Document le plus controversé de l’histoire d’Internet: L’histoire cachée de la mafia khazare incroyablement perverse

Entre l’an 100 à l’an 800 après JC – une société incroyablement perverse émerge en Khazarie:
Les Khazars se transforment en une nation dirigée par un roi maléfique, qui pratiquait d’anciennes magies noires babyloniennes, des oligarques occultes lui servaient de cour. Pendant ce temps, les Khazars sont devenus connus par les pays voisins comme des voleurs, des meurtriers, des bandits de grand chemin, qui, après avoir dépouillé et assassiné les voyageurs, prenaient leur  identité, et considéraient cela  comme une pratique professionnelle et un mode de vie normal.
Carte de la Khazarie vers 800.
An 800  – L’ultimatum est livré par la Russie et d’autres pays voisins:
Les dirigeants des nations environnantes, en particulier la Russie, ont eu tant d’années de plaintes de la part de leurs citoyens que, en tant que groupe, ils lancent un ultimatum au roi khazar. Ils envoient un communiqué au roi khazar selon lequel il doit choisir l’une des trois religions abrahamiques pour son peuple, en faire sa religion officielle d’État et exiger que tous les citoyens khazars la pratiquent et doivent socialiser tous les enfants khazars pour qu’ils pratiquent cette foi.
Stèle de Baal au foudre,
trouvée à Ras Shamra (Ougarit)

Le roi khazar a eu le choix entre l’islam, le christianisme et le judaïsme. Le roi khazar a choisi le judaïsme et a promis de respecter les exigences énoncées par la confédération environnante des nations dirigée par le tsar russe. Malgré son accord et sa promesse, le roi Khazar et son cercle restreint d’oligarques ont continué à pratiquer l’ancienne magie noire babylonienne, également connue sous le nom de satanisme secret. Ce satanisme secret impliquait des cérémonies occultes comportant des sacrifices d’enfants, après les avoir «saigné», ils buvaient leur sang et mangeaient leur cœur.

Le secret profond et sombre des cérémonies occultes était qu’elles étaient toutes basées sur l’ancien culte de Baal, également connu sous le nom de culte du hibou. Afin de tromper la confédération des nations dirigées par la Russie qui surveillaient la Khazarie, le roi Khazar a fusionné ces pratiques de magie noire luciférienne avec le judaïsme et a créé une religion hybride satanique secrète, connue sous le nom de talmudisme babylonien.  Cela a constitué la religion nationale de la Khazarie et a nourri le même mal pour lequel la Khazarie était connue auparavant.

Malheureusement, les Khazars ont continué leurs mauvaises voies, volant et assassinant tous les voyageurs des pays voisins qui traversaient la Khazarie. Les voleurs khazars ont souvent tenté d’assumer l’identité de leurs victimes après avoir assassiné ces visiteurs et sont devenus maîtres des déguisements et des fausses identités – une pratique qu’ils ont continué jusqu’à ce jour, ainsi que leurs cérémonies occultes de sacrifice d’enfants, qui sont en fait l’ancien culte de Baal.

 

1200 après JC – La Russie et les nations environnantes en ont assez et agissent:

Vers 1200 après JC, les Russes ont dirigé un groupe de nations entourant la Khazarie et l’ont envahie, afin de mettre fin aux crimes Khazars contre leurs peuples, qui comprenaient l’enlèvement de leurs jeunes enfants et nourrissons pour leurs cérémonies de sacrifice de sang à Baal. Le roi khazar et sa cour intérieure de criminels et de meurtriers sont connus sous le nom de mafia khazare (MK) par les pays voisins.

Les dirigeants khazars avaient un réseau d’espionnage bien développé grâce auquel ils avaient obtenu un avertissement préalable et se sont échappés de Khazarie vers les nations européennes de l’ouest, emportant avec eux leur vaste fortune en or et en argent. Ils se sont regroupés tout en assumant de nouvelles identités. En secret, ils ont continué leur sacrifice satanique de sang d’enfant et leurs rituels de sacrifice et ont fait confiance à Baal pour leur donner le monde entier et toutes ses richesses, comme ils prétendaient qu’il leur avait promis, tant qu’ils continuaient à saigner et à sacrifier des enfants et des nourrissons pour lui.

Le roi Khazar et sa mafia de cour ont comploté une vengeance éternelle contre les Russes et les nations environnantes qui ont envahi la Khazarie et les ont chassés du pouvoir. 

 

La mafia khazar envahit l’Angleterre après avoir été expulsée pendant des centaines d’années:

Pour accomplir leur invasion, ils ont engagé Oliver Cromwell pour assassiner le roi Charles-1 et rendre à nouveau l’Angleterre sûre pour leurs opérations bancaires. Cela a commencé les guerres civiles anglaises qui ont fait rage pendant près d’une décennie, entraînant un régicide de la famille royale et des centaines de personnes de la véritable noblesse anglaise. C’est ainsi que la City de Londres a été érigée en capitale bancaire de l’Europe et a lancé le début de l’Empire britannique.

Sur le site Web de David Icke http://www.davidicke.com. David Icke a été le premier à exposer courageusement les Rothschild publiquement devant des centaines. Cela, bien sûr, fait de lui un héros international et nous avons besoin de plus avec son genre de courage pour briser la dissimulation cachant la mafia khazar et mettre fin à leur pouvoir illégitime dans le monde. 

La mafia khazar (MK) décide d’infiltrer et de détourner toutes les banques mondiales en utilisant la magie noire babylonienne, également connue sous le nom de magie-argent babylonienne ou l’art secret de gagner de l’argent à partir de rien, en utilisant également le pouvoir de l’usure pernicieuse pour accumuler des intérêts:

La MK a utilisé sa vaste fortune pour entrer dans un nouveau système bancaire, basé sur la magie noire secrète de la magie noire de Babylone qu’ils prétendaient avoir apprise des mauvais esprits de Baal, en échange de leurs nombreux sacrifices d’enfants.

Cette magie de l’argent babylonienne impliquait la substitution de certificats de crédit papier aux dépôts d’or et d’argent, ce qui permettait aux voyageurs de voyager avec leur argent sous une forme qui offrait un remplacement facile s’ils perdaient les certificats ou les faisaient voler.

Il est intéressant de voir comment le problème même qui a été lancé par les Khazars avait également une solution fournie par eux. Finalement, le roi khazar et sa petite cour environnante ont infiltré l’Allemagne avec un groupe qui a choisi le nom «les Bauers» de l’Allemagne pour les représenter et poursuivre leur système du mal alimenté par Baal. Les Bauers du Bouclier Rouge, qui représentaient leurs sacrifices d’enfants secrets à base de sang, ont changé leur nom en Rothschild (alias «l’enfant du rocher, Satan»).

 

Les Rothschild en tant que pionniers de la mafia khazar (MK) s’infiltrent et détournent les banques britanniques, puis détournent toute la nation anglaise:

Bauer / Rothschild a eu cinq fils qui se sont infiltrés et ont pris le contrôle des banques européennes et du système bancaire central de la ville de Londres par le biais de diverses opérations secrètes astucieuses, y compris un faux rapport de Napoléon gagnant contre les Britanniques, alors qu’il a perdu. Cela a permis aux Rothschild d’utiliser la fraude et la tromperie pour voler la richesse de la noblesse anglaise et de la noblesse foncière, qui avait fait des investissements commerciaux avec les institutions bancaires de la City de Londres.

Les Rothschild ont mis en place un système bancaire privé Fiat spécialisé dans la fabrication de monnaie contrefaite à partir de rien – facturant une usure pernicieuse pour le peuple britannique, en utilisant ce qui aurait dû être son propre argent.

C’était l’art noir de la magie de l’argent babylonienne; ils ont affirmé aux initiés que cette technologie et ce pouvoir d’argent secret leur avaient été fournis par Baal, en raison de leurs fréquentes saignements d’enfants et de leurs sacrifices rituels à Baal.

Une fois qu’ils ont infiltré et détourné le système bancaire britannique, ils se sont croisés avec les Royals britanniques et ont infiltré et complètement détourné toute l’Angleterre et toutes ses grandes institutions. Certains experts pensent que les Rothschild ont génocidé les membres de la famille royale en organisant des reproductions illicites et adultères gérées secrètement avec leurs propres hommes Khazars afin de remplacer les Royals par leurs propres prétendants au trône.

 

La mafia khazar (MK) mène un effort international pour éradiquer les rois qui gouvernent par le droit divin :

Parce que la MK prétend avoir un partenariat personnel avec Baal (alias le Diable, Lucifer, Satan) en raison de leurs sacrifices envers lui. Ils détestent tous les rois qui gouvernent sous l’autorité de Dieu Tout-Puissant parce que la plupart se sentent responsables de s’assurer que leur propre peuple est protégé contre les infiltrés et les «ennemis traîtres dans les portes».

Dans les années 1600, la MK assassine les Royals britanniques et les remplace par leurs propres faux. Dans les années 1700, ils assassinent les Royals français. Juste avant la Première Guerre mondiale, ils assassinent l’archiduc autrichien Ferdinand pour lancer la Première Guerre mondiale. En 1917, ils ont rassemblé leur armée de la MK, les bolcheviks, et infiltré et détourné la Russie, assassinent le tsar et sa famille de sang-froid, baïonnette sa fille préférée à travers la poitrine et volent tous les trésors russes d’or, d’argent et d’art. Juste avant la Seconde Guerre mondiale, ils assassinent les Royals autrichiens et allemands. Ensuite, ils se débarrassent des Royals chinois et affaiblissent le dirigeant japonais.

La haine intense de la mafia khazar pour quiconque professait la foi en un Dieu autre que leur dieu Baal les a motivés à assassiner les rois et la royauté et à s’assurer qu’ils ne pourront jamais régner. Ils ont fait la même chose avec les présidents américains – en menant des opérations secrètes sophistiquées pour les affaiblir.

Si cela ne fonctionne pas, la MK les assassine, comme ils l’ont fait pour McKinley, Lincoln et JFK. La MK veut éliminer tous les dirigeants forts ou les élus qui osent résister à leur pouvoir babylonien de la magie de l’argent ou à leur pouvoir secret obtenu grâce au déploiement de leur réseau de compromis humain.

 

Les Rothschild créent le trafic international de stupéfiants pour le compte de la MK:

Les Rothschild dirigèrent alors secrètement l’Empire britannique et élaborèrent un plan diabolique pour récupérer les immenses quantités d’or et d’argent que les Britanniques avaient payées à la Chine pour sa soie et ses épices de haute qualité qui n’étaient disponibles nulle part ailleurs.

Les Rothschild, par le biais de leur réseau d’espionnage international, avaient entendu parler de l’opium turc et de ses caractéristiques d’accoutumance. Ils ont déployé une opération secrète pour acheter de l’opium turc et le vendre en Chine, infectant des millions de personnes avec une mauvaise habitude de l’opium qui a ramené de l’or et de l’argent dans les coffres des Rothschild, mais pas au peuple britannique.

Les addictions à l’opium créées par les ventes d’opium des Rothschild à la Chine ont tellement nui à la Chine que la Chine est entrée en guerre à deux reprises pour l’arrêter. Ces guerres étaient connues sous le nom de rébellions des boxeurs ou de guerres de l’opium.

L’argent que les Rothschild gagnaient de la vente d’opium était si vaste qu’ils devinrent encore plus dépendants de l’argent facile que les opiacés ne l’étaient à l’opium.

Les Rothschild étaient la source de financement derrière l’établissement des colonies américaines, en incorporant la Compagnie de la Baie d’Hudson et d’autres sociétés commerciales pour exploiter le Nouveau Monde des Amériques. Ce sont les Rothschild qui ont ordonné l’extermination et le génocide massifs des peuples indigènes d’Amérique du Nord pour permettre l’exploitation des vastes ressources naturelles du continent.

Les Rothschild ont également suivi le même modèle commercial dans les Caraïbes et dans le sous-continent asiatique de l’Inde, entraînant le meurtre de millions d’innocents.

Les Rothschild lancent la traite internationale des esclaves, une entreprise qui considérait ces humains kidnappés comme de simples animaux – une vision que les Khazars imposeraient à tous les peuples du monde qui ne faisaient pas partie de leur cercle pervers, que certains appelaient la «vieille noblesse noire». »:

Le prochain grand projet des Rothschild était de lancer la traite mondiale des esclaves, en achetant des esclaves à des chefs de tribus tordus en Afrique qui ont travaillé avec eux pour kidnapper des membres de tribus concurrentes pour les vendre comme esclaves.

Les marchands d’esclaves Rothschild ont ensuite emmené ces esclaves kidnappés sur leurs navires dans des cellules exiguës en Amérique et dans les Caraïbes où ils ont été vendus. Beaucoup sont morts en mer à cause de mauvaises conditions. 

Les banquiers Rothschild ont appris très tôt que la guerre était un excellent moyen de doubler leur argent en peu de temps en prêtant de l’argent aux deux parties en guerre. Mais pour être garantis des recouvrements, ils devaient faire adopter des lois fiscales qui pouvaient être utilisées pour forcer le paiement.

Les Fiat Counterfeit Banksters privés de la MK Rothschild complotent une vengeance éternelle contre les colons américains et la Russie qui les ont aidés à perdre la guerre révolutionnaire:

Lorsque les Rothschild ont perdu la Révolution américaine, ils ont blâmé le tsar russe et les Russes pour avoir aidé les colons en bloquant les navires britanniques.

Ils ont juré de se venger éternellement des colons américains, tout comme ils l’avaient fait lorsque les Russes et leurs alliés ont écrasé la Khazarie en 1000 après JC.

Les Rothschild et l’oligarchie anglaise qui les entouraient ont tracé des moyens de reprendre l’Amérique, et cela est devenu leur principale obsession.

Leur plan préféré est de créer une banque centrale américaine, mettant en vedette la magie de l’argent babylonienne et la contrefaçon secrète.

La MK Rothschild tente de reprendre l’Amérique en 1812 au nom de la mafia khazar mais échoue, encore une fois à cause de l’ingérence russe:

Cet échec a rendu furieux la MK Rothschild, et ils complotent une fois de plus une vengeance éternelle contre les Russes et les colons américains et prévoient d’infiltrer et de détourner les nations et la bande d’actifs, tyranniser puis assassiner en masse les deux nations et leur population.

Les tentatives de la MK de créer une banque centrale américaine privée sont bloquées par le président Andrew Jackson, qui les a qualifiées de sataniques et a juré de les expulser par la grâce et la puissance du Dieu Tout-Puissant.

Les banksters Rothschild se regroupent et poursuivent leurs tentatives secrètes d’installer leur propre banque babylonienne de magie de l’argent en Amérique.

Enfin, en 1913, la Rothschild MK réussit à établir une tête de pont majeure en Amérique – et un ennemi maléfique de tous les Américains entre par les portes de l’Amérique:

En 1913, le Rothschild MK a réussi à établir une tête de pont en soudoyant des membres tordus et traîtres du Congrès pour qu’ils adoptent la loi illégale et inconstitutionnelle de la Réserve fédérale la veille de Noël sans quorum requis. La loi a ensuite été signée par un président tordu, racheté, qui était un traître à l’Amérique, comme les membres du Congrès qui ont voté pour.

La MK Rothschild crée alors un système fiscal illégal en Amérique:

La MK a mis en place un système fiscal illégal et inconstitutionnel, afin de s’assurer que les Américains devraient payer pour des dépenses de haut niveau du gouvernement américain, approuvées par un Congrès et des marionnettes présidentielles tordus et rachetés, mis en place par une campagne corrompue de la MK la finance.

Il est facile pour la MK de recueillir suffisamment d’argent pour élire qui il veut parce que lorsque vous contrôlez une banque qui est un contrefacteur majeur secret, vous avez tout l’argent que vous désirez. À peu près au moment où ils ont créé leur système fiscal illégal en Amérique, ils ont également soudoyé des membres du Congrès pour qu’ils approuvent l’Internal Revenue Service, qui est leur agence de recouvrement privée constituée à Porto Rico.

Peu de temps après, ils ont créé le Federal Bureau of Investigation pour protéger leurs banquiers, répondre à leurs besoins de camouflage et les empêcher d’être poursuivis pour leurs rituels de sacrifices d’enfants, leurs réseaux de pédophiles; et pour servir également d’opération secrète d’Intel en leur nom.

Notez que le FBI n’a pas de charte officielle, selon la Bibliothèque du Congrès, et n’a pas le droit d’exister ou d’émettre des chèques de paie.

La MK Rothschild a déployé la révolution bolchevique en Russie pour imposer une vengeance incroyablement sauvage et sanglante sur des Russes innocents, qu’ils avaient planifiée pendant de nombreuses années, depuis la destruction de la Khazarie: 

La MK Rothschild a pré-organisé et conçu la Révolution russe en utilisant ses banques centrales pour payer l’infiltration bolchevique de la Russie et leur révolution au nom de la mafia Khazar (MK).

Les bolcheviks ont en fait été créés et déployés par la mafia khazar (MK) comme la partie essentielle de leur vengeance planifiée depuis longtemps sur le tsar russe et le peuple russe innocent pour avoir brisé la Khazarie en environ 1000 après JC pour ses vols, meurtres et vols d’identité répétés. des voyageurs des pays entourant la Khazarie. Ce fait peu connu explique l’extrême violence exercée contre la Russie comme une vengeance de longue date par la mafia khazarienne contrôlée par les Rothschild (MK). [/ Caption]

Dans une effusion de sang sauvage et inhumaine bien planifiée qui a assommé le monde, les bolcheviks se sont déchaînés en pleine fureur au nom de la MK pour se venger des Russes. Cela avait été planifié depuis la destruction de la Khazarie.

Les bolcheviks, sous la direction de la MK Rothschild, ont violé, torturé et assassiné en masse environ 100 millions de Russes, dont des femmes, des enfants et des nourrissons. Certaines des tortures et effusions de sang étaient si extrêmes que nous n’allons pas les mentionner ici dans cet article.

Mais les lecteurs qui veulent savoir peuvent faire des recherches approfondies sur Internet sur la «Terreur rouge» ou le «Bolchevik Cheka» ou regarder le film classique « The Checkist (1992) »».

La mafia khazarienne Rothschild (MK) a une fois de plus infiltré et détourné tout le judaïsme:

La MK Rothschild a créé un plan directeur pour contrôler tout le judaïsme et la maîtrise de l’esprit judaïque. La MK Rothschild a détourné le judaïsme, l’a modelé sur le talmudisme babylonien (luciférisme ou satanisme), et a pris le contrôle des professions bancaires et de Wall Street en général, le Congrès, les principaux médias de masse; avec la plupart des richesses et des moyens économiques de succès.

Ainsi, la MK Rothschild pourrait distribuer la richesse et le succès aux judaïques qui buvaient leur Kool-aide et les utilisaient comme découpages, actifs et Sayanims. De cette manière, les Rothschild ont détourné le judaïsme.

Leur financement de la Knesset israélienne et sa construction en utilisant l’architecture occulte franc-maçonne ont montré leur engagement envers le talmudisme occulte et babylonien et tout le mal qui l’accompagne, y compris le sacrifice d’enfants à leur dieu secret Baal. Ils ont mis en place un système du NOM appelé le sionisme mondial qui a enseigné et inculqué aux judaïques sensibles une illusion de groupe paranoïaque de supériorité raciale, qui supposait que tous les Gentils avaient l’intention d’assassiner en masse tous les judaïques.

L’architecture de la franc-maçonnerie a été utilisée dans le bâtiment de la Knesset et de la Cour suprême israélienne vue à travers les fenêtres. [/ Caption]

Ils ont appelé cette illusion judaïque de masse racialement paranoïaque de conquête du monde, «le sionisme mondial», qui est en réalité une forme de talmudisme babylonien ou de luciférisme secret qui était inconnue des judaïques traditionnels. Le système a été conçu pour utiliser les judaïques comme couverture, mais aussi pour les oindre avec le pouvoir de l’argent babylonien, afin de les utiliser comme découpages, et pour être plus tard sacrifié à Lucifer en deux étapes.

La première étape serait la Seconde Guerre mondiale prévue dans les camps de travail nazis, coupés des fournitures, entraînant la mort d’environ 200000 judaïques de faim et de maladie, ainsi que d’environ 90000 détenus non judaïques des mêmes causes, selon un responsable respecté de la Croix-Rouge. Les figures. Ce nombre représente 5% de ce que prétend la mafia khazar (alias les sionistes du monde).

Le deuxième grand sacrifice serait un dernier, lorsque leur roi luciférien du Nouvel Ordre Mondial serait placé au pouvoir, et lorsque les trois religions abrahamiques seraient éradiquées – en particulier le judaïsme, qui serait blâmé pour toutes les guerres et la destruction du monde.

D’ici là, les Rothschild se transformeraient à nouveau en une nouvelle identité complète non associée au judaïsme sous aucune forme, pas même au sionisme mondial.

Il est important de réaliser que la MK Rothschild a réduit l’Allemagne à néant après la Première Guerre mondiale, a créé un vide pour le fascisme, puis l’a reconstruit, créant le nazisme et installant Hitler comme une contre-force à leur bolchevisme russe.

Hitler est devenu un problème pour la MK quand il s’est libéré et a commencé à agir dans l’intérêt du peuple allemand et du peuple libre du monde, et a développé son propre système bancaire libre des Rothschild.

Hitler a introduit un système financier exempt d’usure et bénéfique pour la classe ouvrière. Cela exigeait la destruction totale de l’Allemagne et du peuple allemand parce que les Rothschild et les Khazars ne pouvaient jamais permettre à un système économique qui ne dépendait pas de l’usure d’exister.

On voit la même chose aujourd’hui avec la guerre des Khazars contre l’Islam parce que l’Islam interdit l’usure. C’est pourquoi Israël est si vocal et agressif pour détruire le peuple islamique du monde.

La MK s’attendait à ce que ce soit une grande Seconde Guerre mondiale et quand ils soutenaient les deux côtés, cela pourrait être utilisé pour industrialiser le monde entier et maximiser leur pouvoir monétaire de banquier.

La MK Rothschild a ensuite soudoyé et incité les membres du Congrès à envoyer des soldats américains à leur stade préparatoire et a conçu la Première Guerre mondiale:

Dans le prolongement de leur modèle éprouvé de financement des deux côtés dans toute guerre pour maximiser les profits, de l’acquisition de plus de fonds fiscaux fédéraux et d’un pouvoir international accru, les Khazars Rothschild ont une fois de plus soudoyé, fait chanter et incité les membres du Congrès à déclarer la guerre à l’Allemagne. en 1917.

Cela a été facilité par une attaque sous fausse bannière de la MK avec le naufrage du Lusitania.

La MK Rothschild a depuis développé le modèle habituel de mise en scène secrète d’attaques sous faux drapeau comme procédure opérationnelle standard pour inciter les Américains à mener des guerres pour la mafia khazar.

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Rothschild MK a déployé la guerre froide et l’a utilisé comme excuse pour amener des scientifiques nazis et des experts du contrôle de l’esprit en Amérique dans le cadre de l’opération Paperclip.

Cela leur a permis de mettre en place un système mondial d’espionnage et d’espionnage qui dépassait de loin tous leurs efforts antérieurs.

Dans le cadre de ce nouveau système, ils continuent d’infiltrer et de détourner toutes les institutions américaines, y compris les divers systèmes religieux américains, la franc-maçonnerie (en particulier le rite écossais et le rite York), l’armée américaine, Intel américain et la plupart des entrepreneurs privés de défense, le pouvoir judiciaire et la plupart agences du gouvernement américain, y compris la plupart des gouvernements des États, ainsi que les deux principaux partis politiques.

La MK Rothschild installe des camps de travail nazis comme prétexte pour manipuler plus tard les Alliés afin qu’ils leur accordent leur propre colonie privée en Palestine, en utilisant des terres volées aux Palestiniens:

La MK Rothschild a pu utiliser son soi-disant « holocauste » mal étiqueté pour servir de déclencheur de contrôle mental pour contrecarrer et résister à toute critique de leurs manières sionistes.

La vérité est que la MK Rothschild a mis en place les camps de travail nazis pour faire d’énormes profits pour leurs entreprises qui géraient leurs camps de travail et fournissaient leur machine de guerre nazie.

Une fois que les Rothschild MK ont gagné leur propre patrie privée en Israël en 1947 grâce à leurs manipulations politiques secrètes, ils ont commencé à voir secrètement toute la Palestine comme leur nouvelle Khazarie et ont commencé à comploter comment génocide tous les Palestiniens et voler toute la Palestine pour eux-mêmes. Leurs plans incluent leur fantasme de construire un «grand Israël» en prenant le contrôle de tout le Moyen-Orient et en manipulant les stupides Goyim américains pour qu’ils se battent et meurent en leur nom, prenant toutes les terres arabes pour Israël et la mafia Khazar (MK), afin qu’ils puissent des actifs dépouillent leur richesse et leurs ressources naturelles, en particulier leur pétrole brut.

Une récente recherche génétique de Johns Hopkins, revue par des pairs, menée par un médecin judaïque respecté montre que 97,5% des judaïques vivant en Israël n’ont absolument aucun ADN hébreu ancien, ne sont donc pas des Sémites et n’ont aucun lien de sang ancien avec la terre de Palestine. En revanche, 80% des Palestiniens portent un ancien ADN hébreu et sont donc de vrais Sémites, et ont d’anciens liens de sang avec la Terre palestinienne. Cela signifie que les véritables antisémites sont les Israéliens qui volent les terres palestiniennes pour construire des colonies israéliennes, et ce sont les Israéliens qui tyrannisent et assassinent en masse des Palestiniens innocents.

Rothschild passe sa dynastie à la 7e génération, marquant 200 ans de règle de la famille des banquiers

La MK Rothschild décide de se métamorphoser à nouveau et d’élargir ses rangs:

Entre-temps, les Rothschild MK ont réalisé qu’ils ne pourraient pas rester cachés plus longtemps du public à moins qu’ils ne se métamorphosent à nouveau et élargissent leur leadership secret.

Ils ont donc travaillé dur pour infiltrer et détourner davantage la franc-maçonnerie et ses ramifications secrètes et ont intronisé les principaux membres dans leur réseau pédophile et leurs rituels de sacrifice d’enfants.

En outre, des membres clés du Congrès ont été intronisés dans leur réseau satanique secret en leur donnant un pouvoir spécial, des positions élevées au sein du gouvernement américain, de l’armée et d’Intel, accompagnées de grandes récompenses monétaires et d’un statut élevé. Des fronts d’espionnage massifs de la MK utilisant la double nationalité israélo-américaine «israélienne d’abord» comme découpages ont été mis en place en Amérique pour canaliser la fausse monnaie des banquiers khazars vers les politiciens pour leurs campagnes électorales, afin de les posséder et de les contrôler lorsqu’ils sont élus.

La MK Rothschild décide de Mind-kontrôler les masses américaines pour qu’il soit beaucoup plus facile de les manipuler afin qu’elles approuvent leurs guerres perpétuelles illégales, inconstitutionnelles, non déclarées, non gagnables et nécessaires pour faire d’énormes profits et gagner plus de puissance mondiale:

La MK Rothschild a décidé de prendre le contrôle complet de toute l’éducation publique en créant le ministère de l’Éducation et en créant des programmes mondialistes et socialistes basés sur le politiquement correct, la diversité et les enseignements «perversion est normal». Du fluor est ajouté à l’eau et au dentifrice publics, et les dentistes sont convaincus que le fluor empêche les caries et n’est pas nocif pour le fonctionnement du cerveau ou de la thyroïde, ce qu’il est.

L’ajout de fluorure à l’approvisionnement public en eau et au dentifrice a pour effet d’alourdir les Américains en abaissant en moyenne le QI opérationnel et en rendant les gens beaucoup plus dociles qu’ils ne le seraient normalement. Des programmes visant à développer et à déployer des vaccins pour les enfants stupides et à créer un grand nombre de futurs problèmes de santé chroniques ont été lancés.

Les médecins ont été contrôlés par l’esprit et induits en erreur par des recherches biaisées qui ont été triées sur le volet, ignorant toutes les études qui étaient négatives – et qui incluaient la plupart d’entre elles. Toutes les lignées cellulaires du vaccin sont contaminées par le SV-40, un virus cancérigène à action lente connu.

La MK a utilisé son pouvoir monétaire pour prendre le contrôle de  toutes les écoles de médecine allopathiques, et a créé et contrôlé l’American Medical Association et d’autres sociétés médicales, afin de s’assurer que leur programme basé sur le mensonge et la tromperie était poursuivi.

Une partie de ce plan massif pour abattre et contrôler l’esprit des masses américaines était le rachat par la MK et la consolidation de tous les médias de masse américains en six grands médias contrôlés (CMMM), détenus et contrôlés par leurs découpages en leur nom. La CMMM fonctionne comme un cartel d’information illégal, et elle devrait être démantelée en vertu des lois antitrust et pour avoir infligé l’espionnage et la propagande illégale comme arme de guerre contre le peuple américain.

Les chefs de la MK Rothschild décident qu’il est temps d’utiliser l’Amérique pour achever leur démantèlement final et leur occupation du monde entier en instituant une attaque majeure sous faux drapeau en Amérique pour blâmer les islamiques qu’ils veulent que l’Amérique attaque à tort en leur nom. :

Ainsi, les Chefs de la MK utilisent leurs meilleurs citoyens binationaux israélo-américains «Israéliens d’abord» vivant en Amérique (alias les PNACers et les meilleurs NeoCon Cutouts) pour planifier une attaque nucléaire majeure sur l’Amérique le 11 septembre 2001.

Bibi Netanyahu, le chef opérationnel de la MK, a  déployé le Mossad et ces doubles citoyens pour mettre en place et instituer cette attaque contre l’Amérique  qui devait être imputée par la CMMM aux musulmans.

Ils ont informé leurs principaux rabbins et «Amis du sionisme mondial» de ne pas voler ce jour-là et de rester en dehors de New York, tout comme «Larry Silverfish», l’un des principaux hommes impliqués dans l’opération.

Ils ont utilisé leur découpe principale dans le DOD pour attirer les enquêteurs de Able Danger vers la salle de réunion Pentagon Naval Intel, où ils seraient assassinés par un missile de croisière Tomahawk tiré d’un sous-marin diesel de classe Dolphin israélien acheté à l’Allemagne.

Trente-cinq des enquêteurs Able Danger qui enquêtaient et suivaient le vol israélien de 350 puits nucléaires désaffectés W-54 Davy Crockett hors de la porte dérobée à Pantex au Texas ont été assassinés par ce coup de Tomahawk, qui a été chronométré avec l’explosion de bombes pré -planté dans l’aile Naval Intel, qui a été récemment durcie en vain.

La société écran du Mossad israélien, Urban Moving Systems, a été utilisée pour transporter les mini-armes nucléaires fabriquées à partir des puits nucléaires volés W-54 de Pantex (et fabriquées à l’origine à l’usine de traitement de Hanford), où elles étaient stockées à l’ambassade d’Israël à New York. et transporté aux tours jumelles pour la détonation le 9-11-01.

Baal alias Moloch, Lucifer, Satan. Faites votre choix, c’est le même esprit pervers qui veut assassiner en masse tous les humains. En échange de son «sale boulot», il récompense ceux qui lui permettent d’arracher leur âme en leur donnant des richesses, une renommée et un pouvoir incroyables. C’est le contrat de sang secret appelé «vendre son âme».

Le programme secret incroyablement maléfique de la mafia khazarienne (MK) est maintenant révélé publiquement pour la toute première fois par Gordon Duff, de Veterans Today. Nous savons maintenant que Bibi Netanyahu a mené l’attaque nucléaire contre l’Amérique le 11 septembre 2001 et l’a fait comme un agenda global de la mafia khazar (MK).

Accrochez-vous à votre chaise, c’est un très grand secret et explique une grande partie de ce qui se passe en Amérique, le tout causé par Israël et la mafia Khazariane (MK) qui a infiltré presque toutes les institutions gouvernementales et sociales américaines.

Maintenant, pour la toute première fois, le secret très spécifique de l’Agenda incroyablement maléfique de la mafia khazarienne (MK) va être révélé, grâce à une interview que Mike Harris a eue avec le rédacteur en chef et directeur de Veterans Today, Gordon Duff, dans son émission-débat «The Extrémité courte du bâton »sur 3-10-15.

J’ai entendu beaucoup de secrets d’initiés choquants au fil des ans, mais celui-ci prend vraiment le gâteau et explique exactement ce qu’Israël et ses serviteurs en Amérique ont été pour nous au nom de la mafia Rothschild Khazarian (MK) qui a foiré presque tous les aspects de nos vies à créer une économie pauvre, beaucoup de chômage et de sous-emploi, des crimes massifs, de l’alcoolisme et de la drogue, des écoles foutues qui abasourdissent les enfants, divers programmes d’eugénisme comme le fluorure dans l’eau publique et le dentifrice, et le mercure dans les vaccins qui sont un gros fraude et corruption politique endémique.

Cette interview envoie maintenant des ondes de choc dans le monde entier et lorsque vous considérez le contenu que Gordon Duff a divulgué pour la première fois publiquement, vous serez choqué. Et vous comprendrez que Bibi Netanyahu est le chef opérationnel de la mafia khazar (MK) et a été celui qui a ordonné et supervisé l’attaque nucléaire israélienne sur l’Amérique le 9-11-01.

Dans cette interview, Gordon Duff a révélé à partir d’une transcription écrite de ce qui a été dit lors d’une réunion entre Bibi Netanyahu et un traître américain et d’autres espions en 1990. Gordon Duff a révélé que Netanyahu était un espion du KGB comme Jonathan Pollard. Et nous savons maintenant qu’Israël a commencé comme un satellite de la Russie bolchevique et qu’il était assez mécontent de la chute de l’Union soviétique.

Benjamin Netanyahu se réunissait au bar Finks à Jérusalem, un abreuvoir bien connu du Mossad. Voici ce qu’il a dit  tiré directement de la transcription de l’enregistrement  qui a été témoin et qui a été entièrement authentifié à 100%:

 » Si nous nous faisons prendre, ils nous remplaceront simplement par des personnes du même tissu. Donc, peu importe ce que vous faites, l’Amérique est un veau d’or et nous le sucerons, le hacherons et le vendrons pièce par pièce jusqu’à ce qu’il ne reste plus que le plus grand État providence du monde que nous créerons et contrôlerons. . Pourquoi? Parce que c’est la volonté de Dieu et que l’Amérique est assez grande pour prendre sans broncher tous nos coups afin que nous puissions le faire encore, encore et encore. C’est ce que nous faisons aux pays que nous détestons. Nous les détruisons très lentement et les faisons souffrir pour avoir refusé d’être nos esclaves . »

C’est exactement ce que la mafia Rothschild Khazarian (MK) fait à l’Amérique depuis qu’elle a réussi à infiltrer et à détourner l’Amérique en 1913. La connaissance de ce que Bibi a dit au nom de la Mafia Rothschild Khazarian (MK) devrait nous rendre tous furieux et motivés à chasser ces créatures maléfiques d’Amérique et reprendre notre grande République.

Lorsque Bibi Netanyahu mentionne la volonté de Dieu, le dieu auquel il faisait allusion est Baal (également connu sous le nom de Grand Hibou ou Moloch), le dieu que ces Khazariens croient les oblige à l’adorer par des effusions de sang constantes et des sacrifices humains douloureux et des meurtres de masse et que si ils «vendent leurs âmes» à Baal (alias Lucifer ou Satan). Ils seront récompensés par des richesses incroyables, une renommée et une grande puissance. Lorsqu’ils «vendent leurs âmes», ce qui se passe réellement, c’est que leurs âmes sont arrachées et qu’ils deviennent inhumains ou sans âme et prennent les caractéristiques de Baal, c’est-à-dire qu’ils deviennent de plus en plus psychopathes et méchants.

