C’était hier:Il y a 100 ans décédait Georges Feydeau (1862 – 1921)

Vlan ! Chez Feydeau, les comédiens doivent faire du bruit ! Disparu il y a tout juste un siècle, le maître du « théâtre des portes qui claquent » n’a cessé de séduire avec ses histoires d’amants dans le placard, donnant au vaudeville ses lettres de noblesse.

Georges Feydeau

 

Allons à la rencontre de ce maître du rire qui vécut entouré de dizaines de personnages en pleine scène de ménage.

 

Caricature de 1908 sur la pièce de théatre « Amélie »

Le mari, la femme, l’amant…

Le 8 décembre 1862 nait à Paris un petit Georges, chez Ernest et Léocadie Feydeau. Une belle histoire d’amour… sauf que tout semble indiquer que le cher enfant n’est en rien le fils de son père officiel.

Les mauvaises langues vont même jusqu’à désigner un géniteur, et pas n’importe lequel : le duc de Morny, voire son demi-frère, l’empereur Napoléon III lui-même…

Qu’importe ! « Bébé » grandit au milieu du milieu intellectuel de l’époque et c’est donc tout naturellement qu’à neuf ans seulement il écrit sa première pièce. Mais l’époque dorée de l’enfance s’arrête en 1869 lorsque son père est victime d’une hémiplégie avant de mourir, en 1873.

Scène du Système Ribadier parue dans le Monde Illustré en 1892

 

 

Ça promet !

Plongé dans des études médiocres, le jeune garçon n’a qu’une passion : le théâtre. Après quelques monologues, il crée en 1882 sa première pièce en un acte et deux personnages, Par la fenêtre.

Il faut maintenant élargir le public : ce sera fait en janvier 1883 avec Amour et piano, un vaudeville, bien sûr. Mais l’administration ne l’entendait pas de cette oreille : en novembre 1874, Feydeau tire un « mauvais numéro » et se voit incorporé dans l’infanterie, à Rouen. Sa nouvelle mission de « technicien des brancards » lui laissant beaucoup de loisir, il en profite pour s’encanailler à Paris avant de devenir secrétaire du théâtre de la Renaissance.

On commence à parler des bons mots de ce jeune homme qui écrit pièce sur pièce. La période est cependant difficile puisqu’il peine à maintenir un niveau de vie bourgeois pour sa femme et sa petite fille.  

Représentation de la Dame de chez Maxim,en 1913.

 

 

À la queue leu leu

En cette année 1892, la situation est grave pour Feydeau : 11 de ses comédies sur 12 ont échoué, et il vient d’avoir un second enfant. C’est donc son va-tout qu’il joue avec Monsieur chasse ! Bingo ! Dans les années suivantes, il enchaîne joyeusement les comédies à succès : Le Système Ribadier en 1892, L’Hôtel du Libre Échange et Un Fil à la patte en 1894, Le Dindon en 1896.

Il y gagne une Légion d’honneur, quelques maîtresses supplémentaires et de nouveaux amis qui sont là pour applaudir le triomphe, en 1899, de La Dame de chez Maxim’sLa Puce à l’oreille, créée en 1907, ne pourra faire mieux, victime de la mort d’un de ses comédiens.

La méthode Feydeau

« Une pièce ne se fait pas comme une paire de souliers » aimait à répéter le maître. Pour trouver des sources d’inspiration, il aimait s’asseoir dans un coin de restaurant ou à une table de la bonne société. Puis il laissait vagabonder son imagination pendant des semaines, voire des années, se refusant jusqu’au dernier moment à élaborer un scénario. Aidé à l’occasion par un peu de cocaïne, il parvenait à créer des œuvres au cordeau, poussant la minutie à détailler les décors au centimètre près. Ainsi sont nés des chefs-d’œuvre de la comédie sous la plume d’un homme qui disait pourtant faire partie des rabat-joie : « Ne vous étonnez pas si je suis triste. Telle est, en effet, ma disposition habituelle. Je ne ressemble point à mes pièces, que l’on s’accorde à trouver réjouissantes. Je suis mauvais juge en ces matières, je ne ris jamais au théâtre » (interview au Figaro, 1900) !

Réveillon au Café de Paris ,en 1904.

 

Terminus, tout le monde descend !

Si Occupe-toi d’Amélie en 1908 et On purge bébé en 1910 finissent de prouver, s’il en est besoin, le talent d’écrivain de Feydeau, on ne peut pas dire que l’auteur en retire une véritable tranquillité d’esprit.

Amoureux des belles choses, il est obligé en 1901 de mettre aux enchères une partie de sa magnifique collection de peintures, et ne supporte plus la vie de famille… Direction l’hôtel Terminus ! S’inspirant d’une drôle de manie de son ex-épouse, il y rédige Mais n’te promène donc pas toute nue (1911).

Mais il n’aura pas le temps de relancer sa carrière puisque la syphilis commence à provoquer chez lui des troubles psychiatriques qui obligent ses enfants à l’interner à Rueil-Maison. C’est là qu’il meurt, deux ans plus tard, le 5 juin 1921.

Ciel ! Mon mari !

Retrouvez à travers ces quelques répliques le fameux sens de la formule de Feydeau…
– «  Je ne te connaissais pas ; et crac, du jour au lendemain, parce qu’il y avait un gros monsieur en ceinture tricolore devant nous à qui on avait dit “oui“, c’était admis ! Tu me voyais toute nue. Eh ! Bien, ça, c’est indécent » (Mais n’te promène donc pas toute nue !).
– « Dans n’importe quel ménage, quand il y a deux hommes, c’est toujours le mari qui est le plus laid » (Un Fil à la patte).
– « Je suis très embêtée, je crois que je suis grosse… Comme tu es imprudent ! Je vais être obligée de te tromper avec mon mari ! » (Je ne Trompe pas mon mari).
– « Si les maris pouvaient laisser leurs femmes avoir un ou deux amants pour leur permettre de comparer, il y aurait plus de femmes fidèles ! » (La Main passe).
– « Les maris des femmes qui nous plaisent sont toujours des imbéciles ! » (Le Dindon).
– « Qu’est-ce que ça prouve, le mari ! Tout le monde peut être mari ! Il suffit d’être agréé par la famille… et d’avoir été admis au conseil de révision ! On ne demande que des aptitudes comme pour être employé de ministère, chef de contentieux. Tandis que pour l’amant, il faut l’au-delà. Il faut la flamme ! C’est l’artiste de l’amour. Le mari n’en est que le rond-de-cuir » (Le Dindon).
– « Quel dommage qu’on ne puisse pas avoir un amant sans tromper son mari ! » (La Main passe).

 

Représentation d’un fil à la patte de Georges Feydeau en 1894.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


FAITES UN TOUR SUR NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE POUR NOUS SUPPORTER SVP:

Sur ce lien: Vintage par Michel

 

 

 

 

C’était hier:Le 14 octobre 1962 ,un avion-espion U-2 photographie un site de lancement de missiles soviétiques à Cuba

La crise des missiles cubains a duré du 16 au 28 octobre 1962. L’Union soviétique en effet stationne des missiles nucléaires à Cuba, menaçant ainsi les États-Unis et le Canada et plongeant toute la planète à l’orée d’une guerre nucléaire. Même si le premier ministreJohn Diefenbaker finit par mettre les forces armées canadiennes en état d’alerte, son hésitation à agir envenime les relations déjà tendues entre le Canada et les États et mène à la chute de son gouvernement en 1963.

 

Un missile sol-air S-75 Dvina (SAM) en face du Musée historique et militaire d’artillerie, du génie et du Corps des transmissions à Saint-Pétersbourg, en Russie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Découverte des missiles

La crise des missiles de Cuba a lieu au plus fort de la guerre froide. Le 14octobre 1962, un avion-espion américain photographie des missiles balistiques soviétiques en pleine installation à Cuba. Conçus pour lancer des têtes nucléaires, ces missiles sont capables de toucher n’importe quelle cible aux É-U et au Canada.

Le président américain John F. Kennedy est informé de la situation le 16 octobre. Ses conseillers et lui passent la semaine à étudier en secret leurs options d’action. L’armée lui conseille d’entamer des frappes aériennes sur les bases de missiles, mais il met plutôt en place un embargo naval de Cuba. C’est par le biais d’un message télédiffusé le 22octobre qu’il fait part de la crise et de l’embargo au public américain et qu’il menace l’Union soviétique de prendre des mesures additionnelles si les bases ne sont pas démantelées.

Hésitation canadienne

En tant qu’un des dirigeants de l’OTAN, le premier ministre John Diefenbaker est informé par John F. Kennedy du plan de son administration, peu de temps avant l’annonce publique. Au téléphone, John Diefenbaker émet des doutes quant aux intentions des Soviétiques, et demande à voir plus de preuves de ce qui se déroule à Cuba. Il exhorte John F. Kennedy à envoyer une délégation d’inspecteurs des Nations-Unies à Cuba pour vérifier l’état de la situation.

Le gouvernement canadien se demande s’il faut effectivement, comme l’exigent les É-U, faire passer les forces canadiennes à un niveau d’alerte élevé appelé «DEFCON-3». John Diefenbaker, qui n’aime pas particulièrement John F. Kennedy, hésite. Il est en effet outré que les États-Unis n’aient pas consulté le Canada plus tôt. Pour ces raisons, Howard Green, secrétaire d’État aux Affaires extérieures, et John Diefenbaker décident de se montrer prudents lorsqu’il s’agit d’exaucer les demandes des États-Uniens.

De plus, ils craignent que le fait de placer l’armée canadienne en état d’alerte ne provoque l’Union soviétique inutilement.

 

 

Vue aérienne montrant le site de lancement de missiles 3 à Cuba, octobre 1962.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

«DEFCON-3»

Malgré les inquiétudes et les retards, le ministre de la Défense nationale Douglas Harkness demande aux unités canadiennes de hausser leur niveau d’alerte à «DEFCON-3». L’autorisation formelle, toutefois, tarde à venir tandis que le Cabinet débat sur la question pendant deux jours. Douglas Harkness argue que la nature de la crise et les traités sur la défense internationale rendent un tel état d’alerte nécessaire (le Canada étant membre, tout comme les É-U, de l’OTAN et du NORAD).

