Changements climatiques:l’humanité au bord du gouffre

Les experts sur le climat de l’ONU ont publié, le 8 octobre 2018, un nouveau rapport évaluant les dégâts environnementaux et économiques que l’accumulation des gaz à effet de serre s’apprête à engendrer. Ce rapport se termine sur les recommandations habituelles et met l’accent sur l’urgence de voir diminuer nos émissions de CO2 d’au moins 45 % d’ici à 2030 et d’arriver dès 2050 à une neutralité carbone complète. Quand on voit les réactions actuelles, en France, à l’évolution du prix du carburant, on peut se demander si ce signal d’alarme peut être entendu par les populations de notre planète…

Une enquête lancée par l’ONU et la Fondation Bill Gates auprès de 3 000 décideurs des pays émergents (« Listening to Leaders 2018 : Is development cooperation tuned-in or tone-deaf ? », AidData, mai 2018) offre un éclairage intéressant. Selon cette étude, la problématique climatique n’arrive qu’en 14e position sur 16 dans la liste des priorités des leaders gouvernementaux. Ils ne font en cela que refléter l’opinion de leurs administrés, pour qui la problématique climatique apparaît en dernière position, bien après la sécurité, la santé, l’accès à la nourriture et à l’eau.

L’écueil est énorme, car selon une étude publiée en 2017 par le Boston Consulting Group, plus des deux tiers des investissements qui permettraient d’atteindre les objectifs de l’accord de Paris concernent les pays émergents. Un tel effort est insoutenable sans l’aide des pays développés. Le mécanisme de soutien décidé lors de la conférence de Copenhague n’a jamais été réellement mis en œuvre. A l’échelle mondiale comme sur le plan national, les plus défavorisés ne peuvent pas entendre parler de lutte contre le réchauffement climatique.

Décennies perdues

Compte tenu de cette situation, les dirigeants des pays développés sont dans une voie sans issue. D’un côté, ils vont voir la concentration en CO2 continuer d’augmenter et, de l’autre, une frange de plus en plus importante de leurs administrés, affectés par les conséquences du réchauffement climatique, va faire pression pour s’en protéger. Que vont-ils faire ?

Lors de la décennie à venir, il est probable que leur premier réflexe sera de bannir l’usage des technologies fortement émettrices .

 

L’humanité soumise à des catastrophes climatiques en cascade

La moitié de la population pourrait être soumise à trois dangers climatiques extrêmes cumulées d’ici à 2100

Dans la Bible, Dieu a puni l’Egypte en lui infligeant dix plaies. L’humanité actuelle, elle, a subi les foudres du changement climatique d’au moins 467 façons différentes. Surtout, ces châtiments vont redoubler, puisqu’en 2100, la moitié de la population pourrait être menacée par trois à six catastrophes climatiques (sécheresses, vagues de chaleur, inondations, etc.) d’intensité maximale de manière simultanée si les émissions de gaz à effet de serre ne sont pas réduites drastiquement. Voilà les deux conclusions d’une étude inédite, originale et très inquiétante, publiée dans Nature Climate Change lundi 19 novembre, qui aborde pour la première fois les risques cumulés entraînés par le dérèglement climatique.

Pour estimer le danger qui pèse sur la population, les auteurs – une vingtaine de chercheurs internationaux, essentiellement issus de l’université d’Hawaï – ont commencé par étudier le passé en passant au peigne fin près de 3 300 études scientifiques publiées depuis 1980 relatives au changement climatique, qu’il soit dû à l’action des hommes ou à la variabilité naturelle du climat – sachant que les émissions de gaz à effet de serre sont déjà responsables de l’augmentation de la température de la planète de près d’un degré.

Ils ont retenu dix aléas climatiques (réchauffement, inondations, sécheresses, vagues de chaleur, incendies, montée du niveau des eaux…) qui touchent six aspects cruciaux de la vie humaine : la santé, l’alimentation, l’eau, l’économie, les infrastructures et la sécurité, ces thèmes étant déclinés en 89 sous-rubriques. En croisant ces données, ils ont découvert que l’humanité avait déjà été affectée par le climat sous 467 formes différentes, exemples détaillés à l’appui.

Ainsi des décès ou des maladies provoquées par les inondations, les incendies ou les vagues de chaleur ; des dégâts sur l’agriculture, l’élevage ou les pêcheries après des précipitations ou des sécheresses ; des effets néfastes sur…l’ensemble des écosystèmes planétaires!

 

Portraits d’un monde ébranlé par le changement climatique

Fonte accélérée des glaciers, montée des eaux, sécheresses et inondations : aux quatre coins du monde, le dérèglement climatique est à l’œuvre. Partout, il affecte les modes de vie, menaçant les cultures et la sécurité des populations.

 

LES ILES SPITZBERG 

Les ours polaires étaient jadis habitués à un hiver plus long.Maintenant ils doivent tenter de s’adapter à des étés plus longs.

 

 

C’est un territoire à la beauté singulière, qui a attiré tour à tour les explorateurs, les trappeurs, les mineurs de fond et les pionniers de la recherche polaire. Un archipel d’une dizaine d’îles, posées telles des sentinelles au milieu des mers : l’océan Arctique au nord, la mer du Groenland à l’ouest, la mer de Norvège au sud et celle de Barents à l’est, du nom de Willem Barents, premier navigateur qui repéra ces côtes au XVIe siècle et dont la troisième expédition échoua, prisonnière des glaces. Il en mourut. Une terre aux rivages dentelés nommée Svalbard, dont l’île principale, Spitzberg, signifie  montagne pointue » en allemand.

Sur la façade occidentale de cet archipel du bout du monde, à quelque 600 kilomètres des côtes norvégiennes, la  Baie du roi » concentre sur 22 kilomètres les plus beaux à-pics et les plus vertigineux fronts glaciaires. La navigation par 79° de latitude nord y est relativement praticable, à condition d’éviter l’obstacle de rares chapelets d’icebergs dérivant vers le large. La presqu’île de Blomstrand, qui barrait la route vers l’intérieur du fjord, est désormais facile à contourner : le glacier bleu laiteux qui s’avançait jusqu’à elle a reculé au point d’ouvrir un passage aux bateaux.

Rattaché à la Norvège en 1920 et baptisé depuis Svalbard – le terme Spitzberg ne désignant plus alors qu’une partie du tout –, l’archipel témoigne aujourd’hui d’une nouvelle relation mêlant l’homme à la nature. Un climat extrême a longtemps dicté sa loi aux quelque 2 500 personnes qui s’y sont installées – essentiellement dans la capitale, Longyearbyen. Désormais, cette région est frappée de plein fouetpar les effets du réchauffement climatique dû à l’homme.

La côte nord-ouest du Spitzberg nous montre une fonte rapide des glaciers.
En voyant cela ainsi,un malaise nous prend au coeur…comme une appréhension de fin du monde.

La fonte du glacier de Blomstrand est l’un des nombreux chapitres de cette histoire agitée.  « Lorsque j’ai découvert la baie il y a onze ans, le fjord était intégralement gelé l’hiver, on pouvait le traverser sans problème en motoneige, » témoigne Sébastien Barrault, scrutant les flots depuis la salle panoramique du laboratoire d’étude de l’écosystème marin, basé à Ny-Alesund. Deux ans plus tard, il ne gelait que très partiellement et depuis le fjord n’est plus pris dans la glace. Dans leurs récits, les trappeurs évoquaient parfois des saisons sans glace, mais cette fois, il n’y a plus une seule année de glace en hiver. »

Le réchauffement climatique est très visible .Ici un vaste glacier s’avançait sur la mer.

En 2004, Sébastien Barrault s’installe six mois à Longyearbyen pour étudier la glaciologie à l’université du Svalbard (UNIS), puis découvre la Baie du roi, 100 kilomètres plus au nord. Cet exilé volontaire ne l’a plus quittée depuis, captivé par les grands espaces, le silence et une forme d’aventure. Conseiller scientifique de la Kings Bay, la compagnie administrant la base de Ny-Alesund, le Suisse dresse un autre constat : « L’étude des bancs de poissons révèle la présence dans le fjord d’espèces qu’on n’avait pas l’habitude de voir jusqu’ici, des maquereaux par exemple. La hausse de la température de l’eau confère à la baie des conditions atlantiques, au point que certains scientifiques vont chercher plus au nord un environnement plus représentatif de l’Arctique. »

Dans l’Arctique, touché par un pic de chaleur, « tout devient compliqué »

 

Pendant que la France claque des dents, on grelotte moins que d’habitude dans le grand Nord. Des températures supérieures de 25°C par rapport aux normales saisonnières sont relevées dans certaines zones de l’Arctique. De quoi dérouter les scientifiques qui y sont installés.

Voici le rapport très troublant de Piotr Kupiszewski ,un scientifique russe,au mois de février 2018:

Spitzberg: glacier de Lilliehook.

« Ici, il fait 4°C et il pleut, c’est assez spécial. » Piotr Kupiszewski, responsable de la station de Ny-Ålesund (Norvège), est démuni face à la vague de chaleur qui touche l’Arctique. Depuis la semaine dernière, des températures supérieures à 0°C ont été relevées au cap Morris Jesup, la station météo située la plus au nord du Groenland. 

L’AWIPEV, station franco-allemande où officie Piotr Kupiszewski, est installée sur l’île Spitzberg, dans la mer du Groenland. Ici aussi, la vague de chaleur qui touche l’Arctique se fait ressentir. Ces derniers jours, la température a atteint 4°C, alors qu’en 2017, la moyenne du mois de février s’élevait à -8°C, selon le responsable de la station. Et la pluie, qu’on ne voyait jamais à cette période de l’année, a fait son apparition lundi 26 février 2017. L’année dernière, les averses avaient duré trois jours, du jamais-vu pour Piotr et son équipe. 

« Il fait de plus en plus chaud ici, surtout l’hiver. Nos mesures depuis les années 1990 montrent que la température augmente de 3°C tous les dix ans. »

Piotr Kupiszewski

Dans cette région du monde, la pluie est synonyme de complications pour les scientifiques et les habitants, notamment en matière de déplacements. En temps normal, les habitants de Spitzberg circulent à moto-neige ou à skis pendant l’hiver. Des moyens de locomotion à oublier lorsque la pluie remplace la neige. « Avec la pluie, tout devient plus compliqué, déplore Piotr Kupiszewski. Nous avons des voitures pour nous déplacer dans la ville, mais partout ailleurs, il n’y a pas de routes. On est obligés de se déplacer à pied. »

Le fjord, lorsqu’il est gelé, permet aux courageux de relier les différentes îles de l’archipel du Svalbard. Mais c’est impossible lorsqu’il a fondu, ce qui est désormais le cas. « Cela nous oblige à faire de longs détours, ce qui n’est pas du tout pratique », expose Piotr Kupiszewski. Et pas la peine de songer à l’avion : la piste d’atterrissage de l’aéroport du Svalbard a gelé avec la pluie, à tel point que l’avion qu’attendait le chercheur lundi n’a pas pu se poser. Rien de dramatique puisque les scientifiques sont pourvus en nourriture jusqu’au prochain passage de bateau prévu en avril, mais il se passerait bien de cette contrainte. 

« Ici, on préfère la neige et le froid », souligne Piotr Kupiszewski. Et il n’est pas le seul à déplorer ce réchauffement. Les animaux aussi semblent déboussolés par les températures élevées de ce mois de février.

Photo de rennes prise aux iles Spitzberg en 2016.

« Les rennes mangent l’herbe présente sous la neige, mais lorsqu’il gèle, c’est impossible ».

Piotr Kupiszewski

Les bêtes sont donc à la diète, le temps que le froid revienne. La fonte du fjord pose aussi des problèmes aux ours polaires, obligés de parcourir de plus grandes distances pour se déplacer et se nourrir. Bref, quand l’Europe guette le redoux, tout le Svalbard espère le froid glacial. 

……………………………………………………………………….

Aux sources du Yangzi,

château d’eau en péril

 

Yang Yong, un géologue chinois, explore inlassablement le plateau tibétain, grand comme cinq fois la France, répertorie les changements affectant le plateau tibétain, sous l’assaut du climat et des hommes, là où prennent source les cours d’eau qui font vivre la moitié de la planète.

 

L’expédition lève le camp établi dans une bergerie abandonnée.

Grâce à ses cours d’eau, le plateau tibétain est le château d’eau de l’Asie. Son réchauffement, l’été, et la barrière montagneuse de l’Himalaya jouent également un rôle majeur dans le déclenchement des moussons, qui rythment l’agriculture de tout le continent.

Zhidoi, Qinghai, le 26 mai 2015. A plus de 4 500 mètres d’altitude, l’expédition traverse les steppes du plateau tibétain dans le parc naturel des Trois Fleuves.

