Nouvelle en développement:Le Japon s’apprête à inonder le Pacifique avec 1 million de tonnes d’effluent radioactif

Le Japon s’apprête à inonder le Pacifique avec 1 million de tonnes d’eau contaminée par la centrale de Fukushima.

Des millions de tonnes d’eau radioactive sont stocké près de la centrale.

 Le gouvernement japonais est pressé par des experts de rejeter progressivement de l’eau radioactive dans l’océan Pacifique … L’eau est stockée sur le site dans environ 900 grands réservoirs complètement remplis et qui pourrait se déverser si une autre catastrophe majeure frappait le site. Le gouvernement a été supplié de donner l’autorisation de relâcher l’eau dans l’océan … Les pêcheurs locaux sont extrêmement hésitants sur cette solution … Fumio Haga, un pêcheur, a déclaré: « Les gens fuiraient le poisson de Fukushima dès que l’eau serait libérée ».

…à perte de vue!

Actuellement, la quantité d’eau radioactive à Fukushima continue de croître de 150 tonnes par jour.
 Les réacteurs sont irrémédiablement endommagés, et l’eau de refroidissement doit être constamment pompée pour éviter leur surchauffe. 
Cette eau capte la radioactivité avant de s’échapper des chambres de confinement endommagées et de se rassembler dans les sous-sols … «Notre effort de récupération jusqu’à maintenant s’effondrerait immédiatement si l’eau était libérée», a dit Yuichi Manome, fermier d’Iwaki.

Sources nombreuses: Daily Mail, 

NewsWeek

Independant

Metro UK

 

Publicités

Alerte Fukushima:Des déchets radioactifs à perte de vue sur l’ensemble des sites

Le vaste chantier de décontamination à Fukushima engendre une énorme quantité de déchets radioactifs. Les autorités en attendent 22 millions de mètres cubes après incinération des déchets organiques. D’ici 2021, 15,2 millions de mètres cubes devraient être entreposés « provisoirement » sur un site de 16 km2qui entoure la centrale accidentée, sur les communes d’Ôkuma et Futaba. En attendant, ces déchets s’entassent un peu partout, parfois à perte de vue.

 

L’Acronique de Fukushima a publié, il y a un peu plus d’un an, un reportage sur toute la chaîne de gestion de ces déchets, avec des photos et des vidéos. Greenpeace Japon vient de mettre en ligne des images de ces déchets vus du ciel : La première vidéo en japonais est visible sur Youtube, la seconde en allemand est visible ici.

 Une note en anglais de Greenpeace fait aussi le point sur les déchets radioactifs.

 La décontamination, presque terminée officiellement, sauf dans les zones dites de « retour difficile », ne concerne que les zones habitées qui deviennent des oasis au milieu des montagnes et des forêts qui couvrent 75% du territoire de la province de Fukushima. La décontamination de petites zones dans les territoires les plus contaminés est prévue pour ne pas rayer de la carte deux communes, même si les habitants ne rentreront pas. L’obstination de la reconquête, jusqu’à l’absurde.

 

 

Alerte Fukushima:Tepco reconnaît que le combustible fondu s’est réparti en plusieurs endroits du réacteur 2

Le 30 juin 2016, Tepco reconnaissaît que le combustible fondu s’est réparti en plusieurs endroits dans le réacteur 2.

La photo interne du réacteur no 2 qui dérange:la matière en fusion radioactive s’est répandu partout.

Depuis ce temps,Tepco a effectué une recherche en balayage aux muons avec le KEK (High Energy Accelerator Research Organization).
Tepco décrit les résultats de cette recherche en disant qu’il est hautement probable que la majeure partie des combustibles nucléaires fondus soient restés au fond du réacteur, à l’intérieur de ses structures. Ils ont aussi détecté une partie des combustibles fondus contre un mur du réacteur. Ceci signifie que le magma a éclaté en plusieurs morceaux, restés en différents endroits.Les scientifiques de  Tepco ne précisent pas le pourcentage de combustible fondu qu’ils ont pu détecter.
Tepco n’identifie pas non plus les endroits, donc on ne peut être certain que le combustible fondu soit entièrement resté dans l’enceinte pressurisée du réacteur ou en dehors dans l’enceinte de confinement principale.

Donc,il est presqu’impossible de pouvoir dormir tranquille là-dessus car on ignore le développement réel  de la situation interne du réacteur no 2 qui,comme on le sait,a atteint un niveau record de radio-activité.


Iori Mochizuri avec son seul compagnon.

*Une information de notre correspondant  Iori Mochizuki,à Fukushima.
Il était à Yokohama, qui  se trouve environ 300 km de la centrale nucléaire de Fukushima lorsque l’événement du  311 a  eu lieu.
Il a commencé à écrire quand il a été obligé de recueillir des informations pour décider de partir  ou non.
En ce moment, c’est le seul correspondant de nouvelles au monde sur le sujet de Fukushima qui écrit en anglais en tant que  citoyen japonais qui était là le 11/03/2011.

Plusieurs articles sont publiés tous les jours et tous les articles portent sur la situation actuelle du plan de Fukushima, les problèmes de santé en cours chez les Japonais, la situation des médias et les effets globaux, etc. La plupart ne sont pas couverts par les médias partout dans le monde.

Iori Mochizuki doit constamment  se  méfier des autorités japonaises qui cherchent à le faire taire car il exporte les information à l’extérieur du Japon.

 

 

 

Alerte Fukushima: grave élévation du niveau de radioactivité sur les fruits de mer

 

Bronwyn Delacruz

 

Bronwyn Delacruz, une étudiante de l’école secondaire de Grande Prairie, Alberta, Canada a découvert qu’une variété de fruits de mer, en particulier les algues, sont imprégnées de niveaux élevés de rayonnement. (1) (7) Après cela,elle est devenue préoccupé par le peu d’inspection des aliments sur les étalages canadiens qui devrait effectivement  avoir  lieu avec notre nourriture, et de découvrir que l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a cessé ses tests d’ essai  sur les aliments importés (cf: pour évaluer le rayonnement) en 2012.Depuis lors,elle a décidé de mener ses propres tests et ses propres enquêtes.

Des niveaux de radiation qui menacent votre santé.
Des niveaux de radiation qui menacent votre santé.

Elle a utilisé un compteur Geiger (que d’autres ont fait et ont également trouvé des niveaux élevés de rayonnement) dans le cadre d’un projet de science, qui se affiche à la Foire nationale canadienne .

Certains des échantillons de  varech que je ai trouvé était plus élevé que ce que l’Agence internationale de l’énergie atomique établit que la contamination radioactive, qui est de 1450 compte sur une période de 10 minutes. Certains de mes échantillons ont atteint des niveaux  comme 1700 ou 1800.   (1)

 

 

 

Elle assiste le Composite High School, et elle a testé plus de 300 échantillons individuels d’algues, avec 15 marques exportées du Nouveau-Brunswick, la Colombie-Britannique, la Californie, Washington, la Chine et le Japon. Chaque produit a été acheté dans un magasin d’épicerie Alberta.

Je voulais juste pour voir s’ils ont  été contaminé et j’ai trouvé des niveaux de contamination radioactive dans tous les échantillons », dit-elle. «Je suis un peu inquiète que tout cela atterrisse dans nos épiceries. Le niveau du varech était plus élevé que ce qui a été considéré comme dangereux, certains d’entre eux se rapprochait de 1700, 1800 (chiffres) »  (7)

Comme la plupart d’entre vous, la lecture de tout cela,vous  saurez, lorsqu’il s’agit de catastrophes environnementales, les retombées nucléaires de Fukushima sont parmi les pires qui se sont passé dans l’histoire. Nous parlons d’un incident qui continue de produire plus  de 300 à plus de 450 tonnes d’eau contaminée qui contient de l’iode radioactif, le césium et le strontium-89-90 fuite dans l’océan Pacifique sur une base quotidienne, même des années après que  l’événement a eu lieu .

Il n’y a pas longtemps, des poissons avec des niveaux mortels de césium radioactif ont été capturés au large de la côte de Fukushima. Plusieurs poissons ici ont montré des  niveaux de radioactivité qui ne sont pas sans danger pour la consommation humaine. L’un des échantillons (une dorade noire) pris à  40 kilomètres au sud de la centrale,a été  testé à 12 400 becquerels par kilogramme de césium radioactif, ce qui en fait 124 fois plus mortel que le seuil considéré comme sûr pour la consommation humaine.  (3)

La fameuse dorade noie testée à 12 400 becquerels par kilogramme de césium radioactif.Ce poisson aurait une dose létale 124 fois plus puissance que l’être humain peut supporter.

Mais comme ce rayonnement a atteint l’Amérique du Nord,qu’en est-il des aliments importés? Selon des chercheurs de l’Australie, la France et l’Espagne:

Suite à la catastrophe de Fukushima de Mars 2011, de grandes quantités d’eau contaminés par des radionucléides, y compris du césium-137, ont été libérés dans l’océan Pacifique. Avec une demi-vie de 30,1 années, le Cs-137 a le potentiel de se déplacer sur de grandes distances à l’intérieur de l’océan. Notre recherche suggère que les courants  d’eau près de  Fukushima vont faire  dériver le  Cs-137 qui va pénétrer l’océan intérieur et s’étendre aux autres bassins océaniques au cours des deux prochaines décennies et au-delà.  (2)

Les scientifiques ont estimé que à partir de  2014 , le panache radioactifs de la catastrophe de Fukushima ,s’échappant de la centrale nucléaire depuis 2011 ,a déjà atteint les côtes de l’Amérique du Nord, malgré que l’alarme au  rayonnement atmosphérique avait été  détecté sur la côte ouest américaine, quelques jours après l’incident. Les modèles  par ordinateur ont tous également identifié que le rayonnement voyagerait  à travers les océans du monde pour les années à venir . ( 4 ) ( 5 )

Bien que, »officiellement parlant », les évaluations gouvernementales venant des ministères  de la santé publique ont été faites illustrant que les particules radioactives qui font leur chemin jusqu’aux eaux d’Amérique du Nord auront un effet limité sur la santé humaine, beaucoup de gens ne le croient pas, et le projet de l’école secondaire de Bronwyn semble soulever de nombreuses questions.

Les quantités de rayonnement de fuite sont nocives pour la planète et la santé de toutes les espèces, y compris les humains. Une version majeure de la radioactivité, comme celle de Fukushima, est une préoccupation majeure, avec les inconnues restant autour de nombreux risques pour la santé à long terme tels que le cancer,les mutations animales,etc. (4) (5)

Une étude publiée dans la revue par des pairs  au Journal of Pediatrics  a constaté que l’iode radioactif de Fukushima a provoqué une augmentation significative de l’hypothyroïdie chez les bébés en Californie. (6)  Même si le Japon est de 5000 miles à travers l’océan Pacifique, l’étude a révélé que  les niveaux très élevés de rayonnement bêta atmosphériques sur la côte ouest sont directement corrélés avec cette tendance courante chez les nouveau-nés après la catastrophe nucléaire de Fukushima.

—————————————————————————————————————————————————————————————————————————————-

DE NOMBREUSES NOUVELLES ESPÈCES EN MUTATION  …DONT UN MONSTRUEUX PRÉDATEUR

 

http://http://www.gentside.com/embed/E2A2B0aXwM_n2AXHAD4tqA
Australie : Un requin blanc de 3 mètres mangé par un super-prédateur ? 

 

Au cours d’une étude scientifique réalisée au large des côtes australiennes, le chercheur Dave Riggs a fait une découverte surprenante. Après avoir posé une balise sur un requin adulte de 3 mètres, celui-ci a retrouvé quelques mois plus tard l’appareil échoué sur une plage sans plus aucune trace du squale. En examinant la balise de plus près, le chercheur a conclu que le requin avait certainement été avalé tout cru par un monstre marin encore inconnu. Qu’a-t-il bien pu arriver à cette femelle requin que Dave Riggs et son équipe étaient parvenus à étiqueter quelques mois plus tôt dans le cadre d’une expérience scientifique? Après l’avoir relâché dans la nature, ceux-ci ont réalisé avec stupeur que quelques temps plus tard, le grand squale avait disparu au fond même de l’estomac d’un autre prédateur… La disparition mystérieuse d’un requin blanc Au cours d’un grand projet d’étiquetage des requins blancs qui se déroulait en Australie, Dave Riggs et son équipe s’étaient employés à marquer un requin femelle de 3 mètres afin de pouvoir suivre ses pérégrinations au large des côtes. Mais 4 mois plus tard, les scientifiques sont tombés des nues lorsqu’ils ont découvert la balise échouée seule sur une plage, et plus de requin du tout! En examinant d’un peu plus près la pièce contenant des informations sur l’itinéraire du grand blanc, Dave Riggs et ses équipiers ont fait une découverte plutôt troublante. La veille de Noel, le requin se serait dirigé à grande vitesse vers le fond de l’océan à près de 600 mètres de profondeurs où les températures avoisinent les 7 °C. En quelques secondes, la balise aurait ensuite enregistré un brusque changement de température équivalent à 26 degrés Celsius. Pour les chercheurs, pas de doute: le requin avait certainement dû se retrouver avalé dans le ventre d’un animal encore bien plus imposant que lui. Sur la piste d’un squale cannibale ? Car selon Dave Riggs, il ne fait aucun doute qu’un tel écart de températures ne peux s’expliquer que par le fait que le requin de 3 mètres a certainement été avalé tout rond par un autre animal. Reste à savoir lequel? Super-prédateur, squale cannibale? Quel genre de monstre marin le requin marqué par l’équipe de Dave Riggs a-t-il pu rencontrer le jour de sa disparition? Selon les hypothèses avancées, celui-ci aurait pu croiser la route d’une créature capable de mesurer plus de 5 mètres de long et de peser près de 2 tonnes.

 

 

 

 


LE CANADA DANS TOUT CELA

 

Delacruz espère également attirer l’attention des législateurs à Ottawa une pétition exhortant le gouvernement fédéral à faire plus de tests de rayonnement sur la nourriture.

L’ACIA déclare en ligne qu’il « continue de surveiller les événements au Japon », mais n’a pas de plans immédiats pour reprendre les tests de rayonnement régulier, notant que « les contrôles japonais sur la vente de produits contaminés restent intacts. »

L’agence a fait des tests approfondis sur une variété d’aliments pour un an et demi après la catastrophe nucléaire au Japon, mais n’a trouvé aucune source de préoccupation à ce moment-là.

« Plus de 200 échantillons d’aliments ont été testés et tous ont été jugés en deçà des niveaux de radioactivité de une action de Santé Canada, » l’ACIA indique dans un affichage Février 2014 son site Web . « À ce titre, l’amélioration des contrôles à l’importation ont été levées et aucun test supplémentaire n’est prévu. »

Donc,nous ,les consommateurs québécois et canadiens,sommes abandonnés  à nous-mêmes afin que la loi néolibérale du libre-marché puisse continuer à survivre…avec  les profits capitalistes qui vont avec.

Triste société qui ose prétendre respecter le droit,la démocratie,le bonheur,le respect…!Youhou Justin Trudeau sort de tes prières islamiques!

 

 

Que pouvons-nous faire à ce propos?

Pour nous ignorer complètement cette situation et nier ce ne est pas la réponse, ce est pourquoi la sensibilisation continue est essentielle pour apporter des changements. Une chose que nous pouvons faire à ce sujet, comme un eefort collectif humain, est de changer la façon dont nous regardons les méthodes de production d’énergie. De toute évidence,   nous ne avons pas besoin de réacteurs nucléaires pour bouillir l’eau pour produire de la vapeur afin de pousser une turbine qui produit de l’électricité, il y a de meilleures façons et il est temps de les mettre en œuvre.

Un autre aspect très important est la puissance de la conscience. Un certain nombre d’études scientifiques ont prouvé que la conscience seule a le pouvoir de modifier le monde matériel physique que nous percevons autour de nous (vous pouvez en lire plus à ce sujet  ici ), ce qui inclut la guérison par intention. Par la sensibilisation, et vraiment réaliser combien dommageable ces retombées sont néfastes et négatives pour toutes les formes de vie. Il nous faudra une grande quantité d’amour, la prière et l’intention de cicatriser  ces blessures  dirigées vers nos eaux et la région environnante. Il ne fait aucun doute dans mon esprit que la puissance de la conscience joue un rôle important dans le nettoyage de ce gâchis.

Fukushima est juste une autre occasion pour la race humaine de se réveiller.Il ne  nous sera pas donné des possibilités illimitées, mais ces événements  nous serviront à ouvrir les yeux sur notre potentiel illimité pour créer quelque chose de nouveau,UNE ÈRE NOUVELLE, et d’exploiter d’une manière qui est plus en harmonie avec la planète et tous les êtres avec qui  nous partageons notre petite planète bleue.

Il y a aussi des exemples de scientifiques offrant des solutions. Un de ces exemples proviennent de la Fondation Keshe, et vous pouvez en savoir plus à ce sujet  ici .

 

Sources:

(1) http://metronews.ca/news/calgary/982233/alberta-students-science-project-finds-high-radiation-levels-in-grocery-store-seafood/

(2) http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S096706371300112X

(3) http://rt.com/news/fukushima-fish-cesium-radiation-548/

(4) http://www.davidsuzuki.org/blogs/science-matters/2013/10/despite-fukushima-scientists-say-eating-west-coast-fish-is-safe/

(5) http://www.climatescience.org.au/content/336-fukushima-radioactive-plume-reach-us-three-years

(6) http://www.scirp.org/journal/PaperInformation.aspx?PaperID=28599#.U0WMjV5n9GE

(7)  http://www.dailyheraldtribune.com/2014/03/25/local-science-project-finds-high-levels-of-radiation-in-seaweed

https://twitter.com/gpchs_gppsd

http://www.gppsd.ab.ca/school/gpcomposite/Pages/default.aspx

Alerte Fukushima: le niveau de radioactivité atteint un niveau sans précedent

l’exploitant de la centrale de Fukushima centrale nucléaire a détecté des niveaux de radiation extrêmement élevés à un réacteur endommagé à la centrale de Fukushima au Japon.

Les niveaux de rayonnement qui sont mortels après une brève exposition ont été trouvés à l’intérieur du deuxième réacteur jeudi,le 2 février 2017.

fukushima-690x350

Tokyo Electric Power Company a également trouvé un trou qui a été probablement causé par le combustible nucléaire fondu  qui a également été découvert dans le réacteur.

RT rapporte:

Des niveaux allant jusqu’à 530 Sieverts par heure de rayonnement ont été détectés à l’ intérieur du réacteur inactif 2 au complexe nucléaire de Fukushima Daiichi,la centrale  endommagée pendant le tremblement de terre et le tsunami catastrophe de 2011, ce que les  médias japonais ont rapporté jeudi citant l’exploitant de la centrale, Tokyo Electric Power Company (TEPCO).

Une dose d’environ 8 Sieverts est considérée comme incurable et fatale.

Un trou de pas moins d’un mètre carré  a également été découvert sous la cuve sous pression du réacteur, a expliqué TEPCO . Selon les chercheurs, l’ouverture apparente dans la grille métallique de l’un des trois réacteurs qui avaient fondues en 2011, est censé être avoir été causé par le combustible nucléaire fondu qui est tombé à travers le vaisseau.

L’échafaudage de fer a atteint  un point de 1500 degrés de fusion, selon TEPCO , expliquant qu’il y a une possibilité  que des débris de carburant soient tombé sur elle et ouvert le trou. De tels débris de carburant ont été découverts sur les équipements au fond de la cuve sous pression juste au-dessus du trou, a-t-on  ajouté.

Les derniers résultats ont été libérés après une sonde récente de la caméra à l’intérieur du réacteur, explique TEPCO . À partir de l‘utilisation d’une caméra télécommandée montée sur un long tuyau, les scientifiques ont réussi à obtenir des images de lieux difficiles à atteindre où des matières nucléaires résiduelles sont restées. La substance, elle est tellement toxique que les robots, même fabriqués spécialement  pour ce travail et aussi conçus pour sonder les profondeurs sous-marines sous la centrale sont déjà émietté et arrêté en cours de travail.

Cependant, TEPCO envisage toujours de lancer de nouvelles évaluations plus détaillées à la centrale nucléaire endommagée à l’aide de robots automoteurs.

Plus tôt cette semaine, les espoirs pour un nettoyage plus efficace à Fukushima étaient très  élevés, tellement que l’exploitant a annoncé qu’une partie des débris responsables d’une grande partie de la contamination radioactive  persistante depuis six ans (des combustibles nucléaires résiduels)  peut avoir finalement été trouvé.

Hors,il semble que TEPCO soit obligé et forcé de donner l’heure juste et n’aurait plus le choix que de dire la vérité après 6 ans de mensonge de cachotteries et de …détournement de fonds publics.Plus le temps passe et plus la situation devient hors de contrôle.

Il y a plus de 1100 citernes de stockage d'eau radioactive sur le site de Fukushima Daiichi.Une catastrophe écologique majeure se prépare.
Il y a plus de 1100 citernes de stockage d’eau radioactive sur le site de Fukushima Daiichi.Une catastrophe écologique majeure se prépare.

Le coût du nettoyage de Fukushima

L’administration Abe a décidé d’utiliser l’argent des contribuables pour décontaminer les zones dans la préfecture de Fukushima interdite aux personnes en raison de retombées de substances radioactives des effondrements Mars 2011 à Fukushima n ° 1 de la centrale électrique de Tokyo Electric Power. La décision, qui dévie de la politique actuelle que Tepco doit payer pour les efforts de décontamination, reflète une proposition présentée en Août par la coalition au pouvoir du  Parti libéral démocratique et du  Komeito du Premier ministre Shinzo Abe, mais jamais discuté par le conseil d’experts ou du gouvernement,soit  « Le régime politique corrompu du Japon ».

L'ensemble du Site
L’ensemble du Site

Le gouvernement peut vouloir justifier le mouvement comme un effort pour aider à accélérer le retour à leurs communautés ville natale de personnes évacuées. Pourtant, il sera difficile pour l’administration de se soustraire à la critique que la mesure est rien, mais un plan de sauvetage financé par les contribuables pour Tepco, qui est responsable de retombées nucléaires qui a touché tant de gens à Fukushima.

En procédant à des travaux de décontamination, l’administration espère lever les ordres d’évacuation dans certaines des  » zones de non-droit » dans environ cinq ans. On espère que ces zones serviront de bases pour les activités visant à promouvoir la reconstruction de la catastrophe nucléaire. Comme première étape, le gouvernement prévoit de mettre de côté 30 milliards ¥ dans le budget fiscal 2017. Jusqu’à présent, aucun travail de nettoyage à grande échelle a été réalisée à l’intérieur de ces zones, qui chevauchent sept municipalités autour de la centrale Tepco.

Il y avait plus de 1,100 réservoirs d'eau irradiée d'entreposés sur le site.
Il y avait plus de 1,100 réservoirs d’eau irradiée d’entreposés sur le site.

La position du gouvernement est qu’il est sécuritaire pour les personnes évacuées de retourner dans leurs communautés si la dose cumulative annuelle il y a 20 millisieverts (mSv) ou moins, bien que la limite légale autorisée pour les personnes dans des circonstances normales est de 1 mSv. Le millisievert est une mesure de l’absorption du rayonnement par l’organisme humain. En zones interdites, la dose annuelle tops 50 mSv et ne devrait pas tomber en dessous de 20 mSv au cours des cinq prochaines années.

Les retombées radioactives de Fukushima  continuent de préoccuper.
Les retombées radioactives de Fukushima continuent de préoccuper.

Fidèle au principe du pollueur norme payeur, qui a également été appliquée à l’Minamata empoisonnement au mercure catastrophe dans les années 1950 et 60, la loi spéciale pour faire face aux dégâts de la catastrophe de Fukushima stipule que Tepco doit assumer le coût de nettoyage, ainsi que les travaux de décontamination est payé par l’argent des contribuables, l’utilitaire doit plus tard rembourser le gouvernement. Maintenant, le gouvernement prévoit de réviser la loi spéciale sur la décontamination et d’autres lois afin qu’il puisse payer les travaux de décontamination prévue à Fukushima. Pour contrer la critique possible que le régime ne vise qu’à aider Tepco, le gouvernement fait valoir que le travail prévu vise à améliorer l’infrastructure publique dans les zones de non-droit alors évacués peuvent retourner. Cependant, le travail comprendra gratter la terre végétale et l’abattage des arbres, ce qui en fait pas différent que les efforts de décontamination dans d’autres domaines.

On continue de ramasser nombres de déchets douteux.
On continue de ramasser nombre de déchets douteux.

Pour justifier l’utilisation de l’argent des contribuables, le gouvernement dit aussi que Tepco a versé une indemnité aux personnes évacuées des zones de non-droit sur l’hypothèse selon laquelle ils ne seraient pas en mesure de retourner dans leurs foyers pendant une période prolongée. Ainsi, dans une directive révisée pour la reconstruction de la préfecture de Fukushima, le gouvernement dit qu’il va payer pour la décontamination prévue sans demander le remboursement de Tepco.

Derrière la décision du gouvernement pour l’utilisation de l’argent des contribuables est la dépense exponentielle  de décontamination, avec la dernière estimation passant de l’original ¥ 2,500,000,000,000 pour ¥ 4,000,000,000,000, qui ne comprend pas le coût du nettoyage des zones de non-droit. Le gouvernement attend les travaux prévus dans ces zones à coûté environ 300 milliards ¥ sur cinq ans, mais le prix pourrait augmenter si le travail devient prolongée. Et le fardeau des contribuables peut encore augmenter si la portée de la décontamination payé par le gouvernement dans ces domaines est élargi.

À cause de plus de 450 tonnes d'eau irradiée rejetée à la mer,ce sont des millions de poissons morts que nous retrouvons,maintenant,face à la baie de Fukushima et sur les plages japonaises.
À cause de plus de 450 tonnes d’eau irradiée rejetée à la mer,ce sont des millions de poissons morts que nous retrouvons,maintenant,face à la baie de Fukushima et sur les plages japonaises.

Dans un mouvement connexe, le Ministère de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie est venu avec une idée de passer une partie du coût de la rémunération de Tepco pour les victimes de la catastrophe de Fukushima sur les consommateurs sous la forme de la hausse des factures d’électricité, le coût total estimé pour le démantèlement la centrale de Fukushima n ° 1 plante, la compensation et la décontamination a gonflé de l’original ¥ 11000000000000 pour ¥ 21500000000000. Ces mouvements non seulement augmenter le fardeau financier des personnes, mais brouillent également la responsabilité de la compagnie d’électricité pour les ravages qu’il a causé. Le gouvernement peut dire que les mesures sont nécessaires pour aider à promouvoir la reconstruction de Fukushima. Mais ils pourraient détourner l’attention du public à partir du principe qu’il est Tepco qui doit payer pour le démantèlement de ses réacteurs, l’indemnisation des victimes et de nettoyage des zones contaminées.

http://www.japantimes.co.jp/opinion/2016/12/23/editorials/cost-cleaning-fukushima/#.WF15Dlzia-c

 

 

Alerte Fukushima:Feu vert à la réutilisation des sols radioactifs dans des projets de travaux publics

1667076-les-retombees-radioactives-de-fukushima-preoccupantes-au-japon-indetectables-en-france

Selon  un de mes correspondants…en liberté surveillée au Japon:

Le ministère de l’Environnement  du Japon  a officiellement décidé,le 30 Juin  2016,de permettre une utilisation limitée des sols contaminés par la radioactivité dans des projets de travaux publics, mais a évité de dévoiler que les estimations (lors d’une réunion à huis clos ) que le sol radioactif doit  être surveillé  jusqu’à 170 ans.

de-surcroit-les-fuites-depuis-le-sous-sol-se-poursuivent_1342133_800x400

Le ministère a décidé que le sol pourrait être réutilisé pour des remblais aussi longtemps que la radioactivité du césium qu’il contenait ne dépassait pas 8.000 becquerels par kilogramme. En vertu de la Loi sur la réglementation des matières nucléaires Source, matières nucléaires combustible et des réacteurs, le sol contaminé peut être utilisé librement si le niveau de radioactivité est de 100 becquerels par kilogramme ou moins.

1064_2

Il est apparu plus tôt que le ministère avait calculé dans une réunion à huis clos que certains sols devraient être surveillé pendant 170 ans – bien au-delà de la durée de vie des remblais.Toutefois, dans la politique de base du ministère,on  a simplement déclaré, «La sécurité et les méthodes d’administration seront examinés au cours des processus de vérification à l’avenir. »

Exo-Ranet-Fukushima-4_112015

Il est prévu que jusqu’à environ 22 millions de mètres cubes de déchets contaminés par des matières radioactives venant de la catastrophe nucléaire de Fukushima vont finir entassés dans une installation de stockage provisoire à cheval sur la frontière entre les villes de Fukushima ,la Prefecture Okuma et Futaba. Le gouvernement central prévoit d’éliminer les déchets pour le bien en dehors de la préfecture par Mars 2045, mais espère réutiliser autant  que possible pour réduire la masse énorme des déchets radioactifs.

En vertu de la politique de base du ministère, la réutilisation du sol sera limitée aux travaux publics où l’organisme chargé de l’administration.Donc, il est clairement établi, que  la dose de rayonnement à une distance de 1 mètre ne soit pas plus de 0,01 millisieverts par an. Lors de l’utilisation des sols contaminés par un niveau de radioactivité de 8.000 becquerels par kilogramme, il serait placé sous au moins 50 centimètres du sol de couverture, qui seraient alors couverts par du sable et de l’asphalte.

Au cours de la réunion à huis clos, il a été calculé qu’il faudrait 170 ans pour que la radioactivité du sol contaminé puisse  diminuer naturellement de 5.000 à 100 becquerels par kilogramme – une durée de vie beaucoup plus longue que la durabilité des monticules de terre, établie à 70 ans.

Des feuilles radioactives
Des feuilles radioactives

fukushima-exclusion-zone-01

Greenpeace nuclear campaigner Nikki Westwwod samples soil to test for contamination on the outskirts of Fukushima City, 60 km from the stricken Fukushima Daiichi nuclear plant. Greenpeace is working in the area to monitor radioactive contamination of food and soil to estimate the health and safety risks for the local population.
Greenpeace nuclear campaigner Nikki Westwwod samples soil to test for contamination on the outskirts of Fukushima City, 60 km from the stricken Fukushima Daiichi nuclear plant. Greenpeace is working in the area to monitor radioactive contamination of food and soil to estimate the health and safety risks for the local population.

fukushima-drone