Réécrire l’histoire:L’expulsion des Allemands ethniques …un génocide tenu secret

La photo de la honte raciste
14 décembre 1945: Blottis dans des couvertures, les seuls survivants des 150 Polonais d’origine qui ont marché de Lodz en Pologne à Berlin dans l’espoir de trouver de la nourriture et un abri. Ils attendent sur une voie ferrée dans l’espoir d’être pris en charge par un train de l’armée britannique et d’être aidés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En cette année 2021,nous venons d’assister à la plus frauduleuse élection de l’histoire américaine et avec l’arrivée du candidat-marionnette  qu’est Joe Biden,le pédophile,il faudra un jour,dans le futur,réécrire aussi cette histoire empreinte de fourberies,de mensonges et de fraudes politiques.

Cette histoire corrompue et manipulée:c’est la nôtre!Sachez bien  mes ami(e)s que je ne cautionne pas du tout  et pour  aucune raison,le « meilleur ami qu’Israël n’aura jamais eu »!

Donald Trump est un juif ,politiquement à droite, d’origine allemande (dont l’ancêtre était un juif khazare) et Joe Biden est un juif  de gauche,un pédophile confirmé (ainsi que son fils Hunter),associé aux satanistes,aux Clinton et aux Obama.

Pendant  qu’en France,Emmanuel Macron,le petit banquier des Rothschild,essaie de modifier le paysage politique vers la dictature,au Québec,nous croupissons sous les ordonnances de confinements sanitaires  qui sont illégitimes et qui ont des odeurs de totalitarisme certain…j’en profite pour vous montrer comment on démonise un peuple pour pouvoir plus facilement l’éliminer.Au Canada,on a ,depuis des générations. démonisé le peuple québécois pour tenter de le noyer par la suite,dans une vague d’immigration  anglophone et musulmane.

Je vous présente aujourd’hui ,la méthode archaïque mais très performente utilisé par les pseudo-vainqueurs de la Deuxième Guerre Mondiale pour éliminer le peuple allemand de la surface de cette planète:

Zones peuplées par les germanophones en Europe centrale et orientale dans la première moitié du xxe siècle.

 

 

 

En 1914, 2.416.290 civils allemands vivaient en Russie. Au début de la Première Guerre mondiale, une vague d’hostilité a commencé, surtout après l’adoption des lois de liquidation en 1915.

Après la révolution bolchevique du 25 octobre 1917, les Allemands de souche de l’ancien empire tsariste ont été soumis à une campagne organisée de terreur: viols, noyades, tortures, incendies, mutilations, fusillades de masse et extermination.

Entre 1930 et 1937, les Allemands russes ont perdu un autre quart de leur population par meurtre, famine ou déportation. En 1941, Moscou a annoncé «l’évacuation» massive d’environ 440 000 agriculteurs allemands de la Volga vers les régions reculées de la Sibérie. La République allemande de la Volga a été dissoute et toute la population allemande a été déportée en Sibérie dans les camps de l’armée Trud, mais les plans génocidaires de Staline ont été presque applaudis dans le New York Times.

Avant la Seconde Guerre mondiale, environ 1,5 million de «Souabes du Danube» vivaient en Hongrie, en Roumanie et en Yougoslavie. Le résultat des morts de guerre, des expulsions, des meurtres, des décès dans les camps de travail et de l’émigration a entraîné une réduction des deux tiers de ce nombre. Sur plus d’un million de réfugiés qui se sont rendus en Allemagne et en Autriche, environ 250 000 ont émigré plus tard vers d’autres pays, notamment les États-Unis, le Canada, l’Australie, la France et les pays d’Amérique du Sud.

Réfugiés de Haute-Silésie, janvier 1945

Après la Seconde Guerre mondiale, l’importante population de souche allemande a été assassinée et expulsée lorsque, une fois rétabli à la direction par les Alliés, les programmes de «re-slovaque» de Benes ont commencé en 1945. Benes avait commencé à publier des décrets meurtriers depuis son exil sur la Tchécoslovaquie d’après-guerre dès Le 28 mars 1946, le Parlement tchèque provisoire a donné sa bénédiction post-facto à ces décrets où tous les civils allemands étaient présumés collectivement coupables et déchus de leur citoyenneté, leurs biens volés. Ils comprenaient la persécution et l’oppression les plus inhumaines et barbares des minorités humainement imaginables: déportations, expulsions, internements, verdicts des tribunaux kangourous, confiscation de biens et utilisation de camps de travaux forcés. Plus de trois millions et demi d’Allemands des Sudètes ont été brutalement expulsés de leurs maisons. Benes et ses cohortes,

Pratiquement tous les demi-millions d’Allemands en Yougoslavie ont fui, ont été assassinés ou expulsés en 1945, et des milliers ont été envoyés dans des camps d’esclaves. La violence contre les Allemands était probablement plus impitoyable que dans tout autre pays. Des villages entiers ont été incendiés et les Allemands massacrés. Il y avait 8 camps de la mort séparés où le génocide contre des civils allemands a eu lieu.

Le Traité de Versailles à la fin de la Première Guerre mondiale avait déjà préparé le terrain pour des violences qui ont gravement touché les communautés minoritaires allemandes d’Europe de l’Est. Même avant la fin de la Première Guerre mondiale, les nationalités en Autriche-Hongrie étaient avides d’indépendance et la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis ont commencé à investir et à inciter. Avec la victoire alliée, l’Europe de l’Est a été découpée dans le but principal de détruire toute prospérité et croissance allemandes futures et d’empêcher l’Allemagne / l’Autriche de redevenir trop puissante.

Allemands expulsés du nord-ouest  de l’Allemagne en 1948

 

Les réfugiés allemands, 1946
Expulsés allemands à la gare de marchandises de Berlin-Pankow, 1946

 

Cette «réinstallation» de plus de 1,5 million de personnes pendant et après la Seconde Guerre mondiale équivaut au meurtre des Allemands de souche. De plus, l’Accord de Potsdam de 1945 autorisait chaque puissance d’occupation à rapatrier «ses propres citoyens» dans son pays. Cela a conduit à l’esclavage et au massacre massif par l’Armée rouge contre les Allemands de souche rapatriés de force de Russie qui avaient auparavant fui vers les régions allemandes pour se protéger. En 1949, plus d’un million d’Allemands de souche avaient péri en Russie.

Le dictateur communiste Staline et Khrouhtchev …durant un défilé militaire après la Deuxième Guerre Mondiale.

Khrouchtchev lui-même a admis plus tard que la famine de 1933 était «un acte de meurtre» de la part du gouvernement, et même en 1990, le Comité central du Parti communiste d’Ukraine a avoué que la famine avait été délibérément créée.

Les religieux allemands de la Volga ont été sévèrement persécutés. En 1918, il y avait à peine 1 621 000 Allemands vivants en Russie et en 1919, leurs pasteurs étaient envoyés dans des camps d’esclaves. Les réquisitions de 1917-1921 ont menacé l’existence des villages ukraino-allemands. À Kandel, Großliebental, Franzfeld, Josephtal et Landua, des centaines de personnes sont mortes de faim causée par la famine provoquée par l’homme et conçue par les bolcheviks pour les exterminer. Entre 1921 et 1923, la famine orchestrée a créé une grande émigration et la population allemande a diminué d’un autre quart. Au cours de cette famine massive, environ 10 000 enfants allemands de la Volga ont été enlevés de force à leurs parents avec des promesses de nourriture alors qu’en réalité ils ont été enlevés et envoyés à la mort. 350 000 Allemands en Russie et en Ukraine ont péri dans la prochaine famine arrangée de 1932-1933.

Entre 1945 et 1950, 11 730 000 à 15 000 000 Allemands ont fui et ont été expulsés de ces territoires orientaux de l’Allemagne, de la Tchécoslovaquie et d’autres pays d’Europe orientale; plus précisément, plus de 6,9 ​​millions des territoires orientaux de l’Allemagne, plus de 2,9 millions d’Allemands de la Tchécoslovaquie et plus de 1,8 à 4 millions d’autres parties de l’Europe de l’Est. Et en plus de l’expulsion forcée de ces 11,7 millions de personnes, 3,1 millions supplémentaires sont mortes ou «ont disparu» au cours du processus d’expulsion / liquidation. Il existe des charniers dans diverses régions qui, encore aujourd’hui, ne reçoivent aucune publicité. À l’été 1945, 20000 personnes faibles, confuses, affamées et sans-abri moururent chaque jour en Allemagne, et un an plus tard, au plus fort des expulsions en juillet 1946, 14 400 personnes par jour étaient encore déversées sur la frontière dévastée et affamée dans une Allemagne qui avait été réduite à une taille plus petite qu’elle ne l’était au 11e siècle. En URSS, plus de 75% des esclaves civils allemands travaillaient dans le secteur minier ukrainien et 11% dans l’Oural. En 1946, sur les «internés arrêtés» allemands, 39% sont morts et sur 875 000 civils allemands supplémentaires enlevés et transportés vers les camps, près de 50% ont péri.

L’évacuation des Allemands de Bessarabie en août 1940, conformément au pacte Hitler-Staline, après l’annexion de la Bessarabie par l’URSS.

 

En Slovaquie, les principales colonies allemandes étaient la région de Zips et la ville de Preßburg. En 1910, les Slovaques ne représentaient que 14,8% de sa population et Preßburg avait une ancienne histoire germanique et magyare et a été construit et rendu prospère au cours des siècles en grande partie par les Autrichiens. Commerçants et universitaires hongrois et allemands. Du jour au lendemain, il devint « Bratislava », un nom suggéré par Woodrow Wilson lui-même en mars 1919 après que l’Allemagne et l’Autriche aient perdu la Première Guerre mondiale. Alors que la « Slovaquie » devint semi-indépendante en 1919, les 180 000 Allemands des Carpates devinrent des citoyens de seconde zone du jour au lendemain, mais ils avaient au moins quelques droits minoritaires. Même les écoles allemandes ont été autorisées à rouvrir. En 1930, même après avoir tenté de «réapprovisionner» artificiellement la région en Slovaques, il y avait encore une population allemande de 31 000 habitants à Pressburg même et de 19 000 dans les environs. Le recensement tchécoslovaque de 1930 citait 154 821 Allemands de souche en Slovaquie. La plupart étaient alors des citoyens tchécoslovaques.

Quelques-uns sont restés, malgré tous les obstacles, et d’autres sont revenus après avoir été libérés de Sibérie. La relation entre la minorité d’Allemands survivants et de Slovaques s’est légèrement améliorée depuis. Certains Allemands des Carpates ont même récupéré 20% de leurs biens confisqués. La majorité, cependant, s’est réinstallée en Allemagne après la chute de l’Union soviétique.

Les civils allemands expulsés ont été internés dans des camps de concentration où beaucoup ont été assassinés par la famine intentionnelle et une maladie ignorée et incontrôlée. Le décret Benes n ° 115 du 8 mai 1946, toujours en vigueur, a déclaré que tous les actes contre les Allemands, jusqu’au viol et au meurtre d’enfants, étaient des «actes de représailles justifiés» qui ne pouvaient pas être poursuivis.

Les Allemands locaux des Carpates ont fui ou ont été tués dans des camps de la mort tels que Svaljava. Quelques 700 civils en  résidence ont été emmenés pour le travail d’esclave en Sibérie, les derniers n’ayant été libérés qu’en 1969. À la fin de 1946, après «évacuation», environ 24 000 Allemands de souche restaient encore en Slovaquie. Bien que la plupart des violences contre les civils allemands aient pris fin à la fin des années 40, la discrimination a abouti à l’assimilation.

Dans les régions d’Allemagne prises pour la Pologne en 1945, toute la population allemande de souche a été soit assassinée, expulsée, soit soumise à de sévères représailles à la fin de la guerre. Comme en Prusse orientale, dans toute la Poméranie, de Dantzig à Stettin en passant par Elbing et toutes les anciennes villes baltes allemandes, les bombardements catastrophiques alliés ont été suivis par la Terreur rouge. Les quelques Allemands survivants dans ces régions furent placés devant de violents comités de «vérification» dirigés par les communistes qui décidèrent de leur sort. Leur langue et leurs droits civils ont été immédiatement suspendus et de nombreux innocents ont subi des châtiments horribles. Des milliers sont morts en fuyant. Outre les camps polonais, au début de 1945, on estimait qu’environ 165 000 Allemands avaient été déportés vers l’Union soviétique à partir des territoires allemands annexés de facto par la Pologne.

Les Allemands de Silésie, dont certains avaient des racines dans ces régions remontant à des siècles, et qui avant la Seconde Guerre mondiale s’élevaient à environ 4 millions, ont été collectivement étiquetés partisans allemands et ont fui ou ont été assassinés, mis dans des camps, envoyés aux Goulags ou expulsés. Les Allemands ont été contraints de présenter des excuses publiques pour leur «culpabilité collective» lors de rassemblements sociaux et gouvernementaux. D’autres ont été envoyés dans des camps dans des conditions insupportables. Sur 8 064 Allemands du Camp Lamsdorf en Haute-Silésie, 6 488, dont des centaines d’enfants, sont morts de faim, de maladie, de travaux forcés et de mauvais traitements physiques, y compris la torture. Cela s’est répété par milliers. On estime que 90 000 civils sont morts lors de leur fuite de Breslau alors que l’Armée rouge envahissait la ville. Ceux qui ont été arrêtés ont été assassinés, envoyés au Goulag ou placés dans des camps de concentration.

La première et la deuxième «Yougoslavie» furent la création des dirigeants français, britanniques et américains victorieux en 1919 à Versailles. Dans le premier État yougoslave de 1919-1941, environ un demi-million d’Allemands de souche vivaient parmi 14 millions de personnes. Après l’éclatement de la Yougoslavie en avril 1941, environ 200 000 Allemands de souche devinrent citoyens du nouvel État de Croatie, tandis que la plupart des quelque 300 000 Allemands de souche restants dans d’autres régions relevaient de la juridiction de la Hongrie.

