Les fléaux au cours des siècles ont provoqué des changements politiques radicaux – exemples des 2500 dernières années

« Ceux qui nous avaient dit que (nos) attachements devaient être mondiaux, et que (nos) terres et quartiers appartiennent au monde entier, sont maintenant consignés dans les poubelles de l’histoire. » Srdja Trifkovic

Des épidémies graves peuvent avoir des conséquences sociales, culturelles et géopolitiques d’une grande portée. Ainsi en sera-t-il du Covid-19.

La peste qui a dévasté Athènes en 430 avant JC – au cours de la deuxième année de la guerre du Péloponnèse, alors qu’une victoire athénienne semblait encore à portée de main – a tué un quart de la population, quelque 75.000 personnes, dont Périclès. Des doutes subsistent encore sur la véritable nature de cette épidémie qui sévit de -430 à -426. L’hypothèse la plus probable est que la ville fut frappée par le typhus ou fièvre typhoïde et qu’elle perdit le tiers de sa population.

À propos de la grande peste d’Athènes, la formule de La Fontaine « Ils n’en mouraient pas tous, mais tous étaient frappés » convient parfaitement pour résumer les effets délétères de la peste : elle ne tue pas toute la population, mais affecte, très gravement, toute une communauté, lorsqu’elle s’abat sur elle.

Périclès fut une de ses victimes. Les successeurs de Périclès étaient faibles et incompétents, et Athènes a subi un déclin précipité dans le respect de « toutes les règles de religion ou de loi », selon Thucydide. Ce n’est qu’après 415 av.JC  qu’Athènes a récupéré suffisamment pour monter une offensive majeure, mais en raison de la mauvaise qualité des successeurs de Périclès, l’expédition sicilienne a fini dans une déroute totale.

La peste antonine (165-180 après J.-C.) était en fait causée par la variole plutôt que par Yersinia pestis. Elle a coûté la vie à cinq millions de personnes, soit environ 25% des personnes touchées. Environ un dixième de la population de l’Empire est décédé, plus d’un tiers dans certaines régions (Gaule, Lombardie, vallée du Rhin). L’armée romaine a été dévastée, laissant les frontières vulnérables aux pénétrations barbares. Le premier historien allemand de la Rome antique, Barthold Georg Niebuhr, a conclu en 1827 que «le monde antique ne s’est jamais remis du coup que lui avait infligé la peste qui l’avait visité sous le règne de Marc-Aurèle». C’était le précurseur de la crise du troisième siècle et du déclin à long terme qui a suivi du pouvoir et de l’autorité de Rome.

541 : Peste de Justinien – Elle sera suivie de près de quinze épidémies jusqu’en 767. Les pertes humaines sont estimées de 25 à 50 millions d’individus. Lorsque les armées arabes, peu nombreuses, se lancent à la conquêtes des Empires romain d’Orient et perse, elles rentrent comme un couteau dans du beurre.

C’est  Pourquoi l’an 536 après JC était la pire année de l’Histoire humaine ? nous avions vu que L’Europe, le Moyen-Orient et certaines parties de l’Asie ont été plongés dans une obscurité totale par un brouillard mystérieux.

Elle a provoqué des chutes de neige en Chine, des mauvaises récoltes à l’échelle continentale, une sécheresse extrême, la famine et des maladies dans la majeure partie de l’hémisphère Nord.

Cette année noire a été déclenchée par une éruption cataclysmique islandaise, affirment les scientifiques, et était de mauvais augure pour un triste siècle de souffrances et de mort.

La dévastation internationale déclenchée par le brouillard non identifié a donné lieu à l’appellation “L’âge des ténèbres” qui a été utilisée pour désigner cette période inquiétante. Puis, c’est en 541, que la peste de Justinien est apparue, et tout a encore empiré. À savoir que la peste de Justinien est la toute première pandémie de peste au monde (les pestes précédentes restent incertaines quant à leur nature exacte).

Et la situation de l’humanité aurait ensuite empiré suite à deux nouvelles éruptions massives en 540 et en 547. Alors qu’une épidémie de peste bubonique frappait la Méditerranée entre 541 et 543, tuant quelque 100 millions de personnes, soit la moitié de la population mondiale. Une conjonction d’événement malheureux qui est probablement à l’origine de l’effondrement de l’Empire romain oriental.

Pendant les trois siècles suivant les travaux de Boèce, juste antérieurs à ce changement, on ne constate plus d’activité notable de traduction des auteurs grecs vers le latin en Europe.

Un ouvrage de David Keys mentionne parallèlement l’épidémie de peste sous Justinien, le déclin des Avars, la migration vers l’Ouest de tribus mongoles, l’effondrement de l’Empire Gupta, et l’affaiblissement des civilisations sédentaires sassanide et byzantine qui va ouvrir une opportunité d’expansion aux nomades arabes fédérés par l’islam.

La peste noire (1347-1351) a tué 30 à 60% des Européens et a provoqué des perturbations religieuses, sociales et économiques massives.

Au 17ème siècle, elle a de nouveau frappé, avec une férocité mortelle mais pas la même portée géographique. Son effet sur la ville de Milan a été présenté avec une précision impressionnante dans Alessandro Manzoni Promessi sposi (Le fiancé), l’équivalent italien de « guerre et paix » de Tolstoï.

Conclusion

L’épidémie de COVID-19 a initialement semblé à la plupart des Occidentaux une épidémie périodique à la manière des grippes porcine et aviaire, du SRAS ou du virus du Nil occidental: un problème temporaire qui affecte d’autres personnes, généralement loin. [1]

L’évolution et le coût futurs de la pandémie (réelle ou imaginaire, fabriquée en laboratoire ou non) ne sont pas prévisibles. Il semble cependant certain que le monde connaît des changements qui sont probablement irréversibles.

Dans la plupart des pays, les gens du peuple (contrairement aux élites) rejettent massivement la mondialisation, et tous les mécanismes multilatéraux tels que l’Organisation Mondiale de la Santé ou la Banque Mondiale, et des institutions transnationales – notamment l’Union européenne – en faveur du sens revitalisé de la cohésion nationale et des stratégies nationales de survie fondées sur les intérêts qui sont développées et poursuivies par l’État-nation souverain nouvellement dynamisé.


EN COMPLÉMENT

Pourquoi l’an 536 après JC était la pire année de l’Histoire humaine ?

Quand la fin d’une année arrive, nous avons tendance à en dresser un bilan. Et comme certains biais cognitifs font que les mauvais souvenirs remontent le plus facilement, nous avons l’impression que l’année à peine écoulée a été la pire année de tous les temps. Mais les chercheurs nous proposent une vision différente.

 

Rappelons ainsi qu’en 1349, la peste noire a ravagé l’Europe, tuant quelque 25 millions de personnes [1]. En 1918, c’est la grippe qui a emporté entre 50 et 100 millions de personnes. Toutefois, si vous demandez à Michael McCormick, historien à l’université de Harvard (États-Unis) qu’elle a été la pire année de tous les temps pour l’humanité, il vous répondra sans hésitation :  l’année qui est au-dessus des autres en termes de souffrance est l’an 536 après JC.

 

L’Europe, le Moyen-Orient et certaines parties de l’Asie ont été plongés dans une obscurité totale par un brouillard mystérieux.

Elle a provoqué des chutes de neige en Chine, des mauvaises récoltes à l’échelle continentale, une sécheresse extrême, la famine et des maladies dans la majeure partie de l’hémisphère Nord.

L’année noire a été déclenchée par une éruption cataclysmique islandaise, affirment les scientifiques, et était de mauvais augure pour un triste siècle de souffrances et de mort.

Michael McCormick, archéologue et historien médiéval de l’Université Harvard, a déclaré à Science Magazine que le monde n’a montré aucun signe de rétablissement avant l’an 640 après JC.

C’était le début d’une des pires périodes pour être en vie, si ce n’est la pire année”, a dit le Dr McCormick.

Le brouillard sinistre a créé un monde terne avec une obscurité omniprésente dans l’hémisphère nord pendant 18 mois, avec un crépuscule implacable qui se prolongeait jour et nuit.

Les effets sur le climat ont été tels que les chroniques irlandaises parlent d’un “manque de pain dans les années 536-539”.

Les températures de l’été 536 ont chuté entre 1,5 °C (2,7 °F) et 2,5 °C (4,5 °F), amorçant ainsi la décennie la plus froide des 2.300 dernières années.

La dévastation internationale déclenchée par le brouillard non identifié a donné lieu à l’appellation “L’âge des ténèbres” qui a été utilisée pour désigner cette période inquiétante. Puis, c’est en 541, que la peste de Justinien est apparue, et tout a encore empiré. À savoir que la peste de Justinien est la toute première pandémie de peste au monde (les pestes précédentes restent incertaines quant à leur nature exacte).

Le Dr McCormick et le glaciologue Paul Mayewski du Climate Change Institute de l’Université du Maine (UM) à Orono croient avoir finalement résolu l’énigme.

Dans leur étude, publiée dans la revue Antiquity, les chercheurs révèlent qu’elle a probablement été causée par une éruption volcanique cataclysmique en Islande.

