La troisième pyramide enneigée récemment découverte en Antarctique pourrait faire réécrire l’histoire

Bien que tout le monde ne soit pas disposé à l’admettre, notre planète est pleine de reliques et de monuments qui prouvent que la Terre était autrefois peuplée de civilisations extrêmement avancées. Indiquez dans le cas: la troisième pyramide couverte de glace découverte en Antarctique!

Depuis que le service a été libéré, Google Earth a été une aubaine non seulement pour les théoriciens du complot, mais aussi pour tous ceux qui cherchent à découvrir des indices sur ce qui se cache au-delà de la vue. Si vous avez besoin d’un bon point de vue, vous avez besoin de bons yeux et d’altitude. Les satellites ont les deux.

La dernière d’un groupe de trois pyramides recouvertes de neige a récemment été découverte grâce à l’imagerie satellitaire Google Earth et, en quelques jours, la découverte a pris les communautés d’histoire alternatives par la tempête. Deux des pyramides peuvent être trouvées à environ 10 milles à l’intérieur du continent tandis que la troisième repose près du littoral.

La troisième pyramide découverte sous les neiges de l’Antartique.

Les implications de cette découverte sont complexes et, si elles sont acceptées, elles pourraient transformer le monde scientifique ,en premier,et la vision de l’histoire de la Terre …toute entière! Aucun livre d’histoire n’a jamais mentionné une civilisation antarctique avec les compétences et la technologie nécessaires pour ériger d’énormes pyramides. Il y a une raison apparente derrière cette situation et, par son apparence, cela suggère que des civilisations savantes sur le plan technologique existaient sur Terre longtemps avant que notre propre émergence ne se produise.

 

L’Antarctique est maintenant un désert gelé mais ce n’était pas toujours comme ça. Il a atteint sa position actuelle grâce à la tectonique des plaques, en se rapprochant du pôle Sud géographique année après année. Il y a des millions d’années, le climat de l’Antarctique était beaucoup plus chaud parce que sa position était plus proche de l’équateur. C’est un fait établi soutenu par plusieurs découvertes acceptées, et non par des spéculations sauvages.

Il y a quelques années, le British Antarctic Survey (BAS) a révélé que le climat antarctique était très différent dans le passé lointain.

« Retournez il y a 100 millions d’années », a déclaré Vanessa Bowman, de BAS, « et l’Antarctique était couverte de forêts tropicales luxuriantes semblables à celles qui existent aujourd’hui en Nouvelle-Zélande ».

Une autre expédition menée par la NASA et impliquant 11 autres organisations scientifiques – a découvert des formes de vie microbiennes hors lieu dans les profondeurs du lac Vida de l’Antarctique, piégés sous une croute  de glace de 65 pieds d’épaisseur. Les colonies microbiennes ont été prospères isolément depuis des millions d’années et les scientifiques croient qu’ils sont les descendants de micro organismes qui vivaient dans un climat beaucoup plus chaud. Qui sait quelles autres énigmes ont été enterrées sous la glace, attendant désespérément d’être révélées.

Même avec la technologie d’aujourd’hui, les structures de construction aussi massives que les pyramides de l’Antarctique seraient presque impossibles. Il y a tout simplement trop de problèmes liés à la main-d’œuvre et à la logistique requise pour un tel projet. Si la construction de ces monuments mystérieux devait être une entreprise viable, elle devait avoir lieu dans le passé, alors que l’Antarctique était un lieu propice à la vie humaine.

Et cela ouvre une boîte de vers de taille royale. Le continent n’était habitable que dans un passé très lointain, mais la science dominante dit que la roue n’a pas été inventée il y a quelque 6 000 ans. Dans le même temps, les humains anatomiquement modernes auraient maîtrisé le feu il y a seulement 125 000 ans. Alors, où ces pyramides controversées s’intègrent-elles? Est-ce qu’ils témoignent d’une ancienne civilisation avancée ou devons-nous approfondir notre imagination et les considérer comme une preuve de voyage dans le temps? Les éboulements de l’esprit quand nous restons attachés à nos croyances périmées.

