Histoire et numismatique:La naissance de l’homme nouveau

Ecole centrale italienne du XIIIe siècle
Vierge à l’enfant avec saint Pierre et un apôtre
Tempera sur toile, posée sur panneau
Le tableau actuel représente la Vierge Lactane intronisée. Le Christ enfant est montré tenant un rouleau dans sa main gauche. Derrière eux, à une échelle beaucoup plus petite que le groupe au premier plan, se trouvent un saint apôtre non identifié tenant également un rouleau, et Saint Pierre avec son attribut caractéristique, les clés. Cette peinture raffinée appartient à un type de production dévotionnelle dérivée du style abstrait, hiératique, byzantin, dans lequel il est cependant possible de noter, contrairement à la rigidité typiquement fixe de la Vierge, un plus grand degré d’animation dans les expressions de les apôtres à ses épaules. 
La Vierge allaitante, Vierge Lactans ou Madonna Lactans, est une iconographie de la Vierge à l’Enfant dans laquelle la Vierge Marie est représentée en train d’allaiter l’enfant Jésus.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Pendant que Jésus parlait,
une femme de la foule l’a appelé et lui a dit:
«Béni soit l’utérus qui t’a porté
et les seins que tu as nourris.»
Il a répondu: «Bienheureux sont ceux
qui entendent la parole de Dieu et l’observent.»

Luc 11: 27-28


Il est l’image du Dieu invisible, le premier-né de toute création. Car par lui toutes choses ont été créées, au ciel et sur terre, visibles et invisibles.

Paul l’Apôtre considérait la naissance de Jésus comme un événement d’importance cosmique qui a engendré un «homme nouveau» qui a réparé les dommages causés par la chute du premier homme, Adam. La perspective paulinienne met l’accent sur la naissance d’un homme nouveau et d’un nouveau monde avec la naissance de Jésus.

La source la plus ancienne indiquant le 25 décembre comme date de naissance de Jésus était Hippolyte de Rome, l’un des théologiens chrétiens les plus importants du deuxième-troisième siècle, basée sur l’hypothèse que la conception de Jésus a eu lieu à l’équinoxe de printemps qu’il a placé en mars 25, puis ajouté neuf mois. Il existe des preuves historiques qu’au milieu du IVe siècle, les églises chrétiennes d’Orient ont célébré la naissance et le baptême de Jésus le même jour, le 6 janvier, tandis que celles de l’Ouest ont célébré une fête de la Nativité le 25 décembre (peut-être sous l’influence le solstice d’hiver); et que par le dernier quart du 4ème siècle, les calendriers des deux églises comprenaient les deux fêtes.

Le XIIIe siècle a été témoin d’un tournant dans le développement d’une nouvelle «image tendre de Jésus» dans le christianisme, alors que les franciscains ont commencé à souligner l’humilité de Jésus à la fois à sa naissance et à sa mort. La construction de la scène de la Nativité par Saint François d’Assise a contribué à dépeindre une image plus douce de Jésus qui a souligné comment Dieu avait pris un chemin humble vers sa propre naissance. Alors que la peste noire a rasé l’Europe médiévale, les franciscains et les dominicains ont aidé les fidèles à faire face aux tragédies. Un élément de l’approche franciscaine était l’accent mis sur l’humilité de Jésus et la pauvreté de sa naissance: l’image de Dieu était l’image de Jésus, non pas un Dieu sévère et punissant, mais lui-même humble à la naissance et sacrifié à la mort.

Au Moyen Âge, les classes moyennes et supérieures contractaient généralement l’allaitement maternel pour nourrir leurs enfants, et la représentation de la Vierge allaitante était liée à la Madone de l’humilité, une représentation qui montrait la Vierge dans des vêtements ordinaires. L’apparition de nombreuses représentations de ce type en Toscane au début du 14ème siècle était en quelque sorte une révolution visuelle pour la théologie de l’époque. Après le Concile de Trente au milieu du XVIe siècle, les écrivains cléricaux ont découragé la nudité dans les sujets religieux, et l’utilisation de l’iconographie de Madonna Lactans a commencé à s’estomper.

La représentation de la Madonna lactans est mentionné par le pape Grégoire le Grand, et une représentation en mosaïque probablement du 12ème siècle est sur la façade de Santa Maria in Trastevere à Rome, bien que peu d’autres exemples survivent avant la fin du Moyen Âge.

