Le Qatar a-t-il payé la plus grande rançon de l’histoire ?

Selon des informations de la BBC, le Qatar (à la manière de Lafarge) est soupçonné d’avoir financé des groupes terroristes par l’intermédiaire de tractations financières à la suite de l’enlèvement de membres de la famille royale.

La famille royale du Qatar

 

Le 16 décembre 2015, la famille dirigeante du Qatar fait face à une terrible nouvelle. 28 personnes participant à une partie de chasse royale ont été enlevées en Irak.

Une liste des otages a été rapidement remise au cheikh Mohammed bin Abdulrahman al-Thani. A l’époque, il était sur le point de devenir ministre des Affaires étrangères du Qatar.

Deux de ses propres parents ont été raptés (un de ses cousins et le mari de sa tante). Le cheikh al-Thani aurait alors contacté l’ambassadeur du Qatar en Irak, Zayed al-Khayareen, afin de résoudre cette crise au plus vite.

Selon une première version, ils auraient payé plus d’un milliard de dollars afin de libérer les hommes. L’argent aurait été versé à des groupes et des individus considérés comme des « terroristes » par les États-Unis : le Kataeb Hezbollah en Irak, au général Qasem Soleimani (chef de la Force Qods des Gardiens de la révolution iranienne) et Hayat Tahrir al-Sham, autrefois connu sous le nom de Front Al-Nosra, alors qu’il était affilié à al-Qaïda en Syrie.

Selon une seconde version, la version officielle défendue par le Qatar, aucune somme d’argent n’a été versé aux « terroristes », mais seulement à l’État irakien. L’argent se trouverait toujours dans le coffre de la banque centrale d’Irak à Bagdad.

Des échanges de messages entre le cheikh al-Thani et l’ambassadeur du Qatar ont été dévoilés par un gouvernement hostile au Qatar. Ces documents ont été transmis à la BBC.

Les personnes prises en otage ont été raptées alors qu’elles étaient parties en Irak afin de participer à une chasse aux faucons. La fauconnerie est une pratique adulée par les rois et les princes dans le Golfe. Le camp des chasseurs a été envahi par des pick-up montés avec des mitrailleuses lourdes dans les premières heures de la matinée. Un ancien otage a déclaré au New York Times qu’il pensait que c’était « Isis » (l’Etat islamique, Daech), le groupe djihadiste sunnite. L’un des ravisseurs a proféré une insulte chiite aux sunnites.

En mars 2016, les lignes ont commencé à bouger. Les autorités ont appris que les ravisseurs venaient du Kataeb Hezbollah (les Brigades du Parti de Dieu), une milice chiite irakienne soutenue par l’Iran. Le groupe voulait de l’argent. Au total, les otages ont passé 16 mois en captivité.

Les revendications des ravisseurs ont évolué peu à peu. En plus d’une importante somme d’argent, le Qatar devrait quitter la coalition menée par les Saoudiens contre les rebelles chiites au Yémen. Le Qatar devrait également assurer la libération des soldats iraniens détenus par les rebelles en Syrie.

À la fin d’une session de négociations, un représentant du Kataeb Hezbollah, Abu Mohammed, a apparemment pris l’ambassadeur à part et lui a demandé une rançon de 10 millions de dollars (7,6 millions de livres sterling). L’ambassadeur a utilisé deux médiateurs irakiens, tous deux sunnites. Ils ont rendu visite au ministre des Affaires étrangères du Qatar, demandant à l’avance des « cadeaux »: 150 000 dollars en argent liquide et cinq montres Rolex.

En avril 2016, la rançon avait atteint la somme d’un milliard de dollars. Les enchères et les revendications ont par la suite explosé avec des revendications exorbitantes pour financer des intermédiaires. En janvier 2017, une rançon d’un milliard de dollars était évoquée. 150 millions de dollars de paiements indirects ou de « pots-de-vin » auraient également été actés. Le Kataeb Hezbollah aurait été le plus grand bénéficiaire de ces sommes en échange des otages (près de 50 millions, selon des informations de la BBC). Le Qatar aurait donc financé indirectement une organisation terroriste via le versement de cette rançon.

La crise des otages a pris fin fort heureusement en avril 2017. Les otages du Qatar ont été libérés. Un avion de Qatar Airways se serait rendu à Bagdad afin de livrer de l’argent et ramener les otages. Ces éléments ont également été dévoilés par le Washington Post en avril 2018.

 

L’étau se resserre sur ceux qui ont financé le terrorisme islamique!

 

 

 

 

Le monde arabe se convertit à la multipolarité

Alors que la Syrie est en passe d’éradiquer la menace terroriste qui menaçait le pouvoir légal et l’intégrité territoriale du pays depuis plusieurs années, des changements évidents s’opèrent dans la région. Les succès des alliés de la Syrie, notamment de la Russie, replacent celle-ci au centre du jeu moyen-oriental, au plus grand bénéfice de la […]

via Le monde arabe se convertit à la multipolarité — L’Axe Afrique-Russie

L’ex-agent de la NSA, Edward Snowden, révèle que le chef de l’EI travaille pour les USA et Israël

Snowden ajoute que la CIA américaine et l’Intelligence Service britanique ont collaboré avec le MOSSAD israélien pour créer une organisation terroriste capable d’attirer tous les extrémistes du monde entier en un seul et même endroit, suivant en cela une stratégie nommée « Nid de frelons ».