Les partisans de l’histoire alternative et les fans de la théorie des anciens astronautes n’ont aucun problème à accepter la réalité parallèle générée par de telles découvertes. Il n’est pas difficile de voir et d’accepter que nous ne sommes pas les premiers et, même si cela peut sembler de cette façon, nous ne serons probablement pas les derniers… car nous avons enclechés  la Sixième Grande Extinction Massive d’espèces sur notre planète et nous sommes directement menacé d’extermination.

 

Des milliers d’années après leur construction, nous sommes encore fascinés par les pyramides égyptiennes. Les monuments laissés par leur société ont résisté à l’épreuve du temps et, de plusieurs façons, ils ont accordé à leurs constructeurs l’immortalité. Gardant cela à l’esprit, que pourrait-on dire sur les pyramides qui ont des millions d’années? Est-ce que cela met notre propre vie en perspective et nous fait voir l’image plus grande de la beauté et de la richesse de toutes les formes de vie sur notre petite planète bleue?

…ou allons-nous tout simplement nous cacher la tête dans le sable,comme l’autruche voyant fondre sur elle,le lion qui va la dévorer?


D’OÙ VIENNENT LES INFORMATIONS DE BASE 

Maria Orsic…les cheveux longs et des textes en langue sumérienne dictés dans son sommeil.

À commencer par le crash ovni de Freiburg,en 1936,en Allemagne,le Troisième Reich aurait reçu l’information (par le survivant du disque volant) que les ruines d’une lointaine civilisation se trouvait sous les glaces de l’antartique.

Ainsi fut organisé l’expédition allemande Antartik de 1938-39,avec un double objectif:

1- Découvrir  les ruines de l’antique civilisation .

2-Établir des bases secrètes afin de développer en secret  la nouvelle technologie alien,entre leurs mains.

Preuves:

1-

Les documents remis par Manfred K. (nom protégé par les gouvernements russes et allemand.)
Il s’agit ici,d’un pamphlet remis aux capitaines de U-boats prenant la direction des bases secrètes allemandes…en Antartique.
Une partie du message secret est venu à la SVR par Manfred K., y compris des cartes œuvres du Reich nazi allemand dans les années 1930-1940, qui a montré en détail leurs bases souterraines sur le continent Antarctique, un document plus choquant montre la grande profondeur de la terre creuse intérieure et la terre qui existe là-bas.
Comment le Reich aurait-il pu posséder ces informations…autrement que par le seul survivant du crash ovni de Freiburg?

 

2-L’évolution de la technologie allemande durant la Seconde Guerre Mondiale:

Opel et…GM fabriquèrent (ou donnèrent en sous-contrats ) de nombreuses pièces qui servirent à assembler le merveilleux Messersmith 262.

…le développement rapide de la bombe atomique:voir mon article sur la bombe d’Hiroshima

 

… tout cela provient d’une technologie extraterrestre (voir l’article suivant)

 

…les bâtiments des bases secrètes allemandes qui commencent à réapparaître,suite au réchauffement climatique: 

 

 


Ruines anciennes trouvées en Antarctique sur Google Earth

Cette histoire remonte à 2001 lorsque l’un des grands secrets du monde a été révélé: une ancienne structure qui s’étendait dans des kilomètres sous la dure glace de l’Antarctique a été détectée par un satellite d’espionnage itinérant.

C’est quelque chose qui compte au moins 12 000 ans, combien de temps la glace a couvert l’Antarctique.

 

L’armée américaine a immédiatement annulé les rapports et, malgré la panne de nouvelles, des rapports ont encore révélé qu’un projet d’excavation secrète avait débuté après la découverte.

À la suite des événements frénétiques, au début de 2001, les nouvelles ont éclaté d’une urgence médicale mystérieuse qui a forcé l’évacuation d’un personnel sans nom au cours de l’hiver antarctique, le premier événement de ce genre lors de la dangereuse saison hivernale du Sud-Pôle.