Ce dont parlait Bibi Netanyahu était la prochaine attaque nucléaire contre l’Amérique le 11 septembre 2001, et quand il a mentionné «ils vont simplement nous remplacer», il faisait référence au Cercle des Douze supérieur, le groupe auquel il répond au propre chroniqueur de Veterans Today. et l’animateur de talk-show Stew Webb a révélé au monde en identifiant 11 des 12 qui se disent les «Illuminati» ou «Disciples de Satan». Ces hommes font des sacrifices d’enfants semi-annuels à Denver et mangent le cœur des enfants, boivent leur sang après les avoir pédophiles.

Folks, nous devons transmettre cette information à tous ceux que nous pouvons, puis unir et chasser ces écumes adoratrices de Baal sans âme de tous les coins et recoins de l’Amérique et les traduire en justice et en jugement final pour tout leur mal incroyable.

Quiconque comprend ce que Bibi Netanyahu pense des Américains comme un veau d’or à la dépouille des actifs et au massacre devrait être enragé et conduit à l’organisation communautaire et à l’action politique contre l’espionnage israélien en Amérique par le biais du système de réserve fédérale, de l’AIPAC, de la JINSA, du Defense Policy Board, le CFR et autres.

La MK Rothschild planté a 25 armes nucléaires dans les grandes villes américaines et d’autres grandes villes d’Europe afin de faire chanter les gouvernements « associés ». Cette opération de chantage nucléaire est appelé leur option Samson, et a été découverte et divulguée pour la première fois par Seymour Hersh:

La MK Rothschild a également obtenu des ogives S-19 et S-20 d’un membre corrompu du Congrès chargé d’acheter des Mirv ukrainiens au nom de l’USG afin de les mettre hors service. Au lieu de cela, il les a vendus aux Israéliens et a partagé l’argent avec d’autres membres clés du Congrès impliqués.

Il s’agit d’une haute trahison et d’une infraction capitale passible de peine de mort. Juste après leur attaque contre l’Amérique, la MK Rothschild a déclaré à l’administration américaine qu’ils feraient exploser des armes nucléaires de la taille d’un buster dans certaines villes américaines, y compris Washington DC, si l’administration refusait d’autoriser Israël à créer sa propre force d’occupation policière en Amérique, basé sur la consolidation de toutes les forces de l’ordre  américains sous un contrôle central israélien.

Cette nouvelle force d’occupation israélienne appelée Homeland Security (DHS) était initialement dirigée par des doubles citoyens et des pervers. L’ancienne directrice du DHS, Janet Napolitano est poursuivie pour harcèlement sexuel d’hommes travaillant au DHS à qui elle a ordonné de déplacer leurs bureaux dans les toilettes pour hommes.

Le traître à double nationalité Michael Chertoff, (un nom traduit du russe par «fils du diable»), était le cerveau criminel qui a créé le DHS, avec l’ancien chef de la Stasi est-allemande, Marcus Wolfe, qui a été embauché comme consultant spécial et mourut mystérieusement dès que sa mission fut accomplie.

Les Rothschild MK n’ont jamais pensé qu’ils seraient exposés pour leur attaque nucléaire contre l’Amérique du 11 sept 2001, mais ils ont commis l’une des plus grandes erreurs tactiques de l’histoire et ont surjoué  d’un excès d’orgueil, basé sur un succès trop facile en raison de leur pouvoir monétaire extrême .

Bientôt toute l’Amérique saura que Bibi Netanyahu et son parti crypto-nazi, le Likoud ont organisé l’attaque contre l’Amérique le 11 septembre 2001 au nom de la MK Rothschild:

Ils pensaient qu’ils avaient un contrôle total sur tous les médias et qu’ils pouvaient empêcher que l’enquête secrète de l’AIEA et de Sandia Labs ne soit jamais rendue publique.

Ils ont commis une grave erreur tactique parce que maintenant la vérité sur leur rôle dans l’attaque du 11 septembre 2001 contre l’Amérique est publiée sur l’Internet mondial , la nouvelle presse mondiale Gutenberg. Ce que la MK Rothschild n’a pas compris, c’est la puissance d’Internet et comment les pépites de vérité publiées et diffusées sur celui-ci résonnent avec les peuples du monde et se propagent comme une traînée de poudre, à la vitesse de la lumière. La vérité est diffusée partout dans les masses.

Cette incroyable erreur tactique de la MK est si grande qu’elle les condamnera en fait à l’exposition complète et à la destruction complète qu’ils méritent. L’ordre de Bibi Netanyahu de poursuivre et de lancer l’attaque nucléaire contre l’Amérique le 11 septembre 2001 restera dans l’histoire comme l’une des plus grandes erreurs de la MK, et celle qui sera blâmée pour leur dénonciation et destruction par le monde qui est maintenant en gangs contre eux.

Les Russes ont maintenant divulgué les fichiers de l’AIEA et de Sandia Labs et Able Danger qui leur ont été remis par Edward Snowden. Bientôt, tous ces fichiers seront fournis à tous les Américains et dans le monde via Internet, et cela ne peut pas être arrêté.

Un certain nombre de Russes au haut commandement militaire en Russie et aux plus hautes positions de direction du gouvernement russe se rendent compte que c’est la même Cabale du crime organisé qui a organisé les Khazars en bolcheviks pour assassiner en masse 100 millions de Russes innocents – et ces hommes veulent un remboursement.

C’est pourquoi ils s’assurent que les banquiers Rothschild seront mis à la faillite, ce qui décapitera la mafia Khazariane de sa masse monétaire illimitée et sans fin. C’est pourquoi la BRICS Development Bank a été créée – pour remplacer le Petro Dollar américain en tant que monnaie de réserve mondiale, mais celui-ci, contrairement au Petro Dollar américain, est soutenu par de l’or, de l’argent et des matières premières réelles, sans contrefaçon autorisée.

La CMMM échoue, et la plupart des Américains ne croient plus à aucune de leurs histoires nationales aux heures de grande écoute, en particulier les moins de trente ans, qui choisissent des faits sur Internet et construisent leurs propres croyances.

Tant d’internautes rejettent maintenant la CMMM que la vérité sur l’attaque des Israéliens contre l’Amérique le 11 septembre 2001 devient de plus en plus facile à croire chaque jour. Bientôt, toute l’Amérique dominante saura que Bibi Netanyahu, son Mossad et sa double nationalité ont commis l’attaque du 11 septembre 2001 contre l’Amérique.

Le haut commandement militaire américain sait que Bibi Netanyahu a ordonné à son Mossad et aux Américano-israéliens  d’attaquer l’Amérique à l’aide d’armes nucléaires le 11 septembre 2001 au nom de la mafia Rothschild Khazarian (MK):

Diverses opérations secrètes de couverture profonde sont actuellement déployées dans le monde entier pour exposer et décapiter la MK Rothschild de leur masse monétaire sans fin et élastique.

Leurs jours de pouvoir anti-humain sont désormais limités. L’équipe américaine secrète, incroyablement bien entraînée, appelée les «Nuclear Snake-Eaters», travaille désormais d’arrache-pied pour rechercher toutes les valises diplomatiques et expéditions israéliennes entrantes; conduire et survoler les synagogues et les ambassades israéliennes et les refuges du Mossad avec des détecteurs de neutrons gamma et hélium-3 de haute technologie; et utiliser des satellites ultra-high-tech réglés et focalisés sur mesure pour rechercher les puits nucléaires stockés, ainsi que travailler dur pour récupérer tous les puits nucléaires volés par les Israéliens partout dans le monde en dehors d’Israël.

Cette équipe de super-élite a été alertée par l’appel téléphonique de Michael Shrimpton au MI-6 pour les informer qu’un «City Buster» israélien a été planté près du stade olympique. Cet appel l’a conduit à tort en prison. Le City Buster a été récupéré par les «Nuclear Snake-eaters», qui sont entrés en Angleterre et ont récupéré et désarmé un grand buster urbain. Malheureusement, le MI-6 voulait que cette arme nucléaire fasse exploser afin de gagner plus de pouvoir pour la mafia khazar en Angleterre – leur port d’attache dans le quartier financier de la ville de Londres – car elle perd rapidement du pouvoir.

Un nom secret pour ces chefs de la MK qui dirigent une grande partie du monde hors de la ville de Londres est Gog et Magog, malgré ce que tant d’historiens pensent être le nom secret de la Russie, ce qu’elle n’est pas. C’est le nom secret du top MK, et représente apparemment d’où ils venaient.

L’équipe secrète de super-élites «mangeurs de serpents nucléaires» est prête à être déployée en Israël à tout moment, si la nation s’effondre après que la plupart des entreprises européennes se sont désinvesties d’Israël, et que les États-Unis coupent toute aide, afin de se conformer à la loi américaine. Il est illégal d’aider une nation qui possède des armes nucléaires et qui n’a pas signé l’accord de non-prolifération nucléaire. Israël possède des armes nucléaires détectables à partir de capteurs d’hélium-3 satellitaires et ne l’a jamais admis, ni signé l’accord de non-prolifération nucléaire. Nous devons tous exiger que notre Congrès et notre Administration obéissent à la loi et interrompent immédiatement toute aide monétaire et militaire à Israël, et arrêtent tous les directeurs du front d’espionnage israélien de l’AIPAC, de la JINSA, du Defense Policy Board, du «Joint» à New York, et l’ADL, etc.

On ne sait pas mais on soupçonne qu’un nombre important de ces armes nucléaires volées ont déjà été récupérées. Il a été rapporté par des initiés qu’un message très solennel a été communiqué à Bibi Netanyahu et à ses Likudistes, ainsi qu’à tous les principaux membres des fronts d’espionnage israéliens en Amérique, comme l’AIPAC, la JINSA, le Defense Policy Board, l’ADL et autres.

Quel était cet avertissement sérieux? Si les rapports d’initiés sont exacts, on a dit à ces gens que s’il y avait une autre attaque sous faux drapeau israélienne, ceux qui l’ont ordonnée ou ont été impliqués seront traqués par la sécurité nationale américaine et éliminés, et les structures de défense israéliennes associées à une telle volonté être transformé en poussière.

Le reste de l’histoire de Rothschild MK sera probablement déterminé par VOUS:

L’avenir de la MK Rothschild sera probablement déterminé par les lecteurs de Veterans Today et par We The People, qui apprenons l’histoire secrète et interdite de la mafia Khazar qui a été excisée des livres d’histoire et des bibliothèques par la MK pour protéger leur histoire perverse que personne ne le ferait. accepter s’il était connu.

Alors partagez cette histoire avec votre famille, vos amis et vos associés et prenez-la virale. Soyez clair à ce sujet – à moins que la MK ne puisse opérer dans le plus grand secret, il sera attaqué de toutes parts et détruit à jamais. Alors emportez leur secret en exposant leur histoire cachée pour que tous les Américains la connaissent et la comprennent.

C’est pourquoi ils ont travaillé si dur pour acheter et contrôler tous les grands médias et l’éducation de masse publique, y compris les collèges et les universités, pour s’assurer que les peuples du monde ne découvriraient jamais leur mal secret, qui est si inhumain, si meurtrier que le le monde entier se liguerait contre eux et les attaquerait de tous côtés à tous les niveaux où ils existent.

La grande question demeure: la véritable cause des dirigeants de l’incroyable mal et de la sauvagerie de la mafia khazar à l’égard de la race humaine était-elle un sous-produit, une nature ou une culture? Certains pensent que ce parasitisme flagrant et cette tendance au meurtre de masse, à la pédophilie, à la saignée et au sacrifice d’enfants sont dus à une culture toxique, mieux décrite comme un tribalisme malin, caractérisé par une illusion de supériorité raciale de groupe paranoïaque. D’autres pensent que les dirigeants de la MK sont la lignée de Caïn, c’est-à-dire les «enfants de Caïn», qui appartiennent au diable et n’ont absolument aucune âme ou conscience humaine, mais sont de purs prédateurs comme une bête sauvage – tout en même temps être  incroyablement double , qui est capable de mettre  un bon con et un joli visage dehors. Cela pourrait peut-être être les deux facteurs. Dans tous les cas, il est temps d’exposer ce mal, le plus grand mal que le monde ait jamais connu. Il est temps que le monde travaille ensemble pour éradiquer ce problème maintenant et pour toujours, par tous les moyens nécessaires.

Naissance et mort des Empires

Dans ce qui suit, nous présentons deux visions, distantes de plus de six siècles, sur la naissance, l’expansion et la mort des Empires.
D’abord, celle de John Bagot Glubb  qui publia 17 livres parmi lesquels un livre sobrement intitulé « le sort des empires à la recherche de leur survie ». Écrit en 1977, il est passé à la postérité pour la profondeur de son analyse historique malgré sa concision. 
Ensuite, celle d’Ibn Khaldoun, présentée par Martinez-Gros dans un essai intitulé : Brève histoire des Empires, comment ils surgissent, comment ils s’effondrent. Ce dernier se propose  d’analyser la pertinence à une échelle universelle de l’analyse de la notion d’empire développée par Ibn Khaldoun au sujet du monde arabe. 

 

 

Dans ce livre, John Glubb analyse les conditions de naissance, d’expansion puis de déclin des grands empires qui ont façonné l’Histoire. Il constate un phénomène étonnant : la durée de vie des empires est relativement constante, de 250 ans environ.

Au sein d’une même civilisation, on peut assister à des « passages de relais » qui remettent le compteur à zéro : par exemple le passage de la République romaine qui dura de -260 à -27 (233 ans) à l’Empire romain (de -27 à +180 soit 207 ans).
Sur la base de cette durée relativement constante, John Glubb estime que l’empire américain, qui a débuté en 1846 devrait se terminer au cours de la seconde moitié du 21e siècle.
Si on transpose cette analyse à la civilisation européenne moderne qui débute à la fin du XVIIIe siècle avec les bouleversements de la Révolution française, on arrive à un clap de fin aux alentours de 2050.
D’après l’analyse de John Glubb, plusieurs options sont alors possibles : soit une révolution profonde et douloureuse qui transformera profondément l’ordre existant vers 2050 et permettra de repartir sur un cycle de 250 ans ; soit un effondrement lent ; soit un passage sous domination d’une autre civilisation plus dynamique.
Le cycle de vie des empires
John Glubb identifie 5 phases dans le cycle de vie d’un empire : l’âge des pionniers, l’âge des conquêtes, l’âge du commerce, l’âge de l’abondance, l’âge de l’intellect et enfin l’âge de la décadence.
Il est intéressant de noter que l’âge de l’intellect précède l’âge de la décadence alors qu’il constitue a priori un élément positif. John Glubb note en effet qu’à la suite de l’âge de l’abondance, l’élite civile et politique est en plein zénith et s’enorgueillit de financer artistes, œuvres d’art, musées, écoles et universités. Cet âge s’accompagne de progrès scientifiques importants.
John Glubb note ainsi que « la diffusion des connaissances semble être la plus bénéfique des activités humaines, et pourtant chaque période de déclin est caractérisée par cette expansion de l’activité intellectuelle.  »
Comment expliquer cela ? John Glubb analyse que « l’intellectualisme et la perte du sens du devoir apparaissent simultanément dans l’histoire de la vie de la nation. […] L’intellectuel brillant, mais cynique apparaît à l’extrémité opposée du sacrifice émotionnel du héros ou du martyr. »

 

Ce constat rejoint celui d’un autre auteur intéressant : dans son livre « Metahistory », Hayden White analyse le rapport entre l’imaginaire historique d’une civilisation et la phase dans laquelle elle se situe. Il note ainsi que, selon les périodes, les gens se représentent leur Histoire comme un récit épique, comme une comédie, comme une tragédie ou comme une satire.
Cette dernière représentation correspond à une lecture critique et déconstructiviste de l’Histoire qui se traduit en particulier par la destruction forcenée des symboles historiques. Ça ne vous rappelle rien ? Sur le sujet particulier de la satire comme modèle de représentation historique, je vous recommande l’excellente vidéo « l’art de la riposte : la rhétorique de l’ironie » de la chaine YouTube Victor Ferry.
Les 8 critères du déclin
Pour en revenir à John Glubb, il identifie 8 critères qui traduisent un passage vers « l’âge de la décadence » et qui reviennent avec constance dans l’histoire des grands empires :
  • Passage en mode défensif
  • Pessimisme
  • Matérialisme
  • Frivolité
  • Dissensions civiles
  • Un afflux d’étrangers
  • Un affaiblissement de la religion
  • Un état providence
Le passage en mode défensif est un signe avant-coureur qui intervient tôt dès la phase d’abondance et qui se traduit par l’arrêt de l’effort d’expansion de l’empire et son repli sur ses frontières naturelles : « La nation, immensément riche, ne s’intéresse plus à la gloire ni au devoir, mais veut simplement conserver sa richesse et son luxe. ».
On constate sans difficulté que tous les critères de Glubb sont remplis concernant notre civilisation occidentale. …
Sur le critère de frivolité, John Glubb note que : « La frivolité est la compagne fréquente du pessimisme. Mangeons, buvons et réjouissons-nous, car demain nous mourrons. La ressemblance entre diverses nations en déclin à cet égard est vraiment surprenante. ».
Les historiens contemporains de l’Empire arabe de Bagdad soulignent ainsi avec amertume l’indifférence, le matérialisme croissant et le laxisme des mœurs sexuelles dans la Bagdad du début du Xème siècle. Ils commentent l’influence extraordinaire de chanteurs de luths devenus très populaires auprès des jeunes…
« L’histoire, cependant, semble suggérer que l’âge du déclin d’une grande nation est souvent une période qui montre une tendance à la philanthropie et à la sympathie pour les autres races. ».
Rappelant les dernières années de l’Empire romain, John Glubb note que « L’augmentation de la confusion et de la violence qui en résulta [de l’entrée des envahisseurs étrangers dans le pays] fit qu’il n’était plus sûr pour les femmes de circuler sans escorte dans les rues, ce qui entraina l’effondrement du mouvement féministe  ». Tiens donc. 
Enfin, le dernier critère « État providence » peut surprendre. John Glubb le resitue dans un contexte plus général de philanthropie et de xénophilie : « L’histoire, cependant, semble suggérer que l’âge du déclin d’une grande nation est souvent une période qui montre une tendance à la philanthropie et à la sympathie pour les autres races. ».
L’empire dominant est heureux d’être généreux, certain de rester pour toujours au sommet de sa puissance : « Les droits de citoyenneté sont généreusement accordés à toutes les races, même celles qui étaient autrefois assujetties, et l’égalité de l’Humanité est proclamée ». 
L’Empire romain et plus encore, l’empire arabe de Bagdad firent montre d’une générosité somptuaire dans les derniers instants de leur Âge de l’intellect (qui, rappelons-le, est encore un âge prospère) en fournissant citoyenneté, subventions, nourritures, jeux et soins gratuits.
Comme le note John Glubb, « il est peut-être incorrect d’imaginer l’État-providence comme la marque supérieure des réalisations humaines. Cela peut simplement s’avérer être une étape assez normale dans la vie d’un empire vieillissant et décrépit. »
Existe-t-il une solution ? 
Dans son livre, John Glubb ne prétend pas à l’exhaustivité ni même à pouvoir expliquer certaines des corrélations qu’il constate dans son analyse historique.
Il souligne que la cause finale qui provoque la chute d’un empire peut-être très variable. En cela, il rejoint la théorie systémique du « manteau de neige » qui veut qu’un empire ne s’effondre jamais pour une cause précise, mais en raison d’une accumulation de crises qui finit par avoir raison de lui. Il s’effondre comme un vieil arbre sans sève ou comme un manteau de neige qui a reçu un flocon de trop. La nature de ce flocon importe peu finalement.

 

En écho au célèbre livre de Douglas Murray « L’étrange suicide de l’Europe », John Glubb écrit : « La décadence est une maladie morale et spirituelle, résultant d’une trop longue période de richesse et de pouvoir, produisant le cynisme, le déclin de la religion, le pessimisme et la frivolité. Les citoyens d’une telle nation ne feront plus d’effort pour se sauver eux-mêmes, parce qu’ils ne sont pas convaincus que quelque chose dans leur vie mérite d’être sauvé.  »

Pourrait-on faire quelque chose pour éviter cette chute ? John Glubb pense que non : « Les faiblesses de la nature humaine, cependant, sont si évidentes, que nous ne pouvons pas être trop confiants dans le succès de cette entreprise. Les hommes débordants de courage, d’énergie et de confiance en eux ne peuvent être facilement empêchés de soumettre leurs voisins, et les hommes qui voient s’ouvrir des perspectives de richesse seront difficilement arrêtables ».

John Glubb souligne que la décadence des empires est avant tout celle d’un système avant d’être celle des hommes.

Source :  www.projet-resilience.com.


 

Brève histoire des Empires, comment ils surgissent, comment ils s’effondrent

 

Martinez-Gros, se propose, dans son essai Brève histoire des Empires, comment ils surgissent, comment ils s’effondrent, d’analyser la pertinence à une échelle universelle de l’analyse de la notion d’empire développée par Ibn Khaldûn au sujet du monde arabe. c’est une lecture très intéressante dans cette perspective, pour deux raisons. Tout d’abord, elle a l’avantage de présenter de manière claire et synthétisée la pensée politique d’Ibn Khaldûn, grand penseur arabe du XIVème siècle (1332-1406), considéré comme le précurseur de l’historiographie du monde arabe et musulman, mais aussi comme le premier géographe, le premier sociologue, et comme un des plus grands penseurs politiques des temps anciens [2]. Cela permet ainsi d’avoir une perspective interne et contemporaine sur le pouvoir en islam médiéval. Par ailleurs, cette analyse de la notion d’empire est immédiatement appliquée à l’histoire arabe, par Ibn Khaldûn et Martinez-Gros à sa suite, donnant ainsi des pistes d’interprétation aux formes d’exercice du pouvoir, mutations et successions politiques à l’œuvre dans le monde arabo-musulman médiéval ; si l’auteur ne développe que peu les analyses, il fournit un cadre interprétatif fort et cohérent qu’on pourra utiliser avec profit.
La notion d’empire, telle que développée par Ibn Khaldûn, comprend l’idée d’une apogée, suivie d’un relatif déclin et d’un dépérissement.  
Il analyse ainsi comment certaines populations sont, à un moment donné, assez riches et puissantes pour établir un pouvoir central, concentrant les richesses d’un immense territoire en un même centre, à la fois géographique (la capitale) et social (puisque ces richesses sont contrôlées et gérées par une élite). Ce développement requiert une phase de désarmement, condition de la mise en place d’un impôt à même d’effectuer une telle concentration des richesses. L’empire est ainsi un système politique créé par la violence mais cherchant ensuite à l’abolir, pour construire un espace pacifié, où peuvent se développer l’économie et la civilisation. Ibn Khaldûn montre comment, de cette volonté de pacification et de contrôle de la violence naît le déclin même des empires, en un cycle qui paraît inexorable. En effet, le désarmement des populations de l’empire impose de recourir à des peuples situés aux marges du territoire pour assurer la sécurité et l’ordre. Par nécessité, l’empire confie ainsi le pouvoir militaire à des populations marginales, minoritaires, des populations tribales, des « barbares », qui finissent ensuite par prendre le pouvoir pour elles-mêmes, jusqu’à ce qu’elles se fassent détrôner par les nouveaux guerriers auxquels elles ont recouru.
La pensée d’Ibn Khaldûn permet de mettre en perspective et de comprendre au sein d’un système global une multitude d’expressions du pouvoir politique. La première de ces expressions est militaire, autour du concept de ‘asabiya qui permet d’analyser les liens entre pouvoir étatique et pouvoir militaire. Difficilement traduisible, et pour cette raison employé en arabe par Martinez-Gros, le terme signifie un certain esprit de corps, une violence solidaire, celle des sociétés tribales. En effet, ces sociétés s’organisent seules pour leur défense, l’exercice de la justice, ou encore pour subvenir aux besoins des veuves et des orphelins, et cette organisation requiert un tel « esprit de corps », qui fonctionne comme une solidarité appuyée sur une force militaire. A l’inverse, dans l’empire, l’instauration d’un État de droit supprime la nécessité d’une telle solidarité, puisque l’État prend en charge la défense, la justice, les veuves et orphelins. La ‘asabiyat devient ainsi le propre des sociétés tribales. De ce fait, l’empire est contraint de recourir aux services de ces populations marginales, quitte à se mettre en danger : ce sont les seules à même d’assurer la sécurité, puisque les populations de l’empire sont, elles, démilitarisées. C’est donc toute une analyse de la relation entre pouvoir étatique et pouvoir militaire qui est rendue possible ici, fournissant un cadre théorique global pour l’étude, au cas par cas, des structures militaires organisées dans les différents centres de pouvoir des espaces islamiques médiévaux, et des jeux de pouvoir et balance du pouvoir entre État et armée.
Malgré ce focus très important sur le rôle de l’armée et de l’intégration des populations marginales au sein de l’empire, la théorie de l’empire forgée par Ibn Khaldûn intègre aussi bien d’autres dimensions. Ainsi, elle permet de revisiter la question du lien entre pouvoir et civilisation, présentant l’empire comme une condition au développement d’une civilisation riche et brillante. Toute la production artistique, qui est une source pour l’historien, ne serait pas à considérer uniquement comme une manifestation du pouvoir étatique : dans ce cadre interprétatif plus large, on peut la percevoir comme la marque même de la création d’un empire, comme le symbole de l’établissement effectif d’un espace politique pacifié. Ce n’est donc pas seulement un produit du pouvoir politique, c’est le produit d’une forme politique particulière, l’empire, qui aurait cette spécificité de permettre, grâce à la pacification qu’il instaure, le développement économique, financier, culturel et scientifique. Enfin, la théorie d’Ibn Khaldûn a aussi une dimension économico-financière, du fait de l’importance donnée à l’impôt [Voir : La pensée économique d’IBN KHALDOUN ]. En effet, il est présenté comme le pivot de tout le système politique : c’est lui qui permet l’enrichissement de l’empire, mais lui aussi qui, par le désarmement qu’il nécessite, entraîne son déclin et sa chute.
Au-delà de ce cadre théorique, l’ouvrage de Gabriel Martinez-Gros permet de mettre en perspective la succession de différentes dynasties dans l’espace arabe au Moyen Âge, ainsi que les processus de fortification et d’affaiblissement de chacune d’entre elles. Tout d’abord, l’auteur souligne la force du modèle impérial pour l’Islam, puisque contrairement aux deux autres grands empires que sont Rome et la Chine, l’empire islamique ne se construit pas sur un passé monarchique ou républicain : l’État nait immédiatement comme empire lors de sa construction au VIIème siècle. L’expansion arabe du VIIème siècle, en effet, correspond exactement à la théorie de l’empire telle qu’elle est exposée par Ibn Khaldûn, puisqu’une infime minorité de guerriers arabes soumet une population de plusieurs dizaines de millions de personnes, construisant un État centralisant les ressources d’un territoire immense. Les siècles suivants, eux, se comprennent à l’aide de la phase de déclin impérial décrite par l’auteur arabe, qui se décline selon différentes chronologies. Ainsi, il y a une première évolution qui se déroule sur le temps long : il s’agit du remplacement progressif des Arabes par les Turcs et les Berbères aux positions de pouvoir. Si dès le XIIIème siècle, ceux-ci ont le pouvoir militaire, ce n’est qu’à partir de l’an mil que les premières dynasties berbères et turques proclament leur souveraineté. Parallèlement, les Arabes, qui ont établi leur domination en tant que peuple guerrier, se désarment et se sédentarisent. Ils se fondent dans la population locale dont ils deviennent les représentants, tandis qu’ils en étaient extérieurs, et ils développent une culture et une littérature hostiles aux pouvoirs militaires. Cela fonde la distinction entre calife et sultan : le premier est arabe et représente l’Islam des origines, tandis que le second est turc ou kurde et représente l’Islam nouveau. Il y a ainsi un glissement de sens du terme « musulmans », significatif du processus de sédentarisation et démilitarisation à l’œuvre sur ces quelques siècles : s’il désignait exclusivement les Arabes conquérants ou leurs clients guerriers dans le premier siècle de l’Islam, à partir de la période abbasside, le nom s’applique aux populations sédentaires et aux hommes de religion d’un empire qui est, lui, défendu par des populations provenant des marges, et à peine islamisées.
Au-delà de ces mutations sur plusieurs siècles, on peut aussi trouver, dans l’histoire islamique médiévale, une multiplicité de chronologies à une échelle plus fine. Dans tous les espaces de l’empire, on peut ainsi noter des processus de renversements dynastiques opérés par des marges barbares : ainsi les Seldjoukides puis les Mongols établissent des bouleversements dynastiques au cœur même de l’empire. A l’Ouest, le pouvoir andalou des Omeyyades de Cordoue apparaît comme le fruit d’une dissidence, puis il se fait lui-même renverser par les Francs qu’il employait comme combattants. Au Maghreb, la ‘asabiya est représentée par les Berbères et le pouvoir fatimide ; à l’Est de l’empire, ce sont les Turcs qui jouent ce rôle clé dans le renouvellement dynastique. Dans chaque territoire, on peut trouver des renversements d’une telle nature à un rythme parfois très rapide : ainsi, le sultan seldjoukide est renversé en Syrie en 1100, le pouvoir revenant aux atabeg, eux-mêmes partiellement remplacés au somment de l’État en 1174 par leur général kurde Saladin, avant qu’il prétende directement au sultanat après sa victoire sur les Croisés de Jérusalem en 1187. Enfin, la dynastie ayyoubide de Saladin est renversée par les Mamelouks au Caire au milieu du XIIIème siècle.
Pièce d’argent émise après la mort du grand Saladin.
Ce qui nous donne une image réelle du grand sultan.

Ces différents exemples ne sont pas exhaustifs ; ils suffisent cependant à montrer comment la théorie d’Ibn Khaldûn s’applique aux évolutions politiques dans le monde islamique médiéval. Celui-ci peut donc se comprendre comme la succession au pouvoir de groupes militaires venus des marges de l’empire et qui, s’établissant au pouvoir, perdent de leur force militaire et préparent eux-mêmes, bien qu’involontairement, leur renversement. Une telle lecture permet ainsi de renouveler l’approche de certaines questions, telles que celle de la Reconquista ou des Croisades, qui ne sont plus interprétées comme des conflits religieux, mais comme des conflits entre populations sédentaires et productives (les Arabes et les Berbères) contre des populations nomades et militarisées (les Francs). La dynamique des relations entre ces deux types de population est ainsi proposée comme matrice première de l’évolution politique.
La portée du travail de Gabriel Martinez-Gros est bien plus importante que ce que l’on a montré ici, puisque l’originalité même de sa démarche consiste à tester la pertinence de la théorie khaldûnienne pour l’ensemble de l’histoire eurasiatique, quand Ibn Khaldûn s’est attaché uniquement à l’histoire arabe. Il montre ainsi que s’il y a une certaine exception européenne, l’Europe se trouvant, pendant de nombreux siècles, en dehors d’un cadre impérial fondé sur l’impôt, le schéma s’applique bien à de nombreux espaces politiques, à travers le temps (l’empire perse du Vème siècle avant JC, l’empire romain, les différents empires chinois, ou encore l’empire britannique au XIXème par exemple). Ainsi, l’ensemble de l’ouvrage de Gabriel Martinez-Gros, malgré son aspect nécessairement schématique étant donné l’étendue de la chronologie parcourue, montre la pertinence des analyses proposées par Ibn Khaldûn. Utiliser ces analyses, c’est donc non seulement se placer dans la compréhension interne que l’historien médiéval avait de systèmes politiques qui l’entouraient, mais aussi s’interroger sur la signification universelle des formes politiques développées dans les contextes étudiés.
Gabriel Martinez-Gros, Brève histoire des Empires, comment ils surgissent, comment ils s’effondrent, Paris, Seuil, mars 2014.

————————————————

Élève de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, diplômée en master d’histoire à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, Anne Walpurger se passionne pour le Proche-Orient et s’occupe de la rubrique de l’agrégation et du Capes 2015 des Clés du Moyen-Orient.

Représentation du sac de Rome par Alaric en 410

PS

2 erreurs (ou oublies)  ont été noté dans les ouvreages de Grubb:

1-Il y a eu l’Empire Amazigh, Turc et Musulman, mais jamais un empire arabe

2-L’Egypte pharaonique manque à la liste de GLUBB, et elle a cumulé plus de 4’000 ans d’histoire.

 

Réécrire l’histoire:Le «grand émancipateur» et la question de la race: le programme de réinstallation des Noirs d’Abraham Lincoln

S’il est vrai que Lincoln considérait l’esclavage comme une institution mauvaise et nuisible, il est également vrai, comme le montrera cet article, qu’il partageait la conviction de la plupart des Américains de son époque et de nombreux hommes d’État éminents avant et après lui, que les Noirs ne pouvait pas être assimilé à la société blanche. Il rejette la notion d’égalité sociale des races et estime que les Noirs devraient être réinstallés à l’étranger. En tant que président, il a soutenu des projets d’éloignement des Noirs des États-Unis.

De nombreux Américains pensent avant tout à Abraham Lincoln comme le président qui a libéré les esclaves. Immortalisé comme le «grand émancipateur», il est largement considéré comme un champion de la liberté noire qui a soutenu l’égalité sociale des races et qui a combattu la guerre civile américaine (1861-1865) pour libérer les esclaves.

Expériences précoces

En 1837, à l’âge de 28 ans, le Lincoln autodidacte a été admis à pratiquer le droit dans l’Illinois. Dans au moins un cas, qui avait fait l’objet d’une attention considérable à l’époque, il représentait un propriétaire d’esclaves. Robert Matson, le client de Lincoln, amenait chaque année une équipe d’esclaves de sa plantation au Kentucky dans une ferme qu’il possédait en Illinois pour un travail saisonnier. La loi de l’État le permettait, à condition que les esclaves ne restent pas sans interruption dans l’Illinois pendant un an. En 1847, Matson a amené à la ferme son esclave mulâtre préférée, Jane Bryant (épouse de son surveillant noir libre là-bas), et ses quatre enfants. Un différend s’est développé entre Jane Bryant et la femme de ménage blanche de Matson, qui a menacé de faire retourner Jane et ses enfants en esclavage dans le Sud. Avec l’aide d’abolitionnistes locaux, les Bryants ont fui. Ils ont été appréhendés et, dans un affidavit souscrit devant un juge de paix, Matson les revendiquait comme sa propriété. N’ayant pas les certificats de liberté requis, Bryant et les enfants ont été confinés dans la prison du comté local, comme l’affaire a été plaidée devant le tribunal. Lincoln a perdu l’affaire et Bryant et ses enfants ont été déclarés libres. Ils ont ensuite été réinstallés au Libéria.1

En 1842, Lincoln épousa Mary Todd, issue d’une des familles d’esclaves les plus en vue du Kentucky. 2  Pendant qu’il était élu à l’Assemblée législative de l’Illinois, il persuada ses confrères Whigs de soutenir Zachary Taylor, propriétaire d’esclaves, dans sa candidature réussie de 1848 à la présidence. 3  Lincoln a également été un fervent partisan de la loi de l’ Illinois que le mariage entre interdire Blancs et les Noirs. 4

« Si tout le pouvoir terrestre m’était donné », a déclaré Lincoln dans un discours prononcé à Peoria, Illinois, le 16 octobre 1854, « je ne saurais pas quoi faire, quant à l’institution existante [de l’esclavage]. Ma première impulsion serait être de libérer tous les esclaves et de les envoyer au Libéria, dans leur propre pays natal.  » Après avoir reconnu que « l’exécution soudaine de ce plan est impossible », il a demandé si les Noirs libérés devaient être « politiquement et socialement nos égaux? » « Mes propres sentiments ne l’admettront pas », a-t-il dit, « et [même] si les miens le pouvaient, nous savons bien que ceux de la grande masse des blancs ne le feront pas … Nous ne pouvons donc pas les rendre égaux.  » 5

 

L’une des déclarations publiques les plus représentatives de Lincoln sur la question des relations raciales a été prononcée dans un discours à Springfield, Illinois, le 26 juin 1857. 6  Dans cette allocution, il a expliqué pourquoi il s’opposait à la loi Kansas-Nebraska, qui aurait admis le Kansas dans l’Union en tant qu’Etat esclave:

« Il y a un dégoût naturel dans l’esprit de presque tous les Blancs à l’idée d’une fusion aveugle des races blanches et noires … Une séparation des races est le seul préventif parfait de la fusion, mais comme une séparation immédiate est impossible, la La meilleure chose à faire est de les garder à l’écart là où ils ne sont pas déjà ensemble. Si les Blancs et les Noirs ne se réunissent jamais au Kansas, ils ne mélangeront jamais le sang au Kansas … »

 

La séparation raciale, Lincoln a poursuivi en disant, « doit être effectuée par la colonisation » des Noirs du pays vers une terre étrangère. « L’entreprise est difficile », a-t-il reconnu,

mais « là où il y a une volonté, il y a un moyen », et ce dont la colonisation a le plus besoin, c’est d’une volonté chaleureuse. La volonté découle des deux éléments du sens moral et de l’intérêt personnel. Soyons amenés à croire qu’il est moralement juste et, en même temps, favorable ou, du moins, contraire à notre intérêt, de transférer l’Africain dans son pays natal, et nous trouverons un moyen de le faire , quelle que soit la tâche.