La stratégie du « nid de frelons » vise à amener toutes les principales menaces en un seul endroit dans le but de les contrôler et, le plus souvent, d’en profiter pour déstabiliser les pays arabes. Les documents de la NSA que possède Edward Snowden révèlent que le calife de l’État islamique (Daech) a reçu une intense formation militaire auprès du MOSSAD israélien.

En plus de sa formation militaire, Al Baghdadi a étudié la communication et divers trucs pour parler en public de façon à attirer les « terroristes » de tous les coins du monde.

VIA : onsaitcequonveutquonsache

 

via US Airstrikes in Syria Aimed at Backing ISIS-Daesh: Analyst

US Airstrikes in Syria Aimed at Backing ISIS-Daesh: Analyst by http://www.presstv.ir/ Recent US-led airstrikes in eastern Syria have killed over 100 civilians, mostly women and children, the so-called Syrian Observatory for Human Rights says. – A former US army psychological warfare officer says this report is “another indication of US hypocrisy,” adding that it proves Washington’s support […]

via US Airstrikes in Syria Aimed at Backing ISIS-Daesh: Analyst — Socio-Economics History Blog

Anarchie politique américaine:Une nouvelle loi américaine interdit à Trump de détruire l’État Islamique

La capacité du président élu Donald Trump de détruire les terroristes de l’État islamiste (ISIS / ISIL / Daesh) a été réduite à néant la semaine dernière par le président Obama et les factions globalistes au Congrès américain. Le «coup d’état silencieux» monté contre Trump s’accélère avec de nouveaux appels visant à lui refuser la présidence américaine lors du vote du 19 Décembre par le Collège Électoral  parce qu’il serait « un traître ».

ggtt1

La semaine dernière, les forces globalistes loyales au président Obama au Congrès des États-Unis, ont adopté une stupéfiante et longue  loi de  3.076 pages, intitulée S. 2943 – La Loi sur l’autorisation de la Défense nationale pour l’année fiscale 2017 qui, non seulement donne aux terroristes islamiste des missiles portables pour abattre des avions à travers le monde, mais, aussi, interdit expressément à tout président américain de coopérer avec la Russie pour vaincre ces monstres.

En effet, peu de temps après avoir remporté la présidence américaine du 8 novembre, le président élu Trump a entamé des négociations avec le Kremlin sur un « plan directeur » pour vaincre définitivement ces terroristes islamistes . Mais ces efforts ont été réduits à néant lorsque le Congrès américain a adopté cette nouvelle loi lui interdisant toute coopération de défense avec la Russie jusqu’à ce que le Secrétaire de la Défense, en coordination avec le Secrétaire d’État, «attribue une certification» que la Russie a arrêté «l’occupation illégale de la Crimée».

Or la Crimée a toujours été une partie essentielle de la Russie. Elle a été réintégrée au sein la Fédération en 2014,  après un vote dans lequel  95,7% de sa population a réclamé ce rattachement, suite au renversement du gouvernement démocratiquement élu de l’Ukraine par le régime Obama-Clinton, dans ce que Stratfor, le géant mondial du renseignement (alias «la CIA de l’ombre ») a appelé «le coup d’État le plus flagrant de l’histoire».  Suite à ce coup, les États-Unis ont installé à Kiev un   gouvernement néo-nazi  qui a immédiatement promulgué une loi interdisant à quiconque de parler, de lire ou d’entendre la langue russe.

Il est clair et évident qu’aucune nation au monde (et spécialement les États-Unis) ne cèderait jamais une portion de son territoire ou de ses citoyens à une puissance étrangère gouvernée par des pro nazis, telle que l’Ukraine.

ggtt4

Cette nouvelle loi imposée au président élu Trump lui rend impossible toute coopération avec la Russie pour détruire ces terroristes islamistes.

Elle retire à sa nouvelle administration 10 millions de dollars, à moins qu’elle n’annule tous les traités conclus avec la Russie sur le « contrôle des armements » et sur le « ciel ouvert » Open Sky. Elle lui ordonne aussi de donner 3,4 milliards de dollars de l’argent des contribuables américains à l’OTAN pour faire face à la Fédération.

Les terroristes islamistes ont déjà  été à l’origine de plus de 4 900 incidents entre 2002 et 2015. Ils ont tué plus de 33.000 personnes, blessé plus de 41.000 personnes et enlevé plus de 11 000 personnes.  Par contre, la Fédération de Russie n’a tué personne dans un acte terroriste d’aucune sorte.

