190 à 206 millions de personnes.

 

 


Une épidémie tous les 100 ans : 1320, 1520, 1620, 1720, 1820, 1920, 2020

Après avoir connu le syndrome respiratoire du Moyen-Orient, mieux connu sous le nom de Coronavirus, une souche qui a été identifiée pour la première fois en Arabie saoudite en 2012, les utilisateurs des réseaux sociaux ont associé cette éventuelle épidémie à d’autres survenues dans la 20e année de chaque siècle.

 

Bien que les épidémies, les pandémies ou les maladies de masse qui ont surgi dans l’histoire de l’humanité aient varié au cours des années, l’année 20 se répète par coïncidence.

Nous commençons par l’année 1220, qui n’est pas connue par une pandémie, mais par une catastrophe encore plus destructrice pour  l’époque : les invasions mongoles.

1220, Gengis Khan

Les Mongols de Gengis Khan brûlent et rasent Boukhara (16 février), Otrar (17 mars), Samarkand (mars) et Harat.

En Irak et en Iran, Gengis Khan est vu comme un seigneur de guerre sanguinaire et génocidaire qui causa d’immenses destructions. Un descendant de Gengis, Hulagu Khan, détruira une grande partie du nord de l’Iran. Il est l’un des conquérants les plus haïs des Iraniens, avec Alexandre le Grand et Tamerlan.

Il en est de même en Afghanistan, au Pakistan ainsi que dans d’autres pays non turcs à majorité musulmane. Les sacs de Bagdad et de Samarcande causèrent des massacres et le sud du Khuzestan fut complètement détruit. En RussieUkrainePologne et Hongrie, Gengis Khan, ses descendants et les Mongols et/ou Tatars sont généralement décrits comme de grands destructeurs.

L’invasion mongole de l’Europe au XIIIe siècle provoque la destruction des principautés slaves et des grandes villes, comme Kiev et Vladimir. Les invasions mongoles touchent également l’Europe centrale, notamment la Bohême-Moravie, la Pologne (bataille de Legnica, 1241), la Moldavie, la Valachie, la Transylvanie, la Hongrie (bataille de Mohi, 1241) et la Bulgarie.

Au moins 20 à 40 % de la population des pays conquis par les Mongols meurt, massacrée ou à la suite des épidémies.

Aujourd’hui, Gengis, ses descendants, ses généraux et les Mongols en général restent connus pour leurs forces militaires féroces, leur endurance, leur cruauté et leurs conquêtes destructives dans les livres d’histoire du monde entier.

1320, la peste noire.

On pense que la peste bubonique, mieux connue sous le nom de peste noire, est apparue pour la première fois chez l’homme en Mongolie vers 1320. Ses symptômes étaient des maux de tête, de la fièvre et des frissons. Les langues des malades semblaient souvent blanchâtres avant qu’il n’y ait une inflammation sévère des ganglions lymphatiques. Enfin, des taches noires et violettes sont apparues sur la peau des personnes touchées; La mort pouvait se produire en une semaine.

1520, la variole.

Cette maladie a été déterminante pour la victoire espagnole contre Tenochtitlan. Elle a coûté la vie à entre 2 et 3,5 millions d’indigènes selon les historiens. De nombreux Aztèques ont succombé à la variole apportée par les Européens, comme le Tlatoani Cuitláhuac, vainqueur de Hernán Cortés.

1620, une étrange maladie.

Le 16 mars 1620, des colons de Plymouth arrivent à bord du Mayflower aux États-Unis. On dit que la grande majorité des passagers sont morts et qu’une telle maladie s’est propagée même parmi les habitants de la côte est de l’Amérique du Nord

1720, la peste de Marseille.

Le Grand San Antonio, navire de l’est méditerranéen arrivé à Marseille le 25 mai 1720, est à l’origine de l’épidémie. En effet, sa cargaison composée de soies fines et de balles de coton a été contaminée par le bacille d’Yersin, responsable de la peste. À la suite d’une série de négligences graves et malgré les mesures de sécurité strictes, la peste s’est propagée dans toute la ville. Le centre de Marseille et les vieux quartiers ont été les plus touchés. La peste s’est propagée rapidement, faisant entre 30.000 et 40.000 morts, sur un total de 90.000 habitants.