Saint-Grégoire Le Grand
pape ,miniature du XIII ième siècle

Alors que les XVe et XVIe siècles ont été une époque où les peintres italiens ont élargi leur répertoire pour inclure des événements historiques, des portraits indépendants et des sujets mythologiques, le christianisme a conservé une forte emprise sur leur carrière. La plupart des œuvres d’art de cette époque sont sacrées. Alors que la gamme des sujets religieux comprenait des sujets de l’Ancien Testament et des images de saints dont les cultes datent après la codification de la Bible, la Madone est restée un sujet dominant dans l’iconographie de la Renaissance.

Certains des peintres italiens les plus éminents du XVIe siècle à se tourner vers ce sujet étaient Léonard de Vinci, Michel-Ange, Raphaël, Giorgione, Giovanni Bellini et Titien. Ils se sont développés sur les bases d’images mariales du XVe siècle de Fra Angelico, Fra Filippo Lippi, Mantegna et Piero della Francesca en particulier, parmi d’innombrables autres.

Le plus grand accent sur toutes ces représentations est resté dans le lien maternel, même si d’autres sujets, notamment l’Annonciation, puis l’Immaculée Conception, ont conduit à un plus grand nombre de tableaux représentant Marie seule, sans son fils. La tendresse qu’une mère ordinaire pourrait ressentir envers son enfant bien-aimé est capturée, évoquant le moment où elle a tenu pour la première fois son fils Christ.
 


PIÈCES RELIÉES  AU SUJET

TESTONE INNOCENT XI DES ÉTATS PAPAUX UNE PIÈCE PAPALE I TRÈS RARE
INNOCENT XI / INNOCENZO XI , 1676-1689
Prix de vente en 2020:600 euros

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Empire Romain d’Orient
Romanus III Argyrus AV histamenon nomisma – Christ et Vierge couronnant l’empereur
Vierge Marie à droite, et Romanus, barbu à gauche, tous deux debout face à face; nimbate Virgin porte du pallium et du maphorium, et avec sa main droite couronne Romanus, qui porte des saccos et des loros, et tient globus cruciger dans la main gauche; soulignait MΘ entre leurs têtes.Évalué à $2,100 dollars can

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pièce de monnaie, Hongrie, Maria Theresia, 15 Krajczar, 1745, Kremnitz«  Argent
Prix environ $70 can
Piàce portée comme bijoux dans le passé.

 

 

 

 

 

 

 

 

Médaille
1880 Allemagne – Sanctuaire des Trois Rois à la cathédrale de Cologne par Gottfried Drentwett (signé: DRENTWETT, .DIR. – KAMMERER, FEC). Avers: ANBETUNG DER HL. DREI KONIGE / DOMBILD ZU COLN. – Vierge Marie assise sur le trône, bébé Jésus dans les bras, entourée des trois rois et témoins. Revers: DER DOM ZU KOLM BEGONNEN 1248, VOLLENDET 1880 – Vue de la cathédrale. VF, Bronze, 50,45 mm, bord lisse uni, quelques petites bosses sur la jante.
Prix:$150 can

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Empire byzantin, vers 8ème – 9ème siècle après JC
Une croix reliquaire pectorale en bronze fin mesurant 84 x 45 mm. Représenté sur le visage est la Vierge Orans, ou debout face avec les mains levées et vêtu d’une longue robe. Sous elle se trouve la figure en robe pleine longueur de Saint George et de chaque côté de plus petits bustes en robe des apôtres Jean et Pierre. Une seule inscription d’une ligne ci-dessus est soit un dialecte local, soit simplement une erreur, mais qui a l’intention de signifier « All Hallowed ». Un superbe exemple et finement gravé avec quelques adhérences sur la surface intérieure et présentant une jolie patine.
La tradition ou les reliques ont été popularisées par Hélène qui, en tant que mère de Constantin le Grand et avec un financement impérial, s’est lancée dans un pèlerinage en Terre Sainte en 326 après JC. C’est au cours de ce voyage qu’elle a ramené de nombreuses reliques, dont une croix qu’elle croyait être la même sur laquelle Jésus avait été crucifié. Plus tard, il est devenu populaire d’obtenir de petits fragments de bois, d’os, de peau et d’autres objets dont on pense qu’ils provenaient ou étaient en association avec Jésus, un apôtre, un saint ou une autre figure biblique. Ces fragments étaient fréquemment enfermés à l’intérieur de ces croix de bronze, scellés et portés par les fidèles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hongrie,1744,Maria Theresa, 1740-1780. AR Taler, 1742 Ko. Kremnitz-Kormoczbanya.
Obv: Grand jeune buste à droite en tant que reine de Hongrie.
eRv. Debout radieuse Madonna and Child, titre se terminant PATRONA HUNG:.
Dav.1125B, KM 328.2. Poids 28,63 g
Classe. VF, marques de réglage au dos.Prix:$335 can