Le sort du président élu Trump devient de plus en plus incertain par le fait que 

(a) ces nouvelles lois promulguées par le mondialisme l’empêchent de mener sa politique, 

(b) le «coup silencieux» mené contre lui par la CIA s’est accéléré avec l’affirmation hilarante du Washington Post alléguant que, d’après les espions américains, la Russie a aidé Trump à remporter la présidence.

Or, le Washington Post est l’un des principaux médias de propagande de la CIA. Il a été acheté par le milliardaire de l’ombre américain Jeff Bezos (le fondateur d’Amazon.com), trois mois après que la CIA lui ait accordé un contrat secret de 600 millions de dollars.  Le même journal de propagande avait, il y a quelques semaines, mis 200 sites de médias alternatifs américains sur une liste de « propagande russe connue« , mais, devant l’évidente absurdité de son mensonge,  a dû se rétracter par la suite.

 

En réaction, le président élu Trump a dénoncé la cabale orchestrée par le binôme CIA-Washington Post en les accusant de propager des « fausses nouvelles » comme « Ce sont les Russes qui l’ont élu ». Il leur a rappelé que «ce sont les mêmes personnes et les mêmes médias qui disaient que Saddam Hussein avait des armes de destruction massive « . À l’appui de cette déclaration, il faut rappeler que le couple CIA-Washington Post a publié une incroyable série de  » fausses nouvelles  » dont 140 histoires en première page, et 27 éditoriaux, afin de  pousser l’Amérique à envahir illégalement l’Irak  en 2003, ce qui causé la mort d’un million de personnes et à la destruction complète du pays.  

ggtt6

Pourtant, le plus dangereux pour la démocratie américaine, c’est que ces propagateurs de « fausses nouvelles » que sont la CIA, le Washington Post et  le Huffington Post,  réclament non seulement un « coup silencieux » contre le président élu Trump, mais  appellent aussi  des millions de supporters d’Hillary Clinton à descendre dans les rues pour exiger que le Collège électoral refuse à Trump la présidence et mette Jeb Bush à sa place.

S’associant à cet appel, le mafieux David Cicilline, membre du Congrès, a aussi adhéré à ce «coup silencieux» contre le président élu Trump en déclarant «Dans la mesure où l’ingérence étrangère dans les élections présidentielles des États-Unis peut avoir influencé le résultat final, je crois que les électeurs ont le droit de considérer cela».

Et bien qu’un autre  Électeur d’Hillary Clinton de Californie a intenté un procès fédéral pour bloquer le chemin de Trump vers la présidence, les médias traditionnels n’ont pas informé les citoyens au sujet du grave avertissement émis juste Il y a quelques jours, par la procureure générale du Colorado Cynthia Coffman.

Celle-ci a déclaré au juge fédéral dans son état: «Cette Cour ne devrait pas accepter la tentative des demandeurs de démanteler le Collège électoral de l’intérieur. Elle devrait la rejeter comme un affront au modèle de démocratie de cette nation. Cet effort vise à tromper des millions de citoyens du Colorado en usurpant leur choix collectif de candidats, et en le remplaçant avec les propres opinions personnelles de plaignants. Faire  autrement causerait le chaos « .

C’est exactement ce qu’Hillary Clinton avait dit lors de sa campagne électorale, que si elle est vaincue et que Trump est élu, les États-Unis vont sombrer dans la guerre civile.

 

 

 

 

 

 

Le complot confirmé de l’attentat de Nice : la justice demande à la mairie de détruire 24 heures d’images

 

France morts

 

Panique et incompréhension à la mairie de Nice. Mercredi à 11 heures, la sous-direction antiterroriste (SDAT) a envoyé aux agents qui gèrent la vidéosurveillance de la ville une réquisition citant les articles 53 et L706-24 du code de procédure pénale et de l’article R642-1 du Code pénal leur demandant l’effacement «complet» de 24 heures d’images provenant de six caméras nommées et numérotées, mais aussi de toutes les scènes depuis le début de l’attentat ayant eu lieu sur la promenade des Anglais, dans la nuit du 14 juillet.

 

De quoi mettre en état de sidération les agents du centre de supervision urbain de Nice. «C’est la première fois que l’on nous demande de détruire des preuves, précise une source proche du dossier. Le centre de vidéosurveillance et la ville de Nice pourraient être poursuivis pour cela et d’ailleurs les agents en charge du dispositif n’ont pas compétence pour se livrer à de telles opérations».

La demande paraît d’autant plus étonnante que la SDAT a envoyé depuis vendredi dernier des serveurs afin de récupérer les 30.000 heures de vidéosurveillance liées aux événements. Une opération de sauvegarde qui va s’étendre encore sur plusieurs jours. «Nous ne savons pas si donner un ordre de destruction alors que nous sommes en pleine sauvegarde ne va pas mettre en rideau tout le système», s’inquiète-t-on dans l’entourage du dossier.