  • Paysage de steppes et de montagnes dans le bassin des sources du Yangtzé. Le parc, d’une superficie de 365 000 kilomètres carrés, est la source du Yangtzé, mais aussi du fleuve Jaune et du Mékong.

    L’écosystème de la région, considérée comme le « château d’eau de l’Asie », s’est considérablement dégradé depuis plusieurs décennies avec en particulier une désertification des steppes, dont le réchauffement climatique est une des causes.

Le projet de Yang Yong est une œuvre titanesque. Il entend établir un modèle scientifique expliquant l’impact de l’activité humaine et des évolutions naturelles sur la région : le réchauffement, la fonte des glaces, la désertification des steppes. « Plus je constate de problèmes et plus je suis anxieux, mais mon approche doit nécessairement être celle d’un scientifique », explique ce géologue de formation dont même les amis proches concèdent qu’il a le caractère bien endurci allant avec le climat inhospitalier.

Avec les pôles Nord et Sud, le plateau du Qinghai-Tibet est la région la plus exposée à la fonte des glaces. Dans une étude publiée au mois de mai 2014, des chercheurs de l’Académie chinoise des sciences concluaient que 8 000 km2 de glaciers de la République populaire ont fondu au cours des trente dernières années, soit 15 % de leur superficie initiale. Le phénomène s’est accéléré depuis les années 1990, estimaient les auteurs, prévenant que le débit des grands fleuves de la région pourrait, à terme, s’en trouver substantiellement réduit.

Dès le premier jour d’une longue semaine sur la piste, les arbres ont disparu. Les villages commencent à se faire plus rares à leur tour, jusqu’à ce qu’on n’en traverse plus aucun pour ne découvrir, chaque jour, que quelques yourtes et les familles de nomades tibétains qui les habitent. Passé les 5 000 mètres, on rencontre de moins en moins de ces foyers isolés pour ne voir que quelques rapaces et des antilopes tibétaines.

Lorsqu’on la remonte, la rivière Tuotuo, portion la plus haute du Yangzi, se fait plus étroite. Ses berges sont gagnées progressivement par le sable. Quand la progression de l’équipe est à nouveau compromise par ce terrain impossible, Yang Yong en profite pour sortir sa loupe. Il s’agenouille et baisse la tête, posant un regard expert sur les grains de sable. En les comparant à des échantillons prélevés ailleurs, il veut établir une carte des vents puissants qui contribuent à la rapide désertification de la steppe. Il craint que, faute de mesures adaptées, le plateau tibétain ne devienne le prochain Taklamakan, grand désert de l’Ouest chinois.

Face à la désertification, les autorités mettent également en accusation le mode de vie nomade et l’élevage de yaks qui l’accompagne. Pékin dénonce le surpâturage et a imposé une décision des plus controversées : la sédentarisation forcée. Cette politique répond par la même occasion à l’obsession du pouvoir chinois de contrôler cette minorité agitée. Les nomades tibétains sont parqués dans de nouveaux villages modèles où les maisons sont strictement alignées. Y maintenir l’élevage comme activité économique relève de l’impossible, la concentration de foyers est trop élevée pour que chacun puisse laisser paître ses bêtes, et les variations de températures entre été et hiver à cette altitude rendent nécessaire de monter et descendre au rythme des saisons. L’élevage nomade de yaks a pourtant joué un rôle régulateur sur l’écosystème du plateau depuis des siècles. Aujourd’hui, sur les steppes, à perte de vue, des grillages viennent empêcher ces déplacements tout autant que la circulation des espèces sauvages.

Le surpâturage est considéré comme l’une des causes de la désertification du plateau tibétain. Le gouvernement a mis en place une politique de restriction du nomadisme pastoral, obligeant des milliers de nomades à se sédentariser. Cette politique au coût social élevé est extrêmement controversée et jugée inefficace.

Contre la désertification, le gouvernement chinois déclenche également, plusieurs fois par an, des pluies et neiges par un procédé artificiel, l’ensemencement des nuages à l’aide de fusées de chlorure d’argent. Autant de mesures à l’efficacité douteuse et aux effets secondaires imprévisibles – les risques de la mort-aux-rats pour les autres animaux, l’impact des clôtures sur la survie d’espèces déjà menacées, la destruction de l’économie nomade tibétaine ou encore le déclenchement forcé des pluies dans une région au climat des plus extrêmes.

Ces traitements adoptés à la va-vite par les officiels, sans réel débat, peuvent ajouter aux déséquilibres plutôt que d’y remédier : « Ces réponses ne reposent que sur une compréhension très superficielle de la chaîne de problèmes », s’inquiète M. Yang, cheveux en bataille, emmitouflé dans sa doudoune.

En revanche, l’exploitation minière va bon train, comme le prouve le va-et-vient des camions sur la grande nationale faisant le lien entre Lhasa et Xining et qui divise le plateau du nord au sud. Il en va de même de la construction de barrages sur le Yangzi et les autres fleuves de la région, l’un des sujets que Yang Yong suit au plus près.

Dans un pays où les critiques du pouvoir finissent derrière les barreaux, il convient de peser prudemment ses mots. Yang Yong prend donc soin de préciser qu’il ne s’est jamais dit ouvertement opposé au développement des barrages, il milite en faveur d’une approche scientifique, permettant de comprendre les fonctions naturelles, économiques et sociales des rivières. Bref, de réfléchir avant de poser de nouvelles retenues. « Or, notre mode de décision actuel n’est guidé que par l’argent », s’alarme l’aventurier.

Alors que la Chine, en pleine ascension, voudrait améliorer son soft power, c’est-à-dire sa capacité de séduction à l’international, des hommes comme Yang Yong sont probablement, et sans que le pouvoir s’en aperçoive, son meilleur atout. Ils montrent que, chez le premier émetteur de gaz à effet de serre, on se préoccupe aussi de l’avenir de la planète, que certains en font leur combat. « Maintenant, on se demande que faire face au changement climatique. Il faut changer toutes nos habitudes de vie »,lance M. Yang.

C’est de grandir près de la rivière Jinsha, le nom du Yangzi passé ses premières courbes, lorsqu’il serpente à travers les provinces du Yunnan et du Sichuan, qui amena Yang Yong à s’intéresser à la santé des fleuves. En 1986, il compte parmi les inconscients qui, pour la première fois, descendent l’essentiel du Chang Jiang(autre nom du « long fleuve », en mandarin), de sa source jusqu’à l’embouchure, à Shanghaï, en canot pneumatique. Plusieurs Chinois perdront la vie dans les rapides, tandis qu’un photographe américain périra du mal de l’altitude. C’est autour de ce même cours d’eau que Yang Yong va prospecter lorsque, après des études de géologie, il est embauché par une compagnie minière étatique ; mais il s’agit alors davantage de trouver des lieux à creuser. Il parvient à se faire muter au nouveau bureau d’études d’impact écologique lorsque cette entreprise se résout à en créer un. Sur son temps libre, il suit déjà en parallèle les problèmes environnementaux de la Chine, se rend aux conférences, écrit aux ministères. Une approche « à la fois révoltée et naïve ». Il démissionne, optant ainsi pour un engagement constructif mais absolu.


EN COMPLÉMENT SUR LE 

Yangzi

 la fin de la Déesse du YangZI

C’était un magnifique animal que l’on semble avoir oublié.

 

L’unique espèce de dauphin d’eau douce du pays, le dauphin du fleuve yang tsé, a connu une existence tragique, malgrès de nombreuses tentatives de conservation.
En effet sa population a très vite chutée en quelques décennies, voici un récapitulatif:

* Début du XXe siècle : 5 000 individus.
* 1979 : La République populaire de Chine déclare le dauphin de Chine « en danger ».
* 1983 : Une loi nationale interdit la chasse du dauphin de Chine.
* 1986 : Population de 300 individus.
* 1990 : Population de 200 individus.
* 1997 : Population de moins de 50 individus (13 trouvés)
* 1998 : Seulement 7 dauphins comptabilisés.
* 2006 : L’espèce est considérée comme éteinte après qu’une expédition de 39 jours échoue à retrouver un seul spécimen.
* 2007 : L’Académie chinoise des sciences annonce officiellement la disparition du dauphin de Chine, unique espèce de dauphin d’eau douce du pays.

Ce dauphin marque un tournant dans l’histoire de l’extinction massive animale car c’est le premier cétacé déclaré éteint à cause de l’activité humaine.

Les causes de sa disparition sont multiples, mais l’Homme y est impliqué dans toutes.
La première est l’importante pollution des rivières chinoises, surtout dans le fleuve de prédiléction de ce dauphin, le Chang Jiang.
Ce fleuve étant un moyen de transport largement utilisé, les nombreux cargos le parcourant empêchait le sonar de ce dauphin, rendant impossible leur alimentation, et en blessant souvent avec leurs hélices. En effet cet animal est presque aveugle et, comme les chauve souris, il se servait du sonar pour trouver ces proies et éviter les obstacles.
Comme beaucoup d’espèces de dauphins, la pêche au filet a grandement contribué à sa disparition. Se prenant dedans, le dauphin se débattait, s’emmelait encore plus, et finissait par se noyer.
Le coup de grâce fut certainement les modifications environnementales engendrées par le Barrage des Trois Gorges, officiellement mis en marche en 2009.
Celui a totalement changé l’environnement, réduisant les alluvions, augmentation considérablement l’érosion, altérant la profondeur du fleuve, augmentant la masse d’algues,…

Malgrès une photographie d’un individu prise le 13 août 2007 dans la ville de Tongling, le dauphin du Yang tsé est considérée comme une espèce éteinte.
Même si il reste quelques individus, ils ne seront jamais assez nombreux pour maintenir la survie de l’espèce, surtout que les activités humaines n’ont pas été modifié.
Encore une espèce animale a déploré, une perte irremplaçable pour la planète et pour l’humanité.


Alors qu’un nombre croissant de Chinois accède à la petite prospérité, il est conscient du poids que ce changement fait peser sur les ressources naturelles du pays. Il agira à sa façon, en se focalisant plus particulièrement sur les rivières qu’il qualifie de« système nerveux de l’Asie ». Il n’est pas membre des institutions officielles, les universités et l’Académie chinoise des sciences, car ces structures sont contrôlées de trop près, juge l’un de ses amis. Mais son approche centrée sur l’environnement et la science, et non sur la politique, lui permet de tenir en selle. Il est attaqué par les sociétés publiques qui construisent les barrages, elles arguent que ses recherches sont insuffisantes, qu’il n’est qu’un citoyen de la base, que, si le pouvoir a décidé d’une politique de construction massive de retenues hydroélectriques, c’est qu’il doit bien savoir ce qu’il fait. Lui parvient à monter ses expéditions, se débat pour parvenir cahin-caha à les faire financer. Sans même s’en apercevoir, il devient un modèle parmi ceux qui se renseignent sur l’environnement. Son approche scientifique lui permet de ne pas avoir à ses trousses l’appareil sécuritaire, comme c’est le cas de militants plus frontaux, même si son entourage juge qu’il est suivi de près.

Après un éprouvant périple, le glacier Jianggendiru, source officielle du Yangzi, apparaît enfin, au bout d’une longue vallée où ne vivent en tout et pour tout que sept familles d’éleveurs montagnards. Les moraines sont le signe d’un rapide recul ces dernières années. Yang Yong prend note du retrait de la masse glaciaire. Il l’a ainsi vue se retirer sur un bon kilomètre pour laisser place à un sol noir, et il en témoigne en comparant les photos prises à chacune de ses expéditions. En remontant, le Jianggendiru s’est divisé en deux parties qui ne se relient plus, alors que, lorsque l’explorateur l’a vu les premières fois, il ne formait qu’un seul bloc imposant.

Au pied du glacier de Jianggendiru, un nomade tibétain surveille son troupeau de yaks.

 

Des populations nomades sont désormais installées de manière permanente aux sources du Yangtzé, une hausse des températures ainsi que le recul du glacier leur permettent désormais de passer l’hiver à plus de 5 000 mètres d’altitude.

Image associée
Le glacier a fortement reculé au cours des dernières années sous l’effet du réchauffement climatique laissant place aux moraines glaciaires.

Spectatrice de ce recul, la famille d’éleveurs tibétains dont fait partie Namzha, 42 ans, a adapté son mode de vie. Puisque la barre des neiges éternelles est rapidement remontée autour du territoire qu’ils occupaient l’été, lui et ses proches ont pu envisager progressivement d’y rester également l’hiver. En 1999, la famille s’est lancée dans la construction d’une maison en dur, à moins de 5 km du glacier. Faute de réseau téléphonique, dans la vallée, les frères, sœurs et parents se parlent à l’aide de talkies-walkies. Dans la langue du Kham, inintelligible aux Tibétains venus d’ailleurs sur le plateau, Namzha explique que sa famille fut la première à s’installer à proximité du Jianggendiru, du fait de la fonte des glaces.

