La Gigantesque Arnaque du COVID 19:Les médecins du Québec sont menacés et censurés par le système

Nos médecins menacés et censurés 
Médecin Marc Lacroix
Plainte contre le médecin anti-masque Marc Lacroix
Contraint de fermer sa page Facebook à la demande du Collège des médecins, le Dr Marc Lacroix, qui s’était ouvertement montré antimasque sur les médias sociaux, est maintenant visé par une plainte déontologique.
Particulièrement actif sur Facebook depuis le début de la pandémie, le Dr Marc Lacroix avait multiplié les messages antimasques à la fin du mois de juillet, moment où le couvre-visage devenait obligatoire.
Le propriétaire des cliniques médicales Lacroix avait notamment partagé la pétition « Non au port du masque obligatoire dans les espaces publics fermés » et fait la promotion d’une manifestation anti-masque.
Voilà que le 7 août dernier, le Dr Lacroix a subitement fermé ses pages Facebook en écrivant simplement : « Je quitte définitivement Facebook aujourd’hui ».
Or, Le Journal a pu confirmer que c’est à la suite d’une intervention du syndic du Collège des médecins que le Dr Lacroix a été invité à fermer sa page Facebook.
Un courriel du syndic adjoint obtenu par Le Journal et écrit à une citoyenne, Angélique Châtelier, qui souhaitait porter plainte contre le Dr Lacroix pour ses propos, précise que le médecin de famille a convenu de ne plus faire de commentaire public. « Il a été convenu avec lui qu’il s’abstienne de communiquer dorénavant, via les médias sociaux ou tout autre média de masse, ses opinions sur la pandémie », écrit le syndic Steven Lapointe.
Il ajoute que « le Dr Lacroix a également accepté de fermer ses comptes Facebook ».
Rappelons que le Collège des médecins a fait un « appel à la prudence » en juin, mais privilégie les interventions auprès de ses membres plutôt que les plaintes dans le contexte de la pandémie.
Nouvelle plainte privée
Or, une plainte privée d’un citoyen qui se substitue ainsi au syndic du collège des médecins a été déposée contre le Dr Lacroix la semaine dernière.
Olivier Bolduc reproche ainsi 12 actes dérogatoires à la dignité de la profession médicale au Dr Lacroix.
Le plaignant reproche des « déclarations fausses » faites sur les ondes de CHOI Radio X à neuf occasions entre le 30 mars et le 11 mai.
Trois autres actes dérogatoires sont liés à ses publications Facebook, soit d’avoir « contribué à la tenue d’une manifestation contre les mesures sanitaires », d’avoir « favorisé la désinformation » et d’avoir « dénigré » le Dr Horacio Arruda.
Rejoint, l’auteur de cette plainte estime que les commentaires du Dr Lacroix sont « graves » et « qu’il faut envoyer un message clair ».
« Il faut quand même rappeler aux médecins que ce sont des scientifiques d’abord et avant tout et qu’ils doivent être prudents et rigoureux », explique M. Bolduc en précisant qu’il n’a pas de « préjudice personnel » contre le Dr Lacroix.
Refus de réagir
Lors de la première publication du Journal, le 27 juillet dernier, le Dr Lacroix avait qualifié l’article de « torchon » affirmant faussement que Le Journal n’avait pas cherché à le rejoindre pour avoir sa réaction. Pourtant, deux messages avaient été laissés de vive voix à une secrétaire des Cliniques Lacroix avant la publication du lundi 27 juillet.
Jamais le Dr Lacroix n’a rappelé. En prévision de cet article, une nouvelle demande d’entrevue a été faite. Le directeur général des cliniques, Gilbert Arsenault, a rappelé en refusant de répondre à nos questions.
« Il ne fera pas d’entrevue et ne fera pas de commentaire non plus », a-t-il répété avant de raccrocher.
******************************************************************
Source:

EN COMPLÉMENTAIRE

Un avertissement d’un docteur italien:

Les services de renseignement israéliens utilisent une application téléphonique pour espionner et signaler les gens sur d’Internet

On a beaucoup parlé dans les médias juifs de mystérieux trolls russes influençant les élections, mais de véritables campagnes de cyber-désinformation sont organisées en public par le gouvernement israélien .

 

Une application pour téléphone portable appelée Act.IL disponible en téléchargement dans l’Apple Store recrute chaque jour des Juifs américains et les organise dans des opérations de trolls sur les réseaux sociaux dans le but de contrôler, diriger et supprimer les conversations publiques qui leur déplaisent sur le sionisme, le BDS et le pouvoir juif.

 

 

Le fondateur et PDG d’Act.IL, Yarden Ben Yosef , a servi dans une unité de renseignement de «combat spécial» dans l’armée israélienne. La plupart du personnel de l’entreprise est composé d’espions. Le programme reçoit un financement conjoint du donateur milliardaire du GOP (le magnat mafioso des jeux à Las Vegas, et financier de l’élection de Trump) Sheldon Adelson et de l’État israélien .

L’application fournit aux utilisateurs des fenêtres contextuelles de style Amber Alert contenant des liens vers Facebook, Twitter, Youtube, etc., des messages critiques à l’égard des Juifs, d’Israël ou du soutien aux Palestiniens et au BDS, ainsi que des instructions aux utilisateurs pour harceler, briguer et signaler en masse les cibles désignées afin de les bouter hors d’Internet. .

Après chaque «mission», les trolls reçoivent des points. Les harceleurs et stalkers les plus prolifiques sont célébrés sur un tableau de bord public.

 

 

Les médias britanniques affirment à plusieurs reprises que les trolls russes sont responsables du Brexit et ont tenté d’intervenir lors des dernières élections, mais aucune preuve n’a jamais été apportée. 

Pendant ce temps, les utilisateurs d’Act.IL ont été très actifs dans les cyberattaques visant Jeremy Corbyn et ses partisans dans le but de saper les perspectives électorales du Parti travailliste britannique.

Comme de bien entendu, ni les services de renseignement ni les médias britanniques (contrôlés par qui-vous-savez) ne semblent intéressés par cette ingérence étrangère dans leur processus électoral.

 

 

Les politiciens et les célébrités ne sont pas les seuls visés par cette opération de cyberguerre. D’innombrables étudiants américains, des militants de base   et des affiches sur Internet qui osent remettre en question Israël ou le pouvoir juif sont également inondés du harcèlement organisé par l’État israélien. Les trolls d’Act.IL ont même manipulé un sondage du concours Eurovision.

Les utilisateurs sont régulièrement invités à noyer les personnes et sites ciblés avec des plaintes astroturfées pour les faire virer aux États-Unis et dans d’autres pays sous contrôle juif, tels que la G.B. ou la France.

Selon @AntiBDSApp , qui rend compte des singeries du réseau, ces derniers temps, ils ont bombardé des articles de gauche dans le but de différencier Black Lives Matter, que les Juifs soutiennent largement et considèrent comme utiles, de la cause palestinienne, qu’ils considèrent comme dangereuse.

Un acteur étatique étranger joue en effet un rôle important en essayant de contrôler et d’influencer le discours en Amérique. Le Lobby, USA, un documentaire fortement censuré d’Al Jazeera détaille ce réseau d’espionnage juif. Divers autres programmes destinés à harceler et à terroriser les citoyens américains, comme la plate-forme doxing Canary Mission (qui place les nationalistes blancs et les militants palestiniens sur des listes des gens à abattre) fonctionnent en tandem avec des programmes comme Act.IL.

Parce que c’est le soutien astronomique d’Israël pour le pouvoir juif, ne vous attendez pas à entendre beaucoup parler des chasseurs de «trolls étrangers» à BellingCat ou au New York Times .

Source : Israeli Intelligence Uses Phone App To Troll and Mass Report People Off The Internet

Eric Striker Jul 25, 2020


EN COMPLÉMENTAIRE

Miriam Adelson souhaite intégrer un « Livre de Trump » dans la Bible

 

Miriam Adelson, l’Israélienne la plus riche du monde, chante les louanges de Donald Trump, suggérant même que Trump entre dans la Bible. Pourquoi donc?

 

Le 27 juin, Miriam Adelson, épouse du milliardaire (et capo di capi des casinos) Sheldon Adelson, a proposé que l’histoire de Donald Trump, héros et patriote, soit ajoutée à la Bible.

Son opinion, intitulée «Un temps de miracles», a été publié dans le quotidien israélien Israel Hayom – un journal qui, pure coïncidence, appartient à son mari, et dans lequel elle publie.

Dans son article, Mme Adelson a comparé les relations américano-israéliennes à un mariage qui « a subi des moments difficiles » mais qui s’est finalement « approfondi et épanoui grâce à des valeurs et à un destin partagés » (En effet, 134 milliards de dollars sur 70 ans de racket au détriment du peuple américain et au profit des juifs israéliens ont un effet d’approfondissement certain entre les dirigeants américains et Israël).

« Le livre de Trump« ? Une proposition étonnante en effet. On ne peut s’empêcher de se demander d’où cela vient.

Plusieurs réponses possibles me viennent à l’esprit:

  1. Les Adersons essaient d’acheter une faveur de Trump

 

  1. Trump a demandé une faveur aux Adelsons

 

  1. Les Adelsons fournissent à Trump la politique dont il pourrait avoir besoin pour aller de l’avant

Une autre grande faveur?

Dans le contexte d’une présidence Trump, tout est à vendre. Les Adelsons ont déjà acheté des articles coûteux à la Maison Blanche.

Selon OpenSecrets, le couple aurait versé des centaines de millions de dollars au parti républicain, dont des dizaines de millions pour Trump en personne.

Donald Trump remet
la Médaille présidentielle
de la liberté à
Miriam Adelson

 

Et puis voilà, en novembre 2018, Miriam Adelson a reçu la Médaille présidentielle de la liberté, geste que Robert Schlesinger de la chaîne NBC a commenté: «Il s’agit parfaitement de la nature crasseuse,  brutale et transactionnelle de Donald Trump et de sa présidence. » (Pour être honnête, de telles actions sont courantes au sein des deux partis. Aux dernières heures de sa présidence, le démocrate Bill Clinton, par exemple, a gracié un partisan israélien et a inculpé le fugitif Marc Rich.)

Quelques semaines plus tard (juste à temps pour Hanoukka), Trump a annoncé le transfert de l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem, un geste que la plupart des pays du monde ont mal vu. De plus, Trump s’est récemment vanté auprès de la Coalition Juive Républicaine d’avoir ignoré les appels des dirigeants mondiaux qui auraient pu le forcer à se soustraire à cette néfaste et illégale décision. En refusant de consulter les dirigeants mondiaux, Trump interprète cela comme une démonstration de sa force de caractère: «contrairement à d’autres présidents, je tiens mes promesses». Il a ajouté: «Je peux vous dire qu’à mon avis, c’est la chose la plus importante qui est arrivée dans la vie de Sheldon et Miriam. »

Donc, il se peut que la tribune de Mme Adelson dans Israel Hayom soit le prix d’achat d’une breloque quelconque auprès  du président brocanteur. Peut-être exprime-t-elle un œil favorable sur l’annexion des colonies en Cisjordanie? Ou est-ca la tronche de son mari sur le mont Rushmore? (De manière plus appropriée, puisque Sheldon Adelson a exprimé ses regrets d’avoir servi dans l’armée américaine au lieu de l’armée israélienne, il devrait avoir un quartier à son nom au Golan, juste à côté de Trump Heights.)