Contacté par Le Figaro, le parquet de Paris a confirmé l’information et précisé: «cela a été fait dans ce cas précis pour éviter la diffusion non contrôlée et non maîtrisée de ces images». Du côté de la police nationale, on rappelle que «sur les mille caméras installées à Nice, 140 présentaient des éléments d’enquête intéressants. La police judiciaire a récupéré 100% des vidéos de ces dernières. La PJ et le parquet ont donc demandé d’effacer les images de ces 140 caméras afin d’éviter l’utilisation malveillante de ces dernières par souci de la dignité des victimes et pour éviter la reprise de ces images par les sites internet djihadistes à des fins de propagande».Enfin, à la chancellerie, on précise que la demande d’un effacement «complet» s’explique par l’impossibilité de procéder à des destructions partielles sur ce type de matériel.

 

Nice...il faut effacer les images...compromettantes!?
Nice…il faut effacer les images…compromettantes!?


Attentat de Nice : une policière mise sous pression par le ministère de l’Intérieur qui lui demande de mentir

Sandra bertin,la policière chargée de la surveillance vidéo...est bien surveillée elle-même,car elle en sait trop!
Sandra bertin,la policière chargée de la surveillance vidéo…est bien surveillée elle-même,car elle en sait trop!

La policière responsable de la vidéosurveillance à Nice, en place le soir sanglant du 14 juillet 2016, a confié au Journal du Dimanche (JDD) avoir subi des pressions de l’Intérieur lors de la rédaction de son rapport à la suite de l’attentat islamique (vidéo).

Selon Sandra Bertin, en poste le soir de l’attaque qui a fait 84 morts sur la promenade des Anglais, un représentant de la place Beauvau lui a ordonné de mentionner la présence de policiers nationaux sur les lieux le soir de l’attaque.

« J’ai eu affaire à une personne pressée qui m’a demandé un compte-rendu signalant les points de présence de la police municipale, les barrières, et de bien préciser que l’on voyait aussi la police nationale sur deux points dans le dispositif de sécurité »,

déclare-t-elle au JDD.

« Or la police nationale était peut-être là, mais elle ne m’est pas apparue sur les vidéos. Cette personne m’a alors demandé d’envoyer par email une version modifiable du rapport. […] J’ai été harcelée pendant une heure, on m’a ordonné de taper des positions spécifiques de la police nationale que je n’ai pas vu à l’écran »,

précise encore Sandra Bertin.

Bernard Cazeneuve, a annoncé son intention de porter plainte ce dimanche pour « diffamation » après ces « graves accusations ». Voici la réalité des écœurantes magouilles républicaines tentant de faire croire au peuple que les moyens policiers étaient mis en place, alors que rien n’a été fait pour éviter le massacre… !

 

Depuis quelques jours, la polémique enfle autour de la présence de la police nationale à Nice le soir du 14-Juillet. Dimanche, dans un entretien exclusif au JDDSandra Bertin, la cheffe du Centre de supervision urbain (CSU) de Nice, accuse le ministère de l’Intérieur de l’avoir mise sous pression.

Journaliste:Quand le camion de Mohamed Laouhaiej-Bouhlel entre sur la Promenade des Anglais, ce 14 juillet, que voyez-vous sur vos écrans?
Sandra Bertin: Je me rappellerai toute ma vie de cette heure-là : 22h33. J’étais devant les écrans du CSU avec les équipes. Nous recevons alors des policiers municipaux positionnés sur la Promenade le signalement d’un camion fou. Nous récupérons tout de suite son image à l’écran et nous demandons son interception. Le camion était lancé à 90 km/h, sans phares, sans qu’on l’entende à cause du bruit. Il contourne le barrage de la police municipale. Les équipes n’ont pas pu l’arrêter. On ne crève pas les pneus d’un 19 tonnes avec un revolver! A ce moment-là, d’autres policiers municipaux sont en civil dans la foule, qui se retrouvent face à lui. S’ils avaient été armés comme nos collègues de la police nationale, une de nos revendications, ils auraient pu le stopper. Le poids-lourd se retrouve finalement face aux policiers nationaux, qui tirent et le neutralisent. Il est 22h34.

« J’ai été harcelée pendant une heure, on m’a ordonné de taper des positions spécifiques de la police nationale que je n’ai pas vu à l’écran »

 

La sous-direction anti-terroriste vous a demandé, le 20 juillet « l’effacement complet des enregistrements de vidéosurveillance » sur la Promenade pour cette nuit du 14 juillet afin d’éviter les fuites. Ce à quoi s’oppose la ville de Nice….
Le lendemain des attentats, le cabinet du ministre de l’Intérieur a envoyé un représentant au CSU qui m’a mis en ligne avec la place Beauvau. J’ai alors eu affaire à une personne pressée qui m’a demandé un compte-rendu signalant les points de présence de la police municipale, les barrières, et de bien préciser que l’on voyait aussi la police nationale sur deux points dans le dispositif de sécurité. Je lui ai répondu que je n’écrirais que ce que j’avais vu. Or la police nationale était peut-être là, mais elle ne m’est pas apparue sur les vidéos. Cette personne m’a alors demandé d’envoyer par email une version modifiable du rapport, pour « ne pas tout retaper ». J’ai été harcelée pendant une heure, on m’a ordonné de taper des positions spécifiques de la police nationale que je n’ai pas vu à l’écran. A tel point que j’ai dû physiquement renvoyer du CSU l’émissaire du ministère! J’ai finalement envoyé par email une version PDF non modifiable et une autre modifiable (…)