À la fin de la guerre en mai 1945, les autorités allemandes avaient évacué 220 000 Allemands de souche yougoslave vers l’Allemagne et l’Autriche. Les quelque 200 000 Allemands de souche laissés dans leur patrie ancestrale sont devenus les captifs des communistes. Après Noël 1944, entre 27 000 et 30 000 Allemands de souche (âgés de 18 à 40 ans) ont été envoyés en URSS depuis la Yougoslavie, les hommes constituant 90% du groupe. La plupart ont été envoyés dans des camps de travail dans le Donbass où 16% d’entre eux sont morts. Quelque 63 635 civils allemands de souche yougoslave ont péri sous le règne de terreur brutal yougoslave entre 1945 et 1950, la plupart à la suite de travaux forcés, de purges ethniques ou de maladies et de malnutrition sévère.

Les communistes yougoslaves ont confisqué ce qui se traduirait aujourd’hui par douze milliards de dollars de propriétés allemandes (97 490 fermes, magasins, usines) et un million d’acres de terres allemandes.

Parmi les Allemands de souche danubienne qui ont servi dans l’armée allemande (beaucoup n’avaient pas le choix), plus de la moitié ont péri après la fin de la guerre dans les camps yougoslaves, y compris environ 150000 des soldats qui s’étaient rendus aux autorités militaires britanniques lors de l’armistice du 8 mai 1945 et ont été livrés aux partisans communistes yougoslaves! Plus de 7 000 soldats allemands capturés sont morts dans des «marches d’expiation» de 800 milles commandées par les communistes depuis la frontière sud de l’Autriche jusqu’à la frontière nord de la Grèce et de nombreux soldats allemands en captivité à la fin de l’été 1945 ont été jetés vivants dans de grandes fosses et exécutés. Enfin, dans les dix années qui suivirent 1945, 50 000 autres périrent de malnutrition et d’épuisement, travaillèrent à mort comme esclaves de la Yougoslavie.

 

Le territoire des Sudètes

À la fin de la Grande Guerre, l’Autriche-Hongrie a été dissoute, les limites finales révisées de la Hongrie ont été formées en juin 1920. La Tchécoslovaquie est devenue un nouveau pays découpé dans l’ancien territoire hongrois et dans les zones historiques allemandes des Sudètes, où la colonisation allemande avait commencé avant le 13ème siècle. La nouvelle Yougoslavie a gagné des terres dans le sud de la Hongrie, y compris une bande du Banat occidental. La Roumanie a déclaré l’unité avec une partie du Banat et de la Transylvanie. Le démembrement du Royaume hongrois vieux de 1 000 ans a fait perdre à la Hongrie 71,5% de son territoire et 63,6% de sa population lors du « Traité de paix » de Trianon en 1920. En vertu de ce traité, trois millions et demi de Hongrois ont été forcés, sans droit à l’autodétermination, de vivre avec des Serbes, Croates, Slovènes et Roumains dans certaines régions et dans la nouvelle Tchécoslovaquie.

Tous ont hérité d’un grand nombre d’Allemands de souche. Des millions d’Allemands qui ont pu partir. Les villageois souabes dont les familles vivaient en Hongrie depuis 200 ans se sont soudainement retrouvés dans trois pays différents. Entre les guerres, le mode de vie des Allemands ruraux est resté quelque peu normal, mais cela a radicalement changé après la Seconde Guerre mondiale.

La Hongrie et la Roumanie se sont d’abord rangées du côté de l’Allemagne, puis ont changé de camp. Des milliers d’Allemands se sont échappés immédiatement dans des convois tirés par des chevaux alors que les Soviétiques prenaient le contrôle de ces pays. En Hongrie, les terres appartenant aux Allemands ont été immédiatement saisies par le gouvernement et les Allemands «non magyarisés» ont été exécutés ou expulsés comme traîtres. Les expulsions ont eu lieu en 1946 et 170 000 Allemands ont été envoyés dans la zone américaine de l’Allemagne de l’Ouest et des milliers  sont portés disparus depuis lors.

La Tchécoslovaquie, bien qu’elle ait promis de garantir les droits des minorités nationales sous la protection de la Société des Nations en 1918, ne l’a jamais fait au cours de ses vingt premières années. Au lieu de cela, des millions d’Allemands et de Hongrois de souche ont été victimes, harcelés, outrageusement taxés et privés de leurs droits civils. Les terres allemandes et hongroises ont été confisquées par le gouvernement tchèque sans compensation et réparties entre les colons tchèques et slovaques et les recensements ont été truqués pour assurer une majorité. L’intolérance tchèque sous cette première « République » tchécoslovaque avait fait de la vie une misère infernale pour ses minorités et ces conflits astucieusement créés ont conduit directement à la Seconde Guerre mondiale

La deuxième « République » tchécoslovaque, construite artificiellement, a été encouragée par l’assistance et l’approbation étrangères qu’elle a reçues malgré les décrets mégalomane et xénophobe de Benes qui ont substitué à la coexistence autrefois harmonieuse des peuples tchèque, allemand, slovaque et hongrois la brutalité, le déni des droits fondamentaux de l’homme , vol et meurtre.

Les premiers Allemands de Transylvanie, les « Sasi », étaient venus en Roumanie au XIIe siècle. En janvier 1945, 100 000 Allemands de souche (femmes âgées de 18 à 30 ans et hommes âgés de 17 à 45 ans) ont été envoyés en esclavage en Union soviétique depuis la Roumanie. 10% sont morts dans les camps ou dans les transports. Sur 298 000 Allemands de souche à Siebenbuergen en 1941, 50 000 ont tout simplement disparu. En 1945, 30 000 personnes ont été envoyées aux travaux forcés en Ukraine et dans d’autres régions. Les civils allemands restants ont été dépouillés de toutes les usines, machines, entreprises, banques, fermes, champs, forêts, vignobles et propriétés. Ils ont été victimes de discrimination, violemment réprimés, privés du droit de vote et privés de leurs biens, églises et droits de vote.

L’ordonnance secrète 7161 (décembre 1944) du Comité de défense de l’État de l’URSS a rendu possible l’internement de tous les Allemands adultes de Roumanie, de Yougoslavie, de Hongrie, de Tchécoslovaquie et de Bulgarie. Mis à part l’expulsion et le nettoyage ethnique sans précédent de millions de Prussiens, dont 3 millions sont morts dans le processus, entre 1944 et 1947, tous les autres Allemands de souche d’Europe de l’Est ont été expulsés. Avec le début de la guerre entre l’Allemagne et l’Union soviétique, au moins 900 000 Allemands de souche ont été expulsés de la République allemande autonome de la Volga et d’autres régions de l’Union soviétique. La Sibérie, l’Oural et le Kazakhstan étaient les zones d’expulsion. En outre, environ 300 000 réfugiés ont été « rapatriés » de force après la guerre.

Plus de 500 000 civils allemands des régions de l’Oder-Neiße (Silésie, Haute-Silésie, Poméranie orientale, Brandebourg oriental, Prusse orientale et occidentale) et Pologne, quelque 10 000 du centre de l’Allemagne, 30 000 Allemands des Sudètes et 16 000 civils du sud-est L’Europe a perdu ses maisons et a été expulsée pour travaux forcés en URSS dès 1944. Environ 10 pour cent des victimes sont mortes pendant le transport vers la Russie des suites d’homicides, de faim et de froid. Près de la moitié des soi-disant déplacés rapatriés sont morts dans les camps, l’un des pires étant le camp de Kolyma.

Les camps de travail pour Allemands n’existaient pas seulement en Union soviétique, mais dans presque toutes les régions d’où les Allemands étaient déplacés. Les derniers n’ont été fermés qu’en 1950. En Pologne, en Tchécoslovaquie et en Yougoslavie, il y avait des camps de la mort. 2 061 camps existaient en Tchécoslovaquie. Dans le camp de Mährisch-Ostrau, environ 350 personnes ont été torturées à mort au début de juillet 1945. En Pologne et dans les régions sous administration polonaise, il y avait 1 255 camps. 6 048 personnes sur environ 8 000 sont mortes dans le seul camp de Lamsdorf (Haute-Silésie). Pour la zone yougoslave, la Croix-Rouge a trouvé 1 562 camps et prisons. En mai 1945, pratiquement tous les Allemands yougoslaves vivaient et mouraient dans des camps.

La plupart des pays qui avaient autrefois une présence ethnique allemande substantielle ne le font plus. Que ce soit à cause de guerres, de bouleversements gouvernementaux, de délocalisations ou de meurtres, des villes et des régions entièrement d’origine ethnique allemande ont disparu.

Au cours des derniers mois de la Seconde Guerre mondiale, en particulier après la fondation de la deuxième Yougoslavie, la vie des Allemands de souche sous l’État communiste de Josip Broz Tito est devenue périlleuse et la majorité d’entre eux ont été forcés de fuir. Tito, qui a régné de 1945 à 1980, a procédé à un «nettoyage ethnique» et à des meurtres de masse avec la sanction des gouvernements britannique et américain. L’un de ses premiers actes a été un décret transférant les «biens ennemis» dans la propriété de l’État, confisquant ainsi tous les biens des Allemands de souche sans compensation, et déclarant ceux d’origine allemande comme «ennemis du peuple» sans droits civils. Ensuite, leur citoyenneté yougoslave a été annulée.

Si les expulsions en Europe de l’Est sont plus connues, il y a eu d’autres cas de nettoyage ethnique, bien qu’à une échelle beaucoup plus petite. Après la fin de la guerre, par exemple, les Néerlandais ont décidé d’expulser 25 000 Allemands vivant aux Pays-Bas, les qualifiant de «sujets hostiles». À partir du 10 septembre 1946 à Amsterdam, les Allemands et leurs familles ont été emmenés de chez eux au milieu de la nuit et ont reçu une heure pour récupérer 50 kg de bagages. Ils ont été autorisés à emmener 100 florins avec eux, mais leurs autres biens sont allés à l’État néerlandais. Ils ont été emmenés dans des camps d’internement près de la frontière allemande, dont le plus grand était Mariënbosch près de Nimègue. Au total, environ 3 691 Allemands ont été expulsés. L’opération a pris fin en 1948. Les Allemands n’étaient plus considérés comme des ennemis de l’État après juillet 1951.

retraite de la wehrmacht, de la Hongrie, Mars 1945

 

 

 

L’évacuation des civils et des troupes allemandes de Courlande, octobre 1944

 

 

 

 

 

Réécrire l’histoire:L’holocauste et le génocide des musulmans imposés par les États-Unis après le 11 septembre

Le scientifique australien et expert en holocauste / génocide Gideon Polya discute de son nouveau livre brillant et important, US-Imposed Post-9/11 Muslim Holocaust & Muslim Genocide. Il y définit les termes holocauste et génocide, esquisse le contexte historique et expose sans relâche le meurtre mené par les États-Unis de 27 millions de musulmans dans les guerres du 11 septembre, ainsi que des millions d’autres dans des événements connexes (la guerre contre l’Iran depuis 1978, le Irak depuis 1990, sur la Somalie depuis 1992, sur la Palestine depuis 1916, etc.).

Mon introduction, qui sera certainement controversée, commence ainsi:

«Le champ académique des études sur l’Holocauste, comme le champ fictif des études hitlériennes dans le roman de Dan DeLillo, White Noise, a un objectif absurdement étroit. Si vous recherchez des articles sur les études sur l’Holocauste sur Google Scholar ou Academia.edu, vous trouverez plusieurs dizaines de milliers d’articles, presque tous traitant de questions liées aux crimes dirigés par les Allemands contre les Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. En effet, le terme même Holocauste, dont le sens originel était « offrande brûlée », a été quasiment une marque déposée par des juifs sionistes qui s’opposent fermement à ce qu’il soit utilisé pour décrire tout autre épisode historique de meurtre de masse, sauf un: le prétendument pré-planifié, l’extermination bureaucratique ordonnée et délibérée de six millions de Juifs européens, principalement dans des chambres à gaz, entre 1942 et 1945 [1]. Le H majuscule de l’Holocauste fonctionne comme une sorte de marque déposée cachée, suggérant que cet épisode particulier ne ressemble à aucun autre… »(Et il devient même plus controversé à partir de là…)

Ma conclusion:

«Le travail de Polya sur la mortalité évitable et les holocaustes cachés nous oblige à faire face à la question: est-ce que nous, les humains, arrêterons jamais de sacrifier des boucs émissaires sacrifier l’Autre? Arriverons-nous jamais à devenir les gardiens de nos frères et sœurs?»

Source : Gideon Polya on “US-Imposed Post-9/11 Muslim Holocaust & Muslim Genocide”

Truth Jihad / Kevin Barrett • June 15, 2020

———————————————–

L’holocauste indien et le génocide des Musulmans par les États-Unis et l’Angleterre

Un exemple parmi des milliers d’autres : l’administration coloniale anglaise réprima très violemment l’insurrection au Kenya au début des années 50, entraînant la mort de dizaines de milliers de Kenyans. Des milliers d’autres ont été emprisonnés dans des camps et soumis à des violences extrêmes dont les preuves sont consignées dans les dossiers du Foreign Office : exécutions arbitraires, torture, abus sexuels, castrations, travaux forcés, privations de toutes sortes…

Charles Dickens

Mais ce qu’on oubliera de dire, pendant les célébrations, c’est qu’en réalité Charles Dickens, comme beaucoup de ses contemporains britanniques, était un raciste génocidaire [2]. Voilà ce qu’il a écrit à Emile de la Rue, le 23 octobre 1857 à propos de la soi-disant mutinerie indienne de 1857 : « Je voudrais être Commandant en Chef là-bas |[Inde] ! Voilà ce que je dirais à ces orientaux à qui il faut parler fermement (ce texte devrait d’ailleurs être énergiquement traduit dans tous les dialectes locaux), « Moi l’Inimitable, qui exerce une fonction dont je crois profondément qu’elle m’a été donnée par Dieu et non par Satan, j’ai l’honneur de vous informer, vous peuple indien, qu’il est de mon intention de procéder, en évitant autant que possible les cruautés inutiles et en opérant par miséricorde avec la plus grande célérité, à l’éradication de votre Race de la surface du globe car votre Race a défiguré la terre par des atrocités abominables [2000 Anglais ont été tués pendant la guerre d’indépendance de 1857 ou Mutinerie indienne de 1857] (voir Grace Moore (2004), « Dickens and the Empire. Discourses of class, race, and colonialism in the works of Charles Dickens » (Ashgate Publishing, Aldershot, UK) :  amazon.com).

Dickens n’était pas le seul de son espèce et le pouvoir britannique a agi avec une brutalité sans pareil. L’historien indien, Amaresh Misra, affirme dans son ouvrage « Guerre des civilisations : L’Inde en 1857 », que les Britanniques ont tué 10 millions d’Indiens en représailles pour les 2000 Anglais tués pendant la rébellion de 1857 (la soi-disant mutinerie indienne). Je cite : « Ce fut un holocauste, au cours duquel des millions de personnes disparurent. Ce fut un holocauste nécessaire aux yeux des Britanniques, parce qu’ils pensaient que le meilleur moyen d’avoir le dessus était d’exterminer toute la population des villes et des villages. Ce fut simple et sans merci. Les Indiens qui se trouvaient sur leur route étaient tués. Mais l’ampleur du massacre a été tenue secrète ». Mais pour les écrivains anglais, qui persistent à nier cet holocauste, environ 100 000 Indiens ont été tués. (voir l’article de Randeep Ramesh du Guardian du 24 août 2007 intitulé « India ‘s secret history : « a holocaust, one where millions disappeared… » sous-titré « Un auteur affirme que les représailles britanniques ont fait 10 millions de morts en Inde sur une période de 10 ans » :  guardian.co.uk)

L’holocauste indien perpétré par les Britanniques ne s’est pas limité à la décennie qui a suivi la rébellion de 1857. On estime que les morts indiennes dues aux privations subies pendant les deux siècles d’occupation britannique s’élèvent à 1,8 milliard et le carnage s’est terminé par l’holocauste Bengalais de 1942-1945 au cours duquel les Britanniques avec le concours des Australiens ont délibérément laissé mourir de faim 6 ou 7 millions d’Indiens (voir mon livre « Jane Australian and the Black Hole of British History » :  janeaustenand.blogspot.com.au) et la Partition de 1947 pendant laquelle un million d’Indiens sont morts et 18 millions se sont enfuis pour échapper aux meurtres de masse (voir mon livre « Body Count. Global avoidable mortality since 1950 » :  globalbodycount.blogspot.com.au).

Et pourtant l’histoire de l’Angleterre a été expurgée de l’holocauste indien de 1757-1947 et de l’holocauste bengalais de 1942-1945. Ainsi par exemple on ne trouve aucune mention de ces épouvantables atrocités dans les ouvrages et reportages historiques actuels comme « The Story of India de Michael Wood (BBC, 2007), A History of the English-speaking Peoples Since 1900 » de Andrew Roberts (Harper, 2006), « A History of Britain » de Simon Schama (BBC, 2002), « A Short History of the World » de Geoffrey Blainey (Viking, 2000), « A Very Short History of the World » de Geoffrey Blainey (Viking 2004) et « A Short History of the 20th Century » de Geoffrey Blainey (Penguin, 2005).

Un siècle et demi après la rébellion indienne de 1857, l’holocauste indien, et 70 ans après l’holocauste bengalais de la seconde guerre mondiale, la commission anglaise de l’holocauste, et la négation de l’holocauste*et la commission sur le génocide et la négation du génocide font pâle figure à côté de la guerre des Etats-Unis et de ses alliés contre les Musulmans, les Asiatiques et les Africains qui s’est concrétisée par la mort de 12 millions de Musulmans, morts de mort violente ou par suite des privations de guerre (0,2 millions de Palestiniens depuis 1990, 4,6 millions d’Irakiens de 1990 à 2012, 2,2 de Somaliens de 1992 à 2012, 5 millions d’Afghans de 2001 à 2012, et 50 000 Libyens en 20011-2012).

Voici ci-dessous l’horrible vérité concernant les holocaustes et génocides de Musulmans perpétrés par les Anglo-Américains et niés par eux ((voir :  sites.google.com) :

HOLOCAUSTE PALESTINIEN, GÉNOCIDE PALESTINIEN
Pour les Palestiniens dans leur totalité : 0,1 million de morts violentes et 1,9 million de morts évitables liées à l’occupation et à la privation entre 1936 et 2011 ; 0,75 million d’enfants de moins de 5 ans morts (1950-2012). En Palestine Occupée : 0,3 million de morts violentes et non violentes liées à l’invasion entre 1967 et 2011 ; 0,2 million d’enfants de moins de 5 ans morts après l’invasion, de 1967 à 2011 : 75% de ces morts auraient pu être évitées et constituent des crimes de guerre de l’état d’apartheid israélien soutenu par l’Alliance Atlantique en violation flagrante de la Convention de Genève et de la Convention de l’ONU sur le génocide) ; et 7 millions de réfugiés (voir « Palestinian Genocide » :  sites.google.com).
HOLOCAUSTE AFGHAN, GÉNOCIDE AFGHAN :
En octobre 2011 on comptabilisait 5,6 millions de morts dus à la guerre entre 2001 et 2011 ; 1,4 millions de morts violentes après l’invasion ; 4,2 millions de morts non-violentes évitables dues aux privations ; 2,9 millions d’enfants de moins de cinq ans morts après l’invasion (90% de ces morts auraient pu être évitées et constituent des crimes de guerre de l’Alliance Atlantique en violation flagrante de la Convention de Genève et de la Convention de l’ONU sur le génocide) ; 3,4 millions de réfugiés plus 2,5 millions de réfugiés pashtouns du Pakistan (voir « Afghan Holocaust, Afghan Genocide » :  sites.google.com).
HOLOCAUSTE IRAKIEN, GÉNOCIDE IRAKIEN :
Pour la période 2003- 2011, 2,7 millions de morts dus à l’invasion, 1,5 de morts violentes, 1,2 de morts non violentes dues aux privations de guerre, 0,8 million d’enfants de moins de 5 ans morts après l’invasion, 5 à 6 millions de réfugiés. Pour la période 1990-2003, 0,2 million de morts violentes, 1,7 million de morts non-violentes dues aux privations de guerre, 1,2 d’enfants de moins de 5 ans morts. Pour la période 1990-2011, 4,6 millions de morts dus à la guerre, 1,7 million de morts violentes, 2,9 millions de morts dus aux privations, 2 millions d’enfants de moins de 5 ans morts (90% de ces morts auraient pu être évitées et constituent des crimes de guerre des Etats-Unis et de leurs alliés en violation flagrante de la Convention de Genève et de la Convention de l’ONU sur le génocide) (voir Iraqi Holocaust, Iraqi Genocide » :  sites.google.com).
HOLOCAUSTE SOMALIEN, GÉNOCIDE SOMALIEN
Dans la période 1992-2011 (qui a vu se succéder l’invasion de l’Ethiopie et plus récemment celle du Kenya par les Etats-Unis) 0,4 millions de morts violentes, 1,8 million de morts évitables dues aux privations de guerre, 1,3 millions d’enfants de moins de 5 ans morts (90% de ces morts auraient pu être évitées et constituent des crimes de guerre des Etats-Unis et de leurs alliés en violation flagrante de la Convention de Genève et de la Convention de l’ONU sur le génocide), et 2 millions de réfugiés.
HOLOCAUSTE LIBYEN, GÉNOCIDE LIBYEN
à partir de 2011 : Avant l’invasion du pays par la France, les Etats-Unis et l’Angleterre (FUKUS)**, le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans était seulement de 19 pour 1000 naissances en Libye (8 aux Etats-Unis) ; les rebelles soutenus par la coalition FUKUS ont déjà tué au moins 50 000 Libyens et en ont blessé 50 000 autres ; les rebelles soutenus par FUKUS se livrent au nettoyage ethnique des « Libyens noirs » ; Tawerga, où vivaient 10000 libyens en majorité noirs a été détruite et a fait l’objet d’un complet nettoyage ethnique ; 1 million de réfugiés noirs du Sub-Sahara se sont enfuis ; il y a environ 1,1 million de réfugiés en tout ; l’holocauste libyen et le génocide libyen ne font que commencer.
LES MORTS DUES AUX GÉNOCIDES DANS LE MONDE
Les atrocités détaillées ci-dessus font paraître dérisoire le nombre de morts causés par les guerres de la période précédente (1950 à 2005) contre le monde musulman en grande partie post-colonial et qui se montaient à 0,6 million ((voir mon livre « Body Count. Global voidable mortality since 1950 », G.M. Polya, Melbourne, 2007, et « Global avoidable mortality » :  globalavoidablemortality.blogspot.com).

 

Les derniers chiffres indiquent que, depuis 2001 à ce jour, pas moins de 27 millions de musulmans ont été tués au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Les assassins (principalement les États-Unis, GB, France, Israël)  justifient leur agression mortelle par la « guerre contre le terrorisme », par l’imposition de la démocratie à coup de missiles, de drones et de bombes (Assad doit partir, Saddam gaze son peuple et dispose d’ADM, l’Iran veut développer la bombe atomique, etc.). Naturellement, pour ces « défenseurs de la démocratie », tuer 20 millions de musulmans dans leurs propres pays, qui n’ont ni attaqué ni menacé ces pays agresseurs, ne constitue ni un génocide, ni un holocauste.
Conclusion 
Cependant l’ampleur de ces atrocités est cachée au public, sans le moindre remord, par les médias dominants qui nient ces génocides. Les médias dominants anglo-américaino-sionistes, la commission académique et politique sur l’holocauste et la négation de l’holocauste ont de toute évidence adopté la répugnante attitude des multinationales qui se résume dans l’expression « aller de l’avant », ce qui permet à l’alliance Atlantique soutenue par les sionistes racistes d’ignorer les malheureuses victimes des atrocités décrites plus haut et de se préparer à « aller de l’avant » en Syrie (22 millions d’habitants) et en Iran (74 millions d’habitants) aussi.
Les gens honnêtes ne peuvent pas se contenter de prendre le trottoir d’en face. La paix est le seul moyen mais le silence tue et le silence est complice. Les gens honnêtes doivent a) informer tous ceux qu’ils peuvent sur les atrocités commises par les anglo-saxons et leurs alliés et b) sanctionner et boycotter dans la mesure du possible tous les politiciens, partis, pays et multinationales complices de l’Alliance de guerre étasunienne contre les Musulmans, les Arabes, les Asiatiques et les Africains.

* Dr Gideon Polya enseigne la science dans une importante université australienne depuis 40 ans. Il a publié 130 ouvrages en 50 ans de carrière scientifique.

Source : http://newsnet.fr/63795 18/02/2012

NOTES

1-Voir ce lien important: https://michelduchaine.com/2020/06/19/reecrire-lhistoire-dun-mensonge

 

2-Charles Dickens (1812-1870), un raciste génocidaire…

L’oeuvre de Charles Dickens comprend « Esquisse par Boz », « Le magasin d’antiquité », « Oliver Twist », « Nicholas Nickleby », « Barnaby Rudge », « Un chant de Noël »,  » Martin Chuzzlewit » », « Le conte de deux cités », « David Copperfield », « les grandes espérances », « La maison d’âpre-vent », « La petite Dorrit », « Les temps difficiles », « L’ami commun » et « les aventures de M. Pickwick ».

 

 

Afrique du Sud: Les réfugiés blancs que personne ne veut

En Afrique du Sud, les White Boers sont obligés de vivre dans des bidonvilles parce que l’ère post-Nelson Mandela n’est pas aussi «arc-en-ciel» que ce qui avait été promis.

 

Depuis plus d’une décennie, des lois ont été mises en place qui défavorisent délibérément les Blancs lorsqu’ils cherchent du travail. 400 000 Sud-Africains blancs vivent aujourd’hui dans la pauvreté, soit près d’un sur dix.

Les Sud-Africains blancs qui ont la chance de trouver du travail doivent craindre d’être violés, torturés et assassinés s’ils travaillent dans des fermes.


Les choses sont si mauvaises qu’un candidat à la présidence devait promettre «jamais un génocide blanc sous notre domination».

 

 

Ce camp est à Munsieville, près de Johannesburg. Il y a environ 80 camps supplémentaires remplis de Blancs marginalisés dans le pays.

Ils veulent partir, mais la plupart ne peuvent pas se le permettre et peu de pays sont disposés à en prendre plus d’une poignée. Vous n’entendrez pas parler de ces vrais réfugiés à la télévision parce qu’ils sont blancs.

 

Les médias ne documenteront pas le génocide de souffrances et d’assassinats à la ferme de Sud-Africains blancs, car cela ne correspond pas à leur histoire.

Les Blancs sont censés être les oppresseurs qui détiennent tout le pouvoir, et nous sommes méchants aussi parce que nous ne voulons pas que nos pays deviennent des pays «arc-en-ciel». . . comme la nation “arc-en-ciel” est censée être l’Afrique du Sud.

Nos propres gouvernements et classes dirigeantes tentent de créer «l’arc-en-ciel» en envoyant des millions de non-Blancs dans tous les pays à majorité blanche de la planète.

Ce n’est pas de la «diversité» si vous éliminez une race, c’est un génocide. C’est un génocide blanc parce que nous, Blancs, sommes les seuls à perdre nos pays.

 

 

 

 

 

Le président du Brésil,Jair Bolsonaro, menace de génocide les amazoniens autochtones

Manifestation récente à Brazilia de nombreuses tribues indigènes.

 

Parallèlement à son engagement de vendre leur « maison de forêt vierge » au secteur agroalimentaire et minier, Bolsonaro a déclaré ouvertement que « les minorités devront s’adapter … ou tout simplement disparaître ».

Membres contactés des Awá du Brésil, dont 100 seulement ne sont pas touchés par la civilisation

Le nouveau président du Brésil, Jair Bolsonaro, a fait campagne pour un plan visant  à vendre d’importantes parties de la forêt amazonienne à l’agroalimentaire, l’industrie minière. et l’hydroélectricité.

« Les minorités doivent s’adapter à la majorité, ou tout simplement disparaître », a-t-il  déclaré au cours de la campagne électorale , ajoutant que, sous son gouvernement, « pas un centimètre carré » du Brésil ne serait réservé aux peuples autochtones du pays.

Treize pour cent des terres brésiliennes sont des territoires autochtones protégés dans la forêt amazonienne,  où se réfugient la plupart des dernières tribus isolées du monde . Bolsonaro a déclaré qu’il voulait mettre toutes ces terres aux enchères.

Depuis son élection le 28 octobre, il a annoncé la fusion des ministères de l’Agriculture et de l’Environnement – ce dernier étant censé réglementer les premiers – dans un nouveau « super ministère » chargé de superviser son plan.

Le nouveau ministère sera dirigé par des politiciens du «caucus de la viande de boeuf». Un groupe de législateurs qui se sont toujours opposés à la conservation des terres autochtones, ont soutenu l’expansion de l’agriculture et tenté d’assouplir les lois sur le travail forcé.

Nous avons besoin de toute la forêt possible pour capter le carbone de l’atmosphère

C’est non seulement une atteinte grave aux droits humains des peuples autochtones du Brésil, mais également à leur capacité de continuer à jouer le rôle de  meilleurs défenseurs des forêts du monde »,  écrit  Becca Warner, journaliste spécialisée dans l’écologisme chez  The Ecologist .

«Nous avons besoin de toute la forêt possible pour capter le carbone de l’atmosphère et le garder sous clé», dit-elle. « En fait, les scientifiques s’accordent à dire qu’il est tout aussi urgent demettre  fin à la déforestation que de réduire les émissions . »

Bolsonaro ne devrait avoir aucune difficulté à faire avancer son ordre du jour devant le Congrès, car il est actuellement dominé par une alliance politique à trois ailes connue sous le nom de  Bancadas do Boi, do Bíblia e da Bala.

En anglais, il s’agit des représentants politiques de «Beef» (élevage et agro-industrie), de la «Bible» (conservateurs religieux) et de «Bullet» (l’armée).

Les peuples autochtones et leurs partisans affirment que la nouvelle pression en faveur de l’ouverture des terres forestières protégées à l’agriculture et à l’exploitation minière a  des implications génocidaires évidentes .

Plus de 20 militants des droits à la terre  ont été tués au Brésil jusqu’à présent cette année, la plupart des décès étant liés à des conflits liés à l’exploitation forestière et à l’agroalimentaire.

Cinquante militants des droits fonciers ont été tués au Brésil l’année dernière pour avoir tenté de protéger les forêts de l’exploitation forestière illégale et de l’expansion des ranchs de bétail et des plantations de soja, selon  Global Witness .

Source: Retour à maintenant

Hormis cette tribu, répartie en quatre villages, il resterait une centaine de membres de ce peuple dans les profondeurs de la jungle et coupés de tout …

 

La forêt amazonienne est la forêt tropicale la plus vaste au monde. C’est encore aujourd’hui 8 millions de km², soit : 2/3 des forêts tropicales mondiales.
Le conseil pré-synodal se réunit ces mardi et mercredi au Vatican en préparation à la grande assemblée du mois d’octobre.

 

« Probablement, les peuples autochtones amazoniens n’ont jamais été autant menacés sur leurs territoires », a estimé le pape François lors du pré-synode sur l’Amazonie,en 2018.

 

Unissons-nous contre le monstre  Bolsonaro!

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial:L’ONU garde le silence sur les persécutions contre les chrétiens par les terroristes islamistes

  • « Deux jeunes hommes masqués sont entrés dans la pharmacie et ont traîné mon père à l’extérieur. Ils lui ont dit de se mettre à genoux dans la rue. Ils ont mis deux armes à feu collées à la tête de mon père et lui ont dit de se convertir à l’islam. Mais il secoua la tête et tire sur lui. » – Portes ouvertes, 23 août 2018, Égypte.
  • « Notre père, Bashir Masih, était un ouvrier sanitaire », a expliqué le fils de la famille, Fiaz Masih. « Il a construit cette maison il y a quelques années, lorsqu’il a pris sa retraite. Toutefois, les musulmans ne pouvaient pas supporter que les chrétiens vivent dans une maison aussi grande, bien meublée. Nous sommes la seule famille chrétienne du quartier. Par conséquent, ils ont commencé à nous menacer de quitter la maison, sinon ils nous [accuseraient] de blasphémer contre l’islam.  » – Pakistan.
  • « L’Indonésie avait la réputation d’interpréter l’islam dans le sens d’une tolérance religieuse. Mais les extrémistes musulmans ont demandé l’adoption de la loi islamique dans tout le pays, créant des divisions religieuses. » – Voice of America, 1er octobre 2018.
Au Kenya, des terroristes islamiques ont arrêté un bus qui se rendait à Garissa et ont assassiné deux chrétiens pour avoir refusé de se convertir à l’islam. Sur la photo: une route à Garissa, au Kenya.

 

 

Le massacre des chrétiens

En Afrique ,on poursuit les chrétiens ,machette à la main.

République centrafricaine : Près de 42 personnes – pour la plupart des femmes chrétiennes –  » ont été agressées à mort … après que des rebelles islamistes présumés eurent attaqué un groupe de civils dans la ville centrale de Bria » entre le 4 et le 5 septembre. Certaines sont mortes à la machette, d’autres par balle. Au moins une des femmes massacrées était enceinte. « Ils [les militants de la Séléka] ne veulent voir aucun chrétien ici », a déclaré un responsable de l’église . « Les chrétiens ne vont jamais en ville … Ils ont barré toutes les routes et si vous vous aventurez à vos risques et périls, vous êtes à vos risques et périls. Nous, chrétiens, n’avons rien d’autre à faire, pas de nourriture à manger, pas d’endroit où aller. sur les prières. S’il vous plaît, priez pour nous! « 

Méthode utilisée par l’État Islamique au Nigéria:on enterre vivant!

République démocratique du Congo : des militants musulmans armés ont massacré jusqu’à 40 personnes dans la ville chrétienne de Beni. Selon un rapport:

« … les assaillants, en grand nombre, ont attaqué la ville par surprise vers 17h30 … Ils ont tiré des armes légères et lourdes et ont visé des quartiers résidentiels, provoquant la panique parmi les habitants … Des témoins ont déclaré que certaines des victimes étaient des victimes. tués à la machette, alors qu’un nombre indéterminé de personnes ont été blessées. Selon un pasteur de la localité, au moins 27 victimes auraient été identifiées comme membres des églises locales. « 

Une semaine plus tôt, le 18 septembre, les mêmes extrémistes ont assassiné une grand-mère chrétienne et blessé quatre de ses petits-enfants. « Ces rebelles qui s’appellent eux-mêmes l’Internationale de la défense musulmane ont également frappé près de notre base à Ngadi à trois reprises », a déclaré un travailleur humanitaire. Selon le rapport , le groupe « opère dans la région depuis 1995, a été tenu pour responsable de centaines de morts civiles au cours des quatre dernières années et pour avoir tenté de déraciner des chrétiens du nord-est de la RDC par des attaques, des viols, des pillages, des enlèvements et des meurtres. . « 

Kenya : des extrémistes ont assassiné deux chrétiens au nom de l’islam pour avoir refusé d’abjurer leur foi. Selon un rapport , le 14 septembre:

« … un groupe de terroristes islamiques a arrêté un bus qui se dirigeait vers Garissa. Les militants ont ordonné à tout le monde de descendre du bus et ont demandé une identification … le groupe terroriste composé de sept hommes a séparé les musulmans des chrétiens. Ils ont demandé à trois des passagers récitez la déclaration de foi [la shahada , « Il n’y a pas d’autre dieu qu’Allah et Muhammad est son messager », ce qui transforme instantanément un incroyant en musulman]. Les deux chrétiens qui ont refusé de réciter cette déclaration ont été ligotés et exécutés. « 

Une semaine plus tard, le 22 septembre, une foule musulmane a lapidé trois chrétiens à la lapidation en scandant « Allahu Akbar! » (« Allah est plus grand! »). L’attaque est intervenue en réponse à l’assassinat de terroristes djihadistes aux mains des forces de sécurité gouvernementales. Selon un témoin oculaire:

« Fredrick [ l’ un des trois blessés à mort] était au sommet d’une nouvelle maison , il a été engagé pour construire. Ses deux assistants étaient sur le mortier de mélange du sol lorsque la foule est arrivée en [a] pressé, chantant takbir, takbir, takbir [qui est , appelant la foule à crier «Allahu Akbar »]. De loin, j’ai vu les hommes lançant des pierres de construction en direction de Fredrick et de ses collègues. Les trois hommes ont réussi à s’enfuir dans un hôtel voisin, mais ils avaient été grièvement blessés. Les musulmans les ont suivis sans relâche et les ont lapidés à mort. « 

« C’est un jour triste pour notre famille », a ajouté le frère de Frederick:

« Nous avons perdu un homme qui connaissait bien la construction et qui nous aimait tous. Il nous a toujours rappelé de prier et de faire confiance à Dieu même en ces temps difficiles. C’est ce qui nous maintient après l’avoir perdu. Nous nous attendions à le voir avant le fin de l’année, mais maintenant nous avons les souvenirs, une veuve et deux enfants dont il faut s’occuper … Où la police devait-elle les protéger? « 

Pakistan : Irrité qu’un chrétien était en mesure sur eux, les employés des hôpitaux musulmans ont attaqué Faraz Masih, 26 ans , avec de l’ acide le 5 Septembre Son visage très défiguré et avec plusieurs autres brûlures autour de son corps, il a finalement succombé à la mort dix jours plus tard un hôpital. Selon le père de la victime, Badar Masih:

« Faraz était un jeune diplômé et avait occupé le poste de responsable administratif adjoint dans un hôpital local pendant environ deux ans. Le 5 septembre, vers 2 heures du matin, alors qu’il rentrait chez lui à l’hôpital, des assaillants inconnus l’ont aspergé d’acide … Mon fils a été ciblé pour sa foi chrétienne. Je ne pense pas que nous, les chrétiens, soyons en sécurité au Pakistan. Cependant, c’est notre pays et nous l’aimons de tout notre âme et de tout notre esprit. Nous ne chercherons pas de refuge. « 

Faraz avait été harcelée et battue plusieurs fois auparavant. Quelques mois plus tôt, un groupe d’hommes vêtus de masques l’avait entouré et avait « collé ses bottes à la bouche, affirmant qu’un » chrétien ne pouvait même pas se lécher les chaussures « . Son père ajoute : » Ils ont menacé de le tuer à moins que Faraz a quitté son emploi. ils ont dit que son impureté spirituelle contaminé la santé des «musulmans purs. » « Faraz se plaignait souvent que certains de ses membres du personnel musulmans étaient mécontents de son excellente performance et ils n’aimait pas Faraz pour son honnêteté et le fond chrétien » , dit sa mère. « Mon fils dirigeait ma cuisine. Il était très gentil avec tout le monde dans les environs. Il n’avait aucune hostilité. Il était un membre actif de l’Église. Cependant,

Philippines : le 2 septembre, des militants musulmans ont bombardé un cafédans la ville d’Insulan. Jun Mark Luda, un catéchiste de 18 ans qui a enseigné les principes chrétiens dans les écoles publiques pendant son temps libre, et sa cousine de 15 ans, Marialyn Luda ont été tués dans l’explosion; 14 autres ont été blessés. Jun Mark Luda « était intelligent et talentueux. Sa gaieté était contagieuse. Nous sommes attristés par sa mort », a déclaré une connaissance de l’église avant d’ajouter que de telles attaques en cours « détruisent l’harmonie entre musulmans et chrétiens ». Le commandant de l’armée, le major-général Cirilito Sobejana  » accusé l’attentat contre les combattants de la liberté islamique de Bangsamoro (BIFF), qui a prêté allégeance à l’État islamique. « Le même groupe a été accusé d’avoir bombardé la cathédrale catholique de Saint-Antoine le 29 avril 2018.

Cercueuils dechrétiens coptes,en Égypte!

Egypte : Un reportage du 4 septembre a révélé comment des islamistes palestiniens ont assassiné un chrétien pour avoir refusé de se convertir à l’islam:

« Il y a quelques années, la famille [chrétienne] vivait en paix avec ses voisins musulmans à El-Arish, une petite ville située sur la côte méditerranéenne égyptienne … Baghat était un vétérinaire qui entretenait de bonnes relations avec ses collègues et amis musulmans. Cependant, , tout a changé quand les immigrants palestiniens avec une vision très stricte de l’islam sont arrivés dans le village … [Ils] ont commencé à menacer les croyants en distribuant des tracts avertissant les chrétiens de quitter la ville ou de mourir … Un dimanche matin, Baghat s’est réveillé tôt aller à l’église, puis est allé travailler à la clinique vétérinaire d’un de ses amis musulmans « .

Marqos, le fils de Baghat âgé de 17 ans, raconte ce qui s’est passé ensuite: « Deux jeunes hommes masqués sont entrés dans la pharmacie et ont traîné mon père à l’extérieur. Ils lui ont dit de se mettre à genoux dans la rue. pour se convertir à l’islam. Mais il a secoué la tête. Puis ils l’ont abattu. Quand j’ai appris qu’il était mort, je ne pouvais pas me rendre à la morgue. « 

Un autre rapport paru le 13 septembre présente des statistiques sur le sort tragique des chrétiens d’Égypte:

et « libérer le Caire ». Dans le film, le groupe a menacé d’éliminer tous les « adeptes de la croix », faisant spécifiquement référence au pape copte et aux riches coptes. Des centaines de coptes auraient quitté le Sinaï en réaction à l’intensification de la violence et de la peur en février, ce qui coïncidait avec les menaces de l’Etat islamique. Dans l’ensemble, la population chrétienne du Moyen-Orient est en déclin. « 

Nigeria : le 7 septembre, à la suite de l’incendie d’un pasteur, de son épouse et de leurs enfants aux mains de bergers Fulani, le révérend Ezekiel Dachomo est apparu dans une courte vidéo entourée d’une foule en deuil portant le corps d’une autre femme chrétienne tuée . Il a lancé un appel passionné à l’assistance des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de l’ONU:

Les femmes meurent tous les jours, les hommes meurent. Que veux-tu que nous fassions? S’il vous plaît, s’il vous plaît, je vous en prie, membres du Congrès, [hommes] de Londres … s’il vous plaît, je vous en supplie, représentez l’impuissant. Il n’y a personne [sinon]! « 

Niger : des extrémistes présumés ont enlevé un prêtre italien , laissant « les communautés qu’il a servies pendant onze ans sous le choc et le chagrin ». Fr. Pier Luigi Maccalli, 57 ans, a été enlevé par huit hommes armés qui sont entrés dans sa paroisse de Bamoanga tard dans la nuit et l’ont saisi dans sa chambre. Deux nonnes ont également été prises, bien que les premières informations indiquent qu’elles se sont échappées. En apprenant son enlèvement, diverses communautés se sont rassemblées autour de sa paroisse à Bamoanga. Selon le maire, Diara Banyoura:

« Des dizaines de personnes se sont rassemblées en silence. D’autres ne peuvent cacher leurs émotions. Elles ont versé des larmes en essayant d’exprimer leurs émotions en disant: » Comment cela peut-il arriver à quelqu’un qui a toujours donné un coup de main aux personnes dans le besoin? « 

Jihad sur les chrétiens au Pakistan :

Les musulmans de la région ont pillé puis incendié une maison chrétienne – la seule dans le quartier de Gujar Khan – car ils ne voulaient pas de chrétiens vivant à proximité. « Notre père, Bashir Masih, était un ouvrier sanitaire », a expliqué le fils de la famille, Fiaz Masih.

« Il a construit cette maison il y a quelques années, lorsqu’il a pris sa retraite. Toutefois, les musulmans ne pouvaient pas supporter que les chrétiens vivent dans une maison aussi grande, bien meublée. Nous sommes la seule famille chrétienne du quartier. Par conséquent, ils ont commencé à nous menacer de quitter la maison, sinon ils nous [accuseraient] de blasphémer contre l’islam. « 

Le 20 septembre, l’homme fort local Muhammad Kamran a fait irruption dans la maison familiale et a frappé ses parents âgés. « Mon père a été blessé et la main de sa mère s’est fracturée », a déclaré Fiaz. « Muhammad Kamran nous a souvent menacé de supporter les conséquences si nous ne quittions pas la maison. Sa conversation abusive et menaçante est enregistrée sur le téléphone mobile. » Le jour suivant,

« Un groupe armé de musulmans dirigé par Muhammad Kamran a pénétré dans la maison de la famille en plein jour et a écrasé toute la famille […]. Les assaillants ont battu des hommes, des femmes et des enfants de la famille. Certains d’entre nous sont donc grièvement blessés. Ils ont mis le feu à la maison, y compris lits, meubles, canapé, armoires, télévision, réfrigérateur, climatiseurs, ventilateurs, navires vandalisés et autres objets. Un nouveau véhicule a été incendié et d’autres objets de valeur, notamment de l’argent liquide, des bijoux, des cautions et des téléphones portables ont été pillés « .

Selon un récit suivant :

« La famille a signalé l’incident à la police locale du commissariat de Gujar Khan. À ce moment-là, la police a refusé d’enregistrer un crime et a informé le Masih que s’ils poursuivaient un premier rapport d’information, ils seraient eux-mêmes accusés de blasphème. ..la police a forcé une famille déjà perplexe dans un état de terreur les laissant redouter des accusations de blasphème potentielles. « 

Séparément, un homme musulman a jeté une femme chrétienne âgée de 18 ans, Binish Paul, d’un toit, parce qu’elle avait refusé de se convertir à l’islam et de l’épouser. Son représentant légal a déclaré qu’elle avait souffert « de graves fractures aux jambes et à la colonne vertébrale » en raison de l’impact, avant de préciser: « Cela fait des mois que Taheer [son prétendant musulman] fait pression sur Binish pour qu’elle se convertisse à l’islam. Encore et encore , elle a refusé. Cela a abouti à l’acte violent.  » Non seulement la police locale a-t-elle ignoré les demandes d’intervention de la famille, mais « ils ont également reçu de sérieuses menaces de la part de la famille de l’auteur. Si le cas n’était pas clos, ils seraient tous accusés de blasphème ».

Enfants chrétiens d’Irak fuyant

Un jeune étudiant chrétien, qui aurait perdu la vue de l’un de ses yeux lors de l’attaque distincte par une foule musulmane de sa maison familiale le 28 août, a en fait été aveuglé des deux yeux, a rapporté un reportage du 5 septembre . Vikram Alvin, la victime, a expliqué dans une interview:

« Je n’arrive pas à croire que cela m’est arrivé. J’allais terminer mes études en génie civil cette année et maintenant cette opportunité m’a été perdue. Après avoir terminé mon cours, j’avais un travail en ligne avec une grande entreprise mais l’avenir stable que j’ai vu devant moi est maintenant semé d’incertitude … Je n’ai rien fait pour mériter un tel traitement. Je ne suis resté que fidèle à Dieu. Pourtant, ces hommes pervers ont commencé à être jaloux du succès de notre famille et de la haine pour notre foi débordée … Je ne suis pas mariée et peu de femmes voudront se marier avec moi maintenant. Ce qui reste de ma vie sera désormais très difficile. « 

Enfin, en tant qu’indicateur de l’abus généralisé de chrétiens au Pakistan, un rapport du 13 septembre « a documenté 14 cas de persécution grave, de violations des droits de l’homme et de violences contre des chrétiens » rien que le mois précédent:

« En moins de 31 jours, quatre chrétiens ont été tués … Trois femmes ont été violées … et trois autres ont été forcées de se convertir à l’islam … Des communautés chrétiennes entières ont également beaucoup souffert, lorsqu’une communauté de Kasur a été attaquée et battus pour avoir cherché à protéger leur église … 11 chrétiens … ont été sévèrement battus et torturés dans tout le Pakistan (…) Les médecins de Khanewal ont également dû enlever l’utérus d’une adolescente chrétienne brutalement violée par trois hommes. « 

Attaques contre des églises et des cimetières chrétiens

Indonésie : le 27 septembre, les autorités ont fermé trois églises sur l’île de Sumatra. « Les autorités ont cité des violations de l’ordre public et des ordonnances relatives aux permis de construire. Des dizaines de fidèles ont pleuré lorsque les églises ont été fermées », note un rapport . « Nous vénérons ici depuis 2004 et nous remplissons toutes les conditions pour obtenir un permis de construire », a déclaréle pasteur de l’une des églises fermées. « Nous avons même noué de bonnes relations avec les autorités locales. Pourtant, le permis n’a pas été accordé. La croissance rapide du nombre d’églises dans la région au cours de la dernière décennie a peut-être causé de l’inquiétude dans le quartier à majorité musulmane. » Une autre source locale a déclaré que les églises ont été fermées pour empêcher une manifestation musulmane programmée:

« Le chef de village [musulman] a porté plainte auprès des plus hautes autorités et rallié le soutien du groupe radical Islamic Defenders Front pour organiser des manifestations contre les églises. La veille de la fermeture de l’église, une lettre avait été distribuée selon laquelle un millier d’habitants musulmans seraient rassemblement devant les trois églises le vendredi 28 septembre. Le gouvernement a décidé de sceller les églises pour empêcher le tumulte « .

Quant à la raison pour laquelle les églises n’ont pas les permis nécessaires, « le gouvernement local », a expliqué le révérend Gomar Gultom, secrétaire de la Communion des Églises en Indonésie, « continue de retarder le processus d’obtention du permis ou tout simplement de le rejeter sans motif . « 

« Il y a des milliers d’autres lieux de culte [musulmans] qui n’ont pas de permis, mais continuent de fonctionner. Je ne comprends tout simplement pas pourquoi ils ne nous laissent pas avoir nos églises. Je peux comprendre si [le gouvernement local] nous a interdit d’avoir les permis si nous utilisions les bâtiments pour des activités criminelles, mais nous les avons utilisés pour louer Dieu. « 

Selon un rapport :

« La décision prise par des responsables du village de Kenali, dans le district d’Alam Barajo, dans la province de Jambi, est la dernière tentative en faveur de la fermeture d’églises, après plus de 1 000 fermetures en plus de 10 ans. Jusque-là, l’Indonésie était réputée pour son interprétation. islamistes qui ont adopté la tolérance religieuse. Mais les extrémistes musulmans ont demandé instamment l’adoption de la loi islamique dans l’ensemble de l’Indonésie, créant ainsi des divisions religieuses. « 

Egypte: Parce qu’ils « se sont opposés à la présence d’une église dans la région « , des centaines de musulmans se sont révoltés, ont attaqué des maisons chrétiennes et ont poignardé deux chrétiens, l’un dans la tête, l’autre au visage. Selon un rapport :

« Quatre maisons [chrétiennes] ont été saccagées, pillées et partiellement incendiées par une foule musulmane au cours de l’attaque d’une durée de trois heures, qui visait apparemment à protester contre le fait que l’une des propriétés soit utilisée comme église de maison. Une source locale .. La police a déclaré que la petite communauté copte avait été prévenue de l’attaque du 31 août, quelques jours avant son déroulement. Malgré le signalement de la menace à la police, les policiers n’ont pas réagi avant la fin de l’attaque … « 

L’attaque s’est produite dans le village de Dimshau Hashim. Environ 450 de ses 30 000 habitants sont chrétiens. « Une attaque similaire pour la même raison avait eu lieu dans un village voisin quelques semaines auparavant », note un autre rapport .

Un an après que le gouvernement ait mis en place un comité chargé de modifier la loi de 2016 sur la légalisation rapide des églises, seules 220 des 3730 églises en attente ont été légalisées, révèle un autre rapport . À ce rythme, il faudra 17 ans avant que toutes les églises – dont beaucoup attendent déjà entre 15 et 20 ans – soient légalisées.

En raison de la pénurie d’églises, « à cause de la fermeture de leurs églises, les chrétiens coptes de diverses régions d’Égypte n’ont d’autre choix que d’organiser des services funéraires dans les rues », a déclaré Watani . Par exemple, refusant une église et attaquant pour avoir tenté d’utiliser une maison comme une maison, l’enterrement d’un chrétien de 68 ans a eu lieu dans les rues de Dimshau Hashim – où une attaque musulmane a eu lieu contre des maisons chrétiennes susmentionnées – sous haute sécurité le 6 septembre (vidéo et images ici ). Quelques jours auparavant, dans le village de Qasr Haidar, les obsèques d’un autre homme avaient également lieu dans les rues après la fermeture de l’église du village en raison de manifestations et d’émeutes musulmanes. Dans un autre cas encore, « les funérailles d’un copte ont eu lieu devant l’église Saint-Moïse, dans la ville de Dairout. L’église a été fermée il ya 20 ans et depuis lors, la communauté chrétienne n’a toujours pas pu obtenir de permis pour sa réouverture ».

Algérie : des islamistes présumés ont profané plus de 30 tombes chrétiennes au cimetière de guerre de La Réunion, l’un des rares cimetières chrétiens encore présents dans la nation musulmane. Selon un rapport :

« Les tombes ont été saccagées et les pierres tombales brisées. Les enquêteurs estiment que des motivations islamistes sont en jeu. Pendant que le gouvernement poursuit une enquête, la profanation de ces tombes intervient à un moment où les autorités algériennes harcelaient de plus en plus l’église. un certain nombre d’églises ont été fermées par des autorités pour des raisons de sécurité vagues. Bien que certaines aient rouvert leurs portes, il est largement admis que ces fermetures font partie d’une stratégie plus vaste poursuivie par le gouvernement pour isoler la [communauté] chrétienne. est régie par la loi islamique « .

Un autre cimetière chrétien avait été vandalisé quelques semaines auparavant.

Pakistan : un bref rapport contenant peu de détails a indiqué que des incendiaires criminels inconnus avaient incendié une église chrétienne en construction sur un petit terrain le 25 septembre dans un pays à majorité musulmane à 97%.


La « prochaine persécution des Chrétiens » a déjà commencé.  Elle est déjà là. Alors, pourquoi les grands médias des États-Unis sont presque totalement silencieux au sujet de ce phénomène ?  Quand un politicien, quelque part dans le monde, parle par inadvertance contre les homosexuels ou les musulmans, çà fait instantanément les manchettes des nouvelles.

Mais, très peu d’Américains sont même conscients d’une estimation qu’environ 100 millions de Chrétiens sont actuellement confrontés aux persécutions et qu’environ 100,000 Chrétiens meurent pour leur foi chaque année.  Comme vous allez le voir, les Chrétiens du monde entier sont présentement brûlés vifs, décapités, crucifiés, torturés à mort et emprisonnés dans des conteneurs métalliques juste à cause de ce qu’ils croient.  Ces persécutions se poursuivent année après année et elles ne cessent de s’intensifier.  Mais, les gouvernements du monde occidental et les grands médias ignorent presque totalement ce qui se passe.

Le partage de l’information ci-dessous est très graphique.  Certains des sites qui publient normalement mes articles peuvent y réfléchir à deux fois avant de publier celui-ci.  La raison pour laquelle j’ai inclus cette information graphique est parce que je crois qu’il est très important de communiquer avec précision ce qui se passe vraiment là-bas.  Les gens doivent connaître la réalité sur l’holocauste qui se passe. Ci-dessous, vous allez trouver de courts extraits de reportages sur des incidents de persécutions de chrétiens qui ont eu lieu dans 12 pays différents à travers la planète.  Malheureusement, la grande majorité des Américains n’ont même jamais entendu parler de ces histoires …

 

# 1 Un conducteur de taxi est extirpé de son véhicule et décapité en Égypte :

Un simple chauffeur de taxi

L’attaque impliquait le conducteur de taxi, Rafaat Aziz Mina, qui a été abattu dans une rue d’Alexandrie simplement parce qu’il était Chrétien.  Dans la jeune vingtaine, il a été tué le 16 août par une foule d’islamistes qui sont descendus dans les rues après avoir entendu les nouvelles de l’action de l’armée contre leurs camps au Caire.

Une vidéo amateur tournée par un résident montre une foule bloquant les voitures pour contrôler les passagers à l’intérieur.  Lorsque le taxi de Rafaat Aziz Mina a été arrêté, un des manifestants a noté une croix suspendue au rétroviseur. Rapidement, le jeune homme a été traîné hors de son véhicule, roué de coups de pied et de coups de poing, et battu à mort.  Pendant plusieurs minutes, les extrémistes ont souillé le corps inanimé de coups de pied et en crachant sur lui, puis, en terminant leur performance en lui coupant la tête, qui a été abandonnée sur le trottoir.

# 2 Torturés à mort par les rebelles d’Al-Qaïda soutenus par les USA en Syrie :

À la fin d’octobre, « l’opposition » soutenue par les États-Unis a envahi et a occupé Sadad pendant plus d’une semaine, jusqu’à leur expulsion par les militaires de la nation.  Parmi d’autres atrocités, 45 Chrétiens, incluant des femmes et des enfants, ont été tués et plusieurs ont été torturés à mort ; Les 14 églises de Sadad, certaines très anciennes, ont été saccagées et détruites ; Les corps de six personnes d’une même famille, allant de 16 à 90 ans, ont été trouvés au fond d’un puits  (un sort de plus en plus commun pour les chrétiens « sous-humaines »).

# 3 «Ils nous massacrent comme des poulets» dans la République centrafricaine :

Des milliers de civils Chrétiens ont cherché refuge dans un aéroport gardé par des soldats français, vendredi, fuyant les ex-rebelles pour la plupart des musulmans, avec des machettes et des fusils qui gouvernent le pays au lendemain des pires violences à avoir frappé la capitale chaotique en neuf mois.

Lorsque plusieurs hélicoptères français ont atterri à l’aéroport, les gens chantaient de joie en frappant sur des seaux en plastique et en agitant des chiffons dans l’air pour célébrer.

En dehors des barbelés de l’aéroport, les corps gisaient en décomposition le long des routes dans une capitale trop dangereuse pour pouvoir collecter les cadavres. Les affrontements de jeudi ont fait au moins 280 morts, selon la radio nationale, et ont soulevé des craintes que des vagues d’attaques de représailles pourraient bientôt suivre.

« Ils nous massacrent comme des poulets », a déclaré Appolinaire Donoboy, un Chrétien dont la famille est resté dans la clandestinité.

# 4 Tué pour avoir refusé de se convertir à l’Islam en Libye :

Un groupe de musulmans a kidnappé deux Chrétiens égyptiens vivant en Libye, puis, les a ligotés et les a tués après que les deux Coptes aient refusé leur demande de se convertir à l’Islam, ont déclaré des parents.

Sur une route rurale du district de Derna, dans le nord-est de la Libye, mercredi le 25 septembre, un groupe de musulmans a entouré Waleed Saad Shaker, âgé de 25 ans, et Nash’at Shenouda Ishaq âgé de 27 ans,  pour exiger de leurs biens et a commencé à les battre.  Pendant le vol musclé, les parents ont dit que les musulmans ont exigé que Shaker et Ishaq récitent la shahada, la déclaration de conversion à l’Islam.  Lorsque les deux Chrétiens coptes orthodoxes ont refusé, le groupe de musulmans les a attachés et leur a tiré dessus.

# 5 La tête coupée devant une caméra pour s’être converti au Christianisme en Tunisie :

Un jeune homme apparaît maintenu par des hommes masqués.  Sa tête est tirée vers l’arrière avec un couteau sur la gorge.  Il ne lutte pas et semble résigné à son sort. S’exprimant en arabe, le « narrateur » entonne un certain nombre de prières et de supplications musulmanes, condamnant principalement le Christianisme qui, en raison de la Trinité est considéré comme une foi polythéiste : « Qu’Allah soit vengé de l’apostat polythéiste » ; « Allah renforce votre religion et la rende victorieuse contre les polythéistes » ;  « Allah vaincra les infidèles par les mains des  musulmans » ; « Il n’y a pas d’autre dieu qu’Allah et Mahomet est son  messager. »

Puis, aux cris de « Allahou Akbar ! » (Allah est grand), l’homme masqué tenant le couteau sur la gorge de l’apostat commence à trancher, coupant complètement la tête après environ une minute de tranchage, pendant que la victime se noie dans son sang.  Enfin, la tête coupée est brandie  avec des slogans islamiques proclamant leur victoire.

# 6 50 chrétiens brûlés vifs dans la maison de leur pasteur au Nigeria :

Cinquante membres d’une église du nord du Nigeria ont été brûlés à mort dans la maison de leur pasteur.

L’attaque par des hommes armés n’était que la première d’une tournée de  violence dans 12 villages qui a fait plus de 100 morts dans l’état du Plateau dans le nord du Nigeria, une région qui était auparavant hors de la zone opérationnelle du groupe terroriste islamiste, Boko Haram, est la patrie largement musulmane de la tribu Fulani. Pourtant, Boko Haram a revendiqué la responsabilité des attentats et a menacé d’opérer encore plus de violence.

# 7 Deux frères crucifiés pour leur foi en Côte-d’Ivoire :

Deux frères paysans ont été brutalement crucifiés, à  l’exemple du Christ, alors que les forces loyales au président de la Côte-d’Ivoire, Alassane Ouattara, continuent à cibler les partisans présumés de son prédécesseur chrétien, Laurent Gbagbo.

Raphaël Aka Kouame est mort de ses blessures. Incroyablement, son frère cadet, Privat Kouassi Kacou, a survécu à l’épreuve.  Le couple a été roué de coups et torturé avant d’être grossièrement cloué à des planches en forme de croix par les mains et les pieds avec des pointes d’acier, le 29 mai.

# 8 Une foule furieuse d’environ 1,000 personnes détruit une église et s’attaque aux Chrétiens en Inde :

Criant des slogans religieux, une foule estimée à 1,000 personnes a détruit une église chrétienne en cours de construction dans le nord de l’Inde, selon un rapport reçu par les dirigeants de l’église dans la région.  L’attaque s’est produite le dimanche.

Avec le bâtiment démoli, la foule s’est mise à battre le pasteur, sa mère et les membres de l’église, qui ont réussi à s’enfuir et à se cacher pendant la nuit. L’étendue de leurs blessures n’est pas connue.

# 9 Une attaque suicide tue 81 personnes dans une église du Pakistan :

Une paire de kamikazes a tué 81 personnes à l’extérieur d’une église dans le nord-ouest du Pakistan, dimanche  dans l’attaque la plus meurtrière contre la minorité chrétienne du pays, ce qui relance les craintes que le gouvernement nouvellement installé soit impuissant à arrêter le nouveau règne de terreur des talibans.

L’attaque contre l’Église de «Tous les Saints» datant du 19ième siècle à Peshawar, à eu lieu alors que des centaines de fidèles sortaient de l’église, a déclaré le chef de la police, Mohammad Ali Babakhel, au journal Dawn. « Un kamikaze a tenté d’attaquer les gens mais, quand il a été arrêté par la police, il a fait exploser la bombe » a-t-il dit.  La deuxième explosion s’est produite à l’intérieur de l’église. »

# 10  80 coups de fouet pour avoir bu du vin de la communion en Iran :

Un tribunal iranien a condamné quatre hommes iraniens à 80 coups de fouet pour avoir bu du vin pendant la communion et pour la possession d’une antenne satellite.

Le tribunal a rendu sa sentence dans la ville de Rasht, le 6 octobre.  Christian Solidarity Worldwide, une organisation pour la défense des libertés religieuses, a rapporté la peine, la semaine dernière sur son site internet.

# 11 Emprisonnés dans des conteneurs métalliques en Érythrée :

Un représentant d’Open Doors, un organisme de bienfaisance qui travaille avec les Chrétiens sous pression pour leur foi, dit que beaucoup d’hommes et de femmes chrétiens sont détenus dans des cachots souterrains, des conteneurs d’expéditions métalliques et des centres de détentions militaires.

« Ils font face à l’exposition, le travail acharné et l’insuffisance de nourriture, d’eau et d’hygiène.  Ils se voient régulièrement refuser des traitements médicaux pour le paludisme et les pneumonies contractés en prison ou des maladies comme le diabète, l’hypertension ou le cancer qu’ils ont probablement amenés avec eux », a dit le représentant.

# 12 Exécuté publiquement pour avoir posséder une Bible en Corée du Nord :

Huit personnes, la tête recouverte de sacs blancs, ont été attachées à des piquets dans un stade local de la ville de Wonsan, avant que les autorités les tuent avec un fusil mitrailleur, selon la source.

Les autorités de Wonsan ont réuni une foule de 10,000 personnes, y compris des enfants, au Shinpoong Stadium et les ont forcés à regarder les exécutions.

Pour le moment, ce genre de choses ne se produit pas encore aux États-Unis.  Mais, vous devez être extrêmement naïf si vous pensez que cela ne pourrait se produire ici.

L’animosité envers les Chrétiens est en augmentation rapide dans ce pays.  Toute personne qui passe beaucoup de temps à naviguer sur Internet peut le voir très clairement.  En fait, certains blogueurs ont récemment suggéré la castration et le meurtre des Chrétiens ici même aux États-Unis.

Il peut sembler facile de rejeter ces remarques comme des divagations de quelques individus dérangés mais, la vérité est que notre propre gouvernement qualifie maintenant les Chrétiens « d’extrémistes » et de « terroristes potentiels ». 

Sur toute la planète, les persécutions de Chrétiens sont de plus en plus en augmentation.  Et notre propre gouvernement nous diabolise maintenant et nous qualifie de « menace ».

Les années à venir vont être très difficiles pour ceux qui choisissent d’être Chrétiens.  Si vous êtes des Chrétiens, j’espère que vous êtes préparés émotionnellement et spirituellement pour cela.

 

Source: http://www.prisonplanet.com/christians-are-being-burned-alive-beheaded-crucified-tortured-to-death-and-imprisoned-in-metal-shipping-containers.html

 

 

 

 

 

Réécrire l’histoire:Le génocide « camouflé et oublié  » des Philippines: 3 millions de Philippins tués

 

Le génocide philippin est l’histoire du génocide oublié, vous trouverez dans les livres d’histoire la guerre philippino-américaine de 1899-1902, mais ils ne mentionnent pas le génocide perpétré par les États-Unis d’Amérique contre le peuple philippin.

J’ai découvert pour la première fois le génocide aux Philippines en 2009 et depuis lors, j’ai passé beaucoup de temps à le rechercher. J’en ai discuté avec beaucoup de gens, il semble que les Philippines ne soient pas informés du génocide et très peu d’entre eux ont même entendu parler du génocide aux Philippines.

Le fait qu’il ne soit pas enseigné et que peu de gens le sachent m’a fait me demander si cela s’était réellement passé. J’ai donc creusé beaucoup plus profondément et suis parvenu à la conclusion que cela s’est produit, mais au moment où les vainqueurs écrivent les livres d’histoire, ils ont essayé de le dissimuler parce que c’était tellement horrible,immoral et barbare.

La torture de l’eau

Les chiffres ne s’additionnent pas

Ce qui m’a amené à la conclusion que le génocide aux Philippines s’est réellement produit, ce sont les chiffres des livres d’histoire qui ne correspondent tout simplement pas. Les livres d’histoire écrits par les vainqueurs disent que quelque 200 000 à 300 000 personnes sont mortes au cours de cette période, ce qui est encore un chiffre considérable compte tenu du fait que la population philippine de l’époque ne dépassait pas 9 millions.

 

Une estimation de 200 000 à 300 000 morts ne peut tout simplement pas être correcte. Une histoire populaire des États-Unis (1980) cite 300 000 Philippins tués à Batangas seulement, ce qui prouve à lui seul que les chiffres sont faux, le néo-colonialisme américain de William Pomeroy (1970) cite 600 000

Ramassage des cranes durant le génocide philippin

à  ici à 1902 , qui a déclaré « nous avons estimé que nous avions tué un sixième de la population de la principale  de  quelque 600 000 personnes ».

E. Ahmed a écrit «La théorie et les sophismes de la contre-insurrection», The Nation, 2 août 1971. «La guerre coloniale la plus sanglante (en proportion de la population) jamais menée par un pouvoir blanc en Asie; cela a coûté la vie à 3 000 000 de Philippins. ”

Des prisonnier philippins.

Un des dernier  historienne philippine  qui a travaillé sur cette affaire, Luzviminda Francisco, a mené une enquête approfondie sur le génocide des Philippines et l’a documenté, elle est arrivée au chiffre de 1,4 million de Philippins morts. La fin d’une illusion (Londres, 1973). Cependant, cela ne couvrait que la période de 1899 à 1905, il ne couvrait pas les deux premières décennies de la domination coloniale américaine. À une époque où l’assassinat aurait pu ralentir mais où il était toujours temps de garder la population en ordre, cela n’inclut pas non plus les milliers de Musulmans philippins (Moros) qui ont été brutalement tués.

Chiffres du recensement et génocide aux Philippines

 

Les gens se demanderont souvent pourquoi les chiffres du recensement ne font pas apparaître une baisse de la population pour cette période.

Cela pourrait être dû à plusieurs raisons. Tout d’abord, je doute qu’aujourd’hui encore, les chiffres de la population des Philippines soient exacts, alors que de nombreuses personnes vivent isolées. Imaginez à quel point il aurait été difficile de calculer la population à la fin des années 1890 et au début des années 1900.

Le général philippin Gregorio del Pilar et ses troupes…vers 1898

Les méthodologies utilisées par les Espagnols et les Américains étaient également très différentes. Les Espagnols ont en général laissé les peuples Igorots, Aetas, Lumads et Moro seuls; il est donc peu probable qu’ils aient été inclus dans le recensement.

Vous devez également vous demander que si les chiffres du recensement américain indiquent une baisse de 1,4 million ou plus le publieraient-ils à la vue du monde?

Les vainqueurs de San Juan Hill en 1898

Je suppose cependant que les chiffres des États-Unis n’étaient qu’une hypothèse fondée sur les chiffres espagnols, car c’était en période de guerre et il aurait été presque impossible de collecter ces chiffres. Ou peut-être que les États-Unis se sont chargés de collecter les chiffres, mais plutôt que de se rendre dans des communautés hostiles qui les mettraient en danger, ils les ont inventés en utilisant le recensement espagnol comme guide.

Le massacre

Dans un article publié dans The Philadelphia Ledger en novembre 1901, leur correspondant de Manille écrivait: «La guerre actuelle n’est pas un engagement sans effusion de sang; nos hommes ont été implacables, ont tué pour exterminer des hommes, des femmes, des enfants, des prisonniers et des captifs, des insurgés actifs et des suspects parmi des garçons de dix ans, l’idée qui prévalait que le Philippin en tant que tel n’était guère plus qu’un chien…

« Nos soldats ont injecté de l’eau salée dans les hommes pour les faire parler et ont capturé des prisonniers qui ont levé  les mains hautes et se sont rendus pacifiquement. On les amena sur un pont  pour les abattre un par un, pour  les faire tomber dans l’eau et les faire flotter, afin de servir comme exemples pour ceux qui trouveront leurs cadavres chargés de balles. « 

Le major Littletown Waller est un officier de la marine américaine accusé d’avoir abattu 11 Philippins non armés sur Samar. Un autre officier de marine a décrit son témoignage.

« Le major a déclaré que le général Smith lui avait ordonné de tuer et de brûler, et que plus il tuerait et brûlerait, plus il serait content; que ce n’était pas le moment de faire des prisonniers et qu’il devait faire de Samar un désert hurlant. Le major Waller a demandé au général Smith de définir la limite d’âge pour le meurtre, et il a répondu «tout le monde qui a plus de dix ans».

Les Philippins n’avaient aucune chance face à la puissance de feu supérieure et écrasante des troupes américaines. Lors de la première bataille, l’ amiral Dewey tirait des obus de 500 livres alors qu’il naviguait le long de la rivière Pasig. Les corps des Philippins morts étaient si nombreux que les troupes américaines les utilisèrent comme mur de défense.

Mark Twain

L’écrivain Mark Twain, plus connu pour son livre «Les aventures de Tom Sawyer» a écrit:

«… J’ai vu que nous n’entendions pas libérer, mais assujettir le peuple philippin. nous sommes allés conquérir, pas racheter… et je suis donc anti-impérialiste. Je suis opposé à ce que l’aigle [américain] pose ses griffes sur un autre pays. « 

Le 15  Octobre 1900 Twain  écrivait au  New York Times:

« Nous avons pacifié des milliers d’habitants de l’île et les avons enterrés; détruit leurs champs; ils ont brûlé leurs villages et renvoyé leurs veuves et leurs orphelins; fourni le chagrin par l’exil à quelques dizaines de patriotes désagréables; soumis les dix millions restants par Assimilation bienveillante, qui est le nouveau nom pieux du mousquet; nous avons acquis des biens dans les trois cents concubines et autres esclaves de notre partenaire commercial, le sultan de Sulu, et avons hissé notre drapeau protecteur au-dessus de ce butin. Et donc, par ces providences de Dieu – et la phrase est celle du gouvernement, pas la mienne – nous sommes une puissance mondiale.  » – Mark Twain

Le racisme américain s’exprime dans cette caricature ou l’on suggère que la civilisation est arrivée.

Mark Twain a également parlé du racisme presque universel des troupes américaines blanches et des politiciens qu’il a qualifiés de sans vergogne. Il était profondément troublé par les crimes de guerre sadiques commis par les troupes américaines. Il a suggéré que les étoiles et les rayures sur le drapeau américain soient remplacées par un crâne et des os croisés.

Rentrée Scolaire : Oncle Sam dispense un cours de Civilisation (les élèves sont Philippines, Hawai, Puerto Rico, et Cuba) Puck Magazine 1899

Était-ce la politique américaine que de tuer autant de Philippins que possible? Le brigadier général J. Franklin Bell a écrit: «À de très rares exceptions près, pratiquement toute la population nous a été hostile à cœur» ; il ne fait donc aucun doute que les Américains ont considéré chaque Philippin comme leur ennemi.

Les États-Unis ont mené une campagne de la terre brûlée en brûlant et en détruisant des villages. Ils ont également modifié des villages en camps de concentration. Ils ont ensuite incendié les terres autour d’eux et construit des tours de guet permettant de tirer librement sur les zones occupées. Ils ont appelé ces camps de concentration :reconcentrados.

Exécution d’un prisonnier philippin .

Les reconcentrados (camps de concentration) étaient pleins de maladie qui a provoqué une très forte mortalité dans certains camps:le taux  était aussi élevé que 20%. Un camp faisait 2 miles de long sur 1 mile de large et c’était la prison pour 8 000 Philippins. Les hommes étaient souvent arrêtés pour être interrogés sous la torture s’ils donnaient aux Américains les informations qu’ils souhaitaient ou non importait peu, car ils étaient toujours abattus.

Soldats américains en manœuvres près de Manille,1899.

Un soldat de New York a écrit:

« La ville de Titatia nous a été livrée il y a quelques jours, et deux compagnies occupent le terrain. La nuit dernière, l’un de nos garçons a été retrouvé blessé par balle et son estomac ouvert. Immédiatement, le général Wheaton a ordonné de brûler la ville et de tuer tous les autochtones en vue; qui a été fait pour finir. Environ 1 000 hommes, femmes et enfants auraient été tués. Je suis probablement de plus en plus dur, car je suis dans ma gloire quand je peux voir mon arme sur une peau sombre et appuyer sur la gâchette »

Caricature raciste de l’époque montrant McKinley donnant le premier bain philippin.

Le caporal Sam Gillis a écrit: «Nous faisons rentrer tout le monde chez lui à 19 heures et nous le disons à un homme une seule fois. S’il refuse, on lui tire dessus. Nous avons tué plus de 300 autochtones la première nuit. Ils ont essayé de mettre le feu à la ville. S’ils tirent un coup de feu de la maison, nous incendierons la maison et toutes les maisons voisines, et tirerons sur les indigènes. Ils sont donc assez calmes en ville, maintenant.

Un témoin britannique aux Philippines a déclaré:

«Ce n’est pas la guerre. c’est simplement un  et une boucherie

Ravitaillement de l’armée philippine.Les paysans étaient entraînés sur le champs.

.

Pourquoi le génocide des Philippines est arrivé

Les envahisseurs américains tuent les enfants de 10 ans et plus.

Tout est arrivé à cause d’une prière à Dieu.

Le président McKinley était à la Maison Blanche en train de prier  lorsqu’il affirma qu’il lui était imposé de ne pas rendre les Philippines à l’Espagne car cela lui donnerait un air de lâche.

William McKinley dans son bureau.

McKinley a déclaré qu’il ne voulait pas des Philippines. Mais alors une nuit à la Maison Blanche, alors qu’il était à genoux pour prier Dieu, il lui vin en tête:

Que nous ne puissions pas les rendre en Espagne, ce serait lâche.

Propagande de l’époque.

Il ne pouvait pas laisser la France et l’Allemagne posséder les Philippines, ce qui serait mauvais pour les affaires.

Il ne pouvait pas laisser les Philippins se gouverner eux-mêmes puisqu’il les considérait comme incapables.

Il a donc décidé que les États-Unis devraient s’emparer de toutes les Philippines plutôt que de Manille, ce qui est tout ce qu’ils avaient à l’époque, éduquer et christianiser le peuple, ce que les Espagnols avaient déjà fait à beaucoup d’entre eux.

Ainsi, en 1899, les États-Unis déclarèrent la guerre aux Philippines comme un moyen d’éduquer, de christianiser et de civiliser le peuple et le génocide des Philippines commença.

Conclusion

Bien que nous ne puissions être certains du chiffre de 3 millions selon certains historiens, nous pouvons être assez certains, d’après les recherches, que le chiffre de 1,4 millions de personnes tuées aux Philippines lors du génocide est correct, il est peu probable que les tueries se soient arrêtées subitement, les rapports de l’époque montrent à quel point les troupes américaines étaient devenues racistes à l’égard des Philippins, mais aussi que de nombreuses troupes étaient venues pour apprécier le massacre. Pourriez-vous amener les hommes qui sont devenus des tueurs brutaux à arrêter soudain de tuer .Il est très improbable qu’il ne vous reste plus qu’à regarder les guerres aujourd’hui qui sont loin d’être aussi brutales et à une époque où les gens sont plus instruits pour comprendre à quel point la guerre affecte certaines personnes. Nous savons également que les combats avec les Moros se sont poursuivis longtemps après l’invasion américaine.

Le nombre de personnes tuées a-t-il atteint 3 millions? Nous ne le saurons jamais, mais c’est probablement ce qui s’est passé entre 1899 et 1942 lorsque les Japonais sont arrivés.

 

 

 

 

Les médias américains se riaient du peuple des Phillippines.

 

Il ne faut pas oublier que William McKinley était franc maçon de haut niveau et…qu’il fut assassiné par un pseudo anarchiste,tout l’archiduc François Ferdinand.

 

L’agenda maçonnique de Justin Trudeau:changer la face du Canada et avoir des populations minoritaires en plein essor d’ici 2031

Un changement démographique massif se produit qui pourrait modifier les systèmes économiques, politiques et éducatifs du Canada et exacerber le fossé entre les collectivités rurales et urbaines.

La famille Amin célèbre sa citoyenneté canadienne lors d’une cérémonie à l’Assemblée législative à Halifax

D’ici 2031, un Canadien sur trois appartiendra à une minorité visible. Un sur quatre sera né à l’étranger, la proportion la plus élevée depuis la fin de la dernière vague d’immigration de masse qui a débuté vers 1910, a déclaré Statscan dans un communiqué mardi .

Jamais auparavant ceux qui s’identifient eux-mêmes comme des minorités raciales ont vu leurs rangs croître à un tel rythme, ce qui a déclenché un débat sur la façon dont le Canada pourrait changer au cours des 20 prochaines années. Certains prétendent que cela ne changera pas grand-chose, que les nouveaux immigrants, comme leurs prédécesseurs, s’adapteront aux normes culturelles établies. D’autres disent que le processus pourrait ne pas être si lisse, qu’il pourrait y avoir des difficultés croissantes à surmonter lorsque des groupes ayant des pratiques culturelles très différentes se frottent les uns aux autres.

Voici venir la diversité
Vous allez être culturellement enrichi!

Le grand changement démographique a commencé avec la libéralisation de la politique d’immigration dans les années 1960, qui a ouvert une porte fermée aux immigrants non blancs. Le Canada maintient actuellement le taux d’immigration le plus élevé dans le monde développé, en grande partie dans les pays asiatiques.

Même si l’immigration devait être soudainement réduite, les experts disent que les projections ne changeraient pas beaucoup. Les groupes de minorités visibles, dont le taux de natalité est plus élevé et la population plus jeune, devraient croître environ huit fois plus vite que le reste de la population canadienne au cours des deux prochaines décennies.

Leurs effectifs passeront de 5,3 millions aujourd’hui à entre 11,4 millions et 14,4 millions d’ici 2031, dont le tiers sera né au Canada.

Les Sud-Asiatiques, ceux qui ont des origines en Inde, au Pakistan et au Sri Lanka, constitueront le plus important groupe de minorités visibles, soit environ 28% de l’ensemble. La part de la population des minorités visibles en Chine devrait légèrement diminuer, passant de 24% à 21%, en raison d’un taux de natalité très faible chez les femmes sino-canadiennes.

La croissance sera largement concentrée dans les villes, bien qu’il y aura des différences régionales significatives, selon le rapport. Plus de 60% de la population de Toronto appartiendra à une minorité visible dans 20 ans. St. John’s, en revanche, aura moins de 5%. Environ 96% des minorités visibles vivront dans les villes canadiennes.

Ratna Omidvar, directrice exécutive de la Maytree Foundation, a déclaré que la concentration des minorités visibles, en particulier à Toronto, Montréal et Vancouver, pourrait donner naissance à «deux Canadas», où les préoccupations de la moitié n’ont aucune résonance avec l’autre.

«Nous sommes déjà une nation qui semble se diviser en milieu rural ou urbain, québécois ou anglophone, allons-nous maintenant être des villes avec un grand nombre de minorités visibles et d’autres où ce n’est pas le cas? dit-elle.

Jeffrey Reitz, un sociologue de l’Université de Toronto qui étudie l’immigration, a déclaré que le fait que Statistique Canada publie des rapports importants sur la population des minorités visibles est intéressant en soi.

« Cela reflète une sensibilité à la question de la race, nous avons eu des difficultés avec ce sujet en tant que pays », a-t-il déclaré. «C’est intéressant parce qu’il y a 25 ans, ils publiaient des rapports sur la façon dont des villes comme Toronto n’étaient plus majoritairement britanniques … Maintenant, les Italiens et les Polonais sont considérés comme faisant partie de la population dominante, la population d’origine européenne. l’histoire est que nous nous éloignons d’une population dominée par des personnes d’origine européenne. « 

Selon le professeur Reitz, il pourrait être considéré comme un signe de la modernité du Canada que sa nouvelle génération de dirigeants, dont beaucoup appartiendront à des minorités visibles, pourrait avoir des racines qui les rattachent autant à Mumbai qu’à Toronto. Il peut ou non s’avérer un avantage économique concurrentiel, a-t-il dit, mais la prédominance des minorités visibles dans les villes canadiennes a fait et continuera de les rendre plus globales.

Les pseudo-sociologues rationalistes

Le démographe David Foot soutient que le changement est progressif, lent et largement sans conséquence. Les inquiétudes concernant le choc des cultures sont largement déplacées, a-t-il ajouté.

«Nous venons au Canada pour devenir Canadiens et c’est ce que feront les nouveaux immigrants», a-t-il déclaré.

 

 

 

 

Histoire américaine:Photos surprenantes du Far West américain

La vallée de la mort en Californie est l’un des endroits les plus inhospitaliers de Terre. Elle  est à 282 pieds sous le niveau de la mer et on a  enregistré ,ici,la température la plus élevée sur Terre … 134 degrés Fahrenheit. Les hommes d’affaires du 19ème siècle sont allés à Death Valley à la recherche de borax.

 

 

L'une des premières formes de photographie s'appelait ambrotype. Il a été utilisé pendant environ 10 ans avant que le style est devenu plus populaire. Ambrotype a été fait sur verre. Voici un exemple d'une photographie ambrotype.
Les photos ambrotypesL’une des premières formes de photographie s’appelait ambrotype. Il a été utilisé pendant environ 10 ans avant que le style est devenu plus populaire. Ambrotype a été fait sur verre. Voici un exemple d’une photographie ambrotype

 

Geronimo était le chef des Apaches et a réuni un certain nombre de tribus autochtones contre leurs ennemis américains et mexicains.

 

Wyatt Earp (assis) est vu photographié avec son ami Bat Masterson. Wyatt est connu pour son rôle dans le combat armé à l’OK Corral où, avec ses frères Morgan et Virgil, ainsi que son ami, Doc Holliday, ont été mis en échec contre quatre hors-la-loi.

 

Wild Bill Hickock aurait pu être le pistolet le plus rapide de l’ouest et la légende a dit qu’il avait tué plus de 100 personnes. Bill n’était pas heureux quand ce compte lui donnait la réputation d’être un tueur, même s’il était responsable d’exagérer son nombre de tueries. En réalité, il a tué environ 10 hommes.

 

À la fin des années 1800, vous pourriez gagner beaucoup d’argent en or, en argent ou en cuivre. Le fait de posséder la mine vous rapportait les bénéfices les plus importants, mais les mineurs eux-mêmes se sont également distingués, peu importe la mauvaise qualité des conditions.

 

 

Deux indigènes Oglala Lakota, connus sous le nom de Elk et Black Elk, faisaient partie du spectacle Wild West de Buffalo Bill. Ils ont voyagé partout dans le monde avec le spectacle et étaient célèbres pour danser tout en portant des coquilles et des cloches.

 

Les armes étaient une partie intégrante de la survie dans l’ouest sauvage et tout le monde en avait une. Puisque les photographies étaient une invention relativement nouvelle et très exclusive, de nombreux cow-boys étaient remplis de fierté lorsqu’ils ont pris leur photo, presque toujours avec leurs fusils.

 

Il semble que tout le monde passe ces jours-ci dans une nouvelle maison ou appartement tous les ans. Eh bien, au début du 19 ième siècle, les gens se déplaceaient, tout simplement pas aussi fréquemment. Voici un couple qui prend une pause au Kansas alors qu’ils se dirigent vers l’ouest pour commencer une nouvelle vie

 

La plus grande attraction de Buffalo Bill était ses cow-boys et leurs fusillades contre les incursions. Seuls les meilleurs tireurs d’élite de cow-boy ont participé au spectacle et seulement après une audition pour prouver leurs compétences. Une fois arrivés, ils n’avaient plus de soucis financiers alors que le spectacle les payait bien.

 

 

À l’âge de 14 ans, les parents d’Olive Oatman ont été tués par une tribu d’Indiens autochtones. Elle et sa petite sœur ont été asservies et un an plus tard échangées à une tribu Mohave. Les deux soeurs ont été tatouées sur le menton et sa petite soeur est morte de faim. Elle a été détenue pendant cinq ans.

 

Cet homme du 19 ième siècle, montré dans un journal de Kansas City, porte le vêtement traditionnel de l’ouest sauvage. Le chapeau qu’il porte est un sombrero mexicain et était essentiel à la survie dans le climat sauvage sauvage et sévère.

 

Kit (Christopher) Carson était un homme de frontière américain qui a aidé à développer la Californie. Il était analphabète (et embarrassé par le fait) et passait beaucoup de temps avec les autochtones (même s’il s’était marié deux fois avec les femmes autochtones). Sa troisième femme était mexicaine. Kit avait un total de 10 enfants.

 

À la fin des années 1800, le photographe John Grabill a envoyé près de 200 photos au Congrès pour le droit d’auteur. Ses photos ont raconté le développement du Dakota du Sud, du Wyoming et du Colorado, ainsi que ses effets sur les autochtones locaux.

 

Né en 1840, Bloody Bill est devenu le chef du gang, Quantrill’s Raiders, pendant la guerre civile (du côté confédéré). Il a eu beaucoup de rage refoulée et a massacré les soldats de l’Union chaque fois qu’il le pouvait. En une fois, il a tué 20 soldats avec son gang et a ensuite massacré une autre centaine.

 

Rufus Buck a commencé un groupe de courte durée, mais mortel, composé d’Indiens et d’Afro-Américains. Ils ont tué certaines personnes, volé, violé et ont finalement été capturés. Ils ont été condamnés à mort.

 

Pearl Hart a gagné de la notoriété juste avant le début du XXe siècle en tant que voleur de diligence féminine. Elle a couper ses cheveux courts, habillée en vêtements pour hommes, et a finalement été condamnée à cinq ans de prison, mais a pardonné après trois ans. Elle avait deux enfants.

 

Voyager à travers l’ouest sauvage était très dangereux. De nombreux voyageurs riches ont dû embaucher des hommes armés pour les protéger sur des routes dangereuses.
L’une des femmes les plus célèbres dans l’ouest sauvage était Belle Starr. Son vrai nom était Myra Maybelle Shirley Reed Starr et sa famille l’appelait May. Elle a reçu deux balles avec deux pistolets et a été tuée en 1889. Son meurtre n’est pas résolu jusqu’à ce jour.

 

Le général le plus célèbre pour avoir perdu à la bataille de Little Big Horn, George Armstrong Custer, a été pris sur cette photo peu de temps avant sa mort. Il avait augmenté dans les rangs de l’armée pendant la guerre civile et les guerres indiennes.

 

En 1871, le photographe  du sud, Timothy O’Sullivan, a photographié le lieutenant George Wheeler et son équipage alors qu’ils effectuaient un sondage sur la rivière Colorado à Black Canyon. Timothy (le photographe) est le quatrième homme de gauche.

 

L’un des régiments de cavalerie les plus réussis du côté confédéré de la guerre civile était Terry’s Texas Rangers. Le régiment a été formé en 1861 et a été impliqué dans au moins 275 engagements jusqu’à ce qu’il soit finalement dissous en 1865.

 

Un aspect de l’histoire américaine dont on ne parle pas assez est la mauvaise affaire qu’ont eu les Américains autochtones lors de la colonisation européenne. Tout d’abord, ils ont été obligés de se déplacer vers l’ouest, puis ils ont été forcés de vivre sur les réserves alors que les colons blancs ont pris les meilleures terres.

 

Cette image représente un vrai cow-boy, Charlie Nebo, avec Nicholas Janis. Charlie n’a jamais essayé de gonfler ses réalisations et a été heureux de vivre comme un vrai homme de frontière.

 

Rose Dunn, également connue sous le nom de Rose of Cimarron, est tombée amoureuse d’un bandit ouest sauvage nommé George « Bittercreek » Newcomb après l’avoir présenté par ses frères. En 1895, George fut tué par les frères après qu’ils devinrent des chasseurs de primes. Rose se maria avec un politicien.

 

Ce vieux saloon de l’ ouest du Michigan ressemble à l’un des nombreux bars d’aujourd’hui. C’est parce que la disposition générale des salons et des bars n’a pas beaucoup changé depuis 150 ans. Il y a un comptoir avec un barman qui vend de l’alcool. Une combinaison parfaite.

 

 

La baignade n’a pas eu lieu quotidiennement dans l’Ouest sauvage. En fait, certains ont cru que le bain pourrait vous rendre malade! Inutile de dire que cela a conduit à une situation perverse. Les femmes se baignaient à la maison et, par «baigné», nous nous sommes effondrés avec un chiffon et un pichet d’eau.

 

Comme nous l’avons dit, les cow-boys aimaient avoir leurs photos prises et portaient habituellement leurs meilleurs problèmes. Ces images étaient destinées à apparaître, donc elles comprenaient généralement des accessoires comme des fusils et des chapeaux.

 

 

Avant les Mexicains, ces travailleurs des chemins de fer chinois étaient les immigrants détestés-du-jour. Ils ont fait 1 dollar par jour lorsque les travailleurs blancs ont fait environ 2,50 $. Ils ont également dû déménager personnellement leurs propres camps et obtenir leur propre nourriture, alors que tout cela était prévu pour les travailleurs blancs.

 

 

Les Amérindiens avaient un nom spécial pour tout Noir américain qui a servi dans l’armée américaine: Buffalo Soldier. Vous pouvez vous rappeler le terme de la chanson de Bob Marley. En 2005, le dernier soldat buffalo vivant est décédé. Il avait 111 ans.

 

Buffalo Bill, dont le vrai nom était William Cody, a commencé un très populaire spectacle « Wild West » en 1883 qui a duré plusieurs décennies. Le spectacle a tourné autour des États-Unis et a eu de nombreux actes historiques, y compris des reprises de combats d’armes à feu.

 

 

Timothy O’Sullivan était un photographe qui a pris de nombreuses photos de la colonie européenne de l’ouest sauvage. Cette photo qu’il a prise de Little Cottonwood, UT, est une de ces photographies dans sa chronique d’un paysage occidental changeant.

 

Les films sur l’Ouest ont commis beaucoup d’erreurs.Les Cowboys n’ont pas joué au poker à partir de 1800 mais un jeu appelé Faro. Le Faro a été inventé à l’extérieur des États-Unis et après avoir été importé, a gagné en popularité.

 

Au milieu de la guerre civile, les États-Unis ont commencé à construire un chemin de fer de l’Iowa à San Francisco, Californie. L’objectif était de créer un chemin de fer transcontinental pour faciliter le transport. Il a fallu six ans pour le terminer et a été un succès retentissant.

 

Deadwood, Dakota Territory, a eu cette célébration, capturée par le photographe de l’Ouest, John Grabill, lorsque la ville a complété le chemin de fer Central de Deadwood et le chemin de fer de tramway.

 

Chuck Norris n’a pas trouvé les Rangers du Texas – ils existent réellement depuis 1836. Près du début, chaque Texas Ranger devait fournir ses propres munitions et équipements. Ils ont été payés dans la propriété.

 

Il y avait d’innombrables gangs dans l’ouest sauvage et tous portaient des armes à feu. Alors que le nom de cette bande n’est plus connu, certains chercheurs croient que l’homme au milieu est John Kinney de John Kinney Gang. Personne ne le sait, cependant.

 

 

Jesse James était d’abord un brasseur confédéré qui était plus tard le membre le plus célèbre de sa bande de hors-la-loi. Il a été tué par un autre membre, Robert Ford, qui voulait la prime sur la tête de James.

 

Le monument national du Canyon de Chelly, trouvé à l’époque de la nation Navajo, est l’un des monuments nationaux les plus visités aux États-Unis.

 

 

Les Navajo ont habité un environnement très inhospitalier depuis longtemps. La Navajo Nation d’aujourd’hui est la plus grande réserve aux États-Unis. Ici, vous pouvez voir une famille de Navajo qui circule à travers le Canyon de Chelly près du début du XXe siècle.

 

Une fois que les Amérindiens ont vu combien leur tissage était populaire avec les colons blancs, ils ont commencé à faire des couvertures et des tapis pour échanger contre d’autres biens. Avant cela, le tissage était utilisé pour fabriquer des vêtements pour la tribu.

 

Cette image de certains membres de la tribu Paiute montre certains des effets que la colonisation des Amériques avait sur la population locale. Les chapeaux occidentaux et certains vêtements occidentaux sont mélangés avec des vêtements indigènes traditionnels.

 

 

Quanah Parker était moitié amérindien et moitié blanc (sa mère était de descendance européenne). Il est devenu un excellent chef Comanche qui s’est opposé aux ordres du gouvernement selon lesquels les autochtones devaient se déplacer vers une réservation. Finalement, il a accepté après que les menaces sont devenues trop grandes.

 

 

Avant sa défaite à la Bataille de Little Big Horn, alors qu’il était encore lieutenant-colonel, George Custer montait avec son équipage aux Black Hills du Dakota du Sud à la recherche d’un emplacement pour un fort.

 

Tibercio Vasquez a fait une carrière criminelle de 20 ans et a réussi à échapper aux autorités tout au long du temps. Le hors-la-loi hispanique a finalement été capturé et pendu en 1875.

 

L’auteur du livre révolutionnaire, « Un détective Cowboy », Charlie Siringo, était un ancien membre de l’Agence de détective Pinkerton qui a quitté l’entreprise et révélé les secrets de l’agence. L’agence a cessé d’essayer de l’empêcher de révéler ce qu’il savait.

 

L’extraction de l’or a été très rentable (et c’est encore aujourd’hui), il n’est donc pas surprenant qu’il y ait eu de nombreuses innovations dans l’industrie. Timothy O’Sullivan a pris cette image d’une voie ferrée en Illinois qui a conduit à une mine d’or. Des chariots en or ont été déplacés vers le haut et le bas du chemin de fer à l’aide d’une poulie.

 

Cette photo de la fin des années 1800 montre le grand chef et leader de la guerre Comanche, Quanah Parker. Il était connu pour sa bravoure et son agression en tant que guerrier, et pour devenir un chef à un jeune âge. Il est montré ici portant une coiffe de plume aigle et tenant une lance de bas en haut.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

VIDEO Testimony ISIS Genocide: Parents Shown Video of Daughters Raped,Tortured Given Body Parts in Bags — Reclaim Our Republic

Sept 1, 2016 By Michael W. Chapman Roads of Success Vice President Jacqueline Isaac. (ROS) As the Islamic State continues its genocide against Christians, Yazidis, and other religious minorities in Syria and Iraq, human rights activist and lawyer Jacqueline Isaac testified at the United Nations about some of the atrocities, including parents in Syria who […]

via VIDEO Testimony ISIS Genocide: Parents Shown Video of Daughters Raped,Tortured Given Body Parts in Bags — Reclaim Our Republic