Les Tibétains témoignent volontiers que le scientifique chinois, rare visiteur dans cette région coupée du monde, n’affabule pas avec son obsession du changement climatique. « Lorsque j’étais petit, le glacier couvrait tous les alentours », se souvient Namzha, en indiquant un secteur allant jusqu’au pied des montagnes qui encerclent la vallée. Il décrit ainsi un grand cercle autour de lui. Trois décennies plus tard, il constate en se retournant vers le glacier amaigri : « Il ne nous reste plus que ça. »

Résultats de recherche d'images pour « glacier de Jianggendiru »


La Nouvelle-Orléans,

citadelle menacée par les eaux

Résultats de recherche d'images pour « La Nouvelle-Orléans, citadelle menacée par les eaux »

 

 

Le mur gris barre l’horizon. Une muraille de béton de plus de six mètres de hauteur qui court tout le long de la limite ouest du Lower Ninth Ward, à La Nouvelle-Orléans. Elle épouse le tracé du canal qui relie le Mississippi au sud, le lac Pontchartrain au nord et le mal nommé lac Borgne, totalement ouvert sur l’océan, à l’ouest. Le 29 août 2005, gonflées par les vents de l’ouragan Katrina, les eaux du chenal avaient emporté la digue qui protégeait ce quartier populaire. Les flots furieux avaient tout submergé, précipitant même une bargetel en bélier contre les maisons de bois installées en contrebas, balayées en un instant. Cette barge en perdition était devenue l’un des symboles du désastre.

Ce passé, la vieille dame de la maison située à l’angle des rues Prieur et Deslonde ne veut plus en entendre parler. Trop douloureux. Dan Cunningham, qui habite un peu plus loin, se souvient, lui, qu’il n’avait pas quitté La Nouvelle-Orléans avant l’ordre d’évacuation donné le 28 août. Il s’était alors réfugié à Bâton-Rouge, à 130 kilomètres de là, tout comme le doyen du quartier, Freddy Robinson. « Ma fille au téléphone me suppliait : pars, pars, me disait-elle, elle avait raison », raconte ce dernier. L’un des amis de Dan Cunningham n’avait pas voulu quitter le quartier. Quelques heures plus tard, son nom s’ajoutait à la liste des 1 836 victimes identifiées de l’ouragan.

Image associée

Entre 2000 et 2010, le Lower Ninth Ward a perdu les trois quarts de ses habitants, chassés par Katrina. La reconstruction a tardé, et elle est encore loin d’être achevée. Il a fallu se battre contre le projet de la municipalité de convertir une partie du quartier en espace vert, lutter pour obtenir des indemnisations. Les arbres qui ont poussé là où s’élevaient les maisons anéanties sont déjà grands et vigoureux. De nombreux blocs géométriques délimités par le plan hippodamien n’ont encore qu’une poignée de maisons, au lieu d’une bonne vingtaine avant Katrina. Les futurs élèves de l’école en travaux qui ouvrira bientôt ses portes près de la maison de Freddy Robinson viendront principalement d’autres quartiers.

Guérilla juridique

Coiffées de panneaux solaires, des maisons à l’architecture parfois audacieuse, qui trahit une tentation de gentrification, cohabitent avec les répliques des pavillons plus modestes de naguère. Dan Cunningham est revenu vivre à Lower Ninth Ward il y a deux ans, tout comme Freddy Robinson ou encore Marie-Belle Nelson-Johns, installée également rue Deslonde, et qui n’imaginait pas finir ses jours ailleurs. « J’ai retrouvé certains de mes voisins, mais ce n’est plus comme avant, il n’y a plus un seul magasin ici », soupire-t-elle.

Pour Errol E. Joseph et son épouse, il faudra encore patienter. Ce n’est qu’au terme d’une longue guérilla juridique que le couple a pu obtenir toutes les autorisations et le financement nécessaires pour rebâtir leur maison. Entrepreneur en bâtiment, Errol s’occupe lui-même des travaux avec le soutien de bénévoles venus d’autres Etats américains ou même d’Europe. Tous laissent des messages d’encouragement avec lesquels le couple se promet de tapisser les murs d’une des pièces de sa future demeure. Vivre ailleurs, plus à l’abri, Errol Joseph ne l’a jamais imaginé. « C’est chez moi ici », répète-t-il avec conviction.

En 2005, les vagues s’étaient engouffrées dans le canal, l’un des nombreux bras rectilignes creusés initialement sur un axe Nord-Sud pour évacuer les eaux

Dix ans après Katrina, La Nouvelle-Orléans est à l’image du Lower Ninth Ward. Avec 370 000 habitants, sa population est encore nettement inférieure à celle d’avant le passage de l’ouragan (480 000), mais elle en hausse par rapport au recensement de 2010 (340 000). Cette ville baroque, dont l’identité hésite entre ses racines caribéennes et ses attaches américaines, attire de nouveau, ce qui lui a valu d’être saluée par le président Barack Obama lors de sa visite, jeudi 27 août. Les travaux engagés après le désastre lui garantissent désormais une relative sécurité, même si une partie de ses quartiers reste frappée d’une tare rédhibitoire : celle d’être située sous le niveau des eaux qui l’entourent.

Cette sécurité prend la forme d’une série de portes, pesant chacune onze tonnes, au bout du London Avenue Canal, au nord de la ville. Elles sont capables, une fois abaissées comme autant de guillotines, de faire barrage aux vagues venues du lac Pontchartrain en cas de crue. En 2005, ces vagues s’étaient engouffrées dans le canal, l’un des nombreux bras rectilignes creusés initialement sur un axe Nord-Sud pour évacuer les eaux des parties les plus basses de la ville, ouvrant des brèches dans les digues et inondant les alentours.« Nous sommes désormais capables de répondre à une hausse du niveau du lac sans pour autant être privés de la capacité de rejeter de l’eau hors de la ville », explique Ricky Boyett, du US Army Corps of Engineers, l’institution chargée de ces travaux pharaoniques, en décrivant le fonctionnement des énormes conduites d’évacuation raccordées à des pompes de forte capacité qui enjambent le dispositif.

  • Dan Cunningham se souvient qu’il n’avait pas quitté La Nouvelle-Orléans avant l’ordre d’évacuation donné le 28 août. Il s’était alors réfugié à Bâton-Rouge.

     

  • Résultats de recherche d'images pour « La Nouvelle-Orléans, citadelle menacée par les eaux »

    Entre 2000 et 2010, le Lower Ninth Ward a perdu les trois quarts de ses habitants, chassés par Katrina. La reconstruction a tardé, et elle est encore loin d’être achevée.

Pluie de critiques

Au lendemain du passage meurtrier de Katrina, les critiques avaient plu sur ce corps d’élite dépendant de l’armée. Responsables des grands travaux décidés après la grande inondation de 1927, ces ingénieurs avaient enserré la ville dans le plus grand réseau de digues de son histoire. Mais le lent affaissement des terres a mis en évidence les faiblesses structurelles de murailles dépourvues de véritable assise et qui se sont effondrées comme des dominos sous l’effet de flots dotés d’une puissance inédite.

Les critiques ont été décuplées par la mise en évidence des effets destructeurs de réalisations de ce même corps d’élite, à commencer par le percement d’un canal reliant le Mississippi aux eaux du golfe du Mexique, le Mississippi River Gulf Outlet. Cette autoroute aquatique censée augmenter les capacités portuaires était obsolète dès sa mise en fonction, avec l’accroissement de la jauge des bateaux. Mais, en 2005, elle a procuré à l’ouragan un accès idéal à La Nouvelle-Orléans, jusqu’au Lower Ninth Ward, pendant que la défaillance de ses digues noyait les 100 000 hectares de la paroisse Saint-Bernard, aux portes de la métropole.

Après la catastrophe, il a fallu l’insistance d’experts néerlandais et l’activisme d’organisations citoyennes, comme Levees.org, pour convaincre les ingénieurs de la nécessité de fermer cet axe stratégique par de nouvelles digues. « Cela a pris un peu de temps », soupire H. J. Bosworth, l’un des experts de cette association. « Les ingénieurs de l’Army Corps considèrent souvent qu’ils sont les seuls à savoir mais, au final, nous sommes satisfaits du résultat. On peut dire que La Nouvelle-Orléans n’a jamais été aussi bien protégée qu’aujourd’hui. » L’eau est pourtant toute proche derrière le mur de béton entourant, là aussi, le canal qui file en ligne droite vers le lac Pontchartrain, bien plus haute que les maisons du quartier. Mais H. J. Bosworth ne doute pas de la solidité du rempart.

Tous les maux de la ville ne sont certes pas réglés. Lorsqu’on demande aux habitants du Lower Ninth Ward s’ils se sentent en sécurité, ils sont nombreux à évoquer spontanément le crime plutôt que la menace d’une nouvelle inondation. Mais, à ce chapitre, La Nouvelle-Orléans apprécie manifestement le répit apporté par ses nouvelles lignes de défense, qui ont coûté plus de 14 milliards de dollars (12 milliards d’euros) aux contribuables américains, une somme allouée par le Congrès, mais dont l’entretien revient désormais à l’Etat de Louisiane et à la ville. Cette somme, H.J. Bosworth la relativise compte tenu des services rendus selon lui par le port de La Nouvelle-Orléans, porte d’entrée et de sortie des Etats-Unis sur le monde.

Résultats de recherche d'images pour « La Nouvelle-Orléans, citadelle menacée par les eaux »

Les digues ne peuvent pas tout

Ricky Boyett, pourtant, se garde du moindre triomphalisme. « C’est bien de pouvoir montrer tout ce qu’on a fait depuis Katrina, explique-t-il, mais le pire serait que les gens se bercent d’illusions. » « Tout cela permet de limiter les dégâts, assure-t-il, en montrant le barrage qui sera remplacé en aval par un dispositif encore plus perfectionné en construction, mais il faudra toujours se tenir prêt pour une nouvelle évacuation. » Cette crainte d’une trop grande autosatisfaction taraude également John Lopez, qui a dirigé une fondation consacrée à la préservation des eaux salées du lac Pontchartrain et qui s’occupe désormais d’un programme visant celle des côtes. John Lopez plaide depuis longtemps pour une stratégie de « lignes de défense multiples »face aux tempêtes. Une stratégie qui rappelle que les digues ne peuvent pas tout.

Les meilleures intentions peuvent se révéler mortelles. Les digues érigées avant et après la grande inondation de 1927 ont certes évité à La Nouvelle-Orléans de subir les excès du Mississippi, « grand fleuve » de son nom amérindien, mais elles ont aussi privé le delta des alluvions charriées jusqu’alors, le privant de munitions face aux attaques incessantes de l’océan. Selon les chiffres de la Coastal Protection et Restoration Authority (CPRA), près de 1 900 miles carrés (4 900 kilomètres carrés) ont disparu des côtes de Louisiane depuis 1930, principalement autour de La Nouvelle-Orléans. Un total de 1 700 miles carrés s’évanouira également d’ici à cinquante ans si rien n’est entrepris. La Nouvelle-Orléans deviendra une île forteresse.

Les comparaisons à vertu pédagogique sont devenues monnaie courante pour faire prendre conscience du péril. L’équivalent de la superficie de l’Etat du Delaware est désormais recouvert par l’océan, qui grignote celle d’un terrain de football américain toutes les heures. A ce rythme, Central Park disparaîtrait en un mois, et Manhattan en un an et demi… Dans « les lignes de défense multiples » qui tiennent tant à cœur à John Lopez, la moitié d’entre elles sont naturelles : il s’agit des marais salés, ou d’eau douce, consolidés par la végétation, des bras de mer et des levées naturelles qui ont pour mission de briser l’élan des vagues. De protéger les digues qui protègent les hommes.

A l’entrée du bayou Saint-Jean qui donne sur le lac Pontchartrain, John Lopez fait visiter le petit marais qui vient d’être reconstitué sur l’une des rives en tirant profit d’un dragage. En un peu plus d’un an, les herbes et les plantes résistantes à l’eau salée ont enfoui leurs racines dans le sol reconstitué qui résiste désormais aux vagues du lac, réduisant d’autant les risques d’érosion à la base de la digue qui enserre le bayou.« C’est très dynamique et très encourageant, même si c’est aussi coûteux », assure-t-il.