Il est également possible que, plutôt que d’initier une nouvelle transaction, ses paroles flatteuses soient en réalité la conclusion d’une quelconque transaction.

Dernier versement?

Peut-être que le prix indiqué sur le déménagement de l’ambassade et le Bling Présidentiel de la Liberté a-t-il totalisé plus de 300 millions de dollars. Peut-être que les Adelsons devaient encore quelque chose à Trump – la communauté juive américaine, par exemple. Cela expliquerait ses mots:

    En toute justice, Trump devrait bénéficier d’un soutien sans faille parmi les Juifs américains, tout comme celui qu’il a  parmi les Israéliens. Le fait que cela n’ait pas été le cas (jusqu’à présent; les élections de 2020 étant toujours d’actualité) est une bizarrerie à laquelle les historiens réfléchiront longtemps.

Mme Adelson semble véritablement déconcertée par le fait que les Juifs de sa seconde patrie (elle a la double nationalité) ne sont pas aussi amoureux de Trump qu’elle-même – et elle croit apparemment que les historiens ne seront pas en mesure de résoudre ce mystère profond. Mais les théologiens pourraient le faire.

Dans son image de Trump en tant que prophète des temps modernes, elle a formulé son impopularité parmi les Juifs américains en termes bibliques: «Les érudits de la Bible noteront sans aucun doute les héros, les sages et les prophètes de l’Antiquité qui ont également été rejetés alors qu’ils sont venus pour nous guider.« 

 

En d’autres termes, “apprenez votre leçon, bonnes gens. Ne boudez pas ce prophète comme vous l’avez fait avec les autres. Embrassez-le. Votez pour lui en 2020. ”

(Tandis qu’Adelson fait cadrer les commentaires de sa femme dans le judaïsme, il convient de noter que ni les livres saints juifs ni les livres saints chrétiens ne soutiennent réellement le sionisme.)

Politique étrangère?

Ou peut-être, les Adelsons pensent-ils à une échelle encore plus grande. Peut-être qu’ils sont sur le marché de la politique étrangère de Trump et son compte Twitter.

D’abord la flatterie: « Trump est un homme d’affaires et un homme d’État ayant un instinct de justice. »

Puis un appel soigneusement conçu pour être sans restriction dans son allégeance: « Il voit un Israël qui fait tout ce qui est nécessaire pour sa sécurité et sa défense, contre vents et marées et contre le consensus international. »

En intégrant cette caractérisation, Trump pourrait facilement résister à la pression et maintenir le cap dans le cas d’une autre «guerre» avec Gaza. Son premier tweet a déjà été écrit pour lui: «Israël fait tout ce qui est nécessaire pour sa sécurité et sa défense». Et alors que les États membres de l’ONU se prépareraient à condamner une telle invasion, Trump resterait fermement et confortablement assis aux côtés d’Israël, en dépit du consensus international (“antisémite « ), convaincu qu’il possède un « instinct de justice » spécial que le reste du monde ne peut même envisager de comprendre.

De même, si on lui demandait d’approuver l’annexion de certaines parties occupées de la Cisjordanie ou de renégocier l’accord avec l’Iran, Trump pourrait créer un tweet basé sur l’hommage de Mme Adelson:

    Dans un autre service rendu à la justice historique, Trump a déclaré que les hauteurs du Golan étaient un territoire israélien et, pour les besoins de la sécurité d’Israël et du monde entier, il a retiré les États-Unis de l’accord nucléaire avec l’Iran.

 

Il n’est pas difficile d’imaginer ce qu’il pourrait tweeter: “La justice historique est une très bonne chose et l’annexion de la Cisjordanie par Israël en est un exemple remarquable. Israël peut compter sur les États-Unis pour soutenir la justice historique à chaque fois. « 

Miriam Adelson a donné à son président une autre déclaration détaillée de politique étrangère:

    [L’administration Trump] a clairement fait savoir que le Moyen-Orient devait faire face à un Israël fier et permanent sur la terre de Sion – un Israël dont les racines juives sont profondes et dont les revendications souveraines ancestrales sont sans égal.

La revendication des Juifs sur la terre (quels que soient les biens fonciers compris dans la «terre de Sion») est plus profonde et plus forte – tout simplement meilleure – que celle des Palestiniens, et il en sera ainsi, jusqu’à la fin des temps. (Sinon, les Adelsons pourraient ajouter quelques coupures de banque supplémentaires aux 300 millions de dollars qu’ils ont déjà dépensés pour créer un soutien bipartisan à Israël à Washington.)

Que faut-il rajouter de plus?

Seulement cela :

    Serait-ce trop de prier pour un jour où la Bible inclue un ‘Livre de Trump’, tout comme elle contient un ‘Livre d’Esther’ [1] célébrant la délivrance des Juifs de la Perse antique? En attendant que cela soit décidé, au moins, restons émerveillés devant cette période de miracles pour Israël, pour les États-Unis et pour le monde entier.



En effet, Israël a été le destinataire des meilleurs miracles que l’argent peut acheter.

Source Miriam Adelson wishes for the Book of Trump in the Bible

Par Kathryn Shihadah, dans Palestine Home

 

 

 

 

 

 

Loi Avia : Facebook censure toutes critiques de l’immigration et de l’Islam !

Mise en place solide de la dictature totalitaire autour de la pensée unique!

Le saviez-vous ?

Les modérateurs chez Facebook sont situés au Maroc. La censure sur Facebook est donc faite par des Musulmans extrémistes qui censurent toutes critiques de l’immigration et de l’Islam.

Et avec la loi Avia qui censure la liberté d’expression des Français sur les réseaux sociaux, des milliers, voir des millions de comptes Facebook vont être supprimés…

Je décide d’écrire cet article pour dénoncer la censure abusive des modérateurs Musulmans de chez Facebook.

En effet, je suis le Webmaster du site Internet MyJournal.fr qui est un site d’actualités parlant de toutes les vérités qui dérangent.

Des vérités qui dérangent liées à la corruption du Gouvernement Français, aux nombreuses aberrations de l’immigration de masse, ainsi que sur la propagation de l’Islam en France…

Mon site Web dénonce également tous les scandales qui empoisonnent le quotidien des Français… Mais les sujets principaux de mon site d’actualités sont principalement liés à l’immigration et à l’Islam, car pour moi, c’est un problème majeure en France et dans toute l’Europe.

J’avais comme tout le monde, un compte chez Facebook et ceci, depuis de nombreuses années. Mais il ne se passait pas une semaine sans que ces modérateurs Musulmans me bloque mon compte Facebook à cause d’un partage d’article lié à l’immigration et/ou à l’Islam émanant de mon site Internet MyJournal.fr…

Et le jeudi 28 mai 2020, mon compte Facebook a purement et simplement été supprimé par ces modérateurs Musulmans parce que mes publications ainsi que mes partages d’articles ne respectaient pas « les standards de la communauté Facebook »…

Je précise que sur MyJournal.fr, il n’y a aucun propos raciste et que les articles liés à l’immigration et à l’Islam sont uniquement des vérités. Des vérités qui dérangent bien entendu, toutes les personnes concernées…

Et avec la mise en place de la loi Avia, notre liberté d’expression sur les réseaux sociaux n’existe plus… Il est dorénavant interdit de critiquer l’immigration de masse ainsi que l’Islam radical… Même si ces publications sont des vérités que personne ne peut nier…

Par contre, la censure sur Facebook n’a qu’un sens, un peu comme l’association SOS Racisme qui combat uniquement le racisme envers les étrangers, mais qui se moque complètement du racisme anti-Français et du racisme anti-blanc. Donc, sur Facebook, personne n’est censuré parce que l’on critique la France et les Français…

Ces modérateurs Musulmans ne censurent pas non plus leurs compatriotes maghrébins qui prennent plaisir à publier sur ce réseau social des images et des vidéos d’agressions et de tortures sur des Français et/ou sur des animaux…

Le Gouvernement Français fait tout son possible pour favoriser l’invasion migratoire ainsi que la propagation de l’Islam dans notre pays. Ce même Gouvernement met également des lois en place pour faire taire définitivement les Français qui refusent le remplacement de la population Française par des Maghrébins…

Oui, vous avez bien lu !

Le Gouvernement Français veut le remplacement de la population Française par des Maghrébins pratiquant cette religion qu’est l’Islam radical…

J’ai tenté en vain, par différents moyens, de me recréer un autre compte sur Facebook. Le moindre commentaire ou partage dénonçant l’invasion migratoire et/ou la propagation de l’islam est aussitôt censuré par ces modérateurs Musulmans et la fermeture définitive du compte Facebook est systématique !

Avec la loi Avia, il est interdit de critiquer l’immigration et l’Islam, mais il est possible de critiquer le Christianisme et/ou le catholicisme…

Le réseau social Facebook n’est plus ce que c’était auparavant car Mark Zuckerberg, le propriétaire de Facebook, a choisi le Maroc pour la modération de son réseau social afin de payer le moins cher possible ses modérateurs. Mais hélas, en voulant faire des économies, c’est son réseau social tout entier qui se dégrade au niveau qualité et liberté d’expression…

Comme tous les nationalistes et/ou les patriotes censurés par ces modérateurs Musulmans de chez Facebook, je me suis redirigé sur le réseau social Russe VK.com. Ce réseau social Russe est similaire à Facebook, hormis que notre liberté d’expression n’est pas censurées par des modérateurs Musulmans…

Source:MyJournal.fr

 

…et

 

…et:

Ceci est accepté par les censeurs  facebookiens !!!

Tout a été dit et  écrit sur ce malheureux sujet gangstérisé à l’extrème!

 

 

 

La prise de contrôle complète de la liberté d’expression et de la démocratie dans les pays nordiques

LIBERTÉ D’EXPRESSION. Les libertés et droits constitutionnels du peuple nordique sont abolis. La répression contre les détracteurs du système s’intensifie. La situation commence à devenir très grave…

 

Les médias, les politiciens et les célébrités en Suède (en d’autres termes, l’ensemble de l’establishment) parlent souvent du manque de «démocratie» dans d’autres pays. Ils parlent avec condamnation des États totalitaires et des citoyens qui ne peuvent pas dire ou penser ce qu’ils veulent, du traitement honteux de l’opposition par le régime au pouvoir et des policiers qui exercent des représailles violentes contre les manifestations publiques et les journalistes d’investigation. Nous l’entendons parler de la Russie, de la Syrie, du Venezuela, de l’Iran et de la Chine, tout comme nous l’avons déjà entendu parler de pays comme la Libye et l’Irak.

Cet article ne tentera pas de rendre compte de la situation dans ces pays ni de se préoccuper de la véracité des rapports de l’établissement à leur sujet. Au lieu de cela, nous examinerons à quoi ressemble la situation en Suède. Ce pays est loin d’être aussi libre que le système voudrait le faire croire – les droits et privilèges des citoyens suédois dissidents ont été complètement décimés.

Ces dernières années, la liberté d’expression a été de plus en plus restreinte en Suède. À l’heure actuelle, l’établissement examine comment la liberté d’association et la liberté de manifester peuvent être limitées. Naturellement, ceux qui sont touchés et ressentent les effets sont ceux qui vont à l’encontre de l’État et de l’establishment – c’est-à-dire l’opposition suédoise.

La Suède d’aujourd’hui est un pays mondialiste ..comme le Canada. L’établissement est composé de mondialistes, des médias aux politiciens. Les lois constitutionnelles de la Suède ont même été réécrites pour convenir aux mondialistes; par exemple, lorsqu’il était inscrit dans la constitution que la Suède serait un pays multiculturel et membre de l’UE. En tant que telle, l’opposition n’est pas représentée par les modérés ou les gauchistes, qui peuvent plutôt être considérés comme les deux côtés de la même médaille que les sociaux-démocrates et le reste des partis au Parlement. L’opposition, ce sont plutôt les antimondialistes, c’est-à-dire les nationalistes.

Dans cet article, j’examinerai quelques exemples pratiques de la manière dont les libertés et les droits du peuple sont de plus en plus restreints en Suède, contre les nationalistes en général et contre ceux qui sont engagés dans l’alternative nationaliste la plus radicale – le Mouvement de résistance nordique – en particulier. Ces types de restrictions commencent toujours par les groupes les plus radicaux et réfractaires (et ceux qui ont le plus de potentiel de croissance), mais ils ne s’arrêteront guère là. Ce n’est que lorsque l’ensemble de la population pense exactement comme ceux qui gouvernent le souhaitent que les restrictions cessent. Ce n’est que lorsque chaque individu applaudira au programme mondialiste et à sa propre destruction nationale que la chasse aux sorcières sera terminée.

Vous n’en entendrez parler dans les médias grand public que sous une forme fortement déformée dans laquelle vous, en tant que consommateur, êtes encouragés à contribuer à la mort de la liberté d’expression et de votre nation. Selon ces éditoriaux, articles d’opinion, nouvelles, reportages radio, programmes de débats télévisés et documentaires, seuls les «terroristes violents» sont soumis à la répression. Bien sûr, le nombre de personnes qualifiées de «terroristes violents» et de personnes affectées par l’engouement toujours croissant pour l’interdiction ne fera que croître de plus en plus avec le temps lorsque le système deviendra plus audacieux.

La liberté d’expression de base n’existe pas en Suède!

Par exemple, le saviez-vous?

 Ce que les gens sont autorisés à exprimer est de plus en plus restreint. Non seulement ce qui défie clairement le régime et ses représentants est désormais punissable, mais aussi ce qui, de façon arbitraire, proclame les procureurs comme un défi.

La législation qui relève de la qualification d ‘«incitation à la haine raciale» en Suède n’est pas – comme l’estimerait l’établissement – une loi qui existe principalement pour protéger les minorités ethniques, religieuses et sexuelles contre les abus. Ces minorités possèdent déjà une protection juridique complète en vertu des lois relatives à la diffamation et aux menaces illégales. En fait, grâce à l’amendement sur les crimes de haine, ces «minorités» bénéficient d’un niveau de protection plus élevé que nous, les Suédois hétérosexuels blancs. Il convient également de mentionner dans ce contexte que ni l’amendement relatif aux crimes de haine ni l’ incitation à la législation sur la haine raciale ne s’appliquent lorsque les non-Suédois discriminent les Suédois pour des motifs ethniques.

Au lieu de cela, l’incitation à la loi sur la haine raciale existe principalement pour protéger le régime de toutes les formes de critique publique de leur ordre mondialiste mondial. Des représentants du régime ont même déclaré officiellement qu’il n’était pas nécessaire d’interdire les groupes «racistes» en Suède car l’incitation à la loi sur la haine raciale existe déjà et remplit le même objectif: «Bien que la criminalisation se concentre sur les actions [de une organisation], la législation suédoise a pour objet d’empêcher les activités de ces organisations. »

Un exemple du véritable objectif de la loi est démontré par le fait qu’une nette majorité de toutes les poursuites pour incitation à la haine raciale ne proviennent pas de rapports de police émanant de personnes appartenant à divers groupes minoritaires qui se sentaient offensées ou bouleversées, mais de pro-système , des associations politiques soutenues par les contribuables dont le seul but est de parcourir Internet pour que les messages soient publiés en masse. Juridikfronten (The Legal Front), dont le travail tente de restreindre la liberté de la presse, et Näthatsgranskaren (Net Hate Examiner), qui traquent des retraités qui s’expriment «incorrectement» en ligne , sont deux coupables de telles activités .

L’Agence suédoise de recherche pour la défense (en collaboration avec la police) a également lancé un «haine-o-mètre» , un logiciel conçu pour rechercher activement sur Internet des commentaires qui pourraient être considérés comme constituant une incitation à la haine raciale.

L’intention de la loi devient encore plus claire lorsque l’on considère la flexibilité avec laquelle elle peut être interprétée. Une chose qui différencie fortement la législation suédoise sur la haine raciale des lois équivalentes à l’étranger est que dans d’autres pays, il est souvent très clair et simple ce qui est illégal à exprimer et ce qui ne l’est pas. En Suède, cependant, la loi est toujours ouverte à l’interprétation du tribunal, ce qui conduit à la situation unique et injuste dans laquelle les personnes sont jugées rétrospectivement pour des choses qu’elles croyaient légitimes à exprimer à l’époque. Cela signifie que vous pouvez aller en prison sans même savoir que vous avez fait quelque chose d’illégal, peu importe votre niveau de connaissance de la loi. Pour des raisons évidentes, cela ne devrait pas être le cas dans un État légal, et aucune autre loi du pays n’est appliquée de cette manière.

De plus en plus, le terme orwellien de «faits interprétés» est utilisé en Suède, ce qui implique dans la pratique qu’un jugement se fonde non seulement sur ce qui est exprimé, mais aussi sur qui l’a exprimé, ce qui entraîne des inégalités devant la loi. En tant que tels, les symboles, expressions, mots et gestes sont tout à fait légaux si, par exemple, un social-démocrate connu les utilise, mais illégaux si un nationaliste connu dit, fait ou écrit exactement la même chose.

• Les usines de troll qui tentent d’influencer les élections sont gérées ouvertement par les partis parlementaires et plus secrètement par les journalistes pro-système et les médias.

On découvre de plus en plus d’exemples de partis gouvernementaux, de grands médias et de diverses institutions publiques organisant activement des personnes derrière des comptes Internet anonymes afin de combattre les penseurs dissidents. Un de ces cas est le tristement célèbre MSB (Agence suédoise des contingences civiles) de l’apparatchik Dan Eliasson , dont la tâche principale est de lutter contre la soi-disant désinformation dans la société – en d’autres termes, des opinions controversées, opposées et critiques à l’égard du système. De plus, nous avons supposément des initiatives privées (avec du personnel et des financiers qui les connectent clairement au système actuel) lançant des campagnes de hashtag astroturf comme « jagärhär » [je suis ici] ou « interasistmen»[Pas raciste mais…]. Les sociaux-démocrates ont également reconnu ouvertement avoir mené des opérations de pêche à la traîne (hameçonnage).

Ici aussi, les médias sont complices. En faisant un rapport ouvert et mensonger sur les usines de trolls et les « fausses nouvelles » de l’opposition et en essayant de faire paraître le système légitime à tout moment, ils font eux-mêmes plus de pêche à la traîne que les trolls qu’ils sont censés être responsables d’exposer.

• Les symboles, y compris ceux représentant la culture millénaire – et même les salutations utilisées par les opposants au système – sont continuellement interdits. Il est maintenant même illégal d’honorer des individus qui se sont opposés historiquement au système.

Pendant de nombreuses années, le symbole solaire millénaire de la croix gammée, ou fylfot, a été complètement interdit en Suède. Il est également interdit de porter certains symboles de tête de mort et certaines anciennes runes nordiques et autres symboles culturels dans diverses combinaisons. Le ministre suédois de l’Intérieur, Morgan Johansson , a déclaré en 2018 qu’un comité avait été nommé pour enquêter sur l’interdiction de la rune Tyr , qui, en plus d’être une lettre dans l’alphabet runique de nos ancêtres, est également le symbole du mouvement de résistance nordique. Si l’interdiction est adoptée, elle ouvrira la voie à l’interdiction de toutes les runes nordiques.

On fait parfois valoir que la croix gammée et les runes, malgré leur importance historique, ont désormais pris un autre sens qui légitime une interdiction. Premièrement, la croyance selon laquelle certaines idées devraient être interdites de se manifester sous forme de symboles est un point de vue hautement totalitaire – mais, comme avec les exemples susmentionnés, il convient également de noter lorsque l’on considère où les limites sont tracées et qui a le droit de les fixer. . Où cela finit-il?

Le tribunal de la ville d’Örebro a statué en octobre 2018 qu’il est interdit d’afficher une image d’ Adolf Hitler si la personne responsable ne répudie pas simultanément la vie et les actions d’Hitler. Ici, tout comme dans le cas des symboles interdits, vous pouvez penser ce que vous voulez à propos d’Hitler, mais le fait que quelqu’un ne soit plus autorisé à publier des photos de personnes que l’établissement désapprouve est un exemple flagrant de la mesure dans laquelle nos les lois sur la liberté d’expression ont été étendues. Reste à savoir qui sera interdit de figurer ensuite… Pourquoi pas les anciens premiers ministres suédois Pär Albin Hansson et Tage Erlander , qui défendaient clairement une politique qui, selon le système, serait considérée comme très controversée aujourd’hui?

• Les organisations que l’établissement désapprouve sont diffamées par les représentants de l’État et menacées d’interdiction.

Presque tous les politiciens de haut rang ou rédacteurs en chef ont utilisé au moins une fois ces dernières années les plus grands médias pour demander la restriction de la liberté d’association et l’interdiction du mouvement de résistance nordique . Dans tous les cas, des frottis, des épithètes honteuses et des mensonges nus sont utilisés pour justifier l’interdiction de ce qui est un parti politique pleinement légal et – selon toutes les règles – correctement enregistré.

Lorsque la dirigeante du Parti du centre, Annie Lööf, qualifie le mouvement de résistance de «secte haineuse» et que le Premier ministre lui-même, Stefan Löfven , qualifie le parti de «dégoûtant» et ses membres de «racaille de l’histoire», on se rend compte à quel point le niveau de la diffamation est rendu . Aucun raisonnement logique ou argument idéologique n’est jamais utilisé; au lieu de cela, c’est presque comme une compétition pour voir qui peut agiter contre nous de la manière la plus obscène – le tout parmi les membres les plus hauts placés de l’établissement.

Un grand nombre d’organisations de lobbying puissantes participent également à l’agitation. Un exemple particulièrement éloquent est le Congrès juif mondial (CMJ), l’organisation de lobbying ouvertement juive la plus puissante du monde, qui était le principal coupable de l’incitation à la loi sur la haine raciale venant en Suède en premier lieu, en plus d’être ouvertement impliqué dans le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Le WJC emploie purement et simplement son agitation contre le mouvement de résistance et répète souvent dans sa rhétorique que l’organisation utiliserait la terreur et la violence pour atteindre ses objectifs.

 Les comptes bancaires des partis et associations politiques d’opposition sont fermés et ils ne sont pas autorisés à en ouvrir de nouveaux.

Les différents comptes bancaires que le Mouvement de résistance nordique avait à sa disposition et qui fonctionnaient impeccablement depuis de nombreuses années ont été fermés par Nordea il y a deux ans. Peu de temps après, les comptes de la majorité des autres groupes et sites Web nationalistes ont également été fermés par d’autres banques en plus de Nordea.

Lorsque le Mouvement de résistance nordique s’est inscrit en tant que parti politique pour se présenter aux élections, le parti s’est vu refuser un compte par toutes les banques enregistrées en Suède.