En novembre 2002, selon l’archéologue et l’aventurier Jonathan Gray de World Education Research Ltd , un équipage de la télévision de Californie a disparu.

Supposé, une vidéo découverte parmi les effets personnels des équipages par une équipe de sauvetage spéciale US Navy SEAL chargée de trouver les cinéastes est l’élément clé d’une histoire qui prétend que de vastes ruines anciennes ont été trouvées sous la glace de l’Antarctique.

L’équipe de production de télévision qui a tiré sur la vidéo manque encore, a rapporté Gray.

Est-il possible que les structures suivantes aient quelque chose à voir et sont-elles liées à la structure supposée ancienne sous la glace?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


AUTRES FAITS TROUBLANTS

Une étude des photographies prises par satellites montre fort bien des constructions faites sous la grande épaisseur de glace.

La photographie à distance détectée récemment par la NASA de la mission de l’opération IceBridge de la NASA en Antarctique a conduit à une découverte fascinante lorsque les images ont révélé ce que certains experts croient pourrait être l’existence d’une ancienne colonie humaine possible située sous un impressionnant 2.3 kilomètres de glace.

La découverte intrigante a été faite lors d’essais d’essais d’aéronefs de la technologie de lidar du système d’altimètre laser topographique avancé de la NASA (ATLAS) qui sera lancée sur le satellite Ice-Cloud et Earth Elevation Satellite-2 (ICESat-2) en 2017, qui vise à surveiller les changements dans glace polaire.

Bien que le scientifique de la NASA, Nathan Borrowitz, affirme que les images infrarouges sont certainement intriguantes, d’autres experts affirment qu’ils sont clairement la preuve de l’ingénierie humaine ancienne

« Il y a très peu de marge d’erreur quand il s’agit de photons individuels frappant des fibres optiques individuelles, c’est pourquoi nous avons été tellement surpris quand nous avons remarqué ces caractéristiques anormales sur l’imagerie lidar », explique Nathan Borrowitz, le chercheur de IceBridge et le chercheur de glace de mer avec Le Centre de vol spatial Goddard de la NASA à Greenbelt, dans le Maryland.

« À partir de maintenant, nous ne pouvons que spéculer sur ce que sont ces fonctionnalités, mais le lancement d’ICESat-2 en 2017 pourrait déboucher sur d’autres découvertes majeures et une meilleure compréhension des caractéristiques géomorphologiques de l’Antarctique » ajoute-t-il.

Une colonie humaine enterrée sous 2,3 km de glace

L’archéologue principal, Ashoka Tripathi, du Département d’archéologie de l’Université de Calcutta estime que les images montrent clairement une ancienne colonie humaine sous la couche de glace.

Archeo-india« Ce sont clairement des caractéristiques d’une sorte de structure humaine, ressemblant à une sorte de structure pyramidale. Les motifs ne montrent clairement rien que nous devrions attendre des formations géomorphologiques naturelles trouvées dans la nature. Nous avons clairement ici des preuves de l’ingénierie humaine. Le seul problème, c’est que ces photographies ont été prises en Antarctique sous 2 kilomètres de glace. C’est clairement la partie incroyable, nous n’avons aucune explication à ce sujet pour le moment « , admet-il.

« Ces images reflètent juste une petite partie de la masse terrestre totale de l’Antarctique. Il existe peut-être d’autres sites supplémentaires qui sont couverts de glace. Cela nous montre simplement combien il est facile de sous-estimer à la fois la taille et l’ampleur des établissements humains passés « , a déclaré le Dr Tripathi.

Les restes d’une civilisation perdue

L’historien et le cartographe de l’Université de Cambridge, Christopher Adam, croient qu’il pourrait y avoir une explication rationnelle.

« L’une des histoires des cartes les plus étonnantes est celle de l’amiral turc Piri Reis en 1513 AD qui a tracé avec succès le littoral de l’Antarctique il y a plus de 500 ans. Ce qui est le plus fascinant de cette carte, c’est qu’il montre le littoral de l’Antarctique sans glace. Comment cela est-il possible lorsque les images du littoral sous-glaciaire de l’Antarctique n’ont été vus que pour la première fois après le développement d’un radar pénétrant au sol en 1958? Est-il possible que l’Antarctique ne soit pas toujours couverte par une telle couche de glace? Cela pourrait être une preuve que c’est une possibilité « , a-t-il reconnu.