« Si tu casses, tu répares »

Dans les couloirs de l’université Tulane, à La Nouvelle-Orléans, un autre franc-tireur n’a pas de mots assez durs à l’égard de l’impact des compagnies pétrolières sur l’état de la côte. Oliver Houck, qui enseigne le droit et qui est passionné par les questions d’environnement, s’est installé définitivement en Louisiane après avoir bataillé victorieusement contre un projet de drainage du grand marais d’Atchafalayapar le corps des ingénieurs de l’armée, il y a des décennies. « Les pétroliers ne prennent pas leur part de responsabilités, ils préfèrent mettre en cause les digues. Ils connaissent la règle : si tu casses, tu répares. Et ça, ils ne le veulent pas. »

Le paradoxe de La Nouvelle-Orléans est qu’une seconde catastrophe va pourtant permettre en partie de lutter contre les effets d’une première. Une partie des indemnités que doit verser la compagnie BP après la pollution entraînée par l’explosion de la plate-forme Deepwater Horizon dans le golfe du Mexique, en 2010, va alimenter en effet les caisses de la Louisiane et donc permettre de réaliser des travaux engagés après Katrina. La plainte déposée notamment par John Barry aurait toutefois permis de financer davantage encore ces projets de préservation.Un juge, ancien élève du professeur Houck, l’a estimée cependant non recevable, et ce dernier ne s’attend pas à un miracle en appel.

La publicité faite à la plainte a cependant accéléré la prise de conscience des périls à venir et des responsabilités humaines pour une catastrophe présentée initialement comme naturelle. Tout comme l’activisme des associations qui avaient pris le relais de rouages administratifs et politiques totalement dépassés par les événements en 2005. Après Katrina, l’architecte David Waggonner a ainsi contribué à amorcer une réflexion publique en mettant en cause des décennies de rapports hostiles de la ville à son environnement aquatique. Installé dans son cabinet de Garden District, quartier élégant de la ville, il manipule comme un talisman la petite maquette d’une coupe de la ville soulignant la profondeur du lit du Mississippi. « Au lieu de vivre contre l’eau qui est partout, glisse-t-il, le temps est venu de vivre avec elle. »

EN CONCLUSION

Dans  plus de 100 millions d’années,longtemps après l’extinction de l’humanité sur Terre,si des visiteurs extraterrestres survolent notre monde,ils pourront redécouvrir  la ville de Nouvelle-Orléans ainsi que plusieurs autres villes d’orient…fossilisées sous une épaisseur de sédiments marins…pourquoi?

Image associée

 

Parce que certaines villes ont commencé un processus étrange, elles s’enfoncent tout simplement dans le sous-sol. Mais pourquoi ?

L’affaissement des villes (côtières en Asie surtout) a commencé. Ce phénomène assez nouveau porte un nom, la subsidence. À Bangkok par exemple, la ville est passée de 4 à 14 millions d’habitants en quelques années. Bien évidemment, ça n’est pas le poids des gens qui provoque le phénomène, mais une simple combinaison des besoins.

Besoin numéro 1: Loger tout ces gens, bien sûr; il faut construire d’énormes buildings et les relier par des routes et autoroutes, ce qui entraîne une adjonction de milliard de tonnes de béton et d’acier.

Besoin numéro 2: Il faut hydrater tout ce beau petit monde, leur donner accès à l’eau courante et la méthode la plus simple consiste à pomper comme des fous dans les nappes phréatiques.

Résultat garantit: Les villes s’effondrent !

Elles descendes littéralement dans les nappes phréatiques et le rythme est impressionnant, 1 mètre en 5 ans. Dommage collatéral: comme la descente n’est pas homogène et que ces villes bordent des mers ou des océans, elles doivent faire face à des inondations de plus en plus dangereuses et difficiles à combattre.

Donc en plus de la montée des eaux dans les océans,notre augmentation démographique hors contrôle  a une influence sur la stabilité même des villes!

Nous vivons non seulement une fin de civilisation,mais une fin d’espèce en même temps!

Le responsable est connu: l’économie néolibérale!

Une des manières de se prémunir contre les dégâts dus aux inondations est de créer de gigantesques digues le long des côtes ou encore des portails démesurés à l’intérieur des villes comme à Tokyo au Japon pour permettre d’isoler des quartiers et de les rendre étanches.Mais cette mesure n’est pas faite pour durer éternellement!

La subsidence est belle et bien la réponse de la planète à un besoin d’urbanisation à outrance toujours plus effréné.

 

 

Astronomie:après l’étrange astéroïde venu d’un autre système stellaire, un autre corps céleste passera tout près de la Terre

L’astéroïde 3200 Phaéton s’approche de la Terre qu’il va frôler juste avant Noël. Ce corps céleste baptisé en référence au fils d’Hélios, le dieu grec du soleil, fait 5 kilomètres de diamètre. Il passera à environ 10 millions de kilomètres de notre planète, une distance très étroite à l’échelle de l’espace. Les caractéristiques de l’astéroïde le mettent d’ailleurs dans la catégorie de ceux jugés potentiellement dangereux par la NASA.

 

Après l’étrange astéroïde venu d’un autre système stellaire, un autre corps céleste passera tout près de la Terre le 17 décembre prochain, à environ une semaine de Noël. 3200 Phaéton n’est pas inconnu des astronomes. Il a été observé pour la première fois en 1983 et est considéré comme le corps parent des météores Géminides dont la prochaine pluie est attendue comme chaque année à la mi-décembre.

 

3200 Phaéton passera tout près de la Terre le 17 décembre

3200 Phaéton a un diamètre de 5 km, soit une taille environ deux fois moindre que celle de Chicxulub, l’astéroïde qui aurait exterminé les dinosaures. Son orbite, très inhabituelle, le faire passer plus près du soleil que n’importe quel autre astéroïde. D’après des astronomes de l’université fédérale russe Immanuel Kant Baltic, 3200 Phaéton était autrefois un objet beaucoup plus grand. Ses nombreuses approches du soleil l’ont progressivement mis en morceaux. Ces derniers seraient à l’origine de la pluie des Géminides observable dans le ciel chaque mois de décembre.

La NASA se dit impressionnée par cet astéroïde, qui est capable de produire le genre de pluie de météores normalement associée aux comètes. C’est en effet la seule pluie de météorites produite par un astéroïde, ce qui demeure un mystère selon l’agence spatiale. 3200 Phaéton est classé dans la catégorie des astéroïdes potentiellement dangereux. Il passera à un peu plus de 10 millions de Kilomètres de la Terre. Dans la même période, ne manquez pas l’essaim des Géminides dont le pic est attendu pour le 13 décembre.


EN COMPLÉMENT

L’astéroïde venu d’un autre système stellaire a une forme allongée « hallucinante »

 

Des astronomes ont détecté il y a quelques semaines un astéroïde d’une forme étrange. Sa provenance d’un autre système stellaire vient d’être confirmée. C’est la première fois qu’un astéroïde venu d’ailleurs est repéré par un télescope, ce qui constitue un événement exceptionnel pour la communauté scientifique.

Un très étrange objet céleste baptisé Oumuamua.

 

Le mystérieux astéroïde avait été détecté le 19 octobre dernier par le télescope Pan-STARRS1 situé à Hawaï. Les astronomes n’ont pas tardé à émettre l’hypothèse qu’il pourrait s’agir d’un objet céleste provenant d’un autre système stellaire. Aperçu sous la forme d’un petit point lumineux, il se déplaçait à très grande vitesse et s’éloignait du Soleil en direction de l’espace interstellaire. Il fallait réagir avec promptitude.

Le Très Grand Télescope de l’Observatoire européen austral a immédiatement été mis à contribution pour une analyse plus poussée des caractéristiques de l’astre, qu’il serait autrement impossible de réaliser avec un petit télescope. Les astronautes sont désormais formels. L’astéroïde qui a depuis été baptisé Oumuamua est bien le premier en provenance de l’espace interstellaire à être observé par un télescope.

Cet étrange astéroïde venu d’ailleurs accroche les astronautes

D’après les observations, l’astéroïde est de couleur très sombre, absorbant 96 % de la lumière projetée sur sa surface. Il est inerte, aucun gaz ou poussière n’ayant été détecté dans son environnement proche. La longueur de l’astéroïde est estimée à plus de 400 mètres et sa largeur à environ 40 mètres. Sa forme, qui ressemble à celle d’une cigarette ou d’un stylo est « hallucinante », selon Patrick Michel, spécialiste des astéroïdes à l’Observatoire de la Côte d’Azur cité par LeFigaro.

Aucun des plus de 750.000 astéroïdes et comètes observés jusqu’ici dans notre système solaire ne se présente sous cette allure. Les premiers calculs basés sur son orbite permettent d’établir que l’objet est originaire d’une région voisine à l’étoile Vega, dans la constellation de la Lyre. À sa vitesse incroyable de 95 000 kilomètres à l’heure, il faudrait 300 000 ans à l’objet céleste pour atteindre la Terre depuis Vega.  Et vu que cette étoile n’était pas au même endroit il y a 300 000 ans, les scientifiques estiment que Oumuamua traverse probablement a probablement erré dans la Voie lactée pendant des centaines de millions d’années avant de croiser par hasard notre Système solaire.

 

L’immense astéroïde Florence, de 4,4 km de diamètre, est passé à environ 7 millions de kilomètres de la Terre le 1er septembre 2017, permettant aux scientifiques du monde entier de l’observer, sous réserve de disposer d’un accès à du matériel approprié. Car cette distance, relativement « proche » à l’échelle astronomique, reste gigantesque – près de 18 fois la distance Terre-Lune.

 

 

 

 

L’HUMANITÉ EN DANGER:LES SUPERVOLCANS MONTRENT SOUDAINEMENT DES SIGNES D’UNE ÉRUPTION POSSIBLE

 

Les résidents du village de Sitoluama dans le district de North Sumatra en Indonésie sont dans un état de panique alors que le sol sous leurs maisons devient chaud et qui émettra de la vapeur qui sent le soufre et le gaz. Lorsque vous habitez près du lac Toba, cela est une source d’alarme car le lac remplit la caldeira du supervolan Toba qui a éclaté il y a environ 70 000 ans, provoquant la plus grande éruption connue sur Terre au cours des 2,5 millions d’années. Est-ce que Toba se prépare à souffler et à changer le climat global à nouveau?

La chaleur et la vapeur gazeuse ont commencé le 27 mai 2015, selon la résidence Purasa Silalahi, qui a senti les carreaux de céramique sur son plancher chaud. La vapeur et l’odeur de gaz provenant des pores du sol ont été craints de menacer la sécurité des gens, alors nous les signalons au gouvernement. Certains experts croient que la dernière éruption de Toba a causé un «hiver volcanique» qui a abaissé la température globale moyenne de 3 à 5 degrés C et a déclenché la dernière période glaciaire. Cela a peut-être causé une énorme baisse de la population humaine à l’époque à peine quelques milliers de personnes. Le supervolcan a dégagé 700 kilomètres cubes (2 800 kilomètres cubes) de magma. Pour mettre cela en perspective, l’éruption de Krakatoa en 1883, l’une des plus importantes enregistrées, a publié seulement 3 milles cubes de magma. Tobaalso a envoyé une énorme quantité de cendres volcaniques sur l’océan Indien, la péninsule indienne et la mer de Chine méridionale, parcourant jusqu’à 4 350 km (7 000 km). Devrions-nous nous préparer à un autre hiver volcanique? Personne ne sait, ou admet le savoir. L’agence environnementale de Toba Samosir étudie, tout comme le Département des Mines et de l’Énergie du Nord de Sumatra, mais il n’y a jamais eu d’infiltration de gaz dans la région et il n’y a pas de gisements de gaz ou d’huile connus pour provoquer la fuite. L’Indonésie est dense avec les volcans, dont beaucoup sont actifs. L’ activité volcanique et sismique semble augmenter à l’échelle mondiale. Certains ont lié cette activité au pole shift. Fracking ne contribue pas. Le changement climatique n’est pas non plus. Toba est le volcan le plus grand, le plus méchant et le plus effrayant du groupe et il peut être éveillé .

Devrions-nous être inquiets ?

Bien que le débat se fasse aux États-Unis pour savoir si les humains et les dinosaures ont parcouru la Terre en même temps, il n’y a pas de tel argument sur Mars si vous croyez les dernières photos … 


LA CALIFORNIE EST BALAYÉE PAR UN  TREMBLEMENT DE TERRE À L’ÉCHELLE DE 5.2, LES CRAINTES D’UN  «BIG ONE» REPRENNENT

Un tremblement de terre qui a mesuré 5,2 sur l’échelle a été enregistré comme ayant eu lieu dans la région de Los Angeles, en Californie . Le reste de l’état a souffert de différents degrés de répit après l’événement naturel. Il s’est passé à Borrego Springs à un peu plus d’un demi-mille sous la surface. Ce n’est pas très profond du tout.

Mouvements techtoniques le long de la Californie.

IL Y A DES CRAINTES QUE LA CALIFORNIE EST EN RETARD POUR UN TREMBLEMENT DE TERRE ÉNORME

Il arrive que cela ait eu lieu au moment où les organismes officiels sont ensemble pour élaborer un plan de désastre dans l’événement impensable de quelque chose comme un tsunami devrait jamais atteindre la ligne de la côte californienne. 

