L’absurdité des règlements sur l’obligation de porter le masque …à l’école au Québec

Je viens de lire une analyse bien réfléchie d’un parent de Québec sur le port du masque obligatoire sous la dictature mondialiste gérée par le duo Legault.. Je trouve que ça l’a du sens…

…du crétinisme systémique!

« Donc si je comprends bien, les enfants devront porter et enlever leur masque dans l’ autobus le matin (2), dans l’école pour aller à sa classe (2), pour aller à la recréation (2), pour revenir de la récréation (2), pour aller faire pipi (2), pour aller dîner (2), pour aller dehors sur l’heure du midi (2), pour revenir à sa classe en après-midi(2), pour aller à la récréation (2), pour revenir de la récréation (2), pour aller à son cours d’éducation physique (2), aller faire pipi (2), pour sortir aller prendre l’autobus (2), et dans l’autobus (2)… ça fait beaucoup  de manipulations quand on parle d un virus mortel qu’on se met dans le visage.
Donc environ 28 fois où ils mettront/enlèveront leur masque.
Ça n’a aucun bon sens !

En théorie, ils devraient se laver les mains 28 fois parce qu’ on nous casse les oreilles que le masque doit être mis et enlevé avec les mains propres.
Ça va traîner partout et ils vont se remettre ça dans la face après  je n’ose pas imaginer le nombre d enfant qui perdront leur masque pendant la journée… »

Si les enfants et les adolescents peuvent perdre leur masque,c’est Legault et Arruda qui  viennent de perdre la face  …devant le Peuple Québécois,leur employeur…dans cette affaire!

Ici,ce n’est pas du racisme systémique,c’est du crétinisme systémique!

Au summum de leur condition physique,ils vont apprendre à devenir malade et à mourir pour des psychopathes.

Nous sommes en dictature mondiale et le Québec en subit les conséquences

Détestez-moi si vous voulez…

 Parce que je vais parler d’une partie importante de la vérité. Alors que l’attention du public en est volontairement détournée. 
J’ai la chance de vivre dans un pays considéré parmi les champions des droits humains et de la liberté d’expression. Je vais donc en profiter pour exprimer et pour exposer les faits.

Il y a définitivement beaucoup de gens de mauvaise foi parmi nos politiciens vedettes, parmi nos médias traditionnels, parmi les soi-disant experts en santé publique également. C’est triste, mais c’est ainsi; la population est dirigée par des gens de mauvaise foi, la crise est gérée par des experts en manipulation de masse.
Pourquoi? Parce que l’argent et le pouvoir rendent les gens criminels à une plus grande échelle que le fait la pauvreté et la misère. Peu de gens sont conscient que dans ce monde, ceux au sommet de la hiérarchie criminelle sont les dirigeants opérant dans; le cartel bancaire, le cartel pharmaceutique, le cartel médiatique, le cartel politique, Dans ces secteurs, des milliers de milliards de dollars sont en jeu dans le dossier du covid.19.
Et en ce qui concerne les populations:c’est notre civilisation qui est en jeu. Les milliards de dollars en profit engendrés par ces cartels auront toujours priorité sur notre qualité de vie et sur notre santé. Et vous, vous qui continuez à leur accorder crédibilité et autorité, faites-vous semblant d’ignorer que le but principal de ces cartels nommés plus haut est de s’enrichir et de maintenir leur pouvoir?

Ignorez vous que pour parvenir au maintient de leur puissance et de leur fortune, ils doivent tous appliquer leurs solutions respectives? Pour que le cartel bancaire reste riche et puissant, les populations et leur gouvernements doivent s’endetter davantage. Car c’est avec les intérêts sur les prêts qu’il accorde que l’empire du cartel bancaire se construit.
C’est ainsi que ce cartel a la main-mise sur la quasi-totalité des nations et des richesses de celles-ci. Donc les nations doivent s’endetter davantage pour enrichir le cartel bancaire, ce qui est le cas avec la crise du covid.19 . La crise du covid.19 sera également très profitable pour le cartel pharmaceutique car; Les gouvernements corrompus de la majorité des pays leurs ont déjà subventionné des centaines de millions de dollars en recherche et développement de vaccins pour le covid 19. Ensuite les gouvernements vont leur acheter des milliards de doses de vaccins qui sont déjà estimés à plus de 1000$ de la dose.
Donc avec la crise, des milliers de milliards de dollars de profit sont en perspective pour l’industrie pharmaceutique avec un vaccin obligatoire. Et où nos gouvernements vont prendre cet argent? Ils vont l’emprunter au cartel bancaire qui leur prêtera avec intérêts. Et qui devra rembourser cette dette éternelle ? Nous, nos enfants et nos petits-enfants. Et pour ce faire, pour engendrer les milliers de milliards de dollars de profit en perspective, le cartel bancaire et le cartel pharmaceutique ont besoin de la complicité de QUI? Ils ont besoin de la complicité de QUI pour réussir à rendre payante cette crise en rendant la vaccination obligatoire?
Ils ont besoin de la complicité des médias qui feront la promotion de la peur au sein de la population et qui amplifieront la crise avec de faux chiffres alarmants et inquiétants pour donner de la crédibilité à cette crise et justifier la vaccination.

Ils ont besoin de la complicité des politiques et de leurs experts en santé publique, pour véhiculer via les médias une perception inquiétante du virus et pour adopter de nouvelles lois allant vers la vaccination obligatoire et pour maintenir l’urgence sanitaire pour s’accorder les pleins pouvoirs. -La complicité des autorités judiciaires et policières pour sévir contre les formes de résistance au sein de la population, à l’aide d’amendes, de peine d’emprisonnement.. etc
Ils ont besoin de la complicité des géants du Web pour appliquer filtres et censure sur les informations de sources crédibles mettant en péril le bon déroulement de leur plan.

Ils ont besoin surtout de VOTRE complicité, de votre consentement, de votre peur. Car cette peur du virus qui est promue par le cartel politico-médiatique conduit directement à « votre besoin de sentiment de sécurité ». Et ce besoin des plus humains sera comblé par quoi? Par des mesures restrictives tel que le confinement et la distanciation, et ce besoin de sentiment de sécurité sera ultimement comblé par la vaccination obligatoire.
C’est alors que leur objectif principal sera atteint:leurs milliers de milliards de dollars en profit sera engendré et leur pouvoir, leur fortune et leur contrôle sur les leviers sociaux et économiques sera plus énorme que jamais. Et la grande majorité de la population terrestre aura contribué à l’atteinte de leurs objectif par aveuglement volontaire. Car dans ce monde, les rares personnes qui exposent la vérité allant à contre-sens du courant dominant sont systématiquement ridiculisés et discrédité publiquement pour assurer le bon fonctionnement de leur plan.

 


Bref, ce n’est pas pour assurer votre santé et votre sécurité qu’ils disent et font tout cela à propos de la crise du covid.19, c’est pour gagner davantage d’argent et de pouvoir.
Et ce qui est très triste, c’est que la majorité d’entre-vous croyez dur comme fer que cette crise est naturelle et qu’elle est géré honnêtement par des gens de bonne foi. Et comble de la naïveté, vous attendez impatiemment le vaccin inutile et même nuisible pour vous mais qui rendra encore plus riches et puissants les ennemis de l’humanité.

 

 

La Grande Arnaque du COVID 19: Une stratégie du choc pour imposer une société totalitaire

« La peur n’est que la foi inversée ; c’est la foi dans le mal au lieu du bien. » Florence Scovel Shinn
Après plusieurs mois de crise COVID-19, des éléments pertinents d’analyse de cette crise apparaissent plus clairement.

1. La pression énorme pour convaincre 7 milliards d’humains de la nécessité de se vacciner contre un virus [1] dont on a gonflé la mortalité [2] et qu’on dit omniprésent alors qu’il est en train de disparaître, voire a disparu.
Cela nous rappelle l’opération de 2009, avec la fausse pandémie H1N1 [3] : mêmes tactiques, mêmes complicités (médiatiques, politiques, gouvernementales), mêmes « experts », mêmes scénarios, mêmes narratives avec un accent sur la peur, la culpabilité, la précipitation et toujours la même odeur nauséabonde de cet argent omniprésent sous la forme de profits immenses à l’horizon pour l’industrie productrice de vaccins.
C’est comme si l’épisode H1N1 de 2009 avait servi de répétition.
Cette fois, l’épisode COVID-19 de 2020 est en passe de transformer l’essai en succès.

 

Les points chauds au-début de la fausse pandémie.

 

Tests de surveillance : Rassembler les données sur le COVID-19. Source : sph.umich.edu
2. La capacité énorme des populations à se soumettre à l’autorité.
Malgré des indices évidents de corruption, d’incompétence, d’ignorance concernant des personnalités éminentes de la politique, de la science, de la médecine, beaucoup de personnes continuent de leur obéir.
Malgré des recommandations confuses, contradictoires, inexpliquées, injustifiables, beaucoup de personnes continuent de leur obéir.
Exemples :
  • 1) Au cœur de l’épidémie, le port des masques n’est pas obligatoire et même déconseillé pour les gens bien portants.
      Alors que l’épidémie s’éteint, les masques deviennent obligatoires partout pour tous.
  • Beaucoup de médecins généralistes d’autres pays et l’IHU Méditerranée-Infection de Marseilles, l’un des plus grands centres d’infectiologie du monde, le plus grand de France, a démontré que l’hydroxychloroquine était efficace pour diminuer la contagiosité du SRAS et le nombre de cas sévères de COVID-19 [4].
2) En Belgique, « on » dit que c’est un médicament dangereux et inefficace et « on » empêche les médecins généralistes de le prescrire à leurs patients.
Des contradictions, des mensonges, des fausses vérités…
Ainsi de suite…
Bien sûr, la peur et le conformisme peuvent expliquer cette obéissance fabriquée.
Nous connaissons les expériences de Solomon Asch et de Stanley Milgram [5].
Cette tendance à la soumission et à l’obéissance n’est pas répartie de la même façon au sein des populations.
Ainsi en Serbie :

« Cassée, la progression implacable de la terreur coronavirale. Les Serbes récalcitrants se sont rebellés contre leur président lorsqu’il leur a ordonné de retourner en résidence surveillée. Après deux jours de batailles de rue avec des dizaines de policiers hospitalisés, les robustes manifestants ont gagné ; les autorités ont capitulé et ont renoncé à leurs plans de bouclage pour Belgrade. Les magasins, les bistrots et les restaurants de Belgrade auront un couvre-feu en début de soirée ; mais c’est beaucoup mieux que le bouclage complet qu’ils avaient prévu. » [6]

Par contre, en Belgique :

« De manière incompréhensible alors que l’épidémie, hormis de petits foyers (clusters), disparaît peu à peu [7], des mesures coercitives sont à nouveau imposées, voire élargies [8] avec port obligatoire de masque partout, pour tout le monde, obligation de donner ses coordonnées dans les restaurants et les bars à des fins de tracking [9] … »

Tout cela n’est pas justifié.
Tout cela relance la peur, la terreur, et laisse craindre un retour vers le confinement partiel ou total (assignation à résidence) alors qu’aujourd’hui, on sait que cette mesure est inutile et délétère ! [10-11]
Comme si la crise COVID-19 servait aux autorités de test grandeur nature pour évaluer le degré de soumission de leur peuple [12], et voir jusqu’où ils peuvent aller avant de rencontrer une opposition suffisante.
J’espère que le peuple belge, ce peuple le plus brave de la Gaule selon Jules César [13], aura le courage et la lucidité du peuple serbe et finira par se réveiller.
3. L’utilisation d’experts en faisant croire à un consensus qui n’existe pas
Les gouvernements forment des conseils composés d’experts pour justifier leurs mesures.
Pour le citoyen, pourquoi mettre en doute les mesures en question ?
Toutefois, on l’a bien démontré au sein d’organisations comme l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’Agence Européenne du Médicament (AEM), le comité COVID-19 en France (le CARE) ou en Belgique (Sciensano-comité COVID-19), être expert ne veut pas dire être indépendant, libre de tout conflit d’intérêt, voire même compétent [14-15].
Chaque fois qu’un gouvernement dit : « il y a un consensus d’experts sur cette question », c’est en fait un mensonge.
Cela veut seulement dire que leurs experts se sont mis d’accord, telle une officine autosuffisante et auto-satisfaite sans débat contradictoire.
Dans le COVID-19, vous pouvez trouver sur tous les sujets présentés comme consensuels :
  • Masques
  • Hydroxychloroquine
  • Confinement
  • Tests utilisés
  • Traitements
  • Vaccination
… d’autres experts aussi valables sur le plan des diplômes, de la réputation ou des activités exercées, dont les avis vont à l’encontre des diktats officiels, avec des arguments honnêtes, des démonstrations solides et des références multiples.
Pour le citoyen, comment faire la part des choses ?
À diplôme égal, à expertise équivalente, un bon critère de discernement est de vérifier l’absence de conflit d’intérêt.
Beaucoup d’auteurs qualifiés avec des avis opposés à ceux de leurs homologues gouvernementaux ne sont pas liés à l’industrie pharmaceutique ni aux gouvernements qui, finalement, veulent faire passer une idéologie, un programme politique et ont de plus en plus de comptes à rendre à l’industrie.
Ces auteurs indépendants ont également plus à perdre qu’à gagner dans ce débat d’avis.
Qu’est-ce qui pourrait les pousser à prendre des risques sinon leur honnêteté, leur conscience ? Ce n’est ni la gloire, ni l’espoir d’un contrat dans le privé, ni l’argent, en tout cas.
4. La fabrication d’une fiction inspirée de faits réels et pour cela, utilisation d’une narrative qui finit par être répétée en boucle et crue sans plus être remise en question.
Le COVID-19 est une fiction basée sur des faits plausibles : un virus, de vrais morts, une vraie maladie, une épidémie de maladies respiratoires à laquelle sont ajoutés, au fur et à mesure, des déformations de vérités ou de réalités, voire carrément, des mensonges (Cf. ma série, COVID-19 : au plus près de la vérité).
Les coronavirus sont connus. Ils existent. Deux d’entre eux ont déjà menacé l’humanité d’épidémies meurtrières (SRAS, MERS).
Qu’importe si les faits ont montré que cette pandémie était fausse et que les experts avaient déjà manipulé les chiffres, la pandémie H1N1 de 2009 a préparé le terrain à l’idée que ça ne pouvait que revenir et qu’à nouveau, seule la vaccination pourrait nous sauver.
De vrais malades ont été hospitalisés et certains sont morts.
Tous ces éléments ont rendu l’histoire « COVID-19 » plausible.
La narrative COVID était lancée.
Pour pérenniser ensuite LA peur qui permette la mise en place d’une stratégie du choc à l’échelle d’une population, il fallait des tests présentés comme fiables, des chiffres de mortalité élevés, des indices de contagiosité effrayants et des capacités hospitalières limitées.
Dans ce processus, la participation conformiste des médias fut essentielle.
Comme chaque fois, ils ont bien joué leur rôle, annonçant chaque jour le nombre de morts et les attribuant au COVID-19 sans aucune discrimination.
Aujourd’hui, ils entretiennent la peur de deuxièmes vagues, de nouveau confinement en faisant passer, à tort, les cas de tests PCR positifs pour de nouveaux cas de COVID-19.
La Suède et d’autres pays, ainsi que certains états aux USA, n’ont pas joué le jeu, ou ont suivi leur propre agenda.
La Suède:sans confinement criminel comme au Québec!
Stockholm durant la « pandémie Covid-19 »
Source : Quartz
Ils n’ont pas confiné, ils ont moins traumatisé, ils sont restés plus humains.
Ils sont la preuve supplémentaire que l’histoire COVID-19 telle qu’elle a été instaurée dans les pays liberticides et coercitifs (Belgique, France, Espagne, Canada…) est bien une fiction avec des éléments réels, plongeant leurs populations dans un piège psychologique redoutable.
Tous ces points sont des indices que l’histoire COVID-19 est une stratégie du choc et les stratégies du choc ne sont jamais utilisées pour le bien des populations, pour votre bien ou pour le mien !
La stratégie du choc psychologique est une réalité, étudiée par plusieurs auteurs et chercheurs, dont Naomi Klein [16], avec son livre paru en 2007, « La Stratégie du Choc : la montée d’un capitalisme du désastre ».
Nous retrouvons,au Québec, les mêmes responsables psychopathes lors de la grippe AH1Ni ou le Dr Horacio Arruda présidait le fameux comité pour rendre un vaccin obligatoire.
Maintenant,avec la « fausse pandémie du COVID 19,il aide François Legault à prendre en main tous les pouvoirs sociaux,économiques et politiques.
Ça s’appelle une dictature!
Le but est de réaliser une tabula rasa, une page blanche et sur cette page blanche, de reconstruire ce qu’on veut.
Comment ?

« À l’échelle d’une population entière, en réduisant à néant le patrimoine d’un pays, ses structures sociales et économiques pour pouvoir y construire une nouvelle société, un nouvel ordre après le chaos planifié et contrôlé. 
Une fois le peuple privé de ses points de repères, mis en état de choc et infantilisé, il se retrouve sans défenses et devient facilement manipulable.
Ce processus peut s’appliquer suite à une grave crise économique ou politique, une catastrophe environnementale, un attentat, une guerre ou une crise sanitaire. » [17]

La stratégie du choc a été appliquée par des moyens économiques à la Grèce dans la foulée de la crise de 2008, entraînant des millions d’âmes dans la misère avec la complicité de leurs politiciens. [18]
La stratégie du choc a été appliquée par des moyens de terrorisme aux USA en 2001 et en France en 2015 avec l’instauration d’états d’urgence et de lois d’exception qui n’ont plus jamais été supprimés [19].
La stratégie du choc est aujourd’hui appliquée par des moyens de crise sanitaire, le COVID-19, à une partie du monde, dont mon pays, la Belgique.

« La terreur induite à grande échelle dans une société entraîne une sorte d’état d’hébétude, une situation où le contrôle peut facilement être obtenu à partir d’une autorité extérieure.
Il faut développer un état d’esprit immature chez la population afin de la contrôler au mieux.
La société doit être infantilisée. »

Ces idées ont été étudiées et diffusées par l’Institut Tavistock à Londres, créé au départ d’une clinique psychiatrique fondée en 1920, spécialisée dans le contrôle psychologique et le chaos social organisé [17].
Il est beaucoup plus facile de diriger une société par le contrôle mental que par le contrôle physique, au moyen de l’infantilisation, de la confusion, de la désinformation et de la peur.
N’est-ce pas ce qui est à l’œuvre, aujourd’hui ?
Les gens sont infantilisés…
On leur dit sur quel trottoir ils peuvent marcher, dans quel sens, quand ils peuvent rentrer dans un magasin et où ils doivent se moucher.
La peur est omniprésente.
Ceux qui refusent les masques sont rançonnés, regardés de travers, exclus, insultés, haïs.
Des milliers de gens voient leur travail menacé, leur vie entière compromise sans possibilité de manifester, de s’opposer.
Les vieillards sont abandonnés.
Les jeunes sont emprisonnés dans un monde masqué et confiné.
Les adultes sont précarisés.
Les gens d’une même famille, séparés.
La réflexion est paralysée.
La contestation, sanctionnée.
Si cette thèse est juste, il est à prévoir que notre gouvernement par « experts » et médias interposés, poursuive cette stratégie du choc et nous annonce toujours plus d’infectés, de morts et de vagues de COVID, quelle que soit la réalité des faits.
Les exemples de la Suède et de Belgrade sont des phares d’espoir dans cette perspective d’obscurité.
Dr Pascal Sacré

Image en vedette : Société de surveillance. source: opiniojuris.org
Note aux lecteurs : veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Faites suivre cet article à vos listes de diffusion. Publiez cet article sur votre site de blog, vos forums Internet, etc.

Notes :
[4] Bulletin d’information scientifique de l’IHU, Pr Philippe Parola, directeur de service de soins et d’unité de recherche à l’IHU Méditerranée Infection
[5] PSY-OP COVID-19 : assignés à résidence !, Dr Pascal Sacré, mondialisation.ca, 11 mai 2020
[6] Belgrade libérée, par Israel Shamir, maondialisation.ca, 13 juillet 2020
[7] La virulence du Covid-19 est-elle en train de diminuer ?, par Christophe De Brouwer, Contrepoints.org, 21 juillet 2020
[8] Les décisions du Conseil National de Sécurité. Les décisions ont été communiquées aux Belges à 13h30 lors d’une conférence de presse ce 24 juillet 2020
[10] COVID-19 : au plus près de la vérité. Confinement, Dr Pascal Sacré, mondialisation.ca, 22 juillet 2020
[12] Opération COVID-19: Tester le degré de soumission des peuples, Dr Pascal Sacré, mondialisation.ca, 26 avril 2020
[13] Horum omnium fortissimi sunt Belgae, Wikipédia,  « De tous ceux-là les plus courageux sont les Belges», souvent traduite littérairement en français par « De tous les peuples de la Gaule, les Belges sont les plus braves.
[14] Politique et corruption à l’OMS, Dr Pascal Sacré, mondialisation.ca, 12 janvier 2010, réédité le 14 avril 2020
[17] MK Abus rituels et Contrôle Mental, Alexandre Lebreton, éditions Omnia Veritas, 2016

 

L’imbécillité humaine additionnée à la psychose collective donne ce genre de résultats!

 

 

 

 

 

 

Régime totalitaire français:Arrestation d’Alain Soral ! Nous sommes sans nouvelles du président d’E&R

Le président d’Égalité & Réconciliation Alain Soral a été arrêté
à Paris mardi 28 juillet 2020 en fin d’après-midi.

Aux alentours de 17h, Alain Soral a été intercepté en pleine rue mardi 28 juillet 2020 par trois individus en civil (deux hommes et une femme).

Son domicile aurait été perquisitionné.

Nous sommes actuellement sans nouvelles du président d’E&R.


DERNIÈRE NOUVELLE

L’essayiste controversé a été interpellé par la brigade de répression de la délinquance à la personne et placé en garde à vue pour «provocation publique non suivie d’effet à la commission d’atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation». Le polémiste Alain Soral a été interpellé et placé en garde à vue le 28 juillet pour «provocation publique non suivie d’effet à la commission d’atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation», a indiqué le parquet de Paris le 29 juillet.  Il a été interpellé le 28 juillet dans l’après-midi à Paris par la brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP), selon le parquet et une source proche de l’enquête. Il s’agirait de propos tenus sur son site Egalité et réconciliation, selon l’une des sources. Alain Soral, de son vrai nom Alain Bonnet, 61 ans, a été condamné plusieurs fois par la justice. La dernière condamnation date de la fin juin en appel : 5 000 euros d’amende, avec possibilité d’emprisonnement en cas de non-paiement, pour contestation de l’existence de la Shoah. Le 6 juillet dernier, ses deux chaînes Youtube ont été supprimées par la plateforme américaine de vidéos en ligne, pour «enfreintes répétées aux conditions d’utilisation» de la plateforme.

La liberté d’expression est entre les mains des sionistes et des Rotschild en France!N’appelons  plus cela une démocratie…si démocratie a pu exister vraiment!

Le polémiste Alain Soral interpellé et placé en garde à vue à Paris