L’analyse des carottes de glace – capsules naturelles du passé géologique de la Terre – a également mis au jour que deux éruptions ont suivi en 540 et 547 après JC.

À la profondeur correspondant au début de l’année 536, les chercheurs ont découvert des particules de verre volcanique semblables à d’autres, trouvées ailleurs en Europe ou au Groenland. Une analyse aux rayons X a permis de situer leur origine en Islande. Le responsable de ce fameux brouillard qui a tant coûté à l’humanité serait donc un volcan islandais entré en éruption début 536.

Et la situation de l’humanité aurait ensuite empiré suite à deux nouvelles éruptions massives en 540 et en 547. Alors qu’une épidémie de peste bubonique frappait la Méditerranée entre 541 et 543, tuant quelque 100 millions de personnes [2], soit la moitié de la population mondiale. Une conjonction d’événement malheureux qui est probablement à l’origine de l’effondrement de l’Empire romain oriental.

On pense que l’activité volcanique incessante a produit des millions de tonnes de cendres qui se sont répandues sur de vastes régions du monde.

Les auteurs de l’étude écrivent que cela a introduit une période de ruine économique qui restera inébranlablement en place jusqu’à un siècle plus tard.

L’analyse des carottes de glace a révélé que les dépôts de soufre, de bismuth et de téphra précèdent chaque été exceptionnellement froid.

Référence historique

L’historien byzantin Procope de Césarée, lorsqu’il écrit sur les guerres avec les Vandales, dit à propos de l’an 536 : « Pendant cette année, un signe de mauvais augure a eu lieu. Le Soleil a donné sa lumière sans éclat […] et il a paru avoir comme une éclipse, parce que ses rayons ne brillaient pas. »

Les annales irlandaises gaéliques enregistrent ce qui suit :

D’autres sources contemporaines indépendantes rapportent :

  • Des températures basses, et même de la neige en été (il aurait neigé en Chine au mois d’août)
  • L’empereur du Japon Senka-Tennō (536-539) publie un édit insistant sur l’importance de la nourriture par rapport à l’or, précisant que 1 000 perles ne peuvent soulager celui qui souffre du froid.
  • L’absence de récoltes
  • « Un brouillard dense et sec » au Moyen-Orient, en Chine et en Europe
  • Une sécheresse au Pérou, affectant les gens de culture Moche
En l’an 536 : éruption volcanique, provoquant des baisses de température, et plongeant certaines parties du monde dans l’obscurité durant 18 mois. 536 à 545 : la décade la plus froide de ces dernières 2000 années. 540 à 541 : la peste de Justinien frappe, faisant de très nombreux morts. 640 : l’économie se redresse gentiment. 660 : second pic observé, les humains frappent les premières pièces d’argent.

Les chercheurs ont remarqué une différence dans la glace vers l’an 640, soit environ un siècle plus tard : du plomb. C’est à cette époque-là que les humains ont commencé à extraire et à fondre de l’argent à partir de minerai de plomb. « Ce plomb indique donc que le métal précieux était en demande dans une économie qui rebondissait après un siècle de misère », explique l’archéologue Christopher Loveluck, de l’Université de Nottingham, au Royaume-Uni.

Un second sommet, en 660, marque une importante infusion d’argent dans l’économie émergente médiévale. Cela suggère que l’or était devenu rare à mesure que le commerce augmentait, forçant le passage à l’argent comme étalon monétaire, écrivent Loveluck et ses collègues. « Cela montre la montée de la classe marchande pour la première fois », expliquent Loveluck et ses collègues.

Une pièce datant environ de l’an 660 faite de plomb et d’argent.

 

Indices scientifiques

L’analyse des troncs d’arbres par le dendrochronologiste Mike Baillie, de l’Université Queen’s de Belfast, montre une croissance anormalement faible des chênes irlandais en 536 et une autre diminution sensible en l’an 542, après un rétablissement partiel. Des événements semblables sont enregistrés dans les stries des troncs d’arbres de Suède et de Finlande, dans la Sierra Nevada (Californie) et dans les stries des arbres Fitzroya du Chili.

Par ailleurs, les noyaux de glace du Groenland et de l’Antarctique montrent des dépôts de sulfate en 533-534 ± 2 ans, preuve d’un voile étendu de poussière acide.

Conséquences historiques

On a vu les événements de 536 et la famine qui s’ensuivit comme explication pour le sacrifice par les élites scandinaves de grandes quantités d’or, probablement pour apaiser les dieux et pour obtenir le retour de la lumière du Soleil.

Le déclin de l’importante ville mésoaméricaine de Teotihuacán, accompagné de signes d’instabilité politique et de famines, est également lié aux sécheresses provoquées par le changement climatique.

Pendant les trois siècles suivant les travaux de Boèce, juste antérieurs à ce changement, on ne constate plus d’activité notable de traduction des auteurs grecs vers le latin en Europe.

Un ouvrage de David Keys mentionne parallèlement l’épidémie de peste sous Justinien, le déclin des Avars, la migration à l’Ouest de tribus mongoles, l’effondrement de l’Empire Gupta, et l’affaiblissement des civilisations sédentaires sassanide et byzantine qui va ouvrir une opportunité d’expansion aux nomades arabes fédérés par l’islam.

[1] En 1300 la population mondiale était estimée entre 360 à 432 millions. En 1400, elle était estimée entre 350 à 374 millions

[2] Entre les années 500 et 600, la population mondiale a été estimée à 190 à 206 millions de personnes.

 

 


Une épidémie tous les 100 ans : 1320, 1520, 1620, 1720, 1820, 1920, 2020

Après avoir connu le syndrome respiratoire du Moyen-Orient, mieux connu sous le nom de Coronavirus, une souche qui a été identifiée pour la première fois en Arabie saoudite en 2012, les utilisateurs des réseaux sociaux ont associé cette éventuelle épidémie à d’autres survenues dans la 20e année de chaque siècle.

 

Bien que les épidémies, les pandémies ou les maladies de masse qui ont surgi dans l’histoire de l’humanité aient varié au cours des années, l’année 20 se répète par coïncidence.

Nous commençons par l’année 1220, qui n’est pas connue par une pandémie, mais par une catastrophe encore plus destructrice pour  l’époque : les invasions mongoles.

1220, Gengis Khan

Les Mongols de Gengis Khan brûlent et rasent Boukhara (16 février), Otrar (17 mars), Samarkand (mars) et Harat.

En Irak et en Iran, Gengis Khan est vu comme un seigneur de guerre sanguinaire et génocidaire qui causa d’immenses destructions. Un descendant de Gengis, Hulagu Khan, détruira une grande partie du nord de l’Iran. Il est l’un des conquérants les plus haïs des Iraniens, avec Alexandre le Grand et Tamerlan.

Il en est de même en Afghanistan, au Pakistan ainsi que dans d’autres pays non turcs à majorité musulmane. Les sacs de Bagdad et de Samarcande causèrent des massacres et le sud du Khuzestan fut complètement détruit. En RussieUkrainePologne et Hongrie, Gengis Khan, ses descendants et les Mongols et/ou Tatars sont généralement décrits comme de grands destructeurs.

L’invasion mongole de l’Europe au XIIIe siècle provoque la destruction des principautés slaves et des grandes villes, comme Kiev et Vladimir. Les invasions mongoles touchent également l’Europe centrale, notamment la Bohême-Moravie, la Pologne (bataille de Legnica, 1241), la Moldavie, la Valachie, la Transylvanie, la Hongrie (bataille de Mohi, 1241) et la Bulgarie.

Au moins 20 à 40 % de la population des pays conquis par les Mongols meurt, massacrée ou à la suite des épidémies.

Aujourd’hui, Gengis, ses descendants, ses généraux et les Mongols en général restent connus pour leurs forces militaires féroces, leur endurance, leur cruauté et leurs conquêtes destructives dans les livres d’histoire du monde entier.

1320, la peste noire.

On pense que la peste bubonique, mieux connue sous le nom de peste noire, est apparue pour la première fois chez l’homme en Mongolie vers 1320. Ses symptômes étaient des maux de tête, de la fièvre et des frissons. Les langues des malades semblaient souvent blanchâtres avant qu’il n’y ait une inflammation sévère des ganglions lymphatiques. Enfin, des taches noires et violettes sont apparues sur la peau des personnes touchées; La mort pouvait se produire en une semaine.

1520, la variole.

Cette maladie a été déterminante pour la victoire espagnole contre Tenochtitlan. Elle a coûté la vie à entre 2 et 3,5 millions d’indigènes selon les historiens. De nombreux Aztèques ont succombé à la variole apportée par les Européens, comme le Tlatoani Cuitláhuac, vainqueur de Hernán Cortés.

1620, une étrange maladie.

Le 16 mars 1620, des colons de Plymouth arrivent à bord du Mayflower aux États-Unis. On dit que la grande majorité des passagers sont morts et qu’une telle maladie s’est propagée même parmi les habitants de la côte est de l’Amérique du Nord

1720, la peste de Marseille.