Les cartes de l’amiral turc Piri Reis.

«Un léger changement de pôle ou un déplacement de l’  axe de rotation de la  Terre dans les temps historiques est peut-être la seule explication rationnelle qui vient à l’esprit, mais nous avons certainement besoin de plus de recherches avant de passer à toute conclusion».

L’ICESat-2 (Ice, Cloud et Land Elevation Satellite 2), une partie du Système d’observation de la Terre de la NASA, est une mission satellitaire planifiée pour mesurer l’altitude en masse de la couche de glace, le franc-bord de glace de mer ainsi que la topographie de la terre et les caractéristiques de la végétation. 


L’AVENIR DE L’HUMANITÉ

La découverte de cette ancienne civilisation va aider l’humanité à ralentir sa mort,son extinction massive et sa totale disparition.Les restes de cette technologie ancienne vont nous permettre d’entrer en contact direct avec la civilisation d’Aldebaran que Maria Orsic avait contactée par télépathie! 

Après la dislocation  du glacier de Larsen qui régularisait la circulation des eaux autour de l’Antartique,le compte à rebours de la fin de l’espèce humaine est…enclenché!

 

 

 

Publicités

En hommage à Jacques Bergier: La Terre Creuse,son article de la revue Nostra n° 263 du 20 Avril 1977

Hommage à Jacques Bergier:

Une belle photo de M.Bergier.
Une belle photo de M.Bergier.

LA TERRE CREUSE
I Introduction
Jacques BERGIER est né le 8 Aout 1912 à Odessa en Ukraine et mort à Paris le 23 Novembre 1978 et
est enterré au cimetière juif de Pantin. Ingénieur chimiste, découvre en 1936 avec André Heibronner
l’utilisation de l’eau lourde pour le freinage des neutrons, et réalise avec lui la première synthèse d’un
élément radio-actif naturel, le polonium. Il invente en 1950 le refroidissement électronique des réacteurs
nucléaires, et le réacteur nucléaire sous-critique sans modérateur, en 1955. Il a organisé le premier réseau
de renseignements scientifiques en 1940 et s’est occupé de la récupération et du transfert en Angleterre de
l’eau lourde de Norvège. Plus de vingt ouvrages l’ont fait connaître du grand public dont le fameux
best-seller  » Le matin des Magiciens » écrit en collaboration avec Louis Pauwels en 1960 avec lequel, il a
aussi fondé la remarquable revue « Planète » en Octobre 1961 et qui pendant près de 10 ans, fut le
panégyrique incontestable de l’ésotérisme de bon aloi. Vous trouverez une remarquable bibliographie de J.
Bergier sur le site: http://users.skynet.be/thomas .
Membre de l’Académie des Sciences de New York. Personnage de Tintin depuis « Vol 714 pour Sydney »,
sous le pseudonyme de Mik Esdanitoff.
De plus il est utile de savoir que Jacques Bergier, était un casse-tête pour les savants, car il avait la
faculté de lire des ouvrages en plusieurs langues à une vitesse incroyable. Il connaissait par exemple
parfaitement le français, l’espagnol, l’hébreu, le tchécoslovaque, le polonais l’italien et tâtait encore que
deux ou trois autres langues. Il était capable de lire un ouvrage comme la Bible en deux heures et un roman
policier en 10 minutes et avait donc une incroyable faculté d’assimilation des nombreux nouveaux ouvrages
scientifiques ou autres que lui enviaient sûrement bien de ses contradicteurs car il les invitait souvent, à
propos d’un sujet brûlant, à se documenter dans une liste impressionnante d’ouvrages que lui, il avait bien
lus.


 

L’article tiré de la revue Nostra n° 263 du 20 Avril 1977.

