Hawaï: l’éruption du volcan Kilauea devient toxique

Les autorités locales ont averti d’un phénomène dangereux lié à l’arrivée dans l’océan Pacifique de lave provenant du volcan Kilauea entré en éruption le 3 mai.

Vue aérienne de résidences englouties par la lave en fusion à Hawaï, prise le 6 mai dernier.

La rencontre de la lave incandescente avec l’eau provoque des émanations toxiques. Des fumées acides se sont échappées, un phénomène appelé « laze » en anglais, mot formé à partir de « lava » (lave) et de « haze » (brouillard).

Deux coulées de lave « ont atteint l’océan sur la côte sud-est de Puna » sur la Grande île de Hawaï, selon un communiqué dimanche de l’agence américaine de géologie et sismologie (USGS). Une fissure ouverte sous l’une de ces coulées a toutefois « détourné la lave (…) dans des cavités souterraines », a poursuivi l’USGS.

« Le panache est un mélange irritant d’acide chlorhydrique (HCl), de vapeur et de petites particules de verre volcanique », selon l’USGS. « Ce mélange gazeux, chaud et corrosif avait provoqué deux morts dans le voisinage immédiat du point d’entrée côtier en 2000 alors que la mer touchait des coulées de lave récentes et actives ».

Des émissions de méthane

La géologue Janet Babb, de l’Observatoire des volcans de Hawaï, a signalé un autre danger: la lave s’écoule dans des zones de végétation dense où certaines plantes sont en décomposition, ce qui crée des émissions de méthane qui explosent au contact de la coulée incandescente.

L’USGS a également prévenu que les émissions de gaz « ont triplé en raison des éruptions volumineuses ». En raison de vents modérés, les zones situées sous le vent « pourraient expérimenter divers niveaux de « vog » (volcanic smog), du brouillard volcanique créé par la réaction des émissions à l’oxygène, l’humidité, la poussière et les rayons du Soleil, selon l’USGS.

Le fameux smog volcanique…ou vog!

Une coulée atteignant jusqu’à six mètres de hauteur a bloqué une partie de l’autoroute 137, a par ailleurs rapporté Hawaii News Now. Le Kilauea est l’un des volcans les plus actifs du monde et l’un des cinq que compte l’île de Hawaï, la plus grande de l’archipel. Plusieurs milliers de personnes ont été évacuées depuis le début de son éruption le 3 mai.

Les scientifiques estiment que l’activité volcanique est peut-être annonciatrice d’une éruption majeure similaire à celle du milieu des années 1920. Mais ils ne craignent toutefois pas de victimes car les zones résidentielles les plus exposées ont été évacuées et la région où se trouve le volcan –dans le sud-est de l’île– n’est pas très peuplée.

PAHOA, HI – MAY 12: Lava flows at a new fissure in the aftermath of eruptions from the Kilauea volcano on Hawaii’s Big Island as a local resident walks nearby after taking photos on May 12, 2018 in Pahoa, Hawaii. The U.S. Geological Survey said a recent lowering of the lava lake at the volcano’s Halemaumau crater Òhas raised the potential for explosive eruptionsÓ at the volcano. Authorities have confirmed the fissure is the 16th to open.
Les routes sont coupées!

 

 

 

 

Publicités

Le septième continent

septième continentbbb

 

 

Si l’humanité  soudainement  s’éteingnait , et  si dans quelques siècles  des archéologues extraterrestres  viennent faire des recherches  sur Terre,ils vont  probablement baptiser l’époque dans laquelle   nous avons vécu, à la lumière du  matériel technique qu’ils  trouveront  en plus grande abondance dans les fouilles qu’ils feront . Si il y a 5000 ans , dans notre préhistoire , nos archéologues ont ainsi nommé  » l’âge du bronze » ,à cause du développement de l’utilisation de ce métal,  pour les  savants  extraterrestres  qui étudieront notre post- histoire, les humains  auront disparu au cours de « l’âge de plastique » .

Et malheureusement , c’est l’océan qui est en charge de rappeler nos  abus de façon spectaculaire dans la fabrication de matières plastiques ( qui a échappé au recyclage) avec qui nous punissons notre planète pour les 70 dernières années . Difficile de se faire une idée de sa taille , mais dans l’océan Pacifique quelque part entre San Francisco et Hawaii , il ya une énorme île de déchets supérieure à celle de la France , l’Espagne et le Portugal en  taille .

 

Les experts se réfèrent à lui comme « une grande plaque de déchets du Pacifique  »  (ou le Grand Vortex de Déchets du Pacifique), même si  c’est un peu plus fantaisiste , certains préfèrent l’appeler  » Le septième continent  » .

Ce n’est pas un phénomène nouveau, en fait d’abord détecté dans les années 1950 , et depuis lors,il  n’a cessé de croître à un rythme rapide en raison de notre dépendance excessive sur le plastique .

Les premières contre-mesures ont déjà été prises , et c’est pourquoi les supermarchés ont commencé à surcharger les sacs en plastique . Heureusement, de plus en plus de gens sont concients de leur  environnement,en  portant à  la maison leurs caddies ou des sacs en tissu réutilisables , mais la grande plaque de déchets , qui se compose de 80 % de plastique et pèse plus de 3,5 millions de tonnes , ne disparaîtra pas du matin au soir . Sa taille est telle que le nettoyage n’est tout simplement pas une option .

Bientôt , une expédition de français Exploration Society (SEF ) , parrainé par le Centre national d’études spatiales ( CNEE ) , va commencer une expédition de la grande île de déchets . La raison de cette expédition , qui commande le navigateur Deixonne SEF Patrick , est d’analyser la composition de la poubelle et avertir le monde de son existence .

L’expédition mit à la voile le 2 mai 2014  de San Diego , côte de la Californie aux États-Unis et se rendra 4,630 miles pour atteindre Hawaii .

Selon les données fournies par NCES , ce groupement de débris flottants d’origine humaine ( qui abondent de  bouées , de filets de pêche ,de  bouchons de bouteilles , d’objets de toutes sortes échappé des  égouts et  de millions de petites particules de plastique ) mesure actuellement  22,200 miles de circonférence , donnant une superficie de 3,4 millions de kilomètres carrés .

La goélette obtenir de l’aide de l’espace , comme la NASA satellites Terra et Aqua , vont les guider vers l’île de débris . Pendant le voyage , les experts à bord seront la mesure de la densité des déchets , tout en prenant des échantillons d’eau , de plancton et de matières solides .

Les scientifiques avertissent que la plaque de déchets n’est pas superficielle , mais il a une profondeur de 30 mètres, ce qui influe évidemment sur l’environnement sous-marin .

Pour continuer à croître au rythme actuel, la plaque de déchets ne  pose pas seulement une menace pour le tourisme sur les côtes de Hawaii ou en Californie , mais lpose aussi des risques à  la marine marchande.

La raison qui explique pourquoi  tous ces débris provenant de toute  la planète ont terminé dans cette région particulière, est l’existence d’un tourbillon géant causé par la force de l’ actuelle spirale du Pacifique Nord , qui tourne dans le sens des aiguilles d’une montre . Ce fait , couplé avec les vents de la région contribue à ce que  le sac à ordures reste  capturé dans les eaux sans atteindre la côte .

Ce n’est pas la seule poubelle de débris visible  de la planète , en fait, les experts avertissent  qu’il y en a quatre autres plus petites , dont l’une  est située  sur la côte ouest de l’Atlantique Nord entre Cuba et les Etats-Unis ( mer des Sargasses ) .

 

Why Hawaii Gov. Neil Abercrombie is taking on anti-Obama ‘birthers’

A Hawaii,le gouverneur Neil Abercrombie donne sa première conférence de presse en tant que gouverneur, le 6 décembre à Honolulu. Il dit maintenant qu'il prend au sérieux les revendications des «birthers».

It’s the rumor that won’t go away, despite multiple investigations by fact-checking groups that declare it bogus: the claim that President Obama was not born in the US, and is therefore ineligible to be president.

Now, it’s surfacing in the news yet again, this time thanks to the newly elected governor of Hawaii, Neil Abercrombie, who says he wants to end the debate once and for all.

His idea: Change state policy so that he can release additional proof (perhaps the « long form » birth certificate that so-called « birthers » have been requesting, which is not a public record in Hawaii) that Obama was born in Honolulu, and not in Kenya as conspiracy theorists claim.

The trouble is, the facts are out there already, and they haven’t succeeded in quelling the certainty of those determined not to believe them. In addition to the « certificate of live birth » released by the Obama campaign when the rumors first started circulating – which groups like factcheck.org have concluded is authentic – there were two separate birth announcements in local papers at the time (Aug. 4, 1961).

The birther claims are mostly confined to a relatively small group on the fringe, but state legislators in a handful of states have also introduced legislation requiring political candidates to show their official birth certificate – an effort clearly targeting Obama.

And Hawaii’s health department at one point was so besieged by birther requests to see Obama’s birth certificate that former Gov. Linda Lingle (R) signed a law earlier this year allowing it to ignore them.

Governor Abercrombie is not acting at the request of the White House, whose official policy for some time has been to ignore the rumors rather than engage with what it sees as a bunch of conspiracy theorists.

On CNN yesterday. Abercrombie acknowledged that more documentation may not satisfy the birthers, but said he was acting because of his personal disgust with the claims and the fact that he knew Obama’s parents back in college when Obama was born and is deeply offended at claims he knows to be false.

« It’s a matter of principle with me. I knew his mom and dad. I was here when he was born. Anybody who wants to ask a question honestly could have had their answer already, » he told CNN.

Still, it’s very likely the governor’s efforts will be poorly received by the White House, since they may just serve to put the rumors back in the news once again. And at least a few commentators have a more cynical take on Abercrombie’s actions, suggesting that he’s trying to push an image of Obama as victim of « right-wing zealots. »

 

Pourquoi le gouverneur Neil Abercrombie d’Hawaii est-il contre le dossier de la naissance « officielle » de Barak Obama

A Hawaii,le gouverneur Neil Abercrombie donne sa première conférence de presse en tant que gouverneur, le 6 décembre à Honolulu. Il dit maintenant qu’il prend au sérieux les revendications des «birthers».

Cette rumeur-là ne va pas disparaître: en dépit de multiples enquêtes par groupes de vérification des faits que la déclarer fausse: l’affirmation selon laquelle le président Obama n’est pas né aux États-Unis, et n’est donc admissible à être président.

Maintenant, il est de retour dans les nouvelles encore une fois, cette fois grâce au gouverneur nouvellement élu de Hawaii, Neil Abercrombie, qui dit qu’il veut mettre fin au débat une fois pour toutes.

Son idée: le changement politique de l’Etat afin qu’il puisse libérer une preuve supplémentaire (peut-être le certificat de « forme longue » naissance que les  soi-disant « birthers » ont demandé,…et qui n’est pas un document public à Hawaii) que Barack Obama est né à Honolulu, et pas au Kenya que les théoriciens du complot avancent.

Le problème, c’est que les faits sont là-bas déjà, et ils n’ont pas réussi à réprimer la certitude de ceux qui sont déterminés à ne pas les croire. En plus de l ‘ »attestation de naissance vivante » publié par la campagne d’Obama quand les premières rumeurs ont commencé à circuler – quels sont les groupes comme factcheck.org ont conclu est authentique -, il y avait deux annonces distinctes naissance dans les journaux locaux à l’époque (le 4 août, 1961).

Les revendications birther se limitent principalement à un groupe relativement faible sur la frange, mais les législateurs d’État dans une poignée d’Etats ont également adopté une législation exigeant que les candidats politiques pour montrer leur certificat de naissance officiel – un effort visant clairement Obama.

Et ministère de la Santé d’Hawaï à un moment donné était si assiégée par les demandes des birthers  à voir le certificat de naissance d’Obama que l’ancien gouverneur Linda Lingle (R) a signé une loi plus tôt cette année qui lui permet de les ignorer.

Gouverneur Abercrombie n’agit pas à la demande de la Maison Blanche, dont la politique officielle pendant un certain temps a été d’ignorer les rumeurs plutôt que de s’engager avec ce qu’il voit comme une bande de théoriciens de la conspiration.

Sur CNN, hier, Abercrombie a reconnu que plus de documentations peuvent ne pas satisfaire les birthers, mais a dit qu’il a agi en raison de son dégoût personnel avec les revendications et le fait qu’il savait parents de Barack Obama  étaient de retour au collège, quand Barack Obama est né et est profondément offensé par les prétentions qu’il sait être fausses.

«C’est une question de principe avec moi. Je savais  au sujet de sa mère et son père. J’étais ici quand il est né. Quiconque veut poser une question honnêtement aurait pu avoir leur réponse déjà, at-il déclaré à CNN.

Pourtant, il est très probable que les  efforts du gouverneur seront mal perçue par la Maison Blanche, car ils peuvent tout simplement servir à mettre les rumeurs à la une des nouvelles une fois de plus. Et au moins un certain nombre de commentateurs ont une vision plus cynique sur les actions d’Abercrombie, suggérant qu’il essaie de pousser une image d’Obama en tant que victime de «fanatiques d’extrême droite. »