Près de la moitié des ministres du Canada restent indécis sur la question. Lorsque les navires soviétiques approchent la zone de quarantaine plus tard la même semaine et que d’autres membres de l’OTAN annoncent leur soutien à l’embargo, toutefois, la position de Harkness finit par faire consensus. Le 24octobre, le gouvernement de Diefenbaker autorise l’alerte«DEFCON-3» et le déploiement de navires et d’avions de patrouille canadiens pour localiser les sous-marins soviétiques dans l’Atlantique du Nord.

La réponse hésitante du Canada reflète le désir du gouvernement de préserver son indépendance en matière de politique étrangère et de maintenir une position mesurée en situation de crise. Les délais, toutefois, sont fortement critiqués à l’international. Ils contribuent à la réputation d’indécision qu’on attribue au gouvernement Diefenbaker.

L’hésitation canadienne exacerbe également les relations déjà tendues entre le Canada et l’administration Kennedy, en plus d’attiser la controverse et la confusion du Canada à l’égard de sa position sur les armes nucléaires, un débat faisant rage depuis la crise des missiles Bomarc en 1960.

John Diefenbaker

 

Résolution

La crise des missiles de Cuba se poursuit durant 13 jours de fortes tensions. Les deux superpuissances atomiques mondiales frôlent de plus près que jamais une guerre nucléaire. La confrontation prend fin le 28octobre grâce à l’aide de diplomates des Nations-Unies. Le premier ministre soviétique Nikita Khrushchev accepte de démanteler et de retirer les missiles soviétiques, en échange d’une promesse des É.-U. selon laquelle ils n’envahiraient pas Cuba.

Effet sur le Canada

John Diefenbaker a remporté les élections de 1958, célébrant ainsi la victoire la plus écrasante de l’histoire du Canada. Sa réaction hésitante face à la crise des missiles cubains, toutefois, entraîne la chute de son régime. Au lendemain de la crise, les États-Unis accusent le gouvernement Diefenbaker de mentir et d’éviter ses devoirs militaires. Douglas Harkness démissionne alors de son poste de ministre de la Défense. Aux élections du 5 février 1963, les progressistes-conservateurs de Diefenbaker perdent contre Lester B. Pearson et le Parti libéral.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ultimatum de Kennedy à Khrouchtchev

Le 22 octobre 1962, dans un discours mémorable prononcé d’une voix grave, le président américain John Fitzgerald Kennedy lance un ultimatum à peine voilé aux Soviétiques et à leur chef, Nikita Khrouchtchev, secrétaire général du Parti et président du Conseil des ministres.

Il conclut son discours sur une note très grave : « Le prix de la liberté est élevé. Mais l’Amérique l’a toujours payé ». Le monde tremble dans la crainte d’une guerre nucléaire entre les deux superpuissances.

 

Coup de bluff

Une semaine plus tôt, des photos aériennes prises par un avion-espion U2 ont révélé au président américain que les Soviétiques étaient en train d’installer des bases de lancement de fusées à tête nucléaire sur l’île de Cuba, à 200 kilomètres de la Floride et à portée immédiate des métropoles américaines.

Il s’agit pour les Soviétiques de répliquer à l’installation en novembre 1961 par le président Kennedy de  quinze fusées Jupiter en Turquie et de trente en Italie, destinées à frapper l’URSS en cas de guerre nucléaire.

Pour les Soviétiques, cette épée de Damoclès est inadmissible… tout comme pour les Américains l’installation de fusées similaires à Cuba.

Le président Kennedy confie la gestion de la crise à un Conseil de sécurité nationale placé sous l’autorité de son frère Bob et du Secrétaire à la Défense McNamara. Le vice-président Lyndon Johnson y participe exceptionnellement.

Pendant plusieurs jours et plusieurs nuits, dans le secret, ce conseil élabore tous les scénarios possibles face à ce casus belli, y compris le pire, à savoir un bombardement de Cuba avec le risque d’un engrenage nucléaire.

Le 19 octobre, dans le salon ovale de la Maison Blanche, le général en chef de l’aviation (US Air Force) Curtis Le May tente encore de convaincre le président d’employer la manière forte.

Américains et Soviétiques négocient pendant ce temps dans les coulisses (« On a heureusement affaire à cette époque-là à deux acteurs rationnels qui pèsent le pour et le contre », note l’historien André Kaspi, auteur d’une remarquable biographie de Kennedy).

Un avion américain oblige un cargo soviétique à se détourner de Cuba en octobre 1962La tension est à son comble. Le président choisit en définitive le bluff et, dans son discours du 22 octobre, annonce une « quarantaine » autour de Cuba pour empêcher les navires communistes de livrer le matériel destiné aux bases de missiles.

C’est un jeu extrêmement périlleux : avec ce blocus (un acte de guerre qui ne dit pas son nom), on frôle à tout moment l’incident qui pourrait dégénérer en troisième guerre mondiale.

Dès le 24 octobre, des cargos soviétiques renoncent à poursuivre leur route vers l’île. Le 26 octobre, Nikita Khrouchtchev propose des négociations mais Kennedy ne veut rien d’officiel qui rappellerait les tristement célèbres accords de Munich (1938).

Le lendemain, un avion-espion U2 est abattu au-dessus de Cuba et son pilote tué. Kennedy prévient les Soviétiques que la prochaine agression de ce type serait suivie d’un bombardement des sites de missiles.

Mais finalement, du bout des lèvres, il accepte le principe des négociations et prend par écrit l’engagement de ne jamais tenter d’envahir Cuba. Par une clause secrète, il  s’engage aussi à démanteler ses missiles en Turquie, aux frontières de l’URSS.

Le 28 octobre, Khrouchtchev, l’honneur sauf, s’incline et accepte de démonter les sites de missiles.


SUPPORTEZ VOTRE SITE WEB FAVORI EN VISITANT SA BOUTIQUE EN LIGNE « VINTAGE par  MICHEL:

Sur ce lien: Vintage par Michel

 

 

 

 

C’était hier:10 octobre 1944 et le Projet de partage des Balkans

Winston Churchill,le président Roosevelt (au centre) et Staline .

Le 9 octobre 1944, Churchill arrivait à Moscou afin d’avoir avec Staline l’entrevue qu’il réclamait depuis la fin septembre, le projet de conférence à trois avec Roosevelt ayant été provisoirement repoussé par ce dernier en raison de la proximité de l’élection présidentielle américaine. On connaît la version donnée par Churchill dans ses Mémoires du premier entretien que les deux dirigeants eurent le jour même, dont le résultat est connu sous le nom d’ « accord des pourcentages ». Ils auraient, d’un trait de plume, réglé en quelques minutes le sort des pays balkaniques, Churchill s’adjugeant la Grèce à 90 % et concédant à la « Russie » la Bulgarie à 75 % et la Roumanie à 90 % – tout en prévoyant un partage 50-50 en Yougoslavie et en Hongrie.

Des discussions complexes
Outre que cette formulation en pourcentages apparaît pour le moins curieuse, il est peu probable que les choses se soient ainsi passées à l’emporte-pièce. L’historien américain Lloyd C. Gardner (dans Spheres of Influence. The Great Powers Partition from Munich to Yalta) donne de cette soirée du 9 octobre un aperçu beaucoup plus complexe : la première question traitée a été celle des frontières futures de la Pologne et les deux dirigeants sont revenus à plusieurs reprises sur la question des Balkans sans aboutir en fait à un accord formel. Pas plus de résultat d’ailleurs le lendemain malgré les tentatives de marchandage entre Anthony Eden, également présent à Moscou, et Viatcheslav Molotov, très perplexes devant ces bases de discussion assez énigmatiques. Il est clair que Churchill a donné à ces entretiens une importance qu’ils ne méritent pas, vu entre autres l’absence de Roosevelt qui ne considérait cette rencontre que comme un préliminaire à la conférence à trois prévue ultérieurement, et au refus de Staline de s’engager formellement pour cette raison.

« On donne une importance démesurée – pour ne pas dire presque une coresponsabilité – à Staline dans le massacre des résistants grecs, tout en en exonérant un Roosevelt qui ne s’y est pas plus opposé et a même aidé à sa réalisation.»

Or, c’est cet accord qui est très souvent mis en avant pour expliquer l’abstention de Staline lors du massacre des résistants grecs perpétré par Churchill à Athènes en décembre 1944. On suggère ainsi un partage de ses responsabilités avec le dirigeant soviétique, imputant à ce dernier le même cynisme et laissant au contraire dans l’ombre le rôle non négligeable de Roosevelt dans ces événements : c’est sur des bateaux américains qu’ont été acheminées du front italien les troupes britanniques qui ont écrasé la Résistance grecque.
En réalité ces discussions de Moscou ne font, concernant les Balkans, que prendre acte d’une situation déjà établie. « Concéder » le 9 octobre la Roumanie et la Bulgarie à l’URSS n’a guère de sens : l’Armée rouge est présente dans ces deux pays depuis déjà un mois. La Bulgarie est dorénavant alliée de l’URSS et cette dernière domine la commission de contrôle alliée qui administre provisoirement la Roumanie. Les Anglo-Saxons ont protesté contre cette situation, mais les Soviétiques leur ont rappelé le précédent italien : la Commission de contrôle « alliée » y a été dès les débarquements de l’été 1943 entièrement contrôlée par les officiers américains et britanniques et ce sont les États-Unis et la Grande-Bretagne qui ont pris toutes les décisions politiques concernant l’Italie, y laissant d’ailleurs en place la plupart des cadres du régime fasciste.
De même, il est clair que Staline a déjà accepté tacitement la mainmise de Churchill sur la Grèce. À la mi-septembre l’Armée rouge, arrivée de Bulgarie à la frontière grecque, s’en est détournée et a poursuivi sa route vers la Yougoslavie où elle a fait sa jonction avec les partisans de Tito. À la grande déception d’ailleurs de nombreux résistants grecs, qui attendaient l’aide soviétique pour venir à bout des Allemands encore présents sur leur territoire. C’est au même moment qu’arrivent les premiers détachements britanniques dans le Péloponnèse, sans justification militaire : les Anglais n’ont aucunement cherché à gêner le retrait des Allemands et le but de ces premiers débarquements est clairement d’occuper le terrain pour ne pas laisser le champ libre aux partisans. Et cela sans réaction aucune des Soviétiques.
Staline n’avait évidemment pas attendu octobre 1944 pour se rendre compte de la véritable obsession de Churchill concernant la Grèce, point stratégique et zone d’influence de première importance pour l’Empire britannique depuis le XIXe siècle. Le Premier ministre britannique a pendant toute la guerre, on le sait, insisté pour des débarquements en Méditerranée et plus particulièrement dans les Balkans. Devant l’échec définitif de ses plans, il a entamé dès mai 1944 de grandes manœuvres diplomatiques afin d’obtenir de ses alliés qu’ils lui laissent « les mains libres » en Grèce – plus précisément qu’il puisse y débarquer un contingent lors du retrait des Allemands, comme il en avait esquissé le plan dès septembre 1943. Ce qui a donné lieu à un chassé-croisé de lettres entre les trois Grands pendant plus de deux mois, dont ne sort pas plus d’accord formel qu’il n’en sortira en octobre à Moscou, mais que Churchill interprète à juste titre comme une acceptation tacite.