Le Grand San Antonio, navire de l’est méditerranéen arrivé à Marseille le 25 mai 1720, est à l’origine de l’épidémie. En effet, sa cargaison composée de soies fines et de balles de coton a été contaminée par le bacille d’Yersin, responsable de la peste. À la suite d’une série de négligences graves et malgré les mesures de sécurité strictes, la peste s’est propagée dans toute la ville. Le centre de Marseille et les vieux quartiers ont été les plus touchés. La peste s’est propagée rapidement, faisant entre 30.000 et 40.000 morts, sur un total de 90.000 habitants.

1820, le Choléra.

En 1820, cette maladie s’est déclarée à Java et à Bornéo. Elle est arrivé en Chine en 1821, puis s’est étendue à l’ouest de Ceylan et est arrivé plus tard en Perse, en Arabie, en Syrie et en Cochinchine la même année. Les vastes territoires de l’Empire russe ont été contaminés par l’armée malade et des dizaines de milliers d’hommes sont morts.

1920, la peste pneumonique ou grippe espagnole.

1918:des soldats patrouillent dans lers rues de Montréal ,au Québec.Notez les masques.

La grippe espagnole a eu lieu il y a 100 ans, à l’époque les gens étaient aux prises avec le virus de la grippe H1N1 qui avait subi une mutation génétique, ce qui le rendait beaucoup plus dangereux que le virus normal. Ce virus a infecté 500 millions de personnes et tué plus de 100 millions de personnes dans le monde, cette pandémie a été la plus meurtrière de l’histoire.

 

Grippe espagnole:des religieuses soignent les malades à Montréal.

 

 

 

Publicités

Histoire et numismatique: 10 mars 298,Constantin triomphe de Maximien

La situation politique:

L’Empire Romain à son summum!



La situation à la tête de l’empire romain est mouvante en ce début du IVème siècle Le système de la Tétrarchie mis au point par l’empereur Dioclétien est mis en défaut par les enfants des Augustes qui veulent succéder à leur père. Ainsi, en 310, Galère est Auguste pour la partie orientale de l’Empire, pendant qu’à l’Occident, Licinius est choisi par Galère pour remplacer Constance Chlore mort en 306.

Dioclétien

 

 

 

Valéria,épouse de Galère et fille de Dioclétien.

 

Monnaie de Galère (Gaius Galerius Maximinus)

 

Monnaie de Licinius I

 

Constance I Chlore

 

Monnaie de Domitius Alexandre qui règnait à Carthage.Pièce de 1 follis.

Mais en Occident, Maxence, le fils de l’ancien Auguste Maximien, est proclamé par ses troupes et « gouverne » l’Italie, Domitius Alexandre dirige l’Africa et Constantin, le fils de Constance Chlore, domine la Britannia, la Gaule et la péninsule Ibérique vient spontanément se mettre sous sa protection, au détriment de Maxence. Aussitôt, ce dernier décide et réussit à récupérer l’Africa, son préfet du prétoire est vainqueur du vieux Domitius Alexandre qui meurt au combat.

Monnaie de Maximin Daia ,empereur romain d’Orient

En Orient, Maximin Daia est le César (le second) de Galère et il est reconnu Auguste comme Constantin, après que chacun d’eux ait été proclamé par ses troupes. Ce qui fait cinq Augustes ! Galère meurt en 311. Licinius et Maximin Daia se partage l’Orient, Maxence déclare Constantin ennemi public de Rome. Il s’appuie sur les Prétoriens et sur le Peuple de Rome, mais il est en situation difficile.

Constantin est populaire auprès de ses soldats, et pour s’assurer de la neutralité de Licinius, se rapproche de lui et fiance sa soeur Constantia avec lui. Constantin a réorganisé les Gaules affaiblies par les révoltes de paysans et a subi une tentative de coup d’état par Maximien, le père de Maxence et son beau-père. Il l’a obligé à se suicider. Pour lui, le pouvoir de Maxence n’a plus de raison d’être. Mais il n’a jusque à présent lutté que contre les Barbares et en particulier pour la défense du Rhin. Il lui faut préparer une armée capable de vaincre les prétoriens et les légionnaires. Enfin en Septembre 312, Constantin est prêt.


 

Monnaie de Maximien Hercule qui nous montre son vrai visage!

 

Maximien  était  empereur romain  de 286 à 305. Il était  César  de 285 à 286, puis  Auguste  de 286 à 305. Il partageait ce dernier titre avec son co-empereur et supérieur,  Dioclétien , dont le cerveau politique complétait la force militaire de Maximian .

L’homme qu’il a nommé pour surveiller les rives de la  Manche ,  Carausius , s’est rebellé en 286, provoquant la sécession de la Grande – Bretagne et du nord-ouest de la Gaule . Maximien n’a pas réussi à évincer Carausius, et sa flotte d’invasion a été détruite par les tempêtes en 289 ou 290. subordonné de Maximien,  Constance , fait campagne contre le successeur de Carausius alors que Maximien tenait le  Rhin frontière. Le chef rebelle a été évincé en 296, et Maximian s’est déplacé vers le sud pour combattre la piraterie près d’Hispanie et  les incursions berbères  en  Maurétanie .

Empire de Carausius à son summum.

Avec le retour victorieux de Constance après avoir expulsé les forces carausiennes du nord de la Gaule, Maximien a pu se concentrer sur le conflit en Maurétanie ( Afrique du Nord-Ouest ). Alors que l’autorité romaine s’affaiblissait au cours du troisième siècle, les tribus nomades berbères harcelaient les colonies de la région avec des conséquences de plus en plus graves. En 289, le gouverneur de  Mauretania Caesariensis  ( Algérie moderne  ) a obtenu un répit temporaire en opposant une petite armée contre les  Bavares  et les  Quinquegentiani , mais les pillards sont rapidement revenus. En 296, Maximien leva une armée, de  Praetorian cohortes,  Aquilée , égyptien et danubiens légionnaires,Auxiliaires gaulois et allemands  , et  recrues thraces  , progressant à travers l’ Espagne plus tard dans l’année. Il a peut-être défendu la région contre les raids contre les  Maures  avant de traverser le  détroit de Gibraltar  en  Maurétanie Tingitana  ( Maroc moderne  ) pour protéger la région contre les pirates francs .

Monnaie de Carausius « L’Usurpateur »

En mars 297, Maximien avait commencé une offensive sanglante contre les Berbères. La campagne a été longue et Maximien a passé l’hiver 297-298 à se reposer à  Carthage  avant de retourner sur le terrain. Non content de les renvoyer dans leur patrie dans les montagnes de l’  Atlas  – d’où ils pouvaient continuer à faire la guerre – Maximien s’aventura profondément dans le territoire berbère. Le terrain était défavorable, et les Berbères étaient qualifiés pour la  guérilla , mais Maximien continua. Souhaitant apparemment infliger autant de punitions que possible aux tribus , il a dévasté des terres auparavant sécurisées, en a tué autant qu’il le pouvait et a renvoyé le reste au  Sahara.. Sa campagne prit fin au début de 298 et, le 10 mars, il fit une entrée triomphale à Carthage. Les inscriptions là-bas témoignent de la gratitude du peuple envers Maximien, le saluant – comme Constantius l’avait été à son entrée à Londres – en tant que  redditor lucis aeternae  («restaurateur de la lumière éternelle»). Maximien est revenu en Italie au début de 299 pour célébrer un autre triomphe à Rome .

 

Pièce de Constantin I venant de ma collection personnelle.

Lorsque ces campagnes prirent fin en 298, il partit pour l’Italie, où il vécut confortablement jusqu’en 305. À la demande de Dioclétien, Maximien abdiqua le 1er mai 305, céda le bureau d’Auguste à Constance et se retira dans le sud de l’ Italie .

Fin 306, Maximien reprend le titre d’Auguste et assiste la rébellion de son fils Maxence en Italie. En avril 307, il a tenté de déposer son fils, mais a échoué et s’est enfui vers la cour du successeur de Constantius ,  Constantine  (le beau-petit-fils et gendre de Maximien), à Trèves . Au concile de Carnuntum  en novembre 308, Dioclétien et son successeur,  Galerius , forcent Maximien à renoncer à nouveau à sa revendication impériale. Au début de 310, Maximian tenta de s’emparer du titre de Constantin alors que l’empereur était en campagne sur le Rhin . Peu le soutenaient et il fut capturé par Constantin à Marseille . Maximien s’est tué au milieu de l’année 310 sur ordre de Constantin. Pendant la guerre de Constantin avecMaxence , l’image de Maximian a été purgée de tous les lieux publics. Cependant, après que Constantin a évincé et tué Maxence, l’image de Maximien a été réhabilitée et il a été déifié .


La progression  de Constantin I vers Rome

Représentation de Constantin I…en mosaïque

Pressé par l’approche de l’hiver, il avance rapidement avec une armée limitée en nombre : 40 000 hommes. Il veut surprendre Maxence. Des bords du Rhin vers Suse, cette marche est foudroyante, il suit la grande route de Trèves à Chalons sur Marne, puis il descend la Saöne jusqu’à Lyon et se dirige vers Briançon pour franchir le col du Mont Genèvre Constantin fanatise ses hommes : ce sont des légionnaires gaulois et des auxiliaires francs et alamans qui ont l’ordre d’être sans pitié pour les soldats de Maxence qui refuseront de se rendre.