Affirmer l’humanité des Noirs, a poursuivi Lincoln, était plus susceptible de renforcer le sentiment public au nom de la colonisation que les efforts des démocrates pour « écraser toute sympathie pour lui, et cultiver et exciter la haine et le dégoût contre lui … » La réinstallation ( » la colonisation « ) ne réussirait pas, Lincoln semblait argumenter, à moins qu’elle ne soit accompagnée d’une préoccupation humanitaire pour les Noirs et d’un certain respect pour leurs droits et leurs capacités. En niant apparemment l’humanité du Noir, les partisans de l’esclavage ont jeté les bases d’une « diffusion indéfinie de son esclavage ». Le programme républicain de restriction de l’esclavage là où il existe actuellement, a-t-il dit, a l’avantage à long terme de refuser aux détenteurs d’esclaves la possibilité de vendre leurs esclaves excédentaires à des prix élevés dans de nouveaux territoires esclavagistes,

Plans de réinstallation antérieurs

L’opinion selon laquelle le problème racial apparemment insoluble de l’Amérique devrait être résolu en retirant les Noirs de ce pays et en les réinstallant ailleurs – « colonisation » ou « rapatriement » – n’était pas nouvelle. Dès 1714, un homme du New Jersey a proposé d’envoyer des Noirs en Afrique. En 1777, un comité législatif de Virginie, dirigé par le futur président Thomas Jefferson (lui-même l’un des principaux propriétaires d’esclaves), proposa un plan d’émancipation progressive et de réinstallation des esclaves de l’État. En 1815, un Noir libre entreprenant du Massachusetts nommé Paul Cuffe transporta, à ses frais, 38 Noirs libres en Afrique de l’Ouest. Son engagement a montré qu’au moins certains Noirs libres étaient désireux de se réinstaller dans leur propre pays, et a suggéré ce qui pourrait être possible avec le soutien du public et même du gouvernement. 7

En décembre 1816, un groupe d’éminents Américains se sont réunis à Washington, DC, pour établir une organisation pour promouvoir la cause de la réinstallation des Noirs. L’American Colonization Society a rapidement obtenu le soutien de certains des citoyens les plus éminents de la jeune nation. Henry Clay, Francis Scott Key, John Randolph, Thomas Jefferson, James Madison, James Monroe, Bushrod Washington, Charles Carroll, Millard Fillmore, John Marshall, Roger B. Taney, Andrew Jackson, Daniel Webster, Stephen A. Douglas et Abraham Lincoln étaient membres. Clay a présidé la première réunion du groupe. 8

Des mesures de réinstallation des Noirs en Afrique ont rapidement été prises. Le membre de la société, Charles Fenton Mercer, a joué un rôle important en faisant adopter par le Congrès la loi sur le commerce des esclaves de mars 1819, qui a affecté 100 000 $ pour transporter des Noirs en Afrique. En appliquant la loi, Mercer a suggéré au président James Monroe que si les Noirs étaient simplement renvoyés sur la côte africaine et libérés, ils seraient probablement réasservis, et certains pourraient même retourner aux États-Unis. En conséquence, et en coopération avec la Société, Monroe a envoyé des agents pour acquérir un territoire sur la côte ouest de l’Afrique – une étape qui a conduit à la fondation du pays maintenant connu sous le nom de Libéria. Sa capitale a été nommée Monrovia en l’honneur du président américain. 9

Avec un soutien crucial de la Société, des colons noirs ont commencé à arriver des États-Unis en 1822. Alors que seuls des Noirs libres ont d’abord été amenés, après 1827, des esclaves ont été libérés expressément dans le but de les transporter au Libéria. En 1847, les colons noirs ont déclaré que le Libéria était une république indépendante, avec un drapeau et une constitution à l’américaine. dix

En 1832, les assemblées législatives de plus d’une douzaine d’États (à l’époque il n’y en avait que 24) avaient donné l’approbation officielle à la Société, dont au moins trois États détenant des esclaves. 11  législature de l’ Indiana, par exemple, a adopté la résolution commune suivante le 16 Janvier, 1850: 12

Qu’il soit résolu par l’Assemblée générale de l’État de l’Indiana: Que nos sénateurs et représentants au Congrès soient, et ils sont priés, au nom de l’État de l’Indiana, d’appeler à un changement de politique nationale en matière de La traite des esclaves africains, et qu’ils nécessitent un règlement de la côte de l’Afrique avec des hommes de couleur des États-Unis, et procurent des changements dans nos relations avec l’Angleterre qui nous permettront de transporter des hommes de couleur de ce pays vers l’Afrique, avec qui effectuer ledit règlement.

En janvier 1858, le député du Missouri Francis P. Blair, Jr., a présenté une résolution à la Chambre des représentants pour créer un comité

enquêter sur l’opportunité de prévoir l’acquisition de territoires dans les États d’Amérique centrale ou d’Amérique du Sud, à coloniser avec des personnes de couleur des États-Unis qui sont maintenant libres, ou qui pourront le devenir par la suite, et qui pourraient être disposées à s’installer dans un territoire comme une dépendance des États-Unis, avec de nombreuses garanties de leurs droits personnels et politiques.

Blair, citant Thomas Jefferson, a déclaré que les Noirs ne pouvaient jamais être acceptés comme les égaux des Blancs et, par conséquent, a exhorté à soutenir une double politique d’émancipation et de déportation, similaire à l’expulsion des Maures par l’Espagne. Blair a poursuivi en affirmant que le territoire acquis à cette fin servirait également de rempart contre tout nouvel empiètement de l’Angleterre dans les régions d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud. 13

Soutien de Lincoln à la réinstallation

Le mentor idéologique de Lincoln était Henry Clay, l’éminent universitaire, diplomate et homme d’État américain. En raison de ses compétences au Sénat et à la Chambre des représentants des États-Unis, Clay a été acclamé au niveau national en tant que «grand compromis» et «grand pacificateur». Propriétaire d’esclaves qui avait un respect humain pour les Noirs, il a joué un rôle important dans la campagne de réinstallation des Noirs libres en dehors des États-Unis et a été président de l’American Colonization Society. Lincoln a rejoint le parti Whig embryonnaire de Clay dans les années 1830. Dans une adresse donnée en 1858, Lincoln a décrit Clay comme « mon beau idéal d’un homme d’État, l’homme pour lequel j’ai combattu toute ma vie humble ». 14

La profondeur de la dévotion de Lincoln à Clay et à ses idéaux a été exprimée dans un éloge émouvant prononcé en juillet 1852 à Springfield, Illinois. Après avoir loué le dévouement de Clay à la cause de la réinstallation des Noirs, Lincoln a cité avec approbation un discours prononcé par Clay en 1827: «Il y a une adéquation morale dans l’idée de retourner en Afrique ses enfants», ajoutant que si l’Afrique n’offrait aucun refuge, les Noirs pourrait être envoyé dans une autre terre tropicale. Lincoln a conclu: 15

Si, comme l’espèrent les amis de la colonisation, les générations présentes et futures de nos concitoyens réussiront par tous les moyens à libérer notre terre de la dangereuse présence de l’esclavage et, en même temps, à restaurer un peuple captif dans leur patrie perdue depuis longtemps. , avec de brillantes perspectives pour l’avenir, et cela aussi, si progressivement, que ni les races ni les individus n’auront souffert du changement, ce sera en effet une glorieuse consommation.

En janvier 1855, Lincoln s’adressa à une réunion de la branche de l’Illinois de la Colonization Society. Le plan de son discours qui subsiste suggère qu’il s’agissait en grande partie d’un compte rendu bien informé et sympathique de l’histoire de la campagne de réinstallation. 16

En soutenant la «colonisation» des Noirs, un plan qui pourrait être considéré comme une «solution finale» à la question raciale de la nation, Lincoln défendait les vues de certaines des figures les plus respectées de l’Amérique.

Débats Lincoln-Douglas de 1858

En 1858, Lincoln a été nommé par le Parti républicain nouvellement formé pour défier Steven Douglas, un démocrate, pour son siège de l’Illinois au Sénat américain. Pendant la campagne, « Little Giant » Douglas s’est concentré sur la question chargée d’émotion des relations raciales. Il a accusé Lincoln, et les républicains en général, de préconiser l’égalité politique et sociale des races blanche et noire, et de promouvoir ainsi la fusion raciale. Lincoln a répondu en rejetant vigoureusement l’accusation et en faisant valoir que, l’esclavage étant la principale cause de métissage aux États-Unis, restreindre sa propagation dans les territoires occidentaux et les nouveaux États réduirait en fait la possibilité de mélange racial. Lincoln a ainsi failli réclamer un soutien à son parti, car il représentait le mieux les intérêts des Blancs.

Entre la fin août et la mi-octobre 1858, Lincoln et Douglas ont voyagé ensemble à travers l’État pour s’affronter dans sept débats historiques. Le 21 août, devant une foule de 10 000 personnes à Ottawa, Lincoln a déclaré: 17

Je n’ai aucun but, directement ou indirectement, d’interférer avec l’institution de l’esclavage dans les États où il existe. Je crois que je n’ai aucun droit légitime de le faire et je n’ai aucune envie de le faire.

Il a continué:

Je n’ai aucun but d’introduire l’égalité politique et sociale entre les races blanche et noire. Il y a une différence physique entre les deux qui, à mon avis, leur interdira probablement à jamais de vivre ensemble sur le pied d’une égalité parfaite, et dans la mesure où il devient nécessaire qu’il y ait une différence, moi, ainsi que le juge Douglas, suis en faveur de la race à laquelle j’appartiens ayant la position supérieure.

Beaucoup de gens ont accepté les rumeurs répandues par les partisans de Douglas selon lesquelles Lincoln était favorable à l’égalité sociale des races. Avant le début du débat du 18 septembre à Charleston, Illinois, un homme âgé s’est approché de Lincoln dans un hôtel et lui a demandé si les histoires étaient vraies. Racontant la rencontre plus tard devant une foule de 15 000, Lincoln a déclaré: 18

Je dirai alors que je ne suis pas, ni n’ai jamais été, en faveur de réaliser en aucune façon l’égalité sociale et politique des races blanche et noire; Je ne suis ni n’a jamais été en faveur de faire des électeurs ou des jurés de nègres, ni de les qualifier pour occuper un poste, ni de se marier avec des blancs.

Il a continué:

Je dirai en plus de cela qu’il y a une différence physique entre les races blanches et noires qui, je crois, interdira à jamais les deux races vivant ensemble en termes d’égalité sociale et politique. Et dans la mesure où ils ne peuvent pas vivre ainsi, alors qu’ils restent ensemble, il doit y avoir la position de supérieur et inférieur, et moi, comme tout autre homme, je suis favorable à ce que la position supérieure soit attribuée à la race blanche.

Candidat à la présidence

Bien qu’il ait échoué dans sa candidature au siège du Sénat, les débats de Lincoln-Douglas ont propulsé «Honest Abe» sous les projecteurs nationaux. 19  En 1860, le Parti républicain passa devant des abolitionnistes éminents tels que William H. Seward et Salmon P. Chase pour désigner Lincoln comme candidat à la présidence.

À cette époque, les candidats à l’élection présidentielle n’ont pas prononcé de discours publics après leur nomination. Dans le plus largement réimprimé de ses discours de pré-nomination, prononcé à Cooper Union à New York le 27 février 1860, Lincoln a exprimé son accord avec les dirigeants de la jeune république américaine que l’esclavage est « un mal à ne pas étendre, mais à être toléré et protégé « là où il existe déjà. « C’est tout ce que les républicains demandent – tous les républicains le souhaitent – en ce qui concerne l’esclavage », a-t-il souligné, soulignant les mots dans son texte préparé. Après avoir déclaré que toute émancipation devrait être graduelle et effectuée conjointement avec un programme d’expulsion programmée, il a ensuite cité Thomas Jefferson: 20

Dans le langage de M. Jefferson, prononcé il y a de nombreuses années, « Il est toujours en notre pouvoir de diriger le processus d’émancipation et de déportation, de manière pacifique et à des degrés si lents, que le mal se dissipera insensiblement; et dans leur les lieux soient, pari passu [sur un pied d’égalité], remplis de travailleurs blancs libres. « 

Sur la question critique de l’esclavage, la plate-forme du parti républicain n’était pas tout à fait claire. Comme la plupart des documents de ce genre, il comprenait des sections conçues pour plaire à une grande variété d’électeurs. Une planche, destinée à apaiser les radicaux et les abolitionnistes, a cité le passage « Tous les hommes sont créés égaux » de la Déclaration d’indépendance, sans toutefois mentionner directement la Déclaration ou les non-Blancs. Une autre section, conçue pour attirer les électeurs conservateurs, a reconnu le droit de chaque État de diriger « ses propres institutions nationales » à sa guise – les « institutions nationales » étant un euphémisme pour l’esclavage. Encore une autre, quelque peu équivoque, la planche, a défendu le droit et le devoir du Congrès de légiférer l’esclavage dans les territoires « lorsque cela était nécessaire ». 21

Le soir des élections, le 7 novembre 1860, Abraham Lincoln était le choix de 39% des électeurs, sans le soutien du Grand Sud. Le reste avait voté pour Stephen A. Douglas du Northern Democratic Party, John C. Breckinridge du Southern Democratic Party ou John Bell du Constitutional Union Party. Pourtant, Lincoln a remporté une majorité décisive au collège électoral. 22

Le jour du scrutin, six gouverneurs du sud et pratiquement tous les sénateurs et représentants des sept États du Sud inférieur avaient déclaré officiellement qu’ils étaient en faveur de la sécession si Lincoln était élu. 23  En décembre, le Congrès s’est réuni pour tenter de parvenir à un compromis sur la question de l’esclavage. Le sénateur John H. Crittenden du Kentucky a proposé un amendement à la Constitution qui garantirait l’institution de l’esclavage contre l’ingérence fédérale dans les endroits où il était déjà établi. 24  Une disposition plus controversée étendrait l’ancienne ligne de compromis du Missouri à la côte ouest, permettant ainsi l’esclavage dans les territoires du sud-ouest.

Le 20 décembre, le jour où la Caroline du Sud a voté pour faire sécession de l’Union, Lincoln a déclaré à une figure majeure du parti républicain, Thurlow Weed, qu’il n’avait aucun scrupule à approuver l’amendement Crittenden s’il restreignait l’esclavage aux États où il était déjà établi, et que le Congrès devrait recommander aux États du Nord d’abroger leurs lois sur la « liberté personnelle » qui entravent le retour des esclaves fugitifs. Cependant, Lincoln a déclaré qu’il n’appuierait aucune proposition visant à étendre l’esclavage dans les territoires occidentaux. L’amendement Crittenden a échoué. 25

Craintes du Sud

Moins d’un tiers des familles blanches du Sud avaient un lien direct avec l’esclavage, que ce soit en tant que propriétaires ou en tant que personnes qui embauchaient des esclaves. De plus, moins de 2 300 des un million et demi de familles blanches du Sud possédaient au moins 50 esclaves et pouvaient donc être considérées comme des magnats détenteurs d’esclaves. 26

La grande majorité des Sudistes n’avaient donc aucun intérêt à conserver ou à étendre l’esclavage. Mais l’incitation des abolitionnistes du Nord, où vivaient moins de 500 000 Noirs, a fait craindre dans le Sud, où la population noire était concentrée, un violent soulèvement noir contre les Blancs. (En Caroline du Sud, la majorité de la population était noire.) Les craintes que les écrits et les discours des radicaux blancs puissent inciter les Noirs à se déchaîner contre le blanc, le viol et le meurtre n’étaient pas entièrement sans fondement. Les Sudistes étaient conscients des émeutes noires à New York de 1712 et 1741, de l’expérience française en Haïti (où les Noirs insurgés avaient chassé ou massacré la quasi-totalité de la population blanche) et des efforts ratés du fanatique religieux John Brown en 1859 pour organiser un soulèvement des esclaves noirs.

Ce qui inquiétait le plus les Sudistes de la perspective de la fin de l’esclavage était la crainte de ce que les Noirs nouvellement libérés pourraient faire. La peur du sud de Lincoln a été enflammée par les journaux de la région et les politiciens propriétaires d’esclaves, qui ont dépeint le président élu comme un pion d’abolitionnistes radicaux. On a beaucoup parlé des paroles largement citées de Lincoln dans un discours de juin 1858: 27

Une maison divisée contre elle-même ne peut pas tenir. Je crois que ce gouvernement ne peut pas supporter durablement moitié esclave et moitié libre … Je ne m’attends pas à ce que la maison tombe; mais je m’attends à ce qu’il cesse d’être divisé. Cela deviendra tout ou une autre.

Au cours de la période critique de quatre mois entre les élections et les jours de l’inauguration, les syndicalistes du Sud ont vivement encouragé le président élu à publier une déclaration publique définitive sur la question de l’esclavage qui apaiserait les craintes du Sud qui grandissaient rapidement. Conscient de la façon dont les journaux des États détenteurs d’esclaves avaient ignoré ou déformé ses déclarations publiques antérieures sur cette question, Lincoln a choisi de s’exprimer avec prudence. Au rédacteur en chef du  Missouri Republican , par exemple, il a écrit: 28

Je ne pourrais rien dire que je n’aie pas déjà dit, et qui soit imprimé et accessible au public.

Je vous prie de m’excuser de suggérer que si des articles comme le vôtre, qui jusqu’ici ont constamment déformé et déformé ce que j’ai dit, le présenteront maintenant pleinement et équitablement à leurs lecteurs, il ne peut plus y avoir de malentendu. Je vous en prie, croyez-moi sincère, quand … je le conseille comme le véritable remède contre le vrai malaise du pays …

Les journaux républicains, maintenant et depuis quelque temps déjà, republient et ont republié de nombreux extraits de mes nombreux discours publiés, qui toucheraient immédiatement le grand public si votre classe de journaux les publiait également. Je ne suis pas libre de changer de terrain – c’est hors de question. Si je pensais qu’une répétition ferait du bien, je le ferais. Mais mon jugement est que cela ferait du mal. Les sécessionnistes, croyant en eux-mêmes qu’ils m’avaient alarmé, clamaient encore plus fort.

Lincoln a également abordé la question décisive dans une correspondance avec Alexander H. Stephens, qui allait bientôt devenir vice-président de la Confédération. Stephens était une vieille connaissance très admirée de Lincoln, un ancien collègue Whig et membre du Congrès. Après avoir vu les rapports d’un discours pro-Union en Géorgie par Stephens, Lincoln a écrit pour exprimer ses remerciements. Stephens a répondu en demandant au président élu de porter un coup au nom des unionistes du Sud en exprimant clairement ses vues. Dans une lettre privée du 22 décembre 1860, Lincoln répondit: 29

Les gens du sud ont-ils vraiment des craintes qu’une administration républicaine interfère, directement ou indirectement, avec leurs esclaves, ou avec eux, à propos de leurs esclaves? S’ils le font, je tiens à vous assurer, comme autrefois un ami, et encore, je l’espère, pas un ennemi, il n’y a aucune raison de telles craintes.

Lincoln a poursuivi en résumant la question telle qu’il la voyait: « Vous pensez que l’esclavage est juste et devrait être étendu; alors que nous pensons qu’il est faux et devrait être restreint. C’est, je suppose, le hic. C’est certainement le seul différence entre nous. « 

À Horace Greeley, rédacteur en chef du  New York Tribune , qui avait transmis un rapport sur une harangue anti-Lincoln enragée à la législature du Mississippi, Lincoln a écrit que le «fou» y avait tout à fait déformé ses vues. Il a déclaré qu’il n’était pas «engagé à l’extinction ultime de l’esclavage» et qu’il ne «tenait pas l’homme noir pour l’égal du blanc». 30

 

Au déclenchement de la Guerre de Sécession,de nombreux noirs se portèrent volontaires dans l’armée confédérée.

Lorsqu’un Mississippien est apparu à une réception pour Lincoln dans l’Illinois Statehouse, et a hardiment annoncé qu’il était un sécessionniste, Lincoln a répondu qu’il était opposé à toute interférence avec l’esclavage là où il existait. Il a donné le même genre d’assurance générale à un certain nombre de correspondants et de correspondants. Il a également écrit quelques éditoriaux anonymes pour l’  Illinois State Journal , le journal républicain de Springfield. En outre, il a composé quelques lignes pour un discours prononcé par le sénateur Trumball lors de la célébration de la victoire républicaine à Springfield le 20 novembre. Dans ces lignes, Lincoln a promis que « chacun et chacun » des États serait « laissé sous le contrôle complet de leur propre chef ». affaires « comme toujours. 31

Inauguration

Abraham Lincoln a prêté serment en tant que président le 4 mars 1861. Parmi les premiers mots de son discours inaugural figurait un engagement (répétant les mots d’un discours d’août 1858) destiné à apaiser les appréhensions du Sud: « Je n’ai aucun but, directement ou indirectement, de interférer avec l’institution de l’esclavage dans les États où il existe. Je crois que je n’ai pas le droit légal de le faire, et je n’ai aucune envie de le faire.  » Se référant à l’amendement Crittenden proposé, qui rendrait explicite la protection constitutionnelle de l’esclavage là où il existait déjà, il a déclaré: « Je n’ai aucune objection à ce qu’il soit rendu explicite et irrévocable ». Il a également promis de soutenir une législation pour la capture et le retour des esclaves en fuite. 32

En même temps, cependant, Lincoln a souligné qu ‘ »aucun État, de sa propre initiative, ne peut légalement quitter l’Union ». Concernant les Etats qui ont déjà proclamé leur sécession de l’Union, il a déclaré:

Je veillerai, comme la Constitution elle-même me le dit expressément, à ce que les lois de l’Union soient fidèlement exécutées dans tous les États. Ce faisant, je considère que ce n’est qu’un simple devoir de ma part; et je l’exécuterai, dans la mesure du possible, à moins que mes maîtres légitimes, le peuple américain, ne refusent les moyens nécessaires ou, d’une certaine manière faisant autorité, ordonnent le contraire.

Dans son étude magistrale en plusieurs volumes sur le contexte et le cours de la guerre civile, l’historien américain Allan Nevins a tenté d’identifier la principale cause du conflit 33 :

La racine principale du conflit (et il y avait des racines mineures) était le problème de l’esclavage avec son problème complémentaire d’ajustement racial; la principale source de la tragédie a été le refus de l’une ou l’autre section de faire face à ces problèmes conjoints et de payer les lourds frais d’un règlement pacifique. Sans la différence de race, la question de l’esclavage n’aurait posé aucune grande difficulté. Mais alors que le golfe racial existait, le Sud a perçu de manière inarticulée mais claire que l’élimination de cette question laisserait encore le terrible problème du Noir …

Une lourde responsabilité de l’échec de l’Amérique dans cette période incombe à cette direction du Sud, qui manquait d’imagination, de capacité et de courage. Mais le Nord n’était nullement sans sa pleine part, car le Nord refusait également de donner un examen constructif à la question centrale de l’esclavage liée à l’ajustement racial. Cela était dû à deux raisons principales. La plupart des abolitionnistes et de nombreux autres habitants du Nord à l’esprit sentimental ont simplement nié l’existence du problème. Considérant tous les Noirs comme des hommes blancs à la peau foncée, que quelques années de scolarité mettraient au courant de la race dominante, ils pensaient qu’aucun ajustement difficile n’était nécessaire. Un corps beaucoup plus nombreux d’habitants du Nord aurait admis qu’une grande et terrible tâche d’ajustement des races existait – mais ils étaient réticents à aider à en assumer une partie … Indiana,

Déclenchement de guerre

Des événements dramatiques ont rapidement créé d’énormes problèmes pour le nouveau président, qui avait grandement sous-estimé la profondeur du sentiment sécessionniste dans le Sud. 34 En janvier et début février, la Floride, l’Alabama, la Géorgie, la Louisiane et le Texas ont suivi l’exemple de la Caroline du Sud et ont quitté l’Union. Les troupes de la Floride ont tiré sur le bastion fédéral de Fort Pickens. Lorsque la Caroline du Sud a fait sécession, elle a revendiqué à juste titre tous les biens du gouvernement américain à l’intérieur de ses frontières, y compris les forts et les arsenaux fédéraux. Tout en annonçant sa volonté de payer au gouvernement fédéral au moins une partie du coût des améliorations qu’il avait apportées, la Caroline du Sud a insisté sur le fait que ces propriétés appartenaient à l’État et ne toléreraient plus la présence d’une puissance « étrangère » sur son sol. . Les autres États nouvellement sécessionnistes ont adopté la même position. 35

Le jour où Lincoln a prêté serment présidentiel, le gouvernement fédéral contrôlait toujours quatre forts à l’intérieur de la nouvelle Confédération. En Floride, il y avait les Forts Taylor, Jefferson et Pickens, dont les deux premiers semblaient sûrs, tandis qu’en Caroline du Sud, il y avait Fort Sumter, qui était presque entièrement encerclé par des forces hostiles. 36 Bien que les historiens ne soient pas d’accord sur le fait que Lincoln ait délibérément cherché à provoquer une attaque par sa décision de réapprovisionner le fort, on sait que le 9 avril, alors que le bombardement de la forteresse était en cours, le nouveau président a reçu une délégation de Virginia Unionists à la maison Blanche. Lincoln leur a rappelé sa promesse inaugurale qu’il n’y aurait «aucune invasion – sans recours à la force», au-delà de ce qui était nécessaire pour détenir des sites du gouvernement fédéral et pour percevoir les droits de douane. « Mais si, comme cela semble maintenant vrai, un assaut non provoqué a été fait contre Fort Sumter, je me tiendrai libre de reprendre possession, si je le peux, comme des lieux qui ont été saisis avant que le gouvernement ne me soit dévolu. » 37

À la suite de la prise confédérée de Fort Sumter à la mi-avril, Lincoln a appelé les États à fournir 75 000 soldats pour réprimer la rébellion. La Virginie, le Tennessee, l’Arkansas et la Caroline du Nord ont répondu en quittant l’Union et en rejoignant les « États confédérés d’Amérique » nouvellement formés. Cela a augmenté la taille de la Confédération d’un tiers et a presque doublé sa population et ses ressources économiques. Cependant, l’Union restait quatre États frontaliers esclavagistes – le Delaware, le Missouri, le Maryland et le Kentucky – et, comme on pouvait le prévoir, le District de Columbia détenant des esclaves.

La guerre civile américaine de 1861-1865 – ou la «guerre entre les États», comme de nombreux Sudistes l’appellent – a finalement coûté la vie à 360 000 personnes dans les forces de l’Union, et à 258 000 environ parmi les Confédérés, en plus de centaines de des milliers de mutilés et de blessés. Ce fut de loin la guerre la plus destructrice de l’histoire américaine.

Même après le début des combats, Lincoln est resté fidèle à sa position de longue date sur la question de l’esclavage en annulant les ordres des généraux de l’Union de libérer les esclaves. En juillet 1861, le général John C. Framont – le candidat présidentiel infructueux du parti républicain de 1856 – déclara la loi martiale au Missouri et annonça que tous les esclaves des propriétaires de l’État qui s’opposaient à l’Union étaient libres. Le président Lincoln a immédiatement annulé la commande. Parce que les États du Sud n’envoyaient plus de représentants à Washington, les abolitionnistes et les républicains radicaux détenaient un pouvoir exceptionnel au Congrès, qui a répondu à l’annulation par Lincoln de l’ordre de Främont en adoptant, le 6 août 1861, la (première) Confiscation Act. Elle prévoyait que toute propriété, y compris les esclaves, utilisée avec le propriétaire »38

En mai 1862, le général de l’Union David Hunter a rendu une ordonnance déclarant tous les esclaves de Géorgie, de Floride et de Caroline du Sud libres. Lincoln a rapidement révoqué l’ordonnance. Un Congrès furieux a répondu en adoptant, en juillet, une deuxième loi de confiscation qui déclarait « à jamais libre » tous les esclaves dont les propriétaires étaient en rébellion, qu’ils soient ou non utilisés à des fins militaires. Lincoln a refusé de signer l’acte jusqu’à ce qu’il soit amendé, déclarant qu’il pensait qu’il s’agissait d’un projet de loi inconditionnel. Bien qu’il n’ait pas opposé son veto à la loi modifiée, Lincoln a exprimé son mécontentement à son sujet. En outre, il n’a fidèlement appliqué aucune des lois sur la confiscation. 39

Décès dans les «camps de contrebande» de l’Union

Les esclaves saisis en vertu des lois sur la confiscation, ainsi que les esclaves fugitifs qui se sont rendus aux forces de l’Union, ont été détenus dans des camps dits de « contrebande ». Dans son message au Congrès confédéré à l’automne de 1863, le président Jefferson Davis a vivement critiqué le traitement de l’Union de ces Noirs. Après avoir décrit la famine et les souffrances dans ces camps, il a déclaré: « Il y a peu de risques à prédire que dans toutes les localités où l’ennemi a un pied temporaire, les Noirs, qui sous nos soins ont été multipliés par six … auront été réduits par la mortalité pendant la guerre à pas plus de la moitié de leur nombre précédent.  » Quelle que soit l’exagération des paroles de Davis, il n’en demeure pas moins que de nombreux Noirs ont perdu la vie dans ces camps d’internement et ont beaucoup plus souffert terriblement en tant que victimes de la faim, exposition et négligence. En 1864, un officier de l’Union a qualifié le taux de mortalité dans ces camps de «terrible» et a déclaré que «la plupart des juges compétents le situaient à pas moins de vingt-cinq pour cent au cours des deux dernières années».40

 

Le plan de réinstallation de Chiriqui

Avant même de prendre ses fonctions, Lincoln était heureux de noter le large soutien du public à la «colonisation» des Noirs du pays. 41  « En 1861-1862, il y avait un large soutien parmi les républicains et démocrates conservateurs pour la colonisation à l’étranger des Noirs émancipés par la guerre », a noté l’historien James M. McPherson. Dans le même temps, des Noirs libres dans certaines parties du Nord faisaient circuler une pétition demandant au Congrès d’acheter un terrain en Amérique centrale comme site de réinstallation. 42

Malgré les demandes pressantes imposées par la guerre, Lincoln a rapidement pris le temps de mettre en œuvre son plan de longue date de réinstallation des Noirs en dehors des États-Unis.

Ambrose W. Thompson, un Philadelphien devenu riche en navigation côtière, a offert au nouveau président ce qui semblait être une bonne occasion. Thompson avait obtenu le contrôle de plusieurs centaines de milliers d’acres dans la région de Chiriqui de ce qui est maintenant le Panama, et avait formé la «Chiriqui Improvement Company». Il a proposé de transporter des Noirs libérés des États-Unis vers la région d’Amérique centrale, où ils exploiteraient le charbon qui était censé être là en abondance. Ce charbon serait vendu à l’US Navy, les bénéfices qui en résulteraient seraient utilisés pour soutenir la colonie noire, y compris le développement de plantations de coton, de sucre, de café et de riz. Le projet Chiriqui contribuerait également à étendre la domination commerciale des États-Unis sur l’Amérique tropicale. 43

Les négociations pour réaliser le plan ont commencé en mai 1861, et le 8 août, Thompson a fait une proposition officielle au secrétaire de la Marine Gideon Wells pour livrer le charbon de Chiriqui à la moitié du prix que le gouvernement payait alors. Pendant ce temps, Lincoln avait renvoyé la proposition à son beau-frère, Ninian W. Edwards, qui, le 9 août 1861, approuva avec enthousiasme le contrat proposé. 44

En nommant une commission pour enquêter sur la proposition de Thompson, Lincoln a renvoyé ses conclusions à Francis P. Blair, père approuvant un contrat du gouvernement avec la Chiriqui Improvement Company encore plus fermement qu’Edwards, le senior Blair pensait que l’objectif principal d’un tel contrat devrait être d’utiliser la zone contrôlée par Thompson pour « résoudre » la question noire. Il a répété le point de vue de Jefferson selon lequel les Noirs devraient finalement être expulsés des États-Unis, a examiné la propre approbation de Lincoln de la réinstallation et a discuté des activités de son fils, le représentant du Missouri Francis P. Blair, Jr., au nom de la déportation. Blair a conclu son long rapport en recommandant que Henry T. Blow, ministre américain au Venezuela, soit envoyé à Chiriqui pour un examen pour le gouvernement. 45

Lincoln a ordonné à son secrétaire à la Guerre, Simon Cameron, de libérer Thompson de ses fonctions militaires afin qu’il puisse escorter Blow en Amérique centrale 46

à des fins de reconnaissance et de rapport sur les terres et les ports de l’isthme de Chiriqui; l’adéquation des terres à la colonisation de la race noire; la possibilité de relier lesdits ports par un chemin de fer; et les travaux qui seront nécessaires à la Compagnie Chiriqui pour ériger afin de protéger les colons dès leur arrivée, ainsi que pour la protection et la défense des ports aux terminus de ladite route.

Cameron devait fournir à Thompson l’équipement et les assistants nécessaires. La mission devait être exécutée sous des ordres scellés avec toutes les précautions de confidentialité 47,  parce que Lincoln n’avait pas le pouvoir légal d’entreprendre une telle expédition.

Pendant que Blow enquêtait sur la région de Chiriqui, Lincoln a appelé le député George Fisher du Congrès du Delaware à la Maison Blanche en novembre 1861 pour discuter de l’émancipation compensée des esclaves dans ce petit État – où le recensement de 1860 n’avait dénombré que 507 détenteurs d’esclaves, possédant moins de 1800 des esclaves. Le président a demandé à Fisher de déterminer si la législature du Delaware pouvait être persuadée de libérer des esclaves dans l’État si le gouvernement indemnisait les propriétaires pour eux. Une fois que le plan s’est révélé réalisable dans le Delaware, le président espérait qu’il pourrait persuader les autres États frontaliers et, éventuellement, même les États sécessionnistes, de l’adopter. Avec l’aide de Lincoln, Fisher a élaboré un projet de loi qui sera présenté à l’Assemblée législative de l’État lors de sa réunion fin décembre. Il prévoyait que lorsque le gouvernement fédéral aurait affecté de l’argent pour payer en moyenne 500 $ pour chaque esclave, l’émancipation entrerait en vigueur. Dès qu’il a été rendu public, cependant, un débat acrimonieux a éclaté, avec la rancune du parti et le sentiment pro-esclavagiste se combinant pour vaincre la législation proposée.48

«Nécessité absolue»

Dans son premier message annuel au Congrès le 3 décembre 1861, le président Lincoln a proposé que les personnes libérées par les combats soient considérées comme libres et

qu’en tout état de cause, des mesures soient prises pour les [les] coloniser … en un ou plusieurs endroits, dans un climat qui leur soit agréable. Il serait peut-être bon de se demander également si les personnes de couleur libre déjà aux États-Unis ne pourraient pas, pour autant que les individus le souhaitent, être incluses dans une telle colonisation.

