Ce qu’on vous cache de l’islam au Québec:Des églises chrétiennes vandalisées, déféquées et incendiées « tous les jours »

  • En Allemagne, quatre églises distinctes ont été vandalisées et / ou incendiées uniquement en mars. « Dans ce pays », a expliqué PI-News, un site d’informations allemand, « une guerre rampante se poursuit contre tout ce qui symbolise le christianisme: attaques sur des sommets de montagnes, des statues sacrées au bord du chemin, des églises … et récemment également sur les cimetières « .
  • Dans presque tous les cas d’attaques dans l’église, les autorités et les médias occultent l’identité des vandales. Dans les rares cas où l’identité musulmane (ou « migrante ») des destroyers est divulguée, les profanateurs sont alors présentés comme souffrant de problèmes de santé mentale.
  • « Rares sont les personnes qui écrivent et parlent des attaques croissantes contre les symboles chrétiens. En France comme en Allemagne, le silence scandaleux des profanations et l’origine des coupables sont éloquents … Pas un mot, pas la moindre allusion. pourrait en aucun cas donner lieu à des soupçons de migrants … Ce ne sont pas les auteurs qui risquent d’être ostracisés, mais ceux qui osent associer la profanation de symboles chrétiens à des importations immigrées: ils sont accusés de haine, de discours de haine et de racisme .  » – PI News, 24 mars 2019
En février, des vandales ont profané et brisé des croix et des statues à la cathédrale Saint-Alain de Lavaur, en France, et ont mutilé d’une manière moqueuse les bras d’une statue du Christ crucifié. De plus, une nappe d’autel a été brûlée. (Source de l’image: Eutrope / Wikimedia Commons)

 

D’innombrables églises de l’Europe occidentale sont vandalisées, déféquées et incendiées.

En France, deux églises sont profanées chaque jour en moyenne. Selon PI-News , un site d’informations allemand, 1 063 attaques contre des églises ou des symboles chrétiens (crucifix, icônes, statues) ont été enregistrées en France en 2018. Cela représente une augmentation de 17% par rapport à l’année précédente (878). ont été enregistrés – ce qui signifie que ces attaques ne font que s’aggraver.

Parmi les profanations récentes en France, les suivantes ont eu lieu en février et mars seulement:

  • Des vandales ont pillé l’église Notre-Dame des Enfants à Nîmes et ont utilisé des excréments humains pour y tracer une croix . du pain consacré a été retrouvé jeté dehors parmi les ordures.
  • En février, l’ église Saint-Nicolas de Houilles a été vandalisée à trois reprises. une statue de la Vierge Marie du XIXe siècle, considérée comme  » irréparable« , était  » complètement pulvérisée « , a déclaré un membre du clergé; et une croix pendante a été jetée au sol.
  • Des vandales ont profané et brisé des croix et des statues à la cathédrale Saint-Alain de Lavaur et ont mutilé les bras d’une statue d’un Christ crucifié de manière moqueuse. De plus, une nappe d’autel a été brûlée.
  • Des incendiaires ont incendié l’église Saint-Sulpice à Paris peu après la messe de midi du dimanche 17 mars.

Des rapports similaires sortent d’Allemagne. Quatre églises séparées ont été vandalisées et / ou incendiées en mars seulement. « Dans ce pays », a expliqué PI-News , « il existe une guerre rampante contre tout ce qui symbolise le christianisme: attaques sur les sommets des sommets des montagnes, sur les statues sacrées le long du chemin , sur les églises … et récemment sur les cimetières. »

Qui est principalement derrière ces attaques continues et croissantes contre des églises en Europe? Le même rapport allemand suggère: « Les croix sont cassées, les autels brisés, les bibles incendiées, les fonts baptismaux renversés et les portes de l’église maculées d’expressions islamiques du type » Allahu Akbar « . »

Selon un autre rapport allemand du 11 novembre 2017, quelque 200 églises ont été attaquées et de nombreuses croix brisées dans les Alpes et la Bavière: «La police profite à maintes reprises de profanations religieuses. Les auteurs sont souvent de jeunes émeutiers issus de l’immigration.  » Ailleurs, ils sont décrits comme des  » jeunes islamistes « .