1820, le Choléra.

En 1820, cette maladie s’est déclarée à Java et à Bornéo. Elle est arrivé en Chine en 1821, puis s’est étendue à l’ouest de Ceylan et est arrivé plus tard en Perse, en Arabie, en Syrie et en Cochinchine la même année. Les vastes territoires de l’Empire russe ont été contaminés par l’armée malade et des dizaines de milliers d’hommes sont morts.

1920, la peste pneumonique ou grippe espagnole.

1918:des soldats patrouillent dans lers rues de Montréal ,au Québec.Notez les masques.

La grippe espagnole a eu lieu il y a 100 ans, à l’époque les gens étaient aux prises avec le virus de la grippe H1N1 qui avait subi une mutation génétique, ce qui le rendait beaucoup plus dangereux que le virus normal. Ce virus a infecté 500 millions de personnes et tué plus de 100 millions de personnes dans le monde, cette pandémie a été la plus meurtrière de l’histoire.

 

Grippe espagnole:des religieuses soignent les malades à Montréal.

 

 

 

Histoire et numismatique: 10 mars 298,Constantin triomphe de Maximien

La situation politique:

L’Empire Romain à son summum!



La situation à la tête de l’empire romain est mouvante en ce début du IVème siècle Le système de la Tétrarchie mis au point par l’empereur Dioclétien est mis en défaut par les enfants des Augustes qui veulent succéder à leur père. Ainsi, en 310, Galère est Auguste pour la partie orientale de l’Empire, pendant qu’à l’Occident, Licinius est choisi par Galère pour remplacer Constance Chlore mort en 306.

Dioclétien

 

 

 

Valéria,épouse de Galère et fille de Dioclétien.

 

Monnaie de Galère (Gaius Galerius Maximinus)

 

Monnaie de Licinius I

 

Constance I Chlore

 

Monnaie de Domitius Alexandre qui règnait à Carthage.Pièce de 1 follis.

Mais en Occident, Maxence, le fils de l’ancien Auguste Maximien, est proclamé par ses troupes et « gouverne » l’Italie, Domitius Alexandre dirige l’Africa et Constantin, le fils de Constance Chlore, domine la Britannia, la Gaule et la péninsule Ibérique vient spontanément se mettre sous sa protection, au détriment de Maxence. Aussitôt, ce dernier décide et réussit à récupérer l’Africa, son préfet du prétoire est vainqueur du vieux Domitius Alexandre qui meurt au combat.

Monnaie de Maximin Daia ,empereur romain d’Orient

En Orient, Maximin Daia est le César (le second) de Galère et il est reconnu Auguste comme Constantin, après que chacun d’eux ait été proclamé par ses troupes. Ce qui fait cinq Augustes ! Galère meurt en 311. Licinius et Maximin Daia se partage l’Orient, Maxence déclare Constantin ennemi public de Rome. Il s’appuie sur les Prétoriens et sur le Peuple de Rome, mais il est en situation difficile.

Constantin est populaire auprès de ses soldats, et pour s’assurer de la neutralité de Licinius, se rapproche de lui et fiance sa soeur Constantia avec lui. Constantin a réorganisé les Gaules affaiblies par les révoltes de paysans et a subi une tentative de coup d’état par Maximien, le père de Maxence et son beau-père. Il l’a obligé à se suicider. Pour lui, le pouvoir de Maxence n’a plus de raison d’être. Mais il n’a jusque à présent lutté que contre les Barbares et en particulier pour la défense du Rhin. Il lui faut préparer une armée capable de vaincre les prétoriens et les légionnaires. Enfin en Septembre 312, Constantin est prêt.


 

Monnaie de Maximien Hercule qui nous montre son vrai visage!

 

Maximien  était  empereur romain  de 286 à 305. Il était  César  de 285 à 286, puis  Auguste  de 286 à 305. Il partageait ce dernier titre avec son co-empereur et supérieur,  Dioclétien , dont le cerveau politique complétait la force militaire de Maximian .