*Pour retrouver la longue interview que Sandra Bertin a accordée au JDD en kiosques, cliquez ici. Lire également le JDD sur iPad ou sur Internet. Découvrez également nos offres d’abonnement

Source : http://www.lejdd.fr/Societe/La-policiere-responsable-de-la-videosurveillance-a-Nice-accuse-le-ministere-de-l-Interieur-798751


Images partagées par plusieurs services

 

Le lendemain du drame tragique de la promenade des Anglais, des officiers de police judiciaire étaient venus faire une première recension des caméras en prise directe avec l’événement. Cela a donné lieu à un premier rapport envoyé au ministère de l’Intérieur. Étrangement, ce serait ces mêmes caméras qui sont visées par la réquisition de la SDAT.

 

Dès samedi, l’Élysée avait demandé copie des images de l’attentat. Une autorisation accordée par le parquet de Paris. «Ce n’est pas choquant que le président de la République ait voulu visionner l’attentat. Faudra-t-il demander à l’Élysée de restituer le CD qui lui est parvenu?», s’interroge un bon connaisseur du dossier. En tout état de cause, ces vidéos sont partagées par plusieurs services concomitamment à savoir ceux de la Police et de la gendarmerie nationale, de la police judiciaire et des pompiers.

 

retour sur une polémique en cinq actes

Failles supposées dans le dispositif de sécurité, polémique autour de la suppression des images de vidéosurveillances à Nice, les accusations à l’encontre de Bernard Cazeneuve se multiplient depuis l’attentat de Nice. C’est la première fois depuis qu’il a pris ses fonctions en avril 2014, succédant à Manuel Valls, que le ministre de l’Intérieur doit faire face à une telle avalanche de critiques. Retour sur une semaine sous haute tension.

Acte I: L’opposition de droite fustige le manque de mesures prises pour lutter contre le terrorisme

Les premières accusations viennent du camp de la droite. Au lendemain de l’attaque de Nice, l’opposition reproche à l’exécutif de n’avoir pas pris les mesures nécessaires contre le terrorisme depuis les attentats de 2015. «Tout ce qui aurait dû être fait depuis dix-huit mois ne l’a pas été», déclarait trois jours après l’attentat l’ex-chef de l’Etat Nicolas Sarkozy. Le soir même, le premier ministre Manuel Valls et Bernard Cazeneuve dégainent un long communiqué en réponse aux accusations portées par la droite et énumèrent toutes les mesures prises par l’exécutif ces derniers mois. À la présidente du Front National qui avait demandé sa démission, Bernard Cazeneuve répond: «C’est précisément parce qu’elle me le demande que je ne le ferai pas et je le ferai d’autant moins que Marine Le Pen n’a voté aucune loi antiterroriste».

Acte II: la polémique autour du dispositif de sécurité enfle

Parallèlement, les questions autour du dispositif de sécurité en place sur la Promenade des Anglais le soir du drame surgissent dans le débat politique. Le premier à les soulever n’est autre que Christian Estrosi, adjoint Les Républicains au maire de Nice. 36 heures après l’attentat, l’élu a évoqué un «mensonge d’État» à propos des effectifs de la police nationale présents le soir du drame. Selon lui, les policiers nationaux étaient en nombre insuffisant et les chiffres avancés par le ministère de l’Intérieur sont faux. Il réitère ses accusations quelques jours plus tard dans Nice Matin. S’ensuit une bataille de chiffres entre l’Intérieur et l’adjoint au maire de Nice, le premier maintenant qu’il y avait bien 64 policiers nationaux sur place. Le gouvernement se défend aussi en affirmant que les services municipaux étaient parfaitement au courant du dispositif de sécurité puisqu’ils avaient participé aux réunions préparatoires avec la préfecture. D’autres interrogations viennent alimenter le débat : Le «barriérage» du public était-il insuffisant? Pourquoi ce camion circulait-il malgré l’interdiction de circuler un jour férié? Y avait-il trop d’événements organisés le même jour? Pourquoi n’y avait-il pas de chicanes en béton sur la promenade?

Acte III: Libération évoque «des failles et un «mensonge»

Mais c’est surtout une enquête du journal Libération, publiée le jeudi 21 juillet, qui va déstabiliser le locataire de la place Beauvau. Photos et témoignages à l’appui, le quotidien révèle qu’une seule voiture de la police municipale barrait l’entrée de la zone piétonne de la Promenade des Anglais, où est arrivé le camion utilisé pour l’attentat de Nice. L’information est d’autant plus embarrassante qu’elle contredit les déclarations du ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, et de la préfecture des Alpes-Maritimes. En réalité, les policiers nationaux sont postés à plus de 370 mètres plus bas, là où ont lieu des concerts. Leurs voitures, stationnées le long de la chaussée, ne pouvaient en rien empêcher le passage du camion du terroriste. Bernard Cazeneuve publie de nouveau un communiqué pour «s’indigner des contre-vérités» de Libération. Mais la polémique ne désemplit pas. Dans le camp de la droite, le président du Sénat Gérard Larcher réclame «une enquête indépendante» et Christian Estrosi une enquête de l’Inspection générale de l’administration. Pour calmer l’orage, le ministre de l’Intérieur finit par saisir la police des polices (IGPN) à qui il demande une enquête administrative sur le dispositif de sécurité. «À aucun moment il n’y a eu mensonge des autorités», assène de son côté le préfet de la région tandis que le président François Hollande promet «vérité et transparence» sur le fameux dispositif et rappelle que Bernard Cazeneuve «a toute sa confiance».