La position fragile de Staline
Staline, en effet, a bien compris que Churchill ne renoncera pas à la Grèce. Or, en cet automne 1944, la guerre est loin d’être terminée, malgré l’avance rapide de l’Armée rouge et le débarquement de Normandie, et Staline a besoin pour y mettre fin de maintenir coûte que coûte la « grande alliance » avec la Grande-Bretagne et les États-Unis. Or cette alliance commence à être remise en question dans certains cercles anglo-saxons, où l’on envisage de signer avec l’Allemagne ou ses satellites une paix séparée qui leur laisserait toute latitude pour en finir avec une Union soviétique dont les succès inquiètent certains bien plus qu’ils ne les encouragent… Une entrée dans la « chasse gardée » des Britanniques serait évidemment de nature à précipiter la réalisation de ces plans et Staline n’avait guère de choix.
De plus, il attendait certainement de ses alliés la même « compréhension » pour ses projets concernant un pays qui présentait pour lui la même importance que la Grèce pour Churchill, pour des raisons différentes tenant à la sécurité de l’URSS : la Pologne. Et c’est bien ce qui peut se lire dans le compte rendu complet de la rencontre d’octobre 1944 : on le dit peu – ou pas du tout – lorsqu’on met cette dernière en avant pour expliquer l’abstention de Staline dans l’affaire grecque, mais en fait il a été ces jours-là surtout question de la Pologne. Churchill a convoqué d’urgence à Moscou le Premier ministre polonais, Mikolajczyk, en exil à Londres, et l’a copieusement insulté devant son refus obstiné d’accepter la révision des frontières de son pays au profit de l’URSS (et au détriment de l’Allemagne) – question sur laquelle Churchill comme Roosevelt étaient prêts à faire des concessions à Staline (G.Kolko, The Politics of War. The World and United States Foreign Policy. 1943-1945). Mais là encore la conférence n’a été suivie d’aucun résultat et c’est à Yalta que cette question sera tranchée.
La rencontre de Moscou n’a donc qu’une importance très relative, malgré les allégations de Churchill. Les jeux sont déjà faits, en octobre 1944, concernant la Grèce et c’est dès 1943 que Churchill s’est montré prêt à utiliser tous les moyens pour conserver la Grèce dans sa sphère d’influence et donc empêcher la Résistance de participer à la vie politique du pays à la Libération. Pourquoi alors cette référence systématique à la conférence de Moscou pour « expliquer » la cynique et meurtrière expédition britannique de décembre 1944 à Athènes ? On donne ainsi une importance démesurée – pour ne pas dire presque une coresponsabilité – à Staline dans le massacre des résistants grecs, tout en en exonérant un Roosevelt qui ne s’y est pas plus opposé et a même aidé à sa réalisation. Et cela n’éclaire guère la question des raisons de la défaite de la Résistance grecque.


APRÈS-COUP:LES NOTES DE CHURCHILL PARLENT

Le 10 octobre 1944, à Moscou, Churchill et Staline scellent en tête-à-tête le sort des pays balkaniques après la chute du IIIe Reich allemand.

Leurs ministres des affaires étrangères Anthony Eden et Viatcheslav Molotov avaient déjà dû en parler lors de la signature du traité anglo-soviétique de Londres, le 26 mai 1942…

L’« accord des pourcentages »

Mal inspiré et sans doute usé par l’âge et les déceptions, le Premier ministre britannique croit possible de s’accorder avec le dictateur sur un partage d’influence dans cette région sensible d’Europe centrale.

Churchill tient surtout à maintenir la Grèce dans la sphère occidentale, en dépit de l’influence qu’y joue le parti communiste.

Aussi griffonne-t-il sur un papier :
1) Roumanie : Russie 90%, les autres 10%,
2) Grèce : Grande-Bretagne (en accord avec les États-Unis) 90%, Russie 10%,
3) Yougoslavie : 50/50%,
4) Hongrie : 50/50%,
6) Bulgarie : Russie 75%, les autres 25%
.

Signifiant son accord d’un trait de crayon bleu, Staline paraphe le document.

Le lendemain, Eden et Molotov, ministres des affaires étrangères britannique et soviétique, affinent les pourcentages… Mais l’évolution des rapports de force sur le terrain va rendre caduc l’« accord des pourcentages ».

Un plan caduc

Le 3 décembre 1944, le Parti communiste grec (EAM-ELAS) tente de s’emparer d’Athènes. Un corps expéditionnaire britannique intervient. C’est le début d’une atroce guerre civile (tortures et meurtres de civils, femmes et enfants en grand nombre). Cessez-le-feu le 14 janvier 1945. Lâchés par l’URSS, les communistes sont écrasés. La victoire reste aux partis pro-occidentaux.

En Yougoslavie, par contre, c’est au chef des communistes, Josip Broz Tito, que va revenir la totalité du pouvoir, Churchill ayant commis l’erreur de le soutenir plutôt que les résistants royalistes ou démocratiques, au moins aussi efficaces contre les Allemands.

La Hongrie et la Roumanie vont tomber tout entières sous la coupe des communistes locaux, inféodés aux « libérateurs » soviétiques.

Lorsque s’ouvrira la conférence de Yalta, le 4 février 1945, peu avant l’effondrement du IIIe Reich, Staline aura déjà l’Europe centrale à sa botte.


Josip Broz  « Tito »

Sous le surnom de Tito, Josip Broz milite dans le parti communiste clandestin en Croatie, à partir de 1923. Secrétaire général du parti communiste yougoslave en 1937, il participe à la guerre contre l’occupant nazi après que Hitler ait envahi l’URSS (22 juin 1941). Cela lui vaut d’être proclamé Maréchal ! À la Libération, il renverse la monarchie et établit un régime communiste, sans que les Soviétiques aient eu à occuper le pays comme en Europe centrale.

Le 29 juin 1948, au terme d’une longue période de tension, le chef charismatique de la République populaire fédérale de Yougoslavie, est exclu du Kominform, le mouvement communiste international, à l’instigation de Staline, qui voit en lui un rival encombrant. La Yougoslavie va dès lors faire bande à part et Tito s’ériger en promoteur du mouvement des non-alignés (ni l’Est pro-soviétique, ni l’Ouest pro-américain).


SUPPORTEZ VOTRE SITE WEB PRÉFÉRÉ EN VISITANT ET PARTAGEANT LES LIENS DE NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE:

Sur ce lien: Vintage par Michel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’était hier:Le 27 septembre 1822 Champollion révèle le secret des hiéroglyphes

Le 27 septembre 1822, à Paris, Jean-François Champollion (32 ans) expose devant l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres ses découvertes relatives aux hiéroglyphes. Deux semaines plus tôt, au terme de recherches harassantes qui ont beaucoup affecté sa santé, il est arrivé en effet à déchiffrer l’écriture des anciens Égyptiens.

Rivalité franco-britannique

Né à Figeac, dans le département du Lot, ce surdoué apprend très tôt de nombreuses langues anciennes et, poussé par la nécessité, devient professeur d’histoire. 

Il se passionne bientôt pour la civilisation des pharaons, mise à la mode par l’expédition en Égypte de Bonaparte, en 1798-1799.

En 1798, des soldats français découvrent à Rosette, dans le delta du Nil, une pierre noire gravée de trois textes dont l’un en grec ancien, un autre en démotique, une écriture égyptienne tardive, et le troisième en hiéroglyphes.

La fameuse Pierre de Rosette

 

La pierre est embarquée sur un navire à destination de la France mais les Anglais l’interceptent et la transportent à Londres, au British Museum.

Elle va dès lors exciter la curiosité des savants, en particulier du jeune Champollion et d’un Anglais de quinze ans son aîné, Thomas Young. Young déchiffre la version démotique et découvre que les cartouches en hiéroglyphes contiennent les noms de divers pharaons.

Jean-François Champollion

Jean-François va plus loin. Il observe que le texte hiéroglyphique contient trois fois plus de signes que le texte grec ne compte de mots. Il en déduit que les hiéroglyphes (on en recense environ 5 000) ne sont pas seulement des idéogrammes, contrairement aux préjugés ambiants. Ils peuvent aussi dans un même texte servir de signe phonétique comme nos lettres de l’alphabet.

C’est ainsi qu’il déchiffre les noms de Cléopâtre, Ramsès et Thoutmosis le 14 septembre 1822. L’émotion le fait alors sombrer dans un état d’inconscience. Il révèle un peu plus tard sa découverte dans une lettre à l’Académie des Inscriptions et des Belles Lettres.

Jean-François Champollion meurt de surmenage à 42 ans, au milieu des honneurs, après avoir enfin visité l’Égypte, le pays de ses rêves.

Timbre poste commémoratif sur Champollion

 

 

 

 

 

 

 

 

Mandatory Credit: Photo by Historia/Shutterstock (7664999kw)
The Discovery of the Rosetta Stone by Boussard A French Officer J P Champollion Was Able to Translate the Hieroglyphs Through Comparison with the Greek Text August, 1799
Historical Collection 106

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

carnet de notes de Champollion

 

 

 

 

 

 

 

 

 


SUPPORTEZ VOTRE SITE WEB FAVORI EN VISITANT  NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE 

Sur ce lien: Vintage par Michel

 

 

 

 

Réécrire l’histoire d’un héro méconnu :le lieutenant Saburo Sakai,le dernier vrai samuraï

Une pause caractéristique du grand samouraï Sabuto Sakai.