Le 26 avril 1977 ,Jacques Bergier signait un article qui allait faire beaucoup de vagues.
Le 26 avril 1977 ,Jacques Bergier signait un article qui allait faire beaucoup de vagues.

CLASSÉES « TOP SECRET » PAR LES MILITAIRES AMÉRICAINS
DES PHOTOS PRISES PAR SATELLITES PROUVERAIENT
QUE LA TERRE EST CREUSE
Par Jacques BERGIER
Notre planète est une boule de bilboquet. Elle est percée aux deux bouts, aux deux pôles et l’on peut
accéder à l’intérieur par l’un ou l’autre de ces orifices.
Voici une hypothèse qui revient à la mode, dans notre pays et ailleurs avec la projection du très bon film
« Centre de la Terre, septième continent ». Elle n’est pas nouvelle et l’on se souvient plus particulièrement
des théories aussi abstruses que métaphysiques développées, naguère par les nazis
Mais le film en question ne doit rien aux élucubrations de ceux qui furent les nouveaux « illuminés de
Bavière » puis de tout le IIIe Reich. Il s’inspire d’un roman de l’écrivain américain Edgar Rice Burrough,
un coeur simple qui vivait dans un dénuement extrême et ne pouvait compter pour subsister que sur son
imagination fertile entre toutes. Rappelons, pour la petite histoire, que sa terre trouée le laissa creux
lui-mème comme par devant, mais qu’il se consola en créant Tarzan (Le premier Tarzan est paru en 1912) .
(Note du webmaster : Bergier oublie ici cependant de mentionner qu’Edgar Rice Burroughs a repris cette
théorie dans la série des Pellucidar (Au coeur de la Terre en 1914), pour se poursuivre avec 6 autres
volumes dont l’un est « Tarzan au coeur de la Terre « (1930). Dans l’épisode « Epilogue à Pellucidar », Il y
est bien fait mention des ouvertures polaires et même du soleil central: bravo pour une telle
imagination!!!)
La « terre creuse » fut redécouverte, pourtant. S’il revenait parmi nous, Burrough serait fort étonné de
constater qu’aujourd’hui, huit ans après la première marche d’un homme sur la Lune, certains abondent dans
le sens de son vieux récit, aussi alimentaire que fantastique. D’autant qu’il faisait semblant de croire,
simplement, qu’un soleil brillait au centre de la « boule » et que « le creux » contenait une atmosphère, ce qui
permettrait à des humains de vivre sur l’écorce intérieure aussi bien que sur l’extérieure, avec possibilité de
passer de l’une à l’autre.
Inconcevable tout cela? Voire ! Les partisans actuels de « la terre creuse » ne paraissent ni des fous ni des
maniaques. Ils adhèrent en nombre à une société que fonda à Londres, fin 1961, un homme d’affaires du
nom de McDonald. Ce groupe publie des journaux et des livres, mais en s’interdisant toute forme
d’exaltation ou de délire. Mc Donald lui-même, dans une interview récente, a résumé sa position par ce
propos fort modeste : « Nous n’avons pas de preuve mais , nous étudions la question. »
Sage comportement et attitude scientifique s’il en fut. Car rien n’exclut, a priori, l’idée d’une Terre plus
compliquée et riche de mystères qu’on ne l’imagine.
J’ai moi-même soutenu dans un livre (« Visa pour une autre terre » chez Albin Michel ), la thèse d’une
Terre comprenant des espèces de prolongements dans d’autres dimensions. Des scientifiques d’URSS se
sont intéressés à cette théorie. Elle présente l’avantage disent-ils, de fournir une explication à la survie
d’êtres humains pendant les âges glaciaires: Ils auraient disposé de refuges quelconques ouverts sur les
régions ensoleillées.
Mais revenons à la version des « orifices polaires ». On devrait les voir, après tout, au moins celui du pôle
nord, ce point géodésique idéal que l’ère moderne se flatte d’avoir parfaitement situé. La société
londonienne déjà citée a réuni des témoignages d’explorateurs et de marins qui prétendent avoir accédé aux
lisières du trou énigmatique. Quel crédit leur accorder? Car il parait, bien établi, maintenant, que nul
voyageur n’a jamais atteint le pôle. Certains, en toute bonne foi, ont cru partie gagnée. Mais leurs calculs
comportaient des inexactitudes.