Il y a aussi des craintes chez les fonctionnaires et le public en général qu’un très grand tremblement de terre est en retard dans l’état. Depuis des années, le tremblement de terre a frappé la Californie et l’État s’accroît. De nombreux types de recherche ont noté qu’il y a eu une augmentation de l’activité de la nature du tremblement de terre récemment en Californie, ce qui indique qu’un séisme grave pourrait être en cours de route. Le coup de choc a été spécifiquement ressenti dans la ville de LA, qui était à 100 milles à l’extérieur de l’épicentre du tremblement de terre. Il a duré un peu plus de 3 secondes, mais a encore secoué les résidents qui regardent maintenant avec un léger sentiment de peur pour voir ce qui se passera dans les prochaines semaines. Généralement, les tremblements de terre ne comportent pas beaucoup d’avertissements. En effet, certains de ceux qui atteignent un sommet de la balance ne donnent aucun avertissement du tout. Et même s’ils le faisaient, bien que les gens puissent évacuer, ils ne pouvaient pas simplement ramasser leurs maisons et partir. Un tremblement de terre de grandeur dans une ville construite telle que LA entraînerait une destruction à grande échelle. Les bâtiments qui coûteraient des milliards à reconstruire seraient détruits dans les moments avec les trésors de la nation américaine  tels que le signe de Hollywood .

Ah!que le temps fuit sur notre planète!

MAINTENANT, LA NASA VEUT FORER  LA BASE DU VOLCAN DE  YELLOWSTONE POUR ÉVITER UNE ERUPTION CATASTROPHIQUE RISQUEUSE

Le membre du Conseil consultatif de la NASA, Brian Wilcox, a fait une révélation horrible lors de la discussion d’un rapport de l’agence spatiale. Il a déclaré que si les propositions risquées de la NASA vont de l’avant, afin d’éviter une éruption, elles pourraient se tromper et cela pourrait entraîner des conséquences désastreuses et voir le volcan de Yellowstone éclater.

 

LA TENTATIVE DE LA NASA POURRAIT SE TERMINER EN CAS DE CATASTROPHE L’une des façons dont la NASA envisage de forer au bas du volcan et à travers une poussée d’eau qui est pressurisée, sort la chaleur de la chambre du magma. Cependant, Wilcox a déclaré qu’il y a de bonnes chances que la tentative ne soit pas réussie et qu’elle pourrait se terminer par une catastrophe.

 

La NASA a l’intention de sauver des gens de ce qu’on appelle une éruption super volcanique comme celle de certaines des éruptions les plus étonnantes des volcans. Des photographies ont été capturées à partir de la lave flottant vers le bas de Kilauea avec des cendres en train de cracher hors des cratères, en envoyant des plumes de fumée qui s’élèvent de plusieurs milliers de pieds dans l’air. L’une des éruptions les plus violentes était celle du mont Sakurajima.

YELLOWSTONE EST DÛ POUR UNE ÉRUPTION

Il a été dit que Yellowstone explose autour de 600 000 ans et la dernière fois qu’il a explosé il y a 600 000 ans, donc le volcan est à court d’exploser. Wilcox a déclaré que si la NASA s’avançait et s’efforcerait d’aller dans les chambres du magma pour tenter de la refroidir à partir de là, ce serait une procédure très risquée. Il est allé dire que cela pourrait rendre les chambres de magma encore plus fragiles et cela signifierait qu’il serait susceptible de se fractrer. Wilcox a poursuivi en disant que la libération de gaz nocifs pourrait être déclenchée dans le haut de la chambre, qui autrement n’aurait pas été relâché. Alors que Wilcox sait qu’il faut faire quelque chose, il ne croit pas que la NASA ait la bonne réponse. Il y a eu de nombreuses catastrophes dans le monde tout au long des siècles et beaucoup ont été créés par l’homme grâce au terrorisme et aux guerres. Cependant, la Mère Nature y joue un rôle et peut faire beaucoup de dégâts.

L’ÉRUPTION DES VOLCANS EST UNE MENACE PLUS GRANDE QUE L’ASTÉROÏDE OU LA COLLISION AVEC UNE COMÈTE

Wilcox a déclaré qu’il avait été membre du Conseil consultatif de la NASA sur la Défense planétaire et il a étudié diverses manières dont la NASA pourrait défendre la Terre à partir de comètes et d’astéroïdes. Il a dit qu’il avait atteint la conclusion, au cours d’une étude, qu’une menace de super volcan est plus grande que celle d’une comète ou d’un astéroïde. Il y a 20 super volcans sur terre et, s’ils émergeaient, ils déclencheraient des effets qui pourraient changer la planète. Lorsque le volcan Eyjafjallajokul d’Islande a éclaté en 2010, les voyages aériens en Europe se sont presque arrêtés. Cela a été la plus grande perturbation des voyages aériens depuis la Seconde Guerre mondiale. Le pilier de la fumée provenant de l’éruption atteint une hauteur de 11 km et jusqu’à la Russie. Maintenant, on craint que la même super éruption ne se reproduise cette année.

L’ÉNORME ÉRUPTION VOLCANIQUE POURRAIT METTRE FIN À LA RACE HUMAINE DUE À LA FAMINE

La dernière grande éruption a eu lieu il y a environ 26 500 ans en Nouvelle-Zélande et elles sont très rares. Cependant, si un événement similaire devait se produire aujourd’hui, cela pourrait entraîner un hiver nucléaire et cela pourrait signifier que les êtres humains sont effacés de la Terre en quelques mois, en raison de la famine. Wilcox a déclaré qu’une éruption de Yellowstone est imminente et qu’il est urgent de faire quelque chose. Il a poursuivi en disant qu’il s’agissait d’exploser et quand et si cela fait que les gens seraient forcés de s’asseoir et de prendre connaissance.

 

 

L’ampleur de la Sixième Extinction massive des espèces

 

chine-lac-asseche

 

 

 

http://planeteviable.org/ampleur-sixieme-extinction-massive-des-especes-en-question/ Les activités humaines sont à l’origine d’une inquiétante disparition des espèces vivantes. Cette extinction progressive est menaçante car les services que nous rend la nature reposent sur la diversité biologique. L’estimation du nombre d’espèces qui disparaissent a conduit les scientifiques à dénommer cette crise sixième extinction massive, en référence aux cinq extinctions massives qu’a […]

via L’ampleur de la sixième extinction massive des espèces en question — Enjeux énergies et environnement

Afrique : Faux-prophètes et charlatans de la Fin des Temps — eschatologiablog

Il n’est pas de symptômes plus saisissants de la décadence des sociétés africaines que l’effrayante prolifération des églises de réveil. Aucun pays africain n’est épargné par le phénomène des nouvelles sectes religieuses qui s’y implantent et s’y développent à un rythme qui échappe à tout contrôle. Couples brisés, familles divisées, enfants abandonnés: son ampleur est […]

via Afrique : Faux-prophètes et charlatans de la Fin des Temps — eschatologiablog

Danger planétaire:pourra-t-on éviter l’astéroïde Bennu

 

 

La chasse à l’astéroïde Bennu est ouverte ! Après la sonde Rosetta, partie à la conquête de la comète Tchouri, c’est au tour de la Nasa, l’agence spatiale américaine, de se lancer dans la traque à l’objet céleste, version… « Armageddon ». Ce soir décollera de Cap Canaveral (Floride) la sonde Osiris-Rex, dont l’une des missions sera de vérifier si ce gros caillou de 500 m de diamètre — presque deux fois plus massif que la tour Eiffel — risque bel et bien de croiser la route de la Terre.

La route de l'astéroïde Bennu.
La route de l’astéroïde Bennu.

Bennu n’a été repéré qu’en 1999. Mais, d’ores et déjà, ce petit bolide, qui évolue à la vitesse vertigineuse de 101 000 km/h autour du Soleil et croise tous les six ans l’orbite de la Terre, figure, selon la Nasa, dans le duo de tête des candidats potentiels à une collision. Quand ? « Entre 2175 et 2196 », a calculé la Nasa. Mais pas de panique ! Cette probabilité d’impact demeure faible : une chance sur 2 500, selon ses évaluations. « Pour moi, c’est plutôt une sur 10 000 car, au-delà de cent ans, ce genre de prédiction demeure très aléatoire, nuance François Colas, astronome au Muséum national d’histoire naturelle, mais ce qui est sûr, c’est que Bennu va passer à la fin du XXIIe siècle très près de notre planète. Or, plus il se rapprochera, plus son orbite se déformera et on ne peut pas totalement exclure qu’il soit, alors, happé par la gravité de la Terre. » Raison de plus pour aller y voir de plus près ! Et tenter de voir comment on peut anticiper la menace.

«Tous les mille ans, un objet céleste de la taille d’un terrain de football s’écrase sur la Terre » françois colas, astronome

Car le risque de chute de météorites capables de raser une ville entière est de plus en plus pris au sérieux par les agences spatiales. « Un très gros impact finira bien par arriver, prévient François Colas, tous les mille ans, un objet céleste de la taille d’un terrain de football s’écrase sur la Terre », souligne-t-il. « Les impacts sont déjà une réalité, rappelle l’astrophysicien du CNRS Patrick Michel, chaque année, des dizaines de milliers de tonnes de matériaux bombardent la Terre, mais la plus grande partie est détruite en entrant dans l’atmosphère ou tombe dans les océans ou les déserts. »

Mais pas toujours. Le 15 février 2013, l’explosion d’un astéroïde que personne n’avait vu venir, au-dessus de Tcheliabinsk (Russie), a blessé plus d’un millier de personnes, attirées aux fenêtres par l’intensité de la lumière produite. L’objet n’avait pourtant rien d’un monstre : il n’avait que 15 à 20 m de diamètre et pourtant, en explosant, il a dégagé une énergie équivalant à 35 bombes d’Hiroshima…

Peut-on se protéger de ce genre d’accidents extraterrestres ? Pour l’instant, la réponse est clairement non ! Car on n’en est qu’au début de la détection des astéroïdes. Pour les plus gros, ceux de plus de 1 km, synonymes de fin du monde, c’est quasi fait : « On les connaît à 90 % et aucun ne nous menace », précise Patrick Michel. Pour les plus petits, c’est une autre histoire. Le recensement des objets d’un diamètre de plus de 140 m, en clair de tous ceux pouvant rayer une région de la carte, n’en est qu’au début. A ce jour, on n’en connaît que 15 à 20 % et il faudra encore de dix à vingt ans pour y voir clair.

Mais les scientifiques ne baissent pas la garde. En 2022, l’Agence spatiale européenne devrait tenter, avec la Nasa, de dévier un astéroïde. L’idée est de le heurter avec un objet artificiel, comme dans une partie de pétanque galactique. Mais encore faut-il, pour que cela fonctionne, que la structure de l’astéroïde ne s’avère pas trop poreuse… A ce titre, l’exploration de Bennu, qu’atteindra dans deux ans la sonde Osiris-Rex, pourrait s’avérer pleine d’enseignements.

Le mystère de la formation des océans

La sonde Osiris-Rex réussira-t-elle là où a échoué le robot Philae ? Autrement dit prélever des échantillons et peut-être enfin percer le mystère de la naissance des océans ? C’est son autre objectif. Pour cela, il lui faudra ramener de 60 g à 2 kg de poussières minérales de Bennu. La manoeuvre ne durera que cinq secondes. La sonde soufflera de l’azote sur l’astéroïde et collectera par aspiration le nuage ainsi créé. Retour prévu en 2023. Avec peut-être à la clé la confirmation que c’est grâce aux astéroïdes que l’eau des océans (donc la vie) est apparue sur Terre. Pour les scientifiques, il est fort possible que ces bolides, à force de s’être fracassés pendant des centaines de millions d’années à sa surface, aient pu, d’une certaine manière, l’ensemencer en lui apportant, notamment, des acides aminés. « Ce qui est passionnant avec Bennu, c’est qu’il est vierge, explique Brigitte Zanda, du Muséum national d’histoire naturelle. A la différence des météorites que l’on récolte sur Terre qui ont été chauffées, donc dégradées, c’est un objet primitif et carboné vieux de 4,5 milliards d’années, dont on pense qu’il a conservé la mémoire du matériau originel à partir duquel se sont formées les planètes. Grâce à lui, on va pouvoir remonter le temps », s’enthousiasme-t-elle.