Constantin a bien préparé ses troupes. Il a rencontré en Perse, sous le commandement de Dioclétien, les cavaliers lourds sassanides, les cataphractaires couverts d’armures ainsi que leurs chevaux. Il a prévu contre eux une troupe de choc, des fantassins armés de maillets. Il a envoyé des émissaires vers les cités du Nord de l’Italie et auprès des montagnards qui pourraient l’arrêter dans les Alpes. Et comme ils ne l’attaquent pas, il est probable que ces émissaires ont bien travaillé.

Le premier point de résistance que rencontre Constantin est la place forte de Suse. Elle est emportée d’assaut et les habitants sont épargnés. Devant Augusta Taurinum ( Turin), une armée l’attend dans une vaste plaine. Des cavaliers lourds, couverts d’armures, se pressent sur le centre de l’armée de Constantin, pour le rompre et mettre le désordre dans les rangs de fantassins. Mais ils sont surpris car ce centre de replie sur les ailes, la cavalerie s’arrête, ne trouvant rien devant elle et une troupe de fantassins se jette sur ses flancs et ses arrières. Les cavaliers tentent de se retourner avec difficulté pendant que les assaillants armés de maillets, leur brisent les jambes ainsi que celles des chevaux. Les cavaliers tombent et les maillets fracassent les crânes. Ainsi disparaît la force principale de cette de cette armée.

Ruricius Pompeianus, le préfet du prétoire de Maxence, rassemble ses troupes près de Vérone dans le but d’attaquer l’armée de Constantin, de flanc. Mais celui ci marche vers Mediolanum (Milan) qui se rend et le rejoint par la route qui longe le lac de Garde. Un combat de cavalerie légère est livré à Brescia. D’après Zosime, un détachement de cavaliers de Constantin attaque l’arrière de l’armée ennemie et met en déroute la cavalerie de Ruricius. L’armée de Ruricius pense être à l’abri derrière l’Adige et adossée aux places fortes de la Vénétie.

Cependant, Constantin franchit le fleuve par un gué peu praticable en amont de la cité avec une partie de ses troupes et défait la garnison qui tente de le repousser. Vérone est presque encerclée, Ruricius part chercher des renforts en Ombrie et revient avec une armée considérable. Constantin abandonne le siège et laisse une partie de ses troupes pour faire face à la garnison tandis qu’il attaque les renforts conduits par Ruricius en soirée. Le combat est féroce pendant la nuit, Constantin montre l’exemple et au matin, il se rend compte que la tuerie était impitoyable, Ruricius est mort. Le siège de Vérone reprend et la garnison démoralisée est bientôt capturée.

La défense de l’Italie du Nord s’effondre, la Vénétie se soumet et Aquilée se rend. Mais Rome avec ses deux enceintes est redoutable. L’armée de Constantin est réduite après ces combats acharnés. Avec un effectif d’environ 30 000 hommes, Constantin peut attendre les renforts, mais il préfère marcher immédiatement sur Rome. C’est une imprudence car la muraille d’Aurélien àRome est solide et une armée de 100 000 hommes défend la Ville.

Constantin traverse la Vénétie, la Romagne, l’Ombrie et l’Etrurie dont les cités se sont déclarées pour lui. Il suit la Voie Flavienne et approche rapidement de la Ville, mais par ce côté, elle est imprenable. Constantin s’arrête sur une hauteur occupée au début du XXème siècle par le chateau de Malborghetto, un point stratégique qui relie la Via Flaminia, la Via Clodia et la Via Cassia. Et soudain, il voit l’armée de Maxence sortir de Rome.

 

Cependant, Constantin franchit le fleuve par un gué peu praticable en amont de la cité avec une partie de ses troupes et défait la garnison qui tente de le repousser. Vérone est presque encerclée, Ruricius part chercher des renforts en Ombrie et revient avec une armée considérable. Constantin abandonne le siège et laisse une partie de ses troupes pour faire face à la garnison tandis qu’il attaque les renforts conduits par Ruricius en soirée. Le combat est féroce pendant la nuit, Constantin montre l’exemple et au matin, il se rend compte que la tuerie était impitoyable, Ruricius est mort. Le siège de Vérone reprend et la garnison démoralisée est bientôt capturée.

 

  • La défense de l’Italie du Nord s’effondre, la Vénétie se soumet et Aquilée se rend. Mais Rome avec ses deux enceintes est redoutable. L’armée de Constantin est réduite après ces combats acharnés. Avec un effectif d’environ 30 000 hommes, Constantin peut attendre les renforts, mais il préfère marcher immédiatement sur Rome. C’est une imprudence car la muraille d’Aurélien àRome est solide et une armée de 100 000 hommes défend la Ville.

 

  • Constantin traverse la Vénétie, la Romagne, l’Ombrie et l’Etrurie dont les cités se sont déclarées pour lui. Il suit la Voie Flavienne et approche rapidement de la Ville, mais par ce côté, elle est imprenable. Constantin s’arrête sur une hauteur occupée au début du XXème siècle par le chateau de Malborghetto, un point stratégique qui relie la Via Flaminia, la Via Clodia et la Via Cassia. Et soudain, il voit l’armée de Maxence sortir de Rome.

La bataille du Pont Milvius : le 28 octobre 312

 

Pont Milvius au XVIIIème siècle par Piranesi

Que s’est il passé? Maxence qui est détesté par les Romains pour avoir pillé la ville, préfère sans doute se laisser assiéger. Il a fait construire un pont de bois parallèle au pont Milvius (en pierre). Ces deux ponts font face aux positions que va tenir successivement Constantin : d’abord Malborghetto puis Saxa Rubis (les Roches rouges). Les deux moitiés du pont de bois sont réunies par un système de chevilles facile à démonter, pour… selon Zosime, qu’il puisse rester en sûreté dans la Ville, lorsque son armée sera sortie de Rome et qu’il fera rompre le pont.

Buste de Maxence.

Mais Maxence qui se cachait dans une maison privée est poursuivi par la vindicte populaire. C’est le dies natalis, le 6ème anniversaire de son élévation à l’Empire et il doit recueillir les acclamations du peuple. Mais il ne s’attend pas à ce que Constantin soit aux portes de Rome. Maxence est conspué aux cris de « Constantin est il invincible ? ». Maxence fait consulter les Livre Sybillins. Lactance nous donne la réponse ambigue : »L’ennemi de Rome devait périr ». Maxence doit attaquer Constantin ! Il envoie donc l’armée, les prétoriens en tête, ses meilleures troupes, complices de ses crimes. Ensuite viennent les réserves italiennes et africaines qui ne sont pas décidées à se sacrifier pour ce tyran. Maxence envoie aussi par la via Cassia un détachement important pour s’emparer des monts Monachi.

Monnaie de Maxence empereur de Rome.

Constantin s’avance vers Rome, franchit le Pont Milvius et atteint Saxa Rubis quand il rencontre l’armée adverse. Ses troupes occupent les collines rocheuses au dessus de l’armée de Maxence. Constantin se précipite sur l’avant garde de Maxence avec sa cavalerie. Les prétoriens se battent jusqu’aux derniers et succombent sous les coups reçus de tous côtés. Mais les prétoriens disparus c’est la panique dans le centre de l’armée de Maxence. Ce dernier ne peut rentrer àRome sous peine d’être massacré pour son échec. Il tente de franchir le pont Milvius avec son arrière-garde mais celui ci est gardé fermement par les troupes de Constantin. Le pont de bois reste libre et de nombreux fuyards s’y engouffrent et le pont s’effondre, Maxence est précipité dans le fleuve. On retrouvera son corps en aval dans un coude du Tibre.

Pièce de Constantin I (revers)

La guerre est finie et tout l’Occident est conquis ! Maxence a commis une faute en sortant avec son armée du territoire sacré de Rome. Ainsi il est devenu l’ennemi de Rome dont parlaient les Livres Sybillins. Constantin se présente en libérateur de la Ville. Il fait son entrée à Rome le lendemain 29 octobre, acclamé par le peuple et son char est précédé par les sénateurs. L’Afrique, particulièrement pillée par Maxence, fête le nouveau règne et Cirta prend le nom de l’Empereur et le conserve encore aujourd’hui : Constantine, dans l’ Algérie actuelle.


EN COMPLÉMENT

Dans les faits, la liberté de culte est déjà tolérée dans toute la partie occidentale de l’empire. Galère l’étend à tout l’empire, mais Maximin II Daïa, à la tête du diocèse d’Orient refuse d’obtempérer. Licinius applique l’édit de Sardique, à la mort de Galère, aux diocèses de Mésie et de Thrace.