L’homme qu’il a nommé pour surveiller les rives de la  Manche ,  Carausius , s’est rebellé en 286, provoquant la sécession de la Grande – Bretagne et du nord-ouest de la Gaule . Maximien n’a pas réussi à évincer Carausius, et sa flotte d’invasion a été détruite par les tempêtes en 289 ou 290. subordonné de Maximien,  Constance , fait campagne contre le successeur de Carausius alors que Maximien tenait le  Rhin frontière. Le chef rebelle a été évincé en 296, et Maximian s’est déplacé vers le sud pour combattre la piraterie près d’Hispanie et  les incursions berbères  en  Maurétanie .

Empire de Carausius à son summum.

Avec le retour victorieux de Constance après avoir expulsé les forces carausiennes du nord de la Gaule, Maximien a pu se concentrer sur le conflit en Maurétanie ( Afrique du Nord-Ouest ). Alors que l’autorité romaine s’affaiblissait au cours du troisième siècle, les tribus nomades berbères harcelaient les colonies de la région avec des conséquences de plus en plus graves. En 289, le gouverneur de  Mauretania Caesariensis  ( Algérie moderne  ) a obtenu un répit temporaire en opposant une petite armée contre les  Bavares  et les  Quinquegentiani , mais les pillards sont rapidement revenus. En 296, Maximien leva une armée, de  Praetorian cohortes,  Aquilée , égyptien et danubiens légionnaires,Auxiliaires gaulois et allemands  , et  recrues thraces  , progressant à travers l’ Espagne plus tard dans l’année. Il a peut-être défendu la région contre les raids contre les  Maures  avant de traverser le  détroit de Gibraltar  en  Maurétanie Tingitana  ( Maroc moderne  ) pour protéger la région contre les pirates francs .

Monnaie de Carausius « L’Usurpateur »

En mars 297, Maximien avait commencé une offensive sanglante contre les Berbères. La campagne a été longue et Maximien a passé l’hiver 297-298 à se reposer à  Carthage  avant de retourner sur le terrain. Non content de les renvoyer dans leur patrie dans les montagnes de l’  Atlas  – d’où ils pouvaient continuer à faire la guerre – Maximien s’aventura profondément dans le territoire berbère. Le terrain était défavorable, et les Berbères étaient qualifiés pour la  guérilla , mais Maximien continua. Souhaitant apparemment infliger autant de punitions que possible aux tribus , il a dévasté des terres auparavant sécurisées, en a tué autant qu’il le pouvait et a renvoyé le reste au  Sahara.. Sa campagne prit fin au début de 298 et, le 10 mars, il fit une entrée triomphale à Carthage. Les inscriptions là-bas témoignent de la gratitude du peuple envers Maximien, le saluant – comme Constantius l’avait été à son entrée à Londres – en tant que  redditor lucis aeternae  («restaurateur de la lumière éternelle»). Maximien est revenu en Italie au début de 299 pour célébrer un autre triomphe à Rome .

 

Pièce de Constantin I venant de ma collection personnelle.

Lorsque ces campagnes prirent fin en 298, il partit pour l’Italie, où il vécut confortablement jusqu’en 305. À la demande de Dioclétien, Maximien abdiqua le 1er mai 305, céda le bureau d’Auguste à Constance et se retira dans le sud de l’ Italie .

Fin 306, Maximien reprend le titre d’Auguste et assiste la rébellion de son fils Maxence en Italie. En avril 307, il a tenté de déposer son fils, mais a échoué et s’est enfui vers la cour du successeur de Constantius ,  Constantine  (le beau-petit-fils et gendre de Maximien), à Trèves . Au concile de Carnuntum  en novembre 308, Dioclétien et son successeur,  Galerius , forcent Maximien à renoncer à nouveau à sa revendication impériale. Au début de 310, Maximian tenta de s’emparer du titre de Constantin alors que l’empereur était en campagne sur le Rhin . Peu le soutenaient et il fut capturé par Constantin à Marseille . Maximien s’est tué au milieu de l’année 310 sur ordre de Constantin. Pendant la guerre de Constantin avecMaxence , l’image de Maximian a été purgée de tous les lieux publics. Cependant, après que Constantin a évincé et tué Maxence, l’image de Maximien a été réhabilitée et il a été déifié .