 

Saburo Sakai est né le 16 août 1916 dans le village agricole de Nishiyoka dans la préfecture de Saga sur l’île de Kyushu, au Japon. Il venait d’une famille issue d’une longue lignée de samouraïs, l’ancienne classe de guerriers du Japon. Enseigné à vivre selon le code du Bushido (Hagakure – le code du samouraï), qui signifiait servir les seigneurs de Saga et vivre votre vie prêt à mourir. Sakai, le troisième né de quatre fils, avait 3 sœurs. Son père est mort quand il avait onze ans, laissant sa mère seule pour élever sept enfants dans une ferme d’un acre. Il avait un oncle qui travaillait pour le ministère des Communications qui lui proposa de l’adopter et de lui offrir une meilleure éducation. Sakai n’était cependant pas préparé au changement car bien qu’il soit toujours au sommet de sa classe à la maison, sa nouvelle école s’est avérée être hors de sa ligue. L’éducation étant toujours prise très au sérieux au Japon, il est rapidement devenu le «mouton noir» de sa nouvelle classe. Cela a fait honte à la famille et son oncle a été très déçu. Saburo a passé tout l’été à étudier à essayer de rattraper son retard, mais c’était futile. Il a commencé à traîner avec des enfants que son oncle n’approuvait pas et à se battre avec des garçons plus grands. L’éducation étant toujours prise très au sérieux au Japon, il est rapidement devenu le «mouton noir» de sa nouvelle classe. Cela a fait honte à la famille et son oncle a été très déçu. Saburo a passé tout l’été à étudier à essayer de rattraper son retard, mais c’était futile. Il a commencé à traîner avec des enfants que son oncle n’approuvait pas et à se battre avec des garçons plus grands. L’éducation étant toujours prise très au sérieux au Japon, il est rapidement devenu le «mouton noir» de sa nouvelle classe. Cela a fait honte à la famille et son oncle a été très déçu. Saburo a passé tout l’été à étudier à essayer de rattraper son retard, mais c’était futile. Il a commencé à traîner avec des enfants que son oncle n’approuvait pas et à se battre avec des garçons plus grands que lui.
Soleil levant par Robert Taylor

 

Oui, le jeune Saburo Sakai commençait à faire sa marque en tant que combattant. Malheureusement, son école n’a pas été aussi impressionnée que moi et ils ont envoyé un mot à son oncle qui l’a rapidement renvoyé chez lui en disgrâce. Cela a fait une grande honte non seulement à Saburo et à sa famille, mais aussi à tout le village. «Je savais que je devais quitter mon village. Je ne pouvais plus y rester, alors je me suis enrôlé dans la marine à l’âge de seize ans. C’était en mai 1933. Je me suis présenté à la base navale de Sasebo pour l’entraînement, qui était à environ 90 kilomètres de mon village, mais assez loin pour moi. « 

Aussi difficile que la vie ait été de grandir sans père sous le code de Hagakure, ce n’était pas assez difficile de le préparer à la brutalité de sa formation de base. Les recrues ont été sévèrement battues avec des bâtons de rotin pour la moindre infraction perçue. « Je me souviens parfois de m’évanouir à cause des coups. Le corps et l’esprit ne peuvent supporter que tant de punitions ». Quand une recrue s’évanouissait, ils lui jetaient de l’eau froide pour le ranimer. Il n’était pas rare que les sous-officiers tirent un homme de sa couchette au milieu de la nuit et lui lancent des coups. Si un homme criait, on lui donnait plus de «discipline». Dit Sakai – « Nous devions souffrir en silence. Période ». La pression des pairs était considérée comme le meilleur remède pour corriger les «erreurs». Ainsi, lorsqu’une recrue se trompait, elle payait toutes. «Bien qu’il y en ait eu qui étaient sadiques, il y avait une méthode dans toute cette folie. Cela nous a rendus durs comme des clous, et au combat c’est souvent le facteur décisif. Après les six premiers mois, nous avons été complètement automatisés à notre manière. Nous n’avons pas osé, ou même pensé à remettre en question les ordres ou l’autorité, aussi ridicule que soit l’ordre.  » Voulant améliorer son statut dans la vie, Saburo étudia longuement et durement et, en 1935, il réussit l’examen d’entrée à la Naval Gunnery School.


Aussi,les jeunes hommes recrutés dans les écoles qui commenceraient leur carrière en tant que pilotes, semblable à votre programme ROTC aujourd’hui. La sélection des pilotes était très stricte; les hommes choisis en 1937 lors de ma sélection étaient d’une race différente. Les hommes sélectionnés pour voler en 1944-1945 n’auraient même pas été qualifiés pour pomper du carburant dans mon avion à ce moment-là, si cela vous montre à quel point le programme était sélectionné. Je me souviens que 1 500 hommes avaient postulé pour une formation, et soixante-dix avaient été sélectionnés cette année-là. J’étais l’un d’entre eux et tous étaient des sous-officiers de la flotte. Cela n’inclut pas les enseignes provenant de l’académie; ils avaient leur propre processus de sélection. Cette année-là, je ne pense pas que des recrues civiles aient été choisies, mais cela changerait à mesure que la guerre avec l’Amérique se poursuivrait. J’avais vingt ans; Je savais que mon acceptation à l’école de pilotage rejetait mon déshonneur précédent, et mon oncle et ma famille étaient si fiers de moi. Le village tout entier était fier de moi. Je savais que c’était ma plus grande et dernière chance, et quand j’ai fait rapport à Tsuchiura, j’ai su que c’était un monde complètement différent. « 

« En 1936, il a commencé la formation au pilotage. Après l’obtention de notre diplôme, «Nous avons suivi une formation supplémentaire sur les atterrissages de porte-avions terrestres et aériens dans les bases navales d’Oita et d’Omura à Kyushu, et le vol aux instruments était fortement sollicité. Cela ne peut être sous-estimé, car cela m’a sauvé la vie en 1942, je peux vous le dire. l’entraînement a duré trois mois, même si je n’ai jamais volé d’un porte-avions pendant la guerre. Ensuite, j’ai été envoyé à Formose (Taiwan) où nous avions une base à Kaohsiung. Ensuite, j’ai été envoyé dans le sud-est de la Chine et en mai 1938 j’ai eu mon premier combat. « 

Le 8 décembre 1941, quelques heures seulement après Pearl Harbor, Sakai a piloté l’un des 45 Zero de l’escadron Tainan qui a attaqué l’aérodrome de Clark aux Philippines. «Nous avons commencé notre journée à 2 h 00. Notre décollage a été ordonné par le commandant Saito, mais un brouillard est arrivé et nous avons été retardés. Nous sommes restés avec nos avions en attente et avons pris le petit déjeuner. Nous avons reçu la nouvelle de l’attaque de Pearl Harbor. et les Aléoutiennes, et nous nous demandions si les Américains allaient nous attendre lors de notre attaque. »Finalement, à 10 h, nous avons reçu l’ordre de décoller. La mission a mal commencé lorsqu’un bombardier s’est écrasé au décollage, tuant tout l’équipage. Nous avons décollé et avons atteint 19 000 pieds lorsque j’ai vu une formation de bombardiers américains se diriger vers notre aérodrome. Les Américains ont toujours eu une grande reconnaissance et savaient où nous étions. Nos ordres en tant que couverture supérieure des chasseurs étaient d’attaquer tout avion venant vers la base, nous avons donc attaqué et permis aux autres de continuer. Puis nous avons vu que ces avions étaient des bombardiers de l’armée japonaise sur un vol de routage, et personne n’avait informé la marine qu’ils venaient ou même dans la région. C’était presque tragique. Nous nous sommes réformés et avons continué. Lorsque nous sommes arrivés au-dessus de Clark Field, nous avons été étonnés de ne pas avoir été interceptés, même s’il y avait cinq combattants américains en dessous de nous qui n’ont pas attaqué, et nous n’avons pas pu; nos ordres étaient de ne pas engager jusqu’à ce que tous nos bombardiers soient dans la région. et nous ne pouvions pas; nos ordres étaient de ne pas engager jusqu’à ce que tous nos bombardiers soient dans la région. et nous ne pouvions pas; nos ordres étaient de ne pas engager jusqu’à ce que tous nos bombardiers soient dans la région.
J’ai également été étonné que tous les avions américains soient parfaitement alignés pour une attaque, et nous avons mitraillé et bombardé, et avons complètement détruit tout.
Après que les bombardiers aient détruit la base, j’ai vu deux B-17 et je me suis lancé dans une attaque au mitraillage.

La légende de Colin Kelly par Robert Taylor

Nous avions déjà largué nos réservoirs de carburant externes vides, et nous sommes entrés avec des canons enflammés. Mes deux escadrons et moi les avons abattus, et alors que nous sortions les cinq P-40 que nous avions vus, nous avons sauté. C’était mon premier combat contre les Américains, et j’en ai abattu un. Nous en avions détruit quatre en l’air et trente-cinq au sol. C’était ma troisième victoire aérienne, et la première américaine, mais pas la dernière. J’ai volé en mission le lendemain, et le temps était terrible, une tempête de pluie qui nous a aveuglés. Le troisième jour était le 10 décembre et nous avions vingt-sept combattants sur ce balayage, et c’est à ce moment-là que j’ai attrapé un B-17 piloté par le capitaine Colin P. Kelly. C’était le premier B-17 abattu pendant la guerre. « 

Blessé et de retour de mission …réussie,Sabuto Sakai devient un héro national.

Le Japon a détruit la plupart des forces aériennes alliées dans le Pacifique en quelques mois seulement et l’escadron Tainan de Sakai est devenu connu pour avoir détruit le plus d’avions alliés de l’histoire de l’aviation militaire japonaise.