 

Bien que considéré comme le principal artisan de la répression du christianisme, c’est Galère qui abroge, le premier, les mesures de persécution ayant été édictées contre les fidèles de la religion du Christ. L’objectif proclamé des édits de persécution de 303 et 304 était, en effet, de ramener par la force les chrétiens aux croyances de leurs ancêtres. Seulement, contrairement à ce qu’avaient pu espérer Dioclétien et Galère, les violentes mesures antichrétiennes se sont révélées totalement improductives. Si la religion du Christ est bel et bien désertée par certains, ceux-ci n’en reviennent pas pour autant aux cultes traditionnels romains, pire, ils semblent affecter de ne plus vénérer aucune divinité. Prenant acte de l’échec des persécutions, qui ne sont pas parvenues à éradiquer le christianisme, Galère choisit d’y mettre fin définitivement.

Ainsi, le , il publie, à Nicomédie, un édit de tolérance reconnaissant l’existence de la religion chrétienne. Cet édit, dit de Sardique, met fin à toutes les mesures antichrétiennes encore en vigueur sur le territoire de l’empire. Publié par Galère sans consultation de ses pairs, il est promulgué non seulement en son nom propre mais encore en celui de ses trois collègues tétrarques – à savoir Constantin, Licinius et Maximin Daïa. Allant plus loin que la « petite paix de l’Église », accordée par Gallien à la fin de la persécution de Valérien en 260, et durant laquelle étaient tolérées la pratique de la religion chrétienne et la construction de lieux de culte, Galère va cette fois jusqu’à donner une forme de légitimité au christianisme, puisqu’il demande humblement à ses fidèles de prier pour lui et pour le salut de l’empire. Aussitôt après la publication de ce texte, tous les chrétiens emprisonnés sont libérés. Si les mesures de persécution avaient déjà été abandonnées dans les faits en Occident, elles cessent en Orient, dans le territoire sous le contrôle de Galère. Maximin Daïa, qui est très réticent vis-à-vis de cette nouvelle politique, s’y opposer. Profitant du retrait de son ancien maître Galère, il maintient en vigueur les édits de Dioclétien.

Durant l’hiver 310, alors qu’il prépare la célébration de ses vicennalia, Galère est en effet frappé par la maladie. Le polémiste chrétien Lactance décrit, dans son De Mortibus Persecutorum, l’apparition d’un abcès, touchant les parties génitales de l’empereur. Des complications — le développement de la gangrène — auraient, selon lui, plongé Galère dans de terribles souffrances. Se basant sur son texte, des études modernes tendent à prouver qu’il s’agit sans doute là d’une forme de cancer du pénis. Selon certains historiens, alors qu’il sombrait dans les affres de la maladie, Galère aurait fini par croire qu’il subissait la vengeance du dieu des chrétiens, ce qui expliquait également son revirement quant à la politique religieuse.

Désireux de mourir dans son lieu de naissance, à Felix Romuliana où il s’est fait construire une résidence fortifiée sur le modèle du palais de Dioclétien de Spalatum, Galère, confronté à une nouvelle poussée de la maladie, n’arrive pas vivant à destination. Au terme d’une longue agonie, le cancer vient finalement à bout du maître de l’empire. Galère meurt dans la province de Dardanie, au début du mois de mai 311, quelques jours seulement après la promulgation de son édit de tolérance. Son corps est inhumé dans son palais de Felix Romuliana, en présence de l’empereur Licinius.

Mosaïque de la Ville de Galère.

 

 

 

 

 

La photo du Jour /Picture of the day: Hiver 1941la Légion des Volontaires Français arrive près de Moscou /Winter 1941 The Legion of French Volunteers arrives near Moscow

Une unité des soldats francais de la legion allemande des volontaires tenant un drapeau francais en  Russie,hiver 1941.

 


UN PEU D’HISTOIRE

 

La Légion des volontaires français contre le bolchévisme —  dite Légion des volontaires français ou LVF et pour sa partie combattante au sein de la Wehrmacht, et plus particulièrement de la Heer, Infanterie Regiment 638—, est créée le , 15 jours après le déclenchement de l’invasion de l’URSS par l’Allemagne. Cette naissance est portée par une galaxie de partis collaborationnistes français, notamment le Rassemblement national populaire de Marcel Déat, le Parti populaire français de Jacques Doriot, et le Mouvement social révolutionnaire d’Eugène Deloncle. En juin 1942, le gouvernement de Vichy tente de la récupérer en la transformant en Légion tricolore sous son contrôle, mais abandonne en décembre 1942 face à l’opposition catégorique des Allemands. En septembre 1944, sa partie combattante, l’Infanterie Regiment 638, est dissoute sur décision des Allemands et ses effectifs sont principalement intégrés à la Division SS Charlemagne. La LVF utilisait comme étendard le drapeau tricolore français.


Philatélie et histoire-les timbres de la Légion des Volontaires Français

 

Cet ensemble de cinq timbres est émis par le régime de Vichy en octobre 1942. Ils sont connus comme la série « Borodino », le nom russe de la bataille de Moscou. La première bataille de Borodino a eu lieu en 1812… et la seconde en 1941.

1) Timbre gris. Sous le titre et l’écusson de la LVF, le détachement est appuyé par des chars lourds. Au fond dans la neige, des villages sont en flammes.
2) Timbre violet. Un légionnaire observe dans ses jumelles les effets d’un tir d’artillerie sur de superbes tours (le Kremlin ?).
3) Timbre vert. Toujours dans un paysage enneigé, un obusier (vraisemblablement un obus de 105 de la Heer) et les artilleurs de la LVF.

 

4) Timbre carmin. La LVF se retire lentement sur des pistes enneigées et impraticables. On peut deviner une pièce d’artillerie tirée par chevaux. La majeure partie de l’unité n’est pas motorisée.
5) Timbre azur. Les légionnaires poursuivent leur bataille politique. La Vieille Garde de Napoléon les accompagne dans cette direction.

 

Il s’agit de timbres de bienfaisance :
1.000.000 de séries « Borodino » ont été éditées… Malgré une côte pas très élevée cette série n’est pas des plus faciles à trouver… Ces timbres existent aussi avec vignette :

 

Il existe également deux autres timbres (un avion et territoire de l’URSS) ainsi que la même série surchargée. De plus, pour le bloc de l’ours, il est possible d’acheter des faux car le prix est très élevés.  D’autres vignettes existent pour la Belgique et quelques timbres pour la Croatie.

voici les 2 timbres de 1941 (450.000 paires):

 

Et la même paire surchargée l’année suivante (300.000 paires)

Il existe également un bloc-feuillet très rare de 1941 dont je ne connais pas le tirage…


UN PEU DE MUSIQUE ET DE VIDÉO SUR LA LVF

 


Le chant du diable

 

Couplets:

SS marchons vers l’ennemi

Chantant le Chant du Diable

Car dans les cœurs, des gars hardis

Souffle un vent formidable !

Qu’importe que l’on nous acclame

Ou nous damne le monde entier

Nous l’entraînerons dans les flammes

Et nous en rions volontiers !

Là où nous passons que tout tremble

Et le Diable y rit avec nous !

Ha,ha,ha,ha,ha,ha,ha !

Nous luttons pour l’Europe et la liberté

Notre Honneur s’appelle Fidélité !

 

 


 

 

 

 

 

Les professeurs d’histoire mentent tout le temps

LES PROFESSEURS D’HISTOIRE mentent à leurs élèves par omission. Leur récit est arrangé pour créer une fausse impression. La pratique américaine de l’esclavage avant la guerre civile est un sujet sur lequel on ne peut pas se fier à l’histoire officielle. Il laisse de côté de nombreux faits importants car c’est un récit armé qui sert à diffamer les Blancs.

Il laisse de côté le fait que l’esclavage a été légalisé en premier lieu parce qu’un Noir (Anthony Johnson) a choisi de ne pas honorer les termes d’un contrat par lequel un autre Noir (John Casor) avait été un serviteur sous contrat et devait être libéré parce que son temps de servitude était terminé.

Il laisse de côté le fait que le transport d’esclaves africains vers les Amériques était une activité très rentable pour les Juifs dont les compagnies de navigation l’ont effectué. Ce ne sont pas les Blancs qui ont fait ça. C’étaient des juifs.

Une vente d’esclaves à Richmond (Edmond Morin)

Cela laisse de côté le fait que les Indiens d’Amérique et les Noirs libres des Amériques possédaient également des esclaves. En effet, le taux de propriété d’esclaves par habitant chez les Blancs libres était inférieur à 2%, tandis que chez les Noirs libres, le pourcentage de propriétaires d’esclaves était plus élevé.

Cela laisse de côté le fait que certains des esclaves étaient blancs.

La Seconde Guerre mondiale est un autre sujet sur lequel vous ne pouvez pas faire confiance à l’histoire officielle.

La mise en place du système de la Réserve fédérale, et sa véritable nature, est un autre sujet sur lequel vous ne pouvez pas faire confiance au professeur d’histoire de votre école publique.

le premier propriétaire d’esclaves était noir aux usa.

L’origine du socialisme marxiste et la création des pays communistes est encore un autre sujet sur lequel vous ne pouvez pas faire confiance au professeur d’histoire de l’école publique.

L’histoire juive et l’influence des juifs sur la culture occidentale (et en Russie) depuis les années 1600 est également un sujet sur lequel vous ne pouvez pas faire confiance au professeur d’histoire de l’école publique.