Dans un pays comme la Suède, où la possibilité d’utiliser de l’argent liquide disparaît rapidement, le refus d’utiliser des comptes bancaires constitue une grave restriction de ses droits . En fait, il s’agit d’une interdiction partielle d’une organisation, car elle empêche (ou dans notre cas, il est extrêmement difficile pour) les sympathisants qui souhaitent contribuer financièrement à ses opérations, tout en rendant plus difficile pour les organisations de mener des aspects vitaux de leur activités en payant des factures de biens et services.

La justification par les banques privées de cette répression est que les activités des organisations violent les valeurs éthiques des banques. Il n’est jamais fait mention d’une irrégularité économique telle que le blanchiment d’argent; il est plutôt totalement motivé par l’idéologie et les points de vue politiques.

 

Cela signifie que soit les entreprises privées en Suède sont autorisées – sans aucun contrôle judiciaire central ni règles de conduite – à décider quels partis politiques, médias et associations peuvent exister et fonctionner dans les mêmes conditions que tous les autres, ou que l’État émet des directives aux entreprises privées dictant comment elles doivent agir. Quoi qu’il en soit, le message est que si vous n’êtes pas mondialiste, vous n’avez pas les mêmes droits que ceux qui veulent détruire nos nations.

• Les journalistes sont maltraités par la police lorsqu’ils tentent de documenter ce que l’État ne veut pas signaler.

La police utilise souvent de manière flagrante une force excessive contre les nationalistes en général et le Mouvement de résistance en particulier . Lorsque des journalistes de Nordfront – un journal enregistré avec des droits d’édition – documentent cela, il n’est pas rare qu’ils soient également victimes de violence. À plusieurs reprises, des personnes avec des caméras vidéo et des gilets de presse ont été aspergées de poivre et battues avec des matraques simplement parce qu’elles avaient filmé des attaques policières contre des militants. Plus tôt cette année à Nyköping, par exemple, un chien policier a été placé sur un journaliste et lui a infligé de graves blessures par morsure .

 

C’est aussi plus la règle que l’exception selon laquelle la police enfreint la loi en confisquant du matériel protégé par une source légale comme des caméras et des disques durs aux journalistes de Nordfront. Combiné à l’incitation aux lois contre la haine raciale, qui frappent durement les journaux d’opposition, cela rend d’autant plus difficile la gestion d’une opération médiatique qui fait ce que tous les médias devraient faire: enquêter véritablement sur les détenteurs du pouvoir et leurs laquais.

 La liberté de manifester – qui était auparavant garantie malgré d’autres restrictions aux libertés des personnes – est désormais également menacée. Les procureurs affirment que les dissidents devraient être autorisés à manifester en théorie , mais qu’ils seront punis pour d’autres charges fictives s’ils le font.

Le mouvement de résistance n’est pas autorisé à organiser des manifestations avec à peu près les mêmes conditions préalables que les autres partis et organisations politiques – à la fois en ce qui concerne la longueur et l’emplacement des itinéraires de marche et le temps avant que les conditions soient généralement sévèrement réduites par rapport à celles de l’original permis.

L’autorisation est toujours accordée au moment de la rédaction du présent rapport et, jusqu’à présent, il n’y a eu aucun cas en Suède dans lequel un parti d’opposition n’a pas été autorisé à manifester sans réserve dans toutes les conditions. Cependant, un prochain procès à Göteborg cet automne pourrait entraîner l’abolition effective de la liberté de manifester pour les dissidents si le procureur et la direction de la police de la région ouest de la Suède parviennent à leurs fins. Selon eux, le simple fait d’assister à une manifestation organisée par le Mouvement de résistance nordique sera considéré comme une incitation à la haine raciale car les participants «participent à une marche dont l’impression générale fait penser à l’Allemagne des années 30».. Si une organisation est autorisée à manifester en théorie, mais que les personnes qui participent à la manifestation sont alors condamnées pour haine raciale, le système a clairement interdit à l’organisation de manifester dans la pratique.

 

Même si l’issue du procès aboutit à l’acquittement des manifestants, l’affaire dans son ensemble reste un exemple très intéressant de la manière dont l’establishment traite ces questions. Le simple fait de porter une telle affaire devant les tribunaux (avec les gros titres des médias au sujet de la condamnation pour des crimes pour avoir participé aux manifestations du mouvement de résistance) a eu un effet visiblement négatif sur le nombre de participants aux événements de l’organisation et a essentiellement paralysé des sections du nationalisme. culture de démonstration qui s’était construite au fil des ans.

 Tous les grands médias sont des pions du régime. En plus de publier régulièrement des mensonges flagrants sur les politiciens de l’opposition, ils ne permettent pas la diffusion d’opinions non autorisées par le gouvernement.

Toutes les chaînes de télévision et de radio établies et les principaux journaux – privés et publics, nationaux et locaux, services de nouvelles et divertissement – sont exploités selon un programme mondialiste. Aucun média n’est neutre. Une majorité de propriétaires de médias ne sont même pas suédois . De plus, personne n’est jamais tenu responsable des mensonges et diffamations dirigés contre des organisations ou des associations.

Tout cela combiné signifie que – à part lire et regarder des médias alternatifs – vous ne pouvez pas accéder à des informations qui ne profitent pas aux intérêts mondialistes et qui sont trop souvent imprégnées de mensonges. Les individus qui sont actifs dans l’opposition sont également régulièrement doxxés , traqués et salis uniquement en raison de leur engagement politique.

Un exemple d’un article de doxxing dans les médias grand public: «Expressen enquête sur les femmes nazies suédoises»

Les nouvelles qui ne correspondent pas au récit mondialiste sont omises ou déformées au-delà de la reconnaissance. Tous les articles d’opinion et rapports véhiculent une image mondialiste du monde, et chaque fois que l’opposition nationaliste mène une activité quelconque, elle se heurte au silence ou à la dénonciation. Par exemple, ils parlent toujours au sujet du Mouvement de résistance, jamais avec le Mouvement de résistance – ou du moins pas sans modifier fortement et déformant ce qui est dit. Même les contributions et réponses des lecteurs qui ne sont pas du goût du nouvel ordre mondial sont systématiquement refusées.

Le climat médiatique en Suède n’est pas seulement un «couloir d’opinion» étroit, mais un immense et total vide d’opinion. C’est d’autant plus grave que le pouvoir des médias est sans l’ombre d’un doute plus grand que celui des élus. Ce sont les médias qui influencent et façonnent activement les opinions des gens et les font voter «correctement» aux élections. Dans de nombreux cas, ce sont évidemment les médias qui gouvernent les politiciens et non l’inverse.

 Les sites de médias sociaux internationaux comme Facebook, YouTube, Instagram et Twitter sont étroitement impliqués dans la répression et suppriment les comptes et les publications que l’État souhaite censurer.

Les messages de l’opposition sur les réseaux sociaux sont supprimés, leurs comptes officiels et ceux de leurs représentants sont fermés, et ceux qui parviennent encore à «aimer» ou à partager quoi que ce soit sont exilés à la périphérie d’Internet. Sur Facebook et Instagram, tous les utilisateurs qui ont un lien vers l’un des sites Web du Mouvement de résistance sont interdits. Sur Twitter, il existe même un filtre de blocage qui empêche la publication de liens vers certains sites du Mouvement. Sur YouTube, les vidéos et les comptes qui ne servent pas les intérêts des mondialistes sont supprimés quotidiennement.

Tout cela se passe avec le consentement et le soutien de l’État. Les politiciens ont ouvertement admis qu’ils ont un contact direct avec Facebook via leur propre ligne téléphonique , qu’ils peuvent utiliser pour obtenir tout ce qu’ils veulent censuré et supprimé. Les représentants de l’État ont également eu des réunions avec des entreprises comme Google concernant la censure sur YouTube .

Dans la société actuelle, il est de plus en plus important d’être sur les réseaux sociaux. De plus en plus d’organisations et d’entreprises n’ont même plus de sites Web, mais gèrent toute leur présence sur le Web via ces géants de l’Internet. Beaucoup de gens n’interagissent pas avec les autres de la même manière qu’auparavant et obtiennent presque tous leurs contacts sociaux via les médias sociaux. En d’autres termes, être complètement réduit au silence dans cette arène est un moyen efficace pour le système d’empêcher l’opposition d’être vue ou entendue.

Il est de votre devoir d’agir!

Tous les exemples ci-dessus ne font qu’effleurer la surface des tentatives du système pour faire taire les citoyens, les médias et les organisations avec de «mauvaises» opinions. D’autres exemples incluent comment ceux qui sont engagés dans l’opposition – totalement ou partiellement avec l’aide du système – perdent leur emploi, chassent des armes, adhèrent à des syndicats et à des associations de résidents, et comment ils sont harcelés par des «contrôles de routine» quotidiens, ou d’ailleurs par des enquêtes sans fondement menées par l’Administration fiscale suédoise en raison des règles dites de «charge inversée de la preuve». Ensuite, il y a des occasions où le SÄPO (le service de sécurité suédois) contacte les centres communautaires pour empêcher la location de locaux, ou lorsque les municipalités achètent de vieux bâtiments à des prix excessifs pour empêcher le mouvement de résistance de les acheter.

Les libertés des opposants sont plus restreintes chaque jour qui passe. La liberté d’opinion suédoise se tarit. Aujourd’hui, cela affecte principalement le mouvement de résistance nordique et des groupes étroitement liés, mais si l’on observe comment le système fonctionne activement pour repousser les limites sur des questions telles que l’incitation à la législation sur la haine raciale – ou comment ils coopèrent avec des entités privées comme les géants des médias sociaux et les les banques, qui dans la pratique ne sont limitées par aucune loi constitutionnelle – alors on comprend qu’il est très évident que cela affectera de plus en plus de personnes et d’organisations, jusqu’à ce que nous vivions finalement dans une dictature où seuls les globalistes les plus pro-système sont pas soumis à sa répression.

Cet article n’est-il donc qu’une série de plaintes? Suis-je en train de jouer la plus grande carte de victime au monde?

Non, il s’agit uniquement d’une présentation d’informations. Ce sont des faits qui, espérons-le, vous éveilleront en tant que lecteur et vous inciteront à agir. Si ce n’est pas pour quelque chose de plus éloigné comme la survie future de votre peuple, alors au moins pour la liberté d’expression – votre liberté d’expression – qui disparaît ici et maintenant, juste devant vous!

 

 

Ceux d’entre nous qui participent activement au Mouvement de résistance nordique depuis de nombreuses années ne sont guère surpris par ce qui se passe. Nous avons compris depuis longtemps que leur «démocratie» n’est qu’une dictature voilée et que nous n’avons le droit d’avoir nos libertés et nos droits que si nous ne les utilisons pas contre les globalistes et ne gagnons pas les gens à nos côtés. Nous avons vu à travers leur façade «liberté» en 1945 lorsque Hiroshima et Nagasaki ont été bombardées par des atomes, et lorsque des centaines de milliers de femmes allemandes ont été violées pendant l’occupation. Nous l’avons vu au cours des dernières décennies lorsque le nombre incalculable de victimes du multiculturalisme a été écarté et moqué (selon l’establishment, ceux qui osent dénoncer des agressions, agressions et viols à motivation ethnique ne sont pas des victimes mais des racistes qui doivent être combattus et réduits au silence).

 

Alors, tout dans cet article n’est-il que de l’hypocrisie? Le mouvement de résistance nordique n’interdira-t-il pas tous les autres points de vue lorsque nous prendrons le pouvoir?

Non. Dans une société national-socialiste, les libertés et les droits du peuple sont sacro-saints. La liberté d’expression sera étendue par rapport à aujourd’hui , et il y aura beaucoup plus de référendums politiques sur une variété de questions. Pendant ce temps, un État autoritaire permet de prendre des décisions dans des affaires plus aiguës sans complications bureaucratiques ni querelles parlementaires.

La vérité est que le système projette ses propres pensées et vues sur nous – ses ennemis jurés. Quand ils nous accusent de vouloir détruire la liberté d’expression, c’est parce qu’ils souhaitent eux-mêmes le silence du peuple. Quand ils nous décrivent comme haineux, c’est parce qu’ils sont animés par une haine prononcée de la planète et des peuples du monde. Quand ils nous appellent des terroristes violents, c’est pour cacher qu’ils sont responsables de la majorité de la violence et de la terreur dans le monde aujourd’hui. Non seulement leurs affirmations à notre sujet sont fausses, mais elles sont également hypocrites à une échelle sans précédent.

Maintenant que vous avez lu ces mots et compris ce qui se passe, il est temps pour vous d’agir. Faites ce que vous pensez être le mieux – soutenez le Mouvement de résistance nordique si vous croyez que c’est juste – faites autre chose si vous y croyez. L’important est que vous fassiez quelque chose et que vous ne vous contentiez pas de rester assis pendant que le système vous enlève tout ce que vous avez. Ne cédez pas vos droits sans vous battre. Ne donnez pas l’avenir de votre peuple sans lutte. Ne les laissez pas vous ôter la vie sans résistance!

 

 

 

 

 

 

 

Le magnat chinois qui a critiqué la réponse de Xi au coronavirus a disparu et le peuple chinois subit la censure du régime totalitaire communiste

Ren Zhiqiang est véritablement le chef,le leader de la résistance contre le régime totalitaire communiste.

 

Son surnom en Chine était «The Cannon», et le dernier commentaire de Ren Zhiqiang était parmi ses plus explosifs à ce jour.

M. Ren,  un magnat de la propriété à Pékin , a écrit dans un essai cinglant que le leader chinois, Xi Jinping, était un «clown» avide de pouvoir. Il a dit que les limites strictes du Parti communiste au pouvoir sur la liberté d’expression avaient exacerbé l’épidémie de coronavirus.

Aujourd’hui, M. Ren, l’un des principaux détracteurs de M. Xi en Chine continentale, est porté disparu, ont déclaré samedi,le 14 mars 2020, ses amis.

Il était suivi dans sa lutte par de nombreux leaders de différents secteurs en lutte contre le système corrompu!

Sa disparition intervient au milieu d’une campagne de grande envergure menée par le parti pour annuler les critiques de sa  réponse initiale lente et secrète à l’épidémie,  qui a tué plus de 3 100 personnes en Chine et en a rendu plus de 80 000 malades.

 

Ren Zhiqiang semble être le dernier critique du gouvernement réduit au silence par le Parti communiste alors qu’il réprime la dissidence sur l’épidémie.

Ren Zhiqiang en 2012. Il a récemment appelé Xi Jinping, le leader chinois, «un clown qui s’est déshabillé et a insisté pour continuer d’être un empereur»

Le gouvernement chinois s’emploie à présenter M. Xi comme un héros qui mène le pays à la victoire dans une «guerre populaire» contre le virus. Mais les responsables sont aux prises avec une profonde colère de la part du public chinois , et de nombreuses personnes bouillonnent encore face aux premiers efforts du gouvernement pour dissimuler la crise.

M. Ren, membre du parti, est bien connu pour ses critiques brûlantes contre M. Xi. En 2016, le parti l’a placé en probation d’un an pour avoir dénoncé les politiques de propagande de M. Xi dans des commentaires en ligne.

 

Depuis lors, le gouvernement a surveillé intensément les mouvements de M. Ren, ont déclaré des amis, l’empêchant de quitter le pays et supprimant ses comptes sur les réseaux sociaux, où il s’était construit un large public.

Le lieu où il se trouvait n’était pas clair samedi et la police de Pékin n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires.

« Nous sommes très inquiets pour lui », a déclaré Wang Ying, un entrepreneur à la retraite et ami de M. Ren. « Je vais continuer à le chercher. »

Ces dernières semaines, un essai de M. Ren a commencé à circuler parmi les cercles d’élite en Chine et à l’étranger. Dans ce document, il a reproché au gouvernement d’avoir fait taire les dénonciateurs et tenté de dissimuler l’épidémie, qui a commencé dans la ville centrale de Wuhan en décembre.

Bien qu’il n’ait pas explicitement utilisé le nom de M. Xi dans le commentaire, M. Ren n’a laissé aucun doute sur le fait qu’il parlait du dirigeant chinois, faisant référence à plusieurs reprises aux discours et actions de M. Xi.

«Je ne vois pas un empereur debout exposant ses« nouveaux vêtements », mais un clown qui s’est déshabillé et a insisté pour continuer à être empereur», écrit-il.

Un écran à Pékin a montré Xi Jinping, le leader chinois, lors d’une visite cette semaine dans la ville de Wuhan, où le coronavirus a émergé.

S’adressant à M. Xi, il a écrit: « Vous ne cachez pas le moins du monde votre ambition résolue d’être un empereur et votre détermination à détruire quiconque ne vous le permettra pas. »

M. Ren, 69 ans, est le président à la retraite de Huayuan Properties, un promoteur immobilier. En 2016, M. Ren a fait l’objet d’un examen minutieux après avoir écrit sur son microblog que les médias d’information chinois devraient servir le peuple, pas le parti, contredisant l’une des déclarations très médiatisées de M. Xi. Ses remarques ont ouvert une fenêtre sur la frustration croissante des intellectuels et entrepreneurs chinois face au régime de plus en plus autoritaire de M. Xi.

Le parti est intervenu rapidement pour le censurer, affirmant qu’il avait «perdu son esprit de parti». Mais il a continué de s’exprimer sur d’autres sujets , tels que les politiques strictes de la Chine pour limiter la population dans les grandes villes.

Alors que plus de détails sur les efforts de la Chine pour couvrir l’épidémie de coronavirus ont été divulgués par les médias chinois ces dernières semaines, M. Xi a été attaqué par plusieurs éminents activistes et intellectuels chinois.

Xu Zhangrun, professeur de droit à Pékin, a publié le mois dernier un essai disant que l’épidémie avait « révélé le noyau pourri de la gouvernance chinoise ».

Xu Zhiyong, un éminent activiste juridique, a publié une lettre à M. Xi sur les réseaux sociaux, l’accusant de dissimulation et l’appelant à démissionner. Il a ensuite été arrêté .

Les militants ont déclaré que la disparition de M. Ren était un signe inquiétant que le gouvernement intensifiait sa dernière répression de la liberté d’expression.

« L’épidémie a fait ressortir le pire de Xi Jinping », a déclaré Yang Jianli, militant des droits basé aux États-Unis. « Il est tellement déterminé à ne pas céder un pouce, comprendre à juste titre un pouce signifierait des centaines de kilomètres. »

Une veillée pour le Dr Li Wenliang à Hong Kong le mois dernier. Le Dr Li avait mis ses collègues en garde contre le coronavirus avant de mourir.

La Chine détient un activiste qui a accusé Xi de dissimulation (de cover up) sur le coronavirus 

 

Xu Zhiyong, un éminent activiste juridique chinois, est resté silencieux ce week-end. Sa petite amie, Li Qiaochu, une militante sociale, a disparu.

 

Il a décrit le leader chinois, Xi Jinping, comme affamé de pouvoir. Il a accusé M. Xi d’avoir tenté de couvrir l’épidémie de coronavirus dans le centre de la Chine. Dans l’un de ses écrits les plus audacieux, il a exhorté M. Xi à démissionner, en disant: « Vous n’êtes tout simplement pas assez intelligent. »

Puis, au cours du week-end, Xu Zhiyong, un éminent militant juridique chinois, est devenu silencieux. Les autorités de la ville méridionale de Guangzhou l’ont détenu samedi, selon les amis de M. Xu, après qu’il ait passé près de deux mois à se cacher. Sa petite amie, Li Qiaochu, une militante sociale, a disparu dimanche, ont indiqué les amis de M. Xu.

Le militant est le dernier critique à avoir été pris dans les efforts de grande envergure de M. Xi pour limiter la dissidence en Chine . La répression, qui a pris au piège des dizaines de militants, d’avocats, de journalistes et d’intellectuels, est susceptible de s’intensifier alors que le Parti communiste au pouvoir est attaqué à grande échelle pour sa gestion de l’épidémie de coronavirus , l’un de ses plus grands défis politiques depuis des années.

M. Xu, un ancien professeur d’université de 46 ans, a longtemps dénoncé la corruption du gouvernement et l’injustice sociale en Chine. Il s’est caché en décembre alors que la police a commencé à rassembler des militants des droits de l’homme qui l’ont rencontré dans la ville orientale de Xiamen.

Alors qu’il se cachait, M. Xu a continué de publier des critiques catégoriques sur M. Xi sur les réseaux sociaux, l’accusant de diriger une dictature.
Xu Zhiyong à Pékin en 2009.

Il a également critiqué la gestion par M. Xi de l’épidémie dans la province centrale de Hubei, qui a tué au moins 1 770 personnes en Chine et rendu malade plus de 70 000. Dans l’un de ses derniers écrits avant sa détention, M. Xu a pleuré la mort d’un médecin à Wuhan que la police avait réduit au silence après avoir mis en garde contre le virus.

« Dans leur cœur », a déclaré M. Xu à propos des chefs de parti, « il n’y a ni bien ni mal, ni conscience, ni résultat net, ni humanité ».

M. Xu, un brandon qui a passé des décennies à faire pression pour des réformes politiques, a longtemps affronté le gouvernement chinois.

Il a été condamné à quatre ans de prison en 2014 pour «rassemblement d’une foule pour troubler l’ordre public», une accusation qui découlait de son rôle d’organisateur du mouvement des nouveaux citoyens, un effort populaire contre la corruption et l’injustice sociale dans la société chinoise.

On ne sait pas quelles charges les autorités pourraient porter contre M. Xu. Les circonstances de la disparition de sa petite amie, Mme Li, étaient également ambiguës. La police de Guangzhou n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires.

Les amis de M. Xu ont défendu ses actions.

« C’est dans le cadre de la liberté d’expression en vertu de la Constitution chinoise », a déclaré Hua Ze, un militant basé dans le New Jersey et un ami de M. Xu qui a confirmé sa détention.

Confronté à une colère grandissante du public face à l’épidémie de coronavirus, le leader chinois a évoqué la nécessité de «renforcer l’orientation de l’opinion publique», un terme qui fait souvent référence au blocage des reportages indépendants et à la censure des commentaires critiques sur les réseaux sociaux chinois.

De nombreux militants de la liberté d’expression craignent que le parti, soucieux de maintenir son contrôle, resserre les rênes du discours public malgré une perception croissante que le fait de faire taire les médecins et d’autres qui ont tenté de sonner l’alarme a permis au virus de se propager plus largement.

Deux blogueurs vidéo qui ont attiré une grande attention pour leurs dépêches de Wuhan, l’épicentre de l’épidémie, ont disparu .

Yaqiu Wang, chercheur chinois à Human Rights Watch, une organisation de défense des droits, a déclaré que la détention de M. Xu montrait que les autorités n’avaient pas l’intention de desserrer les restrictions à la parole.

« Le gouvernement chinois persiste dans ses anciennes habitudes: faire taire ses détracteurs plutôt que d’écouter les gens qui promeuvent des politiques respectueuses des droits qui résolvent réellement les problèmes », a-t-elle déclaré.


En  complémentaire

La Chine censurée

Les frustrations du public étaient autrefois laissées sans censure en ligne, et les médias ont fait un rapport rigoureux sur l’épidémie. Ces jours sont peut-être révolus.

Mercredi, une rue commerciale presque vide à Pékin.

 

SHANGHAI – Alors que le nombre d’ infections à coronavirus en Chine continue d’augmenter, le gouvernement communiste a réprimé les médias et Internet, signalant un effort pour contrôler le récit d’une crise qui est devenue un défi de génération en génération pour les dirigeants de Pékin.

Les autorités sanitaires chinoises ont déclaré jeudi que 563 personnes étaient mortes du virus, contre 490 la veille, et qu’il y avait 28 018 cas d’infection confirmés. Des milliers d’autres cas sont signalés chaque jour et de nombreux Chinois craignent que la propagation du virus ne soit pas suffisamment contrôlée.

 

Les frustrations étant nombreuses dans tout le pays, les dirigeants chinois semblent renforcer les contrôles de l’information après une brève période au cours de laquelle les organes de presse ont été en mesure de rendre compte de manière approfondie de la crise, et de nombreux commentaires négatifs sur la réponse officielle n’ont pas été censurés en ligne .

Ces derniers jours, les médias d’information et les médias à vocation plus commerciale ont été invités à se concentrer sur des histoires positives sur les efforts de secours contre les virus, selon trois personnes travaillant dans des agences de presse chinoises qui ont parlé sous couvert d’anonymat pour discuter des directives internes.

Les plates-formes Internet ont supprimé une série d’articles qui suggèrent des lacunes dans la réponse du gouvernement chinois ou sont autrement négatifs sur l’épidémie.

Les responsables locaux ont également réprimé ce qu’ils appellent des «rumeurs» en ligne sur le virus. Cette semaine, le ministère chinois de la Sécurité publique a salué ces efforts , qui se sont poursuivis même après qu’une personne réprimandée pour avoir répandu des rumeurs se soit avérée être un médecin tirant la sonnette d’ alarme concernant les premiers cas de la maladie.

Le gouvernement chinois a modifié sa stratégie de contrôle de l’information en réponse à la nature changeante du mécontentement du public, a déclaré King-wa Fu, professeur agrégé au Journalism and Media Studies Center de l’Université de Hong Kong.

Au tout début de la crise, le vitriol en ligne était largement destiné aux autorités locales. Maintenant, une plus grande partie de la colère est dirigée contre des dirigeants de haut niveau, et il semble y en avoir plus dans l’ensemble, a-t-il déclaré.

Un travailleur marche parmi les lits dans un centre de congrès qui a été converti en hôpital temporaire à Wuhan, en Chine, mardi.

À la fin du mois dernier, par exemple, après que le New England Journal of Medicine a publié un document de recherche sur les premiers cas de virus, les internautes chinois se sont prononcés sur le fait que plusieurs des auteurs travaillaient pour le Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, affirmant qu’ils aurait dû informer le public, pas poursuivre sa carrière de chercheur.

« Maintenant je comprends », a écrit une personne sur la plateforme sociale Weibo. «Le but du CDC était de publier des articles de recherche.»

« Je suis tellement fou que je suis sans voix », a écrit un autre.

Les chercheurs ont déclaré plus tard que toutes leurs informations sur les infections avaient déjà été rendues publiques avant la rédaction du document.

À ce stade, a déclaré le professeur Fu, plus de censure « ne mettrait pas fin à la frustration du public ».

L’augmentation rapide du nombre d’infections et de décès dus au nouveau virus a exercé une pression renouvelée sur la haute direction en Chine. Les hôpitaux situés près du centre de l’épidémie ont été débordés et les personnes présentant des symptômes semblables à ceux de la grippe ont été refoulées. De nombreux cas n’ont pas été diagnostiqués en raison d’une pénurie de kits de test.

Pourtant, le nombre de personnes en convalescence en Chine augmente également. Mercredi, un expert chinois de la santé a attribué la forte augmentation du nombre de cas confirmés au fait que les hôpitaux avaient pu diagnostiquer le virus plus rapidement. Le nombre de cas suspects a baissé pour la même raison, a déclaré l’expert Li Xingwang lors d’ une conférence de presse officielle .

Les nouvelles restrictions à l’information semblent avoir été mises en place au début de la semaine, lorsque le dirigeant chinois Xi Jinping et d’autres hauts responsables ont déclaré lors d’une réunion qu’ils « renforceraient le contrôle sur les médias en ligne » comme l’une des nombreuses mesures visant à maintenir la stabilité sociale. .

Les dirigeants ont déclaré que les efforts de propagande du gouvernement devraient se concentrer sur « la transmission vivante des résultats émouvants des premières lignes de la prévention des épidémies » et « la démonstration de l’unité et de l’esprit de rassemblement du peuple chinois dans les moments difficiles », selon Xinhua, l’agence de presse officielle. .

Trajet en ferry vers le centre, à Hong Kong, mardi.

Après la réunion, un haut responsable du département central de propagande de la Chine a déclaré à la chaîne de télévision publique CCTV que son département avait envoyé plus de 300 journalistes sur les lignes de front de l’épidémie à Wuhan et dans la province environnante, le Hubei.

Le responsable, Zhang Xiaoguo, a déclaré que le département ferait de la publicité de la campagne de prévention et de contrôle du gouvernement sa «priorité absolue».

Il n’était pas clair si les 300 journalistes incluaient ceux qui faisaient déjà des reportages au Hubei, ou s’ils seraient de nouveaux arrivants. Il n’était pas clair non plus quels organismes de presse ils représenteraient. Une porte-parole du service de propagande a refusé de commenter.

L’effort a été rencontré avec un certain sarcasme sur les médias sociaux.

« L’énergie positive arrive enfin », a écrit un utilisateur sur Weibo, en utilisant le terme du gouvernement chinois pour le genre de ton boosterish et non critique qu’il préfère voir dans la couverture des nouvelles.

Le message a été aimé plus de 27 000 fois. Mais tous les commentaires sous le message ont finalement été supprimés et les nouveaux commentaires ont été interdits.

Les employés des agences de presse chinoises ont décrit cette semaine un changement de ton obligatoire dans leurs articles et de nouvelles commandes à publier sur la ligne officielle.

Les journalistes de l’agence de presse Xinhua, par exemple, ont reçu l’ordre de garder leur couverture du virus positive, selon des instructions internes vues par le New York Times. Il leur a été ordonné de ne pas continuer à mentionner le fait que l’Organisation mondiale de la santé avait déclaré une urgence sanitaire mondiale et de ne pas couvrir toutes les infections découvertes à l’étranger.

«Ne couvre que ce qui doit être couvert», ont indiqué les instructions.

Dans le reste du paysage de l’actualité chinoise, des articles sur un large éventail de thèmes ont été bloqués ou supprimés en ligne ces derniers jours.

Ils incluent un reportage dans le magazine financier Caijing sur les décès à Wuhan qui n’auraient peut-être pas été comptabilisés dans le décompte officiel; un récit de première main d’ un salon funéraire à Wuhan ; et même une entrevue avec le chef d’une chaîne de restaurants populaire qui a déclaré qu’il pourrait manquer d’argent dans quelques mois si le virus n’était pas contenu.

Transfert de fournitures médicales à Wuhan mardi,10 mars 2020.

 

Pékin s’apprête à resserrer sa gestion de l’épidémie alors que les gouvernements du monde entier continuent de se couper de la Chine pour empêcher l’importation de cas de coronavirus.

 

Hong Kong, un territoire chinois semi-autonome, a déclaré mercredi qu’il commencerait à exiger que toutes les personnes qui arrivent de Chine continentale subissent une quarantaine obligatoire de 14 jours. Hong Kong compte 21 cas confirmés de coronavirus, dont trois ont été transmis localement.

Carrie Lam, la plus haute responsable de la ville, a résisté aux demandes de certains législateurs et travailleurs médicaux de fermer complètement la frontière, la qualifiant de discriminatoire et non conforme aux directives de l’OMS. Mais elle a adopté une série de mesures, notamment la fermeture de tous les postes frontaliers sauf trois, qui ont entraîné une forte baisse des entrées en provenance du continent.

Les États-Unis et d’autres pays ont également imposé des restrictions d’entrée aux visiteurs en provenance de Chine. Ces mesures ont plongé l’industrie mondiale du voyage dans le désarroi.

Le ministre italien des Affaires étrangères, Luigi Di Maio, a déclaré dans une interview à l’Associated Press que l’interdiction de vol imposée par l’Italie sur les vols commerciaux à destination et en provenance de la Chine, mise en place le 30 janvier, pourrait bientôt baisser maintenant que des scanners thermiques sont installés dans les aéroports de toute l’Italie et en prenant les températures des passagers arrivant de tous les vols étrangers.

Cathay Pacific, la compagnie aérienne internationale basée à Hong Kong, a demandé à ses 27 000 employés de prendre trois semaines de congé sans solde. Le transporteur a déjà supprimé presque tous les vols à destination et en provenance de la Chine continentale et a déclaré qu’il réduirait les vols sur son réseau alors qu’il fait face à sa plus grande urgence depuis les profondeurs de la crise financière en 2009.

Vingt personnes sur un bateau de croisière transportant 2 666 passagers et 1 045 membres d’équipage et mis en quarantaine à Yokohama, au Japon, ont été testées positives pour le coronavirus, a annoncé mercredi la compagnie de croisière Princess Cruises. Et 170 autres personnes qui pourraient avoir été exposées n’ont pas encore été testées.

Le navire est arrivé à Yokohama mardi, mais les autorités n’ont autorisé personne à sortir. Un résident de Hong Kong de 80 ans qui avait débarqué plus tôt dans sa ville natale a été trouvé infecté.

Mercredi, des centaines d’Américains qui se trouvaient à Wuhan à mesure que l’épidémie s’aggravait sont arrivés en Californie sur deux vols d’évacuation organisés par le gouvernement américain. Le 12e cas de coronavirus aux Etats-Unis a été confirmé mercredi.

Au milieu de l’obscurité, les scientifiques chinois ont donné une lueur d’espoir cette semaine. Des chercheurs chinois ont rapporté un succès préliminaire avec une nouvelle approche pour traiter le coronavirus.

Les chercheurs ont combiné Arbidol, un médicament antiviral utilisé en Russie et en Chine pour traiter la grippe, avec Darunavir, le médicament anti-VIH, pour traiter les patients atteints du coronavirus, selon Changjiang News, un journal d’État à Wuhan.

Les chercheurs n’ont pas dit combien de patients avaient été traités avec la thérapie combinée, et il pourrait être trop tôt pour évaluer son efficacité. Les résultats n’ont pas été examinés par des experts externes.

Une rue vide à Wuhan, la ville intérieure au centre de l’épidémie. Crédit …

 

 

 

 

Dictature de la pensée unique:Facebook espionne votre vie hors ligne pour décider si vous êtes un «agent de la haine»

Fb spie
Fb spie
Un document interne à Facebook révèle que le géant des médias sociaux surveille le comportement hors ligne de ses utilisateurs afin de déterminer si une personne doit être classée dans la catégorie «agent de la haine», comme l’a signalé le Washington Pundit .

 

 

Intitulé « Révision de la politique des agents de haine », le document révèle que Facebook utilise une série de « signaux » qui incluent le comportement d’une personne, à la fois sur et hors de la plate-forme. Une fois déterminé à être un «agent de haine», une personne est bannie de la plateforme.

Si vous louez les mauvaises personnes, si vous les interviewez ou si vous participez à des événements parallèles, Facebook peut vous classer dans la catégorie «agent de la haine».

Facebook peut également vous considérer comme un agent haineux si vous vous identifiez vous-même ou si vous défendez une « idéologie haineuse désignée », si vous vous associez à une « entité haineuse désignée » (un des exemples cités par Facebook comme « entité haineuse » comprend: Critique de l’islam Tommy Robinson), ou si vous avez «des tatouages ​​de symboles de la haine ou des slogans de haine».

(Le document n’en cite aucun exemple, mais les médias et les groupes de défense de la cause « anti-racisme » qualifient de plus en plus les objets inoffensifs comme des « symboles de haine », notamment une  grenouille de dessin animé  et le signe de la main  » OK « .)

Facebook vous classera également comme un agent de la haine pour possession d’un «attirail pour la haine», bien que le document ne fournisse aucun exemple de ce qui entre dans cette catégorie.

Facebook pourrait même qualifier quelqu’un d’agent haineux pour des « déclarations faites en privé mais rendues publiques par la suite », selon le rapport. Même le simple fait de « défendre un ethnostat » peut vous donner une telle image, bien que ce que l’on entend réellement par « un militant pour un ethnostat  pour les Blancs , car les Noirs, les Métis et la plupart des Juifs sont parfaitement libres de défendre leurs propres ethnostats. » et ni Facebook ni aucun des autres géants des médias sociaux ne la considèrent «odieuse».

En outre, Facebook peut vous qualifier d’agent de haine simplement pour avoir parlé de manière neutre d’individus et d’organisations que le réseau social considère comme «haineuses».



EN COMPLÉMENT

Facebook et Twitter omis du « sommet des réseaux sociaux » de la Maison-Blanche

 

La Maison-Blanche tiendra un sommet consacré aux réseaux sociaux jeudi afin de discuter des défis auxquels est confrontée cette industrie. Mais Facebook et Twitter, deux acteurs majeurs du milieu, n’auraient pas été invités, rapporte CNN.

Le réseau américain tire ces informations de sources anonymes familières avec ce dossier.

Selon ces sources, le sommet ne viserait pas à parler des problèmes du marché des réseaux sociaux. Ces personnes affirment qu’il s’agirait plutôt d’une tribune pour que des individus politiquement à droite puissent se plaindre au sujet des réseaux sociaux.

La Maison-Blanche a refusé de commenter, indique CNN.

Le sommet des réseaux sociaux a été annoncé par la Maison-Blanche en juin. L’institution américaine avait alors décrit l’événement comme une occasion de rassembler « des leaders du numérique afin d’avoir des échanges fructueux sur les occasions et les défis présentés par l’environnement en ligne actuel. »

Le Washington Post a indiqué la semaine dernière que des figures de proue de la droite américaine ont été invitées, dont certaines ont déjà exprimé leur désaccord avec les positions de différents réseaux sociaux au sujet de la liberté d’expression. Certaines de ces personnes ont accusé Facebook, Twitter et d’autres plateformes de censurer les opinions de droite ou d’avoir un biais antidroite, ce que les entreprises visées ont toujours démenti.

Le président Donald Trump fait partie de ceux qui attaquent régulièrement les réseaux sociaux. Il prétend entre autres que Twitter restreint l’accès à son profil pour ses partisans.

La liste des invités au sommet n’a pas été dévoilée par la Maison-Blanche.

 

 

 

 

Une journaliste suédoise suspendue de Facebook pour avoir mentionné Tommy Robinson et la libre expression

La journaliste indépendante et combattante de la liberté Katerina Janouch a écrit une brève introduction pour un article dans son propre magazine en ligne «Katerina Magasin».

 

L’article, écrit par une autre écrivaine suédoise – Madeleine Rönnqvist Lilja – parle du combattant britannique de la liberté Tommy Robinson.

Elle a ensuite souligné que cela «pourrait être votre tour prochain».

Et  la version Facebook suédoise a pris Katerina au mot et l’a suspendue.

Leurs actions ne peuvent être interprétées autrement que comme un signal clair contre la liberté d’expression – et en particulier contre l’idée que nous devrions accepter les vues des autres, même si nous ne sommes pas d’accord avec elles.

Katerina Janouch

Dans un commentaire sur la suspension, Katerina écrit: «Sept jours de suspension ont été obtenus lorsque j’ai publié un article sur le héros britannique de la liberté d’expression, Tommy Robinson, sur Facebook.

Veuillez continuer à lire Katerina Magasin! Et répandre les liens. Ma propre plate-forme, personne ne peut me prendre, du moins pas encore. ”


EN COMPLÉMENT

Le 28 mai 2018,
Scandale Tommy Robinson : le fondateur de l’English Defence League arrêté et emprisonné
Tommy Robinson

Outre-Manche, la polémique n’en finit pas d’enflerLa condamnation à 13 mois de prison du militant nationaliste britannique et journaliste indépendant,Tommy Robinsonarrêté alors qu’il filmait en direct sur Internet devant le tribunal de Leeds, où se tenait unprocès supposé de prédateurs sexuels indo-pakistanais,suscite une avalanche de critiques.

Le cofondateur et ancien porte-parole de l’English Defence League (EDL), un mouvement identitaire quis’oppose à l’immigration massive et à l’islamisation duRoyaume-Uni, a été arrêté ce vendredi 25 mai pour «atteinte à l’ordre public » à l’entrée du bâtiment pendant qu’il interpellait plusieurs hommes quittant le tribunal, qui lui ont répondu par des injures.

« C’est ridicule ! Je n’ai pas dit un mot, je n’ai rien fait !» Sur une vidéo virale, diffusée sur Facebook et visionnée plus de trois millions de fois, on peut voir Tommy Robinson demander les raisons de son arrestation,réclamer plusieurs fois la présence d’un avocat et déclarer aux policiers : « C’est la liberté d’expression, voilà où on en est ! »

Le même jour, le militant de 35 ansdéjà condamné avec sursis pour « outrage au tribunal » en 2017, écopait de 13 mois de prison ferme et était envoyé directement en détention, a rapporté Fox News. Dans son jugement, lejuge a même interdit aux médias britanniques de couvrir l’affaire pour éviter de compromettre le procès des pédophiles présumés.

Selon une source, contactée par la chaîne américaine,l’avocat de l’activiste s’inquiète que la sentence, compte tenu de la présence de membres de gangs musulmans en prison, ne soit une condamnation à mort : « L’avocat deTommy  a dit qu’il mourrait probablement en prison étant donné son profil et de précédentes menaces crédibles, et le juge a dit qu’il s’en moquait. »

Une censure médiatique orwellienne

Après avoir publié des articles sur l’affaire, les organes de presse anglais les ont brutalement censurés de leurs sites pour se soumettre à la décision orwellienne du juge,ajoutant à la colère de nombreux internautes. Ses soutiensont diffusé le hashtag  #FreeTommy sur Twitter et ont même manifesté samedi devant le 10 Downing Street, la résidence du Premier ministre Theresa Mayrestée silencieuse.

Parmi les protestataires, le rédacteur en chef de Breitbart Londres dénonce le recours aux « reporting restrictions »,mesures utilisées pour préserver la confidentialité d’un procès et qui impose le silence à la presse. « Il n’y a aucune identité à protéger, aucun trouble à l’ordre public et les faits sont déjà connus. Il s’agit d’une arrestation politique », confie Raheem Kassam à Valeurs actuelles.Tommy Robinson a rendez-vous dès demain (29 mai 2018) avec son avocat pour lancer une procédure d’appel.

 

 

 

 

Facebook interdit officiellement le nationalisme blanc

Facebook commencera à interdire le contenu « nationaliste blanc ou séparatiste blanc » sur sa plate-forme à partir de la semaine prochaine, a annoncé mercredi le géant des médias sociaux.

 

 

Les responsables de Facebook ont ​​officiellement décidé d’interdire le « nationalisme blanc » et le « séparatisme blanc » sur la plate-forme appartenant à des Juifs lors d’une réunion de modération du contenu mardi, selon Motherboard.

La censure grandissante intervient un an après que Motherboard, un journal d’informations techniques, ait rapporté que l’idéologie de modération juive-libérale de Facebook avait permis le « nationalisme blanc et le séparatisme » sur la plate-forme, bien qu’elle interdisait une « suprématie blanche » explicite, alors qu’elle n’était jamais vraie.

Dans les documents de formation destinés aux modérateurs de l’année dernière, Facebook a écrit que le nationalisme blanc « ne semble pas toujours être associé au racisme (du moins de manière non explicite) », ce qui entraîne des réactions immédiates de la part de groupes de défense des droits civiques et d’experts alors nationalisme. 

Brian Fishman, directeur de la politique de lutte contre le terrorisme chez Facebook, a déclaré à la carte mère cette semaine qu’après avoir discuté avec de nombreux experts, Facebook avait conclu que « le chevauchement entre le nationalisme blanc, le séparatisme [blanc] et la suprématie blanche est si vaste que nous distinction entre eux. « 

« Notre propre analyse des personnalités et des organisations haineuses – telle que définie par notre politique sur les personnes et organisations dangereuses – a en outre révélé le chevauchement entre nationalisme blanc, séparatisme et suprématie blanche », a déclaré Facebook dans le blog annonçant le changement. « À l’avenir, même si les gens pourront toujours faire preuve de fierté vis-à-vis de leur héritage ethnique, nous ne tolérerons ni les louanges ni le soutien du nationalisme blanc et du séparatisme. »

Des « experts » ont déclaré au géant des médias sociaux que le nationalisme blanc et le séparatisme blanc étaient liés à la violence, a déclaré Facebook.

Facebook va maintenant interdire les contenus qui « louent ou soutiennent le nationalisme blanc et le séparatisme ». Et lorsque les utilisateurs tentent de publier ou de rechercher des contenus nationalistes ou séparatistes blancs explicites, ils sont redirigés vers le site Web de Life After Hate, une organisation de défense des droits et d’assistance qui s’efforce d’aider les personnes à sortir des « groupes haineux ». Le groupe Life After Hate, parrainé par des juifs, a été fondé par des nationalistes blancs traîtres.

«Si les gens explorent ce mouvement, nous voulons les mettre en contact avec des personnes capables de fournir une assistance hors ligne», a déclaré Fishman à Motherboard. «C’est le genre de travail qui, à notre avis, fait partie d’un programme complet visant à mener ce type de mouvement.»

Fishman a déclaré que l’interdiction ne s’étendrait pas au « nationalisme blanc implicite ou codé et au séparatisme blanc », soulignant que ces messages sont plus difficiles à identifier et à supprimer, selon Motherboard.

 

 

L’Union Européenne baigne dans le monde d’Orwell

  • Le problème est que cette noble initiative est une organisation qui censure depuis plusieurs années déjà la liberté d’expression en Europe.
  • Les directives du manuel stipulent que les journalistes doivent « Veiller à ne pas stigmatiser davantage des termes tels que » musulman « ou » islam « en les associant à des actes particuliers … Mettez en surbrillance … la diversité des communautés musulmanes … où il est nécessaire et d’actualité de signaler des commentaires haineux contre des musulmans, négociez l’information « . En d’autres termes, les directives demandent aux journalistes de désinformer le public.
  • C’est la même Commission européenne qui a exprimé récemment sa désapprobation du retrait de l’Autriche du « Pacte mondial pour la migration sûre, ordonnée et régulière » des Nations unies. Le Pacte stipule que les médias qui ne soutiennent pas le programme de migration des Nations Unies ne seront pas éligibles au financement public. En quoi cela consiste-t-il à « respecter pleinement les principes fondamentaux de l’Europe en matière de liberté d’expression, de presse libre et de pluralisme »?

L’UE a lancé un plan d’action global contre la désinformation . Selon un récent communiqué de presse de la Commission européenne, son objectif est apparemment de « protéger ses systèmes démocratiques et ses débats publics et dans la perspective des élections européennes de 2019 ainsi que d’un certain nombre d’élections nationales et locales qui se dérouleront dans les États membres d’ici 2020 ».

En juin 2018, les dirigeants des États membres de l’UE s’étaient réunis au Conseil européen et avaient invité la Commission européenne à « présenter … un plan d’action avant décembre 2018 contenant des propositions spécifiques pour une réponse coordonnée de l’UE au défi de la désinformation … ». est ce plan d’action que la Commission a présenté au public le 5 décembre.

Le plan d’action se concentre sur quatre domaines :

  1. Détection améliorée de la désinformation (la Commission européenne a consacré 5 millions d’euros à ce projet et s’attend apparemment à ce que les États membres contribuent également au niveau national).
  2. Réponse coordonnée – les institutions de l’UE et les États membres mettront en place un système d’alerte rapide « pour faciliter le partage des données et l’évaluation des campagnes de désinformation ». Le système d’alerte rapide sera mis en place d’ici mars 2019 et « sera complété par un renforcement supplémentaire des ressources nécessaires ».
  3. Les plateformes en ligne et l’industrie sont appelées à assurer « la transparence de la publicité politique, en intensifiant les efforts pour fermer les faux comptes actifs, en étiquetant les interactions non humaines (messages transmis automatiquement par des » robots « ) et en coopérant avec des vérificateurs de faits et des chercheurs universitaires pour détecter la désinformation campagnes et de rendre le contenu factuel plus visible et plus répandu « conformément au Code de pratique contre la désinformation signé précédemment .
  4. Sensibilisation et autonomisation des citoyens: outre les « campagnes de sensibilisation ciblées », les « institutions de l’UE et les États membres encourageront l’initiation aux médias par le biais de programmes spécifiques. Un soutien sera apporté aux équipes nationales multidisciplinaires de vérificateurs de faits indépendants et de chercheurs afin de détecter et de révéler la désinformation. campagnes sur les réseaux sociaux « . En 2018, les citoyens ne sont soudainement plus « familiarisés avec les médias » et ont besoin d’être « responsabilisés » pour se faire dire comment et quoi penser.

Comme il est dit plus haut, le plan d’action repose sur le code de pratique sur la désinformation , introduit précédemment , que les géants de la technologie en ligne – Facebook, Google, Twitter et Mozilla – ont signé en octobre 2018. Le code de pratique est nécessaire, parce que selon le commissaire de l’Union européenne pour la sécurité, Sir Julian King:

« La militarisation de fausses informations et de désinformations en ligne constitue une menace sérieuse pour la sécurité de nos sociétés. La subversion de canaux de confiance pour colporter des contenus pernicieux et conflictuels nécessite une réponse lucide basée sur une transparence accrue, la traçabilité et la responsabilité. Les plates-formes Internet ont rôle vital à jouer pour contrer les abus de leurs infrastructures par des acteurs hostiles et pour assurer la sécurité de leurs utilisateurs et de la société. « 

En septembre, la commissaire à l’économie et à la société numériques, Mariya Gabriel, a déclaré à propos du code de pratique:

«C’est la première fois que le secteur s’est mis d’accord sur un ensemble de normes d’autoréglementation pour lutter contre la désinformation dans le monde, sur une base volontaire. Le secteur s’engage dans un large éventail d’actions, allant de la transparence de la publicité politique à la fermeture des faux la comptabilité et la démonétisation des fournisseurs de désinformation, et nous nous en félicitons.Ces actions devraient contribuer à une réduction rapide et mesurable de la désinformation en ligne.A cette fin, la Commission accordera une attention particulière à sa mise en œuvre effective.

« Le code de pratique devrait contribuer à une campagne en ligne transparente, juste et digne de confiance avant les élections européennes de printemps 2019, tout en respectant pleinement les principes fondamentaux de l’Europe en matière de liberté d’expression, de presse libre et de pluralisme. »

Selon Andrus Ansip, vice-président responsable du marché unique numérique, le code de pratique et le plan d’action contre la désinformation visent à « protéger nos démocraties contre la désinformation. Nous avons assisté à des tentatives d’ingérence dans les élections et les référendums, avec des preuves La Russie comme source principale de ces campagnes « .

Federica Mogherini, responsable de la politique étrangère de l’UE, a déclaré : « Il est de notre devoir de protéger cet espace et de ne permettre à personne de répandre une désinformation qui alimente la haine, la division et la méfiance à l’égard de la démocratie. »

Cela semble noble: l’UE veut protéger les citoyens des « fausses informations » et de l’ingérence des processus étrangers nationaux et européens dans les processus démocratiques de puissances étrangères telles que la Russie.

Le problème est que cette noble initiative a été lancée par une organisation qui censure déjà les discours en Europe depuis plusieurs années, ce qui rend difficile la compréhension de ces intentions déclarées. C’est après tout la Commission européenne qui, en mai 2016, a convenu avec Facebook, Twitter, YouTube et Microsoft d’un  » Code de conduite sur la lutte contre le discours de haine en ligne illégal en ligne  » (Google+ et Instagram ont également rejoint le Code de conduite en janvier 2018).

Le code de conduite engage les entreprises de médias sociaux à examiner et à supprimer, dans les 24 heures, le « discours de haine illégal ». Selon le code de conduite, lorsque les entreprises reçoivent une demande de suppression de contenu, elles doivent « évaluer la demande par rapport à leurs règles et directives de la communauté et, le cas échéant, à leur législation nationale relative à la lutte contre le racisme et la xénophobie … ». les géants des médias agissent comme des censeurs volontaires au nom de l’Union européenne.

Outre le code de conduite, l’UE organise plusieurs initiatives visant à renforcer la censure. Récemment, par exemple, l’UE a lancé un appel à propositions de recherche sur la manière de « surveiller, prévenir et combattre les discours de haine en ligne ». Il sponsorise également des projets qui « guident » les journalistes sur ce qu’il faut écrire: dans le cadre du programme Droits, égalité et citoyenneté (REC) de l’UE, l’UE a financé la publication d’un manuel contenant des lignes directrices à l’intention des journalistes sur l’écriture des migrants et des migrations. Les lignes directrices font partie du projet RESPECT WORDS – également financé par l’UE – qui vise à promouvoir la qualité de l’information sur les migrants et les minorités ethniques et religieuses en tant qu’outil indispensable dans la lutte contre la haine « .déclarent , entre autres, que les journalistes devraient:

« Veillez à ne pas davantage stigmatiser des termes tels que » musulman « ou » islam « en les associant à des actes particuliers … Ne laissez pas les » affirmations d’actes extrémistes « au nom de l’islam » sans opposition … la diversité des communautés musulmanes … où il est nécessaire et d’actualité de signaler des commentaires haineux contre des musulmans, médiatisez l’information. Mettez au défi tous les faux postulats sur lesquels reposent de tels commentaires « .

En d’autres termes, les directives demandent aux journalistes de désinformer le public. Comment donc devrait-on logiquement réagir à un « plan d’action contre la désinformation » parrainé par l’UE?

Enfin, c’est la même Commission européenne qui a récemment exprimé sa désapprobation du retrait de l’Autriche du « Pacte mondial pour les migrations sûres, ordonnées et régulières » de l’ONU. Le Pacte stipule que les médias qui ne soutiennent pas le programme de migration des Nations Unies ne seront pas éligibles au financement public. En quoi cela consiste-t-il à « respecter pleinement les principes fondamentaux de l’Europe en matière de liberté d’expression, de presse libre et de pluralisme »?

À l’heure où ce nouveau plan d’action contre la désinformation est mis en œuvre, l’Europe devrait s’attendre à davantage de censure.

L’art censuré par le Nouvel Ordre Mondial sur certains réseaux sociaux

Quand je dis réseaux sociaux…au pluriel,je veux surtout parler de Facebook qui considère  des seins de femmes nues comme un scandale sans nom.Ceci correspond parfaitement à la philosophie anachronique du Thalmud et de  la foie musulmane.La droite religieuse américaine est offusquée devant  l’exposition  de la petite excroissance naturelle apparaissant au point culminant d’un sein de femme.

Je me souviens qu’au Québec,dans les années ’70,nous pouvions voir des photos et des vidéos de femmes  nues (…et parfois d’hommes nus) à peu près partout:à la télé,dans les cinémas,dans les journaux,dans les bandes dessinées,etc…

Maintenant,en 2015,je juge que l’on a régressé sur le plan de l’émancipation.

Loin d’être une personne prude,j’ai vécu une enfance et une adolescence  un peu,même beaucoup,comme Angela Merkel,la chancelière  d’Allemagne.Il s’agit de la femme politique dont la facilité à retrouver des photos nues  d’elkle-même est la plus grande.Cela ne l’a pas empêchée d’être réélue et cela ne lui enlève aucune de ses qualités …et de ses défauts.Une partie de mon adolescence a été vécue sur des camps naturistes et je n’ai aucun préjugé,ni tabou.Comme le dit la devise: »Honni soit qui mal  y pense! »

Aussi ,afin de protester contre l’hypocrisie manifeste de certaines  personnalités religieuses retardées,le site  Http://Michelduchaine.com  va  publier de plus en plus de photos relatives à l’art du body paint,un art nouveau pour beaucoup,mais qui remonte à l’aube de l’humanité.

Donc à compté d’aujourd’hui,nous aurons une chronique consacrée à l’art censuré par l' »islam,le sionisme,les réseaux sociaux rétrogrades,etc

Vive la liberté d’expression!

À bas le Nouvel Ordre Mondial et sa politique d’abrutissement des masses!

À bas la Pensée Unique!

Vive la Révolution Mondiale!


Œuvre Numéro 1 exposée:bodypaint

Une des meilleures œuvres par son côté réaliste!
Une des meilleures œuvres par son côté réaliste!


Oeuvre Numéro 2 exposée :vitrail

Vitrail ,œuvre d'une amie sur un réseau social.
Vitrail ,œuvre d’une amie sur un réseau social.


Œuvre Numéro 3:art nouveau

Bodypaint prenant la forme d'un caméléon.
Bodypaint prenant la forme d’un caméléon.


Œuvre Numéro 4:art nouveau

tumblr_nmxlsvO8aM1qb38ylo2_500


Œuvre Numéro 5:femme enceinte

Femme enceinte.
Femme enceinte.


Œuvre Numéro 6:

Double interprétation...!
Double interprétation…!

À la prochaine!…avec d’autres œuvres!

%d blogueurs aiment cette page :