Surprise de Saburo par Marii Chernev

Le 7 août 1942, 18 Zeroes reçurent l’ordre d’attaquer Guadalcanal (voir bas de page). La portée de Rabaul était de 560 miles, à peine à portée des chasseurs Zero.Sakai a abattu 3 F4F dans cette bataille, puis a trouvé 8 avions ennemis au loin, qu’il présumait également être des F4F … il avait tort.
C’étaient des bombardiers en piqué SBD Dauntless, avec des mitrailleurs arrières enthousiastes. Le Zero de Sakai est devenu la cible de 16 armes à feu. Néanmoins, Sakai a abattu 3 SBD avant d’être touché au front par une balle qui a presque aveuglé son œil droit et l’a laissé quelque peu paralysé. Il a survécu, volant 4 heures et près de 600 milles de retour à Rabaul. Il avait à peine la vue mais a pu faire atterrir son avion. Au moment où il a atterri, son réservoir d’essence était vide.

Sakai a repris le combat aérien, mais sa mauvaise vue lui a causé des ennuis. Le 24 juin 1944, il s’approche de 15 avions qu’il pensait être des Zéros, mais qui étaient des chasseurs Grumman F6F Hellcat de l’US Navy. Dans une poursuite de haut vol devenue légendaire, Sakai a échappé à toutes les attaques de 15 Hellcats pendant plus de 20 minutes, retournant à la base intacte.

Un sourire contagieux.

 

 

Voici une histoire intéressante …
Il y a plusieurs années, une ancienne infirmière militaire néerlandaise a contacté l’armée japonaise, tentant de localiser un pilote de chasse japonais qui lui avait épargné la vie au-dessus de la Nouvelle-Guinée en 1942. Elle volait dans un C-47 militaire néerlandais à basse altitude au-dessus d’une jungle dense. À bord se trouvaient 11 soldats blessés et 6 enfants évacués d’une zone de combat. Soudain, un Zero japonais est apparu à côté de l’avion. Il n’est pas difficile d’imaginer leur panique alors qu’elle et les enfants ont commencé à agiter frénétiquement, dans l’espoir de conjurer une attaque. Après quelques instants de terreur, le pilote du Zero a fait un signe de la main en arrière, a fait un rapide vacillement de l’aile et s’est envolé. Le C-47 a éclaté de joie.
Depuis plus de cinquante ans, cette infirmière hollandaise a voulu rencontrer le pilote qui avait épargné leur vie. L’armée japonaise a localisé ce pilote et ce n’était nul autre que Saburo Sakai, qui avait effectué une patrouille aérienne de combat ce jour-là. Sakai avait pensé à abattre le C-47 pendant un moment, comme c’était à l’ordre du jour, mais en voyant les mains agitées et les visages terrifiés, il fut ému de miséricorde.
Voici comment Saburo le raconte dans l’une de ses dernières interviews réalisées pour le jeu vidéo « Combat Flight Simulator 2 » de Microsoft:

À travers l’une des fenêtres rondes, j’ai vu une femme blonde, une mère avec un enfant d’environ trois ans. Alors j’ai pensé que je ne devais pas les tuer. Enfant, je suis allé dans un collège pendant deux ans, une école dont j’ai été expulsé plus tard. Pendant que j’étais là-bas, un Américain, M. Martin, m’a enseigné et sa femme est venue dans la classe pour nous enseigner pendant que son mari ou les autres professeurs étaient absents. Elle était gentille avec moi. Et cette femme dans l’avion ressemblait à Mme Martin. Alors j’ai pensé que je ne devais pas les tuer. J’ai donc volé devant le pilote et lui ai fait signe d’aller de l’avant. Puis les gens dans l’avion ont salué. Le pilote m’a salué ainsi que les passagers. Je ne savais pas où cela allait: soit aux États-Unis, soit en Australie. Je n’ai pas pu le découvrir. Mais il y a quelques années, je suis venu pour savoir où cet avion était allé – de retour en Hollande. Des journalistes de Hollande sont venus me rendre visite pour savoir si c’était vrai. Bon, de toute façon, je n’ai pas respecté mes ordres ce jour-là mais je pense toujours que j’ai fait la bonne chose. On m’a ordonné d’abattre n’importe quel avion, mais je ne pouvais pas vivre avec moi-même en faisant cela. Je croyais que nous devions mener une guerre contre les soldats; pas des civils.  » Je ne sais pas où il est allé: soit aux États-Unis, soit en Australie. Je n’ai pas pu le découvrir. Mais il y a quelques années, je suis venu pour savoir où cet avion était allé – de retour en Hollande. Des journalistes de Hollande sont venus me rendre visite pour savoir si c’était vrai. Bon, de toute façon, je n’ai pas respecté mes ordres ce jour-là mais je pense toujours que j’ai fait la bonne chose. On m’a ordonné d’abattre n’importe quel avion, mais je ne pouvais pas vivre avec moi-même en faisant cela. Je croyais que nous devions mener une guerre contre les soldats; pas des civils.  » Je ne sais pas où il est allé: soit aux États-Unis, soit en Australie. Je n’ai pas pu le découvrir. Mais il y a quelques années, je suis venu pour savoir où cet avion était allé – de retour en Hollande. Des journalistes de Hollande sont venus me rendre visite pour savoir si c’était vrai. Bon, de toute façon, je n’ai pas respecté mes ordres ce jour-là mais je pense toujours que j’ai fait la bonne chose. On m’a ordonné d’abattre n’importe quel avion, mais je ne pouvais pas vivre avec moi-même en faisant cela. Je croyais que nous devions mener une guerre contre les soldats; pas des civils.  » Mais il y a quelques années, je suis venu pour savoir où cet avion était allé – de retour en Hollande. Des journalistes de Hollande sont venus me rendre visite pour savoir si c’était vrai. Bon, de toute façon, je n’ai pas respecté mes ordres ce jour-là mais je pense toujours que j’ai fait la bonne chose. On m’a ordonné d’abattre n’importe quel avion, mais je ne pouvais pas vivre avec moi-même en faisant cela. Je croyais que nous devions mener une guerre contre les soldats; pas des civils.  » Mais il y a quelques années, je suis venu pour savoir où cet avion était allé – de retour en Hollande. Des journalistes de Hollande sont venus me rendre visite pour savoir si c’était vrai. Bon, de toute façon, je n’ai pas respecté mes ordres ce jour-là mais je pense toujours que j’ai fait la bonne chose. On m’a ordonné d’abattre n’importe quel avion, mais je ne pouvais pas vivre avec moi-même en faisant cela. Je croyais que nous devions mener une guerre contre les soldats; pas des civils.  » t respecter mes commandes ce jour-là mais je pense toujours que j’ai fait la bonne chose. On m’a ordonné d’abattre n’importe quel avion, mais je ne pouvais pas vivre avec moi-même en faisant cela. Je croyais que nous devions mener une guerre contre les soldats; pas des civils.
6M2 Zero de Saburo Sakai par Benjamin Freudenthal *
Le 7 août 1942, Sakaï quitte Rabaul (arrière-plan) pour une longue mission à Guadalcanal

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après 7 ans et quelque 200 missions de combat entraînant environ 64 (certaines sources vont aussi bas que 20) tués, Saburo Sakai a volé sa dernière le 17 août 1945 (le Japon s’est rendu le 14 août 1945, annoncé publiquement le 15). «J’ai eu une chance de combattre les formations B-29, et je dois dire que leur vitesse et leur altitude étaient incroyables, et leur tir défensif était très précis et lourd. J’ai aidé à la destruction d’un bombardier qui s’est écrasé dans l’océan. La mission a été lancée après qu’on nous ait ordonné de nous retirer et de nous rendre, donc cela n’est jamais entré dans les registres officiels, mais les registres de l’USAF ont enregistré la perte sur la baie de Tokyo.

Saburo Sakai était en effet un As, abattant 64 avions alliés, et surtout, ne perdant jamais un ailier dans plus de 200 missions. Il a subi des blessures, mais a toujours ramené son avion à la maison. Après la Seconde Guerre mondiale, les écrits de Sakai décrivaient la cruelle réalité de la guerre et du combat. À partir de son livre « Samurai », il a continué à écrire et à donner des conférences sur le leadership en se basant sur son expérience.

Le 22 septembre 2000, il a assisté à une fête à la base militaire américaine d’Atsugi. Il a dîné, mais s’est senti malade et a été emmené à l’hôpital. Au cours de divers examens, Sakai a demandé au Docteur « Puis-je dormir maintenant? » et son docteur a répondu « Oui, vous pouvez dormir pendant que nous procédons ». Saburo Sakai ferma les yeux et ne les rouvrit plus jamais. Le légendaire As des as du Japon était décédé à l’âge de 84 ans.

l’autographe de Saburo (côté gauche de l’image) et la devise (à droite) peints par lui. La devise se lit à peu près – « Ne jamais abandonner »

Photo prise lors d’un retour de mission…Saburo n’était pas trop amusé…peut-être !

Saburo Sakai – 16 août 1916 – 22 septembre 2000

 

 

 

 

Photo du jour: un trésor d’un million de dollars en pièces d’or celtiques découvert en Angleterre

 

Un ornithologue britannique a découvert un trésor d’anciennes pièces de monnaie celtiques plus tôt cette année, révélant son incroyable découverte dans une interview de Noël avec le magazine Treasure Hunting.

« Ce soir-là, je faisais un peu d’observation des oiseaux », a déclaré l’homme chanceux, qui est dans la cinquantaine. « Après avoir assisté à un combat aérien entre une buse et une paire de pies, j’ai regardé vers le bas et j’ai repéré quelque chose gisant dans un peu du sol labouré profond qui courait autour du bord du champ .

L’ornithologue savait que sa découverte avait une grande valeur historique presque immédiatement. Il a choisi de rester anonyme.

« J’ai vu le reflet de l’or et j’ai réalisé que c’était un beau stateur d’or celtique, ce qui m’a fait m’asseoir sous le choc », a déclaré l’homme. « J’ai ensuite repéré la deuxième pièce à deux mètres de moi et je me suis précipité chez moi pour récupérer mon [détecteur de métaux].

Le détective décrit creuser dix-huit pouces de profondeur avant de trouver un ancien pichet. En versant le récipient, un flot de pièces d’or a coulé de sa bouche, dans une vue que le chercheur appelle « une vision qui restera avec moi pour le reste de ma vie».

Le chasseur de trésors involontaire a informé un douanier de sa découverte, conformément à la loi britannique régissant la découverte d’antiquités historiques. Les évaluateurs estiment que la valeur du trésor est de l’ordre d’un million de dollars, soit 845 000 £. Les 1300 pièces d’or trouvées dans la découverte peuvent battre le record précédent de pièces celtiques trouvées dans un trésor.