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


AUTRES PIÈCES ARTISTIQUES ET ÉVALUATIONS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’image de la Vierge Marie allaitant l’enfant Jésus est connue sous le nom de Madonna Lactans, du latin pour le lait et la tétée; le terme grec le moins connu est  Galactotrofousa. Cette représentation a été utilisée dans certains des premiers arts chrétiens et peut avoir été partiellement inspirée des abondantes images de l’Égypte ancienne de la déesse Isis soignant Horus, comme celle-ci.

 

Isis Suckling Horus, statuette en bronze, 1070–656 av.J.-C., Égypte, maintenant au Musée des beaux-arts de Boston

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bien que probablement basée sur des images païennes de la divinité, l’image de Jésus allaitant à la poitrine de sa mère souligne son humanité tout en soulignant le rôle exalté de Marie en tant que Mère de Dieu. Pour les catholiques, cela révèle l’importance charnelle de l’incarnation du Fils de Dieu. Tout comme le Christ reçoit sa nourriture terrestre du corps de sa mère Marie, de même nous recevons notre nourriture spirituelle de son corps et de son sang dans l’Eucharistie. Le lait de la Vierge signifie le sang du Christ sur la croix et dans l’Eucharistie. Pour en savoir plus sur cette idée, lisez cet article .

Faites une recherche sur Google et vous verrez des centaines d’images de la Madonna Lactans, mais aujourd’hui, je n’ai choisi que quelques-unes de mes préférées. La première image est la plus ancienne connue de la catacombe de Priscilla et remonte à environ le 3ème siècle. Bien que fragmentaire, vous pouvez toujours voir clairement l’iconographie qui resterait assez constante pour cette image de dévotion, avec l’enfant Jésus se retournant pour regarder le spectateur pendant l’allaitement de Marie.

 

Marie qui allaite Jésus, ca. 3e s., Catacombes de Priscille, Rome

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jan Van Eyck est un autre de mes préférés. Une fois de plus, nous voyons la Vierge Marie allaiter. Assurez-vous de cliquer sur l’image pour voir la version agrandie, où vous pourrez examiner de plus près les splendides tissus et détails de Van Eyck.

Lucca Madonna, Jan van Eyck, 1437, huile sur panneau, Städelsches Kunstinstitut, Francfort

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur le site Web du musée  :

«La Madone de Lucques a servi son mécène inconnu comme moyen de dévotion privée. Le tableau emmène intelligemment le spectateur dans la pièce représentée, le faisant participer à la situation intime affectueusement rendue. Cette impression est créée par la manière particulière dont l’artiste a configuré l’espace: comme les murs de chaque côté et le plafond voûté, le carrelage et le tapis semblent se prolonger du côté du spectateur de la surface de l’image. L’effet est accentué par la description picturale suggestive des différents matériaux et surfaces – la peau, les cheveux, le tissu, le tapis, les murs, le verre, l’eau, le métal, les carreaux et le bois.

Aussi naturelle qu’elle soit, la scène regorge également de références symboliques. Le fruit dans la main de l’enfant du Christ, par exemple, fait allusion à la chute de l’homme, dont les conséquences sont surmontées par l’incarnation de Dieu. Le trône avec ses décorations de lion symbolise non seulement le siège du jugement du roi Salomon, proverbialement juste, un ancêtre du Christ, mais aussi le jugement dernier. Déjà célèbre de son vivant, Jan van Eyck – peintre de la cour des ducs de Bourgogne – mourut en 1441. Il avait peint la «Lucca Madonna» quelques années plus tôt, une œuvre dont la maîtrise et la cohérence du concept et de l’exécution nous trouvent toujours captivant à ce jour. D’ailleurs, le nom sous lequel le tableau est connu remonte à l’un de ses précédents propriétaires: au XIXe siècle, il était en possession du duc de Lucques en Toscane.