Acte IV: La justice demande de supprimer 24 heures de vidéosurveillance, la ville refuse

L’information est révélée par Le Figaro: mercredi 20 juillet, la sous-direction antiterroriste (SDAT) a demandé aux agents qui gèrent la vidéosurveillance de la ville de Nice d’effacer 24 heures d’images provenant de six caméras nommées et numérotées, mais aussi de toutes les scènes depuis le début de l’attentat ayant eu lieu sur la promenade des Anglais. Ces vidéos sont bien entendu sauvegardées dans le cadre de l’enquête. Cette requête vise en fait à empêcher la diffusion sauvage d’images extraites de ces bandes, par respect pour les victimes. Sauf que la demande passe mal au niveau local. Vendredi, l’avocat de la ville de Nice a indiqué que la municipalité refuserait de répondre à cette demande. Pendant ce temps-là, les médias décrivent un ministre de l’Intérieur «dans la tourmente», «en pleine tempête» et «sur la sellette».

Acte V: Une policière niçoise dénonce des «pressions» de l’Intérieur, Cazeneuve porte plainte 

Ce dimanche, le locataire de la place Beauvau s’est à nouveau retrouvé dans la tourmente. Dans un entretien accordé au Journal du Dimanche, la responsable du centre de supervision urbain (CSU) a mis en cause le ministère de l’Intérieur. Sandra Bertin a affirmé qu’elle aurait subi des pressions de la part d’un représentant de la place Beauvau dans la rédaction de son rapport sur la soirée meurtrière du 14-juillet. Bernard Cazeneuve s’est empressé de démentir ces «graves accusations» et a annoncé qu’il portait plainte pour diffamation. «Contrairement à ce que Mme Bertin affirme, ce n’est en aucun cas ‘le cabinet du ministre de l’Intérieur qui a envoyé un commissaire au CSU’ ou qui aurait eu des échanges avec elle», a déclaré la place Beauvau dans un communiqué.

Un peu avant, le ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas, allait dans le même sens et rappelait que l’enquête relevait «exclusivement» de l’autorité judiciaire. Autrement dit, qu’aucun responsable du ministère de l’Intérieur ne pouvait intervenir dans la procédure. Même le procureur de Paris François Molins, en charge de l’enquête, est venu à la rescousse du ministère: pourtant taiseux en dehors de ses conférences de presse, il a assuré que l’Intérieur n’était pas intervenu au CSU. «C’est sous la seule autorité et pour les besoins de l’enquête en cours que le 15 juillet, deux brigadiers chefs ont été envoyés au CSU de Nice», dans le seul but «de parvenir à la manifestation de la vérité dans le cadre d’une enquête judiciaire», a-t-il affirmé à l’AFP.


Nice: « Monsieur sécurité » n’était pas aux réunions préparatoires du 14 juillet

Christian Estrosi, premier adjoint au maire en charge notamment de la sécurité, était représenté par ses collaborateurs « les plus compétents » aux réunions de préparation de la fête nationale à Nice.

Christian Estrosi ou ...Mr.Sécurité,en France!
Christian Estrosi ou …Mr.Sécurité,en France!

C’est une absence qui ne passe pas inaperçue. Alors qu’il est engagé dans une vive polémique avec le gouvernement sur le dispositif de sécurité déployé le 14 juillet à Nice, Christian Estrosi, premier adjoint au maire (Les Républicains), chargé notamment de la sécurité, n’a assisté à aucune des réunions préparatoires à l’événement, a-t-on appris dimanche auprès de la municipalité.

Le président de la région Paca et ex-maire de NiceIl acédé en juin son siège à son ex-premier adjoint Philippe Pradal pour se conformer à la loi sur le cumul des mandats- était représenté à ces réunions par ses collaborateurs « les plus compétents », ajouté cette même source, confirmant une information du journal Le Monde.

« Un écran de fumée grossier »

Une information gênante? Peu de temps après cette annonce, l’intéressé, toujours prompt à réagir, s’est fendu d’un tweet pour assurer que ces rencontres étaient des « réunions d’experts » et que « le préfet [des Alpes-Maritimes] n’était pas présent non plus ». « ‘Il s’agit d’une attaque, d’un écran de fumée grossier face aux graves questions qui se posent à l’exécutif », a renchéri la Ville.