Ils vous mentent. Soit ils mentent intentionnellement, avec le désir que leurs élèves soient trompés, soit ils ne comprennent pas correctement l’histoire eux-mêmes et sont incompétents, par ignorance, par rapport aux exigences de leur travail.


Voici un vidéo qui  montre comment on perpétue l’endoctrinement de la jeunesse sur un mensonge historique:

 

Il faut réécrire l’histoire!

 

 

Archéologie:Un navire romain chargé d’amphores découvert au fond de la mer Ionienne

 

Les restes du navire ont été retrouvés au fond de la mer Ionienne environ 2000 ans après son naufrage.

La mer Ionienne est située dans la Méditerranée, au sud de l’Adriatique.

L’épave a été détectée en 2013 à l’aide d’un sonar à haute résolution par des équipes d’archéologues et de plongeurs associés à l’Université de Patras et au club de plongée sous-marine de Kefallinia.

 

Précisément, le navire de 34 mètres de long et de 13 mètres de large baptisé Fiscardo se trouve au fond la mer à l’extrémité nord-est de l’île grecque de Kefallinia, à environ 2 km de l’entrée de la baie de Fiscardo.

Le bâtiment contenait une cargaison de 6000 grosses amphores en très bon état de conservation, qui reposaient soit dans la cale du bateau, soit empilées sur le fond marin.

Ces contenants servaient à l’époque au transport de produits de base tels que le vin et l’huile d’olive.

Détails sur les amphores.

 

Selon Xenophontas Dimas, la disposition des amphores autour de l’épave laisse à penser que le navire a coulé très lentement en position verticale et s’est immobilisé sur sa quille, puis a basculé progressivement sur le côté. La structure de la coque est restée pratiquement intacte.

Grâce aux types d’amphores retrouvées, les archéologues pensent qu’il s’agit d’un navire qui sillonnait les mers entre le 1er siècle avant J.-C. et le 1er siècle après J.-C.

Cette épave est parmi les plus grandes trouvées jusqu’à présent en Méditerranée pour cette période, et c’est certainement la découverte la plus importante à ce jour en Méditerranée orientale.

La présence de l’épave au large du port de pêche actuel de Fiscardo, où des reliques datant de l’époque romaine, entre 146 avant J.-C. et 330 après J.-C., ont été récemment découvertes, indique que Fiscardo était un port important à cette époque.

Cette découverte est décrite dans un article publié dans le Journal of Archaeological Science (en anglais).

 

 

 

Histoires,contes et récits:L’étrange rencontre en mer du roi viking Olaf

Histoire tirée d’un ancien manuscrit viking:

Représentation du bateau nommé « Long Dragon »

 

UN JOUR Le roi Olaf Tryggvisson et ses hommes ont navigué vers le sud le long des côtes de la Norvège à bord du navire Long Dragon. Lorsqu’ils sont arrivés dans le fjord de Nidaros, les hommes ont dû monter à l’aviron, car le vent était trop faible pour remplir les voiles. Mais le roi n’était pas pressé. Il était de bonne humeur et a fait toutes sortes de tours pour ses hommes. Il a combattu un duel simulé avec son porte-bannière, Ulf le Rouge. D’abord, ils ont combattu de la manière habituelle avec l’épée dans la main droite; puis avec l’épée dans la main gauche; et, enfin, avec des épées dans les deux mains. À chaque fois, le roi a avancé jusqu’au panneau. C’étaient des jeux notables. Après cela, le roi Olaf a grimpé sur la balustrade du navire, tout en marchant le long de jongler avec trois poignards dégainés. Personne n’a jamais vu le roi manquer ou un poignard tomber dans la mer. Les hommes ramèrent avec plus d’enthousiasme et rirent.

Le roi Olaf était assis parmi ses hommes sur le pont arrière et parlait de ceci et de cela. Il y avait Kolbjörn le maréchal et Thorstein Ochsenfuss; Un Schätze du Jämtland et Bersi le Fort; Einar et Finn de Hardanger; Ketil le Grand et ses frères; des hommes de toute la Norvège; d’Islande et des îles de l’ouest; une équipe d’élite, de beaux camarades pleins de force et d’audace. On pouvait voir ça. Aucun n’avait plus de 60 ans, à l’exception de l’évêque Sigurd, et aucun n’avait moins de 20 ans, sauf Einar Bogenschüttler, qui n’avait que 18 ans mais qui était le meilleur tireur de tout le pays.

« Maintenant, je tiens la Norvège dans ma main », a déclaré le roi, et il a tendu la main droite dans le ciel, comme s’il saisissait quelque chose que les autres ne pouvaient pas voir.

«Parce que vous l’avez reçu de la main de Dieu», a commenté Mgr Sigurd avec sérieux.

«Oui», a convenu le roi, de la main de Dieu et non de la vôtre, évêque. Je force tout le monde à s’incliner devant Christ, les peuples de toutes les provinces: Stravanger et Hardranger, Vik et Sogne, Moere et Ramsdalen, les provinces sur la mer et dans les montagnes, et maintenant Helgaland et Upland aussi. Ce sont les plus difficiles à résoudre. »

« Mais vous avez les dents les plus aiguisées », intervint Skald Hallfred, l’Islandais. « Beaucoup les ont ressentis. »

« C’est peut-être vrai, » répondit Olaf, « mais maintenant la Norvège est un seul Reich, et les cloches des églises sonnent sur tout notre royaume. »

« Je l’admets, » acquiesça Hallfred. Il a ri légèrement et a ajouté: «De plus, il m’est difficile de m’habituer à ces cloches. Et beaucoup d’autres ressentent la même chose, même s’ils ne le disent pas. »

« Vous avez des oreilles sensibles, étant un skald », a rétorqué le roi Olaf.

Mais Hallfred a pointé son cœur et a dit: «Ici, le roi Olaf, est assis celui qui ne veut pas l’entendre. Christ a mis trop de temps à venir vers nous. Nous avons tous appris différemment de nos mères. »

Le roi Olaf le regarda longuement. Puis il a dit: «Là où les cloches sonnent… c’est le Reich et la domination du roi.»

« Ce que vous avez reçu de Dieu », a encore évoqué l’évêque. «L’un est maître. Celui au ciel. « 

« Et l’un est roi en Norvège, évêque », a rétorqué Olaf.

«Il faut être maître et on doit être roi, à moins qu’il ne devienne le butin des rois étrangers. Souvenez-vous toujours de cela. »

« Il ne devrait y avoir qu’un seul roi en Norvège et dans les îles », a déclaré Hallfred. «Et un seul devrait être maître dans le ciel. Mais je suis toujours désolé pour ceux qui ont dû tout quitter », et il a lentement fait un geste de la main vers les montagnes, puis à travers le ciel et enfin vers la mer. Tout le monde savait ce qu’il voulait dire.

L’évêque Sigurd le regarda avec colère: «Ces dents doivent encore mordre souvent et mordre beaucoup», a-t-il commenté, «avant que ces idoles et ces sorciers n’aient été forcés de quitter toute la Norvège».

Tous regardèrent vers Olaf pour voir sa réaction aux paroles audacieuses d’Hallfred. Mais son cœur était léger et bon enfant aujourd’hui, le genre d’humeur qui captive tout le monde. En riant, il a montré ses dents et a crié: «Norvège, patrie! Salut à lui, qui nous l’a donné pour régner. Nous le tiendrons fermement avec nos dents. Personne ne nous l’arrachera aussi longtemps que nous vivrons! »

«Je vous salue  roi Olaf!», Ont crié les hommes. Et Hallfred a commencé un poème vers cette heure:

« Une météo de bataille parfumée vers le 
sud a voyagé avec le roi … »

Le navire a glissé près de la côte dans le fjord et est tombé sur une falaise rocheuse, qui dépassait loin dans l’eau. Les oiseaux de la rive ont pris la fuite. Un nuage argenté d’ailes battantes s’éleva comme de la poussière dans le ciel. Un millier d’oiseaux crièrent.

Les pins, qui se dressent l’un après l’autre le long du flanc de la montagne, reflétaient la lumière du soleil en se balançant. La lumière a rebondi sur toutes les branches. On entendit les calanques babiller bruyamment dans les gorges, et la respiration légère de la mer.

Soudain, ils ont tous entendu le cri d’une voix claire et nette. Un homme se tenait sur le rebord rocheux près du navire. Les hommes ont soulevé leurs rames et les ont déplacés vers le côté terre. Mais avant même que le navire ne soit arrivé jusque-là, ils virent l’étranger debout sur la pointe de la proue, près de la tête de dragon d’or. Il hocha la tête vers le roi, qui était assis haut sur le pont arrière. Il semblait qu’il ne se balançait que légèrement de son saut et essayait toujours de retrouver son équilibre. Puis il a marché parmi les hommes à l’avant du navire: il semblait être un fermier de la région, qui voulait probablement juste voyager avec eux pendant un certain temps, tant qu’ils toléreraient sa compagnie sur le navire. Ce n’était pas un commerçant comme ils l’avaient d’abord pensé.