Selon l’Astrophysicien Hubert Reeves : « La fin du monde est déjà là »

 

 

Hubert Reeves raconte dans ses livres, ses spectacles et ses chroniques la naissance de l’univers, celle de la Terre et de la vie, la belle histoire, et la moins belle …
Hubert Reeves raconte dans ses livres, ses spectacles et ses chroniques la naissance de l’univers, celle de la Terre et de la vie, la belle histoire, et la moins belle …

 

 

Astrophysicien à la renommée internationale, président de l’association « Humanité et biodiversité », Hubert Reeves a délaissé, avec le temps, l’univers au profit de la Terre. Il alerte sur l’urgence à sauver la planète, plus menacée par l’homme que par d’hypothétiques prophéties mystiques.

Vous avez consacré une bonne partie de votre vie à l’étude de la naissance de l’univers. Quel regard portez-vous sur sa fin annoncée ?

Ces annonces de fin du monde, de catastrophes cosmiques sont assez régulières. Cela incarne une espèce de peur chez les gens et ça prend des proportions gigantesques. Cette histoire à Bugarach a débuté à partir de rien et a fini par créé un buzz qui s’auto-entretient. Tout cela manifeste une angoisse humaine à grande échelle.

Mais les dangers cosmiques réels sont marginaux. Les « space watch » (les sondes observatrices, ndlr) ne prévoient rien à l’horizon immédiat. Aucune météorite frappant la terre ou explosion d’étoiles ne sont à prévoir dans un temps court. Le seul élément cosmique important réellement imprévisible c’est l’arrivée de comètes. On peut les détecter sur une année ou deux, pas plus.

Peut-on l’interpréter, selon vous, comme une envie de se faire peur ?

Peut-être. Ça remplit un besoin récurrent en tout cas, les faits sont là. On annonce une fin du monde, cela n’arrive pas mais ça ne dissuade personne d’y croire à nouveau quelques temps plus

 

Peut-on l’interpréter, selon vous, comme une envie de se faire peur ?

Peut-être. Ça remplit un besoin récurrent en tout cas, les faits sont là. On annonce une fin du monde, cela n’arrive pas mais ça ne dissuade personne d’y croire à nouveau quelques temps plus tard. C’est une espèce d’inconscient collectif qui se manifeste autour d’un événement quelconque, comme ce calendrier maya.

Ce n’est pas grand-chose un calendrier. Cela n’a rien de nouveau dans l’histoire de l’humanité. Et c’est souvent une excellente affaire économique.

« Nous sommes dans une période de changement profond »

Hubert Reeves 002

Les scientifiques ont établi plusieurs scenarii de fin du monde, de la chute d’un astéroïde géant à une invasion extraterrestre. Lequel vous semble le plus crédible?

Le plus probable, c’est celui qui est déjà là, ce qui est en train de se passer. Le réchauffement climatique, la pollution généralisée, l’érosion de la biodiversité. Nous sommes déjà plongés dedans. La question est de savoir jusqu’où cela va aller ? Ce qui est terrifiant aujourd’hui c’est l’augmentation de la température terrestre. Pourtant les gens vivent comme si tout cela n’existait pas. Si je me pose la question de savoir comment sera la Terre dans trente ans, et son habitabilité, je ne peux vous le dire.

Nous sommes dans une période de changement profond de tout ce qui touche la vie terrestre. Je crois que la vie continuera. La vie est très riche. Nous ne sommes pas en mesure d’éliminer la vie sur le globe. Mais quelles seront les adaptations, quelle sera celle de l’être humain ? C’est cela la vraie question. Les espèces qui durent sont celles qui savent s’adapter.

Dans quelle arche de Noé doit-on se mettre dès lors? Quel espoir peut-on avoir lorsqu’on a 15 ou 20 ans ?

Je ne suis pas prophète. Je ne sais pas à quoi nos enfants seront soumis mais nous sommes déjà en sursis. Nous avons une espèce d’épée de Damoclès au-dessus de nos têtes. Il faut essayer d’aider ceux qui oeuvrent pour la prise de conscience et le changement. Ne scions pas en chantant la branche sur laquelle nous somme assis.

Source : www.metronews.fr Site officiel de Hubert Reeves : www.hubertreeves.info

 

 

 

 

 

 

Le plan Illuminati en Afrique est en marche : utilisation du virus d’Ebola depuis des rituels de cannibalisme jusqu’à une arme de destruction massive

Est-ce de l'hystérie collective ou cette histoire serait vraie?
Est-ce de l’hystérie collective ou cette histoire serait vraie?

La police gardait un centre de traitement Ebola en Sierra Leone, le samedi,26 juillet 2014, le jour après que des milliers de gens ont défilé sur la clinique suite à des allégations par une ancienne infirmière que le  virus mortel a été inventé pour cacher des «rituels cannibales »  sur place, a affirmé un chef de la police régionale .

À travers la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone, au moins 660 personnes sont mortes de la maladie, selon l’Organisation mondiale de la santé, ce qui va exercer une forte pression sur les systèmes de santé de certains des pays les plus pauvres d’Afrique.

Le virus continue de se propager. Un Libérien qui est mort dans la capitale commerciale du Nigeria, Lagos, a été testé positif pour le virus, le vendredi, a affirmé le ministre de la Santé du Nigéria .

La Sierra Leone a maintenant le plus grand nombre de cas, à 454, dépassant la Guinée voisine où l’épidémie est originaire depuis  Février 2014.

Des foules en colère se sont rassemblées vendredi en dehors de l’hôpital principal Ebola du pays à Kenema dans l’est  du pays ouest-africain où des dizaines de personnes  reçoivent un traitement pour le virus, et ont menacé de le brûler et éliminer les patients.

Selon des habitants, la police a tiré des gaz lacrymogènes pour disperser la foule et que un garçon de 9 ans a été blessé à la jambe par une balle de la police.

Inspecteur général adjoint Alfred Karrow-Kamara a déclaré samedi la protestation a été déclenché par une ancienne infirmière qui avait dit à une foule à un marché de poissons à proximité qui « Ebola était irréel et un gadget destiné à la réalisation de rituels cannibales ». Lire la suite ou écouter de la vidéo ci-après:(en anglais)

Cover-up for cannibalism rituals in Africa

POUR COMPRENDRE DAVANTAGE

Les gens avaient commencé < se rassembler depuis leurs quartiers d'habitations.
Les gens avaient commencé à se rassembler depuis leurs quartiers d’habitations.

Vendredi, des milliers de gens ont défilé sur le centre de traitement d’Ebola en Sierra Leone où une infirmière avait prétendu que le virus Ebola a été inventé comme une solution pour dissimuler des «rituels cannibales » à la paroisse. En dehors de l’hôpital principal Ebola à Kenema, en Sierra Leone, des foules en colère ont pris le centre de traitement par la tempête. A l’intérieur de cet hôpital à l’est à distance, des dizaines de patients sont actuellement traités pour le virus. Les manifestants ont menacé de retirer les patients de l’hôpital et les déposer sur le terrain.

Dans les trois pays affectés par ce virus (Guinée, Libéria et Sierra Leone), plus de 660 vies ont été perdues à cause de la maladie. L’Organisation mondiale de la santé craint que ce fardeau met à rude épreuve les systèmes de santé o certains des pays les plus pauvres en Afrique. Sierra Leone a maintenant dépassé la Guinée et est actuellement le pays avec le plus grand nombre de cas diagnostiqués (454) du virus Ebola.

Durant les manifestations, la police a tenté disperser les foules à l’aide de gaz lacrymogènes. Les foules ont également affirmé qu’un garçon de neuf ans a reçu une balle dans la jambe par un membre  de la police.

En ce qui concerne cette situation unique, Alfred Karrow-Kamara, inspecteur général adjoint a expliqué que les manifestations ont été déclenchées par une ancienne infirmière qui avait travaillé dans le centre de traitement qui a parlé du virus dans un marché aux poissons locaux. Elle a prétendu que le virus Ebola a été rien de plus qu’une excuse irréel, un gadget conçu pour couvrir les rituels cannibales. L’inspecteur général adjoint a assuré le public que le calme régnait maintenant à Kenema et une force de police armée avait été placé autour de la station de la clinique et de la police afin d’assurer que les activités pourraient être menées normalement.

Le virus Ebola est très contagieux et peut tuer jusqu’à 90 pour cent des personnes infectées, bien que l’épidémie actuelle a un taux de destruction d’environ 60 pour cent. Les symptômes varient de vomissements et de la diarrhée à différentes qualités d’hémorragie interne et externe.

Ernest Bai Koroma, Président de la Sierra Leone a déclaré samedi qu’il veillera à ce que le gouvernement intensifie ses activités et les interventions destinées à contenir la maladie et empêcher sa propagation. Il a également dit que son objectif est de mettre fin à la maladie dans 60 à 90 jours.

Un médecin spécialite américain est même décédé sur place...frappé par la puissance du virus.
Un médecin spécialite américain est même décédé sur place…frappé par la puissance du virus.

Selon l’OMS, les efforts pour contenir les épidémies d’Ebola sont entravés par des infrastructures  de mauvaises qualité  pour administrer  les soins de  santé ainsi que le manque de personnel. En outre, la peur et la méfiance à l’égard des professionnels de la santé peuvent encore entraver les efforts que les épidémiologistes et d’autres experts mettent en traiter et prévenir la maladie, en tant que citoyens de la Sierra Leone ont tendance à avoir plus de foi dans la médecine traditionnelle que dans la médecine allopathique.

L’AUTRE CÔTÉ DE LA MÉDAILLE: LE PLAN ILLUMINATI ET LA FABRICATION D’UNE ARME DE DESTRUCTION MASSIVE

Deux grands amis qui se ressemblent:Georges Sorros et Barack Hussein Obama.
Deux grands amis qui se ressemblent:Georges Sorros et Barack Hussein Obama.

À l’origine de l’affaire:il y a Georges Soros,le propriétaire de Avaaz.

Georges soros is funding the Bio weapons lab at Ebola center

* La fondation de George Soros finance le  laboratoire de Kenema qui fabrique et fait de la recherche sur des armes biologiques .Le labortoire serait à l’origine de la mise au point de l’épidémie d’Ebola récente, et il est sur ​​le point d’être fermé, apparemment au milieu d’une enquête.

* Le coordinateur des médias de  l’OMS , Glenn Thomas, a été très probablement impliqué dans Fielding Medias et d’autres renseignements sur la façon dont l’OMS gère la situation …afin de protéger les politiciens du Sierra Leone et Georges Sorros. Il y aurait une enquête sur  ce qu’il comptait faire sur le laboratoire controversé  de Kenema.

Glenn Thomas était au courant des preuves tangibles montrant que le laboratoire faisait semblant de  donner des  diagnostics positifs pour Ebola.Il y aurait des liens d’affaires avec  Université de Tulane (la seule université américaine qui aurait passé du secteur public au secteur privé) en Louisiane qui financerait aussi le laboratoire de Kenema  (via la fondation de Georges Sorros),elle fournirait du personnel , de l’appui technique  et  elle  aurait servie d’intermédiaire entre  …l’US Army?…la CIA?…CFR? Trilatérale?…la secte des Illuminati?…X?….Toutes ces réponses et suggestions…Possible! 

Pour justifier le tout,on forçait les gens à subir un traitement qui leur donnerait le virus  Ebola? A-t-il refusé d’aller plus loin ,Glenn Thomas, sous ou  avec la couverture?

* Les grands médias sont silencieux sur le laboratoire  de fabrication d’armes biologiques de Kenema fermeture ainsi que sur l’ordre de l’Université de Tulane à arrêter les essais Ebola. Donc, ce que les autres canaux sont laissés là pour que cette information dans le domaine public ou se propager à travers les réseaux de médias sociaux si l’OMS ne publie pas l’information ou de prendre des mesures?

*L’Université de Tulane abrite un département de médecine en pays tropicaux.Elle aurait eu comme étudiant,David Filo  qui est le co-fondateur de la firme Yahoo et un grand ami de Georges Sorros.

David Filo (à droite) et Jerry Yang,les deux fondateurs de Yahoo.Inutile de vous dire qu'ils sont milliardaires.
David Filo (à droite) et Jerry Yang,les deux fondateurs de Yahoo.Inutile de vous dire qu’ils sont milliardaires.

* George Soros a des liens avec le président Ernest Koroma de la Sierra Leone depuis de nombreuses années.Ils sont tous les deux francs-maçons affiliés  à des loges alliées aux Illuminati.Ils sont une partie du problème du virus Ebola et ne font pas  partie de la solution.

 

Arthur Porter ,le grand ami de l'espion canado-saoudien qui a fraudé les élections du 7 avril 2014 au Québec...Philippe Couillard. Eh bien Arthur porter a été le conseiller principal du président corrompu et dangeereux du Sierra leone ,Ernest Koroma.Il était aussi l'ambassadeur plénipotentiaire du Sierra Leone au Canada ...et membre de la même loge maçconnique que celui-ci.
Arthur Porter ,le grand ami de l’espion canado-saoudien qui a fraudé les élections du 7 avril 2014 au Québec…Philippe Couillard.
Eh bien Arthur Porter a été le conseiller principal du président corrompu et dangereux du Sierra leone ,Ernest Koroma.Il était aussi l’ambassadeur plénipotentiaire du Sierra Leone au Canada …et membre de la même loge maçonnique que celui-ci.
 Franc Maçon : "Au Gabon ou au Congo on ne peut pas espérer avoir un poste si l'on n'est pas initié" Antoine Glaser ...on peut ajouter :la même chose surtout au Sierra Leone.

 « Au Gabon ou au Congo on ne peut pas espérer avoir un poste si l’on n’est pas initié » Antoine Glaser
…on peut ajouter :la même chose surtout au Sierra Leone.
Ernest Bai Koroma contrôle tout le gouvernement du Sierra Leone grâce à son appartenance aux francs maçons et aux Illuminati...depuis 2007.
Ernest Bai Koroma contrôle tout le gouvernement du Sierra Leone grâce à son appartenance aux francs maçons et aux Illuminati…depuis 2007.
Nelson Mandela est un franc maçon bien connu...et illuminati.
Nelson Mandela était un franc maçon bien connu…et illuminati.
Deux grands amis illuminati et francs maçons de leur vivant:Nelson Mandela et Kadhafi.
Deux grands amis illuminati et francs maçons de leur vivant:Nelson Mandela et Kadhafi.

EN CONCLUSION

Le plan Illuminati qui consiste à éliminer  plus de 40% de la population mondiale,a plus de chance de réussite dans  l’élaboration d’une pandémie  dont le centre serait l’Afrique Noire.L’endroit est idéal,car c’est de là que sont parti les grandes épidémies des siècles passés.

Chez un malade du virus d'Ebola,les organes internes montrent des signes évident d'une rapide évolution de la maladie.Il s'agit d'une fièvre hémorragique.
Chez un malade du virus d’Ebola,les organes internes montrent des signes évident d’une rapide évolution de la maladie.Il s’agit d’une fièvre hémorragique.

…………………………………………………………………………….

Hors texte   La pandémie est commencée

Voici ce que je viens de recevoir:

……………………………………………………………………………………..

Traduction Google

Ministère de la Santé et de l’assainissement de la Sierra Leone

Il y a 2 heures.

Ebola Mise à jour 27 juin, 2014

• Pour le 26 Juin 2014, un total de neuf échantillons ont été reçus par le Laboratoire de Kenema: Kenema (8) et Bo (1)

• Parmi les neuf échantillons reçus par le laboratoire, 2 ont été confirmés positifs pour le virus Ebola de Kenema tandis que 4 échantillons (3 Kenema et Bo 1) sont des cas négatifs. Les trois autres résultats de laboratoire sont en attente

• Le nombre cumulé de cas testés est de 347, avec 181 cas confirmés en laboratoire du virus Ebola

• Le nombre cumulé de décès confirmés est de 53

• Quarante-huit (48) cas sont actuellement admis à l’hôpital public de Kenema

• Dix-huit (18) cas ont été déchargé de l’hôpital public de Kenema

• Liste de ligne de contacts et le suivi des contacts de cas continue dans les districts ayant des cas confirmés

• Les membres du Parlement de Bo ont quitté Freetown pour sensibiliser leurs électeurs avec le soutien du Ministère de la Santé et de l’Assainissement
………….

…et puis juste après :

Maladie à virus Ebola en Afrique de l’Ouest – mise à jour

Bulletin d’information sur les flambées épidémiques
17 juillet 2014

Épidémiologie et surveillance

Mise à jour sur la maladie

Les Ministères de la Santé de la Guinée, du Libéria et de la Sierra Leone, trois pays d’Afrique de l’Ouest, continuent à notifier de nouveaux cas de maladie à virus Ebola et de nouveaux décès. Entre le 13 et le 14 juillet 2014, 18 nouveaux cas et 11 décès ont été notifiés par ces trois pays, comme suit: Guinée, 6 nouveau cas et 5 décès; Libéria, 2 nouveaux cas et 1 décès; Sierra Leone, 11 nouveaux cas et 4 décès. Ces chiffres recouvrent des cas et décès confirmés en laboratoire, probables et suspects.

Au 14 juillet 2014, le nombre cumulé de cas attribués à la maladie à virus Ebola dans les trois pays atteignait 982, avec 613 décès. La répartition et la classification des cas sont les suivantes: Guinée, 411 cas (301 confirmés, 95 probables et 15 suspects) et 310 décès (203 confirmés, 95 probables et 12 suspects); Libéria, 174 cas (70 confirmés, 42 probables et 62 suspects) et 106 décès (51 confirmés, 34 probables et 21 suspects); et Sierra Leone, 397 cas (346 confirmés, 39 probables et 12 suspects) et 197 décès (153 confirmés, 39 probables et 5 suspects).

Ce qui montre la perte de contre de cette maladie ,par les autorités!

 

Par la dissection,les poumons montrent des signes très précis de la propoagation de la maladie.
Par la dissection,les poumons montrent des signes très précis de la propoagation de la maladie.

………………………………………………………………

COMMENT SE PROTÉGER DE LA MALADIE D’EBOLA

Le gouvernement de l’État de Lagos a confirmé hier un cas possible de virus Ebola, qui est actuellement étudié été alors que le patient a vécu  depuis plus de 40 ans au Libéria, qui est maintenant un suspect, et une possibilité de 30 autres personnes qui pourraient avoir été en contact avec lui. 

Le Conseiller spécial du gouverneur de l’Etat de Lagos sur la santé publique, le Dr Yewande Adeshina, lors d’un briefing ,a  noté que le  libérien  de plus de 40 ans ,est dans un hôpital privé dans le domaine Obalende de l’Etat. Et que pour la sécurité  de l’hôpital, le Libéria a  bouclé son périmètre  et la victime isolée.

Cependant, il y a la nécessité pour nous tous, même si vous n’êtes pas à Lagos, à surveiller et à rester en sécurité. Voici quelques conseils: QUELLE EST LA MALADIE virus Ebola Ebola virus disease (EVD) ou fièvre hémorragique Ebola (FHE) est la maladie humaine causée par des virus d’Ebola. Les symptômes commencent deux jours pour trois semaines après avoir contracté le virus de la fièvre, de la gorge et des douleurs musculaires, des maux de tête. Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), la maladie a un

taux de létalité pouvant atteindre 90 pour cent, ce qui signifie environ 90 pour cent des personnes qui souffrent de la maladie pourrait mourir.

TRAITEMENT 

 

  • Aucun vaccin pour EVD est disponible. Plusieurs vaccins sont testés, mais aucun n’est disponible pour l’usage clinique.   

TRANSMISSION

  • Ebola est introduit dans la population humaine par contact étroit avec le sang, les sécrétions, les organes ou d’autres fluides corporels d’animaux infectés.
  • Ebola se propage ensuite dans la communauté grâce à la transmission d’humain à humain, une infection résultant d’un contact direct (à travers la peau ou des muqueuses) avec le sang, les sécrétions, les organes ou des liquides biologiques des personnes infectées, et le contact indirect avec les environnements contaminés par de tels fluides.
  • Les rituels funéraires, où parents et amis sont en contact direct avec le corps de la personne décédée peuvent également jouer un rôle dans la transmission du virus Ebola.
  • Les hommes qui ont guéri de la maladie peuvent toujours transmettre le virus par le biais de leur sperme jusqu’à sept semaines après la guérison de la maladie.
  • Les agents de santé ont été souvent contaminés, tout en traitant les patients suspects ou confirmés de EVD.

PRÉVENTION:

  • Lavez-vous les mains fréquemment. Comme pour les autres maladies infectieuses, une des mesures préventives les plus importantes pour le virus Ebola est lavage fréquent des mains. Utilisez de l’eau et du savon ou utiliser désinfectants pour les mains à base d’alcool contenant au moins 60 pour cent d’alcool lorsque l’eau et le savon ne sont pas disponibles.
  • Évitez la viande de brousse. Dans les pays en développement, les animaux sauvages, y compris les primates non humains, sont vendus sur les marchés locaux. Évitez d’acheter ou de manger un de ces animaux.
  • Eviter le contact avec des personnes infectées. En particulier, les soignants doivent éviter tout contact avec les liquides et les tissus de l’organisme de la personne, y compris le sang, le sperme, les sécrétions vaginales et la salive. Les personnes atteintes d’Ebola sont les plus contagieux dans les derniers stades de la maladie.
  • Suivez les procédures de contrôle des infections. Si vous êtes un travailleur de soins de santé, de porter des vêtements de protection – comme des gants, des masques, des blouses et une protection oculaire. Garder les personnes infectées isolées des autres. Désinfecter soigneusement et disposer des aiguilles et d’autres instruments. Les aiguilles et les seringues ne doivent pas être réutilisés.
  • Ne pas manipuler les restes. Les corps des personnes décédées de la maladie d’Ebola sont encore contagieux. Des équipes spécialement organisées et formées à enterrer les restes, en utilisant l’équipement de sécurité approprié.
  • Éviter de voyager dans les zones de foyers connus.
  • Méfiez-vous des personnes présentant des symptômes grippaux et de la fièvre soudaine.

……………………………………………….

Méditez  et priez  pour l’humanité et la Vie sur Terre!


Sources multiples …dont:
http://blogs.reuters.com/globalinvest

http://birdflu666.wordpress.com/2014/

http://dublinsmick.wordpress.com/2014

 

Livre numérique:Némésis et tarte au riz de Frank Muller

 *Je vous offre aujourd’hui,non pas un livre ,mais une nouvelle numérique …car beaucoup de gens  n’ont pas toujours le temps de lire des livres entiers.Je choisirai à l’occasion de courtes nouvelles de qualité .

fin-du-monde-2

 Les dinosaures nous ont montré la voie. Les pauvres, ils ne méritaient pas ça.

  Pour nous, ce n’est que justice dans le fond. On ne peut pas jouer au gamin gâté pendant des siècles sans s’attendre à recevoir une bonne claque à un moment ou à un autre. Il n’existe pas de fête éternelle. Cro-Magnon s’est bien marré, d’accord. Homo sapiens s’est bien gavé, tant mieux. Et même s’il y a eu des moments un peu pourris, quelques creux exécrables, faut reconnaître qu’on ne s’est pas gêné pour s’éclater. Va falloir ranger un peu maintenant. Fourrer les gobelets en plastique dans la poubelle, vider les cendriers dégueulasses et passer un coup de serpillière. Histoire de faire un peu de place pour les prochains noceurs. Un bon rocher de plusieurs milliards de tonnes sur le coin du crâne, y a rien de mieux pour remettre de l’ordre dans ce fouillis. Plus efficace que la Javel, y a pas photo.

 

  Les historiens, froids et désespérés, estiment que notre présence dans le grand mouvement du temps n’est qu’une anecdote.

  Les scientifiques, cyniques et lucides, admettent que notre existence est en grande partie due au hasard.

  Les religieux, fiévreux et transis, glorifient le doigt divin qui nous pointe pour cible, nous, pauvres êtres chimériques nés des entrailles du grand bonhomme.

  Louis, obsédé et honteux, hurle sans hésitation qu’il n’en a rien à foutre.

  Il revoit parfaitement la journaliste en pleurs qui a annoncé notre extinction dans un flash spécial, un mardi vers 21 heures. À un moment, il en est persuadé, elle a gerbé en se planquant derrière un prompteur.

  Un astronome polonais, Jaromir Kowalsky, désormais l’homme le plus célèbre de l’histoire — pour un bref moment — avait découvert l’objet céleste en décembre. Des équipes de confrères internationaux avaient procédé à près de huit mille calculs de vérification pendant deux mois. La conclusion avait malheureusement sauté aux yeux au bout de la vingtième équation. Un rocher essentiellement constitué de fer, de la taille d’un quart de Lune, fonçait vers nous à la vitesse d’un obus sidéral, soit à environ quarante kilomètres à la seconde. ZUT ! Quelqu’un allait pouvoir écrire « The end » sur la dernière page de l’encyclopédie Universalis.

 

  C’est dingue comme le chaos peut facilement se mettre en place. Comme s’il couvait, invisible, entre les rues et les âmes. La France s’embrasa littéralement, les USA implosèrent, l’Afrique… Non, l’Afrique ne fit rien, ça faisait déjà longtemps qu’on l’avait mise dans la merde. La Chine s’immola, le Japon se hara-kirisa, le Brésil se lambada, la Belgique trembla puis, comme toujours, trouva une solution. On concentra les biens de première nécessité dans des endroits faciles d’accès et connus de tous, puis on instaura une illusoire loi martiale et un couvre-feu à 19 heures. L’armée, la police, les pompiers, quelques fonctionnaires, ainsi que quelques « spécialistes » aux compétences particulières, tous enrôlés volontaires, furent regroupés au sein d’une entité de secours nommée Novam, sous contrôle du centre de crise permanent de Bruxelles, le C.C.B. Le Novam se chargeait avant tout de la protection et de la distribution des vivres, de l’eau et de l’électricité, mais gérait aussi d’autres domaines importants comme la sauvegarde culturelle — département dans lequel Louis traînait désormais ses afflictions.