La préfecture s’est de son côté « refusé à tout commentaire en raison de l’enquête en cours » de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), saisie par Bernard Cazeneuve. Un ministre de l’Intérieur qui a annoncé, ce dimanche, porter plainte pour diffamation après les « graves accusations » d’une policière municipale niçoise dans les colonnes du JDD. Sandra Bertin, à la tête du Centre de supervision urbain de Nice, affirme avoir reçu des pressions de la place Beauvau pour modifier son rapport sur le dispositif policier du 14 juillet.

Depuis l’attentat qui a fait 84 morts sur la Promenade des Anglais, Christian Estrosi entretient des rapports houleux avec le pouvoir exécutif. Multipliant les attaques, l’élu a notamment critiqué à maintes reprises la gestion des attentats par le gouvernement. « Tout n’a pas été fait pour garantir la sécurité de nos concitoyens. Les Français doivent savoir pourquoi », a-t-il notamment déclaré à Paris Match.

Mise à jour du 24 juillet 2016 (16h47)

Estrosi rejette « les accusations scandaleuses d’instrumentalisation » de Cazeneuve

Le maire de Nice n’a pas apprécié la réponse de Bernard Cazeneuve après les propos d’une conseillère municipale sur l’enquête de l’attentat de Nice.

...maintenant il est fâché Mr.Sécurité
…maintenant il est fâché Mr.Sécurité

Christian Estrosi, premier adjoint LR au maire de Nice, a déclaré dimanche sur Twitter rejeter « les accusations scandaleuses d’instrumentalisation du ministre » Bernard Cazeneuve, au sujet des propos de la policière municipale sur l’enquête sur l’attentat de Nice.

Cazeneuve avait taclé les « accusations indignes » de « certains élus de Nice »… Dans un entretien au Journal du Dimanche, Sandra Bertin, qui était en charge de la vidéosurveillance le soir du 14 juillet, affirme avoir été « harcelée pendant une heure », le lendemain de l’attentat, par un commissaire envoyé, selon elle, par le cabinet du ministre de l’Intérieur. Mais Bernard Cazeneuve a assuré par la suite que c’est le parquet, et non son cabinet, qui a envoyé un émissaire. Une version corroborée par le procureur général de Paris et le ministère de la Justice.« Les accusations indignes de ce jour s’inscrivent dans la suite des polémiques virulentes que certains élus de Nice ont souhaité entretenir puis alimenter chaque jour depuis le terrible attentat du 14 juillet », a dénoncé le ministre de l’Intérieur en appelant « chacun à reprendre ses esprits ».
… Et ça ne plait pas à Estrosi. Une réponse qui n’a pas du tout plu à Christian Estrosi, ce dernier y voyant là une accusation « d’instrumentalisation » de la part du ministre à l’encontre de la mairie de Nice. « Avec @p_pradal (le maire Philippe Pradal, LR, ndlr), nous rejetons les accusations scandaleuses du ministre d’instrumentalisation des propos d’un agent dans un contexte aussi terrible », déclare Christian Estrosi sur Twitter, où il assure également que la municipalité a découvert dans le Journal du dimanche les propos de la policière municipale Sandra Bertin. 
Vous l’aurez deviné:on nous cache beaucoup de choses!

UN FALSE FLAG DE GRAND ART!
Comme cette affaire évolue vite,nous allons  continuer de mettre à jour cet article,suivant l’évolution de l’affaire.Nous sommes en face d’une opération « False Flag » (faux drapeau),comme l’auraient imaginé les experts de la CIA et les « petits amis » de Georges W. Bush…un certain 11 septembre 2001!

 

 

 

 

 

 

Sources:Le Figaro,MSN actualitées

 

 

 

Troisième Guerre Mondiale en préparation: la Russie aurait déjà attaqué les forces américaines de l’État Islamique

 

Ces photos sont la preuve que la Troisième Guerre Mondiale est déjà commencé.
Ces photos sont la preuve que la Troisième Guerre Mondiale est déjà commencé.

Partagez cette histoire sur facebook, twitter, envoyez-là par mail et qu’elle soit partagée comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux ! Obama a même admis que les USA formaient les forces de l’état islamique en Irak et en Syrie ! C’est dans la vidéo. Scott Bennet a même dénoncé les compagnies qui financent l’EI ! Il a donné les preuves à tous les membres du Congrès et personne n’a bougé le petit doigt ! Il n’y a que Rand Paul (candidat à la présidentielle américaine, ndlr) qui a envoyé une lettre dénonçant l’information mais il n’a rien fait lui aussi ! Montrez cette information VIRALE à tout le monde et exposez la vérité sur l’EI que le Veterans Truth Network s’efforce de partager.

 

La Russie a finalement  démontré le bluff du gouvernement criminel des États -Unis d’Amérique. 