C’était un homme très solide dans la robe à l’ancienne de drap de laine grossier vert. Probablement un homme du plus profond des montagnes. Autour de sa hanche était une large ceinture en cuir avec une jolie boucle en cuivre. Dans l’une des boucles de ceinture, il portait un marteau à deux faces, la vieille arme du fermier: une pièce d’artisanat joliment formée. Mais la chose la plus notable à propos de l’homme était sa barbe rouge, qui était si épaisse et longue qu’il la divisa en deux et la glissa dans sa ceinture, à gauche et à droite.

Il s’assit sur une bobine de corde et regarda les hommes assis ou debout autour de lui, l’un après l’autre, complètement sans timidité. Chacun se sentait un peu nerveux du feu bleu de son regard. C’était comme s’il les regardait – et avait trouvé un petit défaut avec chacun.

« Ce n’était pas un mauvais saut que vous avez fait sur le navire », a reconnu Vakr Ramnisson de Götälf.

« Ce n’était pas plus grand, » répondit l’étranger, « que celui que tu as fait, Vakr, quand tu as transformé un ami de Thor en chrétien. Vous êtes tous de bons sauteurs à cet égard. »

 

Ce que l’homme a dit n’était pas réconfortant.

«Vous ne savez pas avec qui vous voyagez, agriculteur? Faites attention! Et où avons-nous fait ta connaissance, pour que tu penses que tu sais quelque chose sur nous?

« Un vieil ami m’a dit, » répondit-il, « du temps de vos pères. Mais oubliez ça. Maintenant, je voudrais voyager avec vous pour un étirement. « 

« Où veux-tu aller? »

«À l’étranger», répondit tristement l’homme.

« Vous semblez capable pour une expédition militaire. »

«J’en ai beaucoup derrière moi, mais maintenant je veux me reposer.»

« Vous n’y ressemblez pas », a observé Bersi le Fort. Selon sa coutume – comme si cela ne valait pas la peine de parler à un homme avant de tester sa force – il tendit la main de l’étranger et essaya de l’arracher de son siège. Ce fut une lutte courte et acharnée, mais Bersi était allongé par terre. Il était parfaitement clair qui était le plus fort. Bersi n’avait pas vécu cela depuis sa jeunesse. Cela a frappé tout le monde comme le feu et l’ivresse: chacun a dû tester l’étranger dans un concours. Mais aucun ne pouvait lui correspondre. Le navire tout entier regarda le diable. Ses paroles ont également volé, vives et intrépides, et ont trouvé leur marque aussi infailliblement que ses mouvements. Chacun a le sien! Enfin, il a marché le long de la rambarde au-dessus des rames, qui n’a jamais cessé d’aviron, et il a jonglé non seulement avec trois poignards (comme l’avait fait le roi Olaf), mais quatre poignards, avec deux en l’air sur une dans chaque main en tout temps. C’était un jeu rapide, car les poignards dansaient au-dessus de sa tête comme des flammes. L’équipage regarda ce fermier qui jouait comme ça. Il connaissait certainement son chemin plus que des bœufs.

Enfin, le roi Olaf l’appela, et il monta sur le pont du navire, enleva sa casquette et se tint devant le roi. On a vu que les cheveux sur sa tête étaient également rouges, et comment ils ressemblaient à un feu au-dessus de son front.

« Si un étranger et un fermier comme vous se présente devant le roi de Norvège, il s’incline », a dit à haute voix Thorgrim Thorsteinsson.

Le fermier s’est tourné vers lui et a dit: «Vous descendez aussi des hommes, Thorgrim, qui n’étaient pas habitués à plier le dos devant d’autres hommes – à part peut-être avant celui dont ils étaient – comme vous – ont été nommés.

« Vous êtes un homme bien parlé et talentueux », a déclaré le roi Olaf en faisant signe aux autres de se taire. « Êtes-vous de cette région? »

La barbe rouge a regardé le roi Olaf pendant longtemps. Il rit légèrement, comme celui qui a du souci dans le cœur. « Oui, » répondit-il, « on pourrait dire que je suis de la région.

– De quelle province? Demanda le roi.

Puis il fit le même geste qu’Hallfred le skald avait fait, quand il parlait des vieux dieux. Il pointa la main vers la montagne, puis à travers le ciel et enfin vers la mer. En un instant, tout le monde savait qui il était. Un vent hurla de la montagne et du soleil comme un voile, et l’eau commença à monter. Mais personne n’a pu penser au navire, qui a soudainement commencé à danser près des falaises rocheuses. Ils regardèrent tous la barbe rouge, qui se tenait maintenant devant leur roi grand et puissant, et vit le saint marteau dans sa main. Un grondement sourd de tonnerre est venu du ciel, et ils se tenaient tous comme des ombres dans une lumière de soufre. Et puis ils ont entendu la voix lourde de l’homme.

«Oui, le roi Olaf», a-t-il dit, «je viens de cette province, de Helgeland et de Dronthiem, de Havanger et de Stavanger, de toute la Norvège et des îles, des montagnes et des vallées, des nuages ​​et de la mer. Et c’est mon travail qu’il existe une telle terre qui vous donne de la joie et dont vous pouvez être roi. Quand je suis venu ici pour la première fois, c’était une terre de glace sous les pieds de géants. Mais j’ai tué les géants, qui étaient assis sur les montagnes. Des arbres poussaient et des ruisseaux y coulaient. J’ai étranglé les trolls, qui sont les ennemis des dieux et des hommes. Des fleurs poussaient dans les prés et des chèvres gravissaient les sentiers de montagne. Et les gens sont venus et ont construit des huttes et labouré les champs. J’ai béni leurs récoltes. Ils avaient du pain. J’ai béni la mer pour eux. Ils avaient du poisson. J’ai béni leur table. Leurs enfants ont grandi. Moi et mon espèce, le roi Olaf, a rendu cette terre habitable pour les enfants des humains. C’est pourquoi ils m’ont honoré, hommes et femmes. Et c’était mon peuple, depuis longtemps.

Mgr Sigurd a ensuite pris courage et a fait preuve de courage. Il souleva sa croix de sa poitrine et la tint vers Perle Rouge. «Laissez-vous aller, idole!», A-t-il demandé.

L’homme rit, doux et amer. C’était comme pleurer dans le vent.

« Oui, » dit-il, « et maintenant un autre vient. Mon heure est passée, selon la volonté du Tout-Souverain. C’est dur pour mes amis. Et toi, Olaf, persécute-les et tue-les, et accomplis le destin. Finalement, cela nous arrive à tous. Mais je m’attendais à ce que ce soit différent: le Loup qui nous dévore, le Serpent qui nous étrangle. Vient le doux et surmonte le puissant. Mais personne n’échappe au destin, et personne ne sait à l’avance. L’heure viendra aussi pour l’homme sur la croix. »

« Laissez-vous aller, idole! », Ordonna de nouveau l’évêque en tenant sa croix près des yeux de Perle Rouge.

Puis il leva son marteau, et un éclair tomba le long du mât comme un serpent d’or. Mais c’était comme s’il l’avait saisi avec sa main avant qu’il ne puisse faire de mal. Pour une troisième fois, on a entendu le rire amer. Ils ne l’ont jamais oublié jusqu’à la mort.

Et ils ont vu comment l’homme s’est jeté par-dessus bord avec un bond puissant, et, tenant le marteau au-dessus de sa tête, s’est enfoncé dans la mer et a disparu.

À ce moment, tout a changé. Un vent léger du sud a soufflé, a rempli les voiles et a poussé le navire au soleil le long des vagues qui roulaient doucement plus profondément dans la baie. Il semblait qu’ils s’étaient tous réveillés d’un rêve ou d’une stupeur. Le roi Olaf se frotta les deux mains sur le visage. Alors que Mgr Sigurd se raclait la gorge comme pour parler, le roi lui fit signe de se taire.

Devant eux se trouvaient les maisons de Nidaros, des bateaux sur le rivage, le toit puissant de la maison du roi et la nouvelle cathédrale avec son sommet pointu et sa large tour. Le soir était venu. Le soleil s’est enfoncé dans la mer. Les cloches sonnèrent doucement sur l’eau. Tous se tenaient comme le roi et mettaient leurs têtes à nu.

« Nous prions pour tous ceux qui savent mourir comme des hommes », a déclaré le roi.

Tiré de: SS Ideology , Hammer, 1988, USA, pp. 17-22.

 


EN COMPLÉMENT

Olav Tryggvason,grand roi des vikings

 

Olav Tryggvason fut roi de Norvège de 995 à sa mort en 1000, à la bataille de Svolder. Il entreprit la christianisation de la Norvège et des îles nord-atlantiques.

L’Olav Tryggvason-monument de W. Rasmussen (1921) se dresse sur Torvet, à Trondheim, ville qu’Olav est réputé avoir fondée

 

Olav est le fils de Tryggve Olafsson, un roitelet de l’Est de la Norvège (l’emplacement exact de son royaume est incertain), et d’Astrid Eiriksdatter. Selon la tradition, il est l’arrière-petit-fils du roi Harald Hårfagre. Rien dans les sources contemporaines ne permet de l’établir, et il s’agit sans doute d’une construction tardive.

Son père mort avant sa naissance, Olav grandit en Russie et participe très tôt à des expéditions vikings, évoquées dans l’Óláfsdrápa du scalde Hallfred Vandrædaskald.

Les sources anglo-saxonnes attestent la présence d’un Anlaf, généralement identifié à Olav, aux côtés du roi de Danemark Svend Tveskæg dans l’armée qui ravage l’Angleterre et force le roi Ethelred II à verser deux tributs (Danegeld) en 991, puis en 994. Après le paiement du dernier, Olav s’engage à ne plus revenir en Angleterre.

Pourvu d’une armée et d’un trésor de guerre (et peut-être du soutien d’Ethelred), il rentre en Norvège, dans le Trøndelag, où le jarl Haakon Sigurdsson fait face à une révolte. Après le meurtre de Haakon, Olav est choisi comme roi par l’Øreting.

Son autorité s’étend sur les régions côtières du Nord et de l’Ouest de la Norvège. Il s’appuie sur des chefs locaux, dont Erling Skjalgsson, son beau-frère.

 

Au cours de son règne, Olav, qui a été baptisé en Angleterre, puis confirmé en 994 avec Ethelred pour parrain, apparaît comme un roi missionnaire. Sa promotion du christianisme obéit à des motifs, tant spirituels, que politiques. De nombreux épisodes dans les sagas qui lui sont consacrées le montrent ordonnant la construction d’églises ou s’efforçant d’obtenir la conversion de la population, souvent par la force. La conversion des îles nord-atlantiques (dont l’Islande, qui adopte le christianisme en 1000) lui est également attribuée.

Cependant, une affirmation telle que celle figurant dans l’Ágrip (ch. 19) : « pendant les cinq ans durant lesquels il porta le nom de roi en Norvège, il christianisa cinq pays : la Norvège et l’Islande et les Shetland, les Orcades et le cinquième les Féroé » apparaît très exagérée : du fait des contacts avec les îles britanniques, le processus de christianisation était partout engagé. En Norvège même, il est loin de parvenir à implanter partout et en profondeur la nouvelle religion.

Olav Tryggvason est le premier roi norvégien à battre monnaie à son nom.
Elle est imitée des monnaies anglo-saxonnes.

 

Olav est vaincu en 999 ou 1000 lors de la bataille navale de Svolder, victime d’une coalition rassemblant le jarl Eirik et son frère Svein, fils du jarl Haakon, le roi de Danemark Svend Tveskæg et le roi de Suède Olof Skötkonung. Il serait mort en se jetant à la mer depuis son navire, le Long serpent. Le récit de la bataille dans les sagas est légendaire, ses circonstances sont obscures, et son emplacement même est incertain (dans l’Øresund ou près de l’île allemande de Rügen, en mer Baltique). Après sa mort, Svend restaure la souveraineté danoise sur la Norvège, pour partie par l’intermédiaire des jarls de Lade.

Malgré la brièveté de son règne, Olav Tryggvason est une figure majeure des sagas royales : le moine Oddr Snorason lui consacre une saga en latin, et son confrère Gunnlaugr Leifsson en rédige une également, toujours en latin ; l’Óláfs saga Trygvassonar est l’une des composantes de la Heimskringla de Snorri Sturluson ; l’Ólafs saga Trygvassonar en mesta en propose une version considérablement développée. Ces œuvres présentent une vision idéalisée d’Olav, à la fois héros viking aux nombreux exploits et roi chrétien d’une grande ferveur. Elles sont emplies d’épisodes légendaires, hagiographiques ou romantiques.

 

 

 

 

 

C’était hier:le 3 janvier et ses dates marquantes dans l’histoire

Sacrifiez aux dieux.

 

Decius est devenu empereur romain en 249 à la suite de victoires militaires. Il a fait des efforts pour faire revivre «l’âge d’or» de Rome, en ajoutant le nom de l’un de ses prédécesseurs les plus admirés, Trajan, au sien, a ravivé l’ancien bureau de censure et restauré le Colisée. La restauration de la piété romaine traditionnelle était un autre de ses objectifs, et après avoir effectué le sacrifice annuel à Jupiter le 3 janvier 250, il a publié un édit, dont le texte est perdu, ordonnant que des sacrifices aux dieux soient faits dans tout l’Empire. Les Juifs étaient spécifiquement exemptés de cette exigence. Il n’y a aucune preuve que cet édit était destiné à cibler les chrétiens ou que la persécution des chrétiens était même considérée comme l’un des effets de ce décret; il était plutôt perçu comme un moyen d’unifier un vaste Empire et comme une sorte de serment de fidélité. Cependant,

L’édit a ordonné que tout le monde dans l’Empire, à l’exception des Juifs, doit sacrifier et brûler de l’encens aux dieux et au bien-être de l’empereur en présence d’un magistrat romain, et obtenir un certificat écrit, appelé libellus, que cela avait été fait, signé par le magistrat et les témoins. De nombreux exemples de ces libelli survivent d’Égypte, par exemple:

À la commission choisie pour superviser les sacrifices. De Aurelia Ammonous, fille de Mystus, du quartier Moeris, prêtresse du dieu Petesouchos, la grande, la puissante, l’immortelle et la prêtresse des dieux du quartier Moeris. J’ai sacrifié aux dieux toute ma vie, et maintenant encore, conformément au décret et en votre présence, j’ai fait des sacrifices, et j’ai versé une libation et pris part aux victimes sacrées. Je vous demande de certifier cela ci-dessous.

Il n’y a rien dans ces libelles existants sur la nécessité de nier être chrétien, contrairement à la lettre que le gouverneur de la province romaine Pline le Jeune avait écrite à l’empereur Trajan en 112, dans laquelle il rapportait que les chrétiens soupçonnés d’avoir maudit le Christ avaient été libérés, une indication que cibler ou persécuter les chrétiens n’était pas un objectif de l’édit de Decius.

Jules César avait formulé une politique autorisant les Juifs à suivre leurs pratiques religieuses traditionnelles, politique qui a été suivie et étendue par Auguste. Cela a donné au judaïsme le statut de religio licita(religion autorisée) dans tout l’Empire. Les autorités romaines respectaient la tradition religieuse et les Juifs suivaient les croyances et les pratiques de leurs ancêtres. Il était bien entendu que les Juifs ne feraient pas de sacrifices aux dieux romains ni brûleraient de l’encens devant une image de l’empereur. En revanche, les chrétiens étaient un phénomène nouveau, et qui ne ressemblait pas du tout à une religion pour les autorités romaines; les deux premières références romaines existantes au christianisme, Pline le Jeune et Tacite dans ses Annales vers 116, font référence au christianisme comme superstitio, une religiosité excessive et non traditionnelle qui était socialement perturbatrice. Les chrétiens avaient abandonné la religion de leurs ancêtres et cherchaient à en convertir d’autres, ce qui semblait dangereux aux Romains; le refus de se sacrifier pour le bien-être de l’empereur paraissait séditieux.

Il était interdit aux chrétiens, par leur foi, d’adorer les dieux romains ou de brûler de l’encens devant une image de l’empereur. Le refus a entraîné la mort de certains chrétiens notables, dont le pape Fabien, les Babylas d’Antioche et Alexandre de Jérusalem. On ne sait pas combien d’efforts ont été déployés par les autorités pour vérifier que tout le monde dans l’Empire avait un libellus certifiant qu’ils ont sacrifié, mais on sait que de nombreux chrétiens, dont Cyprien, évêque de Carthage, se sont cachés. Le nombre de personnes mises à mort pour avoir refusé d’obtenir un certificat est inconnu. Un grand nombre de chrétiens ont effectué les sacrifices requis, à tel point que les autorités de Carthage ont été submergées par le nombre de personnes souhaitant obtenir un certificat et ont été forcées d’émettre un avis demandant aux gens de revenir le lendemain.

Les effets de l’édit sur les communautés chrétiennes, dont beaucoup avaient jusque-là vécu en paix et sans être dérangés, étaient traumatisants. Beaucoup ont perdu leur foi, et leur réadmission dans la communauté chrétienne a été contrée par le schismatique novatien. Dans la plupart des églises, ceux qui étaient morts ont été acceptés dans la communion. Certains diocèses africains ont cependant refusé de les réadmettre.

Indirectement, la persécution décienne a conduit au schisme donatiste, parce que les donatistes ont refusé d’embrasser ceux qui avaient obtenu les certificats. mémoire collective de l’église un épisode de tyrannie monstrueuse.


Des pièces de monnaies de l’époque de Decius (ou Dèce,en français)

 

Sesterce de Trajan -Dèce vers 249-250

 

Pièce d’or de Trajan Decius de 1 aureus entre 243 à 251

 

 

 

 

 

 

 

 

La photo surprenante du jour:Un âne et des charrettes à cheval devant un char lourd Tiger I dans une ville russe (hiver 1943-1944)

Photographe: Stöpfgeshoff
Source: Archives fédérales allemandes
Code d’identification: Bild 101I-458-0076-31

Quelle contraste durant cette guerre!…Il y a déjà plus de 75 ans!