Cet effort, a reconnu Lincoln, «peut impliquer l’acquisition de territoire, ainsi que l’appropriation d’argent au-delà de ce qui sera dépensé dans l’acquisition territoriale». Selon lui, une certaine forme de réinstallation équivaut à une «nécessité absolue». 49

Clameur croissante pour l’émancipation

L’application fidèle de Lincoln de la loi sur les esclaves fugitifs a non seulement rempli les prisons de Washington, DC, d’esclaves fugitifs en attente d’être réclamés par leurs propriétaires, mais a également enragé beaucoup de ceux qui détestaient l’esclavage. Dans un effort pour apaiser la faction abolitionniste de son parti, Lincoln a exhorté les États-Unis à reconnaître officiellement les républiques noires d’Haïti et du Libéria, une proposition que le Congrès a acceptée. 50

Lincoln s’est rendu compte que la revendication croissante d’abolir l’esclavage menaçait de compromettre sérieusement le soutien dont il avait besoin pour poursuivre la guerre afin de préserver l’Union. En conséquence, le 6 mars 1862, il a appelé le Congrès à approuver une résolution soigneusement formulée: 51

Il est résolu que les États-Unis devraient coopérer avec tout État qui pourrait adopter l’abolition progressive de l’esclavage, en accordant à cet État une aide pécuniaire à utiliser par cet État à sa discrétion, pour compenser les inconvénients, publics et privés, produits par ces changement de système.

Dans une lettre au rédacteur en chef du New York Times, Henry J. Raymond, demandant instamment le soutien à la résolution, Lincoln a expliqué qu’un million de dollars, soit moins d’une demi-journée de coût de la guerre, achèterait tous les esclaves du Delaware, et que 174 millions de dollars, ou moins de 87 jours de coût de la guerre, achèterait tous les esclaves des États frontaliers et du District de Columbia. 52

Bien que la résolution n’ait pas l’autorité de la loi et ne soit qu’une déclaration d’intention, elle alarmait les représentants des États frontaliers fidèles détenteurs d’esclaves. Le membre du Congrès du Missouri Frank P. Blair, Jr. (qui, en 1868, ferait campagne en tant que vice-président du Parti démocrate) s’est prononcé contre la résolution dans un discours à la Chambre le 11 avril 1862. L’émancipation des esclaves, a-t-il averti, être une terrible erreur jusqu’à ce que des dispositions soient prises pour réinstaller les Noirs à l’étranger. Blair a parlé de les expédier dans des régions au sud du Rio Grande.

En dépit d’une telle opposition, cependant, les républicains et démocrates modérés se sont joints pour approuver la résolution, qui a été adoptée par le Congrès et signée par Lincoln le 10 avril 1862. Cependant, aucun législateur d’un État frontalier n’a voté pour la mesure. 53

Afin de dissiper ces inquiétudes, Lincoln a convoqué en juillet des membres du Congrès et des sénateurs des États frontaliers à une réunion de la Maison Blanche au cours de laquelle il a expliqué que la résolution récemment adoptée n’impliquait aucune revendication de l’autorité fédérale sur l’esclavage dans les États et qu’elle laissait la question en suspens. sous contrôle de l’Etat. Cherchant à calmer les craintes que l’émancipation n’entraîne soudainement la libération de nombreux Noirs, il a de nouveau évoqué la réinstallation des Noirs comme la solution. « Il est possible d’obtenir en Amérique du Sud une place pour la colonisation à moindre coût et en abondance », a déclaré le président. « Et lorsque le nombre sera suffisamment élevé pour être en compagnie et encourager les uns les autres, les personnes libérées ne seront pas si réticentes à y aller. » 54


HORS TEXTE

QUAND LE QUÉBEC RECEVAIT DIPLOMATIQUEMENT LES GÉNÉRAUX CONFÉDÉRÉS

Le général Daniel M. Frost était un des activistes sudistes présents à Montréal.

 

Au temps de la guerre de Sécession américaine (1861-1865), faire sauter des hôtels de New York, semer la terreur au Vermont ou planifier l’assassinat du président Abraham Lincoln ne put se faire qu’avec la collaboration d’institutions et de notables montréalais. C’est notamment ce qu’affirme l’historien Barry Sheehy dans un nouveau livre qui trace le portrait de relations étonnantes avec les autorités anglo-britanniques du temps.

Durant la guerre civile, Montréal accueille en fait les plus grands noms du pouvoir sudiste. La trace de leur passage est fixée très souvent sur les plaques photographiques de William Notman. Un registre d’hôtel témoigne aussi de leurs passages à Montréal. Ce sont des généraux en uniforme, des banquiers en livrée de leur caste, des espions que tout le monde connaît, des activistes bruyants, des sénateurs empesés, des hommes d’affaires aux poches pleines de l’or du coton. Devant l’objectif de Notman pose par exemple le général Daniel Frost, dans son uniforme d’officier.

L’historien Barry Sheehy est l’auteur de Montreal City of Secrets, une riche histoire des opérations d’espionnage et d’actions souterraines des Confédérés installés alors en grand nombre dans la métropole canadienne. Le livre doit paraître en octobre chez Baraka Books. La version française paraîtra plus tard, à l’enseigne de l’éditeur Septentrion.

« Il n’y a aucune autre concentration de pouvoir aussi importante hors des États-Unis à l’époque ! Pour les transactions financières, Montréal est importante. » Beaucoup d’argent des États du Sud circule à Montréal. Des sommes prodigieuses pour l’époque qui permettent de tout acheter. Les Confédérés, dit l’historien, comptent sur la somme fabuleuse d’un million de dollars qui transitent par les coffres des banques de la rue Saint-Jacques. « Dans la bonne société, tout le monde reçoit ces gens-là avec grand plaisir », affirme l’historien Sheehy en entrevue.

Diviser pour régner

À la fin de la guerre de Sécession, lorsque les États du Sud américain sont vaincus, leur président déchu, Jefferson Davis, pense à Montréal pour s’exiler. Son bon ami, le puissant et riche imprimeur John Lovell, l’y accueille à bras ouverts en 1867. Toute sa famille l’y attend déjà. Les fils du président déchu iront étudier à l’Université Bishop de Lennoxville et ses filles fréquenteront un couvent.

Une plaque de bronze, apposée sur un mur du magasin La Baie au centre-ville, a longtemps rappelé à la mémoire des passants la présence de Davis à Montréal. Sans préciser les raisons de ce retrait, on a retiré la plaque. C’est la United Daughters of the Confederacy, un groupe de descendants des combattants sudistes, qui en avait financé la pose en 1957, au temps où la ségrégation raciale battait toujours son plein.

« La plupart des Canadiens pensent naïvement que le Canada soutenait la guerre d’Abraham Lincoln à cause de leur opposition collective à l’esclavage », affirme Barry Sheehy. La réalité s’avère bien plus complexe. En fait, la question de l’esclavage apparaît tout à fait secondaire du point de vue de la colonie canadienne. Pour résumer, disons qu’aux yeux du pouvoir colonial britannique les États-Unis apparaissent plus faciles à contenir s’ils sont désunis. Si bien que les services secrets sudistes furent en quelque sorte autorisés à s’établir au pays des érables : les autorités ont tout simplement fait mine de regarder ailleurs. « Plusieurs collaborent volontiers avec eux, c’est le cas notamment du chef de police de Montréal », ainsi que de banquiers et de plusieurs notables locaux.

L’argent de la guerre

Le Montréal de la décennie 1860 compte 90 000 personnes. Trente ans plus tôt, la population n’était encore que de 27 000 habitants. La ville pousse comme un champignon. Impossible durant la guerre de ne pas tomber sur des militants confédérés installés au pied du mont Royal.

Des ententes sont conclues avec les banques locales, dont la filiale montréalaise de la Ontario Bank. Les dépôts des activistes sudistes sont si importants que les Confédérés contrôlent dans les faits la jeune institution qui sera plus tard absorbée par la Banque de Montréal. Un système de blanchiment de l’argent se met en place en collaboration avec les employés de la banque qui servent de prête-noms. Des sommes importantes transitent aussi par la Banque de Montréal.

Beaucoup de ces gens se retrouvent au prestigieux hôtel St. Lawrence Hall et dans d’autres hôtels périphériques. Avant d’attaquer Saint Albans au Vermont, où les Confédérés vont piller trois banques, terroriser la population et voler du bétail, c’est à Montréal qu’ils s’organisent. Les assaillants du raid de Saint Albans seront défendus par les trois meilleurs avocats de la ville, dont Sir John Abbott, futur premier ministre du Canada.

Terroriser New York

À l’automne 1864, le capitaine P. C Martin, ardent militant sudiste, élabore depuis Montréal des plans pour brûler une série d’hôtels new-yorkais. Son objectif est de créer le chaos dans Manhattan. Son plan vise à faire exploser rien de moins que 13 immeubles au même moment. Mais dans l’hôtel où Martin se retrouve pour sa part, sa bombe faite de feu grégeois ne va détruire à peu près que sa chambre. L’opération est un échec.

À Montréal, ce capitaine Martin passe beaucoup de temps avec John Wilkes Booth, l’assassin du président Lincoln. Le président sera tué d’une balle derrière la tête le 15 avril 1865, dans un théâtre de Washington. Le meurtre accompli, Booth avait prévu revenir au Canada pour échapper à la justice. Il s’enfuit à cheval. On le traque. Il refuse de se rendre et est finalement abattu dans une grange.

Est-ce à Montréal que s’est jouée la vie de Lincoln ? Les historiens savaient en tout cas depuis longtemps que cette ville constitue un centre d’action important pour les Confédérés. Mais les recherches de Barry Sheehy tendent à montrer que cela dépasse largement ce qu’on a pu croire jusqu’ici. « Cette partie de l’histoire a été occultée. Il faudra que des historiens du Québec se penchent là-dessus. Il reste beaucoup à étudier, notamment du côté des évêques et des gens d’Église sur lesquels les Confédérés comptaient à Montréal. »

À Savannah, capitale de l’État de la Géorgie, le monument de pierre qui veille sur les tombeaux de plus de 750 soldats confédérés a été sculpté à Montréal par Robert Reid, de la Montreal Marble Works. L’oeuvre a été expédiée par bateau, depuis le port d’Halifax, sans la moindre escale dans un port des États du Nord. Le réseau des Confédérés était particulièrement développé et tissé serré à Montréal, soutient Sheehy dans un luxe de détails impossibles à rapporter ici.

« Il faut se rappeler que, pendant la guerre civile, les États du Sud comptent 6 millions d’habitants. Il y aura au moins 350 000 soldats tués et autant de blessés. Ce qui fait qu’environ 40 % des hommes en âge de se battre sont touchés. C’est énorme. » Et le souvenir de cette immense blessure explique en partie la réaction de Charlottesville ces derniers jours, croit l’historien.


 

 

 

 

Le Congrès vote des fonds pour la réinstallation

En 1860, les 3 185 esclaves du district de Columbia appartenaient à seulement 2% des habitants du district. En avril 1862, Lincoln s’arrangea pour présenter un projet de loi au Congrès qui indemniserait les détenteurs d’esclaves du district en moyenne 300 $ pour chaque esclave. 100 000 $ supplémentaires ont été affectés  55

à dépenser sous la direction du Président des États-Unis, pour aider à la colonisation et à l’installation de ces personnes libres d’ascendance africaine résidant actuellement dans ledit district, y compris celles qui seront libérées par cet acte, qui pourraient souhaiter émigrer vers le République d’Haïti ou du Libéria, ou tout autre pays au-delà des limites des États-Unis que le président peut déterminer.

Lorsqu’il a signé le projet de loi le 16 avril, Lincoln a déclaré: « Je suis heureux que les deux principes d’indemnisation et de colonisation soient à la fois reconnus et pratiquement appliqués dans la loi ». 56

Deux mois plus tard, dans le cadre de la (deuxième) loi de confiscation de juillet 1862, le Congrès a affecté un demi-million de dollars supplémentaires au président pour réinstaller des Noirs placés sous le contrôle militaire de l’Union. Rejetant les critiques d’éminents «radicaux» tels que le sénateur Charles Sumner, la plupart des sénateurs et représentants ont exprimé leur soutien au projet audacieux dans une résolution commune déclarant 57

que le président est autorisé à prendre des dispositions pour le transport, la colonisation et l’installation dans certains pays tropicaux au-delà des limites des États-Unis, des personnes de race africaine, libérées par les dispositions de la présente loi, qui pourraient être disposées à émigrer …

Lincoln avait maintenant le pouvoir du Congrès et 600 000 $ en fonds autorisés pour poursuivre son plan de réinstallation.

Obstacles

Cependant, de sérieux obstacles subsistent. Le secrétaire à l’Intérieur, Caleb B. Smith, a informé le président que le Libéria était hors de question en tant que destination pour la réinstallation des Noirs en raison du climat inhospitalier, de la réticence des Noirs à voyager jusqu’à présent et des dépenses importantes liées au transport de personnes si vastes. distance. Haïti a été exclu en raison du faible niveau de civilisation là-bas, parce que l’influence catholique y était si forte, et en raison des craintes que les Espagnols ne prennent bientôt le contrôle du pays des Caraïbes. Ces Noirs qui avaient exprimé le désir d’émigrer, a poursuivi le secrétaire Smith, ont préféré rester dans l’hémisphère occidental. Le seul site vraiment acceptable était Chiriqui, a conclu Smith, en raison de sa proximité relative avec les États-Unis et de la disponibilité du charbon là-bas.58  Entre-temps, le ministre des États-Unis au Brésil a estimé que l’abondance de terres et la pénurie de main-d’œuvre du pays en faisaient un bon site pour réinstaller les Noirs américains. 59

À la mi-mai 1862, Lincoln reçut un document du révérend James Mitchell qui exposait les arguments pour réinstaller la population noire du pays: 60

Notre système républicain était destiné à un peuple homogène. Tant que les Noirs continuent de vivre avec les Blancs, ils constituent une menace pour la vie nationale. La vie de famille peut également s’effondrer et l’augmentation des salauds de race mixte peut un jour remettre en cause la suprématie de l’homme blanc.

Mitchell a ensuite recommandé la déportation progressive des Noirs d’Amérique vers l’Amérique centrale et le Mexique. « Cette région avait connu un grand empire et pourrait le redevenir », a-t-il déclaré. « Ce continent pourrait alors être divisé entre une race de sang-mêlé et des Anglo-Américains. » Lincoln était apparemment impressionné par les arguments de Mitchell. Peu de temps après, il l’a nommé commissaire à l’émigration.

Une réunion historique de la Maison Blanche

Désireux de poursuivre le projet Chiriqui, le 14 août 1862, Lincoln rencontra cinq ministres noirs libres, la première fois qu’une délégation de leur race était invitée à la Maison Blanche sur une question de politique publique. Le président n’a fait aucun effort pour engager la conversation avec les visiteurs, qui ont été carrément informés qu’ils avaient été invités à écouter. Lincoln n’a pas mâché ses mots, mais a déclaré franchement au groupe: 61

Vous et nous sommes des races différentes. Nous avons entre nous une différence plus large que celle qui existe entre presque toutes les deux autres races. Que ce soit bien ou mal, je n’ai pas besoin de discuter, mais cette différence physique est un grand désavantage pour nous deux, car je pense que votre race souffre beaucoup, beaucoup d’entre eux, en vivant parmi nous, tandis que la nôtre souffre de votre présence. En un mot, nous souffrons de chaque côté. Si cela est admis, cela donne au moins une raison pour laquelle nous devrions être séparés.

… Même lorsque vous cessez d’être esclaves, vous êtes encore loin d’être placé sur l’égalité avec la race blanche … L’aspiration des hommes est de jouir de l’égalité avec les meilleurs quand ils sont libres, mais sur ce vaste continent, non un homme célibataire de votre race est égal à un homme célibataire. Allez là où vous êtes traité le mieux, et l’interdiction est toujours sur vous.

… Nous regardons à notre condition, en raison de l’existence des deux races sur ce continent. Je n’ai pas besoin de vous raconter les effets sur les hommes blancs issus de l’institution de l’esclavage. Je crois en ses effets maléfiques généraux sur la race blanche.

Voyez notre condition actuelle – le pays engagé dans la guerre! – nos hommes blancs se coupant la gorge, aucun ne sachant jusqu’où cela va s’étendre; puis considérez ce que nous savons être la vérité. Mais pour votre race parmi nous, il ne pourrait pas y avoir de guerre, bien que beaucoup d’hommes engagés de part et d’autre ne se soucient pas de vous d’une manière ou d’une autre. Néanmoins, je le répète, sans l’institution de l’esclavage et la race colorée comme base, la guerre n’aurait pas d’existence.

Il vaut donc mieux pour nous deux d’être séparés.

Lincoln, a poursuivi Lincoln, était un excellent site de réinstallation des Noirs en Amérique centrale. Elle avait de bons ports et une abondance de charbon qui permettraient à la colonie d’être rapidement mise sur des bases financières solides. Le Président a conclu en demandant à la délégation de déterminer si un certain nombre de personnes libérées avec leur famille seraient prêtes à partir dès que des dispositions pourraient être prises.

Organiser le support noir

Le lendemain, le révérend Mitchell – qui avait assisté à la réunion historique de la Maison Blanche en tant que commissaire à l’immigration de Lincoln – a publié une annonce dans les journaux du nord annonçant: « Une correspondance est souhaitée avec des hommes de couleur favorables à l’Amérique centrale, à l’émigration libérienne ou haïtienne, en particulier le premier nommé.  » 62  Mitchell a également envoyé un mémorandum aux ministres noirs les exhortant à user de leur influence pour encourager l’émigration. La Providence elle-même, écrivait-il, avait décrété une existence séparée pour les races. Les Noirs étaient à moitié responsables de la terrible guerre civile, a poursuivi Mitchell, et prévoyait davantage d’effusions de sang à moins qu’ils ne quittent le pays. Il a conclu: 63

C’est une nation de travailleurs blancs égaux, et comme vous ne pouvez pas être accepté sur un pied d’égalité, il n’y a pas de place ici pour vous. Vous ne pouvez pas aller dans le Nord ou l’Ouest sans susciter le sentiment croissant d’hostilité envers vous. Le sud doit également avoir une population homogène, et toute tentative de donner aux affranchis un statut égal au sud entraînera un désastre pour les deux races.

Le révérend Edwin Thomas, le président de la délégation noire, a informé le président dans une lettre du 16 août que, bien qu’il se soit initialement opposé à la colonisation, après avoir pris connaissance des faits, il était désormais en sa faveur. Il a demandé à Lincoln l’autorisation de voyager parmi ses amis et collègues noirs pour les convaincre des vertus de l’émigration. 64

Alors que Thompson continuait de travailler à la colonisation du site de Chiriqui, Lincoln se tourna vers le sénateur du Kansas, Samuel Pomeroy, qu’il nomma agent de colonisation des États-Unis, pour recruter des émigrants noirs pour la réinstallation de Chiriqui et organiser leur transport. Le 26 août 1862, Pomeroy lança un appel officiel dramatique « Au peuple coloré libre des États-Unis »: 65

L’heure est maintenant arrivée dans l’histoire de votre établissement sur ce continent où il est en votre pouvoir de faire un pas qui assurera, en cas de succès, l’élévation, la liberté et la position sociale de votre race sur le continent américain …

Je veux que des mécaniciens et des ouvriers, des hommes sérieux, honnêtes et sobres, pour l’intérêt d’une génération, peut-être de l’humanité, soient impliqués dans le succès de cette expérience, et avec l’approbation du peuple américain, et sous la bénédiction de Dieu tout-puissant, il ne peut pas, il ne manquera pas.

Bien que de nombreux Noirs aient rapidement manifesté leur réticence à quitter le pays, Pomeroy a été heureux d’annoncer en octobre qu’il avait reçu près de 14 000 demandes de Noirs qui souhaitaient émigrer. 66

Le 12 septembre 1862, le gouvernement fédéral conclut un contrat provisoire avec Ambrose Thompson, prévoyant le développement et la colonisation de ses vastes exploitations louées dans la région de Chiriqui. Pomeroy devait déterminer l’aptitude du site de Chiriqui à la réinstallation. Avec les signatures de Thompson et du secrétaire à l’Intérieur Caleb Smith, le contrat contenait une note du président: « Le contrat intérieur est approuvé et le secrétaire à l’Intérieur est chargé de l’exécuter. A. Lincoln. » Le même jour, Lincoln a également rendu une ordonnance enjoignant au ministère de l’Intérieur d’appliquer les dispositions de «colonisation» des lois pertinentes d’avril et de juillet 1862 67.

Le président a ensuite chargé Pomeroy, agissant comme son agent, d’accompagner l’expédition de colonisation proposée. Lincoln l’a autorisé à avancer à Thompson 50 000 $ quand et si la colonisation a réellement commencé, et à accorder à Thompson les sommes qui pourraient être immédiatement nécessaires pour les dépenses accessoires. 68  Le secrétaire à l’Intérieur Smith a envoyé à Pomeroy des instructions plus précises. Il devait escorter un groupe de « Freedmen » noirs qui étaient prêts à se réinstaller à l’étranger. Cependant, avant de tenter d’établir une colonie à Chiriqui, quelle que soit la promesse du site, il doit d’abord obtenir l’autorisation des autorités locales, afin d’éviter les malentendus diplomatiques. 69

Suivant ces instructions, Pomeroy s’est rendu à New York pour obtenir un navire pour l’entreprise. Robert Murray, Marshall des États-Unis à New York, a été informé du statut de Pomeroy comme agent spécial de colonisation et a été invité à l’aider à sécuriser un navire approprié. 70  Le 16 septembre, le secrétaire à l’Intérieur Smith a câblé Pomeroy: « Le président veut des informations … Murray a-t-il le contrôle et la garde du navire? Y a-t-il un ordre de vente? 71 La préoccupation du président Lincoln à l’égard de la réinstallation des Noirs à cette époque est d’autant plus importante que septembre 1862 a été une période très critique pour la fortune militaire de l’Union. Malgré cela, il a pris le temps de se tenir au courant du projet, au point même de se faire envoyer un télégramme pour hâter l’achat d’un navire pour l’entreprise.

La proclamation d’émancipation

Au cours de l’hiver et du printemps 1861-1862, le public se rallie rapidement à l’idée que l’esclavage doit être aboli partout. Lincoln n’a pas ignoré les appels toujours plus forts à une action décisive. 72  Le 19 juin, il a signé une loi abolissant l’esclavage dans tous les territoires fédéraux. 73  En même temps, il préparait tranquillement une mesure encore plus dramatique.

Lors d’une réunion du cabinet le 22 juillet, Lincoln a lu le projet de texte d’un document qu’il avait préparé – une proclamation qui donnerait aux États confédérés cent jours pour arrêter leur «rébellion» sous la menace de déclarer tous les esclaves de ces États comme étant libre.

Le président a déclaré à son cabinet qu’il ne voulait pas de conseils sur le bien-fondé de la proclamation elle-même – il avait pris une décision à ce sujet, a-t-il dit – mais il serait heureux de recevoir des suggestions sur la meilleure façon de mettre en œuvre l’édit. Pendant deux jours, les membres du cabinet ont débattu du projet. Seuls deux – le secrétaire d’État William Seward et le secrétaire au Trésor Salmon Chase, abolitionnistes qui avaient contesté Lincoln pour la nomination présidentielle républicaine de 1860 – étaient même en partie d’accord avec le contenu de la proclamation. Seward a persuadé le président de ne le publier qu’après une victoire militaire de l’Union (dont jusqu’à présent il y en avait eu peu), sinon il semblerait que « la dernière mesure d’un gouvernement épuisé, un appel au secours ». 74

Le succès remporté par le général d’Union McClellan le 17 septembre en retenant les forces du général Lee à Antietam a fourni une sorte de victoire fédérale et l’occasion attendue. Cinq jours plus tard, Lincoln a publié sa Proclamation d’émancipation préliminaire, qui comprenait une référence favorable à la colonisation: 75

Moi, Abraham Lincoln … je proclame et déclare par la présente que la guerre sera poursuivie, comme jusqu’ici, dans le but de rétablir pratiquement les relations constitutionnelles entre les États-Unis et chacun des États et leurs habitants …

Qu’il est de mon objectif, lors de la prochaine réunion du Congrès, de recommander à nouveau l’adoption d’une mesure pratique offrant une aide pécuniaire à la libre acceptation ou au rejet de tous les États esclavagistes, soi-disant, le peuple dont il se peut ne pas être alors en rébellion contre les États-Unis et quels États peuvent alors avoir volontairement adopté, ou par la suite adopter volontairement, l’abolition immédiate ou progressive de l’esclavage dans leurs limites respectives; et que l’effort de colonisation des personnes d’ascendance africaine, avec leur consentement, sur ce continent ou ailleurs, avec le consentement préalablement obtenu des gouvernements qui y existent, sera poursuivi.

Lincoln a ensuite déclaré que le 1er janvier 1863,

toutes les personnes détenues comme esclaves dans tout État, ou partie désignée d’un État, dont le peuple sera alors en rébellion contre les États-Unis, seront alors, désormais, et pour toujours, libres …

L’édit a ensuite cité la loi adoptée par le Congrès le 13 mars 1862, qui interdisait aux militaires de retourner les esclaves évadés, et la deuxième loi de confiscation de juillet 1862.

Limitations de la proclamation

Le jour du Nouvel An, 1863, Lincoln a publié la Proclamation d’émancipation finale. 76  Contrairement à ce que suggère son titre, l’édit présidentiel n’a cependant pas immédiatement libéré un seul esclave. Il n’a « libéré » que les esclaves qui étaient sous contrôle confédéré, et a explicitement exempté les esclaves dans les territoires contrôlés par l’Union, y compris les zones occupées par le gouvernement fédéral de la Confédération, la Virginie-Occidentale et les quatre États détenteurs d’esclaves qui sont restés dans l’Union.

La proclamation, commenta le secrétaire Seward avec ironie, émancipa les esclaves là où elle ne pouvait pas les atteindre et les laissa en esclavage où elle aurait pu les libérer. De plus, parce qu’elle a été publiée comme mesure de guerre, la validité à long terme de la Proclamation était incertaine. Apparemment, tout futur président pourrait simplement le révoquer. « L’image populaire de Lincoln utilisant un coup de stylo pour soulever les chaînes des membres de quatre millions d’esclaves est ridiculement fausse », a noté l’historien Allan Nevins. 77

«Nécessité militaire»

Lincoln lui-même a spécifiquement cité la «nécessité militaire» comme raison de publier la Proclamation d’émancipation. Après plus d’un an de combats, et malgré ses grands avantages en puissance industrielle et en nombre, les forces fédérales n’avaient toujours pas réussi à briser le Sud. À ce stade critique de la guerre, le président espérait apparemment maintenant qu’un édit formel abolissant l’esclavage dans les États confédérés porterait un coup à la capacité de la Confédération de mener la guerre en encourageant les dissensions, les évasions et peut-être la révolte parmi sa grande force de travail esclave. 78

Au fur et à mesure que la guerre progressait, le travail des Noirs était devenu de plus en plus critique dans la Confédération pressée. Les Noirs plantaient, cultivaient et récoltaient la nourriture qu’ils transportaient ensuite vers les armées confédérées. Les Noirs ont élevé et massacré le bœuf, les porcs et le poulet utilisés pour nourrir les troupes confédérées. Ils ont tissé le tissu et tricoté les chaussettes pour habiller les soldats en uniforme gris. Alors que les armées de l’Union envahissaient le Sud, détruisant les chemins de fer et démolissant les ponts, les Noirs et les esclaves libres les réparaient. Ils peinaient dans les usines, les chantiers navals et les mines du Sud. En 1862, les célèbres usines sidérurgiques de Tredegar annonçaient 1000 esclaves. En 1864, il y avait 4 301 noirs et 2 518 blancs dans les mines de fer des États confédérés à l’est du Mississippi. 79

Les Noirs ont également servi dans les forces militaires confédérées en tant que mécaniciens, coéquipiers et ouvriers ordinaires. Ils soignaient les malades et nettoyaient les blessés dans les hôpitaux confédérés. Presque toutes les fortifications militaires du Sud ont été construites par des travailleurs noirs. La plupart des cuisiniers de l’armée confédérée étaient des esclaves. Sur les 400 ouvriers de l’arsenal naval de Selma, en Alabama, en 1865, 310 étaient noirs. Les Noirs ont servi avec des équipages de coureurs de blocus confédérés et ont attisé les firesooms des navires de guerre du Sud. 80

Dessin représentant le légendaire officier de cavalerioe dans une de ses charges célèbres.

 

Le général confédéré Nathan Bedford Forrest, le légendaire commandant de cavalerie, a déclaré dans une interview d’après-guerre: « Quand je suis entré dans l’armée, j’ai emmené 47 nègres avec moi et 45 d’entre eux se sont rendus avec moi … Ces garçons sont restés avec moi, a conduit mes équipes et les meilleurs confédérés n’ont pas vécu.  » 81

La dernière photo connue de Nathan Bedford Forrest ,nous le montre vieillissant avec nul autre que Buffalo Bill.

À plusieurs reprises, Lincoln a expliqué les raisons de sa publication. Le 13 septembre 1862, au lendemain de la publication de la proclamation préliminaire, Lincoln a rencontré une délégation de ministres chrétiens pro-abolitionnistes et leur a dit sans ambages: « Comprenez, je ne m’oppose pas à cela [l’esclavage] pour des motifs juridiques ou constitutionnels. .. Je considère la question [l’émancipation] comme une mesure de guerre pratique, à décider en fonction des avantages ou des inconvénients qu’elle peut offrir à la répression de la rébellion.  » 82

À Salmon Chase, son secrétaire au Trésor, le président a justifié les limites des proclamations: « La proclamation [préliminaire] originale n’a aucune justification constitutionnelle ou légale, sauf en tant que mesure militaire », a-t-il expliqué. « Les exceptions ont été faites parce que la nécessité militaire ne s’appliquait pas aux localités exemptées. Cette nécessité ne s’applique pas plus à elles maintenant qu’auparavant. » 83

Horace Greeley, rédacteur en chef de l’influent New York Tribune, a appelé le président à abolir immédiatement et totalement l’esclavage dans un éditorial emphatique et bien en vue publié le 20 août 1862. Lincoln a répondu dans une lettre largement citée: 84

Mon objectif primordial dans cette lutte est de sauver l’Union et non de sauver ou de détruire l’esclavage. Si je pouvais sauver l’Union sans libérer aucun esclave, je le ferais, et si je pouvais la sauver en libérant tous les esclaves, je le ferais; et si je pouvais le sauver en en libérant certains et en laissant les autres tranquilles, je le ferais aussi. Ce que je fais de l’esclavage et de la race colorée, je le fais parce que je crois que cela aide à sauver l’Union …

L’inquiétude suscitée par le sentiment croissant dans le Nord de mettre fin à l’esclavage, ainsi que les vives critiques des abolitionnistes éminents, était apparemment un autre facteur de motivation pour le président. (Les abolitionnistes craignaient même que les États confédérés ne renoncent à leur lutte pour l’indépendance avant la première échéance de janvier et préservent ainsi l’institution de l’esclavage.) 85

Abraham Lincoln en compagnie du général Grant et de M.Pinkerton qui était alors son garde du corps.

Lincoln a assuré à Edward Stanly, un sudiste pro-esclavagiste qu’il avait nommé gouverneur militaire de la côte occupée de la Caroline du Nord, que « la proclamation était devenue une nécessité civile pour empêcher les radicaux d’embarrasser ouvertement le gouvernement dans la conduite de la guerre ». 86

Impact de la proclamation

Alors que les abolitionnistes saluaient la Proclamation finale, le sentiment des Blancs du Nord était généralement défavorable. L’édit a coûté un soutien considérable au président et a sans aucun doute été un facteur de revers pour le parti républicain lors des élections au Congrès de 1862. Dans l’armée, à peine un soldat de l’Union sur dix a approuvé l’émancipation et certains officiers ont démissionné pour protester. 87

En tant qu’œuvre de propagande, la Proclamation s’est révélée efficace. Pour encourager le mécontentement des esclaves de la Confédération, un million d’exemplaires ont été distribués dans le Sud occupé par l’Union et, comme on l’espérait, la nouvelle s’est rapidement répandue de bouche à oreille parmi les esclaves de la Confédération, suscitant des espoirs de liberté et encourageant beaucoup à s’échapper. 88  La Proclamation « a eu l’effet souhaité de créer de la confusion dans le Sud et de priver la Confédération d’une grande partie de sa précieuse force de travail », affirme l’historien John Hope Franklin. 89

Enfin, aux yeux de nombreuses personnes – en particulier en Europe – l’édit de Lincoln a fait de l’armée de l’Union une force libératrice: tous les esclaves des régions désormais sous contrôle fédéral seraient automatiquement libres.

La proclamation a considérablement renforcé le soutien à la cause de l’Union à l’étranger, en particulier en Grande-Bretagne et en France, où le sentiment anti-esclavagiste était fort. En Europe, l’édit a transformé le conflit en une croisade de l’Union pour la liberté et a grandement contribué à anéantir les espoirs de la Confédération en matière de reconnaissance diplomatique formelle de la Grande-Bretagne et de la France. 90  « La Proclamation d’ émancipation », a rapporté Henry Adams de Londres, « a fait plus pour nous [l’Union] ici que toutes nos anciennes victoires et toute notre diplomatie. Il crée une réaction presque convulsive en notre faveur partout dans ce pays. » 91

Fin des efforts de réinstallation

Esclaves noirs dans un champ de coton vers 1859 env.