Le tableau suivant me semble tellement bizarre que je devais simplement l’inclure. On se demande si l’artiste avait déjà vu un vrai sein ou s’il avait des secrets de chirurgie plastique au XVe siècle en France! Sérieusement cependant, j’aime la façon dont la blancheur peinte de la peau fait apparaître Marie et Jésus comme des statues de marbre et contraste si joliment avec les anges rouges et bleus. Notez comment Fouquet a peint des zones brillantes sur les anges comme si elles reflétaient la lumière de la mère lumineuse et de l’enfant divin.

 

Vierge entourée de séraphins et chérubins, Jean Fouquet, 1452, huile sur panneau, Musée Royal des Beaux-Arts d’Anvers, Belgique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici ce que dit le musée de cette image plutôt surréaliste:

«Ce tableau est le joyau de la couronne de la collection du Musée royal. Bien que moderne, il a été réalisé par le peintre de la cour française  Jean Fouquet dès 1452. Il a été commandé par Etienne Chevalier, trésorier du roi français Charles VII. La Vierge Marie est représentée ici comme la Reine du Ciel, avec l’enfant Jésus sur ses genoux. Les anges bleus et rouges derrière son trône richement décoré contrastent fortement avec la pâleur de Marie et de son enfant.
On pense qu’Agnès Sorel, la maîtresse de Charles VII, a modelé pour la Vierge. Elle est habillée selon la mode du jour. Sa cape et sa ligne de cheveux épilée soulignent son éminence. La taille lacée accentue sa poitrine dénudée et confère à la composition un caractère presque érotique. Cependant, ce n’était certainement pas l’intention de Fouquet lorsqu’il a réalisé le tableau il y a plusieurs siècles. C’était tout simplement un rendu de la Vierge Lactane, ou de la vierge allaitante. Elle était censée souligner le statut mondain de Jésus en montrant que lui, comme tous les autres enfants, était allaité par sa mère. Les couleurs des anges ne sont probablement pas une coïncidence. On pense que les trois chérubins bleus représentent la pureté et l’air, tandis que les six séraphins rouges symbolisent l’amour et le feu. En y regardant de plus près, il semble qu’un seul groupe d’anges touche réellement le trône de Marie.

 

Je n’ai trouvé aucune autre information sur cette adorable figurine en ivoire. Ici, nous voyons Jésus comme un enfant en bas âge, debout avec impatience sur les genoux de Marie et allaitant pour tout ce qu’il vaut! Bien que sa tête ne soit pas tournée vers nous, notez le petit pied sous un angle non naturel, indiquant qu’il est bien conscient de nous.

 

 

Vierge Lactans, sculpteur français anonyme, figurine en ivoire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’image de la Madone Lactans est restée populaire jusqu’à ce que le Concile de Trente décourage toute représentation de la nudité au XVIe siècle. Il est intéressant de noter que cette préoccupation concernant la nudité peut avoir été provoquée par la création de la presse à imprimer. Dans un article de 2012 , l’auteur David Gibson écrit:

«Avec l’avènement du type mobile, disent les historiens, est venue la capacité de la pornographie de masse, qui a favorisé la sexualisation du corps des femmes dans l’imaginaire populaire. De plus, la presse à imprimer a permis une plus large diffusion de dessins anatomiques à des fins médicales, ce qui a contribué à son tour à la démystification du corps. Les deux ont miné la vision traditionnelle du corps en tant que reflet du divin. 

L’autre conséquence majeure de cette nouvelle technologie, bien sûr, a été la commercialisation de masse de la Bible et la montée d’un protestantisme qui a encouragé une concentration sur le texte des Écritures et découragé l’utilisation d’images et de pratiques «catholiques» comme la dévotion à la Vierge Marie et les saints.

Le changement culturel a été si grand que même les catholiques en sont venus à considérer le sein comme une image «inappropriée» pour les églises. Au lieu de cela, le sacrifice de la croix – le Jésus souffrant – est devenu le motif dominant du christianisme tandis que la Nativité était aseptisée en une carte Hallmark.

L’importance est le fait que Jésus Christ est né sur cette planète…son ascendance est d’un « autre monde ou univers »…mais demeure le fait qu’il est mort pour nous  et que son message  peut facilement unir les peuples contre la tyrannie du Nouvel Ordre Mondial!

 

 

Histoire et numismatique:Le 2 décembre 1823 commémore « La doctrine Monroe »

 

Le gouvernement américain craignait que les puissances européennes victorieuses issues du Congrès de Vienne (1814-1815) ne ravivent le gouvernement monarchique. La France avait déjà accepté de restaurer la monarchie espagnole en échange de Cuba. À la fin des guerres révolutionnaires napoléoniennes (1803-1815), la Prusse, l’Autriche et la Russie formèrent la Sainte-Alliance pour défendre le monarchisme. En particulier, la Sainte-Alliance a autorisé les incursions militaires pour rétablir la domination des Bourbons sur l’Espagne et ses colonies, qui établissaient leur indépendance.

La doctrine Monroe était une politique des États-Unis qui s’opposait au colonialisme européen dans les Amériques. Il a fait valoir que toute intervention dans la politique des Amériques par des puissances étrangères était un acte potentiellement hostile contre les États-Unis. Cela a commencé en 1823; cependant, le terme «Doctrine Monroe» lui-même n’a été inventé qu’en 1850.

La Doctrine a été publiée le 2 décembre, à un moment où presque toutes les colonies d’Amérique latine d’Espagne et du Portugal avaient obtenu, ou étaient sur le point de gagner, leur indépendance vis-à-vis des empires portugais et espagnol. Il a déclaré que les efforts supplémentaires de divers États européens pour prendre le contrôle de tout État indépendant dans les Amériques seraient considérés comme «la manifestation d’une disposition hostile aux États-Unis». Dans le même temps, la doctrine notait que les États-Unis allaient reconnaître et ne pas interférer avec les colonies européennes existantes ni se mêler des affaires intérieures des pays européens.

Le président James Monroe a d’abord énoncé la doctrine lors de son septième discours annuel sur l’état de l’Union devant le Congrès. La doctrine affirmait que le Nouveau Monde et l’Ancien Monde devaient rester des sphères d’influence distinctes. La séparation visait à éviter des situations qui pourraient faire du Nouveau Monde un champ de bataille pour les puissances de l’Ancien Monde afin que les États-Unis puissent exercer leur influence sans être perturbés. 

Le document complet de la doctrine Monroe, rédigé principalement par le futur président et secrétaire d’État de l’époque John Quincy Adams, est long et rédigé en langage diplomatique, mais son essence est exprimée en deux passages clés. La première est la déclaration introductive, qui affirme que le Nouveau Monde n’est plus soumis à la colonisation par les pays européens:

L’occasion a été jugée appropriée pour affirmer, en tant que principe dans lequel les droits et intérêts des États-Unis sont en jeu, que les continents américains, par la condition libre et indépendante qu’ils ont assumée et maintenue, ne doivent plus être considérés comme sujets de colonisation future par les puissances européennes.

 

«Un match de boxe ou un autre nez en sang pour John Bull», 1813, caricature politique du graveur William Charles (1776–1820). L’artiste se réjouit des pertes navales subies par l’Angleterre au début de la guerre de 1812, en particulier la défaite du navire de guerre Boxer par la frégate américaine Enterprise en septembre 1813. Le roi George III se tient à gauche, le nez saignant et l’œil noirci, en disant:  » Arrêtez . . . Frère Jonathan, ou je tomberai avec la perte de sang – je pensais avoir été trop lourd pour vous – Mais je dois reconnaître votre compétence supérieure – Deux coups à moi! – Et si bien réalisé aussi! Pitié, pitié de moi, comment ça se passe !!! » À droite, James Madison dit: «Ha-Ah Johnny! vous vous croyiez un «boxeur», avez-vous! – Je vous ferai savoir que nous sommes une nation «entreprenante». et prêt à vous rencontrer avec la même force chaque jour. «Frère Jonathan était un personnage imaginaire signifiant les États-Unis; il a été supplanté par l’Oncle Sam après la guerre civile. De même, John Bull était une représentation de bande dessinée de l’Angleterre. (Les détails de l’image et de la légende sont fournis par la Division des estampes et des photographies de la Bibliothèque du Congrès)

Le deuxième passage clé, qui contient un exposé plus complet de la Doctrine, s’adresse aux «puissances alliées» de l’Europe; il précise que les États-Unis restent neutres sur les colonies européennes existantes dans les Amériques mais s’opposent aux «interpositions» qui créeraient de nouvelles colonies parmi les républiques hispano-américaines nouvellement indépendantes:

Nous devons donc à la franchise et aux relations amicales existant entre les États-Unis et ces puissances de déclarer que nous devrions considérer toute tentative de leur part d’étendre leur système à n’importe quelle partie de cet hémisphère comme dangereuse pour notre paix et notre sécurité. Avec les colonies existantes ou les dépendances de toute puissance européenne, nous ne sommes pas intervenus et n’interférerons pas. Mais avec les gouvernements qui ont proclamé leur indépendance et l’ont maintenue, et dont nous avons, en grande considération et sur des principes justes, reconnue l’indépendance, nous ne pourrions envisager aucune interposition dans le but de les opprimer ou de contrôler de quelque autre manière leur destin. , par toute puissance européenne sous un autre jour que comme la manifestation d’une disposition hostile envers les États-Unis.
À la fin du 19e siècle, la déclaration de Monroe était considérée comme un moment déterminant de la politique étrangère des États-Unis et l’un de ses principes les plus anciens. L’intention et l’impact de la doctrine ont persisté plus d’un siècle, avec seulement de petites variations, et seraient invoqués par de nombreux hommes d’État américains et plusieurs présidents américains, dont Ulysses S. Grant, Theodore Roosevelt, John F. Kennedy et Ronald Reagan.

Après 1898, la doctrine Monroe a été réinterprétée en termes de multilatéralisme et de non-intervention par des juristes et intellectuels latino-américains. En 1933, sous le président Franklin D. Roosevelt, les États-Unis se sont ralliés à cette nouvelle réinterprétation, notamment en ce qui concerne l’Organisation des États américains.
Les historiens ont observé que si la doctrine contenait un engagement à résister au colonialisme de l’Europe, elle avait des implications agressives pour la politique américaine, car il n’y avait pas de limites aux propres actions des États-Unis mentionnées en son sein. Le savant Jay Sexton note que les tactiques utilisées pour mettre en œuvre la doctrine étaient «calquées sur celles employées par les impérialistes britanniques» et leur concurrence avec les Espagnols et les Français. L’éminent historien William Appleman Williams l’a décrit comme une forme «d’anticolonialisme impérial». Noam Chomsky soutient que dans la pratique, la doctrine Monroe a été utilisée comme une déclaration d’hégémonie et un droit d’intervention unilatérale sur les Amériques.
Le demi-dollar du centenaire de la doctrine Monroe était une pièce de cinquante cents frappée par le Bureau de la Monnaie des États-Unis. Portant des portraits d’anciens présidents américains James Monroe et John Quincy Adams, la pièce a été émise en commémoration du centenaire de la doctrine Monroe et a été produite à la Monnaie de San Francisco en 1923.

En 1922, l’industrie cinématographique a été confrontée à un certain nombre de scandales, les dirigeants de films ont cherché des moyens de faire une bonne publicité pour Hollywood. L’un des moyens était une exposition, qui se tiendrait à Los Angeles au milieu de 1923. Pour inciter le Congrès à émettre une pièce commémorative comme collecte de fonds pour la foire, les organisateurs ont associé l’exposition au 100e anniversaire de la doctrine Monroe, et une loi pour un demi-dollar commémoratif pour le centenaire a été adoptée.

L’exposition a été un échec financier. Les pièces ne se sont pas bien vendues et la majeure partie du tirage de plus de 270 000 a été mise en circulation. Bon nombre des pièces qui avaient été vendues à un prix élevé et économisées ont été dépensées pendant la Dépression; la plupart des pièces de monnaie survivantes montrent des signes d’usure.


LES  BELLES PIÈCES DE CETTE ÉPOQUE

1923 S Monroe Doctrine Centennial Silver Half Dollar Commemorative – BU
Valeur $200 can

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MONROE DOCTRINE 1923-S 50c …….. INCIRCULE
Lustré menthe sous tonification originale avec multi couleurs
très attractif.
Valeur de $115 can

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1823 Buste moitié O-101a SEGS AU50
Valeur de $1150 can

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

USA – un cent 1823 – rare
Valeur de $470 can

 

 

 

 

 

 

 

 

FERNANDO VII. Pièce de 8 escudos. 1823. Potosí PJ. Cal-89; Cal. Once 1307. Au. 26,96g. Ton léger. VF. Bizarre.
Valeur de $2500 can