Parfois, malheureusement, dans les régions européennes à forte population musulmane, il semble y avoir une augmentation concomitante des attaques contre les églises et les symboles chrétiens. Avant Noël 2016, dans la région de Rhénanie du Nord-Westphalie en Allemagne, où résident plus d’un million de musulmans , une cinquantaine de statues chrétiennes publiques (y compris celles de Jésus) ont été décapitées et des crucifix cassés.

En 2016, à la suite de l’arrivée en Allemagne d’un autre million de migrants, pour la plupart musulmans, un journal local a annoncé que, dans la ville de Dülmen, « il ne se passe pas un jour » sans que des statues religieuses de moins de 50 000 habitants soient attaquées, et environs immédiats « 

En France, il semble également que les attaques contre les églises augmentent également lorsque le nombre de migrants musulmans augmente. Une étude de janvier 2017 a révélé que les « attaques extrémistes islamistes contre des chrétiens » en France avaient augmenté de 38%, passant de 273 attaques en 2015 à 376 en 2016; la majorité s’est produite pendant la période de Noël et « de nombreuses attaques ont eu lieu dans des églises et autres lieux de culte ».

À titre d’exemple typique, un homme musulman a commis en 2014 des  » actes majeurs de vandalisme  » au sein d’une église catholique historique à Thonon-les-Bains. Selon un rapport (avec des images), il « aurait renversé et cassé deux autels, les candélabres et les lutrins, détruit des statues, démoli un tabernacle, tordu une croix en bronze massive, brisé une porte de sacristie et même brisé des vitraux. » Il a également « piétiné » l’Eucharistie.

Pour des exemples similaires dans d’autres pays européens, voyez ici:

Une église en Espagne.

 

 

 

Les assaillants ont brisé des statues en bois de la Vierge Marie et de Jésus sur la croix lors de l’attaque choquante qui a eu lieu plus tôt cette semaine.
Ils ont pris d’assaut l’église de Notre-Dame de Carmen dans la ville espagnole de Rincon de la Victoria, en Andalousie

Dans presque tous les cas d’attaques dans l’église, les autorités et les médias occultent l’identité des vandales. Dans les rares cas où l’identité musulmane (ou « migrante ») des destroyers est révélée, les auteurs sont alors présentés comme souffrant de problèmes de santé mentale . Comme le récent PI-Nouvelles rapportdit:

« Rares sont les personnes qui écrivent et parlent des attaques croissantes contre les symboles chrétiens. En France comme en Allemagne, le silence scandaleux des profanations et l’origine des coupables sont éloquents … Pas un mot, pas la moindre allusion. pourrait en aucun cas donner lieu à des soupçons de migrants … Ce ne sont pas les auteurs qui risquent d’être ostracisés, mais ceux qui osent associer la profanation de symboles chrétiens à des importations immigrées: ils sont accusés de haine, de discours de haine et de racisme . « 

 

 

Publicités

Une Mafia nigériane en Allemagne alors que la fausse invasion de réfugiés se poursuit

Le service de renseignement fédéral allemand (BND) a averti le gouvernement de ce pays dans un document secret divulgué sur la croissance du «crime organisé nigérian extrêmement brutal» qui déferle sur l’Allemagne à la suite de l’invasion massive et fictive de faux réfugiés non-blancs dans le pays.

 

Selon le document révélé par le journal Spiegel , le BND a averti que l’afflux croissant de « demandeurs d’asile nigérians » qui ont afflué d’Italie en Allemagne est le principal facteur de la peste criminelle non blanche.

Selon le Spiegel, en 2018, plus de 10 000 Nigérians ont demandé «l’asile» en Allemagne, ce qui représente une augmentation de 30% par rapport à l’année précédente.

Les experts de l’Office fédéral de la migration et des réfugiés (BAMF) et de la police fédérale attribuent principalement cette évolution à la «migration secondaire» au sein de l’Europe.