Lincoln a continué de poursuivre son plan de réinstallation des Noirs en Amérique centrale, malgré l’opposition de tous les membres de son propre cabinet, sauf un, et la conclusion d’un rapport scientifique selon lequel le charbon de Chiriqui était « sans valeur ». 92

L’opposition croissante à tout plan de réinstallation est également venue des abolitionnistes, qui ont insisté sur le fait que les Noirs avaient le droit de rester dans le pays où ils étaient nés. En outre, certains dirigeants du parti républicain se sont opposés à la réinstallation parce qu’ils comptaient sur un soutien politique noir, ce qui serait particulièrement important pour contrôler un Sud vaincu, où la plupart des Blancs ne pourraient pas voter. D’autres étaient d’accord avec le sénateur républicain Charles Sumner, qui a fait valoir que les travailleurs noirs étaient une partie importante de l’économie nationale et que toute tentative de les exporter « serait fatale à la prospérité du pays ». 93  Dans la campagne électorale (du Nord) de novembre 1862, l’émancipation figurait comme un problème majeur. Des foules violentes d’abolitionnistes se sont opposées à ceux qui se sont prononcés en faveur de la réinstallation. 94

Cependant, ce qui s’est avéré décisif pour mettre un terme au projet Chiriqui, ce sont les protestations énergiques des républiques qui seront directement affectées par une réinstallation à grande échelle. En Amérique centrale, la perspective de l’arrivée prochaine de millions de Noirs a alarmé. Un sentiment de panique régnait au Nicaragua et au Honduras, a rapporté le consul américain, par crainte d’un « afflux terrible d’émigration de nègres … en provenance des États-Unis ». En août et septembre, le Honduras, le Nicaragua et le Costa Rica ont officiellement protesté auprès du gouvernement américain au sujet de la réinstallation. (L’objection du Costa Rica était particulièrement inquiétante car ce pays revendiquait une partie du territoire de Chiriqui contrôlé par Thompson.) 95

Le 19 septembre, l’envoyé Luis Molina, diplomate qui représentait les trois États d’Amérique centrale, a officiellement expliqué aux responsables américains les objections des trois pays contre le plan de réinstallation. Cette entreprise, a-t-il protesté, était une tentative d’utiliser l’Amérique centrale comme dépositaire «d’un fléau dont les États-Unis voulaient se débarrasser». Molina a également rappelé à Seward que, pour que les États-Unis restent fidèles à leur propre doctrine Monroe, ils ne pouvaient pas plus supposer qu’il y avait des terres disponibles pour la colonisation en Amérique latine qu’une puissance européenne. L’envoyé a conclu sa vive protestation en laissant entendre que les républiques qu’il représentait étaient disposées à recourir à la force pour repousser ce qu’elles interprétaient comme une invasion. Apprenant plus tard que le projet de réinstallation était toujours en cours,96

Le secrétaire d’État Seward n’a pas pu ignorer ces protestations. Après tout, pourquoi les Centraméricains devraient-ils être heureux d’accueillir des gens d’une race si méprisée aux États-Unis? En conséquence, le 7 octobre 1862, Seward a ordonné au président de suspendre « temporairement » le projet Chiriqui. 97  Ainsi, la réticence catégorique des républiques d’Amérique centrale à accepter les migrants noirs a porté un coup décisif au projet Chiriqui. À une époque où la cause de l’Union était encore précaire, le secrétaire d’État délégué syndical était obligé de se préoccuper particulièrement des relations des États-Unis avec l’Amérique latine. 98

Lincoln propose un amendement constitutionnel

Malgré de tels obstacles, Lincoln a réaffirmé son ferme soutien à l’émancipation progressive couplée à la réinstallation dans son deuxième message annuel au Congrès du 1er décembre 1862. A cette occasion, il a utilisé le mot déportation. Il était si sérieux au sujet de son plan qu’il a proposé un projet d’amendement constitutionnel pour lui donner la plus grande sanction légale possible. Lincoln a déclaré au Congrès: 99

Je ne peux pas faire mieux connaître qu’elle ne l’est déjà, que je suis fortement favorable à la colonisation.

Dans cette optique, je recommande l’adoption de la résolution et des articles suivants modifiant la Constitution des États-Unis … « Le Congrès peut s’approprier de l’argent, et autrement prévoir, pour coloniser des personnes de couleur libre, avec leur consentement, en tout lieu ou en tout lieu sans les États-Unis. « 

De nombreux Américains libres d’origine africaine m’ont demandé de favoriser leur émigration, en vue d’une colonisation telle que celle envisagée dans les récents actes du Congrès … Plusieurs des républiques hispano-américaines ont protesté contre l’envoi de ces colonies [ colons] sur leurs territoires respectifs … Le Libéria et Haïti sont, pour l’instant, les seuls pays vers lesquels les colons d’ascendance africaine pourraient aller avec certitude d’être reçus et adoptés comme citoyens …

Leurs anciens maîtres leur accorderont volontiers un salaire au moins jusqu’à ce que de nouveaux ouvriers puissent être recrutés; et les affranchis, à leur tour, se feront un plaisir de donner leur travail pour le salaire, jusqu’à ce que de nouvelles maisons leur soient trouvées, dans des climats agréables, et avec des gens de leur sang et de leur race.

Chers concitoyens, nous ne pouvons pas échapper à l’histoire. Nous nous souviendrons de ce Congrès et de cette administration malgré nous …

La proposition du président de décembre 1862 comportait cinq éléments fondamentaux: 100

1. Parce que l’esclavage était une « institution domestique », et donc la seule préoccupation des États, ils – et non le gouvernement fédéral – devaient émanciper volontairement les esclaves.

2. Les détenteurs d’esclaves seraient pleinement indemnisés pour leur perte.

3. Le gouvernement fédéral aiderait les États, sous forme d’obligations sous forme de subventions, à faire face au fardeau financier de l’indemnisation.

4. L’émancipation se ferait progressivement: les États auraient jusqu’à l’année 1900 pour libérer leurs esclaves.

5. Les Noirs libérés seraient réinstallés en dehors des États-Unis.

Le projet «Ile à Vache»

Avec l’effondrement du plan Chiriqui, Lincoln a ensuite sérieusement envisagé une petite île des Caraïbes au large des côtes de la république noire d’Haïti, l’Ile à Vache, en tant que site de réinstallation possible pour les Noirs libérés.

En décembre 1862, le président signe un contrat avec Bernard Kock, un homme d’affaires qui déclare avoir obtenu un bail à long terme sur l’île. Kock a accepté d’installer 5 000 Noirs sur l’île et de leur fournir un logement, de la nourriture, des médicaments, des églises, des écoles et un emploi, au coût de 50 $ chacun pour le gouvernement. En conséquence, environ 450 Noirs ont été transportés sur l’île aux frais du gouvernement fédéral, mais le projet n’a pas été un succès. Suite à une mauvaise organisation, à la corruption et à l’opposition du gouvernement haïtien, une centaine de déportés sont rapidement morts de maladie, de soif et de famine. En février-mars 1864, un navire affrété par le gouvernement ramena les survivants aux États-Unis. Après cela, le Congrès a annulé tous les fonds qu’il avait mis de côté pour la réinstallation des Noirs. 101

Fin des efforts de réinstallation

Au début de 1863, Lincoln discute avec son registre du Trésor d’un plan pour «retirer toute la race colorée des États esclavagistes au Texas». Apparemment, rien n’est sorti de la discussion. 102

Pressé par les exigences de la situation de guerre, et faute d’un site de réinstallation approprié ou même d’un soutien solide au sein de son propre cercle intérieur, Lincoln a apparemment abandonné les efforts de réinstallation spécifiques. Le 1er juillet 1864, le secrétaire présidentiel John Hay écrivait dans son journal: « Je suis heureux que le président ait rejeté cette idée de colonisation ». 103

Quels que soient ses mérites, la notion selon laquelle la question raciale de l’Amérique pourrait être résolue par une réinstallation massive de la population noire n’a probablement jamais eu de perspective réaliste de succès, compte tenu des réalités de la vie américaine. Écrivant dans  le Journal of Negro History , l’historien Paul Scheips résume: 104

… La colonisation à grande échelle des Noirs n’aurait pu réussir, si elle avait pu réussir, que si la Nation avait été prête à faire l’effort gigantesque de propagande, diplomatique, administratif, de transport et financier qui aurait été nécessaire. En fait, selon [l’historien Carl] Sandburg, « d’une certaine manière, personne ne s’en souciait ». Mais même si des centaines de milliers de Noirs avaient été colonisés, le problème racial de la Nation n’aurait pas été résolu.

Abolir l’esclavage

Un treizième amendement à la Constitution, qui interdirait l’esclavage aux États-Unis, a été adopté par le Sénat le 8 avril 1864. Parce que la Chambre n’a pas immédiatement approuvé le vote avec la majorité des deux tiers nécessaire, Lincoln, dans son message annuel du 6 décembre, a demandé à la Chambre de le reconsidérer. Le 31 janvier 1865, et avec trois voix de rechange, la Chambre l’approuve. À cette époque, l’esclavage avait déjà été aboli en Arkansas, en Louisiane, au Maryland et au Missouri, et une démarche similaire semblait imminente au Tennessee et au Kentucky. 105

Rencontre de Lincoln et Grant juste avant les discussions avec les Confédérés.

Le 3 février 1865, Lincoln et le secrétaire d’État Seward rencontrèrent une délégation de paix confédérée qui comprenait le vice-président confédéré Stephens. Lincoln a déclaré à la délégation qu’il était toujours favorable à l’indemnisation des propriétaires d’esclaves émancipés. Il n’a jamais été dans son intention, a déclaré le président, d’interférer avec l’esclavage dans les États; il y avait été poussé par nécessité. Il pense que les peuples du Nord et du Sud sont également responsables de l’esclavage. Si les hostilités cessaient et que les États abolissaient volontairement l’esclavage, pensait-il, le gouvernement indemniserait les propriétaires à hauteur, éventuellement, de 400 millions de dollars. Bien que la conférence n’ait pas été fructueuse, deux jours plus tard, Lincoln a présenté à son cabinet une proposition visant à affecter 400 millions de dollars au remboursement des propriétaires d’esclaves, à condition que les hostilités cessent le 1er avril.106

Dessin représentant la reddition du général Robert E. Lee à Appomatox ,le 9 avril 1865…aux mains du général Ulysse S. Grant .

Le 9 avril, le général Lee a rendu son armée au général Grant au palais de justice d’Appomatox, et fin mai, tous les combats avaient cessé. La guerre civile était finie.

La peur de Lincoln de la «guerre des races»

Peu de temps avant sa mort, le 15 avril 1865, Lincoln rencontra le général Benjamin F. Butler, qui rapporta que le président lui avait parlé « d’exporter » les Noirs. 107

« Mais que ferons-nous des nègres après leur libération? », A déclaré Lincoln. « Je peux à peine croire que le Sud et le Nord peuvent vivre en paix, à moins que nous puissions nous débarrasser des nègres … Je crois qu’il vaudrait mieux les exporter tous vers un pays fertile avec un bon climat, qu’ils auraient pu à eux-mêmes. » Parallèlement à une demande à Butler d’examiner la question de savoir comment utiliser au mieux « notre très grande marine » pour renvoyer « les Noirs », le président a mis à nu ses craintes pour l’avenir:

Si nos soldats noirs retournent dans le Sud, je crains qu’ils ne soient guère mieux avec leurs maîtres qu’auparavant, et pourtant ce seront des hommes libres. Je crains une guerre raciale, et ce sera au moins une guérilla parce que nous avons appris à ces hommes à se battre … Il y a beaucoup d’hommes dans le Nord qui fourniront des armes aux nègres s’il y a oppression d’eux par leurs défunts maîtres.

À son dernier jour, il semble que Lincoln ne croyait pas que l’harmonie entre le blanc et le noir était possible, et considérait la réinstallation des Noirs comme l’alternative préférable au conflit racial. « … Bien que Lincoln croyait à la destruction de l’esclavage », conclut l’historien noir Charles Wesley (dans un article du  Journal of Negro History ), « il a souhaité la séparation complète des blancs et des noirs. Tout au long de sa carrière politique, Lincoln a persisté à croire à la colonisation du Noir.  » 108

Frederick Douglass, un écrivain et activiste afro-américain doué qui connaissait Lincoln, le caractérisa dans un discours prononcé en 1876: 109

Dans son intérêt, dans son association, dans ses habitudes de pensée et dans ses préjugés, il était un homme blanc. Il était avant tout le président de l’homme blanc, entièrement dévoué au bien-être de l’homme blanc. Il était prêt et désireux à tout moment au cours des premières années de son administration de nier, de reporter et de sacrifier les droits de l’humanité aux personnes de couleur, afin de promouvoir le bien-être des blancs de ce pays.

Allan Nevins, l’un des historiens de l’histoire des États-Unis les plus prolifiques et les plus acclamés de ce siècle, a résumé le point de vue de Lincoln sur la question complexe de la race et sa vision de l’avenir de l’Amérique: 110

Sa conception dépassait la simple libération de quatre millions de gens de couleur; cela impliquait une modification profonde de la société, de l’industrie et du gouvernement américains. Une émancipation planifiée progressive, un transport concomitant de centaines de milliers et peut-être même de millions de personnes à l’étranger, une soignante soignante gouvernementale des nouvelles colonies et un paiement de sommes sans précédent à la section ainsi privée de son ancienne main-d’œuvre – implications sans précédent.

La mise en œuvre de ce principe augmenterait considérablement le pouvoir du gouvernement national et élargirait ses capacités. Si cela était même partiellement réalisable, cela signifierait un long pas vers une homogénéité de la couleur et de la race du peuple américain, une stimulation rapide de l’immigration pour remplacer les travailleurs exportés, une position mondiale plus grande pour la république et un changement omniprésent dans les perspectives et les idées populaires. . La tentative ferait plus pour convertir le pays non organisé en une nation organisée que tout ce qui était encore prévu. Impossible et indésirable même si possible? — Probablement; mais Lincoln a maintenu sa vision.

Pour la plupart des Américains aujourd’hui, le plan de Lincoln de « résoudre » le problème racial vexant de l’Amérique en réinstallant les Noirs dans un pays étranger semble probablement bizarre et tout à fait impossible, sinon scandaleux et cruel. Dans le même temps, cependant, et en particulier dans le contexte de la terrible guerre civile qui a coûté tant de vies, il convient de se demander pourquoi et comment un plan aussi farfelu a pu gagner le soutien d’un chef de file la stature et la sagesse d’Abraham Lincoln.

Vous aimerez aussis:

L’histoire du contrôle  monétaire aux États-Unisun complot contre le peuple

Portraits remarquables d’Abraham Lincoln avant sa présidence


 

Notes

1. Benjamin Quarles,  Lincoln and the Negro  (New York: Oxford Univ. Press, 1962), p. 21-27; Nathaniel Weyl et William Marina,  Hommes d’État américains sur l’esclavage et le nègre  (Arlington House, 1971), pp. 197-198 .; Carl Sandburg,  Abraham Lincoln: The Prairie Years  (New York: Harcourt, Brace & World, 1926 [deux volumes]), vol. I, pp. 330-334.

2. Benjamin Thomas,  Abraham Lincoln  (New York: Alfred A. Knopf, 1952), p. 85, 89, 260, 480. Alors que le frère aîné et la demi-sœur de Mary Todd Lincoln sont restés fidèles à l’Union pendant la guerre civile, un autre frère, David, trois demi-frères et les maris de trois demi-sœurs se sont battus aux côtés de la Confédération. (Frère David, un demi-frère nommé Alec, et le mari d’une demi-sœur ont perdu la vie dans les combats.)

3. B. Thomas,  Abraham Lincoln  (1952), p. 121-122.

4. Benjamin Quarles,  Lincoln and the Negro  (New York: 1962), p. 36-37; Stephen B. Oates,  With Malice Toward None: The Life of Abraham Lincoln  (New York: Harper & Row, 1977), p. 158.

5. Roy P. Basler, éditeur, et al.,  The Collected Works of Abraham Lincoln  (Nouveau-Brunswick, NJ: Rutgers Univ. Press, 1953-1955 [huit volumes et index]), vol. II, p. 255-256. (Cité ci-après sous le nom de R. Basler,  Collected Works .); David A. Hollinger et Charles Capper, éd.,  The American Intellectual Tradition  (New York: Oxford Univ. Press, 1989), vol. I, p. 378-379.

6. R. Basler, Oeuvres collectées (1953), vol. II, p. 405, 408, 409.

7. John Hope Franklin,  From Slavery to Freedom: A History of Negro Americans  (New York: A. Knopf, 1964 [2e éd.]), P. 234-235. [Dans la cinquième édition de 1980, voir pages 108-109, 177.] .; Leslie H. Fischel, Jr., et Benjamin Quarles,  The Negro American: A Documentary History  (New York: W. Morrow, 1967), pp. 75-78 .; Arvarh E. Strickland, «Negro Colonization Movements to 1840»,  Lincoln Herald  (Harrogate, Tenn.: Lincoln Memorial Univ. Press), vol. 61, n ° 2 (été 1959), pp. 43-56 .; Earnest S.Cox,  Lincoln’s Negro Policy  (Torrance, Californie: Noontide Press, 1968), p. 19-25.

 

Thomas Jefferson a décrit son plan de réinstallation des Noirs dans  Notes on the State of Virginia  (apparemment publié pour la première fois en 1785): « Pour émanciper tous les esclaves nés après l’adoption de la loi [une proposition de loi] … [Ils] devraient continuer avec leurs parents. jusqu’à un certain âge, puis être élevé, aux frais du public, au labour, aux arts ou aux sciences, selon leurs génies, jusqu’à ce que les femelles aient dix-huit ans et les mâles de vingt et un ans, quand ils devraient être colonisés un endroit que les circonstances de l’époque devraient rendre le plus approprié, en les envoyant avec des armes, des instruments de ménage et des objets d’artisanat, des graines, des paires d’animaux domestiques utiles, etc., pour les déclarer peuple libre et indépendant, et de leur étendre notre alliance et notre protection jusqu’à ce qu’ils aient acquis de la force … « (Source:  La vie et certaines œuvres de Thomas Jefferson  [New York: Bibliothèque moderne, 1944], p. 255. Également cité dans: Nathaniel Weyl et William Marina,  American Statesmen on Slavery and the Negro  [Arlington House, 1971], p. 83.) Pour plus d’informations sur le point de vue de Jefferson sur la question de la race et son soutien à l’expulsion forcée, voir: N. Weyl et W. Marina,  American Statesmen on Slavery and the Negro  (1971), p. 71-100.

8. Nathaniel Weyl et William Marina,  Hommes d’État américains sur l’esclavage et le nègre  (Arlington House, 1971), pp. 132-134 .; Allan Nevins,  Ordeal of the Union  (New York: C. Scribner’s Sons, 1947), vol. I (« Fruits of Manifest Destiny, 1847-1852 »), pp. 511-517 .; Robert William Fogel,  Sans consentement ni contrat: l’essor et la chute de l’esclavage américain  (New York: 1989), p. 251-254.

9. Henry N. Sherwood, «La formation de l’American Colonization Society»,  The Journal of Negro History , vol. II, (juillet 1917), pp. 209-228 .; Earnest Cox,  Lincoln’s Negro Policy  (1968), p. 19-25; Allan Nevins,  Ordeal of the Union  (New York: C. Scribner’s Sons, 1960), vol. I (« Fruits of Manifest Destiny, 1847-1852 »), pp. 511-516 .; Congressional Globe , 25th Congress, 1st Session, Pt. 1, p. 293-298.

10. CI Foster, «La colonisation des nègres libres au Libéria, 1816-1835»,  The Journal of Negro History , vol. 38 (janvier 1953), pp. 41-66 .; John Hope Franklin,  From Slavery to Freedom  (New York: 1964 [2e éd.]), Pp. 235-236 ,; Allan Nevins,  Ordeal of the Union  (New York: C. Scribner’s Sons, 1960), vol. I (« Fruits of Manifest Destiny, 1847-1852 »), pp. 511-516.

11. John Hope Franklin,  De l’esclavage à la liberté: une histoire des Noirs américains  (New York: A. Knopf, 1964 [2e éd.]), P. 235.

12. Lois générales de l’État de l’Indiana, adoptées à la 34e session de l’Assemblée générale (Indianapolis: 1850), [Chap. XXVII], p. 247.

13. Congressional Globe, 35th Congress, 1st Sess., Pt. 1, p. 293-298. Voir aussi: Allan Nevins,  The War for the Union , volume II, « War Becomes Revolution, 1862-1863 » (New York: C. Scribner’s Sons, 1960), pp. 516-517. [Il s’agit du volume VI de  l’épreuve de l’Union .]

14. R. Basler,  Oeuvres collectées  (1953), vol. III, p. 29 .; En 1864, Lincoln a déclaré au membre du Congrès James Rollins: « Vous et moi étions de vieux whigs, nous tous deux adeptes de ce grand homme d’État, Henry Clay, et je vous dis que je n’ai jamais eu d’opinion sur le sujet de l’esclavage dans ma vie que je n’avais pas obtenir de lui.  » Cité dans: Nathaniel Weyl et William Marina,  American Statesmen on Slavery and the Negro  (Arlington House, 1971), p. 196.

15. R. Basler,  Les œuvres recueillies d’Abraham Lincoln  (1953), vol. II, p. 132. Également cité dans: Stephen B. Oates,  With Malice Toward None: The Life of Abraham Lincoln  (New York: Harper & Row, 1977), pp. 105-107; Voir également: Allan Nevins,  The War for the Union , volume II, « War Becomes Revolution, 1862-1863 » (New York: C. Scribner’s Sons, 1960), p. 7.

16. R. Basler,  Oeuvres collectées  (1953), vol. II, pp. 298-299.

17. R. Basler,  Les œuvres recueillies d’Abraham Lincoln  (1953), vol. III, p. 16 .; Paul M. Angle, éd.,  Created Equal?: The Complete Lincoln-Douglas Debates of 1858  (Univ. Of Chicago Press, 1958), p. 117.

18. R. Basler,  Les œuvres rassemblées d’Abraham Lincoln  (1953), vol. III, pp. 145-146 .; James M. McPherson,  The Struggle for Equality  (Princeton Univ. Press, 1964), p. 23-24; Paul M. Angle, éd.,  Created Equal?: The Complete Lincoln-Douglas Debates of 1858  (Univ. Of Chicago Press, 1958), p. 235.

19. B. Thomas,  Abraham Lincoln  (1952), p. 192.

20. RP Basler, éd., Et al.,  The Collected Works Of Abraham Lincoln  (1953), vol. III, pp. 522-550, esp. pages 535, 541 .; Le texte complet se trouve également dans: Robert W. Johannsen,  Democracy on Trial: 1845-1877  (New York: McGraw-Hill, 1966), pp. 105-119 .; Voir aussi: Richard N. Current,  The Lincoln Nobody Knows  (New York: McGraw Hill, 1958), p. 220.

21. Richard N. Current,  The Lincoln Nobody Knows  (New York: 1958), p. 83.

22. R. Current,  The Lincoln Nobody Knows  (1958), p. 77.

23. B. Thomas,  Abraham Lincoln  (1952), pp. 224-225.

24. L’un des fils de Crittenden servirait plus tard comme général de l’armée confédérée, tandis qu’un autre servirait de général dans les forces fédérales.

25. R. Current,  The Lincoln Nobody Knows  (1958), pp. 87-92 .; Stephen Oates,  With Malice Toward None  (New York: 1977), p. 199-200.

26. Leland D. Baldwin,  The Stream of American History  (New York: American Book Co., 1952 [deux volumes], vol. I, 293. Il est également souvent ignoré qu’il y avait plus de 250 000 Noirs libres dans le Sud. Rien qu’à la Nouvelle-Orléans, plus de 3 000 Noirs libres possédaient eux-mêmes des esclaves noirs, dont beaucoup étaient classés comme des magnats des esclaves. Plus de 8 000 Noirs appartenaient à des Indiens de Floride et de l’Ouest qui soutenaient et combattaient souvent aux côtés de la Confédération.

27. B. Thomas,  Abraham Lincoln  (1952), p. 180 .; Roger Butterfield,  The American Past  (New York: 1947), p. 153-154.

28. B. Thomas,  Abraham Lincoln  (1952), p. 226-227.

29. RP Basler,  Les œuvres rassemblées d’Abraham Lincoln  (1953), vol. IV, p. 160 .; R. Current,  The Lincoln Nobody Knows  (1958), p. 85.

30. R. Current,  The Lincoln Nobody Knows  (1958), pp. 85-86.

31. R. Current,  The Lincoln Nobody Knows  (1958), p. 86.

32. B. Thomas,  Abraham Lincoln  (1952), p. 246 .; Le texte complet du discours inaugural de Lincoln en 1861 se trouve dans: Robert W. Johannsen,  Democracy on Trial: 1845-1877  (New York: McGraw-Hill, 1966), pp. 161-168, et dans: RP Basler,  The Collected Works Of Abraham Lincoln  (1953), vol. IV, pp. 262-271.

33. Allan Nevins,  The Emergence of Lincoln: Prologue to Civil War, 1859-1861  (New York: C. Scribner’s Sons, 1950), p. 468-469. [Il s’agit du volume IV de l’  épreuve de l’Union .]

34. Stephen B. Oates,  With Malice Toward None: The Life Of Abraham Lincoln  (1977), p. 196, 197, 204, 209, 226-227. Voir aussi: Sam G. Dickson, «Briser l’icône d’Abraham Lincoln»,  The Journal of Historical Review  (vol. 7, no 3), automne 1986, p. 327.

35. R. Current,  The Lincoln Nobody Knows  (1958), p. 105.

36. R. Current,  The Lincoln Nobody Knows  (1958), p. 110.

37. R. Current,  The Lincoln Nobody Knows  (1958), p. 117.

38. R. Current,  The Lincoln Nobody Knows  (1958), p. 221 .; B. Thomas,  Abraham Lincoln  (1952), p. 275-277.

39. R. Current,  The Lincoln Nobody Knows  (1958), p. 221.

40. JH Franklin,  From Slavery to Freedom  (1964 [2e éd.]), P. 268-271. [Dans la cinquième édition de 1980, c’est pp. 207-208.] .; Voir aussi: Allan Nevins,  The War For The Union , vol. III, « La guerre organisée, 1863-1864 » (New York: 1971), pp. 418-419, 428, 432. [Il s’agit du volume VII de l’  épreuve de l’Union .]

41. En janvier 1861, l’influent  New York Tribune  proposa un plan pour l’émancipation progressive et compensée des 600 000 esclaves du Delaware, du Maryland, du Missouri, de l’Arkansas, du Texas et de la Louisiane. Le gouvernement fédéral, a insisté le journal, devrait s’approprier suffisamment d’argent pour indemniser les détenteurs d’esclaves en moyenne 400 $ par esclave. Voir: James M. McPherson,  The Struggle for Equality  (1964), p. 40 .; Allan Nevins,  The War for the Union , volume II, «War Becomes Revolution, 1862-1863», (New York: C. Scribner’s Sons, 1960), p. 7 (note 9). [Il s’agit du volume VI de l’  épreuve de l’Union .] En 1854, Jacob Dewees de Philadelphie a publié un livre de 236 pages,  The Great Future of Africa and America; un essai montrant tout notre devoir envers l’homme noir, compatible avec notre propre sécurité et notre gloire. Dewees a exhorté l’émancipation compensée, à payer par le produit de la vente des terres publiques et le transport des Noirs en Afrique, un processus qui pourrait prendre jusqu’à un siècle. Source: Allan Nevins,  Ordeal of the Union  (New York: Charles Scribner’s Sons, 1960), vol. I (« Fruits du destin manifeste, 1847-1852 »), p. 517 (note 29).

42. James M. McPherson,  La lutte pour l’égalité  (1964), p. 155 .; A. Nevins,  La guerre pour l’Union , volume II, « La guerre devient révolution, 1862-1863 » (New York: 1960), p. 8 (note 12).

43. 36e Congrès, 1re session, Chambre des représentants, Rapport No. 568: Rapport de l’hon. FH Morse, du Maine, de la commission des affaires navales, HR en relation avec le contrat passé par le secrétaire de la Marine pour le charbon et autres privilèges sur l’isthme de Chiriqui .; À cette époque, la région de Chiriqui faisait partie de la Nouvelle-Grenade .; Sur le projet Chiriqui, voir aussi: Paul J. Scheips, «Lincoln and the Chiriqui Colonization Project»,  The Journal of Negro History , Vol. 37, n ° 4, (octobre 1952), pp. 418-420 .; Nathaniel Weyl et William Marina,  Hommes d’État américains sur l’esclavage et le nègre  (1971), pp. 215-216 .; Allan Nevins,  La guerre pour l’Union, volume II, « La guerre devient révolution, 1862-1863 » (New York: C. Scribner’s Sons, 1960), p. 7.; RP Basler, éd., Et al,  The Collected Works Of Abraham Lincoln  (1953), Vol. V, pp. 370-371 (note).

44. «Considérations importantes pour le Congrès», pièce jointe avec Ninian W. Edwards à Abraham Lincoln, 9 août 1861.  Collection Robert Todd Lincoln des papiers d’Abraham Lincoln  (Washington: Bibliothèque du Congrès, 1947 [194 volumes]), vol . 52, f. 11109. (Ci-après citée  Lincoln Collection .) .; Également cité dans: Paul J. Scheips, «Lincoln and the Chiriqui Colonization Project»,  The Journal of Negro History , vol. 37, n ° 4 (octobre 1952), pp. 420-421.

45. FP Blair, Sr. à A. Lincoln, 16 novembre 1861.  Collection Lincoln , vol. 61, ff. 13002-13014 .; Également cité dans: PJ Scheips, « Lincoln … »,  The Journal of Negro History , Vol. 37, n ° 4, pp. 420-421.

46. ​​A. Lincoln à Simon Cameron, [?] Décembre 1861,  Collection Lincoln , vol. 64, f. 13636 .; Également cité dans: PJ Scheips, « Lincoln … »,  The Journal of Negro History , Vol. 37, n ° 4 (1952), p. 421.

47. A. Lincoln à Gideon Welles, décembre [?], 1861,  Lincoln Collection  (précité), vol. 64, ff. 13637-13638.

48. Allan Nevins,  The War For The Union , volume II, «War Becomes Revolution, 1862-1863», (New York: C. Scribner’s Sons, 1960), p. 6-8. [Il s’agit du volume VI de l’  épreuve de l’Union .]

49. RP Basler et coll.,  The Collected Works Of Abraham Lincoln  (1953), vol. V, pp. 35-53, esp. p. 48.

50. Stephen B. Oates,  With Malice Toward None: The Life Of Abraham Lincoln  (New York: Harper & Row, 1977), p. 299 .; Nathaniel Weyl et William Marina,  Hommes d’État américains sur l’esclavage et le nègre  (1971), p. 216.

51. Allan Nevins,  The War For The Union , volume II, «War Becomes Revolution, 1862-1863», (New York: C. Scribner’s Sons, 1960), p. 31.

52. A. Nevins,  La guerre pour l’Union , volume II, «La guerre devient révolution, 1862-1863» (New York: 1960), p. 32.

53. A. Nevins,  La guerre pour l’Union , volume II, (1960), pp. 32-33.

54. R. Basler, éd., Et al,  Collected Works  (1953), vol. V, p. 318 .; Robert W. Johannsen,  Democracy on Trial: 1845-1877  (New York: McGraw-Hill, 1966), p. 265.

55. N. Weyl et W. Marina,  American Statesmen  (1971), pp. 216-217 .; 37e Congrès, 2e session, Public Laws of the United States (Boston, 1861-1862), XII, p. 378.

56. R. Basler,  Oeuvres collectées  (1953), vol. V, p. 192.

57. Charles H. Wesley, «Le plan de Lincoln pour coloniser les nègres émancipés»,  The Journal of Negro History , vol. IV, no 1 (janvier 1919), p. 11 .; Paul J. Scheips, «Lincoln …»,  The Journal of Negro History , vol. 37, n ° 4, pp. 422-424 .; N. Weyl et W. Marina,  American Statesmen on Slavery and the Negro  (1971), pp. 216-217; RP Basler,  Les œuvres rassemblées d’Abraham Lincoln  (1953), vol. V, p. 32 .; B. Thomas,  Abraham Lincoln  (1952), p. 360.

58. Caleb Smith à A. Lincoln, 23 avril 1862, 47e Congrès, 1re session, Chambre des représentants, Exec. Doc. 46, Résolutions de la Chambre des représentants relatives à certains terrains et ports connus sous le nom de Chiriqui Grant, p. 132. (Ci-après dénommé Rapport sur la subvention Chiriqui.). ; Ce document est cité dans: PJ Scheips, « Lincoln … »,  The Journal of Negro History , Vol. 37, n ° 4 (1952), p. 425 .; Voir aussi: A. Nevins,  The War For The Union , volume II, «War Becomes Revolution, 1862-1863», (New York: 1960), p. 148 (note 16).

59. A. Nevins,  La guerre pour l’Union , volume II, «La guerre devient révolution, 1862-1863» (New York: 1960), p. 148 (note 16).

60. James Mitchell à A. Lincoln, 18 mai 1862.  Collection Lincoln  (précitée), vol. 76, f. 16044 .; PJ Scheips, «Lincoln …»,  The Journal of Negro History , vol. 37, n ° 4 (1952), pp. 426-427.

61. R. Basler et coll.,  Collected Works  (1953), vol. V, pp. 370-375 .; Un compte rendu de cette réunion est également donné dans: Nathaniel Weyl et William Marina,  American Statesmen on Slavery and the Negro  (1971), pp. 217-221 .; Voir aussi: Paul J. Scheips, « Lincoln … »,  The Journal of Negro History , Vol. 37, n ° 4, pp. 428-430.

62. « The Colonization Scheme »,  Detroit Free Press , 15 août (ou 27), 1862. Voir aussi: Paul J. Scheips, « Lincoln … »,  The Journal of Negro History , vol. 37, n ° 4, pp. 437-438.

63. James Mitchell, commissaire à l’émigration, aux ministres de la race colorée des États-Unis, 1862.  Collection Lincoln  (précitée à la note 44), vol, 98, ff. 20758-20759.

64. Edwin M. Thomas à A. Lincoln, 16 août 1862.  Collection Lincoln  (précitée), vol. 84, ff. 17718-17719.

65. Bedford Pim,  La porte du Pacifique  (Londres: 1863), pp. 144-146 .; Cité dans: Paul J. Scheips, « Lincoln … »,  The Journal of Negro History , Vol. 37, n ° 4 (1952), pp. 436-437 .; James M. McPherson,  The Negro’s Civil War  (New York: 1965), p. 95 .; «Colonization Scheme»,  Detroit Free Press , 15 (ou 27 août), 1862.

66. Paul J. Scheips, «Lincoln …»,  The Journal of Negro History , vol. 37, n ° 4 (1952), pp. 437-438.

67. Rapport sur la subvention Chiriqui (précité à la note 58), pp. 134-136; Paul J. Scheips, «Lincoln …»,  The Journal of Negro History , vol. 37, n ° 4 (1952), pp. 432-433.

68. 39e Congrès, 1re sess., Document exécutif du Sénat 55. Rapport sur le transport, l’établissement et la colonisation des personnes de race africaine, p. 16-17.

69. Caleb Smith à Robert Murphy, 16 septembre 1862. 39e congrès, 1re sess., Document exécutif du Sénat 55. Rapport sur le transport, l’établissement et la colonisation des personnes de race africaine, p. 17.

70. Caleb Smith à Samuel Pomeroy, 20 septembre 1862. 39e congrès, 1re sess., Sénat exécutif. Doc. 55. Rapport sur le transport, l’établissement et la colonisation des personnes de race africaine, p. 17.

71. Caleb Smith à S. Pomeroy, 20 septembre 1862. Même source, p. 17.

72. James M. McPherson,  The Struggle for Equality  (1964), p. 80, 81, 82, 89, 93, 94.

73. John H. Franklin,  From Slavery to Freedom  (New York: 1964 [2e éd.]), P. 277 .; Stephen Oates,  With Malice Toward None  (1977), p. 299.

74. Benjamin Quarles,  Lincoln and the Negro  (New York: 1962), pp. 126-127 .; B. Thomas,  Abraham Lincoln  (1952), p. 334.

75. Le texte complet de la proclamation préliminaire d’émancipation de Lincoln du 22 septembre 1862 est imprimé dans: Robert W. Johannsen,  Democracy on Trial: 1845-1877  (New York: McGraw-Hill, 1966), pp. 266-268, et dans: RP Basler,  The Collected Works Of Abraham Lincoln  (1953), vol. V, pp. 433-436.

76. Le texte complet de la Proclamation d’émancipation finale est imprimé dans: Carl Sandburg,  Abraham Lincoln: The Prairie Years and The War Years , (New York: 1954 [édition en un seul volume]), pp. 345-346.

77. Allan Nevins,  La guerre pour l’Union , volume II, «La guerre devient révolution, 1862-1863» (New York: 1960), p. 235.