L’heureux trouveur a choisi de rester anonyme. L’analyse du trésor suggère que les pièces ont été frappées à l’époque où l’Empire romain a incorporé la Grande-Bretagne en tant que province, au cours de laquelle de nombreuses tribus celtiques se sont battues contre les étrangers romains, y compris Jules César lui-même.

Les peuples celtiques ont principalement habité les îles britanniques pendant des milliers d’années, de la préhistoire de l’île à l’époque où la Grande-Bretagne était une province romaine. L’influence celtique se reflète toujours principalement en Ecosse, au Pays de Galles, en Cornouailles et en Irlande, le riche héritage culturel des Celtes persistant également en Angleterre.

 

 

 

 

Histoire et numismatique:Le 2 décembre 1823 commémore « La doctrine Monroe »

 

Le gouvernement américain craignait que les puissances européennes victorieuses issues du Congrès de Vienne (1814-1815) ne ravivent le gouvernement monarchique. La France avait déjà accepté de restaurer la monarchie espagnole en échange de Cuba. À la fin des guerres révolutionnaires napoléoniennes (1803-1815), la Prusse, l’Autriche et la Russie formèrent la Sainte-Alliance pour défendre le monarchisme. En particulier, la Sainte-Alliance a autorisé les incursions militaires pour rétablir la domination des Bourbons sur l’Espagne et ses colonies, qui établissaient leur indépendance.

La doctrine Monroe était une politique des États-Unis qui s’opposait au colonialisme européen dans les Amériques. Il a fait valoir que toute intervention dans la politique des Amériques par des puissances étrangères était un acte potentiellement hostile contre les États-Unis. Cela a commencé en 1823; cependant, le terme «Doctrine Monroe» lui-même n’a été inventé qu’en 1850.

La Doctrine a été publiée le 2 décembre, à un moment où presque toutes les colonies d’Amérique latine d’Espagne et du Portugal avaient obtenu, ou étaient sur le point de gagner, leur indépendance vis-à-vis des empires portugais et espagnol. Il a déclaré que les efforts supplémentaires de divers États européens pour prendre le contrôle de tout État indépendant dans les Amériques seraient considérés comme «la manifestation d’une disposition hostile aux États-Unis». Dans le même temps, la doctrine notait que les États-Unis allaient reconnaître et ne pas interférer avec les colonies européennes existantes ni se mêler des affaires intérieures des pays européens.

Le président James Monroe a d’abord énoncé la doctrine lors de son septième discours annuel sur l’état de l’Union devant le Congrès. La doctrine affirmait que le Nouveau Monde et l’Ancien Monde devaient rester des sphères d’influence distinctes. La séparation visait à éviter des situations qui pourraient faire du Nouveau Monde un champ de bataille pour les puissances de l’Ancien Monde afin que les États-Unis puissent exercer leur influence sans être perturbés. 

Le document complet de la doctrine Monroe, rédigé principalement par le futur président et secrétaire d’État de l’époque John Quincy Adams, est long et rédigé en langage diplomatique, mais son essence est exprimée en deux passages clés. La première est la déclaration introductive, qui affirme que le Nouveau Monde n’est plus soumis à la colonisation par les pays européens:

L’occasion a été jugée appropriée pour affirmer, en tant que principe dans lequel les droits et intérêts des États-Unis sont en jeu, que les continents américains, par la condition libre et indépendante qu’ils ont assumée et maintenue, ne doivent plus être considérés comme sujets de colonisation future par les puissances européennes.

 

«Un match de boxe ou un autre nez en sang pour John Bull», 1813, caricature politique du graveur William Charles (1776–1820). L’artiste se réjouit des pertes navales subies par l’Angleterre au début de la guerre de 1812, en particulier la défaite du navire de guerre Boxer par la frégate américaine Enterprise en septembre 1813. Le roi George III se tient à gauche, le nez saignant et l’œil noirci, en disant:  » Arrêtez . . . Frère Jonathan, ou je tomberai avec la perte de sang – je pensais avoir été trop lourd pour vous – Mais je dois reconnaître votre compétence supérieure – Deux coups à moi! – Et si bien réalisé aussi! Pitié, pitié de moi, comment ça se passe !!! » À droite, James Madison dit: «Ha-Ah Johnny! vous vous croyiez un «boxeur», avez-vous! – Je vous ferai savoir que nous sommes une nation «entreprenante». et prêt à vous rencontrer avec la même force chaque jour. «Frère Jonathan était un personnage imaginaire signifiant les États-Unis; il a été supplanté par l’Oncle Sam après la guerre civile. De même, John Bull était une représentation de bande dessinée de l’Angleterre. (Les détails de l’image et de la légende sont fournis par la Division des estampes et des photographies de la Bibliothèque du Congrès)

Le deuxième passage clé, qui contient un exposé plus complet de la Doctrine, s’adresse aux «puissances alliées» de l’Europe; il précise que les États-Unis restent neutres sur les colonies européennes existantes dans les Amériques mais s’opposent aux «interpositions» qui créeraient de nouvelles colonies parmi les républiques hispano-américaines nouvellement indépendantes:

Nous devons donc à la franchise et aux relations amicales existant entre les États-Unis et ces puissances de déclarer que nous devrions considérer toute tentative de leur part d’étendre leur système à n’importe quelle partie de cet hémisphère comme dangereuse pour notre paix et notre sécurité. Avec les colonies existantes ou les dépendances de toute puissance européenne, nous ne sommes pas intervenus et n’interférerons pas. Mais avec les gouvernements qui ont proclamé leur indépendance et l’ont maintenue, et dont nous avons, en grande considération et sur des principes justes, reconnue l’indépendance, nous ne pourrions envisager aucune interposition dans le but de les opprimer ou de contrôler de quelque autre manière leur destin. , par toute puissance européenne sous un autre jour que comme la manifestation d’une disposition hostile envers les États-Unis.
À la fin du 19e siècle, la déclaration de Monroe était considérée comme un moment déterminant de la politique étrangère des États-Unis et l’un de ses principes les plus anciens. L’intention et l’impact de la doctrine ont persisté plus d’un siècle, avec seulement de petites variations, et seraient invoqués par de nombreux hommes d’État américains et plusieurs présidents américains, dont Ulysses S. Grant, Theodore Roosevelt, John F. Kennedy et Ronald Reagan.

Après 1898, la doctrine Monroe a été réinterprétée en termes de multilatéralisme et de non-intervention par des juristes et intellectuels latino-américains. En 1933, sous le président Franklin D. Roosevelt, les États-Unis se sont ralliés à cette nouvelle réinterprétation, notamment en ce qui concerne l’Organisation des États américains.
Les historiens ont observé que si la doctrine contenait un engagement à résister au colonialisme de l’Europe, elle avait des implications agressives pour la politique américaine, car il n’y avait pas de limites aux propres actions des États-Unis mentionnées en son sein. Le savant Jay Sexton note que les tactiques utilisées pour mettre en œuvre la doctrine étaient «calquées sur celles employées par les impérialistes britanniques» et leur concurrence avec les Espagnols et les Français. L’éminent historien William Appleman Williams l’a décrit comme une forme «d’anticolonialisme impérial». Noam Chomsky soutient que dans la pratique, la doctrine Monroe a été utilisée comme une déclaration d’hégémonie et un droit d’intervention unilatérale sur les Amériques.
Le demi-dollar du centenaire de la doctrine Monroe était une pièce de cinquante cents frappée par le Bureau de la Monnaie des États-Unis. Portant des portraits d’anciens présidents américains James Monroe et John Quincy Adams, la pièce a été émise en commémoration du centenaire de la doctrine Monroe et a été produite à la Monnaie de San Francisco en 1923.

En 1922, l’industrie cinématographique a été confrontée à un certain nombre de scandales, les dirigeants de films ont cherché des moyens de faire une bonne publicité pour Hollywood. L’un des moyens était une exposition, qui se tiendrait à Los Angeles au milieu de 1923. Pour inciter le Congrès à émettre une pièce commémorative comme collecte de fonds pour la foire, les organisateurs ont associé l’exposition au 100e anniversaire de la doctrine Monroe, et une loi pour un demi-dollar commémoratif pour le centenaire a été adoptée.

L’exposition a été un échec financier. Les pièces ne se sont pas bien vendues et la majeure partie du tirage de plus de 270 000 a été mise en circulation. Bon nombre des pièces qui avaient été vendues à un prix élevé et économisées ont été dépensées pendant la Dépression; la plupart des pièces de monnaie survivantes montrent des signes d’usure.


LES  BELLES PIÈCES DE CETTE ÉPOQUE

1923 S Monroe Doctrine Centennial Silver Half Dollar Commemorative – BU
Valeur $200 can

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MONROE DOCTRINE 1923-S 50c …….. INCIRCULE
Lustré menthe sous tonification originale avec multi couleurs
très attractif.
Valeur de $115 can

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1823 Buste moitié O-101a SEGS AU50
Valeur de $1150 can

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

USA – un cent 1823 – rare
Valeur de $470 can

 

 

 

 

 

 

 

 

FERNANDO VII. Pièce de 8 escudos. 1823. Potosí PJ. Cal-89; Cal. Once 1307. Au. 26,96g. Ton léger. VF. Bizarre.
Valeur de $2500 can

 

 

 

 

 

 

Histoire et numismatique:27 novembre 1812,la bataille de Berezina

Alors que les masses survivantes de la Grande Armée luttaient pour la sécurité perçue de l’Ouest, les armées russes se sont rapprochées d’eux.

Les Français avaient subi une défaite deux semaines plus tôt lors de la bataille de Krasnoi. Cependant, les renforts qui avaient été stationnés près de la Bérézina lors de l’avancée initiale de Napoléon à travers la Russie ont ramené l’effectif numérique de la Grande Armée à quelque 30 000 à 40 000 soldats français capables de combattre, ainsi qu’à 40 000 non-combattants. Les Russes avaient environ 61 000 soldats à la Bérézina, avec 54 000 autres sous Koutouzov à seulement 64 km à l’est qui approchaient de la rivière.