 

  Dans les huit premiers jours qui avaient suivi l’annonce officielle de notre disparition imminente, 172 816 personnes avaient trouvé la mort entre Ostende et Arlon. Des suicides en grande partie, mais beaucoup d’incrédules — ou de cinglés — avaient aussi péri en essayant de voler des lecteurs DVD ou des iPod que des commerçants tout aussi incrédules — ou cinglés — avaient tenté de protéger.

  Il faudrait plusieurs milliers de pages pour rendre compte des événements dramatiques et insensés qui se sont déroulés pendant ces jours et ces nuits infernales mais, dans l’ensemble, disons que ça ne s’est pas trop mal passé. Au bout d’une semaine, tout le monde ou presque était épuisé de désespoir. Louis avait résumé ça par une formule griffonnée sur un coin d’annuaire lors d’une de ses nuits d’insomnies alambiquées :

  Extinction = plus d’avenir = plus de projet = plus de désir = plus de loi = RIEN.

  Plus rien ne sert à rien. Connaître la météo ? Pour quoi faire ? Aller au boulot ? Euh… Mettre des sous sur son livret d’épargne ? Pardon ? Du plus petit des détails aux choses les plus fondamentales, tout est devenu inutile. La raison a vaincu la folie, terrassée par l’évidence de notre vacuité. Les rues sont désertes, les magasins sont fermés, les portes des théâtres sont scellées, les feux de circulation ne fonctionnent plus, les poubelles s’entassent, les pigeons s’amusent. Chacun reste chez soi, calfeutré, en se regroupant par affinité familiale ou amicale, pour regarder la télévision, prier et discuter de ce qu’on a fait et de ce qu’on ne fera jamais. On ne sort que pour se rendre au centre Novam le plus proche et se réapprovisionner. On attend. Point. Bien sûr, il y a encore quelques quidams qui vagabondent : une minorité peu fréquentable de psychopathes, de dévots et d’instables qui ne contrôlent plus leurs pulsions et leurs fantasmes ; mais au final, l’apocalypse a des allures de lendemain de gala.

  La route qui emmène Louis vers l’enfer est pourtant pavée d’actes inutiles et incontrôlables, d’envies sournoises qui le grignotent de l’intérieur comme les mandibules d’un insecte. Il ne se rase plus et ne se lave plus les dents. Il préfère éviter son reflet dans le miroir. Il se dégoûte.

 

***

 

  Louis ralentit à pas d’homme pour profiter de la vue. La place St Lambert offrait sa désolation sous un soleil pâle d’avril. Le panorama était plus triste qu’effrayant. La plupart des monuments, semblables à des ruines après un bombardement, ne tenaient debout que par un miracle géométrique. Le palais des Princes-Évêques s’était consumé pendant quatre jours. Sa carcasse décharnée, torturée, éventrée, défiait quelque géant d’oser venir l’achever. Les galeries marchandes, autrefois bruyantes et agitées, s’étendaient désormais sans souffle, comme le cadavre oublié d’une vieille matrone. Près de la fontaine, une bande d’adultes formait un cercle autour d’une silhouette allongée au sol dans une mare de sang. Louis jeta un coup d’œil sur le fusil à pompe coincé sur le siège passager mais ne s’arrêta pas.

  Il gara la Citroën aux couleurs du Novam au coin de la place St Paul déserte. Le silence, uniquement perturbé par les gazouillis de quelques oiseaux inconscients du sort des hommes, l’entoura de sa présence envoûtante, comme un linceul maudit. Il prit le sac avec le matériel, réajusta la bandoulière du fusil accroché à son épaule, et claqua le coffre avec force. Le son, pareil à une détonation, résonna en échos multiples bizarrement rassurants. Il se dirigea vers la cathédrale et croisa quelques inconnus aux mines grises qui marchaient d’un pas pressé, les yeux baissés, l’échine courbée par le poids de l’angoisse. Louis se souvenait de ces jours de beau temps qui gonflaient les cœurs des Liégeois. Il en avait passé des heures à flâner dans le piétonnier ou à traîner à la terrasse d’un bistro en regardant les passants, en guettant leurs chuchotements et en s’imaginant leurs vies. Plus personne ne s’attarderait ici pour se délecter du temps qui passe. Nous étions tous déjà morts.

  Louis travaillait à la préservation du patrimoine. Plusieurs navettes spatiales chargées de milliards d’informations décolleraient bientôt pour transmettre notre souvenir à d’hypothétiques cousins extraterrestres. Un projet absurde mais romantique qui témoignait de notre candeur et de notre obsession à nous croire importants. Louis se chargeait de rédiger les biographies d’artistes liégeois anodins et de collecter des photographies haute résolution de leurs œuvres. Son travail, compressé sur de gigantesques disques durs, embarquerait bientôt vers le néant du vide sidéral.

  Le « client » du jour, un peintre sans importance, habitait derrière l’ancienne collégiale romane. Louis ne résista pas à l’envie de s’y recueillir un instant. Bien qu’agnostique depuis l’âge de raison, il avait toujours été émerveillé par l’atmosphère des églises. Une complainte mélodieuse l’accueillit comme par magie. Huit dames âgées, debout sous la splendide voûte bigarrée du transept, chantaient la gloire du Sauveur pour une centaine de pénitents songeurs. La douce lumière filtrée par les vitraux multicolores et l’odeur humide du bois et de la pierre parachevaient l’ambiance fantasmagorique du moment. Louis s’engagea sous la nef mais n’eut pas le courage de s’approcher. Il ne méritait pas cette beauté et quitta les lieux en tanguant, étourdi par l’expérience.

  Liège lui parut soudain plus ténébreuse encore, comme si tout ce qu’il restait de bon dans la ville avait trouvé refuge entre les briques sombres de la vieille cathédrale, dans le chant de quelques sexagénaires. Au loin, la fontaine de la Vierge à l’Enfant se dissolvait dans une brume sulfureuse. Au fond de son iris, la cité ardente s’évaporait déjà en volutes. Il secoua la tête et reprit sa route.

 

***

 

  Louis avait épousé une bouteille de whisky et ne lui était guère fidèle. Il succombait facilement à la tentation d’une bonne chope de bière, d’un pichet de vin ou d’un godet de péket. Il avait dit « oui » à l’alcool, pour le meilleur et pour le pire. Tout le monde ou presque ignorait qu’il était un pochtron de compétition depuis bientôt vingt ans. Les gens disaient qu’il avait une bonne descente, que c’était un sacré fêtard, mais ils ne se doutaient pas que son sang se transformait en confiture de genièvre, que ses globules blancs se dopaient au houblon. Ses amis se souvenaient vaguement du terrible accident de Clio qui l’avait tenu alité pendant plusieurs semaines mais personne ne savait qu’il avait perdu le contrôle de son véhicule avec 3,3 g d’un mélange explosif de bibine dans le sang. Louis était un alcoolo lucide et vergogneux, et dans le fond, il n’y pouvait rien.

  Gilbert Destrée ouvrit la porte avec la nervosité mêlée de timidité d’un gamin recevant la visite de St-Nicolas. Sa silhouette squelettique, dessinée sous un tablier centenaire couvert de taches de peinture, lui donnait l’allure d’un laborantin diabolique. Ses cheveux gris, filasses, flottaient autour de son visage anguleux. Sa peau, ratatinée par les décennies, couverte de sillons insondables, s’amalgamait de teintes changeantes, tantôt roses, tantôt jaunes. Louis présenta son badge du Novam mais l’artiste n’y prêta pas attention.

  « Entrez, entrez, dit le vieil homme. J’ai tout préparé », ajouta-t-il enthousiaste en tendant la main vers une série de tableaux aux couleurs vives.

  Louis fit trois pas en titubant, mal à l’aise devant ces œuvres abstraites médiocres qui respiraient la joie de vivre et la naïveté de l’enfance. Il n’avait jamais rien vu d’aussi obscène. À droite, sur un petit guéridon, trônait une tarte au riz. Le comble du luxe en ces temps de disette. Le vieil homme remarqua que la pâtisserie éveillait la curiosité de son hôte.

  « J’ai un ami boulanger. Il n’a pas renoncé à donner du plaisir aux gens. Ce sera notre récompense. »

  Louis acquiesça de la tête.

  « Je suis heureux, je suis heureux », ajouta le vieil homme dans un murmure.

  Ses longs doigts tordus par l’arthrite invitèrent Louis à se rapprocher de ses toiles.

  « Vous êtes heureux ? demanda Louis.

  — Bien sûr.

  — Nous allons tous mourir.

  — Memento mori, jeune homme. Une jolie lapalissade.

  — Oui, en effet, hésita Louis.

  — Mon travail filera bientôt vers le firmament des cieux. Quelle magnifique compensation.

  — Je vois.

  — Vous ne déballez pas votre matériel ?

  — Nous pourrions discuter un peu avant.

  — Oh », susurra le vieil homme, déçu, stoppé dans son élan.

  Ils prirent place sur deux canapés ancestraux couverts d’un velours verdâtre râpé.

  « Nous nous connaissons, affirma Louis.

  — Ah bon ? À quelle occasion, jeune homme ? demanda Gilbert sans dissimuler son intérêt.

  — Avant que vous ne séjourniez en prison », mâchouilla Louis.

  Son ton était froid comme la banquise. Le visage du vieil homme se voila.

  « Mes parents m’avaient inscrit dans l’association de jeunesse du village. Une excellente idée, a priori. J’étais un enfant turbulent.

  — Oui, oui, ronchonna Gilbert.

  — Vous vous souvenez ?

  — Nous changeons tous, dit le vieil homme en anticipant la suite du récit.

  — L’éducateur était un grand gars plein de rêves artistiques, continua Louis, comme s’il récitait un texte mille fois répété. Un salopard de vicelard qui s’est bien amusé avec les gosses. Ça vous dit quelque chose ? »

  Gilbert ne répondit pas. Sa bouche se tordit, ses yeux minuscules regagnèrent une grotte au fond de son crâne. Louis retrouva enfin les traits du monstre qui avait fait basculer sa vie. Le faciès hideux qu’il tentait désespérément d’effacer de sa mémoire à grand renfort de liqueur et de vinasse. Il se leva et arma son fusil avec un calme effrayant. Le vieil homme enfonça les doigts dans les accoudoirs. Ses phalanges rosirent. Son corps vibrait comme un robot de cuisine. Louis visa. Ses yeux se noyèrent dans ceux de sa victime.

  « T’iras pas au firmament, salaud. »

  Il appuya sur la détente.

  Louis ne voulait pas seulement que son persécuteur meure, il voulait être l’unique responsable de cette mort. La colère brûlait en lui, indomptable, souveraine, alimentée au charbon de ses douleurs. Il se détestait, conscient de céder aux désirs primitifs et dégoûtants qui sommeillaient au fond de sa sordide nature humaine, mais il ne pouvait lutter contre les tourments de cette volonté horrible, furieuse et aliénée. La vengeance le rongeait comme un poison noir enfoui au plus profond de ses entrailles. Il avait faim de chair, il était assoiffé de sang. La justice n’avait rien à voir là-dedans. Aucun rocher venu du fond des âges n’avait le droit de le priver de ce besoin d’ivresse, de cet appétit pour la mort. Il déglutit bruyamment, lâcha le fusil, et fixa un instant ses mains tremblantes de meurtrier. Il laissa son regard vagabonder une dernière fois sur les toiles joyeuses, flamboyantes, innocentes, puis se saisit d’un morceau de tarte qu’il enfourna en quatre bouchées. Un délice orgasmique ondula à la surface frémissante de sa peau. Il sourit et quitta l’atelier.

 

  Un jeune homme d’une vingtaine d’années l’attendait dans la rue étroite qui longeait le mur du cloître. Ses yeux avaient la couleur de la lave incandescente, au bout de ses doigts brillait un éclat d’onyx. Louis le trouva charmant. Marc Simonis — fils de Jean-Louis et Thérèse Simonis, décédés dans leur voiture en revenant d’un concert, percutés par un chauffard bourré dans une Clio — leva le bras, pointa le pistolet et logea deux balles dans la tête de Louis.

 

  Nous n’étions pas grand-chose et nous ne laisserons rien. Mais de ce rien renaîtra la vie, c’est sûr, sans passé, sans héritage, sans souvenirs. Heureuse, peut-être.