78. Benjamin Thomas,  Abraham Lincoln (1952), p. 333. Comme le reconnaissent les historiens, Lincoln n’a pas publié la Proclamation d’émancipation par souci altruiste des Noirs en esclavage. Si son objectif avait vraiment été uniquement de libérer des esclaves dans la Confédération, il aurait pu simplement appliquer fidèlement la deuxième loi de confiscation, par laquelle les esclaves confédérés placés sous le contrôle de l’Union ont été libérés. Il est également possible qu’ayant annoncé le 22 septembre 1862 qu’il fasse une proclamation finale d’émancipation le 1er janvier 1863, Lincoln ait une excuse pour ne pas respecter les lois sur la confiscation et pourrait écarter le soutien à la législation en suspens, qu’il opposé, cela permettrait aux Noirs de se battre pour l’Union. Il semble également que l’édit ait fourni au président un moyen de frustrer Thaddeus Stevens et d’autres abolitionnistes du Congrès, qui avait introduit une législation visant à faire des affranchis et des soldats des esclaves des quatre États détenteurs d’esclaves qui étaient restés avec l’Union. Selon cette interprétation, détient, Lincoln espérait utiliser le délai de cent jours avant la publication de la proclamation finale afin de faire des progrès irréversibles dans la mise en œuvre du projet de colonisation de Chiriqui et d’obtenir un soutien supplémentaire pour la réinstallation progressive des Noirs.

79. John H. Franklin,  From Slavery to Freedom  (1964 [2e éd.]), P. 283-286. [C’est apparemment p. 228 de l’édition 1974.]

80. Même source que la note de bas de page 79.

81. Entretien de Forrest dans le  Cincinnati Commercial , 28 août 1868. Réimprimé dans: Stanley Horn,  Invisible Empire: The Story of the Ku Klux Klan , 1866-1871 (Montclair, NJ: Patterson-Smith, 2nd ed., 1969), p. 414.

82. R. Basler, éd., Et al,  Collected Works  (1953), vol. V, p. 421.

83. B. Thomas,  Abraham Lincoln  (1952), p. 361.

84. A. Nevins,  La guerre pour l’Union , vol. II, « La guerre devient révolution, 1862-1863 » (New York: 1960), pp. 231-233 .; Fac-similé du texte de la lettre de Lincoln du 22 août 1862 à Greeley dans: Stefan Lorant,  Lincoln: A Picture Story of His Life  (New York: Bonanza, 1969), pp. 158-159 .; Voir aussi: R. Current,  The Lincoln Nobody Knows  (1958), p. 224 .; B. Thomas,  Abraham Lincoln  (1952), p. 342-343.

85. B. Thomas,  Abraham Lincoln  (1952), pp. 333, 356-359.

86. R. Current,  The Lincoln Nobody Knows  (1958), p. 227 .; N. Weyl et W. Marina,  Hommes d’État américains sur l’esclavage et le nègre  (1971), p. 226.

87. John H. Franklin,  From Slavery to Freedom  (New York: 1964 [2e éd.]), P. 278 .; Stephen Oates,  With Malice Toward None  (1977), p. 322, 339, 343.

88. Roger Butterfield,  The American Past  (New York: 1947), p. 172 .; Allan Nevins,  The War For The Union , volume II, « War Becomes Revolution, 1862-1863 » (New York: 1960), pp. 235-237.

89. John H. Franklin,  From Slavery to Freedom  (New York: 1964 [2e éd.]), P. 280.

90. Stephen Oates,  With Malice Toward None  (1977), p. 340 .; A. Nevins,  The War For The Union , volume II, « War Becomes Revolution, 1862-1863 » (New York: 1960), p. 236-237.

91. Carl Sandburg,  Abraham Lincoln: les années des Prairies et les années de guerre , (New York: 1954 [édition en un volume]), p. 347 .; Thomas A. Bailey,  Une histoire diplomatique du peuple américain  (New York: 1964 [7e édition]), p. 342 .; Voir aussi: A. Nevins,  The War For The Union , volume II, « War Becomes Revolution, 1862-1863 » (New York: 1960), pp. 270-273.

92. Joseph Henry à A. Lincoln, 5 septembre 1862.  Collection Lincoln  (précitée), vol. 86, ff. 18226-18227 .; Paul J. Scheips, «Lincoln …»,  The Journal of Negro History , vol. 37, n ° 4 (1952), pp. 430-431 .; Nathaniel Weyl et W. Marina,  Hommes d’État américains  (1971), p. 224 .; Gerstle Mack,  The Land Divided  (New York: 1944), p. 276.

93. Perley Poore,  Réminiscences de soixante ans dans la métropole nationale  (Philadelphie: 1866), II, pp. 107-108.

94. James L. Sellers, «James R. Doolittle»,  The Wisconsin Magazine of History , XVII (mars 1934), p. 302-304.

95. James R. Partridge à William Seward, 26 août 1862, AB Dickinson à W. Seward, 12 septembre 1862, et Pedro Zeledon à AB Dickinson, 12 septembre 1862.  Documents relatifs aux affaires étrangères , p. 891 -892, 897-898 .; Paul J. Scheips, «Lincoln …»,  The Journal of Negro History , vol. 37, n ° 4 (1952), pp. 443-444 (y compris note 50); N. Andrew Cleven, «Quelques plans pour coloniser les esclaves nègres libérés en Amérique hispanique»,  The Southwestern Political and Social Science Quarterly , VI (septembre 1925), p. 157.

96. Luis Molina à W. Seward, 19 septembre 1862. Documents relatifs aux affaires étrangères, pp. 899-903.

97. John Usher à Samuel Pomeroy, 7 octobre 1862. 39e congrès, 1re sess., Sénat exécutif. Doc. 55. Rapport sur le transport, l’établissement et la colonisation des personnes de race africaine, p. 21 .; Paul J. Scheips, «Lincoln …»,  The Journal of Negro History , vol. 37, n ° 4 (1952), pp. 440-441.

98. Paul J. Scheips, «Lincoln …»,  The Journal of Negro History , vol. 37, n ° 4 (1952), p. 441 .; Nathaniel Weyl et W. Marina,  Hommes d’État américains  (1971), p. 224.

99. R. Basler, éd., Et al,  Collected Works  (1953), vol. V, pp. 518-537, esp. pp. 520, 521, 530, 531, 534, 535. Également cité en partie dans: N. Weyl et W. Marina,  American Statesmen  (1971), pp. 225, 227.

100. R. Current,  The Lincoln Nobody Knows  (1958), p. 221-222, 228.

101. James M. McPherson, The Negro’s Civil War (New York: Panthéon, 1965), pp. 96-97 .; Charles H. Wesley, «Lincoln’s Plan …»,  The Journal of Negro History , vol. IV, n ° 1 (janvier 1919), p. 17-19; B. Thomas,  Abraham Lincoln  (1952), pp. 362-363 .; N. Weyl et W. Marina,  American Statesmen on Slavery and the Negro  (1971), p. 227-228; Stephen Oates,  With Malice Toward None  (1977), p. 342.

102. N. Weyl et W. Marina,  American Statesmen on Slavery and the Negro  (1971), pp. 228-229. Source citée: LE Chittenden,  Recollections of Abraham Lincoln .; Lincoln a apparemment également envisagé de mettre la Floride de côté comme asile ou réserve noire. Voir: Paul J. Scheips, «Lincoln …»,  The Journal of Negro History , vol. 37, n ° 4 (octobre 1952), p. 419.

103. Tyler Dennett, éd.,  Lincoln and the Civil War in the Diaries and Letters of John Hay  (New York: 1930), p. 203 .; Également cité dans: Paul J. Scheips, «Lincoln …»,  The Journal of Negro History , vol. 37, n ° 4, p. 439.

104. Paul J. Scheips, «Lincoln …»,  The Journal of Negro History , vol. 37, n ° 4 (octobre 1952), p. 453.

105. B. Thomas,  Abraham Lincoln  (1952), pp. 493-494.

106. B. Thomas,  Abraham Lincoln  (1952), pp. 501-503.

107. Benjamin Butler,  Autobiographie et souvenirs personnels du major-général Benjamin F. Butler  (Boston: 1892), pp. 903-908 .; Cité dans: Charles H. Wesley, «Lincoln’s Plan for Colonizing the Emancipated Negroes»,  The Journal of Negro History , vol. IV, no 1 (janvier 1919), p. 20 .; Earnest S. Cox,  Lincoln’s Negro Policy  (Torrance, Californie: 1968), pp. 62-64 .; Paul J. Scheips, «Lincoln and the Chiriqui Colonization Project»,  The Journal of Negro History , vol. 37, n ° 4 (octobre 1952), pp. 448-449. De l’avis de l’historien H. Belz, l’essentiel de ce que Butler rapporte que Lincoln lui a dit ici est « en accord avec les vues … [qu’il] a exprimées ailleurs concernant la reconstruction ». Voir: Herman Belz, Reconstruire l’Union: théorie et politique pendant la guerre civile  (Ithaca: 1969), p. 282-283. Cité dans: N. Weyl et W. Marina,  American Statesmen on Slavery and the Negro  (1971), p. 233 (n. 44). L’authenticité du rapport de Butler a été remise en question, notamment dans: Mark Neely, «Abraham Lincoln and Black Colonization: Benjamin Butler’s Spurious Testimony»,  Civil War History , 25 (1979), pp. 77-83. Voir aussi: GS Borritt, « The Voyage to the Colony of Linconia »,  Historian , n ° 37, 1975, pp. 629-630 .; Eugene H. Berwanger, «Lincoln’s Constitutional Dilemma: Emancipation and Black Suffrage»,  Papers of the Abraham Lincoln Association (Springfield, Ill.), Vol. V, 1983, pp. 25-38 .; Arthur Zilversmit, «Lincoln et le problème de la race»,  Papiers de l’Association Abraham Lincoln , Vol. II, 1980, p. 22-45.

108. Charles H. Wesley, «Le plan de Lincoln pour coloniser les nègres émancipés»,  The Journal of Negro History , vol. IV, no 1 (janvier 1919), p. 8.

109. Frederick Douglass, «Oration prononcée à l’occasion du dévoilement du monument du Freedman à la mémoire d’Abraham Lincoln», à Washington, DC, le 14 avril 1876. Cité dans: Nathaniel Weyl et William Marina,  hommes d’État américains sur l’esclavage et la Negro  (Arlington House, 1971), p. 169; et dans: Benjamin Quarles, éd.,  Frederick Douglass  (Englewood Cliffs, NJ: 1968), p. 74.

110. Allan Nevins,  La guerre pour l’Union , volume II, «La guerre devient révolution, 1862-1863» (New York: C. Scribner’s Sons, 1960), p. 10. [Volume VI de l’  épreuve de l’Union .]

 


De:  The Journal of Historical Review , sept.-oct. 1993 (vol. 13, n ° 5), pages 4-25.

 


 

A propos de l’auteur

Robert Morgan

 

 

Robert Morgan est le nom de plume d’un écrivain titulaire d’un baccalauréat en études générales de l’Indiana University-Purdue University (Indianapolis), ainsi que de certificats d’études supérieures en gestion publique (Indiana University, South Bend) et en études syndicales (IU-Purdue , Indianapolis). Au moment où il a écrit cet article, il préparait un Master of Public Affairs (IU, South Bend). Il a été publié plus de 65 fois dans 15 périodiques, dont Res Gestae de l’Indiana Bar Association  , le National Council on Crime and Delinquency’s  Crime & Delinquency , la Indiana University  Preface , l’  Indiana Criminal Law Review et l’  Indianapolis Star .

Tout a débuté il y a exactement 400 ans, à la fin août 1619 à Point Comfort (l’actuel Fort Monroe), en Virginie.
Le White Lion, navire pirate anglais battant pavillon hollandais, accoste alors avec à son bord une vingtaine d’Africains arrachés quelques semaines plus tôt au royaume de Ndongo, dans l’actuel Angola. Le White Lion les a capturés comme butin sur le navire portugais Sao Joao Baptista faisant route vers Veracruz, au Mexique.
Les négriers avaient embarqué environ 350 malheureux en Afrique. Les rescapés débarqués dans la colonie naissante sont maintenant considérés comme les premiers esclaves africains en Amérique du Nord.

 

 

 

Histoire et numismatique:Le 19 juin 1865 et le festival de Juneteenth

Juneteenth (un portemanteau de juin et du dix-neuvième; également connu sous le nom de Freedom Day) est un jour férié américain non officiel et un jour férié officiel du Texas, célébré chaque année le 19 juin aux États-Unis pour commémorer le général de l’armée de l’Union Gordon Granger annonçant des ordres fédéraux dans le ville de Galveston, Texas, le 19 juin 1865, proclamant que tous les esclaves du Texas étaient désormais libres. Bien que la proclamation d’émancipation les ait officiellement libérés près de deux ans et demi plus tôt et que la guerre de Sécession ait largement pris fin avec la défaite des États confédérés en avril, le Texas était le plus éloigné des États esclavagistes, avec une faible présence de troupes de l’Union , de sorte que l’application de la proclamation avait été lente et incohérente.

Bien que ce jour marque l’émancipation de tous les esclaves de la Confédération, l’institution de l’esclavage était toujours légale et existait dans les États frontaliers de l’Union après le 19 juin 1865. L’esclavage aux États-Unis n’a pas officiellement pris fin avant la ratification du treizième amendement à la la Constitution des États-Unis le 6 décembre 1865, qui a aboli l’esclavage entièrement dans tous les États et territoires américains.

Pendant la guerre de Sécession, le président Abraham Lincoln a publié la Proclamation d’émancipation préliminaire le 22 septembre 1862. Elle a été officiellement publiée le 1er janvier 1863, déclarant que toutes les personnes asservies dans les États confédérés d’Amérique en rébellion et non aux mains de l’Union devaient être libéré.

 

Plus isolés géographiquement, les planteurs et autres esclavagistes avaient migré vers le Texas des États de l’Est pour échapper aux combats, et beaucoup ont amené avec eux des esclaves, augmentant par milliers la population asservie de l’État à la fin de la guerre civile. Bien que la plupart vivent dans des zones rurales, plus de 1 000 résidaient à Galveston et à Houston en 1860, dont plusieurs centaines dans d’autres grandes villes. En 1865, il y avait environ 250 000 esclaves au Texas.

La nouvelle de la reddition du général Robert E. Lee le 9 avril 1865 parvint au Texas plus tard dans le mois. L’armée de l’Ouest du Trans-Mississippi ne se rendit que le 2 juin. Le 18 juin, le général de l’armée de l’Union, Gordon Granger, arriva à Galveston Island avec 2 000 soldats fédéraux pour occuper le Texas au nom du gouvernement fédéral. Le lendemain, debout sur le balcon de la villa Ashton de Galveston, Granger a lu à haute voix le contenu de « l’Ordre général n ° 3 », annonçant l’émancipation totale des personnes détenues comme esclaves:

<< Le peuple du Texas est informé que, conformément à une proclamation de l’exécutif des États-Unis, tous les esclaves sont libres. Cela implique une égalité absolue des droits personnels et des droits de propriété entre les anciens maîtres et les esclaves, et le lien existant jusqu’à présent entre eux devient celui entre l’employeur et la main-d’œuvre salariée. Il est conseillé aux affranchis de rester tranquillement dans leur maison actuelle et de travailler pour un salaire. Ils sont informés qu’ils ne seront pas autorisés à collecter aux postes militaires et qu’ils ne seront pas non plus soutenus dans l’oisiveté là ou ailleurs. « 

Bien que cet événement soit communément considéré comme « la fin de l’esclavage », la proclamation d’émancipation ne s’appliquait pas à ceux qui étaient réduits en esclavage sur le territoire tenu par l’Union, qui ne seraient libérés que plusieurs mois plus tard, le 18 décembre 1865, que le Le treizième amendement a été ratifié le 6 décembre 1865. La liberté des anciens esclaves du Texas a obtenu un statut juridique dans une série de décisions de la Cour suprême du Texas entre 1868 et 1874.

Les célébrations remontent à 1866, impliquant d’abord des rassemblements communautaires centrés sur l’église au Texas. Il s’est répandu dans le Sud et est devenu plus commercialisé dans les années 1920 et 1930, souvent centré sur un festival gastronomique. Pendant le mouvement des droits civiques des années 1960, il a été éclipsé par la lutte pour les droits civils de l’après-guerre, mais a de nouveau gagné en popularité dans les années 1970 en mettant l’accent sur la liberté et les arts afro-américains. Au 21e siècle, le Juneteenth était célébré dans la plupart des grandes villes des États-Unis.


PIÈCES RELATIVES À CETTE ÉPOQUE

1866 1 cent Indian head cent non listée très rare
A une conception devant le visage de l’indien qui devrait être un champ vide …. erreur très inhabituelle!
Évaluation sommaire de la pièce :$4,000 US.

 

CSA 1862 Monnaie confédérée T-39 Train sur  billets de banque de 100 $,
CSA 1862 Monnaie confédérée T-39 Train sur billets de banque de 100 $, revers

 

Médaille présidentielle Abraham Lincoln par George T. Morgan. Publié par la monnaie américaine. Bord lisse lisse, Ae 76 mm, 230,8 g, vers 1960; non distribué dans la boîte d’origine.

 

Pièce de monnaie, États-Unis, Half Dollar, 1946, US Mint, Denver«  Argent

État de Caroline du Sud, 1er décembre 1873, 2 dollars, Cr. 14

Imprimé par American Bank Note Company, New York

S / N: 1156, plaque B

Signé par Francis Lewis Cardozo, trésorier

Branches de coton avec des capsules, des fermières portant des gerbes de céréales en dessous / scène du port d’État avec des navires et des balles de coton au centre, protecteur vert en dessous / « 2 » dans le comptoir, vignette portrait de Marie De Montijo Eugénie ci-dessous, dos vert orné

CU, avec endossement du manuscrit au dos

Francis Lewis Cardozo (1836 – 1903), signataire de cette note, a été le premier afro-américain à occuper un poste à l’échelle de l’État aux États-Unis. Il a été élu secrétaire d’État de Caroline du Sud en 1868. Cardozo a occupé ce poste jusqu’en 1872, date à laquelle il est devenu trésorier d’État de Caroline du Sud. Il était diplômé de l’Université de Glasgow, éminent pasteur presbytérien, éducateur, instructeur à l’Université Howard et fonctionnaire du Département du Trésor des États-Unis.


 

1955 DDO Lincoln 1C NGC MS63 Marron
Valeur:2300 $US

 

État de Caroline du Nord, 1er janvier 1863, 25 cents, Cr. 143

 

 

 

Réécrire l’histoire:L’holocauste et le génocide des musulmans imposés par les États-Unis après le 11 septembre

Le scientifique australien et expert en holocauste / génocide Gideon Polya discute de son nouveau livre brillant et important, US-Imposed Post-9/11 Muslim Holocaust & Muslim Genocide. Il y définit les termes holocauste et génocide, esquisse le contexte historique et expose sans relâche le meurtre mené par les États-Unis de 27 millions de musulmans dans les guerres du 11 septembre, ainsi que des millions d’autres dans des événements connexes (la guerre contre l’Iran depuis 1978, le Irak depuis 1990, sur la Somalie depuis 1992, sur la Palestine depuis 1916, etc.).

Mon introduction, qui sera certainement controversée, commence ainsi:

«Le champ académique des études sur l’Holocauste, comme le champ fictif des études hitlériennes dans le roman de Dan DeLillo, White Noise, a un objectif absurdement étroit. Si vous recherchez des articles sur les études sur l’Holocauste sur Google Scholar ou Academia.edu, vous trouverez plusieurs dizaines de milliers d’articles, presque tous traitant de questions liées aux crimes dirigés par les Allemands contre les Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. En effet, le terme même Holocauste, dont le sens originel était « offrande brûlée », a été quasiment une marque déposée par des juifs sionistes qui s’opposent fermement à ce qu’il soit utilisé pour décrire tout autre épisode historique de meurtre de masse, sauf un: le prétendument pré-planifié, l’extermination bureaucratique ordonnée et délibérée de six millions de Juifs européens, principalement dans des chambres à gaz, entre 1942 et 1945 [1]. Le H majuscule de l’Holocauste fonctionne comme une sorte de marque déposée cachée, suggérant que cet épisode particulier ne ressemble à aucun autre… »(Et il devient même plus controversé à partir de là…)

Ma conclusion:

«Le travail de Polya sur la mortalité évitable et les holocaustes cachés nous oblige à faire face à la question: est-ce que nous, les humains, arrêterons jamais de sacrifier des boucs émissaires sacrifier l’Autre? Arriverons-nous jamais à devenir les gardiens de nos frères et sœurs?»

Source : Gideon Polya on “US-Imposed Post-9/11 Muslim Holocaust & Muslim Genocide”

Truth Jihad / Kevin Barrett • June 15, 2020

———————————————–

L’holocauste indien et le génocide des Musulmans par les États-Unis et l’Angleterre

Un exemple parmi des milliers d’autres : l’administration coloniale anglaise réprima très violemment l’insurrection au Kenya au début des années 50, entraînant la mort de dizaines de milliers de Kenyans. Des milliers d’autres ont été emprisonnés dans des camps et soumis à des violences extrêmes dont les preuves sont consignées dans les dossiers du Foreign Office : exécutions arbitraires, torture, abus sexuels, castrations, travaux forcés, privations de toutes sortes…

Charles Dickens

Mais ce qu’on oubliera de dire, pendant les célébrations, c’est qu’en réalité Charles Dickens, comme beaucoup de ses contemporains britanniques, était un raciste génocidaire [2]. Voilà ce qu’il a écrit à Emile de la Rue, le 23 octobre 1857 à propos de la soi-disant mutinerie indienne de 1857 : « Je voudrais être Commandant en Chef là-bas |[Inde] ! Voilà ce que je dirais à ces orientaux à qui il faut parler fermement (ce texte devrait d’ailleurs être énergiquement traduit dans tous les dialectes locaux), « Moi l’Inimitable, qui exerce une fonction dont je crois profondément qu’elle m’a été donnée par Dieu et non par Satan, j’ai l’honneur de vous informer, vous peuple indien, qu’il est de mon intention de procéder, en évitant autant que possible les cruautés inutiles et en opérant par miséricorde avec la plus grande célérité, à l’éradication de votre Race de la surface du globe car votre Race a défiguré la terre par des atrocités abominables [2000 Anglais ont été tués pendant la guerre d’indépendance de 1857 ou Mutinerie indienne de 1857] (voir Grace Moore (2004), « Dickens and the Empire. Discourses of class, race, and colonialism in the works of Charles Dickens » (Ashgate Publishing, Aldershot, UK) :  amazon.com).

Dickens n’était pas le seul de son espèce et le pouvoir britannique a agi avec une brutalité sans pareil. L’historien indien, Amaresh Misra, affirme dans son ouvrage « Guerre des civilisations : L’Inde en 1857 », que les Britanniques ont tué 10 millions d’Indiens en représailles pour les 2000 Anglais tués pendant la rébellion de 1857 (la soi-disant mutinerie indienne). Je cite : « Ce fut un holocauste, au cours duquel des millions de personnes disparurent. Ce fut un holocauste nécessaire aux yeux des Britanniques, parce qu’ils pensaient que le meilleur moyen d’avoir le dessus était d’exterminer toute la population des villes et des villages. Ce fut simple et sans merci. Les Indiens qui se trouvaient sur leur route étaient tués. Mais l’ampleur du massacre a été tenue secrète ». Mais pour les écrivains anglais, qui persistent à nier cet holocauste, environ 100 000 Indiens ont été tués. (voir l’article de Randeep Ramesh du Guardian du 24 août 2007 intitulé « India ‘s secret history : « a holocaust, one where millions disappeared… » sous-titré « Un auteur affirme que les représailles britanniques ont fait 10 millions de morts en Inde sur une période de 10 ans » :  guardian.co.uk)

L’holocauste indien perpétré par les Britanniques ne s’est pas limité à la décennie qui a suivi la rébellion de 1857. On estime que les morts indiennes dues aux privations subies pendant les deux siècles d’occupation britannique s’élèvent à 1,8 milliard et le carnage s’est terminé par l’holocauste Bengalais de 1942-1945 au cours duquel les Britanniques avec le concours des Australiens ont délibérément laissé mourir de faim 6 ou 7 millions d’Indiens (voir mon livre « Jane Australian and the Black Hole of British History » :  janeaustenand.blogspot.com.au) et la Partition de 1947 pendant laquelle un million d’Indiens sont morts et 18 millions se sont enfuis pour échapper aux meurtres de masse (voir mon livre « Body Count. Global avoidable mortality since 1950 » :  globalbodycount.blogspot.com.au).

Et pourtant l’histoire de l’Angleterre a été expurgée de l’holocauste indien de 1757-1947 et de l’holocauste bengalais de 1942-1945. Ainsi par exemple on ne trouve aucune mention de ces épouvantables atrocités dans les ouvrages et reportages historiques actuels comme « The Story of India de Michael Wood (BBC, 2007), A History of the English-speaking Peoples Since 1900 » de Andrew Roberts (Harper, 2006), « A History of Britain » de Simon Schama (BBC, 2002), « A Short History of the World » de Geoffrey Blainey (Viking, 2000), « A Very Short History of the World » de Geoffrey Blainey (Viking 2004) et « A Short History of the 20th Century » de Geoffrey Blainey (Penguin, 2005).

Un siècle et demi après la rébellion indienne de 1857, l’holocauste indien, et 70 ans après l’holocauste bengalais de la seconde guerre mondiale, la commission anglaise de l’holocauste, et la négation de l’holocauste*et la commission sur le génocide et la négation du génocide font pâle figure à côté de la guerre des Etats-Unis et de ses alliés contre les Musulmans, les Asiatiques et les Africains qui s’est concrétisée par la mort de 12 millions de Musulmans, morts de mort violente ou par suite des privations de guerre (0,2 millions de Palestiniens depuis 1990, 4,6 millions d’Irakiens de 1990 à 2012, 2,2 de Somaliens de 1992 à 2012, 5 millions d’Afghans de 2001 à 2012, et 50 000 Libyens en 20011-2012).

Voici ci-dessous l’horrible vérité concernant les holocaustes et génocides de Musulmans perpétrés par les Anglo-Américains et niés par eux ((voir :  sites.google.com) :

HOLOCAUSTE PALESTINIEN, GÉNOCIDE PALESTINIEN
Pour les Palestiniens dans leur totalité : 0,1 million de morts violentes et 1,9 million de morts évitables liées à l’occupation et à la privation entre 1936 et 2011 ; 0,75 million d’enfants de moins de 5 ans morts (1950-2012). En Palestine Occupée : 0,3 million de morts violentes et non violentes liées à l’invasion entre 1967 et 2011 ; 0,2 million d’enfants de moins de 5 ans morts après l’invasion, de 1967 à 2011 : 75% de ces morts auraient pu être évitées et constituent des crimes de guerre de l’état d’apartheid israélien soutenu par l’Alliance Atlantique en violation flagrante de la Convention de Genève et de la Convention de l’ONU sur le génocide) ; et 7 millions de réfugiés (voir « Palestinian Genocide » :  sites.google.com).
HOLOCAUSTE AFGHAN, GÉNOCIDE AFGHAN :
En octobre 2011 on comptabilisait 5,6 millions de morts dus à la guerre entre 2001 et 2011 ; 1,4 millions de morts violentes après l’invasion ; 4,2 millions de morts non-violentes évitables dues aux privations ; 2,9 millions d’enfants de moins de cinq ans morts après l’invasion (90% de ces morts auraient pu être évitées et constituent des crimes de guerre de l’Alliance Atlantique en violation flagrante de la Convention de Genève et de la Convention de l’ONU sur le génocide) ; 3,4 millions de réfugiés plus 2,5 millions de réfugiés pashtouns du Pakistan (voir « Afghan Holocaust, Afghan Genocide » :  sites.google.com).
HOLOCAUSTE IRAKIEN, GÉNOCIDE IRAKIEN :
Pour la période 2003- 2011, 2,7 millions de morts dus à l’invasion, 1,5 de morts violentes, 1,2 de morts non violentes dues aux privations de guerre, 0,8 million d’enfants de moins de 5 ans morts après l’invasion, 5 à 6 millions de réfugiés. Pour la période 1990-2003, 0,2 million de morts violentes, 1,7 million de morts non-violentes dues aux privations de guerre, 1,2 d’enfants de moins de 5 ans morts. Pour la période 1990-2011, 4,6 millions de morts dus à la guerre, 1,7 million de morts violentes, 2,9 millions de morts dus aux privations, 2 millions d’enfants de moins de 5 ans morts (90% de ces morts auraient pu être évitées et constituent des crimes de guerre des Etats-Unis et de leurs alliés en violation flagrante de la Convention de Genève et de la Convention de l’ONU sur le génocide) (voir Iraqi Holocaust, Iraqi Genocide » :  sites.google.com).
HOLOCAUSTE SOMALIEN, GÉNOCIDE SOMALIEN
Dans la période 1992-2011 (qui a vu se succéder l’invasion de l’Ethiopie et plus récemment celle du Kenya par les Etats-Unis) 0,4 millions de morts violentes, 1,8 million de morts évitables dues aux privations de guerre, 1,3 millions d’enfants de moins de 5 ans morts (90% de ces morts auraient pu être évitées et constituent des crimes de guerre des Etats-Unis et de leurs alliés en violation flagrante de la Convention de Genève et de la Convention de l’ONU sur le génocide), et 2 millions de réfugiés.
HOLOCAUSTE LIBYEN, GÉNOCIDE LIBYEN
à partir de 2011 : Avant l’invasion du pays par la France, les Etats-Unis et l’Angleterre (FUKUS)**, le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans était seulement de 19 pour 1000 naissances en Libye (8 aux Etats-Unis) ; les rebelles soutenus par la coalition FUKUS ont déjà tué au moins 50 000 Libyens et en ont blessé 50 000 autres ; les rebelles soutenus par FUKUS se livrent au nettoyage ethnique des « Libyens noirs » ; Tawerga, où vivaient 10000 libyens en majorité noirs a été détruite et a fait l’objet d’un complet nettoyage ethnique ; 1 million de réfugiés noirs du Sub-Sahara se sont enfuis ; il y a environ 1,1 million de réfugiés en tout ; l’holocauste libyen et le génocide libyen ne font que commencer.
LES MORTS DUES AUX GÉNOCIDES DANS LE MONDE
Les atrocités détaillées ci-dessus font paraître dérisoire le nombre de morts causés par les guerres de la période précédente (1950 à 2005) contre le monde musulman en grande partie post-colonial et qui se montaient à 0,6 million ((voir mon livre « Body Count. Global voidable mortality since 1950 », G.M. Polya, Melbourne, 2007, et « Global avoidable mortality » :  globalavoidablemortality.blogspot.com).

 

Les derniers chiffres indiquent que, depuis 2001 à ce jour, pas moins de 27 millions de musulmans ont été tués au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Les assassins (principalement les États-Unis, GB, France, Israël)  justifient leur agression mortelle par la « guerre contre le terrorisme », par l’imposition de la démocratie à coup de missiles, de drones et de bombes (Assad doit partir, Saddam gaze son peuple et dispose d’ADM, l’Iran veut développer la bombe atomique, etc.). Naturellement, pour ces « défenseurs de la démocratie », tuer 20 millions de musulmans dans leurs propres pays, qui n’ont ni attaqué ni menacé ces pays agresseurs, ne constitue ni un génocide, ni un holocauste.
Conclusion 
Cependant l’ampleur de ces atrocités est cachée au public, sans le moindre remord, par les médias dominants qui nient ces génocides. Les médias dominants anglo-américaino-sionistes, la commission académique et politique sur l’holocauste et la négation de l’holocauste ont de toute évidence adopté la répugnante attitude des multinationales qui se résume dans l’expression « aller de l’avant », ce qui permet à l’alliance Atlantique soutenue par les sionistes racistes d’ignorer les malheureuses victimes des atrocités décrites plus haut et de se préparer à « aller de l’avant » en Syrie (22 millions d’habitants) et en Iran (74 millions d’habitants) aussi.
Les gens honnêtes ne peuvent pas se contenter de prendre le trottoir d’en face. La paix est le seul moyen mais le silence tue et le silence est complice. Les gens honnêtes doivent a) informer tous ceux qu’ils peuvent sur les atrocités commises par les anglo-saxons et leurs alliés et b) sanctionner et boycotter dans la mesure du possible tous les politiciens, partis, pays et multinationales complices de l’Alliance de guerre étasunienne contre les Musulmans, les Arabes, les Asiatiques et les Africains.

* Dr Gideon Polya enseigne la science dans une importante université australienne depuis 40 ans. Il a publié 130 ouvrages en 50 ans de carrière scientifique.

Source : http://newsnet.fr/63795 18/02/2012

NOTES

1-Voir ce lien important: https://michelduchaine.com/2020/06/19/reecrire-lhistoire-dun-mensonge

 

2-Charles Dickens (1812-1870), un raciste génocidaire…

L’oeuvre de Charles Dickens comprend « Esquisse par Boz », « Le magasin d’antiquité », « Oliver Twist », « Nicholas Nickleby », « Barnaby Rudge », « Un chant de Noël »,  » Martin Chuzzlewit » », « Le conte de deux cités », « David Copperfield », « les grandes espérances », « La maison d’âpre-vent », « La petite Dorrit », « Les temps difficiles », « L’ami commun » et « les aventures de M. Pickwick ».

 

 

Nouvel Ordre Mondial:Pressions sur la Cour Pénale Internationale pour dédouaner Les gouvernements mafieux israélo-américains

Il n’y a apparemment aucune limite à ce que les États-Unis et Israël restent impunis pour les crimes qu’ils commettent. Les États-Unis mènent une guerre économique et sanitaire dévastatrice contre l’Iran et le Venezuela tout en accusant la Chine d’une crise sanitaire mondiale qu’ils ne sont incapables de résoudre en raison de leur retrait de l’Organisation mondiale de la santé. Pendant ce temps, Israël prévoit d’annexer illégalement des parties importantes de la Cisjordanie palestinienne en juillet, avec le feu vert de l’administration Trump [1], et personne en Europe ou ailleurs n’est même intéressé à prendre des sanctions qui pourraient entraîner le report de cette décision.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a même déclaré catégoriquement que les Palestiniens restants sur les terres annexées ne deviendraient pas des citoyens israéliens – ils seraient plutôt des «sujets» de l’État juif sans aucun droit garanti. [2]

L’ Establishment américain est totalement attaché au principe selon lequel les États-Unis et Israël devraient avoir «les mains libres» lorsqu’ils traitent avec d’autres pays dans leurs sphères d’influence respectives. Cela signifie effectivement contrôler le récit de sorte que les États-Unis et l’État juif semblent toujours être victimes du comportement sans principes des autres nations et créer également un environnement où il ne peut y avoir de contestation juridique efficace contre leurs actions néfastes et criminelles.

En effet, la seule organisation qui a été spécifiquement créée pour traiter des questions telles que les guerres d’agression et le nettoyage ethnique, la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye, a été spécifiquement ciblée par Washington et Jérusalem pour lui refuser toute juridiction dans les situations où l’un de ces pays voyous est impliqué [3]. 

 

Ni Israël ni les États-Unis n’ont reconnu la CPI pour la raison évidente qu’ils sont les principales sources de violations flagrantes des droits de l’homme et du droit international. Israël est particulièrement préoccupé par ses nombreux crimes de guerre, y compris sa violation de la quatrième Convention de Genève qui interdit «le transfert, direct ou indirect, par la puissance occupante de parties de sa propre population civile sur le territoire qu’il occupe, ou la déportation ou transfert de tout ou partie de la population du territoire occupé à l’intérieur ou à l’extérieur de ce territoire. »

La CPI a en fait été ciblée récemment par l’administration Trump et le Congrès. Il y a deux semaines, un groupe bipartite de 69 sénateurs américains a soumis au secrétaire d’État Mike Pompeo une lettre condamnant la «politisation dangereuse de la cour» qui «vise injustement Israël». Les sénateurs ont exhorté Pompeo à poursuivre son «soutien vigoureux à Israël face à la possibilité croissante d’enquêtes et de poursuites par la Cour pénale internationale». La lettre incluait l’affirmation selon laquelle «les actions actuellement en cours pourraient conduire à des poursuites contre des ressortissants israéliens…» même si «la CPI n’a pas de compétence légitime dans cette affaire».

L’affirmation selon laquelle la CPI n’a pas compétence est au mieux discutable car «l’État palestinien» a le statut d’observateur et est membre d’organismes internationaux aux Nations Unies. Il est également signataire du Statut de Rome qui a créé la CPI. La lettre du Sénat elle-même a été écrite de manière prévisible par Ester Kurz, le directeur législatif de l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), qui est le principal groupe de défense d’Israël aux États-Unis. Une lettre similaire a également été distribuée à la Chambre des représentants, qui a ajouté un «problème américain» en critiquant l’intention de la CPI d’enquêter sur les crimes de guerre des États-Unis en Afghanistan. Il a reçu 262 signatures.

Anticipant la menace pour les intérêts israéliens, le Congrès américain a depuis longtemps subordonné la sécurité et toute autre assistance à l’Autorité palestinienne, suspendant tout soutien si «les Palestiniens ouvrent une enquête judiciaire autorisée par la Cour pénale internationale (CPI), ou soutiennent activement une telle enquête, qui soumet les ressortissants israéliens à une enquête sur les crimes présumés contre les Palestiniens. » Étant donné que Donald Trump a de facto interrompu pratiquement toute assistance, y compris l’aide humanitaire aux réfugiés, la punition pour aller à la CPI est essentiellement théorique et les Palestiniens ont par conséquent donné suite à leur plainte dans le but de bouleverser le calendrier de l’annexion israélienne. .

La lettre des sénateurs a fait surface en même temps qu’un avertissement a été lancé par Pompeo à la CPI qui portait sur Israël mais visait clairement à faire échouer toute tentative de juger les crimes de guerre américains en Afghanistan. Elle a affirmé que la CPI est un organe politique, pas une institution judiciaire légitime, et a accusé la procureure en chef, Fatou Bensouda, d’enquêter avec malveillance sur «les crimes de guerre israéliens à Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem-Est». Sa plainte était parallèle à la lettre des sénateurs, ce qui n’est peut-être pas une coïncidence, affirmant que le tribunal n’a pas compétence et que les Palestiniens ne sont pas « souverains » et n’ont donc pas qualité pour s’adresser au tribunal en premier lieu.

Et Pompeo a conclu avec une menace: «Un tribunal qui tente d’exercer son pouvoir en dehors de sa juridiction est un outil politique qui se moque de la loi et d’une procédure régulière. Si la CPI continue sur sa lancée actuelle, nous réagirons en conséquence. »

Israël a également affirmé, tout comme les États-Unis, qu’il n’était pas soumis au «procès» de la CPI parce qu’il avait un système judiciaire opérationnel capable de punir les criminels de guerre [4]. Bien sûr, le fait est qu’Israël ne le fait pas et que les États-Unis ne le font que lorsqu’ils sont embarrassés. Le plus récent criminel de guerre américain a été reconnu coupable par des tribunaux militaires, puis gracié par le président Donald Trump. Il a même été fêté à la Maison Blanche.

Bensouda a annoncé en novembre 2017 qu’elle allait ouvrir une enquête sur les crimes de guerre américains allégués en Afghanistan. L’administration Trump a exprimé sa colère en la critiquant dans des tweets, en annulant son visa pour les États-Unis et en menaçant de poursuites judiciaires contre elle, son personnel et même des juges de la CPI. La Maison Blanche a averti que si la CPI osait même détenir un citoyen américain, les États-Unis utiliseraient la force militaire pour le libérer. Le président Trump, Pompeo et John Bolton ont tous qualifié la CPI de «politique, corrompue, , irresponsable et manquant de transparence, et donc illégitime». La critique ressemblait étrangement à une description précise de l’administration Trump elle-même.

Bensouda, qui a été timide à l’idée de confronter Israël dans le passé, serait maintenant en train de traiter la plainte palestinienne. Elle a également été autorisée à poursuivre son enquête sur les crimes américains en Afghanistan. S’il doit y avoir un véritable procès, des politiciens de haut niveau, des responsables et des officiers militaires d’Israël et des États-Unis pourraient être convoqués pour interrogatoire. Si les convocations sont ignorées, ce qui est probable, le procureur pourrait alors délivrer des mandats d’arrêt internationaux, ce qui signifie qu’ils pourraient être arrêtés et extradés vers la Cour s’ils devaient se rendre dans l’un des 123 pays faisant partie du Statut de Rome.

On peut donc s’attendre à ce que les États-Unis et Israël poursuivent leur diffamation contre la CPI, y compris les menaces de riposte armée venant de Washington. Une attaque militaire contre La Haye pourrait être inimaginable dans le monde réel, mais les trois dernières années ont démontré que Donald Trump est capable de presque tout.

D’ici là, on espère que Bensouda poursuivra son travail pour dénoncer les crimes qui continuent d’être commis en Palestine et en Afghanistan. Embarrasser les États-Unis et Israël dans un forum public très visible et très respecté pourrait être le seul moyen d’éveiller les citoyens de ces deux pays aux choses terribles qui ont été et continuent d’être faites en leur nom.

Par Philip Giraldi
(Strategic Culture Foundation)

Philip Giraldi, Ph.D. est directeur exécutif du Conseil de l’intérêt national.

Source : The US-Israeli Govt Mafia Gets Away With War Crimes by Pressuring International Criminal Court


NOTES

1-La marionnette israélienne Trump montre ses vraies couleurs

Le général à la retraite quatre étoiles du Marine Corps et ancien secrétaire à la Défense, James Mattis, a été gentil quand il a écrit que le président Donald Trump avait des «capacités cognitives limitées».

Un observateur moins diplomatique, aussi proche du président que le général Mattis, aurait pu dire que Donald était d’une intelligence limitée (bien qu’il possède l’intelligence et la ruse de la rue).

 

Nous avons vu la petit ampoule de M. Trump émettre sa faible puissance alors qu’il se tenait avec des officiers militaires américains jaillissant des mêmes points de discussion monotones et risqués qui émanent de la bouche du ventriloque du président, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu.

Appeler Trump un agent israélien, c’est lui faire une injustice. Il est plus que ça. Comme d’autres membres de son cabinet (Pompeo et Pence), il est un golem israélien. Dans la légende, le golem était un Frankenstein non judaïque créé à la Renaissance à Prague par le rabbin kabbalistique Judah Loew. Ce Golem  a été créé pour tuer les ennemis de la théocratie talmudique qui se fait passer pour un credo de l’Ancien Testament [1]. Le golem est insensé et n’est pas soumis à la raison ou à la logique, tout comme Trump et sa bande de faucons dans un poulailler néocon, des sanctionneurs et d’idolateurs israéliens.

Observez la pathétique régurgitation par M. Trump des points de discussion de la propagande israélienne le matin du 8 janvier dans son discours à la nation, dans lequel il a qualifié les Iraniens de terroristes numéros un dans le monde.

Vraiment? Il a vite oublié ISIS/Etat Islamique, l’armée terroriste inspirée d’un plan établi par la théologie wahhabite saoudienne 100% toxique, responsable   du terrorisme massif au Moyen-Orient, y compris le massacre massif des goyim chrétiens de Syrie et d’Irak, tout en lançant des dizaines de terroristes   en Europe et ailleurs [2]. Il n’y a aucune main iranienne dans tout cela.

L’EI, formé des restes d’Al-Qaïda, obtient un laissez-passer de Trump parce que l’EI ne menace pas le contrôle israélien de la Palestine, tandis que le gouvernement iranien demande constamment justice pour la Palestine. Notre politique étrangère est dictée par les besoins et les exigences d’Israël, et non par les intérêts du peuple américain.

Nous avons un prétendu média qui, avec Trump, prétend que les milices chiites soutenues par l’Iran ont fait le plus de mal aux troupes américaines en Irak. En vérité, les principaux tueurs d’Américains en Irak sont les restes sunnites soutenus par l’Arabie saoudite de l’armée de Saddam Hussein, qui est devenue plus tard ISIS/EI. Qui, dans les médias traditionnels – de gauche ou de droite – rapporte ce fait comme un défi à la répétition de la désinformation israélienne reprise telle quelle par le perroquet  Trump?

Le secrétaire d’État Mike Pompeo aurait exhorté Trump à assassiner Qasem Soleimani, le général iranien qui a vaincu et chassé les terroristes islamistes de l’Etat islamique d’Irak et les terroristes islamistes d’Al-Qaïda de Syrie. Soleimani a sauvé des vies chrétiennes au Moyen-Orient, mais ce sont principalement des vies grecques orthodoxes et catholiques, dont les fondamentalistes protestants aux États-Unis ne se soucient presque pas, préférant les talmudistes à eux [3].

  1. Pompeo est un golem de guerre de la théologie fondamentaliste «Rapture» adoratrice d’Israël de l’Église chrétienne américaine [NdTThe Raptureest une expression anglaise signifiant « le ravissement » ou l’enlèvement de l’église, il s’agit du  » transport des croyants vers le paradis avant la grande tribulation ».

«Nous continuerons de mener ces batailles. C’est une lutte sans fin… jusqu’à la Rapture, faites-en partie, soyez dans le combat. »—Mike Pompeo, « God and Country Rally», Summit Church, Wichita, Kansas, 28 juin 2015.

La doctrine de l’Enlèvement (Rapture) lunatique a été inventée dans les années 1800 dans le cadre de la doctrine protestante «dispensationaliste» favorisée par les partisans fondamentalistes de la contrefaçon «Israël». L’Église n’en avait aucune connaissance avant le XIXe siècle.

Le fait que la théologie dominante dans l’État israélien que les passionnés de Rapture adorent est essentiellement l’Antichrist talmudique, n’est pas un problème pour   Pence, Pompeo et leurs millions de camarades, prétendus «évangéliques».

Les Américains doivent avoir les outils pour déconstruire le faux christianisme de puissants «évangéliques» talmudiques tels que Mike Pence et Mike Pompeo. Un de ces outils est Judaism’s Strange Gods: Revised and Expanded  [les dieux étranges du Judaïsme: Révisé et Développé] – interdit presque partout où des livres sont vendus.

Si nous ne démasquons pas les fondements de la théologie de l’Antéchrist israélien, tôt ou tard le commandant en chef «America First» qui a promis de nous sortir de conflits et d’enchevêtrements sans fin à l’étranger, nous mènera en guerre pour «Israël» contre les 80 millions de   Persans , dont le pays est quatre fois plus grand que la France,  et qui sont très différentes des Arabes que nous avons affamés et massacrés en toute impunité en Irak, le tout au nom de la démocratie et de la «lutte contre le terrorisme» bien sûr.

2- 20 Extraits choquants du Talmud

 

3-L’expression d’État voyou renvoie à l’idée d’un État qui ne respecte pas les lois internationales les plus essentielles, organise ou soutient des attentats, ou viole de manière systématique les droits les plus élémentaires de l’être humain. Wikipédia

Lors de son discours devant l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies (ONU) du 19 septembre 2017, Donald Trump a remis au goût du jour le concept « d’États voyous », en évoquant la Corée du Nord, l’Iran, la Syrie et le Venezuela. Cette notion ressurgit ainsi dans la bouche du président D. Trump. Mais il convient de se demander si les États-Unis, qui restent à l’écart de nombreux textes internationaux (Cour pénale internationale, Traité d’interdiction des mines antipersonnel, dénonciation de l’accord de Paris sur le climat, etc.), ont lancé la guerre illégale d’Irak en 2003 et ont créé le camp de Guantanamo, sont les mieux placés pour établir une liste d’« États voyous ». En effet, le voyou est celui qui ne respecte pas la loi officielle, mais établit, lui-même, la sienne, ce que font très souvent les États-Unis et Israël, et uniquement ces deux-là. 

  1. Trump et Netanyahou conçoivent leurs pays comme ayant une destinée manifeste, au-dessus des lois, voire comme étant seuls à pouvoir les édicter. Les rivaux ou opposants deviennent des hors-la-loi. Le problème de cette conception n’est pas seulement son caractère immoral, mais sa dangerosité, au sein d’un monde qui n’est plus unipolaire.

Depuis l’origine, ceux qui ont évoqué les « États voyous », loin d’avoir un comportement de gentlemen, ont été à l’origine de bien des désordres, voire des catastrophes.

 

4-Comment les pédophiles juifs se cachent de la justice en Israël

 

Tel Aviv – C’est une surveillance tendue, en attendant que Jimmy Julius Karow apparaisse. C’est un homme recherché et considéré comme dangereux. Accusé d’avoir agressé sexuellement une fillette de 9 ans dans l’Oregon en 2000, il s’est enfui en Israël avant que les autorités américaines ne puissent l’appréhender ou savoir où il allait.

Depuis, Karow a fui les forces de l’ordre américaines. Actuellement, INTERPOL, une organisation intergouvernementale de police qui travaille avec 194 pays, a une notice rouge pour alerter la police du monde entier qu’il est un fugitif.

Deux ans après avoir fui les États-Unis, Karow a été condamné par un tribunal israélien pour maltraitance d’enfants dans une affaire distincte. Il a purgé une peine et a été libéré. Maintenant, une autre victime israélienne présumée s’est manifestée, disant qu’il avait commencé à la maltraiter lorsqu’elle avait 5 ans, et a continué pendant des années.

Karow a réussi à échapper aux autorités en se déplaçant entre les communautés en Israël pendant près de deux décennies, et il n’est pas le seul.

Un problème répandu

Une enquête de CBS News a révélé que de nombreux pédophiles américains fuient vers Israël, et les traduire en justice peut s’avérer difficile.

Jewish Community Watch (JCW), une organisation américaine qui traque les pédophiles accusés, tente depuis des années de retrouver Karow et d’aider à le traduire en justice.

JCW dit que Karow et d’autres hommes et femmes recherchés ont pu exploiter un droit connu sous le nom de loi du retour, par lequel tout Juif peut se rendre en Israël et obtenir automatiquement la citoyenneté.

Depuis que la petite organisation a commencé à traquer les pédophiles accusés en 2014, elle indique que plus de 60 personnes ont fui les États-Unis en Israël. Compte tenu de ses ressources limitées pour identifier ces individus, JCW dit que le nombre réel est probablement beaucoup plus élevé.

« La même chose qui se passe dans l’Église catholique en ce moment dans le monde, exactement la même chose se produit dans notre communauté« , a déclaré le fondateur de JCW, Meyer Seewald, à CBS News. « Les dissimulations sont les mêmes, la stigmatisation, la honte. »

Seewald dit que les communautés juives très unies aux États-Unis accueillent parfois des accusations contre un membre avec incrédulité, ce qui peut avoir un effet dissuasif.

« Tout le monde va et entoure cet individu et le soutient parce qu’ils ne peuvent pas croire qu’une personne juive peut commettre un tel crime. Ils prennent le parti de l’agresseur et les abus se poursuivent« , dit Seewald. « Ils le mettent dans une autre communauté. ET quelques années plus tard, il fait la même chose et nous entendons davantage d’allégations selon lesquelles la personne abuse des enfants. Les victimes ne veulent pas se manifester quand elles voient cela. »

JCW dit que la majorité de ses cas proviennent depuis les enclaves juives orthodoxes modernes jusqu’aux ultra-orthodoxes aux États-Unis, mais que cela se produit dans l’ensemble de la communauté juive. Et comme les auteurs ne peuvent être tenus responsables que si les victimes se manifestent, de nombreux cas ne sont pas signalés. Pour essayer de les mettre en lumière, JCW organise des événements de sensibilisation à travers les États-Unis et offre aux victimes d’abus sexuels des conseils et un soutien émotionnel.

Mendy Hauck a décidé de se manifester après avoir reçu le soutien de JCW. Le père de deux enfants dit qu’il n’avait que 8 ans lorsqu’il a été agressé par un enseignant de son école juive orthodoxe à Los Angeles. Hauck dit que les abus ont commencé un jour quand un ami a apporté des cookies pour son anniversaire.

« En fait, je suis allé de l’avant et j’ai atteint le plus gros cookie et il a dit: » Remettez-le et vous pourriez revenir par la récréation et obtenir votre cookie «  », a déclaré Hauck. « Donc, après avoir remis le reste des cookies aux autres camarades de classe, je devais rester si je voulais mon cookie, et je l’ai fait. Il m’a appelé à son bureau … et c’est là qu’il a commencé … à se frotter contre moi.« 

Son agresseur présumé est Mordechai Yomtov, un professeur d’hébreu alors âgé de 35 ans.

« J’ai sauté en arrière comme un pas ou deux et il m’a attrapé les cheveux et a dit: » ça va, vous pouvez vous approcher. Je ne vous ferai pas de mal. Il n’y a rien de mal « , et il l’a encore fait », se souvient Hauck.

 

 

Hauck dit que les abus se sont poursuivis au cours de l’année. Il dit qu’il se sentait pris au piège, sans nulle part où aller.

À la fin de l’année, Hauck est passé à la classe supérieure. C’est alors que les crimes de Yomtov l’ont rattrapé. En 2001, la police l’a arrêté et accusé d’avoir commis des actes obscènes avec trois de ses autres élèves, âgés de 8 à 10 ans. Mais Hauck n’a parlé à personne de son calvaire des années plus tard.

Yomtov a finalement plaidé coupable, a purgé une peine de prison et a été libéré sous probation. Mais une fois libre, il a violé sa probation en fuyant vers Israël via le Mexique.

JCW l’a retrouvé et l’a confronté à Jérusalem avec une caméra cachée. Yomtov a admis avoir violé sa probation et fui illégalement les États-Unis avec aide. Il a également déclaré qu’au Mexique, il avait obtenu un faux passeport pour se rendre en Israël, où il vit illégalement.

Yomtov a nié avoir abusé de Hauck, mais a présenté des excuses générales à ses victimes, en disant: « Je suis très, très désolé. J’espère que Dieu aidera chaque personne qui est passée par là. Veuillez me pardonner. »

Ce n’est qu’en 2016, lorsqu’une autre victime présumée de Yomtov et ami de Hauck s’est manifestée, que Hauck s’est senti obligé de raconter son histoire. Il a déposé un rapport de police dans l’espoir d’obtenir justice, mais dit que les processus ont été lents. Pour lui, la justice est double.

« Je veux que le (procureur du comté de LA) intensifie son jeu – vous savez, vous battre pour le ramener ici et lui donner ce qu’il mérite« , dit-il. « Et aussi, je veux que les communautés s’assurent que cela ne se reproduise plus. »

Le bureau du procureur de district a déclaré à CBS News qu’il n’y avait eu aucune demande d’extradition de Yomtov vers les États-Unis et a refusé tout autre commentaire.

Drapeaux rouges, plus de victimes

L’aide de la communauté est un thème récurrent. Le rabbin Yehuda Oppenheimer sait de première main comment un pédophile peut fuir en Israël. En 2000, il a involontairement aidé Karow à s’échapper.

Les deux se sont rencontrés lorsque Karow a exprimé son intérêt pour la conversion au judaïsme. Un jour, Karow a soudainement dit qu’il voulait déménager en Israël.

Lorsqu’on lui a demandé s’il n’y avait rien du tout qui a déclenché des drapeaux rouges jusqu’au point où Karow a dit qu’il voulait déménager en Israël, le rabbin Oppenheimer a répondu: « J’aimerais pouvoir dire que [cela n’a soulevé aucun drapeau rouge], mais malheureusement , Je ne peux pas … Il [Karow] a dit: « Je prévois d’aller en Israël, je dois y aller beaucoup plus rapidement que je ne le pensais.« 

« Il a dit qu’il y avait eu quelque chose dans le passé quand il était jeune mais que rien ne s’était passé depuis. Je sentais que je pouvais lui faire confiance. Alors je lui ai écrit une lettre, il a acheté un billet et il est parti. »

Oppenheimer a donné à Karow les coordonnées de sa famille et de ses amis en Israël pour l’aider à s’installer. Un jour, un ami proche a appelé le rabbin.

« Je ne saurai jamais exactement ce qui s’est passé, mais quelque chose de très sexuel … quelque chose s’est passé avec leur fille et [Karow] a été arrêté. » Oppenheimer dit que cela ressemblait à « un coup de poing dans le ventre. C’était très douloureux« .

Il dit qu’il porte cette culpabilité à ce jour, et c’est pourquoi il a présenté son histoire. Il a un message pour les autres rabbins et chefs de communauté:

« Quand quelqu’un a offensé de cette façon, il y a de fortes chances qu’il le fasse à nouveau, peu importe à quel point il est gentil et pieux, sage, gentil et charismatique« , dit Oppenheimer. « Vous ne pouvez tout simplement pas leur faire confiance. Vous devez prendre des mesures pour les prévenir, vous ne pouvez pas les avoir autour des jeunes, vous ne pouvez pas les avoir chez vous. »

L’une des filles que Karow qui aurait été abusée en Israël est « Amoona ». Elle nous a demandé de ne pas utiliser son vrai nom, pour protéger sa famille.

«J’avais 5, 4 ou 5 ans. Ma mère était au lit. Mon père est un rabbin donc il n’était pas à la maison. Karow venait chez nous. Nous avions l’habitude de jouer à des jeux et puis c’est devenu sexuel. « 

L’agression alléguée s’est déroulée sur plus de deux ans. Un acte d’accusation israélien contre lui en juillet 2019 détaille les allégations d’abus sexuels graves, notamment de viol et de sodomie. Elle dit qu’il la menacerait et la manipulerait pour la garder silencieuse.

« ‘Je vais vous donner un cookie parce que vous le faites si bien.’ Il s’agit du cookie, il s’agit de mentir et il s’agit d’être si mauvais pour un petit enfant « , se souvient Amoona. « Il a également menacé de tuer mes parents. Il m’étouffait. Il me tienait. »

Inaction, ou protection?

Amoona est en colère que Karow ait été autorisé à entrer en Israël en premier lieu, mais le chef de l’exploitation de JCW, Shana Aaronson, dit que l’échec commence aux États-Unis. Elle dit qu’il y a des éléments de la communauté juive aux États-Unis qui sont prêts à aider les pédophiles à s’échapper.

« Souvent, il y a une sorte d’incitation communautaire, soit quelqu’un leur doit une faveur ou quelqu’un dans la communauté, disons qu’une institution, les a couverts par le passé et ils savent que si cela va devant les tribunaux, il y aura beaucoup de responsabilité civile à venir « , dit-elle.

Alors qu’Aaronson blâme les communautés juives des États-Unis et du gouvernement américain de ne pas poursuivre avec insistance les extraditions, elle affirme que les autorités israéliennes n’ont pas non plus accordé la priorité à la chasse aux suspects.

Elle dit à CBS News qu’il serait plus facile pour la police de localiser et d’arrêter Karow, par exemple, mais il est plutôt revenu à JCW de le retrouver.

Israël est connu comme une nation à la pointe de la technologie, mais Shana dit que cela ne se répercute pas sur l’application des lois locales. Shana dit que la police ne demande pas de vérification des antécédents des auteurs arrêtés en Israël qui ont récemment déménagé d’autres pays. Ils ne font même pas de recherche Google, dit-elle.

« Les normes et protocoles généraux pour les enquêtes par la police locale sont médiocres« , dit-elle.

JCW dit que le problème atteint également les échelons supérieurs de la politique israélienne. Ils notent que Yaakov Litzman, chef d’une alliance ultra-orthodoxe dans la législature israélienne et l’actuel ministre de la santé, a été accusé d’avoir empêché l’expulsion de  Malka Leifer, ancienne directrice d’un établissement scolaire juif en Australie, où elle est recherchée pour de multiples accusations d’abus sexuels sur des enfants.

CBS News a obtenu une recommandation de la police israélienne selon laquelle il existe suffisamment de preuves contre Litzman pour recommander qu’il soit lui-même accusé de fraude et d’abus de confiance pour avoir protégé Leifer. Le bureau de Litzman a déclaré à CBS News qu’il n’y avait aucun acte répréhensible. C’est maintenant au procureur général d’Israël de décider s’il faut inculper le législateur.

« C’est un bon exemple qui montre jusqu’où va le communautarisme« , a déclaré Aaronson de JCW. « C’est vraiment décevant et dégoûtant. »

La police israélienne n’a pas voulu commenter des cas spécifiques mais a insisté pour qu’elle prenne les cas au sérieux et qu’elle se coordonne « étroitement avec le ministère de la Justice et les organisations de police du monde entier afin de trouver les suspects, y compris à l’étranger« .

Le département américain de la Justice a également refusé de commenter des cas spécifiques, mais a salué leur relation avec les forces de l’ordre israéliennes, ajoutant que des délinquants sexuels avaient été extradés avec succès dans le passé.

Source : How Jewish American pedophiles hide from justice in Israel 


EN COMPLÉMENTAIRE

 

La cour suprême d’Israël, siège du futur nouveau gouvernement mondial illuminati

 

L’État d’Israël a été créé de toute pièce par la volonté de la famille Rothschild, l’une des 13 familles de la noblesse noire Illuminati et membre important de ce que l’Alliance (La Résistance) appelle “La Cabale“. A ne pas confondre avec la Kabbale (ou Kabbalah) pour ceux qui ne comprennent pas.

La Cour Suprême d’Israël, entièrement financé par les Rothschild est clair comme un nez au milieu de la figure pour qui veut bien ouvrir un temps soit peu les yeux. Ce bâtiment regorge de symboles illuminatis/maçonniques (la Franc maçonnerie n’étant que l’anti chambre de leurs grands frères les Illuminatis).

Je rappelle cependant que tous les illuminatis ne font pas partie de la Cabale, il y a des désaccords entre eux, des luttes internes et certains dirons nous sont mieux que d’autres, d’où la raison de l’appellation “Cabale” pour désigner ceux qui veulent réduire la population mondiale de 90% comme indiqué sur les pierres du Georgia Guidestone et instaurer leur Nouvel Ordre Mondial. Cependant les Rothschild font partie des pires de la Cabale & des Illuminatis. Que les choses soient bien claires.

Donc voici le bâtiment de la Cour Suprême d’Israël :

 

Photo de l’équipe des Rothschild avant la construction devant une maquette de la future Cour Suprême d’Israël.Cette peinture est à l’entrée de la Cour Suprême d’Israël.

 

Photo de la Cour Suprême d’Israël, notez a gauche la pyramide encastrée dans le bâtiment…

 

 

Vue de l’intérieur donnant sur la pyramide, remaquez le rond en haut symbolisant l’œil de Ra.

 

Le même symbole que vous retrouvez sur le billet de 1 dollar américain :

 

Dorothy de Rothschild y est enterrée sous l’obélisque :

 

Comme pour l’aéroport de Denver (qui affiche l’histoire prévue par les Franc Maçons pour nous), les symboles maçonniques y sont partout présents :

 

L’escalier qui mène à la lumière (à leur fausse lumière luciférienne)…

 

Panorama sur Jérusalem, capitale Palestinienne occupée par les Khazares qui n’ont aucune origine Sémite… Mais cela personne ne le sait et toute la communauté internationale s’en moque…
La bibliothèque est divisée en trois niveaux, représentant symboliquement les trois derniers degrés de la Franc-Maçonnerie (31è, 32è et le 33è honoraire).
C’est l’une des plus grosse collection de livres sur l’occultisme.

 

L’entrée de la cour de justice ressemble à une ancienne tombe Juive.

A l’extérieur de la cour de justice se trouve un escalier amenant à un niveau inférieur.Aucun temple occulte ne serait complet sans ces deux détails à venir.

Au beau milieu de l’escalier est la forme du vesica piscis (représentant les parties génitales de la femme) « pénétrée » par une colonne (symbole phallique).

Dehors, 2 sculptures de grenades (le fruit) sont posés au sol :

 

Le non moins célèbre Albert Pike (Franc Maçon) nous a donné la signification symbolique illuminati de ces grenades dans son livre “Morale et Dogme”. Si vous ne savez pas qui est Albert Pike renseignez vous, vous n’allez pas être déçu…
“The capitals were enriched by pomegranates of bronze, covered by bronze net-work, and ornamented with wreaths of bronze; and appear to have imitated the shape of the seed-vessel of the lotus or Egyptian lily, a sacred symbol to the Hindus and Egyptians.”
-Albert Pike, Morals and Dogma

 

Les illuminatis / Franc-Maçons attendent la reconstruction du temple de Salomon et ce temple est censé avoir 2 piliers nommés Jachin et Boaz, sur lesquels ces 2 grenades sont destinées a trôner :

 

Nous sommes donc bien dirigés par des occultistes adorateurs de Lucifer et ils ont bien en tête de nous imposer Jérusalem comme capitale du Nouvel Ordre Mondial comme le dit si bien Jacques Attali :

 

EN CONCLUSION

Maintenant que nous savons:organisons la Résistance Nationale de tous les Peuples contre le Nouvel Ordre Mondial!

La Patrie est en danger! Aux armes ,citoyens!

 

 

Histoire,science et numismatique: la comète de Halley

L’approche de Halley. 10 avril 1910

La comète Halley , officiellement désignée  1P / Halley , est une comète de courte période visible de la  Terre  tous les 75 à 76 ans. Halley est la seule comète à courte période connue qui est régulièrement visible à l’œil nu depuis la Terre, et la seule comète à l’œil nu qui pourrait apparaître deux fois dans une vie humaine. Halley est apparu pour la dernière fois dans les parties intérieures  du système solaire  en 1986 et apparaîtra ensuite entre le milieu de 2061 et 2062.

La queue de la comète photographiée en 1910.

Les retours de Halley dans le système solaire intérieur ont été observés et enregistrés par les astronomes depuis au moins 240 av. Des chroniques claires des apparitions de la comète ont été faites par  des chroniqueurs chinois ,  babyloniens et  européens médiévaux  , mais, à cette époque, n’étaient pas reconnues comme des réapparitions du même objet. La périodicité de la comète a été déterminée pour la première fois en 1705 par l’ astronome anglais Edmond Halley , dont il porte le nom.  

Sir Edmund Halley

Lors de son apparition en 1986, la comète de Halley est devenue la première comète à être observée en détail par un  vaisseau spatial , fournissant les premières données d’observation sur la structure d’un noyau de comète et le mécanisme de formation du coma et de la queue.

La sonde Giotto…dessin d’artiste.

 

Photo de la sonde spatiale Giotto lors de son approche.Nous voyons ici le noyau de la comète Halley.

Halley a été la première comète à être reconnue comme périodique. Jusqu’à la Renaissance , le consensus philosophique sur la nature des comètes, promu par  Aristote , était qu’il s’agissait de perturbations dans l’atmosphère terrestre . Cette idée a été réfutée en 1577 par  Tycho Brahe , qui a utilisé  des mesures de parallaxe  pour montrer que les comètes doivent se trouver au-delà de la  Lune . Beaucoup n’étaient toujours pas convaincus que les comètes tournaient autour du Soleil , et pensaient plutôt qu’elles devaient suivre des voies droites à travers le système solaire.

En 1687,  Sir Isaac Newton  publie ses  Philosophiæ Naturalis Principia Mathematica , dans lesquelles il expose ses lois de la  gravité  et du mouvement . Son travail sur les comètes était décidément incomplet. Bien qu’il ait soupçonné que deux comètes qui étaient apparues successivement en 1680 et 1681 étaient la même comète avant et après être passé derrière le Soleil (il a ensuite été trouvé correct), il n’a pas pu réconcilier complètement les comètes dans son modèle.

En fin de compte, c’est l’ami, éditeur  de Newton , Edmond Halley, qui, dans son Synopsis de l’astronomie des comètes de 1705  , a utilisé les nouvelles lois de Newton pour calculer les effets gravitationnels de Jupiter et Saturne sur les orbites cométaires . Après avoir compilé une liste de 24 observations de comètes, il a calculé que les éléments orbitaux d’une deuxième comète apparue en 1682 étaient presque les mêmes que ceux de deux comètes apparues en 1531 (observées par  Petrus Apianus ) et 1607 (observées par  Johannes Kepler). Halley a donc conclu que les trois comètes étaient, en fait, le même objet revenant tous les 76 ans environ, une période qui varie depuis entre 74 et 79 ans. Après une estimation approximative des perturbations que la comète subirait de l’attraction gravitationnelle des planètes, il a prédit son retour pour 1758. Alors qu’il avait personnellement observé la comète autour du  périhélie  en septembre 1682, Halley est décédé en 1742 avant de pouvoir observer son retour prévu .

 

La prédiction de Halley du retour de la comète s’est avérée correcte, bien qu’elle n’ait été vue que le 25 décembre 1758, par  Johann Georg Palitzsch , un fermier allemand et astronome amateur . Il ne traversa son périhélie que le 13 mars 1759, l’attraction de  Jupiter  et de  Saturne  ayant causé un retard de 618 jours.

L’approche de 1910, qui est apparue à l’œil nu vers le 10 avril  et est arrivée au périhélie le 20 avril, était notable pour plusieurs raisons: c’était la première approche dont des photographies existent et la première pour laquelle  des données spectroscopiques  ont été obtenues. De plus, la comète a fait une approche relativement rapprochée de 0,15 UA, ce qui en fait un spectacle spectaculaire. En effet, le 19 mai, la Terre a effectivement traversé la queue de la comète. L’une des substances découvertes dans la queue par analyse spectroscopique était le cyanogène ,un gaz toxique  , qui a conduit l’astronome  Camille Flammarion prétendre que, lorsque la Terre passerait par la queue, le gaz « imprégnerait l’atmosphère et éteindrait peut-être toute vie sur la planète ». Sa déclaration a conduit à l’achat paniqué de masques à gaz et de «pilules anti-comètes» et de «parapluies anti-comètes» par le public. En réalité, comme d’autres astronomes l’ont rapidement souligné, le gaz est si diffus que le monde n’a subi aucun effet néfaste du passage à travers la queue.

Échec de la Comète de Halley
Pendant des siècles, l’apparition de la Comète de Halley (tous les 76 ans) a été considérée comme un signe de mauvaise augure. La veille du 19 mai 1910, l’arrivée imminente de la comète a provoqué une véritable hystérie collective en Europe et aux États-Unis. Celle-ci a été en partie initiée à cause d’un communiqué de l’observatoire de Chicago, datant du mois de février et signalant qu’un gaz toxique avait été repéré dans la queue de la Comète. L’astronome français Camille Flammarion (1842-1925) surenchérissait en indiquant que la terre se trouvait en plein sur la trajectoire de la comète empoisonnée et que le désastre pourrait entraîner l’extinction de toute forme de vie. Les ventes de masques et de capsules volantes à oxygène ont explosé, notamment à Rome et ce, en dépit des efforts des scientifiques pour rassurer le public et d’une intervention du pape Pie X (1835-1914). Comme nous pouvons le constater un siècle plus tard, la catastrophe n’eut pas lieu et ainsi que l’annonçait inutilement le Chicago Tribune “We’re Still Here.” (Nous sommes toujours là).

 


NUMISMATIQUE

Kyrenaika, Kyrene, Magas en tant que gouverneur. AV obol, frappé vers 308-305 av. Zeus / Tonnerre.
Plusieurs chercheurs y voient une représentation de la comète de Halley.
La pièce en or est évaluée à $1,050 US env.

 

celtique
La Grande-Bretagne
Corieltauvi
Stater d’or – 5,7 grammes, frappé ca 45-10BC, « South Ferriby type »

 

Pont (Colonie grecque),  v. 130-100 avant JC. Æ (12 mm, 1,96 g, 6 h). Tête de cheval à droite, avec étoile à huit pointes sur le cou. Étoile R / Comète de huit points avec traînée.La pièce la plus représentative de la comète de Halley dans l’Antiquité.Pièce rare.

 


 

 

 Hémidrachme d’argent,  1,119 g, 15,2 mm, 180 o , menthe Persépolis (province du Fars, Iran), buste barbu à gauche, portant une couronne persépolitaine avec des créneaux étagés, diadème, couple et robe; roi renversé debout à droite, tenant un sceptre, devant lui, étoile et croissant avec des cornes à gauche, inscription gaffée autour; ex anciennes importations
Persis était situé dans ce qui est maintenant le sud de l’Iran. Les «Perses» ont colonisé la région dès le 8ème siècle avant JC. Depuis sa conquête par Alexandre le Grand, Persis était le plus souvent quasi-indépendant, sous l’hégémonie d’un roi séleukide ou parthe. Immédiatement après la mort d’Alexandre, Persis a été soumis au royaume séleucide. Vers 290 avant JC, Persis a retrouvé son indépendance. Les pièces produites pendant cette période étaient d’inspiration grecque, mais les inscriptions étaient araméennes, symbolisant le rejet par Perse de la classe dirigeante grecque. Entre c. 250 et 223 avant JC, les Séleucides reprirent le contrôle. Mithradates II incorpora plus tard Persis en tant que sous-royaume de Parthe. Sous la domination parthe, les pièces de monnaie et l’apparence des rois représentés sur eux ont assumé le style parthe. Le dernier roi de Perse, Artaxerxes,

Empire Romain,pièce  comémorative de césar Auguste …le revers nous montre  ce qui ressemble à une comète.Pièce très rare.

 


 

Grande Bretagne,celtique

 


 


Médaille commémorative de la NASA.


TAPISSERIE ANCIENNE

Tapisserie de Bayeux,moyen -Âge

 

 

 

 

Archéologie fantastique:la Barque du Ciel de la « Dame du trône à pointes »

Un nouvel objet découvert récemment de la civilisation  Sindhu-Sarasvati,en Inde, représente un « bateau céleste » qui a été longuement décrit par l’archéologue italien Massimo Vidale dans une monographie.

Des suggestions sur ce que cela pourrait représenter? Vidale l’appelait la « Dame du trône à pointes ».

La Barque Céleste

 

 

Une image claire de la dame (la déesse des étoiles sur son trône à pointes) dans le bateau, avec ses mains sur deux figures (petits taureaux) qui la flanquent.
Le bateau a 8 personnes, 4 femmes et 4 hommes (qui sont montrés un peu plus petits)

 

Selon la théorie d’un jeune étudiant et écrivain de l’Inde: »Dame sur le trône à pointes » a 5 mèches dans les cheveux (Vidale: p26). Seule Apsaras porte 5 mèches (Mb 3-134) Elle est dans un bateau et non sur un char. Les caractéristiques ressemblent à Mehgarh – Matrikavat (Maa ghar> Mehgarh) Représente le style de vie. Apsara abandonne son enfant, pas à Mehrgarh

 

La Barque Céleste …photo du livre de l’archéologue Vidale.

 

Autre découverte récente:la déesse de Kaushambi…2000 ans avant Jésus-Christ.

 

Cette idole en bronze de Daimabad est similaire à l’idole ci-dessus. Mais la personne qui conduit le char est un homme, contrairement au Devi ci-dessus. Fait intéressant, cela aussi a été trouvé dans une période après la civilisation Sindhu saraswati

Voici ce qu’un  réalisateur indien a fait sur le thème de la Déesse des  Étoiles:

 

 

 

 

EN COMPLÉMENTAIRE

La mémoire d’une civilisation perdue

Il est non seulement possible de dissiper l’obscurité et le silence qui enveloppent l’histoire védique / harappéenne, mais cela nous donnera des idées merveilleuses et une clarté de compréhension dans la civilisation ancienne la plus énigmatique et la moins appréciée. Tout ce qui doit être fait est d’abandonner les tas de biais et de spéculations sans fondement.

Sri David Frawley a noté un jour un paradoxe très anormal dans l’histoire indienne. D’une part, nous avions la plus grande civilisation de l’âge du bronze du monde. La civilisation Sindhu-Sarasvati (SSC). Elle était beaucoup plus grande dans son étendue géographique que la Mésopotamie contemporaine et l’Égypte réunies. Il avait une population estimée à environ cinq millions d’habitants. Ce nombre a oscillé autour de 20% de l’humanité en 2000 avant JC.

Pourtant, malgré cette massivité de ses praja et samrajya , les ruines du Sindhu et du Sarasvati semblent muettes et sans voix, leurs aksharas non fissurés semblent creux et silencieux. Ils n’ont rien à nous dire, qui ils étaient ou ce qui leur est arrivé, malgré leur grandeur.

D’autre part, nous avons également la littérature la plus grande et la plus sophistiquée de l’âge du bronze. Le corpus védique. Son échelle massive, son évolution littéraire, son contenu philosophique, mathématique et astronomique et leur progression sont sans égal dans le monde antique. Il décrit les grands royaumes, le commerce, les chevaux, les chars, les autels de feu élaborés, les innovations technologiques, l’astronomie, les unités de mesure normalisées, la navigation maritime, l’agriculture, etc. Pourtant, il n’y a rien dans les archives archéologiques pour expliquer une civilisation aussi avancée . Certainement pas en 1500 avant JC, lorsque Max Mueller nous dit avec un commandement colonial que tous les textes védiques commencent seulement à être composés.Pas un seul texte sanscrit en Inde ne peut être plus ancien que cette date, assure M. Mueller. Mais ce n’est pas une discussion pour l’instant.

C’est ce qu’on appelle le «paradoxe de Frawley». Le SSC crie silencieusement pitoyablement pour qu’un seul mot appelle le sien, pour un seul son prononcé dans sa mémoire. Et les textes védiques crient désespérément qu’une seule brique repose et se valide.

Mais pour une fois, si nous abandonnons le bagage irrationnel dont nous avons hérité de l’ère coloniale, si nous jetons un regard neuf sur les faits et réévaluons toutes les preuves recueillies au cours de ces cent ans, des conclusions remarquables et magnifiquement naturelles émergeront. Sans aucun doute, ils renverseront de nombreux dogmes transmis comme faits historiques, mais la joie de la réalisation sera vraie et immense. L’une d’elles fait référence à une grande migration enregistrée dans le Shatapatha Brahmana, dans le quatrième adhyāya de son premier kāṇḍa :

Mâthava, le Videgha, était à cette époque sur la (rivière) Sarasvatî. 

Il (Agni) partit alors brûler le long de cette terre vers l’est; et Gotama Râhûgana et le Videgha Mâthava le suivirent alors qu’il brûlait. Il a brûlé (séché) toutes ces rivières.

 Maintenant cette (rivière), qui s’appelle ‘Sadânîrâ’, coule de la montagne nord (Himâlaya): celle qu’il n’a pas brûlée. Celui que les Brâhmanes n’ont pas croisé autrefois, pensant: «il n’a pas été brûlé par Agni Vaisvânara».

De nos jours, cependant, il y a beaucoup de Brâhmans à l’est de celui-ci. A cette époque, elle (la terre à l’est du Sadânîrâ) était très inculte, très marécageuse, car elle n’avait pas été goûtée par Agni Vaisvânara.

 De nos jours, cependant, il est très cultivé, car les Brâhmans l’ont fait goûter (Agni) par des sacrifices. Même à la fin de l’été, cette rivière, pour ainsi dire, fait rage: elle est si froide qu’elle n’a pas été brûlée par Agni Vaisvânara.

 Mâthava, le Videgha, a alors dit (à Agni): «Où dois-je demeurer? «À l’est de cette rivière, ta demeure! a-t-il dit. Aujourd’hui encore, cette (rivière) forme la frontière des Kosalas et des Videhas; car ce sont les Mâthavas (ou descendants de Mâthava).

Maintenant, cela peut sembler n’être que quelques lignes d’un texte obscur. Mais la qualité et la quantité des inférences que ces mots assez explicites nous permettent de tirer est sans précédent dans la littérature védique. Tirons ces inférences ligne par ligne, nom par nom.

Mais d’abord il est impératif de comprendre la position historique du SB vis-à-vis des autres textes védiques. Il est considéré comme le plus jeune brahmana. Et les brahmanes, en gros, sont antérieurs aux Aranyakas et Upanishads. Il est également important de noter que la description historique ci-dessus semble être un souvenir d’un événement passé, plutôt qu’une référence contemporaine. Donc, cet événement peut en fait se dérouler à une couche plus profonde de l’âge des brahmanes.

1. Mâthava, le Videgha – Nous ne savons pas plus sur ce très ancien maharaja que ce que nous dit le SB. Mais le mot Videgha / Videha sonne beaucoup de cloches familières. C’était un royaume de la région de Mithila pendant le mahajanapada Et le roi philosophe le plus célèbre de cette janapada était Janaka. Il était si célèbre que la dynastie elle-même était englobée sous ce nom et que presque tous les rois de Videha furent appelés «Janaka». De nombreux Janakas distincts sont mentionnés dans les Upanishads, Puranas, Ramayana, etc. Ils ne peuvent pas tous être une seule personne. Et le SB déclare clairement que la dynastie à l’époque de sa composition était connue du patronyme de Mathava. Jusqu’à ce que, bien sûr, l’un de ses descendants, Janaka, atteigne une renommée encore plus grande que la sienne. À tel point que Mathava a été complètement oublié dans les textes suivants.

Conclusions

-Mathava Videgha fut l’un des premiers rois de l’âge du fer historiquement bien attesté Videha janapada.

– À un moment de l’ère upanishadique, succédant ou concourant à l’âge tardif de Brahmana dont le SB est représentatif, Janaka a remplacé Mathava comme patronyme.

2. « était à ce moment-là sur le (fleuve) Sarasvatî» – Il n’y a vraiment pas de double sens ou de nuances mythiques à cela, à moins que l’on ne soit poussé par des biais pour défendre les dogmes coloniaux. Il est énergique et simple, ne nécessitant aucune élaboration. L’existence de la rivière Sarasvati, son identité avec le lit séché du Ghaggar-Hakra et son histoire hydrologique approximative ont toutes été bien étudiées par plusieurs disciplines et sont connues au-delà de tout doute raisonnable. Elle n’est plus ouverte au débat.

Conclusions

-Mathava et son peuple vivaient autrefois dans un royaume appelé Videgha situé quelque part le long des rives de la rivière Sarasvati.

– Sarasvati était encore probablement une rivière qui coule, vivace ou non, à l’époque de Mathava. Cela a des implications pour la datation de l’événement, comme beaucoup le savent. Cela place carrément l’exode de Mathava au moins ~ 2000 avant JC ou des périodes antérieures.

– Bref, la très bien attestée Videha janapada a une préhistoire sérieuse, non enregistrée ou oubliée.

Dans l’image ci-dessous, il est évident que les Videhans ont dû migrer très loin pour arriver à leur habitat historique de Mithila. Ils occupaient l’un des janapadas les plus à l’est.

 

 

 

3. ‘.. de là est allé brûler le long de cette terre vers l’est’ – Là où des métaphores apparaissent, il y a aussi place à l’interprétation et à l’incertitude. Même ainsi, Agni brûlant la terre et les rivières vers l’est est, par l’explication la plus simple, un témoignage des conditions de sécheresse qui prévalent, ce qui aide également à expliquer pourquoi un roi doit faire un voyage aussi radical, conduisant son peuple dans un exode épique vers l’est, abandonnant même les rives sacrées du Sarasvati.

Conclusions

-Il y a eu un exode et c’était probablement une conséquence de la sécheresse, de l’échec de l’agriculture ou d’une autre condition drastique qui a mis à l’épreuve la subsistance même du peuple Videha.

-La direction de la migration est d’ ouest en est . Ceci est d’une importance vitale dans la recherche de la validation archéologique d’un tel événement. Et parce que beaucoup d’historiens muellerian-marxistes ont interprété à la hâte ce passage pour illustrer la célèbre «  invasion aryenne  » – n’ayant complètement trouvé aucun support pour lui à partir d’un texte védique, surtout dans le plus ancien Rig Veda.

-L’archéologie ne connaît et n’admet qu’une seule de ces migrations vers l’est. La migration des Harappans. Un moment unique et rare dans l’étude de l’histoire partout, où la littérature et les faits sur le terrain s’accordent et se complètent si parfaitement.

La représentation ci-dessous illustre le déplacement indubitable de la densité de peuplement vers l’est pendant et après la fin de la période Harappan.

La mémoire d’une civilisation perdue 2

 

4. ‘.. et Gotama Râhûgana ..’ – Ce sont les deux mots les plus importants du passage. Plus instructif et rempli d’importations que le reste du passage réuni. Qu’est-ce qui pourrait être si génial dans le nom d’un purohita inconnu d’un raja inconnu? -Tu pourrais demander.

Tout! Son nom apparaît dans les anukramani du Rig Veda (RV)! Pour ceux qui sont conscients de ce que cela signifie, cela apportera des larmes de joie. Pour ceux qui ne le savent pas, les anukramani ou indices du RV nous donnent des informations fondamentales sur les rishis qui ont écrit les suktas, les chhanda utilisés dans chacune de leur composition et les devata ou divinités de chaque hymne. Gotama Rahugana est l’auteur des hymnes 74-93 du livre 1 et de l’hymne 31 du livre 9. Cela signifie, pour abréger une très longue histoire, que Gotama Rahugana et son patron Mathava Videgha vivaient au Moyen Âge védique.

Ci-dessous un verset composé par lui conservé dans le livre 1 du Rig Veda.

« O Jatavedas (Agni), vif et rapide, Gotama avec le chant sacré t’exalte pour l’amour de ta gloire.
Une chanson agréable à Agni, fils de Rahūgaṅa, a chanté:
Nous te louons pour ta gloire
 . »

-Gautama Rahugana, Rig Veda 1.78.1,5

Il est au-delà de la portée de cet article d’expliquer comment les dix livres sont classés par leur chronologie et leur antiquité. Le lecteur peut se référer à « Rig Veda – Une analyse historique » par Shrikant Talageri pour cela. Pour l’instant, il suffit de savoir que le livre 6 est le plus ancien et le livre 10 le plus jeune. Il s’agit d’un schéma généralement accepté et approuvé par un consensus de chercheurs. Les livres Rig Vedic vont dans cet ordre-

VI -> III -> VII -> IV -> II -> V -> VIII -> IX -> X

Sur cette base, et une analyse comparative rigoureuse du contenu historique du VR, son histoire a été divisée en: –

  1. Première période – Livres VI, III et VII.
  2. Période intermédiaire – Livres IV et II.
  3. Période tardive – Livres V, VIII et IX.
  4. Dernière période – le livre X qui se démarque des autres à bien des égards, y compris sa langue.

Le livre I contient des hymnes composés de descendants de rishis des trois plus anciens ainsi que de ceux contemporains aux trois suivants . Sa position historique est juste après les trois premiers, légèrement antérieure et contemporaine aux trois suivantes . C’est un livre chronologiquement «étiré». Le livre IX est un livre encore plus étiré. Il a des hymnes par les rishis des derniers suktas des livres I, V et VIII (y compris le Gotama de notre fascination actuelle) ainsi que des rishis entièrement nouveaux qui n’apparaissent que dans les livres IX et X. On peut dire que les livres I et IX partagent plus que juste Gotama Rahugana.

Conclusions

  • Gotama Rahugana et son patron Mathava Videgha ont vécu pendant la période intermédiaire du VR, peut-être vers la fin de cette période, alors que le RV n’était encore qu’à moitié terminé.
  • L’âge Brahmana n’est pas un successeur chronologique du Rig Veda samhita, mais les débuts de la première et de la moyenne, la fin et la dernière période de cette dernière sont probablement contemporains.
  • Ce n’est PAS une invasion / migration aryenne d’aucune sorte. Si c’était le cas, nous nous attendrions à ce que Gotama soit un rishi des livres les plus anciens (VI, III et VII), à une époque où les envahisseurs / migrants aryens venaient d’entrer dans le nord de l’Inde pour la première fois (selon cette théorie qui s’effondre) . Les livres les plus anciens ont en fait des hymnes composés par les ancêtres de Gotama!
  • Il s’agissait d’une migration au sein de la culture védique profondément ancrée dans la vallée de Sindhu-Sarasvati. Et c’est arrivé avant la période du SB. Des preuves supplémentaires sont nécessaires pour conclure si elles étaient contemporaines d’un brahmana plus ancien comme Aitareya.
  • Le SB est contemporain de la période tardive, dernière ou post-Rig Vedic. Des preuves supplémentaires sont nécessaires pour conclure.
  • Les Brahmanes plus anciens comme Aitareya sont donc un développement très parallèle à la RV samhita au moins depuis la période intermédiaire. Leurs positions chronologiques exactes vis-à-vis du RV, également entre elles ainsi que par rapport au dossier archéologique Harappan doivent être étudiées.

5. « Celui-là (Sadânîrâ) que les Brâhmanes n’ont pas traversé dans le passé … » – Cela impliquerait qu’il y a eu des tentatives de migrations plus profondes en Inde du Nord depuis la vallée de Sindhu-Sarasvati avant même l’époque de Mathava et Gotama et ce petit Védique des colonies existaient déjà dans les territoires vers lesquels les Videhans migraient. Vouloir plus de détails, pousser plus loin ne serait qu’un effort spéculatif. Quoi qu’il en soit, le passage atteste que des colonies védiques contemporaines existaient déjà dans les terres à l’est de Sadânîrâ à cette époque. Le Sadânîrâ est identifié au fleuve moderne Gandak, un affluent du Gange.

Mais plus intéressant encore, nous constatons que certaines des découvertes archéologiques les plus surprenantes de ces dernières années sont en parfait accord avec cela. Varanasi a une antiquité approchant Harappan et la civilisation Harappan mature et sa technologie de brique cuite au four s’est étendue aussi loin à l’est que Raghopur Diara près de Patna! Qui sait quoi d’autre reste à découvrir et où. Les frontières doivent être redessinées, c’est le moins qu’on puisse dire.

Et la région de Mithila, où les Videhans se sont installés, est si proche de toutes ces découvertes palpables. La découverte de la couche la plus ancienne ou des preuves de nouvelles colonies à Mithila nous aiderait sans aucun doute à trouver des dates matérielles appropriées pour Mathava, Ragugana, les Brahmanas et même le Rig Veda.

Conclusion

  • La migration de Videha n’était qu’une des nombreuses vagues d’expansions harappaises vers l’est commençant peut-être à la période mature.

Lequel des autres janapadas historiques a fait des voyages similaires? Lesquels de ces anciens royaumes et républiques indiens étaient autrefois situés sur les rives de l’Indus et du Sarasvati? Des questions fascinantes en effet. À l’exception de quelques-uns d’entre eux, il est très difficile de répondre sans entrer dans le spéculatif.

La mémoire d'une civilisation perdue 03

 

 

6. «À cette époque, il (la terre à l’est du Sadânîrâ) était très inculte, très marécageux», – Une autre phrase importante . Un témoignage ferme de certains des détails subtils cruciaux pour notre compréhension de cet âge insaisissable ainsi que des questions existentielles sur le caractère culturel, les réalisations sociétales des Indo-Européens qui ont propagé la culture védique et aussi les mécanismes de ce processus. Deux faits très significatifs sont révélés par cette phrase.

Premièrement, il condamne à la poubelle le modèle traditionnel qui soutient depuis un siècle que les personnes qui ont amené le sanscrit en Inde du Nord étaient des pasteurs d’Asie centrale . C’étaient des nomades qui faisaient paître le bétail et montaient à cheval. Un peu plus. Mais Mathava et son peuple n’étaient pas de simples éleveurs de vaches. Et ce n’étaient certainement pas des nomades. Ils étaient un lot établi, pendant une longue période indéterminée avant cet exode. Ils avaient un royaume. Ils pratiquaient l’agriculture comme leur occupation principale. Et avait des rituels avec des autels de feu élaborés. Les textes brahmana connaissent la technologie de la brique, les unités de mesure normalisées et bien plus encore. Même le Rig Veda connaît la navigation maritime.

À tel point que leur premier souci de devoir migrer vers de nouvelles terres est que tout était marécageux et non cultivé! Et sans compromis. Et pas le moins du monde, il n’y avait pas d’herbe pour leurs chevaux. Ils étaient un rajya avant de migrer, et ils étaient un rajya quand et longtemps après avoir traversé le Sadânîrâ; ils étaient déjà devenus un État . Plus tard, ils évolueront encore et fusionneront dans la puissante République Vrijji, l’un des seize mahajanapadas! Videha a achevé une évolution politique complète et précoce en une république!Dont il y a si peu d’exemples dans le monde antique. Il n’y avait ni Grèce, ni Rome, ni aucun État en Europe lorsque les ancêtres de Mathava dirigeaient Videgha quelque part dans la vallée SS. Quel était le scénario occidental à l’époque de Mathava? Il était rempli de petites communautés agricoles, de pasteurs agressifs des steppes et même de chasseurs-cueilleurs.

L’identité tribale que les éleveurs des steppes et la plupart des autres tribus IE de cette époque ont sans doute été définie par, avait depuis longtemps été dépassée par le peuple védique. Un tel passé tribal nomade est déjà une préhistoire non enregistrée en ce qui concerne le VR. Il faudrait torturer les premiers versets du RV pour les faire admettre. L’enquête sur la véritable antiquité des Indo-Européens dans la vallée de Sindhu-Sarasvati est d’une importance cruciale.

Ce n’est pas seulement une invasion de Kurgans d’Asie centrale, les Videhans ne leur ressemblent en rien. Cela jette de nombreuses hypothèses cavalières sur la culture védique à douter. Plus révolutionnaire, cela oblige l’honnête enquêteur à affronter à nouveau ce paradoxe de Frawley .

Le deuxième fait étonnant que la phrase ramène chez elle et oblige ainsi une autre hypothèse d’invasion aryenne fondamentale à mordre la poussière, c’est que ces Aryens migrateurs étaient alors assez seuls en Inde du Nord. L’AIT / AMT nous oblige à croire que des millions de Harappéens défunts vivaient encore dans les vallées de l’Indus et du Gangetic tandis que les Indo-Aryens les envahissaient ou les «ruisselaient» . En fait, l’archéologue chevronné nous assurera qu’à aucun moment il n’y a eu de rupture notable dans l’habitation humaine dans le large âge du bronze au nord de l’Inde, ni aucun signe de contact entre deux cultures matérielles différentes, indigène et étrangère. Pourtant, les preuves littéraires montrent que les Aryens védiques étaient tout à fait seuls dans les vallées de l’Indus et du Gangetic. Les Videhans ne sont pas tombés sur unseule tribu étrangère ou linguistiquement différente à tout moment de leur grand exode des Sarasvati à Sadanira. Au mieux, le SB laisse entendre qu’il y avait des colonies védiques antérieures ici et là. A part cela, tout était une terre plaine, inculte et marécageuse. Personne n’occupait les plaines gangétiques. Il n’y a aucune preuve d’une transformation linguistique impliquée et encore moins d’une invasion dramatique. Les Videhans se développaient contre un vide démographique, tout comme les Harappéens dans les archives archéologiques.

Alors, sur quelle base a-t-on prétendu au cours des cent dernières années que les Harappéens et les Aryens védiques étaient deux personnes différentes? Vœux pieux et spéculation pure. Une théorie scandaleuse inventée pour soutenir une autre théorie scandaleuse. Il n’y a pas de place pour les faits, les inférences ou les preuves dans leur orthodoxie rigide. Ou ils devraient essayer de répondre à cette question. Où des millions de Harappéens ont-ils disparu? L’éléphant dans la pièce que l’école Muellerian des érudits a réussi à ignorer avec tact et a réussi à échapper.

Conclusions

– Les Rig Vedic Aryans, dont les Videhans sont un, sont des agriculteurs et un lot civilisé, pas des pasteurs.

– Ils étaient très évolués politiquement et non nomades ou tribaux.

– Ils n’étaient pas des envahisseurs. Ils s’étendent dans des terres vierges inoccupées.

-Il n’y avait aucune autre tribu occupant la vallée de Gangetic et aucune preuve d’aucune sorte de conflit impliqué dans le processus.

– L’indo-européen est la plus ancienne couche linguistique détectable en Inde du Nord – malgré des millions de Harappans qui parlaient autre chose (selon l’école d’histoire de Mueller) censément vivre partout.

– Aryens védiques = Harappans . En résolvant le paradoxe de Frawley, nous nous rendons compte que cette expansion de Videhans n’est rien d’autre qu’une vague de la dispersion Harappan qui est bien attestée archéologiquement.

7. « Aujourd’hui encore, ce (fleuve) forme la frontière des Kosalas et des Videhas.» – Le passage arrive enfin sur la scène contemporaine. Le scénario politique du nord de l’Inde est désormais bien connu de la plupart d’entre nous après nos années de scolarité. Il y avait des mahajanapadas. Au moment du Bouddha, il y en avait seize ou plus . Il est également explicitement implicite et probable que les habitants de Kosala ont également fait un voyage similaire à Videha et qu’ils se sont installés juste à côté des Videhans. Lesquels des autres mahajanapadas ont également effectué des migrations similaires (et étaient autrefois les royaumes de la SSC) est un sujet fascinant nécessitant des recherches supplémentaires et qui est encore sans réponse de manière concluante.

Conclusions

-Les constituants de la civilisation Sindhu-Sarasvati étaient sans doute très similaires aux mahajanapadas des derniers jours. Ou étaient au moins leurs ancêtres directs dans un continuum ethno-politique.

– Videha était l’un des royaumes de la civilisation Sindhu-Sarasvati. Kosala en était probablement un aussi. La localisation exacte de l’origine de la SSC nécessite des recherches supplémentaires. Probablement, il peut ne jamais être trouvé. Le cours reconstruit du Sarasvati dans l’image ci-dessous montre le nombre écrasant de sites situés sur ses rives. Il n’est pas exagéré de suggérer que l’une de ces ruines le long de la rivière perdue pourrait bien avoir été la ville des Videhas, où Mathava a régné.

La mémoire d'une civilisation perdue 04

 

 

– Les autres janapadas candidats qui ont peut-être aussi été autrefois des États de la SSC sont ceux qui figurent dans les textes védiques plus anciens que SB et qui ont survécu jusqu’à la période historique. Il s’agit notamment des Kuru, Pancala, Matsyas etc. Les deux premiers descendent des dynasties Paurava-Bharata du RV.

Comme nous l’avons vu, l’obscurité et le silence qui entourent l’histoire védique / harappéenne ne sont pas seulement possibles à dissiper, cela nous fournira des idées merveilleuses et une clarté de compréhension dans la civilisation ancienne la plus énigmatique et sous-estimée. Tout ce qui doit être fait est d’abandonner les tas de biais et de spéculations sans fondement. Pour nettoyer l’ardoise de craie coloniale et regarder à nouveau toutes les preuves qui existent. Pour ne pas surcharger les études en Asie du Sud avec des bagages de la steppe ou toute autre théorie extraterritoriale – ou du moins pas avant de lui donner un traitement indépendant et équitable de la bourse. Pour suivre la méthode scientifique et se déclarer: «voici les preuves, quelles conclusions peut-on en tirer?

Références

Colin McEvedy   &  Richard M. Jones , 1978: Atlas de l’histoire de la population mondiale

Srikant Talageri: Rig Veda une analyse historique

David Frawley, Georg Feuerstein et Subhash Kak, 1995: A la recherche du berceau de la civilisation.

Swami Ranganathananda, Ramakrishna Math: Lemessage du Brhadaranyaka Upanishad.
E. Pargiter, 1922: ancienne tradition historique indienne.

Harvard oriental series – Vol 25: Rig Veda Brahmanas – Aitareya et Kausitaki Brahmanas

 

 

 

 

La Valkyrie d’Adolph Hitler: comment la britannique Unity Mitford a rencontré le Führer 140 fois

 

Le premier livre allemand sur l’aristocrate britannique et fan d’Adolf Hitler Unity  « Valkyrie » Mitford révèle que le Führer était tellement obsédé par elle qu’il l’a rencontrée 140 fois alors qu’il se préparait pour la Seconde Guerre mondiale.

 

Adolf Hitler était aussi fasciné par Unity – l’une des célèbres filles «  It  » des années 1930.

La première biographie allemande traitant de cette attraction mutuelle est publiée et intitulée: «Je feuilletais le magazine Vogue lorsque le Führer m’a parlé. »

L’auteur à succès de science politique Michaela Karl raconte comment le lien a été forgé au restaurant préféré de Hitler à Munich, l’Osteria Bavaria, le 9 février 1935.

Hitler, Unity Mitford et SA Obergruppenfuhrer Franz von Pfeffer, photos à Bayreuth, 1936 Hitler, Unity and SA Obergruppenfuhrer Franz von Pfeffer, pictures in Bayreuth, 1936
L’auteur à succès de science politique Michaela Karl raconte comment le lien a été forgé dans le restaurant préféré de Hitler à Munich.
Il s’agissait du restaurant Ostara Bavaria.

Adolf Hitler et Unity Mitford dans le restaurant préféré du Führer à Munich

Unity a écrit à sa sœur Diana: «À 15 h 00, j’avais fini de manger quand le Führer est venu avec son trench-coat doux et s’est assis avec deux autres hommes à sa table.

« Je feuilletais la vogue quand dix minutes après son arrivée, l’aubergiste est venu et a dit que le chef » voulait vous parler. «  »

L’auteur Karl a dit; « Entre 1935 et 1939, Hitler et Unity se réunissaient tous les dix jours – pour un leader occupé, qui était en même temps un chef du troisième Reich allemand, c’était 140 fois au total, donc étonnamment souvent. »

Il l’emmena bientôt au Festival de Wagner à Bayreuth, au rassemblement de Nuremberg et à d’autres grands événements du national-socialisme. 

« L’unité a rapidement fait partie du cercle restreint », a ajouté Karl. « En Angleterre, elle est toujours bien connue, mais en Allemagne, juste une note de bas de page dans l’histoire. »

L’architecte d’Hitler, Albert Speer, a décrit plus tard Unity: «Elle était une femme très intelligente et avait sa propre tête, pas un type comme Eva Braun, qui ne s’intéressait à rien.

Mais le partenaire de longue date de Hitler, qui l’épouserait à l’effondrement de Berlin en 1945 pour devenir son épouse d’un jour avant de s’évader  avec lui vers l’Argentine, considérait Unity comme un rival.

Le 10 mai 1934, Eva, 23 ans, a écrit dans son journal que l’épouse du photographe personnel d’Hitler, Heinrich Hoffmann, lui avait parlé d’Unity. Eva a écrit: «Mme Hoffmann, sans tact et avec amour, m’a dit qu’il avait maintenant un remplaçant pour moi.

«Enfin, il a pu me connaître si bien, que je n’ai jamais pu lui mettre quelque chose sur le chemin quand il a découvert qu’il voulait son cœur pour un autre.

Une tentative de suicide ratée d’Eva en 1935 a été interprétée par beaucoup comme un acte de jalousie contre Unity.

 

«Enfin, il a pu me connaître si bien, que je n’ai jamais pu lui mettre quelque chose sur le chemin quand il a découvert qu’il voulait son cœur pour un autre.

Unity Mitford, une beauté aristocratique anglaise passionnément dévouée à Hitler

Quand Hitler prévoyait d’avaler l’Autriche en 1938, Unity écrivit à son cousin Winston Churchill: «Cher cousin Winston. L’idée que l’Allemagne tente de dévorer les pauvres, la petite Autriche, qui lutte pour son indépendance, est très ridicule pour tous les Autrichiens.

 

 

 

1932: Trois des sœurs Mitford au mariage de Lord Stanley d’Aldernay, lr Unity Mitford; Diana Mitford (Mme Bryan Guinness, plus tard Lady Diana Mosley) et l’écrivain Nancy Mitford

En mai 1939, Hitler a organisé pour elle un appartement de trois chambres dans le quartier Schwabing de Munich. Les Juifs qui vivaient dans l’immeuble sont partis à l’étranger peu de temps après et Unity a placé deux énormes drapeaux à croix gammée dans la chambre.

Joseph Kennedy Jr., le fils de l’ambassadeur des États-Unis à Londres et frère aîné de John F. Kennedy, a écrit après l’avoir rencontrée: «Mitford est convaincu que le conflit avec l’Angleterre et les États-Unis est, avant tout, la faute de la propagande juive. et le seul moyen de le résoudre était de chasser les Juifs.

Lorsque la France et l’Angleterre ont déclaré la guerre à l’Allemagne en septembre 1939, son monde s’est effondré. Ce qui s’est passé exactement après cela reste trouble: probablement le même jour de la déclaration, Unity s’est tiré une balle dans la tête dans le jardin anglais de Munich.

Hitler a organisé son placement dans le meilleur hôpital de Munich pour le traitement et lui a rendu visite le 8 novembre – la nuit où le menuisier George Elser a tenté de le tuer avec une bombe au Bürgerbräukeller où il parlait.

Il était parti tôt pour lui rendre visite et avait échappé à la mort de 13 minutes. Huit personnes sont mortes dans l’explosion.

Unity a été rapatriée en Grande-Bretagne où elle est décédée de ses blessures en mai 1948. Hitler, a déclaré Karl, ne l’a jamais surmontée.

Unity Mitford wearing a swastika badge with her sister Diana Mitford

 

 

Unity Mitford portant un badge à croix gammée: en Angleterre, elle est toujours bien connue, mais en Allemagne, juste une note de bas de page dans l’histoire

 

Camps de jeunes hitlériens en Amérique (1935-1941)

Vous avez ici des images fantastiques, publiées pour la première fois par les Archives nationales des États-Unis, d’un camp d’été pour les membres des jeunesses  hitlériennes aux États-Unis en 1937. Il a été tourné à Windham, New York, à l’été 1937.

 

Dans Volks-Deutsche Jungen aux États-Unis (Jeunes allemands aux États-Unis), vous verrez ce qui semble d’abord être une histoire banale d’un camp d’été pour garçons. Le film commence avec le camp en construction et les enfants enthousiastes s’entassent dans des bus affrétés pour faire le voyage de New York à Windham, New York à l’été 1937. Les garçons plantent des tentes, déchargent des caisses de haricots cuits au four et effectuent des exercices de conditionnement physique . Si vous portez une attention particulière, vous remarquerez peut-être que certains des garçons portent des shorts portant l’insigne de l’éclair unique qui a marqué le plus jeune contingent de la jeunesse hitlérienne, mais il faut attendre le «Flaggenappell» (appel nominal) à 13:47 que l’affiliation devient claire.

Après avoir fait des recherches sur ce que nous avons appelé le film «Nazi Boy Scout», j’ai pu en savoir un peu plus sur ces jeunes hitlériens américains. Premièrement, ils n’étaient certainement pas des Boy Scouts. Le camp fréquenté par les garçons et les jeunes hommes de ce film était géré par la Deutsche-Amerikanische Berufsgemeinschaft (DAB), plus connue sous le nom de Ligue professionnelle germano-américaine ou Bund allemand-américain. Le DAB, qui comprenait plus de 70 sections locales, a été fondé en 1936 pour promouvoir l’Allemagne et le parti nazi en Amérique. La plus connue des activités de l’organisation a été le rassemblement pro-nazi de 1939 qui s’est tenu au Madison Square Garden qui a attiré environ 20 000 participants.

Ces films étant la propriété d’une organisation indépendante, vous vous demandez peut-être comment ils se sont retrouvés aux Archives nationales. La séquence des événements qui ont conduit au film à arriver au Motion Picture Preservation Lab a commencé lorsque le gouvernement américain a fouillé le siège national du DAB le 5 janvier 1942. En vertu d’une assignation à comparaître du Grand Jury fédéral, les agents ont saisi des dizaines de films 16 mm et des enregistrements sonores qui documentaient les activités. du DAB. Le matériel audiovisuel comprenait ce qui était étiqueté «EXPOSITION 147» dans l’affaire contre les activités non américaines du DAB. Ces films et enregistrements sonores sont conservés aux Archives nationales comme archives de cette enquête. Un archiviste les a découverts dans les fonds textuels à la fin des années 1980 et transférés à la Direction du cinéma, du son et de la vidéo à cette époque.