Le plan de Napoléon était de traverser la rivière Bérézina et de se diriger vers la Pologne, tandis que ses ennemis voulaient le piéger et le détruire. Le plan initial pour traverser la rivière gelée s’est rapidement avéré impossible, car la voie navigable habituellement gelée avait dégelé et était maintenant infranchissable.

Le pont voisin de Borisov avait été détruit et la plupart des équipements nécessaires à la construction d’un pont flottant avaient été détruits quelques jours plus tôt. Cependant, le commandant de l’équipement de pontage, le général Jean Baptiste Eblé, avait désobéi à l’ordre antérieur de Napoléon d’abandonner l’équipement, conservant à la place des forges cruciales, du charbon de bois et des outils de sapeur et n’avait donc besoin que de la protection de la force de Chichagov sur l’extrême rive ouest pour traverser la rivière.

Le maréchal Oudinot fut chargé de retirer l’amiral et se dirigea vers le sud. Le plan a fonctionné et les ingénieurs néerlandais d’Eblé ont bravé l’eau férocement froide pour construire le pont vital de 100 m (330 pi). Une mort hypothermique en moins de 30 minutes d’exposition était probable. Les quatre régiments d’infanterie suisses faisaient office d’arrière-garde. La cavalerie la traversa rapidement suivie de l’infanterie pour tenir la tête de pont. Les Suisses ont subi de terribles pertes (sur les quatre régiments suisses du corps d’Oudinot, seuls 300 soldats ont survécu), mais ont réussi à couvrir les deux positions et la retraite. Cette lutte est décrite dans le Beresinalied. La position héroïque des Suisses a sauvé la plupart des troupes françaises.

Une deuxième structure a ouvert en quelques heures et des canons ont été pris à travers elle pour renforcer le périmètre défensif. Ils sont arrivés juste à temps, alors que Chichagov réalisa son erreur et attaqua les 11 000 soldats français.

À midi du 27, Napoléon et sa garde impériale étaient de l’autre côté, et la stratégie se tournait maintenant vers le sauvetage de l’arrière-garde suisse, qui luttait contre l’armée arrivée de Wittgenstein.

L’une des travées s’est rompue en fin d’après-midi, mais d’autres exploits d’ingénierie l’ont fait réparer en début de soirée. Les corps du maréchal Davout et du prince Eugène se croisent, laissant le IXe corps du maréchal Victor tenir l’ennemi sur la rive est.

Augmentant sa puissance de feu avec l’artillerie de l’autre côté du fleuve, Victor a tenu jusqu’à après minuit, lorsque ses forces ont pu rejoindre leurs collègues, repousser Chichagov et continuer la retraite en France. Cependant, les 125ème et 126ème régiments de ligne, composés majoritairement de troupes hollandaises, combattirent jusqu’à l’ordre de se rendre, et les survivants furent emmenés en captivité.

Chichagov a été blâmé pour avoir laissé Napoléon s’échapper, Ekaterina Ilyinichna Golenishchev-Kutuzova, la femme de Koutosov, a plaisanté: « Peter Wittgenstein a sauvé Saint-Pétersbourg, mon mari la Russie et Chichagov Napoléon! »


LES GRANDES MONNAIES DE L’ÉPOQUE 

 

Médaille  commémorative sur l’événement

1812 France – Napoléon – Armée française traversant la Volga par Jean-Bertrand Andrieu, Auguste François Michaut et Dominique-Vivant Denon
Pièce exceptionnelle gravée en 1880.

1812 France – Napoléon – Armée française traversant la Volga par Jean-Bertrand Andrieu, Auguste François Michaut et Dominique-Vivant Denon Avers:  NAPOLEON EMP. ET ROI. – Tête de lauréate de Napoléon tournée vers la droite. // Revers:  L’AIGLE FRANCAISE SUR LE WOLGA. M.DCCCXII. – Personnification de la Volga marchant sur des pierres, joncs de taureaux et French Standard à gauche. Bronze, non circulé, 40 mm, 33,70 g, Tranche: Estampillée « BRONZE » et une « CORNUCOPIA » (frappée à la Monnaie française après 1880)., Édition officielle de la Monnaie française. Signé par les graveurs à l’avers et au revers. Bramsen 1166, D’Essling 1375


Superbe pièce de 5 lires de 1812 en parfaite condition.
Sur le côté face: Napoléon imperatore e Re..Sur le côté pile: Regno d’Italia.
Pièce évaluée à $1,600 dollars canadien en novembre 2020.
Issue : 1812 M , Zecca di Milano / Monnaie de Milan (Mailand / Мила́н / Milaan / Milán), Rif. bibl. / Références : Pagani, 30a; Métal : AG / AR / SILVER / SILBER / Серебро (Serebryanyy) / Zilver / PLATA / ARGENT,Poids : gr . 25 , 04 , (MZ71836), Diam . Mm . 37 , 31 , SPL / EF ( 55 / 70 ), ( R )

France, Napoléon I, 20 Francs, 1812, Roma«  Or, KM: 695.8
Valeur de $1,900 dollars canadiens.

 

RUSSIE, Alexandre Ier, 1801-1825, 5 Kopeks 1803 Kolyvan KM
Monnaie faite de cuivre avec défaut sur les flancs.
Valeur de $495 dollars canadiens.

 

 

Russie 1805 СПБ-ФГ Alexander I Rouble PCGS XF-45

 

Atelier de Saint-Pétersbourg. C’est le premier type très convoité d’Alexandre. Détails forts présents combinés à des reflets dorés aux périphéries.

 

 

 

Cette pièce rare est évaluée à $1,900 dollars canadiens.


Russie; Rouble argent 1824 CNB NA NGC AU50

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Côté pile de notre rouble de 1824.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Napoléon – Les fouilles archéologiques de Smolensk en images

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Depuis début mai 2019, des archéologues français et russes fouillent le site exceptionnel de la Valoutina-Gora, à Smolensk, à 400 km de Moscou. C’est dans cette vallée, entre taïga et marécages, qu’eut lieu une bataille oubliée de notre Histoire, en août 1812, entre les troupes de Napoléon et celles d’Alexandre Ier. 

Voici des artéfacts provenant de ces fouilles:

Un cheval de la GrandeArmée est mort à cet endroit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une superbe pièce de monnaie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des croix et des scapulaires prouvent que ces soldats étaient croyants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un sabre et les restes de sa poignée.

 

 

 

 

 

 

 

 


ALEXANDRE I er,Le vainqueur de la guerre

 

 

 

 

 

Bataille de Valoutina-Gora /Août 1812

Il faut écouter l' »Ouverture 1812″ de Piotr Ilich Tschaïkowsky, pièce absolument essentielle comme témoignage artistique d’un moment dHistoire revisité par l’intériorité d’un poète des sons au romantisme échevelé. Après une introduction où chantent les psalmodies du rite orthodoxe russe, commencent les élans des assauts guerriers, à peine entrecoupés par quelque mélodie paysanne des steppes profondes. Des bribes de « Marseillaise » essaient de surnager à ce délire montant, mais l’Hymne russe s’impose finalement dans un délire de canons explosifs et de cloches carillonnantes. Il faut écouter l’enregistrement spectaculaire de cette oeuvre magistrale par la « Musique des Gardiens de la Paix de Paris » (Calliope 1997). « 1812 » aura été éternisée par la plume de Tschaïkowsky dans un enchevêtrement lumineux d’où jaillit le verbe.

 

La Garde Impériale brule les Aigles devant l’Empereur chagriné.

 

 

Histoire nordique:Le raid viking sur Lindisfarne

 

L’attaque inattendue des hommes du Nord contre le monastère de Lindisfarne en 793 est largement considérée comme le début de l’ère viking. Voici l’histoire fascinante du raid Lindisfarne Viking.

J’étais à l’école primaire quand j’ai découvert le raid Lindisfarne Viking. Pour une raison quelconque, l’image des navires vikings naviguant à travers la mer pour attaquer de nouvelles terres me resta gravée dans les décennies à venir.

Pourtant, ce n’est que ces dernières années que je vis en Scandinavie que j’en ai appris tellement plus sur ce raid.

Bien que ce ne soit pas la première attaque contre les îles britanniques, ce fut de loin la plus importante car elle changea la façon dont les hommes du Nord étaient perçus non seulement sur les îles britanniques, mais dans toute l’Europe.

Sources historiques

Tout d’abord, un mot sur l’histoire. Malgré les pierres runiques, les Vikings n’ont pas enregistré beaucoup de leurs aventures par écrit. Au lieu de cela, ils étaient des conteurs oraux. Beaucoup de contes n’ont été écrits que dans les sagas islandaises des siècles plus tard.

Cependant, nous avons écrit des documents historiques du Lindisfarne, du point de vue des Northumbriens. C’est pourquoi nous pouvons parler de Lindisfarne avec plus de confiance que de nombreux autres éléments de l’ère viking.

Deux sources historiques majeures comprennent des extraits de la Chronique anglo-saxonne et une lettre du moine Alcuin à Mgr Higbald. C’était une réponse à la lettre originale de Higbald à Alcuin, qui contenait probablement de nombreux détails sur le raid. Malheureusement, nous n’avons que la réponse.

Dans cet esprit, lisez la suite pour découvrir l’histoire complète et fascinante du raid Viking sur Lindisfarne.

Avant le raid

Comme mentionné précédemment, le raid de Lindisfarne n’était pas la première fois que des gens des îles britanniques rencontraient les marins du Nord. En fait, l’Angleterre avait été ciblée six ans auparavant, comme indiqué dans la Chronique anglo-saxonne:

«AD, 787. Cette année, le roi Bertric a emmené Edburga, fille d’Offa, pour femme. Et à son époque, trois premiers navires des hommes du Nord vinrent du pays des voleurs. Le Reve y monta alors et les conduisit à la ville du roi; car il ne savait pas ce qu’ils étaient, et il fut tué. C’étaient les premiers navires des Danois qui cherchaient la terre de la nation anglaise.

L’importance de Lindisfarne

Fondé au milieu du VIIe siècle, le monastère et l’évêché de Lindisfarne sont devenus le centre d’une mission de conversion très réussie.

Le fameux château de Lindisfame.

Le monastère abritant les reliques de saint Cuthbert, nommé évêque de Lindisfarne en 685, il devint rapidement un lieu de pèlerinage pour les croyants. Suite à la mort du guérisseur Cuthbert, de nombreux miracles ont été rapportés dans son sanctuaire.

Cette importance croissante s’accompagna d’une richesse et d’un pouvoir croissants. Des cadeaux ont été donnés par des personnalités royales et au moment du raid, Lindisfarne détenait probablement de nombreuses richesses, notamment de précieux objets liturgiques.

L’une des raisons pour lesquelles le raid de Lindisfarne est considéré comme le début de l’ère viking est l’impact majeur qu’il a eu sur le monde chrétien en Grande-Bretagne et au-delà. Lindisfarne, également connue sous le nom d ‘«île sacrée», a été décrite par le moine Alcuin comme «un lieu plus sacré qu’aucun autre en Grande-Bretagne».

D’où viennent les Vikings de Lindisfarne?

Attendez, la Chronique ne faisait-elle pas référence aux Danois? Comme l’a dit un chercheur viking sur le Life in Norway Show, Danois ou Danois était un terme catch-call et pas nécessairement utilisé pour désigner des personnes de ce que nous connaissons maintenant sous le nom de Danemark.

L’attaque de Lindisfarne par les Vikings,en 793.

On pensait que les raids antérieurs avaient peut-être été faits à partir de ce que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de Danemark, mais le raid sur Lindisdarne aurait pu être mené par des pillards de ce que nous connaissons aujourd’hui comme la Norvège ou le Danemark.

C’est parce que dans la lettre d’Alcuin à Higbald, il écrit que le raid était le produit d’un «voyage que l’on ne croyait pas possible». Nous savons que des gens du Danemark étaient déjà allés dans les îles britanniques, donc l’implication est que les équipages de Lindisfarne ont voyagé de beaucoup plus loin.

Le raid de Lindisfarne

La Chronique anglo-saxonne note: «793. Ici, de terribles présages se produisirent au-dessus du pays de Northumbrie et effrayèrent misérablement le peuple: c’étaient des éclairs d’époque, et des dragons de feu volaient dans les airs. Une grande famine a immédiatement suivi ces signes, et peu de temps après, la même année, le 8 janvier, le raid d’hommes païens a misérablement dévasté l’église de Dieu sur l’île de Lindisfarne en pillant et en massacrant.

On pense certainement que les drakkars Viking sont arrivés par temps orageux, ou du moins pas par temps clair.

Des expériences récentes ont montré qu’un drakkar approchant aurait pu être aperçu de Lindisfarne avec un avertissement d’une heure, mais ceux du monastère ont été complètement pris par surprise. Étant donné les raids antérieurs ailleurs dans les îles britanniques, la vue d’un drakkar approchant aurait sûrement provoqué la panique et déclenché des préparatifs.

Il est intéressant de noter que malgré la date de janvier indiquée dans la Chronique, la date réelle est généralement considérée comme juin. La description écrite de l’attaque elle-même est très brève.

Tout ce que nous savons, c’est que l’église a été détruite, des biens volés et du sang versé. Cependant, l’accent mis sur les présages précédents met en évidence l’importance du raid du point de vue anglo-saxon.

Alcuin a qualifié l’événement de «calamité sans précédent», car il a décrit l’église comme «éclaboussée du sang des prêtres de Dieu, dépouillée de tous ses ornements». Il a poursuivi en disant que les païens «foulaient aux pieds les corps des saints dans le temple de Dieu, comme de la bouse dans la rue».

L’héritage de Lindisfarne

Des sources ultérieures expliquent que le raid viking était si terrifiant pour les chrétiens à cause de la grande violence infligée mais aussi parce qu’un sanctuaire chrétien a été vandalisé par des païens.

Des événements occasionnels marquent le raid, qui a été imaginé, repensé et immortalisé dans de nombreuses émissions de télévision et films Viking au fil des ans.

Les ruines du grand monastère de l’île sainte britannique.

L’île sacrée reste un lieu de pèlerinage à ce jour. Mais c’est aussi une destination touristique populaire, sans doute aidée par son association avec l’ère viking. Les ruines évocatrices du prieuré de Lindisfarne ainsi que le château du XVIe siècle construit pour défendre l’île contre les attaques des Écossais et des Norvégiens sont des attractions populaires.

Au début de 2020, une pièce de jeu rare d’un jeu de société Viking a été découverte dans un fossé de l’île. A-t-il été amené par l’un des pillards en 793? Personne ne sait.

Une cité historique qui ressemble étrangement au Vieux Québec.
On recycle depuis une époque lointaine des bateaux en « boat sheds »…ou grange de bâteaux…ou cabanon de pêcheur!

Archéologie:Des petites momies égyptiennes antiques réservent des surprises à l’intérieur … et elles ne sont pas humaines

Les tomodensitogrammes ont révélé des découvertes inattendues à l’intérieur de ces anciennes momies égyptiennes.

 

Lorsque les scientifiques ont regardé sous les emballages de deux petites momies égyptiennes anciennes censées contenir des cœurs humains, ils ont été surpris: non seulement il n’y avait pas de cœurs visibles à l’intérieur, mais les restes n’étaient même pas humains. 

Au contraire, l’une des momies est étroitement remplie de céréales et de boue – une soi-disant momie de maïs ou de céréales – tandis que l’autre contient les restes d’un oiseau, peut-être un faucon, à qui il manque une partie du corps et plusieurs organes, ont découvert les chercheurs. .

« Il manque sa jambe gauche, personne ne sait pourquoi », a déclaré le Dr Marcia Javitt, présidente de radiologie à l’hôpital Rambam de Haïfa, en Israël, et professeur auxiliaire de radiologie à l’Université George Washington de Washington, DC, qui a aidé à scanner les momies. avec tomodensitométrie (TDM) le 29 juin. 

Les deux momies, toutes deux enterrées dans des sarcophages, sont logées au musée de Haïfa depuis environ 50 ans. Cependant, «les archives n’étaient pas conservées avec autant de diligence qu’aujourd’hui», donc on ne sait pas grand-chose à leur sujet sauf qu’ils ont plus de 2000 ans, a déclaré Ron Hillel, registraire et responsable de la gestion des collections des musées de Haïfa. 

Cette momie de 1700 ans a un cerveau, pas de cœur et des plaques sur son sternum et son abdomen, selon des chercheurs. Ici, la momie est déballée le premier jour d’une séance de numérisation à l’Institut neurologique de Montréal.

Au cours des dernières années, le Musée maritime national de Haïfa a parcouru sa collection et a déterminé la meilleure façon de préserver chaque artefact. Lorsque les conservateurs sont tombés sur les deux momies, ils ont réalisé qu’ils ne savaient pas ce qu’il y avait à l’intérieur. Les enregistrements ont noté qu’ils contenaient des cœurs momifiés , mais « nous avons fait la recherche et cela n’a pas de sens », a déclaré Hillel. Souvent, ( mais pas toujours ) «les cœurs étaient laissés dans le corps», des momies égyptiennes, a déclaré Hillel, parce que les anciens Égyptiens pensaient que lorsque les gens mouraient, leur cœur serait pesé contre une plume représentant ma’at, un concept égyptien qui inclut la vérité et la justice. Si le cœur pesait autant ou moins que la plume, ces personnes gagneraient la vie éternelle; sinon, ils seraient détruits.

L’une des choses les plus déroutantes révélées dans les tomodensitogrammes était deux fines plaques faites de quelque chose de similaire au cartonnage (un matériau plâtré), placées sur le sternum et l’abdomen de la momie.
Scanner des momies Osiris (à gauche) et Horus (à droite).
La Dre Marcia Javitt (au centre) et ses collègues tiennent les momies et les sarcophages à côté du scanner.

 

Les tomodensitogrammes effectués à l’ hôpital de Rambam ont révélé que les momies avaient des intérieurs très différents les uns des autres. La momie en forme humaine d’environ 18 pouces de long (45 centimètres) – conçue pour ressembler à Osiris , le dieu de l’au-delà, des morts, de la vie et de la végétation – contenait de la boue et des grains. 

« Pendant les festivals d’Osiris qui se tenaient, [les anciens Egyptiens] les produisaient », a déclaré Hillel. « Ce serait un mélange d’argile ou de sable avec ces grains, puis ils le tremperaient dans l’eau et les grains germeraient. » En effet, cet acte lierait Osirus à la mort, à la vie et à la fertilité de la Terre.

Ou, comme Javitt l’a dit, «ce ne sont pas de vraies momies; ce sont des artefacts».

L’autre momie, une momie en forme d’oiseau d’environ 10 pouces de long (25 cm), représentait le dieu Horus. Selon la mythologie égyptienne, Horus était le fils à tête de faucon d’Osiris et d’Isis; une divinité associée au ciel et aux pharaons. 

Avec le temps, la momie de l’oiseau s’est desséchée, ce qui signifie que le tissu est devenu plus dense, comme du bœuf séché. Pendant ce temps, la moelle des os s’était desséchée, ne laissant que de délicats tubes osseux. Javitt et ses collègues ont donc utilisé un scanner à double énergie, qui utilise à la fois des rayons X normaux et des rayons X moins puissants, une technique qui peut révéler des propriétés des tissus qu’un scanner ordinaire ne peut pas, a déclaré Javitt. 

 

« Afin de différencier les tissus mous les uns des autres et les os et ainsi de suite, il peut être très utile d’utiliser un scanner à double énergie », a déclaré Javitt.

Maintenant, son équipe identifie les différents tissus et os de l’oiseau. Javitt a noté que le cou de l’oiseau est cassé, mais que cette blessure s’est probablement produite après la mort de l’oiseau. C’est parce que la peau est également cassée, et dans la plupart des cas d’os cassés, « vous ne fendez généralement pas la peau d’un bord à l’autre, vous vous cassez simplement l’os », a déclaré Javitt. 

De plus, l’oiseau semble manquer certains de ses organes abdominaux, mais des études supplémentaires sont nécessaires pour déterminer lesquels ne sont pas là, a-t-elle déclaré. Par exemple, le cœur semble être présent, tout comme la trachée.

À l’avenir, Hillel a déclaré que le musée pourrait créer une exposition spéciale centrée sur ces deux momies. Il espère également les faire dater au radiocarbone 14, afin que le musée puisse déterminer leur âge.

Publié à l’origine sur Live Science.

 

 

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :