Le malheur c’est qu’il n’est que la pointe de l’iceberg, le mépris se généralise et devient une sorte de férocité habituelle… L’effacement du parti communiste a aussi cette dimension insupportable. Quand je lis Mélenchon dans le JDD, je ne le trouve pas très différent, accuser les communistes de son éviction du second tour et ne […]

via Emmanuel Macron et « les gens qui ne sont rien » : plus qu’un dérapage, une vision du monde — histoireetsociete

Publicités