La progression  de Constantin I vers Rome

Représentation de Constantin I…en mosaïque

Pressé par l’approche de l’hiver, il avance rapidement avec une armée limitée en nombre : 40 000 hommes. Il veut surprendre Maxence. Des bords du Rhin vers Suse, cette marche est foudroyante, il suit la grande route de Trèves à Chalons sur Marne, puis il descend la Saöne jusqu’à Lyon et se dirige vers Briançon pour franchir le col du Mont Genèvre Constantin fanatise ses hommes : ce sont des légionnaires gaulois et des auxiliaires francs et alamans qui ont l’ordre d’être sans pitié pour les soldats de Maxence qui refuseront de se rendre.

Constantin a bien préparé ses troupes. Il a rencontré en Perse, sous le commandement de Dioclétien, les cavaliers lourds sassanides, les cataphractaires couverts d’armures ainsi que leurs chevaux. Il a prévu contre eux une troupe de choc, des fantassins armés de maillets. Il a envoyé des émissaires vers les cités du Nord de l’Italie et auprès des montagnards qui pourraient l’arrêter dans les Alpes. Et comme ils ne l’attaquent pas, il est probable que ces émissaires ont bien travaillé.

Le premier point de résistance que rencontre Constantin est la place forte de Suse. Elle est emportée d’assaut et les habitants sont épargnés. Devant Augusta Taurinum ( Turin), une armée l’attend dans une vaste plaine. Des cavaliers lourds, couverts d’armures, se pressent sur le centre de l’armée de Constantin, pour le rompre et mettre le désordre dans les rangs de fantassins. Mais ils sont surpris car ce centre de replie sur les ailes, la cavalerie s’arrête, ne trouvant rien devant elle et une troupe de fantassins se jette sur ses flancs et ses arrières. Les cavaliers tentent de se retourner avec difficulté pendant que les assaillants armés de maillets, leur brisent les jambes ainsi que celles des chevaux. Les cavaliers tombent et les maillets fracassent les crânes. Ainsi disparaît la force principale de cette de cette armée.

Ruricius Pompeianus, le préfet du prétoire de Maxence, rassemble ses troupes près de Vérone dans le but d’attaquer l’armée de Constantin, de flanc. Mais celui ci marche vers Mediolanum (Milan) qui se rend et le rejoint par la route qui longe le lac de Garde. Un combat de cavalerie légère est livré à Brescia. D’après Zosime, un détachement de cavaliers de Constantin attaque l’arrière de l’armée ennemie et met en déroute la cavalerie de Ruricius. L’armée de Ruricius pense être à l’abri derrière l’Adige et adossée aux places fortes de la Vénétie.

Cependant, Constantin franchit le fleuve par un gué peu praticable en amont de la cité avec une partie de ses troupes et défait la garnison qui tente de le repousser. Vérone est presque encerclée, Ruricius part chercher des renforts en Ombrie et revient avec une armée considérable. Constantin abandonne le siège et laisse une partie de ses troupes pour faire face à la garnison tandis qu’il attaque les renforts conduits par Ruricius en soirée. Le combat est féroce pendant la nuit, Constantin montre l’exemple et au matin, il se rend compte que la tuerie était impitoyable, Ruricius est mort. Le siège de Vérone reprend et la garnison démoralisée est bientôt capturée.

La défense de l’Italie du Nord s’effondre, la Vénétie se soumet et Aquilée se rend. Mais Rome avec ses deux enceintes est redoutable. L’armée de Constantin est réduite après ces combats acharnés. Avec un effectif d’environ 30 000 hommes, Constantin peut attendre les renforts, mais il préfère marcher immédiatement sur Rome. C’est une imprudence car la muraille d’Aurélien àRome est solide et une armée de 100 000 hommes défend la Ville.

Constantin traverse la Vénétie, la Romagne, l’Ombrie et l’Etrurie dont les cités se sont déclarées pour lui. Il suit la Voie Flavienne et approche rapidement de la Ville, mais par ce côté, elle est imprenable. Constantin s’arrête sur une hauteur occupée au début du XXème siècle par le chateau de Malborghetto, un point stratégique qui relie la Via Flaminia, la Via Clodia et la Via Cassia. Et soudain, il voit l’armée de Maxence sortir de Rome.

 

Cependant, Constantin franchit le fleuve par un gué peu praticable en amont de la cité avec une partie de ses troupes et défait la garnison qui tente de le repousser. Vérone est presque encerclée, Ruricius part chercher des renforts en Ombrie et revient avec une armée considérable. Constantin abandonne le siège et laisse une partie de ses troupes pour faire face à la garnison tandis qu’il attaque les renforts conduits par Ruricius en soirée. Le combat est féroce pendant la nuit, Constantin montre l’exemple et au matin, il se rend compte que la tuerie était impitoyable, Ruricius est mort. Le siège de Vérone reprend et la garnison démoralisée est bientôt capturée.

 

  • La défense de l’Italie du Nord s’effondre, la Vénétie se soumet et Aquilée se rend. Mais Rome avec ses deux enceintes est redoutable. L’armée de Constantin est réduite après ces combats acharnés. Avec un effectif d’environ 30 000 hommes, Constantin peut attendre les renforts, mais il préfère marcher immédiatement sur Rome. C’est une imprudence car la muraille d’Aurélien àRome est solide et une armée de 100 000 hommes défend la Ville.

 

  • Constantin traverse la Vénétie, la Romagne, l’Ombrie et l’Etrurie dont les cités se sont déclarées pour lui. Il suit la Voie Flavienne et approche rapidement de la Ville, mais par ce côté, elle est imprenable. Constantin s’arrête sur une hauteur occupée au début du XXème siècle par le chateau de Malborghetto, un point stratégique qui relie la Via Flaminia, la Via Clodia et la Via Cassia. Et soudain, il voit l’armée de Maxence sortir de Rome.

La bataille du Pont Milvius : le 28 octobre 312

 

Pont Milvius au XVIIIème siècle par Piranesi

Que s’est il passé? Maxence qui est détesté par les Romains pour avoir pillé la ville, préfère sans doute se laisser assiéger. Il a fait construire un pont de bois parallèle au pont Milvius (en pierre). Ces deux ponts font face aux positions que va tenir successivement Constantin : d’abord Malborghetto puis Saxa Rubis (les Roches rouges). Les deux moitiés du pont de bois sont réunies par un système de chevilles facile à démonter, pour… selon Zosime, qu’il puisse rester en sûreté dans la Ville, lorsque son armée sera sortie de Rome et qu’il fera rompre le pont.

Buste de Maxence.

Mais Maxence qui se cachait dans une maison privée est poursuivi par la vindicte populaire. C’est le dies natalis, le 6ème anniversaire de son élévation à l’Empire et il doit recueillir les acclamations du peuple. Mais il ne s’attend pas à ce que Constantin soit aux portes de Rome. Maxence est conspué aux cris de « Constantin est il invincible ? ». Maxence fait consulter les Livre Sybillins. Lactance nous donne la réponse ambigue : »L’ennemi de Rome devait périr ». Maxence doit attaquer Constantin ! Il envoie donc l’armée, les prétoriens en tête, ses meilleures troupes, complices de ses crimes. Ensuite viennent les réserves italiennes et africaines qui ne sont pas décidées à se sacrifier pour ce tyran. Maxence envoie aussi par la via Cassia un détachement important pour s’emparer des monts Monachi.

Monnaie de Maxence empereur de Rome.

Constantin s’avance vers Rome, franchit le Pont Milvius et atteint Saxa Rubis quand il rencontre l’armée adverse. Ses troupes occupent les collines rocheuses au dessus de l’armée de Maxence. Constantin se précipite sur l’avant garde de Maxence avec sa cavalerie. Les prétoriens se battent jusqu’aux derniers et succombent sous les coups reçus de tous côtés. Mais les prétoriens disparus c’est la panique dans le centre de l’armée de Maxence. Ce dernier ne peut rentrer àRome sous peine d’être massacré pour son échec. Il tente de franchir le pont Milvius avec son arrière-garde mais celui ci est gardé fermement par les troupes de Constantin. Le pont de bois reste libre et de nombreux fuyards s’y engouffrent et le pont s’effondre, Maxence est précipité dans le fleuve. On retrouvera son corps en aval dans un coude du Tibre.

Pièce de Constantin I (revers)

La guerre est finie et tout l’Occident est conquis ! Maxence a commis une faute en sortant avec son armée du territoire sacré de Rome. Ainsi il est devenu l’ennemi de Rome dont parlaient les Livres Sybillins. Constantin se présente en libérateur de la Ville. Il fait son entrée à Rome le lendemain 29 octobre, acclamé par le peuple et son char est précédé par les sénateurs. L’Afrique, particulièrement pillée par Maxence, fête le nouveau règne et Cirta prend le nom de l’Empereur et le conserve encore aujourd’hui : Constantine, dans l’ Algérie actuelle.


EN COMPLÉMENT

Dans les faits, la liberté de culte est déjà tolérée dans toute la partie occidentale de l’empire. Galère l’étend à tout l’empire, mais Maximin II Daïa, à la tête du diocèse d’Orient refuse d’obtempérer. Licinius applique l’édit de Sardique, à la mort de Galère, aux diocèses de Mésie et de Thrace.

 

Bien que considéré comme le principal artisan de la répression du christianisme, c’est Galère qui abroge, le premier, les mesures de persécution ayant été édictées contre les fidèles de la religion du Christ. L’objectif proclamé des édits de persécution de 303 et 304 était, en effet, de ramener par la force les chrétiens aux croyances de leurs ancêtres. Seulement, contrairement à ce qu’avaient pu espérer Dioclétien et Galère, les violentes mesures antichrétiennes se sont révélées totalement improductives. Si la religion du Christ est bel et bien désertée par certains, ceux-ci n’en reviennent pas pour autant aux cultes traditionnels romains, pire, ils semblent affecter de ne plus vénérer aucune divinité. Prenant acte de l’échec des persécutions, qui ne sont pas parvenues à éradiquer le christianisme, Galère choisit d’y mettre fin définitivement.

Ainsi, le , il publie, à Nicomédie, un édit de tolérance reconnaissant l’existence de la religion chrétienne. Cet édit, dit de Sardique, met fin à toutes les mesures antichrétiennes encore en vigueur sur le territoire de l’empire. Publié par Galère sans consultation de ses pairs, il est promulgué non seulement en son nom propre mais encore en celui de ses trois collègues tétrarques – à savoir Constantin, Licinius et Maximin Daïa. Allant plus loin que la « petite paix de l’Église », accordée par Gallien à la fin de la persécution de Valérien en 260, et durant laquelle étaient tolérées la pratique de la religion chrétienne et la construction de lieux de culte, Galère va cette fois jusqu’à donner une forme de légitimité au christianisme, puisqu’il demande humblement à ses fidèles de prier pour lui et pour le salut de l’empire. Aussitôt après la publication de ce texte, tous les chrétiens emprisonnés sont libérés. Si les mesures de persécution avaient déjà été abandonnées dans les faits en Occident, elles cessent en Orient, dans le territoire sous le contrôle de Galère. Maximin Daïa, qui est très réticent vis-à-vis de cette nouvelle politique, s’y opposer. Profitant du retrait de son ancien maître Galère, il maintient en vigueur les édits de Dioclétien.

Durant l’hiver 310, alors qu’il prépare la célébration de ses vicennalia, Galère est en effet frappé par la maladie. Le polémiste chrétien Lactance décrit, dans son De Mortibus Persecutorum, l’apparition d’un abcès, touchant les parties génitales de l’empereur. Des complications — le développement de la gangrène — auraient, selon lui, plongé Galère dans de terribles souffrances. Se basant sur son texte, des études modernes tendent à prouver qu’il s’agit sans doute là d’une forme de cancer du pénis. Selon certains historiens, alors qu’il sombrait dans les affres de la maladie, Galère aurait fini par croire qu’il subissait la vengeance du dieu des chrétiens, ce qui expliquait également son revirement quant à la politique religieuse.

Désireux de mourir dans son lieu de naissance, à Felix Romuliana où il s’est fait construire une résidence fortifiée sur le modèle du palais de Dioclétien de Spalatum, Galère, confronté à une nouvelle poussée de la maladie, n’arrive pas vivant à destination. Au terme d’une longue agonie, le cancer vient finalement à bout du maître de l’empire. Galère meurt dans la province de Dardanie, au début du mois de mai 311, quelques jours seulement après la promulgation de son édit de tolérance. Son corps est inhumé dans son palais de Felix Romuliana, en présence de l’empereur Licinius.

Mosaïque de la Ville de Galère.