Selon ces informations, de nombreux envahisseurs nigérians, principalement originaires d’Italie, où plus de 100 000 Africains originaires de ce pays, se dirigent vers le nord, l’un de leurs principaux pays de destination étant l’Allemagne.

Selon le reportage, des bandes criminelles nigérianes portant des noms tels que « Supreme Eiye Confraternity » et « Black Axe » ont déjà créé des structures en Italie et ont déjà remplacé des groupes mafieux locaux dans le sud de l’Italie.

 

Le rapport a ensuite souligné que les forces de police italiennes et espagnoles avaient officiellement reconnu ces gangs de non-Blancs comme des « menaces spécifiques » et que leurs « activités criminelles se développaient maintenant en Allemagne ».

Selon le Spiegel, l’Organisation internationale pour les migrations estime que pas moins de 80% des femmes nigérianes d’origine européenne nigérianes qui se rendent en Europe sont contraintes à la prostitution par leurs concitoyens africains, qui les dominent «en utilisant des rituels vaudous».

Le BND a également déclaré que les trafiquants nigérians empruntaient traditionnellement la route maritime via la Méditerranée occidentale pour envahir l’Europe, mais qu’ils utilisent de plus en plus de papiers de «réfugiés» déjà légalement en Europe pour en faire passer clandestinement d’autres dans les nations blanches. Bien que le rapport de la BND ne l’ait pas admis, cette dernière astuce est possible car les agents des frontières européennes ne peuvent pas différencier les Africains.


EN COMPLÉMENT:

 

La fausse invasion de réfugiés par les non-Européens en Europe a dépassé les 7 millions depuis 2006

 

 

Plus de sept millions d’envahisseurs non-blancs prétendant être des réfugiés ont débarqué en Europe entre 2006 et 2018 – ce qui équivaut à un pays de la taille de la Bulgarie se déplaçant en Europe occidentale, ont révélé des chiffres du Bureau européen d’appui en matière d’asile (EASO) de l’Union européenne.

Selon le dernier «Aperçu des tendances de l’EASO UE + en matière d’asile pour 2018», en 2018, au moins 634 700 «demandes de protection internationale» ont été reçues à l’intérieur des frontières de l’Union européenne.

 

Les résultats de l’année précédente, fournis par les statistiques archivées sur «l’asile» de l’EASO , sont les suivants:

2006: 197 400 envahisseurs.

2007: 222 600 envahisseurs.

2008: 225 200 envahisseurs.

2009: 263 800 envahisseurs.

2010: 259 400 envahisseurs.

2011: 309 000 envahisseurs.

2012: 335 300 envahisseurs.

2013: 431 100 envahisseurs.

2014: 627 000 envahisseurs.

2015: 1 322 800 envahisseurs.

2016: 1 260 900 envahisseurs.

2017: 704 600 envahisseurs.

Ces chiffres, ajoutés aux totaux de 2018, signifient qu’il y a exactement 7 095 190 envahisseurs enregistrés en tant que «demandeurs d’asile» en Europe depuis 2006 – un chiffre qui, bien entendu, n’inclut pas les clandestins.

Selon le rapport 2018 de l’EASO, environ 4% de toutes les demandes en 2018 provenaient de «mineurs auto-déclarés non accompagnés (UAM)» et de «citoyennetés d’origine» avec une «forte concentration de MNA», dont la Gambie et le Vietnam – une indication de la nature de l’invasion massive, non blanche, de l’Europe se déroulant dans le monde entier.

Les dix principaux pays d’origine pour 2018 étaient la Syrie, l’Afghanistan, l’Iraq, le Pakistan, l’Iran, le Nigéria, la Turquie, le Venezuela, l’Albanie et la Géorgie.

Le rapport énumère ensuite les derniers rapports sur l’état des demandes de visa, mais ils n’ont aucune pertinence car aucun État d’Europe occidentale n’a actuellement la volonté politique de déporter ces millions de freelaoders, même si leur demande est rejetée.

Il est clair que cette invasion massive de non-Blanc s’accélère progressivement et, à moins d’être stoppée et inversée, envahira complètement l’Europe occidentale dans les dix ou quinze prochaines années et transformera cette région en une réplique de l’Afrique, de l’Asie et du Moyen-Orient.

 

 

 

Le meurtre d’Elin Krantz: l’histoire d’une militante suédoise No Border violée à mort par un migrant africain

 

Il s’agit d’un documentaire explorant sa mort mais aussi ce qui l’a amenée à atteindre une telle infamie sur le Web, que ce soit la haine pour ses relations ou sa politique.

 

 

Tous les jours, il y a des viols et des meurtres. Ce qui est intéressant, c’est la vie à part entière de cette affaire. J’ai beaucoup de vidéos plus graphiques que cela mais très intéressant de constater que, même en énonçant les faits relatés à la télévision, ce film a été supprimé de YOUTUBE, pas une fois mais 3 fois, et la chaîne a été interrompue.Vous pourrez voir ce vidéo à la fin de l’article!

En Scandinavie, le multiculturalisme est un problème majeur qui passionne Elin Krantz. Elin vivait et croyait que la Suède devrait avoir une politique de frontière ouverte et que tout le monde le sache. Beaucoup de ses amants étaient noirs ou venaient d’arriver en Suède et c’est là que se trouvent les passions. Elle était passionnée par les aliments étrangers et le hop hop autant qu’elle aimait son chien.

Le 26 septembre 2010, à l’âge de 27 ans, elle rentrait chez elle après une soirée entre amis dans la discothèque Valand au centre-ville de Göteborg, dans l’ouest de la Suède. Il était déjà 4 heures du matin et après le départ de son amie, Elin se retrouva seule dans le tram avec quelques arrêts supplémentaires avant d’arriver à destination.

Mais Elin n’était pas seule, elle et son amie avaient été suivies en quittant le club ce soir-là, un homme de 23 ans qui avait immigré en Suède en tant que réfugié d’Éthiopie, via Virginia aux États-Unis, où il avait eu des ennuis plus plus d’une fois avec la loi et en prison, le forçant à quitter le pays. L’homme identifié plus tard comme étant Ephrem Tadele Yohannes remarqua la belle jeune suédoise et voyant qu’elle était seule dans le tram tard dans la nuit, décida de faire ce que la grande majorité d’entre eux ne cherchent pas arbitrairement à ce que des femmes violent sexuellement la nuit. .

 

Ephrem Tadele Yohannes a suivi Elin Krantz du tramway, l’a enlevée, l’a emmenée dans la zone en bois et l’a violée de la manière la plus violente possible. Ephrem Tadele Yohannes a frappé avec une telle force que son cerveau a subi des lésions permanentes entraînant un manque d’oxygène. Sa tête, son cou, ses bras et ses jambes étaient couverts de contusions et d’hémorragies. éclater.

Photo composite du meurtre…horrible!

Grâce à la vidéo enregistrée par la caméra de vidéosurveillance à l’intérieur du tram, la police a utilisé des moyens clairs pour arrêter Ephrem Tadele Yohannes peu après le crime, l’accusant de meurtre et de viol aggravé.

Yohannes lors de son arrestation et pendant ses trois premiers mois en prison ne dit rien qui soit simplement nié en faire partie, mais c’est quand ils le confrontèrent au fait qu’ils trouvèrent son interlocuteur dans Elin. une femme hurlant de la forêt alors il courut à l’aide et vit la jolie jeune Elin se faire violer par deux hommes blancs qu’il chassa. Elin qui a été gravement blessé, il a essayé de la porter mais, comme il l’a fait, les hommes sont revenus pour le chasser, alors il l’a laissée et a couru. Il a dit à la police qu’il était plus un héros manqué que le méchant.

Les tribunaux ont omis de croire Yohannes, l’homme marié avec 2 jeunes enfants, et l’ont condamné au comique de 16 ans, où il sera dans la rue alors qu’il a encore une trentaine d’années.


Voici la fameuse vidéo que Youtube a fait disparaître 3 fois:

 

 

 

 

Des nationalistes patrouillent dans une ville allemande après la violence d’un «demandeur d’asile»

La police allemande enquête sur des informations selon lesquelles une patrouille de « miliciens néo-nazis » serait désormais active dans les rues d’une ville bavaroise en proie à un incident impliquant des migrants violents.

 

 

Les tensions dans la ville d’Amberg se sont apaisées depuis samedi dernier lorsqu’un groupe de jeunes « envahisseurs demandeurs d’asile » ont attaqué les passants lors d’une série d’agressions au hasard qui ont blessé douze personnes.

Selon la police, quatre suspects âgés de 17 à 19 ans, sous l’influence de l’alcool, ont harcelé et battu sans discernement des piétons se promenant dans le secteur de la gare de la ville.

Douze personnes, âgées de 16 à 42 ans, ont subi principalement des blessures mineures lors des agressions. Un adolescent de 17 ans a été hospitalisé pour des blessures à la tête. Lorsque des nouvelles ont annoncé que les suspects étaient des ressortissants syriens, iraniens et afghans, des groupes patriotiques en ont apparemment pris acte.

La section du parti nationaliste NPD à Nuremberg a publié sur Facebook des photos de ses militants dans les rues d’Amberg, portant des gilets rouges déclarant «nous créons des zones de protection».

Dans leur message daté du 1er janvier, ils affirment avoir patrouillé la zone où se sont produits les attentats et avoir visité un centre d’asile local. Des patrouilles similaires ont déjà été vues auparavant à Berlin.

Un représentant du NPD a déclaré au radiodiffuseur public DW que la campagne de vigilance avait commencé au milieu de l’année dernière et que les patrouilles étaient axées sur «des zones à problèmes». et était censé montrer aux locaux qu’il y avait « de nouveau la sécurité ». En cas d’incident, ils prévoient d’informer la police – à moins que la situation ne soit jugée « grave » et nécessite une réponse, a-t-il ajouté.

Le maire d’Amberg, Michael Cerny, a déclaré au quotidien local Mittelbayerische Zeitung qu’il avait été choqué d’apprendre l’initiative du NPD. « Je peux comprendre l’incertitude observée dans certaines des réactions d’Ambergers, mais la haine et les menaces de violence de tout le pays vont bien trop loin », a-t-il déclaré.

Cerny a également déclaré à l’agence de presse allemande DPA qu’il avait envoyé un avertissement du groupe à la police après avoir reçu un courrier électronique demandant au maire « d’envoyer des éclaireurs » dans la ville. La Mittelbayerische Zeitung a indiqué que le groupe s’était appelé «Kraut / pol» et avait accusé les autorités de ne pas avoir réussi à envoyer leur courrier électronique.

Un porte-parole de la police a confirmé l’ouverture d’une enquête, mais a souligné que la police n’avait toujours pas trouvé de preuves concrètes d’une «activité d’autodéfense» dans la ville habitée par 44 000 personnes.

« Nous n’avons pas de véritable scène de droite à Amberg », a insisté le maire dans des remarques adressées à la DPA. L’agence de presse a toutefois noté que lors des dernières élections législatives, le parti anti-migrant Alternative pour l’Allemagne (AfD) s’est classé deuxième à Amberg avec 13,1% des voix.

Katrin Ebner-Steiner, chef de la fraction AfD au Parlement bavarois, s’est rendue à Amberg au cours de laquelle elle a rencontré la police et des citoyens inquiets pour «avoir une idée de la situation dans la ville».

Les événements de la semaine dernière ont relancé le débat national sur la manière de traiter les soi-disant «demandeurs d’asile» accusés de crimes violents.

«Les événements à Amberg sont très troublants. C’est une violence excessive, que nous ne pouvons pas tolérer », a souligné le ministre allemand de l’Intérieur et leader du parti bavarois pour l’Union sociale chrétienne (CSU), Horst Seehofer. Il a appelé à plusieurs reprises à l’expulsion de tels délinquants.

« Si les lois existantes ne suffisent pas, elles doivent être changées », a-t-il déclaré au quotidien Bild.