Restent les survols. Qu’on sache, tout d’abord qu’aucune ligne commerciale ne passe au pôle. Les
publicités qui affirment le contraire trichent peu en vérité. De 200 km seulement, il est vrai. Mais c’est plus
qu’il n’en tant pour interdire aux occupants des « jets » de jeter un regard dans le puits, si puits il y a.
Et tes satellites artificiels. N’ont-ils pris aucune photo révélatrice? Eh bien oui! il semble qu’un tel
document existe. Mais son histoire aussi pose des énigmes en cascade. I s’agit d’une vue prise par le
satellite américain Essa 7, le 23 novembre 1968. Une revue américaine (peu sérieuse, hélas) l’a publiée.
L’image présente, en effet, un trou noir.

 

Mais les services officiels, pressés d’en révéler davantage, ont déclaré qu’il s’agissait, en réalité, d’un
panoramique, d’un ensemble de six photos assemblées après coup; Une septième, toute fois, manquerait, et
le « trou » ne serait rien d’autre que le vide laissé par la pièce manquante du puzzle. Les partisans de la terre
creuse ne furent pas satisfaits de cette réponse simpliste. Ils réclamèrent et ce fut pour s’entendre dire « Vous
savez, le butin de la mission est de 40000 photos. »
Ce chiffre ne pouvait suffire à décourager les fervents. Ils sollicitèrent encore: « Qu’on nous laisse donc
les consulter ». Cette fois, ce fut le silence définitif. On continue à attendre désespérément un démenti ou
une confirmation. C’est comme si n’importe qui dans les services armés US, avait le pouvoir de porter la
mention « ultra-secret », sur n’importe quoi même sur ce qui concerne la science universelle et ne fait peser
nulle menace de retombées militaires. Je pourrais citer bien d’autres cas de tarissement soudain des
informations dont je fus moi-même la victime.
Ce que l’on sait de la question devrait conduire, toutefois les spectateurs à considérer le « Centre de la
Terre, septième continent » non comme un simple film d’aventures, mais comme un remarquable
documentaire.
Jacques BERGIER

 

 

 

 

D’anciennes installations extraterrestres sur la Lune

 

 

 

 

Nous n’étions pas préparés à une telle éventualité. Nous en étions encore à chercher dans nos écrits la réponse à cette éternelle question : sommes-nous seuls dans l’Univers ? Et pendant ce temps on détectait tout près de chez nous, sur la Lune, les manifestations d’une intelligence extraterrestre.
D’après le journal russe Vecherny Volgograd, cette incroyable découverte, dont on redoutait qu’elle bouleverse notre structure sociale toute entière, fut immédiatement classée secrète.

Une base extraterrestre...sur la Lune.
Une base extraterrestre…sur la Lune.

 

Extrait du communiqué de presse officiel :

Des scientifiques et ingénieurs impliqués dans les projets d’exploration de Mars et de la Lune ont fait part des résultats de leurs découvertes lors d’une réunion du Club National de la Presse à Washington, DC, le 21 Mars 1996. Ils révélaient pour la première fois la présence sur la Lune de structures et d’objets artificiels. Le discours des scientifiques était plutôt prudent et évasif, et ne faisait pas référence aux OVNIs. Selon eux, l’existence de ces artéfacts était possible, mais cette information était en cours de traitement et ses conclusions seraient publiées ultérieurement.

Autre base...
Autre base…

 

Il fut également mentionné lors de cette réunion que l’Union Soviétique possédait des preuves photographiques de la présence d’une telle activité sur la Lune. La nature de cette activité demeure indéterminée mais ses traces seraient indéniables en de nombreux points de la surface lunaire, comme en témoigneraient les milliers de photos et vidéos provenant des vaisseaux Clementine et Apollo. Des vidéos et des photos de ce dernier programme ont été projetées et beaucoup ont trouvé très surprenant que ce matériel n’ait pas été rendu public plus tôt. Les spécialistes de la NASA ont répondu qu’il était difficile de prévoir les réactions du public devant la révélation que des créatures étrangères avaient foulé ou foulent peut-être encore le sol lunaire. Ils ajoutèrent qu’il y avait également d’autres raisons à ce secret, et dont le contrôle dépassait la NASA elle-même. Le spécialiste des études lunaires Richard Hoagland a par ailleurs déclaré que la NASA procédait toujours à la retouche des photos avant leur publication.

Des tours de communications ont été effacées par la NASA ...sur cette phoro.
Des tours de communications ont été effacées par la NASA …sur cette phoro.
La  même photo rapprochée...
La même photo rapprochée…

 

 

 

Hoagland, ainsi que d’autres chercheurs, avancent l’idée qu’une race extraterrestre a utilisé la Lune comme une base d’opérations spatiales durant leurs activités sur la Terre et qu’on en trouve le reflet dans les mythes et légendes de nombreuses cultures terrestres.

Un dôme dans un cratère lunaire.
Un dôme dans un cratère lunaire.

Les ruines des cités lunaires s’étendent sur plusieurs kilomètres. D’immenses dômes aux fondations massives, des tunnels et autres constructions poussent les scientifiques à réviser leurs opinions sur les origines de la Lune et les paramètres de sa révolution orbitale.
Ces structures lunaires, dont certaines sont dans un état de délabrement avancé, possèdent une organisation et une géométrie si complexes qu’elles ne peuvent être assimilées à des formations géologiques naturelles. Il existe par exemple sur le bord supérieur de Rima Hadley, non loin du site d’atterrissage d’Apollo 15, une construction entourée d’une haute muraille en forme de D. Le Centre de Vol Spatial Goddard et l’Institut de Planétologie de Houston, qui étudient ces artéfacts, les ont répertoriés sur 44 régions. De mystérieuses excavations en forme de terrasse ont été observées près du cratère Tiho (sic ; Tycho ?). Il est improbable que ces excavations concentriques hexahèdriques, ainsi que l’entrée du tunnel adjacente à la terrasse résultent de processus géologiques naturels. En fait, elles ressembleraient assez à des entrées de galeries de mines. Près de Copernic, un dôme transparent s’élève au bord du cratère, illuminé de l’intérieur par une étrange lueur blanc-bleue. Au nord de la région de l’Usine, on observe un objet tout-à-fait inhabituel, même au regard des critères lunaires : un disque de 50 m de diamètre posé sur une embase carrée entourée de murs. On peut aussi voir sur l’image, près du losange, une ouverture circulaire dans le sol, qui fait penser à l’entrée d’un souterrain. Entre l’Usine et le cratère Copernic, il y a une sorte d’esplanade rectangulaire de 400 m de long sur 300 de large. 


 

Cratère lunaire lumineux...
Cratère lunaire lumineux…

 

...encore plus lumineux...
…encore plus lumineux…
...et  avec du mouvement. La forme en v est loin d'être naturelle.
…et avec du mouvement.
La forme en v est loin d’être naturelle.

 

 

 

Cratères lunaires lumineux révélant la présence d’une activité « humaine »…

L’une des photos prises par la mission Apollo 10 (AS10-32-4822) montre une structure d’un mile (1.6 km) de long appelée le « Château », située à une hauteur de 14 km et qui projette une ombre distincte sur la surface lunaire. L’objet paraît être composé de plusieurs unités cylindriques [et d’une large unité conjointe] (?). Sur l’une des images, la structure interne du « Château » apparaît poreuse, de sorte que certaines de ses parties semblent transparentes.


LE CHÂTEAU

Le château:une cité extraterrestre lunaire...
Le château:une cité extraterrestre lunaire…

 

 

 

De nombreux scientifiques de la NASA assistaient à cette conférence, mais lorsque Richard Hoagland demanda à voir les originaux des photos du « Château », ceux-ci avaient disparu ! Ils se trouvèrent même inexplicablement absents de la liste des images d’Apollo 10. Comme par hasard, les archives ne recelaient que quelques photos intermédiaires qui, malheureusement, ne montraient pas la structure interne de l’objet.

Au moment où Apollo 12 se posa sur la Lune, l’équipage s’aperçut qu’il était observé par un objet pyramidal, semi-transparent, qui planait immobile à quelques mètres à peine au-dessus du sol et chatoyait de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel contre le ciel noir.


LES PYRAMIDES SUR LA LUNE

 

Une belle Pyramide ...
Une belle Pyramide …

En 1969, on projeta le film du voyage des astronautes vers la Mer des Tempêtes (ces hommes aperçurent à nouveau ces étranges pyramides, que l’on appela plus tard les « verres dépolis ») et la NASA prit enfin conscience des conséquences possibles de cette forme de contrôle. Après son retour réussi, l’astronaute Mitchell confia ses impressions :
– Nous sentions bien que nous n’étions pas seuls. Je devais me retourner si souvent pour regarder derrière moi que j’en ai encore le torticolis ! La seule chose que nous pouvions faire était prier ».

 

Pyramide lunaire photographiée par Hubble.
Pyramide lunaire photographiée par Hubble.

Johnston, du Centre Spatial de Houston, avait étudié les photos et vidéos du programme Apollo et s’entretint avec Richard Hoagland au sujet des artéfacts. Selon lui, la direction de la NASA était terriblement embarrassée devant le nombre de ces « anomalies », pour employer un euphémisme, et il était même possible qu’elle décide d’arrêter les vols habités vers la Lune.

D’anciennes structures lunaires en partie en ruines intéressent particulièrement les chercheurs. Les photos révèlent des constructions carrées et rectangulaires d’une surprenante régularité géométrique et qui ressemblent à nos propres cités terrestres vues d’une altitude de 5 à 8 km. Un spécialiste du contrôle de mission fit ce commentaire :
– Nos gars ont observé sur la Lune des cités en ruines, des pyramides transparentes, des dômes, et Dieu sait quoi d’autre, dont les photos dorment maintenant au fond des coffres de la NASA. Ils comprenaient ce que Robinson Crusoë avait dû éprouver lorsqu’il tomba soudain sur des empreintes de pas dans le sable d’une île qu’il croyait déserte ! »

Cité extraterrestre photographiée par les missions Apollo 8 et 10.
Cité extraterrestre photographiée par les missions Apollo 8 et 10.
Autre cité lunaire...
Autre cité lunaire…

 

 

 

Devant les images de ces cités et autres objets lunaires étranges, l’opinion des géologues et scientifiques est unanime : ces objets ne peuvent être naturels. « Nous sommes forcés d’admettre, disent-ils, qu’ils sont artificiels, en particulier les dômes et les pyramides ».

Nous devons nous rendre à cette imprévisible évidence : nous avons là sous les yeux, à notre porte, les manifestations d’une intelligence étrangère. Nous n’y étions pas psychologiquement préparés et, même à présent, peu de gens croient à leur réalité.

 

 

Sources:Pravda

 

Pas de doute, une civilisation venue d’un autre monde s’est installée sur la Lune. Des créatures intelligentes possédant une puissante technologie ont construit des bâtiments et des laboratoires sur les deux faces de la Lune. Ils utilisent d’énormes machines pour extraire des minerais du sol lunaire et construire de nouveaux bâtiments.
Qui sont ces créatures extraterrestres installées sur la Lune ? Ce sont les Gris !


Sur la face cachée de la Lune, ils ont installé une haute technologie permettant de créer des bulles d’énergie sous lesquelles il y a de l’Oxygène ! Dans ces bulles, des Hommes et des Femmes de la Terre travaillent comme des esclaves jusqu’à la mort…! Ces malheureux ont été enlevés et ils ne reviendront jamais sur Terre.
Les Gris sont, en effet, des créatures négatives sans moralité ni sentiments qui ne reculent devant rien pour obtenir ce qu’ils désirent.

…à suivre!