 

« The Fake News » nous dit depuis plus d’un an que nous avons besoin de bombarder ISIS et d’envoyer des troupes  sur le terrain. Eh bien,la  Russie a simplement décidé de nous aider! Cela est vrai, elle a bien décerné  notre bluff et elle a mis des bottes sur le terrain contre  ISIS et jets volent autour du ciel syrien! On pourrait penser que les États depuis  qu’ils ont mis en place  ISIS et qu’ils l’utilisent comme une armée de proxy, maintenant la direction criminelle des États en place , nos fonctionnaires criminels disent que la présence russe serait inacceptable.Quelle blague!  

 

Apparemment, certains équipements russes et quelques soldats ont déjà été capturés dans la lutte que vous entendrez parler dans cet article à partir de Hedge Zero.

 

Oh, et si vous venez juste de vous  réveiller et  que vous ne pouvez  croire  ce  que ce  votre téléviseur donne  comme nouvelles est aussi faux que le certificat de naissance d’Obama, soyez assuré qu’on  détruit les mensonges des fausses nouvelles lancées par le système  et qu’Alex Jones  dénonce ce que dit la  journaliste  Virginie est réel!

Il est tout à fait  averti  de prendre vos armes et de vous préparer!

 

 

Nouvel Ordre Mondial:la Russie, s’apprète à envoyer ses forces terrestres contre ISIS

Malgré les  démentis formels de Moscou, les troupes aéroportées russes se préparent à débarquer en Syrie pour combattre les forces de l’Etat islamique. L’attaque surprise des forces ISIS sur le quartier Al-Qadam au sud de Damas le 31 août où ils ont pris des positions clefs, a fait d’ISIS le groupe anti-Assad le plus proche qui n’ait jamais été de la capitale syrienne. C’est pourquoi cet évènement a accéléré l’intervention militaire russe.

L'armée russe débarque.
L’armée russe débarque.

 

La Russie court-circuite l’ US Central Command

Les sources militaires de Debkafile rapportent que les discussions de la Commission militaire russo-syrienne ont accéléré au cours des derniers jours car Moscou veut coordonner son intervention. Nos sources de renseignement indiquent que les plans stratégiques russes sont avancés alors que la centrale de commande de l’avant-poste américain en Jordanie (CCFJ) est en pleine paralysie suite aux attaques des rebelles syriens dans le sud, y compris sur les positions du Golan tenu par Israël.

 

La plupart des opérations de la CCFJ ont été interrompues en raison d’un débat qui a éclaté entre les rebelles syriens et l’US Central Command, la CENTCOM. L’armée américaine est opposée à tous rebelles qui coopèrent avec des groupes d’Al-Qaeda, comme le Front Al-Nusra, alors que les rebelles affirment que cela ne peut pas être évitée si l’on veut vaincre les forces de Bachar al-Assad et du Hezbollah.
La paralysie de la CCFJ a ainsi stimulé les Russes a établir leur «commandement central» sans aucune difficulté.

Les avions russes de dernière génération y seront aussi.
Les avions russes de dernière génération y seront aussi.


Les quatre étapes militaires russes en Syrie:

1. Le 18 août dernier, six Mikoyan-Gourevitch MiG-31 Foxhound qui sont des avions d’interception russe dernière version ont atterri sur la base aérienne de Mezze tenue par les Forces aériennes syriennes, c’est la section militaire de l’aéroport international de Damas. Après que les avions d’attaque aient débarqué, ils ont été immédiatement suivis par les avions-cargos géants Antonov AN-124 Condor  qui les ont ravitaillés avec 1 000 missiles antichars 9M133 Kornet.

Intérêt statégique: Ces jets de combat avancés sont destinés à servir de support aérien pour les unités terrestres russes qui arrivent sur le sol syrien.

 

2. Moscou a conclu un accord avec Washington pour qu’elle enlève ses batteries de missiles MIM-104 Patriot postées en Turquie par l’OTAN. Cette suppression a été réalisée progressivement durant tout le mois d’août.

Intérêt statégique: empêcher la possibilité que des missiles Patriot  frappent les chasseurs russes effectuant des opérations dans l’espace aérien syrien.

3. Au cours de la dernière semaine d’août, un grand nombre de troupes russes, pour la plupart des équipes logistiques sont arrivées en Syrie. Ces troupes ont été vues à Damas et dans le district de la province de Lattaquié, leur travail est de préparer le terrain pour l’arrivée des unités de combat.

Intérêt statégique: Les forces russes sont en train de construire une base militaire.

4. Nos sources de renseignement indiquent aussi que Moscou a commencé à fournir à Damas toutes leurs compétences en matière d’imagerie satellite.

Intérêt statégique: visualiser la situation sur le terrain sur les différents fronts syriens, une étapespréparatoire pour l’introduction des forces terrestres.


Moscou n’est certainement pas prêt à mettre en danger le fief du président Bachar al-Assad  à Damas car il le considère comme une ligne rouge qui ne peut être franchie.
Si la Russie intervient militairement de cette façon, la Russie sera le premier pays extérieur au Moyen-Orient qui enverra des forces terrestres dans la guerre civile syrienne.

 

 

Le président Vladimir Poutine et ses soldats.
Le président Vladimir Poutine et ses soldats.

 

 

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :