Publicités

Dictature de la pensée unique:Facebook espionne votre vie hors ligne pour décider si vous êtes un «agent de la haine»

Fb spie
Fb spie
Un document interne à Facebook révèle que le géant des médias sociaux surveille le comportement hors ligne de ses utilisateurs afin de déterminer si une personne doit être classée dans la catégorie «agent de la haine», comme l’a signalé le Washington Pundit .

 

 

Intitulé « Révision de la politique des agents de haine », le document révèle que Facebook utilise une série de « signaux » qui incluent le comportement d’une personne, à la fois sur et hors de la plate-forme. Une fois déterminé à être un «agent de haine», une personne est bannie de la plateforme.

Si vous louez les mauvaises personnes, si vous les interviewez ou si vous participez à des événements parallèles, Facebook peut vous classer dans la catégorie «agent de la haine».

Facebook peut également vous considérer comme un agent haineux si vous vous identifiez vous-même ou si vous défendez une « idéologie haineuse désignée », si vous vous associez à une « entité haineuse désignée » (un des exemples cités par Facebook comme « entité haineuse » comprend: Critique de l’islam Tommy Robinson), ou si vous avez «des tatouages ​​de symboles de la haine ou des slogans de haine».

(Le document n’en cite aucun exemple, mais les médias et les groupes de défense de la cause « anti-racisme » qualifient de plus en plus les objets inoffensifs comme des « symboles de haine », notamment une  grenouille de dessin animé  et le signe de la main  » OK « .)

Facebook vous classera également comme un agent de la haine pour possession d’un «attirail pour la haine», bien que le document ne fournisse aucun exemple de ce qui entre dans cette catégorie.

Facebook pourrait même qualifier quelqu’un d’agent haineux pour des « déclarations faites en privé mais rendues publiques par la suite », selon le rapport. Même le simple fait de « défendre un ethnostat » peut vous donner une telle image, bien que ce que l’on entend réellement par « un militant pour un ethnostat  pour les Blancs , car les Noirs, les Métis et la plupart des Juifs sont parfaitement libres de défendre leurs propres ethnostats. » et ni Facebook ni aucun des autres géants des médias sociaux ne la considèrent «odieuse».

En outre, Facebook peut vous qualifier d’agent de haine simplement pour avoir parlé de manière neutre d’individus et d’organisations que le réseau social considère comme «haineuses».



EN COMPLÉMENT

Facebook et Twitter omis du « sommet des réseaux sociaux » de la Maison-Blanche

 

La Maison-Blanche tiendra un sommet consacré aux réseaux sociaux jeudi afin de discuter des défis auxquels est confrontée cette industrie. Mais Facebook et Twitter, deux acteurs majeurs du milieu, n’auraient pas été invités, rapporte CNN.

Le réseau américain tire ces informations de sources anonymes familières avec ce dossier.

Selon ces sources, le sommet ne viserait pas à parler des problèmes du marché des réseaux sociaux. Ces personnes affirment qu’il s’agirait plutôt d’une tribune pour que des individus politiquement à droite puissent se plaindre au sujet des réseaux sociaux.

La Maison-Blanche a refusé de commenter, indique CNN.

Le sommet des réseaux sociaux a été annoncé par la Maison-Blanche en juin. L’institution américaine avait alors décrit l’événement comme une occasion de rassembler « des leaders du numérique afin d’avoir des échanges fructueux sur les occasions et les défis présentés par l’environnement en ligne actuel. »

Le Washington Post a indiqué la semaine dernière que des figures de proue de la droite américaine ont été invitées, dont certaines ont déjà exprimé leur désaccord avec les positions de différents réseaux sociaux au sujet de la liberté d’expression. Certaines de ces personnes ont accusé Facebook, Twitter et d’autres plateformes de censurer les opinions de droite ou d’avoir un biais antidroite, ce que les entreprises visées ont toujours démenti.

Le président Donald Trump fait partie de ceux qui attaquent régulièrement les réseaux sociaux. Il prétend entre autres que Twitter restreint l’accès à son profil pour ses partisans.

La liste des invités au sommet n’a pas été dévoilée par la Maison-Blanche.

 

 

 

 

Publicités

Une journaliste suédoise suspendue de Facebook pour avoir mentionné Tommy Robinson et la libre expression

La journaliste indépendante et combattante de la liberté Katerina Janouch a écrit une brève introduction pour un article dans son propre magazine en ligne «Katerina Magasin».

 

L’article, écrit par une autre écrivaine suédoise – Madeleine Rönnqvist Lilja – parle du combattant britannique de la liberté Tommy Robinson.

Elle a ensuite souligné que cela «pourrait être votre tour prochain».

Et  la version Facebook suédoise a pris Katerina au mot et l’a suspendue.

Leurs actions ne peuvent être interprétées autrement que comme un signal clair contre la liberté d’expression – et en particulier contre l’idée que nous devrions accepter les vues des autres, même si nous ne sommes pas d’accord avec elles.

Katerina Janouch

Dans un commentaire sur la suspension, Katerina écrit: «Sept jours de suspension ont été obtenus lorsque j’ai publié un article sur le héros britannique de la liberté d’expression, Tommy Robinson, sur Facebook.

Veuillez continuer à lire Katerina Magasin! Et répandre les liens. Ma propre plate-forme, personne ne peut me prendre, du moins pas encore. ”


EN COMPLÉMENT

Le 28 mai 2018,
Scandale Tommy Robinson : le fondateur de l’English Defence League arrêté et emprisonné
Tommy Robinson

Outre-Manche, la polémique n’en finit pas d’enflerLa condamnation à 13 mois de prison du militant nationaliste britannique et journaliste indépendant,Tommy Robinsonarrêté alors qu’il filmait en direct sur Internet devant le tribunal de Leeds, où se tenait unprocès supposé de prédateurs sexuels indo-pakistanais,suscite une avalanche de critiques.

Le cofondateur et ancien porte-parole de l’English Defence League (EDL), un mouvement identitaire quis’oppose à l’immigration massive et à l’islamisation duRoyaume-Uni, a été arrêté ce vendredi 25 mai pour «atteinte à l’ordre public » à l’entrée du bâtiment pendant qu’il interpellait plusieurs hommes quittant le tribunal, qui lui ont répondu par des injures.

« C’est ridicule ! Je n’ai pas dit un mot, je n’ai rien fait !» Sur une vidéo virale, diffusée sur Facebook et visionnée plus de trois millions de fois, on peut voir Tommy Robinson demander les raisons de son arrestation,réclamer plusieurs fois la présence d’un avocat et déclarer aux policiers : « C’est la liberté d’expression, voilà où on en est ! »

Le même jour, le militant de 35 ansdéjà condamné avec sursis pour « outrage au tribunal » en 2017, écopait de 13 mois de prison ferme et était envoyé directement en détention, a rapporté Fox News. Dans son jugement, lejuge a même interdit aux médias britanniques de couvrir l’affaire pour éviter de compromettre le procès des pédophiles présumés.

Selon une source, contactée par la chaîne américaine,l’avocat de l’activiste s’inquiète que la sentence, compte tenu de la présence de membres de gangs musulmans en prison, ne soit une condamnation à mort : « L’avocat deTommy  a dit qu’il mourrait probablement en prison étant donné son profil et de précédentes menaces crédibles, et le juge a dit qu’il s’en moquait. »

Une censure médiatique orwellienne

Après avoir publié des articles sur l’affaire, les organes de presse anglais les ont brutalement censurés de leurs sites pour se soumettre à la décision orwellienne du juge,ajoutant à la colère de nombreux internautes. Ses soutiensont diffusé le hashtag  #FreeTommy sur Twitter et ont même manifesté samedi devant le 10 Downing Street, la résidence du Premier ministre Theresa Mayrestée silencieuse.

Parmi les protestataires, le rédacteur en chef de Breitbart Londres dénonce le recours aux « reporting restrictions »,mesures utilisées pour préserver la confidentialité d’un procès et qui impose le silence à la presse. « Il n’y a aucune identité à protéger, aucun trouble à l’ordre public et les faits sont déjà connus. Il s’agit d’une arrestation politique », confie Raheem Kassam à Valeurs actuelles.Tommy Robinson a rendez-vous dès demain (29 mai 2018) avec son avocat pour lancer une procédure d’appel.

 

 

 

 

Facebook interdit officiellement le nationalisme blanc

Facebook commencera à interdire le contenu « nationaliste blanc ou séparatiste blanc » sur sa plate-forme à partir de la semaine prochaine, a annoncé mercredi le géant des médias sociaux.

 

 

Les responsables de Facebook ont ​​officiellement décidé d’interdire le « nationalisme blanc » et le « séparatisme blanc » sur la plate-forme appartenant à des Juifs lors d’une réunion de modération du contenu mardi, selon Motherboard.

La censure grandissante intervient un an après que Motherboard, un journal d’informations techniques, ait rapporté que l’idéologie de modération juive-libérale de Facebook avait permis le « nationalisme blanc et le séparatisme » sur la plate-forme, bien qu’elle interdisait une « suprématie blanche » explicite, alors qu’elle n’était jamais vraie.

Dans les documents de formation destinés aux modérateurs de l’année dernière, Facebook a écrit que le nationalisme blanc « ne semble pas toujours être associé au racisme (du moins de manière non explicite) », ce qui entraîne des réactions immédiates de la part de groupes de défense des droits civiques et d’experts alors nationalisme. 

Brian Fishman, directeur de la politique de lutte contre le terrorisme chez Facebook, a déclaré à la carte mère cette semaine qu’après avoir discuté avec de nombreux experts, Facebook avait conclu que « le chevauchement entre le nationalisme blanc, le séparatisme [blanc] et la suprématie blanche est si vaste que nous distinction entre eux. « 

« Notre propre analyse des personnalités et des organisations haineuses – telle que définie par notre politique sur les personnes et organisations dangereuses – a en outre révélé le chevauchement entre nationalisme blanc, séparatisme et suprématie blanche », a déclaré Facebook dans le blog annonçant le changement. « À l’avenir, même si les gens pourront toujours faire preuve de fierté vis-à-vis de leur héritage ethnique, nous ne tolérerons ni les louanges ni le soutien du nationalisme blanc et du séparatisme. »

Des « experts » ont déclaré au géant des médias sociaux que le nationalisme blanc et le séparatisme blanc étaient liés à la violence, a déclaré Facebook.

Facebook va maintenant interdire les contenus qui « louent ou soutiennent le nationalisme blanc et le séparatisme ». Et lorsque les utilisateurs tentent de publier ou de rechercher des contenus nationalistes ou séparatistes blancs explicites, ils sont redirigés vers le site Web de Life After Hate, une organisation de défense des droits et d’assistance qui s’efforce d’aider les personnes à sortir des « groupes haineux ». Le groupe Life After Hate, parrainé par des juifs, a été fondé par des nationalistes blancs traîtres.

«Si les gens explorent ce mouvement, nous voulons les mettre en contact avec des personnes capables de fournir une assistance hors ligne», a déclaré Fishman à Motherboard. «C’est le genre de travail qui, à notre avis, fait partie d’un programme complet visant à mener ce type de mouvement.»

Fishman a déclaré que l’interdiction ne s’étendrait pas au « nationalisme blanc implicite ou codé et au séparatisme blanc », soulignant que ces messages sont plus difficiles à identifier et à supprimer, selon Motherboard.

 

 

L’Union Européenne baigne dans le monde d’Orwell

  • Le problème est que cette noble initiative est une organisation qui censure depuis plusieurs années déjà la liberté d’expression en Europe.
  • Les directives du manuel stipulent que les journalistes doivent « Veiller à ne pas stigmatiser davantage des termes tels que » musulman « ou » islam « en les associant à des actes particuliers … Mettez en surbrillance … la diversité des communautés musulmanes … où il est nécessaire et d’actualité de signaler des commentaires haineux contre des musulmans, négociez l’information « . En d’autres termes, les directives demandent aux journalistes de désinformer le public.
  • C’est la même Commission européenne qui a exprimé récemment sa désapprobation du retrait de l’Autriche du « Pacte mondial pour la migration sûre, ordonnée et régulière » des Nations unies. Le Pacte stipule que les médias qui ne soutiennent pas le programme de migration des Nations Unies ne seront pas éligibles au financement public. En quoi cela consiste-t-il à « respecter pleinement les principes fondamentaux de l’Europe en matière de liberté d’expression, de presse libre et de pluralisme »?

L’UE a lancé un plan d’action global contre la désinformation . Selon un récent communiqué de presse de la Commission européenne, son objectif est apparemment de « protéger ses systèmes démocratiques et ses débats publics et dans la perspective des élections européennes de 2019 ainsi que d’un certain nombre d’élections nationales et locales qui se dérouleront dans les États membres d’ici 2020 ».

En juin 2018, les dirigeants des États membres de l’UE s’étaient réunis au Conseil européen et avaient invité la Commission européenne à « présenter … un plan d’action avant décembre 2018 contenant des propositions spécifiques pour une réponse coordonnée de l’UE au défi de la désinformation … ». est ce plan d’action que la Commission a présenté au public le 5 décembre.

Le plan d’action se concentre sur quatre domaines :

  1. Détection améliorée de la désinformation (la Commission européenne a consacré 5 millions d’euros à ce projet et s’attend apparemment à ce que les États membres contribuent également au niveau national).
  2. Réponse coordonnée – les institutions de l’UE et les États membres mettront en place un système d’alerte rapide « pour faciliter le partage des données et l’évaluation des campagnes de désinformation ». Le système d’alerte rapide sera mis en place d’ici mars 2019 et « sera complété par un renforcement supplémentaire des ressources nécessaires ».
  3. Les plateformes en ligne et l’industrie sont appelées à assurer « la transparence de la publicité politique, en intensifiant les efforts pour fermer les faux comptes actifs, en étiquetant les interactions non humaines (messages transmis automatiquement par des » robots « ) et en coopérant avec des vérificateurs de faits et des chercheurs universitaires pour détecter la désinformation campagnes et de rendre le contenu factuel plus visible et plus répandu « conformément au Code de pratique contre la désinformation signé précédemment .
  4. Sensibilisation et autonomisation des citoyens: outre les « campagnes de sensibilisation ciblées », les « institutions de l’UE et les États membres encourageront l’initiation aux médias par le biais de programmes spécifiques. Un soutien sera apporté aux équipes nationales multidisciplinaires de vérificateurs de faits indépendants et de chercheurs afin de détecter et de révéler la désinformation. campagnes sur les réseaux sociaux « . En 2018, les citoyens ne sont soudainement plus « familiarisés avec les médias » et ont besoin d’être « responsabilisés » pour se faire dire comment et quoi penser.

Comme il est dit plus haut, le plan d’action repose sur le code de pratique sur la désinformation , introduit précédemment , que les géants de la technologie en ligne – Facebook, Google, Twitter et Mozilla – ont signé en octobre 2018. Le code de pratique est nécessaire, parce que selon le commissaire de l’Union européenne pour la sécurité, Sir Julian King:

« La militarisation de fausses informations et de désinformations en ligne constitue une menace sérieuse pour la sécurité de nos sociétés. La subversion de canaux de confiance pour colporter des contenus pernicieux et conflictuels nécessite une réponse lucide basée sur une transparence accrue, la traçabilité et la responsabilité. Les plates-formes Internet ont rôle vital à jouer pour contrer les abus de leurs infrastructures par des acteurs hostiles et pour assurer la sécurité de leurs utilisateurs et de la société. « 

En septembre, la commissaire à l’économie et à la société numériques, Mariya Gabriel, a déclaré à propos du code de pratique:

«C’est la première fois que le secteur s’est mis d’accord sur un ensemble de normes d’autoréglementation pour lutter contre la désinformation dans le monde, sur une base volontaire. Le secteur s’engage dans un large éventail d’actions, allant de la transparence de la publicité politique à la fermeture des faux la comptabilité et la démonétisation des fournisseurs de désinformation, et nous nous en félicitons.Ces actions devraient contribuer à une réduction rapide et mesurable de la désinformation en ligne.A cette fin, la Commission accordera une attention particulière à sa mise en œuvre effective.

« Le code de pratique devrait contribuer à une campagne en ligne transparente, juste et digne de confiance avant les élections européennes de printemps 2019, tout en respectant pleinement les principes fondamentaux de l’Europe en matière de liberté d’expression, de presse libre et de pluralisme. »

Selon Andrus Ansip, vice-président responsable du marché unique numérique, le code de pratique et le plan d’action contre la désinformation visent à « protéger nos démocraties contre la désinformation. Nous avons assisté à des tentatives d’ingérence dans les élections et les référendums, avec des preuves La Russie comme source principale de ces campagnes « .

Federica Mogherini, responsable de la politique étrangère de l’UE, a déclaré : « Il est de notre devoir de protéger cet espace et de ne permettre à personne de répandre une désinformation qui alimente la haine, la division et la méfiance à l’égard de la démocratie. »

Cela semble noble: l’UE veut protéger les citoyens des « fausses informations » et de l’ingérence des processus étrangers nationaux et européens dans les processus démocratiques de puissances étrangères telles que la Russie.

Le problème est que cette noble initiative a été lancée par une organisation qui censure déjà les discours en Europe depuis plusieurs années, ce qui rend difficile la compréhension de ces intentions déclarées. C’est après tout la Commission européenne qui, en mai 2016, a convenu avec Facebook, Twitter, YouTube et Microsoft d’un  » Code de conduite sur la lutte contre le discours de haine en ligne illégal en ligne  » (Google+ et Instagram ont également rejoint le Code de conduite en janvier 2018).

Le code de conduite engage les entreprises de médias sociaux à examiner et à supprimer, dans les 24 heures, le « discours de haine illégal ». Selon le code de conduite, lorsque les entreprises reçoivent une demande de suppression de contenu, elles doivent « évaluer la demande par rapport à leurs règles et directives de la communauté et, le cas échéant, à leur législation nationale relative à la lutte contre le racisme et la xénophobie … ». les géants des médias agissent comme des censeurs volontaires au nom de l’Union européenne.

Outre le code de conduite, l’UE organise plusieurs initiatives visant à renforcer la censure. Récemment, par exemple, l’UE a lancé un appel à propositions de recherche sur la manière de « surveiller, prévenir et combattre les discours de haine en ligne ». Il sponsorise également des projets qui « guident » les journalistes sur ce qu’il faut écrire: dans le cadre du programme Droits, égalité et citoyenneté (REC) de l’UE, l’UE a financé la publication d’un manuel contenant des lignes directrices à l’intention des journalistes sur l’écriture des migrants et des migrations. Les lignes directrices font partie du projet RESPECT WORDS – également financé par l’UE – qui vise à promouvoir la qualité de l’information sur les migrants et les minorités ethniques et religieuses en tant qu’outil indispensable dans la lutte contre la haine « .déclarent , entre autres, que les journalistes devraient:

« Veillez à ne pas davantage stigmatiser des termes tels que » musulman « ou » islam « en les associant à des actes particuliers … Ne laissez pas les » affirmations d’actes extrémistes « au nom de l’islam » sans opposition … la diversité des communautés musulmanes … où il est nécessaire et d’actualité de signaler des commentaires haineux contre des musulmans, médiatisez l’information. Mettez au défi tous les faux postulats sur lesquels reposent de tels commentaires « .

En d’autres termes, les directives demandent aux journalistes de désinformer le public. Comment donc devrait-on logiquement réagir à un « plan d’action contre la désinformation » parrainé par l’UE?

Enfin, c’est la même Commission européenne qui a récemment exprimé sa désapprobation du retrait de l’Autriche du « Pacte mondial pour les migrations sûres, ordonnées et régulières » de l’ONU. Le Pacte stipule que les médias qui ne soutiennent pas le programme de migration des Nations Unies ne seront pas éligibles au financement public. En quoi cela consiste-t-il à « respecter pleinement les principes fondamentaux de l’Europe en matière de liberté d’expression, de presse libre et de pluralisme »?

À l’heure où ce nouveau plan d’action contre la désinformation est mis en œuvre, l’Europe devrait s’attendre à davantage de censure.

L’art censuré par le Nouvel Ordre Mondial sur certains réseaux sociaux

Quand je dis réseaux sociaux…au pluriel,je veux surtout parler de Facebook qui considère  des seins de femmes nues comme un scandale sans nom.Ceci correspond parfaitement à la philosophie anachronique du Thalmud et de  la foie musulmane.La droite religieuse américaine est offusquée devant  l’exposition  de la petite excroissance naturelle apparaissant au point culminant d’un sein de femme.

Je me souviens qu’au Québec,dans les années ’70,nous pouvions voir des photos et des vidéos de femmes  nues (…et parfois d’hommes nus) à peu près partout:à la télé,dans les cinémas,dans les journaux,dans les bandes dessinées,etc…

Maintenant,en 2015,je juge que l’on a régressé sur le plan de l’émancipation.

Loin d’être une personne prude,j’ai vécu une enfance et une adolescence  un peu,même beaucoup,comme Angela Merkel,la chancelière  d’Allemagne.Il s’agit de la femme politique dont la facilité à retrouver des photos nues  d’elkle-même est la plus grande.Cela ne l’a pas empêchée d’être réélue et cela ne lui enlève aucune de ses qualités …et de ses défauts.Une partie de mon adolescence a été vécue sur des camps naturistes et je n’ai aucun préjugé,ni tabou.Comme le dit la devise: »Honni soit qui mal  y pense! »

Aussi ,afin de protester contre l’hypocrisie manifeste de certaines  personnalités religieuses retardées,le site  Http://Michelduchaine.com  va  publier de plus en plus de photos relatives à l’art du body paint,un art nouveau pour beaucoup,mais qui remonte à l’aube de l’humanité.

Donc à compté d’aujourd’hui,nous aurons une chronique consacrée à l’art censuré par l' »islam,le sionisme,les réseaux sociaux rétrogrades,etc

Vive la liberté d’expression!

À bas le Nouvel Ordre Mondial et sa politique d’abrutissement des masses!

À bas la Pensée Unique!

Vive la Révolution Mondiale!


Œuvre Numéro 1 exposée:bodypaint

Une des meilleures œuvres par son côté réaliste!
Une des meilleures œuvres par son côté réaliste!


Oeuvre Numéro 2 exposée :vitrail

Vitrail ,œuvre d'une amie sur un réseau social.
Vitrail ,œuvre d’une amie sur un réseau social.


Œuvre Numéro 3:art nouveau

Bodypaint prenant la forme d'un caméléon.
Bodypaint prenant la forme d’un caméléon.


Œuvre Numéro 4:art nouveau

tumblr_nmxlsvO8aM1qb38ylo2_500


Œuvre Numéro 5:femme enceinte

Femme enceinte.
Femme enceinte.


Œuvre Numéro 6:

Double interprétation...!
Double interprétation…!

À la prochaine!…avec d’autres œuvres!

Censure médiatique:La tuerie du Musée juif de Bruxelles qualifiée d’acte « terroriste »

Capture d'écran de la vidéo de surveillance, diffusée par la police belge, de l'auteur de la tuerie au Musée juif de Belgique, le 24 mai à Bruxelles. | AP
Capture d’écran de la vidéo de surveillance, diffusée par la police belge, de l’auteur de la tuerie au Musée juif de Belgique, le 24 mai à Bruxelles.

Il y a quelques jours ,tous les médias en Europe ne faisaient que parler de cet événement…C’était au moment ou l’événement portait le qualioficatif « d’antisémite ».

Mais depuis que l’événement porte la marque de « terroriste » ,tout le monde est devenu subitement muet…surtout que c’est une affaire de règlement de compte à l’intérieur du Mossad…Les sionisters ne veulent pas que l’on apprenne leurs chicanes de familles mafieuses.

Jugeons par nous-mêmes:

Toujours à la recherche du tueur, la Belgique a transféré le dossier de la tuerie du Musée juif de Bruxelles, qui a fait quatre morts, vers une nouvelle juridiction, le parquet fédéral, compétent en matière de terrorisme.

Dans l’après-midi de lundi 26 mai, la justice belge a qualifié l’attaque d’acte « terroriste », et « le juge, qui avait au départ été saisi pour assassinats (…) a maintenant été saisi de façon complémentaire d’assassinats terroristes », a déclaré la porte-parole du parquet fédéral, Wenke Roggen.

Selon Ine Van Wymersch, porte-parole du parquet de Bruxelles, ce renvoi vers la justice fédérale a été décidé sur la base de « l’identité et de la nationalité des victimes » et sur « l’analyse des images » de l’attaque prises par les caméras de surveillance.  

La police a diffusé dimanche trois vidéos de l’attaque montrant l’agresseur en train de tirer avec un fusil d’assaut de type kalachnikov. Le visage de l’homme, qui est décrit comme « athlétique », « se déplaçant avec souplesse » et portant une casquette et des lunettes, n’est visible que sur l’une des vidéos, où on le voit tirer. Ine Van Wymersch décrit un « individu de sang-froid et bien déterminé dans ses actes ».

L’attaque n’ayant pas été revendiquée ni aucun suspect identifié, la police a lancé dimanche en début d’après-midi un appel à témoins, avec des photos prises par des caméras de surveillance.

Dimanche, la quatrième victime, un jeune homme d’une vingtaine d’années, qui travaillait comme réceptionniste au musée, est mort en début d’après-midi à l’hôpital bruxellois où il avait été transféré. Un couple de touristes israéliens et une Française ont également été tués dans l’attentat.

Source:Le Monde

 

 

%d blogueurs aiment cette page :